Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

À l’origine de la préhistoire en Haute-Normandie : l’abbé Cochet, Georges Pouchet et Boucher de Perthes

Searching for prehistory in Haute-Normandie with abbé Cochet, Georges Pouchet and Boucher de Perthes

Monique Remy-Watté

Résumé

1859 est souvent considérée comme l’année de naissance de la préhistoire en tant que discipline : la validité des découvertes de Boucher de Perthes est alors reconnue, d’abord par des géologues et des archéologues britanniques, puis par les autorités scientifiques parisiennes qui refusaient jusque-là d’admettre la haute antiquité de l’homme. Deux Haut-Normands, l’abbé Cochet et Georges Pouchet, ont joué un rôle direct dans ces événements. Ces interventions et les actions ultérieures de l’abbé Cochet ont contribué à un développement précoce de l’archéologie préhistorique en Haute-Normandie.

Prehistory is often considered to date back to 1859 as a true discipline, when the validity of Boucher de Perthes’s discoveries was finally recognised, initially by British geologists and archaeologists, andfinally by scientific authorities in Paris, who had refused until then to acknowledge the highest antiquity of man. Two scholars from Upper Normandy, abbé Cochet and Georges Pouchet, played a direct role in such major events. Their initiatives and abbé Cochet’s continued efforts were greatly instrumental in forging the way for the early development of prehistoric archaeology in Upper Normandy.

Texte intégral

Introduction

11859 est souvent considérée comme l’année de naissance de la préhistoire en tant que discipline. En effet, même si la première moitié du XIXe siècle a vu une multiplication des découvertes, des questionnements concernant le passé le plus lointain de l’histoire humaine, la « science officielle », en particulier à l’Académie des sciences, refusait largement de reconnaître cette ancienneté. Or, même si des réticences vont persister plus ou moins longuement chez certains, cette année voit enfin la reconnaissance, d’abord par des archéologues et géologues britanniques, puis par les institutions scientifiques parisiennes, de la validité des découvertes de Boucher de Perthes dans la région d’Abbeville : il a bien trouvé des outils fabriqués par l’homme au même niveau que des animaux « antédiluviens » comme le mammouth !

2En Haute-Normandie, deux hommes, l’abbé Cochet et Georges Pouchet, jouent alors un rôle dans ces événements ; il s’agit ici d’en préciser les conditions, les modalités et les conséquences, en particulier pour le développement ultérieur de l’archéologie préhistorique dans la région.

Le problème tel qu’il était posé scientifiquement au milieu du XIXe siècle et les débats existants

3On est là à la croisée de l’histoire et de l’archéologie mais aussi de la géologie, de la paléontologie et de l’anthropologie

Le rôle dévolu à l’archéologie

4La première moitié du siècle voit le développement de l’archéologie nationale, souvent dans le cadre de sociétés savantes, héritières des anciennes académies ou nouvellement créées : on pense en particulier au rôle d’Arcisse de Caumont en ce domaine, à la fois pour la Normandie et au niveau national. Il est, entre autres, à l’origine de la fondation de la Société des antiquaires de Normandie (1824), des Congrès scientifiques de France (1833), de la Société française d’archéologie (1834) et du Congrès des délégués des sociétés savantes des départements (1851). En Seine-Inférieure, la première instance officielle provinciale est créée dès 1818, par le préfet de Kergariou : la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure.

5On donne à l’époque assez largement la priorité aux textes, l’archéologie venant en second lieu, et les périodes antique et médiévale restent encore sujets prioritaires dans les années 1850. Dans ce contexte, les ancêtres les plus lointains, antérieurs aux Romains, apparaissent être les Celtes, amalgamés souvent par ailleurs aux Gaulois de l’époque de la conquête. Quand des vestiges préhistoriques sont évoqués, qu’il s’agisse de monuments mégalithiques ou de silex taillés, c’est donc en général, soit de manière simplement descriptive, sans analyse historique, soit pour les attribuer aux Celtes. Ainsi, lors de la séance de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure du 22 décembre 1821, Auguste Le Prévost donne une liste des endroits du département où existent des « antiquités druidiques, romaines, du Moyen Âge ou de la Renaissance » (Le Prévost, 1821 : 31-35).

Fig. 1. Coupe du « banc diluvien de l’hôpital », Abbeville (Boucher de Perthes, 1847).

Le problème de la chronologie, de la durée

6La chronologie classique, biblique, donnant 6 000 ans d’existence à l’homme, reste encore largement dominante, même s’il y a déjà eu des remises en cause, y compris anciennes comme la théorie des préadamites d’Isaac Lapeyrère dès le XVIIe siècle.

7Cette chronologie courte est par contre remise en cause depuis le début du siècle dans le domaine de la géologie, une science qui est alors, avec la paléontologie, en train de se construire et qui devient populaire dans un public assez large, intéressé en particulier par les fossiles de grands animaux, découverts depuis la fin du XVIIIe siècle, et dont les descriptions sont alors publiées. Il y aurait donc là une possibilité d’évolution des perspectives. Mais parmi les paléontologues reconnus, celui qui fait le plus autorité au début du XIXe siècle est sans conteste Cuvier, réputé pouvoir reconstituer un animal disparu à partir d’un seul ossement. Or la vision de Cuvier, exposée dès 1812 dans son Discours préliminaire sur les ossements fossiles, un ouvrage réédité ensuite de nombreuses fois, non seulement de son vivant mais encore après sa mort survenue en 1832, sous le titre Discours sur les révolutions de la surface du globe, relève du catastrophisme et du fixisme : il ne croit pas à l’évolution (Cuvier, 1851). Selon lui, les espèces animales anciennes ont disparu au cours de catastrophes successives provoquées par des invasions marines : pas d’évolution ni de passages d’espèces entre deux phases. Il distingue quatre grandes étapes dans cette histoire. Les grands quadrupèdes, comme les mammouths et les rhinocéros laineux, appartiennent à l’avant-dernière, l’homme est présent dans la dernière. Tout en ne tranchant pas toujours nettement – certains passages sont ambigus – il ne croit visiblement pas à un homme très ancien.

8Ses successeurs, s’appuyant sur son autorité intellectuelle, radicalisent sa pensée et affirment que si on n’a pas trouvé d’hommes, c’est qu’il n’y en avait pas dans ces époques très anciennes. On retombe ainsi sur une chronologie courte, au nom de la science cette fois. Et, même si le fixisme est remis en cause par certains comme Lamarck ou E. Geoffroy-Saint-Hilaire, il reste dominant.

Bilan

9En conséquence si, en particulier dans les années 1820 et 1830, des découvertes d’outils, de restes humains, parfois même associés à de la faune disparue, ont été effectuées dans des grottes du Midi de la France ou en Belgique, elles ne convainquent pas. L’argument qui leur est le plus souvent opposé est l’existence de remaniements, sinon on suggère que l’archéologue a mal surveillé les ouvriers. C’est ce qui est reproché entre autres à Jacques Boucher de Perthes qui, depuis 1844-1845, évoque clairement l’ancienneté de l’industrie mise au jour dans le diluvium, dans la Somme, à Abbeville, au Banc de l’Hôpital et, après la découverte en février 1845 d’une molaire de mammouth, sa contemporanéité avec la faune ancienne. Son ouvrage, Antiquités celtiques et antédiluviennes, mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, dont il voudrait faire reconnaître la validité par l’Académie des sciences, n’obtient pas le rapport positif attendu bien qu’il en envoie pour cela, à partir de 1846, des parties brochées à la commission désignée pour l’examiner en cours de rédaction. Le livre est donc publié en 1849 sans cet appui (fig. 1). Malgré quelques soutiens, comme celui du docteur Rigollot de la Société des antiquaires de Picardie en 1854 ou de Littré et d’Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire en 1858, à Paris les critiques sont dominantes dans les milieux scientifiques durant la dizaine d’années suivantes, en particulier derrière L. Élie de Beaumont, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.

L’abbé Cochet et Georges Pouchet avant les événements de 1859

10Ce sont deux hommes du même département, la Seine-Inférieure, de générations, de formations et de situations différentes, mais qui, par ailleurs, se connaissent, qui vont être confrontés aux événements de la Somme en 1859 et être amenés à y jouer personnellement un rôle.

L’abbé Jean-Benoît-Désiré Cochet (1812-1875)

11C’est un homme mûr, de 47 ans, au moment des faits (fig. 2).

Ses débuts (avant les années 1850)

12Intéressé par l’archéologie dès l’âge de 18 ans à l’occasion de la découverte, en 1830, d’une villa lors de la construction du presbytère d’Étretat, il rédige son premier mémoire archéologique en 1834 et entreprend ses premières fouilles en 1835, à Étretat et au château Gaillard (Bordeaux-Saint-Clair), alors qu’il est encore au séminaire. En 1847, il effectue celles du cimetière mérovingien de Londinières, le premier d’une série qui fera de lui un des pionniers de l’archéologie de cette période. Parallèlement, il travaille sur les églises du département et publie, par arrondissement, à partir de 1844, le résultat de ses recherches.

Fig. 2. L’abbé Cochet en 1869. Photographie E. Letellier (Brianchon, 1877).

13Il a très tôt des relations avec le monde érudit dans le département et au-delà, appartient à des institutions reconnues et occupe des fonctions officielles dans le domaine de l’archéologie et des monuments historiques. Nommé membre correspondant de la Commission départementale des antiquités en 1834, reçu à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen en 1842, correspondant du Comité des travaux historiques et des sociétés savantes en 1843, il devient en 1849, « correspondant du ministère de l’intérieur pour les monuments historiques » pour la Seine-Inférieure, l’équivalent d’un inspecteur départemental, aux côtés de P. Mérimée, qui a proposé lui-même sa désignation à ce poste. Il est par ailleurs membre de la British Archaeological Association et de la Société des antiquaires de Londres.

Un archéologue actif et connu dans les années 1850

14Dans les années 1850, l’abbé Cochet intensifie ses activités de terrain : en raison de problèmes de santé, « il doit renoncer en 1846 à tout ministère vraiment actif et se retire à Dieppe comme prêtre habitué de Saint-Jacques », et se consacre ensuite largement aux recherches archéologiques (Flavigny, 1975a : 26). Il publie activement et entretient des relations épistolaires ou directes, avec de nombreux savants normands, français résidant dans d’autres régions, en particulier parisiens, et étrangers.

15Pour comprendre son rôle dans la reconnaissance de la préhistoire dans la période 1859-1861, il convient de dresser un bref tableau de ses conceptions et méthodes avant de s’intéresser, parmi ses contacts, à ceux que cet archéologue des périodes historiques – Antiquité et haut Moyen Âge surtout — a noués avec le monde des recherches « diluviennes ou antédiluviennes » et plus particulièrement avec J. Boucher de Perthes.

16Durant ces années, l’abbé Cochet publie deux ouvrages essentiels où il présente le résultat de ses fouilles de nécropoles, La Normandie souterraine en 1854 et Sépultures gauloises, romaines, franques et normandes en 1857. 11 y explique, à propos des cimetières francs, sa méthode de fouille qui a d’ailleurs évolué pendant cette période, évolution en relation à la fois avec son état de santé et avec un choix méthodologique (1857 : 157-158) :

Je me suis fait surtout un excellent chef d’atelier, laborieux, honnête et intelligent. Avec quelques hommes de son choix et auxquels il commande, il se place dans le champ indiqué et à l’endroit que je lui désigne. [...] Lorsqu’il arrive à la profondeur des squelettes et des objets qui les accompagnent, il en est averti par la nature du terrain qui lui est familière et par quelques pièces insignifiantes qui lui sont connues. Alors il s’arrête et il continue à déblayer de cette manière une ou deux rangées de fosses.
Le jour où j’arrive sur le terrain, il me montre le nombre de fosses à visiter : il ne me reste plus qu’à dégager les objets qui s’y trouvent, ce que je fais moi-même aidé de mon contremaître, et nous marchons avec tout le soin et toute la précaution possibles, prenant de chaque chose note exacte et précise.[...]
Dans une journée, je puis ainsi dégager de 12 à 15 fosses, si bien que quand le soir arrive, toutes les sépultures aperçues ont ainsi été visitées, toutes les études faites et tous les objets recueillis.

17On voit là, à la fois un souci d’efficacité et de rigueur, peu fréquent à l’époque, et les limites que présente, dès le départ, cette manière de procéder, avec la faible durée de sa présence sur le chantier, pendant laquelle l’étude est obligatoirement très rapidement menée. Il existe d’autre part des décalages entre la présentation théorique et la réalité ; c’est ainsi que Cochet affirme ailleurs tenir une sorte de cahier de fouilles qu’il nomme « papier-journal » (1857 : 158-159) mais, selon les « procès-verbaux » qu’il publie, il ne relève ou ne fait relever par ses contremaîtres que les structures, qui plus est de manière assez approximative, sans donner de véritable plan d’ensemble. Les objets évoqués ne sont pas toujours clairement rattachés à une tombe précise : c’est souvent leur situation par rapport à un squelette qui est indiquée. Il recherche en fait une caractérisation générale des sépultures et de leur mobilier, une typologie, tout en s’interrogeant sur la signification rituelle et culturelle de ce qu’il note. Par ailleurs, il ne respecte visiblement pas toujours cet impératif et on n’a retrouvé aucun cahier de fouille de sa main (Sennequier, 1975 : 6) Il n’en demeure pas moins qu’il a donné dès cette époque des aspects modernes et scientifiques à ses travaux, en particulier par le recours à des identifications et à des analyses réalisées par des spécialistes de domaines très divers : analyses chimiques, très fréquentes, conduites par Girardin ou Marchand, examen des ossements en particulier des crânes, effectués, entre autres, par Etienne Serres, titulaire de la chaire d’anatomie humaine et d’histoire naturelle au Muséum (Cochet, 1854 : 117, 188-189, 320), Félix-Archimède Pouchet, directeur du Muséum d’histoire naturelle de Rouen (ibid. : 262-263) ou le britannique Joseph Barnard Davis (ibid. : 396-397 ; Cochet, 1857 : 141-142)... Il demande par ailleurs à F. A. Pouchet des études diverses relevant des sciences naturelles non seulement anthropologiques mais aussi zoologiques (Cochet, 1854 : 267 ; Cochet, 1857 : 9).

18Il lui arrive d’associer des spécialistes différents pour croiser les analyses, par exemple Pouchet et Girardin pour l’analyse d’un dépôt (Cochet, 1854 : 267-268) ou Serres et Girardin pour des ossements (ibid. : 320-321).

19Il entretient des relations avec de très nombreux chercheurs et érudits, en particulier normands, c’est ainsi qu’il en développe d’excellentes avec Arcisse de Caumont, à qui il a été présenté dès 1834. Il appartient aux sociétés liées à l’archéologie fondées par ce dernier : en particulier, la Société des antiquaires de Normandie et la Société française d’archéologie pour la conservation des monuments historiques dont il devient membre enl853.

20Mais ses relations savantes sont aussi extérieures à la France, comme avec le Suisse Frédéric Troyon, l’Allemand Lindenschmit et surtout des Britanniques, en particulier Wylie qui lui a rendu visite à Dieppe à plusieurs reprises (Cochet, 1857 : 215-216 ; Flavigny, 1975b) et, plus encore, Charles Roach Smith, avec qui il entretient une correspondance depuis au moins 1849 (Kidd, 1978 : 66).

21Il reste un point important à souligner chez cet archéologue qui tient à publier rapidement le résultat de ses recherches : sa volonté de rigueur et de prudence intellectuelle et son aptitude à reconnaître ses erreurs. Certes, il est souvent péremptoire, en particulier dans certaines affirmations concernant l’efficacité de son expérience, la validité de ses constatations et de sa méthode sur le terrain : « La longue habitude que j’ai acquise des terrains et des objets qu’ils renferment, m’a toujours fait juger au premier coup d’œil et d’une façon presque infaillible si un champ présentait des chances de succès » (Cochet, 1854 : 2). Mais, il insiste aussi sur la nécessité du doute dans les interprétations : « le doute devient l’oreiller d’une tête bien faite » (ibid. : 164). Il signale à diverses reprises, avec des explications, des erreurs qu’il a commises, en général dans l’étude des objets. On pense en particulier à son interprétation d’un umbo de bouclier en cimier de casque (ibid. : 301 – 302) ou à un exemple encore plus net, à propos des fouilles de Douvrend qu’il n’a pas conduites lui-même. En effet, à propos de ce dernier site, il disserte sur un objet qu’il interprète comme une « coiffure » ou « couronne » (ibid. : 310-316). Pendant la période d’impression de l’ouvrage il est convaincu de son erreur par Roach Smith et Lindenschmit qui y voient un élément de seau ; il expose donc leurs raisonnements, à la fin du livre, dans une partie « Corrections et additions » et af firme se « retrancher derrière un doute prudent et absolu sur la destination » de l’objet, insistant toutefois sur le fait qu’il n’a pas vu les éléments en place et donc, implicitement, que ses qualités d’archéologue de terrain ne sont pas à remettre en cause (ibid. : 397-398).

22Il affirme par ailleurs sa confiance dans les progrès des connaissances et de la science au cours du temps : ce que l’on connaît mal s’expliquera forcément plus tard (ibid. : 166).

L’abbé Cochet, la préhistoire et Boucher de Perthes dans les années 1850

23Cochet connaît des outils préhistoriques, essentiellement des haches néolithiques, depuis au moins 1844, lorsque l’abbé Lecomte lui a offert une de celles qui avaient été découvertes, en 1837-1838, dans les labours à Saint-Martin-en-Campagne et qu’il avait récupérées alors (Cochet, 1857 : 54). Mais, c’est surtout par l’intermédiaire de P.-H. Cahingt qu’il a véritablement eu connaissance de ces outils. En effet, s’il travaille pour l’abbé, depuis au moins 1851, celui-ci prospecte par ailleurs depuis 1849 le site des Marettes, à Londinières, où il recueille quantité de haches et de silex taillés, devenant ainsi le premier « préhistorien » de Seine-Inférieure (Watté, 1990 : 5-16, fig.). Il donne volontiers des objets à diverses personnes intéressées dont l’abbé Cochet : on trouve traces des demandes de celui-ci dans les lettres qu’il adresse à Cahingt dans la période 1851-1856 – on n’a pas retrouvé de lettres écrites entre mars 1858 et novembre 1859. L’abbé en réclame en particulier pour les offrir ensuite à son tour, ce qui correspond en partie à la pratique d’échantillonnage alors habituelle : lui-même disperse le résultat de ses fouilles entre divers musées — les crânes aux Muséums et les objets au Musée des antiquités de Rouen, plus des dons à d’autres musées et à des personnes. Tout au plus peut-on noter que les « hachettes » semblent pouvoir constituer des « cadeaux » : « je recevrai avec grand plaisir vos hachettes, je trouverai toujours l’occasion de faire des heureux avec elles », écrit-il dans sa lettre du 3 janvier 1856 (Corroy, 1984).

24Par ailleurs, il connaît le « système des trois âges », établi par le Danois Christian Jurgensen Thomsen en 1836. Cela peut remonter à 1852, lorsque le successeur de Thomsen, Worsaae, à l’occasion d’un voyage assez long en « Bretagne, Normandie, Picardie et quelques autres provinces » (Caumont, 1852 : 218), lui a rendu visite sur ses fouilles du Pollet (Cochet, 1854 : 64-65). En tout cas, c’est certain à partir de 1854, puisque l’abbé évoque à cette date Worsaae et « la période qu’il appelle l’âge de pierre », citant en référence l’article publié par Arcisse de Caumont à l’occasion de la visite de 1852 (Cochet, 1854 : 191).

25Mais c’est auprès de J. Boucher de Perthes, qu’il a rencontré en 1851 à Abbeville et dont il a vu alors la collection (Cochet, 1857 : 384), dans le cadre de relations épistolaires dont on a trace à partir de 1853, que l’abbé Cochet recherche et obtient l’essentiel de ses connaissances sur ce que l’on n’appelle pas encore la préhistoire. Une partie de leur correspondance a été conservée à la Bibliothèque municipale d’Abbeville et aux Archives départementales de la Seine-Maritime. Elle a été transcrite par P. Aubé (1979a et b) : elle comporte 52 lettres de Cochet, rédigées entre septembre 1853 et novembre 1866, et 5 de Boucher de Perthes, datées entre mars 1861 et février 1865. Pour la période 1853-1861, seules des missives de Cochet sont donc conservées ; elles permettent toutefois de suivre indirectement les propos de Boucher de Perthes, d’autant qu’elles sont parfois complétées par quelques annotations portées en marge par ce dernier. Par ailleurs, Cochet a publié quelques extraits d’autres lettres de Boucher de Perthes (1857 : 384, lettre du 20 mars 1856). Dans cette correspondance, ils s’entretiennent de leurs recherches réciproques, collaborent, s’envoient pour examen ou s’offrent des objets, en fonction de leurs centres d’intérêt respectifs.

26Ainsi, à partir de 1854, Cochet travaille déjà au problème des vases funéraires chrétiens qu’il va évoquer ensuite dans plusieurs publications ; il évoque donc ses recherches, demande à Boucher de Perthes s’il a des informations sur la question dans la Somme (19 et 28 mars 1854). Ce dernier lui offre un vase métallique en plomb ou étain doré, du XVIe ou du XVIIe siècle, découvert en 1856 dans un ancien cimetière : il en avait deux exemplaires, le second ira au musée d’Abbeville (lettre de Boucher de Perthes, dans Cochet 1857 : 384 ; lettres de Cochet des 1er juin 1856 et 12 janvier 1857). L’abbé lui envoie son ouvrage, Sépultures gauloises, romaines, franques et normandes, dès que celui-ci est terminé (lettre du 12 janvier 1857). Il l’entretient ensuite de son travail d’étude et de republication du tombeau de Childéric (lettres du 23 avril 1858 et de la première partie de l’année 1859).

27De son côté, Cochet connaît les recherches de Boucher de Perthes et s’y intéresse ; il a lu ses ouvrages dont le premier tome des Antiquités celtiques et antédiluviennes – en 1854 au moins – (Cochet, 1854 : 43). Il en reçoit le tome 2 en septembre 1857 (lettre du 27 novembre 1857). Boucher de Perthes lui fournit d’autres éléments bibliographiques : il lui a, par exemple, prêté les articles du docteur Rigollot en 1854 (lettres des 6 mars 1854 et 2 mars 1855 ; Cochet, 1857 : 403-404).

28L’abbé ne s’y connaît pas en géologie, il le répète à plusieurs reprises et demande des précisions, tout en fournissant parfois des informations sur la stratigraphie ou les conditions de découvertes normandes. Il écrit ainsi, le 9 août 1855 : « Le marteau en silex que je vous ai procuré a été trouvé par des chercheurs de caillou, dans un terrain très vierge ; les silex y sont abondants et mêlés à du sable jaune rougeâtre, espèce d’argile. N’est-ce pas ce que vous appelez le diluvium ? » Il lui envoie donc des silex à identifier qui peuvent l’intéresser, y compris ce qu’il croit pouvoir être une « pierre-figure », suivant, au moins en partie, les hypothèses de Boucher de Perthes en ce domaine : « Voici des pierres trouvées ces jours derniers sur la côte de Dieppe dite le Mont de Caux dans un terrain bouleversé rempli de charbons, poteries, ossements d’hommes et d’animaux. L’un présente une tête. Ainsi l’ont pensé les ouvriers eux-mêmes » (25 juin 1854).

29Boucher de Perthes l’entretient de ses recherches et de ses déboires. Dans sa lettre du 23 avril 1855, Cochet écrit : « [votre communication] m’a intéressé ; mais elle sort complètement des limites ordinaires de mes recherches et elle dépasse l’horizon de mes connaissances. [...] Mais ce que je ne comprends pas c’est que l’on puisse par un « silence affecté » vous contester la priorité de ce genre de découverte [...]. Mais il faut bien le reconnaître, il y a des gens qui établissent autour des autres la conspiration du silence. » Cochet le soutient, en rapprochant leurs situations : celles de défenseurs d’une archéologie à la fois nationale et conduite par des provinciaux, face à une archéologie classique et orientale, menée par des Parisiens, qui par ailleurs, étant membres de l’Institut, disposent de l’autorité.

30L’abbé, enfin, joue le rôle de relais entre l’Angleterre et Boucher de Perthes, en matière d’échanges de publications et d’envoi de silex taillés. Trois Britanniques sont concernés par les courriers de cette époque : Davis, Wylie et, le plus fréquemment nommé, Charles Roach Smith.

Georges Pouchet (1833-1894)

31C’est en 1859 un homme jeune, en début de carrière et dont la formation scientifique n’est pas achevée (fig. 3).

Fig. 3. Georges Pouchet en 1854. Photographie F.-A. Pouchet (Pennetier, 1897).

32Né à Rouen, d’une famille protestante, Georges Pouchet est le fils de Félix-Archimède Pouchet (1800-1872), médecin, zoologiste, devenu directeur du Muséum de Rouen à sa fondation en 1828, Muséum qu’il a ouvert au grand public en 1834, ce qui constituait une attitude novatrice à l’époque. Au moment qui nous intéresse, ce dernier, qui jouit d’une réelle renommée dans les milieux scientifiques, entre dans une controverse avec Louis Pasteur portant sur la génération spontanée dont il soutient l’existence (1858-1865). Georges Pouchet, après des études au collège de Rouen, obtient ses baccalauréats, ès-lettres en juillet 1852, puis ès-sciences en novembre de la même année, à la faculté de Caen. Après l’obtention d’une licence en sciences naturelles en 1854, il revient à Rouen où il remplit les fonctions de préparateur du cours municipal d’histoire naturelle professé par son père, fonctions qu’il conserve ensuite lors de la création, peu de temps après, d’une « Ecole préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres ».

33En 1856, il est nommé aide-naturaliste du Cabinet d’histoire naturelle de Rouen, c’est-à-dire du Muséum (arrêté municipal du 8 mars 1856 : Pennetier, 1897 : 29). En septembre, il sollicite un congé pour participer en Égypte à une expédition organisée pour chercher les sources du Nil, en qualité de zoologiste anthropologiste (Pennetier, 1897 : 29). Ce voyage dure de septembre 1856 à avril 1857 ; il en fera paraître le récit dans la Libre Recherche (18,1860) et en 1861 en brochure, sous le titre Dongolah et la Nubie.

34En 1858, G. Pouchet publie De la pluralité des races humaines ; essai anthropologique, dédié au paléontologue britannique Richard Owen qui l’a reçu en Angleterre et conseillé (Pouchet, 1858 et 1864). G. Pouchet y développe une thèse polygéniste, prenant ainsi place dans le débat actif depuis les années 1840, parmi les anthropologues qui donnent la primauté aux caractères physiques pour classer les groupes de populations, les uns défendant la pluralité des origines, tandis que les autres, monogénistes, proposent une origine unique.

35Dans cet ouvrage, G. Pouchet se prononce au nom de la Science qui doit selon lui se séparer du poids de la Religion et qui progresse par des découvertes continues ; il y souligne que la géologie s’« éloigne [de la tradition éloïmique] du premier chapitre de la Genèse chaque jour davantage, à mesure que les découvertes se multiplient », ajoutant : « Les prétendues époques voient chaque jour disparaître les limites artificielles qu’on avait imaginées : maintenant qu’on trouve des reptiles dans les terrains houillers et des mammifères dans le trias » (Pouchet, 1858 : 3). Il s’agit donc également d’une remise en cause du tableau dressé depuis Cuvier. Il s’appuie sur le raisonnement et l’observation (ibid. : 6), s’opposant aux monogénistes qui, selon lui, partent d’une idée préconçue : « cette hypothèse acceptée, on a fait cadrer avec elle, bon gré mal gré, tous les faits observés » (ibid. : 7). Par ailleurs, il poursuit :

En dehors de l’influence religieuse, il en est encore une autre qui peut se faire sentir sur l’anthropologiste. Nous voulons parler de ces sentiments infiniment respectables d’égalité et de confraternité qu’un noble cœur doit ressentir pour tous les hommes, quelle que soit leur origine, quelle que soit la nuance de leur peau, mais dont le chercheur doit se débarrasser, dût-il en coûter beaucoup à l’homme. [...] Des faits, des raisonnements appuyés sur des faits, voilà la seule base de tout travail solide, de toute certitude dans les sciences ; c’est la seule méthode aussi qui puisse nous mener — d’un pas lent peut-être mais assuré — à la solution des problèmes les plus difficiles et les plus obscurs. Nous n’exceptons pas celui de l’origine de l’homme (ibid. : 10-12).

36La volonté d’une étude rigoureuse, reposant sur la mesure de critères anatomiques, concernant en particulier les crânes, conduit alors effectivement une partie des anthropologues à une vision fixe et hiérarchisée des « races » qu’ils pensent identifier par une méthode scientifique valide. Par ailleurs, comme il le souligne lui-même, ses réflexions anthropologiques amènent Pouchet à s’intéresser à la question des origines de l’Homme.

37Georges Pouchet manifeste donc péremptoirement, au nom de la raison et de la science, des positions qui peuvent choquer des groupes d’opinion différents voire opposés : cet ouvrage est effectivement accueilli de manière contradictoire. D’un côté, il est lourdement critiqué voire attaqué par certains, essentiellement pour son attitude face à la religion. C’est ainsi qu’un membre de l’Académie de Rouen, M. de Saint-Philbert, lui reproche son « scepticisme navrant sur des points de dogme et de morale » (Pennetier, 1897 : 30). Pouchet fait alors paraître dans Le Progrès du 20 mai 1859 un article intitulé « Science et religion » où il développe l’idée qu’il n’y a « rien de commun entre la Science et la Foi, rien de commun entre les Religions et la Science ». En 1864, dans la préface de la seconde édition de son ouvrage, il notera : « Dénoncé aux plus hauts représentants de l’autorité universitaire dont je dépendais, je ne dus qu’à l’équité d’un des savants qui honorent le plus l’Institut, d’échapper aux tracas que pouvaient m’attirer, il paraît, une opinion scientifique en désaccord avec les livres attribués au prophète Moïse. » Par contre l’ouvrage est bien accueilli dans certains milieux scientifiques, ce qui le fait connaître à Paris. En mai 1859 est créée la Société d’anthropologie de Paris, à l’initiative en particulier de Paul Broca (1824-1880), polygéniste comme Pouchet ; il existe toutefois des différences théoriques entre les deux hommes. G. Pouchet est accepté comme membre associé de la société, dès la troisième séance, le 7 juillet 1859. Les sociétaires sont alors encore peu nombreux : les fondateurs et quelques personnages connus, en général parisiens. G. Pouchet – « de Rouen », est-il précisé dans le compte rendu ! – a fait hommage à la société de ses écrits dont De la pluralité des espèces... et Science et religion. Il participe activement aux séances suivantes : en particulier, le 4 août, il prend part à la discussion sur le mémoire présenté alors par Broca intitulé Recherches sur l’ethnologie de la France (p. 16-29). Il est présent encore à la séance du 18 août (p. 39).

38Il connaît à cette époque l’abbé Cochet et le respecte (Pouchet, 1860 : 34). Leurs relations sont d’abord sans doute liées aux échanges scientifiques, évoqués précédemment, noués entre ce dernier et Félix-Archimède Pouchet.

Les événements de 1859-1861

Les premières interventions britanniques (novembre 1858 – mai 1859)

39C’est à la suite de la découverte de silex taillés au même niveau que des ossements de rhinocéros laineux et d’hyènes des cavernes, effectuée en 1858 au cours de la fouille de la grotte de Brixham près de Torquay, que des chercheurs britanniques viennent dans la Somme en 1859. En effet, cette grotte étant fermée par un plancher stalagmitique et n’ayant donc pas subi de remaniements, il avait été décidé d’y entreprendre des recherches sous l’égide la Société géologique de Londres, avec subvention de la Royal Society. Les méthodes de fouilles ayant été préalablement définies par une commission composée entre autres de Richard Owen et du géologue de renommée internationale Charles Lyell, deux membres de la Société géologique de Londres, Hugh Falconer et Joseph Prestwich, ont été chargés d’organiser et de contrôler les travaux rigoureusement menés en fouille horizontale. Ce sont cette organisation et la renommée de ses responsables qui sont à l’origine du changement d’attitude de la communauté scientifique face aux résultats obtenus. Falconer, de passage à Abbeville en novembre 1858, visite la collection de Boucher de Perthes en compagnie de celui-ci et, impressionné par ce qu’il a vu, invite Prestwich à venir se rendre compte par lui-même (Cohen et Hublin, 1989 : 181-183 ; Richard, 2008 : 67-70). Joseph Prestwich et John Evans séjournent à Amiens et Abbeville du 25 au 27 avril 1859 ; le 27, à Saint-Acheul, Prestwich extrait de ses propres mains un outil en place dont Pinsard – architecte des hospices d’Amiens, membre de la Société des antiquaires de Picardie – leur a signalé la découverte (Richard, 2008 : 70 ; Cohen et Hublin, 1989 : 184 ; Prestwich, 1859 : 252-255). Par une lettre du 14 mai, Prestwich fait savoir à Boucher de Perthes qu’il est convaincu de la validité de ses travaux : haches taillées et grands mammifères sont effectivement associés dans un terrain vierge, il ajoute : « Vous pouvez, Monsieur, faire l’usage qu’il vous plaira de cette lettre » (Cohen et Hublin, 1989 : 185-186). Il adresse ensuite, le 26 mai, à la Royal Society, un rapport en ce sens (Prestwich, 1859b) et, de son côté, John Evans présente le 2 juin les silex de la Somme et de Brixham à la Société des antiquaires de Londres, évoquant aussi la découverte de Hoxne (Suffolk) qui remonte à la fin du XVIIIe siècle (Evans, 1860 ; lettre de Cochet à Boucher de Perthes, 13 juillet 1859) : insistant sur la régularité des formes, il montre qu’ils ont été taillés par l’homme (Groenen, 1994 : 66 ; Richard, 2008 : 70). Les discussions se poursuivent dans les sociétés savantes britanniques et une nouvelle expédition à Saint-Acheul, cette fois constituée de cinq membres de la Société géologique de Londres, se déroule les 28 et 29 mai. Outre Prestwich et Evans, y participe J. W. Flower à qui revient le privilège de dégager, le premier de ses propres mains, un biface découvert en sa présence (Cohen et Hublin, 1989 : 188). À la suite de cette visite, le 8 juin, Prestwich envoie une nouvelle lettre à Boucher de Perthes où il en expose le récit, concluant : « nous sommes tous d’accord au sujet de la vérité si importante, dont vous le premier avez fait l’annonce... » (1859 : 259).

Les actions normandes en relation avec ces événements et les nouvelles interventions britanniques et parisiennes (juin – novembre 1859)

40Dans une lettre du 11 juin, Boucher de Perthes a relaté à l’abbé Cochet ces événements de manière précise ; celui-ci lui annonce qu’il va essayer de faire reproduire dans La Vigie de Dieppe l’article paru dans L’Abbevillois du 7 juillet (lettre du 13 juillet 1859). Il lui signale par ailleurs « une longue analyse qui [le] concerne » parue dans le Gentleman’s magazine. Il s’agit d’un compte rendu de l’intervention d’Evans du 2 juin dont il lui indique les références précises : de la page 45 à la page 48 – et non 25 comme noté par erreur dans la transcription de P. Aubé, vues les difficultés rencontrées dans le déchiffrement de l’écriture de l’abbé Cochet. Dans ce volume d’une des revues anglaises que Cochet lit régulièrement, sont publiées des informations sur des sujets divers et, en particulier, les comptes rendus des séances de la Société des antiquaires de Londres. Ces derniers n’occupent en général que quelques lignes, or il est exact qu’ici figure sur trois bonnes pages l’essentiel du récit des événements récents, avec mention du rôle de Boucher de Perthes et les conclusions présentées par Evans.

41Les Britanniques poursuivent présentations et débats dans les sociétés savantes, la presse s’en fait le relais et de nouveaux voyages à Saint-Acheul et Abbeville sont organisés. C’est le tour, fin juillet, de Charles Lyell, qui est convaincu et en rapporte, selon sa lettre à George Ticknor, 65 outils (Cohen, 1998 : 87), ou 70, selon ses affirmations postérieures (Lyell, 1863 : 113), sans en avoir toutefois extrait lui-même (ibid. : 118 ; Pouchet, 1860 : 33, ci-dessous).

42Le 23 août, il passe au Muséum de Rouen, il y rencontre les deux Pouchet et convainc Georges d’aller dans la Somme : « Il m’engagea à me rendre à mon tour dans les mêmes localités, et surtout à tâcher de faire ce qu’il n’avait pu trouver l’occasion d’accomplir : extraire de mes mains une hache, nom vulgaire que l’on donnait alors à ces monuments d’une civilisation perdue » (Pouchet, 1860 : 33 ; Lyell, 1863 : 104). Dès le lendemain, Félix-Archimède Pouchet obtient du maire, Charles Verdrel, la décision d’envoyer son fils en Picardie. Celui-ci y séjourne une semaine, du 25 au 31 août, et en rapporte une vingtaine de bifaces (fig. 4).

Fig. 4. Biface rapporté de Saint Acheul en 1859 par Georges Pouchet, colt. Museum de Rouen. Photographie M. Remy-Watté.

43Il avertit Charles Lyell de ses résultats, que ce dernier mentionne donc lors du 29e congrès de la British Society for Advancement of Science, à Aberdeen, le 15 septembre, où il annonce sa « conversion » à l’idée de l’ancienneté de l’homme. Le texte de l’intervention de Lyell est publié dans la presse locale le 16 puis dans le Times du 19, ce qui donne alors un retentissement international à la question.

44Or le 26 septembre, Albert Gaudry, assistant d’Alcide d’Orbigny à la chaire de paléontologie du Muséum, annonce, par une lettre à l’Académie des sciences, qu’il s’est rendu en Picardie, après la venue des savants anglais du printemps et a « désiré définitivement résoudre la question ». C’est ensuite un mémoire de Gaudry, plus détaillé, qui y est lu ; ces deux textes sont publiés, dans les comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie (Gaudry, 1859a et b). À leur lecture, Georges Pouchet réagit immédiatement et, le 7 octobre, il écrit à son tour pour revendiquer l’antériorité de la découverte : « j’ai moi-même [et le premier en France] extrait de mes mains une hache encore engagée aux trois-quarts dans le terrain. » Les textes de Gaudry ont été, lors de leur publication, amputés des passages où il évoquait le rôle antérieur de Boucher de Perthes, ceci sous l’influence de Léonce Élie de Beaumont : « c’est une de ces escarmouches qui va émailler la guerre d’arrière-garde menée au sein de l’Institut contre Boucher de Perthes » (Cohen et Hublin, 1989 : 191). Le 24 octobre, ce dernier envoie donc à son tour une lettre où il rappelle ses découvertes et la reconnaissance récente qu’elles ont reçues de naturalistes français et anglais dont Prestwich et Lyell. C’est pourquoi lorsque, une semaine plus tard, Pouchet présente à la Société d’anthropologie de Paris les résultats de son voyage dans la Somme, il établit cette fois un véritable historique des événements qui s’y sont déroulés, évoquant les recherches antérieures de Boucher de Perthes et le refus de reconnaissance auquel celui-ci s’est heurté ainsi que les expéditions britanniques. Dans son intervention faisant suite à cette présentation, 1. Geoffroy-Saint-Hilaire lui reproche toutefois de ne pas avoir rendu suffisamment hommage aux travaux de Boucher de Perthes.

45Prenant acte de ces critiques, le jeune anthropologue publie l’année suivante un article sur cette « excursion aux carrières de Saint-Acheul » (Pouchet, 1860), où il reconnaît à la fois ses erreurs et sa précipitation et entreprend de décrire et d’analyser ses constatations de manière précise, rigoureuse, insistant sur les précautions prises alors pour éviter de se voir donner des faux et sur les caractéristiques présentées par les « langues de chat », ainsi que sur les conditions de gisement. Il y propose une analyse du mode d’utilisation des bifaces en le mettant en relation avec ses conceptions anthropologiques : tenus à la main « comme une sorte de houe [...]. Le pouce n’aurait alors joué dans leur maniement qu’un rôle secondaire, ce qui est bien en rapport avec le caractère inférieur des premiers habitants connus de notre Europe occidentale, puisque partout leurs crânes exhumés ont offert les signes non équivoques de l’infériorité la plus marquée. » On retrouve là le poids des idées de Georges Pouchet transposées dans le passé.

Le rôle de l’abbé Cochet

46Dès septembre 1859, l’abbé Cochet aurait aimé se rendre dans la Somme, il est alors au courant du voyage de Georges Pouchet : « M. Pouchet de Rouen est allé à Saint-Acheul sur la parole de sir Charles Lyell. J’ai grande envie d’aller aussi vous revoir et visiter les tranchées si étonnantes. Il serait possible que je puisse réaliser ce voyage au mois d’octobre » (lettre du 8 septembre). Malheureusement, il ne peut entreprendre le déplacement immédiatement : « Je projetais un voyage à Abbeville et à Amiens. Â la constatation de vos hachettes diluviennes, M. le Préfet de la Seine-Inférieure m’avait même alloué une petite somme pour cela... mais les froids et les vents qui ont inauguré l’automne du 20 octobre au 20 novembre m’ont empêché de quitter mon feu. Je dois remettre à l’an prochain. » L’abbé Cochet est en effet intervenu auprès du préfet pour lui suggérer de lui confier la mission de rapporter des « hachettes diluviennes » pour le Musée départemental des antiquités.

47C’est finalement en septembre 1860 seulement qu’il peut se rendre en Picardie. Dès son retour, il entreprend la rédaction d’un « rapport au préfet » pour justifier sa mission, dans lequel il se prononce sur le fond de la question scientifique. Il y affirme en particulier que les « hachettes diluviennes » sont bien des productions humaines – n’oublions pas qu’il a une certaine habitude des outils de silex taillés. Il insiste sur le fait qu’elles sont en place : c’est l’archéologue de terrain expérimenté qui s’exprime. Mais il souligne qu’il ne prend position ni sur leur datation ni sur le processus à l’origine de leur dépôt : la géologie n’est pas de son domaine de compétence (Cochet, 1860).

48Le rapport est ensuite rapidement édité par la Société d’émulation d’Abbeville (Cochet, 1860), avec 500 tirages à part diffusés efficacement par Boucher de Perthes et Cochet. Des mentions et comptes rendus en figurent dans diverses publications régionales et nationales, comme La France littéraire (lettre du 9 février 1861) ou le Bulletin du bouquiniste (lettre du 20 mars 1861). Cette diffusion importante va faire connaître, parmi un public cultivé, non pas tant les faits, déjà relatés largement par la presse à partir de l’automne 1859, que l’abbé Cochet lui-même comme étant un de ceux qui peuvent apporter une caution archéologique à ces découvertes et donc les valider.

Fig. 5. « Hachettes en silex diluviennes ou anté-historiques » (Cochet, 1866 : 16).

49Par la suite, il s’efforce, systématiquement, de faire connaître les trouvailles qui lui sont signalées, en particulier dans le cadre de la Commission départementale des antiquités. C’est ainsi qu’il y souligne, le 18 juillet 1863, la première découverte effectuée en connaissance de cause, en Seine-Inférieure, « d’un silex taillé, ayant la plus parfaite analogie avec les hachettes de Saint-Acheul, et trouvé comme eux dans des terrains diluviens ou de transports ». Ajoutant : « C’est là un fait nouveau qui va intéresser notre département lui-même à la solution du problème qui agite le monde scientifique. » On est alors en pleine controverse autour de la mâchoire de Moulin-Quignon : découverte en mars 1863, étudiée et discutée par les chercheurs britanniques et français pendant trois mois, elle vient d’être refusée nettement par les premiers, sous la plume d’Evans, dans une lettre en date du 3 juillet adressée à l’Atheneum (Cohen et Hublin, 1989 : 206-218), alors que les seconds y voient la confirmation des travaux de Boucher de Perthes maintenant devenus objet de fierté nationale.

50Au-delà de cette affaire, la dynamique de recherche et de prospection s’amorce. L’abbé Cochet inventorie l’ensemble des découvertes archéologiques régionales dans ses deux grands ouvrages de synthèse : en 1864, la Seine-Inférieure historique et archéologique, rééditée en 1866 (Cochet, 1866) et, en 1871, le Répertoire archéologique de la Seine Inférieure. Dans le premier (fig. 5), il fait une place à la période « anté-historique » et aux « hachettes diluviennes » (Cochet 1866 : 15-16), utilisant aussi les termes de « préhistoire » (p. 502) et de « préhistorique » (p. 248) pour la phase la plus ancienne, dont il compare les découvertes, rares encore – trois sites seulement sont répertoriés-, à celles d’Abbeville et d’Amiens. La préhistoire plus récente reste alors encore pour lui, comme pour bien d’autres, la période celtique, ainsi place-t-il les haches polies ou taillées, comme les haches en bronze, à « l’époque gauloise » et parle-t-il toujours de « monuments druidiques ». En effet, les nouvelles divisions de l’âge de pierre, le Paléolithique et le Néolithique, sont proposées seulement en 1865 par John Lubbock dans son ouvrage, Prehistoric Times. Et, dans son livre de 1871, Cochet distingue trois périodes (p. 624) bien que, dans le détail de l’inventaire, il y ait parfois un certain flottement au niveau du vocabulaire et des attributions pour les deux dernières périodes. Les découvertes effectuées sur le terrain concernant le Paléolithique restent quant à elles encore limitées : seule une quatrième commune s’est ajoutée aux trois précédentes.

Conclusion

51En 1877, Léon de Vesly publie une Carte préhistorique du département de la Seine-Inférieure, dressée d’après le Répertoire archéologique de l’abbé Cochet. Il s’agit donc de cartographier les acquis d’une recherche novatrice mais, en même temps, ces résultats sont alors déjà dépassés, car les années 1870 ont vu un développement plus net des recherches et des prospections, comme le montre bien l’exposition réalisée au Havre, en cette même année 1877, par la Société géologique de Normandie, à l’occasion de la tenue du congrès de l’AFAS. A propos de cette exposition, on peut noter, d’une part les importantes découvertes paléolithiques dues aux travaux de Michel Hardy, en particulier dans la région de Dieppe et le Pays de Bray, d’autre part l’ampleur des prospections concernant le Néolithique en Seine-Inférieure, puisque les pièces qui en étaient issues « à elles seules remplissaient aux trois-quarts les deux grandes salles que la Société Géologique avait mis à notre disposition » (Bourdet, 1880 : 820). La Manche était par ailleurs le seul des cinq départements normands à n’avoir « rien envoyé » (ibid. 841).

52Il apparaît donc que le rôle joué au moment de la reconnaissance de l’ancienneté de l’Homme par G. Pouchet, et plus encore par l’abbé Cochet, a largement contribué au démarrage de l’archéologie préhistorique dans la région. G. Pouchet, après 1860, n’intervient plus directement dans la question et, en 1864, il part pour Paris. Cochet, quant à lui, a d’abord, appuyé par Boucher de Perthes, largement fait connaître le contenu de son rapport au préfet (Cochet, 1860) régionalement en même temps qu’à l’échelle de la France et en Angleterre, puis il a systématiquement relayé les découvertes locales dans des séries de publications et d’institutions régionales. Lui-même n’étudie pas la préhistoire mais l’image d’archéologue de terrain qui est la sienne et la répétitivité de ses interventions ont pesé dans la reconnaissance de ce nouvel objet d’étude, portée par ailleurs par une évolution plus générale, ce qui a abouti à un développement des recherches sur le terrain à la fin des années 1860 et dans les années 1870. -

Bibliographie

Bibliographie

Aubé P. (1979a) – J.-B.-D. Cochet- J. Boucher de Perthes, correspondance [transcription par P. Aubé des lettres de Cochet, conservées à la bibliothèque d’Abbeville ; version photocopiée consultée à la bibliothèque municipale de Rouen].

— (1979b) – Un dialogue de précurseurs, l’abbé J.-B.-D. Cochet et Jacques Boucher de Perthes, à travers leur correspondance. Bulletin de la Société d’émulation historique et littéraire d’Abbeville, XXIV, 5, 1979, p. 629-660 [texte publié en collaboration avec la Société de préhistoire du Nord].

Boucher de Perthes J. (1847 et 1857) — Antiquités celtiques et antédiluviennes. Mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine. Paris, Treuttel et Würtz, t. 1, 1847 [1849] ; t. 2, 1857.

Bourdet D. (1880) – L’archéologie préhistorique à l’exposition du Havre en 1877. Bulletin de la Société géologique de Normandie, p. 807-845.

Brianchon M. (1877) – L’abbé Cochet : ecclésiologue et antiquaire chrétien. Dieppe, P. Leprêtre et Cie.

Caumont A. de (1852) — Voyage de M. Worsaae, inspecteur général des monuments historiques de Danemark, chevalier de l’ordre de Danbrok. Bulletin monumental, XVIII, 1852, p. 218-221.

Cochet J.-B.-D. (1854) – La Normandie souterraine ou Notice sur des cimetières romains et francs explorés en Normandie. Rouen, Lebrument, 406 p., fig. [2e éd. augmentée en 1855]

— (1857) — Sépultures gauloises, romaines, franques et normandes faisant suite à La Normandie souterraine. Rééd. Brionne, Le Portulan, 1970, 452 p., fig.

— (1860) – Archéo-géologie : hachettes diluviennes du bassin de la Somme. Rapport adressé à M. le Sénateur-Préfet de la Seine-Inférieure, extrait des Mémoires de la Société d’émulation d’Abbeville, 17 p.

— (1866) – La Seine-Inférieure historique et archéologique. Paris, Derache, 614 p., fig. [1re éd. 1864]

— (1871) – Répertoire archéologique de la Seine-Inférieure. Paris, Imprimerie nationale, 652 p.

Cohen C. (1998) – Charles Lyell and the evidences of the antiquity of man. Geological Society, London, Special Publications, vol. 143, p. 83-93.

Cohen C., Hublin J.-J. (1989) — Boucher de Perthes, les origines romantiques de la préhistoire. Paris, Belin, coll. « Un savant, une époque », 1989, 272 p., fig.

Corroy D. (1984) — Lettres de Cochet à Cahingt (1851-1873), transcription dactylographique de Césaire Levillain, 119 p. Cuvier G. (1851) – Discours sur les révolutions du globe. Paris, Firmin Didot frères. [1re éd. 1812]

Evans J. (1859) – On the occurrence of flint Implements in Undisturbed Beds of Gravel, Sand, and Clay. Archaeologia or Miscellaneous Tracts Relating to the Antiquity, XXXVIII, [1860], p. 280-307, fig.

Flavigny L. (1975a) – Notice biographique sur Jean Benoit Désiré Cochet (1812-1875). La Normandie souterraine. L’abbé Cochet et l’archéologie au XIXe siècle, Musée départemental des antiquités, Rouen, 120 p., fig., p. 25-28.

— (1975b) – Wylie. La Normandie souterraine. Op. cit.., p. 68.

Gaudry A. (1859a) – Os de cheval et de bœuf appartenant à des espèces perdues, trouvés dans la même couche de diluvium d’où l’on a tiré des haches en pierre, extrait d’une lettre de M. A. Gaudry à M. Flourens. Compte-rendu hebdomadaire des séances de l’Académie des sciences, 49, juillet-décembre, p. 453-454.

— (1859b) — Sur les résultats de fouilles géologiques entreprises aux environs d’Amiens par M. A. Gaudry (extrait). Compte-rendu hebdomadaire. Op. cit., p. 465-467.

Gentleman’s magazine, 207, juillet-décembre 1859, p. 45-48.

Geoffroy-Saint-Hilaire I. (1858) – Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 46, janvier-juin, p. 903.

Groenen M. (1994) – Pour une histoire de la préhistoire : le Paléolithique. Paris, Jérôme Millon, 1994, 603 p., fig.

Kidd D. (1978) – Charles Roach-Smith and the abbé Cochet. L’abbé Cochet et l’archéologie au XIXe siècle. Actes du colloque international d’archéologie, Rouen, 3-4-5 juillet 1975. Musée départemental des antiquités et Circonscription des antiquités historiques de Haute-Normandie, t. 1, 161 p., p. 63-77.

Le Prévost A. (1821) – Procès-verbaux de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, 1818-1848, t. 1, séance du 22 décembre 1821 [1864], p. 31-35.

Lyell C. (1863) — The geological evidences of the antiquity of man, with remarks on theories of the origin of species by variation. Philadelphie, George W Childs, 518 p., fig.

Manneville P. (1977) – Jean Benoît Désiré Cochet, archéologue havrais. Annales du Muséum du Havre, 7, mars 1977, 20 p., fig.

— (1978) – L’abbé Cochet et la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure. L’abbé Cochet et l’archéologie au XIXe siècle. Actes du colloque international d’archéologie, Rouen, 3-4-5 juillet 1975. Musée départemental des antiquités et Circonscription des antiquités historiques de Haute-Normandie, t. 1, 161 p., p. 87-99.

Musset L. (1978) — L’abbé Cochet et les antiquaires de Normandie. L’abbé Cochet et l’archéologie au XIXe siècle. Actes du colloque international d’archéologie, Rouen, 3-4-5 juillet 1975. Musée départemental des antiquités et Circonscription des antiquités historiques de Haute-Normandie, t. 1, 161 p., p. 113-121.

Pennetier G. (1897) – Georges Pouchet (1833-1894). Actes du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, fasc. VI. Rouen, Lecerf, p. 27-58 [précédé de 2 photos de Pouchet datées de 1854 et 1887]

Pouchet G. (1858) – De la pluralité des races humaines, essai anthropologique, Paris, Masson, 1864 [réédition], 234 p.

— (1859a) – Science et religion. Le Progrès, 20 mai.

— (1859b) – Hache de pierre trouvée dans le diluvium ; extrait d’une note. Compte rendu hebdomadaire des séances de l’Académie des sciences, 49, juillet-décembre, p. 501-502.

— (1859c) – Sur les débris de l’industrie humaine, attestant l’existence d’une race d’hommes contemporains des animaux perdus [question de l’homme fossile]. Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, séance du 3 novembre, t. 1, fasc. 1, p. 42-47.

— (1860) – Excursion aux carrières de Saint-Acheul. Actes du Museum d’histoire naturelle de Rouen, p. 34-47.

Prestwich J. (1859) – On the Occurrence of Flint Implements Associated with the Remains of Extinct Mammalia, in undisturbed Beds of a late Geological Period. Proceedings of the Royal Society of London, X, 1859 [1860], p. 50-59.

Richard N. (2008) — Inventer la préhistoire : les débuts de l’archéologie préhistorique en France. Paris, Vuibert-ADAPT-SNES, coll. « Inflexions », 235 p., fig.

Rigollot M.-J. (1854) – Mémoire sur des instruments de silex trouvés à Saint-Acheul et considérés sous les rapports géologiques et archéologiques. Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, Amiens.

Sennequier G. (1975) – L’abbé Cochet, sa conception de l’archéologie et ses méthodes de fouilles. L’abbé Cochet archéologue, Musée départemental des antiquités, Rouen, 1975, 210 p., fig., p. 5-8.

Vesly L. de (1877) — Carte préhistorique du département de la Seine-Inférieure, dressée d’après le Répertoire archéologique de l’abbé Cochet, 32 p., carte h. t.

Watté J.-P. (1990) – Le Néolithique en Seine-Maritime, thèse de doctorat. Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre. Supplément au t. 77, 2e trimestre, 797 p., fig.

1859, naissance de la préhistoire. Récits des premiers témoins. Clermont-Ferrand, Paléo, 2004. 395 p., fig. [1re éd. 1999].

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Coupe du « banc diluvien de l’hôpital », Abbeville (Boucher de Perthes, 1847).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 2. L’abbé Cochet en 1869. Photographie E. Letellier (Brianchon, 1877).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 3. Georges Pouchet en 1854. Photographie F.-A. Pouchet (Pennetier, 1897).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Biface rapporté de Saint Acheul en 1859 par Georges Pouchet, colt. Museum de Rouen. Photographie M. Remy-Watté.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5. « Hachettes en silex diluviennes ou anté-historiques » (Cochet, 1866 : 16).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540