Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Gainneville - Saint-Aubin-Routot (Seine-Maritime) : le site de la « Maison d’arrêt-RN 15 »

Gainneville/Saint-Aubin-Routot (Seine-Maritime Department): The site of the ‘RN-15 Detention Centre’

Julien Boisson, Alice Hanotte et Myriam Michel

Résumé

La fouille du site de Gainneville – Saint-Aubin-Routot a permis la mise au jour d’une série d’occupations entre la fin de La Tène et la fin du IIe siècle de notre ère. Un ensemble de fossés témoigne de la succession de trois systèmes enclos-parcellaire. Les deux premiers sont datés de la fin de La Tène et correspondent vraisemblablement à la périphérie d’un établissement rural. Ils renferment quelques ensembles de trous de poteaux, des fosses, deux silos et les fossés bordiers d’un petit chemin. Au début de notre ère, un habitat antique se développe sur le site. La zone fouillée révèle pour cette occupation un ensemble de parcelles régulièrement organisées. L’une d’elles livre notamment deux édifices quadrangulaires sur poteaux et un petit four ovalaire. Cet ensemble parcellaire est accompagné d’un axe de circulation secondaire, qui passe au sud du site.

Excavations at the Gainneville/Saint-Aubin-Routot Site unearthed a series of settlements dating between the Late Latenian Period (Second Iron Age) and the late IInd century A.D. A group of ditches revealed a succession of three enclosure parcels. The first two date back to the Late Latenian Period and are likely to correspond to the boundary zone of a rural settlement. They include a few clusters of pile holes, tombs, two silos and the side ditches of a small road. At the beginning of our era, an ancient settlement started to develop on the site. In the excavated zone was found a series of regularly-organised parcels, one of which included two quadrangular buildings on piles and a small oval-like oven. The parcel also encompasses a secondary traffic corridor towards the south of the site.

Texte intégral

Contexte de l’intervention

1Dans le cadre de la construction d’une nouvelle maison d’arrêt près du Havre, une zone de près de 14 hectares a été diagnostiquée en 2006 (Lançon, 2006) sur les communes de Gainneville et Saint-Aubin-Routot en Seine-Maritime. Les parcelles concernées, situées le long de la route départementale 6015 (ancienne RN 15), ont livré les traces de plusieurs enclos et de fossés parcellaires de la fin de l’âge du fer et de la période antique. Une fouille a par la suite été prescrite, sur plusieurs zones, afin d’étudier l’un des enclos mais aussi le développement du parcellaire. La surface totale fouillée avoisine 1,5 hectare.

2Les communes concernées sont situées au sud-ouest du Pays de Caux, à quelques kilomètres de la ville du Havre. Le terrain de fouille, localisé au lieu-dit « La Queue du Grill », s’élève à une altitude moyenne de 107,5 m NGF et présente un léger pendage vers le sud, en direction du vallon de Rogerville. Il est installé sur une importante couverture de limon recouvrant le plateau crayeux. En termes d’occupations archéologiques, les deux communes sont situées sur le tracé envisagé pour la voie romaine Lillebonne-Harfleur, dernier tronçon de la « Chaussée Jules-César » partant de Paris et passant notamment par Rouen (Rogeret, 1997 : 281, 481). Jusqu’au début des années 1990, ces deux communes n’avaient livré que quelques vestiges diffus d’occupations protohistoriques et antiques. Les fouilles réalisées dans le cadre des travaux de l’autoroute A 29 ont permis de mettre au jour différents sites gaulois sur Saint-Aubin-Routot, qui montrent une occupation assez dense de la zone, et ce dès la période de La Tène ancienne (Blancquaert, 1996).

3L’ensemble mis au jour lors de la fouille se présente comme la succession de trois systèmes fossoyés (enclos et parcellaire) plus ou moins développés, avec la présence au sud d’un axe de circulation (fig. 1). La zone principale de fouille recouvre une partie des enclos, tandis que les fenêtres supplémentaires ont permis d’évaluer le développement du parcellaire au sud et à l’ouest de ces enclos. Le site livre en outre de nombreuses fosses, deux probables silos, un four et quelques bâtiments sur poteaux, ainsi que divers fossés d’aménagements internes.

La succession de trois systèmes fossoyés entre la fin de La Tène et le IIe siècle de notre ère

4Un premier ensemble de fossés forme un enclos de près de 90 m de large pour 100 m de long. Ces fossés, comblés d’un limon brun-gris, présentent un profil en V, peu large et peu profond. L’enclos s’inscrit dans un parcellaire dont l’amorce peut être vue au niveau de son angle sud-ouest. Il renferme plusieurs fossés d’aménagements internes, comme un système d’entrée au nord-ouest ou un petit enclos interne au sud-ouest. Le comblement de ce premier système est daté, par un mobilier céramique peu abondant, de la fin de La Tène. La quasi-totalité de cet enclos semble avoir été vu dans la zone de fouille (fig. 2).

5Le second ensemble quant à lui n’est perçu qu’en partie. Il s’agit de l’angle sud-ouest d’un enclos dont la taille ne peut être définie. Il se développe au nord, en passant sous la départementale 6015. Il est associé à un ensemble de fossés parallèles orientés nord-sud et qui pourraient figurer un chemin d’accès par le sud à cet enclos (fig. 3). Son comblement est lui aussi daté de la fin de La Tène mais les relations stratigraphiques observées attestent qu’il est postérieur au premier système.

Fig. 1. Phasage des différents systèmes fossoyés mis au jour sur le site.

  • 1 On retrouve ce module notamment sur des sites récemment fouillés par Archéopole dans le Nord – Pas- (...)
  • 2 Ce pied gaulois mesure 32 cm, contre 29,6 cm pour le pied romain officiel. On aurait donc ici des p (...)

6Le troisième ensemble, lui aussi partiellement reconnu, se développe de la même façon vers le nord hors de la zone d’intervention. Il se présente dans la zone principale de fouille comme une parcelle quadrangulaire d’environ 80 m de côté. Les données fournies par les fenêtres supplémentaires ainsi que par le diagnostic permettent de restituer vers l’ouest trois autres parcelles de même module. Le tout forme un réseau au schéma d’organisation plus romanisé que les systèmes précédents. Ce module de 80 m de côté se retrouve en effet sur de nombreux sites antiques de la moitié nord de la France1 et semble basé sur le pied gaulois, utilisé plus fréquemment que le pied romain dans nos régions2. A ce parcellaire se rattache un chemin matérialisé par deux fossés parallèles orientés est ouest et passant au sud de l’ensemble (fig. 4). Le tout est daté des deux premiers siècles de notre ère.

Quelques édifices sur poteaux

7On peut tout d’abord signaler une concentration de trous de poteaux à l’ouest du site, au sein de laquelle aucun plan cohérent ne semble se dégager, mais qui témoigne probablement de constructions dans cette zone. Elle semble se rattacher à la première occupation laténienne du site. Les édifices sur poteaux clairement identifiés sur le site sont au nombre de trois (fig. 5). L’un d’eux est un petit bâtiment sur quatre poteaux, de type « grenier surélevé », installé en bordure du fossé ouest du premier enclos. Il couvre une superficie de 5 m2. Le comblement n’a livré qu’un seul tesson de céramique protohistorique qui, ajouté à la localisation de l’édifice, permet de l’associer à la première occupation laténienne.

8Les deux autres constructions sont un peu plus conséquentes. Il s’agit de deux bâtiments quadrangulaires construits sur 12 poteaux chacun. Le premier est situé en bordure nord du site, à cheval sur l’un des fossés du second enclos laténien. Il couvre une superficie de 30 m2. Certains des trous de poteaux qui le composent ont livré dans leur comblement des tessons de céramique antique, ainsi que quelques fragments de torchis, parfois recouverts d’une couche d’enduit blanc non peint (probablement de la chaux). Cet édifice est daté de la période antique et est associé à l’ensemble parcellaire au sein duquel il est installé. Le second bâtiment, sur 12 poteaux, couvre une surface de 42 m2 et présente un plan similaire. Ses murs nord et sud sont composés de trous de poteaux doubles, tandis que les deux autres sont formés de trous de poteaux simples. Là encore, le mobilier issu de ces structures est rare. Il est daté de la période antique. Un fossé, situé près de l’angle nord-ouest de cet édifice, a livré un important mobilier, probablement associé au fonctionnement du bâtiment. Il situerait celui-ci dans la seconde moitié du premier siècle de notre ère.

Un important ensemble de fosses

9Le site a livré près de 300 fosses, de formes et de tailles diverses, le plus souvent ovalaires. Elles sont pour la plupart comblées d’un limon brun-gris et livrent peu de mobilier (seules une quinzaine des fosses fouillées en livrent ; il s’agit le plus souvent de fragments de céramique, parfois de petits objets métalliques ou de fragments de silex taillé). Leur datation et leur association à l’une ou l’autre des phases d’occupation du site restent donc difficiles. De la même façon, il est souvent difficile d’établir leur fonction première. Plusieurs ensembles de fosses situées au nord du site, près de l’un des bâtiments sur 12 poteaux, pourraient être assimilées à des fosses d’extraction de limon. Elles présentent pour la plupart des creusements très irréguliers. Celles qui livrent du mobilier peuvent être datées de la période antique. Parmi l’un de ces ensembles figure aussi un petit silo en cloche, à fond plat.

10Au sud du site, aux abords du chemin antique, se situent plusieurs fosses assez imposantes. De plan circulaire, elles mesurent entre 1,4 et 1,6 m de profondeur. Leurs comblements présentent tous une succession de couches de limon indiquant différentes phases de stagnation d’eau et de détérioration des parois sous l’effet de l’eau. Ces structures sont donc vraisemblablement restées ouvertes un certain temps. Leur fonction, difficile à appréhender, pourrait avoir été liée à l’évacuation des eaux de pluie aux abords du chemin.

Fig. 2. Phase 1 de l’occupation, datée de la fin de La Tène.

Fig. 3. Phase 2 de l’occupation, datée de la fin de La Tène.

Fig. 4. Phase 3 de l’occupation, datée des Ier et IIe siècles de notre ère.

11De la même façon, la structure 5002 est située en bordure du chemin. Elle se présente sous la forme d’une fosse circulaire de 2 m de diamètre, pour une profondeur dépassant les 3 m (le fond de la structure n’a pas été atteint, pour des raisons de sécurité). La fosse montre un remplissage stratifié assez complexe, composé pour l’essentiel d’une matrice de limon brun et de nombreux blocs de silex. Une fonction de puits avait d’abord été envisagée mais elle semble peu probable au vu de la profondeur des nappes phréatiques dans cette zone du plateau. Il pourrait donc là encore s’agir d’une fosse de récupération des eaux de pluie, d’autant qu’aucune mare n’a été mise au jour sur le site.

Fig. 5. Les édifices sur poteaux repérés sur le site.

Un petit four creusé dans le limon (structures 1048-1049)

12Situé au nord du site, au sein d’une des parcelles antiques, ce four se présente sous la forme d’une fosse ovalaire dont les parois et le fond sont fortement rubéfiés (fig. 6). Son creusement présente un net pendage vers l’est. Il est associé à une fosse de rejet, installée dans une fosse plus ancienne, qui elle-même recoupe l’un des fossés du second enclos laténien. Le mobilier retrouvé au sein de la fosse de travail de ce four est daté du dernier tiers du premier siècle de notre ère.

Fig. 6. Le four 1048.

Les structures de stockage

13Déjà mentionné ci-dessus car creusé au sein d’un ensemble de fosses, le premier de ces silos (st. 1512) est de petite taille. Il présente un profil en cloche, à fond plat (fig. 7). Il atteint 0,80 m de profondeur mais sa largeur à l’ouverture n’est pas connue, à cause de l’effondrement de la paroi ouest. La seconde structure probablement destinée au stockage (st. 1445) se présente sous la forme d’une fosse quadrangulaire à parois droites et fond plat (fig. 7). Son profil présente un léger rétrécissement dans sa partie haute. La fonction de stockage peut être envisagée, mais sans certitude.

La céramique

14La céramique est composée de 2 500 tessons pour un nombre minimum de 199 individus (NMI). L’ensemble se révèle représentatif : les nombreux recollages, les formes archéologiquement complètes attestent une relative homogénéité des contextes.

15La majorité des ensembles gallo-romains paraît issue de rejets domestiques primaires ou semi-primaires : les vases ont été probablement brisés sur place ou à proximité et non déplacés sur de longues distances.

16La céramique de chaque unité stratigraphique ou structure a été traitée de manière isolée. Dans un premier temps, les contextes les plus représentatifs ont été étudiés. Ensuite les ensembles ont été regroupés, dans la mesure du possible, en « horizons-site », cela d’après les assemblages définis par les données quantitatives des diverses catégories, les groupes de pâtes et la typologie des céramiques (méthodologie exposée dans Deru, 2007). Ces derniers sont associés aux différentes phases du site en corrélation avec la chronologie relative établie selon les données de terrain, en application des méthodes appliquées à Bibracte ou en Suisse (voir Arcelin, 1998 ; Luginbühl, 1998).

La céramique de l’occupation laténienne

17Le premier horizon se caractérise par la présence exclusive de céramiques « façonnées à la main » (modelées ou ayant fait l’objet de techniques mixtes). La céramique de l’horizon 1 concerne 263 tessons pour 8 individus soit 4 % des vases du site. L’ensemble est peu représentatif, mais permet néanmoins de confirmer la chronologie relative de certains fossés (1003, 1008, 1009, 1012, 1240, 1277, 1441, 5038, 5039) et d’avoir un aperçu des structures pouvant leur être associées.

18Les jattes à profil à carène douce aussi dénommées « terrines » constituent les formes les plus fréquentes pour cette catégorie (fig. 9 – 2 et 3) Des formes similaires sont attestées pour la fin de La Tène C2 à Saint-Clair-sur-les-Monts (Lepert, 1993 : fig. 3 b) et à Saint-Aubin-Routot « Le Four à Chaux 1 » (Blancquaert, 1992 : 20, 5). Les vases de Gainneville - Saint-Aubin-Routot, comportant systématiquement des traces de carbone ou des caramels résiduels, semblent destinés à la cuisson des aliments.

19Quelques bords attestent la présence de vase « situliformes » à lèvre effilée délimitée par deux sillons (fig. 9, 4). Des exemplaires similaires sont fréquents à Saint-Vigor-d’Ymonville (Gubellini, 2008 ; étude d’A. Monnier, pl. mitée à XVI), à Harfleur « Mont Cabert » (Lachastre, 1964 : forme 8), à Saint-Gilles-de-Ia-Neuville (Blancquaert 1993 : 19 ; fig. 2) et à Saint-Aubin-Routot « Le Four à Chaux 1 » (Blancquaert, 1992 : 21 21 ; fig. 7 et fossé 101). Hérités des formes de La Tène ancienne, ils perdurent cependant jusqu’à la fin de La Tène finale (Blancquaert, 1992 : 25).

Fig. 7. Les structures de stockage 1445 (photo) et 1512 (profils).

20La distinction entre les parcellaires protohistoriques ne se matérialise au travers de la céramique que par des différences de pâtes et non de formes. Aucune datation absolue précise ne peut raisonnablement être proposée. On restera donc dans une fourchette allant de La Tène C2/D2 à la période augustéenne.

21Le caractère ténu de la céramique du premier horizon ne permet pas d’attester une occupation conséquente. Une simple fréquentation liée par exemple à des activités agricoles ou à des rejets d’un autre habitat pourrait être envisagée.

La céramique de l’occupation gallo-romaine (fig. 8)

22L’essentiel du mobilier céramique gallo-romain se concentre dans le nord de la zone Al. Il provient essentiellement de fosses de rejets et de fossés fonctionnant avec la zone d’habitat, localisée à proximité des bâtiments 1 et 2. Les zones A2, A4, C et D révèlent de plus petits ensembles souvent peu caractérisables.

Fig. 8. Quantité relative des catégories de céramiques par horizon.
Fig. 8. Quantité relative des catégories de céramiques par horizon (TS S : terre sigillée sud, TSC : terre sigillée centre, TSE : terre sigillée Est, T N : terra nigre, TR : terra rubra, ER : enduit rouge, CC : commune claire, CC1 : commune claire à engobe blanc, CC2 : commune claire à engobe rouge, MO : mortier, RUB : rugueuse sombre, BES : type Besancçon, DBES : dérivées type Besançon, MD : céramique modelée, PT : trad. Protohistorique tournée, AM : amphore.).

Fig. 9. Céramiques des horizons 1 et 2.
Note : Afin de communiquer un maximum d’informations, les provenances supposées des céramiques figurent sur les planches sous la forme des abréviations suivantes : (sg) pour sud Gaule, (cg) pour centre Gaule, (Cham) pour Champagne, (Har) pour Harfleur, (Msr) pour Monfort-sur-Risle, (Noy) pour Noyon.

Horizon 2 (Auguste-Tibère)

23Le second horizon est caractérisé par l’arrivée de céramiques d’influence romaine coexistant avec la céramique de tradition laténienne. Il s’agit essentiellement de céramique fine gallo-belge, terra nigra et terra rubra importées des ateliers de la vallée de la Vesle (fig. 9-6,7) et de terra nigra du centre de la Gaule, notamment des bols à lèvre en gouttière se rapprochant du type Menez 60 (fig. 9-8). On note également la présence d’un gobelet à paroi fine assimilé au type Beuvray (fig. 9-5). Cet horizon est caractérisé par une forte proportion de cruches en céramique commune claire souvent engobées en blanc. De même on voit l’arrivée de productions du type Besançon caractéristiques de l’époque augustéenne (fig. 9 – 10). Parallèlement se développe localement une céramique tournée, limitée essentiellement à des pots à profils en esse hérités des formes gauloises (fig. 9-9). Le faciès de la céramique permet de situer l’horizon 2 à l’époque augusto-tibérienne, entre 5-1 av. J.-C. et 15-20 ap. J.-C. (Deru, 1996 ; horizon de synthèse III). La céramique attribuée à cette phase comprend 61 tessons pour 11 vases, ce qui constitue 5,5 % du nombre total d’individus. Le comblement de deux fosses de la zone Al (1034 et 1120) et des trous de poteaux du bâtiment 2 (1173, 1175, 1179) présente un mobilier similaire.

Horizon 3 (20-25 – 60-65 ap. J.-C.)

  • 3 La caractérisation pétrographique des pâtes champenoises est détaillée dans Biegert, 2004.
  • 4 Type diffusé entre 15-20 et 85-90 ap. J.-C. en Gaule Belgique et en Germanie (Deru, 1996a ; Horizon (...)

24La définition de l’horizon 3 est fondée sur le mobilier du comblement de la fosse 1046, située tout au nord de la zone Al en limite d’emprise, constituant le seul contexte de référence pour cette phase. Représenté par 35 tessons pour 7 individus, le mobilier est bien daté par la présence d’une amphore à huile de Bétique Dressel 20B (fig. 10 — 12). D’autre part, de nombreux contextes regroupent de manière plus large des éléments de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. Ainsi, il semble que ce soit à l’horizon 3 que l’on décèle à travers les diverses catégories de céramiques l’émergence de l’acculturation romaine, déjà amorcée dans la phase précédente. La céramique fine se compose essentiellement de terra nigra et terra rubra champenoise3, notamment une coupe complète Deru C134 (fig. 10-16). Les importations de Gaule du centre s’illustrent par un pot Amiens 33 (fig. 10 – 19) et un pot Amiens 35 (fig-10 — 18). L’évolution se matérialise de deux façons : d’une part par l’arrivée de nouveaux récipients et contenants, comme les amphores, davantage de cruches à une anse et à col mouluré type Gose 366 (fig. 10 – 20, 21) ou même de pots en céramique commune claire (fig. 10 – 22) probablement destinés à contenir de nouveaux produits importés. D’autre part, l’évolution se ressent aussi localement avec l’émergence de productions artisanales en céramique commune sombre, essentiellement des formes ouvertes à profil en esse ou des pots dérivés des types Besançon (fig. 10 – 23-26). La céramique commune sombre tournée, représentant à elle seule la moitié des vases, suppplante la céramique de tradition indigène.

25La datation proposée pour cet horizon est située chronologiquement entre le milieu du règne de Tibère et le début de la période flavienne (environ 20-25 et 60-65 ap. J.-C).

Horizon 4 (2e moitié Ier siècle)

26L’horizon 4 correspond aux ensembles céramiques les plus conséquents et les plus représentatifs (28 % du total du NMI). Le mobilier provient essentiellement de larges fosses situées entre le bâtiment 1 et le bâtiment 2 (1049, 1060, 1142).

27Les contextes de référence pour cet horizon sont les couches supérieures du comblement de la fosse 1049 ayant livré 491 tessons pour 51 individus (fig. 11). Il s’agit d’une fosse détritique très charbonneuse, située à côté du four 1048 au nord de la zone Al, et recoupant le fossé 1031 au nord. L’étude a révélé de nombreux collages et associations de vases entre les niveaux supérieurs de la structure (Us 6, 7, 8, 9, 10, 11). En revanche, les couches du fond (Us 1 et 2) se différencient par un mobilier antérieur, correspondant plutôt aux horizons 2 et 3, ce qui peut donner une indication pour la création et l’utilisation de cette fosse.

28Bien que découlant d’un comblement rapide de la structure, l’ensemble révèle cependant des décalages chronologiques au sein du mobilier. En effet, quelques éléments bien identifiés comme les services flaviens en terre sigillée (fig. 12 – 27) ou encore les variantes tardives des amphores de Bétique (fig. 12 — 53-55) donnent un terminus post quem à 1’ensemble.

29La céramique engobée apparaît, matérialisée par un unique tesson provenant d’un trou de poteau du bâtiment 2 (1178, non figuré). Une telle carence permet de confirmer que l’on se situe avant la diffusion en masse des productions d’Argonne qui inonderont le marché normand à partir de la fin du Ier siècle ap. J.-C. et surtout au IIe siècle (Blaszkiewicz, 1989). Ce fragment pourrait être attribué au groupe « Moselle 2 », productions attestées à Metz à partir de 85-90 (Deru, 1996 : horizon de synthèse VII, phase 6).

30La proportion des céramique fine régionale (fig. 12- 38- 45) augmente (9 % du NMI). Elle s’illustre par quelques exemplaires lustrés mais surtout par de fréquents décors guillochés ou excisés sur des petits pots globulaires ou gobelets (fig. 12 – 31, 44-45) ou encore par un pot-tonnelet façonné dans une pâte fine beige à grise très douce au toucher (fig. 12 – 30). D’après la comparaison des pâtes, quelques vases sont susceptibles de provenir de la région d’Harfleur (Evrard, 1994 ; 1995) ou de Montfort-sur-Risle.

Fig. 10. Céramiques de l’horizon 3.

Fig. 11. Tableaux de comptage de la céramique du comblement supérieur des fosses 1049 et 1513

Fig. 12. Céramiques de l’horizon 4, fosse 1049.

31Néanmoins, on constate la persistance de céramique gallo-belge et d’amphores plutôt caractéristiques de la seconde moitié du Ier siècle à partir de la période claudienne. La présence de ces vases, probablement en position résiduelle, d’une part confirme une continuité réelle de l’occupation au Ier siècle et d’autre part invite à ne pas dater cet horizon au-delà des dernières décennies de ce siècle. Ainsi on considère le faciès céramique de l’horizon 4 comme un contexte typiquement flavien situé au dernier tiers du 1er siècle entre 60-65 et 90 ap. J.-C.

Horizon 5 (90-125-150 ap. J.-C.)

32La caractérisation de l’horizon 5 est fondée sur 700 tessons pour 40 individus, soit environ 20 % du total des vases. Le mobilier rassemblé provient de neuf contextes. Les structures concernées sont clairement localisées dans la zone Al, à proximité du bâtiment 1 : il s’agit essentiellement de fosses de rejet situées au nord-ouest (1050, 1051, 1052, 1053, 1513), à l’ouest (1064) et à l’est de ce bâtiment (1085) ainsi que des fossés 1088 et 1089 qui le longent à l’est.

33Le contexte de référence choisi pour représenter cet horizon est la fosse 1513 qui a livré 480 tessons pour 27 individus (fig. 11). Le matériel provient du comblement de la fosse, composé d’une seule grosse couche de limon.

34La vaisselle de table voit la terre sigillée se subsituer à la céramique gallo-belge. Les productions de Gaule méridionale sont représentées essentiellement par des coupes Drag. 27c et des formes des services A et C. Parallèlement, les céramiques importées du centre de la Gaule apparaissent, illustrées par des formes des services C2 et D2 et un plat Lezoux 45 (fig. 13 – 62).

35La céramique fine régionale sombre, représentant 25 % des individus, prend le pas de manière flagrante sur la terra nigra. La surface des céramiques peut être marquée d’un décor sous la forme de stries effectuées volontairement au brunissoir ou correspondant à des facettes de tournassage. Elle peut être aussi ornée de bandes lustrées. De nouvelles formes sont attestées, principalement des coupes, bols ou bouteilles dont la fabrication est soignée (fig. 13 — 63-67). À ces productions locales s’ajoutent de nouveaux approvisionnements comme les mortiers représentés par deux individus (fig. 13 – 69), les cruches à engobe rouge ou les cruches à lèvre en bourrelet éversée (fig. 13 – 68). Parallèlement, la céramique rugueuse sombre se diversifie également au niveau typologique. La datation proposée pour cet horizon couvre une période située entre 90 et 125-150 ap. J.-C.

Horizon 6 (2e moitié du IIe – début IIIe siècle ap. J.-C.)

36La céramique d’une fosse (1119) et quelques tessons récoltés en surface lors du décapage apportent des jalons pour tenter de caractériser la fin de l’occupation. Des éléments plus tardifs y figurent comme un bol type Drag. 37 en terre sigillée de l’est ou du centre-est (fig. 14 – 72). Le répertoire de la céramique commune sombre s’enrichit de nouvelles formes comme un plat tripode (fig. 14 — 78), une jatte à collerette (fig. 14 – 77) tandis que subsistent les jattes à profil en esse (fig. 8 – 80) et autres pots à lèvre en bourrelet (fig. 14 – 75-79). L’observation des pâtes, corrélée à la typologie de quelques formes, notamment les jattes à collerette, semblent désigner l’officine de Montfort-sur-Risle comme atelier fournisseur. L’activité de cet atelier prenant réellement son essor au IIe siècle (Adrian, 2001), cela constitue un nouvel argument en faveur d’une datation plus tardive.

37Ces artefacts incitent à situer ce dernier horizon à la seconde moitié du IIe siècle, voire au début du IIIe siècle ap. J.-C.

38Cependant, la question soulevée est de savoir si ce dernier horizon est effectivement synonyme d’une poursuite de l’occupation ou s’il est dû à la nature des rejets, plutôt secondaires. Il pourrait alors résulter de déplacements de déchets issus d’un autre site proche.

Aspect économique

Importations lointaines

39Les contacts avec les régions méditerranéennes sont avérés à partir de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. par le biais d’importation d’huile de la province de Bétique, dans la vallée du Guadalquivir. Ils sont matérialisés par la présence d’amphores de type Dressel 20, qui s’intensifie à la période flavienne. La présence de différentes variantes typologiques (Dressel 20 B, C et D) tend à démontrer une continuité de ces échanges dans le temps.

Fig. 13. Céramiques de l’horizon 5.

Fig. 14. Céramiques de l’horizon 6.

40À partir de la fin du Ier siècle, l’approvisionnement en céramique sigillée de la Graufesenque atteste également l’existence de contacts avec la Gaule méridionale. Ces apports demeurent cependant limités. La présence d’un fragment de lampe à huile permet aussi d’attester une ouverture vers le monde méditerranéen.

Importations extra-régionales

41Elles sont en revanche très répandues puisque, dès les horizons 2 et 3, le site s’approvisionne en céramique fine gallo-belge en provenance de Champagne, ainsi que de Gaule centrale. On peut aussi supposer des importations de la cité des Ambiens, au vu des fréquents parallèles typologiques établis avec la céramique d’Amiens. En outre, le fait que, à côté des assiettes et coupes, des formes hautes soient aussi importées témoigne de réseaux d’échanges particulièrement actifs. Cela démontre aussi une insuffisance des céramiques locales qui ne rivalisent pas encore avec la vaisselle fine importée.

42Le centre de la Gaule fournit également ponctuellement des pots de type Besançon attestés uniquement à l’horizon 2.

  • 5 Le même cas de figure semble attesté à Mauquenchy : voir Guillier, 2006 : 39.
  • 6 Y.-M. Adrian signale aussi des pâtes rouges à Mauquenchy où cette catégorie semble compléter la cér (...)

43Dès l’horizon 3 apparaissent les premières importations de cruches en céramique commune claire de Noyon qui s’amplifient considérablement aux horizons 4 et 5. Ces échanges avec Noyon confirment ce qui a déjà été observé sur d’autres sites à savoir l’essor de ces approvisionnements sur le territoire haut-normand entre le dernier quart du Ier siècle et la première moitié du IIe siècle5. De même, des importations de terra nigra à pâte rouge noyonnaises ne sont pas exclues6 (fig. 12 — 31,34, 36).

44L’horizon 5 voit aussi le début des approvisionnements en céramique sigillée provenant des ateliers du centre de la Gaule, du groupe de Lezoux. La présence de sigillées de Gaule de l’est peut également être avancée pour le dernier horizon, sans certitude cependant. En revanche, on constate l’absence de céramique engobée d’Argonne, abondamment diffusée au IIe siècle sur les sites ruraux du plateau cauchois. Dans l’ensemble, ces importations concourent à démontrer l’intégration du site de Gainneville – Saint-Aubin-Routot dans un réseau d’échanges dont la « romanité » est attestée.

Approvisionnements locaux

45Concernant la céramique « façonnée à la main » ou de tradition protohistorique, il semble très délicat de localiser les approvisionnements, en raison de l’extrême diversité des pâtes observées. La multiplicité de ces pâtes résulte probablement de différentes ressources en matière première corrélées à des modes de façonnage et de cuisson variables. Ces artefacts semblent davantage résulter de productions d’appoint du pays de Caux, non standardisées, à caractère « communautaire » et destinées à un usage utilitaire local. Seul un tesson de céramique « Veauvillaise » à fin dégraissant calibré permet d’attester une production plus organisée à l’horizon 3 (pour la caractérisation de la céramique « Veauvillaise », voir Blancquaert, 2000). La céramique commune et la céramique fine régionale révèlent également une grande multiplicité des approvisionnements qui induit l’existence de divers petits ateliers locaux. À partir de l’horizon 5 et surtout à l’horizon 6 semblent apparaître des productions de l’atelier de Montfort-sur-Risle, attestées de manière plus récurrente par la technologie d’une part et la typologie d’autre part. Aux mêmes horizons, on suppose aussi la présence de productions en céramique fine d’Harfleur qui demeurent cependant anecdotiques.

Conclusion

46L’étude céramique laisse présager une occupation a priori continue de la fin de La Tène au milieu du IIe siècle, voire jusqu’au début du IIIe siècle de notre ère. Celle-ci semble connaître des fluctuations perceptibles par le biais de la céramique.

47Les divers approvisionnements décelés révèlent l’intégration du site à des réseaux d’échanges qui justifient la présence supposée d’une voie de circulation à proximité. Celle-ci relierait le site à des axes majeurs dont l’un, potentiellement orienté est-ouest, serait prolongé par la voie Lillebonne-Harfleur.

48Enfin, cette étude complète celle de Saint-Vigor1 12 d’Ymonville « La Mare des Mares », tranche 4 bis et 5, site fouillé récemment et distant d’environ 9 km. En effet les ensembles corrélés se succèdent chronologiquement et fournissent une vision diachronique de l’évolution du répertoire de la céramique durant tout le Haut-Empire au sud-ouest du pays de Caux (Hanotte, à paraître).

Les autres types de vestiges mobiliers

49Il s’agit essentiellement de mobilier en fer, ainsi que de quelques objets en alliage cuivreux et de quelques fragments de verre. Des déchets métallurgiques ont aussi été découverts. La nature du terrain n’a par contre pas permis la conservation de vestiges osseux (fig. 15).

50Au sein du mobilier métallique, on trouve un ensemble de clous, essentiellement de menuiserie mais aussi parfois de charpenterie. Sont présents aussi quelques accessoires du vêtement (nombreux petits clous de chaussures à tête hémisphérique pleine, anneau en alliage cuivreux étamé et portant un décor floral). Trois objets se rapportent à la quincaillerie : deux pentures (parties femelles de charnières) et un probable petit crampon. L’outillage est représenté par un fragment de douille et un tranchet. L’ensemble de ce mobilier métallique serait à associer à l’occupation antique du site.

51Le mobilier en verre n’a livré qu’un seul fragment identifiable du point de vue de la forme. Il s’agit d’un élément de panse rattachable à un flacon en forme de sphère, décoré d’un fil de verre rapporté en spirale. Cette production, dont quelques exemples sont connus régionalement à Harfleur, serait datée du premier siècle de notre ère. La totalité de ce mobilier métallique et en verre a été recueilli au sein de la parcelle antique mise en évidence au nord-est de la fouille.

52Les déchets métallurgiques sont essentiellement représentés par des culots, ainsi que par des battitures. Quelques éléments de parois de four ont été mis au jour, mais aucune structure de combustion liée à une activité métallurgique n’a été découverte sur le site. Là encore, les vestiges sont associés à des structures participant de l’occupation antique du site. Aucune concentration particulière n’a été repérée, aussi peut-on envisager la présence d’une activité de type post-réduction, probablement assez éloignée de la zone de fouille. Le peu de vestiges retrouvés ne permet pas d’établir la nature et l’importance exacte de cette activité.

Synthèse des occupations du site

53L’existence d’une occupation néolithique, supposée à la suite du diagnostic, n’a pas pu être confirmée par la fouille. La première occupation structurée mise en évidence date de la fin de La Tène. Elle voit l’installation d’un premier système fossoyé orienté nord-ouest – sud-est, associant un enclos quadrangulaire de 9 000 m2 de superficie à un parcellaire périphérique. Celui-ci pourrait se développer sur près de 200 m vers le sud et près de 400 m vers l’ouest. Les structures internes à cet ensemble (diverses fosses, un petit grenier sur poteaux, deux probables structures de stockage, etc.) ainsi que la faible densité du mobilier qui peut lui être associé (essentiellement de la céramique) laissent penser que l’on se situe à la périphérie d’un habitat rural, dont le cœur serait localisé au nord-ouest, hors de l’emprise de la fouille.

54La seconde phase d’occupation protohistorique du site se caractérise par l’installation d’un nouvel enclos, qui conserve l’orientation du premier mais se décale légèrement vers le nord. Seul un angle de cet ensemble a été appréhendé, le site se développant hors emprise. Une série de fossés orientés nord-sud matérialisent ce qui semble être un chemin d’accès à cet enclos.

55L’occupation antique se met en place dans les premières décennies de notre ère et se développe au cours des deux premiers siècles. Elle s’organise autour d’une série de fossés formant plusieurs parcelles de 80 m de côté chacune, dont la régularité témoigne d’une volonté d’organisation assez rigoureuse du paysage. Là encore, l’ensemble conserve une orientation proche de celle des systèmes fossoyés antérieurs, mais avec, une fois de plus, un décalage. Ce troisième ensemble se développe lui aussi vers le nord, hors emprise. La mise en place du parcellaire s’est effectuée durant la première moitié du premier siècle de notre ère, de même que le creusement de certaines fosses et l’installation des deux bâtiments sur 12 poteaux. Les fosses et fossés se sont comblés progressivement à partir du milieu de ce premier siècle et jusqu’au début du suivant, pendant la période de fonctionnement des édifices sur poteaux. Cette occupation antique livre un mobilier plus dense que les phases précédentes. La présence de ce mobilier, associé à un four et à deux bâtiments, dont un au moins est constitué de torchis recouvert d’enduit, suggère une fonction d’habitat (ou de zone d’activités proche de l’habitat) pour la parcelle la plus à l’est de l’ensemble (celle située dans l’emprise de la fouille, les autres n’ayant été repérées que lors du diagnostic ou par les fenêtres complémentaires de la fouille).

Fig. 15. Quelques éléments du « petit mobilier » et du mobilier métallique.

56L’organisation spatiale des enclos protohistoriques se succédant sur le site s’inscrit dans un modèle de développement mis en évidence par les recherches régionales récentes (Blancquaert, 2000). Celui-ci montre une standardisation assez poussée dans l’organisation des établissements agricoles, et ce dès La Tène C2. La région voit alors se multiplier des sites ruraux composés d’un enclos de forme assez régulière, le plus souvent quadrangulaire, installé au centre d’un réseau parcellaire plus ou moins important. Les deux enclos mis au jour à Gainneville – Saint-Aubin-Routot s’inscrivent pleinement dans ce modèle (même si la succession rapide de ces deux ensembles démontre une certaine instabilité dans l’occupation gauloise). À l’époque romaine, un autre mode d’organisation semble se développer : l’installation de l’habitat se fait non plus dans un enclos entouré d’un parcellaire mais directement au sein d’une des parcelles. Cela pourrait être le cas ici, mais aussi par exemple sur le site du Vashouis à Mirville (Courbot, 2005). Les données spatiales ainsi que les hypothèses fonctionnelles concernant les différentes occupations du site permettent de formuler deux théories. La première verrait un déplacement du cœur de l’habitat, qui se rapprocherait de la zone fouillée. Le site antique semble plus proche du centre de l’habitat que ne l’étaient les deux occupations gauloises. La seconde hypothèse verrait plutôt une évolution du statut du site, avec le passage d’une ferme gauloise à un établissement antique plus « riche », ce dont témoignerait la place plus importante de la vaisselle d’importation.

57Le mobilier céramique atteste une romanisation progressive de l’occupation, avec la mise en place et le développement de réseaux d’échanges à petite, moyenne et parfois longue distances. Le chemin antique mis au jour au sud du site témoignerait alors du réseau d’axes de circulation nécessaires au plein développement de ces circuits d’échanges. La présence de ce tracé et les données de la fouille posent alors la question du passage dans le secteur d’un axe important : la « Chaussée Jules-César ». Celle-ci a le plus souvent été située sous l’actuelle départementale 6015 mais certaines recherches récentes posent la question de son éventuel passage au sud du site, dans l’axe du vallon de Rogerville. C’est cette seconde hypothèse que semblent valider les données recueillies au cours de cette opération. L’ensemble des occupations, de la fin de La Tène jusqu’à la charnière deuxième-troisième siècles de notre ère, se développe au nord, sous l’actuelle route départementale, et suivant une orientation différente de cette dernière. Or on peut supposer que l’existence d’une voie importante dans la zone aurait influencé l’orientation des sites installés en bordure. On peut donc en conclure que cette voie devait passer selon une orientation proche de celle des parcellaires successifs et non en suivant le tracé de la route actuelle.

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2001) – Forêt de Monfort-sur-Risle (Eure), Les sites gallo-romains des parcelles 52 et 31. Rapport de sondages. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Rouen.

Ben Redjeb T. (1985) – La céramique gallo-romaine à Amiens (Somme). I – La céramique gallo-belge. Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 143-176.

Biegert S., Deru X., Fronteau G., Paicheler J.-C. (2004) – Les productions du « groupe de pâtes champenois » : caractérisations archéologiques, pétrographiques et chimiques. Revue du Nord, t. 86, 2004, no 358, p. 135-161.

Blancquaert G. (1992) – Saint-Aubin-Routot « Le Four à Chaux 1 ». Document final de synthèse. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Rouen.

— (1993) – Saint-Gilles-de-la-Neuville « La Chouette ». Document final de synthèse. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Rouen.

Blancquaert G., Rougier R., Desfossés Y. (1996) – Les gisements protohistoriques sur le tracé de l’autoroute A 29 (Le Havre-Saint-Saëns). Document final de synthèse, Rouen.

— (2000) – L’intensification de l’habitat et la standardisation du mobilier en pays de Caux (76). Les installations agricoles du 2nd âge du fer en France septentrionale. Etudes d’histoire et d’archéologie, 6, p. 395-409.

Blaszkiewicz P., Dufournier D. (1989) – Diffusion des gobelets bruns d’Argonne entre la fin du Ier siècle et la fin du IIe siècle en Normandie. Gallia, 46.

Courbot C. (2000) — Évolution des établissements ruraux à la période de Transition (Ier siècle avant-hier siècle après J.-C.). Les installations agricoles du 2nd âge du fer en France septentrionale. Études d’histoire et d’archéologie, 6, p. 463-473.

Deru X. (1996) — La céramique belge dans le Nord de la Gaule. Caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques. Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université catholique de Louvain-la-Neuve.

Deru X., Feller M. (1996) – Horizons chronologiques de la céramique du Haut-Empire dans le quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle). SFECAG, Actes du congrès de Dijon, p. 433-457.

Deru X., Champarnaud L., Dabo S., Florent G. (2007) – Chronologie, céramique et statistique. SFECAG, Actes du Congrès de Langres 2007, p. 49-60.

Evrard M.-N. (1994) – Un atelier de potier à Harfleur (Seine Maritime). La céramique du Haut-Empire en Gaule Belgique, Actes de la Table ronde d’Arras (12-14 octobre 1993), Centre de Céramologie gallo-romaine, Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir. Nord-Ouest Archéologie, 6, p. 195-201.

— (1995) – Un atelier de potier à Harfleur (Seine Maritime) Ier siècle-IIIe siècle. SFECAG, Actes du congrès de Rouen, p. 137-150.

Gubellini L. et alii (2008) – Saint-Vigor-d’Ymonville, tranches 4 bis et 5, « La Mare des Mares », Haute-Normandie (76). Rapport d’archéologie préventive, Archéopole Scop – SARL – Archeodunum SA, mai.

Guillier G., Adrian Y.-M., Doyen D. (2006) — Entre Calètes et Bellovaques, les établissements ruraux gallo-romains de Mauquenchy « Le fond de Randillon » (Seine-Maritime) : un modèle de la ferme antique ? Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 7-48.

Hanotte A. (à paraître). – Saint-Vigor-d’Ymonville, la Mare des Mares (Seine-Maritime) : la céramique d’une villa rurale à l’extrémité sud-ouest du pays de Caux. Contribution à la caractérisation des faciès en territoire calète. SFECAG, Actes du congrès de Colmar, 2009.

Lachastre J. (1964) — Harfleur « Le Mont Cabert ». Document final de synthèse, Rouen.

Lançon M. (2006) – Gainneville (76) I Saint-Aubin-Routot (76) « Maison d’arrêt », rapport de diagnostic, Rouen, 2006.

Lepert T. (1993) – Contribution des fouilles récentes à la connaissance de la céramique laténienne de Haute-Normandie. Les Celtes en Normandie. Revue archéologique de l’Ouest, supplément 6, Rennes, p. 83-93.

Luginbühl T. (1998) – Exemples d’études chrono-quantitatives à Bibracte et en Suisse. La quantification des céramiques, conditions et protocoles, Bibracte 2, Actes de la table-ronde des 7-9 avril 1998, Arcelin P., Tuffreau-Libre M. dir. Glux-en-Glenne, p. 79-85.

Rogeret I. (1997) – Carte archéologique de la Gaule, la Seine-Maritime, Rouen.

Notes

1 On retrouve ce module notamment sur des sites récemment fouillés par Archéopole dans le Nord – Pas-de-Calais (sites de Mérignies et de Bailleul, en cours d’étude).

2 Ce pied gaulois mesure 32 cm, contre 29,6 cm pour le pied romain officiel. On aurait donc ici des parcelles de 240 pieds de côté, c’est à dire deux arpents.

3 La caractérisation pétrographique des pâtes champenoises est détaillée dans Biegert, 2004.

4 Type diffusé entre 15-20 et 85-90 ap. J.-C. en Gaule Belgique et en Germanie (Deru, 1996a ; Horizon de synthèse III-VII). En Picardie, sa diffusion se restreint au règne de Claude-Néron (Ben Redjeb, 1985).

5 Le même cas de figure semble attesté à Mauquenchy : voir Guillier, 2006 : 39.

6 Y.-M. Adrian signale aussi des pâtes rouges à Mauquenchy où cette catégorie semble compléter la céramique gallo-belge tout au long du ier siècle et surtout durant la seconde moitié. L’hypothèse d’une origine noyonnaise est soulevée par le même auteur, fondée sur la description des terra nigra retrouvées dans la cité des Viromanduens. Dans le cas présent, il nous est impossible de la confirmer sans observations pétrographiques et comparaisons approfondies.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Phasage des différents systèmes fossoyés mis au jour sur le site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2. Phase 1 de l’occupation, datée de la fin de La Tène.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3. Phase 2 de l’occupation, datée de la fin de La Tène.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4. Phase 3 de l’occupation, datée des Ier et IIe siècles de notre ère.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5. Les édifices sur poteaux repérés sur le site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 6. Le four 1048.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 7. Les structures de stockage 1445 (photo) et 1512 (profils).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 8. Quantité relative des catégories de céramiques par horizon.Fig. 8. Quantité relative des catégories de céramiques par horizon (TS S : terre sigillée sud, TSC : terre sigillée centre, TSE : terre sigillée Est, T N : terra nigre, TR : terra rubra, ER : enduit rouge, CC : commune claire, CC1 : commune claire à engobe blanc, CC2 : commune claire à engobe rouge, MO : mortier, RUB : rugueuse sombre, BES : type Besancçon, DBES : dérivées type Besançon, MD : céramique modelée, PT : trad. Protohistorique tournée, AM : amphore.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 9. Céramiques des horizons 1 et 2.Note : Afin de communiquer un maximum d’informations, les provenances supposées des céramiques figurent sur les planches sous la forme des abréviations suivantes : (sg) pour sud Gaule, (cg) pour centre Gaule, (Cham) pour Champagne, (Har) pour Harfleur, (Msr) pour Monfort-sur-Risle, (Noy) pour Noyon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10. Céramiques de l’horizon 3.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 11. Tableaux de comptage de la céramique du comblement supérieur des fosses 1049 et 1513
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 12. Céramiques de l’horizon 4, fosse 1049.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 13. Céramiques de l’horizon 5.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 14. Céramiques de l’horizon 6.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 15. Quelques éléments du « petit mobilier » et du mobilier métallique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6862/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 414k

Auteurs

Archéologue-technicien supérieur, Archéopole

Archéologue-céramologue, Archéopole

Archéologue-responsable d’opération, Archéopole

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540