Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Un atelier de tisserand de la fin du Bronze moyen et son contexte, à La Pierre-Grise, commune de Montivilliers (Seine-Maritime)

A weaver’s workshop from the end of the Middle Bronze Age and its context, at the ‘La Pierre-Grise’ site, in Montivilliers (Seine-Maritime Department)

Jean-Pierre Watté

Résumé

La région de Montivilliers recèle de nombreux sites préhistoriques. Des fouilles, au Grand-Epaville, ont livré une importante série lithique et céramique datée du Néolithique récent (culture « Seine-Oise-Marne ») ; à La Pierre-Grise, à l’emplacement d’un dolmen détruit, d’autres fouilles ont permis la découverte d’une voie antique, de fosses néolithiques et d’une fosse-atelier de tisserands datée de la fin du Bronze moyen ; celle-ci contenait, entre autres, des poids ou pesons de tisserands et des graines carbonisées, en particulier de céréales.

Texte intégral

Situation

1Le site de la Pierre-Grise fait partie d’une série de gisements préhistoriques situés autour de Montivilliers, à 7 km au nord-est du Havre, en bordure du Pays de Caux (Dubus, 1915 ; Duteurtre, 1954 ; Watté, 1992). Il se trouve englobé dans une portion de plateau délimitée au nord et à l’ouest par la vallée de la Lézarde, au sud par celle de la rivière de Gournay, au sud-est par celle des Cures (ou Escures), regroupant les terres du Grand-Epaville, de la Côte Sainte-Croix, de la Montade, de Colmoulins, de la Pierre-Grise et des Cures (fig. 1).

Fig. 1. Carte des gisements préhistoriques de la région de Montivilliers.

2Cet ensemble, de 80 à 90 m d’altitude, est formé d’assises calcaires du Cénomanien et du Turonien recouvertes à la fois d’argiles de décalcification formées au Tertiaire au détriment du Sénonien, et de limons quaternaires (Lechevalier, 1966 : 5-12) ; ce plateau domine la vallée de la Lézarde par une dénivellation de 60 à 80 m, correspondant à un talus convexe à pente assez forte. Cette situation présentait un intérêt stratégique certain, puisque la vallée de la Lézarde constituait encore au Néolithique sinon un golfe large et profond du moins un marécage, ouvert largement sur l’estuaire de la Seine, que l’on pouvait apercevoir de là. La navigation antique y est d’ailleurs attestée par la découverte en 1780 « d’une pirogue de 15 à 20 pieds de quille (5 à 7 m)... dans les fossés comblés encore connus sous le nom de Bergue » à Montivilliers même (Cochet, 1866 : 341).

Les premières recherches (fig. l)

3L’abbé Cochet est le premier archéologue à signaler la découverte d’objets pré et protohistoriques sur cette vaste zone : « En 1854, on a trouvé au hameau de Colmoulins, une monnaie gauloise en bronze » (Cochet, 1866 : 341) ; cependant, d’après Saunier (1918 : 45), il y aurait peut-être eu confusion avec une autre pièce découverte sur la commune voisine de Saint-Martin-du-Manoir. Plus tard, l’abbé Cochet (1868 : 30) signale à la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, « une hachette en jade ou en serpentine... trouvée près de la propriété de M. Lechevrel », et, lors d’une autre séance, « une petite hachette polie en grès verdâtre auquel on donne communément le nom de serpentine » (ibid. : 76). On peut se demander s’il ne s’agit pas du même objet, puisque, dans son Répertoire archéologique de la Seine-Inférieure, il ne mentionne qu’une « petite hachette de serpentine » recueillie à Colmoulins (Cochet, 1871 : 146).

4Des préhistoriens havrais comme Savalle, Beaugrand, Fortin, Dubus, Romain, Duteurtre, prospectent régulièrement ces gisements (Dubus, 1915 : 54-55 ; Watté, 1970 : 87 ; 1992 : 737-738) : ainsi, Romain (1896 : 35) signale qu’en six excursions à Colmoulins, il a pu recueillir 5 tranchets, 37 grattoirs et 28 objets divers. Dubus (1904) fait figurer, toujours provenant de « Colmoulins », une pointe de flèche en amande à retouche biface (no 39), deux flèches en amande avec amorce de pédoncule (no 105-106), deux flèches en amande avec ailerons bien dégagés (no 146-147), deux flèches avec pédoncule et barbelures (no 129, 135), une flèche à tranchant transversal très dissymétrique (?) (no 159) et trois petites pointes qu’il considère, mais cela n’entraîne guère la conviction, comme flèches (no 107, 160-161). Plus tard, Cayeux (1960 : 27) parle de « complexe néolithique ».

Fig. 2. Montivilliers, le Grand-Epaville. Céramique S.-O. -M. 1-4 : rebords ; 5-6 : panses ; 7 à 11 : fonds. Fouilles et dessins J.-P. Watté, coll. Muséum d’histoire naturelle du Havre.

5L’étude la plus complète est fournie par Duteurtre (1954) dans Montivilliers et ses rapports avec la préhistoire, qui dresse à la fois un tableau chronologique des industries signalées – avec les connaissances de son époque — et un répertoire général des sites et des découvertes effectuées, avec une carte. Il signale ainsi un « outillage grossier – grands tranchets et grands pics » appartenant au « Campignien des pentes » à la Hêtraie de Colmoulins et dans les champs autour de la Pierre-Grise (ibid. : 8) ; à Colmoulins, Sainte-Croix, « les occupations sont très développées. On peut récolter des pièces dans tous les labours. Les emplacements des anciens villages sont faciles à repérer par les déchets de taille, les outils et les nombreux fragments de poterie, à droite et à gauche du chemin de la Hêtraie, à la Pierre-Grise, surtout au Nord à l’amorcement [sic] du plateau, autour de la Pierre-Grise et champs jusqu’à la ferme de Collemoulins [sic]. A remarquer un outillage de silex blond, de facture très soignée. À Sainte-Croix, un outillage de silex noir, à retouches très longues, nettement Robenhausien — lames, tranchets, percuteurs, couteaux, haches polies, grattoirs de taille très soignée – poterie très fine, en terre rouge. Cet habitat nous paraît de la fin du Néolithique. [...] Il semble qu’au début des temps néolithiques, Montivilliers était fortement occupé, et la civilisation dite campignienne a régné longtemps sur les pentes et les crêtes dominantes. Au plein développement de la pierre polie, Sainte-Croix paraît le centre le plus important » (ibid. : 9).

Les fouilles au Grand-Epaville (1974-1977)

6À partir de 1960, une prospection systématique effectuée par Claude Lechevalier et Jean-Pierre Watté sur l’ensemble du plateau allant de Colmoulins aux Cures et à la côte Sainte-Croix a confirmé l’importance et la richesse des gisements néolithiques ; quelques tessons de céramique grossière, attribués alors à la civilisation Seine-Oise-Marne, avaient été trouvés en surface (Lechevalier, 1963). Localement, c’était là une découverte d’un grand intérêt : c’était la première fois où de la poterie néolithique était recueillie dans le Pays de Caux. Des fouilles furent alors entreprises, sous la direction de Jean-Pierre Watté (Watté, 1975, 1991,1992).

7Quatre campagnes de recherches furent réalisées, de 1974 à 1977. Au total, plus de 1 000m2 furent étudiés, permettant la mise au jour d’un abondant matériel lithique et céramique. Les vases, à fond plat, sans décors ou moyens de préhension, à pâte mal cuite, presque toujours rouge à l’extérieur, noire à l’intérieur, plus rarement brunâtre, à la surface mal lissée, craquelée et à dégraissant siliceux surtout formé de silex concassé, correspondent à des récipients de type « pots de fleur » typiques de la céramique du Néolithique récent à affinités Seine-Oise-Marne (fig. 2).

8Outre des structures médiévales, un double fossé entourant une motte arasée et un foyer en fosse (Moré, 1980), une fosse néolithique et un foyer du Bronze ont été mis au jour. La fosse, ronde, de 1 m de diamètre pour 0,20 m de profondeur, a pu être moulée. De même, en 1977, une structure de combustion a pu être étudiée : une fosse de 0,80 x 0,70 x 0,25 m est apparue, délimitée en surface par des amas de gros morceaux de charbon de bois. Le remplissage a livré quelques modestes restes de cendres et des esquilles de silex brûlés ; le fond était légèrement rubéfié par endroit : ce dernier élément plaide plus en faveur d’un foyer véritable que d’un simple jet de cendres. Ce foyer a fait l’objet d’une datation : Ly 3 606 : 3460 ± 120 BP, soit en années réelles après correction dendrochronologique, entre – 2105 et – 1585 av. J.-C. Cette date, correspond à la charnière Bronze ancien – Bronze moyen (Watté, 1995). Cette structure témoigne donc d’une occupation à laquelle peut correspondre un bouton en bronze recueilli en surface (Watté, 1991 : 62-67 ; 1992 : 435 et 475).

Le dolmen de la Pierre-Grise

Historique des recherches

9Sur le territoire de la ferme de la Pierre-Grise, aux environs du carrefour menant de la route de Colmoulins au château des Cures (ou Escures) et de celle allant de Gournay à Montivilliers, s’élevait un dolmen dont il ne reste plus aujourd’hui qu’un fragment de 1,25 x 1 x 0,45 m. Ce bloc avait été transporté dans la cour de la ferme de la Pierre-Grise, peut-être à cause de travaux stratégiques au cours de la première guerre mondiale (Senay, 1917 : 48) ou peut-être dès 1910 pour permettre aux automobiles de tourner plus facilement (Saunier, 1918 : 46) ; retrouvé, il fut remis en 1923 à son emplacement d’origine (?) sur un socle en béton à la demande de la Société Linnéenne de la Seine-Maritime (Saunier, 1923) : fig. 3.

Fig. 3. Bloc subsistant de la Pierre-Grise, 1 : d’après M. Remy-Watté (1971) ; 2 : cliché J.-P. Watté (mire : 50 cm).

10Charles Vesque (1857 : 29) fut le premier à mentionner ce monument : « Sur la route de Gournay, près de Montivilliers, se voyait autrefois une pierre rappelant ces antiques dolmen [sic] dont les vallées de la vieille Armorique sont parsemées avec une telle profusion, que le voyageur qui les traverse peut se croire au milieu d’une armée de géants. » Janvrain (1860 : 29-32) apporte quelques précisions supplémentaires sur l’architecture du monument : « il y a quelques années, l’on voyait encore, sur le bord du chemin sinueux qui va de Montivilliers à Notre-Dame-de-Gournay, une pierre brute et siliceuse soutenue par trois autres de même nature qui lui étaient inférieures en grosseur, dont il en reste encore une aujourd’hui. » D’après ces renseignements, on peut se rendre compte que l’architecture de ce monument correspondait à celle d’un dolmen simple.

11Charles Vesque (1857 : 30) fournit un renseignement complémentaire important mais, comme Janvrain, sans indiquer ses sources. I1 note qu’« on y trouva les vestiges des ossements de quelques vieux gaulois et une médaille ». En effet, il rapporte que ce monument fut l’objet de croyances et de pratiques superstitieuses. On racontait, dit-il, que le jour, une bonne fée prédisait l’avenir à ceux qui venaient la consulter, après leur avoir bandé les yeux et fait accomplir trois fois le tour de la pierre. La nuit, par contre, cette dernière devenait le lieu de rendez-vous de sorciers et d’esprits malins aux ordres de Satan qui allaient tourmenter les humains par leurs apparitions et leurs cris épouvantables ; celui qui s’approchait trop près était enlevé par le diable et conduit aux enfers. Ces croyances furent tellement fortes que l’abbesse de Montivilliers demanda au vicomte de Montivilliers qu’une garde fut montée la nuit dans la ville pour chasser les lutins. On raconte alors que le diable s’en était allé, abandonnant un trésor. On se rendit donc à la Pierre-Grise, qui fut aspergée d’eau bénite et soulevée, permettant ainsi la découverte des ossements et de la pièce de monnaie (fig. 4). Ces ossements attestent le rôle sépulcral du monument, montrant qu’il s’agit bien d’un dolmen.

12S. Scheers (1978 : 117-118, fig. 5-2) donne la description de cette monnaie, attribuée aux Baïocasses : « Tête à droite, entouré d’un cordon perlé et sommée d’un sanglier, les cheveux disposés en trois grosses mèches, la cavité de l’œil et la ligne du nez rendues par trois lignes placées en triangle, dont les extrémités bouletées figurant le nez ne se touches pas. Rv. : cheval androcéphale dirigé à droite par un conducteur tenant les rênes d’une main et un vexillum de l’autre ; au-dessus, sanglier-enseigne (classe 1). » Une autre légende est rapportée par Ernest Dumont (1879), qui lui aurait été confiée, dit-il, par un berger assis sur la pierre : un jeune écuyer du chevalier Guillaume de Colleville, habitant l’ancien manoir fortifié de Colmoulins, aurait été séduit par la grande beauté de la jeune épouse de son seigneur. Alors qu’il se promenait sous les arbres près du château, il fut abordé par un homme de haute taille habillé de noir qui s’adressa à lui en ces termes : « Je suis Satan, je sais ce que tu désires, je peux te contenter dès ce soir, mais à la condition que tu me donnes ton âme. » Le pacte fut signé dans « une sorte de caveau pratiqué sous la table de pierre ». Satan confia alors à Robert une pièce de monnaie qui lui permettrait d’ouvrir chaque soir la porte de la chambre de la châtelaine quand elle serait endormie, mais en lui demandant de la rapporter chaque matin, car il ne devait l’utiliser que la nuit. Lorsqu’il revint, le désir assouvi, le lendemain matin, Satan lui fit replacer la pièce dans le caveau où il pourrait revenir la chercher le soir. Alors qu’il se trouvait dessous, Satan donna un formidable coup de pied sur un support du dolmen dont la table s’écroula, écrasant l’odieux personnage. Pour que cette histoire soit crédible, il fallait que le monument soit déjà ruiné : la table brisée ou renversée. Peut-être cet état a-t-il entraîné bien avant 1857 sa destruction définitive ; cela pourrait expliquer que l’abbé Cochet (1866, 1871), havrais d’origine – il était né à Sanvic, commune rattachée aujourd’hui à celle du Havre – se contente de signaler là l’existence d’une pierre à légendes où apparaissent des « dames blanches ».

Fig. 4. Monnaie gauloise, des Baïocasses, recueillie sous le dolmen, d’après Saunier (1920).

13Rœssler (1867 : 14-17) cite la Pierre-Grise parmi les « pierres druidiques de l’arrondissement », citant Vesque sans apporter d’éléments supplémentaires. Les superstitions ne semblent pas éteintes au milieu du XIXe siècle, puisque C. Vasque (1857) note encore que plus d’une grand-mère passant sur le chemin de Gournay conseillait à sa petite fille : « Prends garde à la Pierre-Grise. » Fort étonnante est l’attitude d’Honoré Saunier qui rassemble d’une façon aussi complète que détaillée, avec méthode et beaucoup d’esprit critique, ces légendes et descriptions de la Pierre-Grise, et qui raconte pourtant ensuite une histoire pour le moins invraisemblable, et cela en 1918... Après avoir effectué une visite de la Pierre-Grise et herborisé aux environs avec quelques collègues de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, il raconte en effet que, sur le chemin du retour, « survient un évènement tellement extraordinaire, qu’un instant j’ai douté de moi-même. Au moment de prendre le tramway, nous constatons avec stupeur, dans nos porte-monnaie, que toutes les pièces de bronze et d’argent se sont muées en simples rondelles de carton. “C’est la Pierre-Grise qui a fait ce nouveau coup !” nous écrions-nous tous les cinq. Après mûre délibération sur une situation aussi troublante, nous décidons à l’unanimité d’envoyer d’urgence un télégramme à notre excellent vice-président pour l’avertir que nous sommes à Harfleur sans sou qui vaille, hélas ! et le prier de venir à notre aide. À peine l’avis est-il transmis par une receveuse fort émue de notre cas, que, vérifiant derechef nos escarcelles, nous y trouvons cette fois... de belles pièces d’or à la semeuse ! Voilà une énigme de plus à porter au compte de notre vieille pierre de Colmoulins... » (Saunier, 1918 : 47-48). La Pierre-Grise fut signalée, souvent comme menhir, à de nombreuses reprises (de Vesly, 1877 : 24 ; Anonyme, 1880 ; Coutil, 1898 : 119 ; 1907 ; Dubus, 1915 : 20 et 96), comme peut-être « une ancienne borne » (Dumont et Martin, 1886 : 191), mais sans que ces citations viennent apporter des éléments nouveaux. Un plan, des objets néolithiques (une hache polie, trois flèches à tranchant transversal, deux grattoirs, un tranchet, une pointe) recueillis à proximité de l’emplacement du monument, figurent dans l’Inventaire des monuments mégalithiques de Haute-Normandie (Rémy-Watté, 1972 : 98-101).

Les fouilles de 1990

14Une certaine imprécision régnait quant à la localisation exacte du dolmen. Il fut donc décidé d’en rechercher l’emplacement précis et de tenter de découvrir des éléments complémentaires. Pour ce faire, deux zones atteignant au total 450 m2 environ furent ouvertes sous la direction de Jean-Pierre Watté. Des structures de types et d’âge différents furent mises au jour.

Une voie antique (fig. 5)

15Une voie ancienne, longeant l’actuelle route communale 6, a été mise en évidence. Elle pourrait correspondre à la chaussée romaine partant d’Harfleur, le Caracotinum de l’itinéraire d’Antonin, pour rejoindre Cany via Bréauté, en passant d’abord entre les fermes de la Montade et de Colmoulins, pour joindre ensuite la Pierre-Grise et au-delà, Enitot (Lachastre, 1980). Il convient d’ajouter que la Pierre-Grise se situe au carrefour de cette voie et d’une autre joignant Caracotinum à Fiscanum (Fécamp), par Gournay, le Grand-Epaville, Rolleville... (ibid.) : il est possible que ce réseau antique reprenne le tracé de chemins beaucoup plus anciens.

16On aurait pu penser que la route actuelle se superpose exactement à la voie romaine. Or le tronçon mis au jour ici est apparu décalé vers le sud de 2 à 4 m par rapport au tracé actuel : cet écart s’explique probablement dans la mesure où les voies romaines ont souvent été utilisées comme limites de domaines privés, puis absorbées par ceux-ci, la route se trouvant alors légèrement déplacée. Ce phénomène a permis une bonne conservation de la chaussée dont le mode de construction peut être retracé.

17De telles voies, rurales, n’étaient pas pavées, mais empierrées : les chemins de terre qui traversent encore de nos jours bien des fermes en donnent une image assez exacte. Le tronçon étudié sur 18 m de long montre un empierrement de 1,50 à 2 m de large pour 0,40 m en profondeur, bordé au moins au nord par un petit fossé de 0,60 m de large et profond de 0,35 m (mesure prise à partir du sommet de l’empierrement). Des recharges successives ont permis l’individualisation de deux larges ornières que le décapage fait apparaître sous forme de deux bandes de silex tachés de rouille -les traces des bandages de roues. La distance les séparant montre que ces ornières ont été formées par de petits véhicules dont l’écartement des roues se situait aux alentours de 0,80 – 1 m.

Fig. 5. Vue générale du locus 1. En bas, à droite, la Pierre-Grise ; au premier plan, la voie antique ; au fond, les fosses 7 à gauche et 2 à droite.
Photo J.-P. Watté.

18Les voies unissant les grandes cités mesuraient, sans les fossés, 5 à 8 m de large ; la route passant à la Pierre-Grise, beaucoup plus étroite, apparaît donc de construction relativement modeste.

Des fosses

19Une quinzaine de fosses, de dimensions variées et d’âge et origines différentes ont été mises en évidence (Watté, 1993). Par exemple, la fosse 14, de 1,40 x 1 x 0,30 m présentait un remplissage noirâtre riche en débris organiques, comparable à la terre du niveau remanié par les labours et renfermant des tessons d’époques moderne et contemporaine : manifestement, ce trou était récent (chablis ?). Par contre la fosse 12 a livré des éclats de silex et quelques pierres de taille moyenne – une dizaine de centimètres de long pour la plupart – en particulier au fond, et de petits blocs de terre rubéfiée ; elle affectait une forme particulière : étroite et profonde, 6,80 x 1 à 1,10 x 1 à 1,15m, elle ressemblait à un tronçon de fossé. Une fosse et peut-être deux correspondent à l’infrastructure d’un atelier de tisserands (voir ci-après).

L’emplacement du dolmen détruit ?

20Une aire caillouteuse bien délimitée, composée de blocs de silex mesurant 5x5x5 à 20xl5xl0 cm environ, en forme de champignon ou d’ovale pédonculé. Au total, l’ensemble mesurait 3,60 m, la longueur du pédoncule, 1 m, sa largeur 0,80 à 1 m, celle de la partie ovalaire 2,40 m au maximum. Le démontage de cette structure a montré non un pavage d’épaisseur limitée comme on l’avait pensé, mais une véritable fosse à profil longitudinalement dissymétrique atteignant 1 m de profondeur dans sa partie la plus profonde, totalement comblée de silex. Le seul matériel recueilli fut, dans sa partie supérieure, un tesson de céramique. Cette fosse était environnée de diverticules marqués par de légers creux ou de cuvettes de faible profondeur, qui pourraient correspondre dans l’hypothèse « dolmen » aux fonds des fosses creusées pour loger les orthostats.

21Ces éléments, ajoutés au fait que cette structure se trouve précisément à l’emplacement noté par Ernest Dumont (1879) fournissent des arguments pour voir éventuellement en ces vestiges les restes du monument disparu, qui dans cette hypothèse aurait bien été constitué d’un dolmen simple mais présentant un court vestibule.

22L’étude de l’outillage et de la céramique, la répartition spatiale des artéfacts, figurent dans le rapport de fouilles publié dans les Annales du Muséum du Havre (Watté, 1993).

L’atelier de tisserand

23Deux fosses mises au jour à 1,50 m l’une de l’autre, de forme circulaire et de mêmes dimensions (fig. 5), ont eu selon toute vraisemblance la même destination. La fosse 2 ayant livré une série de poids de tisserands et une fusaïole, ces excavations sont interprétées comme infrastructures destinées à recevoir un métier à tisser.

Fosse 2 (fig. 6-1-2)

24Dès les premiers centimètres, à partir de la surface décapée mécaniquement, des restes charbonneux et des fragments de terre rubéfiée sont apparus. Compte tenu de l’importance de ces vestiges, noyés dans une terre cendreuse, il a semblé qu’on se trouvait alors en présence d’une structure de combustion d’un type particulier.

Fig. 6. I-2 : fosse-atelier 2 ; 3 : fosse 7 (photo et dessins J.-P. Watté).

25La découverte d’un petit nodule de bronze de 4 mm de diamètre, en forme de gouttelette, a d’abord laissé penser qu’il pouvait s’agir d’un four de bronzier. La présence ensuite de grains de céréales a fait supposer un moment à une utilisation en four culinaire. La suite de la fouille a permis une autre conclusion.

26Les blocs de terre rubéfiée se sont révélés être des restes de torchis conservant l’empreinte de branchages ayant servi d’armature. Ceux-ci ont été rencontrés de la surface jusqu’au fond de la fosse. Tous ont été soigneusement recueillis, bien que les empreintes de végétaux soient difficilement déterminables. Au total, 95 kg de restes de torchis atteignant au moins chacun quelques centimètres ont été prélevés et conservés. Le fond de la fosse, sur une épaisseur d’une vingtaine de centimètres était empli d’une terre toujours cendreuse mais beaucoup plus noire. Quelques outils en silex ont été mis au jour : une meule, un broyeur, un grattoir, une belle lame, une fusaïole et des éclats de débitage.

27La meule a été fabriquée dans un galet marin en silex cénomanien comme c’est assez souvent le cas dans la région. Les plages les plus proches, au Havre et Sainte-Adresse, au pied du cap de la Hève, à 5 km de là, recèlent de nombreux galets ovalaires et plats faciles à transformer. Elle a été brisée et pulvérisée par la chaleur. Le broyeur (fig. 7-8), brûlé lui aussi, également fabriqué à partir d’un galet marin, affecte une forme légèrement ovalaire, de 77 x 67 mm. La lame (fig. 7-3), de 90 x 26,8 mm, à trois pans, aux bords et arêtes parallèles, a peut-être été débitée par percussion indirecte : le talon est trop endommagé par le feu pour en avoir la certitude ; notons simplement que celui-ci devait être très réduit, peut-être punctiforme. Elle est en silex noir à structure vitreuse, originaire du Turonien supérieur ou du Coniacien, étages que l’on retrouve beaucoup plus au nord ou à l’est, à une distance d’une quinzaine de kilomètres au moins. La fusaïole (fig. 7-4), de 38 x 28 x 24 mm, avec une perforation irrégulière de 11 à 17 mm de diamètre, est de forme ovalaire. Elle est fabriquée dans du chert cénomanien, zone corticale qui enrobe souvent les gros rognons de silex de ce niveau sur de grandes épaisseurs. Sa surface est soigneusement polie.

28Une petite série de tessons, très morcelés, correspond à au moins deux récipients. Un tesson, rouge, à gros dégraissant, de 15 mm d’épaisseur doit se rapporter à un grand vase à provision (fig. 7-6). Des tessons plus minces, aux alentours de 5 mm d’épaisseur, dont un rebord à lèvre plate portant un décor de stries obliques (fig. 7-1) et un élément de base à fond plat, sans bourrelet, font partie d’un vase aux parois droites, verticales, de 9 cm de diamètre environ à la base (fig. 7-7).

29Des grains de céréales, des fragments de coques de noisettes, entièrement carbonisés ont été récupérés. De petites masses carbonées, à structure vacuolaire, nous ont semblé être des restes de galettes ou de préparations culinaires à base de céréales, proposition validée par Philippe Marinval. Surtout, une série de poids de tisserand en terre cuite gisait au fond. En forme de pyramide à quatre faces latérales tronquée au sommet et aux angles arrondis, percés transversalement au sommet, ils témoignent de l’existence d’un métier à tisser dit vertical encore très archaïque. Ces poids ou pesons servaient à tendre les fils de chaîne ; faute d’un dispositif d’enroulement du tissu sur un arbre horizontal disposé à la partie supérieure du métier à tisser, la seule façon de fabriquer des pièces de tissus d’une certaine longueur consistait à disposer le métier au-dessus d’une fosse. L’humidité qui en résultait avait en outre l’avantage de rendre les fils moins cassants. À partir de la découverte à Wallwitz, en Saxe, d’une fosse flanquée de deux trous de poteau contenant 27 poids à tissu, une reconstitution de métier a pu être proposée (fig. 9-1) (d’après Stalhofen, dans Audouze, 1989 : 172-173).

30De telles installations ont parfois été représentées. Ainsi, parmi les gravures rupestres du Val Camonica (fig. 9-3), dans le nord de l’Italie, on reconnaît la présence côte à côte, peut-être comme à la Pierre-Grise, de deux métiers verticaux, avec trois barres transversales et des poids (d’après Anati, dans Audouze, 1989 : 173). De même, sur une situle recueillie à Sopron-Odenburg (fig. 9-2), en Hongrie, on distingue, à côté d’autres gravures, une femme vêtue d’une courte et large robe travaillant à un métier vertical installé sur une fosse (d’après Gallus, dans Dunning, 1992 : 47 et Audouze, 1989 : 173).

Fig. 7. 1, 2, 3, 6-9 : fosse 2. 2-5 : fosse 7. 1 : rebord de vase encoché ; 2 : flèche tranchante ; 3 : lame ; 4 fusaïole ; 5-6 : fragments de vases à provision ; 7 : vase à fond plat ; 8 : broyeur.

Fig. 8. Poids de tisserand.
1 : en place, au milieu de fragments de torchis rubéfiés ;
2 : le plus complet.
Photo et dessin J.-P. Watté.

31Ces pesons (fig. 8) étaient tous brisés : il est donc difficile d’en connaître le nombre absolument exact, d’autant plus que, fabriqués avec de l’argile sans dégraissant, mal cuits – et peut-être seulement cuits lors de l’incendie de la superstructure de la fosse-, les fragments informes peuvent se confondre avec les morceaux de torchis brûlés. Cependant, une estimation peut être proposée. Les fragments présentant un reste de perforation sont au nombre de 11. Le poids de l’ensemble des fragments de pesons reconnus à coup sûr s’élève à 18,962 kg. Or le poids le plus complet pèse 2,247 kg : on peut penser qu’entier il atteignait quelques 2,5 kg environ. En conséquence, cet ensemble devait en comporter à coup sûr au moins 7 à 8 – et peut-être plus.

Fig. 9. Métiers à tisser. 1 : reconstitution d’après la fouille de Wallwitz, en Saxe, (d’après Stalhofen, dans Audouze, 1989) ; 2 : situle de Sopron-Odenburg, en Hongrie (d’après Gallus, dans Dunning, 1992 : 47 et Audouze, 1989) ; 3 : gravures rupestres du Val Camonica, (d’après Anati, dans Audouze, 1989).

Fosse 7 (fig. 6-3)

32La fosse 7, à contour et fond arrondis, de 1,90 m de diamètre pour 0,55 de profondeur, a livré de nombreux fragments de charbon de bois, mais contrairement à la fosse 2, ni poids de tisserand, ni restes de torchis brûlé, ni grains de céréales. Une flèche à tranchant transversal ou une troncature, brisée (fig. 7-2), a été recueillie vers le fond. Un tesson, fragment de panse de 5 à 9 mm d’épaisseur, à dégraissant de silex concassé, de couleur rouge orangé à brun (fig. 7-5), provient vraisemblablement d’un vase de stockage.

Les superstructures : le bâtiment

33Aucun trou de piquets ou de poteaux, aucune tranchée de sablière basse n’ont été observés. Cependant, les éléments de torchis brûlés témoignent bien de l’existence d’un bâtiment dans lequel les métiers à tisser étaient abrités. L’absence de profondes tranchées de fondation ou de trous de poteaux bien ancrés dans le substrat, ce qui aurait laissé des traces, plaide en faveur d’une construction légère : murs en clayonnage et torchis – dont il subsiste de nombreux éléments rubéfiés – appuyés sur une armature relativement sommaire. Le fait que les deux fosses n’aient été distantes l’une de l’autre que d’un mètre cinquante suggère l’existence d’un seul bâtiment. S’agissait-il d’une construction réservée seulement à des activités artisanales ou d’une maison à usage d’habitation de tisserands qui auraient travaillé chez eux ? La présence d’une meule et d’un broyeur, l’existence de boulettes carbonisées de galette ou de pain plaident plutôt en faveur de la seconde hypothèse. Dans cette mesure, l’existence d’une maison alliant pièce à vivre et local technique abritant à la fois les réserves de grain, la meunerie et l’atelier de tisserand, paraît l’hypothèse la plus vraisemblable.

Un rite de destruction

34Cette maison a été incendiée. S’agit-il d’un incendie accidentel ou volontaire ? le bris de la meule et le fait que les décombres aient été soigneusement entassés dans la fosse dénotent des gestes volontaires. Il est évident que l’on a cherché à la détruire totalement, jusqu’à effacer le souvenir de ses activités. Le remplissage de la fosse n’a pu être effectué qu’après l’extinction du feu et le refroidissement des bois carbonisés et du torchis brûlé : l’opération a nécessité un certain temps.

35D. Prost et M. Martin (à paraître) évoquent en contexte d’habitat la possibilité d’un « rite de condamnation » lors de l’abandon d’un site, comme à Bettancourt-Saint-Ouen (Somme), Roynac (Drôme) ou ici à Montivilliers. On peut sans doute aller plus loin et voir dans cet acharnement à détruire un véritable rite de destruction, acte qui pourrait constituer par exemple l’épilogue d’un combat. L’Histoire ne manque pas d’épisodes de ce genre... La présence d’une flèche dans la fosse 7 témoigne peut-être d’un tel conflit. Dans ce cas, il faudrait admettre la persistance de l’usage à l’âge du bronze de flèches tranchantes en silex, matériau toujours utilisé à cette époque à la Pierre-Grise, mais aussi ailleurs – comme au Fort-Harrouard.

Éléments de comparaison

36Des fosses identiques, recélant fragments de torchis et poids de tisserand, ont été décrites par l’abbé Philippe (1927 : 49, pl. XII) au Fort-Harrouard (Eure-et-Loir) : « Les pesons comprennent toute une série d’objets aussi variés de forme que de poids. Ce sont des parallélépipèdes plus ou moins réguliers, aplatis sur deux faces ou arrondis aux angles, des boules ovoïdes, sphériques ou hémisphériques. Tous sont percés d’un trou de suspension ; leur poids oscille entre 193 grammes et 2,653 kg... Leur emplacement, quand on les rencontre groupés, indique l’endroit où ils étaient employés dans la cabane, sans rendre très précise leur véritable destination. Ils ont été trouvés entassés au-dessous des foyers, par groupe de douze, de forme semblable et de poids à peu près égal, 2,450 kg environ, et par groupes de six, autour du foyer, de forme et de poids différents, 193 à 444 grammes. Ils étaient recouverts, dans chaque cabane, par un amas de revêtements d’argile cuite à empreintes de clayonnage ; la toiture, en s’effondrant sur eux, les avait donc maintenus en place. Les pesons isolés sont rares et presque toujours brisés. » De telles fosses se retrouvent également dans des contextes plus tardifs. Ainsi, à Allone (Oise), une fosse de forme arrondie, à fond presque plat, d’un mètre de profondeur environ, recélait des fragments de pesons. Curieusement, comme celle de la Pierre-Grise ou les fosses du Fort-Harrouard, celle-ci contenait des éléments de terre cuite et du charbon de bois-provenant ici semble-t-il d’une vidange de foyer (Beaujard, 2006 : 12-13, 16-17). Des poids pyramidaux sont aussi signalés au Hallstatt ou à La Tène ancienne I. J. Hurtrelle et autres (1990 : 206-208) en donnent l’inventaire pour la France du Nord, la Belgique et le sud des Pays-Bas : en particulier Norrent-Fontes, dans le Pas-de-Calais (Léman-Delerive, 1979), et Amiens « La Madeleine-au-Lait », dans la Somme (Blanchet, 1979). Plus évolués sont les poids triangulaires qui apparaissent à La Tène ancienne pour perdurer jusqu’à l’époque gallo-romaine : ils correspondent à un métier muni d’un dispositif d’enroulement du tissu permettant de fabriquer des bandes sans limitation de longueur (Hurtrelle, 1990 : 206-208). Les poids triangulaires à triple perforation recueillis dans deux fosses de La Tène plutôt moyenne à Saint-Aubin-Routot (Seine-Maritime) s’inscrivent dans ce dernier contexte (Blancquaert, 1992). Toute la terre retirée de la fosse, cendreuse, a été tamisée à l’eau sur des éléments de colonne de géologue grâce à l’obligeance de Rémi Cousin, à l’époque géomorphologue au Muséum d’histoire naturelle du Havre. Des esquilles de silex brûlés, des tessons ont pu être ainsi retrouvés. Surtout, de grosses quantités de charbon de bois et des graines ont été récupérées. Les charbons de bois ont été étudiés par Dominique Marguerie ; ils correspondent essentiellement au chêne, au noisetier et à l’érable (voir, ci-après, l’étude xylologique).

37Parmi les graines, les céréales dominent largement : de très nombreux grains ont été collectés, appartenant à deux espèces : épeautre et orge à grains nus. En outre, l’observation à la loupe binoculaire du filtrat le plus fin a permis de recueillir de petits fragments de coquilles de fruits secs (glands, noisettes ?), de baies ou pois et de micro-graines. Ce matériel a été étudié par Philippe Marinval (voir, ci-après, l’étude carpologique).

38La présence de ce stock de graines apparaît d’autant plus importante que l’ouest de la France n’en avait guère livré : la carte de répartition des découvertes de paléo-semences publiée par P. Marinval (1988 : 25) ne mentionne effectivement qu’une dizaine de sites, des côtes bretonnes à la frontière belge, sur une bande côtière de 150 km environ. Le site le plus riche le plus proche reste celui du Fort-Harrouard.

39Il reste à expliquer la présence de vestiges aussi hétérogènes dans la même fosse. Peut-être celle-ci a-t-elle servi successivement d’atelier de tisserand, puis de foyer (four à torréfier les céréales, cuire des galettes ?), enfin de dépotoir. Quoi qu’il en soit, la similitude des découvertes effectuées à la Pierre-Grise et au Fort-Harrouard montre que la coexistence de ces éléments ne résulte sûrement pas d’un hasard.

Datation

40D’après le contexte, l’abbé Philippe date les fosses de tisserands qu’il a rencontrées au Fort-Harrouard de l’âge du bronze. Dans leur travail concernant l’inventaire du matériel de cette époque mis au jour au Fort-Harrouard et conservé au Musée des antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye, J.-P. Mohen et G. Bailloud (1987 : 110) précisent que ces poids sont associés à des objets du Bronze moyen et du Bronze final.

41Un petit tesson de la Pierre-Grise, recueilli dans la structure 2 (fig. 17-18), présente une lèvre aplatie portant un décor incisé comme certains vases du Bronze du Fort-Harrouard (ibid., pl. 2-6, pl. 34-17, pl. 82-27).

42Une analyse C 14, effectuée à partir de charbons de bois recueillis dans la fosse, est venue corroborer ces éléments. Celle-ci a été réalisée par le Centre de datation par le radiocarbone de l’université Claude-Bernard de Lyon, sous le numéro de code LY-10493 : elle donne

  • 14C BP :-3100 ± 35 ;

  • âge calibré : de – 1431 à – 1265 av. J.-C. ;

  • dates autour desquelles se situent les maximums de probabilités : — 1326, – 1394 ; (la marge statistique indiquée est la déviation standard : 1 sigma).

43Cet atelier de tisserand date donc de la fin du Bronze moyen, si l’on peut se fonder sur cette seule datation C 14.

Conclusion : le cadre de vie d’une famille de la fin du Bronze moyen en Haute-Normandie

44En Haute-Normandie, l’âge du bronze est surtout connu pour ses productions métalliques ; en revanche, les structures d’habitat et les témoignages d’activités spécialisées y apparaissent bien lacunaires. Les éléments mis au jour à la Pierre-Grise, permettent de mieux saisir certains aspects de la vie des hommes de cette période, plus exactement à la fin de la phase moyenne – si cette unique datation C 14 correspond bien à la réalité. Ils construisent des habitations relativement légères, de bois et de terre, sur sablières basses ou poteaux peu profondément enfouis ; les branches de noisetier sont utilisées pour constituer l’armature du clayonnage. La culture du blé – épeautre, froment, blé dur, orge – est pratiquée ; cependant, la cueillette de plantes sauvages comestibles, comme des variétés de renouées, n’est pas négligée pour autant – à moins que ces plantes n’aient été au moins en partie cultivées. Les noisettes font aussi l’objet de collecte. L’élevage de moutons est plus que probable pour apporter la laine du tissage et donc procurer aussi une part de l’alimentation carnée. Les produits céréaliers sont traités sur place : le grain y est stocké, au moins en partie et écrasé sur une meule familiale ; la farine est utilisée pour cuire des galettes. Des activités artisanales sont pratiquées également sur place. On peut penser que les vases, de facture tout à fait ordinaire, sont fabriqués sur place par les habitants de la Pierre-Grise, pour le stockage des denrées alimentaires et la préparation des repas. Le tissage et probablement une petite métallurgie – compte tenu de la présence d’un nodule de bronze fondu – sont pratiqués.

45Le paysage environnant se compose de champs cultivés insérés dans une forêt dégradée où dominent le chêne et, dans une moindre mesure, l’érable. Haies ou taillis de noisetiers sont proches, de même que des friches où poussent certaines plantes rudérales comme les renouées. Sans doute a-t-on là l’image du cadre de vie d’une famille ou d’un groupe de quelques familles de condition modeste, si l’on en croit la légèreté de la construction et l’utilisation encore à cette époque d’un outillage en silex, vivant d’une façon largement autarcique ; les relations avec l’extérieur ne sont cependant pas absentes : il a fallu aller chercher à la mer, donc à 5 km de là, le galet plat ayant servi à fabriquer la meule, à moins que celui-ci n’ait été livré. La lame a été apportée ou transportée par les habitants de la Pierre-Grise sur une quinzaine de kilomètres au moins. Cela dénote des contacts avec des personnes étrangères au groupe, soit au cours de la traversée de territoires d’autres communautés, soit au moment de la livraison des objets. Dans l’hypothèse d’une destruction résultant d’un conflit, ces contacts n’auraient pas été toujours pacifiques...

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme (1880) – Inventaire des monuments mégalithiques de la France. Bulletin de la Société anthroplogique de Paris, séance du 22 janvier 1880.

Audouze F., Buchsenschutz O. (1989) — Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique. Paris, Hachette, Bibliothèque d’archéologie, 362 p., 142 fig.

Bailloud G. (1964) – Le Néolithique dans le Bassin parisien. Gallia Préhistoire, 2e supplément, Paris, CNRS, 394 p., 52 fig., 7 pl. h. t. [réédition 1974, 429 p.]

Beaujard S., Malrain F., Auxiette G. (2006). – Allonne : une ferme laténienne au cœur du territoire bellovaque. Revue archéologique de Picardie, 3-4, 2006, p. 5-20, 9 fig.

Blanchet J.-C., Fournier J.-J. et C. (1979). – Une découverte du premier Âge du Fer, à Amiens (Somme). Cahiers archéologiques de Picardie, 5, 1978 (1979), p. 279-283, 7 fig.

Blancquaert G., Duflot L. (1992) – Saint-Aubin-Routot. RN 15. Bilan scientifique de la région Haute-Normandie, DRACSRA, p. 101-102, fig. 44-46.

Cayeux L. (1960) – La civilisation Seine-Oise-Marne et sa diffusion dans le Pays de Caux. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, fasc. 2, p. 23-28, carte.

Cochet J.-B.-D. (1866) — La Seine-Inférieure historique et archéologique. Époque gauloise, romaine et franque, 614 p., fig.

— (1871) – Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure. Paris, Imprimerie nationale, 1871, 652 p.

Coutil L. (1898) – Inventaire des menhirs et dolmens du département de la Seine-Inférieure. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 5, 1897 (1898), p. 110-152, 2 pl. h. t.

— (1907) – Les monuments mégalithiques de la Normandie et leurs légendes. Congrès préhistorique de France, 1906 (1907), p. 351-381.

Dubus A. (1904) – Note sur l’industrie néolithique aux environs du Havre et de Neufchâtel-en-Bray. Bulletin de la Société géologique de Normandie, t. 23, 1903 (1904), p. 31-47, 6 pl.

— (1915) – Carte préhistorique et protohistorique du département de la Seine-Inférieure. Bulletin de la Société géologique de Normandie, t. 33, 1913-1915, p. 1-112, carte ; et Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 22, 1914-1915 (1916), p. 1-111, carte.

Dumont E. (1879) — Fragments historiques, nouvelles et légendes du Pays de Caux. Le Havre, J. Brenier et Cie, 80 p.

Dumont E., Martin A. (1886) – Histoire de la ville de Montivilliers, avec vues et plans de Montivilliers à diverses époques. Fécamp, L. Durand et fils, t. 2, 229 p., dépliant, 5 fig.

Dunning C. (1992) — Le filage. Helvetia archaeologica, Musée Schwab, Bienne, p. 41-50, fig.

Duteurtre M. (1954) Montivilliers et ses rapports avec la préhistoire. De la pierre taillée à l’époque du Bronze. Bulletin de la Société géologique de Normandie et Amis du Muséum du Havre, t. 44, p. 8-12, carte.

Hurtrelle J., Monchy E., Roger F., Rossignol P., Villes A. et alii (1990) – Les débuts du second âge du Fer dans le Nord de la France. Les Dossiers de Gauhéria, 1, 1989 (1990), 252 p., fig.

Janvrain L.-A. (1860) – Promenades dans quatre châteaux aux environs du Havre. Le Havre, Costey frères.

Lachastre J. (1980) – Les voies romaines autour d’Harfleur-Caracotinum. Écomusée de la ville d’Harfleur, Études et documents, 2, 17 p., fig.

Lechevalier C. (1966) – Les dépôts quaternaires de la vallée de la Lézarde. Contribution à l’étude morphologique du Caux occidental. DES, Rouen, 135 p., 50 fig.

Lechevalier C., Watté J.-P. (1963) – La poterie Seine-Oise-Marne du Bec de Caux. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 38, fasc. 2, 1963, p. 61-67, 2 fig.

Leman-Delerive G. (1979) – L’Âge du Fer dans la France. Les territoires compris entre la vallée de la Somme, de l’Escaut et la frontière belge. Etude et interprétation des sources archéologiques. Thèse de doctorat de 3e cycle, université de Lille, inédit.

Marinval P. (1988) — L’alimentation végétale en France du Mésolithique jusqu’à l’âge du Fer. Paris, éd. du CNRS, 192 p., 49 fig., 9 tableaux, 25 pl.

More J., Watté J.-P. (1980) – Archéologie aérienne en Pays de Caux. Trésors archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, Lecerf, p. 135-142, 10 fig.

Philippe J. (1927) – Cinq années de fouilles au Fort-Harrouard, 1921-1925. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, hors série, t. 25 bis, 1927, 175 p., 4 plans, 36 pl. h. t., 18 fig.

Prost D., Martin J.-M. (à paraître) – Des actes de condamnation en contexte d’habitat au Néolithique et à l’Âge du Bronze (Bettencourt, Somme ; Roynac, Drôme ; Montivilliers, Seine-Maritime).

Remy-Watté M. (1972) – Inventaire des monuments mégalithiques de Haute-Normandie (Seine-Maritime et Eure). Mémoire de maîtrise, université de Rouen, 185 p., 11 cartes, 29 fig., 2 pl. h. t.

Rœssler C. (1867) – Tableau archéologique de l’arrondissement du Havre par classes de monuments et par époques successives. Paris, Didron ; Rouen, Le Brument ; Le Havre, Lepelletier, 115 p., 4 pl. h. t.

Saunier H. (1918) – Excursion à la Pierre-Grise de Colmoulins. Dimanche 21 avril 1918. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 4e année, 1918, p. 43-48.

— (1920) — La Pierre-Grise. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 6e année, 1920, col. 210-213, 3 fig.

— (1923) — Excursion à la Pierre Grise. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, décembre 1923, col. 290-298, 1 cliché, 3 fig.

Scheers S. (1978) – Monnaies gauloises. Musée départemental des antiquités, Rouen, 255 p., 47 pl.

Senay P. (1917) – La Pierre-Grise. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 3e année, p. 48.

Vesly L. de (1877) – Carte préhistorique du département de la S.-L, 1876-1877. Librairie générale de l’architecture et des travaux publics, Ducher et Cie, Paris, 32 p., carte.

Vesque C. (1857) — Etude historique sur la ville de Montivilliers. Le Havre, Ed. Roquencourt, 34 p.

Watté J.-P. (1970) – Répertoire topo-bibliographique du Néolithique et du Chalcolithique de Haute-Normandie (Seine-Maritime et Eure). Mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1970, ronéotypé, 313 p., 32 fig., 27 cartes.

— (1975) — L’habitat « Seine-Oise-Marne » du Grand-Epaville à Montivilliers (Seine-Maritime). Premiers résultats (campagne 1974). Annales du Muséum d’histoire naturelle du Havre, fasc. 2, 1 carte, 6 fig., photos.

— (1991) — La préhistoire à Montivilliers. Bulletin annuel de l’Association « Montivilliers, hier, aujourd’hui, demain », 3, p. 27-81, 21 fig.

— (1992) – Le Néolithique en Seine-Maritime. Thèse de doctorat en anthropologie-ethnologie-Préhistoire, université de Paris I – Panthéon-Sorbonne. Supplément au Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et Amis du Muséum du Havre, t. 77, fasc. 2, 1990 (1991-1992), 3 vol, 797 p., 443 fig.

—-(1993) — Les fouilles de la Pierre-Grise, Montivilliers (Seine-Maritime). Recherches 1990. Étude xylologique, par Dominique Marguerie. Annales du Muséum du Havre, 45, 44 p., 22 fig.

— (1995) — Premières datations C 14 pour le Néolithique et l’Âge du Bronze en Seine-Maritime. Haute-Normandie archéologique, t. 3, 1994 (1995), p. 17-25, 2 tableaux, 3 fig.

— (2004) – À propos des sources de matières premières utilisables et utilisées par les préhistoriques en Seine-Maritime : le silex cénomanien, un bon marqueur pour la mise en évidence du transport de matières premières et d’objets finis. Haute-Normandie archéologique, t. 9, p. 13-35, 13 fig.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des gisements préhistoriques de la région de Montivilliers.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2. Montivilliers, le Grand-Epaville. Céramique S.-O. -M. 1-4 : rebords ; 5-6 : panses ; 7 à 11 : fonds. Fouilles et dessins J.-P. Watté, coll. Muséum d’histoire naturelle du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 3. Bloc subsistant de la Pierre-Grise, 1 : d’après M. Remy-Watté (1971) ; 2 : cliché J.-P. Watté (mire : 50 cm).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4. Monnaie gauloise, des Baïocasses, recueillie sous le dolmen, d’après Saunier (1920).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 5. Vue générale du locus 1. En bas, à droite, la Pierre-Grise ; au premier plan, la voie antique ; au fond, les fosses 7 à gauche et 2 à droite.Photo J.-P. Watté.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 6. I-2 : fosse-atelier 2 ; 3 : fosse 7 (photo et dessins J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 7. 1, 2, 3, 6-9 : fosse 2. 2-5 : fosse 7. 1 : rebord de vase encoché ; 2 : flèche tranchante ; 3 : lame ; 4 fusaïole ; 5-6 : fragments de vases à provision ; 7 : vase à fond plat ; 8 : broyeur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 8. Poids de tisserand.1 : en place, au milieu de fragments de torchis rubéfiés ;2 : le plus complet.Photo et dessin J.-P. Watté.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9. Métiers à tisser. 1 : reconstitution d’après la fouille de Wallwitz, en Saxe, (d’après Stalhofen, dans Audouze, 1989) ; 2 : situle de Sopron-Odenburg, en Hongrie (d’après Gallus, dans Dunning, 1992 : 47 et Audouze, 1989) ; 3 : gravures rupestres du Val Camonica, (d’après Anati, dans Audouze, 1989).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6853/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 297k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search