Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

IIIe partie. Châteaux féodaux et villes ducales

Les modifications durables du paysage naturel et humain

Texte intégral

Une nouvelle distribution de la défense territoriale

Le rôle des châteaux et bourgs castraux

  • 1 P. Bauduin, « Le baron, le château et la motte... », art. cité, p. 37-53.
  • 2 Gérard Louise, « Châteaux et frontière seigneuriale au XIe siècle, l’exemple du Soasnois aux confi (...)

1P. Bauduin a montré le rôle des châteaux secondaires sur lesquels put s’appuyer l’honneur de Breteuil1, comme le cas de Cintray en 1119. Des études sur les frontières du Perche ou d’Écosse montrent également que l’articulation des châteaux autour d’une frontière était essentielle, bien qu’ils restassent soumis aux aléas des alliances ou plus simplement à la seule convocation de Post2. Les traités de 1194 et 1200 évoquèrent également les destinées de quelques forteresses privées. Cependant, la fondation de ces réseaux secondaires ne fut pas due à un programme raisonné de défense de la frontière mais plutôt au désir des barons locaux de s’entourer de leurs propres vassaux. Il apparaît ainsi clairement, au terme de cette étude, que les honneurs de Tillières et Breteuil comptaient effectivement sur l’appui de petits groupes familiaux châtelains dont ils avaient personnellement favorisé l’ascension. La carte des châteaux de cette frontière, rendant compte du paysage castral au XIIe siècle, montre une organisation concentrique s’articulant principalement autour de quelques noyaux constitués par les bourgs castraux seigneuriaux de Breteuil, Tillières, Damville et, éventuellement, Chennebrun (carte no 26). Ces châteaux, outils de l’exercice du pouvoir pour le seigneur châtelain, restèrent dominés par l’usage local de l’administration d’une petite entité territoriale.

2Pour la partie orientale de l’honneur de Breteuil, il s’agissait principalement des seigneuries châtelaines de Bois-Arnault, Bémécourt, Cintray, Charnelles, peut-être la Motte, enfin les Essarts et Chambray. Autour de Chennebrun, peut-être déjà relié à l’honneur de Breteuil, nous trouvons l’enceinte de la Lande et peut-être déjà les châteaux de Saint-Christophe et de Gournay. Le bourg de Damville était environné de forteresses qui ne semblent cependant pas lui avoir été véritablement liées au XIIe siècle car nous avons vu qu’elles étaient politiquement plus proches de Breteuil : les Minières, Corneuil, le Gérier-Arnault, Villez et Pommereuil. Enfin pour Tillières, il s’agissait surtout de Courteilles, Bérou, Longuelune, Grandvilliers et Charnelles dans un premier temps. Quelques sites isolés n’ont pu être fermement mis en relation avec tel ou tel réseau : Grandvilliers, Hellenvilliers, Tranchevilliers, Marcilly-la-Campagne, Bois-Giroult et des enceintes circulaires du Hamel et de la Lande. Sans doute furent-ils reliés dans un premier temps à Tillières.

3Sur la partie orientale de l’Avre, la concentration de châteaux n’est pas vraiment établie mais nous pouvons réunir quelques fondations d’origine française : Illiers, Muzy et Louye, peut-être déjà Nonancourt. Avec la reprise en main ducale de 1112, ces derniers réseaux se modifièrent, Illiers et Louye se retrouvant ensuite sous la coupe de Nonancourt. Par ailleurs, une zone dépouillée de toute fortification apparaît aux alentours de Condé-sur-Iton : la présence de l’évêque d’Évreux en est la cause essentielle.

  • 3 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. II, p. 636 (Gautier de Bois-Giroult).
  • 4 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 242-245.

4Enfin, les bourgs castraux de Verneuil et Nonancourt s’accompagnèrent immédiatement d’un vide castral et seigneurial. Cette impression est nettement relayée par l’enquête des chevaliers de 1172 : ils étaient inexistants dans la baillie de Verneuil et dans celle de Nonancourt, un seul apparut tout au nord de la circonscription3 Il convient donc de s’interroger sur cette particularité et la mettre en relation avec le programme défensif d’Henri Ier. Ce souverain s’appuya principalement sur les centres de Verneuil et de Nonancourt : après en avoir chassé les Français, il combla le vide en implantant directement les organes de son administration. Les forteresses privées vinrent alors les épauler, comme le montre la contribution financière occasionnelle de l’Échiquier de Normandie à la fin du XIIe siècle, mais de façon subordonnée. Ainsi à partir du règne d’Henri Ier, les châteaux privés et secondaires de la région ne furent que très occasionnellement, soit le moins possible, mis à contribution dans le cadre de la défense de la frontière étatique et eurent plutôt un rôle tampon. Ceci est dû en premier chef à la nouvelle manière de ce souverain d’aborder la question militaire en s’appuyant de préférence sur les armées rémunérées composées de mercenaires, plutôt que sur le groupe nobiliaire trop peu fiable. Cette soldatesque naviguait ainsi de place en place, au gré des besoins. La défense de la forteresse de Breteuil, en septembre 1119 contre Louis VI, illustre d’ailleurs cette différence entre les Français, qui choisirent de s’appuyer sur la noblesse normande révoltée, à partir de la maison de Cintray, et la défense normande assurée pour l’occasion par le renfort du prince Richard assisté de deux cents chevaliers4.

La matérialisation de la première ligne de défense : les Fossés-le-Roi

  • 5 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 13.
  • 6 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 463.
  • 7 BNF, Cartes et plans, Ge cc 1244.
  • 8 Ils ont déjà fait l’objet de différentes études qu’il n’y a pas lieu de reprendre : F. Salet, « Ve (...)

5Immédiatement après l’incendie de Chennebrun en 1168, Henri II renforça la frontière par la construction de larges et profonds fossés, destinés à contenir les invasions5. Leur nom de « fossés du roi » est connu dès 12066. Leur tracé fut partiellement rappelé dans une carte de 17017 (ill. no 84). De très grande envergure8, ces fossés vinrent mettre un point final à la coordination de la défense, qui avait été progressivement établie du début du XIe siècle au début du XIIe siècle. Henri II, sans construire de nouvelle forteresse, paracheva cet ensemble en reliant les maillons de la première ligne (Nonancourt, Tillières, Verneuil) jusqu’à Moulins-la-Marche avec des secondaires châteaux, tels Chennebrun ou Courteilles. Par ailleurs, étant donné le vide castral qui s’est installé autour des bourgs de Verneuil et Nonancourt, ces fossés vinrent peut-être également pallier certains points faibles. En effet, véritables remparts de barrage, larges, hauts et profonds de plusieurs mètres, ils ne se contentaient pas seulement de marquer de façon symbolique la frontière. En tout état de cause, leur tracé renseigne sur les limites territoriales de l’espace contrôlé par Henri II au milieu de son règne.

Illustration no 84 – « Évesché de Chartres divisé en archidiaconez et doyennez par le Sieur Jaillot » (1701).

  • 9 M. de Boüard, Manuel d’archéologie médiévale, p. 104-105.
  • 10 Les « Fossés-Robert » : voir G. Louise, « Châteaux et frontière seigneuriale au XIe siècle... », a (...)
  • 11 Adolphe de Dion, « Étude sur les châteaux féodaux des frontières de la Normandie », dans Société f (...)

6Ce genre de terrassements sur de grandes distances était assez courant dans la défense des frontières territoriales au Moyen Âge. Des travaux identiques les avaient d’ailleurs précédés au XIe siècle aux confins du comté de Mortain9, des territoires de Bellême10, etc. Des « Fossés-du-Roi » furent également très tôt attestés, entre 1156-1161, sur la frontière de la Bresle. Ils sont aujourd’hui identifiés sur une douzaine de kilomètres de Conteville à Rétonval11.

Le réseau routier

  • 12 G. Louise, « Châteaux et frontière seigneuriale au XIe siècle... », art. cité, p. 225-246.

7G. Louise a mis en évidence la modification profonde du réseau routier traditionnel, entraînée par l’édification de nouveaux points fortifiés à la frontière du Perche et la création de « passages obligés »12. La fortification de la frontière de l’Avre a-t-elle également modifié le réseau routier ancien ?

Avant la Normandie : Condé-sur-Iton

  • 13 Commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; actuelle D 76 ?
  • 14 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure
  • 15 J. Matthières, La Civitas..., op. cit. ; M. Baudot, « Le réseau routier antique du département de (...)
  • 16 Carte IGN no XX-14 ; ce nom est courant et se retrouve ailleurs en Normandie. Communications de M. (...)
  • 17 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.
  • 18 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 19 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.
  • 20 Commune de Cintray, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.
  • 21 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 22 Commune des Barils, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 23 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 24 Canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 25 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

8Avant la création de la Normandie, une voie antique menant d’Évreux à Dreux passait certainement par l’Estrée, anciennement Strate13, par un tracé simple et direct au sud d’Illiers-l’Évêque. Par ailleurs, Condé-sur-lton14, ou Condate, signalée dans l’ltinéraire d’Antonin et sur la Table de Peutinger, se trouvait au croisement de quelques axes secondaires croisés et orientés sud/est-nord/ouest (de Dreux à Lisieux, par Nonancourt ou Saint-Remy-sur-Avre) et sud/ouest-nord/est15 (de Jublains et du Mans à Évreux). La voie du Mans se retrouve aujourd’hui sous le nom courant de « chemin Perrey16 ». Elle est encore bien conservée dans le parcellaire, selon un tracé parfaitement rectiligne, séparant très nettement les parcelles cultivées. Ce tracé nord-est/sud-ouest est continu des étangs de Cintray17 à Saint-Christophe-sur-Avre18. Au nord, de Cintray, il disparaît à Saint-Nicolas d’Athez19, mais sa continuité virtuelle se dirige en plein centre de Condé-sur-Iton. Au sud, il rejoint l’actuelle D 166 au niveau du Petit-Cuisenet20, passe immédiatement à l’est du village de Mandres21, traverse les Bois-Francs22 et devient moins net au sortir de Saint-Christophe-sur-Avre. Il devait traverser l’Avre à Chennebrun23 et rejoignait la route actuelle de Saint-Maurice-lès-Charencey24 (tronçon de la RN 12), d’une rectitude dans la parfaite continuité de celle énoncée plus haut. En outre, partant de Condé-sur-Iton une autre voie est-ouest se dirigeait vers Rugles25 en traversant le massif forestier de Breteuil.

  • 26 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 828 ; Durand, « Mémoire... », ar (...)
  • 27 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 529-530, no CC (...)
  • 28 M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., passim.
  • 29 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 141 : il reste prudent sur un contrôle réel de (...)
  • 30 Les affirmations assez anciennes de M. Baudot (1932) et Doranlo (1937) sont néanmoins en cours de (...)

9Condé-sur-Iton constituait ainsi un petit nœud routier entre les pagi de Dreux et Évreux, dans une zone de transit entre la France continentale et maritime. Précisément, Condé fut une possession de l’évêque d’Évreux, sans doute pré-normande et restituée dans le courant des Xe-XIe siècles26. Sa première mention d’époque normande remonte seulement à Henri II Plantagenêt, lorsque celui-ci accorda aux habitants de Condé « dans la villa de l’évêque d’Évreux » les mêmes privilèges qu’à Breteuil27. La donation ou restitution était nécessairement largement antérieure mais n’apparut dans aucun acte retrouvé ou restitué des premiers ducs de Normandie28. Cette absence ou ce retard viennent-ils du fait que dans les premières décennies le pouvoir normand ne contrôlait pas réellement ce secteur29 ? Néanmoins, cette zone territoriale constituait sans doute, encore au temps de la Neustrie, un point fort de l’Évrecin méridional, avant de péricliter au profit des châteaux de la frontière, en particulier de Verneuil où, par ailleurs, aucune voie antique n’est mentionnée30.

Le réseau médiéval

  • 31 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 139 (1033-1069) ; une cartographie des gués de (...)
  • 32 Ibid., t. II, p. 520-521 (1101-1116).
  • 33 L. Musset, « Un château archaïque au XIIe siècle dans l’Eure », art. cité ; voir supra ; s’agit-il (...)
  • 34 Arch. dép. Eure, G 165, fos 39-40, no 66 (1235).
  • 35 Information communiquée par M. S. Lefèvre (GRHis, université de Rouen).
  • 36 Information communiquée par V. et J.-N. Le Borgne, Archéo 27, avril 2009 (site no 13-02) et juille (...)

10La fortification de la frontière par les Normands apporta en effet à partir du XIe siècle, un changement radical des points de communication dans la région. Quelques mentions attestent cependant la survivance de voies antiques. Au milieu du XIe siècle, il existait une « voie publique » bornant une terre proche de Fessanvilliers et menant à Tillières, où se trouvait un gué de l’Avre31. Le qualificatif de « publique » renvoie à une notion antérieure à la période féodale et rappelle très certainement une voie antique. Son prolongement fut cité au tournant du XIIe siècle, reliant les châteaux de Tillières et Brézolles32. Ce fut peut-être d’ailleurs la route prise vers 1167-1169 par le malheureux prisonnier du château de Grandvilliers, qui rejoignit Brézolles par Tillières33. En 1235, fut signalée la « grande voie » menant de Breteuil à Condé34, route antique traversant la forêt de Breteuil. Avec la fondation de l’honneur et du chef-lieu de Breteuil en 1054, cette voie fut pourtant dédoublée, avec un tronçon nord passant par le récent fief de Bémécourt et du prieuré du Désert35. Le tracé de la voie antique a été repéré par photographie aérienne plus au sud, partant de Condé-sur-Iton (lieu-dit Moulin-Renault) et passant sur les communes de Bourth et la Chaise-Dieu-du-Theil36.

  • 37 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 688 (1232).
  • 38 Carte IGN no XX-14.
  • 39 Arch. dép. Eure, III PL 1316 (1835).
  • 40 Ibid., t. I, p. 72 (986); arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventaire de 970 environ).
  • 41 Carte IGN no XX-14. La villa ou paroisse d’Armentières s’étendait à cette époque largement au nord (...)

11Enfin, en 1232, une « voie royale » fut mentionnée à Saint-Christophe-sur-Avre37. Il s’agit sans aucun doute du « chemin Perrey » décrit plus haut38, encore visible à Saint-Christophe près de l’église, du château et des Fossés-le-Roi qui d’ailleurs le longent en partie39. Cet axe antique était donc toujours utilisé et son statut hiérarchiquement supérieur ou d’utilité publique était toujours reconnu. En outre, la charte d’Armentières mentionnait à la fin du Xe siècle une « voie publique », parallèle au lit de l’Avre40. Il s’agit assurément toujours de cette voie antique, puisqu’au nord d’Armentières son tracé est en effet parallèle au lit de l’Avre41. La fondation de Chennebrun créa une bifurcation significative dans son tracé en le déviant à l’ouest vers l’intérieur du bourg, jusqu’à la place du Marché située en contrebas du château et de l’église, tourner à angle droit vers le sud, puis retraverser l’Avre.

  • 42 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 264-65 (1211) ; p. 280-281(1245) ; p. 499, no X (...)
  • 43 Arch. dép. Orne, correspondance diverse de la série C.

12Pourtant, une nouvelle route ou son doublon fut plusieurs fois signalée au début du XIIIe siècle, menant de Chennebrun à Verneuil42 et préfigurant la route royale de Paris en Bretagne43. Les limites définies dans le traité de 1194 en ont très certainement suivi le tracé, proche du lit de l’Avre. Notons qu’à l’époque, cet axe de communication était ainsi défini par ces deux points fortifiés, qui correspondaient également à des gués de l’Avre.

  • 44 Arch. dép. Orne, C 109 avec le tracé proposé par les Ponts et Chaussées pour une nouvelle route pl (...)
  • 45 Congrès archéologique de France, 1854, p. 194-199, terme expliqué plus loin.

13Par ailleurs, la constitution des honneurs et bourgs de Tillières et Breteuil, des centres administratifs de Nonancourt et Verneuil, possédant leurs propres lieux de production et d’échanges dès le XIIe siècle, furent inévitablement desservis. À Verneuil et Nonancourt, la coutume des péages et droits de passage prévoyait d’ailleurs les cas de simple transit des marchandises. Une route relia Breteuil à Verneuil. Assez sinueuse pour joindre plusieurs hameaux, elle fut rationalisée au XVIIIe siècle en une parfaite ligne droite, encore utilisée aujourd’hui44 (actuelle D 840). Il est évident que le « chemin Perrey », passant en biais entre ces deux centres, ne leur était d’aucune utilité immédiate, quoique toujours occasionnellement pratiqué. Pour Verneuil en particulier, il fut simplement utilisé pour marquer une partie de la limite occidentale de la « Livrée45 ». Le fait est significatif de sa persistance, mais celle-ci reste très secondaire. Il apparaît en revanche que Tillières et Breteuil n’étaient pas rejoints par une route directe, alors que Tillières était reliée à Brézolles (actuelle D 30). C’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui. Est-ce parce que, historiquement, Breteuil fut précisément fortifiée « contre » Tillières et qu’elles continuèrent de fonctionner indépendamment l’une de l’autre ?

  • 46 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 267 (1211) ; p. 282 (1210).
  • 47 Arch. dép. Eure, H 320, cote 9 (1155-1161) : « [...] inter uiam de Illeis et grangiam de Fayel [.. (...)
  • 48 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 570 (n. d.) et t. I, p. 92 (av. 1024) ; M. Fa (...)
  • 49 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 255 (1181) et p. 317 (1 (...)
  • 50 Voir Arch. nat., N IIIEure 10.

14Avec les nouvelles fondations seigneuriales et l’exploitation plus intensive des terroirs, de nouveaux axes furent également ouverts. Ainsi, des voies secondaires furent citées au hasard de donations. La Haie de Chantecoq était traversée par une route transversale menant au parc de Saint-Christophe-sur-Avre46. L’abbaye de l’Estrée, possédant une grange au Fayel, fit allusion à un chemin reliant cette grange à Illiers47. À la Héruppe fut mentionnée « la voie de Rescolium », pérennisant le souvenir d’une paroisse abandonnée au XIe siècle48. Enfin, le peu de profondeur de l’Avre assura de tous temps de nombreux gués. Celui de Saint-Rémy, défendu par la forteresse de Gervais Ier de Châteauneuf, accueillit les deux entrevues royales de 1181 et 118749. Nous en trouvons naturellement d’autres à chaque point fortifié de l’Avre : à Chennebrun, Verneuil, Courteilles, Tillières, Nonancourt, Muzy50.

  • 51 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51; id. (éd.), Gesta (...)
  • 52 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 146 ; id. (éd.), Gesta (...)
  • 53 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum patentium..., op. cit., « Introduction ».

15Enfin, l’étude des déplacements royaux donne des éléments intéressants. Ainsi, le trajet suivi par Henri II en 1173 montre qu’il se rendit de Breteuil à Verneuil et au retour, fit un crochet par Damville où il incendia le château51. En septembre 1177, il alla à Verneuil après la conférence de Nonancourt52. Jean sans Terre passa de Breteuil, le 27 septembre 1201, à Verneuil le jour suivant (comme les 8 et 9 janvier 1203), puis de Verneuil, le 25 novembre 1201, à Tillières le surlendemain, ou encore de Verneuil le 18 juin 1202 à L’Aigle où il fut attesté le lendemain53. Il apparaît clairement que le convoi royal, dans l’urgence de la guerre ou en des temps moins troublés, se déplaçait de château en château. Ce simple constat permet de démontrer que les itinéraires avaient changé avec la fortification de l’Avre, même si certains châteaux avaient été édifiés le long de voies antiques encore en usage (Tillières, Illiers, Nonancourt, Breteuil, Chennebrun). Il est absolument certain que Condé, appartenant à l’évêque d’Évreux et ne constituant plus un passage obligé, subit un très net déclin au profit direct de Breteuil et des autres sites fortifiés. Ainsi, une nouvelle distribution des voies de communication s’organisa en réseau au sein d’une nouvelle hiérarchisation des centres urbains, fortifiés et administratifs.

Les dérivations des cours d’eau

16À Nonancourt, Damville et Chennebrun, des dérivations simples de l’Iton et de l’Avre sont encore repérables. À Nonancourt, l’Avre fut dérivée de quelques mètres au nord de son lit naturel, surtout pour permettre d’alimenter les moulins. Pour Damville, ces aménagements eurent à la fois un rôle défensif autour de la motte castrale et moteur pour le moulin intérieur. À Chennebrun, défensifs et utilitaires, ils servirent plus à la population qu’au château et adoptaient, en contrebas de celui-ci, une configuration rectiligne autour du bourg castral. À l’ouest, l’entrée était marquée par le moulin et son étang.

  • 54 Carte géologique de la France, à 1/50000, « Vallées de l’Eure et de l’Iton ».
  • 55 V.-E. Veuclin (éd.), Mémoire historique sur Verneuil..., op. cit.
  • 56 Arch. nat., 273 AP 277, p. 64-66 : « Les extraits de 1393 : prouvent que le Roy entretenoit de tou (...)

17L’alimentation des fossés de Breteuil puis de Verneuil nécessita en revanche d’importantes dérivations de l’Iton. Ces canaux, parfois rectilignes et endigués comme aux environs de la Tournevraye (le « Moulin-Neuf »), sont récents et n’ont pas modifié la composition géologique des sols54. De plus, il n’est pas anodin que la voie antique du « chemin Perrey » disparaisse précisément à partir des étangs de Cintray. Ces modifications y occasionnèrent sans doute un déclin de l’usage de cette route et une prise de possession des sols plus prégnante, en plus des désordres hydrologiques générés. L’historiographie ancienne fut relativement discrète sur les détournements de l’Iton et aucune chronique médiévale n’évoqua ces importants travaux. Les Mauristes en donneraient la relation la plus ancienne (1674-1675) : Henri Ier « détourn[a] l’Iton sur plus de 2 lieues, vers l’endroit le plus haut de la ville pour alimenter les canaux55 ». Un mémoire de 1725, pour l’« Établissement de fourneaux, fourges et fenderies à l’entrée des étangs de Bretheuil56 », cita des extraits d’actes du XIVe siècle dans lesquels ils furent décrits. Leur possession était alors attribuée au roi de France au titre de la seigneurie de Breteuil. Le rôle d’imposition des vingtièmes des paroisses de Francheville et Cintray (1779) fit plus précisément remonter leur origine à l’époque de Henri Beauclerc :

  • 57 Arch. dép. Eure, C 320, « observations générales » ; voir M. Le Sueur, « Canton de Verneuil-sur-Av (...)

La paroisse [de Francheville] est coupée vers son milieu par une prairie arrosée de deux rivières, dont la source commence à une demie lieüe du bourg, à un endroit sur les confins de la paroisse de Bourth, appellé le Becquet, ouvrage curieux et très utile que nous ont laissé les Anglois, qui annonce la protection qu’Henri Ier, alors roi d’Angleterre et duc de Normandie, accordoit aux villes de Verneuil et de Breteuil. Ces deux villes manquoient d’eau, il fit partager la rivière d’Iton à cet endroit appellé Becquet en deux très égales parties et força, par des canaux qui dans ces endroits sont creusés à 40 pieds de profondeur et en d’autres sont élevés au dessus du sol ordinaire de la terre par des terrasses et remblais, les eaux à remonter l’espace de deux lieües pour passer dans les villes de Verneuil et de Breteuil57 [...]

  • 58 Arch. nat., 273 AP 277, p. 64-66 (Mémoire, 8 avr. 1720) : « [...] la partie de la rivière d’Iton q (...)

18À Breteuil, le « Bras forcé » de l’Iton fut associé à un plan d’eau marécageux, « l’étang de Breteuil », permettant à la fois de stabiliser le niveau de l’eau dans les fossés de la ville et de constituer un vivier58.

  • 59 C’est à cette conclusion qu’arrivait pourtant le rédacteur du mémoire de 1725 concernant l’établis (...)

19L’historiographie plus récente semble vouloir attribuer la première phase, concernant Breteuil, à Guillaume le Conquérant. Cependant, ces attributions pourraient être sujette à caution car aucune relation contemporaine n’en fit état. À Breteuil, la présence, lors du siège de février 1119, de profonds fossés en eau ne donne pas d’indication sur l’existence d’une véritable dérivation59 car les « Berges de l’Iton », marécages anciens en aval de Breteuil, sont environnées de dépôts limoneux très largement antérieurs à l’arrivée des eaux de l’Iton. Pour Verneuil, un premier départ fut tenté à « la Rouillardière » mais le tracé final fut réalisé en amont de celui de Breteuil, indiquant seulement qu’il fut créé dans un second temps.

  • 60 Nicolas Faucherre, Montreuil-sur-Mer, ville fortifiée, 1993, p. 11 et suiv.
  • 61 J. Le Maho, « Un grand ouvrage de génie civil : le canal de la Voûte à Fécamp », dans Société de l (...)
  • 62 L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., op. cit., p. 99-100.

20Ces travaux hydrauliques ne furent pas uniques pour le Moyen Âge et peuvent aisément être comparés avec d’autres, antérieurs ou sensiblement contemporains. À Montreuil-sur-Mer dès le Xe siècle, la Canche fut détournée pour alimenter les fossés de la ville60 (Haute-Canche). Autour de l’an mil fut creusé à Rouen le canal du Robec (dans l’actuelle rue Eau-de-Robec). Quasiment en même temps, Richard II fit dériver le ruisseau de la Voûte pour les moines de Fécamp61. À Caen, d’importants aménagements virent le jour sous Robert Courteheuse – le « canal Robert » sur l’Orne – et sous Guillaume le Conquérant62.

  • 63 Arch. dép. Eure, C 320 (1779), « Observations générales » : « Si ça a été un avantage pour ces deu (...)
  • 64 Ibid., C 320, « Observations généralles » : « Il y a deux moulins à bled, l’un appelé le moulin Ne (...)
  • 65 Commune et canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 66 Arch. dép. Eure, C 320, « Observations générales » : « Où elles [les eaux] favorisèrent autrefois (...)
  • 67 Arch. nat., 273 AP 277, « Arrest de la cour du parlement de Rouen, 2 juillet 1689 » : « Règlement (...)

21Entre Iton et Avre, ces détournements ne furent pas sans conséquences. Ainsi, le cours naturel de l’Iton, appelé aujourd’hui « Rivière morte » ou « Bras mort », s’est plus ou moins asséché entre le Becquet et Condé. À Francheville, le terrain est devenu marécageux63 tandis qu’à Cintray, le « moulin Beaudouin » en devint largement tributaire64. Cependant, la force hydraulique étant l’une des principales forces motrices au Moyen Âge, la création de ces canaux généra parallèlement l’implantation de nouveaux sites, comme le « moulin Neuf » de la Tournevraye sur le bras forcé de Breteuil ou le « moulin aux Malades » et son hameau, sur le Bras-Forcé de Verneuil65. Ces deux villes en profitèrent directement pour développer leur économie avec l’implantation de moulins (à blé, à foulon) et la possibilité d’évacuer les déchets polluants de l’artisanat66 (tanneries, boucheries, etc. que le mémoire de 1779 mentionnait en déclin au XVIIIe siècle). Elles purent également se créer des réserves d’eau importantes : étang des Forges et étang de France aux abords de Verneuil, étang des Tanneries (dans l’enceinte) et étangs de Breteuil. Cependant, ces canaux réclamaient des travaux réguliers d’entretien : en 1689, le parlement de Rouen souligna que leur défaut entraînait directement l’arrêt des moulins du canal de Breteuil67. Au XIXe siècle, les retenues d’eau de Verneuil étaient inutilisables.

La mise en valeur des terroirs et l’activité économique

Le relèvement religieux : les restaurations et les fondations monastiques

22Les premières mentions de fondations religieuses de cette partie de la Normandie remontent pour les plus anciennes à la fin du Xe siècle mais, de ce fait, elles furent essentiellement françaises. Elles furent surtout motivées par l’abbaye Saint-Père-de-Chartres – dès 965 à Saint-Georges – et par la comtesse Emma de Poitiers – à Coudres et Marcilly-la-Campagne – lors de la fondation de l’abbaye de Bourgueil en 996.

  • 68 Nombreuses furent les fondations qui devinrent les lieux de sépulture familiales privilégiés ; D. (...)
  • 69 BNF, lat. 11055, p. 14 : charte de restauration de Guillaume le Conquérant (copie) ; E. M. C. Van (...)
  • 70 Sur ce point voir les deux cartes des fondations monastiques de 911 à 1087 et du XIIe siècle, par (...)

23Le relèvement religieux par les Normands fut tardif dans cette zone frontalière et s’arrêta précisément en périphérie de l’interfluve Iton-Avre, très certainement en raison de la non-maîtrise du territoire. Notons également qu’il releva exclusivement d’initiatives aristocratiques et eut souvent un caractère politique privé. Il consacrait l’appropriation du territoire par un groupe familial et devenait ainsi un organe dynastique à part entière68. Vers 1035, Roger Ier de Tosny fonda l’abbaye de Saint-Pierre-de-Chastillon (Conches). Les années 1040-1050 virent d’une part, la restauration de l’abbaye de Saint-Evroult-en-Ouche par Guillaume Girois et ses neveux Robert et Hugues de Grandmesnil69, d’autre part la fondation de Notre-Dame de Lyre par Guillaume Fils-Osbern et Adèle de Tosny. Enfin, l’abbaye d’Ivry ne vit le jour qu’en 107170. Par ailleurs, la seule fondation cistercienne de la région, à l’Estrée, fut tardive (1140) et correspondait à l’habitude cistercienne de se placer sur des frontières. Celle-ci n’y tint pas un grand rôle et conserva une influence très localisée, tournée vers un développement agricole de petite envergure à partir de quelques granges.

24Nous pouvons également remarquer que les villes ducales du début du XIIe siècle ne s’accompagnèrent pas de fondations religieuses importantes, tout au plus d’établissements de charité ou de prieurés. D’une part, ces villes étaient cantonnées à un rôle administratif, politique, militaire et leurs principaux revenus furent immédiatement donnés à l’évêque d’Évreux. D’autre part, la dynamique religieuse de la seconde moitié du XIe siècle semble être déjà épuisée, se tournant essentiellement vers des fondations plus modestes. Celles-ci furent relativement nombreuses entre le XIe et le XIIe siècle et visèrent à renforcer la présence d’abbayes influentes ou certains pouvoirs seigneuriaux. En effet même petites, elles s’inscrivirent toujours dans une politique de légitimation de l’aristocratie – les prieurés de Saint-Hilaire de Tillières par Gilbert pour le Bec (c. 1060 ?), du Désert par Robert II de Leicester pour Lyre (1125), de Saint-Jean de Muzy par Rahier pour Coulombs (c. 1133), la petite abbaye de la Chaise-Dieu-du-Theil par Richer II de L’Aigle pour Fontevrault (c. 1140) – ou d’expansion territoriale des établissements déjà présents – par exemple Saint-Étienne de Chennebrun, Saint-Christophe d’Armentières pour Saint-Père-de-Chartres (XIe-XIIe siècles).

  • 71 BNF, coll. Clairembault 995, no 2 (1147) : « grangiam de Chalet » ; no 59 (début du XIIIe siècle)  (...)
  • 72 BNF, coll. Clairembault 995, no 8 : « scilicet campartagium quatuor carrucatarum terre quas habent (...)
  • 73 L. Merlet (éd.), Cartulaire de la cathédrale de Chartres, op. cit, t. I, p. 164-166, no LXV.
  • 74 Voir supra, « Le peuplement associé au château », p. 363.
  • 75 Arch. dép. Eure, G 165 (1125) : « [...] et si praenominati fratres extra clausu(u)m forte suum ess (...)

25La participation de ces divers établissements religieux à l’expansion économique est mesurable par la quantité des donations dont ils bénéficièrent, que ce soient des revenus agricoles anciens ou récents, des rentes sur les outils de production (notamment les moulins, les forges, etc.) ou encore les nombreuses exemptions de la forêt de Breteuil, multipliées au XIIe siècle comme l’herbage et le panage, qui témoignent de l’activité annexe d’élevage pratiquée par ces établissements. De son côté, l’abbaye de l’Estrée fonda plusieurs granges entre 1144 et 116471. Certains toponymes y attestent encore l’initiative cistercienne : la « Monnerie », le « chemin Moinereau ». Le champart de Merville est connu depuis 115772. Nous savons également qu’à cette même date, les religieux de l’Estrée avaient déjà « colonisé » une terre dépendant d’Illiers-l’Évêque73, où une politique d’accroissement est également reconnaissable dans les chartes de la cathédrale de Chartres et des abbayes de Saint-Père et Saint-Taurin74. Dans un souci de dynamique économique, Robert et Amicie concédèrent au prieuré du Désert dès sa fondation, des terrains et droits importants en forêt de Breteuil en vue d’essartages75.

Les défrichements

  • 76 Communes actuelles de Francheville et Bourth, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; photog (...)
  • 77 Arch. dép. Eure, G 165, voir supra.
  • 78 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registre (...)

26Parallèlement en effet, nous trouvons une extension des zones d’exploitation agricole sur les friches et les forêts. Le premier type de défrichement est celui, bien connu, des essartages, parfaitement observable à la lisière sud-est de la forêt de Breteuil. Le parcellaire en lamelles parallèles y est relayé par la toponymie : « Long-du-Bois », « Bottereaux », « Supplantures », « Champs-longs76 ». Il est très probable qu’ils apparurent après le creusement du « bras forcé de Breteuil », qui leur servit de bornement au sud. En 1125, la charte de fondation du Désert autorisait encore implicitement l’essartage77 mais déjà l’enquête de 1220 sur la coutume de cette forêt montrait un contrôle étroit et ancien de cette pratique78.

  • 79 Sébastien Lefèvre, « Les défrichements et l’occupation du sol en forêts de Conches et Breteuil », (...)
  • 80 A. Lemoine, La frontière normande de l’Avre..., mémoire de DEA, t. II, photographies aériennes no (...)
  • 81 Voir Verneuil.

27Se développèrent également quelques terroirs en étoile issus de vastes clairières de défrichement. La forêt de Breteuil vit ainsi l’apparition entre le XIe et le XIIe siècle du prieuré du Désert, de Bois-Arnault et Bémécourt, nouveaux centres seigneuriaux et paroissiaux79, naturellement autorisés et favorisés par le seigneur de Breteuil qui y installait de nouveaux vassaux. Le terroir de Chennebrun, qui se développe aujourd’hui entre les bras arrondis des Bois-de-France et Bois-de-Normandie, résulta également de la création du fief au sein d’un ancien massif forestier, occasionnant également une déviation du « chemin Perrey ». Autour du village d’Illiers-l’Évêque, se déploya un terroir en étoile dont les signes sont aujourd’hui moins évidents car pris dans un autre type de parcellaire. Il reste possible néanmoins d’isoler un petit périmètre compris entre les Grès, le Brémien, Grateuil, les « terres d’Évreux » et les « Fontaines ». Breteuil, toponyme en ialum (clairière), est inscrit dans un terroir concentrique, parfaitement mis en évidence par le parcellaire80. La coutume de la forêt mentionna une « livrée » s’étendant au nord jusqu’à Bordigny. Cet espace de cultures à la coutume avantageuse est sans doute à associer à la fondation du bourg, dont il assurait l’approvisionnement81.

  • 82 A. Lemoine, La frontière normande de l’Avre..., op. cit., t. II, photographies aériennes nos 1 et (...)
  • 83 Celui-ci comprend les lieux-dits des « Hayes le Roi » et « Rond point des Hayes le Roi » ; il est (...)
  • 84 Arch. dép. Eure, IV F 174 ; Congrès archéologique de France, 1854, p. 180-182 et p. 194-199.
  • 85 Comme de Pullay : les Bois-Francs, le Bois-Pendu, le Bois Toisney ; commune de Courteilles : le Gl (...)
  • 86 Commune de Mandres, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

28Autour de Verneuil et de Nonancourt, nous distinguons également de vastes terroirs en étoile82. L’étendue de la « livrée ou Franche bourgeoisie de Verneuil », détaillée au XVIIe siècle, s’étendait largement vers le nord mais assez peu au sud (carte no 27). Elle comprenait Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil et exceptait le Mont-Baudry car donné antérieurement à l’abbaye de Jumièges. Ces détails permettent de caler la délimitation de ce terroir avec la création de la ville. À l’ouest, cette « livrée » frôlait le massif des « Bois-Francs83 », comprenait Pullay et Mandres en bordure de la Forêt de Bourth, suivait en partie le chemin Perrey, enjambait le « Bras-Forcé » de l’Iton, rejoignait Gauville puis suivait la limite naturelle du « val du Boulay84 » bordée encore aujourd’hui des « bois Bissieu », « bois des Entes », « bois Sueur » et « bois de l’Arche ». Pas de mention de « livrées » ou de « conquêts » pour Nonancourt, cependant ce bourg s’inscrit lui aussi dans un très large terroir en demi-cercle au nord de l’Avre. Il est délimité à l’est par le « bois de Saint-Rémy » – dépendant de la famille de Châteauneuf – et par le Ruet, puis par la « vallée Pasquier » bordée d’une ceinture boisée au nord et à l’ouest (« bois de Merville », « bois de la Couture », « bois de Beauce » et « bois de la Coudrelle »). Comme à Verneuil, la mise en culture ne concerna apparemment pas la rive française de l’Avre, dépendante du comté de Dreux. Autour des bourgs, les toponymes évoquent ainsi majoritairement les défrichements, les résidus boisés ou végétaux et sont formés à partir de « Bois- », « Bois de », « la Haye » ou les « Bruyères85 ». Les mentions de défrichements sont visibles à travers quelques toponymes comme Écorcheville86, le Buisson-Brûlé, les Brûlés-d’Acon.

Carte no 27 – La « Livrée ou Franche Bourgeoisie de Verneuil ».

  • 87 Sur la date de leur introduction, voir supra, « La protection juridique ».
  • 88 Arch. dép. Eure, G 6, p. 19, no 14 : « Et unam carrucatam terre, et duas mansuras in burgo » et G (...)
  • 89 M. Bateson, « The Laws of Breteuil... », art. cité, p. 76.
  • 90 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. II, p. 668, no LXXI.
  • 91 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 83-84, (...)

29Ainsi, les « livrées » semblent bien avoir constitué la matrice du terroir vernolien, comme zone d’approvisionnement nécessaire de la ville87. Ces opérations de défrichements réservées aux bourgeois associaient naturellement et sans les opposer l’urbanisation avec l’exploitation agricole d’un terroir. En 1128, une charmée de terre fut comprise à Nonancourt dans la donation à l’évêque d’Evreux et après la fondation du bourg, montrant ainsi la complémentarité des activités urbaines et agricoles88. À partir du récit de l’incendie de Breteuil à l’automne 1138, M. Bateson faisait déjà remarquer que des activités rurales se déroulaient dans l’enceinte du bourg où, devant les maisons l’on travaillait le chaume et l’on séparait la balle du grain89. La différence résidait peut-être dans le fait que les bourgeois n’exploitaient pas eux-mêmes les terres qui leur avaient été données à leur arrivée mais qu’ils les firent rapidement travailler par d’autres, quitte à participer aux moments forts comme la moisson. Les articles nos 16 et 17 de la première charte de la coutume de Verneuil évoquaient la présence d’hôtes, terme habituellement appliqué aux colons implantés dans une zone à peupler ou à défricher. Ces hôtes ne semblent pas avoir été intégrés à la bourgeoisie, mais seulement avoir cultivé les terres et loué les maisons des bourgeois. En 1203, des « hôtes » dépendaient également de Chennebrun90. Enfin, en 1219, on peut signaler l’existence de rustici qui témoignèrent des biens agricoles du défunt Étienne Petit, ancien maire de Verneuil91. Ces larges terroirs en étoile et leurs liens évidents avec la bourgeoisie prouvent que la mise en valeur de la terre accompagnait sans aucun doute la création de ces bourgs, dès le début du XIIe siècle.

  • 92 Voir supra.
  • 93 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1 ; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « Usuarium mortui bosc (...)

30Enfin, nous trouvons dans la partie orientale de la frontière un troisième type de défrichement, aussi extensif que les terroirs en étoile mais ne rayonnant pas autour d’un centre de peuplement : il s’agit principalement des colonisations effectuées par les cisterciens de l’Estrée à partir de leurs différentes granges92. En 1144, l’abbaye reçut l’usage de mort-bois dans le « bois de Muzy93 », qui a totalement disparu aujourd’hui mais dont il reste quelques ensembles (Bois « du Mesnil », de « la Héruppe », de la « Noë-Villiers » et la bande du « Bois de Merville ») intercalés entre deux affluents de l’Avre, le Ruet et la Coudane. Des petites surfaces boisées (« Bois de Saint-Vincent », « Bois Matthieu », « le Bassier », « Bois des Hudoux », « Bois des Fayots », « Bois Bréant », etc.) montrent quelques persistances résiduelles de la forêt. Quelques toponymes attestent également d’une mise en culture : « Bois des Brûlins », les « Longues Bouvées », les « Pièces » et les « Champs de Saint-Thibault », les « Pièces de Merville », les « Champs Rivet ». L’abbaye s’attaqua en fait à un large massif boisé, situé dans le prolongement des forêts de Croth et de Dreux.

Les bourgs castraux

  • 94 La Barre-en-Ouche ; La Neuve-Lyre ; La Haye-Saint-Sylvestre ; Pont-Echanfray ; Les Bottereaux ; Gl (...)
  • 95 Voir L. Musset, « Peuplements en bourgage et bourgs ruraux.. », art. cité, p. 177-208.

31Il convient enfin de souligner l’intérêt majeur du bourg castral, dans le domaine financier avant tout car toute création visait à canaliser la croissance économique. Jusque sur la frontière normande de l’Avre, ils devinrent, chacun rapporté à sa propre échelle, des plateformes financières locales. À la différence de la vallée de la Risle et l’ouest de l’honneur de Breteuil, quasiment aussi riche en bourgs ruraux qu’en petits seigneurs châtelains94 (sinon plus avec le cas de Rugles, bourg apparemment sans château) ou d’autres bourgs abbatiaux de type purement économique95 (Cormeilles, Saint-Taurin d’Évreux), les bourgs de l’interfluve Iton-Avre furent développés en association avec des châteaux de frontière, également importants chefs-lieux de baronnie (Breteuil et Tillières) ou dans leur dépendance directe (Damville). Mis à part le cas de Chennebrun – quoique la mouvance de la famille de Morville ne soit pas très claire – leurs arrière-vassaux ne prirent pas cette initiative. De même, les possessions de l’évêque d’Évreux d’Illiers et de Condé-sur-Iton, qui reçut tout de même sous Richard Cœur de Lion les avantages commerciaux en vigueur à Breteuil, ne connurent pas de fondation de bourg à proprement parler.

  • 96 Quoique le fief de galon aurait déjà frappé la monnaie.

32L’intérêt qualitatif des bourgs de l’interfluve Iton-Avre fut majoré par leur faible densité car ils se positionnèrent sur une aire de rayonnement plus large. Le rôle de ces bourgs castraux, comme réservoirs fiscaux et colonisation moderne par des Normands de cette frange méridionale, est nettement plus voyant pour Verneuil et Nonancourt. Leurs avantages y sont plus évidents par leur envergure et, surtout, grâce à la possession de documents comptables précis. Nous devons cependant imaginer le même cas de figure, en plus modeste certes mais au cœur de riches domaines, pour Breteuil et Tillières et les bourgs castraux plus secondaires de Damville et Chennebrun. Générant des revenus en numéraire, ils favorisèrent également pour le seigneur un passage à une nouvelle économie monétaire, non plus seulement fondée sur une part de la production agricole96.

33Leur situation frontalière n’induit en aucun cas que ces bourgs évoluèrent en vase clos au sein d’une zone militarisée, coupée du reste du monde. Ils furent, tout au contraire, naturellement intégrés aux réseaux économiques existants ou se mettant en place à la même période. Les origines des populations inscrites dans les listes de l’Échiquier, tant pour les procédures juridiques que pour l’emprunt, indiquent une aire de recrutement assez large. Les foires et marchés sécurisés et réguliers, la présence de financiers juifs, originaires de L’Aigle et prêtant à Verneuil ou vernoliens prêtant à une Conchoise, montrent bien l’existence de réseaux économiques et financiers.

Une économie transfrontalière

  • 97 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 24-25, (...)
  • 98 Daniel J. Power, Frontiers in question, p. 120-121.

34L’existence d’une frontière étatique doublée d’une frontière diocésaine et les nombreux conflits furent-ils un frein aux échanges nord-sud ? Il semblerait que, malgré l’insécurité ambiante – celle-ci étant liée à des événements particuliers, réguliers mais souvent espacés de plusieurs années – il n’y eut pas de fermeture des frontières. Il y eut naturellement quelques incidents isolés, comme la captivité du malheureux bourgeois de Brézolles emmené par des pillards normands à Grandvilliers, les incendies de bourgs (Tillières en 1152, Verneuil en 1152, 1173, et 1194, Chennebrun et Brézolles en 1168, etc.) Mais finalement, ces événements, conjugués aux incendies accidentels (Verneuil en 1134), ne faisaient pas exception dans le climat général de violence de l’Europe médiévale. Remarquons d’ailleurs que le terrible incendie de Breteuil en 1138 eut lieu à l’occasion d’une guerre privée entre Normands, sans aucun rapport avec la frontière. Des mesures furent néanmoins prises çà et là, comme l’interdiction expresse par Gilbert IV de Tillières d’élever des fortifications privées97. Eurent lieu quelques déplacements : Rescolium, Saint-Martin du Vieux-Verneuil, le château de Muzy. Dans le même secteur, D. Power a déjà fait remarquer que Richard de Courteilles avait proposé à l’abbaye de l’Estrée une escorte pour l’acheminement du grain en cas de conflits sur la frontière98.

  • 99 L. Merlet (éd.), Lettres, saint Yves évêque de Chartres, op. cit., p. 401-402, no CCXXIV (1113).

35Ceci étant, la population ne se sentait pas nettement plus qu’ailleurs sujette à l’insécurité et s’arrangeait avec les conflits. La rivière de l’Avre était aisément franchissable par plusieurs gués et les routes n’étaient pas coupées en permanence. D’ailleurs, la plupart des passages obligés étaient justement sécurisés par la présence de châteaux. De nombreux indices attesteraient plutôt l’existence de réseaux transfrontaliers. Tout d’abord, les hommes eux-mêmes, toutes classes sociales ou origines confondues, n’hésitaient pas à franchir la frontière comme le montrent nombre des chartes étudiées, à l’occasion de donations de terres ou de simple témoignages. L’évêque Yves de Chartres fit, par ailleurs, remarquer à Audin, évêque d’Évreux, que des excommuniés du diocèse de Chartres trouvaient bon accueil auprès des prêtres et des moines de Muzy, dans le diocèse d’Évreux99. Enfin, le malheureux bourgeois de Brézolles, captif à Grandvilliers, rejoignit la route de Tillières parce qu’elle lui permettait de rentrer directement chez lui.

  • 100 Arch. dép. Eure, H 320, cotte 4; BNF, coll. Clairembault 995, no 13 : « [...] duas carrucatas ad m (...)
  • 101 Arch. dép. Eure, H 320, cotte 6 (n. d.) : « Et quatuor avene ad mensuram drocensem. »
  • 102 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 29, no 213 : « Duo dolia vini continentia quatuor modios vini ad mensu (...)
  • 103 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 138-140, no LI et t. II, p. 146-147, no CLXXIX
  • 104 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 13, no 6 (no 23) (1168-1190) : « Baldricus etiam Hoer dedit eidem e (...)

36Sur un plan économique, nous pouvons remarquer qu’à Illiers-L’Évêque, dans une donation de Raoul d’Ilou, cohabitaient tout naturellement les mesures normandes d’Illiers et celles de Chartres100. Entre 1183 et 1192, Jean évêque d’Évreux fit confirmation en présence de Sehier de Quency, connétable de Nonancourt, d’une donation aux abords de l’abbaye de l’Estrée, où l’avoine fut estimée en « mesure de Dreux101 ». En 1260, la mesure de Dreux fut également utilisée pour préciser le volume exact de deux tonneaux de vin de la vigne d’Aulnay, lors d’une donation de Guillaume des Minières à la Chaise-Dieu du Theil102. Au Vieux-Verneuil avaient cours, au XIe comme encore au XIIe siècle, les monnaies de Dreux et de Chartres103, de même qu’à Breteuil au XIIe siècle104.

  • 105 BNF, lat. 10101, f° 88, no CLVI (n. d.):« . (...] Nos Sancti Petri Carnotensi, videlicet monachi, (...)
  • 106 BNF, lat. 10106, f° 1 v° (n. d., 1165-1180).
  • 107 BNF, coll. Doat, no 248, f° 230 (1180) : « [...] quod, cum inter me et burgenses meos de Drocas, o (...)

37Il est certain que ces exemples sont tous très localisés, surtout sur les rives de l’Avre ou se rapportent le plus souvent à des implantations chartraines et dreugésines fort anciennes. En effet, la première raison à ce phénomène reste que, comme cela a été constamment souligné, de nombreux domaines ecclésiastiques et seigneuriaux, français et normands, avaient des ramifications de part et d’autre de l’Avre, indépendamment des principautés et des modifications des limites étatiques. La perméabilité de la frontière était donc indispensable et sa fermeture était tout autant inconcevable. Le constat est donc simplement que la frontière n’eut pas de réelle incidence sur les activités économiques nord-sud ou seulement superficiellement et occasionnellement. La présence de bourgs castraux sur la frontière française, notamment à Anet, Dreux ou Brézolles, met également en lumière l’existence d’un réseau économique de même type, relié aux places normandes. Il n’est pas innocent que la famille de Châteauneuf fondât un bourg à Brézolles, près du château et de la léproserie, dépendant de la paroisse Saint-Germain, au cens annuel de 11 deniers105. Notons enfin qu’en complément et non en concurrence de celle de Nonancourt, une foire fut concédée peu après par Louis VII aux chanoines de Saint-Étienne de Dreux et qu’elle durait six jours pleins au mois de mars106. Cette même ville de Dreux, déjà réorganisée en bourg, fut érigée en commune sous Robert de Courtenay, en 1180107.

Le peuplement

Un effet provisoire de dépeuplement ?

  • 108 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit., t. I, p. 92 (av. 1024) ; M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. (...)
  • 109 Ibid., p. 92, no 15 (21 sept. 1014).
  • 110 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 126-127 et p. 72 (av. 986), etc., voir supra.
  • 111 Ibid., p. 141 ; Crucay, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 112 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 17, voir supra.
  • 113 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 37.

38Différents indices mettent en évidence les conséquences directes des guerres frontalières sur l’état du peuplement de part et d’autre de l’Avre. Entre 1015-1023, la villa de Rescolium disparut pour cause de guerres « assidues » et sa petite église paroissiale Saint-Rémy fut vite réunie par Richard II à celle de Saint-Georges108. Cet événement peut être mis en rapport étroit avec les affrontements de Eude II de Chartres et Richard, tout comme l’indemnisation versée, dès 1014 par Richard à la cathédrale de Chartres109. À l’ouest de la frontière, la villa d’Armentières se retrouva momentanément dépeuplée dès le deuxième tiers du XIe siècle, alors qu’à la fin du Xe siècle elle paraissait encore florissante110. À la fin du XIe siècle ou au tournant du XIIe siècle, la villa de Crucay était également mentionnée comme déserte111. Entre 1181 et 1185, l’église de Saint-Martin du Vieux-Verneuil fut déplacée en raison des conflits dont elle avait durement souffert112. Enfin, en 1197, Rahier de Muzy fit déplacer les bâtiments du prieuré de Muzy pour rebâtir son château ruiné par les guerres113. La répétition de ces occurrences durant les XIe et XIIe siècles permet naturellement de penser qu’en certains endroits de la frontière, la population eut directement à souffrir des conflits. Cette désertification occasionnelle, provisoire ou définitive, fut due non pas à la disparition totale de la population mais plutôt à sa migration vers d’autres sites, sans doute mieux protégés ou plus attractifs. Cette période correspond d’ailleurs à une forte restructuration des centres de peuplement, liée à une refonte du puzzle micro-territorial.

Des formations récentes

  • 114 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., voir chap. ii « Les établissements religieux et la mi (...)
  • 115 BNF, coll. Clairembault 996, no 1 : « Nivardus autem de Nonancuria dedit eisdem monachis, libere d (...)
  • 116 R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. 41, no 71.
  • 117 Peut-être par le parainage.
  • 118 Arch. dép. Eure, H 321 ; BNF, coll. Clairembault 995, no 88.

39Nous avons parallèlement maintes preuves d’un essor démographique conséquent. Même en terre normande, les centres les plus anciennement connus (Xe siècle) résultèrent souvent d’initiatives françaises : Coudres, Illiers, Saint-Georges, peut-être également Nonancourt, etc. Il convient de souligner également le rôle probablement très important joué par l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres qui installa ses prieurés le long de l’Avre, dans le but évident de faire fructifier le territoire alentour114. Pour les bourgs de Chennebrun et de Verneuil, il semblerait que premier foyer de peuplement se trouvât au sud de l’Avre. En effet, leurs pendants français – Armentières, Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil et le Mont-Baudry – étaient connus avant l’instauration de l’autorité normande sur l’Avre. Il se peut donc qu’une sorte de glissement de population se soit effectué de la rive droite vers la rive gauche de l’Avre. Les origines de Nivard de Nonancourt semblent confirmer cet état de fait. Il fut tout d’abord co-fondateur de l’abbaye de l’Estrée, avec Rahier de Muzy et Gervais de Châteauneuf115 (1144). Avant 1149, il fit avec son frère, Hugues, une donation sur des terres proches de Dreux, dépendantes de la famille de Muzy. Il mourut entre 1149 et 1155-1164, assassiné par un certain Michel de Dreux, sans doute un chevalier du château. Ses frères, Gervais et Louis, lui succédèrent116. Le prénom de Gervais, dans cette zone territoriale proche de la fortification de Saint-Rémy-sur-Avre, peut, en outre, légitimement suggérer que la famille de Nivard fut intimement liée à la celle de Châteauneuf117. De même, nous trouverons à Tillières en 1231, un bourgeois du nom de Roger de Chartres118. Ce phénomène peut s’expliquer par la mouvance tout d’abord française de cette partie de la rivière.

  • 119 Comme souvent le cas à Bérou, Tranchevilliers, Pommereuil, etc., voir supra.

40Nous avons par ailleurs déjà évoqué les défrichements, signes certains d’un besoin grandissant de terres agricoles. Les créations de fiefs, souvent en corrélation avec ces défrichements, furent également significatives. Les formations toponymiques récentes, comme Bois-Arnault ou Chennebrun, sont typiques de cette époque et se rapportent précisément à la forêt. De même, de nouveaux toponymes apparurent, formés à partir d’une fondation de paroisse, comme Saint-Christophe ou Saint-Victor. Cela ne signifie pas que la région sud de l’Évrecin était auparavant inhabitée car les dédicaces paroissiales anciennes, comme celles de Saint-Martin, y furent nombreuses mais elle vit au cours de ces deux siècles, une densification de son peuplement. En outre, d’après les réquisitions récurrentes de consentements des collatéraux, ascendants et descendants119, il semble qu’au sein des fiefs de chevaliers, les patrimoines étaient sans doute de petite taille et que, finalement, ils aient fonctionné en indivision avec une préséance simple de la primogéniture.

  • 120 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 56-57, no XVII, t. II, p. 68-69, no CXXXIV et (...)

41Notons enfin que le Mont-Baudry subit l’évolution du régime féodal entre les XIe et XIIe siècle, passant du statut d’alleu (tenure libre aux origines anciennes, assez rare en Normandie) en 1030, à celui de fief au XIIe siècle120. Cette soumission, plus souvent mue par la pression du groupe seigneurial et de son régime féodal que par réel un besoin de protection, illustre par ailleurs l’impossibilité de rester indépendant dans cette zone frontalière.

Le maillage des paroisses rurales

42Entre le Xe siècle et le XIIe siècle eurent apparemment lieu des regroupements au profit d’une seule paroisse, comme, semble-t-il à Breteuil ou Saint-Georges-Motel qui recueillit Rescolium. À l’inverse, les défrichements et créations de fiefs s’accompagnèrent-ils de fondations paroissiales, même tardives ?

  • 121 J. Charles, « Vestiges d’époque romane... », art. cité ; voir également les articles de M. Baudot, (...)

43En dehors des fondations de bourgs, il est assez difficile d’évaluer les apparitions nouvelles. Nombreuses sont les églises à posséder encore des vestiges romans, même restreints121 (baies, contreforts, absides ou pans de murs), l’absence de vestiges n’excluant pas l’existence d’édifices antérieurs. Le recours à l’analyse des vocables peut apporter quelques minces informations. Ceux de saint Martin (Armentières, le Vieux-Verneuil, Condé, Cintray, Grandvilliers, Coudres, Nonancourt, Heudreville-sur-Eure, etc.) sans doute des plus anciens, sont assez largement répartis sur le territoire. Saint Nicolas (Athez) et la Madeleine (Nonancourt) semblent en revanche plus récentes, à partir du XIe siècle. À Courteilles, le vocable de saint Hilaire est certainement lié aux rapports entretenus avec la famille Crespin. Sa formation serait donc successive à celle de Tillières, du XIe siècle cependant. La paroisse Saint-Evroult à Damville fut sans doute fondée entre 1050 (date de la restauration de l’abbaye) et les années 1060-1070.

  • 122 M. Baudot, « Les églises du canton de Rugles », art. cité, p. 31 : « À Bois-Arnault : patronnage : (...)

44Une autre série de fondations eut lieu dans les années 1120. Elles accompagnèrent les nouveaux fiefs comme Chennebrun ou Bois-Arnault. Leurs vocables (Notre-Dame et saint Pierre) ne portent pas de marque chronologique précise122, mais nous savons que les seigneuries existaient au milieu de la décennie 1120. La fondation de Verneuil, avec pas moins de six nouvelles paroisses, semble avoir parachevé ce phénomène. Il semble bien que les changements les plus significatifs intervinrent avec la reprise en main de l’autorité normande, depuis la deuxième moitié du XIe siècle jusqu’à la fin des années 1130 et qu’il n’y eut pas de mutation substantielle après 1130, la mise en place des réseaux paroissiaux, en lien avec les réseaux seigneuriaux, étant chose faite à cette époque.

Quelle répartition de la population ?

45Entre l’Iton et l’Avre, il existait deux types de population. L’une était rurale et plutôt traditionnelle et l’autre, urbaine, apparut dans la seconde moitié du XIe siècle avec les premiers bourgs castraux (Breteuil). La population paysanne, hormis les « hôtes » des bourgeois (Verneuil, Chennebrun) et quelques cas de colons (Illiers), est assez peu documentée. Elle se trouvait dans les centres paroissiaux anciens et accompagnait nécessairement tous les fiefs de chevaliers qu’elle contribuait à faire vivre.

46La toponymie tend à montrer que d’une manière générale, avant les XIIIe-XIVe siècles, l’essentiel de la population en surplus fut dirigé de préférence vers les bourgs. Conjointement, la présence des larges terroirs en étoile souligne que ces défrichements ne furent pas des initiatives individuelles mais de véritables œuvres collectives, plutôt vastes et rayonnant autour des centres nouveaux dont ils assuraient désormais l’approvisionnement. Notons la particularité de Verneuil et de Nonancourt, créations ducales et chefs-lieux administratifs importants. Nous y observons, en conséquence de la politique ducale, une absence quasi totale de fiefs de chevaliers et un peuplement urbain quantitativement plus important. Si nous distinguons un véritable essor démographique dans la région pour les XIe-XIIe siècles, celui-ci semble donc avoir été, malgré quelques fondations nouvelles de fiefs périphériques (Chennebrun et Bois-Arnault), rapidement récupéré au profit des bourgs castraux. L’accord de privilèges significatifs prouve à lui seul une volonté d’accueil massif et de canalisation de la croissance.

  • 123 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190

47Il semblerait que par la suite, la population ait cherché à retourner dans les campagnes. Nous observons à la fois l’apparition de nouveaux toponymes en -ière et en -rie, parallèlement à dépeuplement apparent de ces villes. Verneuil vit ainsi la réduction du nombre de ses paroisses et le déclassement d’églises paroissiales. Déjà, vers 1370, l’église de Saint-Jacques avait été réunie à celle de Saint-Pierre et celle de Saint-Nicolas était devenue simple chapelle123.

Notes

1 P. Bauduin, « Le baron, le château et la motte... », art. cité, p. 37-53.

2 Gérard Louise, « Châteaux et frontière seigneuriale au XIe siècle, l’exemple du Soasnois aux confins de la seigneurie de Bellême et du comté du Maine », dans CRAM (éd.), Château-Gaillard. XIV, actes du colloque international tenu à Najac..., 29 août-3 septembre 1988, études de castellologie médiévale, Paris, Jouve, 1990, p. 225-246 ; Matthew Strickland, « Securing the North : Invasions & Strategy of Defence in 12th century Anglo-Scottish warfare », dans M. Chibnall (dir.), Anglo-Norman Studies XII (1989), Boydell-Woodbridge, 1990, p. 177-199.

3 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. II, p. 636 (Gautier de Bois-Giroult).

4 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 242-245.

5 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 13.

6 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 463.

7 BNF, Cartes et plans, Ge cc 1244.

8 Ils ont déjà fait l’objet de différentes études qu’il n’y a pas lieu de reprendre : F. Salet, « Verneuil-sur-Avre », dans Société française d’archéologie (éd.), Congrès archéologique de France, 111e session tenue dans l’Orne en 1953, Paris, 1954, p. 407-458 ; B. Jouaux, « Les Fossés le Roi », art. cité ; D. Lepla, Les Fossés royaux..., op. cit. ; et id., « Les traces actuelles de fossés royaux (XIIe siècle) dans le département de l’Eure », CE, Évreux, no 125, juill. 2002, p. 17-29 : cette étude montre un effort évident de recherche de terrain, mais présente des conclusions hâtives et parfois discutables.

9 M. de Boüard, Manuel d’archéologie médiévale, p. 104-105.

10 Les « Fossés-Robert » : voir G. Louise, « Châteaux et frontière seigneuriale au XIe siècle... », art. cité, p. 225-246.

11 Adolphe de Dion, « Étude sur les châteaux féodaux des frontières de la Normandie », dans Société française d’archéologie (éd.), Congrès archéologique de France, t. XLII, 1875, p. 352-352-374 ; abbé Cochet, La Seine-Inférieure historique et archéologique, par M. l’abbé Cochet... Époques gauloise, romaine en franque..., Paris, 1866, p. 168-170 ; Ghislain et Lionel Gaudefroy, « L’énigme du Fossé du Roi, section d’une ligne de défense qui ceinturait le duché de Normandie », Cahiers de la société historique et géographique du bassin de l’Epte, no 35, 1995, p. 30-61 ; Rétonval, canton de Blangy-sur-Bresle et Conteville, canton d’Aumale, dép. de la Seine-Maritime.

12 G. Louise, « Châteaux et frontière seigneuriale au XIe siècle... », art. cité, p. 225-246.

13 Commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; actuelle D 76 ?

14 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure

15 J. Matthières, La Civitas..., op. cit. ; M. Baudot, « Le réseau routier antique du département de l’Eure », Normannia, 1932, p. 332-363.

16 Carte IGN no XX-14 ; ce nom est courant et se retrouve ailleurs en Normandie. Communications de M. Lefèvre et Le Borgne au 42e congrès des Sociétés savantes de Normandie, séances tenues à Louviers du 19 au 22 octobre.

17 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

18 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

19 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

20 Commune de Cintray, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

21 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

22 Commune des Barils, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

23 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

24 Canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir.

25 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

26 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 828 ; Durand, « Mémoire... », art. cité ; le premier évêque d’Évreux connu après la création de la Normandie, fut Gérald (c. 988-1006) : voir P. Bouet et M. Dosdat, « Les évêques normands de 985 à 1150 », art. cité, p. 28. Des fouilles archéologiques, actuellement en cours, ont déjà donné d’intéressants résultats sur les structures pré-normandes de Condé-sur-Iton.

27 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 529-530, no CCCXIX (Argentan, 1165-1173) et t. II, p. 85, no DXXI (1172-1178, Quevilly) ; arch. dép. Eure, G 123, no 192 (Argentan) et no 188 (Quevilly) ; G 6, p. 19, no 15 (Quevilly) et p. 198, no 262 (Argentan) ; G 122, fos 40-41, no 196 (Quevilly) et f° 41, no 200 (Argentan).

28 M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., passim.

29 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 141 : il reste prudent sur un contrôle réel de l’Évrecin par les Normands dès l’avènement de Rollon.

30 Les affirmations assez anciennes de M. Baudot (1932) et Doranlo (1937) sont néanmoins en cours de révision.

31 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 139 (1033-1069) ; une cartographie des gués de l’Avre fut effectuée en 1734 : Arch. nat., N IIIEure 10, « Plan ou carte d’une partie du cours de la rivière d’Avre... »

32 Ibid., t. II, p. 520-521 (1101-1116).

33 L. Musset, « Un château archaïque au XIIe siècle dans l’Eure », art. cité ; voir supra ; s’agit-il de l’actelle D 60 ?

34 Arch. dép. Eure, G 165, fos 39-40, no 66 (1235).

35 Information communiquée par M. S. Lefèvre (GRHis, université de Rouen).

36 Information communiquée par V. et J.-N. Le Borgne, Archéo 27, avril 2009 (site no 13-02) et juillet 2002, cliché no 346-120 (Le Chemin de Sainte-Anne) ; juin 1997, no 275-08 (Bourth-Le Gerrier 3) et no 275-11 (Bourth-La Forge), juillet 1998, no 289-40 (La Chaise-Dieu-Château de Courteilles 2).

37 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 688 (1232).

38 Carte IGN no XX-14.

39 Arch. dép. Eure, III PL 1316 (1835).

40 Ibid., t. I, p. 72 (986); arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventaire de 970 environ).

41 Carte IGN no XX-14. La villa ou paroisse d’Armentières s’étendait à cette époque largement au nord de l’Avre, puisque la paroisse de Saint-Christophe provient de la fondation du prieuré « Saint-Christophe d’Armentières ».

42 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 264-65 (1211) ; p. 280-281(1245) ; p. 499, no XIII (1252).

43 Arch. dép. Orne, correspondance diverse de la série C.

44 Arch. dép. Orne, C 109 avec le tracé proposé par les Ponts et Chaussées pour une nouvelle route plus directe.

45 Congrès archéologique de France, 1854, p. 194-199, terme expliqué plus loin.

46 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 267 (1211) ; p. 282 (1210).

47 Arch. dép. Eure, H 320, cote 9 (1155-1161) : « [...] inter uiam de Illeis et grangiam de Fayel [...] » ; BNF, coll. Clairembault 995, no 7 (partielle).

48 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 570 (n. d.) et t. I, p. 92 (av. 1024) ; M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., p. 116-117, no 29 ; voir supra.

49 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 255 (1181) et p. 317 (1187) ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 272 (1181) et t. II, p. 5(1187).

50 Voir Arch. nat., N IIIEure 10.

51 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49-50.

52 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 146 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 191.

53 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum patentium..., op. cit., « Introduction ».

54 Carte géologique de la France, à 1/50000, « Vallées de l’Eure et de l’Iton ».

55 V.-E. Veuclin (éd.), Mémoire historique sur Verneuil..., op. cit.

56 Arch. nat., 273 AP 277, p. 64-66 : « Les extraits de 1393 : prouvent que le Roy entretenoit de toute sortes de réparations l’ouvrage fait au dessus de bourg pour diviser la rivière d’Iton en deux parties, dont l’une conduisoit partie des eaux à Verneuil et l’autre conduisoit les eaux à Bretheüil [...] Dès que le Roy entretient de toutes sortes de réparations les ouvrages construits pour empescher la rivière d’Iton de couler par son lit naturel et ancien, et pour en contraindre les eaux d’aller partie à Verneuil et partie à Bretheuil comme le porte le second extrait du dit an 1398 [...] et tout cela prouve que le Roy est l’unique Seigneur et maistre du canal [...] »

57 Arch. dép. Eure, C 320, « observations générales » ; voir M. Le Sueur, « Canton de Verneuil-sur-Avre, le Becquet », art. cité.

58 Arch. nat., 273 AP 277, p. 64-66 (Mémoire, 8 avr. 1720) : « [...] la partie de la rivière d’Iton qui tend à Bretheuil a esté détournée par des ouvrages d’une dépense immense, uniquement pour les étangs de Bretheuil, dont les eaux faisoient la principale deffence du chasteau et de la ville, sans parler de l’utilité du poisson qui s’y nourrissoit et des autres avantages que Bretheuil en recevoit. »

59 C’est à cette conclusion qu’arrivait pourtant le rédacteur du mémoire de 1725 concernant l’établissement des forges de Breteuil, Arch. nat., 273 AP 277, p. 64-66 :« [...] audit 3° fait que tous les ouvrages de maçonnerie de la chaussée, de la bonde, des murailles d’appuy et de l’égout ou noë sont d’ancienne construction, et que leur estat présent est le mesme quelles ont eu de toute ancienneté, au-delà de plus de huit siècles, ne pouvant pas estre révoqué en doute qu’elles subsistaient en 1118 : que la comtesse de Bretheüil se jetta dans l’eau des fossés du chasteau, il n’y en auroit pas pu avoir, si cette chaussée ni les esseaux et bastardeau ne les y avoient pas soustenües, et si on ne les y avoist pas conservées pour qu’il fust toujours plein. »

60 Nicolas Faucherre, Montreuil-sur-Mer, ville fortifiée, 1993, p. 11 et suiv.

61 J. Le Maho, « Un grand ouvrage de génie civil : le canal de la Voûte à Fécamp », dans Société de l’histoire de Normandie (éd.), La Normandie vers l’an mil, op. cit., p. 193-196 ; et L.-R. Delsalle, « Autour de l’an Mil à Rouen : la capture du Robec », dans Société de l’histoire de Normandie (éd.), La Normandie vers l’an mil, op. cit., p. 185-191.

62 L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., op. cit., p. 99-100.

63 Arch. dép. Eure, C 320 (1779), « Observations générales » : « Si ça a été un avantage pour ces deux villes [Breteuil et Verneuil] que l’éton[n]ante entreprise de détourner le lit de la rivière d’Iton, il en est résulté un inconvénient à charge pour les habitants de la paroisse de Francheville qui éprouvent annuellement des innondations par le refluant de ces deux canaux, le lit de l’ancienne rivière étant presque comblé, les eaux se répandent dans la prairie et lui font un tort considérable, indépendamment de l’entretien de plusieurs ponts qui sont quelques fois entraînés par la violence des eaux [...] » ; et C 321 (1779), « Observations générales » : « L’ancienne rivière appelée la rivière morte dont le lit est presque comblé et qui n’a cours que du refluent des deux autres, aussi dans les innondations occasionnées par la fonte des neiges, les orages et les longues pluies, est-elle sujette à déborder et fait du tort à la prairie. »

64 Ibid., C 320, « Observations généralles » : « Il y a deux moulins à bled, l’un appelé le moulin Neuf parce qu’il a été reporté de l’ancienne rivière où il étoit construit, sur le bras de rivière qui se rend à Breteuil en l’année 1200. L’autre, appelé le moulin Beaudouin, est demeuré sur la rivière morte et ne tourne que rarement, c’est-à-dire quand il y a flux des deux autres rivières, ou lorsque le meunier va furtivement rompre les digues. »

65 Commune et canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

66 Arch. dép. Eure, C 320, « Observations générales » : « Où elles [les eaux] favorisèrent autrefois l’important commerce de la tannerie des peaux fines pour la couverture des livres, qui est presque totalement tombé aujourd’huy. »

67 Arch. nat., 273 AP 277, « Arrest de la cour du parlement de Rouen, 2 juillet 1689 » : « Règlement pour le bras de la rivière d’Iton qui coule du Becquet à Breteuil 1689 et description des abus et entreprises des riverains de cette rivière » ; « À cause des moulins qu’il a sur ladite rivière, lesquels demeurent en chôm(m)age la plupart du temps, en raison que l’étang de Bretheuil se trouvant fort à sec » ; « Seroit exécuté selon la forme et teneur, à cet effet, le bras de la rivière d’Iton, à commencer dudit lieu nommé Becquet jusques à Bretheüil, seroit curé par tous les riverains, ce faisant enjoint aux dits riverains de couper les branches des arbres, troncs et racines qui empêchent le cours de la dite rivière ; réparer la chaussée qui soûtient et entretient l’eau dans son lit [...] »

68 Nombreuses furent les fondations qui devinrent les lieux de sépulture familiales privilégiés ; D. Power, op. cit., p. 305-311 et 328-334.

69 BNF, lat. 11055, p. 14 : charte de restauration de Guillaume le Conquérant (copie) ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 137-143.

70 Sur ce point voir les deux cartes des fondations monastiques de 911 à 1087 et du XIIe siècle, par P. Bouet, « Le patronage architectural des ducs de Normandie », dans M. Baylé (dir.), L’Architecture normande au Moyen Âge, op. cit.,, t. I, p. 349-367, ici p. 351 et 357.

71 BNF, coll. Clairembault 995, no 2 (1147) : « grangiam de Chalet » ; no 59 (début du XIIIe siècle) : « [...] fratribus de Strata in granchia mea de Blanco Fossato » ; AD 37, H 319, no 1 (1145) : « [...] granchiam de Faiel [...] granchiam de Meruille [...] » ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. II, p. 309 (1216) ; Merville, commune de la Madeleine-de-Nonancourt, canton de Nonancourt ; le Fayel, commune de Muzy, canton de Nonancourt ; l’Homes et le Blanc-Fossé, commune de Courdemanche, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

72 BNF, coll. Clairembault 995, no 8 : « scilicet campartagium quatuor carrucatarum terre quas habent a Radulfo de Islo apu(t)[d] Meruillam », et no 29 ; coll. Clairembault 996, no 40.

73 L. Merlet (éd.), Cartulaire de la cathédrale de Chartres, op. cit, t. I, p. 164-166, no LXV.

74 Voir supra, « Le peuplement associé au château », p. 363.

75 Arch. dép. Eure, G 165 (1125) : « [...] et si praenominati fratres extra clausu(u)m forte suum essartum fecerant, monachi de Lira totam decimam habeant [...] »

76 Communes actuelles de Francheville et Bourth, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; photographies aériennes no 3, IGN, mission 1947, no 336 (Breteuil-Saint-André-Houdan) et no 363 (Verneuil-Dreux-Nogent-le-Roi).

77 Arch. dép. Eure, G 165, voir supra.

78 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141, no 87.

79 Sébastien Lefèvre, « Les défrichements et l’occupation du sol en forêts de Conches et Breteuil », dans J.-P. Hervieu, G. Désiré-dit-Gosset et É. Barré, Les Paysages ruraux en Normandie, actes du XXXVIIe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Pont-Audemer, 17-20 oct. 2002, Annales de Normandie, « Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie », vol. VIII, 2003, p. 243-269.

80 A. Lemoine, La frontière normande de l’Avre..., mémoire de DEA, t. II, photographies aériennes no 2, IGN, mission 1953, no 03 (Breteuil).

81 Voir Verneuil.

82 A. Lemoine, La frontière normande de l’Avre..., op. cit., t. II, photographies aériennes nos 1 et 4, IGN, mission 1947, no 467 (Verneuil-Dreux-Nogent-le-Roi) et mission 1955, nos 020-022 (Breteuil).

83 Celui-ci comprend les lieux-dits des « Hayes le Roi » et « Rond point des Hayes le Roi » ; il est donc possible qu’il se soit autrefois nommé « Bois-le-Roi ».

84 Arch. dép. Eure, IV F 174 ; Congrès archéologique de France, 1854, p. 180-182 et p. 194-199.

85 Comme de Pullay : les Bois-Francs, le Bois-Pendu, le Bois Toisney ; commune de Courteilles : le Gland, la Forêt, les Hayes, le Bois des Remises ; commune de Longuelune : les Bouleaux, le Coudray, le Bois Pédoux, etc. ; commune de Tillières-sur-Avre : la Haye Rault, la Haye Bredelle, les Hayes, le Bois-Pertuis, le Bois Géant, le Bochet, le Bois Sanguet, le Bois Blot, le Bois Courel, le Bois Masson, le Bois de la Garenne, le Bois Néron, etc. ; commune de Godeneval : le Bois d’Ilou, la mare du Bois ; communes de Nonancourt et de la Madeleine de Nonancourt : le Bois Pendu, le Bois de la Buchaille, les Brosses, les Chénôts, les Boulards, le Pommier Bignon, Bois de la Bauce, les Souches, Bois de Bontemps, la Coudrelle, Bois de la Coudrelle, les Grandes Bruyères, etc.

86 Commune de Mandres, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

87 Sur la date de leur introduction, voir supra, « La protection juridique ».

88 Arch. dép. Eure, G 6, p. 19, no 14 : « Et unam carrucatam terre, et duas mansuras in burgo » et G 122, f° 41, no 199 ; H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta Regum Anglo-normannorum..., op. cit., t. II, p. 250, no 1554, voir supra.

89 M. Bateson, « The Laws of Breteuil... », art. cité, p. 76.

90 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. II, p. 668, no LXXI.

91 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 83-84, no 215.

92 Voir supra.

93 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1 ; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « Usuarium mortui bosci de Museio. »

94 La Barre-en-Ouche ; La Neuve-Lyre ; La Haye-Saint-Sylvestre ; Pont-Echanfray ; Les Bottereaux ; Glos-la-Ferrière ; La Ferté-Fresnel ; L’Aigle, etc.

95 Voir L. Musset, « Peuplements en bourgage et bourgs ruraux.. », art. cité, p. 177-208.

96 Quoique le fief de galon aurait déjà frappé la monnaie.

97 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 24-25, nos 54 et 55.

98 Daniel J. Power, Frontiers in question, p. 120-121.

99 L. Merlet (éd.), Lettres, saint Yves évêque de Chartres, op. cit., p. 401-402, no CCXXIV (1113).

100 Arch. dép. Eure, H 320, cotte 4; BNF, coll. Clairembault 995, no 13 : « [...] duas carrucatas ad mensuram de Illeriis [...] et alias duas carrucatas ad mensuram Carnotensem [...] »

101 Arch. dép. Eure, H 320, cotte 6 (n. d.) : « Et quatuor avene ad mensuram drocensem. »

102 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 29, no 213 : « Duo dolia vini continentia quatuor modios vini ad mensuram Drocensem ». Aunlay-sur-Muzy ( ?), commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

103 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 138-140, no LI et t. II, p. 146-147, no CLXXIX.

104 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 13, no 6 (no 23) (1168-1190) : « Baldricus etiam Hoer dedit eidem ecclesie de Lira sexaginta solidos Carnotenses in Britolio et in fossa sua » et p. 39-40, no 46 (confirmation de Robert IV, 1190-1204) ; G 165, fos 5-6, no 6 : « Duos solidos Droc[arum] de redditu prae[posi]tura Britolii. »

105 BNF, lat. 10101, f° 88, no CLVI (n. d.):« . (...] Nos Sancti Petri Carnotensi, videlicet monachi, concessimus domino Hugoni de Castro Novo illam terram de Bruerol, quam habebamus versus domos leproseros, ad faciendum in ea burgum suum eo tenore, ut nostres Sancti Germani ecclesie XI denarios de censu annuatim [...] hec singula ita libera ab omni consuetudine et quieta, sicut ea inter ipsum contigui burgo castri vallum habuimus semper et habemus hoc est ut, tam castri quam burgi habitatores [...] »

106 BNF, lat. 10106, f° 1 v° (n. d., 1165-1180).

107 BNF, coll. Doat, no 248, f° 230 (1180) : « [...] quod, cum inter me et burgenses meos de Drocas, orta fuis et discordia [...] »

108 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit., t. I, p. 92 (av. 1024) ; M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., p. 116-117, no 29 (1015-1025).

109 Ibid., p. 92, no 15 (21 sept. 1014).

110 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 126-127 et p. 72 (av. 986), etc., voir supra.

111 Ibid., p. 141 ; Crucay, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

112 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 17, voir supra.

113 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 37.

114 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., voir chap. ii « Les établissements religieux et la mise en valeur des campagnes », p. 117-133.

115 BNF, coll. Clairembault 996, no 1 : « Nivardus autem de Nonancuria dedit eisdem monachis, libere deinceps possidendam, Bosculum faleto, concedente uxore sua, et filiis suis, Gilone et GilGilberto » ; Rotrou, évêque d’Évreux, confirma ses donations : arch. dép. Eure, H 319, fos 5-6 (1144-1158).

116 R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. 41, no 71.

117 Peut-être par le parainage.

118 Arch. dép. Eure, H 321 ; BNF, coll. Clairembault 995, no 88.

119 Comme souvent le cas à Bérou, Tranchevilliers, Pommereuil, etc., voir supra.

120 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 56-57, no XVII, t. II, p. 68-69, no CXXXIV et p. 69-71, no CXXXV.

121 J. Charles, « Vestiges d’époque romane... », art. cité ; voir également les articles de M. Baudot, « Les églises... », art. cités.

122 M. Baudot, « Les églises du canton de Rugles », art. cité, p. 31 : « À Bois-Arnault : patronnage : l’abbé de Lyre qui créa la paroisse au XIIe siècle. »

123 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190

Table des illustrations

Légende Illustration no 84 – « Évesché de Chartres divisé en archidiaconez et doyennez par le Sieur Jaillot » (1701).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Carte no 27 – La « Livrée ou Franche Bourgeoisie de Verneuil ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6830/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search