Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Habitat et trame urbaine dans les agglomérations de la cité des Aulerques Eburovices

Habitat and urban fabric in the agglomerations of the ‘Cité des Aulerques Eburovices’

Cécile Hartz

Résumé

Les recherches récentes ont permis d’identifier la trame urbaine de quatre agglomérations antiques de la cité des Aulerques Eburovices. Les habitats, dont les plans varient du plus simple au plus sophistiqué, s’y intègrent à travers la mise en place d’un parcellaire urbain bien déterminé. La caractérisation des fonctions artisanales ou résidentielles de ces habitations permet de suggérer l’existence de quartiers spécifiques, notamment au Vieil-Evreux (27).

Recent investigations have contributed in identifying the urban fabric of four ancient agglomerations in the Cité des Aulerques Eburices, where settlements, ranging from the simplest to the most sophisticated plans, are well integrated thanks to the implementation of a well-designed parcel plan. The characterisation of the professional and residential functions of such settlements suggests the existence of dedicated areas, notably in Le Vieil-Evreux (Eure Department).

Texte intégral

1Cet article présente les résultats de deux travaux de recherches effectués aux cours des années 2006-2008 dans le cadre d’un Master I et d’un Master II d’archéologie, dirigés par F. Dumasy et soutenus à l’université de Paris I. Ils ont respectivement porté sur l’habitat antique de Mediolanum Aulercorum (Évreux, Eure) et sur les habitats et la trame urbaine des agglomérations secondaires de la cité des Aulerques Eburovices.

Historiographie de l’habitat urbain : une avancée décisive ces dernières décennies

2L’intérêt pour l’habitat en milieu urbain est relativement neuf dans le domaine scientifique. Au cours de l’époque moderne et jusqu’au début du XXe siècle, les recherches sur la ville antique ont porté essentiellement sur les monuments publics, par goût pour les belles architectures et les riches décors, ou bien sur l’organisation de leur réseau viaire. Seules les vastes maisons urbaines qui possédaient fresques, mosaïques et objets de luxe étaient étudiées.

3L’essor de l’archéologie préventive dans les années 1980 a permis la multiplication et le renouvellement des données sur la topographie urbaine antique. Les habitats ont été les premiers bénéficiaires de ce type d’opérations. Leurs différentes techniques de construction, leurs structurations internes, ainsi que leur organisation dans le parcellaire urbain ont pu être observés dans de nombreuses agglomérations. Les habitats modestes, souvent construits – en partie ou entièrement en matériaux périssables sont alors reconnus et étudiés grâce à l’amélioration des techniques de fouilles.

4De grandes opérations programmées sur des quartiers d’habitats sont également menées sur certains sites. Ainsi, le cœur de l’agglomération d’Alésia fait l’objet de vastes investigations à la fin des années 1970 (Mangin, 1981), permettant l’étude fine de la structuration et de l’évolution des habitations au cours de la période romaine.

5Le développement de la prospection aérienne a également profité à la connaissance de l’organisation des villes antiques. Certains clichés permettent de repérer trame viaire et plans de bâtiments publics ou privés, particulièrement dans les agglomérations secondaires. Le Vieil-Evreux en est une excellente illustration, puisque son réseau viaire a pu être retracé grâce aux photographies aériennes dans les années 1990 (travaux d’A. Etienne et P. Eudier).

6Les nouvelles données acquises grâce à ces évolutions décisives de la recherche ont suscité de nouveaux questionnements scientifiques sur l’habitat urbain antique. Ceci a permis la publication d’actes de colloque et d’ouvrages de synthèse consacrés aux villes et aux habitats. Nous pouvons citer, entre autres, Les agglomérations secondaires, la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain (Petit, 1994) ou encore La Maison urbaine d’époque romaine en Gaule Narbonnaise et dans les provinces voisines (Borgard, 1996).

7Les chercheurs ont enfin matière à donner la part belle aux habitats lors de la présentation des villes antiques dans les ouvrages récents (Hanoune, 2007).

Fig. 1. La cité des Aulerques Eburovices.

Fig. 2. Mediolanum Aulercorum au début du IIIe siècle.

8C’est à la lumière de ces questionnements scientifiques que nous avons repris les données sur les habitats urbains dans la cité des Aulerques Eburovices. Les maisons de la capitale de cité, Mediolanum Aulercorum (Évreux), avaient fait l’objet d’une première synthèse par D. Cliquet dans la Carte archéologique de la Gaule (Cliquet 1993 : 124-147). Les fouilles préventives effectuées depuis ont néanmoins permis de renouveler les données sur le sujet.

9Nos recherches sur les agglomérations secondaires de la cité se sont fondées sur les données de fouilles anciennes et récentes, mais surtout sur les résultats des prospections aériennes. Ces dernières ont été croisées avec les données de prospections géophysiques sur certains secteurs de l’agglomération du Vieil-Evreux. Un travail de cartographie des habitats avait été effectué dans le cadre d’un mémoire universitaire en 2005 (Lhermitte, 2005), travail que nous avons complété en incluant les données de la ville du Ier siècle.

10Après une brève présentation des agglomérations de la cité des Aulerques Eburovices, qui permettra de fixer le cadre chronologique du développement des habitats, trois axes de réflexions articuleront notre discours. D’une part, nous expliciterons les différentes formes et les modalités d’organisation des habitats au cours de la période romaine, et nous tenterons d’en déterminer les fonctions. Nous examinerons leur modalités d’intégration au tissu urbain d’autre part (traces de parcellaire ? liaisons aux espaces publics et à la voirie ?). Enfin, nous nous interrogerons sur l’implantation des habitats dans la ville : existe-t-il des quartiers à fonction spécifique ? Les habitats possèdent-ils un rôle structurant dans le paysage urbain ?

La cité des Aulerques Eburovices et ses agglomérations

11La cité des Aulerques Eburovices (fig. 1) se localise au nord de la province de Gaule Lyonnaise. Ses limites sont probablement fixées par les réformes d’Auguste à la fin du Ier siècle av. J.-C.

12La capitale, Mediolanum Aulercorum (Evreux), qui se situe au centre-est du territoire, est à la tête d’au moins quatre autres agglomérations (Acquigny, Arnières-sur-Iton, Condé-sur-ItonICondate, le Vieil-Evreux), dont le ou les statuts ne nous sont pas connus (vici ?).

  • 1 Pour l’étude détaillée du développement des habitats à Mediolanum Aulercorum, voir Hartz, 2008.

13Mediolanum Aulercorum (fig. 2) se développe à partir de la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. Des trous de poteaux associés à des structures en creux, appartenant à des habitats dont les plans suivent les traditions laténiennes de construction, constituent les premières traces d’occupation de la ville. Elles sont implantées sur le flanc est de la vallée de l’Iton. Un premier réseau viaire y est également fixé, d’orientation nord-nord-est — ouest nord-ouest1.

14À partir du début du Ier siècle, de nouveaux habitats sont établis sur solins de pierre et élévation à pan de bois. Le bas de la vallée est assaini par l’apport d’un important remblai de terre, qui permet l’implantation d’un second réseau viaire, d’orientation nord-est – sud-ouest. À l’intérieur de cette seconde trame se développent monuments publics et habitats au cours des Ier- IIe siècles.

15Acquigny se localise à 20 km au nord de la capitale, à la confluence de l’Eure et de l’Iton. L’analyse des données de prospection pédestre a permis de dater son occupation entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère (Cliquet, 1993 : 190-191). Les prospections aériennes ont révélé, au lieu dit le Moulin Potel, un réseau orthogonal de voies, à l’intérieur duquel s’organisent quelques structures.

  • 2 Une fouille y a été menée en 2007, dont le rapport était encore à paraître lors de nos recherches. (...)

16Arnières-sur-Iton se situe à 5 km au sud-ouest de Mediolanum Aulercorum. Des thermes et un théâtre y sont connus par des fouilles anciennes et récentes (Cliquet, 1993 : 176). Un diagnostic effectué en 2006 a mis au jour, à proximité des thermes, sur le lieu dit « Chenappeville », des traces d’occupation (Maret, 2006). Elles sont datées de la seconde moitié du Ier siècle jusqu’au début du IVe siècle. Aucun plan d’habitat n’a cependant été identifié2. La trame urbaine de la ville n’est pas connue.

17Condé-sur-Iton se localise à 25 km au sud de la capitale. L’agglomération figure sur la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin sous le nom de Condate. Des thermes ont été mis au jour au XIXe siècle. Une fouille récente a permis d’étudier un fanum de la ville antique (Deshayes, 2007). Une trame urbaine « en étoile », caractéristique des carrefours de voies, a été repérée par prospection aérienne au lieu-dit le Val. L’occupation de ce secteur de la ville peut être située entre le début du Ier siècle et le IIIe siècle de notre ère. Aucun plan d’habitat n’a pu y être mis en évidence.

18Enfin, l’agglomération du Vieil-Evreux est située à 5 km à l’est de Mediolanum Aulercorum. Il s’agit du grand sanctuaire de la cité. Elle se développe au cours du Ier siècle, selon un réseau orthogonal de voies de direction nord-nord-est – sud-sud-ouest. Un plan partiel d’un modeste habitat, situé à l’ouest du grand temple, est connu par une fouille préventive (Bertaudière, 2001).

19Au début du IIe siècle, la ville est totalement restructurée, et prend une forme originale. Une voie unique forme un hexagone irrégulier de 5,6 km de périmètre, en bordure extérieure de laquelle sont construits les habitats (fig. 3). Cette ville recouvre près de 250 ha. Sa structuration, ainsi que les plans des habitats, sont essentiellement connus par les prospections aériennes de R. Agache, puis de l’association Archéo 27 (P. Béchelen, A. Etienne et P. Eudier, V. et J.-N. Le Borgne).

20Ainsi, si une partie ou la totalité de la trame urbaine des agglomérations de la cité sont aujourd’hui bien connues (sauf à Arnières-sur-Iton), les habitats, eux, n’ont été observés que dans le chef-lieu de la cité et au Vieil-Evreux.

21Trois catégories peuvent être distinguées : les habitats modestes à plan simple, les habitats à structuration plus complexe, uniquement observés au Vieil-Évreux, et enfin les habitats aisés, organisés autour d’une cour centrale.

Fig. 3. Le Vieil-Evreux aux IIe-IIIe siècles.

Structuration, équipements et fonction : de l’habitat modeste à la domus urbaine

22La majorité des habitats fouillés à Mediolanum Aulercorum, ou reconnus par photographie aérienne au Vieil-Evreux, présentent une structuration simple.

Les habitats modestes

23Les habitats à plan simple, d’une superficie moyenne de 100 m2, se développent dès le changement d’ère à Mediolanum Aulercorum, sur le versant est de la vallée : rue Saint-Louis (Collart, 1988), rue Lépouzé (Gerber, 1990) et square Georges-Brassens (Gerber, 1998).

24Ils sont constitués de deux ou trois pièces en façade, alignées et ouvertes sur la rue (fig. 4). Ces pièces sont de tailles modestes, et la surface bâtie totale est comprise entre 45 et 60 m2. À l’arrière de la façade se développe une vaste cour, de taille égale ou supérieure à celle de l’espace bâti.

25Tout au long de la période romaine, les constructions sont édifiées selon la technique du pan de bois, sur solins de silex ou de craie, maçonnés ou non. Les sols sont constitués de terre battue ou de craie damée.

Fig. 4. Les habitats à plan simple de Mediolanum Aulercorum (en haut) et du Vieil-Evreux (en bas), états du IIIe siècle.

26Très peu d’équipements intérieurs ont été mis au jour – hormis quelques foyers rue Saint-Louis. Cependant, dans les cours arrière, de nombreuses structures domestiques peuvent être mentionnées : caves de stockage et fosses à fonction indéterminée rue Saint-Louis, puits, bâtiments annexes (de stockage ?) au square G.-Brassens, etc.

27Les différentes réfections effectuées aux IIe-IIIe siècles ne modifient pas l’organisation générale de ces habitats. Seules quelques pièces sont ajoutées derrière les espaces de façade, souvent aux dépens des cours.

28Au Vieil-Évreux, seules quelques traces d’habitat datés du Ier siècle ont été mises au jour à l’ouest du sanctuaire : un angle de mur, constitué par deux solins de silex, deux citernes, un cellier, des structures en creux... Elles appartenaient vraisemblablement à un habitat modeste élevé en terre et bois, dont le plan et les fonctions exactes n’ont pas pu être déterminés (Bertaudière, 2001).

29Aux IIe et IIIe siècles, ces habitats à structuration simple sont majoritaires au sein de l’agglomération. Leurs plans sont tout à fait comparables à ceux observés dans le chef-lieu de cité.

30Leur façade comporte également trois à quatre pièces de moyenne dimension (entre 3 et 10 m de large pour 4 à 9 m de long). Celles-ci s’alignent et ouvrent sur la voie. La surface bâtie est importante, 194 m2 en moyenne, soit deux fois la surface des habitats modestes du chef-lieu de cité, cour comprise.

31Une pièce centrale plus étroite constitue peut-être un couloir d’accès menant directement de la rue à la cour arrière. Les limites de celle-ci ne sont pas visibles par prospections aérienne ou géophysique. En effet, il est probable que les éventuels bâtiments annexes et la clôture qui la composent soient édifiés en matériaux périssables.

32Ces habitats possèdent des fondations en pierres, bien perçues en prospection (sont-elles maçonnées ?). Les toitures sont en imbrices et tegulae, retrouvées en abondance lors des prospections pédestres.

33L’élévation de ces structures reste problématique en l’absence de fouille, mais il est probable que la majorité ait été constituée en terre et bois, ressources locales les plus abondantes. Certaines photographies aériennes attestent d’ailleurs la présence d’habitats entièrement en terre et bois. Ainsi, au nord de l’agglomération, un portique, normalement établi contre la façade d’un édifice, se développe devant un « espace vide » entre deux maisons dont les fondations sont bien perceptibles. Cet « espace vide » doit donc très probablement être interprété comme l’emplacement d’un habitat entièrement bâti en matériaux périssables (fig. 5).

34Très peu d’équipements ont été mis en évidence pour ces habitats. Des caves, observées en prospection géophysique, sont parfois présentes sous les pièces de façade.

35Enfin, des prospections pédestres effectuées sur le lieu-dit Mallet, au nord de l’agglomération, où se localisent la majorité de ces habitats simples, ont révélé des traces d’activité métallurgique (scories et coulures).

36Cette forme d’organisation est courante et bien connue dans d’autres agglomérations de Gaule romaine : entre autres, Bliesbriick (Petit, 1994), Mâlain (Bénard, 1994) et Alésia (Mangin, 1981). Les fouilles ont montré que ces habitats recouvraient généralement des fonctions mixtes et complémentaires : vente et production dans les pièces de façade qui ouvrent sur la rue, activités artisanales ou domestiques dans les grandes cours arrière. Les espaces dévolus à l’habitat sont localisés dans une ou deux pièces de façade, ou à l’étage (les traces d’un escalier ont été mises en évidence à Mediolanum Aulercorum, square G.-Brassens, pour l’état du IIIe siècle).

37Les habitats modestes de la cité des Aulerques Eburovices doivent sans doute être interprétés de la même façon. Ils appartiennent à une population de condition modeste, qui, au-delà de leurs besoins quotidiens, produit des denrées ou des objets en arrière-cour vendus peut-être dans les pièces de façade.

38Remarquons cependant que ces habitats sont bâtis, en général, sur des parcelles de taille restreinte au sein des agglomérations : 100 à 200 m2 à Mediolanum Aulercorum, 400m2 environ à Bliesbrück (Petit, 1994 : 22-23) et Mâlain (Bénard, 1994 : 71). Or, au Vieil-Evreux, leurs parcelles sont estimées à plus de 1 000 m2. Ces dimensions exceptionnelles sont sans doute à mettre en relation avec le caractère monumental du plan urbain de l’agglomération (dont la surface de 250 ha est hors normes).

Les habitats à structuration complexe

39Ces habitats ont été uniquement observés au Vieil Évreux (fig. 6). Leur organisation est comparable à celle des habitats simples. On y retrouve notamment les pièces alignées en façade. Cependant, une plus grande structuration est visible à l’arrière, peut-être révélatrice de fonctions différentes.

40Trois à quatre pièces constituent la façade et ouvrent sur la rue. À l’arrière, et précédant une vaste cour, se développe un espace ouvert, interprété également comme une cour, mais peut-être à usage domestique. Cet espace fait en moyenne 200 m2. Il est bordé sur un ou deux côtés par des pièces de fonction indéterminée.

Fig. 5. Habitats à structuration simple au nord du Vieil-Evreux, devant lesquels les piles de portique sont perceptibles en continu (cliché A. Étienne et P. Eudier, 1991).

41Ces habitats ont une surface bâtie de 650 à 700 m2, soit plus de trois fois celle des habitats simples.

42Les matériaux de construction mis en œuvre sont difficiles à préciser de manière exacte en l’absence de fouilles. Les toitures sont probablement en terre cuite (observées en prospection pédestre), les fondations, repérées par prospection aérienne, sont sans doute maçonnées. Les fouilles anciennes effectuées au sud des thermes, où sont localisés la plupart des habitats entrant dans cette catégorie, apportent néanmoins quelques données.

43T. Bonnin, lors de ses fouilles au milieu du XIXe siècle, mentionne ainsi des sols maçonnés (Bonnin, 1840).

44Les rapports de fouille d’E. Espérandieu attestent de constructions en matériaux périssables, probablement sur solins de silex : « Il a été mis au jour beaucoup de murs [...]. Mais autant que nous puissions en juger, nous n’avons rencontré, sur cet emplacement, que des restes de pauvres demeures (des charbons incrustés dans des fragments d’enduits et des clous ont été recueillis sur différents points. Il faut peut-être en conclure que beaucoup de demeures étaient de bois et que les murs retrouvés en formaient les soubassements) » (Espérandieu, 1913 : 68).

Fig. 6. Habitats à structuration complexe au sud-ouest du Vieil-Évreux.

45Très peu d’équipements sont à signaler pour ce type d’habitat : quelques caves, localisées en façade ou en milieu de parcelle, ont été détectées par prospection géophysique. Des portiques bordent certaines demeures. Les prospections pédestres ont livré des restes de placage de calcaire et de pilettes d’hypocauste, qui montrent que certaines pièces étaient probablement chauffées par le sol. De telles installations évoquent un certain luxe des propriétaires.

46Nous sommes donc probablement encore en présence d’habitats à fonction mixte, pratiquant des activités artisanales ou commerciales dans les espaces de façade. Le développement de pièces à l’arrière, peut-être dans un second état des habitations, pourrait correspondre à un enrichissement progressif du propriétaire, qui aurait adjoint à sa demeure des éléments de confort (pièces chauffées), comme c’est le cas à Bliesbrück par exemple. En l’absence de fouilles, ceci ne peut cependant rester qu’une hypothèse.

Les domus

47Les demeures les plus vastes et les plus luxueuses en terme d’équipement et de décoration au sein d’une agglomération sont appelées domus. Ces habitats à fonction principalement résidentielle ont été reconnus dans la capitale de cité, rue de la Harpe (Gerber, 1989) mais aussi au Vieil-Evreux (fig. 7).

48À Mediolanum Aulercorum, c’est le cœur de cinq domus qui a été mis au jour au sud-est de l’agglomération. Chacune semble organisée autour d’un espace ouvert, qui peut être entouré d’une galerie à colonnade. Trois d’entre elles en sont équipées. Ces cours intérieures sont probablement dotées d’un jardin, agrémenté de bassins.

49Ces maisons sont édifiées, tout au long de la période, selon la technique de pan de bois sur solins de pierre, maçonnés ou non. Leur toiture est constituée en imbrices et tegulae, et les sols sont en craie damée ou en mortier.

50Les demeures sont dotées, outre leur cour intérieure à péristyle, d’équipements et décors qui illustrent leur richesse : pièces chauffées par hypocauste (maison C, maison E), sans doute des pièces thermales privées, mais aussi enduits peints de qualité. Une imitation de placage de marbre et des fragments d’une mégalographie (tête masculine à taille réelle) ont été découverts dans les remblais de la cave de la maison A.

51Des équipements domestiques ont également été reconnus (foyers, cave), ainsi que des traces d’activités artisanales (four et scories de bronze retrouvées en grande quantité dans la maison B, dans son état des IIe- IIIe siècles).

52La surface respective de chaque demeure est difficile à déterminer en l’absence de plan complet. Au vu des structures dégagées, nous pouvons cependant suggérer des tailles relativement restreintes, peut-être de l’ordre de 200 à 300 m2 selon les habitats.

53Au Vieil-Evreux, les habitats interprétés comme des domus se caractérisent par l’importance des surfaces bâties à l’intérieur de la parcelle (900 m2 en moyenne). Leur plan est centré sur une cour de 200-250 m2 en moyenne, peut-être à péristyle (?). Ces cours ne seraient plus à usage domestique, mais réservées à l’agrément.

54Des caves ont été repérées dans les ailes qui se développent autour de la cour par prospection géophysique. Elles sont localisées en milieu de parcelle. Ces grandes demeures, concentrées au sud-ouest de la ville, sont raccordées à l’aqueduc. Elles possèdent donc l’eau courante, et deux d’entre elles ont certainement des thermes privés. Des placages de calcaire et de marbre ont été collectés en prospection pédestre, et devaient entrer dans la composition du décor de ces riches demeures. La surface moyenne de ces habitats est de 1 177 m2. L’ampleur des surfaces bâties, ainsi que les quelques éléments explicités précédemment, indiquent qu’il s’agissait vraisemblablement d’habitats à fonction résidentielle. Ils appartiennent sans doute à l’élite de l’agglomération, voire de la cité.

55Ces différentes catégories d’habitats possèdent donc des formes et des fonctions différentes, mais sont structurés, à l’intérieur de l’agglomération, dans un parcellaire urbain bien déterminé qui a pu être mis en évidence dans trois agglomérations. Ils s’intégrent également dans la trame urbaine par différents équipements qui participent à la création du paysage urbain.

L’insertion des habitats dans la trame viaire : parcellaire et équipements urbains

56Si les habitats appartiennent à la sphère du privé, ils ne sont pas indépendants de l’organisation urbaine publique. En effet, chacun d’entre eux est intégré à un parcellaire déterminé, parcellaire qui apparaît parfois en filigrane à travers la structuration des bâtiments les uns par rapport aux autres. Celui-ci a pu être mis en évidence à Mediolanum Aulercomm, au Vieil-Evreux et à Condate.

Des parcellaires articulés autour des voies

57Les fouilles de la rue Saint-Louis, à Mediolanum Aulercorum, ont mis au jour un quartier d’habitations dont les organisations sont homogènes. Les habitats possèdent tous des plans simples. Ils sont établis sur des parcelles rectangulaires, dont le petit côté s’aligne perpendiculairement à la rue, et ouvre sur elle (fig. 4). Ce type de parcellaire urbain est commun à la plupart des agglomérations gallo-romaines (Petit, 1994).

58Les parcelles font environ 10 m de large pour 12 m de long minimum (la profondeur totale de ces parcelles n’a pas été reconnue, le fond se trouvant hors des limites de fouilles).

59Il s’agit peut-être ici d’un véritable programme de « lotissement » urbain, car les habitats possèdent la même structuration et les mêmes évolutions au cours de la période romaine. Leur implantation, à la fin du Ier s. av. J.-C., s’est vraisemblablement effectuée d’un seul jet sur des parcelles de tailles similaires.

Fig. 8. Restitution du parcellaire au nord du Vieil-Evreux (plan P. Eudier, DA O C. Hartz).

60Ce parcellaire urbain est également nettement perceptible au Vieil-Evreux, révélé par les modules répétitifs des façades des habitats (fig. 8). L’aménagement d’un ambitus, petit espace de 1 ou 2 m de large qui sépare les habitats, permet de distinguer les propriétés.

61Les façades des habitats (donc, par extrapolation, les largeurs des parcelles) sont de tailles homogènes à l’échelle de la ville (26 m en moyenne). La profondeur des parcelles est, quant à elle, difficile à déterminer en l’absence de tout élément révélateur de clôture des cours. Selon la longueur du bâti, elle peut être estimée entre 34 m (au nord de l’agglomération) et 57 m (au sud).

62Au nord, où se trouvent les habitats les plus modestes, les parcelles font en moyenne 1 000 m2, tandis qu’au sud, les habitats les plus développés s’organisent dans des parcelles de 1 500 m2 en moyenne.

63Donc, au moment du réaménagement urbain du début du IIe siècle, un parcellaire urbain a été mis en place, qui a permis le lotissement et la construction des habitats. Ces limites étaient sans doute marquées au sol (bornage ? fossés ?), dont aucun élément n’a encore été mis au jour à l’heure actuelle.

64A Condate, si aucun plan d’habitat n’a pu être déterminé, l’observation des photographies aériennes a permis de mettre en évidence une structuration préférentielle de vestiges. La répartition des structures fossoyées se fait ainsi selon des axes déterminés. Trois parcelles sont suggérées, ayant pour mesure, d’ouest en est : 22,5 m, 22,5 m, et 30 m de large (fig. 9). Leur profondeur ne peut en revanche pas être déterminée.

Fig. 9. Restitution du parcellaire à Condé-sur-Iton (DA O J.-N. Le Borgne, C. Hartz).

65Ce parcellaire permet d’intégrer les habitats dans le tissu urbain. Ceux-ci, par certains de leurs équipements, sont également en interpénétration avec le milieu public. C’est notamment le cas avec les portiques et les canalisations d’adduction d’eau.

Entre espace privé et espace public : les équipements urbains

66Les portiques sont établis en bordure de bâtiments publics ou d’habitats, et permettent de protéger les passants du soleil ou de la pluie. Ils abritaient parfois des boutiques qui s’ouvrent sur eux, tandis que les colonnes de pierre ou les madriers de bois pouvaient soutenir un appentis ou supporter un étage. La construction des portiques relève d’une décision d’autorité publique, sur le domaine public (en bordure de voie). Même si aucun texte antique ne le confirme, de tels aménagements parfois très étendus ne peuvent être le fruit d’une initiative strictement privée. Leur construction est cependant effectuée par les propriétaires des bâtiments qu’ils bordent.

67À Mediolanum Aulercorum, des portiques ont été reconnus devant les habitats modestes (rue Saint-Louis, Square G.-Brassens, rue Lépouzé). En général, seules les bases de pierre calcaire ou de craie (rue Lépouzé à la fin du Ier siècle, square G.-Brassens au IIIe siècle), qui supportaient des colonnes de pierre ou de madriers de bois, ont été mises au jour. Rue Saint-Louis, se sont des fondations de silex régulièrement espacées qui ont été découvertes. Leur mise en place est datée du milieu du IIe siècle.

68Au Vieil-Evreux, deux types de portiques peuvent être distingués grâce aux photographies aériennes. D’une part, des fondations continues, qui bordent la façade de quelques habitats au nord (Miserey) et à l’ouest de l’agglomération (Terres noires). Elles renvoient peut-être à des stylobates qui soutenaient une colonnade. Des fondations ponctuelles régulièrement espacées d’autre part, au nord de l’agglomération (Mallet, fig. 5). Une fouille préventive effectuée au lieu-dit « Mallet » en 2004 a mis au jour deux de ces fondations en silex sans liant. Ces deux types de fondation soutenaient, une fois encore, des colonnes en pierre, ou des madriers de bois.

69Les liens entre espace privé et espace public peuvent également être étudiés grâce au système d’alimentation en eau. En effet, la jouissance de l’eau courante ou l’approvisionnement direct à l’aqueduc entraînaient des redevances gérées par les autorités publiques (Saliou, 1994 : 137-139).

70Dans le chef-lieu de cité, un réseau d’adduction est créé au IIIe siècle, matérialisé par des canalisations en bois ou en plomb, retrouvées rue Saint-Louis et rue de la Harpe.

71Au Vieil-Evreux, des adductions reliées à l’aqueduc, construit au IIe siècle, sont bien visibles au nord, devant des habitats à plans simples (Miserey) et en liaison avec les domus au sud-ouest. L’aménagement de regards dans l’aqueduc, perceptibles sur certaines photographies aériennes au nord de l’agglomération, permettaient un accès direct à l’eau. Ceci permettait peut-être à certains habitants de venir y puiser de l’eau grâce à une autorisation des collectivités locales, comme on en a l’exemple dans d’autres cités comme Pergame ou Vénafre (Saliou, 1994 : 139-141).

72Les habitats sont donc intégrés à l’espace urbain de par leur appartenance à un réseau parcellaire bien délimité, mais également par des équipements qui dépendent de la gestion et de l’espace public.

73Ils possèdent enfin un rôle dans la création du paysage urbain, notamment par leur répartition à l’intérieur de l’agglomération.

Les habitats, acteurs du paysage urbain

74La répartition préférentielle de certains habitats peut être observée dans quelques agglomérations : ainsi, à Mediolanum Aulercorum, il semble que les habitats aisés, les domus, se localisent plutôt au sud (rue de la Harpe).

75Au Vieil-Evreux, les habitats modestes à plan simple, sans doute à fonctions artisanales et commerciales, se situent au nord de l’agglomération, et de part et d’autre des voies de communication qui partent de la ville (vers Mediolanum Aulercorum et Condate).

76Les habitats aisés, quant à eux, sont situés au sudouest de l’agglomération, à proximité immédiate des thermes, de l’arrivée de la voie menant à la capitale, et au débouché de l’aqueduc. Ce dernier facteur a sans doute été déterminant : les domus ont ainsi pu être facilement (et abondamment ?) alimentées en eau courante.

77N’oublions pas que les habitats, au Vieil-Evreux, structurent l’espace de manière exceptionnelle : ils confèrent en effet sa monumentalité au site. Ce sont eux qui s’articulent autour de la voie, leurs façades tournées vers les édifices publics. Les habitats sont ici réellement acteurs du paysage urbain, et leur mise en place a sans doute été planifiée pour exalter la monumentalité du site.

Conclusion

78L’habitat dans la cité des Aulerques Eburovices, ainsi que son insertion dans la trame urbaine, peuvent être réellement bien appréhendés dans deux agglomérations : dans le chef-lieu de la cité, Mediolanum Aulercorum, grâce aux nombreuses opérations d’archéologie préventive qui y ont été effectuées, et au Vieil-Evreux, site qui fait l’objet de recherches scientifiques depuis maintenant deux siècles. Pour les autres agglomérations, les données manquent encore.

79Ces habitats possèdent des formes courantes, aujourd’hui bien connues dans d’autres agglomérations de Gaule romaine : habitats à plan simple dans des parcelles rectangulaires, possédant quelques pièces en façade et une vaste cour à l’arrière, domus à plan centré sur une cour à péristyle... Notons toutefois quelques-unes de leurs particularités : une construction quasi-exclusivement selon la technique du pan de bois, attestée tout au long de la période romaine dans la capitale, et présumée au Vieil-Evreux ; la dimension très importante du parcellaire de cette dernière agglomération également atypique (entre 1 000 et 1 500 m2) ; enfin, sa forme polygonale exceptionnelle, unique dans le monde romain, qui reste à ce jour encore sans explication.

80D’importantes recherches sont encore à mener sur la question. La forme de ces habitats aux IVe-Ve siècle ne nous est pas connue, la majorité étant abandonnée au plus tard à la fin du IIIe siècle dans les deux agglomérations.

81De même, beaucoup reste à faire sur les habitats du second état de l’agglomération du Vieil-Evreux. En effet, leurs différents états et étapes d’évolution au cours des IIe- IIIe siècle ne nous sont pas perceptibles par prospection. Leurs fonctions restent également hypothétiques. De même l’évolution fine de la structuration urbaine et du réseau viaire reste floue. De nouvelles données sont aujourd’hui nécessaires pour mieux appréhender le développement et les fonctions de cette agglomération exceptionnelle.

82Ces problématiques font l’objet d’un programme de fouille, que nous comptons mener au cours des années 2009-2011, et dont la première opération débutera en août 2009.

Bibliographie

Bibliographie

Bénard J., Mangin M., Goguey R., Roussel L. dir. (1994) – Les agglomérations antiques de Côte d’Or. Annales littéraires de l’université de Besançon, Série archéologique, 39. Paris, Les Belles Lettres.

Bertaudière S., Guyard L. (2001) – Le Vieil-Évreux (Eure), Base archéologique, rapport de fouilles préventives, t. 1.

Bonnin T. (1840) – Fers antiques trouvés au Vieil-Évreux (Eure). Lettre à MM. les membres de la Société des antiquaires de Normandie. Évreux.

Borgard P. dir. (1996) – La maison urbaine d’époque romaine en Gaule narbonnaise et dans les provinces voisines. Actes du colloque d’Avignon, 11-13 novembre 1994. Documents d’archéologie vauclusienne, 262 p.

CLIQUET D. (1993) – L’Eure, 27. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture. Carte archéologique de la Gaule, 27.

Collart J.-L. (1988) – Les fouilles de la rue St-Louis à Évreux (Eure). CRAHN, 1.

Deshayes G., Le Maho J., Le Borgne J.-N., Mouchard J. (2007) – L’agglomération antique de Condate : le fanum octogonal et ses abords immédiats. Archéo 27, Le Petit-Quevilly, Ministère de la culture et de la communication (SRA Haute-Normandie).

Espérandieu E. (1913) – Les fouilles du Vieil-Evreux, premier rapport. Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques. Paris. 80 p.

Gerber F. (1989) – Evreux, 45 rue de la Harpe. Document final de synthèse.

— (1990) – Evreux, 22 rue Lépouzé. Document final de synthèse.

— (1998) — Evreux, Square G.-Brassens. Document final de synthèse.

Hanoune R. dir. (2007) — Les villes romaines du nord de la Gaule. Revue du Nord, hors série, coll. Art et archéologie, 10.

Hartz C. (2008) — L’habitat à Mediolanum Aulercorum (Evreux, Eure) à l’époque romaine. Haute-Normandie Archéologique, t. 13 fasc. 2.

Lhermitte B. (2005) – Le bâti civil de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux (27) à l’époque gallo-romaine : inventaire des structures repérées du polygone et essais d’interprétations. Mémoire de maîtrise, université du Mans.

Mangin M. (1981) – Un quartier de commerçants et d’artisans d’Alesia, contribution à l’histoire de l’habitat urbain en Gaule, t. 1. Pro Alesia, VIII, Société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, 395 p.

Maret C. (2006) – Arnières-sur-Iton, « rue du Chantier des Flotteurs » (Eure-Haute-Normandie). Rapport de diagnostic, avril.

Petit J.-P., Mangin M. dir. (1994) – Les agglomérations secondaires, la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain. Actes du colloque de Bliesbrück-Reinheim – Bitche, 21-24 octobre 1992. Paris, Errance.

Saliou C. (1994) – Les lois des bâtiments, voisinage et habitat urbain dans l’Empire romain. Recherches sur les rapports entre le droit et la construction privée du siècle d’Auguste au siècle de Justinien. Beyrouth, Institut français d’archéologie du Porche-Orient, Bibliothèque archéologique et historique, t. 116, 295 p.

Notes

1 Pour l’étude détaillée du développement des habitats à Mediolanum Aulercorum, voir Hartz, 2008.

2 Une fouille y a été menée en 2007, dont le rapport était encore à paraître lors de nos recherches. Ces nouvelles données ne sont donc ici pas prises en compte.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La cité des Aulerques Eburovices.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2. Mediolanum Aulercorum au début du IIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3. Le Vieil-Evreux aux IIe-IIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Les habitats à plan simple de Mediolanum Aulercorum (en haut) et du Vieil-Evreux (en bas), états du IIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 5. Habitats à structuration simple au nord du Vieil-Evreux, devant lesquels les piles de portique sont perceptibles en continu (cliché A. Étienne et P. Eudier, 1991).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 6. Habitats à structuration complexe au sud-ouest du Vieil-Évreux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 8. Restitution du parcellaire au nord du Vieil-Evreux (plan P. Eudier, DA O C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 9. Restitution du parcellaire à Condé-sur-Iton (DA O J.-N. Le Borgne, C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6875/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540