Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Saint-Sébastien-de-Morsent (Eure) : le site de l’avenue François-Mitterrand – rue de la Garenne

Saint-Sébastien-de-Morsent (Eure Department): The site of ‘avenue François-Mitterrand/rue de la Garenne’

Julien Boisson and Myriam Michel

Abstract

Le site de Saint-Sébastien-de-Morsent « avenue François-Mitterand – rue de la Garenne » a livré les vestiges d’un enclos protohistorique occupé durant le premier et le second âge du fer. Il peut être interprété comme un établissement rural, délimité par un enclos curviligne renfermant de nombreux trous de poteaux, un silo, une fosse-citerne... Un lot important de déchets liés à des activités métallurgiques a aussi été mis au jour, de même que deux incinérations antiques.

The site referred to as ’avenue François-Mitterrand/rue de la Garenne’in Saint-Sébastien-de-Morsent has revealed the remains of a protohistorical enclosure that was occupied during the First and Second Iron Ages. It may be interpreted as a rural settlement delineated by a curvilinear enclosure containing a large number of post holes, one silo, a sunken cistern, etc. A significant amount of waste associated with metallurgical activities was also discovered, as well as two ancient incineration sites.

Full text

Contexte de la fouille

1Saint-Sébastien-de-Morsent se situe dans le département de l’Eure, à quelques kilomètres à l’ouest d’Évreux, en rive gauche de la vallée de l’Iton. La commune et ses alentours ont fait l’objet de plusieurs fouilles ces dernières années et la quasi-totalité des parcelles entourant l’opération présentée ici ont été diagnostiquées ou fouillées. Ce sont essentiellement des vestiges antiques qui ont été mis au jour sur la commune même, avec notamment la présence d’un atelier de production de céramiques et terres cuites architecturales (Adrian, 2005). Les communes voisines ont quant à elles livré plusieurs sites de la fin de la période de La Tène et de l’Antiquité (Jego, 2005 ; Roudié, 2003). Les connaissances concernant l’âge du fer, et notamment les débuts de celui-ci, sont encore assez lacunaires sur cette zone. La découverte de vestiges attribués à La Tène ancienne ou moyenne, lors de deux diagnostics réalisés en 2006 au lieu-dit « Le Buisson » (Maret, 2006a ; 2006b), a donc motivé la mise en place d’une fouille.

Fig. 1. Plan général des vestiges et restitutions proposées.

Fig. 2. Coupe dans le fossé 1001.

2Celle-ci a été réalisée à l’automne 2007 et a concerné une surface de 9 500 m2 environ. Le site se présente sous la forme d’un enclos protohistorique délimité par un fossé curviligne et renfermant une densité somme toute assez faible de structures (fig. 1). Il s’agit essentiellement de trous de poteaux, de fosses et d’un silo. Deux incinérations antiques ont aussi été mises au jour. L’ensemble des vestiges, à l’exception d’une large fosse, se situe dans l’emprise de l’enclos.

Fig. 3. Plans des différents bâtiments sur poteaux restitués.

Un large enclos cerné par un fossé curviligne

3Le fossé d’enclos délimitant l’occupation n’est pas intégralement connu. Il se développe en effet audelà de la zone concernée par la fouille, sur des parcelles déjà bâties. Il adopte, pour la partie mise au jour, un plan curviligne. La surface qu’il enserre est évaluée à 8 000 m2 environ, ce qui en fait un enclos assez important par sa superficie (rappelons ici que les enclos protohistoriques découverts sur le tracé de l’autoroute A 29 font en moyenne 4 000 m2 de surface). Ce fossé ne laisse apparaître aucune interruption dans son tracé, ni aucun aménagement particulier de ses abords.

4Il présente tout au long de son tracé un profil en V plus ou moins évasé (fig. 2), avec parfois un léger surcreusement dans le fond. Il est comblé d’un limon brun-gris mêlé de silex de tous modules et peut présenter au niveau de son comblement initial une fine couche de limon gris-bleuté, dont la présence est vraisemblablement due à une altération des parois sous l’action de l’eau. Ceci permet de penser que ce fossé est resté ouvert un certain temps. Son comblement livre assez peu de mobilier, essentiellement des scories de fer et des fragments de céramique.

Un ensemble de trous de poteaux témoignant de la présence de quelques bâtiments

5Le site a livré près de 200 trous de poteaux, répartis en plusieurs concentrations. Une partie de ces structures n’ont pas permis de reconnaître des plans d’édifices, mais leur présence atteste l’existence de nombreuses constructions. Au total, une demi-douzaine de plans de bâtiments peuvent être suggérés (fig. 3). Deux d’entre eux se rattachent au type « grenier surélevé à quatre poteaux » (bâtiments 3 et 7). Leur surface est comprise entre 3 et 4 m2 et les structures qui les composent ne livrent que très peu de mobilier. Les autres édifices restitués sont de plan rectangulaire ou légèrement trapézoïdal. Ils sont construits sur six à huit poteaux et couvrent de 10 à 40 m2 de superficie (bâtiments 1, 2, 4). Ces édifices sont peu nombreux et d’un plan assez classique. Mais d’autres restitutions, plus hypothétiques, peuvent également être proposées : ainsi un ensemble de neuf poteaux pourrait former un bâtiment quadrangulaire avec abside semi-circulaire au nord et deux poteaux centraux (bâtiment 5).

Les fosses

6Une soixantaine de fosses ont été mises au jour. Elles sont de tailles et de formes diverses, et leur fonction première n’est le plus souvent pas établie. La structure 1239 présente un plan circulaire, d’un diamètre de 1 m environ. Ses bords sont droits et son fond plat présente une particularité : quatre petits surcreusements sont installés le long de la paroi (fig. 4). Il s’agit très vraisemblablement de trous de poteaux, qui témoigneraient de la présence d’une superstructure en matières périssables au sein de cette fosse. Le comblement de cette structure livre des déchets métallurgiques, mais ceux-ci, en position secondaire, n’apportent aucun indice quant à sa fonction première.

Fig. 4. La fosse 1239.

7Trois fosses peuvent être définies comme « dépotoirs » (fosses 1212, 1233 et 1039). Ce sont des structures oblongues, à fond plat et bords droits, qui ont livré dans leur remplissage une grande quantité de mobilier (fig. 5). Il s’agit essentiellement de fragments de céramiques mais aussi de scories, de silex brûlés et de quelques esquilles osseuses.

Fig. 5. La fosse-dépotoir 1039.

8La structure 1350 se présente sous la forme d’une fosse profonde d’environ 3 m, avec un profil en entonnoir (fig. 6). Elle est comblée quasiment uniquement de rognons de silex. Creusée dans un substrat d’argile à silex, elle atteint dans le fond une couche de substrat crayeux. On pourrait alors y voir un petit puits d’extraction de marne.

Fig. 6. La fosse 1350.

9La fosse 1303, unique structure découverte hors de la zone enclose, se situe en bordure extérieure du fossé, qu’elle jouxte sans le recouper. Il s’agit d’une fosse ovalaire de 4 m sur 3 m et profonde de près de 2 m. Très stratifié, le comblement de cette fosse montre dans sa partie inférieure une alternance de couches de sédiments fins ou grossiers qui semble due à diverses phases de stagnation d’eau. De plus, cette fosse est creusée dans un substrat d’argile à silex très étanche. Ce type de structure, à comblement fortement hydromorphe, peut être interprété comme une citerne, notamment en l’absence de puits sur le site (fig. 7).

Fig. 7. La fosse-citerne 1303.

10Le silo 1235, fouillé à moitié lors du diagnostic et dont l’exploration a été terminée lors de cette opération, se présente comme une structure de stockage de petite taille (0,6 m3 de contenance). Son profil en cloche renversée est assez classique de ce type de structure (fig. 8). Son remplissage ne livre que très peu de mobilier, et aucun reste carpologique n’a été retrouvé.

Fig. 8. Le silo 1235, coupe et structure vidée.

Fig. 9. Incinération gallo-romaines1236.

Fig. 10. Incinération gallo-romaine 1311.

Deux incinérations antiques1

  • 1 Concernant ces incinérations, l’étude céramique a été réalisée par Alice Hanotte (Archéopole) et l (...)

11Installées quasiment directement sous les labours, ces deux structures funéraires ont été très perturbées. La première (st. 1236) ne présente pas de traces de creusement. Elle se compose d’un vase en céramique contenant quelques esquilles osseuses et une petite verrerie, le tout étant placé entre trois imbreces (fig. 9). Les restes osseux, très fragmentés, sont ceux d’un jeune adulte. Leur faible nombre et leur mauvais état ne permettent pas d’en dire plus. Le vase, une céramique commune sombre, présente une panse globulaire et une lèvre courte quadrangulaire.

12La seconde incinération (st. 1311, fig-10) se compose de deux céramiques et de fragments osseux placés à côté des vases dans une petite fosse ovalaire. Les fragments osseux sont trop peu nombreux pour livrer quelque information que ce soit. Les deux céramiques datent du Haut-Empire. Il s’agit d’abord d’une cruche en pâte claire, à fond annulaire et présentant un engobe rouge clair en surface. Le second vase est une coupelle bilobée en terre sigillée de type Drag 27. Elle présente une estampille à l’intérieur du fond (fig. 10). Celle-ci est placée dans un cartouche rectangulaire et l’on peut y reconnaître les lettres A et N. Elle pourrait être mise en parallèle avec le potier ANEXTLA-TVS, ayant exercé à La Graufesenque entre 15-30 et 40 après J.-C. La datation avancée pour ce dépôt funéraire se situe sous Tibère ou Claude.

Le mobilier céramique protohistorique2

  • 2 Etude réalisée par Alexandre Monnier. Pour les comparaisons céramologiques, voir l’étude en questi (...)

13Le matériel céramique découvert sur le site est peu dense au vu de la surface décapée (1 296 tessons pour un nombre minimum d’individus de 126). Les tessons sont souvent de petite taille, les vases individualisés sont très fragmentés et le tout est dans un état de conservation plutôt mauvais. Les céramiques réellement exploitables typo-chronologiquement sont peu nombreuses mais l’étude de ce lot a permis de les attribuer à deux périodes chronologiques.

14La première regroupe le mobilier provenant de trois structures (fig. 11 et 12) : les fosses-dépotoirs 1039 et 1233, ainsi que la « citerne » 1303. La fosse 1039 a notamment livré un vase tronconique quasiment complet et pourvu d’un bec verseur percé de deux petits orifices. La structure 1233 a quant à elle livré les vestiges de 19 céramiques, dont deux presque entières. L’une d’elles, une écuelle tronconique assez évasée, se rapproche de vases de La Tène ancienne retrouvés sur le site du Verdret à La Houssaye-Béranger. Cette fosse renfermait aussi un ensemble de jattes attribuables au Hallstatt ou au début de La Tène. La fouille de la citerne 1303 a permis la mise au jour d’un lot de 217 tessons pour un nombre minimum d’individus de 22. Elle a notamment livré un vase à col concave muni d’un cordon anguleux, une écuelle à lèvre droite, épaisse et anguleuse, une jatte à haut col. L’ensemble de ce mobilier permet de dater cette première phase de la transition premier/second âge du fer, et ce malgré le peu de comparaisons possibles vu la faiblesse du corpus céramique régional concernant cette période.

Fig. 11. Mobilier céramique de la première phase d’occupation, fosses 1233, 1303 et 1039.

Fig. 12. Mobilier céramique de la première phase d’occupation, fosse 1233.

15La seconde période mise en évidence par l’étude du corpus céramique est située entre la fin de La Tène et le premier siècle de notre ère. Outre les deux incinérations antiques, le mobilier qui peut lui être rattaché provient essentiellement du comblement du fossé d’enceinte. Celui-ci livre notamment un fragment d’amphore ou dolium, deux tessons de probable Veauvillaise ainsi que quelques tessons de céramique commune sombre.

16La faible quantité de mobilier céramique ainsi que son état de conservation moyen ne permettent pas d’établir avec certitude la durée et l’importance de ces deux périodes d’occupation. De plus, la plupart des structures n’ayant pas livré de vestiges mobiliers, il est difficile de les rattacher avec certitude à l’une ou l’autre de ces phases.

Un important lot de déchets métallurgiques3

  • 3 Étude métallurgique réalisée par Sophie Pillault, en collaboration avec Cécile Mahé-Le Carlier du (...)

17La fouille du site de l’« avenue Mitterrand – rue de la Garenne » à Saint-Sébastien-de-Morsent a livré un important mobilier archéologique lié à une activité métallurgique. Près de 80 kg de scories, parois de fours et autres objets ou nodules ferreux ont été collectés au cours des opérations successives de diagnostic et de fouille. Cet ensemble constitue le mobilier le mieux représenté sur le site. Ce sont surtout des scories de fer (plus de 60 kg) et des fragments de parois de foyers (13 kg) qui constituent ce corpus, dont l’état de conservation est médiocre.

18L’ensemble de ce mobilier a été inventorié mais seuls les scories et culots ont fait l’objet de descriptions poussées. Un échantillon de ces scories a ensuite subi une étude macroscopique et microscopique en laboratoire, afin de tenter de retrouver la provenance des matériaux et de définir les différents types de métallurgie présents sur le site. Ce travail a été ensuite complété par l’étude de la composition chimique de quelques éléments : un fragment de minerai issu de la fosse 1350, une scorie de réduction (fosse 1350), plusieurs scories de forge et un fragment de paroi de foyer. Cette étude a été réalisée en vue d’établir une possible filiation entre ces différents éléments.

19Elle a permis d’établir la présence sur le site de vestiges issus de deux types de métallurgie, primaire et secondaire. Peu d’indices subsistent concernant les activités de réduction (métallurgie primaire) mais une quinzaine de scories « écoulées » ont été découvertes au sein du comblement de la fosse 1350 et leur attribution à un travail de réduction a été confirmée par les analyses de laboratoire. L’étude chimique a aussi permis d’établir que le minerai utilisé est de type goethite et d’origine probablement locale. Il a une composition proche de celle du fragment de minerai retrouvé dans cette même fosse 1350. La faible quantité de déchets associés à cette métallurgie primaire permet de supposer une activité de réduction plutôt anecdotique sur le site. Une activité d’épuration pourrait être proposée à partir de l’existence de deux scories issues de la même fosse mais l’absence de résultats à l’issue des tests chimiques effectués sur l’une d’elles ne permet pas de l’affirmer.

20Le travail d’élaboration (métallurgie secondaire) a livré quant à lui une quantité plus importante de vestiges. Il s’agit essentiellement de culots de forge (plus de 200 au total), assez petits et présentant une matrice homogène. Il semble que chaque culot corresponde à une séquence de travail unique. Leur nombre important permet alors de supposer une activité régulière sur des zones bien circonscrites du site. La pauvreté en petits objets et outils métalliques du corpus laisse penser que la production était assez faible et destinée à répondre à des besoins domestiques. On peut aussi supposer un important travail de recyclage des objets usagés.

21Il faut noter l’absence sur la zone explorée de structures de combustion correspondant à cette activité métallurgique.

22L’organisation spatiale des vestiges révèle deux grandes zones de concentration (fig. 13). Près de 60 % du corpus provient de la seule fosse-citerne 1303, autour de laquelle se développe la première concentration. 16 % des vestiges sont issus du comblement du fossé 1001, près de la fosse 1303 mais aussi au niveau d’une seconde concentration, à l’angle sud-ouest du fossé. Cette seconde zone englobe aussi la fosse 1350. Le reste des déchets se répartit dans le comblement d’une trentaine de fosses ou trous de poteaux. L’ensemble situé autour de la fosse 1350 livre les déchets des deux types de métallurgie (primaire et secondaire). Il s’agit entre autres de scories issues d’un travail en « bas-fourneau à scorie écoulée », type de structure qui se généralise dans la région au cours de La Tène finale. Cette concentration pourrait donc témoigner sur le site d’activités de réduction du minerai et d’élaboration du métal lors d’une phase d’occupation située entre la fin de La Tène et le début de notre ère. L’autre ensemble, centré sur la fosse-citerne 1303, témoigne quant à lui uniquement d’activités d’élaboration d’objets métalliques. Les culots et scories mis au jour indiquent une activité métallurgique organisée, avec des séquences de travail plus longues, dont témoignent des traces de rechapage des parois de foyer. Cependant, le calage chronologique de cette activité est rendu difficile par la présence de ce mobilier au sein de deux structures datées par l’étude céramologique, l’une de la transition Hallstatt-La Tène (fosse 1303) et l’autre (fossé 1001) de la fin de La Tène ou du début de notre ère. S’agit-il de deux occupations distinctes dans le temps mais mettant en œuvre la même activité ou, ce qui paraît plus improbable, d’une activité métallurgique qui perdurerait dans le temps ?

23Dans la région, deux sites d’activités métallurgiques ont été explorés, sur les communes de Chavigny-Bailleul et de Guichainville (Honoré, 2007). Ils ont révélé des traces de récolte et de réduction du minerai ainsi que d’activités de forge, le tout au sein même de l’habitat ou à faible distance de celui-ci. Si cette localisation n’est pas surprenante concernant les activités de forge, elle l’est par contre en ce qui concerne la réduction. Le nombre assez faible de fours (un ou deux) laisse penser qu’il s’agissait d’activités occasionnelles, destinées à combler les besoins d’une petite communauté rurale. On peut envisager de la même façon, sur le site de Saint-Sébastien-de-Morsent, la présence d’au moins un four situé près de l’habitat (peut-être sous les zones déjà construites au nord de l’occupation), répondant aux besoins quotidiens du site en petits objets métalliques.

Synthèse

24La fouille n’ayant permis d’appréhender qu’une partie de l’enclos, les interprétations que l’on peut faire du site restent partielles. Cependant, l’ensemble des structures mises au jour est assez classique d’une occupation rurale : bâtiments sur poteaux de type « grenier surélevé » et petits bâtiments agricoles, silo, fosses-dépotoirs. On y relève deux périodes d’occupation, l’une à la charnière premier âge du Fer-La Tène ancienne et l’autre entre le premier siècle avant notre ère et le premier siècle de notre ère. Le site se caractérise notamment par une activité métallurgique, qui semble concerner les deux phases. La période antique est attestée essentiellement par deux sépultures à incinération. C’est aussi à cette époque que le fossé d’enceinte a été définitivement comblé.

Fig. 13. Répartition spatiale des découvertes de scories sur le site.

25La question de son creusement reste par contre en suspens. Deux hypothèses peuvent être évoquées à ce sujet : la mise en place du fossé a pu intervenir dès la première occupation du site, à la fin du Hallstatt. Il aurait ensuite fait l’objet de divers curages d’entretien (ce qui expliquerait l’absence de mobilier ancien dans son comblement), avant d’être définitivement comblé au début de notre ère. L’autre hypothèse envisage l’installation d’un habitat ouvert à la fin du premier âge du Fer, et donc le creusement du fossé lors de la seconde installation, à La Tène finale. Les données accumulées lors de la fouille ne permettent malheureusement pas de trancher. Mais les connaissances déjà acquises concernant les habitats ruraux protohistoriques dans la région pourraient faire pencher pour la première de ces hypothèses. Il s’agit en effet d’un enclos curviligne au tracé irrégulier, de grande taille et sans aménagements périphériques (de type parcellaire par exemple). Or, selon les recherches effectuées dans le cadre des fouilles de l’autoroute A 29 (Blancquaert, 1996) notamment, les sites ruraux fermés les plus anciens (Graimbouville « La Brière » ou Hautot-le-Vatois « La Plaine du Bosc-Renault ») s’organisent le plus souvent sous la forme d’enclos curvilignes généralement isolés et ne présentant pas d’aménagements périphériques. Les établissements ruraux fermés connus pour la fin de La Tène présentent quant à eux des plans quadrangulaires et s’inscrivent le plus souvent au sein d’un parcellaire étendu. Les sites de cette période découverts dans les environs d’Evreux correspondent à ce modèle (Parville, ZAC de Cambolle, etc.). Cependant, l’existence d’habitats ouverts, notamment au début de La Tène, dans les environs d’Evreux, comme « Saint-Laurent » à Guichainville, ou Le Vieil-Évreux (Roudié, 2005), indique que l’autre hypothèse reste elle aussi envisageable.

26Les quelques découvertes faites dans l’Eure concernant les phases anciennes de l’âge du fer offrent peu de comparaisons avec le site de Saint-Sébastien-de-Morsent et ce manque de références régionales ne permet pas d’affiner la chronologie des occupations de la zone ou de définir avec plus de certitudes quelles structures ont fonctionné ensemble. L’un des intérêts majeurs de ce site réside dans l’importance du lot de vestiges métallurgiques mis au jour. Si l’activité d’épuration n’a pu être confirmée par les analyses, cette occupation est un témoignage supplémentaire d’un type d’installations artisanales pour le moment connu uniquement sur le département de l’Eure (Honoré, 2007) : une activité métallurgique installée dans l’habitat ou dans une zone proche, répondant à une demande restreinte et associant les étapes de réduction et d’élaboration.

Bibliography

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2005) – Saint-Sébastien-de-Morsent « rue de la Garenne » ou « Le Buisson » (Eure, Haute-Normandie), une officine gallo romaine de terres cuites architecturales et de poteries. Rapport final de fouilles, Rouen.

Blancquaert G., Rougier R., Desfossés Y. (1996) — Les gisements protohistoriques sur le tracé de l’autoroute A 29 (Le Havre-Saint-Saens). Document final de synthèse, Rouen.

Blancquaert G. (2000) – L’intensification de l’habitat et la standardisation du mobilier en Pays de Caux (76). Les installations agricoles du second âge du fer en France septentrionale. Etudes d’histoire et archéologie, vol. 6.

Honoré D., Léon G. et Roudié N. (2007) – Deux sites de réduction et de forge de l’âge du Fer en Normandie. L’économie du fer protohistorique : de la production à la consommation. Actes du 18e colloque AFEAF, Toulouse, 2004, Milcent P. dir. Aquitania, Supplément 14-2, p. 117-124. Bordeaux.

Jego L. (2005) – Évreux-Cambolle (27). Rapport de diagnostic archéologique. Rouen.

Maret C. (2006a) – Saint-Sébastien-de-Morsent, avenue François-Mitterrand (Eure, Haute-Normandie). Rapport de diagnostic, Rouen, 2006.

— (2006b) — Saint-Sébastien-de-Morsent, rue Lucie Aubrac (Eure, Haute-Normandie). Rapport de diagnostic, Rouen.

Michel M. (2008) – Saint-Sébastien-de-Morsent « Avenue Mitterrand – rue de la Garenne ». Rapport de fouille archéologique préventive. Rouen.

Roudié N. (2003) – Déviation sud-ouest d’Évreux, communes d’Évreux, Arnières-sur-Iton et Parville (Eure). Rapport de diagnostic archéologique, Rouen.

— (2005) – Guichainville « Saint-Laurent ». Document final de synthèse, Rouen.

Notes

1 Concernant ces incinérations, l’étude céramique a été réalisée par Alice Hanotte (Archéopole) et l’étude anthopologique par Hélène Barrand. Voir Michel, 2008 : 51-53 ; 95-97.

2 Etude réalisée par Alexandre Monnier. Pour les comparaisons céramologiques, voir l’étude en question dans Michel, 2008, 47-51.

3 Étude métallurgique réalisée par Sophie Pillault, en collaboration avec Cécile Mahé-Le Carlier du laboratoire d’Archéosciences de l’université de Rennes I. Voir Michel, 2008 : 53-94.

List of illustrations

Caption Fig. 1. Plan général des vestiges et restitutions proposées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-1.jpg
File image/jpeg, 168k
Caption Fig. 2. Coupe dans le fossé 1001.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-2.jpg
File image/jpeg, 149k
Caption Fig. 3. Plans des différents bâtiments sur poteaux restitués.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-3.jpg
File image/jpeg, 103k
Caption Fig. 4. La fosse 1239.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-4.jpg
File image/jpeg, 102k
Caption Fig. 5. La fosse-dépotoir 1039.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-5.jpg
File image/jpeg, 118k
Caption Fig. 6. La fosse 1350.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-6.jpg
File image/jpeg, 155k
Caption Fig. 7. La fosse-citerne 1303.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-7.jpg
File image/jpeg, 140k
Caption Fig. 8. Le silo 1235, coupe et structure vidée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-8.jpg
File image/jpeg, 1,6M
Caption Fig. 9. Incinération gallo-romaines1236.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-9.jpg
File image/jpeg, 125k
Caption Fig. 10. Incinération gallo-romaine 1311.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-10.jpg
File image/jpeg, 30k
Caption Fig. 11. Mobilier céramique de la première phase d’occupation, fosses 1233, 1303 et 1039.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-11.jpg
File image/jpeg, 19k
Caption Fig. 12. Mobilier céramique de la première phase d’occupation, fosse 1233.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-12.jpg
File image/jpeg, 72k
Caption Fig. 13. Répartition spatiale des découvertes de scories sur le site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6861/img-13.jpg
File image/jpeg, 187k

Author(s)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540