Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

Conclusion générale

Texte intégral

Des seigneurs transfrontaliers : une domination complexe et multiforme

1La présence française, fermement ancrée sur certaines parties de la frontière normande de l’Avre, malgré un net recul de son contrôle effectif, persista longtemps dans certains cas et domaines particuliers. Les possessions ecclésiastiques d’établissements français en Normandie perdurèrent naturellement, voire augmentèrent indépendamment du contexte politique conflictuel. Au début du XIe siècle, la paix de Coudres, présidée par le roi de France, désigna fermement la rivière de l’Avre comme limite territoriale du duché et marqua la fin de l’infiltration directe du comte de Chartres en Normandie. Il s’effaça pour laisser place aux vassaux et arrière-vassaux du comté de Dreux, tenu désormais par le roi de France. L’installation de familles d’origine française, satellites de Dreux, de Châteauneuf ou de Chartres, permit parfois de conserver une mainmise sur certains territoires normands très localisés. La plupart des sites fortifiés de l’Eure à l’Avre, où la présence du comte de Dreux se faisait sentir auparavant, appartinrent plus ou moins temporairement à la famille montante de Châteauneuf.

2Celle-ci, soutenue par la royauté française pour sécuriser le Dreugésin, tenta par différents moyens de paraître offensive (fortification de Saint-Rémy-sur-Avre) ou plus simplement de résister aux Normands, notamment à l’honneur de Tillières. La restauration du contrôle de la frontière sous Henri Ier Beauclerc, dans la décennie 1110-1120, marqua néanmoins un recul effectif du pouvoir de cette famille en Normandie, qui ne semble y avoir conservé que des droits isolés sur quelques églises paroissiales. Ce lignage participa également aux rébellions contre l’autorité ducale, en s’alliant avec les seigneurs normands séditieux. Par son mariage avec Mabille, Hugues Ier de Châteauneuf s’apparenta aux familles de Bellême et Montgommeri, à qui il s’empressa de prêter main-forte contre Guillaume le Conquérant (1072). À la fin du XIIe siècle, ce fut avec la famille de Leicester que nous observons un rapprochement : Hugues III fut parent de Robert III et l’accompagna dans sa lutte contre Henri II En août 1174, cette alliance se traduisit par une captivité commune. Hugues III ne profita du château de Tillières qu’à l’occasion bien particulière de l’accord conclu entre Philippe Auguste et Richard en 1194. Malheureusement pour la famille de Châteauneuf, ces manœuvres ne se montrèrent jamais concluantes, les révoltes des seigneurs normands étant systématiquement écrasées.

3L’étude de l’entourage des petits groupes familiaux français de la frontière met en évidence une mise en orbite autour de la famille de Châteauneuf. Par répercussion, ils profitèrent de l’ascension de leur seigneur, favorisée par le roi de France. Les associations furent nombreuses dans la région frontalière de l’Avre et de l’Eure, jusqu’à Croth. Ces nouveaux lignages furent, sans doute pour la plupart, issus du chasement de chevaliers du château de Dreux sur les bords de l’Avre où, semble-t-il, des terres étaient encore à prendre au début du XIIe siècle, comme nous montre l’exemple de la famille de Rahier du Donjon à Muzy. Cette famille fut peu évoquée par les sources normandes mais fut éminemment mise en avant dans les sources françaises. Indubitablement, elle était tournée vers la région de Dreux-Chartres par ses origines, ses liens familiaux avec la famille de Lèves (en particulier l’évêque Geoffroy, à une époque où la cathédrale de Chartres occupait une place de choix dans le paysage religieux français et l’élection de Goslein) plutôt que vers la Normandie. Sa probable opposition au duc de Normandie se manifesta par la perte du château de Louye, placé sous la tutelle de Nonancourt à la fin du XIIe siècle. Sa fondation de l’abbaye de l’Estrée trouva un écho local certain auprès des proches voisins, principalement français, alors que les possessions évoquées étaient presque toutes situées sur des territoires normands.

4Dans la continuité de cette implantation française en Normandie, apparut ensuite Simon d’Anet, tout autant français par sa position géographique, par les liens antérieurs du fief avec les établissements religieux de Saint-Germaindes-Prés, Marmoutiers, Chartres, etc. Sa domination en Normandie fut attestée d’Illiers-l’Évêque aux rives de l’Avre. Mis à part le cas litigieux de Damville, il fut implanté dans des territoires autrefois dépendants des familles de Châteauneuf, Ivry, Croth, Illiers et, naturellement, Anet. Pris en étau dans les conflits franco-normands, il semble avoir été plus proche d’Henri II et Sehier de Quency. Ces mesures alternatives et l’absence de descendance le menèrent finalement à la perte définitive de ses positions normandes et la cession d’Anet au roi de France.

5Cependant, malgré un certain recul de l’influence de la baronnie de Châteauneuf après la première moitié du XIIe siècle – le relais étant pris par Anet et Muzy – l’implantation française resta fortement enracinée entre Illiers et la rivière de l’Avre par la présence désormais séculaire de quelques groupes familiaux secondaires (Ilou, Muzy, Malicorne). Le cas de la famille de Morville fut sensiblement différent. Elle fut à n’en pas douter d’origine française et s’installa à Chennebrun au début du XIIe siècle. Il est fort probable que son installation en Normandie et en Angleterre se fit sous l’œil bienveillant des détenteurs de Breteuil et avec la participation d’Henri Ier. Le lignage paraît avoir conservé quelques temps ses domaines français et fut présent aux côtés de personnalités importantes, comme la comtesse Adèle de Chartres (1190) ou, tardivement, avec la famille de Châteauneuf (1202). De la même manière, la famille de Tillières exerça sa propre influence au delà des limites normandes de son honneur, à Brézolles et Bérou notamment. Le lignage français de Bérou, allié à Gilbert de Tillières, fut fieffé de part et d’autre de la rivière.

6De ces différents exemples, il ressort toute l’ambiguïté du principe frontalier tant dans les cadres religieux et territoriaux que dans les rapports humains. Le flou territorial qui régna longtemps sur cette région semble être directement hérité des problèmes posés par la question des limites originelles de la cession à Rollon. Il fut relayé dès la fin du Xe siècle par le douaire de Leutgarde de Vermandois et la domination du comte de Chartres, puis par la pression que la famille du Châtel, en agent du roi de France, maintint sur la frontière dès les années 1030.

Des puissances féodales à la fois utiles et problématiques

7Nous nous trouvons, au moment de la reprise en main de la frontière de l’Avre par Guillaume le Bâtard vers la moitié du XIe siècle, à une période charnière de la construction territoriale des marges du duché encore peu exploitées et difficilement contrôlées. Confier aux plus fidèles, comme Gilbert Crespin ou Guillaume Fils-Osbern, les clefs de sa défense fut une solution immédiate, qui agit efficacement en profondeur mais avec, en arrière-plan, le morcellement de son contrôle en nouveaux pouvoirs privés et centrifuges.

8La difficulté de retrouver l’influence de l’honneur de Tillières sur ses proches voisins normands est très largement augmentée par le petit nombre de sources disponibles pour le XIe siècle, qui paraît avoir été sa période d’épanouissement la plus importante. Dans le courant du XIIe siècle autour du chef de l’honneur, la famille de Tillières, toujours inconditionnellement fidèle à l’autorité ducale, semble avoir accusé un très net recul dans sa domination des territoires frontaliers. Le relais semble y avoir été pris par l’honneur de Breteuil dont l’influence ne cessa d’augmenter et la mise en place des villes ducales, qui lui firent une ombre certaine. Ceci est peut-être dû aux origines plus modestes de son lignage, non affilié à la famille princière et dans la vassalité du comté de Brionne. T filières maintint cependant son autorité au sud de la frontière sur les territoires de la baronnie de Châteauneuf, où la famille ne trouva pas de concurrence normande directe.

9Les détenteurs de l’honneur de Breteuil se caractérisèrent la plupart du temps par de fortes personnalités. L’ascendance de Guillaume Fils-Osbern et son choix par Guillaume le Conquérant pour défendre la frontière de l’Avre, à défaut de Tillières, fut significatif. Il joua un rôle important dans l’entourage ducal et au-delà. Il contribua au relèvement religieux et économique au sein de son honneur, le tout à son propre profit cependant. La taille de l’honneur fut un facteur important mais qui s’exerça plutôt à l’ouest de la forêt de Breteuil et dans la vallée de la Risle que vers la région de l’Avre. La mise en défense de la frontière de l’Avre par Breteuil fut néanmoins l’occasion de s’intéresser à une exploitation plus intensive de ses possessions orientales et de détrôner à la fois Condé-sur-Iton et les Français.

10La période trouble du début du XIIe siècle permit à quelques arrière-vassaux (Clos, Grandvilliers/Pont-Echanfray, la Ferté-Frênel et du Bois) de s’affirmer, notamment en critiquant ouvertement les choix d’Henri Ier. Ils s’opposèrent violemment à Raoul II de Gaël en 1120, alors que celui-ci possédait de réels soutiens contre Eustache et Julienne. Dès son arrivée, la famille de Leicester eut une réelle nécessité d’affirmer sa légitimité par une lutte incessante contre ses voisins de Conches ou de L’Aigle et en mâtant ses vassaux pour réussir à s’attacher les plus rebelles (Fresnel et du Bois).

11De toute évidence, quelques lignages secondaires de l’honneur, tels Bois-Arnault et Charnelles, voire Morville, assirent leur fortune sur les liens de fidélité entretenus avec la famille de Leicester, principalement. L’honneur de Breteuil apparaît ainsi comme un tremplin social pour la petite noblesse locale. Par le biais des charges administratives au sein de l’honneur et en Angleterre, ils parvinrent à une augmentation de leurs propres fiefs normands et à l’obtention de domaines en Angleterre dans les territoires dominés par la famille de Leicester.

12L’honneur de Breteuil recueillit également l’attachement de certains arrière-vassaux de Tillières (Hellenvilliers, Pommereuil, Minières, etc.) Ce changement peut se mesurer à la fois par le choix et la quantité des donations faites à l’abbaye familiale de Lyre, ainsi que par les exemptions de la coutume en forêt de Breteuil (généralement le panage), qui furent assurément des cadeaux du chef de l’honneur. La famille de Bois-Arnault en est l’exemple le plus abouti car elle n’hésita pas à délocaliser le fief patrimonial en fonction de son attachement à Breteuil et déplacer ainsi ses liens de vassalité, entraînant sans doute dans son sillage, l’adhésion de ses proches voisins de Damville. Ainsi la brève éclipse de Tillières entre 1040 et 1060 et la moindre envergure de son détenteur sembla pleinement profiter à Breteuil.

Un changement radical de la politique de défense sous Henri Ier Beauclerc

13L’ensemble de règne d’Henri Beauclerc fut régulièrement perturbé par la résistance d’une grande partie du baronnage normand, notamment sur les marges méridionales du duché (Bellême, Sées, Breteuil). Si l’armée de Robert Courteheuse, duc de Normandie en titre, fut écrasée à Tinchebray (1106), de nombreux foyers d’agitation perdurèrent jusqu’à la rébellion généralisée de 1118-1119. Entendant profiter de la faiblesse de Robert Courteheuse, la noblesse normande n’accepta pas son éviction ni celle de son fils, Guillaume Cliton, héritier légitime du duché. Il fallut presque, pour Henri, traiter les problèmes individuellement.

14La trahison d’Eustache de Breteuil et de sa propre fille, la puissance des barons qui tentaient de se soustraire à son autorité alors même qu’ils étaient théoriquement gardiens de la frontière, incita Henri Ier à modifier en profondeur sa tactique de défense territoriale. Cette question de contrôle de la frontière de l’Avre, entre le comté de Dreux, la baronnie de L’Aigle (dissidente) et les foyers d’agitation permanents du Perche – la plupart du temps en cheville avec le roi de France, l’offensif Louis VI – était suffisamment importante pour qu’il décidât de fiancer son fils héritier Guillaume Adelin à Amide de Gaël et faire rentrer l’honneur de Breteuil dans le giron ducal. Avec le naufrage de la Blanche Nef s’évanouirent ses espoirs de recouvrer légalement Breteuil et la maîtrise personnelle de la frontière de l’Avre. Instruit par les événements décisifs de 1118-1119, il réalisa qu’il lui fallait absolument s’extraire des réseaux seigneuriaux en place et à leurs forces centrifuges. À la faveur de l’éviction de Châteauneuf de ses rives normandes, il s’appuya désormais directement sur des antennes de son administration, dont les cadres précis ne permirent pas une appropriation par des groupes familiaux. Il conserva le château, le fit garder par un officier révocable et l’associa étroitement à des unités de peuplement, organisées selon le droit de bourgage. Son administration rayonna au-delà de la simple place-forte nouvellement fondée et s’étendit sur une large circonscription territoriale alentour, la prévôté. Au sein de la ville, la population était strictement encadrée dans la dépendance directe du roi et sans intermédiaire féodal mais bénéficiait des privilèges habituels du droit de bourgage, concernant principalement la fiscalité, la protection juridique et les activités commerciales et financières. La plupart du temps, même avant la création de la commune, ce fut d’ailleurs très probablement à des bourgeois de la ville, seuls ou en association, que fut affermée la charge de prévôt – peut-être pas celle de connétable cependant.

15La coutume initiale de Verneuil semble montrer que la place fut défendue, dès l’origine, principalement par des professionnels rémunérés directement sur les revenus fiscaux, eux-mêmes générés par le développement économique de la ville. Ces mesures furent renforcées par l’administration Plantagenêt dans la seconde moitié du XIIe siècle, avec l’apparition des baillies, avec Verneuil et Nonancourt comme chefs-lieux, et par le recours systématique aux armées de métier. À la fin du XIIe siècle, les comptes de l’Échiquier mettent ainsi parfaitement en évidence le rôle des mercenaires gallois dans toutes les places fortes des frontières normandes, notamment à Verneuil et Tillières. La garde du château ne se départit jamais de son statut de charge royale, exercée par un voire deux connétables. Nous observons cependant à la fin du XIIe siècle, une tendance à regrouper les différents éléments du pouvoir entre les mains d’une seule personne, d’ascendance noble et familière de la cour royale, avec pour meilleur exemple celui de Sehier de Quency. Cette formule et la souplesse autorisée par le droit de bourgage, permirent néanmoins au souverain un développement de son propre réseau humain, militaire et économique, en dehors du maillage seigneurial.

16Il semblerait enfin que le modèle ayant servi à Henri Ier pour ses propres villes fut principalement celui du bourg de Breteuil. La proximité géographique et les événements de 1119-1120 à Breteuil même semblent être une première indication significative. D’ailleurs, Verneuil fut précisément fondée pour pallier les carences de Breteuil en matière de fidélité vassalique. Henri Ier eut sans doute le temps d’étudier les caractéristiques du droit bretolien, lorsqu’il fit administrer l’honneur au nom de sa pupille Amide de Gaël, au moment de ses fiançailles avec son fils héritier (début octobre-fin novembre 1120) et jusqu’à son mariage avec le futur comte Robert II de Leicester (1121). Ainsi, nous avons relevé quelques similitudes dans l’exercice du droit de bourgeoisie (limite du cens ou des principales amendes à 12 deniers). Cependant, Verneuil, par ses avantages en matière de juridiction commerciale semble avoir très nettement devancé Breteuil de quelques dizaines d’années. De même, Nonancourt par la présence de sa foire annuelle attestée dès 1113-1122, supplanta toute autre structure d’échanges de cette envergure. Les coutumes de Nonancourt sont très peu documentées pour la période antérieure à la reddition de la Normandie mais différents indices mettent en évidence quelles ne furent pas absolument identiques à celles de Verneuil, ni aussi abouties. Sur un plan militaire comme financier, il semble y transparaître une participation plus directe de la population : taille, service militaire, devoir de loger et nourrir gratuitement les soldats du roi, etc. En effet, certaines de ces obligations ne furent abolies que très tardivement, par Robert de Courtenay.

17Il apparaît donc qu’il ne s’agissait pas d’un seul programme que le roi appliqua indifféremment à ces deux fondations et qu’elles naquirent avec un léger décalage chronologique. Celle de Nonancourt apparut très rapidement après l’éviction des barons Châteauneuf en 1112 et avant la crise de 1118-1119, puisque la place resta fidèle à Henri. Elle semble avoir été immédiatement dotée quelques coutumes bien précises concernant la garde du château et l’encadrement de la population, sans doute déjà par le droit de bourgage. Ce programme, sorte de prototype, fut ensuite amélioré à Verneuil (entre 1120 et 1122/1126) mais sans rétroactivité pour Nonancourt. Il est certain que Verneuil posséda un schéma plus abouti que Nonancourt dans de nombreux domaines. Malgré un terrain moins favorable, ne présentant pas d’éperon naturel, sa topographie urbaine est mieux adaptée à la défense et surtout, par la division en trois bourgs indépendants en contact étroit avec le château, à la guerre de siège. Par des coutumes très précises, Henri Ier fut plus novateur et réduisit sa dépendance militaire tout en faisant absorber par les revenus fiscaux le financement de la défense, à la différence de Nonancourt où les bourgeois devaient un service militaire. Le servitium debitum des bourgeois de Verneuil fut, en fin de compte assez restreint, cédant la place à des professionnels de la guerre dont le rôle devint prépondérant. Enfin par les proportions même de la ville, l’envergure de la fondation de Verneuil dépassa largement celle de Nonancourt. Ce fut uniquement pour pas diminuer le rôle économique de Nonancourt établi récemment, qu’Henri Ier n’institua pas de foire annuelle à Verneuil.

18Il semble donc que, instruit par la situation critique de 1118-1119, Henri Ier ait choisi d’améliorer à Verneuil les dispositions expérimentées une première fois Nonancourt, en les fusionnant plus étroitement peut-être avec celles de Breteuil. Cette nouvelle mise en œuvre eut pour but avéré d’encadrer plus directement la frontière étatique du duché, tout en favorisant son développement et son intégration dans les réseaux économiques. Ces fondations permirent, en une dizaine d’années seulement, de mettre un terme définitif à l’expansion française et de recouvrer un contrôle direct de l’autorité publique, dans cette région qui avait été progressivement livrée aux forces centrifuges d’une administration privée. De plus, tous les éléments de la réussite économique et démographique convergent pour montrer que ces bourgs assurèrent structurellement à la fois protection et prospérité, durant de longues années.

19À travers l’étude détaillée et globale d’une zone géographique très étroite aux destinées bien particulières, ce travail a permis la mise en évidence de certains principes de la politique ducale de centralisation du pouvoir, déjà connus ou soupçonnés par ailleurs, mais ici parfaitement identifiés et vérifiés. Il éclaire amplement les programmes politiques d’Henri Ier, qui fait ici figure de précurseur. Ce souverain tira immédiatement profit de la situation originale de l’Avre, fraîchement retirée aux Français, en posant les bases d’un nouveau mode de contrôle intégral de ses territoires, passant outre les intermédiaires féodaux. Cette solution lui permit de soustraire sa frontière au réseau seigneurial traditionnel qui avait mis à mal son autorité dans le duché. Ses méthodes d’administration furent ensuite plus sûrement systématisées et perfectionnées par la dynastie Plantagenêt.

20Ces travaux mettent en lumière un exemple précis de maîtrise difficile et plutôt tardive de la frontière normande. Ils permettent d’identifier les avantages et écueils des premières solutions ducales inscrites à l’origine dans une politique centralisée mais rapidement rattrapées par la pression du régime féodal normand, alors en plein développement. Ils aident à mieux cerner l’esprit politique d’Henri Ier qui hérita, en sus de ses propres difficultés à s’affirmer sur le territoire normand, d’un véritable imbroglio territorial et féodal, légitime et séculaire dans une zone éminemment sensible de son État. Sa réussite fut d’autant plus grande que la politique de la table rase était difficile à appliquer, même après en avoir chassé Gervais Ier de Châteauneuf, en raison de l’enchevêtrement progressif de réseaux de vassaux et arrière-vassaux, aux mouvances multiples, qui s’étaient tissés au coup par coup. Ces fondations, loin d’être des événements mineurs ou anodins dans le gouvernement d’Henri Ier, méritent une véritable reconnaissance de leurs implications politiques, économiques et, naturellement, défensives.

21En dernier lieu, ces travaux apportent leur contribution à l’inventaire et à la documentation des fortifications du sud du département de l’Eure, avec une mise en perspective de certains sites déjà connus et la reconstitution plus ou moins hypothétique, selon l’état de la documentation et des vestiges, des bourgs castraux. Enfin, elle a permis la découverte de documents inédits d’Ancien Régime (relevés des Ponts et Chaussées, plans terriers, la vue du château de Damville en 1789, etc.) ou papiers d’érudits (croquis du château d’Illiers). La recherche en archives a permis l’identification de mottes encore inconnues (Longuelune, Villette, un premier château à Breteuil, etc.) Certains sites sont encore bien conservés et mériteraient sans doute des investigations archéologiques approfondies comme ceux d’Illiers-l’Évêque, Corneuil, Courteilles ou Saint-Christophe-sur-Avre, de même que les « friches » des châteaux de Nonancourt ou de Breteuil ou la ferme de Collières. À Verneuil, l’urbanisation déjà fort avancée de la zone constituée par le complexe castrai met un frein à un travail archéologique de grande envergure.

  • 1 Un inventaire archéologique est actuellement en cours à Verneuil avec la collaboration de D. Pitte

22En revanche, dans cette ville comme à Breteuil, éventuellement Tillières et Nonancourt, s’impose une étude thématique plus complète sur l’habitat urbain, notamment les perrins. En effet, ce travail pose également des bases pour la recherche sur l’architecture civile en pierre, avec l’identification de la maison rue Aristide-Briand et la mise en évidence, en collaboration avec D. Pitte, de quelques problèmes soulevés par les « bâtiments en forme de perrins ». Au-delà de ces simples exemples archéologiques, il reste aujourd’hui à entreprendre l’étude de l’urbanisation de cette partie de la Normandie au Moyen Âge1.

Notes

1 Un inventaire archéologique est actuellement en cours à Verneuil avec la collaboration de D. Pitte.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search