Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

IIIe partie. Châteaux féodaux et villes ducales

Articulation de la défense ducale : châteaux et bourgs castraux

Texte intégral

Le bourg castral de Verneuil au XIIe siècle, constat archéologique

  • 1 Bibl. mun. Rouen, ms. 1237, « Mémoires des généralités de Normandie », p. 230 : « Verneüil n’est po (...)

1Dans la Normandie de l’Ancien Régime, Verneuil avait une réputation de grande ville, bien bâtie mais peu peuplée et à l’économie plutôt ralentie1.

  • 2 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 127-128, no XLIII et p. 131-132, no XLV.
  • 3 Ibid., t. II, p. 49, no CXXIII (1178-1190) et p. 213-214, no CCXL (1203-1207).
  • 4 P. Bauduin, « Bourgs castraux... », art. cité, p. 28.
  • 5 Jean Flori, « Châteaux et forteresses aux XIe et XIIe siècles, étude sur le vocabulaire des histori (...)

2Dans la terminologie médiévale, la place de Verneuil fut différemment désignée selon les auteurs ou selon les circonstances. Avant la fondation d’Henri Ier, l’endroit (Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil) était appelé villa2. Puis la charte du Vaudreuil (1131), établie sur un plan exclusivement juridique, utilisa le seul terme de « Verneuil » ou villa – au sens ville – pour définir géographiquement les limites de la banalité. Pour marquer l’intervention d’Henri Ier, c’est la date de fondation du château, castellum, qui fut retenue. Une charte de l’abbaye de Jumièges utilisa également les termes de castellum ou de castrum pour désigner cette ville où elle possédait des maisons3. Il faut donc ici, à la suite de P. Bauduin4 et au contraire de J. Flori5, voir dans ces termes pourtant défensifs la désignation de l’ensemble de la ville et non le seul complexe castral. Notons également que les deux chartes de la Coutume utilisaient les termes de castellum et de villa, jamais de « bourg », alors que les droits de la bourgeoisie étaient le fond du propos. Il est donc totalement inutile de vouloir différencier par la terminologie ce qui se rapportait à la ville toute entière ou au seul château.

  • 6 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 548-549.
  • 7 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62 et suiv. ; L. Delisle (éd.), Chroniq (...)
  • 8 Ibid. ; le texte est fidèlement repris par Mathieu Paris : F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., (...)
  • 9 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit, t. I, p. 49-50 ; id. ( (...)
  • 10 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372-375.
  • 11 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., « Philippide », op. cit., t. II, p. 116, v. 480 et suiv (...)

3Chez les chroniqueurs, nous trouvons la même confusion. O. Vital évoqua toujours les Vernoliens comme des oppidani, littéralement les « habitants d’une ville fortifiée6 ». En 1152, d’après R. de Torigny, Louis VII incendia « un certain vicus du château » de Verneuil, soit une partie de la ville7. Il est surprenant qu’il n’ait pas employé burgus qu’il utilisait pourtant quelques lignes plus haut pour Tillières. À titre comparatif, nous pouvons noter qu’il ne le fit pas non plus pour Nonancourt, cité dans la phrase suivante8. R. Hoveden et B. de Peterborough employèrent simplement « Verneuil » ou la « ville de Verneuil » dans leur relation du siège de 11739. Ces appellations englobaient la ville et le château. Dans le récit de R. Dicet, un premier terme de castrum fut employé mais il est difficile de savoir s’il désignait uniquement le château ou l’ensemble de la ville. Il comprenait parfaitement néanmoins que le « Bourg de la Reine » n’était qu’une partie de ce qui était compris dans l’enceinte urbaine10. À propos du siège de 1194, ce même auteur désigna probablement le seul château, pris pour cible exclusive par Philippe Auguste, sous le terme castellum. Pour ce même siège, les historiens français Rigord et G. le Breton utilisèrent également « Verneuil » ou castellum, de la même façon que R. Dicet11.

4Cette petite enquête montre que, dans les chartes ou les chroniques contemporaines, Verneuil ne fut jamais mentionnée comme « bourg » d’un point de vue juridique ni géographique. Nous lui connaissons pourtant des bourgeois, une bourgeoisie, une division en « trois bourgs ». D’une manière générale, il est impossible dans les sources médiévales, de différencier l’habitat du château. La terminologie ne peut donc constituer, à elle seule, une composante fiable.

Une division tripartite de l’habitat

  • 12 Naturellement, nous ne retiendrons pas ici les curieuses observations B. Gauthiez (« Verneuil-sur-A (...)
  • 13 BNF, Carte de Cassini ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109 ; bibl. mun. Rouen, ms. 1 (...)
  • 14 Pour les raisons évoquées plus haut, nous ne retiendrons aucun élément de l’analyse de B. Gauthiez, (...)

5La ville12, entourée d’une enceinte polygonale comprenant le château et visible sur les plans les plus anciens13, était divisée en trois parties par des canaux intérieurs, chacune contenant deux paroisses14 (planches nos VII, VIII et IX). Cette distribution très particulière a été évoquée dans trois chroniques de la fin du XIIe siècle-début du XIIIe siècle, rapportant chacune de façon très réaliste le siège de 1173. R. Hoveden et B. de Peterborough accompagnèrent leur récit d’une exceptionnelle description topographique (identique) :

  • 15 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51 ; id. (éd.), Gesta (...)

Cependant, alors que le roi de France y faisait siège depuis un mois, il prit d’assaut difficilement une petite partie de cette ville du côté où ses machines de guerre étaient disposées. Il y avait toutefois dans la partie inférieure de Verneuil, trois bourgs le long du château, et chacun d’eux était séparé de l’autre, et cerné par des murailles et des fossés en eau, et l’un d’eux était appelé le Grand Bourg. Là, à l’extérieur du mur étaient fixées les tentes du roi de France et les machines de guerre15.

6R. Dicet pour sa part, évoqua seulement le « Bourg de la Reine », brûlé ensuite par Louis VII :

Il établit ses tentes tout autour et commença à chercher de quel côté il fallait lancer les premiers efforts, il envoya des observateurs. Il fut rapporté que le château était inaccessible car encerclé par des fossés, ceint de murs, fortifié par des ouvrages de défense [...] les Français remplirent le fossé avec du bois et des pierres qu’il firent venir de tous côtés et l’aplanirent. Ils dressèrent des machines encore plus élevées que le haut mur devant de château qui devait être mis à bas. Un bourg en particulier de Verneuil, à l’intérieur de l’enceinte, habité à la fois par des riches et des pauvres, clos de hauts murs, séparé par des limites précises, désigné par son propre nom, à savoir le Bourg de la Reine [...]

7Cet auteur relata également le siège de 1194 :

  • 16 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372-375 et t. II, p. 114-115.

Le roi d’Angleterre entendit dire que le roi des Français avait construit une palissade pour assiéger le château, que pendant huit jours il n’avait cessé d’y élever des pierres, d’y transporter des grosses pierres, d’y monter des machines, d’y excaver les murs sous les fossés, ni d’affliger physiquement les assiégés16.

  • 17 id. (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. VII.

8L’abondance de détails et ce souci de rapporter la topographie de Verneuil peut être expliquée à la fois par la volonté de conférer une dimension réaliste au récit et par l’originalité remarquable de ces dispositions. Rappelons d’une part que l’éditeur de Roger Hoveden précisait le crédit tout particulier à apporter à son récit (à partir de 1169), puisqu’étant chapelain d’Henri II, il avait vécu la plupart des événements de sa chronique17. D’autre part, le simple fait d’insister sur les échecs relatifs des rois de France à prendre la ville de Verneuil dans son entier, malgré l’utilisation de machines de guerre, d’une tour de bois et un travail de sape, prouve l’importance et l’efficacité de ses systèmes de défense.

9Nous voyons donc assez précisément que la ville était divisée en différentes parties, séparées par des fossés et des murs. Cependant, les auteurs ne sont pas d’accord sur l’appellation de celle qui fut incendié : « Grand Bourg » ou « Bourg de la Reine ». S’agit-il de deux appellations contemporaines ou successives (R. Dicet écrivit légèrement après les deux autres) ou d’une erreur d’identification, les deux bourgs étant différents mais cœxistants. Il n’en reste pas moins que l’intérêt majeur de ces divisions, souligné par chacune des relations, permit d’isoler l’incendie à une seule partie de la ville et de sauver la place. Il y était également implicite que le château, bien que situé dans l’enceinte de la ville, était séparé de la population : c’est précisément parce que le château était réputé imprenable que Louis VII affligea les habitants.

10Par ailleurs, l’appellation de « Grand Bourg » par R. Hoveden et B. de Peterborough sous-entendrait que celui-ci était sans doute plus important que les autres. Si Louis VII y plaça ses engins et ses quartiers, était-ce parce qu’il constituait la partie la plus importante de la place – mis à part le château – ou parce que la topographie s’y prêtait le mieux ? S’il s’agit du bourg nord, qui était le plus étendu, il est vrai que le terrain extérieur est totalement plat, voire en léger rehaut, permettant un large déploiement. Dans quelle mesure ces chroniqueurs étaient-ils renseignés sur ce siège et quel crédit peut-on accorder à leur récit ?

  • 18 Arch. dép. Eure, 2 Fi 579 et V PL 40.

11Tous les plans et relevés des XVIIIe et XIXe siècles montrent que la ville était traversée par deux canaux artificiels prenant naissance à l’ouest, dans les fossés extérieurs (planches nos VII, VIII et IX). Ils la partageaient en trois parties distinctes, de formes inégales. Au nord-est s’étendait en longueur le bourg correspondant aux paroisses de la Madeleine et de Saint-Jean. À l’est, se trouvaient les paroisses de Notre-Dame et Saint-Nicolas. Entre les deux, partant du sud de la tour du « Goulet », était enserré le bourg correspondant aux paroisses Saint-Pierre et Saint-Jacques. Ces divisions urbaines étaient indépendantes les unes des autres et chacune homogène par leur voirie liée à l’orientation de leurs églises. Le bourg des paroisses de la Madeleine et de Saint-Jean était traversé de cinq grandes voies s’étendant dans la longueur du bourg, liées entre elles par des passages secondaires. Les deux églises présentent un chevet vers le sud-est. Le bourg de Saint-Pierre et Saint-Jacques était composé de plusieurs rues distribuées en léger éventail dans l’angle des fossés extérieurs de la ville, tandis que les chevets églises sont tournées vers le nord-est. Le bourg sud subit des remaniements au XVIIe siècle avec la fondation de l’abbaye Saint-Nicolas (à partir de la paroisse du même nom) et la fermeture de cette partie du bourg. Les rues conservées, orientées d’est en ouest, déployaient leur courbure autour de l’église Notre-Dame, la seule qui soit véritablement orientée, avec la chapelle de l’hôpital. Ce dernier bourg était plus nettement séparé des autres par un double canal et ne communiquait avec eux que par quelques franchissements : « le pont aux Chèvres » et la rue du Canon (qui tire son nom du siège de la guerre de Cent Ans) pour le bourg de la Madeleine et le « pont de l’Arche » pour le bourg de Saint-Pierre18. Cette division tripartite de l’ensemble de la ville et de ses six paroisses détermina directement le système de voirie. Il est ainsi assez exceptionnel de voir comment la ville et ses défenses furent conçues en un ensemble cohérent, selon un véritable effort d’urbanisme et ce, dès le XIIe siècle.

  • 19 Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles espace urbain, pouvoir et société, Caen, La Mandr (...)

12À titre de comparaison, Caen fut une autre ville médiévale constituée de trois bourgs distincts19. Cependant ceux-ci procédèrent d’un tout autre mode de formation : s’ils furent sensiblement contemporains, ils profitaient à des institutions différentes : le château et les deux grandes abbayes de Saint-Étienne et de la Trinité. De plus, la ville, déjà sous l’appellation de « bourg » en 1025, préexistait à ces fondations. Le « Grand Bourg », fondé par Guillaume peu après la construction du château (c. 1060) et cerné sa propre enceinte, fonctionnait avec le château. Les bourgs monastiques étaient situés autour de leur abbaye, de part et d’autre de l’enceinte urbaine, mais appartenaient juridiquement aux territoires du bourg de Caen. Les trois bourgs de Caen furent donc des simples démembrements du vaste bourg initial. D’un point de vue topographique, la répartition des espaces urbains découla directement de ce mode de fondation. Il n’existait pas, comme à Verneuil, une enceinte unique englobant de façon homogène et ramassée ses trois composants : la construction d’une enceinte intervint autour du seul noyau central, démembré lors de la création des bourgs monastiques. La désignation de la ville fut également différente dès le Moyen Âge. Le terme consacré en fut « burgus », au singulier, celui de villa apparaissant peu. La situation fut donc différente de Verneuil où le terme de « bourg » n’apparut qu’occasionnellement, pour désigner les divisions urbaines et non la ville dans son ensemble. Nous voyons donc inscrits dans la topographie de ces deux villes, des programmes de fortifications différents, reflétant parfaitement les contextes propres à leurs fondations. À Caen, il s’agissait de remaniements progressifs tandis qu’à Verneuil, il s’agissait de trois entités reliées au seul château, tous ces éléments ayant été créés sans doute en même temps et avec une grande homogénéité.

Les fortifications urbaines

Les fossés en eau

  • 20 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 210-211, no CCXXXVIII.
  • 21 J. Charles, « Saint-Martin du Vieux-Verneuil », NE, Évreux, nos 94-95, « Verneuil-sur-Avre, cité d’ (...)

13Une charte de l’abbaye de Jumièges (1203) mentionnait des « vieux fossés » sur le territoire du Vieux-Verneuil20. S’agissait-il d’une clôture particulière, de fortifications antérieures à la fondation de Verneuil ? J. Charles mentionna l’existence de fortifications sur le site actuel de « la Butte », maîtrisant à la fois le franchissement de la rivière et le passage de la voie antique. Il en attribua la construction à Albert Fils-Ribault et signalait les vestiges d’une tour fortifiée visible jusqu’au milieu du XIXe siècle21.

  • 22 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands rôles... », art. cité, p. 68 et p. 73.
  • 23 Arch. dép. Eure, IV F 174.

14Des fortifications initiales de la ville de Verneuil subsistent quelques vestiges. La presque totalité des fossés entourant la ville et des canaux divisant celle-ci est restée pratiquement inchangée, avec quelques remaniements mineurs – comme l’aménagement des boulevards au nord. Ils suivent la forme générale d’un pentagone irrégulier, subdivisé en quatre zones : les trois bourgs et le château. En 1195, des fossés furent encore creusés22. Une histoire anonyme de Verneuil mentionnait qu’Henri Ier dériva le cours de l’Iton par un canal artificiel reliant les fossés au point le plus élevé de la ville23.

  • 24 Le « karst » : Connaissances administratives... de l’Eure, p. 34.
  • 25 Baulme, Nœuvéglise, Étude sur le patrimoine à Chennebrun ; cette étude a également montré que l’Ito (...)
  • 26 Michel Le Sueur, « Canton de Verneuil-sur-Avre, le Becquet », Bulletin de l’AMSE, Évreux, no 107, 2 (...)

15En effet, l’eau des fossés actuels provient à la fois de l’Avre et de l’Iton, situé à plusieurs kilomètres et acheminé par le « Bras-Forcé de Verneuil », comparable à celui de Breteuil. En fait, un phénomène naturel d’infiltrations24 est assez important dans la région de Verneuil : des fissures verticales, les « bétoires », sont particulièrement nombreuses sous le lit de l’Avre, en aval de Verneuil. Elles ont une influence déterminante sur le débit de la rivière qui, subissant des pertes régulières depuis Chennebrun, cesse d’augmenter25. Un détournement de l’Iton fut donc nécessaire à l’approvisionnement des importants fossés. Il fut réalisé en amont de celui utilisé pour Breteuil, un demi-siècle plus tôt. Un premier départ fut amorcé à la Rouillardière, où un canal artificiel est encore visible, mais insuffisant, il fut remplacé par celui de Francheville26.

  • 27 Arch. nat., Q196 : « La riviere d’Yton passant immediatement au bout de la cour de la ditte maiso (...)
  • 28 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109.

16À Verneuil, les embouchures sont encore visibles aux abords de la ville. Au nord-ouest, la dérivation de l’Iton se déverse dans les fossés au point le plus élevé (boulevard Jean-Bertin) et contourne la ville par le nord. Au XVIIIe siècle, une maison située près du fossé nord y bordait les eaux de l’Iton27. L’Avre fut dérivée vers l’angle sud-ouest de l’enceinte, pour alimenter les parties sud et ouest. À l’intérieur de l’enceinte, deux nouvelles dérivations séparaient l’habitat en trois parties distinctes est, ouest et sud28. Un bras prit sa source au nord-ouest, sous l’embouchure de l’Iton. Il alimentait le « moulin des Murailles » et séparait les bourgs Saint-Jean/La Madeleine et Saint-Pierre/Saint-Jacques. L’autre dériva du mur sud-ouest, en passant sous la « tour du Goulet ». Il séparait le bourg Notre-Dame/Saint-Nicolas de Saint-Pierre/Saint-Jacques. Sur le relevé de 1735-1737, il s’élargissait pour laisser place à « l’étang des Tanneries » – pendant intérieur de « l’étang des Forges » – puis accusait une légère déviation vers le nord, pour rejoindre l’autre canal. Dédoublé, ce dernier bras traversait les remparts au nord de l’ancien château normand, où il activait « le moulin de la tour Grise ». C’est ainsi que la ville fut divisée en trois zones distinctes.

  • 29 Arch. dép. Eure, E 1820, « Observation sur la requête présentée au conseil par les cordeliers de Ve (...)

17De plus, les descriptions de B. de Peterborough et R. Hoveden précisaient que les séparations des canaux étaient renforcées par des murailles. De même, R. Dicet mentionnait les hauts murs et les limites précises du « Bourg de la Reine ». Un mémoire du XVIIIe siècle en fit état29.

Les remparts

  • 30 Arch. dép. Eure, G 122, f° 41, no 199 et fos 41-42, no 202, etc.
  • 31 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 51 et t. III, p. 252-252 (...)
  • 32 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands ôles... », art. cité, p. 71.

18Dès la fondation du bourg, la ville fut close d’une enceinte. La « clôture » était déjà clairement mentionnée en 113130, comme limite de circonscription urbaine. Elle fut en tous les cas constituée de murailles maçonnées avant 1173, comme le précisent les chroniques et les comptes de l’Échiquier. Ces murs auraient souffert des sièges de 1173 et 1194 mais Henri II et Richard les auraient fait remonter dans la nuit suivant le départ des Français31. En 1195, eurent lieu des réaménagements : quelques menues sommes furent délivrées pour refaire les « murs de Verneuil détruits par le roi de France » et pour faire un pont devant la « porte neuve », peut-être l’une des portes de la ville32.

  • 33 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal Belisle » (31 mars 1754) : « Les portes de Bretagne, de Bourg (...)
  • 34 Arch. dép. Orne, C 8 (4 avr. 1754) : « Il y avoit des précautions à prendre et des exceptions à fai (...)
  • 35 D. Pitte, « Rapport sur la surveillance de travaux réalisée rue Pomme-d’Or... » ; arch. mun. Verneu (...)
  • 36 Arch. dép. Eure, 21 O 3/68, « Plan géométrique de l’abreuvoir de la porte de Tillières à Verneuil, (...)
  • 37 Actuellement rue du Moulin-des-Murailles ; arch. dép. Eure, V PL 35 et 35 bis (1841 ?), section G.

19Leur destruction ayant été ordonnée en 1754, au profit du marquis de Courteilles33, les murs de cette enceinte n’apparaissent aujourd’hui que très sporadiquement. Les parties conservées correspondent aux portions laissées en état pour servir de clôture à l’hôpital et au couvent Saint-Nicolas34 (ill. no 52). En 1991, le long de la ruelle de l’Abreuvoir, où des remaniements du XIXe siècle avaient fait disparaître les fossés adjacents, des fouilles mirent à jour une partie de ce mur médiéval, d’une épaisseur de 2 mètres35. Sensiblement au même endroit, étaient encore signalés, en 1835, des « mur en ruines à détruire36 ». Dans leur prolongement méridional, une partie de la muraille est conservée, en arrière de l’ancienne chapelle de la Trinité. Également construits en blocage de silex et mortier, ils mesurent environ 2 mètres de largeur à la base (sans compter l’épaisseur de parement de grison, en partie disparu). Le fossé extérieur adjacent existe toujours plus ou moins, aménagé en jardins privés ou nivelé. Une ouverture à arcature cintrée et claveaux de grison fut percée dans sa partie nord. Au sud de ce mur, s’étendait le complexe castral. De l’autre côté de la ville se trouvait une « rue des fossés », prolongée par la « rue des murailles37 ». Elle est encore visible de l’extérieur de la ville, en arrière d’un large et profond fossé.

Illustration no 52 – Plan cadastral de Verneuil (1841) : vestiges de l’enceinte le long du couvent Saint-Nicolas.

  • 38 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109 et C 8, « Procès verbal Bel (...)
  • 39 J. Mesqui, Châteaux et enceinte..., op. cit., t. I, p. 259-260 et p. 288.
  • 40 Marie-Pierre Baudry, « Les fortifications des Plantagenêts à Thouars », dans M. Aurell, La Cour Pla (...)

20D’après les plans du XVIIIe siècle (planches nos VII, VIII et IX) et le procès verbal de Bellisle38, l’enceinte urbaine était régulièrement épaulée de contreforts, d’une quinzaine de tours et ouverte par quelques portes fortifiées. À l’est, la ville était défendue par le château. Les tours de flanquement, bâties sur un plan quadrangulaire, étaient disposées deux à deux ou trois par trois, en association avec les portes. Il se pourrait d’après ce schéma, que les tours de flanquement se rapportent directement à la fin du règne d’Henri Beauclerc. En effet, après une première réapparition du flanquement durant le second tiers du XIIe siècle, le schéma de la tour quadrangulaire devint vite assez rare39. M.-P. Baudry a par ailleurs montré qu’à Thouars, rare exemple de fortifications Plantagenêt conservé, elles avaient déjà toutes un tracé arrondi40 mieux adapté à la défense, étaient plus nombreuses et plus régulièrement espacées.

Illustration no 53 – Verneuil, tour du Goulet.

  • 41 Selon les plans anciens : arch. dép. Eure, III PL 1301 (1837) ; arch. mun. Verneuil, plan cadastral (...)
  • 42 Dite également tour Gellée ou Gelée : Congrès Archéologique de France, 1856, p. 168.
  • 43 Arch. dép. Orne, C 8, « Extrait des registres du Conseil d’État » (14 mars 1754) : « Je me suis res (...)

21À Verneuil, la plus vaste41, connue sous le nom de tour du Goulet42 (ill. nos 52 et 53), fut sauvée du démantèlement des remparts malgré l’ordre de démolition de 175443. Elle défendait au milieu du mur occidental l’embouchure du canal intérieur, entre les deux étangs de 1735-1737. Elle était raccordée aux murailles de la ville dont elle avait sensiblement la même épaisseur (2,60 m environ, parement compris). Elle est aujourd’hui conservée sur un seul niveau. Le mur extérieur sud mesure 9,50 mètres de longueur. Elle fut construite en blocage de silex et grison, recouvert d’un parement de blocs de grès taillés et de grison, provenant sans doute de remaniements ou restaurations. Elle possède encore sur ses côtés nord et sud deux anciennes ouvertures sous arc de décharge intérieurs. Ceux-ci, à claveaux de grison, s’appuient sur des piédroits de grès espacés de 2,60 mètres. La très grande épaisseur des murs ainsi que la configuration quadrangulaire pourraient faire remonter cette tour au courant du XIIe siècle, la légère brisure de l’arc orientant une datation vers la fin du siècle. Elle a donc pu faire partie des travaux mentionnés après 1194. Peut-être même remplaça-t-elle un ouvrage antérieur de même plan.

Illustration no 54 – Verneuil, porte intérieure (rue du Pont-de-l’Arche).

  • 44 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands rôles... », art. cité, p. 80.
  • 45 Interprétation donnée par D. Pitte, qui a par ailleurs mis en évidence sur ce mur les traces d’usur (...)

22Enfin, des « murs » renforçaient les canaux intérieurs. Ils furent évoqués lors de la description de 1173 et renforcés en 1200-1201 par un « mur construit au milieu de la ville », pour 100 livres44. Le long du canal de l’Iton en arrière de la rue au Lait, se trouve encore un épais mur en blocage de silex. Tout à côté, rue du Pont-de-l’Arche et associé à ce mur, subsiste un vestige d’ancienne porte fortifiée, formée d’un épais mur de silex partiellement recouvert d’un parement de grison appareillé (ill. no 54). La partie centrale présentait autrefois une avancée perpendiculaire, suivant la trace d’arrachement de 2,70 mètres de largeur et le harpage de l’angle intérieur45. Très certainement, cette porte marquait l’entrée du bourg Notre-Dame/Saint-Nicolas, au passage du canal le séparant du bourg Saint-Pierre/Saint-Jacques.

Illustration no 55 – Verneuil, porte d’Armentières (relevé 1903).

Les portes

  • 46 Arch. dép. Eure, IV F 174 : les deux autres seraient reprises dans la clôture du couvent Saint-Nico (...)

23Au XVIIIe siècle, cinq portes sur sept étaient utilisables : les portes de Tillières (ou de Paris), de Bourth, de Breteuil, de Mortagne, de France46 (ou « de Brézolles » ou encore « du Perche »). La porte de France, étant comprise dans l’enceinte castrale, sera étudiée avec le château. Différents documents, mémoires et archives des Ponts et Chaussées, ainsi que divers plans anciens permettent de dresser un inventaire de ces ouvrages.

  • 47 Arch. dép. Eure, II F 228, notes L. Régnier, et épreuve au charbon d’E. Deslandes ; relevé et lettr (...)
  • 48 Ils furent représentés sur les cadastres : arch. dép. Eure, V PL 35 ; arch. mun. Verneuil (1835).
  • 49 J. Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, op. cit., p. 111-112.

24La porte d’Armentières, encore repérable le long de la clôture du couvent Saint-Nicolas, est connue dans un état plus ancien par un relevé et une photographie d’E. Deslandes du début du siècle47 (ill. no 55). Elle consiste en une large ouverture insérée entre deux contreforts saillants et surmontée d’une large arcature brisée, puis d’une rangée de claveaux de grison et d’une seconde arcature à claveaux de grès. Elle est couronnée d’un bandeau horizontal saillant et accueillait autrefois une baie au second niveau48. Vers l’intérieur, cette entrée était marquée par un trou assez profond, donnant peut-être une idée du niveau originel du sol. Par son ouverture brisée, encadrée de puissants contreforts, elle se rapproche assez bien de la porte de la grande enceinte de Château-sur-Epte, datée de 118049. Il s’agit donc probablement d’un remaniement de l’enceinte extérieure : peut-être de la « porte neuve » mentionnée cette même année ?

  • 50 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal Belisle », voir supra.
  • 51 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109.
  • 52 Arch. dép. Eure, H 321, cote 12 (1217) : « in vico Britolii ».
  • 53 Congrès archéologique de France, 1889, « Excursion à Verneuil », p. 128-131.
  • 54 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; une tourelle est figurée sur un plan de 1860 : arc (...)

25Les portes de Bourth et de Breteuil ne bénéficient d’aucun descriptif ni relevé des ingénieurs des Ponts et Chaussées. Déjà très ruinées en 175450, elles furent rapidement détruites et ne figuraient d’ailleurs pas sur les plans Ancien Régime51 (planches nos VII, VIII et IX). Notons qu’une charte de 1217 mentionnait « la rue de Breteuil52 » qui devait sans doute mener à la porte du même nom, peut-être l’actuelle rue de la Madeleine ou rue des Bouchers/rue Saint-Jean. Le congrès archéologique de 1889 nota qu’elle était autrefois composée de deux tours et mentionna également une porte de Saint-André, défendue par une tour carrée encadrée de deux tourelles semi-circulaires53, visibles sur les deux plans de l’Atlas de Trudaine54 (planches nos VIII et IX).

26Au nord de l’enceinte se trouvait une « Fausse-Porte », en réalité porte condamnée après la disparition du pont. Sur la rive extérieure, il subsistait d’importants terrassements, la « demi-lune », fortification tardive. Ces aménagements furent détruits à la fin du XVIIIe siècle (planches nos VII, VIII et IX).

  • 55 Arch. dép. Orne, C 220, « Coupe de la porte de L’Aigle de la ville de Verneüil » (c. 1750).
  • 56 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal Belisle », voir supra.

27La porte de L’Aigle était située au nord-ouest du couvent Saint-Nicolas, dans le prolongement de la rue Notre-Dame. C’est sans doute celle-ci qui fut nommée « porte de Bretagne » au XVIIIe siècle. Un relevé des Ponts et Chaussées55 montrait son élévation avant la démolition ordonnée en 175456 (ill. no 56). Bâtie sur un plan quadrangulaire d’une largeur intérieure d’environ 4 mètres (12 pieds), elle était située en arrière du pont des fossés. Ses murs, de 1,65 mètre à 2 mètres de large (5 à 6 pieds) avaient la même épaisseur que l’enceinte de la ville, ce qui pourrait indiquer une contemporanéité de construction. La partie antérieure de la tour, aux murs plus épais, recevait la herse. Elle avait perdu son couronnement mais restait élevée sur une hauteur de 9 mètres à 10 mètres (28 pieds), supérieure à celle des murailles. Aucune ouverture ne semble avoir été percée sur les côtés.

Illustration no 56 – Verneuil, relevés de la porte de L’Aigle (1735-1737).

  • 57 L’autorisation de détruire la plateforme avait été donnée dès le 19 mai 1749 : arch. dép. Orne, C 8 (...)
  • 58 Ibid., « Extrait des registres du Conseil d’État » : « Le Roy étant informé que, des deux portes si (...)
  • 59 Arch. dép. Orne, C 220 : « Coupe de la porte de Tillières de la ville de Verneüil » (c. 1750).
  • 60 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal de l’état des murs d’enceinte » (8 avr. 1754) : « La plate fo (...)
  • 61 Ibid. : « Cette pierrée n’est cintrée que du costé d’aval, le reste de la voute et la teste d’amon (...)
  • 62 Arch. dép. Orne, C 101 (1716) : « Le premier pont de charpente sur le fossé du boulevard de la dite (...)
  • 63 M.-P. Baudry, « Les fortifications des Plantagenêts à Thouars », art. cité, p. 309-310.

28La porte de Tillières présentait l’ensemble le plus complexe et formait, au XVIIIe siècle, la principale entrée de la ville. Elle fut détruite dans les années 1755-1756 par le marquis de Courteilles57. La correspondance des Ponts et Chaussées mentionnait deux portes successives car elle était précédée d’une barbacane58 perpendiculaire (planche no VIII), ce que confirme le relevé59. Cette « butte » ou « casemate », postérieure à l’entrée primitive et ayant abrité un canon, devait être démolie60. La véritable porte de Tillières était bâtie en grisons sur un plan quadrangulaire, dans le prolongement direct de l’enceinte urbaine (ill. no 57). Elle avait subi des remaniements61 : le pont de maçonnerie, qui la précédait, était un ouvrage récent62, utilisant des matériaux de module différent. La tour, installée directement sur le flanc du fossé de la ville, était également précédée d’un parapet de grisons. Ses murs, aussi épais que ceux de l’enceinte, avaient plus de 6 mètres de long (18 pieds, 6 pouces). Un épaississement marquait l’entrée du côté du pont. Cette ancienne tour-porte était donc, en de nombreux points – épaisseur des murs identique à celle des remparts et usage du grison – comparable à celle de l’Aigle, avec des dimensions légèrement plus importantes. Leur configuration était tout à fait ressemblante à la partie antérieure de la porte dite « au Prévôt » à Thouars, autre ville fortifiée par les Plantagenêt63 (la tour quadrangulaire y était antérieure aux deux tourelles circulaires, rajoutées à l’extrême fin du XIIe siècle). Par comparaison, il n’est pas exclu d’attribuer aux portes de L’Aigle et de Tillières une datation dans le courant du XIIe siècle, antérieure à la tour du Goulet.

  • 64 BNF, n.a. fr. 6111, t. XVIII, fos 341-433.
  • 65 Nous verrons cependant plus loin, qu’il s’agit peut-être d’une maison particulière du XIIe siècle, (...)

29Par ailleurs, Guillermy mentionna en 1836 « l’antique chapelle de la porte de Paris devenue un magasin64 ». La porte de Tillières, donnant sur la route de Paris, a pu être identifiée à cette porte mais il n’est pas possible de situer cette chapelle au sein même de ces fortifications65.

30En conclusion, nous pouvons supposer que la partie la plus importante de ces fortifications datait du XIIe siècle : portes de l’Aigle et de Tillières, murailles et schéma quadrangulaire des tours de flanquement. Ces fortifications maçonnées apparurent peut-être après l’incendie de 1152, qui avait mis en évidence une insuffisance des défenses. La tour du Goulet, construite avec des matériaux différents et datable avec plus de précision, semble leur avoir été légèrement postérieure de la fin de la période Plantagenêt, entre 1180 et 1204 peut-être 1194-1195.

Illustration no 57 – Verneuil, relevés de la porte de Tillières (1735-1737).

Le complexe castral

  • 66 Arch. dép. Eure, G 122, f° 41, no 199, etc. voir supra.
  • 67 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372, voir supra.
  • 68 P. Meyer (éd.), Histoire de Guillaume le Maréchal, op. cit., t. II, p. 12 et 13 et t. III, p. 137.

31La fondation du château fut contemporaine de la création du bourg de Verneuil : il était mentionné dès 113166. Le rapport fait en 1173 à Louis VII montrait qu’il était ceint de ses propres murs et de ses propres fossés67, ce qui l’isolait de l’habitat. Il se trouvait à l’est de la ville, entre la porte de Tillières et le bourg de Notre-Dame. Situé à l’intérieur des fossés et englobé dans l’enceinte de Verneuil, il communiquait à la fois avec la ville et la campagne environnante. Lors du siège de 1194, Richard Cœur de Lion, arrêté à Tubeur (Orne), fit entrer dans la ville des chevaliers, sergents et arbalétriers. Pierre de la Rivière « qui connaissait la manière de sortir et rentrer sans encombre », assurait la communication entre Richard et Guillaume de Mortemer, connétable du château68. L’enceinte extérieure du château étant probablement neutralisée par Philippe Auguste, il est probable que Pierre de la Rivière et l’armée de Richard empruntèrent un accès moins surveillé, en passant par la ville dont l’enceinte était très étendue. Le fait que le château communiquât avec la ville et que tous deux fussent compris dans une enceinte commune fut un atout indéniable.

  • 69 Isabelle Chave, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), volonté politique, importations ar (...)
  • 70 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76 ; arch. dép. Orne, C 109.
  • 71 Arch. dép. Orne, C 3, « Extrait du “procès verbal de Messieurs les Maires et Eschevins et principea (...)

32Dans sa forme la plus tardive, le complexe s’étendit de la tour Grise (1204) à la tour Blanche69 (1404-1415), qui en marquèrent les extrémités, comprenant dans son enceinte l’église Saint-Laurent avec son cimetière et les premiers espaces accordés, à partir de 1315, aux cordeliers (planches nos X et XI). De nos jours, il ne subsiste aucun vestige apparent du château primitif. Après l’ordonnance de sa destruction, il fut totalement investi par l’ancien couvent des Cordeliers, qui laissèrent persister quelques éléments. Il fut enfin totalement arasé au XIXe siècle, puis loti (après 1841). Les plans du XVIIIe siècle en repérèrent quelques éléments70, de même qu’un procès verbal de visite (1655), précédant l’installation définitive des cordeliers71. Cependant, une reconstitution détaillée de ce château, pour le XIIe siècle, est aujourd’hui illusoire.

Le donjon normand

  • 72 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.
  • 73 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres..., op. cit., t. II, p. 116.
  • 74 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 251-252.
  • 75 Ce n’est pas la première fois que son rapport est à considérer avec précautions : voir Y. Gallet à (...)
  • 76 Cette version fut également celle d’autres historiens anglais : H. G. Bohn (éd.), Roger Wendover’s (...)
  • 77 A.-L Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 71.
  • 78 Eugène Chevallier, Faits et anecdotes relatifs à l’histoire de Mirebeau, Asnières, département de l (...)

33De nombreuses sources médiévales évoquant le château normand de Verneuil mentionnèrent une turris. Les comptes de 1180, indiquèrent d’importantes réparations sur ses murs (obstruction des brèches) et sur la porte, ainsi que la façon d’une cheminée et la restauration de la chapelle dans cette même tour72. La Philippide, relatant le siège de mai 119473, utilisa poétiquement le terme de « tour orgueilleuse » narguant Philippe Auguste, ce qui dénote – peut-être assez peu objectivement – une stature imposante. Ce siège engendra néanmoins d’importantes détériorations sur les murs et la tour, que Richard fit immédiatement renforcer74. La partialité des récits normands et français sur ce même événement est ici très intéressante. G. le Breton, dont le rôle consistait évidemment à magnifier les exploits de Philippe Auguste et dont le travail de rédaction ne commença qu’en 1214, précisait dans sa Philippide que les murs de la ville et la tour furent mis à bas, alors que dans sa Chronique il n’évoquait aucune de ces destructions75. À l’inverse, R. Hoveden ne mentionna que de vagues renforcements. De plus, comme R. Dicet, il attribuait le départ de Philippe Auguste à la seule crainte de l’arrivée de Richard et non au renversement de situation à Évreux76. Entre la très probable exagération de l’un et la toute aussi probable mauvaise foi des autres, force est de rester assez prudent sur la réalité de leurs relations. Cependant, les comptes de 1195 mentionnèrent de très importants travaux à Verneuil, notamment sur les « murs du château77 ». La tour, quant à elle, ne fut apparemment pas directement concernée par ces restaurations : sans doute n’avait-elle finalement subi que des dommages superficiels. Enfin sous Jean sans Terre, certains partisans du malheureux Arthur de Bretagne auraient été emprisonnés dans la tour de Verneuil dès120278.

  • 79 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76.
  • 80 Arch. dép. Eure, III PL 1301, section D, parcelles nos 83, 67 et 6.
  • 81 Arch. dép. Orne, C 3, « Extrait du procès verbal des Maires et Echevins... » : « Une grosse butte d (...)
  • 82 Arch. dép. Orne, C 695 : il convient cependant de rester prudent sur ce mémoire, copié en 1765.
  • 83 Arch. dép. Orne, C 3, « Lettre de F. Regnier, gardien du couvent des Cordeliers de Verneuil à l’int (...)
  • 84 Congrès archéologique de France, 1856, p. 164 : « Restes de la butte féodale de l’ancien donjon du (...)
  • 85 C. Le Chat, Histoire de Verneuil..., op. cit., p. 15.
  • 86 Nicolas Miguet, À la découverte de Verneuil-sur-Avre, Verneuil, Le Lièvre, 1980 ; E. Deslandes, À t (...)
  • 87 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76.

34L’emplacement de cette tour est sans aucun doute à mettre en relation avec l’existence jusqu’au XIXe siècle, au sein du couvent des Cordeliers d’une élévation artificielle importante, à plateforme sommitale circulaire, autrefois appelée « butte » et parfaitement dessinée sur deux plans de l’Atlas de Trudaine79 (planches nos X et XI). Trois parcelles irrégulières sur le cadastre de 1837 semblent encore correspondre à son emprise au sol80. Elle avait en 1655 une élévation remarquable et était entourée de ses propres fossés. Elle avait été surmontée d’un ouvrage maçonné, dont il restait quelques vestiges et dont l’intérieur des murs était probablement en blocage. Cette partie, assez ruinée, était clairement nommée « le donjon » et était apparemment entourée d’une chemise avec tours de flanquement et de fossés81. Ce « donjon » fut ensuite cité dans un mémoire sur Verneuil : « Vers l’an 1623 [...] Medavy s’étant emparé de ce château [...] qui tenoi(en)t fort au moyen d’une forteresse qui étoit près de ce château, que nous appel [l]erons dongeon, surlequel il mettoit quelques pièces de cannon pour défendre la ville82. » La butte fut notée en 1741 dans les possessions des cordeliers83 et existait encore en185484. Elle paraît avoir été visible encore en 1888, puisque C. Le Chat précisait que « la butte factice sur laquelle il était assis s’est perpétuée jusqu’à nous85 ». Enfin, une photographie ancienne présentait « la démolition de la butte factice », tirée d’un cliché de 190586. Par ailleurs, sur les deux plans de l’Atlas de Trudaine87, sont dessinées, en arrière de ce monticule, des levées de terre résultant certainement de l’enfouissement de structures. La présence de « caves » y est d’ailleurs notifiée.

  • 88 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 185-186 : il signale que, pour Henri Ier, le temps d (...)
  • 89 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 15 ; cette remarque est à nuancer car il y a eu à Verneuil d’importan (...)
  • 90 Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle... », p. 200 ; Matthieu Paris, Chro (...)

35Cette butte de grandes dimensions, incontestablement artificielle et cernée de fossés, a de toute évidence accueilli une tour-maîtresse88. Un mémoire sur Verneuil, rédigé au XVIIIe siècle, donna cette précision : « la motte ou butte factice [...] subsiste encore et renferme dit-on, des gros murs et des constructions souterraines89 ». La configuration de ce donjon normand, dont rien ne subsiste et dont nous ne possédons aucune représentation iconographique ni aucune véritable description, n’est pas aujourd’hui identifiable. S’il s’agissait de la toute première construction, due à Henri Ier, cet important château fut très certainement conçu sur le modèle consacré du donjon quadrangulaire, épaulé à l’extérieur par des contreforts plats, divisé intérieurement par un mur de refend et élevé sur trois niveaux : un rez-de-chaussée aveugle, un « étage noble » comprenant salle d’apparat et appartements privés et un niveau à vocation purement militaire. A. Renoux a récemment recensé une douzaine de châteaux de ce type90. En Normandie, ce ne fut souvent qu’à la fin du XIIe siècle que ces puissants donjons quadrangulaires furent supplantés par les tours d’Henri II et ses fils (Bonneville-sur-Touques, Gisors, Les Andelys, Conches, etc.) Les comptes précisaient en 1180 qu’elle contenait une salle chauffée, sans doute dans les appartements, et une véritable chapelle. Toujours est-il que ce donjon constitua incontestablement la pièce maîtresse dans la défense de la ville, à laquelle Louis VII ne put s’attaquer directement en 1173.

La tour Grise

  • 91 Restaurée après une déplorable intervention du propriétaire à la fin du XIXe siècle.
  • 92 Arch. nat. F 14/8451 ; Arch. dép. Eure, V PL 76 ; Arch. dép. Orne, C 109, arch. mun. Verneuil, plan (...)
  • 93 BNF, Cabinet des Estampes, Va 27, t. 7, microfilm H119863.
  • 94 Cartes postales anciennes (1880 et avant travaux de 1889), collection privée ; BNF, ms. fr 21591, f (...)
  • 95 Arch. dép. Eure, III F 228.
  • 96 Renseignements recueillis auprès de D. Pitte : par comparaison les tours de Bonneville et de Châtea (...)

36Après 1204, le donjon ducal fut remplacé par la tour Grise de Philippe Auguste. Tout en investissant son nouveau territoire en lui imprimant sa propre marque militaire, il modernisa les structures défensives normandes. Comme ailleurs, il relégua la construction ducale à un rôle secondaire, comme à Falaise avec la tour Talbot, les tours de Rouen ou de Vernon, le donjon du Coudray à Chinon, etc. Cette tour Grise subsiste en grande partie91 (ill. no 58). Fruit d’une construction déjà standardisée, elle est de plan circulaire et élevée sur trois niveaux. Elle était autrefois entourée d’un fossé en eau de 3 mètres à 4 mètres de large,92 disparu à l’époque révolutionnaire93. Son diamètre intérieur est de 8 mètres, l’épaisseur des murs est de 4 mètres à la base. Standard de l’architecture « philippienne », cette tour possédait autrefois deux accès diamétralement opposés, constitués par une simple porte étroite à arcature brisée et surmontée d’un filet saillant horizontal. La porte de la Campagne était défendue, entre le fossé et le « moulin de la tour Grise », par un ouvrage avancé repérable sur les plans les plus anciens et la porte de la Ville avait un accès par un simple pont dormant (planches nos X et XI). Seul le premier niveau, à très léger fruit, est couvert d’une voûte, s’élevant à 9 mètres au-dessus du sol (ill. no 59). Les deuxième et troisième niveaux, en léger retrait par rapport au premier, étaient séparés par un simple plancher. Le deuxième niveau, auquel on accède par un escalier à vis aménagé dans l’épaisseur du mur, fut percé de trois ouvertures étroites et brisées, précédées de coussièges (ill. no 60). Il était chauffé par une cheminée et accueillait des latrines dans l’épaisseur du mur occidental. Le troisième niveau, à cheminée également mais sans ouvertures, était surmonté d’un chemin de ronde (restitué après le XIXe siècle). La tour a subi quelques remaniements postérieurs, comme les corbeaux ou les manteaux de cheminée, plus récents ou le percement d’une archère-canonnière dans le mur oriental. Des documents anciens94 montrent un départ de mâchicoulis, postérieurs à la construction primitive95. D’après la présence d’un voûtement, la configuration des ouvertures, sa construction est attribuable sans conteste à Philippe Auguste, dans les premières années du XIIIe siècle, peut-être dès 120496. Notons, en comparaison avec les autres tours philippiennes, qu’elle possède des proportions plus trapues, que seul le premier niveau est voûté et, fait plutôt rare, qu’elle fut édifiée en pierre locale, le grison, ce qui expliquerait peut-être la rapidité de sa construction.

Illustration no 58 – La tour Grise de Verneuil.

Illustration no 59 – La tour Grise de Verneuil, voûte du 1er niveau.

Illustration no 60 – La tour Grise de Verneuil, 2e niveau.

  • 97 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 962 ; André Plaisse, « La libéra (...)
  • 98 Berry, « Le recouvrement de Normendie », dans J. Stevenson (éd.), Narratives of the Expulsion of th (...)
  • 99 A. Plaisse, « La libération de Verneuil... », art. cité, p. 39, traduction de R. Blondel, « De Redu (...)
  • 100 Arch. dép. Orne, 31 J 539.
  • 101 Henri Sauvage, Verneuil pendant la Fronde, Alençon, 1883, p. 18, pièce no 17 et p. 21-22.
  • 102 Arch. dép. Orne, C 8, passim.

37Malgré l’édification plus récente de la tour Blanche, la tour Grise continua de jouer un rôle militaire important lors de la guerre de Cent Ans, en 144997. Deux descriptions contemporaines la présentaient encore comme inexpugnable : « moult forte, toute advironnee d’eau et separee du chastel98 [...] » ; « C’est une tour de belles dimensions, fort élevée, construite avec beaucoup d’habileté. L’assemblage des mœllons avec de la chaux en est si compact qu’il n’est pas possible d’en venir à bout par un bombardement, ni en donnant l’assaut, ni d’aucune autre manière : on ne peut la prendre qu’en réduisant ses défenseurs par la famine99. » Elle servit encore de refuge aux frondeurs en 1652. À la fin du XVIIIe siècle, Odolant-Desnos remarqua sa grande robustesse de construction : « On y voit quelques boulets marqués, mais le canon avoit si bien de la peine à l’entamer, jusqu’à y faire brèche100. » Sa destruction, bien qu’ordonnée dès février 1653101, ne fut pas exécutée. Elle fut encore sauvée en 1754102.

La tour Blanche

  • 103 C’était l’opinion de Francis Salet : Congrès Archéologique de France, 1954, p. 419.
  • 104 I. Chave, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon..., op. cit., p. 116-117 ; Henri Moranvillé (éd.), Ch (...)

38Jusqu’à l’identification ferme d’I. Chave, il était plus ou moins reconnu que la tour Blanche aurait été l’ancien château normand d’Henri Ier ou Henri II, antérieur à la tour Grise103. En réalité, elle fut construite par Jean Ier d’Alençon, entre 1404 et 1415, qui « fist [...] faire et commencer ou dehors par le chastel, une tres notable tour et eslever de deux estages104 ». L’étude de cette tour se rapportant à la guerre de Cent Ans sort du propos actuel mais il était nécessaire d’en retirer l’attribution aux ducs de Normandie.

  • 105 E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil..., op. cit., 2e série, p. 11-12 ; arch. dép. Seine-Ma (...)
  • 106 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109.
  • 107 Son emprise était encore partiellement visible sur un plan du XIXe siècle, à la jonction de « la ru (...)
  • 108 Arch. dép. Orne, C 8 (1754) : « la tour Blanche déperit et est inhabitable, l’eau de la rivière en (...)
  • 109 Arch. nat. F 14/851.
  • 110 Arch. mun. Verneuil, « Registre des délibérations du conseil municipal », no o, fos 17-18 (2 décemb (...)

39Située à l’opposé de la tour Grise, elle fut peu évoquée lors de la visite de 165 5 et il fut à plusieurs reprises notifié aux cordeliers qu’elle devait être différenciée du château. Topographiquement, elle en aurait d’ailleurs été séparée, pour former une partie de la clôture de la ville à l’angle sud du complexe castral105. Elle correspond en effet, sur les trois plans du XVIIIe siècle106, à la très large tour polygonale, en excroissance par rapport au château et adjacente au fossé extérieur (planches nos IX, X et XI). Aujourd’hui détruite, elle présentait un diamètre très important107 et aurait été autrefois composée de caves superposées et voûtées en pierre, les salles basses étant, par la suite, inondées par l’eau des fossés de la ville108. La présence de caves est d’ailleurs précisée, à son côté, sur l’Atlas de 1747109. Ce furent peut-être ces fameuses caves adjacentes, qui furent démantelées par les cordeliers afin d’en tirer un profit financier important110.

Illustration no 61 – Élément annexe du château de Verneuil dit la « Fauconnerie ».

Les annexes

  • 111 Arch. dép. Orne, C 8, « Correspondance » (8 avr. 1754).
  • 112 Ibid., C 8, « Extrait du registre du Conseil d’État » (26 mai 1754).
  • 113 Ibid., C 105 (1726).
  • 114 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 71.
  • 115 H.-F. Delaborde (éd.), Œuvres..., op. cit., t. II, p. 116.

40La porte de France, détruite en même temps que les remparts111, était située sur l’enceinte urbaine, au sud de la tour Grise. Par la campagne, elle donnait accès au complexe castral, qu’une voie traversait ensuite (actuelle rue de la Fontaine-au-Chêne), pour déboucher sur l’actuelle rue Notre-Dame, vers la porte de L’Aigle. Elle fut citée en 1655, fut aussi parfois appelée « porte de Brézolles112 » ou encore « du Perche ». Des travaux indiquèrent qu’elle était précédée d’une sorte d’ouvrage avancé : « L’entrepreneur pour se servir des grais et cailloux tombés des ruines de l’avant porte de France, boulevard et murs de ville113 ». Par ailleurs, le plan antérieur à 1756 montre qu’elle devait avoir sensiblement la même emprise au sol que la porte de L’Aigle, ce qui pourrait peut-être indiquer une configuration assez proche, voire une datation possible du XIIe siècle. Etait-ce la « porte Neuve » mentionnée par les rôles de l’Échiquier en 1195114 ou la porte du château évoquée dans la Philippide lors du siège de 1194, sur laquelle les assiégés peignirent une image désobligeante de Philippe Auguste115 ? Il n’est cependant pas impossible qu’elle fût une construction nettement plus récente, en association avec l’installation définitive des cordeliers au château, une fois que celui-ci eut perdu toute vocation défensive.

  • 116 Non visitées.
  • 117 Arch. dép. Eure, III PL 1301 : parcelle no 89 (1837) ; il est connu sous le nom de « Fauconnerie ».
  • 118 Coll. privée, cartes postales (après 1889).
  • 119 A. Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle... », art. cité, p. 212-215.

41À l’intérieur de cette enceinte se trouvaient par ailleurs de nombreux bâtiments annexes et utilitaires. Quelques vestiges « anciens » subsisteraient dans les propriétés actuelles, loties sur cet îlot116. Immédiatement adjacent à tour Grise, un bâtiment d’origine médiévale est très partiellement conservé sur deux niveaux (ill. no 61). Il est édifié en blocage de silex parementé de grison, avec des reprises en grès117. Une brève analyse visuelle révèle d’évidents remaniements : baies obstruées, reprises des murs en assises de grison et épais mortier par des blocs de grès, etc. Des vues du XIXe siècle et du début du XXe siècle118 montraient encore que le mur extérieur sud de ce bâtiment, réaménagé en maison particulière, fut repercé d’une canonnière et d’une archère aux premier et second niveaux. Une large et haute ouverture, visible à l’intérieur du mur sud, présente très nettement un arc en plein cintre à claveaux de grison. L’épaisseur très importante du mur garni d’un parement de grison à l’angle sud-est dénote une évidente ancienneté. Ils pourraient faire remonter l’origine de cet ensemble au XIIe siècle. Ce bâtiment appartient sans aucun doute à l’ancien complexe castral, peut-être en tant qu’annexe, comme le « logis à combles » cité au XVIIIe siècle, une camera ou encore une aula, dont nous savons qu’elle était parfois séparée de la tour-maîtresse, comme à Caen, Bonneville, Fécamp, Domfront, ou Lillebonne119.

  • 120 I. Chave, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon..., op. cit., p. 80 ; L. Delisle (éd.), Actes normand (...)
  • 121 Arch. dép. Orne, 31J 37, p. 18.

42Enfin, nombre d’autres bâtiments peuvent être identifiés à partir des XIIIe-XIVe siècles : une geôle, quelques résidences (maison du chapelain puis, au XIVe siècle maison du roi, maisons du chambellan, etc.) et les communs120. Odolant-Desnos évoquait « les maisons et logements du chasteau batis pour la meilleure partie sur les clôtures121 ». En 1655, on ne pouvait que constater les ruines d’un ancien logis à combles et d’une porte maçonnée en forme de pavillon, assurant la communication avec le château :

  • 122 Ibid., C 3, « Extrait du procès verbal des Maires et Echevins... »

La démolition qui a été faite du comble du logis et bâtiment dudit vieil château [...] entre le donjon, il y a quelques pièces de vieil bois dudit château, la cour étant pavée de gros pavés de pierre de grès, et reste encore, du costé des dits religieux Cordeliers [...] un pavillon de pierre et maçonnerie presque ruiné, par la route duquel pavillon l’on entroit et sortait audit château, le long de l’église et couvent des dits religieux122.

  • 123 Arch. mun. Verneuil ; arch. dép. Orne, C 109.
  • 124 Arch. dép. Eure, IV F 174.
  • 125 En 1370, celle-ci était dissociée de la chapelle castrale : A. Longnon (éd.), Pouillés de la provin (...)
  • 126 Voir L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., op. cit.

43L’emplacement de cette église fut mentionné sur des plans d’Ancien Régime sur le côté est de l’actuelle impasse des Cordeliers123 : le « pavillon » et « l’entrée du château » devaient donc se trouver à l’entrée de ce passage. Enfin, un mémoire du XVIIIe siècle mentionnait : « Le tribunal de cette justice se tient sur une petite langue de terre aux environs de cette [tour], dans l’enceinte des murailles de la ville124 ». Le complexe castral de Verneuil semble par ailleurs avoir accueilli la paroisse Saint-Laurent en son sein125, donc probablement une partie de la population travaillant au château, comme à Caen par exemple126.

L’encadrement religieux : les édifices de culte

Hors la ville : Saint-Martin du Vieux-Verneuil et Poisley

  • 127 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 17 : voir supra.
  • 128 Francis Salet, « Verneuil-sur-Avre », dans Société française d’archéologie (éd.), Congrès archéolog (...)

44Si la ville fut fondée dans les enclaves de deux paroisses : Saint-Martin de Verneuil et Poisley, celles-ci ne disparurent pas pour autant. Seule Saint-Martin resta associée à la ville mais, ayant déjà été concédée à l’abbaye de Jumièges, elle n’appartint jamais à l’évêque d’Évreux et resta dépendante du diocèse de Chartres. Elle demeura dans un premier temps à son emplacement initial. Vers 1181-1185, en raison des guerres frontalières, elle fut peut-être déplacée vers « un lieu plus opportun127 » mais toujours en dehors de l’enceinte urbaine. Sa destruction en 1591, suivie d’une reconstruction ne permet pas d’en étudier les vestiges d’origine128, mais nous distinguons encore les restes de l’ancien chœur surplombant une petite élévation au sud de Verneuil (ill. no 62).

  • 129 BNF, lat. 11055, p. 104 (1240) et 11056, no 715 (1240) : « [...] quicquid habebant in decimis eccle (...)

45L’église de Poisley ne disparut pas non plus. Avant 1240, une partie de ses revenus appartenait encore à Saint-Lomer de Blois. En 1240, elle céda à Saint-Evroult « ce qu’elle possédait en dîmes sur l’église Sainte-Marie de Poisley à côté de Verneuil » contre une rente biannuelle129.

Illustration no 62 – Ancienne église Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil (chevet du XVe siècle).

Intra muros

  • 130 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76 ; E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil, 2e (...)
  • 131 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 189-190 : il y manque La Madeleine (...)
  • 132 Arch. dép. Eure, IIF 3125.

46Mis à part celle de Saint-Laurent, peut-être plus tardive et attachée au château, les paroisses de Verneuil étaient également réparties au sein des trois bourgs. Les plans de l’atlas de Trudaine montrent que les églises étaient pour la plupart encore entourées de leur cimetière paroissial130 (planches nos VIII et IX). Les pouillés mentionnaient que toutes les églises de Verneuil étaient à la présentation de l’évêque d’Évreux, comme cela fut prévu par Henri Ier131. La fondation du couvent Saint-Nicolas et le remaniement paroissial au lendemain de la Révolution entraînèrent progressivement destructions ou transformations en édifices civils : toutes les paroisses, avec celles de Poisley et Saint-Martin, furent réunies en une seule, La Madeleine. L’église Notre-Dame fut conservée comme lieu de culte secondaire et celle de Saint-Martin comme simple oratoire132. Remarquons également que ces édifices ne sont pas tous idéalement orientés mais s’intégrent de préférence au tissu urbain : la Madeleine et Saint-Jean suivent ainsi l’axe nord-ouest, sud-est des rues principales.

  • 133 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 7 : « Il est fort probable que cette église étoit construite da (...)
  • 134 Arch. dép. Eure, 15 J102/9 (132.9).
  • 135 J.-F. Mabille, « Les fouilles de l’église Saint-Laurent », Bulletin municipal de Verneuil-sur-Avre,(...)

47L’église Saint-Laurent ne conserve pas de vestiges contemporains de la fondation de la ville car reconstruite du XVe au XVIe siècle133. Elle fut néanmoins citée au XIVe siècle comme toutes les autres églises paroissiales, l’église des Cordeliers et l’hôtel-Dieu dans le livre de la confrérie des tanneurs134. Des investigations archéologiques ont effectivement mis à jour quelques sépultures orientées, en-dessous et aux abords de l’église actuelle, attestant l’existence d’un édifice antérieur135 plus petit et entouré de son cimetière.

  • 136 Arch. dép. Eure, 15 J 102/1, f° 13 : « mil VIcc iii : Me Jean Thierry donna la somme de soixante li (...)
  • 137 F. Salet, « Verneuil-sur-Avre », art. cité, p. 407-458 ; BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 6 : «  (...)

48Malgré de nombreux remaniements – extensions orientales par des chapelles échelonnées et voûtement de la nef en remplacement d’une voûte charpentée au XIXe siècle ; doublement des bas-côtés du chœur au XVe siècle ; réfection du transept au XVIe siècle ; suppression de deux (ou trois) travées occidentales de la nef, avec remontage d’une façade au XVIIe siècle136 – l’église Notre-Dame conserve encore d’importants vestiges du XIIe siècle : à l’extérieur le chevet en partie haute (ill. no 63) et la nef (ill. no 64) ; à l’intérieur le chœur et la nef en élévation, le déambulatoire et les bas-côtés voûtés, quelques murs latéraux137. La maçonnerie du XIIe siècle est constituée de petits blocs rectangulaires de grison – de 15 à 25 centimètres de hauteur environ et de longueur très variable, de 20 à 25 cm généralement mais atteignant parfois plus de 60 centimètres – disposés en assises horizontales relativement régulières et joints par un fin mortier (remplacé par un ciment gris dans les parties intérieures).

  • 138 Arch. dép. Eure, 5 O 6 (Verneuil), carton no 1, « Plan géométrique du projet de construction de tro (...)

49Son plan d’origine, régulier, témoigne d’une bonne maîtrise de l’architecture romane. L’édifice était constitué d’une nef de cinq à six travées, bordée de bas-côtés simples. La croisée du transept était surmontée d’une tour centrale et le chœur était cerné par un déambulatoire simple à trois pans séparés par des contreforts saillants138. En élévation, d’après les vestiges actuels, elle ne présentait aucune particularité majeure. L’extérieur présentait une austère muralité animée par un larmier simple, des contreforts plats légèrement saillants maçonnés en grison et les petites baies régulières des bas-côtés et des fenêtres hautes, cintrées et profilées à l’identique à simples claveaux (ill. no 64). La tour de transept, conservée à l’extérieur sur quelques assises seulement, témoigne de sa forme originelle quadrangulaire et trapue.

Illustration no 63 – Église paroissiale Notre-Dame de Verneuil, parties hautes du chevet.

Illustration no 64 – Église paroissiale Notre-Dame de Verneuil, parties hautes de la nef.

Illustration no 65 – Église paroissiale Notre-Dame de Verneuil, nef, décor en plâtre du XIXe siècle.

50À l’intérieur, la nef, charpentée, était élevée sur deux niveaux (ill. no 65) : grandes arcades reposant sur des piles rondes et trapues, en maçonnerie de grison et fenêtres hautes étroites et cintrées. Les bas-côtés étaient voûtés d’arête, dont les arcs doubleaux reposaient sur une demi-colonne maçonnée en grison, accolée à la pile de la nef. Seules les premières – nord et sud – conservent leur chapiteau d’origine, à corbeille ornée de simples crochets et à tailloir quadrangulaires. Si la troisième pile sud conserve aujourd’hui, sous la grande arcade, une partie inférieure d’une demi-colonne, celle-ci a sans doute été déplacée au cours de restaurations. Les travées droites du chœur, remaniées à différentes époques, ainsi que les parties tournantes du déambulatoire, semblent avoir été à deux niveaux identiques à ceux de la nef : grandes arcades reposant sur de larges piles rondes et maçonnées, avec bas-côtés simples, aux voûtes d’arêtes séparées par des arcs doubleaux – ceux du déambulatoire étant très légèrement brisés. À l’origine, ce chœur devait être ouvert sur l’extérieur par cinq ou six petites fenêtres profilées comme celles de la nef.

  • 139 Congrès Archéologique de France, 1889, p. 128-132 : « Excursion à Verneuil » ; arch. dép. Eure, 5 O (...)
  • 140 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 1 : « La nef et la chapelle qui donne accès à la sacristie, ain (...)

51L’église de La Madeleine, remaniée – voûtements et remaniement des fenêtres hautes au XIIIe siècle, chœur, transept et tour-clocher des XVe et XVIe siècles, badigeon en plâtre du XIXe siècle139 – possède également quelques vestiges du début du XIIe siècle : façade en arrière du porche de la Renaissance, base de la tour centrale (ill. no 66), intérieur de la nef avec quelques pans des murs extérieurs (nord) à contreforts saillants et édicule quadrangulaire au sud140. Comme à Notre-Dame, les parties anciennes de cette église sont maçonnées en grisons de petits modules. Sans doute présentait-elle également un schéma (tour centrale massive et trapue) et un plan assez similaire à l’origine, dont il ne subsiste aujourd’hui que la nef.

Illustration no 66 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, base de la tour de croisée et bas-côté nord de la nef.

52En arrière du porche Renaissance, la façade principale (donnant autrefois directement accès à la nef, libérant la huitième travée aujourd’hui neutralisée par un orgue) s’ouvre par une haute et large arcade cintrée en grison, au traitement décoratif plutôt sobre (ill. no 67). Seuls trois degrés bruts désépaississent le mur. Le ressaut central est orné d’une colonnette surmontée d’un anneau fin et d’un chapiteau à godron. Le second niveau est percé d’une large fenêtre, probablement cintrée, encadrée par deux fines colonnettes (plus tardive). Le pignon aux dimensions trapues est percé d’un simple oculus.

Illustration no 67 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, portail occidental.

53La « sacristie », située sur le flanc sud-ouest de la nef, forme un édicule quadrangulaire à pignons, élevé sur deux niveaux, maçonné en grison et couronné par un larmier légèrement saillant (ill. no 68). Une ouverture cintrée a été obstruée au premier niveau du mur sud-ouest. Sur les trois côtés, au deuxième niveau, se trouvent des baies : remaniée et brisée au nord-ouest, brisée à l’extérieur mais encore cintrée à l’intérieur au sud-est. À l’ouest, elle est conservé dans l’état d’origine avec son arcature cintrée en grisons. À l’intérieur, cet édicule présente une simple voûte.

Illustration no 68 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, édicule au sud.

  • 141 D’après des photographies prises en 1959 lors des travaux de couverture des bas-côtés, ces fenêtres (...)

54La vaste nef de cette église, à bas-côtés simples, était constituée de quatre travées doubles (ill. no 69). En élévation, au premier niveau, les grandes arcades présentent un arc très légèrement brisé reposant sur d’épaisses piles de grison maçonnées. Une alternance des supports, pile faible élancée et pile forte plus trapue, est à remarquer. L’aspect général de cette nef a été modifié par les pastiches en plâtres appliqués au XIXe siècle : chapiteaux à crochets des piles au premier niveau, arcs de décharge et dosseret central encadré de deux colonnettes et niches pour statues en plâtres au second niveau. Les bas-côtés ont été rehaussés et plus largement ouverts sur l’extérieur par de grandes baies. À l’origine, la nef centrale était éclairée par des fenêtres hautes étroites et cintrées qui furent condamnées par ce rehaussement des bas-côtés141. La récente voûte de bois n’a pas remplacé de voûtement en pierre, même tardif. La croisée du transept repose toujours sur de puissantes arcades romanes, cintrées et dédoublées, reposant sur des piles carrées à doubles pilastres (ill. no 70).

Illustration no 69 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, nef, bas-côté sud.

Illustration no 70 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, base romane de la tour de croisée.

  • 142 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 2 : « Cette église, qui dans l’origine étoit un carré long, fut (...)
  • 143 Congrès Archéologique de France, 1889, p. 128-132 : « Excursion à Verneuil ».
  • 144 Congrès Archéologique de France, 1854, p. 162-172.
  • 145 Arch. dép. Eure, III F 228.
  • 146 Dossier de protection, photographies de J. Merlet, architecte en chef des Monuments historiques, 19 (...)
  • 147 Elle fut photographiée avant sa destruction : clichés anciens de Durand, Felix Martin-Sabon et Gabr (...)

55L’église Saint-Jean fut transformée en halle au blé, servit de support à un télégraphe au XIXe siècle et fit encore office de garage. Après la guerre, elle fut démantelée. Le chanoine Delanoë nota que l’édifice avait été bâti sur un plan quadrangulaire et fut agrandi au XVe siècle142. En 1889, elle possédait encore des vestiges romans sur la nef et sa tour, du XVe siècle143. Avant 1854, les ouvertures furent modifiées, faisant disparaître de petites fenêtres médiévales cintrées et tréflées144. L. Régnier identifia des parties de contreforts plats en grison, des fragments de corniche biseautée, supportée par des corbeaux, ainsi que quelques fenêtres « de petites dimensions » du XIIe siècle145. On notait en 1950, des « traces du XIIe siècle » : maçonneries en appareil régulier de grison, contreforts plats et trace d’ouverture en plein cintre146. Seuls quelques vestiges apparaissent encore sur les murs du chœur et de la nef147 (ill. no 71).

Illustration no 71 – Ancienne église paroissiale Saint-Jean de Verneuil, vestige de la nef.

Illustration no 72 – Ancienne église paroissiale Saint-Pierre de Verneuil, similigravure, dans E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil...

  • 148 Pour faire place à une école maternelle : arch. dép. Eure, 679 E dt, 129.
  • 149 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 3 : « Elle étoit bâtie assez grossièrement en grisons avec une (...)
  • 150 Arch. dép. Eure, 679 E dt, 129 : procès verbal d’expertise et plan des lieux dressé par l’architect (...)
  • 151 E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil, 1re série, similigravure, non paginé.

56L’église Saint-Pierre, dont la paroisse avait été réunie à Notre-Dame en 1802, servit d’abord de grange et fut finalement démolie en 1890148. Elle fut cependant décrite avant sa disparition149 : elle était maçonnée de grison et surmontée d’une tour carrée aux dimensions trapues. Le fait qu’elle fût alors qualifiée de « sans élégance » permet de penser qu’elle s’apparentait à celles de Notre-Dame ou de la Madeleine. L’édifice avait un plan simple, terminé par un chevet plat épaulé de trois contreforts épais et saillants150. Le chœur voûté était marqué par des arcs doubleaux à gros boudins ronds et géminés. Une gravure de son élévation extérieure nord151 permet de retrouver, en arrière des modifications du XVe siècle, des baies étroites (au remplage postérieur), en plein cintre rappelant celles de Notre-Dame (ill. no 72).

Illustration no 73 – Ancienne église paroissiale et chapelle du couvent Saint-Nicolas de Verneuil, vestiges romans sur le côté nord de la nef.

  • 152 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 4 : « Elle était très simple et n’avoit réçu aucune addition. E (...)

57L’église Saint-Jacques, détruite à la Révolution, fut décrite de mémoire par le chanoine Delanoë152. N’ayant reçu aucune adjonction depuis sa fondation, elle avait un plan très sobre à nef unique, sans transept ni bas-côtés et terminé par une simple abside semi-circulaire. Elle était dominée par une tour-clocher charpentée, appuyée sur le mur oriental.

  • 153 Congrès Archéologique de France, 1854, p. 162-172.
  • 154 La collection de reliquaires de la fin XIIe siècle qui y est conservée provient en réalité de Saint (...)

58L’église Saint-Nicolas, supprimée par Louis XIII en 1626 pour faire place à une abbaye bénédictine, fut fortement remaniée au XVe siècle153 et ne conserve, d’origine, que les murs de grisons extérieurs de la nef, scandés par des contre-forts plats154 (ill. no 73).

Illustration no 74 – Ancienne chapelle du prieuré de la Trinité ou de l’hôtel-Dieu de Verneuil, chevet et mur nord.

  • 155 Congrès Archéologique de France, 1853, p. 162-172 ; BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 9 : « Son é (...)
  • 156 Cliché ancien de Jules David © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.
  • 157 Cette description est donnée à partir d’une photographie non datée (début du XXe siècle), conservée (...)
  • 158 Remarques de D. Pitte.
  • 159 L’hypothèse du chanoine Delanoë conférant à ce prieuré une fondation contemporaine de celle du couv (...)
  • 160 Arch. dép. Eure, G 33, « Doyenné de Verneuil », no 4 : « Domus Dei oppidi de Vernolio, le 17 juin 1 (...)

59Par ailleurs, la ville comprenait différentes chapelles dont quelques unes seulement subsistent. L’ancienne « église de l’hôpital » ou chapelle du prieuré de la Trinité, « contemporaine de la fondation de la ville155 » mais dont la façade occidentale fut fortement remaniée à la fin de la période gothique156, est aujourd’hui reconvertie en cinéma. Sur une partie du mur nord subsistent néanmoins trois contreforts plats en grison du XIIe siècle et des traces de fenêtres étroites et très légèrement brisées à claveaux de grisons. La maçonnerie est faite de grison taillé de 15 centimètres sur 30 centimètres en moyenne. Le chœur à chevet plat conserve ses dispositions romanes d’origine à trois lancettes étroites et parfaitement cintrées (ill. no 74). Il fut ensuite couvert d’une voûte d’ogive très bombée reposant sur quatre nervures et des colonnes engagées dans les angles. Elle se rapproche du modèle de la voûte dite « angevine » ou Plantagenêt et ne peut donc être antérieure à la deuxième moitié du XIIe siècle. La séparation du chœur et de la nef est marquée par deux piliers adossés aux murs gouttereaux, composés de deux colonnes engagées. Les chapiteaux ont une volumétrie extrêmement simple157. Les vestiges les plus anciens (lancettes du chevet), pouvant être datés du courant du XIIe siècle158, induisent que la date de fondation de ce prieuré a pu être quasiment contemporaine de celle de la ville159. Sa transformation en véritable Hôtel-dieu eut lieu assez tôt, vers le XIIIe siècle sans doute. En effet, sa nomination appartenant aux maire, conseillers et bourgeois de la ville160 ne peut être antérieure à la commune.

Illustration no 75 – Verneuil, ancien hôtel de Brétignères.

  • 161 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres (...)
  • 162 Arch. dép. Eure, III F 228 : « La demie-colonne qui, adossée à des pilastres, portant de chaque côt (...)

60La Maladrerie Saint-Marc, extra muros à l’est de Saint-Martin du Vieux-Verneuil, servit de grange au XIXe siècle. Elle peut se rapporter aux « lépreux », cités en 1220 dans les coutumes de la forêt de Breteuil où ils bénéficiaient de privilèges probablement antérieurs à la reddition de la Normandie161. L. Régnier, qui en donna une description, pensait que l’on pouvait la faire remonter au milieu du XIIe siècle162.

Illustration no 76 – Verneuil, maison médiévale dite « ancienne chapelle Notre-Dame-des-Grâces », façade sud.

  • 163 Par erreur, elle fut attachée à la prison et située sur la rue du Canon : Congrès Archéologique de (...)
  • 164 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 11.
  • 165 Arch. mun. Verneuil.
  • 166 BNF, n.a. fr. 6111, t. XVIII, f° 433 : « L’antique chapelle de la porte de Paris est devenue un mag (...)

61Il a également existé une chapelle de l’Assomption dite encore Notre-Dame des Grâces163, située « rue de Paris, sur la droite, et tout près du fossé de la ville164 » (ill. no 76). Un plan du XIXe siècle la mentionne encore comme une chapelle165 mais elle s’implanta dans une maison du XIIe siècle et sera étudiée comme telle. Ce fut peut-être encore cet édifice que Guillermy appelait en 1836 « chapelle de la Porte de Paris166 ».

  • 167 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 10 : « Au haut de la rue du Canon, et presqu’en face dans la ru (...)

62Enfin une chapelle de la prison, située rue du Canon, était abandonnée en 1854. Il s’agit de la chapelle Saint-Joseph, citée par le pouillé du XVIIIe siècle. Elle fut fondée en 1662 par un vœu du père Viette, prêtre oratorien, originaire de Verneuil167.

Remarques stylistiques : un ensemble architectural cohérent

63L’étude comparative des descriptions anciennes en complément naturel des vestiges encore en place met en évidence certaines particularités de l’architecture religieuse vernolienne. Sur onze édifices religieux, sept (les églises de la Madeleine, de Notre-Dame, Saint-Jean, Saint-Pierre, Saint-Jacques, les chapelles de l’Assomption et de l’ancien prieuré de la Trinité) possèdent encore des vestiges du XIIe siècle ou en ont possédé jusqu’à une date suffisamment récente pour être identifiés comme tels, formant ainsi un ensemble homogène.

  • 168 Cette pierre locale a la particularité d’être riche en minerai de fer, qui lui confère cette couleu (...)
  • 169 M. Baudot, passim : la plupart du temps, ils constituent les seuls vestiges du XIIe siècle des édif (...)
  • 170 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622 ; voir supra : celui de Saint-Pierre, rappelant le chœur de la Trin (...)

64Tout d’abord, il comprend l’usage exclusif du grison168 maçonné, encore visible principalement sur les murs de la Trinité, Notre-Dame, Saint-Jean Saint-Nicolas et la Madeleine (élévation de la nef). Ensuite, la configuration des baies est également un des éléments essentiels que l’on retrouve dans tous les édifices vernoliens de cette époque. Toutes sont assez petites, cintrées, étroites à l’extérieur avec de larges ébrasements intérieurs, typiques du style roman du XIIe siècle. De même, les contreforts plats, simples ou à ressauts, constituent un élément architectural récurrent à Verneuil à Notre-Dame, la Madeleine et sur la représentation de Saint-Pierre. Ces types baies et contreforts se retrouvent dans la plupart des édifices romans de la région169. Sur la question du voûtement, souvent comparé dans les descriptions du chanoine Delanoë170, pour Notre-Dame, Saint-Pierre, la Trinité, et probablement la Madeleine (voûte de la chapelle précédant la sacristie) : seuls les chœurs furent voûtés d’origine en maçonnerie de grison, les nefs étant couvertes en bois, voûtée « en petites planches » pour Notre-Dame ou non voûtée pour la Trinité.

  • 171 Comme l’église paroissiale du Coudray, au sud-est de Chartres (canton de Chartres, dép. de l’Eure-e (...)
  • 172 M. Baudot, « Les églises du canton de Saint-André et de Nonancourt », art. cité, p. 43 ; id., « Les (...)

65Enfin, les plans de ces édifices peuvent être regroupés selon deux types, simple ou complexe. La chapelle de la Trinité et les églises de Saint-Jacques, Saint-Pierre et Saint-Jean, de petites dimensions, composées d’une nef simple et pourvues d’un chevet semi-circulaire (Saint-Jacques) ou plat (Trinité, Saint-Jean et Saint-Pierre) représentent un premier groupe. Ce type de plan se retrouve assez couramment dans quantités de petites églises rurales171 et correspond plutôt aux édifices naturellement destinés à accueillir une population limitée. Par ailleurs, Saint-Pierre et Saint-Jacques étaient autrefois pourvues d’une tour-clocher de plan quadrangulaire, « sans élégance aucune » pour la seconde. Sa ressemblance avec la tour de croisée de Breteuil, soulignée par le chanoine Delanoë induit la possibilité d’une construction romane. Le cas de la tour-clocher méridionale de l’église Saint-Jacques et peut-être déjà de Saint-Jean, est plus rare que la tour-porche occidentale ou le clocher situé à la jonction de la nef et du chœur. Nous en retrouvons cependant quelques exemples aux environs, d’époque romane ou postérieurs, comme à Saint-Jean de Muzy et la Neuve-Lyre (fin du XIIe siècle) ou encore à Saint-Martin de Condé-sur-Iton, Saint-Germain de Rugles172 (XIIIe siècle).

  • 173 Voir « Breteuil... », p. 244 ; voir également A. Lemoine-Descourtieux, « Une illustration des probl (...)

66Les églises paroissiales de la Madeleine et Notre-Dame présentaient un plan d’origine plus complexe avec des bas-côtés simples flanquant la nef et un chœur à déambulatoire. Leurs dimensions témoignent ici à la fois d’une prééminence souhaitée de ces lieux de culte et de leur capacité d’accueil. Par ailleurs, ce qui singularise ces deux églises du reste des chantiers normands contemporains, repose principalement dans l’utilisation de piles cylindriques supportant les arcades de la nef, procédant d’une tradition plus insulaire que normande. Il n’est pas impossible qu’Henri Ier fût l’instigateur de ce choix architectural, étranger à la tradition normande173.

  • 174 L. Musset, Normandie romane, La Pierre-Qui-Vire, Zodiaque, t. I, 1987, 3e édition ; t. II, 1974, ic (...)

67Il reste enfin à mettre en évidence l’accent généralement mis sur une sobre muralité, et l’absence quasi totale de décor sculpté, mis à part les chapiteaux à crochets très stylisés des piles de la nef de l’église Notre-Dame et ceux de la Madeleine. Néanmoins, ils reproduisent de façon très schématisée le type couramment utilisé en Normandie depuis la fin du XIe siècle, que l’on retrouve à la base du clocher de Saint-Pierre de Thaon, dans le Bessin (vers 1075 ou 1080), à la nef de Cerisy-la-Forêt174 (avant 1100), ainsi que la plupart de ceux de l’abbaye de Lessay. Par ailleurs, si l’on en suit la simplicité de la façade occidentale de la Madeleine, les destructions ne semblent pas avoir fait disparaître de tympans sculptés. Cette austérité générale n’est pas nuancée par quelque fantaisie architecturale ou décorative, même discrète. À quoi attribuer ce manque total de souci décoratif ? S’agit-il de la non-finalisation des travaux après la mort d’Henri Beauclerc avec une longue période d’anarchie (1135-1150) ? La nature du grison, au grain grossier et impossible à retailler une fois en place, constitue un obstacle assurément insurmontable. D’ailleurs, les chapiteaux de la Madeleine étaient, comme à Tillières, sculptés dans un calcaire plus tendre. Cependant, la comparaison avec le portail occidental de Tillières, architecturalement proche de celui de la Madeleine, fait apparaître d’autant plus nettement que cet aspect décoratif fut délibérément ignoré à Verneuil, pour laisser place à une grande rudesse de construction, plus rapide et moins onéreuse. La conjugaison de ces deux éléments – techniques et historiques – ont sans doute empêché la finalisation du programme décoratif de l’architecture religieuse vernolienne.

  • 175 Notons tout de même l’utilisation de la très légère brisure des arcs doubleaux du déambulatoire de (...)
  • 176 Cette période avait précisément vu naître en Île-de-France et à Chartres, les début de l’architectu (...)

68Pour conclure cette étude stylistique, il ressort donc une certaine unité de style présentant une facture encore très romane, voire légèrement archaïque pour cette première moitié du XIIe siècle, nettement plus apparentée au style anglais des XIe-XIIe siècles qu’aux innovations contemporaines de Normandie et du royaume de France. Elle montre ainsi que les chantiers vernoliens, bien qu’importants, ne marquèrent pas de jalons dans l’histoire de l’architecture religieuse normande175 et correspondirent plutôt à un art déjà consommé de la construction romane insulaire. De nombreux éléments architecturaux se retrouvant quasiment à l’identique dans chacun des édifices témoignent d’une certaine unité de style et d’une contemporanéité de construction. Nous pouvons ainsi supputer que tous ces édifices remontent assez précisément à la première moitié du XIIe siècle (l’absence généralisée d’éléments décoratifs ne permettant pas d’affiner les datations) et qu’ils relevèrent d’un même programme, global pour la ville. Il en ressort que la construction de la ville fut conduite rapidement. Verneuil subit plusieurs incendies importants dès 1134, puis en 1152 et 1173. Elle était cependant en voie d’achèvement en 1135 puisqu’elle ne porte aucune marque significative d’Étienne de Blois, souverain à Verneuil jusqu’en 1141. Celui-ci n’aurait certainement pas manqué d’apporter les dernières innovations stylistiques chartraines et françaises176.

Quelle répartition du peuplement ?

  • 177 M. Baylé, « Bernay : abbatiale Notre-Dame », p. 27.

69La dissémination des vestiges romans de même facture au sein des trois bourgs montre que la ville semble avoir été conçue d’un seul jet et non sur un échelonnement chronologique important. En outre, la répartition égale des églises paroissiales, leurs dimensions et dispositions d’origine, peuvent constituer quelques éléments d’information intéressants sur la répartition de la population à l’intérieur de la ville et sur la taille des paroisses (souhaitée ou effective). La prédominance des deux églises Notre-Dame et la Madeleine, au sud et au nord du château, est incontestable. Le vocable de Notre-Dame pourrait également induire qu’elle fut à l’origine la principale église de la ville. Le bourg occidental fut tout aussi immédiatement constitué de deux églises de moindre importance. Saint-Pierre, Saint-Jacques et Saint-Jean peuvent, par leurs dimensions plus réduites, paraître ainsi secondaires, probablement à l’image de leurs paroisses. De même, Saint-Pierre, Saint-Jean appliquèrent le principe du chevet plat, souvent réservé aux constructions mineures177.

  • 178 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372, voir supra.

70Enfin, R. Dicet notait que le « bourg de la Reine », incendié en 1173, englobait différentes couches de population « riches et pauvres178 ». Les noms de bourgs connus, « de la Reine » ou « Grand Bourg », ne portent pas la marque d’une spécificité particulière, artisanale ou administrative. Ce fut donc avant tout un but défensif qui définit le regroupement de la population en trois bourgs, non les « secteurs d’activités » qui vinrent s’adapter à cette configuration tripartite.

Les secteurs d’activité

71Des fours banaux devaient exister, probablement peu nombreux puisque, par la coutume, les bourgeois étaient autorisés à en avoir un. Ils devaient donc être destinés principalement aux habitants de Verneuil non-bourgeois ou aux boulangers, soit une petite partie de la population. Aucun document archéologique ou iconographique ne permet de situer leur position dans la ville.

  • 179 Arch. dép. Eure, IV F 174, ce même mémoire mentionnait également « sept portes ».
  • 180 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27 et p. 73 ; A. Charma et A.-L. L (...)

72Au XVIIIe siècle, un mémoire sur Verneuil précisait anciennement l’existence de « sept moulins banaux dont la plus grande partie subsiste encore aujourd’huy », chiffre sans doute plus symbolique que réel179. Essentiels à l’économie médiévale et objets de rentes seigneuriales, ils furent mentionnés dès les XIIe-XIIIe siècles. Les comptes de l’Échiquier évoquèrent en 1180, 1195 et 1198, les dommages occasionnés par les guerres sur ces outils180. Il fut question en 1195, d’un moulin à faire « à l’extérieur et à l’intérieur ».

  • 181 Arch. dép. Eure, V PL 76.
  • 182 Arch. dép. Eure, V PL 76, et V PL 77 et 78 ; il remonte à 1483, arch. dép. Eure 679Edt9.
  • 183 BNF, cabinet des estampes, Va 27, t. VII, microfilm H119863, légende en no 9.
  • 184 Arch. dép. Eure, V PL 77 et 78.
  • 185 A. Plaisse, « La libération de Verneuil... », art. cité, plan p. 17.

73À Verneuil, des moulins furent naturellement placés aux embouchures des trois canaux intérieurs. À l’ouest, le moulin des Murailles était localisé, entre 1737 et 1743, par l’ingénieur des Ponts et Chausséess à l’entrée du canal de l’Iton, au sud de la porte de Breteuil181. Il subsiste encore les vestiges d’une retenue d’eau ainsi qu’un piédroit et un départ d’arcature du XIIIe siècle. Celui de la Tour-Grise (ou du château) est attesté par différents plans tardifs182 dont l’un, de l’époque révolutionnaire, le représentait à l’extérieur de la ville, à la jonction des canaux sud-est de la ville et du lit de l’Avre, sous la forme d’un « moulin à deux roues183 ». Cette disposition assez courante, existait à Rouen, Caen ou plus près à Chennebrun. Enfin, le dédoublement de deux canaux à l’intérieur de la ville pourrait peut-être également trouver son origine dans la présence d’anciens moulins situés sur le terre-plein central. Un plan de 1841 ( ?) montre ainsi plusieurs édifices les enjambant184 – comparables ainsi au moulin intérieur de Damville – mais dont la destination est inconnue. A. Plaisse y nota néanmoins la présence, au XVe siècle, de deux moulins dits « au vicomte », appellation naturellement postérieure à l’époque de la Normandie indépendante mais pouvant rappeler d’anciens « moulins du Roi185 ».

  • 186 Jean Gimpel, La Révolution industrielle du Moyen Âge, Paris, Le Seuil, « Histoire-point », 1975, p. (...)
  • 187 Arch. dép. Eure, 2 Fi 573, et V PL 77 et 78.

74Par ailleurs, les villes essayaient d’ordinaire d’évacuer vers l’extérieur leurs activités polluantes186. Or à Verneuil, la « rue des Tanneries » le long du canal intérieur et anciennement « l’étang des Tanneries » entre les paroisses Notre-Dame et Saint-Jacques montrent deux sites intérieurs différents. Leur origine est inconnue mais l’assèchement de l’étang entre 1735-1737 et 1756 a peut-être déplacé l’activité. De même, l’actuelle « rue des Bouchers187 », au nord la paroisse Saint-Jean confirme, sans en préciser l’origine, la présence d’une activité de boucherie (connue au XIIe siècle mais pas nécessairement à cet endroit) profitant de la proximité du fossé nord de la ville.

  • 188 Arch. dép. Eure, 21 O 368 ; arch. dép. Eure V PL 77 et 78.

75Enfin, les autres activités artisanales de Verneuil ont laissé très peu de traces de leur répartition, même récente, dans Verneuil. Deslandes indiquait une « rue de la Vannerie » à l’ouest de l’église Saint-Pierre. D’anciennes halles, démolies au XIXe siècle188, se situaient sur la partie occidentale place de la Madeleine. L’esplanade actuelle, où ont lieu les marchés, résulte de la suppression du cimetière et des halles (récentes), qui a libéré récemment cet espace. Il est donc nécessaire de rester prudent sur l’interprétation de cette localisation. Ceci étant précisé, il reste cependant possible que les marchés aient eu lieu dès l’origine à l’ouest du cimetière ou directement dans celui-ci.

  • 189 Bibl. mun. Rouen, ms. 1238, « Singularités de la province de Normandie... », p. 162 : « Elle est an (...)

76Il convient cependant et d’une manière générale de rester très prudent et ne pas considérer toutes ces dispositions comme étant nécessairement d’origine, car plus de sept siècles séparent la fondation de la ville et les premiers plans. Cependant, si tel était le cas, cela pourrait peut-être à la fois se justifier par une volonté de protection utile des activités génératrices de richesses et expliquer les dimensions très importantes du périmètre urbain, où aucun faubourg ne devait être implanté avant longtemps189.

Les divisions urbaines : rues et parcelles

  • 190 Plan d’alignement antérieur à 1862, arch. mun. Verneuil ; arch. dép. Eure, 21 O 368.

77La visite du congrès archéologique en 1854, signalait que le plan des rues de Verneuil serait modifié à court terme, ce que confirme la comparaison entre les plans des XVIIIe et XIXe siècles. Les travaux d’alignement des années1860190, firent également disparaître de nombreux éléments anciens : la création de nouvelles rues, l’élargissement de certaines autres firent disparaître, sinon des bâtiments entiers, de nombreuses façades anciennes, dont certaines remontaient au Moyen Âge. Par ailleurs, il est certain que si le schéma général des rues – nonobstant ces modifications – n’a pas dû changer considérablement depuis le XIIe siècle, les plans des maisons et les aménagements des parcelles ont pu être maintes fois redessinés.

  • 191 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 49, no CXXIII et t. I, p. 213-214, no CCXL.

78Nous disposons heureusement de nombreux indices pour tenter de retrouver les dispositions d’origine, notamment des sources du XIIe siècle et, nettement plus tard, quelques descriptions des XVIIIe et XIXe siècles. En tout premier lieu, la platea ou burgensia soit l’unité de départ consistait au XIIe siècle (première charte, art. no 43) en un terrain sur lequel le nouveau venu pouvait construire sa maison et aménager son jardin potager. Il semble donc que la ville ait été littéralement lotie, de manière sans doute assez égalitaire à l’origine. Cependant par ces mêmes coutumes, nous savons que des divisions ou regroupements de fonds étaient autorisés, pouvant aller jusqu’à la tenure d’une maison seule (première charte, art. nos 26, 28, et 34 ; seconde charte, art. no 1). Ainsi, en à peine quelques générations, les parties privatives purent donc être passablement modifiées et si l’on note les différences sémantiques entre la copie supposée de la charte de Henri Ier et celle de Henri II, cela pourrait mettre en évidence une certaine évolution de la situation en une cinquantaine d’années. D’ailleurs au tournant du XIIIe siècle, la physionomie de la ville n’était pas encore figée. À la fin du XIIe siècle, entre 1178 et 1190, l’abbaye de Jumièges louait à un particulier (visiblement non bourgeois) une simple platea apparemment non bâtie. Vers 1203-1207, un fonds reçut des maisons construites par maître Renel, sur un terrain qu’il avait lui même acheté à Pierre de la Rivière191.

  • 192 Arch. dép. Eure, H 321, cote 1 (1208) : « Ego Rohertus de Etre, burgensis Vernolii et Hawis, uxor m (...)
  • 193 Arch. dép. Eure, IV F 174 ; Arch. nat., Q196, octobre 1723 : « Un perrein en ruine dont il reste (...)
  • 194 Congrès archéologique de France, 1854.
  • 195 Bernard Lizot, « Vieilles maisons, vieilles familles », NE, Évreux, nos 94-95, « Verneuil-sur-Avre, (...)

79La localisation de la maison et de ses dépendances semble avoir été laissée au loisir de chacun et a donc pu être assez variable sans répondre à un schéma particulier, autre que la tradition architecturale. Au début du XIIIe siècle, l’abbaye de l’Estrée reçut en don la maison d’un bourgeois de Verneuil, Robert de l’Estrée. Les actes de donation (1208) et de confirmation (1217) évoquent une « rue antérieure » et une « rue postérieure », dont l’une des deux aurait été la « rue de Breteuil192 » et laissant ainsi entendre que la parcelle avait deux accès opposés. La maison était accompagnée d’annexes : une « petite pièce » et un espace non bâti - sans doute un jardinet - longeant la petite pièce et joignant les deux rues : s’agissait-il d’un regroupement de fonds ? Au XVIIIe siècle le plus souvent, il semble que les maisons anciennes n’aient eu qu’un seul accès, le cas de l’ancien hôtel de ville, situé entre la rue et la place de la Madeleine et dont la « position lui donnait un double accès », semble exceptionnel193 car constitué de deux maisons distinctes à l’origine. Par ailleurs, lesperrins ou anciennes maisons de pierre, inventoriés en 1854194, auraient été orientées nord-sud. Ceux de l’hôtel de ville, celui dit de « monsieur Mallet », celui du tribunal et celui, repris, de la rue Gambetta195, étaient perpendiculaires à la voirie. Cela ne doit cependant pas constituer une généralité, puisque la maison romane la mieux conservée de Verneuil, présentait son mur gouttereau précisément le long de la voie principale (actuelle rue Aristide-Briand), comme l’hôtel de Bretignères ou une autre maison de pierre identifiée rue des Marronniers.

Les maisons romanes et la construction civile en pierre

  • 196 Arch. dép. Eure, H 321, cote 1 (1208) les transcriptions françaises sont erronées. Il semblerait qu (...)

80La tenure d’une maison ou d’un terrain à bâtir était l’un des principes fondateurs du bourgage, comme le montre la première charte des coutumes de Verneuil (art. nos 27 et 34). Il constituait un espace de protection presque inviolable pour le bourgeois, sa famille et ses biens (ibid., art. nos 20 et 21) et un facteur de stabilité. Dès le début du XIIIe siècle, la construction en pierre fut attestée à Verneuil, par la donation de Robert de l’Estrée à l’abbaye de l’Estrée, comprenant une camerula lapidea, longée par un espace vide agencé entre deux rues, dites « antérieure » (rue de Breteuil) et « postérieure196 ».

  • 197 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 438-439 ; L. Delisle (éd.), C (...)
  • 198 Congrès archéologique de France, 1854, p. 168-169 ; Arch. nat., Q1 196 : « État des Perreins de la (...)
  • 199 Charles Vasseur, « Les perrins de Verneuil », Bull. monumental, 1870, vol. XXXVI, p. 83-86, a noté (...)

81Une analyse approfondie de la seule ville de Rouen, établissant des comparaisons avec d’autres découvertes continentales ou insulaires, a récemment mis en évidence que la construction en pierre ne fut pas un fait exceptionnel pour la Normandie médiévale et mérite d’être reconnu en tant que phénomène urbain, dès le XIe siècle. La qualité du matériau évoque en tout premier lieu la richesse du détenteur mais, dans le cadre d’un bourg castral défendant une frontière, elle peut également mettre en évidence la résistance aux destructions : au cours du XIIe siècle, la ville brûla au moins trois fois en 1134, 1152, puis 1173197. À Verneuil, furent longtemps conservées des maisons en pierre appelées « perrins » ou « en forme de perrin » ou « à usage de perrin ». Une chronique manuscrite, en aurait compté « plus de cent », faisant peut-être référence à un mémoire de 1723, qui en mentionnait hypothétiquement cent-vingt198. Si la plus grande prudence s’impose dans l’interprétation de ce chiffre, il est clair qu’il signifie qu’il existait une quantité non négligeable de maisons en pierres à Verneuil, susceptible d’être notée199.

Un édifice conservé

  • 200 Avant le 9 juin 1860 : voir extrait du cadastre arch. dép. Eure, 21 O 368, « Extrait du plan d’alig (...)
  • 201 Nous pouvons néanmoins retrouver son plan masse sur les cadastres antérieurs.
  • 202 La baie la plus orientale a été évidée sous l’occulus puis totalement rebouchée : Régnier précisait (...)
  • 203 Arch. dép. Eure, 15 J 102/1, f° 14 : « 1642 : Messire Andre de Frontiginières [...] a [...] pris po (...)
  • 204 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 11 : « Rue de Paris, sur la droite, et tout près du fossé de la (...)
  • 205 David Stocker, « Salle et hall dans les bâtiments urbains des XIIe et XIIIe siècles », dans B. Ayer (...)
  • 206 Y. Lescroart et D. Pitte, « Un édifice roman disparu, rue Malpalu, à Rouen », Monuments rouennais, (...)
  • 207 Elle date du XVe siècle.
  • 208 Arch. dép. Eure, III F 228, il fut le seul historien à s’interroger sur sa destination d’origine : (...)

82Une maison romane en partie conservée, a pu être identifiée rue Aristide-Briand, près de l’ancienne porte de Tillières (ill. no 76). Il s’agit d’un bâtiment en grison, orienté est-ouest, parallèlement à la rue. La façade sur rue a été détruite par les travaux d’alignement200 et le pignon oriental endommagé lors de la destruction de l’enceinte urbaine à laquelle il venait s’accoler201. En revanche, la façade postérieure a été préservée. Elle présentait un premier niveau aveugle, à demi enterré et à usage de cellier probablement, et un second niveau d’habitation, largement ouvert par une ancienne porte cintrée à l’ouest et trois fenêtres géminées sous arcature en plein cintre202. Chaque baie géminée était également surmontée d’un oculus, aujourd’hui presqu’invisible. La façade a également conservé sa corniche à la base de la toiture et une charpente ancienne. Cette maison ayant été à partir de 1642, utilisée comme chapelle par la confrérie de l’Assomption203, elle reste aujourd’hui encore connue à Verneuil presqu’exclusivement sous le nom de chapelle « Notre-Dame des Grâces204 ». Cette maison romane, dont les caractéristiques sont assez courantes en architecture civile, notamment dans le schéma des baies géminées205, s’apparente en tous points à la maison rouennaise de la rue Malpalu, aujourd’hui disparue mais récemment reconstituée206. Sa charpente, décrite par L. Régnier, composée « d’arbalétriers en tiers point », de sablières moulurées et de poutres transversales biseautées, est encore en place207 et définit un volume unique et important208 (6 m sur 12 m).

D’autres vestiges médiévaux

  • 209 Congrès archéologique de France, 1854, p. 168-169 ; BNF, n.a. fr. 21591, p. 607 : « [...] de distan (...)
  • 210 Arch. nat., Q196 : voir supra : « Plusieurs anciens bastiments, nommez perrins, ap[p]artenant au (...)

83Le congrès Archéologique dressa, en 1854, un mince inventaire des perrins de la ville, supposés nombreux. En fait quatre seulement, déjà mentionnés par le rapport du chanoine Delanoë209, furent repérés. Ils étaient dix-huit (dont deux « douteux ») dans l’enquête de 1723 qui, cependant, confondait sous ce terme une réalité archéologique – la véritable maison de pierre – avec sa destination ultérieure. Si cette enquête ne parvint pas à mettre en évidence les caractéristiques architecturales et stylistiques des bâtiments. Nous pouvons supposer que la liste, dressée avant consultation des propriétaires, se bornait à reconnaître de véritables maisons de pierre, réparties dans toute la ville (près de l’hôpital et paroisses de La Madeleine et Saint-Jacques), auquel cas nous serions en présence d’un inventaire assez détaillé, qu’ils s’agisse de perrins ou non. Il est d’ailleurs très intéressant de noter que le no 7 était soumis au cens du roi – sans doute le droit de bourgage – et que le no 4 était effectivement en pierre210.

  • 211 Congrès archéologique de France, 1854, p. 168 : « Grandes constructions en grisons comme les église (...)
  • 212 Ibid. : « Leurs bois et fers et autres matériaux [...] en sorte que plusieurs sont entierement ruin (...)
  • 213 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 19.

84Les perrins étaient construits en murs de grison parfois à contreforts plats, sans doute comparable à ceux de l’édicule sud de La Madeleine211 ou plus tard en grès, et percés de baies cintrées. Le rapport de 1723 mentionnait également la présence de bois, de charpente, et de « fers » – des tirants sans doute212. Quelques temps plus tard, un mémoire historique rappelait que l’un d’entre eux venait d’être détruit « faisant apprécier la solidité de sa construction et principalement la beauté des bois qui en formaient la charpente213 ». Cependant que faut-il penser de leur agencement et de leur datation ? Il semble qu’il faille ici se reporter aux exemples connus de la rue Aristide-Briand et de la maison de Breteuil, ainsi qu’au mémoire du XVIIIe siècle, qui notait que tous avaient un « pignon aigu » et de « remarquables charpentes ».

  • 214 Arch. dép. Eure, Hdt, B6, « Bail emphytéotique à Mme Marie charlotte d’Hérissy, abbesse de l’abbaye (...)
  • 215 D. Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen du XIe au XIII e siècle », art. cité, p. 267, il (...)
  • 216 Voir supra.

85Des quatre derniers perrins identifiés au XIXe siècle, que reste-t-il à ce jour ? Les deux maisons réunies (1723), qui ne servaient plus que d’écurie à l’ancien hôtel de ville au XVIIIe siècle, n’ont pas été conservées. Cet ancien hôtel de ville était situé dans un îlot compris entre la rue et la place de la Madeleine, la rue des Moulettes et la rue des Moutons. L’une des deux maisons bénéficia d’une description : « rez-de-chaussée voûté à plein cintre avec de grands arceaux en grisons214 ». Cette disposition la rapproche des édifices identifiés à Rouen, rue Croix-de-Fer, rue des Bonnetiers et rue Malpalu, voûtées en plein cintre et divisées par des arcs doubleaux215. La maison située « chez monsieur Mallet », « remarquable par sa charpente », située à côté de la place de la Madeleine et donnant sur le rempart a été partiellement détruite, ainsi que celle de la rue Saint-Pierre, déjà « presqu’entièrement défiguré et ne se reconn[aissant] plus qu’à l’élévation de ses toits dominant les maisons voisines », de même que les trois perrins, mentionnés par le chanoine Delanoë « le long des murs du côté de l’est et du sud-est ». La dépendance de « l’hôtel du Fay », présentant au XIXe siècle de grands contreforts romans, n’a pu être localisée216.

  • 217 B. Lizot, « Vieilles maisons, vieilles familles... », art. cité, p. 38 : le second serait celui « d (...)
  • 218 Ibid. ; Francis Glatigny (dir.), Le Pays de Verneuil-sur-Avre, Fromont-Glatigny, p. 59.
  • 219 Arch. dép. Eure, III F 228.
  • 220 Un inventaire du bâti civil médiéval de Verneuil est actuellement en cours ; sondages archéologique (...)

86B. Lizot localisa deux maisons récemment disparues, semble-t-il, aux no 392 rue de la Madeleine et no 45 de la place de la Madeleine217. Il signale encore l’ancienne propriété de l’architecte Maurice Storez (1875-1959) au no 155 de la rue du Canon218. Le volume initial, pris dans les agrandissements du XVIIIe siècle, est entièrement conservé comme en témoignent la corniche et les chaînages d’angle en grison. La façade méridionale possède encore des fenêtres géminées surmontées d’un oculus, déjà notées par L. Régnier, qui donnait une datation du XIIe ou début du XIIIe siècle219. L’ancien hôtel de Brétignères (ill. no 75) au no 138 de la même rue, malgré de nombreux remaniements aux XVe et XVIIe siècles, présente dans sa partie la plus ancienne le même volume architectural, des chaînages d’angles en grison et une épaisseur de murs importante (140 cm dans la cave). Nettement plus remanié, l’ancien tribunal de Verneuil (rue A.-Briand) était également à l’origine une maison des XIIe-XIIIe siècles possédant encore quelques vestiges de baies romanes220.

Des structures encore enfouies

  • 221 Congrès archéologique de France, 1854, p. 170.
  • 222 Informations transmises par M.-J. Demaire ; arch. dép. Eure, Edt 679, 127, 1 M 1 (5 octobre 1680) : (...)
  • 223 Pour plus de données concernant les structures souterraines se reporter aux travaux suivants : C. L (...)
  • 224 Remarque communiquée par D. Pitte ; recherches en cours.
  • 225 Arch. dép. Eure, 21 O 3/68, « Acte de vente M.-A. Benoist, veuve la Planne » (sept. 1848) : « Ce re (...)

87Pour toutes ces maisons romanes, nous n’avons malheureusement pas d’indication de structures annexes, qui seraient aujourd’hui souterraines : « caves » ou simples celliers. Or nous savons que dans les bourgs de Breteuil, Verneuil et Chennebrun se trouvent de nombreuses caves, parfois interprétées par erreur comme des « souterrains ». À Verneuil, furent signalés au XIXe siècle « de vastes et profonds souterrains à chapiteaux romans qui forment sous diverses maisons et jusque sous les rues des caves à deux étages221 » et un « véritable carrefour de souterrains, situé sous la mairie [actuellement centre des Impôts de la place de la Madeleine] a été utilisé comme abri anti-aérien », lors de la seconde guerre mondiale222. Ces caves étaient déjà courantes au Moyen Âge, même à deux niveaux223. Elles pouvaient être cédées ou réunies indépendamment des habitations qui les surmontaient, d’où la complexité potentielle des réseaux aujourd’hui enterrés224. Deux caves furent décrites en 1848, à l’extrémité occidentale de la place de la Madeleine, dont l’une comportait effectivement deux niveaux appartenant à deux propriétaires différents225.

88Enfin, il est à noter que l’enquête de 1723 mentionnait curieusement deux « caves » non enterrées en raison de la proximité de la « rivière » d’Iton (canal intérieur), voûtées de pierre et surmontées d’une charpente (no 4). Cette mention montrent que des celliers aujourd’hui enterrés ou semi-enfouis ne l’étaient pas nécessairement aux époques plus anciennes.

Nonancourt, tentatives de restitution

  • 226 J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche..., op. cit.
  • 227 Arch. dép. Eure, IV F 46, p. 3, p. 5 et p. 76 ; IV F 122 ; BNF, n.a. fr. 11136, A.

89J.-F. Lemarignier data la fortification de Nonancourt, conjointement avec celle d’Illiers, des environs de février-mars 1112226 mais, comme l’indique son origine étymologique, le site était déjà ancien. En effet, des « sarcophages » auraient été mis à jour en 1864 dont l’un contenait une lance en fer227. En outre, étant donnée sa situation en éperon dominant l’Avre, on peut légitimement se demander s’il ne provient pas d’une implantation néolithique. Le peuplement actuel est composé de deux parties, correspondant aux communes de Nonancourt et de La Madeleine de Nonancourt. La première est ainsi rassemblée autour de la paroisse de Saint-Martin en fond de vallée, tandis que la seconde est située sur le plateau autour de l’église de la Madeleine, au centre d’un terre-plein circulaire (ill. no 77, planche no XII).

Le château

  • 228 Voir supra.
  • 229 Arch. nat., K 51, no 36 (2 sept. 1378).
  • 230 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit.
  • 231 Arch. dép. Eure, 7 A 1 : « La place et masure de l’ancien château de Nonancourt : Cette place est s (...)
  • 232 BNF, n.a. fr. 11136, A; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5 : « Il y avait au haut de la colline, entre (...)

90En 1112, Henri Ier entreprit de fortifier Nonancourt contre Gervais de Châteauneuf qui le menaçait depuis son château de Saint-Rémy228. À la fin du XIIe siècle, probablement dès 1189-1193, le château échappa la plupart du temps aux Normands. Plus tard, il fut démoli par ordre de Charles V229. En 1590, Henri IV aurait pilonné la ville depuis l’emplacement « du château-fort » et de la « Vigne du Canon230 ». En 1772, il ne restait du château qu’une friche impropre à la culture231, décrite en 1780 : il subsistait encore d’importants ouvrages de terrassements et une place nommée la « Barricade232 ». Enfin, la ligne de chemin de fer Paris-Granville traverse ces structures de part en part depuis 1864.

Illustration no 77 – Site castral de Nonancourt.

La Madeleine de Nonancourt

  • 233 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 008 ; Carte archéologique de la commune (...)
  • 234 J. Fournée, « Le culte et l’iconographie des saints », art. cité, p. 53.
  • 235 Voir supra, « Les structures religieuses », p. 178 ; ce genre de protection était courante au Moyen (...)

91L’église actuelle de La Madeleine (ill. no 78), reconstruite au XVIe siècle, trouva très probablement son origine et son plan au XIIe siècle233. Ce vocable ne se généralisant en Normandie qu’à partir du XIe siècle234 et sainte Madeleine étant, dès 1113-1122, patronne de la foire annuelle de la ville, la fondation eut probablement lieu entre le second tiers du XIe siècle et le début du XIIe siècle. Peut-être fut-elle fondée par Henri Beauclerc lors du remodelage du complexe castral duquel elle paraissait dépendre juridiquement. En effet, elle n’était alors qu’une simple chapelle, assurant la protection religieuse de l’entrée de la grande enceinte235.

Illustration no 78 – Ancienne chapelle Sainte-Madeleine de Nonancourt.

  • 236 Arch.nat.F 14/851 ; Carte archéologique de la commune de La Madeleine de Nonancourt, no 27 378 006  (...)
  • 237 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 284 ; arch. dép. Eure, 7 A 1 (1772).
  • 238 BNF, coll. Clairembault 995, no 129 : « Titres sur le différen(t) [d] d’entre les prés de la Madele (...)
  • 239 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit., p. 14.

92Un vaste ouvrage de fortification, circulaire et autrefois délimité par des fossés et des murs de pierre, la cernait entièrement jusqu’à l’enceinte castrale, qui vint s’y surimposer236. Coutil notait que les fossés nord – encore mentionnés en 1772 – furent comblés en 1870237. Cette zone en partie composée d’espaces ruraux (vignes et prés) fut attestée en 1239 dans une charte de Robert de Courtenay238. Aujourd’hui encore le parcellaire circulaire traduit l’existence d’anciennes dispositions fortifiées, réinvesties par la population. Cette zone constitua-t-elle le centre de peuplement initial comme l’affirmèrent les premiers historiens de la ville239 ? Il est plus vraisemblable que cette esplanade, circulaire et en position dominante, accueillit primitivement une structure castrale peut-être héritée de la période de domination française (943-1109) ou encore du regain d’autorité normande observé aux alentours de 1060.

Une enceinte ovalaire ?

  • 240 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 176-177 (1112), voir supra.
  • 241 Arch. dép. Eure, III PL 1202 (1830) ; L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 284 ; cadastre actuel (...)
  • 242 Arch. nat. F 14/851.
  • 243 Carte archéologique des communes de la Madeleine de Nonancourt et de Nonancourt, no 27 438 009, lie (...)
  • 244 Davidson, « Early earthwork castles, a new model », p. 37-47 ; J. Le Maho, « Notes de castellologie (...)

93Au début du XIIe siècle, le municipium de Nonancourt, tel qu’il fut appelé par O. Vital240, était déjà un centre de peuplement aggloméré autour de fortifications. Outre la fortification autour de la Madeleine, nous distinguons sur tous les documents iconographiques241 au lieu-dit « les châteaux » la présence d’une enceinte, large et complexe. L’Atlas de Trudaine & Perronet (1747) montre son état le plus ancien, avant lotissement : elle comprenait diverses structures alors enfouies et un seul bâtiment, peut-être la chapelle242. Cette enceinte, large de 160 mètres sur une longueur de 240 mètres environ243, prenait naissance au ras du plateau où une levée de terre longeait l’enceinte de la ville. Elle se terminait au pied de l’église de La Madeleine, englobant ainsi une partie de la fortification préexistante. Elle est actuellement bordée à l’ouest par une friche boisée, où des remparts de terre sont partiellement conservés, et à l’est par le chemin vicinal no 14 menant à la Madeleine. Cette fortification semblerait se rattacher au type des grandes enceintes fortifiées normandes du XIe siècle mais celles-ci étaient, en général, de dimensions nettement plus petites244 (de 50 à 60 m de longueur).

Le château normand du XIIe siècle

  • 245 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit., p. 14.
  • 246 Arch. nat. F 14/8451.
  • 247 Carte archéologique des communes de la Madeleine de Nonancourt et de Nonancourt, no 27 438 009, lie (...)
  • 248 J. Le Maho, « Notes de castellologie haut-normande... », art. cité, p. 225-226 ; Longueville-sur-Sc (...)
  • 249 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, enceinte castrale, no 27 438 009.

94En 1112, il semblerait qu’Henri Ier ait remodelé cette enceinte en basse-cour pour son nouveau château. En 1959, H. Charron mentionnait à l’ouest des élévations artificielles et des fossés, décrivant une « forte levée de terre au profil elliptique [de 130 m de long sur 50 m de large], évidée au centre et surmontant les fossés », eux-mêmes hauts de 8 mètres sur 12 à 15 mètres de large245. Cette élévation fut dessinée sur l’atlas de 1747246 : oblongue et assez large, elle est sans doute le résultat de l’enfouissement de nombreuses structures. Deux autres élévations y furent mentionnées dans la basse-cour : une petite tronconique au sud (ancienne tour ?) et une autre, oblongue, barrant le tiers nord (bâtiments enfouis, murs ?). Autre singularité, le nouveau château aurait été élevé en dehors de l’enceinte primitive et non à l’intérieur, comme c’était habituellement le cas247. Il existe cependant quelques rares exemples de motte « hors œuvre » à Longueville et Pont-Echanfray248. Il n’en reste pas moins que cette zone, peut-être fortifiée dans les premières décennies du XIIe siècle249, a pu recevoir la tour maîtresse évoquée au XIIe siècle.

  • 250 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste.op. cit., t. I, p 3 (...)
  • 251 H.-F. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit., t. I, p. 135-136 et p. 200, t. II, p. 129.
  • 252 Ibid., t. I, p. 136.

95En l’absence totale de données archéologiques, il est illusoire de chercher à restituer ce donjon, qui accueillit sans doute Richard et Philippe Auguste le 30 décembre 1189250. Le château ne fut pas évoqué par les rôles normands de 1180. Les seuls récits significatifs rapportent les événements de 1196 et sont d’origine française251 : Richard, après avoir « acheté » le château de Nonancourt, y plaça chevaliers et balistes. La destruction du château fut ensuite évoquée, après que la « tour » et les « murs » furent pilonnés par les perrières et les mangonneaux de Philippe Auguste placés « tout autour ». Pourtant le même auteur relatait plus loin que, revenant de Gisors après quelques jours, Philippe Auguste assiégea de nouveau Nonancourt, l’assaillant nuit et jour avec ses machines de guerre252 ! Les mentions de « tour » et des « murs » certifient néanmoins – dans la mesure où l’on accorde un crédit à la première partie de ce texte – l’existence d’un donjon – d’origine française ou normande – et d’une ou plusieurs enceintes.

  • 253 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 23 (1405) : « Le chemin par lequel l’on va à la chapelle du chas (...)
  • 254 Arch. nat. F 14/8451.

96Par ailleurs, une chapelle castrale placée sous le vocable de sainte Anne est tardivement connue par un acte de 1405. Edifiée dans la partie inférieure de l’enceinte ovale, elle aurait été détruite peu avant 1780253. Il est possible qu’elle fût le seul élément bâti à plan quadrangulaire relevé sur l’atlas de 1747254.

Le bourg castral

  • 255 Voir supra, « Nonancourt », p. 213.
  • 256 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4 ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5, et IV F 122 (1453) : « La ville de (...)
  • 257 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit. ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5.

97L’agglomération, attestée avant 1109, fut modernisée et érigée en bourg par Henri Ier à partir de 1112-1122255. La ville subit d’importantes destructions à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (ill. no 79). Elle aurait brûlé avec le château en 1418 ou 1424, serait ensuite restée inhabitée pour être reconstruite vers 1455 seulement256. En 1511, l’église Saint-Martin fut rebâtie aux frais des habitants et les fortifications réédifiés. Enfin, en février 1590, la ville fut bombardée par Henri IV257.

Illustration no 79 – Église paroissiale Saint-Martin et bourg de Nonancourt vus du château.

Les défenses urbaines et la topographie générale

  • 258 Arch. nat. F 14/13930.
  • 259 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 011, no 27 438 012 et no 27 438 017 ; N. (...)
  • 260 Arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5 ; arch. mun. de Nonancourt, AA 4, nos 50 et 51 (1594).

98L’enceinte, autrefois associée à des fossés, présentait la forme d’un quadrilatère à peu près régulier, flanqué de douze tours circulaires identiques dont deux encadraient la porte occidentale de la ville. Deux autres tours tronquées défendaient au sud l’entrée du pont de l’Avre vers Saint-Lubin. Une tour carrée et une autre circulaire défendaient la porte orientale, dite « porte de Dreux258 ». Seul le mur nord en contrebas du château est bien conservé avec trois tours, hautes, étroites et percées de canonnières. Le mur occidental se trouvait sur l’actuelle rue Basse-des-Remparts où des maisons particulières l’ont absorbé. À l’est, il se situait sur la rue de la Madeleine259. Les défenses de la ville avaient été en grande partie abattues en octobre 1590 mais dès 1594, les habitants furent autorisés à les reconstruire à l’identique, sans rien ajouter260 (ill. no 80).

  • 261 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni.op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), Matt (...)
  • 262 Deux noms sont connus : BNF, coll. Clairembault 995, no 116 et arch. dép. Eure, H 323, cote 2 (juil (...)
  • 263 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 10 (juil. 1293) : « Les bourgeois de Nonancourt, d’autre sur la (...)
  • 264 BNF, n.a. fr. 11136, A : « La rivière d’Avre se divise au dessus de Nonancourt en deux bras, l’un q (...)

99Historiquement, les toutes premières fortifications urbaines virent sans aucun doute le jour avec la fondation du bourg, soit entre 1112 et 1122. La ville était en tous les cas correctement défendue en 1152, à la différence de Tillières et Verneuil261. Enfin, il reste possible que Philippe Auguste, assez tôt maître de la ville, ait entrepris de les refondre entièrement. En tous les cas, la délimitation actuelle des remparts est nécessairement antérieure au XIIIe siècle car elle excluait en 1237 un bourg dit « extérieur » qui accueillait déjà un habitat suburbain262. Il s’agit peut-être de la « rue du Bourg-Gauthier » qui, située à l’extérieur de la porte de Dreux, ne fut rattachée à la commune qu’en 1293263. Notons que le lit naturel de l’Avre subit quelques remaniements à mettre directement en relation avec l’urbanisation du site264 : un canal artificiel traversant la ville fut creusé pour alimenter les indispensables moulins.

Illustration no 80 – Bourg de Nonancourt, vestiges d’enceinte (début du XVIe siècle).

  • 265 N. Bolo, Implantation et organisation topographique..., op. cit., p. 45-46 ; peut-être pourrions-no (...)
  • 266 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 15 (5 mars 1391) : « [...] le dict Remon estoit tenant d’une mai (...)
  • 267 Arch. nat. 273 AP 251, « Ordinaire d’Évreux pour l’année 1600 ».
  • 268 Arch. dép. Eure, 7 A1, « Évaluation de 1772 ».

100La configuration régulière du parcellaire à l’intérieur du bourg de Nonancourt paraît se rapporter à une période fort ancienne et pourrait peut-être refléter l’expression du fonds de bourgage primitif265. C’est à Nonancourt que nous trouvons en 1391, la mention la plus ancienne de perrin désignant une maison située près de la muraille de la ville – et dépourvue de gouttières au grand dam de sa voisine266. Une autre « maison appelée le perrin » fut affermée en 1600267. Deux autres mentions deperrins apparurent en 1772268, montrant que le terme continua d’être couramment utilisé. L’un était situé au centre du bourg, rue des Boulangers ; l’autre, rue Basse-des-Tanneries, était bordé par le canal de l’Avre et la rue des Tanneurs. Il appartenait à un ensemble contenant également une grange et la tannerie.

Les organes d’encadrement religieux, administratifs et économiques

101Comme tout bourg médiéval, Nonancourt se devait d’être doté des organes d’encadrement essentiels à sa vie économique et à son administration. Bien que la plupart des vestiges ou mentions ne fût pas antérieure au XIIIe siècle, il reste utile de les mentionner et de les localiser.

  • 269 Voir M. Baudot, « Les églises des cantons de Saint-André-de-l’Eure et de Nonancourt », art. cité, p (...)
  • 270 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 188.

102Les cadres religieux étaient en tout premier lieu représentés par églises paroissiales de la Madeleine et de Saint-Martin. Nous avons déjà remarqué que le plan de la Madeleine pouvait éventuellement se rapporter à un édifice roman antérieur, du XIe siècle au plus tôt269. Cette église, devenue paroissiale avant la rédaction du pouillé de 1370270, assura également un rôle de protection religieuse à l’entrée nord du château. La paroisse de Saint-Martin semblerait avoir une origine antérieure à celle de la Madeleine et pourrait se rapporter à un peuplement du haut Moyen Âge. Elle fut peut-être reconstituée ou déplacée lors de la fondation d’Henri Ier. Ses vestiges les plus anciens – la partie inférieure du porche occidental – remontent au XIIIe siècle seulement et appartiennent donc à la période française.

  • 271 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 026.

103La datation des autres éléments de l’encadrement religieux reste encore très floue. Nous pouvons néanmoins citer l’hôtel-Dieu qui se trouvait à l’intérieur de la ville, rue de Hôtel-Dieu, et la grange dîmière, rue des Écoles, à charpente assez ancienne271.

  • 272 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 6, voir supra et no 8 : « Sita intra muros eiusdem villae, prope (...)

104Par ailleurs, la Commune de Nonancourt disposa très rapidement de sa propre maison où en 1273, elle reçut l’autorisation de pendre des cloches. Elle reçut également en 1277 un emplacement dans la ville, près du cellier de l’hôtel-Dieu, pour servir de local où exercer sa justice272.

  • 273 Arch. dép. Eure, G 122, f° 41, no 199 ; G 6, p. 19, no 14, voir supra.
  • 274 Le « moulin neuf », situé à l’extérieur de la ville, fut construit en 1627 : arch. dép. Eure, 7 A 1 (...)
  • 275 Arch. dép. Eure, III PL 1202.

105Enfin, les structures économiques étaient représentées par les lieux de production et d’échanges. Les premiers moulins furent attestés en 1112-1126 dans la charte d’Henri Ier qui en donnait les revenus à l’évêque d’Évreux273. Trois moulins banaux furent mentionnés en 1772, dont les deux plus anciens étaient à l’intérieur de la ville274. Contigus, ils étaient postés sur la dérivation intérieure de l’Avre, à l’angle des actuelles rues Saint-Martin et Pierre-Mendès-France. Ils furent signalés sur le cadastre de 1830, par la « rue des Moulins » à l’entrée du « quai de Puteau275 ». Nous pouvons supposer qu’ils conservaient, avec des aménagements modernes, leur place d’origine.

  • 276 Arch. dép. Eure, 7 A 1, 1772.
  • 277 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, III PL 1202.

106Cette dérivation intérieure s’avéra par ailleurs fort utile aux métiers polluants. La rue Basse-des-Tanneries, entre le canal intérieur et le lit naturel de l’Avre, fut mentionnée en 1772276 et sur les plans de 1747 et 1830277, attestant, tardivement néanmoins, de l’activité des cuirs.

  • 278 BNF, n.a. fr. 11136, E : « Hors la ville dans le lieu de la Madeleine » ; N. Bolo la replace dans l (...)
  • 279 De Meulemeester, « Les castra carolingiens... » ; Bourgeois, « Agglomérations secondaires et noyaux (...)
  • 280 L. Jean-Marie a ainsi noté qu’au XIe siècle, la foire dépendant de la Trinité avait lieu devant les (...)
  • 281 N. Bolo, Implantation et organisation topographique..., op. cit., p. 48-49, d’après É. Zadora-Rio, (...)

107Lieu d’échange d’origine, la foire annuelle de La Madeleine, attestée depuis 1112-1123, se rapportait à la chapelle de la Madeleine auprès de laquelle elle se tenait278. Il était en effet d’usage de retrouver ces lieux d’échanges au pied des châteaux279 ou des institutions auxquelles ils étaient associés280. De même, il était courant que ces structures économiques aient bénéficié de fortifications281. Par ailleurs, la place du marché située au centre du bourg, près de l’entrée principale de l’église Saint-Martin, accueillit une structure d’échange régulière et plus fréquente jusqu’au XXe siècle.

108L’originalité de Nonancourt tient ainsi principalement dans la bipartition de ses structures castrales aux dimensions particulièrement importantes, notamment pour l’enceinte et son extension hors œuvre, mais qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Quant au bourg castral, il est nécessaire de le lire au prisme des reconstructions successives mais il constitue néanmoins un exemple intéressant d’urbanisme orthogonal. Contrairement à Verneuil, il paraît directement issu d’un peuplement in situ déjà important lors de la fondation d’Henri Ier et simplement restructuré par des cadres institutionnels et topographiques nouveaux.

Illustration no 81 – Vestiges du château d’Illiers-L’Évêque.

Illiers-l’Évêque

Le château

  • 282 Voir supra ; A. Lemoine-Descourtieux, « llliers-l’Evêque (Eure)... », art. cité.
  • 283 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 256-261.
  • 284 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10 ; et p. 184-185, no 246, voir supra.
  • 285 Arch. dép. Eure, G 6, p. 185-186, no 248 (1271) : « in Castro et castellania de Ylleiis » ; p. 187- (...)
  • 286 Arch. nat., JJ 67, 2179, f° 10 v°, no 36 (oct. 1328).

109Le château d’Illiers fut sans doute fondé au début du XIe siècle par le vicomte de Châteaudun, aux abords d’une voie antique menant de Lisieux à Dreux. Il aurait été ensuite gardé par la famille de Châteauneuf. Le municipium fut finalement remplacé en 1112, par le château d’Henri Ier Beauclerc282. Situé en arrière de Nonancourt, il ne semble pas avoir joué de rôle particulièrement majeur dans les conflits frontaliers mais son existence fut rappelée par le traité du 23 juillet 1194, par lequel il devait revenir au roi de France283. Il fut mentionné sous l’appellation de « maison forte » en 1192 et 1198284, puis de château ou fortification au XIIIe siècle285, enfin de simple « manoir d’Illiers en Normandie » au XIVe siècle286.

  • 287 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 152, no XXVII ; M. Fauroux (éd.), Recueil..., o (...)
  • 288 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 874-875.
  • 289 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 282-283 : d’après des photographies.

110Il est par ailleurs possible que la « villa de Courdemanche » évoquée en août 1060, où séjournait Guillaume le Bâtard alors en campagne contre la baronnie de Châteauneuf, se rapportât en réalité à Illiers287. Comme Illiers, Courdemanche était au cœur de l’ancien douaire de Leutgarde de Vermandois et fut contrôlé par la famille de Châteauneuf. D’ailleurs, encore en 1130, le futur Hugues II fit don de l’église de Courdemanche à l’abbaye de Saint-Vincent-des-Bois qu’il fondait dans le diocèse de Chartres288 : si les droits féodaux semblaient définitivement perdus depuis 1112, les droits sur les bénéfices paroissiaux semblent ainsi avoir curieusement perduré. À l’heure actuelle, aucun indice ne permet de localiser cette demeure. Or Illiers en est géographiquement très proche puisque les vestiges actuels du château se situent au hameau du Blanc-Fossé, précisément à cheval sur ces deux communes. D’ailleurs en 1921, L. Coutil les localisa de manière erronée uniquement sur la commune de Courdemanche289. Cette confusion invite à penser que la villa de Guillaume et les fortifications d’Illiers se confondaient également, même si la terminologie appliquée à Courdemanche ne semble pas, à première vue, laisser transparaître l’existence de fortifications, mais plutôt d’un domaine agricole. Ceci étant, malgré de réelles structures défensives, Illiers n’a pas toujours été mentionné comme château. Ceci prouve que le vocabulaire médiéval, en terme de fortification, ne peut constituer à lui seul un élément restrictif.

Illustration no 82 – Plan cadastral du château d’Illiers (1807).

  • 290 Arch. dép. Eure, III F 204.
  • 291 Ibid., III PL 1205, parcelle no 21 ; voir également la prospection aérienne (Archéo 27).

111Les vestiges de la fortification (ill. nos 4, 81 et 82) se trouvent aujourd’hui très légèrement dissociés du noyau paroissial, situé plus à l’ouest. Constitués d’une motte et de sa basse-cour à l’est, ils sont maintenant divisés en quatre propriétés distinctes. Sur la partie occidentale, le propriétaire a arasé la moitié de la motte et le ravelin, encore signalé sur le relevé de L. Coutil (1921). La longueur totale des structures est de 200 mètres environ. La basse-cour seule mesure environ 80 mètres de longueur. Elle était autrefois ouverte à l’ouest par une porte fortifiée quadrangulaire de 5 mètres de hauteur, décrite par L. Régnier290. Il n’en subsiste qu’un petit vestige de maçonnerie (après sa destruction par la foudre en 1902). Le parement de pierre a disparu, laissant apparaître un blocage de silex scellé par du mortier rougeâtre. Le fossé sud a disparu dans le chemin bordé de maisons tandis que la partie nord de l’enceinte est aujourd’hui assez bien conservée. Elle apparaissait encore sur le cadastre de 1829 sous la forme d’une parcelle semi-annulaire291. En 1921, ce fossé mesurait alors 9 à 10 mètres de largeur sur 4 à 5 mètres de profondeur. Il est aujourd’hui peu profond et une petite levée de terre plane, d’un mètre de largeur environ, le borde dans sa partie intérieure. Les « éboulis calcaires » signalés au nord-est par L. Coutil sont encore visibles mais il s’agit de silex. L’intérieur de cette basse-cour est légèrement surélevé. Le puits signalé en 1921 a disparu. Au nord, au plus près de la motte, la levée de terre paraît plus élevée. Coutil a noté des traces de fondations et de mur d’enceinte en plusieurs endroits. À l’angle occidental, sur la hauteur de l’enceinte, dominant le fossé séparant la basse-cour de la motte, subsiste la partie inférieure d’une tour de 1,50 mètre à 2 mètres de diamètre intérieur. Elle conserve partiellement son parement de pierre de taille. Sur la paroi de ce même fossé, se trouvent, en plusieurs endroits, des amas de silex indiquant la présence d’autres bâtis.

  • 292 Ibid., III PL 44.

112D’après L. Coutil, la motte avait un diamètre de 50 mètres à la base et 15 mètres environ sur la plate-forme sommitale. Le cadastre de 1807292 la présentait très étendue, mais déjà fortement amputée. La moitié sud-ouest fut ensuite totalement arasée. Elle était autrefois entièrement cernée par un large et profond fossé, de 15 à 18 mètres de largeur, dont il ne reste que la partie joignant le vestige conservé de la motte. Un ravelin d’une longueur de 35 mètres venait autrefois fermer la motte au sud-ouest. D’après les témoignages des propriétaires, la partie conservée de la motte s’est affaissée récemment. Elle porte encore, sur sa plate-forme sommitale ainsi que sur ses flancs, des silex, témoignant de vestiges de construction.

  • 293 BNF, n.a. fr. 21591, p. 376, « Illiers, restes du château ».

113Coutil releva sur la motte des « traces de donjon à l’ouest ». Cette affirmation peut être complétée par un croquis de R. Bordeaux293 présentant, au sommet de la motte, la tour-maîtresse dont la partie centrale était effondrée (ill. no 83). Il est difficile de savoir si celle-ci était cylindrique ou quadrangulaire. Un autre pan de mur, sur la partie inférieure droite de la motte, semble remonter jusqu’à la tour ou bien en faire le tour. La petite tour ronde dessinée en bas de la motte pourrait bien être celle aujourd’hui conservée à l’extrémité de la basse-cour. Enfin, cette dernière semble être surélevée ou défendue par un rempart de terre. Par ailleurs, la prospection aérienne et le cadastre révèlent l’existence d’une ancienne ligne fortifiée au nord, assez lâche, qui pourrait correspondre à une première basse-cour. Enfin, la réserve du château devait se développer tout au nord, délimitée par les chemins actuels et dénommée « les châteaux d’Illiers ».

Illustration no 83 – « Restes du château d’Illiers » par R. Bordeaux.

  • 294 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 174.

114Cette fortification répondait à un schéma aujourd’hui bien connu et peut être comparée à la Motte d’Avrilly, au nord de Damville. Cette dernière, dans un état de conservation plus satisfaisant, fut également décrite par L. Coutil294 : la motte est entourée d’un profond fossé, puis de deux basses-cours successives et pourvue d’une porte fortifiée à l’entrée de la deuxième cour cernant la motte. Une datation des vestiges d’Illiers peut donc être proposée, en rapport avec ceux d’Avrilly, pour le début du XIIe siècle. Nous pouvons donc, sans vraies restrictions, tenter de l’attribuer à Henri Ier Beauclerc vers 1112, sachant que ce dernier a sans doute repris les fortifications du XIe siècle et que des ajouts postérieurs ont dû apporter des modifications. Il est possible également qu’Henri ait déplacé le site castral initial pour contenter les évêques de Chartres, en se retirant de leurs bénéfices. C’est une opération qu’il avait déjà menée à Lyons-la-Forêt, où le château de Guillaume le Bâtard (1050) était primitivement situé aux environs immédiats de l’église Saint-Denis.

Le peuplement associé au château

  • 295 BNF, Clairembault 995, no 34; arch. dép. Eure, H 305 : « Philippus, prepositus de Illeiis ».
  • 296 Ibid. ; et G 6, p. 184, no 247 (1248) : « ego Garinus prepositus de Ylleiis » et p. 190-191, no 254 (...)
  • 297 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers…, op. cit., t. I, p. 64 (probablement 1112 et 1118).
  • 298 Arch. dép. Eure, G 6, p. 192, no 255 : « in leprosaria prope castrum » et no 256 (1279).

115L’agglomération d’Illiers se trouve à proximité de la source de la Coudane, affluent de l’Avre. Le parcellaire du XIXe siècle, peu dense, est tout à fait évocateur d’un peuplement médiéval compris entre les deux pôles religieux et militaire. La population était encadrée par un prévôt qui, en 1200, était nommé Philippe295 et en 1248, Guérin le Drouais296 Elle était également encadrée par deux paroisses : Saint-Martin et Notre-Dame. D’après ces vocables, il est possible que celle de Saint-Martin fût antérieure à celle de Notre-Dame. Depuis les XVe ou XVIe siècles, celles-ci sont réunies. Elles restèrent différenciées de la chapelle seigneuriale, située à l’intérieur du château297. Enfin, une léproserie fut mentionnée en 1279 « à proximité » du château298 mais, pour des raisons sanitaires, probablement hors du village.

  • 299 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit, t. I, p. 64 ; arch. dép. Eure, H 794, f° 47 r° (...)
  • 300 E. Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 164-166, no LXV  (...)

116Il est très probable qu’initialement le peuplement se développa essentiellement autour du centre paroissial, où se situe aujourd’hui encore le noyau du village et que la forteresse en ait été dissociée. Notons d’ailleurs que celle-ci lui est opposée puisqu’elle a son entrée et sa basse-cour de l’autre côté. De plus, le premier lieu de culte étant établi au plus tard à la fin du Xe siècle, avant l’apparition du château, ce dernier n’a donc pas servi de base au peuplement bien qu’il ait contribué à son accroissement. Celui-ci fût envisagé au début du XIIe siècle car Goël d’Ivry précisait l’existence d’une « terre propre à être habitée et labourée299 ». Encore en 1157, l’accord entre Saint-Père et la cathédrale de Chartres évoquait la possibilité de nouveaux revenus agricoles300 (sur les vignes).

  • 301 Ibid., p. 184, no 247 : « [...] ortum Philippis dicti de Croche » et p. 190-191, no 254 : « Domum [ (...)

117Le village s’étire le long d’une rue unique, menant de l’église paroissiale aujourd’hui unique au château. Elle se sépare en deux voies de part et d’autre d’une mare, avant d’atteindre le château. La rue se développe parallèlement à une dérivation de la Coudane qui pouvait autant servir d’ouvrage utilitaire que défensif. Au XIII siècle, l’agglomération semble avoir été plus ou moins lotie en un ensemble de maisons et jardins : des chartes mentionnèrent un jardin et une maison bornée de chaque côté par deux autres maisons301. La donation de Goël d’Ivry s’accompagnait de nombreux droits sur les équipements banaux : les fours, les moulins, les viviers des étangs. Au sud du château, se trouvait un moulin avec, en amont, sa retenue d’eau et le vivier du château.

  • 302 L. Merlet (éd.), Cartulaire de la cathédrale de Chartres, op. cit., t. I, p. 164-166, no LXV.
  • 303 Arch. dép. Eure, G 6, p. 182-184, no 244 (1230) : « In omnibus que pertinent commu[ni]tatem ville I (...)
  • 304 En 1215, les habitants de Coudres, au nord d’Illiers, auraient pu être intégrés à la commune de Non (...)
  • 305 P. Bauduin, « Bourgs castraux et frontière... », art. cité, p. 28 et p. 40-42, pense au contraire q (...)

118Les activités d’Illiers semblent avoir été essentiellement agricoles et promises à une expansion au XIIe siècle : la charte de 1157 évoquait les dîmes de la vigne, du lin et du chanvre, existantes et futures302 ; celle de 1248 signalait une noë (friche marécageuse), la rivière et des fontaines, une vigne, un jardin particulier – pour les cultures maraîchères. Il semble qu’il y ait eu une sorte de commune au XIIIe siècle303, qui était peut-être tout simplement une extension de celle de Nonancourt304. En revanche, aucune mention de marché ou de revenus sur l’artisanat n’est présente, malgré une énumération systématique des rentes dans toutes les chartes du XIIIe siècle. Cette absence de véritables activités proto-industrielles et marchandes, au contraire de Breteuil, Nonancourt, Tillières ou même Chennebrun (où nous trouvons assez tôt le travail des cuirs, du métal, etc.) renforce l’idée que le village d’Illiers ne fut pas érigé en bourg mais conserva un caractère proprement rural305.

Notes

1 Bibl. mun. Rouen, ms. 1237, « Mémoires des généralités de Normandie », p. 230 : « Verneüil n’est point une ville de commerce [...] il n’y a environ que 575 hommes et peu de familles acommodées [...] » ; ms. 1238, « Singularités de la province de Normandie... », p. 162 : [...] pour avoir este de tout temps la plus grande et renommée Ville du Perche [...] Elle est ancienne et spatieuse n[’]a peu ou point du tout de faulx bourgs, et seroit une des meilleures et agreables villes de la France, si elle estait peuplee de marchands [...] »

2 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 127-128, no XLIII et p. 131-132, no XLV.

3 Ibid., t. II, p. 49, no CXXIII (1178-1190) et p. 213-214, no CCXL (1203-1207).

4 P. Bauduin, « Bourgs castraux... », art. cité, p. 28.

5 Jean Flori, « Châteaux et forteresses aux XIe et XIIe siècles, étude sur le vocabulaire des historiens des ducs de Normandie », MA, t. CIII, no 2,1997, p. 261-275, ici p. 269-270.

6 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 548-549.

7 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62 et suiv. ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni.,., op. cit., t. I, p. 269-270.

8 Ibid. ; le texte est fidèlement repris par Mathieu Paris : F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. I, p. 290, voir supra.

9 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit, t. I, p. 49-50 ; id. (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51.

10 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372-375.

11 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., « Philippide », op. cit., t. II, p. 116, v. 480 et suiv. ; « Chronique », t. I, p. 196 ; « Rigord », t. I, p. 127.

12 Naturellement, nous ne retiendrons pas ici les curieuses observations B. Gauthiez (« Verneuil-sur-Avre, Falaise, Pont-Audemer et Lisieux en Normandie », dans Élisabeth Zadora-Rio et alii (éd.), Ville et village au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, travaux du GdR 94 du CNRS Sociétés et cadres de vie au Moyen Âge, approches archéologiques, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003). De nombreuses erreurs sont attribuables – entre autres – à une évidente méconnaissance de la documentation historique et iconographique, voire du terrain. Il présente de nombreuses confusions sur les vocables et les localisations des lieux de cultes alors que des plans les localisent parfaitement (il confond Saint-Nicolas avec Saint-Pierre, ne connaît pas l’existence de Saint-Jacques qu’il pense réunie, avec Saint-Pierre, à la Madeleine et ignore tout du couvent des Cordeliers, pourtant abondamment documenté). Ces constats nous incitent donc à la plus grande prudence quant à ses méthodes et conclusions.

13 BNF, Carte de Cassini ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109 ; bibl. mun. Rouen, ms. 1238, « Singularités de la province de Normandie... », p. 162 : « Elle est environne de fortes et hautes murailles [...] profonds fosses. »

14 Pour les raisons évoquées plus haut, nous ne retiendrons aucun élément de l’analyse de B. Gauthiez, « Verneuil-sur-Avre... », art. cité.

15 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit, t. I, p. 49-50. B. de Peterborough reprend le récit de R. Hoveden.

16 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372-375 et t. II, p. 114-115.

17 id. (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. VII.

18 Arch. dép. Eure, 2 Fi 579 et V PL 40.

19 Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles espace urbain, pouvoir et société, Caen, La Mandragore, 2000, passim.

20 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 210-211, no CCXXXVIII.

21 J. Charles, « Saint-Martin du Vieux-Verneuil », NE, Évreux, nos 94-95, « Verneuil-sur-Avre, cité d’art et d’histoire », p. 24-25, ici p. 24.

22 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands rôles... », art. cité, p. 68 et p. 73.

23 Arch. dép. Eure, IV F 174.

24 Le « karst » : Connaissances administratives... de l’Eure, p. 34.

25 Baulme, Nœuvéglise, Étude sur le patrimoine à Chennebrun ; cette étude a également montré que l’Iton subit ce phénomène géologique et disparaît par endroits en sous-sol en aval de Damville.

26 Michel Le Sueur, « Canton de Verneuil-sur-Avre, le Becquet », Bulletin de l’AMSE, Évreux, no 107, 2003, p. 59-64.

27 Arch. nat., Q196 : « La riviere d’Yton passant immediatement au bout de la cour de la ditte maison. »

28 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109.

29 Arch. dép. Eure, E 1820, « Observation sur la requête présentée au conseil par les cordeliers de Verneuil au sujet de la démolition de la tour Blanche » (1772) : « La ville de Verneuil étoit anciennement divisée en trois bourgs, qui avoient leurs enceintes et leurs fortifications particulières ; on voit encore des vestiges de ces enceintes. »

30 Arch. dép. Eure, G 122, f° 41, no 199 et fos 41-42, no 202, etc.

31 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 51 et t. III, p. 252-252 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 55.

32 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands ôles... », art. cité, p. 71.

33 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal Belisle » (31 mars 1754) : « Les portes de Bretagne, de Bourg, de Tillieres, de Brézolles ou de France, de Bretheüil et la fausse porte, quinze tours quarées dans le circuit des remparts, la tour blanche, les remparts de ladite ville, les bastardeaux et plusieurs petits forts construit(e)s dans les fossés, sont dégradés dans le pied, bouclés, lezardés et déchirés dans les faces, en sorte qu’il serait nécessaire de les démolir pour prévenir le danger qui en résulteroit, si ces ouvrages venoient à crouler, d’autant plus que des particuliers en sapent furtivement pour en enlever les matériaux et que plusieurs propriétaires ont fait sans permission démolir le mur de ville au droit de leurs jardins pour se procurer des vües favorables sur la campagne, en s’emparant des pierres qui en sont provenües » ; arch. dép. Eure, E 1820 : « M. de Courteilles ayant besoin de pierres pour la construction de son château et scachant que les fortification de la ville de Verneuil étaient en ruine, il obtient un arrêt du conseil le 7 may 1754, par lequel il a esté autorisé de les détruire et de faire enlever ses matériaux à son profit. »

34 Arch. dép. Orne, C 8 (4 avr. 1754) : « Il y avoit des précautions à prendre et des exceptions à faire, le mur de ville devant estre conservé dans les parties il fait la clôture de l’abbayë de Religieuses de Saint-Nicolas et du jardin de l’Hôpital de ladite ville, ainsi que dans les parties sur lesquelles il y a des bastiments élevés ou adossés. »

35 D. Pitte, « Rapport sur la surveillance de travaux réalisée rue Pomme-d’Or... » ; arch. mun. Verneuil, plan d’alignement ; il était encore repérable en 1780 : arch. dép. Orne, C 1331, « Plan d’entrée de la ville de Verneuil ».

36 Arch. dép. Eure, 21 O 3/68, « Plan géométrique de l’abreuvoir de la porte de Tillières à Verneuil, par Bénard, géomètre » (20 juill. 1835), en « D ».

37 Actuellement rue du Moulin-des-Murailles ; arch. dép. Eure, V PL 35 et 35 bis (1841 ?), section G.

38 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109 et C 8, « Procès verbal Belisle ».

39 J. Mesqui, Châteaux et enceinte..., op. cit., t. I, p. 259-260 et p. 288.

40 Marie-Pierre Baudry, « Les fortifications des Plantagenêts à Thouars », dans M. Aurell, La Cour Plantagenêt (1154-1204), actes du colloque tenu à Thouars du 30 avril au 2 mai 1999, Poitiers, université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, 2000, p. 297-314.

41 Selon les plans anciens : arch. dép. Eure, III PL 1301 (1837) ; arch. mun. Verneuil, plan cadastral (1835) et plan antérieur à 1862 ; deux autres tours à plan quadrangulaire viennent d’être remises à jour le long de l’enceinte de l’ancien couvent de Saint-Nicolas mais sont encore, en juin 2010, inaccessibles (ill. 52).

42 Dite également tour Gellée ou Gelée : Congrès Archéologique de France, 1856, p. 168.

43 Arch. dép. Orne, C 8, « Extrait des registres du Conseil d’État » (14 mars 1754) : « Je me suis restraint à ne proposer [...] que la démolition de la tour quarrée située entre les portes de Bretagne et de Bourg. »

44 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands rôles... », art. cité, p. 80.

45 Interprétation donnée par D. Pitte, qui a par ailleurs mis en évidence sur ce mur les traces d’usure des essieux de charriots à quelques dizaines de centimètres au dessus du niveau du sol actuel.

46 Arch. dép. Eure, IV F 174 : les deux autres seraient reprises dans la clôture du couvent Saint-Nicolas.

47 Arch. dép. Eure, II F 228, notes L. Régnier, et épreuve au charbon d’E. Deslandes ; relevé et lettre datée du 13 mars 2903 : « Le haut de cette porte est si effrité qu’il est à peu près impossible de donner au trait, la forme exate des pierres. Elle était jadis entièrement masquée par un talus gazonné qui longe tout le mur ouest des remparts, à l’intérieur de notre clôture. Il y a quelques années on a creusé de manière à la dégager avec la partie intérieure des murs qui lui sont perpendiculaires, de chaque côté. Celui de gauche que l’on retrouve presque au niveau du sol a 2 m 20 d’épaisseur. Celui de droite doit s’être éboulé en partie. Cette porte est je pense celle que Mr Vaugeois, dans les “Antiquités de la ville de L’Aigle” fait dépendre du fort Saint-Nicolas p. 452. » Cette porte a été dégagée récemment ; voir Astrid Lemoine-Descourtieux, « La porte d’Armentières », Bulletin municipal de Verneuil-sur-Avre, 2011, no 46, p. 18-20.

48 Ils furent représentés sur les cadastres : arch. dép. Eure, V PL 35 ; arch. mun. Verneuil (1835).

49 J. Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, op. cit., p. 111-112.

50 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal Belisle », voir supra.

51 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109.

52 Arch. dép. Eure, H 321, cote 12 (1217) : « in vico Britolii ».

53 Congrès archéologique de France, 1889, « Excursion à Verneuil », p. 128-131.

54 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; une tourelle est figurée sur un plan de 1860 : arch. dép. Eure, 5 O 6, carton no 2.

55 Arch. dép. Orne, C 220, « Coupe de la porte de L’Aigle de la ville de Verneüil » (c. 1750).

56 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal Belisle », voir supra.

57 L’autorisation de détruire la plateforme avait été donnée dès le 19 mai 1749 : arch. dép. Orne, C 8, « Lettre de Doüin » : « J’ay l’honneur de envoyer le brevet qui permet la démolition de la platteforme élevée par les murs et la porte de Tillière de la ville de Verneuil et d’employer les materiaux aux reconstructions de l’auditoire et des prisons de cette ville. »

58 Ibid., « Extrait des registres du Conseil d’État » : « Le Roy étant informé que, des deux portes situées sur le boulevard de la Porte de Tillières à l’entrée de la ville de Verneuil au Perche, le dessus de celle d’entrée dans ce boulevard en sortant de la ville qui est un reste d’un ancien édifice, dont il n’y a plus que partie du mur extérieur, avec les côtés et les encoignures, menace même, et qu’il en tombe de tems à autre des parties considérables, ce qui rend le passage périlleux ; qu’au dessus de la seconde porte de sortie de ce boulevard pour entrer dans le faux bourg de la ville de Verneuil, est une guérite en forme quarrée ou ancien corps de garde, vulgairement appelée la caillollette, bâtie sur une voûte qui fait le dessus du passage, que ce passage se trouvant trop bas, les voitures de foin, pailles et autres matières légères s’y trouvent arrêtées ; que d’ailleurs, la guérite menace ruine en etant tombé plusieurs pierres de côté du boulevard. »

59 Arch. dép. Orne, C 220 : « Coupe de la porte de Tillières de la ville de Verneüil » (c. 1750).

60 Arch. dép. Orne, C 8, « Procès verbal de l’état des murs d’enceinte » (8 avr. 1754) : « La plate forme ou casematte à loger le canon au devant de la porte de Tillières, la p[etite ?] porte des corps de garde de l’officier et le petit pont sous cette p[etite ?] porte. »

61 Ibid. : « Cette pierrée n’est cintrée que du costé d’aval, le reste de la voute et la teste d’amon est en dalles de pierre blanche ainsi que les parements. Les murs de ville sont en mœllon piqué nature de grisons. »

62 Arch. dép. Orne, C 101 (1716) : « Le premier pont de charpente sur le fossé du boulevard de la dite porte estant pouri et de nulle valeur sera détrui [...] Au delà du boulevard le secont pont de bois de ladite porte estant en si mauvais estat que les voitures n’y peuvent passer sera détrui, et restabli en une arcade en plein ceintre. »

63 M.-P. Baudry, « Les fortifications des Plantagenêts à Thouars », art. cité, p. 309-310.

64 BNF, n.a. fr. 6111, t. XVIII, fos 341-433.

65 Nous verrons cependant plus loin, qu’il s’agit peut-être d’une maison particulière du XIIe siècle, autrefois contiguë à la porte de Tillières.

66 Arch. dép. Eure, G 122, f° 41, no 199, etc. voir supra.

67 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372, voir supra.

68 P. Meyer (éd.), Histoire de Guillaume le Maréchal, op. cit., t. II, p. 12 et 13 et t. III, p. 137.

69 Isabelle Chave, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), volonté politique, importations architecturales, économie de la construction, Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, « Mémoires et documents », no 4, 2003, p. 116-117.

70 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76 ; arch. dép. Orne, C 109.

71 Arch. dép. Orne, C 3, « Extrait du “procès verbal de Messieurs les Maires et Eschevins et principeaux habitans de la ville de Verneuil” » (c. 1655, copie de 1747).

72 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.

73 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres..., op. cit., t. II, p. 116.

74 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 251-252.

75 Ce n’est pas la première fois que son rapport est à considérer avec précautions : voir Y. Gallet à propos du supposé incendie de la ville et de la cathédrale d’Évreux : « 1202 ou 1143... », art. cité, p. 104 ; John Baldwin, Philippe Auguste, Paris, Fayard, 1991, p. 499-500 et F.-H. Delaborde, Études sur la chronique..., op. cit.

76 Cette version fut également celle d’autres historiens anglais : H. G. Bohn (éd.), Roger Wendover’s Flowers of history..., 2 vol. 1849 [rééd. facsimilé Lamperter-Llanerch, 1995-1996], t. III p. 82-83 ; et F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. II, p. 48 ; G. de Newburgh la qualifia même de « retraite honteuse », H.-C. Hamilton (éd.), Historia Rerum Anglicarum Willelmi Parvi, alias de Newburgh, Londres, 1856, p. 123.

77 A.-L Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 71.

78 Eugène Chevallier, Faits et anecdotes relatifs à l’histoire de Mirebeau, Asnières, département de la Vienne, 1891-1895, p. 364.

79 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76.

80 Arch. dép. Eure, III PL 1301, section D, parcelles nos 83, 67 et 6.

81 Arch. dép. Orne, C 3, « Extrait du procès verbal des Maires et Echevins... » : « Une grosse butte de terre, haut elevée, scituée entre les murailles du vieil château et la rüe qui descend de la porte de L’Aigle à celle de France, la grosse butte environnée de fossés au devant et des deux costés, et il reste de vieille maçonnerie de pierre de taille et d’autre sorte, des vieilles tours dudit donjon flanquée[s] à l’entour d’icelle butte, et restes de la ruine et démolition qui a été faite des dites tours et donjon, des y a plusieurs années. »

82 Arch. dép. Orne, C 695 : il convient cependant de rester prudent sur ce mémoire, copié en 1765.

83 Arch. dép. Orne, C 3, « Lettre de F. Regnier, gardien du couvent des Cordeliers de Verneuil à l’intendant de la généralité d’Alençon » (28 févr. 1741) : « La grosse butte située dans l’enceinte du château, les fossés qui sont de sa dépendance. »

84 Congrès archéologique de France, 1856, p. 164 : « Restes de la butte féodale de l’ancien donjon du château. »

85 C. Le Chat, Histoire de Verneuil..., op. cit., p. 15.

86 Nicolas Miguet, À la découverte de Verneuil-sur-Avre, Verneuil, Le Lièvre, 1980 ; E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil (1e et 2e séries), procès-verbal de séance archéologique du 16 septembre 1854, Verneuil, 1929, p. 11.

87 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76.

88 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 185-186 : il signale que, pour Henri Ier, le temps des châteaux à mottes était déjà révolu.

89 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 15 ; cette remarque est à nuancer car il y a eu à Verneuil d’importantes confusions entre la tour Blanche et cette « butte », provenant de différentes interpétations d’un même texte.

90 Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle... », p. 200 ; Matthieu Paris, Chronica Majora, t. III, p. 150.

91 Restaurée après une déplorable intervention du propriétaire à la fin du XIXe siècle.

92 Arch. nat. F 14/8451 ; Arch. dép. Eure, V PL 76 ; Arch. dép. Orne, C 109, arch. mun. Verneuil, plan (XIXe siècle).

93 BNF, Cabinet des Estampes, Va 27, t. 7, microfilm H119863.

94 Cartes postales anciennes (1880 et avant travaux de 1889), collection privée ; BNF, ms. fr 21591, fol 669 (croquis de 1854) ; voir également les clichés anciens de Durand, Camille Enlart et Felix Martin-Sabon © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

95 Arch. dép. Eure, III F 228.

96 Renseignements recueillis auprès de D. Pitte : par comparaison les tours de Bonneville et de Château-Gaillard étaient dépourvues de voûtement ; Chave, Les châteaux de l’apanage d’Alençon..., p. 80.

97 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 962 ; André Plaisse, « La libération de Verneuil, porte de la Haute-Normandie en juillet 1449 », CE, 1973, nos 7-8, p. 16.

98 Berry, « Le recouvrement de Normendie », dans J. Stevenson (éd.), Narratives of the Expulsion of the English from Normandy 1447-1450, RBMAS, no 32, Londres, 1863, p. 259.

99 A. Plaisse, « La libération de Verneuil... », art. cité, p. 39, traduction de R. Blondel, « De Reductio Normaniae », dans J. Stevenson (éd.), Narratives of the Expulsion..., op. cit., p. 55.

100 Arch. dép. Orne, 31 J 539.

101 Henri Sauvage, Verneuil pendant la Fronde, Alençon, 1883, p. 18, pièce no 17 et p. 21-22.

102 Arch. dép. Orne, C 8, passim.

103 C’était l’opinion de Francis Salet : Congrès Archéologique de France, 1954, p. 419.

104 I. Chave, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon..., op. cit., p. 116-117 ; Henri Moranvillé (éd.), Chroniques de Perceval de Cagny, Paris, Laurens, 1902, p. 16.

105 E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil..., op. cit., 2e série, p. 11-12 ; arch. dép. Seine-Maritime, II B 119, fos i-iv.

106 Arch. nat. F 14/851 ; arch. dép. Eure, V PL 40 ; arch. dép. Orne, C 109.

107 Son emprise était encore partiellement visible sur un plan du XIXe siècle, à la jonction de « la rue de la tour Blanche », des fossés de la ville, du pont et de la « rue de la Ferté-Vidame » : arch. dép. Eure, V PL 35 et 35 bis ; elle a été visible quelques heures en juin 2010 lors de travaux sur la route de la Ferté-Vidame : voir Astrid Lemoine-Descourtieux, « Petite histoire de la tour Blanche du château de Verneuil », Bulletin de l’AMSE, no 136, 2010, p. 63.

108 Arch. dép. Orne, C 8 (1754) : « la tour Blanche déperit et est inhabitable, l’eau de la rivière en inondant les souterrains au rez de chaussées », « il y a un lieu un peu elevé, nommé la tour Blanche, qui est composé de plusieurs caves voûtées les unes sur les autres, dont les murailles et les escaliers sont de pierre de tailles, ainsi que les voûtes, tant supérieures qu’inférieures » ; arch. dép. Eure, Q 645, E 1820, « Rapport du subdélègue et du sous-ingénieur au département de Verneuil » (4 nov. 1772) : « Le fossé sur lequel doit être étably un pont à l’entrée de la ville baigne le pied de la tour » ; arch. nat., Q196, « Estrait du registre des Conseils d’État – 12 may 1764 ».

109 Arch. nat. F 14/851.

110 Arch. mun. Verneuil, « Registre des délibérations du conseil municipal », no o, fos 17-18 (2 décembre 1767) : « Notre resencement des demolitions et des différents monceaux de pierres restant dicelles, le surplus ayant été par lesdits Cordeliers vendues dans la ville. Lors de quoy nous aurions remarqué que l’endroit ou ils demolissoient sur la superficie des dittes caves du costé du soleil du midy a son entrée etoit foüillé d’environs quatre pieds de profondeur et d’autres de pres de 8 pieds dans laquelle foüille ils ont detruit partie d’un puy et d’une basse fosse construites toutes de belles pierres de tailles, et dela nous aurions remarqué que pour leur facilliter les demolitions d’autres pieces et escaliers, ils auroient fait construire sur le lieu un tronc garni de son moulinet pour en tirer les pierres de tailles qui y etoient ; dela nous serions descendus dans la première cave, ou nous aurions trouvé la voûte en la plus grande partie abatüe, et différentes places de pierres de tailles arrachées des murailles et pilliers des dittes caves ; ensuite de quoy serions remontés sur la superficie dudit lieu, y aurions compté tant dans laditte cave que sur laditte superficie et terrain des dits cordelliers adjacant au dit lieu cent vingt neuf pierres de tailles de différents echantillons, longueurs et grosseurs, ainsy que différents pierres de grisons, trois monceuax de cailloux dont un assez considerables de grez cassés, les quelles pierres. »

111 Arch. dép. Orne, C 8, « Correspondance » (8 avr. 1754).

112 Ibid., C 8, « Extrait du registre du Conseil d’État » (26 mai 1754).

113 Ibid., C 105 (1726).

114 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 71.

115 H.-F. Delaborde (éd.), Œuvres..., op. cit., t. II, p. 116.

116 Non visitées.

117 Arch. dép. Eure, III PL 1301 : parcelle no 89 (1837) ; il est connu sous le nom de « Fauconnerie ».

118 Coll. privée, cartes postales (après 1889).

119 A. Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle... », art. cité, p. 212-215.

120 I. Chave, Les Châteaux de l’apanage d’Alençon..., op. cit., p. 80 ; L. Delisle (éd.), Actes normands..., op. cit., p. 13-18 et p. 45 ; BNF, fr. 25994, no 312 (1324).

121 Arch. dép. Orne, 31J 37, p. 18.

122 Ibid., C 3, « Extrait du procès verbal des Maires et Echevins... »

123 Arch. mun. Verneuil ; arch. dép. Orne, C 109.

124 Arch. dép. Eure, IV F 174.

125 En 1370, celle-ci était dissociée de la chapelle castrale : A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190

126 Voir L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., op. cit.

127 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 17 : voir supra.

128 Francis Salet, « Verneuil-sur-Avre », dans Société française d’archéologie (éd.), Congrès archéologique de France, 111e session tenue dans l’Orne en 1953, Paris, 1954, p. 407-458.

129 BNF, lat. 11055, p. 104 (1240) et 11056, no 715 (1240) : « [...] quicquid habebant in decimis ecclesie Beate Marie de Poile, iuxta Vernolium, concesserunt et in perpetuum tradiderunt pro uiginti quinque libris Turonensium, eisdem annuatim duobus terminis, uidelicet in festo Sancti Remygii et in resurrectione Domini proportionaliter pro soluendis [...] Actum anno domini Mo CCo quadragesimo. »

130 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, V PL 76 ; E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil, 2e série, p. 1-8.

131 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 189-190 : il y manque La Madeleine de Verneuil, celle-ci est pourtant attestée en 1322 (arch. dép. Eure, 15 J 102/9) ; arch. dép. Eure, G 28, p. 533 : Notre-Dame ; G 30, p. 282 : Sainte-Madeleine ; p. 194 : Saint-Jacques ; p. 310 : Saint-Jean ; p. 318 : Saint-Laurent ; p. 334 : Saint-Pierre ; p. 346 : Saint-Nicolas.

132 Arch. dép. Eure, IIF 3125.

133 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 7 : « Il est fort probable que cette église étoit construite dans l’origine en grisons comme les six autres, mais il ne reste plus rien de sa première construction. La nef et les bas-côtés ont été reconstruits au XVIe siècle en pierre dure lisse et très solide que l’on ne trouve pas dans les environs de la ville. Le portail paroît être du commencement du XVIIe siècle. »

134 Arch. dép. Eure, 15 J102/9 (132.9).

135 J.-F. Mabille, « Les fouilles de l’église Saint-Laurent », Bulletin municipal de Verneuil-sur-Avre, no 23,1986-1987, p. 29-30, ici p. 29 ; un premier édifice « roman » aurait été reconstruit après la guerre Cent Ans (dossier de protection, centre de documentation des Monuments historiques).

136 Arch. dép. Eure, 15 J 102/1, f° 13 : « mil VIcc iii : Me Jean Thierry donna la somme de soixante livres tournois pour ayder a la reedification de l’eglise et clochier q. fut brulle par le feu du ciel, M VIcc iii » et « mil VIcc iii : Me Loys Biron, sieur de Normandel donna pareille somme pour ayder a la reedification de ladite eglise et clochier 1604 » ; La décoration intérieure néo-normande en plâtre remonte à 1854-1862 : arch. dép. Eure, III F 228.

137 F. Salet, « Verneuil-sur-Avre », art. cité, p. 407-458 ; BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 6 : « Le chœur, qui est très étroit est voûté en pierre et paroît l’avoir été dès l’origine de l’église, ainsi que le pourtour du chœur et les bas-côtés de la nef. La nef étoit voûté en petites planches, mais on vient de figurer en plâtre un[e] voûte semblable à celle du chœur [...] »

138 Arch. dép. Eure, 5 O 6 (Verneuil), carton no 1, « Plan géométrique du projet de construction de trois chapelles, octobre 1872 » : « Tout le trécé sans teinte est l’église telle qu’elle est actuellement. »

139 Congrès Archéologique de France, 1889, p. 128-132 : « Excursion à Verneuil » ; arch. dép. Eure, 5 O 6 (Verneuil), carton no 1 : travaux divers.

140 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 1 : « La nef et la chapelle qui donne accès à la sacristie, ainsi que la sacristie elle-même datent de la première construction, les arcs doubleaux de la voûte de cette chapelle en sont une preuve. Il est probable que les trois autres chapelles auront été construites en même temps, mais leurs voûtes sont évidemment du XIIIe siècle. »

141 D’après des photographies prises en 1959 lors des travaux de couverture des bas-côtés, ces fenêtres restent visibles dans les combles. Coll. privée.

142 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 2 : « Cette église, qui dans l’origine étoit un carré long, fut augmentée au XVe siècle par l’addition de trois chapelles et d’une tour. »

143 Congrès Archéologique de France, 1889, p. 128-132 : « Excursion à Verneuil ».

144 Congrès Archéologique de France, 1854, p. 162-172.

145 Arch. dép. Eure, III F 228.

146 Dossier de protection, photographies de J. Merlet, architecte en chef des Monuments historiques, 1950.

147 Elle fut photographiée avant sa destruction : clichés anciens de Durand, Felix Martin-Sabon et Gabriel Ruprich-Robert © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

148 Pour faire place à une école maternelle : arch. dép. Eure, 679 E dt, 129.

149 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 3 : « Elle étoit bâtie assez grossièrement en grisons avec une grosse tour carrée sans élégance aucune, au midi. Le chœur, terminé carrément, étoit voûté en pierre, avec de gros arcs doubleaux ronds géminés comme ceux du chœur de l’ancien hôpital. On ajouta au XVe siècle deux chapelles du côté nord, et on perça alors une très grand fenêtre au chevet. »

150 Arch. dép. Eure, 679 E dt, 129 : procès verbal d’expertise et plan des lieux dressé par l’architecte Voyer (8 juin 1889).

151 E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil, 1re série, similigravure, non paginé.

152 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 4 : « Elle était très simple et n’avoit réçu aucune addition. Elle n’avoit ni chapelles, ni bas-côtés, le chœur étoit terminé en rond. Elle avoit au côté sud une tour surmontée d’un clocher en charpente fort élevé, dans le genre de celui de Breteuil, sur le bord de la rue. » Arch. mun. Verneuil, plan XIXe siècle, donne son plan.

153 Congrès Archéologique de France, 1854, p. 162-172.

154 La collection de reliquaires de la fin XIIe siècle qui y est conservée provient en réalité de Saint-Avit, dans le diocèse de Chartres : Congrès Archéologique de France, 1889, « Excursion à Verneuil », p. 314-320.

155 Congrès Archéologique de France, 1853, p. 162-172 ; BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 9 : « Son église qui est assez grande, et partie bâtie en grès, partie en grisons, partie en cailloux. La nef n’est pas voûtée mais le chœur est voûté en pierre [...] Cette église a servi au culte jusqu’en 1825 que l’hôpital fut transféré ailleurs, on en fit alors une grange » ; elle servit ensuite de temple protestant (1881) et de salle de conférences : arch. dép. Eure, 5 O 6 (Verneuil), carton no 1 et 679 E dt 127.

156 Cliché ancien de Jules David © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

157 Cette description est donnée à partir d’une photographie non datée (début du XXe siècle), conservée dans les notes de L. Régnier : arch. dép. Eure, Ill F 228 ; arch. dép. Eure, 5 O 6 (Verneuil), carton no 1, « Plan d’un projet de réfection de la salle des conférences par Storez, architecte (juin 1910) » : il présente une section à une demie-colonne centrale encadrée de deux colonnettes ; cliché ancien de Philippe Deforts © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

158 Remarques de D. Pitte.

159 L’hypothèse du chanoine Delanoë conférant à ce prieuré une fondation contemporaine de celle du couvent des Cordeliers (1315) n’est donc pas recevable, voir supra : BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 9.

160 Arch. dép. Eure, G 33, « Doyenné de Verneuil », no 4 : « Domus Dei oppidi de Vernolio, le 17 juin 1480, sur la question meüe au sujet du droit de patronnage de l’Hôtel-Dieu de la ville de Verneuil, entre le maire de ladite ville et les bourgeois d’icelle d’une part [...] il fut jugé audit lieu de Verneuil, ainsi qu’il appert par les lettres de Jean de la Rue Lieutenant bailly d’Alençon, que Mr Jean de Saint-Denys présenté par lesdits maire et bourgeois de ladite ville serait maintenu [...] »

161 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

162 Arch. dép. Eure, III F 228 : « La demie-colonne qui, adossée à des pilastres, portant de chaque côté l’arc doubleau séparant les deux travées. Cette demie-colonne, le chapiteau sans sculpture qu’elle supporte et le tailloir en carrés sont tout en grison. »

163 Par erreur, elle fut attachée à la prison et située sur la rue du Canon : Congrès Archéologique de France, 1854, p. 167.

164 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 11.

165 Arch. mun. Verneuil.

166 BNF, n.a. fr. 6111, t. XVIII, f° 433 : « L’antique chapelle de la porte de Paris est devenue un magasin. »

167 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 10 : « Au haut de la rue du Canon, et presqu’en face dans la rue de Paris, se trouve la prison ou conciergerie de la ville, dans laquelle le Père Viette, prêtre de la congrégation de l’Oratoire [...] fonda et dota par son testament une chapelle, sous le vocable de Saint-Joseph » ; arch. dép. Eure, G 33, « Doyenné de Verneuil », no 3 : « Chapelle de Saint-Joseph dans la conciergerie (des prisons) de Verneuil » : « Cette chapelle fut fondée en l’année 1662 [...] Ce fut le même père Viette qui a fait batir ladite chapelle comme on la voit aujourd’huy. »

168 Cette pierre locale a la particularité d’être riche en minerai de fer, qui lui confère cette couleur très particulière : voir Rioult, « L’arrière plan minéral », art. cité, p. 19.

169 M. Baudot, passim : la plupart du temps, ils constituent les seuls vestiges du XIIe siècle des édifices ruraux.

170 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622 ; voir supra : celui de Saint-Pierre, rappelant le chœur de la Trinité, de l’église Notre-Dame ou la voûte de la chapelle de la Madeleine, apparemment toutes datables du XIIe siècle.

171 Comme l’église paroissiale du Coudray, au sud-est de Chartres (canton de Chartres, dép. de l’Eure-et-Loir), qui présente des dispositions similaires à celles de Saint-Jacques : BNF, Va mat 28.

172 M. Baudot, « Les églises du canton de Saint-André et de Nonancourt », art. cité, p. 43 ; id., « Les églises du canton de Rugles », NE, 1964, no 19, p. 27-40, ici p. 28 et p. 39-40 ; id., « Les églises du canton de Breteuil », art. cité, p. 40.

173 Voir « Breteuil... », p. 244 ; voir également A. Lemoine-Descourtieux, « Une illustration des problèmes de Henri Ier Beauclerc en Normandie... », art. cité.

174 L. Musset, Normandie romane, La Pierre-Qui-Vire, Zodiaque, t. I, 1987, 3e édition ; t. II, 1974, ici t. I, p. 121 et p. 158.

175 Notons tout de même l’utilisation de la très légère brisure des arcs doubleaux du déambulatoire de Notre-Dame et des doubles arcades de la nef de la Madeleine, apparus récemment.

176 Cette période avait précisément vu naître en Île-de-France et à Chartres, les début de l’architecture gothique, à partir de principes mis au point en Normandie dès la fin du XIe siècle (Saint-Étienne, Trinité de Caen, etc.) précisément absents du programme vernolien (façade harmonique à deux tours et tripartite, passages dans les murs épais, usage du voûtement – sexpartite – pour les nefs, stylistique décorative, etc.)

177 M. Baylé, « Bernay : abbatiale Notre-Dame », p. 27.

178 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 372, voir supra.

179 Arch. dép. Eure, IV F 174, ce même mémoire mentionnait également « sept portes ».

180 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27 et p. 73 ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 11.

181 Arch. dép. Eure, V PL 76.

182 Arch. dép. Eure, V PL 76, et V PL 77 et 78 ; il remonte à 1483, arch. dép. Eure 679Edt9.

183 BNF, cabinet des estampes, Va 27, t. VII, microfilm H119863, légende en no 9.

184 Arch. dép. Eure, V PL 77 et 78.

185 A. Plaisse, « La libération de Verneuil... », art. cité, plan p. 17.

186 Jean Gimpel, La Révolution industrielle du Moyen Âge, Paris, Le Seuil, « Histoire-point », 1975, p. 88 ; à Lisieux, leur glissement du quartier résidentiel vers une zone périphérique populaire se fit précisément à partir du XIIe siècle, voir F. Neveux, « L’urbanisme au Moyen Âge dans quelques villes normandes », dans M. Baylé (dir.), L’Architecture normande au Moyen Âge, op. cit., t. I, p. 271-288, ici p. 277.

187 Arch. dép. Eure, 2 Fi 573, et V PL 77 et 78.

188 Arch. dép. Eure, 21 O 368 ; arch. dép. Eure V PL 77 et 78.

189 Bibl. mun. Rouen, ms. 1238, « Singularités de la province de Normandie... », p. 162 : « Elle est ancienne et spatieuse n[’]a peu ou point du tout de faulx bourgs. »

190 Plan d’alignement antérieur à 1862, arch. mun. Verneuil ; arch. dép. Eure, 21 O 368.

191 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 49, no CXXIII et t. I, p. 213-214, no CCXL.

192 Arch. dép. Eure, H 321, cote 1 (1208) : « Ego Rohertus de Etre, burgensis Vernolii et Hawis, uxor mea, dedimus [...] domum nostram cum camerula lapidea, et spacium iuxta latitudinem camere, a uico anteriore usque ad uicum posteriorem, et omnia que habebamus in domo [...] Actum est hoc [...] ante ecclesiam Sancte Marie Magdelene apud Vernolium, MoCCoVIII » et cote 12 (1217) : « [...] quod ego Hauuis de Folliosa et Robertus de Estre, maritus meus, dedimus et concessimus [...] domum nostram apud Vernolium, in uico Britolii sitam, cum instrumentis excepta camera lapidea. Ego uero Hauuis, post obitum mariti mei, donationem istam, coram Issenbardo tunc maiore Vernolii et coram paribus, concessi et confirmaui... Actum anno Verbi incarnati MoCCo septesimo decimo » ; BNF, coll. Clairembault 995, no 39 : « Robertus de Etre, bourgeois de Verneuil et Hawis sa femme donnent une maison a Notre-Dame de L’Estree la vigile de Saint Thomas, 1208. Scellé de cire jaune. Sur le sceau : une fleur de lis, légende S. Roberti de Etre » et no 52.

193 Arch. dép. Eure, IV F 174 ; Arch. nat., Q196, octobre 1723 : « Un perrein en ruine dont il reste 4 murs et 4 poutres au droit de la porte de Damville [...] L’Hôtel de ville de Verneüil, basti sur deux perreins servans à présent d’escuries. »

194 Congrès archéologique de France, 1854.

195 Bernard Lizot, « Vieilles maisons, vieilles familles », NE, Évreux, nos 94-95, « Verneuil-sur-Avre, cité d’art et d’histoire », p. 35-52, ici p. 38, la « maison Catois » : « Cette construction profondément modifiée et située perpendiculairement à la rue, marque d’ancienneté, est un ancien Perrin. » Le pignon de cette maison fut totalement repris lors du percement de l’avenue Gambetta et toutes les ouvertures ; recherches en cours.

196 Arch. dép. Eure, H 321, cote 1 (1208) les transcriptions françaises sont erronées. Il semblerait qu’il s’agisse plutôt d’une petite salle que d’une « voûte » :« [...] domum nostram cum camerula lapidea, et spacium iuxta latitudinem camere, a uico anteriore usque ad uicum posteriorem » et cote 12, voir supra.

197 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 438-439 ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit, t. I, p. 269-270 ; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51 et id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 55 : voir supra.

198 Congrès archéologique de France, 1854, p. 168-169 ; Arch. nat., Q1 196 : « État des Perreins de la ville de Verneüil et du nom de ceux qui les possèdent » (oct. 1723).

199 Charles Vasseur, « Les perrins de Verneuil », Bull. monumental, 1870, vol. XXXVI, p. 83-86, a noté que « marbrin » s’employait de la même manière au haut Moyen Âge ; le bourg de Caen possédait également des maisons de pierre, dont certaines étaient aussi appelées « perrignum » au tournant du XIIIe siècle (1194-1214 et 1206) : L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., p. 195-196, d’après le Cartulaire de Saint-Étienne, f° 91. Il existait également des perrins à Avranches, David Nicolas-Méry : « Les fortifications d’Avranches d’après un plan inédit du XVIIIe siècle », dans Jean-Paul Hervieu, Gilles Désiré-Dit-Gosset et Eric Barré (éd.), Construire, reconstruire, aménager le château en Normandie, actes du 38e congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie (Domfront, 16-19 oct. 2003), Caen, Annales de Normandie, « Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie », no 9, 2004, p. 77-99, ici p. 79 et fig. p. 98 ; au moins un à Rouen également P. Cailleux et D. Pitte : « La maison de pierre en Normandie orientale, du XIIIe au XIVe siècle », dans Musée de Normandie, Vivre en Normandie au Moyen Âge, archéologie du quotidien XIIIe-XVe siècles, Caen, Le Seuil, 2002 ; etc. ; recherches en cours à Verneuil.

200 Avant le 9 juin 1860 : voir extrait du cadastre arch. dép. Eure, 21 O 368, « Extrait du plan d’alignement des rues et places de Verneuil rue de l’hôpital, modification au plan d’alignement 9 juin 1860 » ; Astrid Lemoine-Descourtieux, « Un perrin de Verneuil ? », Bulletin de l’AMSE, no 137, 2010, p. 38-51.

201 Nous pouvons néanmoins retrouver son plan masse sur les cadastres antérieurs.

202 La baie la plus orientale a été évidée sous l’occulus puis totalement rebouchée : Régnier précisait déjà qu’elle avait subi d’anciens remaniements.

203 Arch. dép. Eure, 15 J 102/1, f° 14 : « 1642 : Messire Andre de Frontiginières [...] a [...] pris possession le 30 dudict moys d ycelle et de celle de Nostre Dame de Grace pres la porte de Tillières » ; G 1435 : « Plus a la réparation d’une petite chapelle, sise proche la porte de Tillières, dans la dite ville, anexée et dependante de la ditte chapelle de l’Assomption, a laquelle il n’y a aucun revenu particulier [...] »

204 BNF, n.a. fr. 21591, p. 607-622, no 11 : « Rue de Paris, sur la droite, et tout près du fossé de la ville, se trouvoit une chapelle, assez grande dont on a fait une grange. Les fenêtres géminées sous une arcade à plein cintre font un bon effet. Il y avoit un chapelain en titre dont la nomination appartenoit au Roi de la confrérie établie en cette chapelle » ; arch. mun. Verneuil : plan (XIXe siècle) ; il y eut également confusion avec la chapelle de la prison : Congrès archéologique de France, 1854, p. 167.

205 David Stocker, « Salle et hall dans les bâtiments urbains des XIIe et XIIIe siècles », dans B. Ayers et D. Pitte (dir.), La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre..., op. cit., p. 41-46 ; Roland B. Harris, « The English medieval townhouse as evidence for the property market », dans Ibid., p. 47-56, ici p. 50.

206 Y. Lescroart et D. Pitte, « Un édifice roman disparu, rue Malpalu, à Rouen », Monuments rouennais, septembre 1995, p. 73-83 ; D. Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen du XIe au XIIIe siècle », art. cité, p. 267 et p. 295 ; P. Cailleux et D. Pitte, « L’habitation rouennaise aux XIIe et XIIIe siècles », dans B. Ayers et D. Pitte (dir.), La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre..., op. cit., p. 79-90 ; Éric Follain et D. Pitte, « Une maison romane restituée à Rouen », Archéologia, no 388, avr. 2002, p. 30-39.

207 Elle date du XVe siècle.

208 Arch. dép. Eure, III F 228, il fut le seul historien à s’interroger sur sa destination d’origine : « Je me demande si sa destination était bien primitivement d’être une chapelle. »

209 Congrès archéologique de France, 1854, p. 168-169 ; BNF, n.a. fr. 21591, p. 607 : « [...] de distance en distance, en dedans des murs et tout près d’eux existoient des bâtiments construits très solidement grisons, tous de même forme & grandeur que l’on nomme Periers [...] Un seul se trouvoit et existe encore dans l’intérieur de la ville près de l’ancienne maison de ville, dans la grande rue de la Madeleine, les trois autres existant en ce moment se voient le long des murs du côté de l’est et du sud-est. » Astrid Lemoine-Descourtieux, « Les maisons médiévales de Verneuil : étude critique des sources », Bulletin de l’AMSE, no 128, 2008, p. 2-15.

210 Arch. nat., Q196 : voir supra : « Plusieurs anciens bastiments, nommez perrins, ap[p]artenant au Roy dans la ville de Verneüil, qui servoient autrefois de magazins à serrer les munitions de guerre et de bouche » ; no 4 : « Un aistre de Logis qui est basty en vouste de pierre pour servir de caves à sa maison, sur lesquelles caves est construit une charpente [...] ce qui n’a aucunement figure de perrin », no 5 : « Une aistre de logis appelé autrefois grange ou perrin », no 6 : « Un bastiment servant d Ecurie en forme de perrin », no 7 : « Logis dénommez en forme de perrin, pour raison desquelles il est porté e(n) [m]pressement dont les dits contracts, que les personnez sont tenus faire à payer la pard des cens deubz au prince, que laditte maison en forme de perrin est tenue. »

211 Congrès archéologique de France, 1854, p. 168 : « Grandes constructions en grisons comme les églises, avec des contreforts plats, dans le style du XIIe siècle ou XIIIe siècle et toutes orientées du nord au midi. »

212 Ibid. : « Leurs bois et fers et autres matériaux [...] en sorte que plusieurs sont entierement ruinez et qu’il ne reste aux autres que les quatre murs. »

213 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 19.

214 Arch. dép. Eure, Hdt, B6, « Bail emphytéotique à Mme Marie charlotte d’Hérissy, abbesse de l’abbaye royale de Saint Nicolas » (29 juin 1781) et 679 E dt 127, « Vente par adjudication de l’ancien hôtel de ville (10 mars 1822) » : « Une maison située à Verneuil, grande rue de la Madeleine, composée de deux corps de bâtiment et d’une cour ; le principal est situé au bout de la cour de cette maison et comprend au rez-de-chaussée une pièce voûtée, sans cheminée, au premier étage deux grandes pièces dont une à feu, grenier dessus » ; Congrès archéologique de France, 1854, voir supra.

215 D. Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen du XIe au XIII e siècle », art. cité, p. 267, ill. p. 291 (B4) et p. 2 (B12) ; Georges Lanfry, Bulletin de la Commission des antiquités de Seine-Inférieure, t. XIX, 1939, no XIX, p. 174.

216 Voir supra.

217 B. Lizot, « Vieilles maisons, vieilles familles... », art. cité, p. 38 : le second serait celui « de monsieur Mallet ».

218 Ibid. ; Francis Glatigny (dir.), Le Pays de Verneuil-sur-Avre, Fromont-Glatigny, p. 59.

219 Arch. dép. Eure, III F 228.

220 Un inventaire du bâti civil médiéval de Verneuil est actuellement en cours ; sondages archéologiques en cours sur cet édifice.

221 Congrès archéologique de France, 1854, p. 170.

222 Informations transmises par M.-J. Demaire ; arch. dép. Eure, Edt 679, 127, 1 M 1 (5 octobre 1680) : « [...] c’est a scavoir une maison consistante en [...] une cave ou caveau soubz sa première chambre [...] »

223 Pour plus de données concernant les structures souterraines se reporter aux travaux suivants : C. Lorenz, « Les souterrains, une archéologie interdite », Dossiers de l’archéologie, 1973, no 2, p. 14 et suiv. ; Actes de la journée des sous-sols de Vezelay ; « Provins et sa région » ; c’est aussi la description de la « tour Blanche » : T. Bonnin (éd.), Opuscules et mélanges..., op. cit., p. 193, « Histoire de la Ville de Verneuil », et arch. dép. Eure, IV F 174 : « Il ne resta que huit vastes chambres souterraines qui en faisaient partie ; les voûtes, les arcades, les pilliers qui soutenaient cet édifice, les escaliers de communication, ceux qui facilitaient la descente dans une profondeur de 25 à 30 pieds avaient été construits en belle pierre de taille avec autant de solidité que de magnificence. »

224 Remarque communiquée par D. Pitte ; recherches en cours.

225 Arch. dép. Eure, 21 O 3/68, « Acte de vente M.-A. Benoist, veuve la Planne » (sept. 1848) : « Ce rez de chaussée se comporte d’une grande chambre à feu éclairée par deux croisées, donnant l’une rue de Damville et l’autre sur la place de la Madeleine et d’un cabinet et une cave sous les appartements. Il est fait observer que l’escalier les chambres et le grenier de cette maison appartiennent a un autre propriétaire ainsi qu’une cave qui se trouve sous celle qui vient d’être désignée ce qui rend commun l’escalier de cette dernière cave » ; ibid., « Acte de vente de Mme M.-R. Gaumont, épouse Bâton » (3 nov. 1848) : « Cave sous la dite maison joignant d’une part la rue de damville d’autre part la place de la Madeleine d’un côté ladite place et d’autre côté Mme la Planne et seigneur » ; croquis joint.

226 J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche..., op. cit.

227 Arch. dép. Eure, IV F 46, p. 3, p. 5 et p. 76 ; IV F 122 ; BNF, n.a. fr. 11136, A.

228 Voir supra.

229 Arch. nat., K 51, no 36 (2 sept. 1378).

230 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit.

231 Arch. dép. Eure, 7 A 1 : « La place et masure de l’ancien château de Nonancourt : Cette place est située hors la ville au delà du fossé vers le nord, sur une éminence entourrée de fossés, la plupart comblé par les démolitions des murailles. Cette place contient environ deux arpents, et n’est susceptible d’aucune culture, le terrein étant trop mauvais. »

232 BNF, n.a. fr. 11136, A; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5 : « Il y avait au haut de la colline, entre la ville de Nonancourt et la paroisse de la Madeleine un château qui a été détruit dans le temps des guerres avec l’Angleterre [...] On juge par les fossés qui subsistent que ce château était fort et contenait plusieurs ouvrages pour sa défense. On y voit une place que l’on nomme par tradition la Barricade. De l’autre côté du fossé de cette place, vers le couchant est une vigne dite vigne du canon, on ne sait point d’où lui vient au juste cette dénomination cependant on dit que Henri 4 voulant assiéger la ville braqua ses canons dans cette vigne et fit dit-on de grands dégâts. »

233 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 008 ; Carte archéologique de la commune de La Madeleine de Nonancourt, no 27 378 006 ; M. Baudot, « Les églises des cantons de Saint-André-de-l’Eure et de Nonancourt », art. cité, p. 40.

234 J. Fournée, « Le culte et l’iconographie des saints », art. cité, p. 53.

235 Voir supra, « Les structures religieuses », p. 178 ; ce genre de protection était courante au Moyen Âge : P. Durand, « La protection religieuse de l’entrée... », art. cité.

236 Arch.nat.F 14/851 ; Carte archéologique de la commune de La Madeleine de Nonancourt, no 27 378 006 : « Quelques portions de rempart sont encore visibles 12 rue Georges-Cloarec et une partie des fossés est encore en place rue Saint-Vincent. »

237 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 284 ; arch. dép. Eure, 7 A 1 (1772).

238 BNF, coll. Clairembault 995, no 129 : « Titres sur le différen(t) [d] d’entre les prés de la Madelene prés de Nonancourt et Laurent des Carnoto au sujet d’un arpent de vigne sur lesquels il étoit dû une redevance ».

239 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit., p. 14.

240 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 176-177 (1112), voir supra.

241 Arch. dép. Eure, III PL 1202 (1830) ; L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 284 ; cadastre actuel et photographies aériennes (© Archéo 27).

242 Arch. nat. F 14/851.

243 Carte archéologique des communes de la Madeleine de Nonancourt et de Nonancourt, no 27 438 009, lieu-dit « les Châteaux ».

244 Davidson, « Early earthwork castles, a new model », p. 37-47 ; J. Le Maho, « Notes de castellologie Haut-Normande : châteaux à mottes, enceinte et églises fortifiées (XIe-XIIe siècles) », dans Bruno Fajal (dir.), Autour du château médiéval, mémoires et documents no 1, actes des rencontres historiques et archéologiques de l’Orne (5 avril 1997), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1998, p. 219-244, ici p. 219-226, cite encore les exemples de Graville-Sainte-Honorine, Mortemer-sur-Eaulne, Saint-Victor-en-Caux, Montivilliers, Longueville-sur-Scie, Longueil (dép. de la Seine-Maritime), ou encore Montreuil-L’Argillé (canton de Broglie, dép. de l’Eure) ; J. Le Maho, L’Enceinte fortifiée de Notre-Dame-de-Gravenchon..., op. cit., p. 11-17 ; recherches actuellement en cours de G. Maille, master 2, université de Rouen.

245 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit., p. 14.

246 Arch. nat. F 14/8451.

247 Carte archéologique des communes de la Madeleine de Nonancourt et de Nonancourt, no 27 438 009, lieu-dit « les Châteaux ».

248 J. Le Maho, « Notes de castellologie haut-normande... », art. cité, p. 225-226 ; Longueville-sur-Scie, chef-lieu de canton, dép. de la Seine-Maritime ; Pont-Echanfray, commune de Notre-Dame-du-Hamel, canton de Broglie, dép. de l’Eure.

249 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, enceinte castrale, no 27 438 009.

250 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste.op. cit., t. I, p 348-349, no 287.

251 H.-F. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit., t. I, p. 135-136 et p. 200, t. II, p. 129.

252 Ibid., t. I, p. 136.

253 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 23 (1405) : « Le chemin par lequel l’on va à la chapelle du chastel » ; BNF, n.a. fr. 11136, A ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5 ; et III F : « Hors la ville de Nonancourt, proche les murailles il y a une grande chapelle appelée la chapelle du château de Nonancourt. Elle est sous l’invocation de sainte Anne ; Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 378 008 ; Nathalie Bolo, Implantation et organisation topographique des bourgs castraux sur la frontière sud du duché de Normandie, mémoire de DEA, université de Nanterre, sous la direction d’Henri Bresc, 1997, 88 p., 23 planches, dactyl,. p. 39.

254 Arch. nat. F 14/8451.

255 Voir supra, « Nonancourt », p. 213.

256 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4 ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5, et IV F 122 (1453) : « La ville de Nonancourt fut entièrement ruinée, par les Anglois et que les bourgeois à l’exception d’une pauvre femme, se virent contraints d’abandonner leur ville pour se disperser (a)[e]n différents autres lieux. »

257 H. Charron, Nonancourt et ses environs, op. cit. ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5.

258 Arch. nat. F 14/13930.

259 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 011, no 27 438 012 et no 27 438 017 ; N. Bolo, Implantation et organisation topographique..., op. cit., p. 42.

260 Arch. dép. Eure, IV F 46, p. 5 ; arch. mun. de Nonancourt, AA 4, nos 50 et 51 (1594).

261 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni.op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. I, p. 290.

262 Deux noms sont connus : BNF, coll. Clairembault 995, no 116 et arch. dép. Eure, H 323, cote 2 (juil. 1237) : « [...] Juliani de Burgo exteriore [...] Girardi de Burgo exteriore. »

263 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 10 (juil. 1293) : « Les bourgeois de Nonancourt, d’autre sur la rue du bourg gautier de Nonancourt [...] Nous [...] voulons et octroyons que ladicte rue avec les appartenances d’icelle soient de ladicte commune. »

264 BNF, n.a. fr. 11136, A : « La rivière d’Avre se divise au dessus de Nonancourt en deux bras, l’un qui coule dans l’intérieur de la ville a été fait à bras d’hommes, l’autre qui est le véritable lit de la rivière coule au midi de la dite ville le long de ses murs » ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 3.

265 N. Bolo, Implantation et organisation topographique..., op. cit., p. 45-46 ; peut-être pourrions-nous y retrouver les éléments de 1277 : une grange, avec cour et jardin (arch. mun. Nonancourt, AA 4, no 8), voir supra, « Le droit de bourgage », p. 197.

266 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 15 (5 mars 1391) : « [...] le dict Remon estoit tenant d’une maison ou perrin assis en notre jurisdiction au long de l’héritage dudit Gillot d’une part [...], et d’autre part bout a perrin [...] dont le dégout d’un des costez tout au long d’icelle essort encontre la maçonnerie de la maison dudict Mattoyer et en son jardin qui estoit chose irraisonnable [...] ains[i] devoit iceluy Remont querre et mettre gouttières en sa dicte maison ou perrin au costé qui est joignant de l’héritage dudict Mettoyer tout au long [...] »

267 Arch. nat. 273 AP 251, « Ordinaire d’Évreux pour l’année 1600 ».

268 Arch. dép. Eure, 7 A1, « Évaluation de 1772 ».

269 Voir M. Baudot, « Les églises des cantons de Saint-André-de-l’Eure et de Nonancourt », art. cité, p. 40.

270 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 188.

271 Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 026.

272 Arch. mun. de Nonancourt, AA 4, no 6, voir supra et no 8 : « Sita intra muros eiusdem villae, prope celarium dictae domus Dei de Nonancuria. »

273 Arch. dép. Eure, G 122, f° 41, no 199 ; G 6, p. 19, no 14, voir supra.

274 Le « moulin neuf », situé à l’extérieur de la ville, fut construit en 1627 : arch. dép. Eure, 7 A 1 (1772) ; BNF, n.a. fr. 11136, B ; Carte archéologique de la commune de Nonancourt, no 27 438 025.

275 Arch. dép. Eure, III PL 1202.

276 Arch. dép. Eure, 7 A 1, 1772.

277 Arch. nat. F 14/8451 ; arch. dép. Eure, III PL 1202.

278 BNF, n.a. fr. 11136, E : « Hors la ville dans le lieu de la Madeleine » ; N. Bolo la replace dans la partie nord de l’enceinte ovalaire : Carte archéologique des communes de la Madeleine de Nonancourt et de Nonancourt, no 27 438 009, lieu-dit « les Châteaux » et no 27 378 001.

279 De Meulemeester, « Les castra carolingiens... » ; Bourgeois, « Agglomérations secondaires et noyaux urbains ».

280 L. Jean-Marie a ainsi noté qu’au XIe siècle, la foire dépendant de la Trinité avait lieu devant les portes de l’abbaye : Caen aux XI et XIIe siècles..., op. cit., p. 65.

281 N. Bolo, Implantation et organisation topographique..., op. cit., p. 48-49, d’après É. Zadora-Rio, Morphogénèse du village médiéval, p. 75.

282 Voir supra ; A. Lemoine-Descourtieux, « llliers-l’Evêque (Eure)... », art. cité.

283 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 256-261.

284 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10 ; et p. 184-185, no 246, voir supra.

285 Arch. dép. Eure, G 6, p. 185-186, no 248 (1271) : « in Castro et castellania de Ylleiis » ; p. 187-188, no 251 (1273) : « in villa predictam de Ylleiis et fortalic[i]um iuxta [...] et villa predictis et fortalitio » ; p. 190-191, no 254 (1277) : « de custodia castelli de Ylleiis » ;p. 192, no 255 (1279) : « apud Ylleias castrum. »

286 Arch. nat., JJ 67, 2179, f° 10 v°, no 36 (oct. 1328).

287 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 152, no XXVII ; M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., p. 328-330, no 147 ; voir supra.

288 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 874-875.

289 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 282-283 : d’après des photographies.

290 Arch. dép. Eure, III F 204.

291 Ibid., III PL 1205, parcelle no 21 ; voir également la prospection aérienne (Archéo 27).

292 Ibid., III PL 44.

293 BNF, n.a. fr. 21591, p. 376, « Illiers, restes du château ».

294 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 174.

295 BNF, Clairembault 995, no 34; arch. dép. Eure, H 305 : « Philippus, prepositus de Illeiis ».

296 Ibid. ; et G 6, p. 184, no 247 (1248) : « ego Garinus prepositus de Ylleiis » et p. 190-191, no 254 (1277).

297 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers…, op. cit., t. I, p. 64 (probablement 1112 et 1118).

298 Arch. dép. Eure, G 6, p. 192, no 255 : « in leprosaria prope castrum » et no 256 (1279).

299 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit, t. I, p. 64 ; arch. dép. Eure, H 794, f° 47 r° : « Terram conuenitatem ad hospitandum et laborandum. »

300 E. Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 164-166, no LXV ; BNF, lat. 10095, no XXXVIII, f° 20 : voir supra.

301 Ibid., p. 184, no 247 : « [...] ortum Philippis dicti de Croche » et p. 190-191, no 254 : « Domum [...] sit iuxta domum alabominesse ex una parte et domum Gilleberti Crp. ex altera. »

302 L. Merlet (éd.), Cartulaire de la cathédrale de Chartres, op. cit., t. I, p. 164-166, no LXV.

303 Arch. dép. Eure, G 6, p. 182-184, no 244 (1230) : « In omnibus que pertinent commu[ni]tatem ville Illees...de communitate rerum...de hominibus communibus ville Yllees [...] »

304 En 1215, les habitants de Coudres, au nord d’Illiers, auraient pu être intégrés à la commune de Nonancourt, s’ils n’avaient pas déjà été dépendants de l’abbaye de Bourgueil, qui s’y opposait : L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 300-301, no 1112.

305 P. Bauduin, « Bourgs castraux et frontière... », art. cité, p. 28 et p. 40-42, pense au contraire qu’Illiers était un bourg castrai érigé à l’image de ceux de la frontière.

Table des illustrations

Légende Illustration no 52 – Plan cadastral de Verneuil (1841) : vestiges de l’enceinte le long du couvent Saint-Nicolas.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Illustration no 53 – Verneuil, tour du Goulet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Illustration no 54 – Verneuil, porte intérieure (rue du Pont-de-l’Arche).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Illustration no 55 – Verneuil, porte d’Armentières (relevé 1903).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Illustration no 56 – Verneuil, relevés de la porte de L’Aigle (1735-1737).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration no 57 – Verneuil, relevés de la porte de Tillières (1735-1737).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Illustration no 58 – La tour Grise de Verneuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Illustration no 59 – La tour Grise de Verneuil, voûte du 1er niveau.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Illustration no 60 – La tour Grise de Verneuil, 2e niveau.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Illustration no 61 – Élément annexe du château de Verneuil dit la « Fauconnerie ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Illustration no 62 – Ancienne église Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil (chevet du XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Illustration no 63 – Église paroissiale Notre-Dame de Verneuil, parties hautes du chevet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Illustration no 64 – Église paroissiale Notre-Dame de Verneuil, parties hautes de la nef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Illustration no 65 – Église paroissiale Notre-Dame de Verneuil, nef, décor en plâtre du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Illustration no 66 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, base de la tour de croisée et bas-côté nord de la nef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Illustration no 67 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, portail occidental.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Illustration no 68 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, édicule au sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Illustration no 69 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, nef, bas-côté sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Illustration no 70 – Église paroissiale Sainte-Madeleine de Verneuil, base romane de la tour de croisée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Illustration no 71 – Ancienne église paroissiale Saint-Jean de Verneuil, vestige de la nef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Illustration no 72 – Ancienne église paroissiale Saint-Pierre de Verneuil, similigravure, dans E. Deslandes, À travers notre Vieux-Verneuil...
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Illustration no 73 – Ancienne église paroissiale et chapelle du couvent Saint-Nicolas de Verneuil, vestiges romans sur le côté nord de la nef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Illustration no 74 – Ancienne chapelle du prieuré de la Trinité ou de l’hôtel-Dieu de Verneuil, chevet et mur nord.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Illustration no 75 – Verneuil, ancien hôtel de Brétignères.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Illustration no 76 – Verneuil, maison médiévale dite « ancienne chapelle Notre-Dame-des-Grâces », façade sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Illustration no 77 – Site castral de Nonancourt.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Illustration no 78 – Ancienne chapelle Sainte-Madeleine de Nonancourt.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Illustration no 79 – Église paroissiale Saint-Martin et bourg de Nonancourt vus du château.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Illustration no 80 – Bourg de Nonancourt, vestiges d’enceinte (début du XVIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Illustration no 81 – Vestiges du château d’Illiers-L’Évêque.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Illustration no 82 – Plan cadastral du château d’Illiers (1807).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Illustration no 83 – « Restes du château d’Illiers » par R. Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6829/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540