Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Le Mesnil-Esnard, « Route de Darnétal » (Seine-Maritime)

The ‘Le Mesnil-Esnard’ site, on Darnétal Road (Seine-Maritime Department)

Willy Varin

Résumé

Les fouilles effectuées en 2008 sur la commune du Mesnil-Esnard, ont permis de mettre au jour, plusieurs occupations : deux nécropoles à inhumation, de La Tène ancienne et moyenne, et un habitat fortifié de La Tène finale, qui se distingue par ses fossés d’enclos, son riche mobilier céramique et métallique, ainsi que par sa nécropole à incinération, comprenant une dizaine de tombes privilégiées. Parmi ces sépultures, certaines comportent de nombreuses parures (bracelets de bronze, de verre, fibules, perles). D’autres sont pourvues d’armes (umbos de bouclier, fer de lances, épées, casques). Une tombe associe l’armement au mobilier de banquet. Parmi elles une sépulture à « éléments de char » a également été fouillée. Ce site est bordé par la voirie romaine reliant Rouen à Paris

The excavations carried out in 2008 in Le Mesnil-Esnard led to the discovery of several settlements: two burial necropoles dating from the Early and Middle Latenian Periods and a Late Latenian fortified settlement characterised by enclosure ditches, rich ceramic and metallic artefacts, as well as an incineration necropolis including about 10privileged tombs, among which some contain a large number of jewellery artefacts (bronze and glass bracelets, fibulae, pearls). Other tombs are laid with weapons (shield umbones, spearheads, swords, helmets). One of the tombs combines weapons with banquet furniture. Another burial ground included “chariot elements”. Along the site runs the ancient Roman way between Rouen and Paris.

Texte intégral

1Pour la DAO et les photos (INRAP)

2Localisé à six kilomètres au sud-est de Rouen, sur le plateau d’interfluve séparant les vallées de la Seine à l’ouest et celle de l’Aubette au nord, ces sites archéologiques ont été reconnus lors d’une opération de diagnostic sur un futur lotissement, réalisée au printemps 2007 par l’INRAP. Cette opération a permis de repérer quatre indices de sites : une voirie antique, deux nécropoles de La Tène ancienne et moyenne et un habitat de La Tène finale et sa nécropole (fig. 1). La fouille fut effectuée en 2008.

Fig. 1. Plan d’ensemble avec localisation des quatre zones de fouilles.

Fig 2. Plan général de l'habitat et de la zone funéraire 4.

3La fouille de la zone 1 a permis de mettre au jour les restes d’une voirie gallo-romaine, probablement un tronçon de la grande voie reliant Paris à Rouen, Cette voirie est bordée de deux fossés parallèles sur chacun de ses côtés. Le mobilier archéologique retrouvé dans ces structures se résume à une cruche à pied annulaire en pâte claire, il s’agit d’une production régionale, attribuable à la première moitié du premier siècle de notre ère. Après la traversée du plateau, il est fort probable que la voie descendait dans la vallée en empruntant le vallon de « la Valette de la Lande » (situé à proximité immédiate de la zone de fouilles) pour rejoindre la vallée de Darnétal et la ville de Rouen. Les zones 2 et 3, correspondent à deux nécropoles à inhumation de La Tène ancienne et moyenne. 16 sépultures ont été fouillées sur la zone 2, et 42 en zone 3. La nature du sol, un limon argileux, n’a pas permis la conservation des ossements. Riches en mobilier métallique (fibules, bracelets, brassards, torque), les sépultures ne comportaient que très peu de mobilier céramique.

4La fouille de la zone 4 (fig. 2) a mis en évidence un habitat fortifié et une nécropole de La Tène finale. Cet habitat est délimité par un système de double enclos compartimenté. Au vu de la répartition du mobilier archéologique, on peut envisager un premier enclos « domestique » dans lequel figure un grand nombre de bâtiments sur poteaux, dont certains de plan quadrangulaire mesurent plus d’un mètre carré. Au nord de ce premier enclos, un grand bâtiment, lui-même séparé des autres constructions par un fossé, se distingue par la richesse de son mobilier archéologique (nombreux bracelets de bronze, fibules, monnaies, forte concentration de céramique, dont un grand nombre d’éléments d’importation du sud de la gaule et d’Italie). Il pourrait s’agir là de la demeure du maître des lieux. Le second enclos, accolé au premier, est vraisemblablement lié à des travaux d’artisanat, comme la forge qui est attestée sur le site. Les fossés d’enclos présentent une ouverture moyenne de quatre mètres et demi pour une profondeur de plus de deux mètres, avec une ouverture maximum de six mètres pour plus de trois mètres de profondeur. Cet habitat ne semble pas être lié à l’agriculture ou semble plutôt s’apparenter à un habitat aristocratique qu’à une ferme : nous n’avons, en effet, observé aucun élément de parcellaire à ses abords et les structures de stockages (grenier et silos) sont peu nombreuses. La richesse du mobilier confirme cette hypothèse : céramiques d’importation, amphore, brûle-parfums, monnaies, nombreuses parures (bracelet, fibules, perles), mobilier métallique conséquent et armes. Les premiers éléments de datation (céramique et monnaies) indiquent un abandon du site entre 70 et 10 avant notre ère.

5Accolée à cet habitat, une nécropole composée de 43 sépultures à incinération et 2 inhumations a également été fouillée (fig. 3). Les restes des défunts sont déposés soit en pleine terre, soit dans des urnes ; la crémation est peu poussée et, dans une grande majorité des cas, le poids des restes osseux déposés dépassent un kilogramme, ce qui est peu courant pour cette période. Les deux sépultures à inhumations n’ont quant à elles pas livré d’ossements. Parmi ces sépultures quelques-unes se démarquent par la richesse de leur mobilier. Ainsi la sépulture 4485 comporte outre une urne, trois bracelets et un anneau en bronze (fig. 4). Dans le vase faisant office d’urne funéraire de la tombe 4483 ont été déposées huit fibules de fer ainsi qu’un bracelet en bronze et un autre en verre. Six autres sépultures comportent des armes, offensives ou défensives, umbos de bouclier, casques, fer de lances et épées (fig. 5 à 7). Parmi ces sépultures une tombe à « éléments de char » a également été mise au jour (fig. 8).

Fig. 4. Urne cinéraire accompagnée de trois bracelets en bronze et d’objets en fer non encore identifiés.

Fig. 3. Plan de la zone funéraire 4.

Fig. 5. Tombe à incinération comprenant 4 céramiques, un gril et un important mobilier déposé sous le gril (épée, umbo de bouclier, casque, fer de lance, chaudron, couteau, éléments de ceinture, cerclage de seau, etc.).

Fig. 6. Cette tombe comprend 2 céramiques dont une servant d'urne cinéraire, une épée ployée, un fer de lance, un casque recouvrant un umbo de bouclier, une monnaie et une boucle de ceinture.

Fig. 8. Urne cinéraire accompagnée de bandages et frettes de roues.

6Bien que l’étude du site du Mesnil-Esnard ne soit pas achevée, on peut affirmer d’ores et déjà que cet habitat relevait d’un statut particulièrement privilégié. Quels étaient ses liens avec les oppida de la vallée de Seine ? Les sépultures à armes de La Tène C et D sont connues en Haute-Normandie. Elles sont parfois seules parmi des sépultures plus « classiques », comme c’est le cas pour la nécropole de Cottévrad, mais elles sont parfois présentes en plus grande proportion comme à Poses ou à Pitre, où elles sont, là aussi, associées à une tombe à « éléments de char ». Ces sépultures sont quant à elles peu courantes (5 tombes de ce type connues en Haute-Normandie).

7Cette fouille permet, pour la première fois en Haute-Normandie, d’étudier l’habitat correspondant à ce type de sépulture.

Fig. 7. Tombe à armes comprenant trois céramiques, deux fers de lance, un umbo de bouclier, une épée. Derrière celle-ci, les restes osseux brûlés.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan d’ensemble avec localisation des quatre zones de fouilles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig 2. Plan général de l'habitat et de la zone funéraire 4.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 4. Urne cinéraire accompagnée de trois bracelets en bronze et d’objets en fer non encore identifiés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 3. Plan de la zone funéraire 4.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 5. Tombe à incinération comprenant 4 céramiques, un gril et un important mobilier déposé sous le gril (épée, umbo de bouclier, casque, fer de lance, chaudron, couteau, éléments de ceinture, cerclage de seau, etc.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 6. Cette tombe comprend 2 céramiques dont une servant d'urne cinéraire, une épée ployée, un fer de lance, un casque recouvrant un umbo de bouclier, une monnaie et une boucle de ceinture.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 8. Urne cinéraire accompagnée de bandages et frettes de roues.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Tombe à armes comprenant trois céramiques, deux fers de lance, un umbo de bouclier, une épée. Derrière celle-ci, les restes osseux brûlés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Denis Lepinay

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540