Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2008

The large central sanctuary in Le Vieil-Évreux (Eure Department): Results of the 2008 campaign

Laurent Guyard et Sandrine Bertaudière

Résumé

Le grand sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux a fait l’objet de nombreuses fouilles au XIXe siècle. Après une reprise de l’étude par l’examen des archives de fouilles anciennes, une fouille programmée a été initiée à partir de 2005. Ces recherches ont conduit à proposer un calage chrono-stratigraphique de l’ensemble des vestiges. La campagne 2008 a apporté des éléments déterminants sur les modes d’occupation des temples du Ier siècle, sur les niveaux de construction du dernier ensemble monumental (fin IIe – début IIIe siècle) et sur la réoccupation au sein d’un castellum à la période tardo-antique.

Texte intégral

1Le grand sanctuaire du Vieil-Évreux occupe le cœur d’une vaste ville sanctuaire satellite de l’agglomération antique d’Évreux. Au IIe siècle de notre ère, cette agglomération adopte une forme polygonale exceptionnelle et atteint une surface de 250 ha, dont près de 60 ha sont occupés par une bande bâtie de 100 m de large formant une couronne autour du cœur monumental. Dans ce dernier, des thermes, un vaste temple, un théâtre, un forum et divers temples occupent un vaste espace dégagé de 180 ha, recoupé par quelques rues et un réseau d’aqueducs. Au centre de cette ville originale, le sanctuaire occupe un espace de 6 ou 8 ha. La partie centrale se compose d’un ensemble monumental de 111 m de long constitué de trois temples sur podium reliés par des galeries de liaison.

Les interventions archéologiques récentes

2Les principales données antérieures aux fouilles actuelles concernant le monument consistent en notes, textes et plans anciens, quelques photographies aériennes et des prospections géophysiques. Déjà fouillé au XIXe siècle, le cœur du sanctuaire a fait l’objet d’observations ponctuelles dans le village du Vieil-Évreux à partir de 1999. En 2005, une première fouille programmée a été entreprise sous forme de sondages destinés à mesurer le potentiel stratigraphique du site. Ils ont permis d’établir un premier calage chrono-stratigraphique du site. En 2006 et 2007 furent entrepris de grands dégagements mécaniques destinés à enlever les volumineux remblais liés aux fouilles anciennes.

3En 2008, l’avant-dernière campagne de la fouille programmée triennale 2007-2009 a porté sur deux des principales phases d’occupation du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux : la période flavio-antonine et la période sévérienne. Les derniers déblais de fouilles anciennes furent quant-à eux presque totalement évacués.

Rappel sur les données antérieures à la campagne 2008

Les premières occupations (dernier quart Ier siècle av. J.-C. – milieu Ier siècle ap. J.-C.)

4Les informations sur les occupations anciennes ont été obtenues lors de sondages profonds très ponctuels. L’origine de l’implantation des occupations sur le site pourrait résider dans l’existence d’une dépression modeste en tête de thalweg est-ouest affluent d’un thalweg plus important provenant du nord et se dirigeant vers les thermes. Les premières traces d’occupation datent du dernier quart du Ier siècle av. J.-C., sans toutefois exclure une occupation plus ancienne. Une céramique a été retrouvée écrasée sur le sol initial, mais son type peut perdurer de La Tène D2 jusqu’à l’époque augustéenne.

5Différentes phases d’occupation bien marquées succèdent à cette première implantation durant la période augustéenne ; quelques trous de poteaux, une succession de fours et un sol de cailloutis de silex en témoignent. La présence de nombreux charbons sur les sols a été mise en relation avec une succession de fours, encore simplement repérés.

Fig 1. Plan du monument flavio-antonin.

6À l’époque tibéro-claudienne, un sol repère, constitué d’une argile sableuse jaune, recouvre une surface étendue dans laquelle des trous de poteaux et un solin sont présents. La fouille de ces zones permettra de les caractériser.

Un premier sanctuaire maçonné flavio-antonin

7Le premier sanctuaire maçonné apparaît à l’époque flavienne (fig. 1). Il est constitué d’un temple rond d’environ 12 m de diamètre (le plus ancien) et de deux temples de type fanum alignés et reliés par des galeries à colonnades fermées par de petites balustrades en bois probablement ajourées. Durant la période antonine, ce sanctuaire est embelli. Les sols en béton à tuileau lissé sont remplacés par des dallages, et les murs sont vraisemblablement revêtus de placages en partie basse et d’enduits peints en partie haute. À l’extérieur, le sol de la cour central est constitué d’un dallage monumental. L’extension de ce sanctuaire est difficile à préciser.

8Il ne devait pas, dans un premier temps, dépasser la rue observée au sud. À titre d’hypothèse, s’il est centré par rapport à un péribole limité par la rue, l’enceinte aurait un périmètre de 80 m de côté, enserrant une surface d’environ 6 500 m2. Dans un second temps, l’enceinte est probablement agrandie, peut-être en prévision de la construction de l’ensemble monumental suivant. C’est peut-être dans ce cadre qu’aurait été édifié un groupe de trois fana repérés par prospection aérienne en 1976 à l’angle sud-ouest du péribole du sanctuaire. Ces trois fana, plus grands que les précédents, auraient pu être construits afin d’assurer la transition entre les trois temples flavio-antonin et les trois temples monumentaux de l’époque sévérienne, en maintenant les activités religieuses. Cette hypothèse de trois fana de transition, reste néanmoins à confirmer par des observations de terrain, mais la réfection (au moins partielle) de cet ensemble, visible sur les clichés, et la réorientation légère des murs, semble indiquer deux phases de construction, dont la dernière s’accorderait bien avec la construction du dernier ensemble monumental.

Un sanctuaire monumental durant la période sévérienne

9Vers la fin du IIIe siècle, le monument flavio-antonin est rasé et les remblais de démolition sont enlevés afin de construire les trois temples sur podium. Le monument, achevé après une longue phase de travaux entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe s’inscrirait enfin pleinement dans la volonté de monumentalisation globale du site voulue dès le début du IIe siècle, lors de la création de la ville polygonale (fig. 2).

10Ce monument se compose d’un temple central relié aux deux autres temples par des galeries de liaison constituées d’un double portique et d’une terrasse dans la partie haute, et d’une galerie et de pièces dans la partie correspondant au rez-de-jardin. Autour, de grands espaces sont occupés par des cours, notamment à l’est, où une avant-cour précédée d’un portique est pressentie.

11À la fin du IIIe siècle, le sanctuaire est définitivement fermé.

La fortification tardo-antique

12Le site est réoccupé durant l’antiquité tardive, probablement vers le troisième quart du IIIe siècle. Un castellum est érigé : les trois temples sont entourés d’une enceinte ovoïde, occupant un espace de 200 m de long sur 90 m de large, constituée d’un grand fossé doublé d’un talus d’environ 15 m de large.

13Le fossé, déjà observé partiellement par le passé (vers 1836) puis plus récemment lors des surveillances d’enfouissement de réseaux dans le village, avait aussi été cartographié grâce aux prospections géophysiques réalisées sur le terrain de sport communal.

14Le talus interne de ce fossé (vallum), qui n’avait jamais été clairement identifié malgré sa représentation évidente sur un dessin original de T. Bonnin, a pu être déduit de l’exploitation des coupes stratigraphiques et des données de fouille, principalement dans les sondages 2, 1 et 4.

15Cette fortification de l’Antiquité tardive, vraisemblablement du dernier quart du IIIe siècle, est tout à fait exceptionnelle et constituerait peut-être une première en Gaule pour un sanctuaire.

La démolition du monument

16Quelques parties du monument ont été détruites avant la création du castellum mais globalement l’édifice a été démoli et démonté méthodiquement après l’abandon du castellum. La disparition du monument est datée de la fin du IIIe siècle ou du début du IVe.

Les occupations médiévales et modernes

17Pour le haut Moyen Âge, aucune trace d’occupation manifeste ne peut être signalée. On peut néanmoins mentionner la découverte de deux tessons mérovingiens.

18La période féodale semble marquer une nouvelle phase de développement du site, notamment sur la butte du temple. La mention de « château » relatée par Rever pour cette butte (Rever, 1827) pourrait être le signe de la réutilisation de la fortification de l’antiquité tardive comme maison forte. Toutefois rien, dans les textes, ne suggère l’existence d’un tel aménagement. Seul Rever évoque la destruction (d’éléments maçonnés vraisemblablement) d’un château dans le courant du XVIIIe siècle. H. Lamiray avait découvert, en 1914, au nord de la parcelle fouillée actuellement, des creusements contenant du matériel médiéval (XIe-XIIe siècle, au plus tôt), notamment des éléments métalliques (éperon, pointe de lance et flèche) qui évoquent un site seigneurial.

19Une cave, datable de la fin du XVIIe siècle ou du XVIIIe, est encore visible sur le site à l’aplomb de la galerie nord du temple central. Elle conserve, au-dessus, les restes d’un bâtiment qui abritait un four à pain.

Les fermes de la première moitié du XIXe siècle

20L’occupation contemporaine du site a laissé de très nombreuses traces bâties. L’une des maisons retrouvées a pu être identifiée sur le cadastre de 1812. Elle succède à des remblais qui ont scellé le fossé que nous supposons encore utilisé au milieu du Moyen Âge.

21L’autre maison, à l’est, qui était mentionnée comme « cave à remise » en 1840, n’a pas été retrouvée. Elle a peut-être été démontée à cette date lors des fouilles de Robillard et Bonnin.

22Les restes de constructions encore visibles sur le terrain ou découverts en fouille (sondages 2 et 3) sont manifestement postérieurs à 1841 et apparaissent pas sur le cadastre de 1936. Ces bâtiments sont construits avec de très nombreux remplois de blocs antiques issus du temple, parmi lesquels bon nombre sont sculptés. À cette période récente de la ferme appartiennent sans doute la citerne proche du sondage 3 et le four à pain surmontant la cave.

Fig. 2. Plan du monument sévérien.

Fig. 3. Plan de l’agglomération au IIIe siècle.

Les fouilles anciennes

23Les fouilles, qui s’intercalent dans ces deux phases architecturales, ont été très bien perçues dans les sondages de 2005 et les travaux de 2006 ont permis de mieux comprendre la stratégie de nos prédécesseurs. L’intérêt pour dresser le plan du monument est allé de pair avec la découverte de matériel. On dégageait les points qui devaient servir aux mesures, n’hésitant pas à affouiller les coupes ou à faire de petits sondages de vérification. En bon nombre d’endroits, les archéologues ne se sont même pas donné la peine de dégager les murs, notamment pour la galerie centrale. Les couches de démolition étaient tellement identifiables à l’aplomb des murs qu’ils se sont contentés de les observer en plan, sans atteindre la maçonnerie. Cela explique pourquoi ils n’ont pas restitué de mur en grand appareil, n’ayant pas vu les empreintes de blocs comme nous avons pu les observer en détail. L’étendue des dégagements effectués est fidèle au programme fixé dans la convention de fouille de 1840. Les plans de T. Bonnin sont extrêmement précieux pour comprendre l’ampleur des fouilles et, surtout, ce que nos prédécesseurs ont observé d’un point de vue architectural. Manifestement, ils ont principalement suivi les murs du temple central, de la galerie de liaison sud et du temple sud. Les terrains situés à l’ouest et à l’est de ces gigantesques terrassements sont encore préservés.

Le dépotoir contemporain

24À une époque encore indéterminée (milieu du XXe siècle ?), la ferme située sur la parcelle centrale est abandonnée. Le terrain est cependant toujours cultivé, du moins dans la partie orientale.

25À l’ouest, près de la rue, le site inhabité se transforme progressivement en dépotoir sauvage. Avant les travaux de nettoyage de la parcelle par le département, une carcasse de voiture encombrait l’espace au milieu des broussailles, et de nombreux déchets domestiques étaient régulièrement évacués sur ce terrain. Après un défrichement, et malgré un nettoyage énergique par une entreprise avant mise en pâture du terrain, une couche épaisse de déchets divers a été découverte. À l’exception de quelques éléments anciens (entre-deux-guerres) qui évoquent la démolition de la ferme, l’essentiel du dépotoir correspond à l’occupation des trente dernières années du XXe siècle.

L’intervention archéologique 2008

26La fouille a été conditionnée par l’installation d’un chapiteau de 1 000 m2 destiné à protéger les vestiges archéologiques. Des trous, réalisés à la pelle mécanique, ont été creusés tous les 5 m dans la terrasse de la galerie de liaison sud et le porche d’entrée du temple central (l’ensemble forme une butte surplombant les terrains environnant que quelques mètres), afin d’y installer les poteaux du chapiteau. Ces creusements ont permis d’observer le mode de comblement de ces deux espaces. Les niveaux antérieurs n’ont pas été atteints. Sur le reste du sanctuaire, la fouille s’est poursuivie entre le temple carré central flavio-antonin et le temple circulaire, dans la cour arrière, et dans la première cellule de la galerie de liaison sud du temple sévérien. Une nouvelle zone a été ouverte dans la galerie est du temple central sévérien où des niveaux de travail de la pierre sont conservés.

Apports de la campagne 2008 à l’histoire du site

27Les niveaux les plus anciens n’ont pas fait l’objet de fouille durant cette campagne.

L’ensemble monumental du Ier siècle

28Au nord, la fouille a conforté les informations obtenues en 2007, restituant un temple circulaire antérieur aux deux temples carrés. La fouille a mis en évidence une fondation linéaire en silex dans le prolongement de la fondation maçonnée du mur stylobate du temple rond (cette dernière semble interrompue) qui pourrait être interprétée comme le soubassement du porche du temple.

29Entre les deux temples, une succession de sols et de niveaux d’occupation témoigne d’une fréquentation importante entre les deux temples (quelques objets y ont été découverts), en dépit de l’exiguïté de l’espace et d’un manifeste problème d’eau stagnante, résolu par l’aménagement d’un petit caniveau pendant la phase antonine.

30À l’arrière du monument central, durant la période antonine, les sols et niveaux d’occupation sont très compacts et stratifiés sur une bande de 2,50 m longeant la galerie occidentale du temple (fig. 4). Au-delà, les sols se raréfient et laissent place uniquement à des niveaux d’occupation moins densément fréquentés. Une division de l’espace est supposée (haie, structure en matériaux périssable).

31Quelques objets ont été mis au jour dans cet espace, notamment une fibule pliée et un specillum respectivement déposés dans des petits creusements. Il semble donc s’agir d’enfouissements volontaires qui pourraient caractériser des pratiques cultuelles.

Le monument sévérien

32La fouille de la galerie du temple central complète les observations des années précédentes et apporte de nouvelles données sur le chantier de construction sévérien (fin IIe- début IIIe siècle).

33Les remblais ont été apportés au fur et à mesure de l’avancée de la construction du mur de la galerie, permettant ainsi d’installer les blocs en grand appareil sans devoir les soulever sur une grande hauteur. Pour cette mise en place, une rampe estouest installée en façade du temple, a été réalisée afin de faciliter le hissage de ces derniers par des hommes mais également par des animaux (nombreuses traces d’ornières de traineaux, empreinte d’équidé) (fig. 5).

34Une fouille minutieuse des derniers niveaux de travail dans la galerie est a permis de montrer que les blocs ont été apportés devant la cella (nombreuses traces d’ornières de traineaux) pour être façonnés et sculptés sur place (présence de nombreux déchets de taille).

Fig. 4. Sol de la cour arrière du temple central antonin (cliché S. Bertaudière, MADE-CG27).

Fig. 5. Traces d’ornières dans les remblais qui comblent la galerie sud du temple sévérien (cliché L. Bonelli, MADE-CG27).

Fig. 6. Vue du puits en cours de fouille (cliché L. Guyard, MADE-CG27).

35Un puits a également été mis au jour sur la terrasse de la galerie de liaison sud (fig. 6). Ce puits de 2 m d’ouverture possède encore en partie son parement réalisé en dalles de calcaires dur sans liant. Plusieurs hypothèses sont envisageables : un puits à eau (la nappe phréatique est à plus de 70 m), un puits à offrandes, une citerne de récupération des eaux pluviales provenant de la toiture de la galerie et du sol de la terrasse ?

Une première démolition du monument

36Vers la fin du IIIe siècle, le monument a subi une démolition partielle. Elle a été observée dans la première cellule de la galerie de liaison sud. Les blocs de maçonnerie provenant probablement des voûtes de la pièce contenaient de nombreuses fibres de végétaux présentes sur une face. Ces fibres peuvent être interprétées comme un additif au mortier facilitant son accroche.

Une cérémonie de clôture ?

37D’épais remblais de terre sombre très charbonneux scellent la première démolition. L’une de ces couches a été fouillée dans la première cellule de la galerie de liaison sud. Elle serait comparable à celle retrouvée dans le magasin de la galerie de liaison sud dans lequel une partie des bronzes a été découverte en 1840.

38Cet apport de terre très charbonneuse pourrait être lié à un rite original de fermeture du sanctuaire (Guyard, 2009 et à paraître).

Le castellum tardo-antique

39L’apport pour cette période reste très limité dans la mesure où seul un espace très restreint a été fouillé en bas de la terrasse de la galerie de liaison sud. L’amorce d’une sablière basse perpendiculaire au mur de soutènement de la terrasse orientale laisse supposer qu’un petit ensemble de cellules adossé au mur de la terrasse aurait pu être créé durant cette période, face au seul espace libre restant entre le groupe monumental et le rempart. La stratification des niveaux d’occupation indique une certaine durée d’utilisation de cet espace, complètement scellé par les gravats de démolitions postérieurs.

Démolition et récupérations

40La phase ultime de démolition scelle à la fois le castellum tardo-antique mais également les niveaux sombres (associés à une possible cérémonie de clôture). Les remblais de démolition fouillés lors de cette dernière campagne sont identiques à ceux observés les années précédentes, que ce soit dans les tranchées de récupération ou sur les sols abandonnés. De nombreux fragments architecturaux, de revêtement de sols mais aussi de rejets liés à la consommation sont présents dans ces remblais. De nombreux déchets de taille de pierre démontrent que les blocs ont été débités sur place, facilitant ainsi leur transport sous forme de moellons. Des fragments de paroi de four témoignent également d’un recyclage des matériaux sur place durant cette phase de récupération, datée de la toute fin du IIIe siècle ou du début du IVe.

41La fouille 2009 permettra de poursuivre les recherches dans les différents secteurs ouverts en 2008 afin de clôturer la campagne triennale.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Guyard L., Bertaudière S. (2006) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultat des fouilles 2005-2006 et perspectives 2007-2009. Haute-Normandie archéologique, 11, fasc. 2, p. 83-94.

Guyard L., Bertaudière S., Fontaine C. (2009) – Le Vieil-Évreux. Recherche sur le grand sanctuaire central (Eure). L’Archéologue, 102, juin-juillet, p. 31-34.

Guyard L., Bertaudière S. (à paraître) – Relecture du dépôt de bronze du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : un dépôt lié à la fermeture du temple ? Actes du colloque international d’Orléans, juin 2006.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Plan du monument flavio-antonin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2. Plan du monument sévérien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 3. Plan de l’agglomération au IIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4. Sol de la cour arrière du temple central antonin (cliché S. Bertaudière, MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5. Traces d’ornières dans les remblais qui comblent la galerie sud du temple sévérien (cliché L. Bonelli, MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 6. Vue du puits en cours de fouille (cliché L. Guyard, MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search