Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Le site de « La Mare des Mares » à Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), tranches 4 bis et 5

The ‘La Mare des Mares’ site at Saint-Vigor-d’Ymonville, units 4 bis and 5

Laurent Gubellini

Résumé

L’année 2007 fut l’occasion pour la société Archéopole d’assurer la continuité de plusieurs opérations de fouilles débutées avec le millénaire sur le plateau de « La Mare des Mares ». Dominant l’estuaire de la Seine depuis l’extrémité du Pays de Caux, ce gisement fut occupé depuis la fin du Néolithique ancien. Les découvertes de cette année consistent en une petite ferme laténienne ayant évolué progressivement vers la villa jusqu’à l’aube du IIIe siècle.

Texte intégral

1Les interventions archéologiques opérées sur la commune de Saint-Vigor-d’Ymonville lors des tranches 4 bis et 5 s’inscrivent dans un cadre de recherches mis en place dès 2000, date des premiers sondages réalisés par l’AFAN sur ce plateau marquant l’extrémité sud-ouest du pays de Caux (Aubry, 2000a ; 2000b). Les quatre tranches précédentes ont ainsi démontré la concentration et la relative continuité de l’occupation humaine de ce secteur dominant de manière stratégique la plaine estuarienne de la Seine depuis la préhistoire ancienne (Marcigny, 2002).

L’occupation néolithique

2Les plus anciennes traces attestant la présence humaine repérées lors des fouilles des tranches 4 bis et 5 remontent à la fin du Néolithique ancien (VSG/ASP). Elles incluent quelques éléments lithiques et céramiques plus tardifs qui présagent d’une relative pérennité de l’occupation. Si nombre d’entre eux sont retrouvés de manière récurrente dans les structures postérieures, en contexte résiduel, la plupart des artéfacts concernés sont concentrés sous la forme d’un épandage de près de 250 m2 situé le long de la limite sud-est de l’emprise de la tranche 5. La position et l’altimétrie des pièces retrouvées, la présence d’éléments intrusifs – scories, tessons d’origine antique et moderne – ainsi que la situation et la datation postérieure des structures fossoyées que cet ensemble recouvre, mettent en exergue la position secondaire de cet épandage retrouvé juste sous la semelle de labours. Les contextes topographique et géomorphologique du site en figurent les causes principales. Ainsi, l’étude géomorphologique réalisée pour l’occasion a mis en évidence une érosion de la couverture limoneuse atteignant 0,5 m, ce qui ne semble guère étonnant au vu de la configuration du plateau de « La Mare des Mares », très exposé, et en particulier du secteur de cette découverte située dans la zone la plus haute de l’emprise de la tranche 5 et à proximité d’une rupture de pente.

3Si l’aspect remué de l’épandage est dès lors établi, il atteste toutefois une occupation très proximale que l’on peut qualifier d’ensemble et que l’on peut replacer au regard des découvertes faites lors des fouilles réalisées en 2002 sur les tranches 1 et 2. Ces dernières ont permis de retrouver quatre ensembles contemporains de celui-ci, et à l’inverse, ont livré un habitat structuré et un mobilier particulièrement abondant et diversifié (Marcigny, 2002b, t. 2 : 55-95, ens. 5, 10, 12-13). Répartis sur une superficie d’environ 9 500 m2, ils sont positionnés au nord – nord-ouest, à plus de 300 m à vol d’oiseau, au-delà d’un léger vallon comblé de longue date et repéré à l’occasion des fouilles de 2002. Ces deux occupations se font face mais en l’absence de tout autre indice, rien ne permet de les relier, ni a fortiori de déterminer leurs liens éventuels.

La nécropole laténienne

4Il s’agit de la quatrième nécropole retrouvée sur le plateau de Saint-Vigor (fig. 1). Elle est située à l’extrémité occidentale de l’emprise de la tranche 4 bis, à proximité d’un éperon barré remontant au Néolithique moyen (Marcigny, 2002b) et d’une occupation plus proche encore, matérialisée par deux bâtiments datés du Néolithique final ou du Bronze ancien (Lepaumier, 2005 : 231-264). Cette petite nécropole d’à peine 15 m2 de superficie prend place au sein d’un ensemble mal défini composé de divers éléments fossoyés sans organisation évidente et de petites structures de combustion, pouvant toutefois figurer la continuité des ensembles précités. La faible proportion de matériel retrouvé et son aspect hétérogène – pièces lithiques, tessons protohistoriques et gallo-romains – ainsi que l’aspect lacunaire de l’ensemble ne permettent pas d’en proposer une quelconque interprétation.

Fig. 1. Détail et situation de la nécropole 4 au sein du parcellaire laténien.

  • 1 Marcigny, 2002 : 231-235 ; fig. 306-325, notamment les sépultures 1110, 1123, 1177, 379 et 415. En (...)

5Cette nécropole à crémations est constituée de cinq individus : un pot déposé au fond d’un fossé n’a livré aucune esquille osseuse, lui conférant un caractère cérémonial. Les sépultures sont dotées de 1 à 4 quatre vases déposés dans une petite fosse quadrangulaire aux parois parfois dotées d’un coffrage. Des dépôts de quincailleries et autres nécessaires de toilette ont pu être observés dans deux cas. Ils sont composés de rasoirs, clés à loquet, fibules et pinces, déposés directement sur l’urne cinéraire. Les restes d’un bracelet en base cuivre ont aussi été retrouvés. Un biface a également été déposé à côté de l’amas osseux de la sépulture 1039. Après remontage et consolidation des céramiques, cet ensemble montre de fortes similitudes avec la nécropole no 2 mise au jour lors de la tranche 2 et située à 420 m au nord-est1. À l’échelle régionale, d’autres comparaisons peuvent être faites avec les nécropoles retrouvées à Harfleur : « Le Mont Cabert » (Lachastre, 1964 : 22) ; à Fesques : « Le Mont du Val aux Moines » (Barbet, 1997 :120 ; fig. 5) ; à Bois-Guillaume : « Les Boquets » et « Le Point du Jour » (Merleau, 2002 : fig. 35, 623b et fig. 36) ; à Léry (Lepert, 1993 : fig. 7, b) ; à Cottevrard : « La Plaine de la Bucaille » (Blancquaert, 1994b : fig. 12, 19) ; à Criquetot-sur-Ouville : « La Folie » (Gonzalez, 1994 : 5, pl. 11) ; et à Saint-Aubin-Routot : « Le Four à Chaux 1 » (Blancquaert, 1992 : 20).

6Ainsi, la nécropole de la tranche 4 bis s’inscrit au sein d’un contexte culturel cohérent attribuable à La Tène C2/Dl. De manière à compléter les données, une étude anthropologique a été réalisée. Elle a mis en évidence le caractère aléatoire du dépôt des restes osseux dans l’urne. Ainsi, ceux de la sépulture 1040 (probablement un homme mature ou âgé) ont été déposés de manière organisée : les membres inférieurs ont été entreposés au fond et le crâne au sommet du remplissage. À l’inverse, les esquilles osseuses que renfermait la crémation 1041 (un individu jeune ou gracile) montrent que le crâne a été déposé en premier au fond du vase. D’autre part, l’observation des restes osseux retrouvés dans la sépulture 1053 (un adulte jeune et gracile) montrent moins de rigueur dans l’ordre de leur dépôt, bien que les concentrations d’esquilles appartenant au crâne et aux membres supérieurs soient prépondérantes dans la moitié supérieure du remplissage. Enfin, quelques esquilles calcinées de capriné retrouvées dans l’urne 1053 indiquent que le défunt était accompagné d’offrandes alimentaires lors de la crémation.

Une ferme laténienne

  • 2 Ces études feront prochainement l’objet d’une publication réalisée par Alice Hanotte dans le cadre (...)

7En fonction des datations et horizons proposés par les études du mobilier céramique, mais aussi des informations livrées par l’analyse des découvertes faites à l’occasion des fouilles des tranches 1 et 2 en 2002, la détermination de la nature, de l’emprise et de l’évolution de cette occupation rurale au sein d’un contexte élargi non seulement à l’échelle régionale, mais également à la Gaule du Nord est envisageable2 (Marcigny, 2002b : t. 2). Elles mettent en exergue une évolution lente, logique et régulière s’inscrivant dans un contexte cohérent au regard des connaissances actuelles (fig. 2).

La configuration d’origine

  • 3 Marcigny, 2002 : 229 ; fig. 297. Lors de cette étude 7 parcelles ont pu être différenciées. L’unit (...)
  • 4 Les éventuelles fouilles appelées à être réalisées lors des prochains élargissements du front de t (...)

8La toute fin de la période laténienne (La Tène D2) voit l’implantation d’une unité agricole axée au sein d’un parcellaire protohistorique préexistant et régulier, matérialisé par un réseau de circulation orthogonal se développant au nord de l’emprise de la tranche 5, selon un axe nord-ouest – sud-est. Il dessert plusieurs parcelles alignées selon la même orientation3. Celle dont il est question ici est figurée par un rectangle couvrant une superficie de plus de 2,5 ha4. C’est dans la partie méridionale de cette dernière que prend place notre ferme fossoyée. Elle est ceinte d’un enclos périphérique intermédiaire de même orientation qui l’encadre à une distance de 7 à 12 m. D’une superficie de 3 000 m2, elle est scindée en deux. De plan rectangulaire, elle se compose d’un espace carré de 1 150 m2 à l’ouest figurant le secteur d’habitat, et d’un rectangle de 1 850 m2 à l’est, dans l’alignement du précédent. Ce dernier matérialise le secteur agro-pastoral. On accède à l’une ou l’autre des parties par le sud, l’est et l’ouest, en longeant l’enclos périphérique. Les deux parties communiquent via une rupture au sein du fossé qui les sépare. Un couloir vierge de vestiges ceint le pourtour interne des deux espaces : s’il peut correspondre à la présence d’un talus – hypothèse non validée par le profil des fossés – il est envisageable d’y voir un axe de circulation.

Fig. 2. La ferme d’origine laténienne.

9Sa reconstruction postérieure l’ayant passablement oblitéré, il est difficile de figurer une représentation précise du premier bâtiment d’habitat. De même orientation que l’enclos, il est constitué d’une seule nef rectangulaire délimitée par deux rangées de trois ou quatre poteaux reliés par une série d’entraits. Plusieurs fragments de tegulae retrouvés permettent de lui associer une couverture en dur. Deux latrines, aux parois verticales, au fond induré par les fèces et muni d’un ressaut, le jouxtent à l’orient. Elles font face à un sillon qui alimente une petite mare artificielle rectangulaire au sud. Cette dernière témoigne de la difficulté qu’ont eue les habitants du pays de Caux à s’approvisionner en eau, les nappes phréatiques n’étant pas disponibles à moins de 100 m de profondeur (Duvivier, 2004 : 98). Cette contrainte est lourde de conséquences en termes d’occupation et d’aménagement de l’espace. Ainsi, cette première source relativement fruste d’approvisionnement en eau potable se voit rapidement remplacée, au début du Ier siècle de notre ère, par une structure plus évoluée. Il s’agit d’un bassin aux contours circulaires réguliers et au fond localement induré. Situé juste devant l’entrée du bâtiment d’habitat, il permettait la décantation des eaux de pluie et devait être garni d’un dallage (pillé lors de son abandon) garantissant un nettoyage aisé à cet effet. Des cuves similaires, bien que de plans quadrangulaires, ont déjà été retrouvées dans de tels contextes à Baonsle-Comte : « Les Baons » (Desfossés, 1994 : 59) ; à Veauville-les-Baons : « D. 37 » (Desfossés, 1993) ; et à La Houssaye-Béranger : « Le Verdret » (Rougier, 1995).

10L’occupation de la partie orientale de l’enclos est répartie autour de deux grandes mares, uniques sources d’eau disponibles comme on l’a vu, mais difficilement gérables. Ainsi, elles peuvent être très contraignantes durant les saisons humides. C’est pour limiter leur débordement et protéger l’espace d’habitat que sont aménagées plusieurs portions de fossés vers l’ouest. Tantôt droits, tantôt curvilignes, ils limitent et traversent une zone de parcage. À l’opposé, au nord-est, une petite zone d’activités dense mais restreinte est matérialisée par une autre petite mare au profil régulier et deux bâtiments sur pilotis et vides-sanitaires. Son existence induisant un combat perpétuel avec l’eau – tous les comblements de la zone sont très hydromorphes – elle sera rapidement abandonnée. Très tôt, sans doute dès l’implantation de cette unité agricole, une occupation est effective à l’est, à l’extérieur de l’enclos. Elle est figurée par la présence d’un bâtiment excentré atypique et de plusieurs fosses garnies d’éléments de combustion (dont des parois vitrifiées pouvant provenir d’un bas-fourneau) et de torchis rubéfié. Tous sont les témoins d’une activité artisanale liée au feu qui, bien qu’elle nous échappe encore, peut être envisagée au sud-est.

L’expansion du premier siècle

11La configuration primitive de cette unité paraît perdurer sans changements radicaux durant la période augustéenne. Au cours du Ier siècle de notre ère, on assiste à une réorganisation progressive de l’espace. La zone d’activité centrale située au contact des mares est abandonnée au profit d’un nouveau secteur d’activité au sud. Il figure une continuité du travail lié au feu. Ce dernier modifie la configuration des lieux : situé au sud de l’enclos, il en matérialise un agrandissement (extension). Il est ceint d’un système palissadé à l’est et à l’ouest qui empêche dès lors tout passage au sud de l’enclos. Celui-ci, non entretenu, commence à tomber en désuétude. Un phénomène comparable est observé au nord, où un bâtiment sur poteaux apparaît au-delà de l’emprise primitive de l’occupation. L’absence de structures de rejet associées et sa superficie étendue de près de 60 m2 assimilent ce bâti à une structure de stockage ou de stabulation. Ces divers éléments marquent les prémices d’une latéralisation permettant le dégagement d’un espace central qui n’est plus occupé que par les mares.

12La place de l’habitat demeure quant à elle inchangée mais subit de fortes modifications vers la fin du siècle. L’abandon du bassin de rétention d’eau précède ou coïncide avec la reconstruction totale du bâtiment d’habitation. Son emplacement et son orientation demeurent inchangés. Les puissants poteaux qui le constituent sont profondément ancrés de part et d’autre d’un poteau central pouvant soutenir une toiture à quatre pans. Leur disposition et leur calibre permettent d’envisager la présence d’un étage. Au sud, 4 autres poteaux permettent de restituer une façade en abside. Cette demeure est bordée à l’est de nouvelles latrines (1164, 1165 et 1166). À l’opposé, deux petits greniers surélevés sont agencés. La fin du Ier siècle voit aussi l’apparition d’un élément remarquable : le cellier. De petite taille (à peine 30 m2 en œuvre), il est appareillé à l’aide de rognons de silex dépourvus de liant qui laissent régulièrement apparaître en leur sein les négatifs de poteaux porteurs, derniers reliquats d’un bâtiment en bois qui le surplombait. Son accès vers l’est permet d’envisager une relation liée d’avantage à l’espace d’activité figurée par l’extension qu’à l’aire d’habitation elle-même. Comme pour les deux greniers, son positionnement au sein de l’habitat paraît être dû à un souci de surveillance et de protection. Il n’a toutefois pas été possible de déterminer la nature des denrées qu’une telle surveillance nécessitait, parements et sol ayant été pillés au moment de l’abandon.

Dans le sens d’une romanisation : l’apogée

13La fin du Ier siècle de notre ère figure comme on l’a vu un changement progressif, tant du point de vue de la structuration spatiale de l’exploitation que de la diversification de ses activités. Cette tendance se confirme durant le IIe siècle : l’enclos d’origine et une partie de l’enclos périphérique, s’ils sont encore décelables dans le paysage, sont définitivement abandonnés. La partie occidentale de ce dernier, encadrant jusqu’alors l’ancien enclos, est toutefois reprise dans les mêmes proportions. Elle est curée et élargie mais préserve toutefois l’accès primitif vers l’ouest (fig. 3).

Fig. 3. La configuration du IIe siècle.

14La latéralisation de l’espace agro-pastoral entreprise à la fin du siècle précédent se poursuit. Suivant les limites de l’ancien enclos périphérique et préservant la même orientation, plusieurs autres bâtiments sont agencés au sud et au nord. Les deux ailes ainsi confortées reçoivent toutefois une dévolution différente. Ainsi, deux nouveaux bâtiments munis de « fosses-ateliers » matérialisant l’aile méridionale témoignent de la continuité des activités artisanales annoncées par l’extension abandonnée depuis. De gabarit et de plan identiques – nef unique composée de deux poteaux axiaux médians et de deux rangées de trois poteaux surmontés d’entraits-, ils comprennent des creusements réguliers plus ou moins profonds où des traces de charbon et de rubéfaction sont visibles. L’aile septentrionale se développe plus intensément encore : les bâtiments préexistants sont peu à peu complétés d’un grenier surélevé composé de neuf poteaux rognant l’enclos primitif, de deux bâtisses en « L » sur poteaux porteurs et d’un dernier bâtiment naviforme de même configuration que ses homologues de l’aile sud. Tous forment un alignement très régulier. La dévolu don de l’aile nord s’oppose à celle de l’aile sud. Caractérisée par l’absence de fosses de rejets, elle est destinée au stockage des denrées et sans doute à la stabulation du bétail, hypothèse corroborée par la superficie étendue (plus de 65 m2) du premier bâtiment de l’aile nord, à cette occasion entièrement reconstruit sur fondations en silex. Enfin, l’extrémité occidentale de l’espace dévolu à l’habitat voit l’apparition d’un double four domestique à cendrier commun, dont les deux états de soles suggèrent une utilisation prolongée.

Fig. 4. Évolution du secteur d’habitat :
1- La Tène D2/Augustéen.
2-1re moitié du 1er siècle.
3 – Fin du 1er /début du IIIe siècle.
4 – Milieu du IIIe siècle.

15L’espace central est lui aussi conforté et forme à présent une véritable cour devenue une zone d’interface reliant entre eux tous les composants de la propriété : habitat principal à l’ouest, artisanat au sud, stockage et stabulation au nord. Les anciennes mares sont en phase terminale de comblement. Une nouvelle est finalement créée. Régulièrement nettoyée, elle est très peu encaissée au nord (le terme de plage n’est ici pas exagéré), ce qui permet au bétail de s’y abreuver.

  • 5 Les fouilles de 2002 n’ont pu déceler que quelques trous de poteaux épars à l’intérieur de son emp (...)

16Au vu des informations livrées par les tranches 1 et 4 de 2002, il apparaît que l’aile septentrionale est bordée par un fossé situé au-delà de la limite nord de l’emprise de la tranche 5 (Marcigny, 2002b, t. 2 : 235-236 ; fig. 330-332 ; et ibid., t. 4 : 99-100, fig. 117). Il figure la continuité du nouvel enclos après un retour vers le nord-est. Il est décalé d’environ 7 m par rapport à l’ancien enclos périphérique laténien mais préserve son orientation. Au-delà de ce sillon, un grenier surélevé muni de quatre poteaux est apparu. Ce nouvel enclos se poursuit ensuite de manière rectiligne sur 15 m environ, avant de se diviser à angle droit pour délimiter un autre enclos qui, bien que synchrone et parallèle à cette phase d’occupation, ne peut pour l’heure être caractérisé en raison de son état par trop lacunaire5. L’information la plus significative est délivrée par l’opération correspondant à la tranche 4. Elle a en effet démontré la présence d’un grand enclos (55 x 70 m) gardant la même orientation que le parcellaire laténien qu’il recoupe. La superposition des plans généraux des tranches 4 et 5 matérialise de manière flagrante la situation. L’enclos du IIe siècle est en fait chaîné et agrafé à ce grand enclos de la tranche 4. Ils communiquent par une rupture du fossé qui les sépare. Ce nouvel enclos occidental est axé de manière parfaitement symétrique au reste de l’occupation. Sa superficie de 4 000 m2 au total, et l’absence de structures fossoyées en son sein, en font une aire de pacage à bestiaux idéale. Le IIe siècle voit donc le point culminant de cette unité agricole qui, de par son organisation et son aspect compartimenté, s’apparente de plus en plus à une véritable villa.

Une rupture brutale

17L’extrême fin du IIe, voire le début du IIIe siècle, marque un tournant dans l’occupation du site. Alors que la ferme ne paraît jamais avoir autant prospéré, le bâtiment d’habitat est abandonné (l’ossature qui le constitue reste en place). Le cellier et le bâtiment qui le surplombe sont quant à eux détruits : de nombreux éléments de la vie quotidienne – clés, ferrures et charnières de portes, céramiques, objets liés au contexte d’hygiène, de l’écriture – se retrouvent alors piégés dans le remplissage du cellier, qui figure certainement la couche la plus riche du site. Les diverses latrines liées à l’habitat sont elles aussi laissées à l’abandon. Vers le milieu du IIIe siècle, le cellier n’est plus qu’une vaste dépression oblongue. Il est alors remblayé et nivelé. Un nouveau bâtiment carré reposant sur de larges fondations en silex est construit dans la foulée, à cheval sur le comblement du cellier. Sa dévolution reste inconnue à ce jour mais sa viabilité est de courte durée : sa partie septentrionale s’enfonce rapidement dans le comblement du cellier non compacté (fig. 4).

18Seules quelques fosses de rejet au sud de l’emprise fournissent un matériel contemporain ou postérieur au milieu du IIIe siècle, ainsi que des matériaux de construction en dur. En outre, les fossés composant le nouvel enclos se poursuivent vers le sud, au-delà de l’emprise des tranches 4 et 5. Ils mettent en évidence une continuité de l’occupation dans cette direction. Ainsi, l’occupation des IIe et IIIe siècles, de par son aspect lacunaire, ne peut pour l’heure être caractérisée de manière exhaustive. Les probables opérations à venir permettront de trancher quant à l’évolution de l’occupation gallo-romaine à partir du milieu du IIIe siècle. Deux hypothèses sont à ce jour envisageables : soit cette unité agricole est définitivement abandonnée – sans prendre en considération les invasions germaniques, cette période correspond à une crise politique et économique qui voit l’abandon de la plupart des unités agricoles en Gaule du Nord et en Seine-Maritime en particulier – soit elle change totalement de configuration et se déplace vers le sud (Rogeret, 1997 : 78).

Conclusion et perspectives

  • 6 Bayard, 1996 : 177. Il s’agit des fouilles de Translay, où plusieurs enclos d’habitat laténiens on (...)

19Les origines de l’unité agricole fouillée en 2007 s’inscrivent dans un contexte de systématisation de l’occupation du sol à dessein de valorisation et d’optimisation, effective à partir du 1er siècle av. J.-C. (Fajon, 2003). Cette généralisation, déjà observée dans la Somme6, est d’autant plus valable pour la partie occidentale du pays de Caux, intensément peuplée dès la fin de La Tène moyenne (Desfossés, 1996 : 203). Cette organisation rigoureuse est illustrée à Saint-Vigor par le parcellaire laténien régulier desservi par un réseau de chemins orthogonaux.

  • 7 Desfossés, 1996 : 206. On pense à Veauville-les-Baons et à Criquetot-sur-Ouville (« La Folie »), a (...)

20Une volonté de séparation des activités est induite dès l’origine par la configuration bipartite, voire tripartite – si l’on prend en compte l’enclos périphérique – de cette ferme indigène. Son plan régulier confère à cette unité les marques d’une certaine romanisation. Toutefois, ses origines et sa morphologie font de cette structure agricole apparemment modeste un ensemble typiquement laténien, parfaitement inséré dans l’acculturation locale et le parcellaire pré-existant, et excluant d’emblée tout modèle romanisé. Ainsi, elle est orientée au sud, en bordure de plateau dominant un cours d’eau, sa délimitation est matérialisée par un réseau fossoyé, et les bâtiments qui la constituent sont exclusivement agencés sur poteaux (Fémolant, 1996 : 39). En outre, la gestion rigoureuse de l’eau pluviale que sa situation géologique implique participe indéniablement de la culture laténienne locale, à l’instar des sites contemporains retrouvés à proximité lors des fouilles de l’A 297.

21Trois d’entre eux fournissent d’ailleurs des éléments de comparaison très proches bien que légèrement antérieurs, confirmant ainsi la marque laténienne : la ferme de Cottevrard « La Plaine de la Bucaille » est en effet composée d’un enclos rectangulaire compartimenté opposant zone d’habitat et zone d’activités agricoles (Blancquaert, 1994b), tout comme l’unité agricole de Beautot : « L’échangeur RN27 » (Rougier, 1995). C’est aussi le cas de la ferme retrouvée à Gremonville « Le Bois Thillant » et à Criquetot-sur-Ouville « La Folie » (Gonzalez, 1994). Celle-ci, d’une superficie avoisinant celle de Saint-Vigor, est elle aussi inscrite dans un second enclos plus vaste, qui disparaîtra rapidement. À une échelle élargie, la ferme de Bazoches « La Foulerie », en Picardie présente les mêmes caractéristiques (Collart, 1996 : 137-141). Le Ier siècle de notre ère voit l’adjonction d’un espace complémentaire palissadé au sud dévolu à des activités spécifiques (extension). Il s’accompagne d’un nouveau bâtiment latéralisé au nord et figure le début de l’abandon de l’enclos originel, devenu inutile. Ces premières transformations, si elles vont dans le sens de la romanité (latéralisation autour d’un espace libéré), paraissent ici être le résultat d’une adaptation aux contraintes naturelles du milieu, notamment liées à un besoin accru d’espace, à la difficulté de la gestion de l’eau (mares), et à une volonté accrue de séparation des activités plutôt qu’à une réelle marque de la romanisation. La ferme laténienne de Saint-Vigor s’apparente dès lors à ce que d’aucuns désignent comme une villa élémentaire, plus généralement appelée ferme gallo-romaine précoce, qui garde cependant par maints aspects une influence laténienne : bâtiments sur poteaux, position de l’habitat (Courbot-Dewerdt, à paraître). Elle s’insère dans une tendance générale vérifiable tant à l’échelle régionale que dans toute la Gaule du Nord et notamment en Picardie, dans la Somme et l’Aisne (Collart, 1996 : 123 ; Duvette, 2005 : 227).

22La restructuration de l’enclos au début du IIer siècle de notre ère ne figure pas une rupture brutale avec le réseau antérieur. Le reprenant partiellement, il en assure dans une certaine mesure la continuité, tout en permettant d’accroître la surface disponible. Les découvertes faites à Veauville-les-Baons et à Criquetot-sur-Ouville « La Folie » vont dans ce sens (Desfossés, 1996 : 206). De même, la constitution de deux ailes véritablement latéralisées et opposées – tant dans l’espace que dans leur dévolution – ne figure que l’aboutissement d’une démarche logique et progressive amorcée antérieurement. Elle n’est nullement le fruit d’un modèle rapporté. La création ou la reconstruction de bâtiments en dur coexistants aux bâtiments sur poteaux est une tendance généralisée à la Gaule du Nord, observée dès la fin du Ier siècle de notre ère (Haselgrove, 1996 : 117). Ce mode de construction est souvent interprété comme un marqueur de la romanisation (Collart, 1996 : 123). Ainsi, la ferme de Saint-Vigor s’inscrit dans une entité géo-culturelle (l’ouest du pays de Caux) caractérisée par l’apparition précoce de ces bâtis en dur. Si la présence de la Juliobonna toute proche a déjà été proposée pour justifier de cette précocité, il est nécessaire de rappeler ici l’existence de bancs de silex affleurants localement (Desfossés, 1996 : 207). Faut-il voir en cette avancée architecturale un réel signe de romanisation ou une évolution technique liée à une simple opportunité ?

23L’utilisation- antérieure aux bâtiments en dur – de matériaux spécifiques comme la tegula, ainsi que l’adjonction d’un véritable enclos de pacage bien délimité dans le prolongement médian, traduisant un souci de parfaite symétrie avec le reste de l’occupation, sont apparemment les seules évolutions attribuables à coup sûr à une réelle romanisation, qu’elle soit imposée ou délibérée. La configuration de ce dernier en tant qu’élément rapporté trouve un pendant exact (bien que de superficie doublée) sur le site de « la ferme des Fontaines » à Herblay dans le Val-d’Oise (Bayard, 1996a : 169, 171 ; fig. 13). Celle-ci est décrite par l’auteur comme étant la ferme indigène « évoquant le mieux les villae romaines » de par l’opposition entre pars urbana et pars agraria (sic).

24L’occupation rurale de Saint-Vigor-d’Ymonville figure dès lors un archétype de la ferme indigène évoluant progressivement vers la ferme gallo-romaine précoce pour se rapprocher in fine de la villa à cour centrale. Cette évolution très progressive, si elle va dans le sens d’une romanisation, se fait sans rupture et préserve toutes les caractéristiques propres à la culture laténienne locale. De ce fait elle ne peut participer que partiellement d’une acculturation romanisée, comme l’atteste la per sistance des nombreux bâtiments sur poteaux qui la constituent. On pourrait alors parler d’une romanisation par opportunité favorisant l’aspect fonctionnel plutôt que l’application d’un modèle importé.

25L’entité rurale de La Tène C2/D1 associée aux quatre nécropoles de Saint-Vigor n’a pas été retrouvée. Elle doit pourtant être située logiquement « à portée de vue » de ces dernières, à proximité de notre ferme laténienne par conséquent. Si cette hypothèse se confirme, l’occupation protohistorique de Saint-Vigor évoluerait de manière comparable au site de Gremonville – Criquetot-sur-Ouville, qui voit, durant La Tène D2 son pôle domestique quitter l’enclos de la phase précédente pour prendre place dans une nouvelle parcelle, l’ancien enclos étant transformé en zone pastorale. Ce phénomène du déplacement du cœur de l’habitat semble se généraliser au cours du Ier siècle av. J.-C.

26De nombreuses questions persistent quant à l’appréhension totale de la ferme de Saint-Vigor. Si oppida et fermes laténiennes sont organiquement liées, quels sont ses liens avec l’oppidum de Sandouville (dit Camp de César) tout proche (Courbot-Dewerdt, à paraître) ? Sont-ils figurés par le réseau de chemins orthogonaux qui se poursuivent au nord ? Comment se développent les parties orientales et méridionales de cette pseudo-villa ? La portion d’enclos latéral secondaire retrouvé en 2002 trouve-t-elle son pendant au sud ? Si tel est le cas, elle figurerait un autre critère de la romanisation et assimilerait d’autant plus l’occupation tardive de Saint-Vigor à une villa.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Aubry B. (2000a) – Saint-Vigor-d’Ymonville. Les Sapinettes. Archéopages, 1, juin.

— (2001) – Saint-Vigor-d’Ymonville. Les Sapinettes, Archéopages, 3, mars.

Aubry B., Lépinay D. (2000b) – Carrières et ciments Lafarge, commune de Saint-Vigor-d’Ymonville « Les Sapinettes » (Seine-Maritime), opération de diagnostic archéologique, AFAN Grand-Ouest, SRA Haute Normandie, Lafarge. Le Havre.

Bayard D. (1996a) – La romanisation des campagnes en Picardie à la lumière des fouilles récentes. Problèmes d’échelles et de critères », De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 157-184.

Bayard D., Collart J.-L. dir. (1996b) – De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, 336 p.

Barbet P., Mantel E. (1997) – La céramique protohistorique. Mantel dir., p. III-124.

Blancquaert G. (1992) – Saint-Aubin-Routot « Le Four à Chaux 1 ». Documentfinal de synthèse. Service régional de l’archéologie, DRAC Haute-Normandie, Rouen, 1992.

— (1994a) – L’intensification de l’habitat et la standardisation du mobilier en pays de Caux (76). Les installations agricoles du 2nd âge du fer en France septentrionale. Études d’histoire et d’archéologie, 6.

— (1994b) – Cottévrard, La plaine de la Bucaille. DFS, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, Rouen.

Blancquaert G., Rougier R., Desfossés Y. (1996) – Les gisements protohistoriques du tracé autoroutier de l’A 29 (Le Havre-Saint-Saëns). Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, Rouen.

Collart J.-L. (1996) – La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce. De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 212-256.

Courbot-Dewerdt C. (à paraître) – L’évolution des établissements ruraux de la fin de l’âge du fer à la mise en place du système des villae dans l’ouest de la Gaule (1er s. av. J. C. — IIe s. ap. J.-C.).

Desfossés Y. (1993) — Veauville-les-Baons, D. 37, section Le Havre-Yvetot. Rapport d’évaluation détaillée, DFS, 538, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, Rouen.

— (1994) — Baons-le-Comte, les Baons. Bilan scientifique de la région Haute-Normandie 1993, Rouen.

— (1996) — L’évolution de la ferme indigène en pays de Caux, l’apport des fouilles de l’autoroute A 29. Premiers résultats. De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 203-208.

Duvette L. (2005) – Les établissements gallo-romains précoces dans les vallées de l’Aisne et de la Vesde. Architectures protohistoriques en Europe occidentale du néolithique final à l’âge de fer, Buschsenschutz O., Claude Mordant C. dir., Paris, CTHS. Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, p. 217-229.

Duvivier H. (2004) — L’approvisonnement en eau potable des agglomérations de Haute-Normandie de La Tène finale à la fin de l’Ancien Régime. Mémoire de DEA sous la direction de X. Deru, université Charles-de-Gaulle – Lille 3, UFR des sciences historiques, 2 vol., 127 p., 154 fig.

Fajon P., Millard N. (2003) – Les implantations des habitats ruraux antiques en Gaule du nord-ouest (La Tène finale – Haut-Empire), opportunisme topographique ou déterminisme fonctionnel, quelques cas concrets. Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 7-22.

Fémolant J.-M., Malrain F. (1996) – Les établissements ruraux du deuxième âge du fer et leur romanisation dans le département de l’Oise. De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 39-53.

Gonzalez V. (1994) – Criquetot-sur-Ouville « La Folie ». DFS, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, Rouen.

Giazzon D. dir. (2002) – Saint-Vigor d’Ymonville (76), « Les Sapinettes » et « La Mare des Mares », tranches 4 bis et 5. Rapport de diagnostic.

Gubellini L.et alii (2008) – Saint-Vigor-d’Ymonville (76) « La Mare des Mares » (tranches 4 bis et 5). Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, 512 p.

Haselgrove C. (1996) – La romanisation de l’habitat rural dans la vallée de l’Aisne d’après les prospections de surface et les fouilles récentes. De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 109-120.

Lachastre (1964) – Harfleur « Le Mont Cabert ». Document final de synthèse, Rouen.

Lepaumier H., Marcigny C., Ghesquière E. (2005) – L’architecture des habitats protohistoriques de Normandie : quelques exemples de la fin du IIIe millénaire au début du second âge du fer. Buschsenschutz, Mordant dir., p. 231-264.

Lepert T. (1993) — Contribution des fouilles récentes à la connaissance de la céramique laténienne de Haute Normandie. Les Celtes en Normandie. Revue Archéologique de l’Ouest, supplément 6, Rennes, p. 83-93.

Marcigny C. (2002a) – Les occupations du néolithique moyen de Saint-Vigor d’Ymonville (Seine Maritime), présentation préliminaire », Internéo 4, Société préhistorique française et Internéo, Paris.

Marcigny C. et alii (2002b) — Saint-Vigor-d’Ymonville (76) « Les Sapinettes » et « La Mare des Mares » (Carrières Lafarge, tranches 1 et 2), 5 vol. (du Néolithique ancien au Néolithique moyen). Document final de Synthèse, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, 159 p.

Merleau M.-L. (2002) – Bois-Guillaume « Les Bocquets », « Le Point du Jour. Six nécropoles du Second Age du Fer en Haute-Normandie, Nord-Ouest Archéologie 13, Centre de recherches archéologiques et de diffusion culturelle, Berck-sur-Mer, 415 p.

Pion P. (1996) – Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne de la fin du second Age du Fer au début du Haut-Empire romain (IIe siècle av. J.-C. – Ier siècle ap. J.-C. De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes en Gaule. Actes du deuxième colloque de l’association AGER, Amiens (Somme), 23-25 septembre 1993. Revue archéologique de Picardie, no spécial 11, p. 55-107.

Rogeret I. (1997) – Carte archéologique de la Gaule, la Seine-Maritime (76), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de la culture, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, Paris, 663 p.

Rougier R. (1995) – Le Grand Verdret, échangeur RN 27. DFS, Service régional de l’archéologie, DRAC. Haute-Normandie, Rouen.

Notes

1 Marcigny, 2002 : 231-235 ; fig. 306-325, notamment les sépultures 1110, 1123, 1177, 379 et 415. En outre, le rasoir retrouvé dans la sépulture 1040 paraît en tout point similaire à celui de la sépulture 1117/1176 de la nécropole no 2.

2 Ces études feront prochainement l’objet d’une publication réalisée par Alice Hanotte dans le cadre du congrès de la SFECAG à Colmar en 2009.

3 Marcigny, 2002 : 229 ; fig. 297. Lors de cette étude 7 parcelles ont pu être différenciées. L’unité agricole mise au jour lors des fouilles de la tranche 5 se trouve dans la parcelle 7.

4 Les éventuelles fouilles appelées à être réalisées lors des prochains élargissements du front de taille vers le sud seront toutefois susceptibles de pondérer cette superficie.

5 Les fouilles de 2002 n’ont pu déceler que quelques trous de poteaux épars à l’intérieur de son emprise (Marcigny, 2002).

6 Bayard, 1996 : 177. Il s’agit des fouilles de Translay, où plusieurs enclos d’habitat laténiens ont été retrouvés espacés de 250 à 300 m environ.

7 Desfossés, 1996 : 206. On pense à Veauville-les-Baons et à Criquetot-sur-Ouville (« La Folie »), ainsi qu’à La Houssaye Béranger (« La Plaine du Moulin de la Houssaye »), où la présence conjointe de mares naturelles et anthropiques est attestée, bien qu’il s’agisse d’un contexte de villa.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Détail et situation de la nécropole 4 au sein du parcellaire laténien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 2. La ferme d’origine laténienne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 3. La configuration du IIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4. Évolution du secteur d’habitat :1- La Tène D2/Augustéen.2-1re moitié du 1er siècle.3 – Fin du 1er /début du IIIe siècle.4 – Milieu du IIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Auteur

Archéopole

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search