Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Consommation conjointe de céréales et de graines de polygonacées à la fin du Bronze moyen : les données de La Pierre-Grise, Montivilliers

Philippe Marinval

Texte intégral

1Lors des fouilles pratiquées par J.-P. Watté (1990) et son équipe sur le site de La Pierre-Grise à Montivilliers (Seine-Maritime), un amas de paléo-semences carbonisées fut mis au jour dans une fosse riche en cendres. Cette structure (fosse 2), datable de la fin du Bronze moyen, est interprétée comme pouvant être une fosse-atelier de tisserand. Environ 1 500 litres de sédiment ont été prélevés et tamisés sous eau puis trié sous loupe binoculaire par l’équipe archéologique. C’est donc un lot de carpo-restes déjà isolés qui m’est parvenu pour analyse.

État de conservation et résultats

2Comme l’illustre le tableau 2, l’ensemble se compose de caryopses (grains) de céréales, blé et orge accompagnés de graines de plantes sauvages appartenant à la famille des Polygonacées et de quelques autres plantes. L’ensemble est carbonisé et se présente dans un état de conservation correct. Les céréales sont, toutefois, un peu plus altérées que les autres semences. Aux paléo-semences s’ajoutent 18 fragments de matière organique calcinée ainsi qu’une petite quantité de graines non carbonisées d Ansérine (Chenopodium album) et de Mouron des oiseaux (Stellaria media). Ces dernières plantes sont très communes dans la flore spontanée et comme leurs semences ne sont pas carbonisées mais sont, en revanche, dans un état parfaitement frais. Visiblement, il s’agit intrusions d’éléments récents (des pollutions) au sein de l’ensemble archéologique. Il est fort probable qu’elles correspondent à la réserve d’animaux fouisseurs, fourmis ou petites rongeurs actuel ou subactuel.

Les céréales

Le blé

3De fait de leur morphologie et même si aucune base d’épillet (élément de diagnose bien plus caractéristique que la forme des grains) n’a été retrouvée, j’attribue les caryopses (grains) de blé de la fosse 2 à l’épeautre (T. speltd). Ce blé est connu pour sa résistance et vanté pour la qualité de ces farines. Il se développe à partir de l’âge du bronze et atteint son acmé durant l’âge du fer dans la moitié nord de la France (Marinval, 1989 ; Bakels, 1999). Sa présence en Normandie durant la fin du Bronze moyen s’inscrit donc dans la logique de son extension.

4Plusieurs grains d’épeautre ne sont pas pleinement développés et présentent des côtés efflanqués. Quelques-uns (20 grains au total) témoignent d’un début de germination, leur germe a débuté sa croissance sur environ 0,2 à 0,5 mm de longueur. Eléments qui évoquent fortement des grains échaudés. L’échaudage provoque une mauvaise formation des grains et une précocité anormale (germination hâtive), phénomène causé par l’activité d’un agent pathogène fongique : le piétin (Gaeumannomyces graminis var. triticî). Bien évidemment les rendements de champs échaudés sont affectés et sont réduits. Visiblement les grains d’épeautre de La Pierre-Grise étaient touchés par cette maladie. Il n’en est pas de même des caryopses (grains) d’orge qui ne sont pas attaqués par ce champignon.

Tableau 2. Paléo-semences et graines, La Pierre-Grise, Montivilliers (76).

Épeautre

Triticum spelta

1050 + 420 fragments, dont 20 grains avec début de germination

Froment/blé dur

Triticum aestivum/durum

5

Orge polystique nue

Hordeum vulgare var. nudum

321 + 12 fragments

Renouée faux liseron

Fallopia convolvulus

24

Renouée à feuilles de patience

Polygonum lapathifollium

101

Galette

18 fragments

Noisetier

Corylus avellana

4 fragments

Ansérine

Chenopodium album

83 non carbonisées

Mouron des oiseaux

Stellaria media

18 non carbonisées

L’orge

5Bien que les ridules transversales ne soient pas observables sur les grains d’orge, l’absence des marques d’adhérence des glumes (enveloppes du grain) aux caryopses et la section plus ou moins circulaire des grains ainsi que l’existence d’individus asymétriques, permettent de préciser qu’il s’agit de la variété à grains nus de l’orge polystique (Hordeum vulgare var. nudum).

6Habituellement, l’orge à grains nus est supplantée à l’âge du Bronze par la variété à grains vêtue (Hordeum vulgare) plus productive. La Pierre-Grise montre que la culture de cette céréale existe encore, du moins en tant que plante secondaire, dans la région à la fin de Bronze moyen.

Un mélange certainement volontaire

7L’association de blé et d’orge est assez courante aux âges du bronze et du fer en France septentrionale (Marinval, inédit). Plusieurs données, dont la répétition de ces découvertes, me conduisent à estimer que ce groupement n’est pas fortuit mais résulte d’un choix délibéré. Apparemment, le mélange des deux plantes avait lieu dès le semis, signe que les agriculteurs d’alors pratiquaient une méture : c’est-à-dire une culture en association dans le même espace de plusieurs espèces. Une fois mûrs, ils récoltaient simultanément l’orge et le blé et consommaient en mélange les deux céréales. Dans tous les cas observés, le blé, qui peut être de l’épeautre ou de l’amidonnier, domine tandis l’orge est nettement secondaire. La Pierre-Grise ne déroge pas à la règle. L’épeautre est largement prépondérant, il totalise 79 % du nombre de grains, l’orge ne constituant qu’un peu moins d’un quart du mélange (21 % de l’ensemble). Il est à noter que cette proportion de trois-quarts de blé et un quart d’orge est la plus représentée dans la France du nord (Marinval, inédit).

Des restes d’une galette

818 fragments, de petites dimensions, de l’ordre du cm3, de matière organique carbonisée figuraient au sein de l’amas de paléo-semences. Ils sont constitués d’une matière hétérogène. Des fragments de grains de céréales, malheureusement trop petits pour être identifiables, sont agglomérés dans une pâte plus fine. Celle-ci présente un alvéolage lui aussi disparate : de petite bulles (inférieures à 1 mm de diamètre) côtoient des alvéoles plus larges (comprises entre 2 et 3 mm).

9L’ensemble des caractéristiques de ces fragments permets de préciser qu’il s’agit de restes d’une préparation alimentaire : d’un gruau ou d’une galette à pâte grossière. Avant des analyses (biochimiques) et des examens plus approfondis (qui seront notamment effectués au microscope électronique à balayage), on peut supposer qu’elle se compose d’un mélange associant du blé et de l’orge à l’image des grains retrouvés au sein de la fosse 2, d’autant plus qu’une meule en pierre était associé aux carpo-restes (Watté, 1990).

Adventices, plantes de ramassage ou cultures jardinées ?

10Au sein des grains de céréales, la présence de graines de deux espèces de renouées pose la question de leur statut.

La renouée à feuilles de patience (Polygonum lapathifolium)

11Espèce commune, la renouée à feuilles de patience aime l’humidité (hygrophile) et se rencontre surtout sur sols argileux, argilo-limoneux et limoneux, riches en azote, mal drainés et souvent acides.

12Comme toutes les Polygonacées, ses feuilles et ses graines sont comestibles. Ces dernières, bien que de petites dimension étaient consommées et réduite en farine. Les sites archéologiques livrent quelquefois des concentrations de graines de l’espèce, témoignages de son usage. C’est le cas sur deux sites allemands. Un amas assez grand a ainsi été mis au jour Bremen-Strom dans un horizon médiéval du XIIe siècle. Il était constitué uniquement de semences de renouée à feuilles de patience. Un vase d’une habitation du Ie siècle après J.-C. de Alrum (Jutland, Danemark) en contenait presque 1 000 graines, pures de toutes autres espèces (Helbaek, 1960). Les intestins du corps momifié, d’époque romaine(Ier-IIe siècle de notre ère) trouvé dans la tourbière de Kayhausen (Oldenburg) renfermaient aussi des fragments de graines de cette plante, preuve directe et irréfutable de leur consommation humaine (Behre, 2008).

Renouée-liseron (Fallopia convolvulus)

13Rudérale et adventice très commune, on la rencontre aux abords des habitations et le long des chemins ainsi que dans les terres cultivées. Dans les champs, les graines germent à l’ombre des cultures et s’enroulent autour de leurs tiges, singulièrement celles des céréales.

14« Herbe à cuire », comme on qualifie ces plantes, les feuilles de la renouée-liseron sont tendres et farineuses et ont longtemps étaient consommées. Ses graines farineuses, qui rappellent celles de sarrasin, mais en plus petit, sont alimentaires. Elles étaient couramment utilisées comme gruau ou écrasées en farine au XIXe siècle en Allemagne, notamment en Poméranie, où la plante est appelée « sarrasin sauvage » (Maurizio, 1932 ; Neuweiler, 1905, dans Behre, 2008).

15Sur le site de Gording Hede, localisé également dans le Jutland, un vase retrouvé dans les ruines d’une maison incendiée au début de l’âge du fer danois renfermait des grains d’orge et des semences de renouée-liseron. Ces dernières figurent dans une proportion de 32 %, preuve tangible d’une consommation volontaire (Helbaek, 1951) La plante est aussi médicinale, aux utilisations fort diverses (Couplan, 1983), et tinctoriale. Toutes ces parties procurent une couleur « musc-aurore » (Desvaux, 1834) ; mais pour l’instant son emploi en tant que colorant n’est pas attesté au cours de la Protohistoire.

Adventices, plantes de ramassage ou végétaux cultivés ?

16Bien que ces deux espèces soient courantes dans la flore normande et que la renouée-liseron soit une messicole fréquente, plusieurs éléments m’incitent à les considérer comme des plantes de ramassage. En premier lieu, la quantité, assez importante, de semences recueillies (101 graines de Polygonum lapathifolium et 24 de Fallopia convolvulus). En second point, l’histoire et ethnologie témoignent de leur consommation. Aussi, est-il fort probable qu’elles aient été utilisées à l’âge du bronze. Elles pouvaient être collectées, lors des moissons, en même temps que les céréales qu’elles « infestaient » et leurs graines, alimentaires, tolérées dans les récoltes. Elles pouvaient aussi, fort bien, faire l’objet de cueillette délibérée. En l’état actuel des données il est difficile de trancher entre ces deux suppositions. En tout cas, leurs feuilles devaient certainement être consommées, même si nous ne disposons pour l’instant, d’aucune preuve tangible l’attestant. Leurs graines pouvaient servir à préparer des bouillies ou, une fois réduites en farine, entrer dans la composition de gruaux ou de galettes. La consommation conjointe de céréale, en l’occurrence de blé et d’orge, et de graines de renouées est également envisageable, comme le suggère le mélange mis au jour dans la fosse 2, d’autant, qu’au moins une découverte similaire est connue. Dans le gisement hallstattien (510 ± 65 bc non cal.) d’Ermelo (Pays-Bas), 140 graines de renouée liseron figuraient dans un lot de grains de blé amidonnier et d’orge (Van Zeist, 1970).

17Une autre question se pose et concerne leur statut : ne sont-elles que des plantes de cueillette ou bien ont-elles été cultivées ? En Russie, jusque dans la première moitié du XXe siècle, la renouée faux-liseron était un légume cultivé dans les jardins et une proche parente, l’ansérine (Chenopodium album), était vendue sur les marchés (Maurizio, 1932). On ne peut pas exclure, a priori, que les paysans protohistoriques aient apporté des soins particuliers à ces plantes afin de favoriser leur croissance voire, même, de les avoir cultivées comme plantes horticoles.

18Pour l’heure, nous ne disposons pas d’arguments qui nous permettent de trancher la question ; mais dans le cadre de la réflexion plus globale qui a cours aujourd’hui sur les systèmes agricoles et horticoles, on est en droit de s’interroger sur le statut de ces végétaux, partie intégrante, de ce qu’on appelle aujourd’hui, les « légumes oubliés ».

Cueillette de végétaux

19La cueillette n’est représentée, sur le site, que par la présence de quatre petits fragments de coque de fruits d’une espèce spontanée : le noisetier (Corylus avellana).

Conclusion

20Les données carpologiques obtenues à La Pierre-Grise mettent en évidence la culture de deux céréales : l’épeautre et l’orge polystique nue. Visiblement, elles étaient cultivées de concert dans le même champ et leurs grains, utilisés conjointement, devaient servir, après avoir été moulus, à préparer des galettes ou des gruaux.

21L’association de graines renouées aux céréales n’est, à mon avis, pas fortuite et relève d’un choix délibéré. Elle constitue un témoignage indirect de l’existence, en Normandie à l’âge du bronze, de galettes dans lesquelles entrent, notamment, du « sarrasin sauvage ».

22De par la richesse des informations fournies, La Pierre-Grise constitue un site de référence. Le gisement apporte des données peu courantes et offre la possibilité d’approfondir notre vision de l’économie végétale de l’âge du Bronze dans une région qui demeurait fort mal connue.

Bibliographie

Bibliographie

Bakels C.C. (1999) — Archaeobotanical investigations in the Aisne valley, northern France, from the Neolithic up to the Middles Ages. Vegetation History and Archaeobotany, 8 (1-2), p. 71-77.

Behre K.-H. (2008) – Collected seeds and fruits herbs as prehistoric food. Vegetation history and Archaeobotany, 17, p. 65-73.

Coupan F. (1983) – Le régal végétal. Plantes sauvages comestibles. Encyclopédie des plantes comestibles de l’Europe, vol. 1, Debard, Paris.

Desvaux M. (1834) – Statistiques de Maine-et-Loire. Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers. Angers.

Helbaek H. (1951) – Urkudtsfro som Naeringsmiddel i forromersk Jernalder. (Seeds of weeds as food in the fore-Roman Iron Age). Kuml, p; 65-74.

— (1960) – Comment on Chenopodium album as a Food Plant in Prehistory. Berichte des geobotanischen Institutes der EidgenÖssischen Technischen Hochschule, Stiftung Rübel. 31, p. 16-19.

Marinval P. (1989) – Bilan des découvertes archéologiques d’Epeautre (Triticum spelta L.) en France de la Protohistoire au Moyen Âge. L’Epeautre (Triticum spelta) : Histoire et ethnologie. Devroey J.-P., Van Mol J.-J., Billen C. dir. Université libre de Bruxelles, Dire, Treignes, p. 69-76.

Marinval P. (inédit) – Cultures monospécifiques et métures (cultures en association) en France du Néolithique à l’âge du fer.

Maurizio A. (1932) – Histoire de l’alimentation végétale. Payot, Paris (traduit par Gidon).

Watté J.-P. (1990) – La préhistoire à Montivilliers. Montivilliers hier, aujourd’hui, demain. Bulletin annuel de l’association « Montivilliers hier, aujourd’hui, demain ». Montivilliers, p. 27-81.

Van Zeist W. (1970) – Prehistoric and early historic food plants In the Netherlands. Palaeohistoria, 14, p. 41-173.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540