Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Nouvelles fouilles au « théâtre » romain de Lillebonne (Seine-Maritime)

New excavations at Lillebonne’s roman ‘theatre’

Vincenzo Mutarelli

Résumé

Le « théâtre » romain de Lillebonne, identifié en 1764 par le comte de Caylus, a été acquis par le Conseil général de la Seine-Maritime en 1818. Dégagé entre 1822 et 1840, il a été classé parmi les Monuments historiques en 1840. Ce monument de spectacle constitué de substructions concentriques et radiales présente la particularité d’associer une arène et un bâtiment de scène. Trois époques de construction sont actuellement lisibles dans les structures. La dernière campagne de fouilles de 2007-2008 dans la zone est de l’édifice a permis d’identifier en partie les deux derniers états et de dater leur construction.

Lillebonne’s roman ‘theatre’ was identified as such in 1764 by the Count of Caylus and purchased by the General Council of the Seine-Maritime Department in 1818. Unearthed and cleared between 1822 and 1840, it was classified as a historical monument in 1840. Consisting of concentric and radial substructions, the facility for performing arts includes the special feature of combining both an amphitheatre and a stage building. Three construction periods are observable in the structures. During the last excavation campaign in 2007-8 over the eastern part of the edifice, it was possible to identify parts of its two latest stages and to date their construction.

Texte intégral

Historique des recherches

Présentation du site

Historique des interventions antérieures

1Le théâtre romain de Lillebonne, identifié en 1764 par le comte de Caylus, a été acquis par le Conseil général de la Seine-Maritime en 1818 pour le préserver et le mettre en valeur. Dégagé dans sa plus grande partie entre 1822 et 1840, il a été classé parmi les Monuments historiques dès 1840. Il a fait l’objet au cours des XIXe et XXe siècles de campagnes successives de fouilles complémentaires, d’entretien et de restauration.

2Depuis sa redécouverte au début du XIXe siècle, l’importance de ce monument a été relevée par tous ceux qui s’y sont intéressés, tant d’un point de vue monumental, que typologique. Contrairement à la plupart des théâtres du nord de la France dont les vestiges sont en général réduits à un plan et à des portions de fondation de murs, le théâtre romain de Lillebonne présente des structures monumentales, puisqu’elles atteignent encore 19 m d’élévation, depuis le niveau de l’arène jusqu’aux structures du sommet de l’hémicycle (porticus in summa cavea). Nulle part donc au nord de la France autant qu’à Lillebonne, il est possible de faire imaginer et comprendre à nos contemporains ce qu’était un édifice de spectacle romain.

3Dans l’état actuel des connaissances archéologiques, le monument de spectacle de Lillebonne présente trois époques de construction que révèlent les structures apparentes encore en élévation, mais dont aucune n’avait jamais pu jusqu’ici être datée avec précision. Ce monument témoin de la grandeur de la ville antique de Juliobona reste encore à découvrir et à comprendre.

4À la fin du XXe siècle, les intempéries, le développement de la végétation, l’usure du temps ainsi que des interventions de restauration parfois mal adaptées en ayant rendu les structures dangereuses, sa fermeture au public était devenue indispensable. Pour remédier à cette situation, un programme d’étude en vue de sa restauration et de sa mise en valeur a été initié par le Conseil général de SeineMaritime à partir de 2001 : étude préliminaire de l’état sanitaire du monument, relevé topographique précis des structures, étude documentaire des sources d’archives décrivant l’ensemble des découvertes et des travaux intervenus sur le site des origines à l’an 2000.

5En effet, les interventions de dégagement et de fouilles ponctuelles des deux derniers siècles ont détruit ou modifié beaucoup d’informations dont les archives conservent seules les traces. Leur analyse préliminaire était donc indispensable à la compréhension des données de terrain issues de nouvelles campagnes de fouilles. Cependant, nombre d’éléments stratigraphiques et architecturaux essentiels à la compréhension de l’édifice sont restés en place, certaines zones ayant échappé au déblaiement systématique.

6Ces différentes études ont donné lieu à une commande auprès de Régis Martin, architecte en chef des Monuments historiques, en vue de la restauration, de la mise en sécurité et de l’aménagement du théâtre romain de Lillebonne pour permettre la réouverture progressive du monument au public.

Fig 1. Vue aérienne du théâtre (studio A. Huon, Caudebec-en-Caux).

Fig. 2. Plan du théâtre avec le secteur en cours de fouilles.

Description architecturale du « théâtre romain »

Présentation des structures

7Aujourd’hui, l’édifice présente la composition suivante : une galerie périphérique qui gère les accès et la distribution interne, l’hémicycle des gradins (caved) et une arène. Trois types de structures portantes peuvent être identifiés : les substructions concentriques, présentes essentiellement dans la galerie périphérique et dans l’arène, les substructions rayonnantes de la cavea, les remblais structurels artificiels (aggestus).

8La configuration actuelle du monument présente une géométrie complexe, conçue pour s’adapter aux structures préexistantes tout en s’intégrant dans l’urbanisme de la ville antique. La partie inférieure de l’hémicycle (ima cavea) suit la forme ellipsoïdale de l’arène. La partie supérieure de l’hémicycle (summa cavea), parfaitement circulaire au sud, devient rectiligne à l’est et à l’ouest, sur les côtés du bâtiment de scène. Le passage d’une forme circulaire à un tracé rectiligne se produit à proximité des deux entrées principales, construites selon une géométrie rectiligne et orthogonale. L’aspect final de l’édifice de spectacle présente donc une forme homogène dont les structures ne sont pas parfaitement symétriques. Cette imperfection dans l’axialité du système résulte de la volonté du concepteur du dernier état de réutiliser dans la mesure du possible les structures les plus importantes des états précédents, comme l’arène et les entrées, tout en donnant au monument une extension maximale.

Choix de l’implantation

9Divers arguments ont déterminé le choix de la colline du Toupin pour l’implantation du monument : sa position aux limites de l’agglomération urbaine, sa relation directe avec les voies de circulation et d’accès à la ville, la proximité de la Seine. Cependant, les structures de soutènement adaptent la pente naturelle de la colline orientée est ouest aux besoins de l’édifice de spectacle. Une nouvelle orientation idéale est créée par l’axe cavea-arène-édifice de scène, de direction sud-nord. La façade postérieure de la scène ou postscaenium est donc tournée vers la ville. Les entrées principales sont situées de part et d’autre de la scène, dans le secteur nord du complexe. En revanche, les entrées situées le long des corridors semi-circulaires qui entourent la cavea sont ouvertes naturellement vers l’extérieur du centre urbain.

Mesures

  • 1 Lactus correspond à 1'unité de mesure utilisée pour établir la centuriation ou parcellisation du te (...)

10D’après les mesures prises à partir de l’extérieur du mur périmétral, à l’exception des contreforts, les dimensions générales de l’édifice de spectacle de Lillebonne sont de 106,50 m le long du grand axe est-ouest, soit 360 pieds ou 3 actus1.

11Les mesures du petit axe sud-nord ne peuvent pas encore être connues avec précision, en l’absence des mesures exactes du bâtiment de scène, non fouillé. Cependant, les sondages et les observations faites par le passé dans cette partie de l’édifice permettent de proposer une mesure de 94,70 m, soit 320 pieds.

12Les dimensions de l’arène sont pour le petit axe sud-nord de 35,50 m environ, soit 120 pieds ou un actus. Pour le grand axe est-ouest, on peut restituer une mesure de 47,30 m, soit 160 pieds.

13Les axes de l’arène et les axes du théâtre présenteraient donc les rapports suivants : le petit axe de l’arène égale 1/3 du grand axe du théâtre ; le grand axe de l’arène égale 1/2 du petit axe du théâtre.

Présentation de la campagne de fouilles 2007-2008

14Dans la suite du programme d’études préliminaires, la nouvelle campagne de fouilles avait donc pour but de vérifier sur le terrain les résultats de la recherche documentaire, de mesurer l’état des destructions dues aux interventions successives, d’identifier les informations subsistantes essentielles à la compréhension du monument et apporter ainsi des réponses attendues, enfin d’orienter le programme de restauration dans le respect des structures antiques pour une mise en valeur pérenne.

Fig. 3. Vue générale du secteur des fouilles, entrée et galerie périphérique est.

Fig. 4. Les structures en grand appareil de l’entrée axiale est.

Fig. 5. Nouvelle entrée depuis la place Félix-Faure : projet de mise en valeur (Régis Martin).

15L’étendue de l’emprise de la zone de fouilles a été déterminée par la volonté de lier la recherche historique et archéologique au projet de valorisation, dont la première étape prévoit la construction d’un nouvel accès au monument depuis la place Félix-Faure, au niveau de l’escalier El et de la partie nord-est de la galerie périphérique. Ce projet vise à ouvrir le site du théâtre vers la ville afin d’améliorer la relation entre le centre ville et le monument antique, en définissant un nouveau rapport urbanistique qui donnera une plus grande importance aux vestiges archéologiques.

16Le théâtre romain a donc fait l’objet d’une nouvelle campagne de fouilles archéologiques. Le secteur concerné par cette intervention est situé au nord-est et à l’est du monument. Il comprend -l’intérieur de la galerie périphérique depuis son extrémité nord en bordure de la place Félix-Faure jusqu’au vomitorium V2 (couloir d’accès à la caved),

  • l’entrée axiale est de l’arène,

  • la cage de l’escalier est d’accès à la partie supérieure de la cavea, parallèle à la galerie périphérique.

  • la partie extérieure de la galerie périphérique depuis l’angle nord-est jusqu’à l’entrée donnant accès au vomitorium V2.

Le secteur nord de la galerie périphérique est

17Le secteur nord de la galerie périphérique, avec la cage d’escalier El, est particulièrement concernée par les aménagements prévus pour la construction de la nouvelle entrée depuis la place Félix-Faure.

Le mur de soutènement moderne (M70) et le mur de fermeture du Bas-Empire (M69)

18Sous le mur de clôture du théâtre au nord, une seconde structure d’époque moderne, non référencée dans les sources, a été mise au jour. Il s’agit d’un mur de soutènement de la route départementale édifié le long de la place Félix-Faure.

19Ce mur a été construit en 1827 aux limites de la place afin de permettre à Emmanuel Gaillard de procéder au déblaiement de la galerie périphérique nord sans risque d’éboulement. Il commence à 60 cm sous le trottoir et descend en écharpe entre les deux murs de la galerie périphérique sur une profondeur de 3 m.

20Construit en creusant une tranchée depuis le niveau de la place, le mur de soutènement (M70) a été fondé directement sur les pierres en grand appareil d’une structure antique qui murait l’accès nord de la galerie périphérique est (M69), en en détruisant une partie : certains de ses éléments sont réutilisés dans les fondations du mur de soutènement. Cette structure, identique à celles qui obstruaient toutes les entrées du théâtre, est constituée de grands blocs en pierre calcaire à rognons de silex encore en place et en bon état de conservation, au moins pour la partie qui en reste. Sa construction intervient à la fin des chantiers de démolition et de récupération des structures du monument qui ont entraîné une modification complète de l’aspect originel du théâtre. Elle est contemporaine de la nouvelle utilisation de l’édifice qui commence pendant le dernier quart du IIIe siècle de notre ère.

21La fouille a par ailleurs permis de constater que le mur périmétral du monument au nord-est continue au-delà de la limite de la clôture, sous la place Félix-Faure.

Stratigraphie de la galerie périphérique nord-est

22Dans le secteur nord de la galerie périphérique est, la fouille de 2007-2008 a rejoint le niveau atteint par les travaux de déblaiement d’Emmanuel Gaillard en 1827-1829.

23Les fouilles sont alors descendues très profondément, en éliminant toute la stratigraphie présente. Le sol actuel à l’extrémité nord de la galerie (13,001 m NGF) est le résultat d’un creusement excessif : il descend 44 cm plus bas que la base des fondations des structures et donc au-dessous du dallage (pavimentum) d’origine. Seule la partie de la galerie comprise entre les derniers contreforts au nord et la clôture située le long de la place Félix-Faure conserve une partie de la stratigraphie originelle.

24La stratigraphie antique en place dans ce secteur est composée essentiellement de couches provenant du chantier de récupération des maçonneries et des revêtements du monument et, dans leur partie supérieure, de l’occupation après l’état d’abandon.

25Ces données indiquent que le dallage de la galerie a été récupéré dès l’époque antique, contrairement à ce qu’avait conclu Léon de Vesly lors de la fouille de cette zone en 1915.

Fig. 6. Mur de fermeture du Bas-Empire (M69) situé dans la galerie périphérique nord (au-dessus, mur de soutènement moderne M70).

Fig. 7. Évaluation du niveau de sol de la galerie périphérique nord-est.

Fondations des murs de la galerie périphérique nord-est

26Les murs de la galerie périphérique nord-est présentent une forme rectiligne, contrairement au reste du théâtre où ils sont concentriques. La base de leurs fondations, parallèles et symétriques, sont situées à deux niveaux différents. Elles ont été l’une et l’autre construites à fond perdu, mais l’on observe que les fondations du mur intérieur sont situées plus bas que celles du mur périmétral.

27Les fondations du mur périmétral nord sont uniformes et situées à un niveau constant (13,55 NGF). En revanche, les fondations du mur intérieur de la galerie périphérique ne sont pas homogènes et présentent des particularités. A l’angle de l’entrée axiale vers l’arène, elles sont à un niveau inférieur de 18 cm par rapport à ceux du mur périmétral, ensuite elles remontent d’environ 6 cm à proximité de la fermeture en grand appareil de la galerie au nord.

28À cet endroit, on observe que le mur intérieur de la galerie repose sur une structure antérieure qui n’a pas été fouillée. À peine visible au niveau du sol sur une longueur de 4,50 m, cette structure suit une orientation légèrement différente du mur intérieur et présente un parement en pierre calcaire. Elle est donc probablement en élévation. Elle pourrait appartenir au deuxième état du monument, comme le mur identifié sous l’entrée du vomitorium V2.

29Un sondage au niveau des contreforts 5 et 6 de la galerie a permis d’observer que le creusement pour les fondations du mur périmétral a été réalisé dans les remblais créés lors de la construction du mur M11, preuve que la construction du mur périmétral est postérieure à celle du mur intérieur de la galerie.

30En conclusion, les données stratigraphiques de fouille et l’analyse des maçonneries nous indiquent que la galerie périphérique a été créée lors de la construction du dernier état du monument. Il est vraisemblable qu’une partie des structures du deuxième état soit intégrée en fondation du mur intérieur du troisième état.

Évaluation du niveau de sol de la galerie périphérique nord-est

31Si les fondations des murs intérieur et extérieur de la galerie périphérique nord-est sont situées à des niveaux différents, en élévation, ces structures présentent un ressaut en retraite en glacis uniforme à 13,97 NGF dans l’ensemble de la galerie nord. Cette symétrie dans l’élévation met en évidence une harmonisation des différences structurelles entre les murs appartenant respectivement au deuxième et au troisième état de l’édifice. À partir du niveau où devait se trouver le dallage, le corridor nord présentait donc un aspect symétrique et homogène, caractéristique de la conception monumentale de l’architecture d’époque romaine.

32Une observation attentive des parements des murs de la galerie périphérique nord-est – en particulier dans les parties qui étaient encore recouvertes par la stratigraphie antique en place-, a permis de retrouver le niveau du dallage.

33Les parements en opus vittatum mixtum (appareil de moellons quadrangulaires et arases de briques) du monument étaient recouverts en élévation soit par un enduit, soit par un placage en pierre. Ce dernier était en général réservé aux parties inférieures des murs, car il offrait une plus grande résistance aux détériorations consécutives à la fréquentation du public.

34Dans le monument, les parements préparés pour recevoir un placage ou des enduits présentent des joints creux en anglet, tandis que les parements situés en fondation ou en dessous du niveau du dallage présentent des joints pleins ou beurrés. Dans les parties de la galerie nord encore en bon état de conservation, les parements ont des joints pleins ou beurrés depuis la base des fondations jusqu’à la deuxième assise de moellons calcaires avant le ressaut du mur. Le dallage devait être structurellement situé sous l’assise en glacis du ressaut et au-dessus de la base des fondations.

35Le résultat de l’analyse des enduits est conforté par le fait qu’ont été retrouvés, sur les parois encore enfouies dans la stratigraphie en place à l’extrémité nord de la galerie, de nouveaux éléments qui donnent avec précision le niveau du sol de la galerie. Sur les deux murs du corridor ont en effet été découverts des fragments du mortier de finition qui conservaient dans leur partie inférieure la trace du négatif des dalles du sol de la galerie.

36En conclusion, ces éléments nous permettent de proposer la restitution du dallage de la galerie à environ 15 cm au-dessous de l’assise du ressaut (environ 13,85 m NGF).

L’entrée principale est

Les structures de l’entrée axiale est

37À l’entrée principale est sur la galerie périphérique, le mur de soutènement du seuil a été de nouveau mis au jour. Il exerce également la fonction d’élément structurel de continuité du mur périmétral du monument.

38À l’intérieur de l’entrée, a été retrouvé le mur symétrique de continuité structurelle du mur intérieur de la galerie périphérique (M72). À l’époque antique, ce mur était situé sous le niveau du sol, au début de l’entrée axiale vers l’arène.

39Six autres éléments en pierre de calcaire coquillier en grand appareil ont été découverts dans l’entrée est. Ils constituent les composants les plus importants du système structurel dans ce secteur du monument.

40Ces éléments sont ce qui subsiste des supports verticaux – éléments complexes, structurels et décoratifs, prenant forme de piliers ou de colonnes engagées, mais aussi de chambranle de porte-, situés sur les côtés de toutes les ouvertures qui permettaient d’accéder depuis l’extérieur à la galerie périphérique et, à l’intérieur de la galerie périphérique, au vomitorium VI et à l’entrée axiale est de l’arène. Placés à l’extrémité et aux points d’entrecroisement des murs, ils permettaient de soutenir et de réguler les poussées provenant du poids des structures elles-mêmes.

Analyse des structures antiques de l’entrée est de la galerie périphérique

41À l’endroit où la morphologie du terrain se modifie en passant de la colline en forte pente à un terrain plat, le monument présente d’importants vides structurels formant un dispositif d’entrée dont la composition est très élaborée. Il est en effet constitué de deux entrées à la galerie périphérique : l’entrée principale fait face du couloir axial est, tandis qu’à un niveau supérieur, plus au sud, une entrée de dimensions plus réduites donne accès au podium (plate-forme en soubassement de la cavea, qui domine l’arène et accueille les premiers rangs de spectateurs) par le vomitorium V1.

42Ce système complexe met en relations architecturales la cavea, le podium inférieur et l’arène avec la galerie périphérique qui constitue l’élément majeur de distribution des flux du public pour l’ensemble du monument. II supporte en même temps les structures du porticus in summa cavea (portique qui borde le sommet de la caved) et des gradins de l’hémicycle.

43Dans ce dispositif d’entrée est – comme dans l’ensemble de l’entrée symétrique à l’ouest-, les substructions concentriques et radiales sont liaisonnées, à la différence des autres parties de l’édifice où l’on observe une séparation entre les deux systèmes, ce qui autorise une élasticité structurelle entre la cavea et la galerie périphérique.

44Les structures d’angle en grand appareil soutiennent les poussées au croisement des murs perpendiculaires. Au niveau des fondations, elles contiennent les poussées qui descendent vers le bas depuis les structures de la galerie périphérique supérieure. Elles les transmettent aux structures fondées sur le terrain uniforme et plat de la galerie périphérique nord, qui dans ce cas ont aussi une fonction de murs-boutants. Au niveau supérieur, elles soutiennent les charges et les poussées des voûtes croisées de la galerie périphérique et les structures du porticus in summa cavea. Elles supportent les arcades en grand appareil de l’entrée principale, de l’accès au vomitorium V1 1 et de l’accès au couloir axial est. Ce système structurel très complexe règle l’équilibre statique de tout le monument en assurant le raidissement des charges et l’étrésillonnement des poussées à ce point crucial.

45Ces éléments de construction ont non seulement des fonctions statiques structurelles, mais aussi la fonction architecturale de piédroits ou de supports verticaux complexes placés des deux côtés de chaque ouverture.

Propositions de restitution du dispositif d’entrée

46L’architecture du dispositif d’entrée est présente donc des caractéristiques spécifiques, différentes de celles que l’on peut observer dans les autres parties de la galerie périphérique et le long du mur périmétral.

47Les structures latérales de l’entrée principale est (M78 et M80) présentent chacune deux éléments en saillie, l’un vers l’extérieur du monument et l’autre vers l’intérieur de la galerie. Ces éléments indiquent l’existence d’une façade monumentale, avec une entrée dont la décoration et les structures sont symétriques à l’intérieur comme à l’extérieur. L’ouverture, constituée par un chambranle en forme de pilier qui supporte vraisemblablement un arc, est flanquée de deux piliers ou colonnes engagés reposant sur un piédestal.

48À l’intérieur de la galerie, sur les côtés du passage axial vers l’arène, les structures mises au jour (M71 et M73) présentent également deux éléments en saillie, symétriques et de même dimensions que ceux de l’intérieur de l’entrée principale. Cette organisation indique leur appartenance à un même système architectural qui caractérise la galerie périphérique au niveau du dispositif d’entrée.

49Deux autres bases sont situées à l’intérieur du passage, en saillie par rapport aux alignements des parements des murs du couloir de l’entrée axiale est (Ml3 et Ml4) : elles constituent les fondations de deux supports verticaux qui soutiennent un arc en pierre de taille qui annonce la voûte maçonnée du couloir axial vers l’arène.

50Aucun élément de décor qui permettrait de restituer l’ordre architectural de ce dispositif d’entrée n’a été retrouvé ou laissé en place dans le secteur de l’entrée est. Cependant, les composants de structures retrouvés à l’entrée ouest, symétrique à celle-ci, lors des fouilles de Léon de Vesly en 1912 — en particulier un bloc de corniche modillonnaire et une clef d’arc d’ordre corinthien-, offrent des arguments pour une hypothèse de restitution.

L’entrée du vomitorium V2

Découverte de structures appartenant à l’état 2 du théâtre

51Dans l’entrée du vomitorium V2, sous les fondations du mur circulaire intérieur de la galerie, ont été dégagés des éléments déterminants pour la compréhension de l’évolution et de la typologie des différents états de l’édifice de spectacle de Lillebonne. Ces structures appartiennent au mur périmétral du deuxième état du théâtre. Les éléments mis au jour sont : le mur M67 situé dans l’alignement du mur circulaire intérieur de la galerie périphérique qui délimite la summa cavea, en fondation des murs M22 et M16 du troisième état, le contrefort 99 situé en fondation du contrefort 13 du troisième état, le contrefort 100 situé en fondation du contrefort 15 du troisième état.

Fig. 8. L’entrée du vomitorium V2.

52Le mur M67, large d’environ 2,10 m, soit 7 pieds antiques, présente des dimensions identiques à celles des structures de l’état 3, dont les fondations sont bien alignées sur celles du mur de l’état 2. Les techniques de construction des murs du deuxième état de l’édifice sont du même type que celles du dernier état. Les parements externes sont en opus vittatum mixtum et le noyau est composé de fragments de pierre calcaire de différentes qualités et dimensions, de silex et de mortier de chaux aérienne, sable et fragments de terre cuite. La base des fondations du mur M67 et des contreforts 99 et 100 a été réalisée selon la technique du fond perdu.

53Le mur M67 appartient au mur périmétral extérieur de l’édifice qui précède le dernier état et dont les dimensions sont inférieures à celui-ci. Le vomitorium V2 faisait déjà partie du système d’accès de l’édifice précédent et correspond à l’une des entrées depuis l’extérieur du monument.

54Le mur M67 fait office de mur de soutènement du seuil de l’entrée du vomitorium V2, puisque sur la partie supérieure de la structure l’on peut encore partiellement observer le mortier de pose du seuil.

55Celui-ci devait être normalement constitué d’un bloc monolithe en pierre calcaire, de l’épaisseur d’une marche environ, soit 19 à 22 cm.

56À l’intérieur du vomitorium V2, ont été retrouvés les remblais de soutènement du dallage du vomitorium correspondant au deuxième état du monument. Ce dallage s’appuyait sur une couche de mortier de chaux de réglage reposant sur des remblais de récupération provenant de la démolition de structures antérieures, de compositions diverses : noyaux de murs en calcaire et silex, mortiers, décorations d’architecture calcaires, remblai réalisé selon la technique de construction de remblai structurel ou aggestus.

Le pavimentum de la galerie du dernier état

57L’intérieur de la galerie périphérique au niveau du vomitorium V2 devait présenter un sol plan sous forme de palier, pour permettre au public d’accéder au vomitorium et à la cavea par l’entrée A2 qui y donnait accès depuis l’extérieur de l’édifice ou en montant depuis l’entrée principale et la galerie nord en contrebas. Ce palier devait présenter un dallage de pierre calcaire du même type que celui qui se trouve encore dans la galerie ouest de l’édifice.

58Le mur de soutènement du seuil du troisième état a été mis au jour. Bien qu’il soit détérioré, la partie supérieure du mur qui soutenait le seuil en pierre est située bien au dessus du sol actuel de la galerie et du vomitorium. Le niveau de pose du dallage du palier de la galerie du dernier état peut être restitué à un minimum de 21,50 NGF environ (voir coupe V2).

Analyse de la stratigraphie des époques de construction des deux derniers états du théâtre

Deuxième état

59À l’intérieur de la galerie périphérique, les fouilles ont permis d’observer la stratigraphie en rapport avec la construction du mur et des contreforts du deuxième état de l’édifice.

60Le terrain naturel descend en forte pente en direction de la cavea est du monument. Cette pente, plus importante que celle de la cavea, nous indique que les structures du vomitorium V2 et de l’hémicycle est ont été réalisées en grande partie au moyen de structures maçonnées et d’apport de remblai (aggestus).

61La morphologie naturelle n’a pas été modifiée par des travaux importants de nivellement en terrasse. Dans la galerie, on note une légère préparation du terrain et le creusement des fondations à fond perdu. Ensuite, après la réalisation des fondations profondes, on trouve une assise de réglage et le début de la construction en opus vittatum avec des moellons de travertin local. A la fin, le terrain a été remblayé jusqu’au niveau de circulation au moyen de couches successives compactées.

62À l’extérieur du vomitorium V2 du deuxième état était présent un système d’accès au monument dont il est difficile d’imaginer l’aspect puisqu’il a été démoli par les travaux pour la construction de la galerie et de la nouvelle entrée extérieure.

  • 2 Étude de la céramique par Yves-Marie Adrian.

63Le mobilier céramique trouvé dans les remblais de construction du deuxième état du monument est caractéristique du dernier quart du Ier siècle et du début du IIe siècle de notre ère2. Ces premiers éléments de datation relatifs à ce qui devrait appartenir au second ou avant-dernier état de l’édifice de spectacle conduisent donc à en déterminer la construction au début du 11e siècle de notre ère.

Troisième état

64Dans la galerie, au niveau du vomitorium V2, ont été observées plusieurs couches formées pendant les travaux de récupération et de démolition des structures du deuxième état de l’édifice. Ces séquences sont interrompues plus ou moins aux 2/3 de la largeur de la galerie par les fouilles du XIXe siècle et les travaux modernes qui ont détruit aussi une bonne partie des couches du chantier de construction du dernier état du monument. Toutefois, la stratigraphie met en évidence le fait que la galerie périphérique a été réalisée lors de la construction du dernier état du monument. Au niveau de la base des fondations de la galerie, on trouve les couches du chantier de construction du dernier état superposées à des couches du chantier de récupération de l’état précédent. Elles sont composées pour la plus grande partie de sable et d’éléments destinés à la fabrication du mortier de construction des fondations Alors que le mur intérieur de la galerie est fondé sur les structures arasées du deuxième état, le mur périmétral du troisième état (M68, M26, M17) se fonde directement sur la roche naturelle de craie blanche au moyen d’une légère entaille des fondations.

65Sur le côté extérieur du mur périmétral, il a été constaté que les murs se fondent également sur la craie naturelle située à un niveau plus élevé qu’à l’intérieur de la galerie en raison de la morphologie du terrain, prouvant que là non plus aucun travail de préparation important n’est intervenu pour la modifier.

66En conclusion, le théâtre dans la reconstruction du dernier état a été agrandi de 7,10 m (24 pieds) avec la création de la galerie périphérique (couloir annulaire).

Analyse de la stratigraphie postérieure à l’abandon du monument comme édifice de spectacle au Bas-Empire

67De nombreux éléments de la nouvelle utilisation du monument après son abandon comme édifice de spectacle ont été découverts au début du vomitorium V2.

68Les parties du monument qui présentaient une couverture étaient la galerie périphérique et les vomitoria. La galerie était couverte par le porticus in summa cavea et les vomitoria par la cavea. Le volume de la galerie pouvait être réutilisé en le divisant et en y créant des structures de plusieurs étages, compte tenu de l’importance des hauteurs intérieures. Comme en témoignent les documents d’archives, les fouilles du XIXe siècle ont retrouvé de nombreuses couches d’incendie, exclusivement dans la galerie périphérique et dans les vomitoria. Ce qui indiquerait la présence d’habitations dans toutes ces parties de l’édifice.

69Dans la galerie et dans le vomitorium V2, a été retrouvée sous la terre végétale actuelle une séquence de foyers très abîmée par les fouilles modernes. En profondeur, les foyers arrivent jusqu’à la partie supérieure du mur de soutènement du seuil du deuxième état du théâtre.

70Ces vestiges appartiennent à la période de la nouvelle occupation du monument après l’abandon et la récupération d’une partie des structures. En effet, ils sont créés après la récupération du dallage en pierre calcaire de la galerie.

71Dans le vomitorium V2 et dans la galerie, la nouvelle occupation descend jusqu’aux couches de récupération et de reconstruction des deux derniers états du monument.

72La fouille a permis d’identifier le travail de taille et de préparation des maçonneries lors de l’édification du mur de fermeture de l’entrée au Bas-Empire. Certains blocs sont encore en place dans la partie externe du mur et témoignent de ces travaux d’obstruction.

Fig. 9. L’entrée extérieure A2 à la galerie et au vomitorium V2.

  • 3 Voir l’étude des céramiques par Yves-Marie Adrian.

73Le mobilier céramique et monétaire trouvé dans les couches de foyers propose une datation de l’occupation après l’état d’abandon qui va de la 2e moitié du IIIe siècle jusqu’à la 1re moitié du IVe siècle3.

L’entrée A2 à la galerie et au vomitorium V2

L’accès extérieur à l’entrée du théâtre vers le vomitorium V2

74En partant du mur d’enceinte de la parcelle de la propriété départementale, au niveau de l’entrée qui fait face au vomitorium V2 dans la galerie, les fouilles ont mis au jour le système d’accès au monument. Aucune construction ou trace de construction n’a été retrouvée dans cette zone extérieure de l’édifice, à la différence de la zone est et nord à l’extérieur du mur périmétral où ont été observés des vestiges d’occupation postérieure à l’abandon du monument comme édifice de spectacle.

75La partie de l’extérieur de l’entrée au vomitorium V2 mise au jour témoigne encore que l’on accédait au monument par un niveau situé en contrebas de celui de la galerie à cet endroit. L’architecture générale du dispositif de l’entrée conserve encore un aspect assez proche de celui qu’il avait à l’origine. En particulier, la rue de Kinkerville qui traverse le quartier d’habitations situé à l’est du monument commence en face du vomitorium V2 et continue vers les parties hautes de la ville avec une orientation presque identique à celle de l’entrée. Elle pourrait reprendre le parcours d’une voie antique qui conduisait à l’une des entrées du théâtre.

76En face de l’entrée, la roche a été taillée verticalement sur environ 1,50 m au sud et d’une manière légère au nord pour pouvoir créer une zone plane le long de la pente naturelle de la colline. De cette manière, un couloir rectiligne a été creusé dans l’alignement des murs du vomitorium V2. À l’extrémité de ce couloir, la roche a été taillée en diagonale pour ouvrir le passage vers l’extérieur, en forme d’entonnoir. Cette forme facilitait l’entrée et la sortie du public du vomitorium V2 et permettait de le canaliser.

77La préparation du sol de ce passage composée d’un remplissage compact de fragments et de poudre de calcaire pourrait provenir de résidus produits dans les carrières de pierre calcaire ou être constituée par les résidus d’un chantier de récupération. Cette entrée a été conçue et réalisée sur plusieurs niveaux de paliers.

78Depuis l’extérieur du théâtre où le sol se situe plus bas que le niveau de l’entrée, un palier et des marches placés à l’intérieur du passage creusé dans la roche permettaient de monter progressivement jusqu’à l’entrée. À l’extrémité est du passage, a été retrouvée une marche creusée dans la roche naturelle. Après la marche, le couloir continue de manière ininterrompue jusqu’à la clôture actuelle du site.

79Le niveau supérieur du mur à la base du seuil d’entrée indique par comparaison que le sol était situé environ 0,50 m plus haut. Il était très probablement composé d’un dallage en pierre calcaire à rognons de silex, en accord avec le type de préparation retrouvé dans d’autres parties du monument qui soutenait des dalles de ce type. Ce pavement a été récupéré ultérieurement, sans doute dès l’époque antique.

80Le remblai compacté contenait 185 tessons utilisés pour mieux stabiliser la structure. Ces éléments homogènes sont attribuables à la 2’moitié du IIe siècle ou à la 1re moitié du IIIe siècle. Cette structure extérieure au palier ou dispositif d’entrée appartient chronologiquement au dernier état de construction de l’édifice. Les remblais parfaitement homogènes, uniformes et d’un seul tenant, bien reconnaissables, permettent donc de proposer une première datation de ce dernier état du monument de spectacle. Ils indiquent une période de construction contemporaine du règne de Septime Sévère (193-211).

Modifications postérieures

  • 4 Voir V. Mutarelli, Historique des fouilles, 2006, p. 24-25.

81Comme tous les accès depuis l’extérieur du théâtre, cette entrée avait été fermée par des blocs de réemploi en grand appareil, en calcaire à rognon de silex, en partie récupérés dans le monument lui-même et réadaptés pour cette fonction. Sur le côté est du mur de seuil sont présents trois blocs en pierre de taille intégrés au mur lui-même : ce sont les restes encore en place de la fermeture qui condamnait l’entrée de la galerie vers le vomitorium V2, partiellement démolie pendant les fouilles du XIXe siècle. L’on observe que le mur du seuil a été retaillé pour pouvoir y caler ces nouveaux blocs et créer un unique élément de support des blocs d’élévation du mur de fermeture de l’entrée au Bas-Empire4.

82L’ensemble des vestiges de l’entrée au vomitorium V2 a été dégagé par Emmanuel Gaillard, puis fouillé par André Guyot pour Léon de Vesly, enfin mis en valeur par Maurice Yvart suivant une méthode peu adaptée à la conservation des vestiges archéologiques. En effet, ce dernier a fait exécuter une légère démolition des maçonneries et des sols pour rendre les structures plus compréhensibles au public, puis il a recouvert les vestiges du dispositif d’entrée d’une couche de ciment et de sable pour créer un sol de circulation. Plusieurs blocs appartenant à la fermeture du Bas-Empire de l’entrée ont alors été utilisés pour niveler l’intérieur de la galerie.

L’extérieur du mur périmétral à l’est (M17)

83À l’extérieur du mur périmétral, aucune trace de construction ultérieure n’a été trouvée.

84Dans la partie sud-est, où la forme du talus pouvait évoquer la présence du mur d’enceinte, qui se serait prolongé depuis la place, la roche d’origine de la colline se trouve immédiatement sous la terre végétale. Cette roche présente un travail de taille destiné à permettre la pose des fondations du mur extérieur du théâtre. Elle a été creusée de manière légère, uniquement pour rendre plane la pente naturelle et obtenir une superficie homogène qui convienne à la pose des fondations.

85Les fondations du mur périmétral est s’appuient directement sur la couche de craie naturelle. À partir de l’entrée faisant face au vomitorium V2, le terrain naturel rocheux descend d’abord verticalement d’environ 50 cm, puis il continue à descendre d’un mètre en suivant une pente régulière. À 4,20 m de cette entrée, la roche naturelle descend verticalement de 2 m, en créant une rupture très évidente et significative du profil du terrain extérieur au théâtre. Ensuite, le terrain descend vers l’entrée axiale est avec une pente très forte, mais uniforme.

86Dans cette zone, le mur périmétral a été conçu en harmonie avec la colline : il en suit la pente, son aspect naturel n’ayant subi que des modifications superficielles pour permettre la pose des fondations. Le mur extérieur est homogène et comparable par ses dimensions aux autres parties édifiées dans des zones planes.

Fig. 10. Mur périmétral M17 7, contrefort 76.

87Cependant à l’endroit où la pente se modifie radicalement, le contrefort 76 présente des caractéristiques spécifiques. En effet, il présente une large semelle de fondation qui lui assure une meilleure stabilité, mieux adaptée à la morphologie du terrain qui pourrait générer une plus grande fragilité à la cohésion des maçonneries. Sa largeur reste identique, mais la longueur de sa façade externe, parallèle au mur, varie jusqu’à atteindre le double de sa largeur.

88Ces constatations sont révélatrices des choix architecturaux qui sont intervenus dans la construction de l’édifice : elles indiquent en effet que l’on a choisi d’augmenter la stabilité statique des structures, en fonction des dénivelés de la colline, plutôt que de modifier l’aspect naturel du terrain avec de gros travaux de terrassement. Ce choix structurel explique les variations de la taille et de la forme des contreforts, relevées par les archéologues dès le XIXe siècle comme une anomalie.

89À proximité du vomitorium VI, le mur périmétral se termine verticalement jusqu’au sol actuel, puis il continue horizontalement sur toute la largeur interne du vomitorium VI auquel il fait face.

90À cet endroit, deux contreforts, 97 et 98, jusqu’à lors enterrés et donc invisibles, sont apparus pendant les fouilles. Le mur périmétral se termine à l’endroit où commencent les deux contreforts. Entre ces deux contreforts, la structure n’est pas en maçonnerie, mais elle se compose de blocs de pierre calcaire en grand appareil.

91En correspondance avec le vomitorium VI, les deux murs intérieur et extérieur de la galerie se terminent par deux éléments en pierre calcaire en grand appareil : ce sont des piédroits qui indiquent la présence à cet endroit de deux ouvertures. À l’extérieur de l’entrée vers ce vomitorium, le terrain et les murs ont été fortement démolis pendant les travaux de restauration de Maurice Yvart (1961-1962). Le sol actuel se situe plus bas que le sol antique, au-delà même du niveau de celui-ci après la récupération du pavimentum. Donc, à cet endroit, seule l’architecture des murs nous signale l’existence d’un accès depuis l’extérieur de l’édifice vers la galerie périphérique et le vomitorium V1.

La cage d’escalier El

Les remblais de l’escalier El

92L’édifice de spectacle antique possède deux escaliers monumentaux qui conduisent le public depuis l’extérieur au nord vers le sommet de la cavea. Ces escaliers El et E2 sont situés symétriquement au contact et parallèlement aux deux entrées est et ouest de la galerie périphérique nord avec lesquelles ils sont en relation architecturale. Ce dispositif est encore en grande partie méconnu, car il se situe dans la zone non fouillée enterrée sous la place Félix-Faure.

93À l’intérieur de la cage de l’escalier El à l’est, les fouillés ont permis de vérifier la composition du remblai de soutien des marches. Il est composé de matériel de rejet du chantier de construction et de blocs de silex, ce qui confirme la technique de construction de l’édifice précédemment observée dans d’autres secteurs lors de l’étude préliminaire de 2001.

94Les murs qui forment la cage de l’escalier El (M10 et Ml 1) finissent à environ 1,40 m des limites de la parcelle, en correspondance avec le mur de fermeture du Bas-Empire en grand appareil de la galerie périphérique. Le mur M62, perpendiculaire avec le mur M10, correspond au mur de façade du proscaenium (pulpitum) qui se prolonge jusqu’à l’escalier El et se termine au contact du mur M10 en laissant un vide structurel au croisement des deux murs, là où ils devraient être liaisonnés.

95Le remblai structurel compacté (aggestus) de l’escalier se termine aux limites des murs M10 et M11, ce qui indique que l’emmarchement qui conduisait vers la summa cavea en passant au dessus de l’entrée axiale est, soutenu par ce remblai, commençait à cet emplacement.

L’accès à la galerie périphérique et à l’escalier El

96La zone comprise entre la limite des deux murs et la clôture du théâtre le long de la place Félix Faure est d’une toute autre nature. Elle est constituée par une stratigraphie complexe, formée de différents remblais de matériaux provenant de la démolition du théâtre à l’époque antique et de quelques fosses. Cette stratigraphie extrêmement fragile ne peut rien soutenir. Elle continue sous le trottoir qui longe la place. Cette composition stratigraphique et l’architecture des murs nous indiquent que dans cette zone de nombreux éléments d’architecture ont été récupérés.

97Vers le nord, tous les murs de l’escalier s’arrêtent à cet endroit, soit au niveau de la première marche. Mais si l’on observe les maçonneries on constate qu’elles n’avaient pas cet aspect à l’origine. Les extrémités des murs ne présentent aucun parement de finition, comme cela serait nécessaire pour ce type de structure, mais on y observe des négatifs des blocs de pierre imprimés dans les mortiers. Cela traduit donc un changement de mode de construction et non l’extrémité de ces structures. La galerie périphérique se termine dans le même alignement que l’escalier El, mais les sols respectifs de ces deux espaces se situent à environ 4 mètres de dénivelé l’un par rapport à l’autre. Une structure devait donc nécessairement permettre la cœxistence de ces deux systèmes à l’entrée du monument.

98Tous les murs de l’escalier continuent sous la place actuelle sous la forme de blocs lapidaires en grand appareil. Ces blocs ont été récupérés lors de la construction du mur de fermeture de la galerie périphérique.

99Donc, à l’entrée nord vers la galerie périphérique et l’escalier El, l’architecture du monument devrait révéler un nouvel espace d’accès plus élaboré que la simple linéarité des murs actuellement découverts ne le laisse présager, vraisemblablement une architecture plus complexe composée de structures en grand appareil permettant d’accéder aux différents niveaux et de bâtir une entrée monumentale vers la ville antique.

100En l’état actuel des informations disponibles, l’architecture des murs et la stratigraphie complexe qui se présentent à proximité de la clôture nord, le long de la place Félix-Faure, ne permettent pas d’avancer une hypothèse plus précise sur le développement des structures du théâtre sous la place. Seule une fouille archéologique pourrait dans le futur permettre de comprendre et de mettre en valeur l’ensemble du monument. Toute intervention qui aurait des conséquences destructrices sur les parties encore enterrées pourrait donc compromettre l’étude et la restauration complète de l’édifice.

Conclusion

Le mur de fermeture de l’accès nord-est à la galerie périphérique

101À la suite de l’abandon du monument comme édifice de spectacle, la galerie périphérique a été fermée par une structure en blocs d’importantes dimensions. La découverte de cette structure encore en place présente un grand intérêt archéologique pour l’étude du monument au moment de son abandon et de son changement d’utilisation. Toutes les entrées extérieures du théâtre y compris l’accès à la galerie périphérique ont été obstruées, pendant la période du Bas-Empire, isolant et fortifiant ainsi l’édifice.

102Ce système d’obstruction de l’accès nord-est à la galerie périphérique qui ouvrait vers le centre urbain est un élément nouveau qui indique que le monument fut totalement isolé de son environnement. Cela ouvre une nouvelle problématique concernant l’organisation des accès à l’édifice après son changement d’utilisation et les modifications de ses caractéristiques architecturales.

103Un seul alignement des blocs qui fermaient la galerie périphérique au nord a été fouillé, une partie de cette structure étant située sous la route départementale. Son exploration complète ne pourra avoir lieu que dans le cadre d’un programme de fouilles ultérieur intéressant tous les vestiges du théâtre encore situés dans le sous-sol de la place Félix-Faure.

Les états du théâtre

104Dans l’état actuel des recherches, le premier état du monument est représenté par les murs circulaires situés à l’intérieur de l’arène, découverts dans les premières années du XXe siècle, fouillés par de Vesly, puis par Franchette. Ces murs, démolis pour la construction de l’arène, ont été fouillés seulement à proximité du premier podium et sont actuellement recouverts d’une couche d’herbe superficielle.

  • 5 Voir Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 4T166 : P. Franchette, Rapport sur les foui (...)

105L’arène du monument n’a pas encore été fouillée de manière complète et pourrait contenir d’autres murs circulaires du premier état de l’édifice. La documentation photographique qui illustre les travaux de P. Franchette en 1938 permet d’observer qu’un second mur circulaire est présent sous le premier podium de l’arène5 (murs M3, M5 et Ml). Les structures mises au jour au niveau de l’entrée du vomitorium V2 nous renseignent sur l’évolution de la typologie entre le deuxième et le troisième état du monument : la cavea du deuxième état s’arrêtait au niveau du mur concentrique intérieur du troisième état. Pour agrandir ce deuxième état, on lui a ajouté une galerie périphérique couverte par le sommet de la cavea rehaussée et le porticus in summa cavea. À l’entrée du vomitorium V2, les structures concentriques intérieures de la galerie périphérique du troisième état s’appuient sur les structures du mur extérieur de la cavea du deuxième état.

106Le mobilier céramique permet de dater la construction du deuxième état de la fin du Ier siècle ou du début du IIe siècle. Le troisième état du théâtre serait contemporain du règne de Septime Sévère, entre 193 et 211.

107Ces nouvelles informations sur la datation et la proposition de la typologie du monument, issues du programme de fouilles 2008, apportent un début de résultat d’un grand intérêt, mais incomplet au regard de l’étendue des surfaces fouillées qui les contenaient. Ces premières indications restent cependant essentielles pour la poursuite des recherches archéologiques.

Fig. 11. Statuette en bronze de matrone romaine, IIe siècle, (Yohan Deslandes, Musée des Antiquités de Rouen).

Le rempart du Bas-Empire

108Les résultats de la fouille permettent d’élaborer une première réflexion autour de la question du mur d’enceinte de la ville de Lillebonne au Bas-Empire.

  • 6 Voir ADSM, 4T263 : A. Deville, Notes sur les sculptures et les mosaïques découvertes à Lillebonne e (...)

109Des hypothèses envisageaient l’existence d’une structure appartenant au mur d’enceinte Bas-Empire qui aurait ceinturé le pourtour du mur périmétral du théâtre. Ces hypothèses auraient été confortées par la mise au jour en 1836, à l’ouest de l’édifice, adossée au contrefort 68, d’une structure dont la typologie semblait conforme à celle des remparts du Bas-Empire6.

110La campagne de fouilles 2007-2008, a permis de vérifier que dans toute la partie est du monument le chantier de construction de la galerie périphérique n’a modifié l’aspect naturel de la colline que de manière très superficielle. À l’extérieur de l’édifice, les fondations du mur périmétral s’appuient directement sur la roche naturelle. Les fondations et la roche ont été ensuite protégées et stabilisées par un remblai compact et imperméable, retrouvé intact et en parfait état de conservation. Aucun mur n’a été édifié au-dessus de ce remblai et les parements des murs ne portent aucune trace d’une autre construction.

111Au niveau de l’entrée au vomitorium V2, l’unique structure identifiée est celle du dispositif extérieur à paliers successifs creusé dans la roche pour permettre l’accès du public au monument.

112Les résultats des fouilles conduisent donc à exclure la présence d’un rempart du Bas-Empire qui encerclerait le mur périmétral dans toute la zone comprise entre le nord-est et le sud-est du monument.

113À l’ouest, l’existence d’un mur d’enceinte extérieur au théâtre lui-même pourrait être envisagée sous réserve de la découverte d’éléments complémentaires. Les fondations décrites par Achille Deville en 1836 appartiennent à une structure extérieure qui se trouvait en contact sans être liaisonnée avec le contrefort 68, donc sans rapport structurel direct avec le corps même du mur périmétral. Partant du parement extérieur du contrefort, la structure suivait une courbe en direction du centre urbain actuel, vers le nord-ouest, sur une longueur de 5 m environ, c’est-à-dire sur une zone très limitée.

114Aucune autre structure n’a été observée au sud du contrefort, en suivant le mur périmétral vers les parties hautes de la colline, ni sur ces parties hautes, quoique le mur périmétral au sud ait déjà été fouillé sur presque toute sa longueur.

115Après l’abandon du monument comme édifice de spectacles, toutes les ouvertures ont été obstruées par des murs constitués de grands blocs de réemploi en pierre calcaire assemblés à sec. Ces structures auraient pu être construites suivant la même typologie que le mur périmétral, mais c’est le choix d’une autre technique permettant d’obtenir des structures plus résistantes et plus durables qui a prévalu.

116Si l’on considère l’épaisseur du mur extérieur de la galerie d’environ 2 m, la largeur des contreforts positionnés symétriquement sur les deux côtés du mur périmétral – de 0,90 m au minimum de chaque côté du mur, mais pouvant aller jusqu’à 3 m pour le contrefort extérieur —, et l’imposante hauteur de l’édifice au niveau du porticus in summa cavea qui dépasse les 25 m depuis les deux entrées axiales à l’arène, il paraît évident que la construction d’un rempart extérieur qui aurait doublé le mur périmétral du théâtre pour créer un système de défense ne présentait aucune utilité.

117Si le théâtre a été intégré au système de défense de la ville, cela s’est donc fait par la fortification du mur périmétral du théâtre lui-même.

118En conclusion, le rapport du théâtre avec le mur d’enceinte de la ville conduit à envisager deux systèmes fortifiés différents et exclusifs l’un de l’autre : Soit deux ensembles défensifs constitués d’une part par le rempart Bas-Empire de la ville, retrouvé pendant les fouilles de Holley en 1824, fondé sur la chaussée extérieure qui longeait le mur du postscaenium (espace situé derrière le mur de scène) du théâtre, d’autre part par la fortification du théâtre lui-même, séparé du rempart de la ville dont il constituait un avant-poste isolé ; Soit un seul ensemble défensif intégrant les deux structures dans le même système fortifié, par une liaison placée soit aux extrémités du mur périmétral au nord ouest et au nord-est, soit au niveau du bâtiment de scène.

119Seule la fouille des vestiges encore ensevelis sous l’actuelle place Félix-Faure pourra apporter des réponses à cette problématique à la fois historique et archéologique.

Notes

1 Lactus correspond à 1'unité de mesure utilisée pour établir la centuriation ou parcellisation du territoire. La centurie est un carré mesurant 20 actus de côté.

2 Étude de la céramique par Yves-Marie Adrian.

3 Voir l’étude des céramiques par Yves-Marie Adrian.

4 Voir V. Mutarelli, Historique des fouilles, 2006, p. 24-25.

5 Voir Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 4T166 : P. Franchette, Rapport sur les fouilles archéologiques exécutées en 1938, 15 octobre 1938.

6 Voir ADSM, 4T263 : A. Deville, Notes sur les sculptures et les mosaïques découvertes à Lillebonne en 1836.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Vue aérienne du théâtre (studio A. Huon, Caudebec-en-Caux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 2. Plan du théâtre avec le secteur en cours de fouilles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 3. Vue générale du secteur des fouilles, entrée et galerie périphérique est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4. Les structures en grand appareil de l’entrée axiale est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. Nouvelle entrée depuis la place Félix-Faure : projet de mise en valeur (Régis Martin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 6. Mur de fermeture du Bas-Empire (M69) situé dans la galerie périphérique nord (au-dessus, mur de soutènement moderne M70).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 7. Évaluation du niveau de sol de la galerie périphérique nord-est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 8. L’entrée du vomitorium V2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 9. L’entrée extérieure A2 à la galerie et au vomitorium V2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 10. Mur périmétral M17 7, contrefort 76.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 11. Statuette en bronze de matrone romaine, IIe siècle, (Yohan Deslandes, Musée des Antiquités de Rouen).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6877/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540