Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

La nécropole du « Clos au Duc » à Évreux (Eure). Mise au point sur l’interprétation du site

The ‘Clos-au-Duc’ Necropolis at Evreux: Clarification on the Interpretation of the Site

Sylvie Kliesh-Pluton, Céline Bémilli et Sébastien Lepetz

Résumé

La nécropole antique du « Clos au Duc » à Évreux (27) est connue depuis le XIXe siècle. La fouille du 3 bis rue de la Libération a concerné 200 m2 de cette nécropole qui semble s’étendre sur plusieurs hectares. Ce secteur a livré plus d’une centaine de sépultures à inhumation datées du Ier siècle et le IVe siècle après J.-C. La particularité de cette partie du site est l’association de défunts adultes et/ou immatures, souvent en position atypique, avec des restes d’équidés.

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé courant 2005 au 3 bis rue de la Libération, à Évreux (Eure), a mis au jour de nombreux ossements d’équidés associés à des sépultures à inhumation antiques. Cette découverte a fait l’objet d’une fouille préventive de plusieurs mois durant l’hiver 2006-2007.

2La fouille a permis de révéler des ensembles archéologiques spectaculaires qui, par certains côtés, sont inédits. Ce type d’association donne fréquemment lieu à des interprétations sur les relations privilégiées que peuvent entretenir les hommes et les chevaux, de leur vivant ou au-delà de la mort. Il s’agit dans la plupart des cas de considérations, pas toujours bien définies, ni bien fondées, impliquant le cheval dans les pratiques funéraires ou plus généralement dans des rites sacrificiels.

3Cette découverte se situe dans la ville actuelle d’Évreux. Créée ex nihilo, peu après la conquête romaine, la cité prend un essor important dès la période augustéenne. Portant le nom de Mediolanum Aulercorum, la ville est le chef-lieu de la cité des Aulerques Eburovices. Elle est ultérieurement rattachée à la province de la Gaule lyonnaise. Son nom est inscrit sur la table de Peutinger. À la périphérie de cette ville, si prospère aux deux premiers siècles de notre ère, se développent plusieurs nécropoles. Elles sont implantées, comme ailleurs, en dehors de la ville, respectant ainsi la loi des XII Tables en vigueur. Deux d’entre elles, relativement petites, sont localisées au nord et à l’ouest de la ville. La plus importante, celle du « Clos au Duc », est installée à flanc de coteau, au sud de la cité, le long d’un axe de communication reliant Évreux à Chartres. Connue dès le XIXe siècle par de nombreuses découvertes fortuites liées à divers travaux de terrassement et surtout ceux liés à l’implantation du chemin de fer Paris-Cherbourg, son occupation perdure du Ier au IVe siècle de notre ère. Plusieurs interventions archéologiques, menées depuis 2000, ont permis d’étudier cette nécropole. Durant le Ier siècle, les sépultures secondaires à crémation sont prédominantes, bien que quelques inhumations de sujets périnatals et adultes aient été mises au jour. À partir du IIe siècle, l’inhumation semble devenir la pratique funéraire exclusive. Ce changement de pratique semble plus précoce à Evreux que dans le reste de la Gaule où les crémations sont majoritaires jusqu’au IIIe siècle

4.La fouille réalisée par l’INRAP en 2007 concerne une parcelle de 1 700 m2, à l’emplacement de la nécropole du « Clos au Duc ». La surface prescrite (200 m2) correspond à l’emplacement du futur pavillon. Cette petite surface a toutefois permis de mettre en évidence une association inhabituelle dans les sépultures de défunts et de restes d’équidés.

5La densité importante de sépultures, 118 primaires, deux réductions et quinze squelettes en position secondaires (totalement perturbées par les inhumations postérieures) sur 150 m2 ne permet pas d’avoir au premier abord une idée précise de l’organisation spatiale de cette partie de la nécropole (fig. 1). Les sujets sont enterrés la tête au nord, au sud, à l’est ou à l’ouest et la plupart des sépultures se superposent et se recoupent.

6La datation générale de ces sépultures est donnée par le mobilier céramique. Les fosses ont livré 14 céramiques et une verrerie. La céramique, sans caractérisation typique bien précise, permet de dater cette partie de la nécropole des IIe-IIIe siècles de notre ère. Les datations par radiocarbone 04 réalisés sur 20 squelettes ont permis d’affiner cette datation. Les sépultures s’échelonnent ainsi de la fin du Ier siècle à la fin du IIIe siècle. Si aucune organisation spatiale ne semble se dessiner, les datations 04, la chronologie relative des sépultures et la datation du mobilier (céramique et monnaies) permettent de distinguer trois phases typo-chronologiques distinctes.

Fig. 1. Plan général de la zone de fouille.

Les défunts et les pratiques funéraires

Des sépultures typo-chronologiques différentes

7La première phase d’inhumation regroupe 36 défunts déposés le plus souvent en decubitus dorsal, dans des cercueils cloués. Ils étaient préalablement habillés et enveloppés dans un grand linge (type linceul). Ces inhumations sont systématiquement individuelles. Elles sont le reflet d’une population dite « naturelle », c’est-à-dire que l’ensemble des tranches d’âge sont représentées de façon cohérente. Quelques rares dépôts (cruches, poulet, œuf) ont été déposés sur le couvercle du cercueil, ou à côté de la bière, lors des funérailles. Les défunts sont parfois accompagnés d’éléments vestimentaires (cruches, poulet, petit pot en verre). La sépulture la mieux dotée en mobilier (sép. 89) contient une amphorisque en plomb, une bague, une petite plaque boucle en alliage cuivreux, une perle en ambre et un petit pot en verre. Ces sépultures présentent deux orientations principales : nord-sud et est-ouest. Elles datent de la fin du Ier siècle et de la charnière entre le Ier et le IIe siècle. La seconde phase d’inhumation couvre le IIe et le tout début du IIIe siècle. Les 67 défunts adultes et immatures présentent le plus souvent une position atypique. De plus, les fosses sépulcrales sont plus petites et moins régulières que celles de la phase 1. Un tiers des adultes sont inhumés en procubitus, les membres inférieurs parfois hyper-fléchis (fig. 2), les calcanéus positionnés au niveau des os coxaux. Onze adultes de sexe masculin (soit 21,6 % des adultes de la phase 2) sont inhumés latéralement (sur le côté droit ou gauche), les membres le plus souvent repliés. Les défunts déposés en décubitus dorsal représentent 43,1 % des adultes. Parmi eux, certains sont en position contrainte. C’est le cas de l’individu 21 dont le membre supérieur droit est placé dans le dos : le coude droit se retrouve en arrière de l’épaule gauche, la main, en supination, est en connexion anatomique stricte (fig. 3). Cette position ne peut se faire sans une luxation de l’épaule. Un autre adulte a la tête enserrée par deux crânes de chevaux déposés tête-bêche. Dans au moins cinq cas, deux défunts (adultes et/ou immatures) sont inhumés simultanément têtebêche. La plupart du temps, le premier est déposé sur le dos, le second sur le ventre. Les sépultures de la phase 2 semblent moins soignées que celles de la phase 1. Il faut toutefois souligner une surreprésentation des adultes de sexe masculin. Si la présence de sujets inhumés en procubitus n’est pas exceptionnelle, la particularité de cette partie de la nécropole d’Évreux est la proportion importante de corps en position aberrante. Seuls 36 % des défunts de la phase 2 sont déposés sur le dos, en position « classique ». Si ce pourcentage reste élevé, il n’est cependant pas inédit. En effet, plusieurs nécropoles, dont celles de Saint-Paul-TroisChâteaux dans la Drôme (Bel, 2002 : 35-37) et d’Avenches « en Chaplix » en Suisse (Castella, 1999 : 82-86) présentent des sujets adultes inhumés sur le ventre (procubitus). Le premier site a livré 73,3 % de sujets adultes en procubitus (sur un total de 19 individus). Le second a livré 38 % d’adultes inhumés en procubitus. La plupart des auteurs interprètent ces sépultures comme des individus de rang inférieur ou des individus décédés « contre nature ». Cependant, aucune donnée ostéologique ne permet de confirmer ces hypothèses. La plupart du temps les défunts ont été placés dans des coffrages aménagés dans le fond des fosses, ou simplement en pleine terre. Ces modes d’inhumations sont probablement moins coûteux que la fabrication des cercueils cloués utilisés pour les inhumations de la phase 1. Les défunts étaient préalablement habillés et/ou enveloppés dans un tissu. Quelques chaussures clouées ont été retrouvées. Si les sépultures individuelles sont privilégiées, plusieurs sépultures doubles ont été identifiées, il s’agit parfois de regroupement familiaux avérés. Nous pouvons également nous demander si ces sépultures doubles ne sont pas le signe d’une population extrêmement pauvre. En effet, l’inhumation de deux corps dans un même coffrage pourrait être un gain d’argent, puisqu’elle permet le creusement d’une seule fosse sépulcrale et la fabrication d’un seul coffrage pour deux individus. Ces sépultures ont une autre spécificité : de nombreux restes d’équidés sont présents dans le comblement des fosses sépulcrales (voir ci-dessous). Dans trois cas, les défunts sont en contact direct avec les ossements (crânes et rachis presque complets). Les creusements renferment les corps d’un ou deux défunts, au dessus desquels ont été placés des quartiers d’équidés. Ces carcasses, découpées et parfois éviscérées, ont été posées sur les corps, soit immédiatement après l’inhumation des sujets, soit ultérieurement (dans un laps de temps toutefois relativement court), après une réouverture de la fosse. Enfin le crâne de l’un des défunts a été enserré par deux crânes de chevaux déposés tête bêche.

Fig. 3. Sépulture 21, défunt avec le membre supérieur droit luxé passé en arrière de corps.

Fig. 2. Sépulture 118, sujet déposé en procubitus.

8La troisième phase d’inhumation regroupe quatre sépultures datées de la fin du IIIe siècle et du IVe siècle. L’un des défunts est inhumé dans un cercueil en bois cloué, une verrerie et un œuf déposés sur le couvercle. Un autre est inhumé dans un cercueil en plomb enfermé dans un cercueil en bois cloué. Il contient le corps d’une femme adulte mature enveloppé dans un tissu en lin. Les onze monnaies déposées entre ses chevilles, probablement dans une bourse en tissu ou en cuir, sont toutes de l’Empire central et de mauvais aloi. « Sauf à supposer une sélection des espèces n’émanant pas de l’Empire gaulois, fort improbable au demeurant, on peut estimer la constitution du dépôt à l’année 271, avec l’année 275 en termirms ante quem large. Le dépôt est en effet postérieur au début de 270 du fait de la présence de deux « imitations italiennes » (frappes frauduleuses de Rome) de Claude II divinisé. En outre, on constate l’absence des frappes officielles ou d’imitations de Victorin et des Tetrici (Pilon, 2009). Les parois intérieures de la cuve sont capitonnées de fourrure. Enfin, quinze autres sépultures n’ont pas pu être rattachées à une phase précise.

9Peu de temps après ces inhumations, faire de fouille a accueilli une fosse dépotoir contenant presque exclusivement des ossements d’équidés.

Les données ostéologiques

10Quelle que soit la phase considérée, cette partie de la nécropole regroupe une population dite « naturelle ». Les différentes classes d’âge sont représentées : adultes, nouveau-nés et quelques sujets immatures. Les adultes, essentiellement matures et âgés, sont les plus nombreux, ils représentent 65,9 % de l’ensemble des défunts. Les périnatals sont assez bien représentés puisqu’ils regroupent 17 % des défunts. Les enfants de 1 à 10 ans représentent 6 % des sujets. Les immatures âgés de moins de 1 an et ceux âgés de 10 à 15 ans représentent chacun 3,7 % des défunts. Enfin les adolescents (15 à 18 ans) sont les moins nombreux, ils représentent 3 % des sujets.

11La diagnose sexuelle a pu être réalisée pour 63 adultes et grands immatures. 66,6 % sont de sexe masculin et 33,4 % de sexe féminin. Si nous considérons les résultats en fonction des différentes phases chronologiques, nous constatons que le ratio homme/femme est respecté dans la phase 1. En revanche, nous observons un net déséquilibre dans la phase 2, les femmes sont sous représentées. Ce déséquilibre persiste toujours lorsque nous considérons les sujets indéterminés comme étant potentiellement des adultes de sexe féminin.

12Plusieurs regroupements familiaux peuvent être identifiés grâce à la présence de caractères discrets identiques pour des défunts inhumés simultanément ou successivement dans la même fosse sépulcrale (suture métopique, surface articulaire supérieure de l’atlas bipartite, présence d’un troisième trochanter, perforation du corps sternal, palais non soudé). Ces regroupements ont pu être mis en évidence sur plusieurs défunts des phases 1 et 2. L’hygiène bucco dentaire des défunts est assez mauvaise et se dégrade avec l’âge. Nous constatons la présence importante de tartre, de carie et de pertes ante mortem. Les sujets de la phase 2 présentent une hygiène bucco-dentaire plus dégradée que ceux de la phase 1 avec, entre autre, une présence plus importante d’abcès.

13Les squelettes ont de nombreuses pathologies dégénératives (arthroses, hernies) indices d’un travail physique assez intense. Ces pathologies sont plus marquées et plus nombreuses sur les défunts de la phase 2, elles sont également présentes sur des sujets immatures. Parmi eux, nous constatons la présence d’une spondylarthrite ankylosante et de deux inflammations du tissu osseux situé sous le périoste localisées sur deux fibulas et un tibia. Ces inflammations ont plusieurs origines comme la syphilis ou le scorbut. L’étude parasitologique complète ces données (Le Bailly, 2009). Elle révèle une hygiène corporelle médiocre, mais habituelle pour cette période.

14Enfin, les sujets de la phase 2 ont souffert de carences plus nombreuses que ceux de la phase 1, les cribra orbitalia sont plus répandues et la seule spina bifida est localisée sur un défunt de la phase 2. L’étude du régime alimentaire des défunts permet d’observer que les sujets de la phase 2 ont des comportements alimentaires différents de ceux de la phase 1 et des défunts inhumés sur la parcelle adjacente. Ces différences indiquent soit « la fréquentation d’environnements plus variés en rapport avec une origine géographique différente des défunts, soit des pratiques alimentaires plus variées en rapport avec un facteur culturel restant à identifier » (Herrscher, 2009). Ces variations peuvent également être le signe d’une alimentation opportuniste.

15L’extrême pauvreté des défunts pourrait également se traduire dans le mobilier d’accompagnement. Si des vases ont été retrouvés dans quelques sépultures de la phase 1, le mobilier de la phase 2 est très rare et, lorsqu’il existe, il est fragmenté ou de mauvaise facture. L’absence totale de fibule et de bracelet pour l’ensemble des défunts de cette partie de la nécropole est à souligner.

16La présence importante d’ossements d’équidés dans la plupart des fosses sépulcrales, qu’il s’agisse de parties de carcasses ou d’éléments isolés, est l’une des caractéristiques de cette partie de la nécropole. Deux autres exemples d’ossements d’équidés retrouvés dans des fosses sépulcrales ont été mis au jour dans un second secteur de cette nécropole. La première est localisée rue de Bellevue, la seconde est rapportée par A. Chassant en 1884, lors de la construction du viaduc du chemin de fer. Nous ne savons pas si ces ossements d’équidés étaient épars ou si des quartiers d’animaux ont été déposés dans les sépultures.

Fig. 4. Décompte global des restes osseux provenant des comblements des sépultures datés de la phase 1.

Les ossements animaux

17Le caractère spectaculaire et inédit des découvertes d’ossement de chevaux en connexion dans des sépultures antiques de la nécropole du « Clos au Duc » a suscité de nombreuses questions et un certain emballement quand à leur interprétation. L’analyse archéozoologique de l’ensemble de la faune exhumée (plus de 15 000 restes fauniques pour un poids approchant les 350 kg) a permis de sérier les hypothèses émises et de proposer une interprétation fiable et argumentée (Lepetz, à paraître).

18Les restes fauniques mis au jour proviennent des trois phases chronologiques documentées sur le site et de plusieurs contextes archéologiques. On observe pour commencer des restes de chevaux en connexion associés à des inhumations humaines. Ces associations proviennent exclusivement de la phase 2 et nous les avons nommés « ensembles ». D’autre part tous les comblements des sépultures, quelque soit la phase considérée, contiennent des restes de faune épars. Pour finir, la grande fosse détritique datée de la phase 3 et jouxtant la nécropole a également livré une très grande quantité d’ossements d’origine animale dont le potentiel informatif n’est pas négligeable.

La faune de la phase 1 (fin Ier – tout début IIe siècle)

19Vingt-six des trente-six sépultures datées de la phase 1 contenaient des restes de faune. Un seul dépôt classique y a été enregistré. Il s’agit d’un jeune coq, situé à gauche de la tête du défunt sur une banquette aménagée de la sépulture 46. Le reste du matériel se trouvait dans le comblement des sépultures. 1 658 restes y ont été déterminés pour un poids de plus de 53 kg (fig. 4). Sept espèces de mammifères domestiques ont été dénombrées : le bœuf (Bos taurus domesticus), le porc (Sus scrofa domesticus), le mouton (Ovis aries), la chèvre (Capra hircus), le cheval (Equus caballus), l’âne (Equus asinus) et le chien (Canis familiaris). Une seule volaille est documentée : le coq (Gallusgallus), tandis que deux mollusques complètent cet inventaire : l’huitre (Ostrea edulis) et la moule (Mytilus edulis). Ce spectre est largement dominé par les restes de chevaux qui totalisent plus de 90 % des restes déterminés (92,7 % NRD, fig. 4). La triade domestique (bœuf, porc et mouton) représente à peine 5 % de l’ensemble des restes et chacun est représenté dans des proportions relativement proches. Les restes de la triade présentent de nombreux stigmates de découpe bouchère (coup de trancher, coup de couteau plus ou moins marqués) caractérisant des rejets détritiques de boucherie et/ou d’assiette. Le faible effectif recueillis ne permet pas d’aborder la gestion des cheptels ni d’appréhender la qualité de la viande consommée.

Fig. 5. Phase 1. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval en % PO.

Fig. 6. Phase 1. Trace de découpe sur la face palmaire d’une phalange de cheval.

Fig. 8. Phase 1. Exemples d’os longs sciés.

Fig. 7. Phase 1. Exemples d’os longs débités.

Fig. 9. Phase 1. Exemples d’impact post-dépositionnel de pioche.

Les chevaux de la phase 1

  • 1 Le % PO, reposant sur le Nombre de Partie Squelettique (NMPS) et non sur NR permet de s’affranchir (...)

20Les restes de chevaux sont prédominant dans le comblement des sépultures de la phase 1 avec 1 532 restes, soit 92,7 % du NRD (fig. 4). Malgré une bonne conservation des vestiges, la fragmentation des os est assez importante, en particulier sur les os longs dont seul 12,7 % sont entiers. De même aucune côte n’a été trouvée entière. Afin de mettre en évidence des rejets ou des dépôts différentiels, nous avons réalisé un profil de représentation des parties squelettiques en % PO1 (Grigson, 1987). Le profil ainsi obtenu montre que toutes les parties squelettiques sont documentées avec toutefois des variations. Ainsi on observe une sous représentation nette des métapodes, des phalanges et des crânes (fig. 5).

Traces observées

21Les restes de chevaux de la phase 1 présentent des stigmates dus à l’intervention des chiens (traces de crocs et rognage) à hauteur de 4,1 % NR tandis que 1,1 % NR portent des traces de vermiculations. Les os portant ces stigmates n’ont donc pas été enfouis rapidement.

22De nombreuses traces de découpe ont également été enregistrées. Les plus nombreuses correspondent aux différentes étapes de découpe bouchère et touchent 9,5 % des restes. Elles documentent essentiellement les phases de prélèvement de la peau, des tendons (fig. 6) et procèdent peut être parfois de la désarticulation de deux segments anatomiques. Quelques-unes, plus rares, correspondent au raclage de la viande. Près d’une trentaine de traces de coup de tranchet a également été observée. Elles sont pratiquement toutes localisées sur des os longs et procèdent d’un véritable débitage de ces derniers (fig. 7). Ce débitage est à rapprocher de la trentaine de traces de sciage enregistrée (fig. 8). On sait qu’à la période antique où elle apparait, la scie n’était pas utilisée par les bouchers mais par les artisans de l’os pour le prélèvement de la matière première. Ces artisans sont donc indéniablement intervenus sur les chevaux. Quelques os présentent des stigmates assez atypiques. Il s’agit d’enfoncements circulaires assez profonds et d’un diamètre de 15 à 20 mm environ, réalisés sur des os en partie ou totalement secs (fig. 9). Ces stigmates procèdent de coups portés avec un instrument ou outil assez lourd de type pioche ou croc et qui a du être employé lors du creusement des fosses sépulcrales. La présence de ces traces sur les restes de chevaux suggère un remaniement certain des sédiments dans lesquels ils se trouvaient et témoigne d’interventions post-dépositionnelles

Caractéristiques des chevaux de la phase 1

23Vingt-huit chevaux ont été dénombrés pour la phase 1 (sur la base des sacrums). Aucun individu âgé de moins de 4 ans n’a été observé (absence d’os long non soudés) et un seul de moins de moins de 5 ans (surfaces articulaires de vertèbres non soudées) a été individualisé. L’analyse des stades d’éruption et d’usure dentaire réalisée sur les incisives (Cornevin, 1894) a également permis d’exclure la présence de jeunes de moins de 3 ans. La dizaine de chevaux représentés correspond à une population adulte dans laquelle quelques très vieux individus sont attestés. Par ailleurs, l’observation de la forme des coxaux permet de reconnaître un mâle (confirmé par la présence de canine bien développées sur un crâne), ainsi que deux femelles.

24En conclusion, les chevaux découverts dans le comblement des sépultures de la phase 1 ne montrent pas de sélection de sexe. La présence de pathologies récurrentes au niveau des vertèbres et des bas de patte indiquent que les animaux ont travaillé et été utilisés pour la monte, ce que confirme également des stigmates d’usure caractéristique due au port du mors. Les traces de découpe présentes sur les phalanges indiquent que tout ou partie des chevaux exhumés du site ont été dépouillés. Celles observées sur les faces internes des côtes suggèrent l’éviscération des animaux tandis que celles relevées sur les métapodes correspondent probablement au prélèvement des tendons. Enfin les déchets dus au prélèvement – plus ou moins soigné – de matière première par les artisans de l’os sont nombreux (débitage et sciage).

Fig. 10. Phase 2. Sépulture 10. Vue d’ensemble en début d’ouverture.

La phase 2 (IIe et tout début du IIIe siècle)

Les ensembles en connexion

25Bien que les « ensembles » en connexion soient les plus impressionnants, ils ne concernent en fait que 5 des 109 sépultures fouillées et une partie minime de l’ensemble des restes de chevaux sur le site. Ils ont été découverts dans les sépultures 7, 10, 43, 91 et 117. On y comptabilise six humains et vingt chevaux. Nous ne détaillerons que deux de ces ensembles, les sépultures 10 et 43, la description exhaustive des autres ayant déjà fait l’objet d’une publication (Lepetz, à paraître) et le scénario opéré étant relativement similaire pour chacun de ces cas.

La sépulture 10

26Le remplissage de la sépulture 10 s’avère le plus complexe des cinq analysées (fig. 10 et 11). L’analyse fine de la mise en place des dépôts dans cette structure met en évidence l’existence d’un contenant fermé par un couvercle poreux (planches non jointes). Sa réouverture, à plusieurs reprises, pour y déposer après une première inhumation un deuxième défunt et plus tard les carcasses incomplètes de 5 chevaux a également pu être démontrée. La présence de perturbation de certaines liaisons anatomiques implique en effet une décomposition suffisante des ligaments alors même que la position des portions de chevaux suggère une connexion squelettique initiale.

27Le premier ensemble anatomique de cheval déposé dans cette structure juste au-dessus du deuxième défunt est une portion appartenant à une jument adulte qui semble avoir été calée sur son coté gauche (fig. 1 la et 12). Ces restes sont constitués d’une portion du rachis (les neuf dernières vertèbres thoraciques, les vertèbres lombaires), d’une trentaine de cotes, du sacrum, des deux coxaux ainsi que du fémur gauche. Le tout est parfaitement en connexion, ce qui implique la présence des ligaments au moment du dépôt. Plusieurs apophyses vertébrales présentent de légères exostoses, résultat probable d’un début de traumatisme lié à la monte (fig. 13).

Fig. 11. Phase 2. Sépulture 10. Chronologie des dépôts de chevaux.

28Une petite incision a été relevée sur la face externe d’une côte tandis qu’une dizaine d’autres étaient déconnectées de la cage thoracique et semblaient de prime abord se trouver au-dessus des autres dépôts. Leurs positions indiquent pourtant une connexion anatomique initiale avec les thoraciques et il s’avère qu’elles ont juste été poussées ultérieurement sur le coté de la structure. Ceci concorde avec le dépôt, en fin d’utilisation de la fosse, d’une amphore coupée en deux et retournée, dans laquelle a été déposé un fœtus humain (fig. 10 et 11). Nous pouvons donc avancer que les ligaments reliant ces cotes aux vertèbres étaient suffisamment décomposés lorsque cette amphore a été introduite dans la structure. Cela démontre sa réouverture et documente la ré-intervention de cet espace déjà bien optimisé. La colonne de ce cheval repose sur une bonne couche de sédiment suivant le dépôt des squelettes humains et il existe également un comblement entre le coxal et les restes des deux défunts. En revanche, le fémur de cheval semble se placer juste sur la poitrine de l’un de ces individus et son extrémité distale est passée juste en dessous de la mandibule humaine. La position du coxal par rapport au fémur suggère un léger effondrement et par conséquent un contexte plutôt ouvert. Peut-être est-ce là un indice indiquant que la cage thoracique de l’humain n’était pas décomposée quand la carcasse de cheval a été placée dessus ?

29À l’opposé de ce premier dépôt, a ensuite été placée une portion de cheval mâle adulte comprenant les quatre dernières vertèbres cervicales, les dix-huit vertèbres thoraciques, les six vertèbres lombaires, une quinzaine de cotes, le sacrum et le coxal (fig. 11 b et 14). Plusieurs cotes présentent des stries courtes et fines sur leurs faces externes. La carcasse a été déposée en connexion mais une séparation en angle droit sans trace de forçage entre deux vertèbres lombaires suggère une intervention postérieure au dépôt et une volonté de contenir cette carcasse dans un espace contraint (fig. 15). Étant donné que tout indique un recouvrement rapide des ossements (pas de traces d’intervention des chiens, pas d’altérations de type intemporisation notable), et qu’un effet de parois a été observé pendant la fouille, on peut imaginer qu’il existait une sorte de coffrage avec une « couverture » amovible

30permettant une réutilisation de la structure. Les dépôts successifs n’ont donc peut-être pas été complètement synchrones (même si tout indique un laps de temps restreint avant le comblement final de la fosse).

Fig. 12. Sépulture 10. Vue en coupe du dépôt de la1re carcasse de cheval.

Fig. 13. Phase 2. Sépulture 10. Pathologie osseuse liée à la monte sur des vertèbres lombaires.

Fig. 14. Sépulture 10. Vue aérienne du 2e dépôt de carcasse de cheval.

Fig. 15. Sépulture 10. Vue en coupe du dépôt de la 2e carcasse de cheval.

Fig. 16. Sépulture 43. Détail des crânes de chevaux enserrant le crâne humain.

31Le troisième ensemble est composé uniquement de la cage thoracique d’un individu adulte avec 13 vertèbres thoraciques et une vertèbre lombaire associées à 6 côtes (fig. 11c). Une apophyse vertébrale présente une trace de croc tandis qu’une incision fine se situe sur la face externe d’une cote, perpendiculaire à l’axe, comme cela a été observé pour le premier cheval mis en place.

32On observe ensuite dans l’ordre des dépôts la portion d’un cheval adulte composé de 13 vertèbres thoraciques (de la 1re à la 13e) associé à 12 côtes dont la position non équivoque établit leur connexion originale (fig. Ile). Trois de ces côtes portent des traces de découpe face externe.

33Un tronçon de rachis (uniquement les cervicales) appartenant à un cheval adulte scelle cet assemblage de chevaux en connexion partielle (fig. 11f). Le comblement final de la fosse se caractérise par la présence d’un dernier amas d’os en vrac, parmi lesquels se trouve un crâne dont la partie incisive, cassée, est située juste au-dessus de l’un des crânes humain (un à deux centimètres de sédiment les séparant).

34Pour cet ensemble, les nombreuses traces de découpe attestent d’interventions humaines de différentes natures précédant le rejet. Il semble clair, en outre, que l’imbrication des carcasses et la présence de sédiment de comblement entre chaque dépôt implique l’absence de tout ou partie des viscères. Le bon état des surfaces osseuses, la rareté des traces de crocs, la présence de traces de découpe témoigne en faveur du dépôt de carcasses dépouillées, éviscérées, et sans doute en partie décharnées. Ces restes de chevaux présentent donc toutes les caractéristiques de déchets d’équarrissage.

La sépulture 43

35La sépulture 43 est celle qui a suscité le plus d’intérêt lors de sa découverte parce qu’elle est la plus spectaculaire (fig. 16). Elle a livré deux crânes de chevaux placés volontairement tête bêche de part et d’autre d’un crâne humain. Il apparait en fait que ces deux crânes appartiennent probablement à une nappe d’ossement sans liaison anatomique participant au comblement de la sépulture. Ces deux crânes ont en effet été placés volontairement de part et d’autre du crâne humain, mais postérieurement à l’inhumation. En effet, l’enfoncement de la boite crânienne du défunt qui a été observée implique une certaine fragilité de l’os et par conséquent une inhumation bien antérieure. Si le geste est indéniablement volontaire, son sens reste énigmatique : il ne fait toutefois pas partie des rituels funéraires.

Synthèse

  • 2 II n’est cependant pas exclu que ce temps soit très court.

36L’analyse de ces ensembles montre une forte convergence des observations, que ce soit dans les parties squelettiques représentées, la position et l’état des carcasses dans les structures ainsi que dans le mode de dépôt. Dans chacun des cas, la non-simultanéité du dépôt des défunts et des squelettes animaux est attestée par la présence de sédiment entre ces derniers et les carcasses de chevaux2. De plus, à l’intérieur des sépultures, aucune des carcasses de cheval n’a été découverte sur le même plan altimétrique que les humains.

Fig. 19. Phase 2. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval des ensembles en % PO.

Fig. 17. Exemple de pathologie (soudure) sur vertèbre lombaire.

Fig. 18. Exemple d’usure caractéristique due au port du mors.

37D’un point de vue intrinsèque, les ensembles sont caractérisés par une absence totale de sélection si ce n’est que quasiment tous les chevaux analysés sont adultes. Tous les animaux ont travaillé. Nous avons ainsi observé des usures caractéristiques dues au port du mors sur les deuxièmes prémolaires (fig. 17) ainsi que des pathologies liées à la monte (fig. 18). Il n’existe aucune constante dans les parties squelettiques représentées. On observe en effet des rachis plus ou moins complets, tantôt seul, tantôt associé au crâne et/ou à un ou plusieurs membres, tout ceci sans aucune logique. La représentation des différentes parties squelettiques (% PO) montre d’ailleurs une surreprésentation du squelette axial par rapport aux membres et une sous-représentation des mandibules (fig. 19). Ceci prouve qu’il y a eu une sélection des parties déposées dans les structures, le rachis étant privilégié. On notera également que les os longs documentés dans ces ensembles sont toujours entiers et en connexion.

38Des indices de découpe sont présents de manière discrète dans tous les ensembles notamment sur les faces internes des cotes, attestant de l’éviscération des animaux. Ce fait est confirmé par la présence systématique de sédiments entre les côtes et à l’intérieur des cages thoraciques et par l’imbrication des carcasses les unes dans les autres.

39Des indices d’accès aux carcasses par les chiens sont également présents suggérant, soit qu’elles sont restées à l’air libre, soit qu’elles n’ont pas été enfouies immédiatement après leur dépôt dans les sépultures.

40L’analyse archéozoologique de ces ensembles permet donc d’ores et déjà d’écarter tout geste ordonné et récurent qui pourrait s’apparenter à un rituel. Elle met au contraire en évidence la nature détritique des restes de chevaux découverts.

Le comblement des sépultures

41Le deuxième contexte ayant livré de la faune correspond au comblement des sépultures dans lesquelles des ossements animaux étaient systématiquement présents (et ce, quelle que soit la phase chronologique considérée). Ces ossements se présentaient soit sous la forme de tas, d’amas d’os sans liaison anatomique, soit sous la forme d’os isolés.

42La faune analysée, au nombre de 5 891 restes (et près de 60 kg), est composée à 90 % de chevaux (fig. 20). La trentaine de chevaux dénombrée ne présente pas plus de sélection en ce qui concerne l’âge et le sexe des animaux que ce qui a été observé pour la phase 1 et dans les ensembles. Le reste de l’assemblage faunique est constitué principalement de la triade domestique (bœuf, porc et caprinés) qui présente toutes les caractéristiques de rejets détritiques alimentaires mais aussi artisanaux. La représentation des parties squelettiques de cheval montre une nette sous-représentation des métapodes et dans une moindre mesure des radius et des tibias (fig. 21). Ceci, associé à la présence de nombreuses épiphyses sciées, atteste le prélèvement de la matière première par les artisans de l’os. Les traces de découpe qui ont été observées témoignent que la peau et les tendons ont été prélevés, de même que certains os raclés suggèrent un prélèvement de la viande. Cet acte peut avoir eu pour fonction de dégager les os avant de prélever la matière première ou encore de récupérer la viande pour nourrir les chiens. En effet, le tabou qui entoure la consommation de viande de cheval est suffisamment fort durant l’antiquité pour exclure une pratique hippophagique à cette échelle, d’autant plus qu’il s’agit d’un contexte urbain. Comme pour la phase 1, un certain nombre de traces de coup de pioches dont se sont servis les fossoyeurs a été relevé. Elles témoignent des nombreux remaniements qui ont existés dans cette zone de la nécropole et que les nombreuses amputations de sépultures soulignaient déjà. Les caractéristiques des ossements de chevaux présents dans le comblement des sépultures de la phase 2 sont tout à fait similaires à ce qui est observé pour la phase 1.

Fig. 20. Décompte globale des restes osseux provenant des comblements des sépultures datés de la phase2.

Fig. 21. Phase 2. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval des comblements en % PO.

Fig. 22. Décompte globale des restes osseux provenant des comblements des sépultures datés de la phase 3.

Fig. 23. Phase 3. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval en % PO.

La fosse dépotoir de la phase 3

43Le dernier contexte que nous avons analysé est la grande fosse détritique datée de la seconde moitié du IIIe siècle. Du fait des contraintes de temps impartis à l’étude, un échantillonnage y a été réalisé. Ce sont néanmoins plus de 4 000 restes qui ont été étudiés pour un poids de près de 80 kg (fig. 22). Une fois de plus le cheval domine l’assemblage à plus de 90 %. Une vingtaine d’individus a été dénombrée ne présentant pas plus que pour les autres contextes de sélection d’âge ou de sexe. La surface des os était moins bien conservée, aussi l’observation des traces de découpe y a-t-elle été plus difficile. On observe toutefois dans cet ensemble les mêmes caractéristiques que pour les comblements, avec une sous-représentation des métapodes encore plus marquée (fig. 23) et de très nombreux tronçons qui correspondent à des déchets des artisans de l’os.

Interprétation

44Afin de pouvoir interpréter au mieux les résultats des analyses archéozoologiques et comprendre les éventuels liens qui ont pu exister avec les hommes, il est nécessaire de replacer ce gisement dans son contexte chrono-culturel (Lepetz, à paraître).

La place du cheval en contexte funéraire durant l’Antiquité

45La relation étroite entre l’homme et le cheval dans les contextes funéraires de l’âge du fer a rapidement trouvé un écho dans un certain nombre d’esprits lors de la découverte des sépultures si particulières d’Évreux. Il faut cependant remarquer que si les inhumations d’hommes et de chevaux existent pour l’âge du fer, elles se présentent selon deux scénarios très différents de celui d’Évreux. On observe d’une part des inhumations réutilisant d’ancienne fosses ou silos et dans lesquels les dépôts d’ossements animaux — d’origine secondaire – sont déconnectés et généralement séparés des restes humains par des comblements. Dans certains rares autres contextes, les animaux ont été enterrés entiers, les uns à côté des autres mais pas sur les humains, comme c’est le cas notamment à Gondole dans le Puy-de-Dôme (Cabezuelo, 2007).

46Il faut surtout garder à l’esprit le contexte chronologique de la découverte, celui du IIe siècle ap. J.-C. et sa situation topographique, aux portes d’un chef lieu de cité.

47Pour la période antique, il existe un certain nombre de cas de squelettes complets à proximité de sépultures humaines (surtout dans la province continentale du Nord de l’Empire) mais ils ne sont jamais directement liés aux défunts. La plupart du temps il s’agit d’animaux enterrés dans ou à proximité des cimetières sans que leur contemporanéité stricte avec les inhumations n’ait jamais été établie et donc le lien avec les rituels funéraires démontrés. Ailleurs, il s’agit de restes plus ou moins déconnectés d’équidés présents dans des fossés aux environs des nécropoles.

48Tout ceci diffère clairement du cas d’Évreux où, sur les 120 chevaux dénombrés, aucun n’était entier et où l’on a pu en revanche observer des restes en connexion, posés sur les inhumés.

49Dans tous les cas, on est loin des rituels funéraires habituellement pratiqués autour des tombes romaines. Ces gestes codifiés font intervenir le dépôt de pièces de viandes dans la tombe ou sur le bûcher ou impliquent des morceaux de porc, de volaille ou de mouton, consommés autour de la tombe au moment des funérailles ou des fêtes des morts (voir par exemple Lepetz, 2004). Il faut par ailleurs rappeler que le cheval n’est pas plus impliqué dans les rites funèbres gaulois (même s’il est habituellement consommé à cette époque).

Les dépotoirs en périphérie des villes

50Il faut donc chercher l’interprétation de nos « assemblages » dans une autre direction qui est plutôt celle des charniers du suburbium. En effet, la gestion et récupération de déchets dans les villes romaines sont bien documentées et l’on sait qu’elles étaient bien organisées puisqu’elle donnait même lieu à des prestations rémunérées (Ballet, 2003). Les chevaux n’étant pas consommés, leurs restes n’étaient pas mêlés aux déchets de boucherie et aux restes d’assiette, mais abandonnés dans des lieux réservés à cet effet. Ceux-ci se situaient forcément en dehors de la ville, à sa périphérie et, par conséquent, potentiellement au voisinage des cimetières.

51De nombreux dépotoirs péri-urbains d’ossements de chevaux sont d’ailleurs maintenant bien documentés à Mâcon (Barthélemy, 1999), Châlons-en-Champagne (Lepetz, 2003), ou encore récemment à Chartres (Rivière). Ces dépotoirs ont livré des milliers d’ossements de chevaux qui correspondent à des carcasses abandonnées – parfois à proximité immédiate des cimetières – et qui se sont décomposées sur place.

52Ceci n’est pas sans rappeler ce que l’on observe à Évreux. Car si les différentes interventions relevées sur les carcasses de chevaux – quels que soient les contextes considérés-, témoignent indéniablement de récupération de matière première (peau, tendon et os), il ne s’agit pas pour autant d’une consommation de la part des Ébroïciens. L’enlèvement des chairs sur le cheval peut avoir pour but de nourrir les chiens. Il peut aussi correspondre à une simple préparation de la carcasse dans le but d’accéder plus facilement à la matière osseuse par les artisans de l’os. Or nous avons observé cette récupération dans l’ensemble des contextes. La nature détritique des restes de chevaux trouve par ailleurs un écho dans la caractéristique des restes céramiques qui sont pour beaucoup « lié à des apports extérieurs de remblais » (Adrian, 2009). De même, le remaniement important des sépultures perceptible sur la faune (traces de pics, voir ci-dessus) est également confirmé par le « caractère incomplet ou isolé des éléments métalliques qui peut s’expliquer du fait des nombreuses perturbations subies par les sépultures, les objets ayant alors été altérés ou dispersés » (Leconte, 2009). L’hypothèse la plus juste concernant ce qui a été découvert « 3 bis rue de la Libération » est donc celle d’un vaste dépotoir de chevaux si proche de la nécropole que les deux lieux se sont interpénétrés. Finalement, l’entremêlement dans la gestion des cadavres de chevaux et des humains apparait alors comme l’un des faits le plus intéressants du site. Il reflète probablement la forte expansion de la cité durant le IIe siècle et les problèmes de gestion d’un espace très contraint par le manque de place. Le cas de la sépulture 43 restera quant à lui énigmatique car on ne pourra jamais dire s’il s’agit d’une mise en scène volontaire mais anecdotique, ou d’une simple plaisanterie de la part des fossoyeurs.

53Pour conclure, nous pouvons affirmer que la population inhumée était extrêmement pauvre (surtout pour les défunts de la phase 2), avaient pour certains d’entre eux des liens familiaux et que les corps déposés durant la phase 2 l’ont été sans grand soin. Les fragments d’équidés ont été déposés dans les fosses soit immédiatement après l’inhumation, soit peu de temps après, nécessitant ainsi la réouverture de la fosse, réouverture facilitée par la présence d’un couvercle amovible au-dessus du coffrage aménagé dans le fond de la fosse. Les ossements d’équidés isolés et les quartiers de carcasses ne proviennent ainsi pas d’animaux sacrifiés, mais sont le fruit de l’activité normale d’une cité antique avec des bêtes de bât employées dans la ville qui y meurent et qui, n’étant pas consommables, sont évacués hors les murs, tout en faisant l’objet d’une récupération des parties utilisables par les artisans (peau, tendon et os). Cette évacuation est prise en charge par la cité ou par des soumissionnaires qui gèrent alors dans le même temps les cadavres humains et animaux.

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2009) – Quelques éléments sur la céramique. Evreux (27) — 3 bis rue de la Libération, La nécropole antique du « Clos au Duc », Pluton-Kliesch S. et al. (dir.). Rapport final d’opération, INRAP, vol. 1, p. 198-201.

Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N. dir. (2003) – La Ville et ses déchets dans le monde romain. Rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers des 19-21 septembre 2002. Poitiers, Monique Mergoil édition, 2003.

Barthélemy D., Lepetz S. (1999) — Le site du parking Rambuteau à Mâcon (Saône-et-Loire). Carrières de terres et dépôts de restes de chevaux à l’époque gallo-romaine (Ier-IIIe siècles). Travaux de l’Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais, p. 101-120.

Bel V. (2002) – Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule. La nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Monographies d’archéologie méditerranéenne, no 11, 539 p.

Cabezuelo U., Callat P., Meniel P. (2003) – La sépulture multiple de Gondole. L’archéologie de l’âge du fer en Auvergne, Actes du 27e colloque de l’AFEAF, Clermont Ferrand, Menessier-Jouannet C. et Deberge Y. dir. Monographies d’archéologie méditerranéenne, p. 365-384.

Castella D. dir. (1999) – La Nécropole gallo-romaine d’Avenches « En Chaplis » – Fouilles 1987-1992, vol. I, L’Etude des sépultures. Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 77, Aventicum IX.

Grigson C., Mellars P. (1987) — The mammalian remains from the middens. Excavations on Oronsay. Prehistoric human ecology on a small island, Mellars P. dir. Edinburg University Press, 1987, p. 243-289.

Herrscher E. (2009) – Reconstitution des paléodiètes en Gaule Romaine : analyse isotopique de la série découverte à Evreux (Eure), rapport d’étude. Evreux (27) — 3 bis rue de la Libération, la nécropole antique du « Clos au Duc », Pluton-Kliesch S. et al. (dir.). Rapport final d’opération, INRAP, vol. 1, p. 144-164.

Leconte L. (2009) – Étude du mobilier métallique. Évreux (27) — 3 bis rue de la Libération, la nécropole antique du « Clos au Duc », Pluton-Kliesch S. et al. (dir.). Rapport final d’opération, INRAP, vol. 1, p. 202-214.

Lepetz S. (2003) – Gérer des rejets de boucherie et les cadavres animaux dans les villes de Gaule romaine. La Ville et ses déchets dans le monde romain. Rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers des 19-21 septembre 2002. Poitiers, Monique Mergoil édition, 2003, p. 209-217.

Lepetz S., Van Andringa W. (2004) — Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines : l’apport conjoint des os et des textes. Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques. Actes de la table ronde de Gluxe-en-Glenne des 7-9 juin 2001, Barray L. dir. Glux-en-Glenne – Bribacte, Centre archéologique européen, p. 161-170.

Lepetz S., Bemilli C. Pluton-kliesch S. (à paraître) – Le site antique du « Clos au Duc » à Evreux (Eure). Sépultures privilégiées ou trous à ordures.

Pilon F. (2009) – Étude des monnaies. Evreux (27) – 3 bis rue de la Libération, la nécropole antique du « Clos au Duc », Pluton-Kliesch S. et al. (dir.). Rapport final d’opération, INRAP, vol. 1, p. 273-276.

Pluton-Kliesch S. et al. dir. (2009) — Évreux (27) — 3 bis rue de la Libération, la nécropole antique du « Clos au Duc », Pluton-Kliesch S. et al. (dir.). Rapport final d’opération, INRAP, vol. 1.

Notes

1 Le % PO, reposant sur le Nombre de Partie Squelettique (NMPS) et non sur NR permet de s’affranchir des problèmes liés à la fragmentation. Il repose sur la comparaison du nombre minimal de partie squelettique (NMPS) attendu pour le nombre minimum d’individus estimé (NMI) à celui effectivement observé.

2 II n’est cependant pas exclu que ce temps soit très court.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de la zone de fouille.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 3. Sépulture 21, défunt avec le membre supérieur droit luxé passé en arrière de corps.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2. Sépulture 118, sujet déposé en procubitus.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 4. Décompte global des restes osseux provenant des comblements des sépultures datés de la phase 1.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5. Phase 1. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval en % PO.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 6. Phase 1. Trace de découpe sur la face palmaire d’une phalange de cheval.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8. Phase 1. Exemples d’os longs sciés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 7. Phase 1. Exemples d’os longs débités.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9. Phase 1. Exemples d’impact post-dépositionnel de pioche.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 10. Phase 2. Sépulture 10. Vue d’ensemble en début d’ouverture.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 11. Phase 2. Sépulture 10. Chronologie des dépôts de chevaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 12. Sépulture 10. Vue en coupe du dépôt de la1re carcasse de cheval.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 13. Phase 2. Sépulture 10. Pathologie osseuse liée à la monte sur des vertèbres lombaires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 14. Sépulture 10. Vue aérienne du 2e dépôt de carcasse de cheval.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 15. Sépulture 10. Vue en coupe du dépôt de la 2e carcasse de cheval.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 16. Sépulture 43. Détail des crânes de chevaux enserrant le crâne humain.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 19. Phase 2. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval des ensembles en % PO.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 17. Exemple de pathologie (soudure) sur vertèbre lombaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 18. Exemple d’usure caractéristique due au port du mors.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 20. Décompte globale des restes osseux provenant des comblements des sépultures datés de la phase2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 21. Phase 2. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval des comblements en % PO.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 22. Décompte globale des restes osseux provenant des comblements des sépultures datés de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 23. Phase 3. Représentation de différentes parties anatomiques de cheval en % PO.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6869/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search