Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Aubevoye (Eure) : château de Tournebut, secteur médiéval ; Les Glatigny

Aubevoye (Eure Department): The Tournebut castle, a mediaeval sector and Les Glatigny site

Paola Calderoni

Résumé

Cet article décrit les résultats d’une opération d’archéologie préventive réalisée en 2006 sur la commune d’Aubevoye, à proximité du château de Tournebut. La fouille a concerné l’occupation de cet espace à l’époque historique. Le principal apport est la mise en évidence d’un établissement agricole des IXe-Xe siècles qui perdure jusqu’au XIIIe. La fouille a permis d’étudier les différentes occupations qui se sont succédées jusqu’à nos jours.

This article describes the results of a preventive-archaeology operation, performed in 2006, at Aubevoye, close to Tournebut castle. Excavations focused on potential settlements on the site during historical times. The main contribution consists in the detection of an agricultural settlement dating from the IXth-Xth centuries and extending until the XIIIth century. Excavations helped in the study of the different settlements recorded on the site until now.

Texte intégral

1Une fouille préventive, suscitée par l’aménagement d’une zone pavillonnaire, a eu lieu en 2006 sur la commune d’Aubevoye, dans le département de l’Eure. Le village, qu’un développement récent a métamorphosé en petite ville, se situe dans la vallée de la Seine, au niveau de la boucle de Courcelles et se développe à la fois sur le coteau et dans la plaine alluviale. Le terrain concerné se trouve à l’extrémité nord de l’agglomération, à un endroit où la plaine se resserre et où le coteau devient plus abrupt. Cette configuration, ainsi que le débouché d’un talweg, sont à l’origine des colluvions épaisses réparties sur l’ensemble du site.

2Le diagnostic archéologique réalisé en 2004 par Bruno Aubry, sur une surface de 3,4 ha, avait mis en évidence des occupations successives aux époques préhistorique, antique et médiévale. Deux fouilles ont été prescrites, l’une concernant l’époque mésolithique (responsable : D. Prost), la seconde — objet de cet article — consacrée à l’occupation médiévale qui s’étend sur une surface de 1 ha, située le long de la rue de Tournebut, face au château. Le chantier a été séparé en deux zones afin de préserver une bande est-ouest pour la réalisation d’un transect géologique (fig. 1 : zone 1 au nord et zone 2 au sud).

3Le terrain présente une légère déclivité et est bordé à l’ouest par la rue de Tournebut qui longe le parc et le château. Ce dernier doit son nom à une famille bas-normande qui entre dans l’histoire locale par le mariage de Guillaume de Tournebut avec Agnès d’Aubevoye, unique héritière de son père décédé en 1223. Si les sources mentionnent bien un château d’Aubevoye au début du XIIIe siècle, son assimilation à celui de Tournebut n’est pas démontrée. L’édifice actuel ne présente aucun élément d’architecture médiévale et la dernière reconstruction date du XIXe siècle.

Fig. 1. Plan général des structures

Fig 2. Typologie des bâtiments entre le Xe et le XVe siècle

Limite nord d’un établissement antique

4Un établissement antique est présent au sud du site et se compose de trois éléments qui ne sont pas reliés stratigraphiquement : un fossé et deux bâtiments arasés au niveau des fondations (fig. 1, bâtiments A et B). Les vestiges des constructions affleurent à la même altitude que l’occupation des XIV et XVe siècles.

5Le fossé (2,40 m de large sur 1,20 m de profondeur) a été observé lors du diagnostic et constitue la limite nord d’un enclos se développant hors emprise vers le sud.

6Le bâtiment le plus important (A), de plan rectangulaire, sans division interne (15,50 m sur 8,60 m), est établi le long du fossé tout en ne lui étant pas parfaitement parallèle. Il en subsiste les fondations en blocs de silex sans mortier (largeur 0,90 m à 1,15 m, profondeur 0,80 m). Le second bâtiment (B) est délimité par des solins grêles en calcaire ponctués de pierres plates dans les angles (5,50 m sur 4,50 m). Des pilettes et des tegulae comblent un creusement d’un mètre de côté, au centre de la pièce.

7L’étude de cette période n’étant pas comprise dans la prescription archéologique, notre intervention s’est limitée au nettoyage des maçonneries et à la réalisation d’une coupe à l’intérieur du bâtiment principal. Elle a révélé l’absence de niveaux d’occupation, les structures étant arasées au dessous du sol antique. Lors du diagnostic, le fossé a livré du mobilier céramique de la seconde moitié du Ier siècle et le terminus post quem de la construction du bâtiment principal est indiqué par un tesson de col de cruche pris dans la maçonnerie et datable de la fin du Ier siècle jusqu’au premier quart du IIe siècle.

Développement d’une occupation à la fin de l’époque carolingienne

8II n’y a pas traces d’occupation entre le IIe siècle et la fin du haut Moyen Âge. L’occupation médiévale du secteur a débuté timidement au VIIIe siècle avec la présence d’une petite fosse isolée et s’est réellement développée aux IX-Xe et début XIe siècle. À cette époque, dans les sources écrites, il n’est nulle part fait mention d’Aubevoye ni de Tournebut – Gaillon seul est cité comme partie du comté d’Évreux vers 990.

9Cette première installation ne possède pas de limites matérialisées, il n’y a pas de chemin, ni de fossés pouvant lui être associés avec certitude, du moins sur l’emprise de la fouille.

10Plusieurs fosses, trois silos et des niveaux d’occupation sont dispersés sur la zone 1, évoquant un établissement à vocation agricole. Un bâtiment sur poteaux, orienté nord-sud (Fl) et un second bâtiment sur poteaux (F2), orienté est-ouest se trouvent au nord-est de la zone 1 (fig. 1 et 2).

11Le premier bâtiment est constitué de quinze trous de poteaux dessinant un plan trapézoïdal avec au nord un pignon triangulaire et une avancée vers l’est (en tout 10,50 m de long sur 4,80 à 6,40 m de large). À l’intérieur, l’espace se divise en deux nefs et trois travées. Les creusements ont des tailles disparates. Par exemple, ceux de la travée sud sont beaucoup plus petits (et ne font que 25 cm de diamètre contre 60 cm en moyenne, le plus gros au centre atteignant 1,10 m). Il n’y a pas de sol préservé, ni de foyer mais il y a du charbon de bois et de la terre cuite dans certains comblements au nord de la structure près du porche.

12La datation est proposée à partir des tessons présents dans les comblements des trous de poteaux, en tout une trentaine de spécimens datés du IX-Xe siècle avec des éléments de décor orientant la datation vers la fin du Xe siècle. Les exemples les plus proches sont issus du site de la rue Égalité aux Andelys Jimenez, 2005). C’est aussi de l’autre côté de la Seine que l’on trouve des parallèles architecturaux. Sur le site de Mousseaux à Bouafles (Carpentier, 2006), 5 bâtiments à pignon triangulaire ont été dénombrés. Ils étaient plus grands, leurs surfaces étant respectivement de 42, 74, 97, 107 et 117 m2. Une fonction d’habitat leur a été attribuée et ils ont été datés des XI-XIIe siècles.

13Un second bâtiment se dessine dans une nébuleuse de fosses et de trous de poteaux. Douze creusements appariés tracent un rectangle de 10 m de long sur 4 m à 4,50 m de large avec un pignon à pans coupés vers l’ouest. Cela donne une nef unique à deux travées. L’accès pouvait se faire par le pignon est. Les trous de poteaux sont tout aussi dissemblables que dans le bâtiment précédent. Ils n’ont pas livré de céramique. La chronologie relative indique une installation antérieure au XIVe siècle.

Photo 1. Silo du XIe siècle (cliché : Vincent Tessier).

14Dans l’hypothèse où les deux bâtiments fonctionnent simultanément, la concentration de mobilier dans l’un des deux pourrait indiquer le lieu d’habitat, l’autre étant assimilé à un bâtiment d’exploitation, sans plus de précision.

15Plus clairement en rapport avec l’agriculture, le site a livré cinq structures de stockage. Il s’agit de silos creusés dans le limon argileux, parfois jusqu’au loess (fig. 1, étoiles). Deux d’entre eux se situent dans un rayon de 20 m autour des bâtiments, un autre à 40 m et les deux derniers à plus de 125 m. Pour ceux-là se pose la question de leur appartenance à cette unité d’habitation.

16Parmi les trois plus proches, un spécimen est particulièrement bien conservé. Il possède un profil piriforme. Le deuxième présente un aspect cylindrique mais cela résulte de l’effondrement du goulot. Sa contenance était moindre puisque le diamètre du réservoir n’est que de 1,20 m contre 1,95 m pour les deux autres.

17Ils ont tous servis de dépotoir après leur abandon recevant des matériaux brûlés mais aussi quelques pierres, des rejets de foyer et des déchets de table. Ces derniers nous informent sur les pratiques alimentaires avec, à côté des os de porc et de caprinés, de nombreux os de poulet, de coq et d’oie. Un des deux silos les plus éloignés (à plus de 100 m) a livré un os de cerf ; c’est la seule trace de gros gibier retrouvée sur le site. Sur le fond, on observe une fine couche de matière fibreuse végétale (photo 1). Parmi les rejets domestiques, il y a des fragments métalliques de lames de couteau, une lame avec des restes de bois sur la soie et un objet en os (fig. 3) composé de deux barrettes reliées par des rivets en fer et décorées de triangles et de croix incisés. Pris au premier abord pour un manche de couteau, une anomalie décelée par le restaurateur nous amène à modifier l’interprétation. L’oxydation de la partie métallique du couteau laisse des traces bien visibles sur l’os et elles sont ici absentes, permettant de dire que ce dispositif ne retenait pas un objet en fer. Il aurait pu alors s’agir d’une armature de peigne mais là aussi il manque les traces de taille des dents qui sont toujours faites après le montage dans l’armature. L’espace entre les rivets est de 3 mm et demi et pourrait convenir à un cuir épais : ces barrettes pourraient alors orner un rabat de sacoche ou tout autre objet dans ce matériau. Parmi le mobilier céramique, les ouïes sont les plus fréquemment représentées ; elles portent parfois un décor à la molette à casiers losangiques associé à des coulées de peinture orangée. C’est cette association, apparue tardivement dans le Xe siècle et continuant d’être utilisé pendant le XIe siècle, qui oriente la datation de l’établissement.

Fig 3. Mobilier provenant d’un silo, d’une fosse et du bâtiment H (Serge Le Maho).

Photo 2. Groupe de trois fours successif : un four à voûte construite au premier plan et deux fours creusés superposés, au fond (cliché : Bénédicte Guillot).

18Il est tentant de relier à cette première occupation un groupe de fours (fig. 1 et photo 2) datés de façon imprécise par quatre tessons médiévaux, situés à l’est de la zone 1.

19Trois soles successives partagent une aire de service unique. Les deux situées à l’ouest appartiennent à des fours creusés en sape dans le flanc de la fosse et la troisième est établie après un remblai partiel, du côté ouest. Dans ce dernier état, le four devait être pourvu d’une voûte construite dont subsiste une couronne de moellons calcaires liés à l’argile. Les critères retenus pour l’identification des fours culinaires – parois cuites mais non vitrifiées et absence de rejets artisanaux – sont ici réunis. Le regroupement de fours de morphologie différente dans une même fosse est surprenant et on regrette de ne pouvoir en obtenir la chronologie absolue. Cette période est également représentée de manière structurée en dehors de la zone de fouille, sur l’emprise d’un transect géologique ouvert au nord-est de la fouille (non visible sur le plan joint). Un aménagement de sol en calcaire et silex est recouvert par un niveau dépotoir riche en restes osseux et en céramique. Il voisine avec trois fours et un silo qui sont non datés.

Pérennité de l’habitat pendant le bas Moyen Âge

20Aux XIIe et XIIIe siècles, le nord du site est occupé par un bâtiment (C), de 11,80 m sur 6,30 m, élevé sur une base (largeur 0,90 m) de gros et moyens blocs de pierres. Il est édifié au centre d’une parcelle morcelée par des fossés parallèles. Très endommagée, cette construction devait appartenir à un ensemble plus complexe comme en témoignent des traces de murs récupérés et des vestiges épars présents vers le nord. À l’intérieur du bâtiment, une cloison délimite une pièce en L possédant un foyer constitué d’un âtre en tuileau et d’un contrecœur en calcaire. Le foyer n’est pas directement adossé au mur nord, mais il semble qu’un bloc important ait été récupéré qui aurait pu faire la jonction, formant une sorte de contremur. L’absence de sol, si l’on excepte un lambeau de calcaire préservé, ne permet pas d’établir la relation entre le bâtiment et plusieurs fosses situées dans son périmètre. Trois d’entre elles ont livrées des graines de céréales brûlées.

21Une fosse carrée possédant un comblement similaire et dont un angle a subi une chauffe importante, a été découverte à l’extérieur de la zone délimitée par le fossé sud. L’hypothèse d’une structure de grillage n’a pu être démontrée en l’absence de sole en place. Quelques silos et fosses contemporains du bâtiment sont regroupés dans un rayon d’une quarantaine de mètres mais ils n’ont livré que de rares tessons isolés. À l’extérieur, à l’est du bâtiment, le sol est jonché de déchets suggérant la présence d’une terre de culture amendée par les rejets domestiques. L’abandon du secteur est marqué par une récupération intensive des murs et le creusement de fosses importantes suivi d’une séquence de colluvionnement à la fin du Moyen Âge.

22Aux XIVe-XVe siècles, de nouvelles constructions ont vu le jour. L’implantation est lâche et les trois bâtiments répertoriés sont distants de 50 à 70 m les uns des autres (fig. 1, D2, E et H). Ils paraissent extrêmement sommaires, bien qu’il soit parfois difficile d’évaluer l’importance des récupérations. Les plans sont proches du carré et les angles sont parfois surélevés par rapport au sol légèrement encaissé. Les murs ne sont pas conservés : des couches de limon incrusté de calcaire, des amoncellements de moellons silex ou quelques moellons calcaires équarris encore rangés témoignent de la variété des méthodes de construction. Un seul a été fouillé entièrement (fig. 1 et 2, H) et il ne possédait pas de foyer au sol. Le mobilier est rare. Exceptionnellement, un effondrement de mur a livré un bougeoir de bronze (fig. 3), probablement oublié dans une niche. Un unique fossé traverse le terrain, d’est en ouest.

Photo 3. Cave moderne comblée au XVIIe siècle (cliché : Bénédicte Guillot).

Renouvellement de l’habitat à l’époque moderne

23À la fin du Moyen Âge, des fosses de grande taille (3 à 10 m de diamètre) sont ouvertes dans la partie sud de la zone 1 et au nord de la zone 2. Il semble que l’extraction de limon soit à l’origine de la plupart de ces creusements. Un chemin empierré, bordé par un fossé au nord (fig. 1), vient de l’est et semble obliquer vers le nord-ouest en direction de l’actuelle allée du château.

24L’époque moderne est ensuite marquée par l’édification de maisons sur caves maçonnées (fig. 1, K ; photo 3, et Q). Deux bâtiments de plain pied (fig. 1, J et L) sont construits au cours de la même période après le remblaiement des fosses d’extractions du XVIe siècle. Un puits maçonné fait partie des aménagements de cette phase. L’abandon et la démolition de ces structures s’échelonnent entre le XVIIe et le XIXe siècle. La sépulture d’un sujet adulte de sexe indéterminé, en partie détruite par les labours est datée par le mobilier qui l’accompagne : une clé et deux monnaies : un quart d’écu de 1583 et un double tournois probablement frappé entre 1610 et 1629. L’emplacement des constructions apparaissant sur le cadastre napoléonien (zone 2) est resté bâti jusqu’à la fin du XXe siècle, à l’exception de la maison sur cave située à l’extrémité sud de l’alignement (fig. 1, P et photo 4), qui disparaît des plans après 1932.

Photo 4. Cave d’époque contemporaine XVIIIe-XIXe siècle) (cliché : Bénédicte Guillot).

25En conclusion, on observe sur ce site une occupation médiévale concentrée en majorité sur la moitié nord du terrain, qui débute réellement vers la fin du IXe siècle et qui se maintient sans se densifier jusqu’au XIIIe siècle. Nous pouvons souligner le caractère agricole et domestique de la plupart des structures. Aucune activité artisanale n’a été identifiée dans les zones fouillées.

26Après l’abandon de ce secteur, les constructions colonisent l’ensemble du terrain mais toujours de façon assez lâche. Le lien avec le château est d’autant plus difficile à établir que nos connaissances archéologiques sur l’édifice sont nulles. On ignore la date de sa construction et son rapport avec la création du village, dont l’église se trouve à l’autre extrémité de la commune. Il existe bien un manoir de Tournebut au XIVe siècle, mais les textes ne donnent pas assez de précisions sur la composition du domaine pour permettre d’identifier les parcelles concernées. Le cadastre napoléonien indique l’appartenance au château d’une parcelle bâtie correspondant à la zone 1, la zone 2 étant alors divisée entre plusieurs petits propriétaires. Nous ne savons pas si cette séparation est ancienne, mais on peut toutefois relever le déséquilibre dans la densité et l’importance des constructions entre les zones 1 et 2 qui perdure du Xe siècle jusqu’au XIIIe siècle, période de l’émergence des familles d’Aubevoye puis de Tournebut.

Bibliographie

Bibliographie

Jimenez F. (2005) – Les Andelys « 3, rue de l’Égalité » (Eure – Haute-Normandie). Document final de synthèse déposé en 2005 au Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie à Rouen.

Carpentier V. (2006) – Un hameau au bord de la Seine Normande : Bouafles, les Mousseaux (Eure), XIe-XIIe siècle. Archéologie médiévale, t. 36, p. 123-158.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général des structures
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig 2. Typologie des bâtiments entre le Xe et le XVe siècle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Photo 1. Silo du XIe siècle (cliché : Vincent Tessier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig 3. Mobilier provenant d’un silo, d’une fosse et du bâtiment H (Serge Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Photo 2. Groupe de trois fours successif : un four à voûte construite au premier plan et deux fours creusés superposés, au fond (cliché : Bénédicte Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Photo 3. Cave moderne comblée au XVIIe siècle (cliché : Bénédicte Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Photo 4. Cave d’époque contemporaine XVIIIe-XIXe siècle) (cliché : Bénédicte Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6879/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540