Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

« Bois-l’Abbé » à Eu (Seine-Maritime) : l’agglomération antique de Briga dévoilée

‘Bois-l’Abbé’ at Eu (Seine-Maritime Department): The antique agglomeration of Briga unveiled

Étienne Mantel et Stéphane Dubois

Résumé

Le site a fait régulièrement l’objet de fouilles depuis les années 1820. Sa nature véritable n’a été déterminée que très récemment grâce à une campagne de prospections en milieu forestier, qui a révélé une agglomération étendue sur environ 50 ha. Elle semble se développer surtout à partir de l’époque flavienne, à partir d’un noyau religieux d’origine gauloise. L’extension des fouilles dans et autour du sanctuaire a permis d’établir qu’il appartient à un ensemble monumental plus vaste, qui dans sa phase finale (début du IIIe siècle) ne peut guère être interprété autrement que comme un forum. Il était alors doté d’un temple du culte impérial encadré de cinq sanctuaires annexes reliés par une galerie, et prolongé par une longue basilique à trois nefs (68 m x 18 m). Une grande pièce carrée lui est accolée, pour laquelle une fonction publique liée à l’administration du pagus Castusloug(us) peut être envisagée. L’inscription dédicatoire de la basilique livre le nom du dieu local Mercurio Brigensi, un Mercure « de Briga » qui indique le nom oublié d’une agglomération abandonnée à la fin du IIIe siècle.

Texte intégral

1Depuis les années 1820, le site antique du « Bois-l’Abbé » à Eu (Seine-Maritime) fait périodiquement l’objet de campagnes de fouilles, entrecoupées de longues phases de retour à l’oubli, sinon à la nature. En dépit de ces multiples explorations, ce n’est que très récemment que l’ampleur réelle et le statut du site ont pu être mis en évidence. Le noyau de monuments publics gallo-romains sur lesquels se sont focalisées les équipes archéologiques successives (grand temple, fanum, théâtre, thermes) est longtemps resté isolé de son environnement antique, ce qui a conduit à le lire de manière plutôt restrictive, notamment comme un grand sanctuaire implanté en rase campagne. Des prospections pédestres menées en 2008 en forêt d’Eu, autour des édifices connus, ont révélé en fait une agglomération antique de taille moyenne, étendue à son apogée au IIIe siècle sur environ cinquante hectares. Des sondages ponctuels, de surcroît très superficiels, en divers points du site, et une large fouille en aire ouverte, entre le théâtre et les petits thermes, confirment la réalité de quartiers d’habitat et d’un réseau de rues qui reste encore pour l’essentiel à explorer.

Fig. 1. Localisation du site.

2C’est donc bel et bien une petite ville gallo-romaine, dotée à partir de la fin du Ier siècle d’une importante parure monumentale, qui git sous et autour de la clairière du « Bois-l’Abbé ». Les campagnes de fouilles récentes nous en ont très vraisemblablement livré le nom antique : Briga, un terme de la langue gauloise qui désigne une éminence de terrain ou un lieu fortifié de hauteur. Les trois plateaux de la colline de Beaumont sur laquelle est implanté le site correspondent bien à un tel nom : entourée de trois côtés par des versants abrupts, à la convergence du vallon de Saint-Pierre-en-Val dans la vallée de la Bresle, elle domine cette dernière d’un dénivelé d’environ 120 mètres.

3Ce nom, tombé dans l’oubli après l’abandon des lieux, nous a été révélé par une inscription découverte en 2006 et qui désigne le dieu tutélaire de l’agglomération, Mercurio Brigensi, Mercure de Briga. À cette première indication se sont ajoutées en quelques années deux nouvelles attestations présumées : sur le socle d’une statuette en argent de Mercure, trouvée en 2007, ont été incisées cinq lettres cursives d’une lecture malaisée, mais qu’on ne peut guère restituer qu’en brig[a]. Enfin, le réexamen cette année d’un fragment d’inscription sur plaque calcaire donne la forme ]RIG/[, la lettre fragmentaire finale étant sans équivoque un A. Ces différentes attestations ne laissent guère de doute sur l’attribution du nom à cette agglomération, dont le statut nous est également connu par quelques mentions épigraphiques invoquant le pagus catuslou(gus). Briga paraît donc avoir été le chef-lieu de cette circonscription administrative gallo-romaine, subdivision d’une des cités voisines qui reste à déterminer (cité des Ambiens ou plus probablement des Bellovaques).

4Après des sondages préparatoires, une nouvelle série de fouilles programmées a été engagée depuis 2005 sur le centre monumental, et en a notablement modifié l’aspect et l’interprétation. Les fouilles du XIXe siècle puis celles de M. Mangard dans les années 1970 avaient mis à jour un temple monumental gréco-romain élevé sur un podium de 27,60 sur 32 m, inséré dans des galeries et associé avec un petit temple (12 x 12 m) de tradition celtique à galerie périphérique (fanum). L’extension de la fouille a conduit à la découverte, devant le temple, d’une aire sacrée vouée aux activités liturgiques et qui comprend, devant l’escalier monumental totalement détruit, les bases d’un grand autel (5 m). Dans le même axe, cet espace liturgique se prolonge par un long édifice de plan basilical, à trois nefs, long de 70 m et large de 16 à 17 m. La nature de cet édifice, déjà implicite d’après son plan, est confirmée par une plaque dédicatoire en calcaire trouvée en 2006 dans le niveau de démolition, et sur laquelle un notable local du nom de P. Magnius Belliger rappelle avoir fait édifier à ses frais une basilique.

5Le grand temple gréco-romain se démarque notablement du semis de petits temples de tradition indigène qui parsèment les campagnes picardes. Il évoque quelques temples de même nature observés sur des agglomérations secondaires parmi les plus importantes de la région : Ribemont-sur-Ancre (Somme) ou « Champlieu » à Orrouy (Oise). Ces rares édifices classiques sont présumés avoir été consacrés à la célébration locale du culte officiel de Rome, par une dédicace soit à Jupiter, soit à Rome et Auguste. Les deux cultes sont mentionnés au « Bois-l’Abbé » sur des inscriptions dédicatoires : Jupiter sur la dédicace de la basilique, Rome et Auguste sur celle du théâtre. Le dédicant de ce dernier édifice, L. Cerialius Rectus, a en effet assumé au cours de sa carrière le flaminat de ce culte, et il n’est pas impossible qu’il ait rempli cette fonction sur place.

Fig. 2. Assiette de l’agglomération antique de Briga – Eu, « Bois l’Abbé » — d’après les campagnes de prospection (2007-2008).

6Le temple principal, qui présente quatre reconstructions et agrandissements successifs, est inséré dans un péribole formé d’abord par un simple mur, puis par une galerie richement ornée de peintures murales. Attenante au péribole a été édifiée peu à peu une véritable série de sanctuaires annexes, de type fanum (cinq à la fin de la campagne 2008), que l’on peut présumer voués à des divinités locales ou secondaires. Dans ce cadre, les éléments liés au culte de Mercure tiennent une place privilégiée. La divinité locale traditionnelle, un dieu gaulois assimilé à Mercure, se trouve ainsi mise au second plan dans son sanctuaire même. L’édification d’un temple classique voué au culte officiel et d’une basilique (début IIIe siècle) dans un même ensemble conduit inévitablement à proposer l’existence d’un forum, centre civique dont ce sont les deux principaux éléments. S’y ajoute systématiquement une place publique. Or une vaste esplanade qui semble dépourvue de vestiges s’étend au sud du centre monumental, et pourrait ainsi compléter 1e forum de Briga.

7Sur ce secteur, un cliché aérien de Roger Agache (1962) montre des micro-reliefs qui dessinent un enclos doté d’une entrée en « clavicule », interprété à l’époque comme une enceinte militaire romaine. Un contrôle visuel au sol permet encore aujourd’hui de repérer non pas un, mais deux enclos superposés dont les dimensions et orientations divergent sensiblement. Une coupe réalisée au travers de l’un d’eux en 1996 (sondage L. Cholet) a montré devant la levée de terre un fossé à profil en V aux parois abruptes, profond d’un peu plus d’un mètre, et dont le comblement est datable de la fin du Ier siècle. Les maigres résultats de ce sondage ne permettent pas de trancher sur la nature de ces structures, et ce sera l’un des enjeux des prochaines campagnes de fouilles d’essayer d’apporter des éléments de réponse. S’agit-il d’une zone à vocation militaire, d’une place publique, de la succession de ces deux hypothèses, ou d’une tout autre interprétation que les pistes actuelles ne permettent pas d’envisager ?

Fig. 3. Plan des monuments antiques et de l’ensemble des fouilles et des sondages pratiqués de 1965 à 2008.
Géoréférencement des vestiges et des sondages sur fond topographique.

Fig. 4. Plan du centre monumental.
État de la recherche fin 2008.

8L’interprétation militaire initiale ne peut en tout état de cause pas être rejetée a priori, car elle ne repose plus uniquement sur une lecture toujours délicate et discutable de structures observées d’avion. En effet, les niveaux de dépôts votifs julio-claudiens du sanctuaire contiennent quelques centaines de pièces de fourniment militaire romain indiscutable (fragments de glaives, fers de lances, umbos de boucliers, éléments de cuirasses segmentées et de ceinturons, clous de caligae, éléments de harnachement de la cavalerie, etc), ainsi qu’un témoignage plus indirect mais également significatif : la surreprésentation dans le lot monétaire des émissions en argent de la République romaine, ainsi que des émissions divisionnaires en argent (quinaires) frappées par les cités de Gaule du Centre-Est (Eduens, Séquanes, Lingons). Ces deux types de monnayages sont réputés se compléter pour former la solde des troupes auxiliaires romaines aux époques tardo-républicaine et augustéenne. Si on ne peut à ce jour affirmer que des troupes ont stationné sur place au « Bois-l’Abbé », cette série de militaria antiques, la plus conséquente (actuellement connue) du nord-ouest de la Gaule, rend incontournable l’existence d’une garnison dans l’aire de rayonnement du sanctuaire, soit au plus à quelques dizaines de kilomètres.

9Ces hypothèses nous conduisent à engager une réflexion sur les origines et le développement de la bourgade antique. Les traces les plus anciennes de présence humaine, qui avaient échappé aux campagnes de fouilles précédentes, semblent sans rapport avec le développement ultérieur du site. Il s’agit de fonds de structures très arasées et de mobilier épars en position résiduelle, qui appartiennent à deux groupes différents, le premier de la fin de l’âge du Bronze (d’influence Rhin-Suisse-France orientale), le second de La Tène ancienne (éléments de vases du groupe Aisne-Marne).

10Du développement ultérieur du site de Briga, c’est l’implantation du lieu de culte qui paraît constituer l’acte fondateur. Car, bien que situé sur un plateau élevé, le sanctuaire est établi sur des terrains où l’eau remonte à la surface par capillarité. Ce phénomène a pu attirer l’attention sur ce lieu et être interprété comme une manifestation des dieux souterrains, ou comme un vecteur pour communiquer avec eux. Quoiqu’il en soit le sanctuaire semble être longtemps resté dépourvu d’aménagements apparents. Il est alors constitué d’une vaste zone bourbeuse dans laquelle étaient jetés ou déposés des objets à titre d’ex-voto. La date de 30 avant J.-C. avancée par M. Mangard (2008) pour les premiers dépôts votifs ne peut plus être retenue. En effet, toutes les séries mobilières comportent des éléments caractéristiques de la dernière phase de l’âge du fer (La Tène D) : monnaies de potin, fibules, attaches de ceintures, épée, bracelets en bronze et en verre, perles de verre, céramiques du répertoire gaulois local et quelques fragments d’amphores vinaires italiques. Une date antérieure à la conquête romaine doit donc aujourd’hui être envisagée, et il appartiendra aux études en cours d’affiner cette datation.

Fig. 5. Dessin de la plaque dédicatoire (dessin E. Mantel).

Fig. 6. Vue vers l’est du centre monumental, depuis le belvédère (cliché E. Mantel).

Fig. 7. La statuette de Mercure en argent et son socle (cliché E. Mantel, AZ photo).

11Les dépôts votifs (essentiellement des monnaies et des objets personnels liés à la parure et la toilette) se poursuivent intensivement à l’époque romaine, et tout particulièrement sous la dynastie julio-claudienne. C’est durant cette phase que s’y ajoutent des éléments militaires d’influence romaine, tandis que le « Bois-l’Abbé » devient sûrement un lieu d’émission monétaire où étaient frappées des monnaies divisionnaires en métal cuivreux notamment au nom d’un dirigeant ou fonctionnaire local du nom de Viricius (monnaies équivalentes au quadrans romain). Fréquentation militaire et atelier monétaire suggèrent que dès cette époque le site a pu être un lieu de pouvoir, première évocation de son statut de chef-lieu de pagus qui pour l’heure n’est attesté qu’à une période bien plus récente. En dépit de ce rôle important pressenti, le site de Briga semble à cette époque très limité en superficie, et ne paraît guère déborder de la zone sacrée.

12Ce noyau primitif (sanctuaire et peut-être un pôle administratif et militaire) ne prend son réel essor que bien plus tard, dans les dernières décennies du Ier siècle de notre ère. Les résultats très récents (campagne 2009) rendent vraisemblable le développement simultané sous la dynastie flavienne de quartiers d’habitat et d’une première parure monumentale (restructuration du sanctuaire avec l’apparition du temple gréco-romain et du péribole, premier état du théâtre, construction des petits thermes). Ce n’est qu’à partir de cette période que Briga mérite le titre d’agglomération, avec une extension qui reste actuellement alors impossible à cerner. La plupart des zones explorées dans la clairière témoignent toutefois d’une occupation qui débute à cette période, ce qui implique une extension rapide sur dix à vingt hectares, et ce développement se poursuit ensuite pour atteindre une cinquantaine d’hectares au IIIe siècle. C’est au début de ce siècle que sont reconstruits le complexe cultuel (c’est l’état le plus grand), le théâtre (second état) et qu’est bâtie la basilique. Largement désertée à la fin du IIIe siècle, Briga se transforme en un champ de ruines où se succèdent durant plusieurs siècles récupérateurs de matériaux et chaufourniers. Ces travaux de démantèlement, attestés dès la fin du IIIe siècle ou au début du IVe siècle, se poursuivent au moins jusqu’au VIIIe siècle sur la zone monumentale.

Bibliographie

Orientations bibliographiques

Cholet L. (à paraître) – Sondage et fouilles des petits thermes.

Dorion-Peyronnet C. (2009) – La Normandie entre deux mondes, Les Gaulois face à Rome. Catalogue d’exposition.

Mangard M. (1982) – L’inscription dédicatoire du théâtre de Bois l’Abbé à Eu. Gallia, 40, 1, p. 35-51.

— (2008) — Le sanctuaire gallo-romain à Eu (Seine-Maritime). Revue du Nord, hors-série, collection « Art et Archéologie », 12.

Mantel É., Dubois S., Devillers S. (2006-2007) – Une agglomération antique sort de l’anonymat : briga ressuscitée. Revue archéologique de Picardie, 3-4.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2. Assiette de l’agglomération antique de Briga – Eu, « Bois l’Abbé » — d’après les campagnes de prospection (2007-2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3. Plan des monuments antiques et de l’ensemble des fouilles et des sondages pratiqués de 1965 à 2008.Géoréférencement des vestiges et des sondages sur fond topographique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 4. Plan du centre monumental.État de la recherche fin 2008.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 5. Dessin de la plaque dédicatoire (dessin E. Mantel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 6. Vue vers l’est du centre monumental, depuis le belvédère (cliché E. Mantel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. La statuette de Mercure en argent et son socle (cliché E. Mantel, AZ photo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6876/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search