Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Une petite nécropole de La Tène ancienne à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime). Méthodologie pour une anthropologie appliquée au diagnostic archéologique et résultats

A small early Latenian necropolis in Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime Department). Methodology for an anthropological application to archaeological diagnosis and results

Lénaïg Feret, Mark Guillon, David Jouneau, Noémie Rolland, Véronique Théron et Serge Le Maho

Résumé

Un diagnostic archéologique a permis la mise en évidence et l’étude d’un petit pôle funéraire, situé en marge d’un habitat non identifié. Cette petite nécropole est constituée de six inhumations et d’une crémation. Bien qu’aucune organisation n’ait pu être mise en évidence, nous pouvons constater une relative concentration des fosses sépulcrales. Malgré une mauvaise conservation et une faible représentativité de l’échantillon, plusieurs observations ont pu être effectuées tant sur le mode d’inhumation des défunts que sur leurs caractéristiques biologiques. L’ensemble a été daté de la fin du 1er âge du fer au début du 2nd, grâce à un vase situliforme accompagnant l’un des individus et à trois céramiques imbriquées utilisées pour la crémation.

A preliminary archaeological diagnosis led to the detection and study of a small funerary pole close to an unidentified settlement. The small necropolis includes six burial and one cremation sites. Although no structure was found, a relative concentration of sepulchral tombs was recorded. Furthermore, in spite of weathered conditions and the poor representativeness of samples, several observations were made concerning the remains of the deceased with regard to both their burial method and their biological characteristics. The overall site has been dated between the end of the First Iron Age and the beginning of the Second, on the basis of a bucket-shaped (situliform) vase lying beside one of the individuals and of three imbricated ceramics inside one another.

Texte intégral

1En amont d’un projet de lotissement dans la périphérie sud de l’agglomération de Neufchâtel-en-Bray, un diagnostic archéologique a été réalisé sous la direction de l’INRAP. L’assiette du projet, comprise entre le boulevard l’Alouette, la rue du Mesnil et la route de Gaillefontaine (fig. 1) couvre une surface de près de huit hectares.

2Cette opération a entre autres permis la mise au jour d’un petit ensemble funéraire daté de La Tène Ancienne.

L’environnement géographique et géologique

  • 1 Dispositif morphologique, avec inversion du relief, dans lequel l’érosion a mis à nu les couches pr (...)

3Le site se trouve au cœur du Pays de Bray, qui se distingue nettement du reste de la Normandie orientale par sa boutonnière1. Cette zone au relief très vallonné et de milieu tempéré et humide présente une alternance de grandes surfaces herbeuses recouvrant les pentes crayeuses et de grandes parcelles boisées. Les parties les plus basses sont occupées par de larges zones humides.

4L’agglomération de Neufchâtel-en-Bray est installée sur un plateau du crétacé supérieur, recouvert de formations superficielles (colluvions, formations résiduelles à silex, biefs et limons à silex), mis en évidence par l’érosion des strates calcaires et entaillé par plusieurs vallées, dont celle de la Béthune, serpentant au sud-ouest de la ville. Affluent de l’Arques, cette rivière prend sa source à Gaillefontaine, près de Forges-les-Eaux. Son lit est constitué d’alluvions récentes et de limons indifférenciés bordant la rive droite. Le versant oriental est ponctué de poches de colluvions.

5L’opération sur l’ancien Prieuré Sainte-Radegonde (Jouneau, 2009) a mis en évidence des sédiments limoneux à silex brun-rouge d’une épaisseur allant jusqu’à 40 cm, recouvrant une formation marnocalcaire blanchâtre localisée sur l’ensemble du terrain. Des affleurements gréseux à ciment calcaire ont par ailleurs été localisés plus au sud lors du diagnostic le long de la route départementale 1 Jouneau, 2006).

6Dans l’emprise du projet nous observons une grande variété de substrats, et nous pouvons distinguer grossièrement trois zones. Dans la partie orientale, le substrat se présente sous la forme d’importantes couches marneuses blanches plus ou moins graveleuses à l’interface avec le limon. Dans la partie nord il s’agit plutôt d’argiles à silex alternant avec des poches argileuses plastiques gorgées d’eau. Enfin, la partie centrale est constituée en surface de couches argileuses plus ou moins plastiques de couleur verdâtre à marron. Probablement située en futur territoire calète (fig. 2) l’occupation gauloise de ce secteur est essentiellement reconnue à l’oppidum de Quièvre-court (Beurion, 1993) et au hameau Saint-Vincent (Rogeret, 1998) où des indices d’incinérations gauloises avec armement ont été mis en évidence.

Fig. 1. Localisation du site (D. Jouneau, d’après la carte IGN au 1/25000e)

Fig. 2. Carte de la Normandie antique (D. Jouneau).

Le site

Un petit réseau parcellaire gaulois

7Plusieurs structures attribuables à la période gauloise ont été mises au jour dans la partie orientale du diagnostic, en rupture de pente. Il y a tout d’abord un ensemble de fossés, très mal conservés, correspondant vraisemblablement à un réseau parcellaire (fig. 3). Deux fossés parallèles, épousant les courbes de niveau dans un axe sud-est – nord-ouest et espacés de 4 m environ sont observables sur près de 95 m. La largeur du fossé sud varie de 45 à 78 cm ; celle du fossé nord varie quant à elle de 41 à 47 cm. Tout comme le reste des structures de cette période les profondeurs observées sont extrêmement faibles, 3 cm à peine. Les remplissages sont relativement homogènes, avec un sédiment limono-argileux gris homogène et compact.

8Un autre fossé suivant le même axe a été repéré 13 m plus au nord, mais son état de conservation n’a pas permis de le suivre au-delà d’un seul sondage.

Fig. 3. Plan des structures gauloises (D. Jouneau, E. Leclercq).

9Ont aussi été mis au jour plusieurs fossés perpendiculaires aux précédents, dont un formant un retour vers le sud à l’extrémité occidentale. Les observations que nous pouvons faire soit sur la largeur soit sur le remplissage de ces structures restent les mêmes que pour les deux grands fossés. Une seule fosse attribuable à cette période a été mise au jour au nord des deux grands fossés. Profonde de 1,4 m, son profil est asymétrique avec des bords verticaux et un fond plat. Aucun élément pertinent ne permet de définir sa fonction. Ces structures semblent former un ensemble cohérent que l’on pourrait assimiler à un réseau parcellaire. Leur très mauvaise conservation limite sérieusement les interprétations, mais le peu de mobilier issu des comblements correspond à des restes de céramique au faciès protohistorique, ce qui les placerait de manière plus ou moins connexe avec la petite nécropole située à proximité et qui a pu être datée plus finement grâce au mobilier associé.

Le pôle funéraire

10Le nombre d’individus constituant ce petit pôle funéraire est assez limité, avec six tombes à inhumation et une crémation dont le dépôt semble lié. L’ensemble est groupé entre la rupture de terrain orientale et les deux fossés est-ouest. Les structures se situant directement sous le couvert végétal, voire en partie dedans comme pour la crémation, des dégâts relativement importants y ont été commis lors du décapage. Les faibles profondeurs observées et cette proximité de la surface s’expliquent vraisemblablement par une forte érosion du terrain. Le groupe de sépultures est étalé sur une étroite bande de 21 m sur 9 m environ, soit une surface de 189m2 (fig. 4). Malgré une très faible densité (une tombe pour 27m2), deux recoupements (SP-44 – SP-81 et SP-45 et sa réduction SP-84) ont été observés. Ils sont la marque de gestes funéraires précis.

Fig. 4. Plan du pôle funéraire (D. Jouneau, E. Leclercq).

11Une crémation (ST-49) a été mise au jour au sein de cet ensemble d’inhumations. Située en rupture de pente et en partie dans la terre végétale, sa partie sommitale a été endommagée. La nature de l’encaissant rend illisible les contours de la fosse d’installation, ne restent donc que les céramiques elles-mêmes et les restes organiques qu’elles contenaient.

12Les données topographiques issues de cette opération sont trop lacunaires pour tenter une interprétation de la répartition spatiale de ce petit ensemble funéraire.

Analyse anthropologique

Les sépultures à inhumation

Méthodologie

Sur le terrain

13Dès l’apparition des premières structures funéraires, un anthropologue est intervenu sur le terrain. Cette démarche, quand elle est possible dans le cadre d’un diagnostic, permet de caractériser précisément la nature et l’importance de la composante funéraire dans la future emprise de la fouille (Gallien, 2007) ; elle permet d’évaluer la complexité des structures funéraires et constitue un outil en vue de la mise en place d’une future opération de fouille. Le cas de Neufchâtel est un peu particulier, dans la mesure où, après un élargissement des tranchées dans le secteur funéraire identifié, seulement sept sépultures ont été mises au jour dont une crémation en vase. Découvertes à seulement quelques centimètres sous la terre végétale, les structures funéraires et les squelettes ont été endommagés par le décapage mécanique. Dans ce contexte, le fait de remblayer aurait détruit les sépultures, aussi la décision a été prise de les fouiller et de les prélever. La présence de l’anthropologue permettant un enregistrement précis. La fouille des six sépultures à inhumation s’est effectuée à l’optimum du dégagement (Duday, 2006). Le relevé photographique numérique et l’enregistrement sur fiches sont les premières étapes indispensables à l’étude en laboratoire. Avant le prélèvement des ossements, des prises d’altitude sur les os ont été effectuées afin de discuter lors de l’étude des pertes ou des conservations de volume, ainsi que des mouvements d’ordre taphonomique des pièces osseuses. Les informations spécifiquement anthropologiques ont été enregistrées sur des fiches de démontage afin que soient notées les observations taphonomiques ainsi que les premières données biologiques observables sur le terrain (mesure des os long par exemple). L’état de conservation, la représentation du squelette, les faces d’apparition et les connexions anatomiques sont autant d’éléments qu’un archéo-anthropologue doit observer lors du prélèvement d’ossements humains, effectué os par os. Une fois le squelette prélevé, la fouille de la structure funéraire s’est poursuivie afin d’observer finement l’architecture de la tombe. Photographies, relevé en plan, coupes transversale et longitudinale du fond de la fosse ont été réalisés.

14Étant dans un contexte de diagnostic, toutes ces étapes ont été effectuées aussi rapidement que possible. Dans un souci de rapidité, certaines structures très arasées ou très endommagées n’ont pas pu faire l’objet d’un travail aussi poussé et précis. Certaines informations sont donc parfois lacunaires, mais la présence d’un anthropologue, encore trop rare sur un diagnostic, a permis la récolte de données précises. Les données de l’archéologie doivent être croisées avec les informations concernant le défunt lui-même, notamment l’agencement des restes osseux. Ainsi, l’analyse commence dès la phase de terrain : l’identification des pièces osseuses et l’enregistrement de leur positionnement exact dans l’espace, de leurs relations réciproques et des relations avec les autres éléments composant la tombe sont autant d’informations permettant une analyse précise de la sépulture (Duday, 1990 ; 1995).

15Si les inhumations ont fait l’objet d’une attention toute particulière dès la phase de terrain, pour la crémation un prélèvement en bloc a été préféré. En effet, la fouille d’une incinération pouvant être longue et complexe, elle demande un temps conséquent et peut nécessiter le savoir-faire d’un spécialiste en anthropologie ; ce dernier étant occupé par les observations de terrain et le prélèvement des inhumations, il a été décidé que la crémation ST-49 serait prélevée en bloc pour être fouillée postérieurement en laboratoire.

En laboratoire

16L’étude anthropologique « post-fouille » se décompose en différentes étapes : l’analyse taphonomique (à partir des enregistrements de terrain), le lavage et l’inventaire du matériel ostéologique, l’étude biologique stricto sensu. L’étude de la crémation fait l’objet d’un protocole spécifique se déroulant en plusieurs temps, décrit plus loin.

Archéologie funéraire et taphonomie des inhumations

17La taphonomie désigne « l’ensemble des processus qui régissent la conservation (ou la destruction) des restes d’organismes vivants et même, pour certains cas, de n’importe quel vestige archéologique » (Duday, 1990b). Cette analyse s’appuie sur l’ensemble des enregistrements de terrain. L’approche archéothanatologique permet la caractérisation de l’espace autour du corps pendant la décomposition et la disparition des éléments de contention des os, espace qui peut être soit maintenu vide par un contenant, soit colmaté par le sédiment. Les résultats de cette analyse deviennent alors des outils contribuant à caractériser le mode d’ensevelissement (pleine terre ou contenant) et l’appareil funéraire (au sens large) autour du corps (Duday, 1990a ; 1990c ; 1995 ; 2005 ; 2006). La confrontation des données taphonomiques avec les données archéologiques (traces de planches, présence de clous, de charbon de bois, forme de la fosse, etc.) permet d’émettre les hypothèses sur la nature et les dimensions de l’architecture funéraire.

18À terme, cette étude apportera des éléments à la connaissance des pratiques funéraires à l’époque gauloise dans la région de Neufchâtel-en-Bray.

Etude biologique

19Malgré l’incomplétude des squelettes et la conservation assez médiocre des ossements, un certain nombre d’observations biologiques ont pu être effectuées. Dans le contexte du diagnostic les éléments biologiques importants sont les premiers paramètres démographiques : nombre minimum d’individus (NMI), âge au décès et sexe des sujets adultes.

Estimation de l’âge au décès

20L’échantillon se compose de cinq adultes et un sujet immature (SP-87) en position primaire, auxquels s’ajoutent les restes d’un adulte en position secondaire (SP-84). L’âge au décès du sujet immature est donné en priorité par l’étude de la maturation dentaire, selon la méthode de Moorrees, Fanning et Hunt (1963). Cette méthode s’attache à l’observation de la formation et de la résorption de trois dents déciduales mandibulaires (la canine et les deux molaires) d’une part (Moorrees, 1963a) et, d’autre part, à la formation de dix dents permanentes inférieures et supérieures (Moorrees, 1963b). Le résultat est fondé sur une fourchette au plus large à partir des deux sexes et de toutes les dents étudiables. Les écarts pourraient être resserrés en ne prenant que l’intervalle commun entre les dents, mais nous avons fait le choix de la fiabilité sur la précision. Ainsi, la fourchette d’âge au décès est certes moins précise, mais nettement plus fiable car elle prend en compte toutes les variabilités à deux écart-types.

21Pour l’estimation de l’âge au décès des sujets adultes, c’est-à-dire des individus dont les dents sont arrivées à maturité, différentes méthodes ont été testées, pour des raisons de conservation différentielle d’un sujet à l’autre : la méthode de Birkner (1980), celle de Owings-Webb et Suchey (1985) et celle de Schmitt (2005). Ces méthodes s’appuient sur la maturation osseuse (Birkner ainsi que Owings-Webb et Suchey) et sur sa dégénérescence (Schmitt).

22Parmi les méthodes s’appuyant sur la maturation osseuse, l’observation de la fusion des épiphyses des os longs est un critère pertinent pour déterminer l’âge au décès de jeunes adultes de 15 à 19 ans (Bruzek, 2005 ; Birkner, 1980). Tous les os longs dont la conservation permettait l’observation ont donc été examinés, permettant ainsi d’affirmer que tous les sujets (hormis SP-87) sont des adultes biologiques de plus de 20 ans.

23L’extrémité sternale de la clavicule et la crête iliaque sont des éléments qui se soudent tardivement, avant l’âge de 30 ans. L’observation de ces deux régions anatomiques permet donc de distinguer encore une fois les jeunes adultes (20-29 ans) des sujets de 30 ans et plus (Owings-Webb, 1985). Comme pour les sujets immatures, il a été décidé que la fiabilité primait sur la précision. Ainsi, les classes d’âge déterminées pour les adultes sont larges, mais fiables.

24Afin de préciser ces classes d’âge au décès, une dernière méthode a été appliquée : l’observation de la surface sacro-pelvienne iliaque (Schmitt, 2005). En effet, cette surface, du fait de sa fonction biomécanique, subit de fortes contraintes et sa sénescence commence vers 30-40 ans (Schmitt, 2002). Cette dégénérescence précoce est la raison même de son intérêt en tant qu’estimateur d’âge au décès.

Estimation du sexe

25L’os coxal est le seul os à présenter un dimorphisme sexuel identique pour toutes les populations (Bruzek 2002 ; 2005). Il est donc utilisé en priorité pour effectuer la diagnose sexuelle. Cette dernière se décline en deux méthodes fiables : la méthode morphologique (Bruzek, 2002), qui se fonde sur l’observation de cinq critères répartis sur tout l’os coxal, et la diagnose probabiliste (Murail, 2005), qui propose une approche métrique de l’os coxal.

Etude des sépultures à inhumation

Les fosses

26Les six fosses sépulcrales de cet ensemble présentent les mêmes caractéristiques : des formes oblongués, des bords verticaux (à leur base) et des fonds plats, mais leurs mesures n’ont pas été bien définies, du fait de leur faible profondeur. Si la fosse SP-45 est de loin la mieux conservée avec une profondeur de 30 cm, les autres ne sont conservées que sur une quinzaine de centimètres. Les longueurs sont la plupart du temps incomplètes, du fait soit du décapage (sépultures SP-47 et SP-81), soit de bioturbations (trous d’arbres recoupant la sépulture SP-50, terrier bouleversant une grande partie de la sépulture SP-87). La largeur des fosses varie entre 54 et 70 cm. Il n’y a donc pas de gabarit bien défini.

Fig. 5. Restitution de la sépulture SP-87 (D. Jouneau, photo INRAP).

27Leur orientation est assez variable. En effet, quatre sujets ont été déposés selon l’axe nord-ouest – sud-est (trois avec la tête au nord-ouest et un avec la tête au sud-est), une tombe suit un axe nord – sud (tête au nord) et une autre suit un axe est – ouest (tête à l’est). Il y a donc quatre orientations différentes pour six sépultures.

28L’état de conservation des vestiges ostéologiques est globalement assez mauvais, en partie en raison de la faible profondeur d’inhumation ; directement situés sous le couvert végétal, ils ont été très endommagés. Seuls deux sujets sont bien représentés : le premier (SP-45) est complet, tandis qu’il manque la tête osseuse au second (SP-44). Les autres sujets sont très lacunaires.

29Les six inhumations sont des sépultures primaires individuelles. Toutefois, un cas particulier est à signaler : une même fosse contient les restes de deux sujets, l’un en position primaire (SP-45), l’autre est en position secondaire (SP-84).

Taphonomie et contenants

30Quatre des six individus en place reposent en décubitus dorsal dont trois avec les membres inférieurs en extension (SP-44, SP-45 et SP-81) et un (SP-87) dont les membres inférieurs sont fléchis (fig. 5). Un individu (SP-47) repose sur le côté droit et il est impossible de conclure pour le dernier sujet (SP-50).

31Si la mauvaise conservation des vestiges ostéologiques a rendu difficile les observations taphonomiques, les tombes étudiables de ce point de vue ont malgré tout livré des informations significatives. Un mode de dépôt homogène a été mis en évidence : trois individus (SP-44, SP-45 et SP-81) se sont probablement décomposés en espace colmaté, dont un probablement dans une enveloppe souple, et en l’absence de tout indice architectural, nous avons conclu à des dépôts en pleine terre.

32La très bonne connexion générale des sujets 44, 45 et 81 atteste d’une décomposition en espace colmaté. Concernant le sujet SP-44, les seules légères dislocations observables sont la mandibule et la fibula gauche qui ne sont cependant pas sorties de l’espace initial du cadavre, mais se sont simplement affaissées dans l’espace libéré par la décomposition des parties molles du cou pour la mandibule et des muscles postérieurs de la jambe pour la fibula. Les membres inférieurs ont subi une rotation vers la droite, avec les pieds ayant subi une mise à plat. Ce n’est pas le témoin d’un espace ouvert primaire mais plutôt l’accentuation de la position dans laquelle le sujet a été déposé au fond de la fosse : allongé sur le dos, avec un légère composante latérale droite (bloc cranio-facial, os longs des membres inférieurs et pieds). Les mains, comme les pieds, sont en connexion stricte. La main droite, dont les doigts sont repliés, ne s’est pas affaissée, de même que la main gauche qui repose de chant ; les os de chacune d’elles sont en équilibre instable prouvant un colmatage rapide. La mise à plat générale du squelette, notamment des côtes peut s’expliquer par la présence d’un vêtement relativement résistant n’ayant pas permis la pénétration progressive du sédiment. Ainsi, en l’absence d’éléments architecturaux et en présence de nombreux éléments allant dans le sens d’une décomposition en espace colmaté, nous avons conclu à une inhumation en pleine terre.

33Le corps du sujet SP-45 s’est décomposé en espace colmaté, probablement dans une enveloppe souple de type linceul (les côtes ayant subi une mise à plat totale, les humérus étant maintenus en équilibre instable, les patellas étant en place et les chevilles et les pieds étant resserrés) ; en l’absence de tout indice architectural, il a été conclu à un dépôt en pleine terre (fig. 6). Le bloc cranio-facial de ce sujet a subi un prélèvement anticipé alors que la fouille du squelette infra-crânien n’était pas terminée, c’est pourquoi il n’apparait pas sur la photographie.

Fig. 6. Sépulture primaire bien représentée (SP-45) dont les os des pieds et les chevilles sont des arguments pour la présence d’une enveloppe souple (photo INRAP).

Fig.7. Le cas de deux sépultures à inhumation (SP-44 et SP-81) parfaitement superposées, avec la même orientation mais en sens opposé (photo INRAP).

34Nonobstant la très mauvaise représentation du sujet SP-81 (n’est conservée que la partie inférieure du sujet, du quart distal des fémurs jusqu’aux pieds : fig. 7), des arguments taphonomiques peuvent être utilisés pour discuter du mode de dépôt et de l’espace de décomposition du cadavre. La très bonne connexion des pieds de cet individu et la préservation des voûtes plantaires antéro-postérieures et médio-latérales, sont des arguments allant dans le sens d’une décomposition en espace colmaté. En effet, les os des pieds sont parfaitement connectés et reposent sur du sédiment. Leur extension est naturelle.

35Concernant les trois autres sépultures (SP-47, SP-50 et SP-87), leur altération ne nous a pas permis de conclure avec certitude, mais les arguments sont plutôt en faveur d’une décomposition en espace colmaté.

Biologie des individus

36Bien que la représentation globale et la conservation des sujets de ce petit ensemble funéraire soient assez médiocres, quelques analyses biologiques, telles l’âge au décès et le sexe pour deux des sept individus, ont pu être effectuées.

37L’étude biologique de ces ossements nous a permis d’identifier un individu immature (SP-87) dont l’âge au décès est estimé entre 1,2 et 3,2 ans sur la base de la maturation dentaire (Moorrees, 1963ab). Les autres sujets sont tous des adultes matures de plus de 20 ans.

38Le sexe d’un seul individu adulte a pu être estimé d’après les méthodes les plus fiables de diagnose sexuelle : la méthode morphologique (Bruzek, 2002) et la méthode métrique (Murail, 2005). L’os coxal gauche de l’individu SP-44 est celui d’un sujet masculin à 99,48 % de fiabilité (ibid). Les autres sujets n’ont pu faire l’objet d’une telle analyse.

Relations stratigraphiques entre les tombes

39Deux relations ont été observées : les sépultures SP-44 et SP-81 d’une part et la sépulture SP-45 et sa réduction SP-84, d’autre part.

40Le dépôt SP-84 n’est pas de nature primaire et représente un ensemble d’ossements disloqués (bloc crânio-facial et os longs) dans le remplissage de la fosse du sujet SP-45.

41Il est impossible de savoir si le creusement de la fosse de l’individu en place (SP-45) s’est fait à l’ancien emplacement de la fosse de SP-84 ou si les ossements disloqués (SP-84) ont été déposés simultanément ou ultérieurement au dépôt du sujet SP-45. Si la première hypothèse est la bonne, c’est-à-dire si ces individus se sont successivement décomposés à cet emplacement, nous avons un cas avéré de dépôt d’un sujet à l’emplacement d’un autre.

42Dans le cas des sépultures SP-44 et SP-81 (fig. 7), il s’agit d’une superposition partielle de structures. Lors du dépôt le plus récent (SP-81), seuls le bloc crânio-facial et trois cervicales du premier sujet (SP-44) ont été perturbées.

43Bien que dans le premier cas, les restes osseux du premier sujet perturbé (SP-84) soient tous en position secondaire et que dans le deuxième cas le sujet perturbé (SP-44) soit en grande partie respecté dans son intégrité anatomique, nous sommes en présence de comportements funéraires voisins. Étant donné la faible densité, cette gestion des sépultures ne peut être la conséquence d’un manque de place au sein de la nécropole. De plus, au regard de l’alignement des sépultures SP-44 et SP-81, cela ne peut être non plus le fruit du hasard. Ces relations entre sépultures sont la marque d’un geste intentionnel, probablement d’une volonté de réunir plusieurs personnes dans une même fosse.

La crémation

Méthodologie

44Située en rupture de pente, son niveau sommital, pris dans le couvert végétal, a été endommagé. Cette structure a été considérée en deux temps, sur le terrain, tout d’abord, puis en laboratoire, où elle a fait l’objet d’une fouille fine. Sur le terrain, la nature de l’encaissant a rendu illisible les contours de la fosse d’installation. Les trois céramiques qui constituaient cette crémation se présentaient retournées et ont été prélevées en bloc.

45La fouille en laboratoire a été effectuée à l’inverse du dépôt. Le prélèvement a été retourné et la fouille a commencé par ce qui se trouvait le plus profondément sur le terrain (soit les bords supérieurs des poteries), en respectant le nord magnétique (en haut des relevés de la fig. 8).

46De forme globalement ronde, cette crémation mesurait environ 28 cm de diamètre sur une hauteur d’environ 8 cm. Quatre passes d’environ 2 cm ont été effectuées (fig. 8). Chacune de ces passes a fait l’objet d’un relevé sur photographie numérique. Le sédiment contenu dans ces trois pots présentait un aspect homogène : un limon très sec et compact, brun à brun clair. Aucune différence de comblement n’a été observée entre le remplissage des trois pots. Ni charbons, ni traces cendreuses n’ont été observés ; aucune trace de chauffe non plus sur les céramiques, alors que les esquilles osseuses ont toutes bien été brûlées.

47Les premières esquilles osseuses sont apparues directement sous le nettoyage de surface, soit au niveau des lèvres des poteries qui se trouvaient contre le sol, sur le terrain. Lors de la première passe (fig. 8), 13 esquilles ont été prélevées. Après tamisage du sédiment de cette même passe, c’est un total d’une cinquantaine d’esquilles brûlées qui ont été recensées, dont seulement une trentaine d’une longueur maximale supérieure à 10 mm et seulement 11 mesurant plus de 15 mm. Tous les fragments brûlés sont très localisés, répartis de part et d’autre du col de ce qui sera par la suite identifié comme le pot 2 (le pot 1 étant celui qui est à l’extérieur et le pot 3 étant le plus interne). Aucune connexion entre ces éléments n’est préservée et tous les fragments brûlés sont concentrés exclusivement dans le secteur « gauche », au nord de l’incinération.

48La passe 2 se composait de sept vestiges brûlés, présentés sur le relevé, auxquels s’ajoutent sept très petites esquilles non identifiées (faune ou homme ?) retrouvées au tamisage. Là encore, les esquilles identifiées étaient toutes de nature faunique. Leur fréquence horizontale est tout à fait la même que dans la passe 1 : les esquilles de la passe 2 se trouvaient directement sous celle de la passe précédente, dans le secteur nord de la crémation, participant du même dépôt.

49La passe 3 n’est représentée que par un seul vestige brûlé, localisé encore une fois, dans le même secteur. Un constat peut alors être fait : plus on s’approche du fond des poteries, moins il y a de vestiges brûlés, c’est-à-dire que le plus gros de l’amas osseux brûlé était concentré dans les niveaux archéologiques inférieurs, à l’altitude des lèvres des céramiques.

50Cette observation se confirme au regard de la passe 4 qui, là encore, dévoile un unique vestige brûlé (probablement un fragment de coquillage) localisé dans le même secteur que tous les autres et qui composait le même amas osseux.

Les résultats

51Au total 32 grammes de vestiges brûlés ont été mis au jour, soit environ 75 esquilles de très petite dimension (de 1 à 46 mm de long). Ces vestiges sont tous de couleur homogène blanche correspondant à une crémation sur os frais. Actuellement remises en question (Depierre, 1995 ; Lenorzer, 2006), les théories selon lesquelles à une couleur d’os brûlé correspond une fourchette de température (Mays, 1995 ; Shipman, 1984) n’ont donc pas été retenues ici. Cette teinte blanche, sans tâches de couleur, permet cependant d’affirmer que la crémation a été très homogène et à une température assez élevée.

Fig. 8. Fouille de l’incinération ST-49 (N. Rolland, V Théron).

52Après identification, nous avons constaté, avec l’aide d’une archéozoologue (C. Bellimi, INRAP), que la majorité des restes organiques présents dans cette crémation sont de nature faunique. Aucune des esquilles identifiées (soit les 2/3 des vestiges organiques) n’a pu être attribuée avec certitude à l’homme. L’hypothèse selon laquelle il peut s’agir de restes culinaires n’est pas recevable : la couleur blanche homogène est la marque d’une crémation à haute température (plus élevée qu’une température de simple cuisson) et la très petite taille des esquilles ne va pas dans le sens de restes culinaires. Sur les relevés de chacune des quatre passes, on observe une répartition spatiale des esquilles très localisée. Elles sont d’une part mal réparties horizontalement (elles ne se trouvent que dans le ¼ en haut à gauche, au nord-est magnétique), mais aussi verticalement car 70 % des restes se trouvaient dans la passe 1, soit près des bords des céramiques, dans le niveau le plus profond sur le terrain.

Fig. 9. Organisation de l’incinération ST-49 (D. Jouneau).

Fig. 10. Restitution du geste de retournement de l’incinération SP-49 (D. Jouneau, N. Rolland).

53Si ces vestiges sont tous localisés dans un même secteur, c’est qu’ils sont la marque d’un geste particulier.

54Une fois brûlés (dans un lieu de crémation inconnu), ces restes ont été déposés dans un contenant, probablement le plus petit pot (no 3). Rappelons que ces pots emboîtés en poupée gigogne (fig. 9) étaient à l’envers sur le terrain, lèvres contre le sol. Pour que les restes organiques se retrouvent principalement dans les niveaux inférieurs sur le terrain, c’est que lors du retournement des céramiques, celles-ci étaient vides de sédiment.

55La répartition horizontale des esquilles nous informe quant à elle sur le geste de retournement qui a été effectué. Leur localisation entre les bords du pot 1 et 2 nous indique que lors du renversement, les céramiques étaient déjà imbriquées les unes dans les autres telles des poupées gigognes, comme nous pouvons le voir sur la restitution (fig. 10). Lors de la fouille en laboratoire, il a été constaté que les cols des pots 1 et 2 étaient concentriques, alors qu’ils sont de dimensions équivalentes. Le pot 2 était imbriqué dans le pot 1 et les vestiges brûlés étaient répartis de part et d’autre du col du pot 2. Cela est dû à un phénomène de compression probablement conséquent du poids du sédiment sur ces pots qui se sont écrasés en place. La preuve en est que la crémation mesurait environ 8 cm lors de la découverte, alors qu’après restitution des poteries, les pots 1 et 3 mesurent plus de 12 cm.

56La fouille fine de cette crémation et son étude approfondie en laboratoire ont permis de définir un dépôt particulier connexe à un ensemble funéraire et de restituer un geste précis : il s’agit d’un dépôt de vestiges organiques, d’origine animale, incinérés sur un site exogène et rassemblés dans deux poteries emboîtées coiffées d’une troisième céramique posée à l’envers, que l’on a retournées volontairement.

Étude du mobilier

La céramique de l’inhumation SP-87

57L’individu a été inhumé en compagnie de deux vases. Le premier n’est plus matérialisé que par quelques fragments de panse modelée qui n’ont pas permis de restituer sa forme initiale.

58Le second vase accompagnant le défunt se présente, quant à lui, dans un état de conservation bien plus satisfaisant, puisqu’étant quasiment complet. Il s’agit d’un vase situliforme (fig. 11) à petite lèvre triangulaire surmontant une petite carène et pied annulaire. La panse est ornée d’un décor d’incisions exécuté à la pointe mousse, ne semblant pas présenter d’agencement particulier. La pâte, bien cuite et de couleur brune, présente des inclusions de silex et de fines particules calcaires ; les surfaces ont été plutôt soigneusement lissées. Il est intéressant par ailleurs de noter que ce vase a servi avant d’être utilisé en tant que mobilier d’accompagnement, puisque le pied présente des traces d’usure et qu’un caramel de cuisson est conservé dans le fond.

59Les comparaisons régionales sont difficiles, ce type de décor paraissant relativement rare. En Seine-Maritime, ce vase peut trouver une certaine comparaison avec un individu provenant du site de « La Bouteillerie II » à La Houssaye-Béranger qui présente également un pied légèrement annulaire et un décor d’incisions (Blancquaert, 1996 : 15, fig. 3). Ce vase est daté de la charnière Hallstatt – La Tène ancienne. II faut en fait se tourner vers la Picardie pour trouver des comparaisons satisfaisantes, et plus particulièrement vers le département de l’Oise. Un vase situliforme particulièrement comparable provient de la nécropole de Saint-Martin-le-Nœud (Buchez, 2004 : 104, fig. 33, no 4/2), de même qu’un second vase provenant de la nécropole de Milly-sur-Thérain (ibid. : 83, fig. 20, no 123/1). Ces deux nécropoles à incinérations sont datées de La Tène ancienne, tout comme l’habitat de Longueil-Sainte-Marie « La Queue de Rivecourt », toujours dans l’Oise, qui a également livré un vase proche de notre vase de Neufchâtel (Malrain, 1996 : 55, fig. 10).

Fig. 11. Céramique de la sépulture SP-87 (S. Le Maho).

Fig. 12. Céramiques de l’incinération ST-49 (L. Feret)

60Les caractéristiques morphologiques de ce vase (situliforme, petite carène, pied annulaire et décor à la pointe mousse) semblent donc bien le dater de La Tène ancienne.

Les céramiques de la crémation ST-49

61Les trois vases sont apparus empilés les uns dans les autres (fig. 12), et posés à l’envers. Il manque le fond de chacun d’entre eux, certainement arraché par les labours. Ces trois poteries, particulièrement les vases 1 et 2, présentent un bel aspect soigné de par la relative finesse de leurs pâtes et le lissage des surfaces.

62Le vase 1 est un pot à panse globulaire et col droit que surmonte une petite lèvre effilée. Cette poterie a été soigneusement modelée dans une pâte de couleur brune présentant des inclusions de particules calcaires et de silex. Les surfaces ont été lissées et varient de l’orange sombre au brun noir ; de légères traces de suie sont conservées sur le haut de la panse et sous la lèvre.

63Le pot 2 est, quant à lui, une écuelle, dont la petite lèvre arrondie surmonte une carène vive. Nous ne pouvons malheureusement savoir s’il s’agit d’une forme apode ou présentant un pied annulaire, comme sur les exemplaires connus. Cette écuelle est modelée, la pâte de couleur brune comporte des particules calcaires et de la chamotte ; les surfaces ont été soigneusement lissées, ce qui leur confère une certaine brillance ; elle devait très certainement servir de couvercle, en étant posée à l’endroit sur le pot globulaire.

64La troisième et dernière poterie est un vase situliforme à lèvre droite surmontant une petite carène, le pied est là encore manquant, mais paraît être annulaire, ce qui en fait un vase plutôt comparable à celui provenant de l’inhumation SP-87. Ici, la panse est lisse et le vase modelé dans une pâte brune comportant là aussi des particules calcaires et de la chamotte.

65Les comparaisons régionales sont également rares. Des pots situliformes et des écuelles carénées sont connues sur le site déjà cité de « La Bouteillerie II » à La Houssaye-Béranger (Blancquaert, 1996), en contexte de transition Hallstatt final – La Tène ancienne. Le domaine picard nous donne une fois de plus plusieurs exemples de comparaison, et l’on pourrait ainsi les multiplier (Malrain, 1996). Citons ici encore la nécropole à incinération de Milly-sur-Thérain, où des écuelles carénées servent de couvercles à des pots globulaires, ce qui est tout à fait comparable à ce qui a été observé à Neufchâ tel-en-Bray (Buchez, 2004 : 65, fig. 9, no 101/1 et 2 ; 72, fig. 14, no 108/1 et 2 ; 84, fig. 21, no 124/1 et 2), et ceci toujours en contexte daté de La Tène ancienne. Sur le site de Quivières « L’Efourchon du Chemin de Saint-Quentin » dans la Somme (Rougier, 1998), des écuelles carénées associées à des pots situliformes se rencontrent dans des contextes datés du début de La Tène ancienne, soit autour du milieu du Ve siècle avant notre ère.

Fig. 13. Carte des reliefs de l’assiette du projet (D. Jouneau).

Conclusion

66Le site découvert le long de la route de Gaillefontaine correspond probablement à une périphérie d’habitat. Cependant, l’indigence du mobilier récolté dans les fossés indique que le noyau de l’occupation gauloise n’est pas à proximité immédiate. La situation topographique de l’ensemble (fig. 13), avec un talweg au nord comme au sud et une forte rupture de pente à l’ouest, et l’absence de structures gauloises dans les deux tiers ouest de l’emprise du diagnostic font penser que l’habitat proprement dit se situe à l’emplacement de l’ancienne léproserie Saint-Jean qui forme la limite sud du projet d’aménagement.

67Même si la surface réduite de la fouille incite à la plus grande prudence, l’organisation spatiale des structures évoque le site de Bois Guillaume – les Terres Rouges (Merleau, 2002) avec une nécropole organisée le long d’un fossé parcellaire et non enclose, ou bien encore le site du Four à chaux 2 de Saint-Aubin-Routot (Blancquaert, 1996) avec un parcellaire périphérique à une petite exploitation agricole accompagné d’un petit groupe de sépultures isolées. Les vestiges découverts ici montrent des occupations nettement moins denses, des points de vue parcellaire et funéraire qu’à Mondeville dans le Calvados (Besnard-Vauterin, 1994, 1996, à paraître ; Guillon, 1998, 2009). Cependant, la répartition spatiale des inhumations suggère des comparaisons pour l’organisation des inhumations en petits pôles funéraires en relation avec un système fossoyé, au moins pour Neufchâtel et Mondeville l’Étoile I (Besnard-Vauterin, à paraître ; Guillon, 2009).

68Concernant le site du boulevard l’Alouette, il pourrait donc s’agir d’un groupe de sujets rattachés à une exploitation agricole de petite envergure, cette dernière située hors emprise du diagnostic. Il est cependant difficile de déterminer s’il s’agit d’un ensemble complet ou d’une partie de nécropole multipolaire plus étendue, comme à Mondeville l’Étoile II (Guillon, 1998, Besnard-Vauterin à paraître). L’exhaustivité et la représentativité de cet ensemble n’est donc pas assuré. Mais les caractéristiques de l’échantillon mis au jour ne sont pas pour autant à négliger et apportent leur lot d’informations (Guillon, 2004a). Du point de vue biologique, ce groupe ne peut pas représenter un ensemble familial avec une représentation naturelle de chaque classe d’âge, car il n’y a qu’un sujet immature. L’absence de sépultures d’enfants est liée soit à une sélection, soit à un lieu de dépôt détruit ou non fouillé, même peu éloigné de l’emprise de la fouille.

69Malgré la mauvaise conservation des structures funéraires et bien qu’aucune corrélation ne puisse être établie entre les différents critères observés (âge, sexe, orientation, mode de dépôt, répartition spatiale, etc.), les relations stratigraphiques impliquant quatre des sept structures à inhumation suggèrent que les dépôts sépulcraux n’étaient pas faits au hasard. L’espace funéraire ne semble pas délimité (mais une structure légère ne peut être exclue) et les sépultures sont relativement espacées les unes des autres : il y avait donc suffisamment de place pour inhumer d’autres individus sans que cela ne recoupe les sépultures précédentes. Pourtant, à deux reprises, il semble qu’on ait volontairement réuni deux sujets : SP-81 et SP-44 qui se superposent parfaitement, et SP-45 et sa réduction SP-84 qui partagent probablement la même fosse. Le retour à un même emplacement a pu être effectué uniquement si le lieu était encore connu, soit parce que le laps de temps entre les deux dépôts était court, soit grâce à un marquage au sol. Ces regroupements sont la marque d’une volonté et sont à considérer comme des gestes mortuaires volontaires.

70En terme d’intentionnalité, il en est de même pour la crémation ST-49 où la présence de vestiges de faune dans un contexte funéraire semble là aussi correspondre à un geste rituel intégré à une pratique funéraire, finalisé par la position très localisée de ces restes brûlés. Si certaines informations restent inconnues (le lieu de crémation par exemple), et malgré un aspect somme toute anecdotique, ce geste n’en revêt pas moins une part symbolique qui en l’état de nos connaissances reste bien difficile à identifier.

71Cette crémation pourrait dater du début du second âge du fer, et apparaîtrait ainsi légèrement antérieure à l’inhumation SP-89, qui serait quant à elle datable de la fin de La Tène ancienne, ce qui en ferait la structure funéraire la plus ancienne de cette petite nécropole.

  • 2 Nous remercions les collègues nous ayant apporté leurs conseils : Céline Bemilli (INRAP), Gertrude (...)

72Les ensembles funéraires ayant livré du mobilier céramique étant quasi-inexistants dans la région pour cette période, il faut souligner l’importance de cette découverte. Il apparaît aussi nettement une influence du domaine picard sur cette partie de la Normandie orientale, le Pays de Bray se situant aux confins des futurs territoires de la fin de l’époque gauloises calète, bellovaque et ambien2.

Bibliographie

Bibliographie

Besnard-Vauterin C.-C. (1994) – Mondeville l’Étoile. DFS, campagne 1993. AFAN et DRAC de Basse-Normandie.

— (1996) — Mondeville l’Étoile. DFS, campagne 1995. AFAN et DRAC de Basse-Normandie.

— dir. (2009) – En plaine de Caen. Une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville. Presses universitaires de Rennes. 314 p.

Besnard-Vauterin C.-C., Guillon M. (à paraître) – L’ensemble funéraire du Ve s. av. J.-C. à Mondeville l’Étoile (Calvados). Actes du 33e colloque de AFEA., Caen, 21-24 mai 2009.

Beurion C. (1993) – Le site protohistorique de Quièvrecourt (Seine-Maritime). Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe – Ier siècles avant J.-C.). Actes du 14e colloque de l’AFEAF, Évreux, mai 1990, Cliquet D., Rémy-Watté M., Guichard V., Vaginet M. dir. Rennes (6e supplément à la RAO), 1993, p. 23-34

Birkner R. (1980) — L’Image radiologique typique du squelette. Paris, éd. Maloine.

Blancquaert G, Desfossés Y (1996) — Premier bilan des découvertes issues des fouilles de sauvetage sur le tracé de l’A 29 (Le Havre – Saint-Saëns, Haute-Normandie). Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 11-22.

Bruzek J. (2002) – A Method for Visual Determination of Sex, using the Human Hip Bone. American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 137-168.

Bruzek J., Murail P. (2005) – Methodology and Reliability of Sex Determination from the Skeleton. Forensic Anthropology and Medecine, Schmitt A., Cunha E., Pinheiro J. dir., Humana Press Inc, Totowa, N. J., p. 225-242.

Buchez N., Le Goff L, Millerat P. (2004) – Les nécropoles à incinération de La Tène ancienne de Milly-sur-Thérain et Saint-Martin-le-Nœud (Oise). Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 33-121.

Depierre G. (1995) — Pratiques funéraires gallo-romaines liées à l’incinération. Apports scientifiques de l’ostéologie, de l’archéologie et de l’ethnologie, Mémoire de DEA, université de Besançon, inédit.

Duday H. (1990a) – Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépultures colmatées ou en espace vide. Revue archéologique du Centre de la France, 29 (2), p. 193-196.

Duday H., Sellier P. (1990b) – L’Archéologie des gestes funéraires et la taphonomie. Les Nouvelles de l’archéologie, 40, p. 12-14.

Duday H., Courtaud P., Crubezy E., Sellier P. Et Tillier A.-M. (1990C) — L’Anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 2, 3-4, p. 29-50.

Duday H. (1995) — Anthropologie « de terrain », archéologie de la mort. La Mort, passé, présent, conditionnel. Actes du colloque de La Roche-sur-Yon, juin 1994, Cros J.-P., Large J.-M. dir. Groupe vendéen d’études préhistoriques, La Roche-sur-Yon, p. 33-56.

— (2005) — L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort. Objets et méthodes en paléoanthropologie, Dutour O., Hublin J.-J., Vandermeersch B. dir. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 153-216.

Fazekas I., Kosa F. (1978) – Forensic Fetal Osteology, Budapest.

Gallien V., Guillon M. (2007) – La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques. Le diagnostic des ensembles funéraires. Cahier de l’INRAP, 1, Paris.

Guillon G. (2006) – Understanding the circumstances of decomposition when the body is skeletonised. F. Forensic Anthropology and Medecine, Schmitt A., Cunha E., Pinheiro J.dir., Humana Press Inc, Totowa, N. J., p. 117-157.

Guillon M. (1998) – Mondeville l’Étoile II, la nécropole de l’âge du fer. DFS, campagne 1995, AFAN et DRAC de Basse-Normandie.

— (2004a) – Représentativité des échantillons archéologiques lors de la fouille des gisements funéraire. Estimation de la perte d’information sur les modes d’inhumation et la paléodémographie. Actes du colloque de Bibracte juin 2001. Approche critique de la fouille des sépultures. Mémoire du Mont Beuvray, 9, p. 93-112.

Guillon M., Corde D. (2004b) – Fouille et étude de l’incinération Bronze moyen d’Agneaux La Tremblaye (Manche, Calvados). Agneaux La Tremblaye (Manche, Calvados), Giazzon D. dir. RFO, INRAP et DRAC de Basse-Normandie.

Guillon M. (2009) – Les espaces funéraires. Anthropologie et archéologie funéraire. En plaine de Caen. Une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville. Besnard-Vauterin C.-C. Presses universitaires de Rennes, p. 57-82.

Jouneau D., Leclercq E. (2006) – Neufchâtel-en-Bray (76), Route Départementale 1, diagnostic archéologique. RFO, SRA de Haute-Normandie

— dir., Jimenez F., Leclercq E., Lecler E., Lukas D., Le Maho S., Pluton-Kliesch S., Pilon F. (2009) – Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime), ZAC du Val de la Bethune Tranche 1. RFO, SRA de Haute-Normandie

Lenorzer S. (2006) – Pratiques funéraires du Bronze final IIIb au premier âge du fer en Languedoc occidental et Midi-Pyrénées. Mémoire de thèse, université de Bordeaux I.

Malrain F., Pinard E., Gaudefroy S. (1996) – Contribution à la mise en place d’une chronologie du second âge du fer dans le département de l’Oise. Revue Archéologique de Picardie, 3-4, p. 41-71.

Mays S. (1998) – The Archaeology of human bones, Routledge, Londres.

Merleau M.-L., Adrian Y.-M., Dumont CH., Gaston CH., Perron d’arc M., Vertongen S. (2002) – La mort à Bois-Guillaume (Seine-Maritime) du IIIe au Ier siècle avant J.-C. Découvertes archéologiques sur la rocade nord de Rouen, déviation de la RD 43. Six nécropoles du second âge du Fer en Haute-Normandie, Nord-Ouest Archéologie, 13, p. 41-329.

Moorrees C. F. A., Fanning E. A., Hunt E. E. Jr (1963a) – Formation and Resorption of three deciduous teeth in children. American Journal of Anthropology, 21, p. 205-213.

— (1963b) – Age Variation of Formation stages for ten permanent teeth. Journal of dental Research, 42, 6, p. 1490-1502.

Murail P., Bruzek J., Braga J. (1999) – A New Approach to Sexual Diagnosis in past Populations. Pratical Adjustments from van Vark’s procedure. International Journal of Osteoarchaeology, 9, p. 39-53.

Murail P., Bruzek J., Houët F., Cuhna E. (2005) – DSP: a Tool for Probabilistic Sex Diagnosis using worldwide Variability in Hip-bone Measurements. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17 (3-4), p. 167-176.

Owings-Webb P. A., Suchey J. M. (1985) – Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of American males and females. American Journal of physical anthropology, 68, p. 457-466.

Rogeret I. (1998) – Carte Archéologique de la Gaule, Seine-Maritime (76), Paris.

Rougier R. (1998) – A 29 Amiens — Saint-Quentin, évaluation C5.2, Quivières « L’Efourchon du Chemin de Saint-Quentin » (Somme). Rapport d’évaluation, AFAN, Service régional de l’archéologie de Picardie, Amiens.

Saunders R. S. (1978) – The Development and distribution of discontinuous morphological variation of the human infracranial skeleton, Thèse, Archaeological Survey of Canada, Ottawa.

Schmitt A. (2005) – Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 17.

Sellier P. (1993) – L’estimation de l’âge des fœtus et des enfants morts en période périnatale : une révision de Fazekas et Kosa (1978). Communication au colloque Croissance et vieillissement, 21e colloque du Groupement des anthropologues de langue française, Bordeaux, 13-15 mai 1993.

Shipman P., Foster G., Schoeninger M. (1984) – Burnt bones and teeth: an experimental study of color, morphology, crystal structure and shrinkage. Journal of Archaeological Science, vol. 11, 4, p. 307-325.

Telkka A., Palkama A., Virtama P. (1962) – Estimation of stature from radiographs of long bones in children. Annales Medecinae Experimentalis et Biologiae Fenniae, Helsinki.

Notes

1 Dispositif morphologique, avec inversion du relief, dans lequel l’érosion a mis à nu les couches profondes d’un anticlinal.

2 Nous remercions les collègues nous ayant apporté leurs conseils : Céline Bemilli (INRAP), Gertrude Blancquaert (INRAP), Hubert Lepaumier (INRAP) et Gérard Bataille (INRAP).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site (D. Jouneau, d’après la carte IGN au 1/25000e)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 2. Carte de la Normandie antique (D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3. Plan des structures gauloises (D. Jouneau, E. Leclercq).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 4. Plan du pôle funéraire (D. Jouneau, E. Leclercq).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 5. Restitution de la sépulture SP-87 (D. Jouneau, photo INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 6. Sépulture primaire bien représentée (SP-45) dont les os des pieds et les chevilles sont des arguments pour la présence d’une enveloppe souple (photo INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig.7. Le cas de deux sépultures à inhumation (SP-44 et SP-81) parfaitement superposées, avec la même orientation mais en sens opposé (photo INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8. Fouille de l’incinération ST-49 (N. Rolland, V Théron).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 9. Organisation de l’incinération ST-49 (D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 10. Restitution du geste de retournement de l’incinération SP-49 (D. Jouneau, N. Rolland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 11. Céramique de la sépulture SP-87 (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 12. Céramiques de l’incinération ST-49 (L. Feret)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 13. Carte des reliefs de l’assiette du projet (D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6858/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

Auteurs

Céramologue, INRAP Haute-Normandie

Anthropologue, responsable programmation scientifique, INRAP Paris, UMR 5199

Responsable d’opération, INRAP Haute-Normandie

Anthropologue, INRAP Haute-Normandie, UMR7041), avec la participation de

DAO et dessins d’objet, INRAP Haute-Normandie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540