Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Étude xylologique, atelier de tisserand du Bronze à La Pierre-Grise, commune de Montivilliers

Dominique Marguerie

Texte intégral

Étude anthracologique

1Les charbons provenant de la fosse 2 ont fait l’objet d’une analyse anthracologique (Marguerie, 1993). Certains d’entre eux sont à l’origine de la datation radiocarbone attribuant cette fosse à l’âge du bronze moyen.

2Chaque ligneux, qu’il appartienne au sous-embranchement des Angiospermes (feuillus) ou des Gymnospermes (dont les conifères), produit un bois particulier, spécifique et héréditaire, présentant une organisation particulière des tissus ligneux. La structure du bois s’étudie dans les trois plans anatomiques et permet de déterminer l’appartenance du reste ligneux carbonisé à un genre botanique et parfois à une espèce. Toutefois, il est délicat, voire impossible, de distinguer spécifiquement les chênes à feuillage caduc. De plus, toute une série d’espèces est réunie dans les Pomoïdées, sous famille des Rosacées. S’y retrouvent les espèces comme l’aubépine, le néflier, le poirier, le pommier, le sorbier, le cormier, l’alisier...

3Le nombre et la masse de chaque taxon sont mentionnés dans les résultats d’analyse. Toutefois, dans un essai de reconstitution paléo-environnementale, l’aspect quantitatif n’est pas pris en compte. La détermination des essences est systématiquement complété par un examen du plan ligneux à plus faible grossissement afin de collecter des informations sur les tendances de croissance, la section du bois d’origine, l’état du bois avant combustion et le type de combustion (Marguerie, 1992).

4La fosse 2 contenait une diversité modérée de taxons ligneux, égale à cinq (tableau 1). Le chêne à feuilles caduques y est nettement dominant. Les conditions autécologiques des différentes essences attestées mettent en exergue différents écosystèmes possibles d’approvisionnement en bois. Le chêne caducifolié peut correspondre indifféremment dans faire d’étude aux chênes pédonculé et sessile. 11 s’agit d’espèces héliophiles pouvant croître dans des forêts claires, en leur liséré, dans des friches ou des haies (Rameau, 1989). Le noisetier, l’érable et les Pomoïdées sont des essences héliophiles ou de demi-ombre pouvant être rencontrées aussi bien en lisière de bois, dans des bois clairs ou dans des friches et landes. L’aulne est une essence héliophile, mésohygrophile à hygrophile ripicole qui participe à la formation de forêts claires fraîches dans des zones humides, le long des cours d’eau ou dans des prairies humides. Son origine est donc à rechercher dans une dépression humide ou une vallée proche du site.

L’analyse des cernes d’accroissement

5Une observation du plan ligneux dite dendrologique a été effectuée à la loupe binoculaire sur les charbons. Elle est venue compléter la détermination des essences. Tous les charbons présents n’ont toutefois pu donner lieu à cette observation car, certains d’entre eux, étaient trop fragmentés ou mal conservés et présentaient des plans ligneux indéchiffrables.

6La largeur moyenne des cernes à très faible courbure des charbons de chêne caducifolié a pu également être calculée sur certains individus afin de constater une homogénéité ou une hétérogénéité dans les écosystèmes d’approvisionnement et afin de déterminer la densité des peuplements d’où ont été extraits les charbons.

7Les charbons de chêne et d’érable dont la coupe transversale des charbons a pu être examinée dans le détail, sont, dans leur grande majorité (88 % pour le chêne et 85 % pour l’érable), issus de pièces de bois de fort calibre (cernes à faible courbure) (tableau 1). À l’opposé, chez le noisetier la tendance est inversée : 11 charbons à cernes courbes contre 3 provenant d’individus de fort calibre. Ceci tient aussi aux faibles diamètres originels atteints par le tronc du noisetier.

8La largeur des cernes d’accroissement chez les chênes à cernes peu courbes a pu être calculée sur 51 individus et 239 cernes. Elle est de 1,98 mm avec un écart type de 0,77. L’observation de l’histogramme de fréquences construit sur les classes de largeurs de cernes (fig. 10) indique une distribution des largeurs assez large répartie entre un minimum de 0,75 mm et un maximum de 4,25 mm, centrée sur la classe 1,75-2 mm. L’allure générale de l’histogramme est plutôt unimodale. L’approvisionnement en chêne semble donc s’être fait à partir d’une même formation portant en son sein des arbres à la croissance radiale de leur bois globalement moyenne.

Tableau 1. Taxons ligneux présents dans la fosse 2 de La Pierre-Grise.

Tableau 1. Taxons ligneux présents dans la fosse 2 de La Pierre-Grise.

Fig. 10. Distribution des largeurs de cernes mesurées sur les charbons de chêne de la fosse 2 de La Pierre-Grise

Fig. 11. Evolution de la largeur moyenne des cernes (avec son écart type) dans les charbons de chêne provenant de bois de fort calibre dans le Massifarmoricain du Néolithique à l'Antiquité.

Les données armoricaines sur l’étude des cernes des charbons de chêne

9Les analyses dendrologiques de la Pierre-Grise peuvent être placées au sein d’un graphique (fig. 11) reprenant l’ensemble des données actuellement obtenues dans le Massif armoricain du Néolithique à l’Antiquité sur les charbons de chêne prélevés au sein de structures de combustion ou de rejets de combustion (Marguerie, 2007).

10Dans la quarantaine de sites et les 90 échantillons analysés, une augmentation de la croissance moyenne annuelle apparaît significative du Néolithique à la fin de l’âge du fer comme le souligne la courbe de tendance polynomiale figurant sur le graphique (fig. 11). Deux ensembles d’échantillons s’opposent nettement :-largeur d’environ 1,2 mm au cours du Néolithique moyen, correspondant à des cernes étroits, -largeur d’environ 2,1 mm pendant l’âge du fer, avec une grande dispersion des valeurs, correspondant à des cernes plutôt larges.

11L’augmentation de la largeur des cernes de chêne et la plus grande dispersion des valeurs au cours du temps suggère un éclaircissement progressif des forêts. Cette observation est accompagnée par une plus grande diversité et abondance des taxons héliophiles enregistrés parmi les charbons de bois issus de feux domestiques, certains de ces taxons étant caractéristiques de la lande. Ce phénomène est le résultat d’une exploitation croissante de la forêt (Gaudin, 2004). Pendant l’établissement des sociétés néolithiques dans le nord-ouest de la France, les arbres de faible croissance radiale ont été les premiers à être abattus ou ramassés morts dans une chênaie diversifiée dense. Avec l’augmentation considérable de la population humaine dans l’Ouest pendant le second âge du fer, l’exploitation du bois a conduit à un déboisement significatif et la population a utilisé de nombreuses espèces variées dont beaucoup avaient un caractère héliophile.

12Les quelques mesures réalisées pour l’âge du Bronze indiquent une croissance moyenne de 1,7 mm. L’étude anthracologique effectuée sur le site de la Pierre-Grise ne peut bien sûr pas être directement intégrable parmi ces résultats armoricains. La Seine-Maritime présente une géologie et donc des sols différents de l’Armorique. Il convient de noter toutefois que la largeur moyenne de cerne est proche de celle constatée sur les exemples armoricains.

Bibliographie

Bibliographie

Gaudin L. (2004) – Les transformations spatio-temporelles de la végétation du nord-ouest de la France depuis la fin de la dernière glaciation. Reconstitutions paléo-paysagères. Thèse de doctorat de l’université de Rennes I, 2 vol. , 763 P.

Marguerie D. (1992) – Evolution de la végétation sous l’impact humain en Armorique du Néolithique aux périodes historiques. Travaux du laboratoire d'anthropologie de Rennes, 40, 313 p.

— (1993) – Rapport d’étude anthracologique du site de la Pierre-Grise (Montivilliers, Seine-Maritime). UPR 403, CNRS, AGORA, février 1993, inédit, 21 p.

Marguerie D., Hunot J.-Y. (2007) – Charcoal analysis and dendrology: data from archaeological sites in western France. Journal of Archaeological Sciences, 34, p. 1417-1433.

Rameau J.-C., Mansion D., Dume G. (1989) – Flore forestière française, guide écologique illustré. T. 1, Plaines et collines, Institut pour le développement forestier, Paris, 1785 pages.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Taxons ligneux présents dans la fosse 2 de La Pierre-Grise.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 10. Distribution des largeurs de cernes mesurées sur les charbons de chêne de la fosse 2 de La Pierre-Grise
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 11. Evolution de la largeur moyenne des cernes (avec son écart type) dans les charbons de chêne provenant de bois de fort calibre dans le Massifarmoricain du Néolithique à l'Antiquité.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6854/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search