Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

La culture de Cerny en Haute-Normandie (Ve millénaire avant J.-C.)

The Cerny culture in Upper Normandy (Vth millenium B.C.)

Dominique Prost, Miguel Biard et Véronique Théron

Résumé

Le Cerny, culture du Néolithique moyen I du Nord de la France identifiée par G. Bailloud en 1964, est demeuré depuis cette date une période encore très peu documentée en Haute-Normandie. Grâce aux interventions de l’AFAN et de l’INRAP, plusieurs sites ont été mis au jour ces dernières années, permettant d’effectuer une première synthèse sur cette culture qui compte à son actif 17 sites recensés. Deux faciès chronologiques ont été identifiés à l’image de ceux établis dans les autres régions du Bassin parisien. Mais c’est le faciès ancien dit « éponyme » qui est de loin le mieux représenté dans notre région, et dont nous présentons les principales caractéristiques matérielles.

The Cerny culture, dating back to the Middle Neolithic I and identified by G. Bailloud in 1964, is remained since this date very little documented in Upper Normandy. Thanks to the AFAN and the INRAP, several sites have been discovered these last years, allowing to make a first synthesis on this culture which counts 17 sites actually known. Two chronologicalfacies have been identified, similar to those of the Paris Basin. But the ancient facies, called “eponymous”, is by far the most present in our region. We describe here its principal material features.

Texte intégral

Un projet de synthèse à l’échelle régionale

1En 1994, le colloque de Nemours consacré au Cerny (Constantin, 1997) fut une étape décisive dans la recherche sur cette période chrono-culturelle du Néolithique moyen 1. Cette rencontre entre plusieurs spécialistes permit de constituer une importante base documentaire et d’effectuer un vaste tour d’horizon et un début de synthèse sur l’ensemble du bassin de Paris et ses régions limitrophes.

2Or sur la carte de répartition des sites Cerny réalisée à l’occasion de ce colloque, sur les 235 sites inventoriés, 6 seulement avaient été figurés en Haute-Normandie. Parmi les six, quatre d’entre eux correspondaient à des découvertes fortuites faites dans les dépôts de dragages de la Seine. Et de ces quatre sites, celui de Bardouville (76) était le seul à avoir fourni un mobilier conséquent. Pour les deux derniers sites restants, le premier avait fait l’objet d’une fouille (à Poses), le deuxième était limité à une fosse découverte lors d’un diagnostic (à Gonfreville l’Orcher).

  • 1 La Basse-Normandie fut d’ailleurs l’une des premières à avoir livré de façon très précoce des vesti (...)
  • 2 Culture du Néolithique moyen I située dans la région Centre.

3Six ans après ce colloque, Guy Verron, dans son ouvrage de synthèse sur la Préhistoire de la Normandie (Verron, 2000), ne livra aucune information sur le Cerny de Haute-Normandie. Il évoquait principalement les vestiges, notamment funéraires, de Basse-Normandie, région bien mieux documentée sur cette culture dans les années 19901. Et encore très récemment, dans un article consacré aux rapports entre la culture de Cerny et celle de Chambon2, Alain Villes ne présenta que quatre sites Cerny en Haute-Normandie dans la carte de répartition comparée des sites de ces deux cultures (Villes, 2007 : fig. 4). Le constat paraît donc sévère. Le Cerny restait quasiment encore une inconnue dans notre région pour les chercheurs. Depuis la première fouille effectuée à Poses par Cyrille Billard (Billard, 1994), en fait, plusieurs sites Cerny sont apparus. Jusqu’à la date de 2007 incluse, on peut compter sur 17 sites Cerny ou indices de site identifiés. De valeur inégale, certes, ils sont encore pour la majorité d’entre eux inédits. Mais pris ensemble, ils pouvaient apporter une masse documentaire propre à combler les lacunes dans notre région, d’où l’idée forte que le moment était venu de réunir et synthétiser cette documentation afin de réaliser un bilan scientifique et une première synthèse sur cette période.

4Le nouveau statut de l’INRAP en 2001, qui fait suite à l’AFAN, en plus de ses activités préventives, se doit de développer une mission de recherche et de diffusion de ses travaux. La direction scientifique et technique de cet institut a mis en place depuis 2005 des axes thématiques de recherches validés par le conseil scientifique pour encourager ses agents à réaliser des études de synthèse et des bilans significatifs sur des périodes et secteurs géographiques donnés. Sur la liste des huit axes fixés en 2006, figurait en deuxième place : « Approches territoriales du Néolithique ancien et moyen : chronologie, dynamiques d’implantation et nature des sites ».

  • 3 Participent à ce projet Delphine Barbier (palynologue, INRAP), Miguel Biard (Technologue lithicien, (...)

5Le projet d’un bilan scientifique sur le Cerny en Haute-Normandie correspondait parfaitement avec la teneur de cet axe de recherche. Il donnait aux chercheurs l’opportunité de le concrétiser à partir de l’année 2006 réunissant plusieurs acteurs de l’INRAP mais aussi des chercheurs provenant d’autres instances archéologiques3. À l’heure où nous écrivons ces lignes, ce projet est en fin de réalisation. Il est projeté de publier prochainement cet important travail de synthèse aux Presses universitaires de Rennes. Cet article présente un résumé de cette synthèse régionale sur le Cerny et particulièrement sur la céramique et le mobilier lithique.

La culture de Cerny : détermination et bref rappel historique

6C’est Gérard Bailloud qui mit en évidence la culture de Cerny. Lors de l’introduction du colloque de Nemours, il a tenu à raconter de façon anecdotique aux participants cette découverte capitale qu’il avait faite : « L’histoire du Cerny débute vers 1960 un jour où mon ami Bernard Diquero vient me trouver avec un petit lot de tessons provenant de Cerny dans l’Essonne en me disant “qu’est-ce que c’est que ça ?” » (Bailloud, 1997). C’est ainsi que le Cerny a pris naissance dans ce village du sud du bassin de Paris au lieudit « Le Parc-aux-Bœufs ». Gérard Bailloud était à ce moment en train de travailler à sa thèse qu’il a soutenue en 1962 et qu’il publia en 1964 sous le titre et avec le succès qu’on lui connaît : « Le Néolithique dans le Bassin parisien » (Bailloud, 1964, 2e édition en 1974).

7S’appuyant sur la céramique décorée et la position stratigraphique de certains tessons, il plaça la culture de Cerny entre le Rubané récent, par la conservation importante d’éléments danubiens traditionnels, et le Chasséen, par l’apparition d’éléments nouveaux comme les pastilles au repoussé ainsi que les anses à ensellement médian qu’il rattachait à cette dernière culture. Il situait chronologiquement alors le Cerny plus ou moins parallèlement à la culture de RÖssen vers 3000 avant J.-C. selon les datations de l’époque.

8Après la naissance du Cerny, plusieurs découvertes vont se succéder dans les années 1970 et 1980 avec les premières fouilles de sites importants qui vont confirmer l’existence de cette période et préciser l’étendue de son territoire : exemple des sites de Le Mont-Joly et Soumont-Saint-Quentin dans le Calvados (Edeine, 1965, 1966, 1972), Videlles (locus 5) en Seine-et-Oise (Bailloud, 1967), Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » en Seine-et-Marne (Mordant, 1970), Barbuise-Courtavant dans l’Aube (Piette, 1976), Buno-Bonnevaux « La Cancherie » dans l’Essonne (Manolakakis, 1985), Vinneuf et Passy « La Sablonnière » dans l’Yonne (Carré, 1984), Berry-Au-Bac et « La Croix-Maigret » dans l’Aisne, etc.

  • 4 Le fameux site de Sandun à Guérande.

9La plupart de ces nouveaux sites était située dans les plaines alluviales, permettant de réviser ainsi les premières hypothèses de G. Bailloud qui considérait au tout début le Cerny comme une culture de plateau à l’inverse du Rubané. Les découvertes ultérieures des années 1980, en particuliers celles faites dans les vallées de l’Yonne et de l’Aisne, puis dans d’autres régions jusqu’à nos jours, confirmeront ce mode d’implantation, faisant du Cerny une culture de plaine et de vallée. Au début des années 1980, déjà plus d’une quarantaine de sites attribués au Cerny étaient répertoriés. Dix ans plus tard, en 1994, on en répertoriait 133 au colloque de Nemours, se répartissant sur un vaste territoire occupant les régions du Nord-Pas-de-Calais, de l’Ile-de-France, les départements de Seine-et-Marne, de l’Yonne, de l’Essonne, empiétant sur la région Centre jusqu’aux Pays de la Loire aux frontières de la Bretagne4, sans oublier la Haute et la Basse-Normandie.

10Après plusieurs vicissitudes et hypothèses de travail abandonnées, comme le Cerny sud ou l’Augy-Sainte-Pallaye, le Cerny est désormais relativement bien daté et situé chronologiquement et géographiquement. Cette culture, principalement déterminée par sa céramique et par ses nombreux décors, est reconnue désormais comme postérieure et héritière directe non plus du Rubané mais de la culture de Villeneuve-Saint-Germain – Blicquy (VSG-Blicquy) qui caractérisait les phases récente et finale du Néolithique ancien de tradition danubienne du nord de la France. Les nombreuses datations radiocarbone obtenues à ce jour permettent de placer le Cerny au sein du Ve millénaire avant J.-C. plus précisément entre 4750 et 4250 avant J.-C. Si on retrouve dans sa culture matérielle des traces de son héritage VSG-Blicquy, le Cerny est surtout une période de rupture avec les anciennes traditions danubiennes qui étaient fondées sur une vie communautaire et égalitaire. Le Cerny voit l’apparition d’éléments nouveaux majeurs qui vont bouleverser la vie politique, sociale et économique de ces populations d’agriculteurs éleveurs qui vont peut-être vivrent les premières inégalités sociales : développement et suprématie de l’élevage du bœuf, émergence du mégalithisme, morcellement de l’ancien territoire VSG-Blicquy, manifestation apparente d’indépendance de territoires par des chefferies locales, apparition des premiers villages fortifiés, conception nouvelle des habitats et de leur architecture, etc. On reconnaît par ailleurs dans la plupart des régions une périodisation interne au sein du Cerny, sous le terme de faciès : une phase ancienne dénommée faciès « éponyme » ou « Videlles » et une phase récente dénommée faciès « Barbuise ».

Les sites haut-normands et leur répartition géographique

11Ce sont, dans les années 1970-1980, les chambres de décharge des dragages de la Seine, particulièrement à Bardouville (Seine-Maritime), prospectées par de nombreux amateurs et collectionneurs, qui livrèrent les premiers tessons décorés Cerny dans cette région. Il faut attendre les publications de J.-.P. Watté (Watté, 1990, 1995) puis celle de Cyrille Billard et collaborateurs (Billard, 1993) pour entendre parler dans la communauté scientifique de ces découvertes et d’une possible attribution de certains tessons à cette culture par ces auteurs.

12Les premières fouilles d’un site Cerny datent de 1991, à Poses « Le Vivier-le Clos-Saint-Quentin » (ensemble 2) dans l’Eure (Billard, 1994). Deux ans plus tard, au cours d’un diagnostic, Bruno Penna fait la découverte de la première fosse de stockage de cette période à Gonfreville l’Orcher, près du Havre (Blancquaert, 1995). Il faudra se contenter ensuite, pendant quelques années, de découvertes fortuites ou isolées de mobilier plus ou moins bien identifié au Cerny, comme à Louviers « La Villette » (Giligny, 2005), à la nécropole d’Acon « Les Prés d’Acon » (Billard, 1998) ou à Incarville « Les Près » (diagnostic de L. Paez-Rezende, AFAN, 1997).

  • 5 Trois autres opérations ont encore livré des indices de sites depuis 2008 dans l’Eure : à Saint-Pie (...)

13En 1998, une nouvelle étape décisive est franchie avec la mise au jour, lors d’un diagnostic, d’un site d’habitat à Bouafles « La Plante-à-Tabac » (Eure). Il livra au cours des campagnes de fouilles de 2003 et 2006 le plus important corpus lithique et céramique Cerny de la région (Prost, 2002). Après 1998, les découvertes de sites Cerny vont se succéder. Presque tous les ans, un site ou un indice de site est découvert lors de diagnostics ou de fouilles, venant ainsi rattraper un important retard sur la connaissance de cette culture : exemples des sites de Muids « Le Gorgeon-des-Rues » (fouilles d’E. Georges en 1996, de D. Prost en 2001 et 2003), de Pinterville (diagnostic de B. Aubry en 2001), de Gravigny « Les Coudrettes » (fouille de N. Fromont 2006), d’Aubevoye « Château-de-Tournebut » (fouilles de D. Prost en 2006) dans l’Eure, de Saint-Vigor-d’Ymonville en Seine-Maritime (fouilles de C. Marcigny en 2002), et récemment encore dans l’Eure, d’Arnières-sur-Iton5 (fouilles d’Y.-M. Adrian en 2007).

14Au terme des 20 années de recherche, il a donc été possible d’établir une première carte de répartition des sites et indices de sites Cerny dans la région de Haute-Normandie, selon le mode d’enregistrement Patriarche qui fut réalisé au SRA par Nathalie Bolo (fig. 1 et tableau 1). Au sein même de certains sites, plusieurs ensembles ont été mis en évidence qui peuvent à eux seuls correspondre à des unités d’occupation, de périodes (ou faciès) parfois différentes (exemple des sites de Bouafles, Muids, Saint-Vigor-d’Ymonville).

15La répartition géographique des sites, réalisée avec ce service de cartographie, offre à première vue une image très hétérogène de l’implantation des sites Cerny qui se concentrent massivement dans la vallée de la Seine et en partie dans la vallée de l’Eure, dans le triangle Louviers-Les Andelys-Poses (10 sites inclus à la date de 2007). Trois autres sont dispersés au sud du département de l’Eure dont un dans la vallée de Piton, et un dans celle de l’Avre. Deux autres se trouvent dans une position haute particulière, la seule connue dans la région, celle en rebord de plateau au bord de l’estuaire de la Seine (sites de Gonfreville l’Orcher et de Saint-Vigor-d’Ymonville).

16Les données sur le mode d’implantation des sites Cerny sont encore très lacunaires et dispersées. Pour avoir une image réaliste de l’espace occupé au sein des unités géographiques diverses qu’offre la région de Haute-Normandie, le corpus de sites Cerny demeure encore insuffisant. On peut brosser néanmoins un premier tableau de la répartition spatiale des sites. En l’état actuel, la majorité d’entre eux est implantée dans des zones de très basse altitude (inférieure ou égale à 15 m, fréquemment en zone inondable, comme le suggère l’écart altimétrique entre l’altitude des sites et celui du cours d’eau le plus proche. Par contre, la distance du site par rapport au cours d’eau reste très variable. Il faut, en effet, pour cela, tenir compte de la géographie très particulière des boucles de la Seine qui devaient offrir au Néolithique des écosystèmes très variés.

Fig. 1. Carte archéologique des sites Cerny et indices de sites en Haute-Normandie (d’après N. Bolo, Service régional de l’archéologie – système Patriarche)

17Il faut souligner que les données géomorphologiques, la nature des sols (pédologie), les systèmes hydrologiques dans l’environnement des sites, replacés dans le cadre de leur époque, font actuellement l’objet d’un vaste programme collectif de recherche dans le Bassin parisien organisé par Arscan. Il inclut un PCR pour la Haute-Normandie dans l’Eure dirigé par C. Riquier, auquel participent François Giligny et Thierry Lepert (Riquier, 2005), et des études de synthèse notamment dans la vallée de la Seine et de son affluent, l’Eure, où se concentre la majorité des occupations néolithiques, notamment Cerny, sont envisagées.

Tableau 1 – Inventaire des sites Cerny et indices de sites en Haute-Normandie, d’après D. Prost et N. Bolo.

Tableau 1 – Inventaire des sites Cerny et indices de sites en Haute-Normandie, d’après D. Prost et N. Bolo.

no inv : numéro d’inventaire des sites donné par ordre chronologique des opérations qui les ont mis au jour. Ce numéro peut regrouper sur un même site plusieurs ensembles distincts voire des faciès ou des étapes chronologiques différents (Ex. de Muids « Le Gorgeon-des-Rues). Le numéro des sites est celui indiqué sur la carte de répartition réalisée par le SRA de la DRAC de Haute-Normandie selon le système Patriarche/no site : numéro de site attribué par le Service Régional d’Archéologie. Les 5 premiers chiffres sont ceux du code INSEE, les quatre derniers ceux du no de site par commune. /Attribution : VSG = groupe du Villeneuve-Saint-Germain (Néolithique ancien).

Exemple de quelques sites : Bouafles, Muids, Pinterville et Saint-Vigor-d’Ymonville (fig. 2)

Les ensembles d’occupation de Bouafles (27) « La Plante-à-Tabac » (site no 10)

18Après un diagnostic effectué en 1998 dans la carrière d’exploitation de granulat, CEMEX-Morillon-Corvol, les fouilles de 2003 et 2006 ont mis au jour une importante occupation évaluée à près de 2,5 hectares et dont on a pu fouiller trois ensembles distincts (fig. 3). Le site est localisé sur la rive droite de la vallée de la Seine, sur la partie haute du glacis alluvial, à 35 m d’altitude, au pied du versant du plateau couvert par la forêt des Andelys. Le lit mineur du fleuve est distant de 1 500 m à vol d’oiseau. Le site repose sur un substrat de sable graveleux au-dessus duquel se répandent des nappes de vestiges lithiques et céramiques constituant trois ensembles distincts. L’intérêt de ces ensembles est d’être homogène, non pollué par du mobilier d’autres périodes d’occupations. L’ensemble 1 a livré la plus forte concentration de mobilier, associé à deux grosses structures de stockage. Sur les 262 m2 fouillées manuellement, 1 966 silex taillés, 990 tessons de céramique et 44 pièces de mouture et fragments y ont été récoltés. La céramique est en général bien conservée. Plusieurs gros tessons de vases fragmentés sur place ont été ramassés en différents endroits de cette unité d’occupation. La répartition du mobilier lithique, plus dense, se calque sur celle de la céramique, renforçant l’image d’une répartition spatiale non aléatoire d’un espace structuré. L’ensemble 2, distant de 80 m du précédent, correspond là encore à une concentration de mobilier mais située à l’extrémité sud-est du secteur de décapage dont on ne connaît pas l’étendue exacte. 48 m2 furent fouillés manuellement permettant de recueillir 324 pièces dont 26 tessons et 298 silex taillés. Le matériel de broyage et de mouture en grés, par contre, était absent.

19L’ensemble 3, fouillé en 2006, se situe plus au sud à 850 m de distance des ensembles 1 et 2, séparés par une ancienne carrière, transformée en piste de motocross. Correspond-il à une occupation distincte, une extension progressive de l’espace occupé ou à la limite ouest de la précédente ? Toujours est-il que le mobilier y est similaire. Cet ensemble se présentait sous la forme d’une nappe beaucoup plus diffuse de mobilier au sein de laquelle quelques rares trous de poteau pourraient attester l’emplacement d’un bâtiment.

20Des charbons de bois provenant du fond de l’une des fosses associée à l’ensemble 1 furent datés par radiocarbone : Lyon 2701 — 5660 BP +-40, soit 4550 à 4368 avant. J.-C., avec une plus forte probabilité entre 4550 et 4440.

Les occupations de Muids (27). « Le Gorgeon des Rues » (site no 8)

21Le site fut mis au jour dans une carrière de granulats exploitée par la Compagnie des sablières de la Seine (CSS-Lafarge), sur la rive droite de la Seine. La carrière se situe à l’extrémité sud-ouest de la commune de Muids en direction de Mesnil-sous-Andé. Cette exploitation s’est étendue progressivement sur plusieurs parcelles, au lieu-dit « le Gorgeon-des-Rues », entre « les Pendantes » et « les Prés-Malmains » qui fit l’objet d’un suivi constant par l’AFAN puis par l’INRAP de 1995 à 2004. Les interventions archéologiques ont permis de mettre au jour quatre ensembles Cerny distincts (fig. 2), situés à quelques centaines de mètres du fleuve, dont les trois premiers ont été fouillés respectivement en 1996, 2001 et 2003. L’environnement est celui d’une zone inondable où s’est développé au Néolithique un milieu humide de type palustre qui était encore connu aux périodes historiques comme ancienne zone marécageuse (Pruvost, 1981). Trois des occupations (ensembles 1, 3 et 4) se situaient dans cette zone humide comblée par des argiles plastiques déposées par décantation lors des crues annuelles au sein desquelles s’est développé un paléosol hydromorphe type pélosol, riche en malacofaune (Duchaufour, 1977). La base de ce paléosol fut datée par radiocarbone : LY 12863-6285 BP +-75, soit 5465 à 5048 avant J.-C. Le paléosol de la zone marécageuse était anthropisé. Des traces de défrichement sont perceptibles sur une grande superficie (chablis, souches brûlées, niveaux charbonneux) selon la technique du brûlis.

Fig. 2. Plan des sites de Bouafles « La Plante-à-Tabac », de Muids « Le Gorgeon-des-Rues », de Saint-Vigor-d’Ymonville « Les Sapinettes », « La Mare-des-Mares et leurs ensembles.

22L’ensemble 1 a fait l’objet d’une fouille en 1996 par l’équipe d’Emmanuel Georges (Georges, 1996). Il était situé à 10 m d’altitude et à 350 m de la Seine. Cet ensemble fut suivi dans trois zones de sondage contiguës. Il était constitué de nappes de mobilier lithique et céramique accompagnées de cinq fosses pauvres en mobilier. 75 m2 furent fouillés manuellement dans les parties les plus denses. 366 tessons (pour un poids de 2 220 g) de céramiques très fragmentées ainsi que 1 624 silex taillés dont 127 outils (soit 7,8 % de l’industrie) y ont été recueillis.

23Le deuxième ensemble (Prost, 2002), situé vers 111,50 m d’altitude au pied de la zone humide, fut fouillé en 2001 dans un secteur ouvert sur 850 m2. Quelques traces d’un bâtiment sont perceptibles. Le mobilier se présentait sous forme d’une nappe diffuse relativement bien stratifiée. Cet ensemble fut malheureusement en grande partie perturbé par une occupation de l’âge du Bronze. Une petite partie de la nappe bien conservée fut fouillée manuellement sur 11 m2, mettant en évidence des tessons de vases de moyenne ou grande contenance, fragmentés sur place. Au total, la fouille de cette petite occupation domestique a fourni 205 tessons (pour un poids de 2 498 g) et 150 silex taillés dont 37 outils (25 % de l’industrie). L’ensemble 3 fut découvert dans une parcelle contiguë à celle du deuxième ensemble, distant d’à peine 70 m mais de nouveau dans la zone humide au sein du paléosol, comme l’ensemble 1, entre 9,30 m et 9,50 m d’altitude. Deux structures de combustion à pierres chauffées ont été mises au jour avec autour une forte concentration de mobilier lithique et céramique : 1 932 silex taillés et 1 343 tessons ont été recueillis sur une superficie de 160 m2, fouillée manuellement. À proximité, une fosse, très pauvre en mobilier, pourrait appartenir à cet ensemble. L’occupation Cerny fut limitée à la périphérie des foyers par deux chablis. Ce secteur fut réoccupé au Néolithique final, perturbant en partie l’aire Cerny. Puis, à la période gallo-romaine, une petite forge fut mise en place à proximité. L’aire réelle d’occupation Cerny devait donc largement dépasser les 200 m2

24.L’ensemble 4 se situe au cœur de la zone humide entre 9,40 m et 8,80 m d’altitude dans un milieu marqué de chablis, de bûchers ou de souches brûlées. Cet ensemble se caractérise par la présence de petites concentrations isolées, pauvres en mobilier lithique et céramique, qui semblent se répartir selon un axe de circulation vers la Seine, probablement pour rejoindre le gué de Mesnil-Andé, connu de tout temps par les villageois (Pruvost, 1981).

Les fosses de Pinterville (27). « Le Clos des Cerisiers » (site no 12)

25Deux fosses néolithiques furent trouvées lors d’un diagnostic mené par Bruno Aubry (INRAP) en 2001 à l’emplacement d’un futur lotissement sur la commune de Pinterville, au lieu-dit « Le Closdes-Cerisiers », rue Mermoz. Le site est implanté sur le bas de versant d’un plateau qui domine la rive droite de la vallée de l’Eure, à 28 m d’altitude et distant de 1 325 m du lit mineur actuel. Le substrat est une grave sableuse scellée par une couche d’argile à silex colluvionnés. Ces deux structures (st. 2 et 3), distantes de 15 m l’une de l’autre, étaient situées à une extrémité de la zone diagnostiquée. Aucune autre structure, aucune trace de bâtiment, ne furent mises au jour. À proximité de ces structures, quelques rares silex taillés et tessons de facture néolithique furent récoltés.

26La première fosse (st. 2) s’est révélée de peu d’intérêt malgré ses dimensions (3 m de long, 1 m de large et 0,80 m de profondeur). On y a recueilli 7 silex taillés et 24 tessons de céramique comportant très peu d’indices chrono-culturels. Sa datation et sa fonction (fosse d’extraction, fosse dépotoir de matières périssables ?) restent donc incertaines.

27La deuxième fosse (st. 3, fig. 3), par contre, est beaucoup plus intéressante. Si les limites de creusement de la partie supérieure étaient peu visibles dans le limon encaissant, celles de la moitié inférieure ont nettement montré la forme et le volume de cette structure. Caractérisée par un profil en cloche, à fond plat, sa profondeur totale est de 60 cm. La partie médiane avait une forme cylindrique aux parois verticales et dont le diamètre ne dépassait pas 50 cm. Le fond de la fosse, très bien conservée, fut nettement élargi, élément caractéristique des fosses de stockage. Son diamètre variait de 1,24 m à 1,50 m. La couche de remplissage qui colmatait le fond était noire de charbons de bois et de matières organiques décomposées dans laquelle on a recueilli des coquilles de noisettes. Plusieurs objets ont été ramassés, notamment du matériel de mouture en grés. Plusieurs fragments d’une meule, en grande partie remontée, ont été récoltés. Cette meule avait subi les actions du feu. Le plus surprenant fut la découverte d’une autre meule, un gros fragment en fait non brûlé, sur laquelle reposait une molette intacte. Elles furent déposées ainsi au fond après abandon de cette fosse. Ce geste est apparemment symbolique car la molette, trop grande, ne pouvait fonctionner sur le fragment de meule. Ce mobilier de mouture était accompagné de 62 silex taillés et 13 tessons de céramique bien conservés. Faute d’analyses paléobotaniques (carporestes, phytolithes, etc.), la fonction de cette fosse n’est pas assurée, mais semble correspondre par sa forme, son contenu, à un silo enterré à grains, plus généralement à une fosse de stockage. Des datations par radiocarbone faite sur des échantillons de charbons de bois provenant du fond du silo ont livré les résultats suivants : 5830 BP +-38, soit 4777-4555 avant J.-C.

Fig. 3. Pinterville « Le Clos des Cerisiers » : fosse de stockage

Les occupations de Saint-Vigor-d’Ymonville (76) « Les Sapinettes » et « La Mare-des-Mares » (site no 13)

  • 6 À propos de la distance Seine – Saint-Vigor-d’Ymonville : le lit mineur du fleuve ne correspond pas (...)

28À la suite d’un diagnostic positif entrepris par Bruno Aubry dans le cadre d’une extension de carrière, une fouille d’envergure fut menée par l’INRAP en 2000-2002 sous la direction de Cyrille Marcigny sur la commune de Saint-Vigord’Ymonville, aux lieux-dits « Les Sapinettes » et « La Mare-des-Mares » en Seine-Maritime (Marcigny, 2001). Le site se trouve à 100 m d’altitude, en rebord de plateau, dominant l’estuaire de la Seine. Il forme par sa position remarquable un éperon barré limité par de hautes falaises de craie au sud, entaillé par une dépression, celle des « Petits vaux », au nord, et par le vallon de Mortemer, à l’ouest. Le site est distant de 5 600 m du lit actuel de la Seine. Mais 750 m à peine le séparent du pied des falaises qui dominent la grande plaine estuarienne6. Il est installé sur un substrat de bief (ou argiles) à silex et des limons de plateau. Une forte densité d’occupations du Néolithique, de la Protohistoire jusqu’au haut Moyen Âge fut mise au jour sur plus de 10 hectares, confortant la position exceptionnelle de ce site. Parmi ces vestiges, 40 ensembles ou unités d’occupation ont été identifiés dont quatre ont été attribuées au Cerny, au sens large.

29Le bord de l’éperon était barré par une enceinte constituée de fossés discontinus et d’une palissade à deux, voire trois rangées de poteaux distribués de part et d’autre des fossés. Elle constituait les ensembles 1 et 31 (fig. 2). Un système d’organisation de fossés dont certains rappellent les formes en pince de crabe des enceintes du sud-ouest, des trous de poteau et de probables bâtiments se trouvent en arrière-plan de l’enceinte. Plusieurs silex taillés y ont été recueillis. Le mobilier céramique était par contre beaucoup plus pauvre. Les auteurs ont fait des rapprochements avec l’enceinte palissadée du « Chatelet » à Boulancourt en Seine-et-Marne (Simonin, 1993) qui fut datée du Cerny. C’est sur la base de l’association de profils en S, boutons et languettes et pastilles au repoussé que les auteurs rapprochèrent la céramique de Saint-Vigor-d’Ymonville à celles de sites bas normands bien calées entre 4200-4100 avant J.-C., c’est-à-dire à une période de transition entre le Néolithique moyen I et II (Marcigny, 2002).

30D’autres ensembles ont livré des vestiges pouvant être attribuables au Cerny. C’est le cas des ensembles 21 et 22, situés à l’est, à l’écart de l’enceinte (fig. 2). L’ensemble 21 marque la présence d’une unité d’habitat. Douze trous de poteau ont été mis en évidence, figurant l’emplacement d’un bâtiment quadrangulaire avec sur un côté une concentration de mobilier pouvant délimiter une fosse latérale. 672 silex taillés dont 161 outils y ont été récoltés dont 6 lames et fragments obtenus par percussion indirecte. Une grosse meule en poudingue intacte ainsi qu’un fragment de molette étaient également présents. La céramique est représentée par 202 tessons dont 9 formes sont en partie reconstituables. Les quelques indices fournis par les décors de la céramique et l’industrie lithique ont conduit les auteurs à rattacher cet ensemble à une phase de transition entre le Villeneuve-Saint-Germain final et le Cerny ancien. L’ensemble 22 est similaire, contigu au précédent, formant une deuxième unité d’habitat. Onze trous de poteau avec, aux deux extrémités, deux probables tierces constituent les traces d’un bâtiment allongé parallèle au précédent, toujours de forme quadrangulaire. Une fosse latérale lui est accolée également. Elle a livré un mobilier céramique beaucoup plus pauvre et 526 silex taillés. Le mobilier Ethique se caractérise par une production majoritaire d’éclats. Quelques supports laminaires sont présents, mais issus cette fois-ci d’un débitage par percussion directe. 146 outils ont été identifiés, dominés par les grattoirs. Une lame en silex, produite par percussion indirecte, pourrait provenir d’ateliers de Basse-Normandie. Les quelques rares indices tendent à rattacher également cet ensemble 22 à une phase de transition entre la fin du Villeneuve-Saint-Germain et le début du Cerny.

Fig. 4. Les principales formes de récipients Cerny, faciès « éponyme »

Fig. 5. Bouafles « La Plante-à-Tabac ». Exemples de bouteilles (1 et 2) et de vase à ouverture déformée (3) dont certains décorés à la spatule (2 et 3).

La céramique et ses principales caractéristiques

31L’étude de la céramique Cerny que nous présentons se fonde sur 4 328 tessons, d’un poids total de 25 770 g, où l’on reconnaît un nombre minimum de 167 récipients individualisés (NMI), en provenance des 17 sites répertoriés. On doit souligner que la quantité et le poids des tessons sont très inégalement répartis d’un site à l’autre. Ce sont ceux de Bouafles « La Plante-à-Tabac » et de Muids « Le Gorgeon-des-Rues » qui, de loin, ont fourni une majorité de mobilier céramique. À eux deux, ils représentent 74 % de la totalité des tessons recueillis. La céramique est étudiée par faciès, sur la base des distinctions que nous en avons faites pour la région (Prost, 2002). Rappelons que le faciès « Videlles » ou « éponyme » est de loin le mieux documenté, reconnu sur douze sites, le faciès « Barbuise » reconnu sur cinq sites. Enfin, une attribution hypothétique est donnée pour quatre sites (tableau 2).

Tableau 2 – Liste des sites selon leur attribution au faciès « éponyme » ou « Barbuise »

Faciès

No sites (voir fig. 1)

Faciès « éponyme »

1, 2, 3, 5, 8, 9,10, 12, 13,14, 15,16

Faciès « Barbuise »

1, 5, 6, 8, 16

Identification au Cerny hypothétique

4, 7, 11, 17

La céramique faciès « éponyme »

Les formes et éléments de forme

32Les récipients, dont les formes sont totalement ou partiellement reconstituables, sont à fond rond, plus rarement aplati. Ils comportent fréquemment des éléments de préhension ou de suspension : des anses en boudin à perforation horizontale ou oblique (fig. 5 et 6), en ruban, parfois à ensellement médian, des languettes non perforées, plus occasionnellement. Parmi les formes reconstituables, on distingue deux grands groupes (fig. 4) : des formes sphériques simples (en 1/2 sphère, 3/4 de sphère) et des formes sphériques à col (bouteilles).

33Les formes sphériques simples comportent quatre groupes en fonction du diamètre de l’ouverture

Fig. 6. Aubevoye « Château-de-Tournebut ». Exemple de décors au poinçon bifide

Fig. 7. Bouafles : 1, 2. 11-14, 17-19 ; Muids : 3-6, 15-16, 20 ; Aubevoye : 7-10. Décors de pastilles au repoussé.

34par rapport à la position du diamètre supérieur et au profil de la panse : A : formes à panse évasée, type écuelle (3 exemplaires, fig. 6-1) B : formes à panses droites ou verticales, type bol (10 exemplaires, fig. 7-1, 4, 5) avec deux sous-groupes en fonction de la hauteur du récipient par rapport à l’ouverture : les formes basses ou en demi-sphères (Bl) et hautes (B2) C : formes à ouvertures légèrement rétrécies en 3/4 de sphère, type gobelet (20 exemplaires, fig. 7-2, 3, 9-12) avec deux sous-groupes : les formes à bords rentrants (Cl) et à bords légèrement rehaussés (C2) D : formes à ouvertures rétrécies en sphères, type bombe (un exemplaire) Les formes sphériques à col comportent trois groupes en fonction de la forme et de la longueur du col (fig. 6) : E : bouteilles à col droit ou vertical (un exemplaire, fig. 5-2) F : bouteilles à col déversé (7 exemplaires, fig. 5-1) G : bouteilles à col court (type G, 2 exemplaires).

35On soulignera deux cas particuliers qui ne rentrent dans aucun des groupes précités. Le premier, à Muids (ensemble 3), est celui d’une petite fiole à col droit de très petite dimension. Le deuxième, à Bouafles (ensemble 1), est celui d’un vase à ouverture déformée très partiellement reconstituée (fig. 5-3)

Les décors

36Les récipients sont souvent décorés. Il s’agit à n’en pas douter d’un élément essentiel de l’analyse de la céramique de cette période. On estime par exemple que plus de 61 % des récipients étaient décorés sur le site de Bouafles « La Plante-à-Tabac ». Les formes sphériques simples (A, B, C, D) sont très fréquemment décorées. Les décors se situent en général sur le tiers supérieur de leur panse, particulièrement au niveau des anses perforées et sous bord, sous forme de bandes horizontales et parfois de panneaux verticaux qui rejoignent des bandes parallèles. Les bouteilles sont apparemment moins décorées. Quand c’est le cas, les décors sont logés sur la partie supérieure de la panse mais aussi sur le col (fig. 5-2).

Tableau 3 – Pourcentage des principales techniques décoratives à Aubevoye, Bouafles et Muids.

Pourcentage/site

Aubevoye

Bouafles

Muids

Pastilles au repoussé

51

46

73

Impressions (poinçon, spatule)

33

18

24

Boutons rapportés

16

17

3

37Trois types distincts de décors apparaissent fréquemment ensemble sur les sites : les décors en creux par impression, obtenus au poinçon, notamment le poinçon bifide (exemple d’Aubevoye, fig. 6) et à la spatule (fig. 5-2, 3) sur pâte fraîche, les décors plastiques de pastilles au repoussé (fig. 7), les décors plastiques de boutons rapportés.

38Sont présents également des boutons isolés, plus rarement par paire ou formant une rangée continue. On reconnaît des formes simples, coniques, aplaties et à dépression centrale.

39Le tableau 3 livre les proportions de ces principaux décors qui sont apparus le plus fréquemment sur les sites de Bouafles, Muids et Aubevoye. Ce sont, de loin, les décors de pastilles au repoussé les plus fréquents. Viennent ensuite, en deuxième position, les impressions au poinçon et à la spatule et, en troisième position, les boutons rapportés.

40On observe plus rarement des décors d’impressions à l’ongle sur la panse, des bords encochés ou incisés, un cas à Aubevoye de bord épais à décors plastique crénelé. Les décors au peigne sont totalement absents ainsi que les décors incisés sur la panse.

Les techniques de fabrication

41Les récipients ont, tous ou presque tous, été montés avec des pâtes d’argiles sableuses dans lesquelles on a ajouté fréquemment de l’os pilé calciné comme dégraissant, parfois du silex pilé, plus rarement des débris végétaux. L’épaisseur des vases est très constante. Il s’agit le plus souvent de pâtes fines à semi fines dont l’épaisseur de la panse est en moyenne de 6 à 7 mm. Les épaisseurs dépassent rarement 9 mm. Les techniques de montage de la céramique néolithique furent établies en grande partie sur la base de reconstitutions expérimentales (Arnal, 1986). Les principaux critères qui ont permis d’identifier et de différencier ces techniques sont de trois types : le mode de fragmentation des vases et l’identification de fractures primaires, le type et le profil des cassures des tessons, la variation d’épaisseur des parois. Ceci n’est bien sûr valable que si l’on dispose de récipients dont le profil est en grande partie ou entièrement remonté. Bien que peu fréquents, ce sont des récipients provenant des sites d’Aubevoye, de Bouafles, de Gonfreville l’Orcher, de Muids, de Poses « Le Vivier-le-Clos-Saint-Quentin » et « La Fosse-Sulpice » qui ont fourni des informations sur les techniques de montage. Les sites d’Aubevoye, de Gonfreville l’Orcher et de Poses « Le Vivierle-Clos-Saint-Quentin » ont fourni, grâces aux remontages, plusieurs indices d’assemblage par bandes, caractérisés par des fractures primaires horizontales et parallèles, associées à des cassures en biseau et des variations d’épaisseurs des parois qui sont spécifiques d’un montage au colombin.

42Sur le site de Bouafles « La Plante-à-Tabac » la céramique comporte beaucoup moins de cassures en biseau. On n’y observe pas de montage par bande. Par contre, on note sur certains récipients une fragmentation d’aspect anarchique associée à une régularité de l’épaisseur des parois du fond vers le haut. Ces éléments associés sont considérés comme une spécificité de l’estampage (Arnal, 1986).

Fig. 8. Muids « Le Gorgeon des Rues » (ensemble 2). Décors au peigne de la céramique du faciès « Barbuise »

La céramique faciès « Barbuise »

Formes et éléments de forme

43Un bord arrondi, 3 cols probables, 12 grandes anses perforées en gros boudin ou en ruban (parfois à ensellement médian), un fragment de fond rond ainsi que 82 tessons de panses, récoltés sur le site de Muids (ensemble 2), sont l’essentiel du mobilier sur lequel nous pouvons nous appuyer pour identifier ce faciès. Bien que quelques remontages aient été réalisés, aucune forme n’a pu être reconstituée, même partiellement.

Les décors

44Ils ont été réalisés sur pâte fraîche au peigne selon deux modalités différentes : au peigne traîné et par impression. Les décors au peigne traîné ont été réalisés à Muids sur 20 tessons pour produire des sillons multiples, parallèles, formant des panneaux horizontaux, verticaux ou ondulés (fig. 8), certains pouvant partir des anses perforées sur la face externe. On connaît un seul cas de sillons sur la face interne. Le nombre de sillons par panneaux n’est pas constant. Il suggère l’usage de peignes de 3 à 5 voire 8 dents mal dégagées. On retrouve ce même type de décor au peigne traîné sur les sites de Louviers « La Villette », Bardouville, Poses « La Fosse-Sulpice » et Aubevoye « Château-de-Tournebut ». Les décors imprimés au peigne à Muids, moins fréquents (6 tessons), forment également des panneaux réalisés avec un outil à 4 ou 5 dents. Des décors similaires ont été identifiés à Bardouville également, sans pour autant s’assurer de leur appartenance au Cerny. Cinq sites, au total, ont livré de la céramique décorée au peigne selon ce type de décor. C’est avec les sites de faciès « Barbuise » de la région Aisne-Oise que l’on trouve les éléments de comparaisons les plus pertinents (Prodéo, 1997 ; Prost, 2002).

Les techniques de fabrication

45À Muids (ensemble 2), les pâtes sont très similaires, siliceuses, sableuses (sable fin grano-classé), constituées de grains de quartz roulés translucides. De gros grains sont présents ponctuellement sous forme d’inclusions accidentelles. Ces pâtes sont les mêmes que celles exploitées au Cerny « éponyme ».

46Par contre, la particularité de ces tessons est l’absence de dégraissant ajouté et plus particulièrement l’absence d’os pilé. C’est ce que l’on observe aussi sur les tessons dispersés de l’ensemble 4 à Muids mais aussi à Aubevoye et à Bardouville. Les tessons de l’ensemble 2 de Muids sont en moyenne plus épais que ceux du faciès « éponyme » du même site : 8 à 9 mm. Mais le faible nombre de tessons et d’individus céramique ne nous autorise pas à accorder de l’importance à ces différences. Enfin, très peu d’indices permettent d’avoir une idée des techniques de montage employées. On sait que les cassures franches dominent largement (72 %). Les cassures en biseau ne représentent que 4,3 % de la série.

L’industrie lithique et ses principales caractéristiques

47L’étude du mobilier lithique a fait récemment l’objet d’une synthèse réunissant les données issues de plusieurs sites dont les séries sont bien conservées, homogènes ou recueillies en milieu clos (Bouafles, Muids, Aubevoye, Pinterville, Gonfreville l’Orcher), soit un total de 2 382 pièces étudiées. Elle permet de dégager les points communs suivants.

Les modalités de débitage

48Le premier constat est l’utilisation d’une matière première (le silex) présente à l’état naturel sur le site ou à proximité. Les ressources siliceuses sont de qualité médiocre. Mais cela n’a pas gêné les utilisateurs, comme à Bouafles. Les tailleurs se sont adaptés aux matériaux locaux afin d’en tirer le meilleur parti. Le silex existe parfois sous forme de gros blocs volumétriques. Ces blocs ont été dans un premier temps éclatés en cassons par percussion violente comme le prouvent les larges cônes incipients observables parfois sur les nucléus ou les éclats. À partir de ces cassons de blocs, le débitage fut tourné principalement vers une production d’éclats comme supports d’outils selon un schéma opératoire simplifié. Les témoins de préparation des volumes sont rares. Ils sont totalement absents ou difficilement appréhendables. La seule modalité de mise en forme détectée est une ouverture du plan de frappe. Le choix de l’ouverture est fait de façon à modérer toute tentative de régularisation des courbures. Dans le cas de protubérances ou de concavités trop marquées, la surface de débitage est nettoyée par l’enlèvement d’un éclat épais. L’épannelage des volumes (débitage superficiel du nucléus) semble faire partie des objectifs de production. En effet, les trois quarts des supports retouchés sont réalisés sur des produits corticaux. C’est particulièrement le cas des grattoirs, les outils de loin les plus fréquents, dont les supports sont corticaux dans leur grande majorité et de forme non standardisée. Leur seul point commun réside dans leur bord à profil arqué ou légèrement outrepassé à leur extrémité distale retouchée. On voit que cette terminaison a été volontairement recherchée. Or il se trouve qu’on l’obtient facilement au début du débitage des nucléus ayant en général un volume restreint. Ceci expliquerait pourquoi le plein débitage est peu développé sur les sites Cerny. Le plein débitage, pour être productif, doit aussi être bien maîtrisé, ce qui ne semble pas être le cas sur les sites étudiés. Car, à ce stade, soit les angles favorables au détachement d’éclats sont absents, soit la surface débitée est affublée de réfléchissements à répétition rendant impossible la poursuite du débitage. L’abandon des nucléus est généralement lié à cette succession d’accidents ou à la diminution du plan de frappe.

Tableau 4 – L’outillage Cerny en nombre et pourcentage (tous sites confondus), d’après M. Biard.

Types d’outils

N

 %

Grattoirs

237

47,2

Pièces retouchées

91

18

Burins

38

7,6

Denticulés

31

6,2

Tranchets

22

4,4

Pièces utilisées

19

3,8

Percuteurs

19

3,8

Pièces esquillées

15

2,9

Pièces à dos

14

2,8

Haches polies

6

1,2

Armatures

4

0,8

Perçoirs

4

0,8

Pics

3

0,5

Total

503

100

Fig. 9. Bouafles « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1). Grattoirs types « Bernières »

Fig. 10. Bouafles « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1). Burins dont burins torses (1, 2, 4-5)

L’outillage et ses caractéristiques

49L’étude des outils porte sur 503 supports retouchés, presque exclusivement sur éclats. 14 catégories constituent la panoplie de l’outillage Cerny de notre région (tableau 4). Beaucoup de pièces comportent des retouches à des endroits peu habituels. L’étendue de la retouche, parfois très localisée et peu profonde, a rendu difficile le classement typologique, d’où la fréquence de pièces dites « retouchées » (18 %, tableau 4). Les grattoirs sont, de loin, les outils les plus nombreux (47,2 %). C’est le fait de Bouafles (ensemble 1) où les grattoirs représentent à eux seuls plus de 50 % de l’outillage sur ce site. Sur les autres gisements, ils restent majoritaires mais en petit nombre, dans des proportions plus modestes. De façon inédite pour cette période, on a observé que certains grattoirs présentent des particularités d’aménagements situés sur leur bord actif. Rappelons que ce bord à profil arqué, observable en général à l’extrémité distale du support où se situe la retouche, semble être un critère primordial pour la fonction de ces outils. En effet, lorsque cette courbure disparaît à la suite de retouches de raffûtage successives, il n’est pas rare de voir l’extraction d’un éclat sur la face inférieure pour obtenir de nouveau un bord arqué (fig. 9). Ce procédé de retouche déjà observé sur le site chasséen de Bernières-sur-Seine a été baptisé « coup de Bernières ».

Fig. 11 – Bouafles. « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1). Outils divers. 1 : micro-éclat utilisé brut ; 2, 4, 5, 8 : grattoirs ; 3 : mèche de foret (?) ; 6, 7 : armatures tranchantes ; 9-10 : tranchets.

Fig. 12. Bouafles « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1) : Pièces à ergot

50D’autres procédés inédits de retouches ont été observés sur d’autres catégories d’outils. L’observation des burins, encore relativement fréquents à cette période (fig. 10), a permis de sélectionner un type d’outil original représentant la moitié de cette catégorie. D’un point de vue strictement descriptif, il s’agirait d’un burin « raté » car l’enlèvement burinant a dévié de son axe : il est alors dit « torse » car détaché de façon décalée par rapport au bord du support. Ces pièces, appelées « burins torses », auraient en fait volontairement été aménagées de façon similaire à celle du coup de tranchet, autre outil symptomatique du Cerny. Sur les outils burinants, ce coup offre ainsi de façon rapide un tranchant brut plus ou moins long sur un bord latéral (fig. 10-1, 2, 4, 5). Ces outils sont présents à Bouafles, comme à Pinterville, Muids (ensemble 2) et semble-t-il aussi à Saint-Vigor-d’Ymonville (ensemble 21).

51Les tranchets font partie des outils les plus fréquents et les plus caractéristiques de l’outillage Cerny. Le coup du tranchet, similaire au coup de burin torse, mais situé à l’extrémité distale du support, est utilisé mais pas toujours systématiquement (fig. 11-9, 10). La forme et les dimensions de ces outils aux retouches bilatérales abruptes, destinés à être emmanchés, sont variables. Elles ne témoignent pas d’une production standardisée. On notera en particulier la présence de grands tranchets parfois de plus de 10 cm de long.

52Sur un type d’outils, proche du denticulé, la retouche s’individualise par la création d’une seule dent, rarement deux, plus saillante. Cette proéminence est réalisée par un aménagement latéral peu régulier, visant à dégager un « ergot ». Cette pièce à « ergot » diffère néanmoins du perçoir par l’absence de retouche bilatérale de la pointe et par les faibles dimensions de cette proéminence (fig. 12). On reconnaît aussi de vrais perçoirs dans cette panoplie d’outils, en petit nombre, ainsi que des pièces ou couteaux à dos, des denticulés vrais, quelques rares fragments de haches polies en silex (exemples : fig. 11) mais aussi en roche verte (un exemple en dolérite à Muids). Enfin, les armatures tranchantes, absentes au Villeneuve-Saint-Germain, font leur apparition à cette période (fig. 11-6, 7). Elles ont le plus souvent pour support des fragments d’éclat.

Conclusion

53Nous pouvons retenir de cette étude de synthèse les faits les plus marquants qui caractérisent le Cerny haut-normand.

54La Haute-Normandie fait partie intégrante du territoire Cerny. Cette région confirme comme ailleurs l’existence de deux faciès chronologiques au sein du Ve millénaire avant J.-C. : un Cerny ancien ou faciès « éponyme », de loin le mieux représenté et un Cerny récent ou faciès « Barbuise ». La Haute-Normandie montre que les hommes du Cerny (tout au moins ceux du Cerny ancien) ont occupé essentiellement les plaines et vallées alluviales et plus particulièrement celles de la Seine, ce fleuve qui a dû jouer un rôle fondamental comme axe de communication, de circulation et d’échange. Par rapport au Villeneuve-Saint-Germain final à cordon dont il est le descendant direct, et bien qu’il soit encore imprégné de cette culture sur le plan matériel, le Cerny haut-normand s’en différencie sur bien des points. C’est en particulier le cas par l’abandon des grands vases de stockage aux décors plastiques, les cordons en V notamment, qui semble concomitant avec l’apparition des premières fosses de stockage ou des silos enterrés. Il s’en différencie aussi par des modes de rejet différents, sous forme de nappes de vestiges en surface et non plus dans des fosses dépotoirs accolées aux bâtiments. Vu le peu de traces qu’ils laissent au sol, contrairement aux prédécesseurs du Villeneuve-Saint-Germain, les bâtiments Cerny ont également subi très probablement des changements profonds dans leur mode de construction et leur architecture.

55Le mobilier lithique présente des points communs indiscutables avec d’autres sites extra-régionaux : abandon du débitage laminaire au profit d’un débitage quasi exclusif d’éclats par percussion au percuteur dur, sans schéma opératoire prédéterminé (Augereau, 1994). Il en est de même pour l’outillage qui est dominé par les grattoirs associés aux tranchets et aux denticulés. Les burins illustrent des changements dans cette industrie. Moins nombreux qu’au Villeneuve-Saint-Germain (VSG), on constate surtout qu’ils ne sont plus fabriqués sur lame mais sur éclat. Et, en Haute-Normandie, il semble apparaître un type particulier, le « burin torse », proche techniquement du tranchet, outils qui fait son apparition à la fin du VSG. Certains outils sont inédits dans cette industrie comme les pièces à « ergot » et les grattoirs type « Bernières ». Les armatures tranchantes, quasi absentes du VSG, font désormais partie de la panoplie de l’outillage Cerny, ainsi que les haches polies en silex et en roches dures, même si ces outils sont encore timidement représentés.

56Le mobilier céramique, essentiellement celui du faciès « éponyme », est comparable à de nombreux sites extra-régionaux par ses décors, notamment ceux avec des pastilles au repoussé et son dégraissant à l’os pilé. Mais ce sont surtout avec les sites implantés en amont de la vallée de la Seine jusqu’en Seine-et-Marne et au sud, dans les départements de l’Essonne, du Loiret et de l’Eure-et-Loir que l’on trouve le plus d’affinité avec ceux de Haute-Normandie, secteur dans lequel fut identifié le Cerny « éponyme ».

57Ce travail de synthèse régionale est aussi l’occasion de souligner les lacunes qui marquent cette période du Néolithique moyen qu’il conviendrait de combler à l’avenir. En effet, notre région s’illustre encore par la rareté voire la quasi-absence de plans de bâtiments. Il en est de même pour les sites sépulcraux (mis à part le cas discutable d’Acon rattaché en partie à cette période). La rareté des restes osseux et de l’outillage dans cette matière, due à l’acidité des sols normands, est également à souligner. Elle nous prive en conséquence de toute information sur les activités cynégétiques, l’élevage et la consommation carnée (censée être essentiellement celle du bœuf). Enfin, les études paléoenvironnementales font encore largement défaut. B

Bibliographie

Bibliographie

Bibliographie générale

Arnal G.-B. et N. (1986) – La céramique préhistorique expérimentale. Archéologie expérimentale, Cahier 2, Archéodrome, aire de Beaune-Tailly (A 6), p. 5-36.

Augereau A. (2004) – L’industrie du silex du Ve au IVe millénaire dans le Sud-Est du Bassin parisien : Rubané, Villeneuve-Saint-Germain, Cerny et groupe de Noyen. Documents d’archéologie française, 97. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 220 p., 115 fig.

Bailloud G. (1964) – Le Néolithique dans le Bassin parisien. Gallia préhistoire. Supplément. Paris, Ed. du CNRS, 392 p., 52 fig. (Ie éd.)

Bailloud G., Coiffart P. (1967) – Le locus 5 des Roches à Videlles (Essonne). Bulletin de la Société préhistorique française, Etudes et travaux, t. 64, fasc. 2, p. 371-410

— (1997) – La Culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique. Actes du colloque international de Nemours,

1994. Mémoires du musée de préhistoire d’île-de-France, 6, Ed. APRAIF, p. 19-22 Billard C., Desard B., Lajoie G. (1993) – Éléments sur le peuplement de la Basse-Seine à partir des matériaux de dragages. Revue archéologique de l'Ouest, 10, p. 55-87, 25 fig.

Billard C., Aubry B., Blancquaert G., Bourhis J.-R., Habasque G., Marinval P., Pinel C., Ripars A., avec la collaboration de Lebret P., Lefebvre D., Marguerie D., Paulet-Locard M.-A. (1994) – Poses, Le Vivier – Le Clos-Saint-Quentin (Eure), l’occupation de la plaine inondable au Néolithique et au début de l’âge du Bronze. Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 53-113.

Blancquaert G., Penna, B. avec la collaboration de Martial E., Ghesquière E., Fournier P. (1995) – Premier apport des grands travaux à l’étude du Néolithique du Pays de Caux. Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique (Évreux, 1993). Revue archéologique de l’Ouest, supplément 7, p. 89-97, 6 fig.

Carré H., Duhamel P., Fajon P. (1984) – Monuments et sépultures de Passy (Yonne), un ensemble funéraire du Néolithique moyen d’affinités danubiennes. Colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, 1984. Résumé des communications, p. 23-25.

Constantin C., Mordant D., Simonin D. (1997) – La Culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique. Actes du colloque international de Nemours, 1994. Mémoires du musée de préhistoire d’Ile-de-France, 6, Éd. APRAIF.

Duchaufour P. (1977) – Pédologie 1 Pédogenèse et classification. Paris, Masson, 477 p.

Edeine B. (1965) – Le Néolithique dans l’ouest du Bassin parisien : Rubané récent, Cerny, Chasséen. Rapports interculturels et chronologie. Revista da Faculdade de Letras de Lisboa, 111e série, 9, tiré à part, 16 p., 2 fig.

— (1966) – Ce que les fouilles du site de la Brèche-au-Diable (Calvados) et de son contexte peuvent déjà apporter et devraient apporter à la solution des problèmes posés par G. Bailloud dans son ouvrage Le Néolithique dans le Bassin parisien. Bulletin de la Société préhistorique française, t. 62, fasc. 2, p. 328-349, 6 fig.

— (1972) – Nouvelles datations par le C14 concernant les sites de la Brèche-au-Diable (Mont-Joly) et des Longrais (Calvados) (Rubané récent, Cerny, Chasséen). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 69, fasc. 7, p. 197-199.

Giligny F. dir., Augereau A., Billiou D., Binet C., Bocherens H., Delattre N., Guillon M., Lebret P., Limondin N., Leon G., Monchablon C., Morzadec H., Perrault C., Philibert S., Reckinger F., Sidéra I., Théron V., Tresset A. avec la collaboration de Boujot C., Colas C., Brunet V., Pellier V., Renault V., Richard J.-M. (2005) – Un site néolithique en zone humide – Louviers « La Villette » (Eure). Document archéologique de l’Ouest, 343 p., 238 fig. Manolakakis L. (1985) — Le Néolithique récent du sud-ouest du Bassin parisien et des Pays de la Loire. Mémoire de maîtrise, université de Paris I, 3 vol.

Marcigny C., Ghesquière E., Clément-Sauleau S., Giazzon D., Gallouin E., Hugot C. (2002) – Les occupations du Néolithique moyen II de Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), présentation liminaire, Internéo 4, journée d’information du 16 novembre 2002, Paris, p. 37-50, 5 fig.

Mordant C. ET D. (1970) – Le site néolithique des Gours-aux-Lions à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 67, Études et travaux, fasc. 1, p. 345-370.

Piette J. (1976) – Le camp du Néolithique moyen (Cerny) de Barbuise-Courtavant (Aube). Pré et Protohistoire de l’Aube, p. 121-133. (cité par Constantin, 1992)

Prodéo F., Constantin C., Martinez R., Toupet C. (1997) – La culture de Cerny dans la région Aisne-Oise. La Culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique. Actes du colloque international de Nemours, 1994. Mémoires du musée de préhistoire d’île-de-France, 6, Éd. APRAIF, p. 169-174.

Prost D., Aubry B. avec la collaboration de M. Biard (2002) – Présentation de trois sites Cerny découverts récemment dans le département de l’Eure. Internéo 4, Journée d’information du 16 novembre 2002, p. 23-32, 5 fig.

Pruvost C. (1981) – Muids et ses environs – Baronnie d’Heuqueville. Édité par l’auteur, 249 p.

Riquier C., Giligny F., Lepert T. (2005) — La Seine à l'Ouest parisien : peuplement de la vallée et des plateaux du Néolithique à l'âge du Fer. Rapport 2005, DRAC Haute-Normandie, SRA, UMR 7041 Arscan, Nanterre.

Simonin D. (1993) – L’éperon barré du Châtelet à Boulancourt (Seine-et-Marne) : premiers résultats. Actes des journées d'archéologie d’île-de-France : paléo-environnement et actualités. Meaux, 16 et 17 mars 1991. Mémoires du Groupement archéologique de Seine-et-Marne, l,p. 121-137.

Verron G. (2000) – Préhistoire de la Normandie. Éd. Ouest-France Université, 364 p., 176 fig.

Villes A. (2007) – La céramique du Néolithique moyen I de Ligueil « Les Sables de Mareuil » (Indre-et-Loire) et la culture de Chambon. Camps, enceintes et structures d’habitat néolithiques en France septentrionale, Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique (Orléans, 1999). 27e supplément. Revue archéologique du Centre de la France, Éd. FERACF, p. 145-178, 17 fig. Watté J.-P. (1990) – Le Néolithique en Seine-Maritime. Thèse de doctorat en anthropologie-ethnologie-préhistoire. Supplément au Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et Amis du Muséum du Havre, t. 77 (2), 3 vol., 797 p., 443 fig.

— (1995) – Le Néolithique en Seine-Maritime d’après les découvertes de la basse Seine et de l’ouest du Pays de Caux. Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique (Evreux, 1993), Revue archéologique de l’Ouest, supplément 7, p. 103-120, 9 fig.

Rapports d’opération en Haute-Normandie ayant mis au jour des vestiges Cerny et apparentés

Adrian Y.-M. dir. avec la collaboration de Bemilli C., Féret L., Le Maho S. (2008) – Arnières-sur-Iton « Rue du Chantier des Flotteurs » (Eure, Haute-Normandie), à la périphérie de l’agglomération antique. Rapport final d'opération. INRAP, 182 p., 128 fig.

Billard C., Lebret P. (1993) – Acon, rapport de fouilles programmées. SRA de Haute-Normandie.

Billard C., Hollier-Larousse A., Kermorvant A. (1995) – Acon, rapport de fouilles programmées. SRA de Haute-Normandie. Billard C., Lebret P. (1996) — Acon, rapport de fouilles programmées. SRA de Haute-Normandie.

Blanchet S. avec la collaboration de Gaubert L. (2000) – Muids « Le Gorgeon des Rues » (Eure), Rapport de sondage. AFAN et SRA de Haute-Normandie, 11 p., 7 fig.

Breton D., Deshayes G. (2004) – Muids (Eure) « Le Gorgeon-des-Rues/Les Près-Malrains », parcelle J76, rapport de diagnostic archéologique. INRAP, SRA de Haute-Normandie, 7 p., 10 fig.

Fromont N., Noël J.-Y., Dietsch-sellami M.-F., Juhel L. avec la collaboration de Beugnier L., Chantreuil L, Feuillet G., Leclercq, Coutart S. (2006) – Gravigny « Les Coudrettes » (Eure, Haute-Normandie, INSEE 27 299). Rapport final d’opération de fouille de sauvetage. INRAP et SRA de Haute-Normandie.

Georges E., Aubry B., Ensenat D. (1996) – Muids « Le Gorgeon des Rues ». DES de fouille d’évaluation archéologique sur extension de carrière, Série Préhistoire. AFAN, SRA de Haute-Normandie, 72 p., 36 fig.

Giligny F. dir. avec la collaboration D’augereau A., Binet C., Brunet V., Delattre V., Guillon M., Lebret P., Limondin N., Léon G., Monchablon C., Morzadec H., Perrault C., Philibert S., Reckinger F., Sidera L, Théron V., Tresset A. (1996) — Louviers « La Villette (27375 5) (Eure) : Un site néolithique moyen en zone humide, DFS de sauvetage urgent. AFAN, SRA de Haute-Normandie, 2 vol.

Marcigny C. dir. avec les contributions de Blanchet S., Boujot C., Carpentier V., Clement-sauleau S., Corde D., Deloze V., Dietch-Sellami M.-F., Guesquières E., Giazzon D., Gallouin E., Hugot C., Riche C., Leclerc E., Le Paumier H., Prost D., Sellami F. (2002) – Saint-Vigor-d’Ymonville (76) « Les Sapinettes » et « La Mare des Mare » (Carrière Lafarge). DFS, INRAP, SRA de Haute-Normandie, 4 vol.

Paez-Rezende L. dir. avec la collaboration de Lepert T., Boivin A., Ménager L., Renault V., Verdelet F. (1997) – Incarville « Les Prés », échangeur RN154-A 13. DFS de diagnostic, AFAN et SRA de Haute-Normandie, 2 vol.

Penna B., Fournier P. (1993) – Gonfreville l’Orcher et Harfleur : diagnostic archéologique sur la ZAC du Camp Dolent et de Cantipou. DFS 710. AFAN et SRA de Haute-Normandie, [voir également : Bilan scientifique 1993, SRA Haute-Normandie, p. 117]

— (1995) — Muids « Le Gorgeon des Rues ». DFS d’évaluation archéologique. AFAN, SRA de Haute-Normandie, 22 p., 10 pl. Prost D. dir. avec la collaboration de Martinez R., Boulay G., Léon G. (1998) – Évaluation archéologique sur la commune de Bouafles au lieu-dit « La Plante-à-Tabac » (Eure). DFS de diagnostic. AFAN, SRA de Haute-Normandie, 6 p., 14 fig.

Prost D., Billard M. (2001) — DFS de fouille d’évaluation sur la commune de Muids « Le Gorgeon des Rues » (Eure). SRA de Haute-Normandie, AFAN, 26 p., 33 fig.

— (2003) – Muids « Le Gorgeon-des-Rues » (Eure), parcelle f 66 : rapport de diagnostic. INRAP, SRA de Haute-Normandie, 8 p., 10 fig.

Prost D., Boulay G., Théron V. (2004a) – Rapport de diagnostic archéologique à Bouafles (Eure), Carrière RD no 313, Phase 1. INRAP, SRA de Haute-Normandie, Morillon-Corvol, 8 p., 11 fig.

Prost D., Boulay G., Théron V. (2004b) – Rapport de diagnostic archéologique à Bouafles (Eure), « Les Vallots ». INRAP, SRA de Haute-Normandie, Morillon-Corvol, 8 p. 11 fig., 5 planches photo.

Prost D., Boulay G., Théron V. avec la collaboration de Gehenne J. (2005a) – Rapport final de fouilles archéologiques sur la commune de Muids (27 422) « Le Gorgeon-de-Rues », sur la parcelle J72 carrière CSS-Lafarge. INRAP, SRA de Haute-Normandie, CSS-Lafarge, 47 p., 52 fig.

Prost D. dir. avec la collaboration de Boulay G., Forré P., Fromont P., Théron V. (2005b) – Rapport final de fouilles archéologiques préventives sur la commune de Bouafles (27097) « La Plante à Tabac », parcelles 75 à 83, section D. INRAP Grand-Ouest, SRA de Haute-Normandie, carrière Morillon-Corvol, 55 p., 71 fig.

— dir., Honoré D., Moulhérat C., Prost D., Pluton S. (2008a) – Occupations néolithique et protohistoriques à Bouafles « La Plante-à-Tabac ». Rapport final de fouilles archéologiques préventives sur la commune de Bouafles (27 097) « La Plante à Tabac », Carrière RD no 313phase 1. INRAP Grand-Ouest, SRA de Haute-Normandie, carrière Morillon-Corvol, 58 p., fig.

— dir., Biard M., Deloze V., Dietsch-Sellami M.-F., Verdin P. (2008b)-Aubevoye « Château de Tourenbut » (Eure-Haute-Normandie), secteurs « Mésolithique » et « Néolithique ». Rapport final d’opération, INRAP, SRA de Haute-Normandie, 2 vol. Théron V., Biard M. avec la collaboration de Prost D. (2002) – Rapport de diagnostic archéologique sur les parcelles J67, 71 et 72 « Le Gorgeon des Rues », commune de Muids (Eure). SRA de Haute-Normandie, INRAP, 6 p., 13 fig.

Notes

1 La Basse-Normandie fut d’ailleurs l’une des premières à avoir livré de façon très précoce des vestiges Cerny grâce à la clairvoyance de B. Edeine dès 1965 sur le site de la Brèche-au-Diable au Mont-Joly dans le Calvados (informations communiquées par J.-P. Watté).

2 Culture du Néolithique moyen I située dans la région Centre.

3 Participent à ce projet Delphine Barbier (palynologue, INRAP), Miguel Biard (Technologue lithicien, INRAP), Nicolas Fromont (spécialiste de l’étude des anneaux en roches métamorphiques, INRAP), Caroline Hamon (technologue-tracéologue sur le macro-outillage de mouture et de broyage, ArtScan, La MAE), Renaud Gosselin (tracéologue lithicien, INRAP), Dominique Prost (responsable du projet, céramologue, INRAP), Caroline Riche (pétrographe, lithicienne, INRAP), Véronique Théron (illustratrice DAO, INRAP) et Pascal Verdin (phytolithologue, INRAP-CNRS, Sophia-Antipolis).

4 Le fameux site de Sandun à Guérande.

5 Trois autres opérations ont encore livré des indices de sites depuis 2008 dans l’Eure : à Saint-Pierre-d’Autils et à Alizay dans des carrières de granulat (diagnostic de B. Aubry) et, très récemment, à Louviers « 10 impasse Décretôt » (diagnostic de L. Jégo).

6 À propos de la distance Seine – Saint-Vigor-d’Ymonville : le lit mineur du fleuve ne correspond pas à ce qu’il était au Néolithique. Jusqu’au début du XIXe siècle, la Seine baignait le pied des falaises comme le montrent de nombreuses gravures du château de Tancarville (information communiquée aimablement par J.-P. Watté).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte archéologique des sites Cerny et indices de sites en Haute-Normandie (d’après N. Bolo, Service régional de l’archéologie – système Patriarche)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 1 – Inventaire des sites Cerny et indices de sites en Haute-Normandie, d’après D. Prost et N. Bolo.
Légende no inv : numéro d’inventaire des sites donné par ordre chronologique des opérations qui les ont mis au jour. Ce numéro peut regrouper sur un même site plusieurs ensembles distincts voire des faciès ou des étapes chronologiques différents (Ex. de Muids « Le Gorgeon-des-Rues). Le numéro des sites est celui indiqué sur la carte de répartition réalisée par le SRA de la DRAC de Haute-Normandie selon le système Patriarche/no site : numéro de site attribué par le Service Régional d’Archéologie. Les 5 premiers chiffres sont ceux du code INSEE, les quatre derniers ceux du no de site par commune. /Attribution : VSG = groupe du Villeneuve-Saint-Germain (Néolithique ancien).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 2. Plan des sites de Bouafles « La Plante-à-Tabac », de Muids « Le Gorgeon-des-Rues », de Saint-Vigor-d’Ymonville « Les Sapinettes », « La Mare-des-Mares et leurs ensembles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 3. Pinterville « Le Clos des Cerisiers » : fosse de stockage
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4. Les principales formes de récipients Cerny, faciès « éponyme »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5. Bouafles « La Plante-à-Tabac ». Exemples de bouteilles (1 et 2) et de vase à ouverture déformée (3) dont certains décorés à la spatule (2 et 3).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. Aubevoye « Château-de-Tournebut ». Exemple de décors au poinçon bifide
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 7. Bouafles : 1, 2. 11-14, 17-19 ; Muids : 3-6, 15-16, 20 ; Aubevoye : 7-10. Décors de pastilles au repoussé.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 8. Muids « Le Gorgeon des Rues » (ensemble 2). Décors au peigne de la céramique du faciès « Barbuise »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 9. Bouafles « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1). Grattoirs types « Bernières »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 10. Bouafles « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1). Burins dont burins torses (1, 2, 4-5)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 11 – Bouafles. « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1). Outils divers. 1 : micro-éclat utilisé brut ; 2, 4, 5, 8 : grattoirs ; 3 : mèche de foret (?) ; 6, 7 : armatures tranchantes ; 9-10 : tranchets.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 12. Bouafles « La Plante-à-Tabac » (ensemble 1) : Pièces à ergot
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6851/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540