Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Le Vieil-Évreux (Eure) : l’aqueduc dans le tissu urbain. Premiers résultats des fouilles 2008

In Le Vieil-Evreux (Eure Department): The aqueduct in the urban fabric: The initial results from the 2008 excavations

Pierre Wech

Résumé

Les fouilles menées en 2008 sur les ramifications urbaines de l’aqueduc du Vieil-Évreux (27) ont montré l’importance des interactions entre le monument et son milieu. Nous avons ainsi pu étudier l’évolution conjointe d’un monument hydraulique et des occupations humaines qui l’entouraient, mettant notamment en évidence l’existence d’une réparation très ponctuelle du canal, liée au franchissement de ce dernier par une rue.

The 2008 excavations on the urban ramifications of Le Vieil-Evreux aqueduct (Eure Department) have highlighted the significance of interactions between the monument and its environment. The goal of the investigations was to study the joint evolution of a hydraulic monument and of human settlements around it, with a view to detecting the existence of very clear spot repairs of the canal due to the crossing of a street above it.

Texte intégral

Introduction

1Voilà maintenant plusieurs années que nous nous penchons sur les problèmes liés à l’eau au Vieil-Évreux. Cette étude avait débuté en 2003-2004, dans le cadre d’une maîtrise d’archéologie (Wech, 2004). Nous avions pour cela prospecté l’ensemble du tracé connu de l’aqueduc, collecté toutes les informations alors disponibles sur le monument et tenté d’en faire la synthèse pour dresser un état des connaissances à son sujet. Ces recherches firent l’objet d’une première communication lors des Journées archéologiques régionales 2005, et nous amenèrent, deux ans plus tard, à réaliser une première série de sondages sur l’aqueduc afin de mieux comprendre les modalités de la distribution urbaine de l’eau au Vieil-Évreux.

2Les éléments mis au jour en 2007, et présentés ici même l’année passée (Wech, 2008a), nous ont conduits à réaliser en 2008 une seconde campagne de fouilles sur le réseau d’adduction d’eau de cette agglomération gallo-romaine. Le rapport étant toujours en cours de réalisation, nous nous bornerons à présenter ici les premiers résultats et analyses en sachant qu’aucune étude spécialisée n’est encore achevée à l’heure où nous écrivons ces lignes. De nouvelles données seront donc bientôt à disposition, qui pourront sans aucun doute affiner les analyses exposées ici. C’est pourquoi nous ne proposerons aujourd’hui de données chronologiques qu’à titre indicatif.

3Cette fouille, qui s’est déroulée sur une période de six semaines, en août et septembre 2008, s’est faite dans le cadre d’un doctorat en archéologie en cours à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Cette opération a été rendue possible grâce au soutien scientifique et matériel du Service régional de l’archéologie, de la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE) et de l’association Archéo 27, mais aussi et surtout grâce au concours bénévole de trois fouilleurs que nous remercions chaleureusement ici.

Le site du Vieil-Évreux : rapide présentation des données

  • 1 Pour plus de précision, voir la contribution de S. Bertaudière et L. Guyard dans le présent volume.

4Avant de nous lancer dans le cœur de notre exposé, une rapide présentation s’impose. Le site gallo-romain de Gisacum – Le Vieil-Évreux est installé à l’extrémité septentrionale du plateau crayeux de Saint-André, à seulement 6 km à l’est d’Évreux, l’antique Mediolanum Aulercorum, chef-lieu de la cité des Aulerques Eburovices1. Cette proximité et les particularités urbanistiques et architecturales du site ont conduit les archéologues à interpréter cette agglomération comme une ville-sanctuaire, peut-être même le sanctuaire principal des Eburovices (Bertaudière, 2007a et Guyard, 1999).

  • 2 Grand sanctuaire, thermes, théâtre, « forum », « nymphée » et « fana » composent cette parure monum (...)
  • 3 Voir à ce sujet la contribution de C. Hartz dans le présent volume.

5En effet, à son apogée au IIIe siècle (fig. 1), le site se présente sous la forme d’un complexe monumental centré sur un grand sanctuaire et ceinturé par un réseau d’aqueducs2. Ce complexe est entouré par une bande d’habitats adoptant un plan hexagonal irrégulier et délimitant une superficie totale d’environ 250 hectares3.

Fig. 1. Gisacum au IlIe siècle. Plan de l’agglomération antique à son apogée : hypothèse de travail (plan MADE).

  • 4 Voir notamment Wech, 2005 qui propose un bilan général des connaissances sur l’aqueduc.
  • 5 Les questions de la localisation et de la nature de la prise d’eau de l’aqueduc, toujours inconnues (...)

6En ce qui concerne la question de l’approvisionnement en eau du site, il n’est pas dans notre propos aujourd’hui de reprendre l’ensemble des données connues à l’heure actuelle4. Rappelons simplement que, pour pallier le manque de ressource naturelle, les ingénieurs gallo-romains ont projeté et réalisé un ouvrage de plus de 20 km de long, prenant probablement sa source dans la vallée de l’Iton en amont de Damville5.

7À son arrivée dans l’agglomération, l’aqueduc déversait ses eaux dans un bassin de répartition quadrangulaire, partiellement fouillé en 2007, duquel émergeaient au moins deux canalisations principales qui allaient ensuite alimenter en eau les différents monuments du site. Les premiers éléments et le schéma général de ce réseau furent mis en place au début du IIe siècle ap. J.-C., avant de faire l’objet d’importants réaménagements quelques soixante-dix ans plus tard, comme nous le verrons par la suite.

8Problématiques de l’intervention

  • 6 On se reportera, pour plus d’informations, au rapport de fouille (Wech, 2008b) et à la communicatio (...)

9Les fouilles menées en 2007 avaient permis d’affiner considérablement notre connaissance du réseau d’adduction d’eau au sein même de l’agglomération antique de Gisacum, notamment quant au bassin de répartition et à la branche sud qui en émanait. Cette opération avait ainsi permis de mettre en évidence la grande originalité technique du castellum, à savoir un réceptacle en bois inclus dans un bâtiment maçonné et relativement monumental. Les données céramiques, entre autres, avaient permis de confirmer et d’affiner la datation de cette construction, de son abandon et de sa démolition, tandis que, sur la branche sud, était mis en évidence un état encore inconnu de l’aqueduc, vraisemblablement en lien avec le passage à cet endroit d’une rue du polygone d’habitats6.

10Malgré nos recherches, de nombreuses interrogations subsistaient encore sur ces deux zones, mais, en raison de contraintes diverses, seule la zone de la branche sud a pu faire l’objet, en 2008, d’explorations complémentaires : c’est ainsi que nous avons rouvert et considérablement agrandi la zone fouillée en 2007, autour d’un coude formé par le tracé du canal (fig. 2 et 3).

11Le principal objectif de cette opération était, initialement, de mettre au jour et d’étudier les traces d’un pont en bois appartenant au premier état de l’aqueduc, lié au franchissement du vallon mitoyen. Cet ouvrage original, sans comparaison à l’heure actuelle et à notre connaissance dans le monde romain, avait été clairement identifié lors de la fouille de la cour sud des thermes (Bertaudière, 2000 : 117). Nous souhaitions, grâce à l’intervention de 2008, préciser la chronologie de cet aménagement que nous n’avions pu observer en 2007, mais aussi apporter des éléments techniques quant à sa construction et aux modalités de transition et de raccordement entre ce premier ouvrage et l’état maçonné postérieur.

12D’une manière générale, nous souhaitions comprendre, sur une zone donnée, les interactions entre l’aqueduc et son milieu naturel et anthropique. Pour ce faire, il nous a semblé nécessaire d’étudier d’une part l’impact de la construction du canal sur les occupations et le milieu préexistant, et, d’autre part, d’étudier l’évolution conjointe du monument et des dites occupations latérales. Dans ce cadre, il semblait indispensable, entre autre, de dater, comprendre et expliquer la nature de l’état maçonné inédit du canal, mis au jour en 2007.

Fig. 2. Plan des fouilles 2008 (DAOP. Wech).

Fig. 3. Vue d’ensemble de la fouille 2008, après le décapage initial (cliché P. Wech).

La campagne 2008 : premiers résultats

13Afin d’assurer la cohérence de cette présentation et pour éviter les répétitions, nous aborderons ici les données par ordre chronologique, en sélectionnant, pour chaque phase d’occupation reconnue, les informations recueillies dans les différents sondages concernés.

Une première occupation indéterminée

14Tous les sondages, à l’exception du sondage 10 que nous n’avons pu mener jusqu’aux niveaux géologiques, ont révélé les traces d’une première occupation dont les modalités ne peuvent être, à l’heure actuelle, décrites avec précision.

Fig. 5. Plan de localisation des portions du premier état de la voirie vues en fouille (plan P. Wech).

  • 7 Une monnaie a également été découverte dans ces niveaux. Malheureusement, mal conservée et illisibl (...)

15Déjà observée l’année passée, cette occupation, qu’il faut probablement situer dans la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère, se caractérise en premier lieu par une importante anthropisation de la fraction supérieure des limons des plateaux qui constituent ici le sommet du terrain naturel. Charbons, micro-tessons, fragments de coquilles d’huîtres et de moules7, sont en effet fréquents dans ce niveau dont on ne sait s’il s’agit véritablement d’un niveau géologique en place ayant subi une anthropisation superficielle, ou bien d’un important remblai apporté sur l’ensemble de la zone pour une raison inconnue. Cette dernière hypothèse semble toutefois peu probable puisque ne répondant à aucune nécessité apparente. On s’en tiendra donc prudemment à la première interprétation proposée ici.

16Un tel phénomène d’anthropisation du terrain naturel n’est pas sans rappeler les observations qui ont pu être faites en 2001 lors de la fouille préventive de la base archéologique (Bertaudière, 2007b : 26-28), et semble donc indiquer qu’une partie importante de la surface couverte par l’agglomération du IIIe siècle était déjà fréquentée, voire occupée, dès le Ier siècle de notre ère.

Fig. 4. Vue de la tranchée de nature indéterminée creusée dans les limons anthropisés (sondage 07) (cliché P. Wech).

Une structuration de l’espace

17Quelques nouveautés sont apparues en 2008, en la présence de structures fossoyées dont l’interprétation reste délicate. Ainsi, le sondage 07 a-t-il livré une courte portion d’une tranchée étroite et peu profonde, comblée de silex et de limon brun, et creusée dans les premiers niveaux anthropisés (fig. 4). Orientée sud-ouest – nord-est, cette structure présente une largeur d’environ 30 cm pour une profondeur n’excédant pas 15 cm.

18Une structure similaire a été observée dans le sondage 08 : celle-ci présentait une orientation grossièrement nord-sud et était comblée d’un mélange de limon brun orangé et d’argile orangée, rendant malaisée la reconnaissance de ses limites dans le substrat.

  • 8 Voir Bertaudière, 2007b : 31, pour un élément de comparaison avec la tranchée du sondage 08 ; ibid.(...)

19Ces structures, difficilement interprétables en l’état, correspondent sans aucun doute à une première organisation de l’espace, dont la nature se rapproche encore une fois de ce qui a été vu il y a quelques années lors de l’aménagement des locaux de la MADE8. Dans le cas du sondage 07, nous pourrions envisager d’y voir, par analogie, un drain ou une fondation de silex, mais sans certitude. Ces aménagements, postérieurs à la première occupation du site, sont attribuables à la fin du Ier siècle de notre ère, sans plus de précision à l’heure actuelle.

Une première voirie en lien avec un premier aqueduc ?

  • 9 Étant donné les perturbations liées aux occupations postérieures et la faible surface mise au jour (...)

20Le premier élément véritablement structurant de la zone apparaît au tournant des Ier et IIe siècles : il s’agit d’une ou de plusieurs rues9 qui vont durablement structurer la zone. Malheureusement, aucune relation stratigraphique directe entre les structures décrites précédemment et l’établissement de cette première voirie n’a pu être établie : il est donc impossible d’affirmer ici la postériorité de l’un ou l’autre de ces aménagements. Il n’est, dans ces conditions, pas exclus que le « réseau fossoyé » décrit ci-dessus soit contemporain de la voirie plutôt que de l’occupation indéterminée à l’origine de l’anthropisation de la fraction supérieure des limons des plateaux.

21Cette voirie (fig. 5 et 6), dont le revêtement se compose d’une simple couche de silex très hétérogène, pouvant atteindre une vingtaine de centimètres d’épaisseur, est établie directement sur le sommet des limons anthropisés. Déjà observée en 2007, elle avait alors été mise en relation avec la construction des thermes et d’un premier état de l’aqueduc (Wech, 2008a). Comme nous l’avons rappelé plus haut, ce premier état se caractérisait, dans la traversée du vallon des thermes, par un pont en bois dont nous espérions retrouver la trace en 2008.

22Nos espoirs furent malheureusement déçus et force est de constater que, dans l’emprise fouillée, il ne subsiste aucune trace certaine de ce premier état du canal, soit que celui-ci ne se trouvait pas à cet emplacement, soit qu’il ait été en grande partie détruit par les occupations postérieures. Pour mémoire, rappelons que le choix de la zone d’implantation de cette opération (fig. 1) avait été dicté par la présence indiscutable, sur photographies aériennes et cartes de résistivité électrique, de traces appartenant à ce pont en bois et présentant un tracé rectiligne se détachant du canal maçonné postérieur au niveau du coude mis au jour (fig. 7). Que penser de ceci ? Les traces visibles plus à l’est montrent clairement que le pont en bois longeait le flanc nord de la rue. Les sondages réalisés au travers de cette dernière n’ont révélé d’indice ni au nord, ni au sud, ni sous les niveaux de voirie. Peut-être fallait-il alors chercher plus au nord en imaginant que cet état primitif bifurquait vers le septentrion avant la zone décapée ? C’est ce que nous avons voulu vérifier avant rebouchage, en effectuant une rapide tranchée à la pelle mécanique à l’angle nord-est de la fouille, en direction du nord. Longue de 1,2 m, cette ouverture n’a rien révélé de plus.

Fig. 6. Vue de différents niveaux de voirie : à gauche, le premier état, et à droite le plus récent conservé (sondage 06) (cliché P. Wech).

Fig. 7. Vue aérienne du quartier des thermes avec la localisation des différentes portions de l’aqueduc (cliché Archéo 27).

23L’analyse des traces observées plus à l’est ne laissent pourtant que peu de doute quant au tracé du pont en bois, dont les traces auraient dû, semble-t-il, se trouver à l’emplacement d’un fossé bordant un état postérieur de la voirie (voir ci-dessous). Ce fossé, dont l’altitude correspondrait parfaitement, a-t-il donc fait disparaître les traces de ce premier état ? Ne s’agit-il pas alors d’une tranchée de spoliation de matériaux ?

24Cette hypothèse, même si elle demande encore à être étayée, n’en est pas moins séduisante et permettrait d’expliquer certains éléments mis au jour en 2008. En effet, les sondages 04d et 11 ont révélé, sous le fossé bordier, l’existence d’un premier creusement (fig. 8), postérieur au premier état de la voirie, et entièrement comblé d’une argile verdâtre très plastique. Ce matériau, identique à celui observé en 2007 dans le bassin de répartition, au départ d’une canalisation secondaire, nous incite par analogie à attribuer à ce premier creusement une fonction hydraulique (étanchéité pour une canalisation en coffrage de bois par exemple). Par ailleurs, des lambeaux de ce comblement argileux ont également pu être observés en place à la base du fossé bordier dans le sondage 08. Dans ces conditions, il nous semble possible que les traces du pont en bois de l’aqueduc, longeant le flanc nord d’une voirie qui lui est légèrement antérieure, aient été en grande partie détruites par les occupations postérieures, et notamment par le creusement d’un fossé bordier reprenant son tracé. En tout état de cause, nous constatons, dans cette zone de l’agglomération et au début du IIe siècle, la mise en place des premiers éléments d’un réseau de rues dont un tronçon, orienté est-ouest se dirigeait vers le chantier des thermes. Cette rue a probablement été utilisée comme voie d’acheminement pour les matériaux de construction de l’édifice thermal, et a dû servir d’axe pour la mise en œuvre du premier état de l’aqueduc. Une seconde voirie, d’orientation nord-sud, se dirigeait probablement vers le bassin de répartition de l’aqueduc et dut également servir de « support » pour l’implantation du tracé de la branche sud de l’aqueduc.

Fig. 8. Coupe est des sondages 11, 04 c et d figurant un vestige possible de l’aqueduc en bois (dessin P. Wech).

Fig. 9. Vue générale de la portion d’aqueduc mise au jour en 2008, avec le contact des deux états maçonnés (cliché P. Wech).

Un premier aqueduc maçonné

  • 10 Le terme de « radier » désigne ici le fond du canal à proprement parler, sur lequel circulait l’eau (...)

25Dans la deuxième moitié du IIe siècle, plus probablement vers 170-180, ce premier état de l’aqueduc fut remplacé, selon des modalités qui nous échappent encore, par un ouvrage maçonné. Le nouveau canal adoptait un tracé plus méridional, contournant l’édifice thermal au moyen d’un pont sur arcades (fig. 7). La zone décapée en 2008 a permis de reconnaître une partie de ce nouveau tracé, sur une longueur d’environ10 m, et d’en révéler les principales caractéristiques techniques (fig. 9 et 10).

  • 11 En effet, l’altitude du fond du canal, mesurée lors de la fouille, est ici sensiblement égale à cel (...)

26L’altitude relativement élevée des niveaux de sol contemporains (environ 133,10 m NGF) imposait ici la mise en œuvre d’un canal enterré à très faible profondeur, voire même affleurant11. Cette construction nécessita donc en premier lieu le creusement d’une longue tranchée de fondation, perçant par la même occasion les niveaux antérieurs. Orientée nord-sud, celle-ci présentait une largeur d’environ 1,80 m pour une profondeur de 0,40 à 0,60 m.

27Dans cette tranchée fut ensuite aménagé un important hérisson de silex qui allait servir de fondations aux piédroits du canal et à son radier 11. Ce hérisson comporte deux niveaux distincts (fig. 11). Nous trouvons ainsi tout d’abord une couche de silex assez grossiers, disposés sans ordre apparent dans le fond de la tranchée, et dépourvus de mortier. Ces silex étaient noyés dans une matrice d’argile orangée, le tout présentant une épaisseur d’une quinzaine de centimètres. Ce premier niveau est surmonté d’une couche de silex liés avec un mortier rose-orangé, d’une épaisseur de près de 25 cm sur les côtés, et de seulement 10 à 15 cm au centre, formant ainsi cuvette pour le futur canal. Ce hérisson fut réalisé en tranchée pleine, comme en témoignent son aspect irrégulier, mais aussi la présence, en plusieurs points, d’une semelle de fondation débordante due au trop-plein de mortier qui s’est répandu hors de la tranchée, sur les niveaux de sol contemporains de la construction. Sur ces fondations furent ensuite édifiés les deux piédroits du canal. D’une largeur de 60 cm chacun, ils sont constitués d’un blocage de silex lié au mortier orangé et présentent sur leurs deux faces, à l’extérieur comme à l’intérieur du specus, un parement régulier fait de moellons calcaires avec des joints tirés au fer (fig. 11). Ces blocs de parement offrent une face carrée de 10 à 12 cm de côté. La construction présente ainsi un visage parfaitement homogène et soigné.

Fig. 10. Coupe de l’aqueduc et des niveaux de voirie adjacents (dessin P. Wech).

28Le radier du canal fut enfin aménagé entre les piédroits, ceux-ci faisant donc office de coffrage. On note en premier lieu la mise en place d’une couche d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur constituée de galets siliceux liés à la chaux. Furent ensuite disposés, sur les parois, des enduits d’étanchéité en mortier de tuileau présentant, dans la zone observée, trois couches distinctes, pour une épaisseur totale de 10 cm. Ces éléments peuvent être interprétés soit comme des enduits d’étanchéité ayant recouvert les piédroits sur toute leur hauteur et dont l’essentiel aurait disparu, soit comme des bourrelets d’étanchéité installés seulement à la base des parois afin de prévenir toute infiltration. Ces deux hypothèses ne sont pas exclusives l’une de l’autre et l’on peut tout aussi bien restituer aux trois couches d’enduit observées des fonctions différents. L’ensemble fut, en dernier lieu, recouvert d’un fin enduit blanchâtre. Le canal ainsi obtenu offrait une largeur interne de 50 cm.

  • 12 Le canal de l’aqueduc du Mont-d’Or, à Lyon, mesure 50 cm de large pour des piédroits de 65 cm de ha (...)

29Il est difficile de restituer l’élévation disparue du monument. Les vestiges mis au jour en 2007 et 2008 ont révélé au maximum trois assises conservées, soit une hauteur hors sol de 30 cm. Étant donné la largeur du canal et l’importance de ses fondations, il semble évident qu’il faille lui restituer une hauteur bien supérieure à celle conservée. Par analogie avec d’autres monuments du même type12, il semble possible de restituer au canal une hauteur minimale de 50 cm, ce qui justifierait à la fois l’épaisseur des piédroits pour résister à la pression interne de l’eau et celle des fondations pour supporter un tel poids.

  • 13 II est inutile de développer les exemples d’aqueducs voûtés tant ils sont nombreux et bien connus ( (...)

30En ce qui concerne le mode de couverture du canal, aucun élément matériel n’a été découvert qui permettrait de trancher entre une voûte cintrée ou des dalles juxtaposées, les deux solutions étant techniquement réalisables et présentant de nombreux parallèles13. Dans le premier cas, la hauteur totale du monument, à partir du sol de l’époque, serait donc portée à plus d’un mètre, tandis que dans la seconde hypothèse cette hauteur atteindrait environ 60 cm.

Fig. 11. Vue extérieure du hérisson de fondation de l’aqueduc et de son élévation parementée (sondage 06) (cliché P. Wech).

Fig. 12. Vue de l’aire de gâchage de mortier découverte dans le sondage 07 (cliché P. Wech).

31En tout état de cause, il est absolument certain que le canal émergeait ici largement de sa tranchée et présentait donc un caractère partiellement aérien sur lequel nous reviendrons plus bas.

Des traces du chantier de construction

  • 14 Pour mémoire, rappelons que le mortier gallo-romain est principalement un mélange d’eau, de chaux e (...)

32De nombreuses traces subsistent de ce chantier, parmi lesquelles une petite aire de gâchage de mortier identifiée et fouillée dans le sondage 07, au contact de la voirie : couvrant une faible surface, cette aire se présentait comme une cuvette peu profonde, de plan grossièrement circulaire (diamètre approximatif 1 m), comblée en surface par un mortier rose orangé (fig. 12). Le fond de la cuvette était quant à lui tapissé de plaques de chaux et de poches de sable ferrugineux, principaux constituants de ce mortier14.

33Une seconde aire de gâchage a pu être restituée au nord de la rue, hors de l’emprise décapée initialement. Seule sa périphérie a pu être fouillée manuellement, livrant de nombreux nodules de ce même mortier rose orangé, et un fin niveau du même matériau se prolongeant dans la coupe, vers le nord. La réalisation, le dernier jour, d’une tranchée exploratoire à l’angle nord-est de la fouille, vers le nord, a permis de mieux cerner l’étendue de cette aire de travail, dont l’importance semble bien supérieure, en termes de surface, à celle observée au sud de la rue.

  • 15 Réalisées par A. Coutelas (chercheur associé UMR 5594).

34Des analyses de mortier en cours15 permettront sans doute de rattacher ces aires de gâchage à une étape précise du chantier de construction : aménagement des fondations, construction des piédroits ou mise en place du radier.

35Notons ici que la rue elle-même ne semble pas, pour ce qui en a été vu, avoir servi d’aire de travail lors de ce chantier de construction : axe de circulation et d’approvisionnement en matériaux, la chaussée dut donc rester dégagée et fonctionnelle pendant la durée des travaux. Nous avons en revanche observé l’utilisation des surplus de matériaux comme recharge de voirie : les sondages 04c, 06 et 11 ont en effet tous les trois livré une couche plus ou moins conséquente de chaux, étalée à la surface du revêtement de rue. Là encore, les analyses en cours permettront peut-être de déterminer l’appartenance de cette chaux à une phase précise de la construction du premier canal maçonné.

L’impact de l’aqueduc maçonné sur son milieu

36Nous l’avons vu, cet ouvrage n’a pas été implanté en terrain vierge. Sa construction a donc perturbé les occupations antérieures et, a contrario, a dû s’adapter à cette situation. De direction nord-sud, le canal a en effet coupé perpendiculairement la première voirie, rendant probablement hors d’usage cet axe primitif. Cependant, la fouille a mis en évidence l’existence de nombreuses recharges de sol postérieures à la construction de l’aqueduc. Ces éléments nous indiquent ainsi avec certitude que la rue avait malgré tout été maintenue en fonction dans son tracé originel.

  • 16 Les études documentaires sont en cours pour trouver des parallèles. Il semble qu’une voie romaine a (...)

37Une telle observation indique sans aucun doute que les ingénieurs antiques avaient eu recours à un aménagement spécifique du canal afin de faciliter son franchissement par la chaussée et ses usagers. On imagine en effet difficilement chariots et même piétons « enjambant » une structure d’un mètre de haut. Il faut donc nécessairement restituer ici un tronçon de l’aqueduc surbaissé et probablement couvert au moyen de dalles juxtaposées16.

38Cette hypothèse s’appuie notamment sur la découverte, dans le comblement du canal, d’éléments de dalles provenant vraisemblablement de la couverture du specus. Ces éléments, bien qu’appartenant à un état postérieur de l’ouvrage, permettent de conforter quelque peu la restitution proposée ici. En outre, accompagnant ce premier dispositif, et facilitant encore le franchissement aérien du canal par des véhicules de toute sorte, nous avons pu observer la mise en place, après la construction de l’ouvrage, d’une épaisse recharge de voirie formant une rehausse de 15 à 20 cm de la bande de roulement au contact du canal. Ceci aboutit à la création d’une rampe inclinée permettant à la rue de franchir l’obstacle constitué par l’aqueduc.

39La question de son insertion dans son milieu est donc complexe et révèle de nombreuses interrelations : élément perturbateur, l’aqueduc a mis physiquement à mal les installations préexistantes, tout en instaurant de nouvelles lignes directrices pour l’aménagement et l’urbanisation de la zone. Réciproquement, la présence et le maintien de structures antérieures a nécessité la mise en œuvre de solutions techniques spécifiques, notamment pour permettre à la voirie « d’enjamber » le canal. Ces considérations montrent tout l’intérêt qu’il peut y avoir à étudier un monument dans son environnement et non pas simplement pour lui-même.

L’aqueduc dans le paysage urbain

40L’aire ouverte en 2008 a révélé sans aucune ambiguïté le caractère aérien de l’ouvrage, au moins dans cette zone. Nous savons en effet désormais que celui-ci émergeait considérablement du sol et était donc visible pour les contemporains.

41Cette constatation prolonge les considérations que nous avions pu faire l’année passée puisqu’il était apparu, autour du bassin de répartition, que les deux branches urbaines de l’aqueduc, très mal conservées à cet endroit, étaient certainement visibles hors-sol (Wech, 2008a : 17). Par ailleurs, le bassin étant installé sur un point haut artificiellement aménagé au moment de sa construction, il est aujourd’hui possible d’affirmer que l’ensemble des ramifications urbaines de l’aqueduc étaient, sinon aériennes, du moins affleurantes et en tout cas visibles pour les contemporains.

42Que nous apprend ceci ? Cette caractéristique n’est-elle pas tout simplement une conséquence de la topographie des lieux ? Quand on se penche plus précisément sur la question, sachant les connaissances et le pragmatisme des ingénieurs antiques, l’idée même de deux branches pour l’aqueduc semble étrange. Il aurait en effet été beaucoup plus simple, techniquement parlant, et surtout beaucoup moins onéreux, de réaliser un canal central unique, équipé de dérivations latérales pour alimenter chaque monument. Un tel système est parfaitement envisageable d’autant plus qu’il a été mis en œuvre au Vieil-Évreux même pour le raccordement des thermes à l’aqueduc (Wech, 2008c : 138 ; Wech, 2004 : 331-337).

43Ce schéma aurait par ailleurs permis d’économiser la construction d’un bassin de répartition, mais aussi et surtout d’un pont en bois de quelques 400 m de long, remplacé ensuite par un pont maçonné comprenant 53 arcades. De tels ouvrages, complexes à réaliser et, qui plus est, particulièrement coûteux, n’auraient pas été nécessaires dans l’hypothèse d’un tracé unique, contournant au nord le vallon des thermes.

44Dans ces conditions, comment expliquer ce choix, manifestement réfléchi de la part des ingénieurs antiques ? Il ne s’agit pas d’un hasard, mais plutôt d’une volonté délibérée de scinder le flux de l’aqueduc en deux canaux distincts ceinturant en totalité le centre monumental. Quand on ajoute à cela le caractère visible de l’ouvrage, largement amplifié par l’aspect grandiose de son pont sur arcades, on comprend que l’eau, à travers l’aqueduc, a joué un rôle majeur dans la structuration et l’urbanisme de cette « ville-sanctuaire ».

45En effet, à l’intérieur même du polygone, avait été mise en place une limite à la fois symbolique et tout à fait concrète que devaient obligatoirement franchir les fidèles pour accéder ensuite aux temples (fig. 1). Dans cette perspective, l’eau, pourtant naturellement absente du site, occupait une place primordiale dans l’organisation spatiale du sanctuaire, mettant en scène l’espace cultuel et ses limites. C’est là tout le paradoxe de ce site décidément hors-norme.

Une réfection du canal maçonné

46Pendant plusieurs décennies, jusqu’à une date encore inconnue du IIIe siècle, l’aqueduc fut donc « enjambé » quotidiennement par les hommes, les bêtes et les véhicules empruntant chaque jour la rue qui fut, on l’a vu, maintenue en service malgré la construction du canal. Ces passages répétés, on l’imagine aisément, n’ont pas été sans conséquence sur la bonne tenue de la structure du monument. En 2007, la fouille de l’aqueduc au contact de la voirie avait mis au jour, dans le prolongement du canal déjà connu, un nouvel état, également maçonné, que nous avions alors proposé d’interpréter comme une réfection très ponctuelle de l’ouvrage, en lien avec le franchissement de la voirie (Wech, 2008a : 17). Cette hypothèse avait connu un accueil mitigé.

Fig. 13. Vue des parements extérieurs du canal : à droite, le premier état maçonné, à gauche, la réfection (cliché P. Wech).

47En 2008, l’élargissement des fouilles a révélé que cet état est très localisé et correspond à peu près exactement à la largeur de la rue qui lui est perpendiculaire. En effet, au-delà de la chaussée, vers le sud, le canal retrouve l’aspect décrit plus haut (fig. 2 et 9). Il est donc évident, au vu de ces nouveaux éléments, que nous sommes bel et bien en présence d’une réparation du canal maçonné endommagé par le passage de la rue sur ses dalles de couverture. Notre hypothèse est donc confirmée. Afin de refaire la portion endommagée de l’ouvrage, les architectes antiques ont tout d’abord « purgé » les structures touchées : le radier et les piédroits du canal primitif furent ainsi détruits sur une longueur de 4,5 m. Le hérisson de fondation fut quant à lui conservé afin de servir de support à la nouvelle construction. Cette opération a nécessité, de part et d’autre du canal, le creusement d’une tranchée de réfection qui a, une nouvelle fois, percé les niveaux de voirie mitoyens.

48Le nouvel ouvrage reprend exactement l’orientation et les mensurations du canal antérieur : les nouveaux piédroits mesurent donc 60 cm de large et sont faits d’un blocage de silex lié au mortier jaune-orangé. À l’extérieur, les constructeurs ont remployé les blocs de parement en petit appareil en calcaire afin d’assurer l’homogénéité esthétique de l’ensemble. En revanche, le parement intérieur n’est fait que de blocs de silex grossièrement taillés, rompant ainsi avec la belle ordonnance de l’état précédent (fig. 2). Entre ces piédroits fut ensuite coulée, en guise de radier, une couche de mortier de tuileau épaisse de 15 à 20 cm. Aucun bourrelet ni enduit d’étanchéité ne semble avoir été mis en place dans le cadre de cette réfection.

49Des éléments du dallage servant probablement de couverture au canal ont été retrouvés dans le comblement du specus, à l’endroit de la réfection. Ceci nous indique clairement, pour cette phase, la nature du couvrement de l’aqueduc. Il est intéressant de constater que ces dalles ont été taillées dans des tambours de colonne récupérées. Des études comparatives et des analyses métrologiques sont en cours pour tenter de déterminer l’origine de ces colonnes.

50De nombreux indices plaident en faveur d’un chantier réalisé dans la précipitation et sans grand soin, motivé par la nécessité de rétablir au plus vite le flux de l’aqueduc en direction des thermes. Il s’agit en premier lieu, comme nous l’avons souligné, de l’absence de parement interne : parfaitement invisible depuis l’extérieur, cet aménagement dut être jugé superflu et son temps d’exécution trop long. De la même façon, les joints du parement extérieur sont de bien plus mauvaise qualité que ceux de l’état antérieur (fig. 13). Là encore, la vitesse d’exécution, peut-être couplée à la mauvaise qualité du matériau, sont sans aucun doute à l’origine de la malfaçon. Enfin, dernier élément : la structure du radier, dépourvue d’étanchéification et réalisée en une unique opération, révèle à nouveau le caractère rapide et bâclé de la nouvelle construction.

Voiries et occupations tardives

51Une nouvelle fois, nous savons avec certitude que la rue, malgré sa dégradation, fut maintenue en service. Comme la première fois, les déchets engendrés par le chantier de l’aqueduc ont été utilisés pour la remise en état et l’entretien de la chaussée. En premier lieu, nous avons pu constater, dans les sondages 04c et 10 que les matériaux issus de la démolition du canal primitif avaient servi à combler les tranchées de réfection, de part et d’autre du monument. Dans un second temps, d’importants rejets de mortier de tuileau, correspondant vraisemblablement à celui utilisé pour le nouveau radier, ont été observés servant de recharge de voirie (sondages 04c, 06 et 10).

52Il est plus que probable, dans ces conditions, que les modalités de franchissement du canal par la rue, aient été les mêmes que pour l’état antérieur. Cette observation rejoint ce qui a été dit précédemment sur la nature de la couverture du canal restauré.

53De part et d’autre de l’aqueduc maçonné, de nombreux témoins d’une importante occupation ont pu être observés lors de la fouille, sous la forme notamment de couches d’occupation et de rejets divers (alimentaires, céramiques, etc.). Cependant, alors qu’aucune structure particulière n’avait pu être identifiée pour la période comprise entre la construction et la réfection du canal maçonné, nos investigations ont révélé plusieurs éléments intéressant les occupations tardives des lieux.

54En premier lieu, et par ordre chronologique, la fouille a mis en évidence l’existence, longeant la voirie au nord, d’un fossé bordier peu profond, à fond plat et d’une largeur d’environ 2 m pour une profondeur conservée n’excédant pas 30 à 35 cm. Ce fossé, recoupant peut-être un état antérieur non reconnu à la fouille, est associé à l’un des derniers états observés de la voirie. Il a servi, tout comme l’ensemble de la zone fouillée au nord de la rue, de dépotoir (fig. 14). Ces niveaux de rejets ont par ailleurs empiété partiellement sur la surface de la chaussée. Cette zone de « décharge » semble avoir été en fonction dès la construction de l’aqueduc maçonné, comme l’indique la stratigraphie observée en fouille.

55Cet important dépotoir a livré un très abondant matériel céramique, en cours d’étude, incluant tous types de récipients. Signalons par curiosité la présence de quelques fonds de vases utilisés comme lampes à huile, un autre comme coupelle à peinture (pigments blanchâtres), et l’abondance de fonds retaillés à des fins inconnues. Par ailleurs, de nombreux vestiges alimentaires (ossements animaux, coquilles d’huîtres et de moules) ont été découverts, certains portant des traces incontestables d’un artisanat de l’os (tabletterie). Ont également été mis au jour des éléments métalliques, parmi lesquels de nombreux clous, mais aussi une emboîture de canalisation en fer, etc. Notons enfin, toujours dans ces niveaux dépotoirs, deux trouvailles relativement rares : un possible outil de potier en fer et une amulette en bois de cerf, en parfait état de conservation, et présentant un décor de cercles concentriques autour d’un bouton central en haut relief, réalisé au tour à arc (fig. 15).

56Ces niveaux, dont la datation reste encore à établir, ont été à leur tour recoupés par des occupations postérieures se matérialisant sous la forme de deux trous de poteaux (sondages 08 et 11, fig. 2) et d’une étroite tranchée correspondant peut-être (mais sans aucune certitude) au négatif d’une sablière basse. Nous avons donc ici les traces d’une occupation relativement tardive du site, qu’il faut probablement attribuer à la seconde moitié du IIIe siècle, voire au début du IVe siècle. La nature de cette occupation reste encore à déterminer.

Abandon et démolition du canal maçonné

57Alors que l’occupation se poursuivait dans la zone, qu’advenait-il de l’aqueduc ? Nous avions pu montrer, l’année passée, que le canal fut probablement utilisé et entretenu jusqu’à la fin du IIIe siècle. Les découvertes récentes ne contredisent en rien ces conclusions qui restent donc d’actualité.

58L’étude du comblement du canal a, en revanche, apporté de nouveaux éléments quant à la phase de récupération qui a suivi l’abandon du monument. La conservation différentielle des piédroits, présentant aujourd’hui l’aspect d’un escalier de l’intérieur vers l’extérieur du canal (fig. 9) indique sans l’ombre d’un doute que les récupérations se sont faites depuis le specus, espace vide et donc facilement accessible. Le caractère partiel de ces spoliations évoque en outre l’opportunisme des récupérateurs qui ont disposé uniquement des matériaux directement à leur portée et visibles hors du sol, sans avoir recours à des terrassements trop importants. Il semble possible qu’il ne s’agisse pas ici, contrairement à ce qui a été mis en évidence sur les thermes, d’un vaste chantier de démolition public (Bertaudière, 2000).

Fig. 14. Vue du fossé bordier de la voirie en cours de fouille (gauche) et après la fouille (droite) (clichés P. Wech).

Fig. 15. Médaillon en bois de cerf découvert dans le fossé bordier (cliché P. Wech).

59La fouille a montré que le comblement du canal correspond à un acte volontaire et non à un fait naturel et progressif : la présence, en quantité, d’éléments de démolition (clouterie, tuiles, mortier, etc.), provenant probablement de structures proches, suggère qu’il s’agit d’un remblai intentionnel. Cela indique également probablement que l’occupation s’était maintenue dans cette zone jusqu’à cette date, puisqu’on a pris soin de ne pas laisser d’ouverture béante en ces lieux. Ce rebouchage est intervenu, au plus tôt, au milieu du IVe siècle comme nous l’indique la présence dans ces remblais d’un nummus de l’impératrice Théodora, frappé entre 337 et 340.

60Nous pouvons donc retracer ainsi la fin de vie de la branche sud de l’aqueduc : utilisation jusqu’à la fin du IIIe siècle, voire le début du suivant, puis récupération partielle des matériaux durant la première moitié du IVe siècle avant comblement définitif vers 350.

Conclusion

61Arrivé à la fin de cette présentation des premiers résultats des fouilles 2008, il n’est pas aisé de synthétiser ces données, tant elles sont nombreuses et variées. Retenons la succession des différents états de l’aqueduc, dont le premier, en bois, échappe toujours à nos recherches, et dont une réfection ponctuelle a pu être mise en évidence. Retenons également la complexité des interactions entre l’aqueduc et son milieu anthropique et naturel, entre perturbations et adaptations. Retenons enfin la richesse et la longévité des occupations latérales, dont les dépotoirs nous ont livré un abondant mobilier dont l’étude éclairera sans doute d’un jour nouveau notre connaissance de ce quartier de l’agglomération.

62Cette campagne de fouilles, riche en enseignements, a ainsi permis d’accroître considérablement notre connaissance de l’aqueduc et de son milieu. La place du monument dans cette agglomération si particulière apparaît de plus en plus importante, comme un élément majeur de la mise en scène urbanistique et démesurée de la ville-sanctuaire. B

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bertaudière S., Guyard L, dir. (2000) – Le Vieil-Évreux (Eure). « Les Terres Noires », thermes gallo-romains. Document final de synthèse de fouille programmée 1996-1998. Evreux, Conseil général de l’Eure.

— (2007a) – Le Vieil-Evreux (Eure) – Le grand sanctuaire. Document final de synthèse : fouille programmée 2006. Evreux, Conseil général de l’Eure.

— (2007b) — Le Vieil-Evreux (Eure). Base archéologique. Document final de synthèse : fouille archéologique préventive 2001. Evreux, Conseil général de l’Eure.

Blanc P.-M., Gazagne D., Wech P. (2008) – L’eau à Bosra : approche diachronique. Nouvelles données et état de la question. L’eau : enjeux, usages et représentations. Actes du 4e colloque de la Maison René-Ginouvès, Nanterre 6-8 juin 2007, p. 29-41. Paris, De Boccard.

Burdy J. (2002) – Les aqueducs romains de Lyon. Presses universitaires de Lyon.

Fabre G., Fiches J.-L., Paillet J.-L. (2000) – L’aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard : archéologie, géosystème, histoire. Paris, CNRS, 2000.

Guyard L., Lepert T. (1999) — Le Vieil-Evreux : ville sanctuaire gallo-romaine. Archéologia, 359, septembre, p. 20-29. Dijon, éditions Faton.

Wech P. (2004) — L’alimentation en eau de la ville-sanctuaire du Vieil-Evreux (Eure). Approche topographique et archéologique de l’aqueduc. Mémoire de maîtrise, sous la direction de F. Dumasy, septembre 2004. Paris.

— (2005) — L’alimentation en eau de la ville-sanctuaire du Vieil-Evreux (27). Haute-Normandie archéologique, 10, p. 77-86. Rouen, Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie.

— (2008a) — La distribution de l’eau sur le site gallo-romain du Vieil-Evreux. Premiers résultats des fouilles 2007 sur le bassin de répartition et le réseau d’aqueducs. Haute-Normandie archéologique, 13, p. 5-19. Mont-Saint-Aignan, CRAHN.

— (2008b) — Le Vieil-Evreux/Sylvains-les-Moulins (Eure). Aqueduc gallo-romain du Vieil-Evreux. Document final de synthèse : fouille archéologique programmée 2007. Le Vieil-Evreux.

— (2008c) – L’aqueduc du Vieil-Evreux (Eure). Etat de la recherche. Cahiers des thèmes transversaux ArScAn, VII, 2005-2006, Thème 8 : Bâti et habitat, p. 135-139. Paris, CNRS.

Notes

1 Pour plus de précision, voir la contribution de S. Bertaudière et L. Guyard dans le présent volume.

2 Grand sanctuaire, thermes, théâtre, « forum », « nymphée » et « fana » composent cette parure monumentale mise en œuvre entre le début du IIe et le milieu du IIIe siècles.

3 Voir à ce sujet la contribution de C. Hartz dans le présent volume.

4 Voir notamment Wech, 2005 qui propose un bilan général des connaissances sur l’aqueduc.

5 Les questions de la localisation et de la nature de la prise d’eau de l’aqueduc, toujours inconnues à ce jour, font l’objet de toutes les interrogations depuis maintenant plus de deux siècles. Voir les dernières mises au point dans Wech, 2004 : 197-240 ; Wech, 2005 et Wech, 2008b : 15-24.

6 On se reportera, pour plus d’informations, au rapport de fouille (Wech, 2008b) et à la communication qui en avait été tirée pour les Journées archéologiques de Haute-Normandie (Wech, 2008a)

7 Une monnaie a également été découverte dans ces niveaux. Malheureusement, mal conservée et illisible, elle ne peut être datée avec précision.

8 Voir Bertaudière, 2007b : 31, pour un élément de comparaison avec la tranchée du sondage 08 ; ibid. : 25 et 44, pour la tranchée observée dans le sondage 07. 6 On se reportera, pour plus d’informations, au rapport de fouille (Wech, 2008b) et à la communication qui en avait été tirée pour les Journées archéologiques de Haute-Normandie (Wech, 2008a)

9 Étant donné les perturbations liées aux occupations postérieures et la faible surface mise au jour dans chaque sondage, il est difficile de se prononcer sur le tracé et donc le nombre de ces voiries : il pourrait tout aussi bien s’agir d’un carrefour de rues.

10 Le terme de « radier » désigne ici le fond du canal à proprement parler, sur lequel circulait l’eau. Il faut distinguer ce radier du « hérisson » qui correspond à la fondation du canal et de ses murs latéraux. Enfin, le terme de « specus » désigne, chez les auteurs latins, le canal lui-même.

11 En effet, l’altitude du fond du canal, mesurée lors de la fouille, est ici sensiblement égale à celle des niveaux de voirie qui servaient de sol au moment de sa construction (Wech, 2008a).

12 Le canal de l’aqueduc du Mont-d’Or, à Lyon, mesure 50 cm de large pour des piédroits de 65 cm de haut. Toujours à Lyon, l’aqueduc du Gier présente une largeur de 55 cm pour des piédroits d’environ 100 cm de haut (Burdy, 2002). Plus réduit, le canal de l’aqueduc d’Amiens présente une section de 45 cm2. À Chartres, le canal mesure 60 cm de large et les piédroits 160 cm de haut. Enfin, à Paris, les dimensions du canal sont de 40 cm de large pour une hauteur de 50 cm (données personnelles).

13 II est inutile de développer les exemples d’aqueducs voûtés tant ils sont nombreux et bien connus (voir notamment ceux de Nîmes et de Lyon, récemment publiés ; Fabre, 2000 ; Burdy, 2002). Les exemples d’aqueducs couverts de dalles, certes moins fréquents, ne sont pas pour autant exceptionnels, particulièrement dans les portions aériennes : voir par exemple le cas de Bosra en Syrie (Blanc, 2008), mais aussi ceux de Lyon et Nîmes déjà cités, Amiens, Carhaix, Le Mans, Troyes, etc.

14 Pour mémoire, rappelons que le mortier gallo-romain est principalement un mélange d’eau, de chaux et de sable, auxquels peuvent s’ajouter, le cas échéant, des éléments de terre cuite destinés à donner au mortier un caractère imperméable propre à des fonctions hydrauliques.

15 Réalisées par A. Coutelas (chercheur associé UMR 5594).

16 Les études documentaires sont en cours pour trouver des parallèles. Il semble qu’une voie romaine ait ainsi franchi un tronçon de l’aqueduc d’Arles, couvert de dalles (source internet, en cours de vérification).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Gisacum au IlIe siècle. Plan de l’agglomération antique à son apogée : hypothèse de travail (plan MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 2. Plan des fouilles 2008 (DAOP. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Fig. 3. Vue d’ensemble de la fouille 2008, après le décapage initial (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5. Plan de localisation des portions du premier état de la voirie vues en fouille (plan P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4. Vue de la tranchée de nature indéterminée creusée dans les limons anthropisés (sondage 07) (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 6. Vue de différents niveaux de voirie : à gauche, le premier état, et à droite le plus récent conservé (sondage 06) (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7. Vue aérienne du quartier des thermes avec la localisation des différentes portions de l’aqueduc (cliché Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8. Coupe est des sondages 11, 04 c et d figurant un vestige possible de l’aqueduc en bois (dessin P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 9. Vue générale de la portion d’aqueduc mise au jour en 2008, avec le contact des deux états maçonnés (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 10. Coupe de l’aqueduc et des niveaux de voirie adjacents (dessin P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 11. Vue extérieure du hérisson de fondation de l’aqueduc et de son élévation parementée (sondage 06) (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 12. Vue de l’aire de gâchage de mortier découverte dans le sondage 07 (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 13. Vue des parements extérieurs du canal : à droite, le premier état maçonné, à gauche, la réfection (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 14. Vue du fossé bordier de la voirie en cours de fouille (gauche) et après la fouille (droite) (clichés P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 15. Médaillon en bois de cerf découvert dans le fossé bordier (cliché P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6874/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540