Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

IIIe partie. Châteaux féodaux et villes ducales

Les châteaux féodaux

Texte intégral

  • 1 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. (...)
  • 2 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit, t. I, p. 175-176, no 412 ; F. Neveux, (...)
  • 3 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 256-261.
  • 4 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p (...)
  • 5 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 207.

1Les traités de la fin du XIIe siècle impliquèrent les châteaux de cette frontière dans la défense du territoire (carte no 26). Le traité de Ballan (1189) précisait que Nonancourt et Gisors devaient être tenus par Richard pour le roi de France1. Le traité secret et inappliqué de janvier 1194 évoquait les limites territoriales de la Normandie, délimitées par la châtellenie de Chennebrun et la circonscription de Verneuil2 (carte no 4a). L’accord du 23 juillet 1194 mentionnait les forteresses revenant au roi de France, parmi lesquelles se trouvaient Pacy, Illiers, Marcilly[-sur-Eure], Nonancourt et Tillières3 (carte no 4b). Par le traité du Goulet (1200), Tillières et Damville restèrent au roi d’Angleterre4 (carte no 4c). Par ailleurs, l’obstination des rois à assiéger et prendre les châteaux montre à quel point ils furent essentiels dans cette guerre de positions5.

2Sur la frontière de l’Avre, les données historiques attestent que la fortification fut progressive. Depuis la construction de Tillières à la fondation de Verneuil, il ne s’écoula pas moins d’une centaine d’années. Au commencement du XIe siècle, la fortification de cette frontière ne s’accompagna pas d’un véritable programme de couverture du territoire car les fondations majeures furent soumises à des événements particuliers : lutte pour la restitution de la dot de Mathilde (Tillières : 1005-1013), lutte contre Henri Ier roi de France (Breteuil : 1054), lutte contre les seigneurs de Châteauneuf (refonte de Nonancourt : 1112), révolte des barons utilisée par le roi de France (Verneuil : 1118-1119). En revanche, les cadres se figèrent définitivement après la fondation de Verneuil, mis à part les cas particuliers de l’évolution seigneuriale avec ses remaniements micro-territoriaux (abandon du château de Grandvilliers par exemple).

Les chefs-lieux d’honneur : Tillières et Breteuil

Tillières

Le château

  • 6 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 100-101.
  • 7 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history.op. cit., p. 248-249 ; A. Luchaire (éd.), Louis VI le (...)
  • 8 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), (...)
  • 9 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 5-11.
  • 10 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 52 et p. 54 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « (...)
  • 11 T. D. Hardy (éd.), Litterarum patentium..., op. cit., t. I, introduction (itinéraire de Jean).
  • 12 T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit., t. II, p. 550.

3Dès le début du XIe siècle, le pôle dominant de Tillières fut constitué par son château. Ducal à l’origine, il n’avait pas vocation à être un chef-lieu seigneurial mais surtout à défendre l’accès méridional de la Normandie contre le comte de Dreux-Chartres. En 1040, ce premier château fut détruit par le roi de France qui, dans un premier temps, exigea du jeune Guillaume qu’il ne le reconstruise pas avant quatre ans, mais qui décida finalement de réédifier la forteresse pour son propre compte et la garnit de ses propres chevaliers6. Dès les environs de 1057, le château revint à la Normandie et Gilbert Crespin y fut remis en place. Tillières subit ensuite quelques sièges, tous dus à sa vocation de défense frontalière. Guillaume de Chaumont, gendre du roi de France, y échoua en 11197. En août 1152, à défaut d’atteindre le château, Fouis VII brûla une partie du bourg8. En 1198, la comptabilité ducale montre le soin particulier de Richard à mettre Tillières en défense. Le château accueillit de nombreuses troupes : 21 sergents à cheval (40 jours pour 208 livres), quatre garnisons de 10 mercenaires gallois (chacune pour 6 livres, 13 sous et 4 deniers pour quarante jours), ainsi que du matériel lourd : 8 balistes (pour 76 livres). Des « œuvres », probablement des travaux de renforcement, y furent effectuées pour la somme de 200 livres9. En juin 1201, 80 marcs d’argent, puis 100 livres furent octroyés par l’Échiquier pour les « œuvres communes » de Tillières10. Les 27 et 28 novembre de la même année, le roi Jean vint à Tillières11. Des travaux y eurent encore lieu en 1203, pour 50 livres12.

  • 13 M. Dandurand, « Le site ancien du château-fort de Tillières-sur-Avre », ACDN, Évreux, 1991, p. 48-5 (...)
  • 14 Arch, nat., F 14/8451 et N IIIEure 10 : nous retrouvons les deux tours orientales de la basse-cour (...)

4Le château de Tillières prit place sur un site naturel particulièrement bien adapté, un éperon dominant la rive française de l’Avre, probablement colonisé dès l’époque protohistorique (ill. no 8). Les premiers vestiges du château sont extrêmement réduits du fait des modernisations successives, de destructions importantes au cours de la guerre de Cent Ans, puis de ses reconstructions aux XVIe et XIXe siècle13. Il subsiste néanmoins quelques éléments éclairés par les sources écrites et iconographiques : l’Atlas Trudaine qui en donne un excellent plan masse réalisé avant 1747 (ill. no 9) et une reconstitution de 1734, où les éléments principaux semblent avoir été correctement observés mais leur agencement fut idéalisé autour d’une simple cour quadrangulaire, au lieu de deux cours successives14 (planche I).

  • 15 A. J. Holden (éd.), Le Roman du Rou..., op. cit., t. I, p. 214-218.
  • 16 Louis Régnier, Tillières, Breteuil, Condé, Chambray : notes archéologiques, Rouen, Lestringant, 191 (...)

5Wace relata en détail sa construction suivie immédiatement du premier assaut du comte de Chartres15. Richard l’aurait fait garnir d’ouvrages de terre et de bois (fossés et palissades), construction rapide et économique, ainsi que de mortier et de pierres taillées. De leur position dominant la vallée l’Avre, les trois connétables purent suivre de loin l’avancée de l’armée chartraine. Ils se rangèrent pour la bataille devant la porte du château, Néel de Cotentin au centre, Raoul de Tosny à sa droite et Roger à sa gauche. Ce poème épique, bien que correctement documenté par les chroniques de Guillaume de Jumièges et de Robert de Torigny, reste cependant une œuvre littéraire largement postérieure aux événements, car composée dans les années 1160-1170. Wace n’a en aucun cas pu décrire le tout premier château de Richard, détruit en 1040. La description de ce château, apparemment à accès unique, a plus certainement été reconstituée idéalement à partir de toute forteresse contemporaine du royaume anglo-normand. Le château, reconstruit parle roi de France et progressivement modernisé, résista jusqu’à la guerre de Cent Ans malgré sa prise par les Anglais en 1417. Il fut détruit par un incendie en 1492 et restauré en 1546 par la famille Le Veneur, peut-être d’après des plans de Jean Goujon et de Philibert Delorme16. Cœxistaient ainsi aux XVIe-XVIIIe siècles deux corps de logis d’époques différentes, plusieurs cours et jardins comprenant divers bâtiments et communs. L’ensemble fut finalement détruit en 1823 et le château reconstruit vers 1835 dans un style néoclassique très épuré.

Illustration no 9 – Plan de la ville de Tillières (1744-1747).

  • 17 Archives privées : dénombrement (1597, transcription manuscrite non datée) ; arch. dép. Seine-Marit (...)
  • 18 Voir Arch, nat., F 14/8451.
  • 19 La reconstitution de 1734 montre deux niveaux à pignons, une couverture d’ardoises et le pavillon s (...)

6La confrontation des différentes descriptions d’Ancien Régime17 permet quelques identifications. La partie sommitale de l’éminence naturelle était constituée d’une grande cour « close à fossés murailles et pont levis » où se répartissaient différents bâtiments. À l’ouest se trouvait le château Renaissance, consistant en un corps de logis oblong, orienté nord-sud et terminé par deux pavillons symétriques18. Il était encore en construction en 1597 : « Ung grand corps de logis couvert d’ardoises [...] à demy monté, lequel corps de logis et pavillons ne sont encore manables. » Dans les aveux postérieurs, il fut donné comme la construction « bastie plus a la moderne ayant chambre salles offices et caves19 ». Le château actuel s’appuie sur le niveau inférieur du pavillon sud, dont il a conservé les hautes salles voûtées et un soubassement à fruit important, en assises régulières de silex raidies par un chaînage de grès.

  • 20 Arch, nat., F 14/8451 relève à cet emplacement un bâtiment en L.
  • 21 D. Bates (éd.), Regesta regum Anglo-normannorum..., op. cit., p. 550-558, no 166 ; BNF, lat. 13905, (...)
  • 22 J. Fournée, « Recherches sur le culte et l’iconographie de saint Nicolas en Normandie », ACDN, Caen (...)
  • 23 J. Charles et alii (éd.), Répertoire..., op. cit., p. 177, no 243.

7Au sud-est de cette plate-forme se trouvait un bâtiment plus ancien, appelé au XVIIIe siècle la « grande maison manable antienne » ou en 1597 « corps de logis antien » abritant la chapelle Saint-Nicolas. Il s’agissait donc probablement de la résidence seigneuriale de la fin du Moyen Âge dont aucun vestige apparent ne subsiste20. Ce bâtiment fut représenté en 1734 sous la forme d’un quadrilatère à pignons et deux niveaux surmontés d’une toiture en ardoise à double pente. La chapelle castrale apparut dans les premières donations de Gilbert II Crespin à l’abbaye du Bec (XIe siècle). La « chapelle Saint-Nicolas dans le château de Tillières » fut mentionnée par le premier pouillé21 (c. 1370). Son vocable, assez fréquent en Normandie, peut difficilement être antérieur aux XIe-XIIe siècles22. Dans les aveux, sa nomination était tenue par le seigneur de Tillières, pourtant depuis le XIIe siècle, elle était à la nomination de l’abbé du Bec comme le stipulait une charte de l’évêque Audin qui, en 1137, lui en confirma le patronage23. D’autres édifices à usage domestique avaient pris place dans cette première ceinture : puits (profond de 40 m et creusé dans la roche, la configuration du terrain ne permettant apparemment pas d’en creuser un autre dans la partie occidentale de la plate-forme), four, cuisine et cellier, probablement à niches, propre aux XIIIe-XIVe siècles : « cellules pour mectre vingts et cildres ».

  • 24 Information communiquée par D. Pitte.
  • 25 E. Impey et D. Pitte, « Le château d’Ivry », art. cité, p. 77-83.
  • 26 J. Le Maho, « La tour-de-Rouen, palais du duc Richard Ier », dans La Normandie vers l’an mil, Rouen (...)

8En arrière du bâtiment actuel, dans le « parc » subsistent encore des murs médiévaux24. Le château de Richard II, détruit par Henri Ier de France, est impossible à reconstituer. Présentait-il une évolution depuis les châteaux normands de la génération précédente (fin du Xe siècle) : la aula mixte d’Ivry25 ou la « tour » de Richard Ier à Rouen en pierre, encadrée de tourelles d’angle et peut-être représentée sur la tapisserie de Bayeux26 ? Dans cette perspective chronologique, il est historiquement possible que Tillières ait eu un donjon de pierre, dès la première fortification, bien que cela ne constituât pas nécessairement un véritable critère d’évolution en soi.

  • 27 Sans doute est-ce la tour qu’A. Mouton nomma la « poudrière » : Histoire de Tillières..., op. cit.,(...)
  • 28 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 8.
  • 29 Arch. dép. Eure, III PL 1318.
  • 30 Arch, nat., F 14/8451.

9Cette plate-forme était épaulée à l’est par une seconde enceinte, la basse-cour, qui, en 1708, était « close pareillement de murailles et fossez avec un pont levis et un pont dormant ». Le dénombrement de 1597 y décrivait « une grosse tour couverte d’ardoises, laquelle tour est logeable, vers le parc il y a aussi une autre tour pareillement couverte d’ardoises et logeable, icelle basse-court close de murailles et fossés et pont levis ». Ces deux tours d’angle, défendant la partie orientale des remparts à entrée unique, furent représentées sur le croquis de 1734 : cylindriques, à deux niveaux et à toiture conique en ardoises (planche I). La partie basse de la tour sud est aujourd’hui conservée (ill. no 10). De plan circulaire, elle est construite en blocage et mortier et a perdu la totalité de son parement. Sa construction pourrait néanmoins remonter au XIIe siècle27. Son pendant au nord était déjà détruit lorsque Régnier visita Tillières28 (1913). D’ailleurs, son emprise au sol n’apparaissait déjà plus sur le cadastre de 183529. De nombreux autres bâtiments, entourant la basse-cour et se refermant à l’ouest, furent relevés en 1734 et 174730.

  • 31 Voir Arch, nat., F 14/8451.
  • 32 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 8.
  • 33 Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, Paris, Flammarion, « Tout l’Art », 1997, p (...)
  • 34 L. Régnier, Tillières..., op. cit., proposait déjà la possibilité d’une datation de la fin du XIIe (...)

10L’aveu de 1769 précisait l’existence de plusieurs basses-cours. Les descriptions mentionnèrent la contrescarpe des fossés, défendue par trois bastions et, à l’ouest du château Renaissance, une troisième cour comprenant un pavillon en 1597. Ces structures existent toujours en majeure partie mais procèdent de réaménagements post-médiévaux31. En contrebas de cette plate-forme et du château actuel, sur le flanc sud de la colline, se trouve encore un terre-plein terrassé, dit autrefois « grand parterre » clos de murailles et séparé du « jardin » (1597). Les archives de 1597 et 1708 précisaient l’existence d’une basse-cour supplémentaire, comprise entre le château et le bourg, c’est-à-dire dans la partie haute de la ville actuelle. Elle était appelée « le bourg », était « close de vieilles murailles avec deux grandes portes aulx deux bouts non fermantes faites et composees de grisons ». L’atlas Trudaine montre encore précisément les tracés de ces différentes enceintes ainsi que l’emprise de ces deux portes sur la rue (ill. no 9). Celle de l’angle sud-ouest est conservée avec quelques portions du murs, le long de la « rue du Fort » (ill. no 11). Orientée plus vers le nord, la porte est aujourd’hui en léger décalage par rapport à l’axe de la rue. Elle est construite en silex et blocs de grison de petit module (15 à 25 cm de hauteur pour 20 à 40 cm de largeur). Au nord, une tourelle quadrangulaire, terminé par une abside semi-circulaire lui fut accolée au XIIIe siècle32. Elle est conservée sur deux niveaux, scandés horizontalement par deux bandeaux de grison saillants. Le premier bandeau, à mi-hauteur, est situé à 165-170 cm du sol actuel. Au-dessus du second bandeau, le mur accuse un léger retrait attestant le changement de niveau intérieur. Elle comporte des traces d’ouvertures, dont deux ou trois meurtrières étagées et réparties sur la surface du mur. Le passage sous voûte, relativement bien conservé, long de 3,3 mètres environ, était constitué de trois arcatures successives – deux subsistent – brisées, à claveaux de grison réguliers. Le logement de la herse est encore visible. En arrière, la porte se prolonge de chaque côté par un édicule de 3,50 mètres de longueur, assez mal conservé. Habituellement cette fortification était datée de la période française, soit du début du XIIIe siècle. Il est cependant très tentant de la rapprocher des travaux effectués à Tillières par Richard et son frère Jean : jusqu’en 1203, les sommes dépensées par l’Échiquier y furent très importantes. La forme brisée mais large des arcatures – assez proche de la tour-porte de l’enceinte de la basse-cour de Château-sur-Epte datée de 118033 – pourrait en effet se rapporter à cette période34. De plus, quelle utilité Philippe Auguste aurait-il eu à fortifier une place qui ne lui revenait pas directement et dont le rôle défensif s’éteignit avec le rattachement de la Normandie au domaine royal ?

Illustration no 10 – Basse-cour du château de Tillières, vestige de la tour d’angle sud-est.

Illustration no 11 – Château de Tillières, porte fortifiée.

  • 35 Arch, nat., F 14/8451.

11Enfin, outre les vignes, granges écuries, colombier, etc., le parc de Tillières était clos d’une enceinte de briques, fortifiée de quelques tours semi-circulaires et ouvertes à la gorge35. D’une très grande envergure, il s’étendait largement au nord du château, contenait des bois de haute futaie, terres labourables, garenne, etc. Il fut représenté sur la Carte de Cassini et, encore aujourd’hui, des pans de murs sont conservés çà et là. Le toponyme du « Haut Parc », au nord de Tillières, est à mettre en relation directe avec cette réserve seigneuriale.

Illustration no 12 – Plan cadastral de Tillières (1835).

Le bourg

  • 36 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 23-27.
  • 37 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), (...)

12Les dispositions générales. À la fin du XIe siècle, lors des donations de Gilbert II Crespin à l’abbaye du Bec, Tillières n’était apparemment encore qu’une villa. Pourtant dès l’édification du château, un municipium lui fut étroitement associé36. D’après G. de Jumièges, le duc donna le nom de Tillières à son château, nom qu’il reprit très certainement d’un toponyme préexistant. La mention de « bourg » n’apparut qu’en 1152, lorsque celui-ci fut en partie détruit par Louis VII37. Les aveux mentionnèrent d’une part que ce bourg était tangent au château, accolé à la deuxième basse-cour (elle-même fut « vulgairement apelee le bourg » dans le dénombrement de 1597) et d’autre part, qu’il était défendu par des « murailles fort hautes et antiennes », dont aucune trace n’est aujourd’hui décelable, excepté le mur sud de la seconde basse-cour et la porte médiévale.

  • 38 Arch. dép. Eure, III PL 1318 ; Arch, nat., F 14/8451.
  • 39 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 520-521.

13D’après la topographie actuelle de Tillières, l’Atlas Trudaine (ill. no 9) et le cadastre du XIXe siècle38 (ill. no 12), le bourg trouva sa place en s’insérant en longueur, entre la basse-cour sud du château et la rivière, sans toutefois franchir celle-ci. En contrebas du château et séparé par un mur, le bourg était donc totalement dissocié des structures castrales. Le point névralgique était le carrefour où la rue de Paris (RN 12) se dédouble par la « rue du Four » (ou « du Fort ») au nord et la « Grande-Rue » au sud, et croise un axe nord-sud, longeant au nord la basse-cour du château (rue « de la Gare », puis rue « du Château ») et continué par les rues « des Moulins » et « des Cygnes ». Par ce dernier axe, se dirigeant vers le gué de l’Avre, passait sans doute la route menant à Brézolles, citée entre 1101 et 111639 (« via que est inter castrum Bruerolis et Tegularias »). Les pôles d’attraction majeurs, la place du Marché (autrefois quadrangulaire) et l’église paroissiale, étaient situés de part et d’autre de ce croisement.

Illustration no 13 – Église paroissiale Saint-Hilaire de Tillières façade occidentale.

  • 40 M. Baudot, « Les églises du canton de Verneuil », NE, 1985, no 94-95, p. 62-67, ici p. 67 ; chanoin (...)

14L’encadrement religieux. L’église paroissiale Saint-Hilaire est enclavée dans une excroissance l’axe est-ouest (actuelle RN 12). Malgré des remaniements du XVIe siècle et un incendie au XXe siècle, certaines parties de cet édifice, comme la façade occidentale remonteraient directement à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle40 (ill. no 13). Le bâtiment primitif est maçonné en grisons. Une pierre calcaire plus tendre fut réservée pour les parties sculptées (colonnettes, arcatures, moulures, etc.) La façade occidentale est percée au premier niveau de trois portails en plein cintre, insérés entre quatre puissants contre-forts. Sous une arcature de grison assez frustre, la porte centrale, plus large que les autres, est ornée de deux cordons de voussures reposant sur des colonnettes en délit dont seuls les chapiteaux sud, aux corbeilles différemment ornées, sont conservés. Le chapiteau extérieur est décoré de trois crochets à volutes, entre lesquels s’insèrent une palme et une tête humaine, tandis que le chapiteau intérieur présente un maillage évidé (ill. no 14). Au centre du second niveau, s’ouvre une haute fenêtre cintrée, à l’ornementation finement sculptée. Un cordon de voussure entouré d’un décor de palmettes repose sur de fines colonnettes maçonnées sur bases moulurées. Les chapiteaux sont ornés de rubans décoratifs se terminant en crochets à volutes et les abaques sont décorés d’entrelacs au nord et de palmettes au sud. Le troisième niveau est aujourd’hui percé d’une petite fenêtre cintrée très restaurée. À la différence des autres bourgs, la richesse et le souci décoratif transparaissent à Tillières à travers le fin travail de sculpture sur la pierre calcaire. La toute première construction pourrait donc remonter à la période la plus florissante de Tillières, soit entre 1060 et 1119.

Illustration no 14 – Église paroissiale Saint-Hilaire de Tillières, détail du portail central : chapiteau du XIe siècle.

  • 41 BNF, lat. 13905, p. 175.
  • 42 A. Mouton, Histoire de Tillières..., op. cit, p. 44.
  • 43 J. Charles et alii (éd.), Répertoire..., op. cit, p. 176, no 242.
  • 44 Ibid., no 153.

15D’autres fondations renforcèrent les structures religieuses du bourg. Il exista au moins un, voire deux prieurés : Saint-Christophe et/ou Saint-Hilaire. Ce dernier semble avoir été physiquement confondu avec l’église paroissiale. D’après Jouvelin, l’un d’eux au moins, existait en 119041. La seconde visite d’Eude Rigaud (XIIIe siècle) rapportait que son manoir, méconnaissable, était délabré et que les bâtiments n’avaient plus de couverture. A. Mouton situait le manoir du prieuré Saint-Christophe derrière le chevet de l’église42. Une chapelle Saint-Christophe existait bien en 1137, date de la confirmation de sa possession par l’abbaye du Bec43, mais elle fut rapidement intégrée à l’église. A. Mouton aurait-il confondu les deux prieurés ? Notons encore l’existence à Tillières en 1421, du manoir de Beauvoir, appartenant à l’abbaye du Bec44. Aucun d’entre eux n’a pu être localisé : s’agissait-il d’un seul et même manoir prioral ?

  • 45 « La Maladrerie », commune de Bérou-la-Mulotière, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

16En outre, une maladrerie était située hors du bourg, sur le territoire français45. La Carte de Cassini la mentionnait à l’intérieur de la boucle de l’Avre, en face de Tillières et au nord du village de Bérou. Son existence, ancienne, attestée par les aveux du XVIIIe siècle, ne remonte pas nécessairement à la fondation du bourg, ni même au XIIe siècle.

  • 46 Congrès archéologique de France, 1856, Séances tenues à Verneuil en 1854, op. cit.
  • 47 D. Pitte et Bérengère Le Cain, « Les maisons médiévales en pierre de Louviers », Louviers de l’Anti (...)
  • 48 P. Cailleux et D. Pitte, « La maison de pierre en Normandie orientale... », art. cité, p. 114.

17Les maisons de pierre. Par ailleurs, le Congrès archéologique de France évoquait lors de son passage en 1854, à titre de comparaison avec les perrins de Verneuil, un édifice médiéval situé derrière l’église de Tillières46. Arcisse de Caumont le trouvait analogue aux perrins de Verneuil, il passait alors « pour une chapelle en raison de son orientation est-ouest » mais en réalité « l’absence de fenêtres sur les murs latéraux en fai[sait] un édifice purement civil ». Un dessin de R. Bordeaux en montrait le pignon nord. Cet édifice, en fait situé dans la « Grande-Rue » de Tillières, présente un état très restauré (ill. no 15). Il était originairement construit de murs de silex, à chaînes d’angle et avec l’encadrement des deux portes en grison. Le premier niveau est aujourd’hui ouvert par deux simples arcature brisées et jumelées. L’étage est percé d’une fenêtre unique à double arcature brisée, autrefois trilobée, reposant sur une fine colonnette et surmontées d’un trilobe. Les encadrements et meneaux des fenêtres étaient « en pierre blanche ». Cette facture est assez proche d’autres édifices civils en pierre, notamment de la maison dite « des Templiers » à Louviers, la maison double à pignons accolés du bourg de Caudebec-en-Caux47 pour la Normandie, ou, plus loin encore, l’hôtel dit « de Vauluisant » à Provins. Ces édifices comportent un niveau d’élévation supplémentaire mais présentent également le mur pignon sur la rue, largement ouvert par des arcatures au rez-de-chaussée et par les mêmes fenêtres aux arcatures jumelées et polylobées, plus nombreuses, aux étages. Ces murs pignons, aux modénatures proches de Tillières, sont tous datés du XIIIe siècle48, donc postérieurement à l’annexion de la Normandie par Philippe Auguste.

18Le dénombrement de 1597 attestait par ailleurs, la présence d’un perrin à Tillières, reconverti en cellier : « un grand corps de logis nommé le perrain, qui est un ancien logis anciennement ordonné pour mectre les grains et cildre de syens, devant lequel y a ung petit jardin clos de murs de bauge ». Peut-être ce perrin est-il justement la maison de pierre conservée à Tillières ?

Illustration no 15 – Vestige de maison médiévale à Tillières-sur-Avre (Grande-Rue).

Breteuil aux XIe-XIIe siècles

  • 49 Arch. dép. Orne, C 109 (en remplacement d’un chemin antérieur passant par les hameaux).

19Stratégiquement, Breteuil ne fut pas le meilleur des sites pour implanter une forteresse. Situé en plaine, il était déjà bien ancré dans les terres normandes, à plusieurs kilomètres de l’Avre. La route actuelle de Verneuil à Conches ne fut crée qu’au XVIIIe siècle49. Breteuil était néanmoins desservi par deux voies anciennes venant de Rugles par la forêt de Breteuil, convergeant vers le nœud routier antique de Condé-sur-Iton. Breteuil ne bénéficiait pas directement de cours d’eau : il fallut donc creuser un canal artificiel, appelé le « Bras-Forcé » de l’Iton, pour alimenter les importants fossés et les moulins de la ville.

20La présence fidèle de Guillaume Fils-Osbern sur ce « fief de Galon » fut peut-être combinée avec le fait que la nouvelle frontière, depuis la saisie de Tillières en 1040, se situait largement en retrait de l’Avre. Il n’existait sans doute, comme aujourd’hui d’ailleurs, aucun axe routier reliant ces deux châteaux. Il ne s’agissait en aucune manière d’une conception d’ensemble cohérente et complémentaire mais bien d’opposer une forteresse à une autre.

Le château

  • 50 Arch. dép. Eure, V PL 49.
  • 51 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 26 ; arch. dép. Eure, III F 142.
  • 52 Thomas Guérin, Magali Heppe, « Rue du Trou-à-Souris, commune de Breteuil-sur-Iton (27) », dans A.-M (...)

21Le « vieux fort ». Le grand étang de Breteuil défendait autrefois le « vieux fort ». Ce château médiéval n’existe aujourd’hui qu’à l’état de vestiges très réduits mais reste parfaitement discernable sur les plans du XVIIIe siècle, réparti sur deux îles artificielles mitoyennes (planches nos II et III). Un plan de 179250 montrait des vestiges plus importants : une large tour cylindrique assise au centre de la plate-forme castrale, en très légère surélévation et plus ou moins quadrangulaire (environ 50 sur 70 m, selon L. Régnier). La tour-maîtresse paraît avoir été entourée d’une enceinte partiellement conservée, dont deux tours rondes défendaient l’entrée vers la basse-cour. L. Régnier évoquait également, au début du XXe siècle, une possible chemise ou courtine, large de 2,50 mètres : une maçonnerie à parement en grison présentant un angle rentrant avait été retrouvé à un endroit pouvant faire la jonction avec le donjon51. La basse-cour trapézoïdale, séparée de la plate-forme par un large fossé, s’étendait à l’est, vers le bourg, sur 120 par 150 mètres de longueur. Selon le plan de 1792, elle était également enclose de murs de pierre et flanquée d’au moins trois tours cylindriques. L. Régnier notait la présence de nombreux vestiges enfouis sur son pourtour et supposait la présence de tours quadrangulaires, faisant remonter cet ensemble au XIIe siècle. Actuellement, la plateforme a totalement disparu. La basse-cour, transformée en jardin public, présente des levées de terre latérales, dans la partie sud de laquelle un massif de maçonnerie, ressemblant à une tour de flanquement est encore visible mais ne remonte pas au XIIe siècle. Un relevé micro-topographique des vestiges fossoyés et maçonnés a été effectué en 200752. Sur de nombreux points, ce « vieux fort » semblerait plutôt se rapporter aux XIIIe-XIVe siècles.

  • 53 Arch. dép. Orne, C 109/02 ; arch. dép. Eure, II F 2397.
  • 54 Pour Phistorique du fourneau de Breteuil : voir B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 185-20 (...)
  • 55 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 26 ; arch. dép. Eure, III F 142.
  • 56 Arch. dép. Eure, III PL 1040 et V PL 19.
  • 57 Arch. dép. Orne, C 109/02.
  • 58 Arch. dép. Eure, III PL 1040.
  • 59 Arch. dép. Eure, III F 142.
  • 60 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 28 ; arch. dép. Eure, III F 142.
  • 61 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., carte légendée p. 24 et p. 310.

22Un château à motte plus ancien ? Une autre structure, située dans la partie sud-ouest du bourg, paraissant avoir précédé le « vieux-fort », a pu être isolée, grâce à deux documents iconographiques53 présentant une butte artificielle ovalaire et tronconique entre le fossé intérieur et l’embouchure de l’Iton, à l’emplacement des anciens fourneaux (planches nos II et III). Le cadastre de 1825 mentionnait également son emprise au sol, sous la forme d’un mince filet plus ou moins circulaire (ill. no 16). L’installation de fourneaux54 (1480) puis d’une usine à papier au XIXe siècle a pu bouleverser ces anciens aménagements, que Régnier identifiait simplement comme un ouvrage avancé défendant l’entrée du château55. Cette butte était néanmoins très clairement comprise entre les fossés extérieurs de la ville, le Grand Étang et le départ du canal intérieur. D’autres plans cadastraux plus précis56, semblent indiquer qu’elle fut associée à un fossé annulaire présentant une ligne incurvée vers l’intérieur du bourg. Le plan des Ponts et Chaussées57 en montre un prolongement par un tertre artificiel longiligne, entre les étangs et le bourg. Au nord de cette structure, la partie occidentale du bourg présentait un schéma particulier, oblong, en partie isolé du reste de l’habitat par un fossé arrondi, disparu aujourd’hui mais encore en eau sur les plans du XVIIIe siècle (planches nos II et III) et de 182558, entre les rues « de la Moulerie » et « du Puisot », puis « du Loup » (ill. no 16). Sur le plan de 1839, il était déjà réduit de moitié. Régnier avait noté que cette structure était « séparé[e] du côté qui règne au nord par une levée de terre pleine située à l’angle nord-est de l’enceinte59 » mais il pensait qu’il pouvait s’agir d’une enceinte primitive de l’habitat60, ce qui est fort peu probable, puisqu’elle excluait, de loin, l’église paroissiale. B. Lizot aurait par ailleurs relevé des traces de fortifications dans l’ancienne rue de la Moulerie, ainsi que les vestiges d’une tour au sud61.

Illustration no 16 – Plan Cadastral de Breteuil (1825).

23Le schéma général qui en ressort, évoque un dispositif de fortification indépendant du « Vieux fort », s’apparentant au type traditionnel d’un château à motte, figurée par la butte artificielle au sud avec une ancienne basse-cour entourée de son fossé, remaniée et tronquée par la suite car absorbée par le bourg. Ces lieux furent donc profondément modifiés. Cependant, les traces de fossés intérieurs et les élévations artificielles, figurées sur les plans du XVIIIe siècle, attestent indéniablement la présence d’une fortification. Celle-ci paraît être antérieure à l’enceinte du bourg, qui l’aurait en partie englobée. S’agirait-il du château primitif de Breteuil, construit vers 1054, par Guillaume le Bâtard, ou d’un château antérieur attribuable à Raoul d’Ivry, Hugues de Bayeux ou Guillaume Fils-Osbern ?

  • 62 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 146-147.
  • 63 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 212-215.
  • 64 Ibid., p. 242-245 ; la fiabilité de la narration est également à prendre en compte.

24Les sources écrites pourraient-elles apporter quelques indices supplémentaires ? G. de Jumièges se contenta de le décrire comme une place forte « non moins bien » que Tillières62. Le récit du siège de février 1119 fut l’occasion de livrer quelques indications sommaires63. Les bourgeois, fidèles à Henri Ier, lui ouvrirent leur ville, ce qui permit d’encercler totalement le château – curieusement qualifié de municipium – où Julienne s’était enfermée. Henri fit détruire le pont du château, si bien que pour fuir, Julienne n’eut d’autre recours que de traverser les fossés d’eau glacée. Il est donc clair que le bourg et le château étaient nettement séparés mais se touchaient. Le château, à accès unique, était totalement cerné de douves. Cette description, pourtant précieuse, peut cependant s’appliquer à la fois au « vieux fort » et à ce château plus ancien. Il ne semble pas qu’Henri Ier l’ait ensuite détruit mais seulement réinvesti, avant de le confier à Raoul II de Gaël. Celui-ci fit sans doute quelques aménagements. En effet lorsque quelques mois plus tard, le château fut de nouveau assiégé, le même narrateur précisa que Raoul tenait « les portes » du château64. Il apparaît donc que le bourg devait apporter un soutien supplémentaire à la défense mais seulement si la population restait solidaire du château. Il était donc envisageable de tenir l’un sans l’autre, puisqu’il s’agissait de deux pôles indépendants. Ils étaient néanmoins complémentaires car la possession de l’un permettait de prendre – ou de conserver – l’autre.

  • 65 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51.
  • 66 Id., Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49-50.
  • 67 Ibid., p. 72-74, voir supra
  • 68 Ibid., p. 134, voir supra.

25Lors du siège de Verneuil, en août 1173, Henri II fit étape au château de Breteuil, abandonné par Robert III de Leicester et l’aurait « réduit en cendres65 ». Une autre version précisait que, le château étant déjà entre les mains du roi, celui-ci « sur un lieu en hauteur, constitua son armée rangée en bataille, avec des cavaliers et des fantassins », bien que le terrain, autour de Breteuil, fût naturellement plat66. Henri II se serait-il placé sur l’éminence formée par l’ancienne motte ? L’abandon du château par Robert de Leicester dispensait Henri II de livrer bataille. Il semble que cet auteur ait en fait commis plusieurs erreurs : tout d’abord, les châteaux du comte de Leicester ne furent remis au roi qu’en juillet de l’année suivante67 ; ensuite, il semble avoir confondu le récit du passage à Breteuil avec l’arrivée à Verneuil, décrite plus loin par R. Hoveden. Cette remarque invite à rester prudent sur ces types de sources – notamment sur le récit de B. de Peterborough – qui bien que chronologiquement très proches des événements, ne furent pas toujours le reflet de leur réalité. Il est donc possible que le château fut effectivement incendié en 1173 puis restauré par Robert III, après recouvrement de ses biens68 (janvier 1177).

Le bourg

  • 69 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 535, f° 260 : « [...] une maison audit Bretheuil, où pend pour ense (...)
  • 70 Arch. dép. Orne, C 109/02.

26Les dispositions générales. La fondation du bourg apporta des modifications internes à Breteuil, avec une mise en forme plus précise de l’habitat et, sans doute, sa fortification. De nombreux documents iconographiques des XVIIIe et XIXe siècles (planches nos II et III ; ill. no 16) montrent qu’il était entouré d’une enceinte oblongue, marquée par des fossés en eau. L’existence de ces fossés près de la porte de Conches fut précisée en 1656 car ils bornaient des maisons ou des « places vides69 ». Les parties nord-est et occidentale de cette enceinte étaient arrondies et la partie sud, plus rectiligne. À cet endroit était encastrée, entre l’enceinte primitive du bourg et le « Bras-Forcé » de l’Iton, une friche ou espace rural, visible sur le plan de 1735-173770 (planche no III).

  • 71 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., t. V, p. 524-525.
  • 72 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 28 ; arch. dép. Eure, III F 142.
  • 73 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 246-247.
  • 74 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 25 (n.).
  • 75 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 535, f° 260 (1656), voir supra.

27Aucune forme régulière ne ressort réellement de cette structure qui paraît être d’origine. Bien que le bourg de Breteuil ait eu à subir de graves dommages – il fut incendié par Roger de Tosny en septembre 113871 – aucune modification majeure ne semble avoir été apportée, avant la fin du XVIIIe siècle, à la topographie urbaine, si ce n’est l’absorption de l’enceinte fortifiée des premières structures castrales. L. Régnier attestait la présence d’anciennes murailles et d’une tour de flanquement quadrangulaire en grison, ouverte à la gorge, au nord-ouest de la ville. Il ne subsistait alors que la partie inférieure, aveugle, donc conforme à la tradition du XIIe siècle qui situait de préférence la défense aux niveaux supérieurs. L’auteur n’hésitait d’ailleurs pas à faire remonter sa construction à la seconde moitié du XIIe siècle72. À cette époque, il existait apparemment trois accès au bourg. En septembre 1119, lors de l’attaque de Breteuil par Louis VI, de violents combats auraient eu lieu aux « trois portes de la ville73 », sans compter l’accès au château encore maîtrisé par Raoul II de Gael. Vers la fin du Moyen Âge, il aurait existé quatre portes74 : la porte de Conches75 et la porte de Verneuil, pour l’axe nord-sud ; la porte de Tillières (ou du moulin) avec la porte de la Planchette pour l’ancienne voie antique de Rugles à Condé.

  • 76 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton...., p. 333 ; arch. dép. Orne, C 109.
  • 77 Arch. dép. Eure, E 107.
  • 78 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 36.
  • 79 Arch. nat. F 14/14222.

28Aux XVIIIe et XIXe siècles, le bourg de Breteuil se présentait en deux parties distinctes, séparées par la « rue aux Loups » prolongée de la « rue de l’Abreuvoir » (XVIIIe siècle), appelée ensuite « rue du Puisot » (1839). Nous avons vu que la partie sud-ouest, ancienne enceinte ovalaire, ne faisait sans doute pas partie, à l’origine, de l’habitat proprement dit. La partie orientale du bourg se développe en quart de cercle autour de l’église et de son cimetière (détruit en 178376). La rue principale reliant le « vieux fort » à l’église, autour de laquelle s’organisait la voierie, était autrefois appelée « Grande-Rue ». Son croisement avec l’axe nord-sud était appelé « carrefour de Breteuil77 » et paraît situé devant l’entrée de la basse-cour primitive. De manière assez typique s’ouvrait ici la « place du Marché » : il était en effet courant que les lieux d’échange fussent situés à l’entrée des structures castrales et sur les voies principales. Cette place abritait auparavant l’hôpital et la halle (ou place du marché). La halle fut supprimée en 1855 et l’hôtel-Dieu en 1859-186078. La « Grande-Rue » fut ensuite simplement prolongée pour traverser l’enceinte abandonnée, jusqu’au « vieux fort ». Toutes les autres rues étaient plus ou moins parallèles à cet axe, si bien que la partie sud du bourg (à l’est de l’enceinte primitive) formait un bloc de cinq îlots longiformes, sensiblement réguliers, séparés par la « rue des Tanneries », la « rue Verte », la « rue de la Mare-Rosse » et la « rue Madelon ». La « rue de la Mare-Rosse », située dans le même axe que la « Grande-Rue », coupa sans ménagements l’ancienne basse-cour. Seul l’îlot entre la « rue Verte » et la rue des Tanneries » était d’un seul bloc en 1825 (ill. no 16). Avant le percement de la « rue Gambetta » (anciennement « rue de Passy » ; 1825-1839) et son prolongement au nord79 (1858-1860), il n’existait que quatre passages étroits et secondaires pour la circulation nord-sud. La partie nord, longeant l’enceinte de la ville, fut modifiée avec l’implantation d’un nouvel hôtel de ville (1864).

29Il ne fait aucun doute que le bourg s’implanta le long de l’ancienne voie antique de Rugles à Condé, avec le château et l’église aux extrémités est et ouest, mais avec un développement nord-sud, afin de mieux resserrer l’habitat dans une enceinte fortifiée. Par ailleurs, la cœxistence de la première structure castrale, au sud-ouest, avec le bourg de Breteuil est parfaitement envisageable avant sa colonisation.

  • 80 Arch. dép. Eure, IIF 2397.
  • 81 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. III, p. 116-117.
  • 82 Ibid., t. VI, p. 524-525.
  • 83 M. Baudot, « Les églises du canton de Breteuil », NE, 1983, no 87, p. 36-46, ici p. 36 ; Claude Lan (...)

30Les organes d’encadrement. D’après la charte de fondation de l’abbaye de Lyre, il semble que Breteuil fût pourvu de plusieurs lieux de culte, puisque le mot « église » est donné au pluriel (ecclesias) mais constitué en une seule paroisse (illius parrochie), dont l’église Saint-Sulpice est aujourd’hui l’unique lieu de culte. Elle était autrefois entourée de son propre cimetière, comme le montre le plan de 178280 (planche no II). En 1081, furent célébrées dans cet édifice les fiançailles d’Henri-Étienne de Blois et Adèle, fille de Guillaume le Conquérant81. L’incendie de Breteuil en 1138 l’aurait largement atteinte82. Elle conserve aujourd’hui un aspect général roman, malgré la réfection du chœur au XVIe siècle83 le reste de l’édifice ayant été repris au XIIIe siècle. La voûte charpentée remonte au XVe siècle et la façade occidentale aux XVIe-XVIIe siècles. Le clocher fut réparé après avoir été atteint par la foudre en 1824.

31De plan cruciforme, l’église de Breteuil comprend une nef de six travées et un transept saillant surmonté d’une tour lanterne aux proportions trapues (ill. no 17). Cette tour, de facture romane et sans contreforts (la tourelle d’escalier est postérieure), est ornée d’un niveau de fenêtres cintrées, surmontées d’une sobre rangée d’arcatures en plein cintre, puis de deux fenêtres géminées (actuellement obstruées) sous un arc de décharge en plein cintre. À l’intérieur, la muralité et l’épaisseur des parois sont nettement perceptibles. Le soubassement et la partie supérieure de l’élévation de la tour lanterne remonteraient au XIe siècle. Cette tour est portée par quatre arcatures cintrées, à doubles rangées de claveaux, reposant sur des piles carrées à tablettes biseautées et doubles pilastres. Ces dispositions se retrouvent dans la première arcade de la nef et le transept. Ce procédé courant de dédoublement des surfaces permettait d’alléger visuellement la structure murale, tout en conservant la capacité d’absorption des tensions verticales.

Illustration no 17 – Église paroissiale Sɑint-Sulpice de Breteuil, tour de croisée.

  • 84 Pour la Madeleine et Notre-Dame : voir « L’encadrement religieux... », p. 325.
  • 85 M. Baylé, « L’architecture religieuse romane », p. 24-25 ; voir également A. Lemoine-Descourtieux, (...)
  • 86 Alec Clifton-Taylor, The Cathedrals of England, Londres, Thames & Hudson, 1989, « The Norman period (...)
  • 87 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227 ; M. Chibnall (éd.), The (...)
  • 88 M. Baylé, « L’architecture romane en Normandie », p. 19 et « Norrey-en-Auge... », p. 22-23.

32La nef repose sur de grosses piles cylindriques appareillées en grison (ill. no 18). Les arcades en plein cintre du premier niveau comportent également une double rangée de claveaux. Les piles, surmontées de tailloirs ayant la simple forme de plaques quadrangulaires remplissant également le rôle de chapiteaux, furent datées par M. Baudot de la première moitié du XIIe siècle, proposant une datation postérieure à l’incendie de 1138. La configuration de ces arcades et la massivité des colonnes eurent probablement une origine vernolienne84 ou directement anglaise85. Il est parfaitement justifié de comparer la cathédrale de Hereford86 avec l’église de Breteuil car, précisément, Guillaume le Conquérant avait confié ce comté à Guillaume Fils-Osbern87. En revanche, l’utilisation de l’arc diaphragme pour la croisée du transept s’insère parfaitement dans la tradition normande du XIe siècle88. Quant à l’absence totale d’éléments sculptés, elle est redevable à l’utilisation du grison, impossible à travailler. En conclusion, il semblerait que l’édifice souffrit de l’incendie du bourg en 1138, ne laissant subsister que la tour-lanterne et la première arcature de la nef, le reste de celle-ci ayant été reconstruit à la manière des édifices vernoliens.

Illustration no 18 – Église paroissiale Saint-Sulpice de Breteuil, nef.

  • 89 Sur sa date de fondation, voir supra, « Les organes d’encadrement », p. 249.

33La maladrerie-léproserie de Breteuil était placée sous le vocable de la Madeleine et se situait à l’extérieur du bourg : le toponyme « la Madeleine » sur la route de Verneuil en conserve le souvenir89. Le plan de 1839 signale par ailleurs l’emplacement de l’hospice ou ancien hôtel-Dieu de Breteuil, postérieur à notre période.

  • 90 Arch. dép. Eure, IIF 2397 ; III PL 2040; V PL 19.
  • 91 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 24.

34Les lieux d’échange se résumaient à la « place du Marché », très probablement à son emplacement d’origine. Les plans de 1789 à 1839 indiquaient la présence d’une halle longiligne90. Des moulins se situaient chacun à l’entrée puis à la sortie des canaux extérieurs de la ville. Le fourneau fut sans doute issu d’une ancienne fabrique de canons, elle même installée « dans l’ancien moulin à blé du château91 », près de la première motte castrale.

Illustration no 19 – Maison médiévale de Breteuil, croquis de Laumônier (C. 1845).

  • 92 J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit, t. I, p. 141-146, no 87.
  • 93 M. Rioult, « L’arrière plan minéral », dans J.-F. Beloste, Y. Lecherbonnier, M. Arnoux, D. Arribet, (...)
  • 94 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit, p. 259-262, p. 309 et p. 320, et id., « En marge de la jui (...)

35Les maisons romanes. Un ancien usage apparaissait, vers 1220, dans l’enquête sur les coutumes de la forêt de Breteuil, suivant lequel les bourgeois de Breteuil étaient autorisés à venir retirer des pierres dans la livrée pour leur usage privé, à la seule condition de reboucher les trous et d’effectuer ces retraits sous la surveillance du garde forestier92. Cette exemption accordait donc des facilités exceptionnelles aux bourgeois pour se fournir en matériaux et favorisa la construction en pierre. Aux alentours de Breteuil, les gisements de grison affleurent à quelques mètres de profondeur à peine (de deux à trois mètres à Saint-Nicolas d’Athez et Orvaux), ce qui permet une exploitation facile à ciel ouvert93. Ainsi, d’anciennes maisons particulières construites en pierre et appelées perrins existaient autrefois à Breteuil. Un acte de vente de 1766 cite une « maison sise place du Marché [...] et un vieil bâtiment en forme de perrin servant à divers usages [...] », une description de 1587 évoquait un « perrin qui est un ancien logis antérieurement ordonné pour mettre les grains et le cidre », un acte de 1631 localisa « un grenier avec un ancien perrin bornant d’un côté la rue Verte, d’autre côté la rue allant du fourneau à l’église et la ruelle tandant au petit étang ». B. Lizot a également retrouvé la trace d’un autre perrin, à l’angle de la « rue Papegeault » (actuellement rue Madelon) et de la rue de l’église94.

Illustration no 20 – Maison médiévale de Breteuil croquis de R. Bordeaux.

Illustration no 21 – Détail d’un plan de Breteuil (1858-1860).

  • 95 1859, d’après L. Régnier : arch. dép. Eure, III F 142, p. 42 ; B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. (...)
  • 96 Arch. dép. Eure, 9 J 85-92 (c. 1845).
  • 97 BNF, n.a. fr. 21591, p. 215 : pour L. Régnier, il s’agit d’une probablement d’une tentative de reco (...)
  • 98 Arch. nat. F 14/14222.

36Une véritable maison de pierre, située à l’angle de la place du Marché et de la rue du Onze-Novembre (ancienne « rue aux Juifs »), fut démolie vers 1859 ou 186395. Ses façades avaient été auparavant dessinées par Laumônier (place du Marché ; ill. no 19)96 et par Bordeaux97 (rue aux Juifs ; ill. no 20). Ce dernier la décrivait en grison. Entre 1856 et 1860, les ingénieurs des Ponts et Chaussées firent un relevé précis de l’angle extérieur98 (ill. no 21). Maçonnée en appareil à peu près régulier, elle était élevée sur deux niveaux. Le toit charpenté reposait sur un mur pignon à pente très raide. À ses angles étaient adossés des contre-forts saillants à double ressaut et s’élevant jusqu’à la naissance de la charpente. Le relevé des Ponts et Chaussées montre que le premier contrefort mesurait 0,90 mètre de largeur sur 25/35 centimètres de profondeur. Le second, à 25 centimètres de l’angle, mesurait 30 centimètres de profondeur. Le reste de la façade occidentale mesurait 7,30 mètres de largeur, ce qui fait un total 8,75 mètres de façade sur la place du marché. Un contrefort central, plat, séparait chaque façade en deux travées égales. Le mur gouttereau nord était percé de deux fenêtres (remaniées en baies quadrangulaires), d’une ancienne porte, haute, étroite et cintrée et d’une baie, large et en plein cintre qui semblerait être d’origine. Le croquis de Bordeaux montrait quelques différence sur les contreforts, notamment un retrait au passage du second niveau, ainsi qu’une corniche reposant sur des modifions, couronnant le deuxième niveau. La maison aurait donc comporté, dès l’origine, ces deux seuls niveaux. Au rez-de-chaussée, les deux baies étaient de simples ouvertures très hautes et très étroites, percées à vif dans le mur et sans décor, alors que celles de l’étage, un peu moins étroites et sans doute à ressaut intérieur, étaient ornées d’un cordon de voussure descendant jusqu’à mi-hauteur. Dans ces deux dessins, le volume général, les murs, les contreforts et les modifions s’apparentent en tous points à ceux d’autres constructions romanes de la région, notamment l’édicule au sud de la nef de la Madeleine à Verneuil. À cet égard et dans la mesure où le croquis ne force pas la restitution de façon abusive, nous pourrions lui conférer une datation dans le courant du XIIe siècle.

37En outre sur la « rue aux juifs », Bordeaux figura le mur de clôture du jardin, terminé par un pilier, tous deux conservés, rue du Onze-Novembre et repris dans le rehaussement de ce mur (ill. no 22). L’appareillage en blocs de grison quadrangulaires assez allongés, de modules inégaux mais où perce une volonté de régularité, est également proches de ceux connus à Verneuil ou Tillières.

  • 99 D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », Arché (...)
  • 100 Arch. dép. Eure, III F 142, édifice non localisé aujourd’hui.
  • 101 J.-P. Suau, « Pour une archéologie juive dans l’Eure », VAN, 1977, no 5, p. 17-21 ; B. Lizot, « En (...)
  • 102 Arch. dép. Eure, III F 142.

38Une comparaison avec les maisons romanes déjà étudiées renseigne plus précisément sur la répartition des fonctions au sein des pièces et des niveaux : il semblerait que le rez-de-chaussée, en général très peu ouvert sur l’extérieur, correspondît à un cellier99 et que l’étage fût dédié à l’habitat. Régnier compara cette maison à un autre édifice, la « salle des fêtes », faite d’épaisses « murailles » qu’il pensait être originairement une grange dîmière100. En tous les cas, il ne s’agit pas d’une ancienne « juiverie » ou synagogue101, ni d’un « petit donjon », d’un four banal, d’une prison ou encore d’un magasin de l’abbaye de Lyre102, comme cela a souvent été suggéré.

Illustration no 22 – Vestige de l’ancien mur de clôture de la maison médiévale de Breteuil (rue aux Juifs).

  • 103 B. Lizot, « Les souterrains », le Magazine de Breteuil, juin 1996, et id., Breteuil-sur-Iton..., op (...)
  • 104 Arch. dép. Eure, E 107, f° 10.

39À Breteuil, B. Lizot a par ailleurs signalé l’existence de quelques caves en pierre (moins nombreuses qu’à Conches ou Verneuil) dont les ramifications passeraient sous la « rue du Onze-Novembre », la « rue Madelon », l’ancienne « Grande-Rue » (actuellement « rue du Docteur-Brière ») et « rue des Bureaux103 ». Une « portion de cave » fut mentionnée en 1668104.

Les châteaux secondaires associés à un bourg : Damville et Chennebrun

Damville

Le château

  • 105 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit, t. II, p. 49-51 ; id. (éd.), Gesta (...)
  • 106 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11 ; T. Stapleton (éd (...)
  • 107 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p (...)
  • 108 A. Petit, Notes historiques..., op. cit., p. 21.
  • 109 Arch. dép. Eure, E170 : « Aveu de la seigneurie de Damville par Jean de Montmorency » (1454, copie) (...)
  • 110 Arch. dép. Eure, E 170 : « Aveu et dénombrement de la baronnie de Damville par Charles de Montmoren (...)
  • 111 Arch. dép. Eure, Q 49 : « Estimations des biens nationaux provenant de l’émigré Cossé-Brissac » (21 (...)

40Le château de Damville apparut dans les sources écrites le 10 août 1173, à l’occasion de sa destruction par Henri II105. Puis lors de la mise sous tutelle des biens de l’honneur de Tillières, ce château, qui dépendait directement de Gilbert Crespin, semble avoir partagé le même sort : les travaux de fortification de la tour, de la barbacane et des moulins apparurent dans les comptes de l’Échiquier en 1198106. Par le traité du Goulet de mai 1200, Damville resta comme Tillières à Jean sans Terre107. En 1285, Damville appartenait à Matthieu de Montmorency, avec le « manoir » ou « maison » (domus), sauf le château encore habité par le seigneur de Tillières108. Selon le plus ancien aveu connu (1454), celui-ci fut détruit lors de la guerre de Cent Ans : « Tour assis[e] sur mocte, pavillon, maysons et fossez. Lesquelles choses ont esté démolyes et détruictes à l’occasion de la guerre des Anglois, anciens ennemys du Royaume109. » Des transformations importantes intervinrent avant 1603, avec la construction d’une nouvelle demeure : « La maison sieurrial qu’avons veue près de l’églize, dans le comprins de laquelle est un nouveau bastiment assis sur une motte, ayant vestige de ruynes d’anciennes murailles et bastimentz qu’on disoit estre l’ancien chasteau, démolly du temps des Angloiz. Icelly nouveau bastiment cloz à fossés plains d’eau et pont levis110. » Sa vente en tant que bien national fut encore l’occasion de faire un point sur les vestiges encore visibles : « Consistant en une cuisine, cabinet à côté, deux chambre dessus, quatre chambres haute sur la Butte, et grenier sur le tout, coridor reignant le long des dittes chambre collombier, sur un bûcher, un autre corps de bâtimens formant equêrre, de viron cent vingt pieds de long, à usage d’écurie et magasin, très beau grenier dessus une belle cave voûtée près la rue, une latrine, un beau puiseau, cour et jardin avec herbage y tenant, nommé le préau. Le dit château construit sur une butte, et entouré de fossés, avec un pont de communication de la cour audit château et un autre du château au jardin111. »

  • 112 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit, p. 204, no 868 (17 juillet 1276).
  • 113 A. Charma, A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

41Par ailleurs, un acte de 1276 mentionnait « le pré qui est dessouz la tour112 ». Ce « pré de la Tour » était localisé en 1793, à l’est de l’église paroissiale, près des étangs. Cette tour, encore visible au XIIIe siècle, avait déjà disparu lors de l’aveu de 1603, qui précisait tout de même : « Et de l’autre costé du bourg, en tirant vers Evreux, nous auroit monstrez les prairies, comme le pray de la tour [...] qu’il a dit estre la place du plus vieil et antien chasteau. » Il est possible que le château initial de Damville ait été déplacé après la destruction de 1173 mais il se pourrait également que cette tour fût plus simplement une fortification annexe comme la « barbacane » de pierre, dont la construction coûta la somme de 144 livres à l’Échiquier de Normandie113 (1198) et qui est aujourd’hui impossible à situer.

  • 114 Arch, nat, N IIIEure 57.
  • 115 BNF, va mat 27.

42Du château sur motte, il ne subsiste qu’une petite partie de l’ancienne assise du « pavillon » qui avait déjà succédé à la motte castrale, autrefois entourée de ses propres murailles. Un plan de 1789114 montre dans la moitié nord du fossé annulaire, la « butte » (légendée « k ») en forme de demi-lune et traversée par un chemin menant aux « commodités » (ill. no 23). Initialement, cette motte avait occupé la totalité de l’espace compris dans le fossé annulaire et la moitié antérieure fut reprise sous la construction du « pavillon » : une photographie ancienne présentait encore un escalier pour accéder au premier niveau115. L’existence d’un donjon roman fut certifiée par le rôle de 1198 car 50 livres furent en partie attribuées à la couverture de la « tour ». Pour avoir résisté jusqu’en 1454, elle était probablement en pierre. D’après les aveux, le château comprenait également des annexes maçonnées et des fossés en eau avec pont-levis. En effet, le site conserve aujourd’hui un mince canal entourant les restes de la motte mais qui, jusqu’au XIXe siècle, était d’une largeur importante (ill. no 24 ; planche no IV). Relié à celui du bourg, il était alimenté par une dérivation de l’Iton au nord-ouest de l’enceinte. Encore au XIXe siècle, il rejoignait également, au sud-ouest, une portion du « fossé du bourg », le long de la « rue de Hôtel-Dieu ».

  • 116 Le cimetière est mentionné sur le plan de 1789 : Arch, nat., N IIIEure 57.
  • 117 Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, de la défense à la résidence, Paris, Pic (...)
  • 118 BNF, lat. 12884, p. 153-159 et p. 344-345 ; V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », a (...)

43À Damville, aucune véritable trace de basse-cour, joignant la motte, n’est décelable. Au nord et à l’est, l’espace était occupé par les dérivations marécageuses de l’Iton et les étangs de Damville, et la partie orientale par l’église Saint-Evroult (autrefois précédée de son cimetière116) et toute la zone sud par le bourg. Nous savons par le plan de 1789 que le fossé annulaire comprenait la seule motte. Nous trouvons-nous en présence d’une structure unicellulaire de château à motte sans basse-cour, plutôt atypique pour un habitat aussi modeste ? Ce genre de structure était réservé à certains cas très particuliers, comme l’insertion en zone urbaine (Provins, Bar-sur-Aube) ou la juxtaposition à une résidence seigneuriale préexistante117. Or Damville ne correspond à aucun de ces cas. L’emprise de l’église paroissiale (reconstruite à la Renaissance), dont l’entrée se fait par le côté sud, car la façade occidentale était neutralisée par le fossé de la motte, pourrait avoir constitué un premier élément de basse-cour. Cette église aurait été donnée à une date haute (1065-1066) par Gilbert de Tillières, probablement en même temps que la chapelle du château118. Mais il semble encore plus probable, d’après la physionomie de l’enceinte de la ville, que l’église fût comprise dans une plus large basse-cour, en forme de croissant autour de la motte et constituant le bourg castral lui même.

Illustration no 23 – « Plan topographique du château et manoir seigneurial de Damville appartenant à Monseigneur le Duc de Brissac » par Riquet Le Jeune (1789).

Le bourg

44Les dispositions générales. La partie orientale de la ville actuelle, à l’extérieur des fossés et du canal, correspond à une extension ultérieure : le faubourg « de Laval ». Une dérivation de l’Iton partant du sud-ouest du bourg alimente les canaux de la ville et les fossés du château, puis retrouve son cours naturel en aval de Damville. Sans être aussi imposantes qu’à Breteuil ou Verneuil, les structures sont relativement importantes et en grande partie conservées. En association avec cette dérivation se trouve, encore aujourd’hui, un étang artificiel servant à la fois de vivier, de réserve d’eau et d’épanchement. Toutes ces structures furent citées dans l’aveu de 1454.

Illustration no 24 – Plan cadastral de Damville (1838).

  • 119 Arch, nat., 273 AP 276 : « Érection de la baronnie de Damville en duché pairie » : « [...] joignant (...)
  • 120 A. Petit, Notes historiques..., op. cit..
  • 121 Arch. dép. Eure, III PL 167 et III PL 1080.
  • 122 Ibid., III PL 2161.

45Le cœur ancien du bourg de Damville était autrefois entouré de fossés, comme décrit en 1610119 (planche no IV). En 1678, concession fut faite à un bourgeois d’un « petit ruisseau ou canal qui conduit l’eau de la rivière dans nos fossés » et en 1722 d’une partie des fossés de la ville, de 17 pieds de largeur (soit encore 5 à 6 m). A. Petit affirmait que dès 1778, toutes les fortifications avaient disparu, que les murs et fossés du bourg n’existaient plus et que ces lacunes furent comblées par la rivière120. Une dérivation artificielle de l’Iton, enveloppant la motte et l’église paroissiale, délimitait le bourg à l’ouest, au nord et nord-est ; les actuelles « rue des Remparts » et « rue de la Citadelle » marquaient les bords sud et est. Le plan terrier de 1780 montre l’ensemble de l’ancien réseau de canaux. Un bras contournait par le sud la « rue des Remparts » et rejoignait, au nord, le fossé du château derrière l’église. Des extensions vers l’est et vers le sud firent suite à ces ouvrages : au sud-est du bourg primitif – le « bourg sud », et un espace quadrangulaire à l’est de l’église – le « bourg nord ». Le plan de 1808 mentionnait précisément l’existence, au sud et à l’est, d’une levée de terre, avec la mention de « fossés du bourg », qui fut détruite avant 1838121 (ill. no 24). À l’ouest et au nord, un canal aujourd’hui disparu longeait l’ancienne rue « de Hôtel-Dieu », pour rejoindre la motte, aux abords de laquelle il était encore en partie conservé en 1808122. Enfin, un bras artificiel traversait également la ville en droite ligne et reliait l’enceinte orientale. Le bourg originel de Damville était donc inscrit dans une enceinte fortifiée, accolée et associée à la motte par un système de fossés en eau. Malgré les destructions substantielles de la guerre de Cent Ans, ces dispositions se pérennisèrent jusqu’au XIXe siècle et sont aujourd’hui encore identifiables.

  • 123 M. Baudot, « Les églises du canton de Damville », NE, 1964-65, no 22, p. 26-39, ici p. 26-27.

46L’encadrement religieux. L’église Saint-Evroult est située directement à l’est de la motte, à l’extérieur du fossé annulaire. La description de 1603 précisait d’ailleurs : « La maison sieurrial qu’avons veue pres de l’eglize. » Attestée depuis le XIe siècle, elle fut totalement reconstruite au XVIe siècle et ne conserve aucun vestige antérieur123. L’emplacement semble bien être celui d’origine car l’entrée se fait par le flanc sud de la nef, la façade occidentale étant condamnée par le château. Cette contrainte fut certainement imposée au nouvel édifice en héritage de l’église précédente.

47Nous n’avons aucun renseignement sur les éventuels éléments religieux annexes du Moyen Âge. Il n’y eut visiblement pas de prieuré. Un hôtel-Dieu fut décrit en 1603 : « y a un hospital ou y a une chapelle » et son souvenir est simplement perpétué par la « rue de Hôtel-Dieu » aux abords du château.

  • 124 Arch. dép. Eure, III PL 1080.

48Les structures économiques et les lieux publics. Damville fut pourvue d’une dimension économique consciencieusement décrite dans l’aveu de 1603 et visible dans sa topographie ancienne. Le canal intérieur, appelé en 1838124 « Bras du Moulin », était traversé par le pont de la « ruelle du Moulin » où de toute évidence œuvrait l’ancien moulin à blé cité dans l’aveu de 1603. Celui-ci se trouvait donc entièrement protégé à l’intérieur du bourg. Certaines activités artisanales furent citées en 1603 : « bouchers, drapiers, tanneurs, ferronniers et gens de mestierz estallent » mais il s’agit ici de lieux de vente et non de lieux de production.

  • 125 Ibid.
  • 126 Jean-Claude Voisin, « Aspects d’une recherche sur les bourgs castraux de la Haute-Saône, vocabulair (...)
  • 127 Arch. dép. Eure, III PL 167 et III PL 1080.

49Précisément, en ce qui concerne les lieux d’échange, les plans des XVIIIe et XIXe siècles montrent systématiquement deux places pour les halles et une pour le marché. La « place du Vieux-Marché » ou « place du Petit-Marché125 » était située entre le château et les fossés sud, dans la partie primitive du bourg. Elle présentait l’élargissement caractéristique des anciennes places de marché126 et était sans doute le lieu d’échange originel. Elle semble avoir perdu ensuite sa fonction de place de marché au profit de la « halle aux Bouchers » et la « halle au Bled » plus au sud127, car elle ne fut pas mentionnée en 1603.

50Par ailleurs, il existait au XIXe siècle une « rue aux Juifs » entre la « halle aux Bouchers » et la « halle au Bled », c’est-à-dire dans l’espace principalement dévolu au commerce. Si la présence de juifs fut attestée à Verneuil et Conches aux XIIe et XIIIe siècles, nous ne sommes pas certains que cette rue de Damville tira son nom de périodes aussi anciennes.

51Les lieux de justice se trouvaient au milieu du bourg, près des lieux d’échanges. En 1603, le prétoire était situé dans la partie arrière de la « halle aux bouchers » et les prisons en étaient éloignées de quelques maisons. Les plans anciens attestent son souvenir : la « rue de la Prison » avec sa « geôle » longeait la partie nord de la « place de la Halle-aux-Bouchers ».

Chennebrun

Le château de Chennebrun

  • 128 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 13 : « Auquel fieu y a chasteau, donjon et basse cour (...)
  • 129 Archives privées, « Estimation des terres de Chesnebrun » (1745), f° 91 ; et « Estimation du août 1 (...)
  • 130 Ibid., « Anciens titres concernant la terre de Chennebrun » : « On a démoli le colombier en 1782. »

52Chennebrun se trouve à un carrefour de plusieurs zones géographiques relativement bien définies. Au sortir du paysage vallonné du Perche et en avant du vaste plateau du Neubourg, le château fut installé sur le versant nord dominant la rive française de l’Avre. La vision du site primitif ne transparaît pas immédiatement à cause de modernisations successives. Jusqu’au XIXe siècle, il subsistait un donjon cylindrique sur motte, construit en pierre, réutilisé comme colombier. Il était placé au sommet de la crête, à l’endroit où la vue est la plus ouverte sur le territoire français. L’ensemble est aujourd’hui totalement arasé mais il est documenté par les archives. Le donjon fut cité en 1604128 et décrit en 1745 : « Au derrière et au surplus sont une tour ou donjon en partie démoly, sans plancher et les ruines et vestiges d’ancien château et murs entourrez de fossez partie comblés, sur le glacis desquels sont des taillis et arbres couppés depuis deux ans. » Une description de 1777 en fit une relation plus précise, quoique visiblement erronée : « Le collombier construit en rong de quatrevingt dix pieds de diamettre de dans en dedans, les murs six pieds d’épaisseur portant trois mil bulins129. » Ce colombier fut détruit en 1782130.

  • 131 Archives privées.

53Des sources iconographiques précises131 viennent confirmer l’existence et l’emplacement de la motte et de sa basse-cour. Un plan de 1762 montre très nettement au no 2 [colombier] le schéma d’un fossé annulaire accompagné d’une basse-cour en amende à l’ouest, bordée de fossés et ouverte à l’extrémité occidentale (ill. no 25). Le diamètre extérieur de la motte aurait alors été de trois perches et la longueur extérieure de la basse-cour de trois perches et demie (du fossé de la motte à l’entrée de la basse-cour). Les fossés auraient mesuré environ une demie perche de largeur. Un autre plan des environs de 1789 ne montre plus que la motte tronconique, appelée « butte » (planche no V). Enfin, un plan du milieu du XIXe siècle la représente encore, sans fossés, avec une base de 30 à 40 mètres de diamètre après affaissement naturel des talus et le comblement partiel des fossés (mentionné dès 1645).

Illustration no 25 – Plan terrier de Chennebrun (c. 1762).

  • 132 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 107.

54Le donjon, cylindrique sur motte tronconique, aux murs de pierre de 6 pieds d’épaisseur (2 mètres) pourrait tout à fait correspondre à une construction normande et même se rapporter au don de 20 livres par Jean sans Terre à Gohier de Chennebrun pour « fortifier son château » en juin 1201132. L’expression ad firmandum pouvant autant signifier « construire » que « reconstruire » ou encore « fortifier » des éléments déjà existants, étant donnée également l’ancienneté de l’implantation des Morville à Chennebrun, il est largement possible que cet édifice ne fût pas le premier. D’ailleurs lors de l’incendie de 1168, le terme municipium indiquait qu’il existait déjà une structure fortifiée. Cependant, par la relative importance de la somme versée à Gohier au début du XIIIe siècle, il est possible de mettre en rapport ce « château » avec l’ancien colombier sur motte car celui-ci, à tous points de vue – plan annulaire et basse-cour, modestes proportions – était une construction typique de cette époque.

  • 133 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit, t. II, p. 13 ; Bernard Jouaux, « Les (...)
  • 134 Jean Matthières, La Civitas des Aulerques eburovices, Évreux, 1925, p. 94 et p. 252 ; A. Le Prévôt,(...)
  • 135 B. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres..., op. cit., t. I, p. 72, no XI (...)
  • 136 D. Pitte, Rapport de la Direction des Antiquités Historiques, 1989.

55Par ailleurs, le château de Chennebrun fut topographiquement associé à la vaste ligne de fortifications des Fossés-le-roi entreprise vers 1169 par Henri II, précisément à la suite de l’incursion française133. À l’ouest, ils rejoignaient la rive nord de l’Avre à Iray et en suivaient le cours jusqu’à l’entrée du bourg de Chennebrun. Au-delà, vers Saint-Christophe-sur-Avre, ils semblent avoir plus ou moins longé le « chemin Perrey », voie antique134 encore utilisée au Moyen Âge sous le nom de Via Publica135 ou Via Regia. Des levées de terre rectilignes orientées d’ouest en est avec une légère inclinaison sud-nord, que la tradition orale nomme encore « Fossés-le-roi », sont conservées dans la partie orientale du parc de Chennebrun. Séparées en deux par le percement d’une allée au XVIIIe siècle et longues d’une cinquantaine de mètres, elles sont hautes de 1,20 mètre au maximum. Il est en outre possible que le bâtiment de la fin du Moyen Âge, appelé « Vieux Château », bâti sur une élévation artificielle au sud de la motte136, se fût accolé à des vestiges remaniés de ces fossés.

Illustration no 26 – Plan de Chennebrun (1744-1747).

Le bourg castral

  • 137 Arch, nat., F 14/8451.
  • 138 Voir Jacques Heuillard, « Neufmarché, Seine-Maritime, commune de Gournay-en-Bray, les fortification (...)

56Les dispositions générales. Jouxtant au sud le complexe castral, la topographie actuelle de Chennebrun relève directement de celle du Moyen Âge. Le bourg s’étend le long de deux axes nord-sud reliant l’Avre au château et est-ouest (ill. nos 26 et 27). Il semble qu’il s’étendait autrefois plus au sud en Les direction du prieuré137. La configuration générale des bras de l’Avre, aux angles bien nets contournant les habitations, semble être née de dérivations artificielles de la rivière, remontant à la création du bourg. Elles furent peut-être renforcées de terrassements, d’une haie vive, d’une enceinte palissadée ou encore de murs138.

Illustration no 27 – Plan cadastral de Chennebrun (1836).

  • 139 Marie-Thérèse Diab de Béon, Chennebrun autrefois, aujourd’hui, catalogue d’exposition, août 1985, p (...)

57Le bourg actuel est rassemblé autour du même noyau dur, formé par le château, l’église paroissiale et la place du marché. Il ne conserve pas, en surface, de vestiges des XIIe-XIIIe siècles mais des caves voûtées en grisons – interprétées comme des « cryptes » ou « souterrains » – furent mentionnées en plusieurs endroits, notamment près de la place du Marché139.

  • 140 M. Baudot, « Les églises du canton de Verneuil », art. cité, p. 62-67.

58Les principaux organes d’encadrements. L’église paroissiale Notre-Dame prend appui sur l’axe est-ouest qui traverse le bourg. Sa construction remonte, pour les parties les plus anciennes (chœur et nef), au XIIe siècle : fenêtres cintrées dans l’abside et contreforts extérieurs en grison au nord de la nef (ill. no 28). Ces vestiges, très largement représentés dans la partie sud de l’Eure140, attestent de son ancienneté. Cette fondation paroissiale a donc toujours été extérieure à l’enceinte castrale et fut, dès le départ, conçue pour encadrer un peuplement.

59Le marché était situé au croisement des deux voies principales, dans un élargissement de l’axe est-ouest. Cette configuration, typique des places médiévales, est sans aucun doute héritée de l’ancien « marché » ou anciennes « halles », connus par les sources écrites.

Illustration no 28 – Église paroissiale Notre-Dame de Chennebrun.

  • 141 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 et p. 668.

60L’ancien moulin de Chennebrun marque encore l’entrée occidentale du bourg. Il apparut dans les sources dans le courant du XIIe siècle ; son étang artificiel servant autrefois de vivier et son écluse furent cités en janvier 1202141. Comme à Breteuil et à Verneuil, pour les moulins des Murailles et de la Tour grise, celui de Chennebrun, situé à l’embranchement des canaux de dérivation de la rivière à l’entrée du bourg, participa aux fonctions défensives.

  • 142 Elle fut succinctement décrite en 1791 : arch. dép. Eure, Q 37.

61L’ancien prieuré Saint-Étienne de Chennebrun, dépendant de Saint-Père-de-Chartres, était situé au sud du bourg, peut-être à l’extérieur de ses fortifications. Il subsiste encore la chapelle qui présente un plan simple à nef unique et chevet plat, consolidé par des contreforts et autrefois percé de baies cintrées142 (ill. no 29).

Le réseau des petites seigneuries châtelaines

En association avec Tillières

Courteilles

  • 143 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 144 J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche..., op. cit.
  • 145 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 257-260.
  • 146 En 1195, le produit de la terre de Gilbert de Courteilles, dans la prévôté du Sap (baillie du Lieuv (...)
  • 147 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

62Le château de Courteilles143, principale fortification de l’Avre entre Verneuil et Tillières, faisait le lien entre ces deux places fortes, tout en restant étroitement dans l’orbite de Tillières. Dans l’histoire des guerres franco-normandes de l’Avre, il trouva sa place en assurant un rôle diplomatique. Ce fut très certainement le lieu choisi « entre Verneuil et Tillières » pour la rencontre entre Richard Cœur-de-Lion et Philippe Auguste du 23 juillet 1194. J.-F. Lemarignier a d’ailleurs rappelé que cette entrevue sur un site frontalier, comme celles plus nombreuses du gué de Saint-Rémy, était une réminiscence de la coutume de « l’hommage en marche144 ». Si l’accord ne cite pas nommément Courteilles145, il est fort propable qu’elle y eut lieu car le château, comme celui de Tillières, semble avoir été à cette époque entre les mains de Richard146. Le souverain le fortifia, comme en témoignent les rôles de l’Échiquier : en 1198, 450 livres y furent attribuées à Robert, clerc, et non au seigneur de Courteilles, dont 300 livres pour « clore de pierre la basse-cour de Courteilles147 ». La somme est conséquente et montre toute l’importance de la place.

Illustration no 29 – Prieuré Saint-Étienne de Chennebrun.

  • 148 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 1 : « Aveu de Gabriel de Montmorency » (1er fév. 1629 (...)
  • 149 Arch. nat. N IIIEure 10 : le relevé présente l’entrée du château sous la forme d’un mur droit percé (...)
  • 150 Michel Lallemand, Histoire de Courteilles, village de Normandie, chez l’auteur, 1992.
  • 151 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 8 (n. 2) : « On voit encore la butte sur laquelle ce château était bâ (...)
  • 152 A. Baume, Les châteaux-forts et leur contexte historique dans la région des luttes franco-normandes (...)

63Le château d’origine, du type le plus courant dans la petite noblesse c’est-à-dire à donjon sur motte et basse-cour, fut donc renforcé par les considérables investissements de 1198. En 1629 et 1670, ses différents éléments furent énumérés : « Manoir seigneurial, chapelle [...] le tout clos et fermé de grandes fosses avec deux pontz levis, l’un pour entrer audit logis et l’autre aux jardins clos de murailles de terre, contenant deux acres de terre ou environ148. » Il était donc vaste, cerné de grands fossés et à accès par deux ponts-levis. Le logis proprement dit n’était probablement pas antérieur aux XIIIe-XIVe siècles149. La chapelle a disparu, rendant inutile toute tentative de datation. Enfin, ni la motte ni la tour ne furent évoquées : pourtant d’indéniables vestiges subsistent encore (ill. nos 30 et 31) à l’ouest des ruines du château du marquis Barberie de Courteilles150 (fin du XVIIIe siècle), avec une motte et son fossé annulaire. Ils furent mentionnés au XVIIIe siècle, dans un Mémoire historique sur Verneuil151, puis oubliés jusqu’aux travaux de A. Baume puis de D. Lepla152. La hauteur de l’ouvrage et la raideur des pentes, notamment dans la partie occidentale, sont remarquables, montrant un état de conservation probablement proche de l’état initial. De nombreux débris de silex attestent l’existence d’anciennes constructions. La large basse-cour a été englobée dans les remaniements du XVIIIe siècle, mais A. Baume aurait identifié certains pans de murs des communs comme pouvant se rapporter aux travaux de la fin du XIIe siècle, cités par l’Échiquier.

Illustration no 30 – Motte du château de Courteilles, vue vers le sud-ouest.

Illustration no 31 – Motte du château de Courteilles, flanc ouest.

  • 153 Arch. dép. Seine-Maritime, IIB 459, pièce no 1 : « Aveu de Jacques de Barberie » (17 décembre 1707)

64L’aveu de 1707, sensiblement différent, donne des renseignements sur l’environnement du château, notamment le passage à proximité immédiate des « Fossés le Roi » : « Item une autre piesse [...] bornée [...] d’autre côté les fossés royaux, d’un bout le château153 [...] » Il subsiste encore une voie appelée « route du Fossé Royal ». Ces fossés donnèrent ainsi naissance à un chemin et servent encore de bornement.

Quelques autres identifications possibles : Longuelune, Gauville, Tranchevilliers, Alaincourt, Bérou-la-Mulotière et Malicorne

  • 154 Commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 155 T. Stapleton (éd.), Magni rotuliscacarii Normanniae..., op. cit., t. II, p. xliv et suiv. ; A. Char (...)
  • 156 Arch. dép. Eure, G 6, p. 116, no 171 (1276, nouveau style).

65La pénurie de sources concernant le site de Longuelune154 pourrait induire que le château se situait en retrait des conflits franco-normands. Pourtant T. Stapleton identifie le château de Foillet, pour la fortification duquel Guillaume Bœllo reçoit 40 livres, comme étant situé à Feuilleuse. Ce site ne bénéficie d’aucune autre source documentaire, sinon la mention d’un Étienne Feuilleuse participant à l’emprunt de la baillie de Verneuil la même année155. Quant au fief de Longuelune proprement-dit, il apparut dans les possessions de l’évêché d’Évreux au XIIIe siècle156. S’inscrivant dans un périmètre étroit autour de Tillières, faut-il expressément le rattacher de façon certaine à son honneur dès le XIIe siècle ?

  • 157 Arch. nat., p. 310, C (3), pièce no IIICIII, « Aveu du fief de Longuelune » (5 juin 1578) ; voir ég (...)
  • 158 Information P. Durand, AMSE, 2009.
  • 159 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 14, pièce no 29 ; arch. dép. Eure, E 649, p. 32 (1708).

66Le manoir actuel de la « Grand-Maison » ne laisse rien soupçonner d’une fortification médiévale. Le fossé en eau rectiligne le long de l’enceinte extérieure ne remonte pas dans sa forme actuelle aux XIe-XIIe siècles. Les aveux des XVIe-XVIIe siècles mentionnèrent néanmoins, indépendamment du manoir seigneurial, l’existence d’une ancienne motte castrale, entourée de ses fossés et associée à un espace clos de murs de terre, sans doute la basse-cour : « Une motte, laquelle estoit anciennement le manoir sieural, close de fossez, et sont mes hommes tenuz et subiets à la réparation de ladicte motte, clos, plantz, clos de murs de bauge et en autre partie clos de fossez plantez visnes, contenant quinze acres de terre ou envyron157 [...] » Les obligations d’entretien semblent révéler une existence assez ancienne. Cette motte est aujourd’hui conservée à proximité158. Par ailleurs, la Carte de Cassini montrait que « la Grande Maison » était accompagnée d’un bois en quart de cercle, peut-être vestige de la réserve seigneuriale. Plus tard, la description d’un « pavillon de brique » fut celle du manoir de la Renaissance, encore très bien conservé159.

  • 160 Commune de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 161 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 22, pièce no 21 (juil. 1708).
  • 162 Arch. nat., 273 AP 248 : « Titres de propriété de la terre de Gauville, acquisition le 5 janvier 17 (...)

67Si une famille de Gauville160 est connue du XIe au début du XIIe siècle, Thibault de Gauville et son fils, le chevalier Foulques, étaient-ils réellement fieffés et châtelains ? Aucune ancienne fortification n’est aujourd’hui décelable à cet endroit, bien qu’un aveu du comté de Tillières précisât qu’au XVIIIe siècle, il s’y trouvait une « maison close de fossez a pont levis et autres ediffices161 [...] » La vente de Gauville mentionnait en 1767 « le fief et seigneurie de Gauville [...] plus le domaine utile du fief de Gauville, concistant en un manoir avec tour et bastiment, colombier162 [...] » Ces seules descriptions ne permettent donc pas de conférer honnêtement une datation mais il semble néanmoins que le lieu resta habité de façon plus ou moins continue depuis le XIe siècle, malgré l’extinction rapide du lignage.

  • 163 Commune de Marcilly-la-Campagne, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.
  • 164 Arch. dép. Eure, E 195 (1780).

68Bien qu’une famille fut attestée à Tranchevilliers163 dans les sources du XIIe siècle, aucun vestige ne permet de lui attribuer un véritable château dès cette époque. En 1780, le registre terrier mentionnait « le manoir seigneurial de sa dite seigneurie de Trenchevilliers, consistant en un château couvert en thuilles, colombier à pied, maison de fermier, granges, écuries, bergeries et autres bâtiments à usage de ferme, cour plantée d’arbres fruitiers, jardin et dosage, le tout contenant environ trois acres et demie [...] et la terre de la chapelle de Saint-Biaise164 [...] » Une installation manoriale a donc existé et mérite d’être mentionnée mais son origine reste inconnue.

  • 165 Commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 166 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 53.
  • 167 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190.
  • 168 Arch. nat. 273 AP 276 : « Mémoire pour le sieur Vacher, propriétaire de la grosse forge de Berou » (...)
  • 169 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 9, pièce no 29 ; arch. dép. Eure, E 649, p. 21.

69Alaincourt165, sur la rive normande de l’Avre, aurait été en possession de la famille de Dreux jusque dans le courant du XIIe siècle166. Le pouillé de 1370 y mentionnait une église appartenant à l’abbaye du Bec, ce qui permettrait de faire un rapprochement avec la famille Crespin et l’honneur de Tillières167. Aucune source médiévale, aucun vestige ne permettent d’établir qu’un château y fut édifié mais les archives évoquent la « motte d’Alaincourt ». En 1495, elle marquait la limite des droits sur les eaux de l’Avre, détenus par les seigneurs de Tillières168. En 1708, « le fief de la motte Dalaincourt », appartenant au comté de Tillières, s’étendait « dans les paroisses de Dalincourt de Courteilles169 [...] » Il semblerait donc que seul le toponyme ait conservé le souvenir d’une éventuelle motte castrale, associée au fief.

  • 170 Commune de Bérou-la-Mulotière, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 171 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 5.
  • 172 Arch. nat. 273 AP 276 : « Le Vacher n’a pas payé le droit coutumier de la Marque des Fers, en usage (...)

70La famille française de Bérou170 était située sur la rive sud de l’Avre mais, étant de bonne heure alliée à Tillières, force est de faire mention de son siège ici. A. Mouton évoqua l’édification d’une forteresse dans la dépendance de Bérou, par le comte de Chartres, au lieu-dit « Peuloup171 ». Par ailleurs, grâce à la proximité de la rivière et aux gisements de minerai de fer, le site fut très actif au Moyen Âge : des forges s’installèrent au « Moulin des Forges ». Par ailleurs, une intéressante anecdote concernant les marques de fers de la forge de Bérou, en 1750, révèle parfaitement toute l’ambiguïté de la rivière-frontière172.

71Les chevaliers de Malicorne furent probablement, eux-aussi, d’origine française. Au XIIe siècle, ils seraient peut-être installés sur deux sites, près de Saint-Lubin-des-Joncherêts et aux alentours de Bourth, en Normandie.

Illustration no 32 – Plan cadastral de Malicorne (commune de Francheville, 1825).

  • 173 BNF, lat. 5185 H, f° 134 (1462) ; commune de Saint-Lubin-des-Joncherêts, canton de Brézolles, dép. (...)

72Près de Saint-Lubin, existait en 1462 un manoir, dont Louis Osmont était seigneur en fief. La pancarte du chapitre de Chartres en donna une description très sommaire qui ne permet malheureusement pas de déterminer s’il s’agissait à l’origine d’une fortification : « un manoir nommé Malicorne et colombier173 [...] »

  • 174 Commune de Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.
  • 175 Arch. nat., P 310, C (3), pièce no IIICI, « Aveu de Gilles de Lieurrey » (22 juin 1578) : « [...] c (...)
  • 176 Arch. dép. Eure, 1J 269, Malicorne (1614) : « [...] le fief, terre et seigneurie de Malicorne, assi (...)
  • 177 Arch. dép. Eure, III PL 1047.
  • 178 J. Charles, « Vestiges d’époque romane dans les édifices religieux du département de l’Eure », MSE,(...)

73Pour le site normand en revanche, nous trouvons régulièrement à partir de 1578, des aveux du fief de Malicorne174. Comme à l’habitude, les descriptions sont toutes quasiment identiques, mentionnant un manoir, une motte, des fossés en eau entourant l’ensemble du site et enjambés par un pont-levis donnant accès à la motte, une chapelle castrale Saint-Nicolas, etc.175. Notons qu’en 1614, la motte, malgré son existence, ne fut pas mentionnée176 dans le partage des biens de Gilles de Lieurray. Un plan cadastral de 1825177 montrait encore un fossé en eau irrégulier au nord-ouest de la chapelle. Sur ses bords internes étaient disposés quelques bâtiments quadrangulaires (ill. no 32). La partie nord-est présentait une petite excroissance, apparemment le début d’un fossé intérieur plus étroit, à côté duquel se trouvait un petit bâtiment de plan circulaire, sans doute le colombier moderne. Quant au fossé intérieur, entourait-il autrefois la motte ? Les vestiges actuels sont très ténus : une mince partie des fossés occidentaux, toujours en eau, entoure un terre-plein légèrement surélevé, accueillant aujourd’hui une maison moderne (ill. no 33). La chapelle Saint-Nicolas, située par les aveux en dehors de l’ancienne basse-cour, est en partie conservée. Bien qu’ainsi séparée de la fortification, elle faisait partie intégrante de l’ensemble et sa fondation fut subordonnée à la construction du château : sa datation est donc essentielle. La nef aurait été détruite mais le chœur, élevé de murs de terre, subsiste (ill. no 34). Percé de petites baies en plein cintre d’époque romane178, il peut être daté du XIIe siècle au plus tard, induisant une fondation castrale au moins de la même époque. Les aveux, le schéma général pourraient donc présenter une structure à motte et basse-cour, typique de cette période.

Illustration no 33 – Fossé du château de Maticorne (commune de Francheville).

Illustration no 34 – Malicorne, chapelle castrale Saint-Nicolas.

En association avec Breteuil

Cintray

  • 179 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. (...)
  • 180 E. M. C. Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », art. cité.
  • 181 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

74La firma domus Cinctraii, tenue par Gauchelin du Tannay, fut citée en 1119 par Amaury de Montfort, conseillant au roi de France de s’appuyer dessus pour prendre Breteuil179 : les défenses de cette « demeure » devaient donc être déjà bien affirmées. En 1198, elle fut citée dans les rôles de l’Échiquier de Normandie, à nouveau sous le terme de « maison » mais elle paraît avoir été suffisamment stratégique pour qu’après la disgrâce de Gilbert du Tannay180, l’administration jugeât nécessaire d’y envoyer trois gardiens181. Les termes de firma domus ou de domus seul ne semblent pas se rapporter à un type de fortification particulier mais nous verrons que les dites domus d’Illiers ou de Bois-Arnault furent en réalité de véritables châteaux à motte et basse-cour. Il serait raisonnable d’entendre par ces termes « demeure fortifiée » et non « maison forte » qui se rapporte à un schéma moins ancien. Celle de Cintray n’est pas encore fermement identifiée, car il existe aujourd’hui trois sites potentiels.

  • 182 Arch. dép. Eure, III PL 1044.
  • 183 Arch. dép. Eure, 8 J 6 (2 mai 1499 et 10 août 1606) : « de l’ostel ou manoir de Cintray » ; et (151 (...)
  • 184 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 21, pièce no 2.
  • 185 Arch. dép. Eure, C 320 (1779) : « [...] la seigneurie de Cintray est un plain fief de haubert [...] (...)
  • 186 J. Fournée, « Enquête sur le culte populaire de saint Martin en Normandie », art. cité.

75L’actuel château de Cintray ne présentait en 1825, aucune trace antérieure à un résidu de plan d’eau quadrangulaire182. En 1499, 1516 et 1606, ce château était mentionné comme « hôtel » ou « manoir183 ». Au XVIIIe siècle, le « plain fief de haubert de nommé Cintray » comprenait « manoir colombier garenne, riviere, moulin banal184 [...] » Les rôles des vingtièmes de la fin du XVIIIe siècle mentionnent un « château », dans un état de délabrement avancé185. Il est situé au sud de l’église paroissiale, dont le patronyme de Saint-Martin évoquerait un culte assez ancien186. Cet édifice, bien que reconstruit au XIXe siècle, possède encore des vestiges du XIIe siècle : fenêtres cintrées et contreforts plats en grison sur sa face nord. Cependant, malgré cette proximité, il est très difficile d’appliquer la mention de domus du XIIe siècle à ce site, d’autant plus que d’autres lieux fortifiés plus anciens existent à proximité.

  • 187 Arch. dép. Eure, C 320 (1779), art. 3 : « [...] la ferme de la Motte, maison manable, batiments, co (...)
  • 188 B. Lizot, « Châteaux, manoirs, vieilles maisons... », p. 30.
  • 189 Arch. dép. Eure, III PL 1044.

76La château de la Motte est situé très au sud de l’actuelle commune de Cintray, à l’ouest de Charnelles et au nord de Gauville. Son existence paraît fort ancienne comme semble l’indiquer son nom, relayé à l’est par le toponyme voisin du « bois de la Motte ». Les rôles des vingtièmes évoquent la « ferme de la Motte187 » mais avec titre de fief. « Un pont levis et un pigeonnier dans la bassecour » furent cités en 1629188, attestant de son caractère noble et fortifié, mais insuffisants pour faire remonter son existence au XIIe siècle. L’édifice actuel remonte au plus tard au XVIIIe siècle et fut remanié en 1910. Le bâti le plus ancien est la chapelle en briques, du XVIe siècle. Il subsiste en outre, une partie des fossés en eau, en avant du château et tout autour de la chapelle, vestige d’un ensemble polygonal visible sur le cadastre de 1825189 : un tracé clos, en forme de losange à peu près régulier et aux contours légèrement curvilignes, entourait les bâtiments principaux, avec, à l’angle nord-ouest, une tourelle de plan circulaire aujourd’hui disparue. Cet ensemble est associé, au nord-est et nord-ouest, à deux autres départs de fossés rectilignes. Au sud-est, il se prolonge par un autre bras visiblement incomplet formant une autre partie de losange. Il serait abusif de vouloir retrouver dans ce schéma un vestige de motte au sens strict du château des XIe-XIIe siècles mais il se pourrait parfaitement que le tracé des fossés, d’abord curvilignes, aient été remaniés.

  • 190 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 8 (n. 1).
  • 191 L. Coutil, Archéologie..op. cit., p. 245-246, croquis p. 246 (fig. no 42).
  • 192 Archéo 27, cliché no 388.62 du 20 juin 2004, Le Borgne/Dumondelle.
  • 193 Arch. dép. Eure, 8 J 6 (1395) : « La terre et seigneurie de la Tournevraye, assise en la paroisse d (...)
  • 194 Arch. dép. Eure, E 649, p. 49.
  • 195 Arch. dép. Eure, C 320 : « La terre et seigneurie de la Tournevraye. »

77Enfin, le site de la Tournevraye, actuellement un petit hameau situé entre le Bras-Forcé de Breteuil et la rivière morte de l’Iton, paraît sans aucun doute le plus ancien. Un mémoire du XVIIIe siècle mentionnait qu’à Cintray « on ne sa [avait] positivement où était situé le château, il exist[ait] au hameau de la Tournevraie une motte ou tombelle à double enceinte ; près de là dans les champs, on vo[yait] le canal à sec, par lequel Guillaume le Conquérant avait conduit primitivement, vers Breteuil, les eaux de l’Iton190 ». Coutil lui restitua son rôle défensif ainsi que son origine médiévale, contre la tradition locale qui en faisait un tumulus ou une sépulture franque, et releva quelques dimensions : 55 mètres de diamètre pour les fossés extérieurs, environ 25 mètres pour la base de la motte, et 5 mètres de largeur sur 3 mètres de profondeur pour un fossé, déjà difficilement repérable en 1921191 (peut-être la « double enceinte » ou ancienne basse-cour). D’après ces indications, notamment l’existence de fossés, il est clair qu’il s’agissait effectivement d’une ancienne motte castrale. Ses vestiges subsistent dans un petit bois au lieu-dit de la Tournevraye, entre la ferme et le Chef du Bois. La prospection aérienne a en outre mis en évidence dans son quart sud-est la trace de l’ancienne basse-cour disparue192. Il existait en 1395, un fief noble et une seigneurie à la Tournevraye193 mais en 1708, il n’était plus question que d’un demi-fief, dépendant de celui de Cintray194. Pourtant en 1779, les rôles d’imposition mentionnèrent encore « l’emplacement du château batiment, cour, jardin et mazure, contenant 1 acre et ½195 ». Les sources écrites et archéologiques concordant assez bien, tout porte à croire qu’il s’agissait d’une place fortifiée relativement ancienne, au moins antérieure au XIVe siècle, peutêtre rattachable à la mention de 1119.

  • 196 Arch. dép. Eure, C 320, « Observations généralles » : « Il y a deux moulins à bled, l’un appelé le (...)
  • 197 Un arrêt de la cour du parlement de Rouen (2 juill. 1689), réglementant l’entretien du canal, préci (...)

78L’église paroissiale, certainement de fondation ancienne, et le centre du village de Cintray, se situent sur le bras mort de l’Iton, indiquant une installation antérieure au creusement du « Bras-Forcé » de Breteuil. Le site de la Tournevraye est en revanche intimement lié à ce canal, auquel il paraît avoir été subordonné. Les rôles d’imposition de 1779 expliquèrent la nécessité technique qui, vers 1200, fit déplacer le « moulin Beaudouin » de Cintray du lit naturel de la rivière sur le canal, où il prit le nom de « Moulin neuf196 ». Ce nouveau site fut indéniablement choisi en association directe avec la fortification de la Tournevraye197. Enfin, cette situation dans l’environnement du « Bras-Forcé » menant à Breteuil, le mettait en lien stratégique très étroit avec le cœur de l’honneur : il semble donc avoir parfaitement rempli les critères choisis par Amaury de Montfort en 1119. Des trois sites, le plus convaincant reste certainement celui de la Tournevraye, dont la fondation pourrait donc être comprise entre 1054 et 1119.

Charnelles

  • 198 L’église paroissiale fut mentionnée dans le pouillé de 1370 : A. Longnon (éd.), Pouillés de la prov (...)
  • 199 Arch. dép. Eure, III F 457.

79Le siège de la famille de Charnelles ne fut localisé ni par les archives, ni par la tradition orale, ni par des vestiges. L’église paroissiale, avec son ancien cimetière198, fut détruite au début du XIXe siècle, ne laissant que « la partie inférieure de la partie occidentale, construite en grès, avec une large porte centrale bouchée, en plein cintre », intégrée à une grange199.

  • 200 Arch. dép. Eure, G 6, p. 116, no 171 (1276, nouveau style) : « [...] tous sces fiez cest ass[avoir] (...)
  • 201 Commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

80Malgré l’abandon de Guillaume de Charnelles, un fief fut mentionné au XIIIe siècle200 mais le site a sans doute périclité après le départ de la famille en Angleterre, en 1204. Au lieu-dit de Charnelles se trouve aujourd’hui un château du XVIIIe siècle201, avec une chapelle néogothique de 1872. Cet ensemble doit-il son origine à une structure castrale plus ancienne datant de la famille de Charnelles ?

  • 202 Arch. dép. Eure, E 179, art. 250.
  • 203 Arch. dép. Eure, II PL 137.

81Un autre site fortifié, totalement disparu aujourd’hui, est documenté par le registre terrier de 1784 où l’on trouve cette mention : « La butte de Villette, close de hayes vives et de fossés, bornée d’un côté au couchant le chemin tendant des Brosses à Villette202. » Son détenteur était, à cette date, le duc de Cossé-Brissac, seigneur de Damville et de Charnelles : cette terre dépendait donc directement du seigneur et ne fut jamais concédée ni fieffée. Le plan terrier203 présente, au nord du village de Villette, une forme à peu près circulaire, parfaitement bien isolée des autres parcelles et légèrement rognée par la « route des Brosses » (ill. no 35). Ces deux sources, parfaitement complémentaires, font naturellement penser à une ancienne motte castrale ayant conservé quelques remparts de terre. Le schéma des parcelles voisines (nos 251, 252, 253, 254 et 255), très petites et associées à la « butte », pourrait former les subdivisions d’une basse-cour s’étendant vers le sud-est. Cette plausible motte, dans la périphérie de Charnelles, peut sans soute être attribuée au lignage de Charnelles. Il est possible que, abandonnée depuis le départ de la famille, elle ait servi de base à un peuplement.

Les enceintes annulaires

  • 204 Association « Archéo 27 ».
  • 205 Commune de Mandres, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; cette enceinte est également visi (...)
  • 206 Commune de Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

82La prospection aérienne204 ainsi que l’étude des cartes IGN et des cadastres du XIXe siècle montrent l’existence de deux enceintes annulaires encore en eau sur les sites de la Lande205 (ill. no 36) et du Hamel, plus petite206 (ill. no 37). Ces indéniables fortifications ne sont documentées par aucune source écrite et semblent isolées. Elles n’ont pas donné naissance à d’autres centres de peuplement que les simples fermes quelles sont devenues. Leur situation, au sud de Cintray et Charnelles tendrait à les associer à Breteuil.

Illustration no 35 – « Butte de Villette » à Chamelles (commune de Piseux-Charnelles), plan terrier (fin du XVIIIe siècle).

  • 207 Ibid.
  • 208 Arch. dép. Eure, III PL 1047.

83À Gournay207, le cadastre de 1825208 montrait également une enceinte ovalaire, associée à un fossé quadrangulaire visiblement plus récent. Cette ancienne structure fortifiée n’est associée à aucune documentation écrite.

Les châteaux dépendant d’Arnault du Bois : Corneuil, Bois-Arnault, Le Gérier-Arnault

84Sauf la motte de Corneuil, les châteaux dépendant des Arnault du Bois sont relativement éloignés des problèmes de la frontière de l’Avre. Cependant, ils forment un ensemble dont la cohésion fut assurée par la famille descendante de Popeline. Il paraît donc utile de les répertorier ici, dans le cadre des châteaux secondaires sur lesquels les seigneurs de Breteuil furent susceptibles de s’appuyer.

  • 209 Canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 210 Arch. dép. Eure, III PL 158, III PL 2168 (Atlas) et III PL 1087.
  • 211 Arch. dép. Eure, E 170, « Aveu de du fief de Corneuil par Guillaume d’Estoutteville » (1408).
  • 212 Arch. dép. Eure, E 170, « Aveu de de Charles de Montmorency » (24 sept. 1603) ; voir également Arch (...)
  • 213 Arch. dép. Eure, E 181, article 16 : « Ladite chapelle fondée en l’honneur de saint Nicolas au chât (...)
  • 214 Arch. dép. Eure, C 135.

85Le château de Corneuil209, dont il subsiste encore au sud du village d’intéressants vestiges210, appartenait originairement à Arnault fils de Popeline et fut transmis à ses descendants. Toutes les sources attestent de la présence d’une motte, depuis le plus ancien aveu (1408) : « Y a mote [...] et patronnage de la chapelle du chastel de Corneul, et bons [r]emparts et fossez [...] qui sont seans bons211 [...] » Les suivants semblent indiquer qu’il subsistait également des vestiges de château : « Où il y a motte, où il soulloit avoir chasteau, maison, place et collombier, et chapelle dont la présentation m’appartient [...] avecq ce ay droicture en la forest de Bretheuil d’avoir le feu et autres boyz pour ardoir et chesne pour édiffier tant au dict chasteau de Corneuil [...] droict de présenter aux chapelles des Mignières et de Corneuil [...] chapelle sainct Nicolas de Corneuil212 [...] » En 1784, le registre terrier indiquait que la chapelle Saint-Nicolas était construite à l’intérieur du château213, il s’agit donc sans équivoque d’une chapelle castrale. Les rôles d’imposition de 1790 mentionnèrent encore « Mr le chapelain de Saint-Nicolas de Corneuil pour terres et dixmes », ce qui laisse supposer qu’elle était encore desservie, à moins que cette mention ne fût purement formelle et fondée sur les titres anciens et non sur la réalité214. Cette chapelle a aujourd’hui disparu et nous ne pouvons identifier son emplacement exact.

Illustration no 36 – Enceinte annulaire de La Lande (commune de Mandres).

Illustration no 37 – Plan cadastral du Hamel (commune de Francheville, 1825).

Illustration no 38 – Motte du château de Corneuil.

  • 215 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 276 : sans doute ne l’a-t-il pas réellement vue.
  • 216 Une cave a été creusée dans le flanc est et une « cascade » aménagée sur le flanc sud-ouest.
  • 217 A. Baume, les châteaux-forts et leur contexte historique..., op. cit., p. 94 : 13,50 m.
  • 218 Arch. dép. Eure, III PL 158 (1808).

86En revanche, la motte, ses fossés et sa basse-cour sont assez bien conservés (ill. nos 38 et 39). Étonnamment Coutil, bien qu’ayant signalé la présence de bâti, n’en fait qu’une relation assez succincte215. Entourée de profonds fossés talutés vers l’extérieur, elle présente encore une élévation importante malgré quelques aménagements récents216 et une plate-forme de plus d’une dizaine de mètres de diamètre217. Au sommet se trouve encore un puits rond, maçonné en silex, d’une profondeur de 25 mètres environ. Les vestiges de la première basse-cour ont pour une bonne part disparu mais nous pouvons la restituer, au nord-ouest et nord-est de la motte. Elle possède également un puits, identique à celui de la motte et profond de 15 mètres environ. De la motte courent deux pans de murs perpendiculaires, l’un est orienté vers le nord-est, l’autre vers le sud-est (ill. no 40). Ils ne sont conservés que sur 2,50 mètres de longueur et 2,50 mètres à 3 mètres de hauteur tout au plus. Ils sont tous deux épais de 1,50 mètre environ et formés d’un épais blocage de mortier et de silex avec parements de silex taillés non-maçonnés mais posés de façon à former des assises régulières. Partant de la motte proprement dite, ils descendaient dans les fossés et entouraient autrefois la basse-cour. Sur la plate-forme, les fondations de la continuation du mur nord-ouest apparaissent encore au ras du sol. Par ailleurs, les anciennes limites de propriété au nord de ces vestiges, marquées par une élévation de terre curviligne (ill. no 41) formaient un large arc de cercle supplémentaire et concentrique à ces vestiges, indiquant la présence d’une seconde enceinte. Le cadastre de 1808218 signalait la présence de bâtiments quadrangulaires, dont plus rien ne subsiste et montrait un parcellaire polygonal, correspondant certainement à la motte et la basse-cour, le tout environné de bois.

Illustration no 39 – Fossé du château de Corneuil.

  • 219 Arch. dép. Eure, E 181, articles nos 978-800 : « près le village du château » et articles nos 801-8 (...)
  • 220 J. Charles, « Vestiges d’époque romane... », art. cité, p. 10 et suiv. ; M. Baudot, « Les églises d (...)

87Ce château fut associé à un peuplement durable, puisque que plusieurs articles du registre terrier sont consacrés au « village du château », sans doute issu de la population directement rattachée au seigneur219. L’église paroissiale, ancienne, possède encore des vestiges romans : élévation des murs et baies cintrées biseautées220. Le mur pignon sud de l’ancienne grange dîmière, à l’ouest de l’église, est également conservé (ill. no 42). Les revenus furent donnés par Arnault fils de Popeline lors de la fondation de l’abbaye de Lyre : nous pouvons donc sans crainte penser que ce château fut fondé vers le milieu du XIe siècle.

Illustration no 40 – Vestige de mur au château de Corneuil.

Illustration no 41 – Vestige d’enceinte de la seconde basse-cour du château de Corneuil.

  • 221 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 : « [...] Boscutn Ernaldi [...] » ; canton de Rugles, dép. de (...)
  • 222 BNF, lat. 10102, p. 104-105 (v. 1125-1168) : « Apud Boscum Ernardi, in domo ipsi Ernaldi. »
  • 223 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 396, pièce no 81 et II B 398, f° 3, pièce no 7 : « Aveu de René du (...)

88La première mention de Bois-Arnault apparut en 1125221. Ce site est directement né d’une concession de fief enclavée dans la forêt de Breteuil au fils de Popeline. Rapidement, une « demeure » y fut attestée222. Les fortifications anciennes – motte entourée de fossés en eau et surmontée d’un ancien manoir, un pont-levis, une basse-cour dans laquelle fut comprise l’église paroissiale – sont aisément reconnaissables dans les aveux du XVIIe siècle223 :

Est le dict chef une motte, le manoir ancien present ruiné [...] Icelle motte close de fossez plain d’eau, dans laquelle on entroit anciennement par un pont pont levis, sur laquelle motte sont quelque vieil logis à moy appartenans restant du manoir ancien, à présent et de long temps ruinés. Et sur laquelle motte est construicte et bastie l’église parochial dudit lieu, de laquelle le patronnage et droict d’y présenter un curé à toutes vaccations m’appartient [...]

89De même que lors d’un état des lieux au 2 janvier 1614 :

  • 224 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 398, pièce no 7 : f° 8 r°, 10 r°, 11 v° et 16 r°.

Avons veu et considéré une ancienne place close de fossez plain d’eau, ressemblant avoir esté une basse cour de quelque ancien manoir, dans laquelle place n’y avoit d’autre édiffice à présent que l’église parochial dudict lieu et une grange, joignant laquelle seroit une motte relevée et plantée d’arbres de chesne, entourée d’eau, capable d’y avoir en autrefois un bastiment au dessus [...] Bois Arnaut [...] dont le chef est une motte environnée de fossez plain d’eau, dedans laquelle est bastie l’église et un autre vieil logis à usage de grange [...] veu autre logis à présent ruinez et un collombier à présent aussy ruiné [...] y a une autre motte encore environnée de fossez plain d’eau [...] Davantage que le chef est une motte environnée de fossez plains d’eau, dedans laquelle est assise l’église et un autre vieil logis à usage de grange, et se souvient d’y avoir veu autre bastiment à présent ruynes [...] proche d’icelle motte, une autre motte aussy environnée de fossez plains d’eau, à présent plantée en bois, surlaquelle on disoit anciennement y avoir un chasteau [...] le chef dudict fief est une motte enclose de fossez pleins d’eau dans laquelle est bastie l’église et une grange, et y a veu cy devant autre logis à présent démoli qui appartenoit audit sieur, et que joignant il y a encore une autre motte couverte de bois costé un grand jardin estoit cy devant basti un colombier démoli vingt ans y a ou environ224 [...]

Illustration no 42 – Mur pignon sud de la grange dîmière de Corneuil.

90Ces dernières descriptions précisent donc l’existence de deux mottes contiguës : la première, comprenant le manoir seigneurial et l’église paroissiale, correspondait en réalité à la basse-cour citée en 1613 et 1682-1683, mais il semble qu’elle était encore fortement surélevée. En tout état de cause, elle était encore entourée de ses fossés en eau. L’autre « motte », plantée d’un bois de grands chênes, donc abandonnée depuis de très nombreuses décennies, aurait été le siège du château, la motte castrale d’origine.

  • 225 L. Coutil, Archéologie…, p. 311-313 (fig. p. 312) ; voir également Charles, « Buttes, mottes et ret (...)

91En 1921, L. Coutil signalait qu’il ne subsistait déjà plus que la moitié de la motte, que la basse-cour avait été récemment nivelée et livra un croquis mentionnant les parties manquantes225 (ill. no 43). Il estimait le diamètre sommital de la motte à environ 15 mètres, celui de la base à 40 mètres et les fossés annulaires à 10 mètres de largeur. Il restitua une première basse-cour, comprenant l’église paroissiale, à fossés non talutés de 6 à 8 mètres de largeur environ, ainsi qu’une seconde, à une centaine de mètres au nord-ouest de la motte, délimitée par un fossé, puis un chemin récent et un ensemble de mares longiformes en arc de cercle. Quelques-uns de ces vestiges sont aujourd’hui encore bien visibles à l’ouest de l’église paroissiale : une partie de la motte, de son fossé annulaire au nord et de la basse-cour (ill. no 44). Si aujourd’hui, du fait de la disparition de la partie orientale de la basse-cour, l’église paroissiale semble tout à fait détachée de la structure castrale, elle était autrefois enserrée dans cette basse-cour. Cette disposition originale, identifiée à Damville par exemple, montre parfaitement la contemporanéité de ces deux fondations, celle de l’église étant ici subordonnée à celle du château.

Illustration no 43 – Bois-Arnault, la « Butte aux Anglais » relevée par L. Coutil (1921).

  • 226 Commune de Sylvains-les-Moulins, canton de Damville, dép. de l’Eure ; notons également qu’il subsis (...)
  • 227 P. Bauduin, « Le baron, le château et la motte... », art. cité, p. 50 (n. 60).
  • 228 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand…, no 71, p. 14, voir supra.

92Arnault fils de Popeline fit également donation de l’église de Champdominel à l’abbaye de Lyre. La motte du Gérier-Arnault226, située à proximité, est communément attribuée à la présence de cette famille. D’ailleurs, P. Bauduin a précisé qu’au début du XIIIe siècle, le fief était tenu par Étienne des Essarts227 dont le prédécesseur, Robert, avait reçu dès 1203 à titre héréditaire quelques terres autrefois tenues par Arnault du Bois228. Il est donc plus que probable que le Gérier-Arnault fut déjà compris dans cette attribution.

Illustration no 44 – Vestige de la motte du château de Bois-Arnault.

  • 229 Arch. dép. Eure, E 170, septembre 1603.
  • 230 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 281.

93Un aveu de 1603 faisait état d’un fief de haubert229, sans mentionner de motte. Celle-ci fut cependant décrite par L. Coutil en 1921230 : une « motte » de 40 mètres de diamètre au sol, aux fossés comblés au XIXe siècle, contenant certainement des structures maçonnées. P. Bauduin a évoqué à son sujet une possible étape entre le château à motte proprement dit, et la maison forte.

Les fortifications dans les environs de Damville : Les Minières, Pommereuil, Bois-Giroult, Grandvilliers, Chambray, Hellenvilliers

  • 231 Commune et canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 232 Arch. dép. Eure, Q 37 et Q 49.
  • 233 Archéo 27, mission de juin 1999.
  • 234 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 279.

94Le château des Petites Minières231 a été totalement arasé en 1882 mais peut être restitué à proximité de l’actuelle « impasse du Clos de la Motte » et de l’ancien « bois de la Motte232 ». La prospection aérienne y a mis en évidence une importante structure à motte cernée de fossés et associée à une basse-cour longiforme233 (ill. no 45). L. Coutil donna également un souvenir des anciens vestiges : une enceinte talutée de 3 ou 4 mètres de hauteur, associée à un fossé d’une profondeur de 2,50 mètres et d’une largeur de 7 à 8 mètres ; le « retranchement », de 80 à 100 mètres de diamètre, est identifiable à la basse-cour de ce château234.

Illustration no 45 – Site de l’ancien château des Petites Minières (commune de Damville).

  • 235 Arch. nat., 273 AP 276, « Transcription de l’aveu de Charles Moÿ, seigneur de Corneuil » (20 mars 1 (...)
  • 236 Arch. dép. Eure, E 170 : « au sortir du bourg vers les Mignières [...] un grand parc cloz de mur de (...)
  • 237 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190.

95L’aveu de 1539 mentionnait qu’il avait été démoli mais que son entretien autorisait le prélèvement de bois en forêt de Breteuil235. L’aveu de Damville précisait en 1603 l’existence d’un parc clôturé de murs de terre et d’une chapelle236. Celle-ci, située dans l’enclos du château et dédiée à saint Nicolas, était déjà mentionnée par le Pouillé de 1370237.

  • 238 Commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 239 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 396, pièce no 129, « Aveu de Nicolas de Clinchamps » (5 janv. 1604) (...)
  • 240 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 276-277.
  • 241 Arch. dép. Eure, G 29, p. 185 : « Chapelle de Pommereuil » : « le dernier jour de May 1507, sur la (...)
  • 242 Arch. dép. Eure, III PL 1089.

96Il subsiste à Pommereuil238 au lieu-dit « le château », les vestiges d’un ancien manoir (ill. no 46) et quelques traces de fossés en eau, décrits dans deux aveux de 1604 : « Un chasteau clos en rond de fossés à eau [...] cour, plus y a une basse-court close à fossez, il y a une chapelle, coulombier, estables, granges, avecques deux ponts levis239 [...] » Au début du XXe siècle, ces vestiges attirèrent l’attention de Coutil qui livra un plan en 1920240. Il précisait que la « partie centrale » de la basse-cour, de 70 mètres de diamètre, était en léger relief. La chapelle du XVIe siècle mesurait 6 mètres sur dix. Dédiée à Notre-Dame et à la présentation sur seigneur, elle fut mentionné en 1507, puis 1520241 dans le pouillé du diocèse d’Évreux. Le cadastre de 1839242 et une observation de la friche in situ (ill. nos 46 et 47) viennent compléter ces informations. Un large fossé circulaire enserre une petite plateforme. Elle est cernée d’un mur conservé sur une hauteur de 50 à 70 cm à l’intérieur et environ 2 mètres à l’extérieur (partie sud). À l’est, se trouve une petite excroissance quadrangulaire, dont mur est en partie conservé (dans sa partie la plus élevée sur 2,50 mètres de hauteur) et forme un angle droit rentrant avec l’enceinte maçonnée. Elle correspond peut-être à une ancienne entrée fortifiée : en effet, droit devant et au fond du fossé, se trouve bloc de maçonnerie ayant sans doute servi de support à un pont enjambant la douve. Un bloc identique est d’ailleurs préservé à l’opposé occidental. Coutil signala également, sur la plateforme, des traces de « donjon » rectangulaire, 25 mètres de côté environ : un pan de mur nord-sud, et traces de fondations d’un mur de refend.

Illustration no 46 – Flanc sud du château de Pommereuil (commune de Buis-sur-Damville).

Illustration no 47 – Plan cadastral de Pommereuil (commune de Buis-sur-Damville, 1839), arch. dép. Eure, III PL 1089.

97Ce terre-plein central est associé au nord-est à un autre fossé, assez distendu marquant la basse-cour. Quelques bâtiments y furent installés. Du bâtiment transversal, situé presque en face de la « porte », seule la voûte en berceau est (en partie) conservée. La chapelle est figurée sur le cadastre par une petite structure quadrangulaire. Il est à remarquer que, comme pour la plate-forme, le glacis du fossé est renforcé par des assises de gros blocs de grès quadrangulaires.

  • 243 Annie Renoux note que l’association de la motte et d’un donjon quadrangulaire peuvent être contradi (...)
  • 244 Arch. dép. Eure, E 534, titres (mai 1664).

98Toutes ces informations permettent d’établir qu’il s’agissait peut-être primitivement d’un château à motte, mais que celui-ci a en tous les cas été fortement remanié. Ainsi, le pan de mur méridional, parfaitement dégagé sur sa face extérieure, suggère pour l’intérieur non pas une « motte » – au sens archéologique du terme – mais un enfouissement de structures plus tardives, de même époque cependant que le glacis extérieur du fossé. Le bâtiment intérieur (dont aucun vestige apparent ne subsiste) décrit par L. Coutil et contrairement à ce que laisse penser la forme circulaire du fossé, semble avoir été quadrangulaire243 : il pourrait s’agir en fait d’un manoir postérieur, dont la forme rectiligne serait plus en adéquation avec les exigences de la résidence. Ce château subit encore certaines transformations après le Moyen Âge : la chapelle date ainsi du XVIe siècle et un document de 1664 précisait que des restaurations furent envisagées : « Réparations nécessaire estre faiz au manoir seigneurial dudit lieu de Pommereuil244 [...] »

  • 245 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201 ; Creton, commune de Buis-sur-Damvi (...)
  • 246 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 518 ; M. Charpillon et abbé Carême, Dictionn (...)

99Par ailleurs, le « manoir » de Creton fut donné à l’abbaye de la Noë par Odelina († 1226), mère de Gilbert II de L’Aigle245. Par la situation de Pommereuil dans la paroisse de Creton et par l’absence totale de vestiges à Creton, il est tout à fait envisageable rapprocher ces deux mentions246.

  • 247 Commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 248 Transformations en 1885, par Alfred Meunié et en 1913, par Louis Meunié, puis incendie dans les ann (...)
  • 249 Arch. dép. Eure, III PL 1089.
  • 250 Archives privées.
  • 251 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 417, pièce no 22, « Enquête dans la vicomté de Nonancourt » (19 sep (...)

100L’actuel château de Bois-Giroult247, datant principalement des XIXe et XXe siècles248, fut édifié sur les bases d’un ancien manoir dont il ne reste que la partie antérieure des douves. Celles-ci étaient encore visibles dans leur ensemble sur le cadastre du XIXe siècle249 et mieux encore sur un plan terrier de 1758250. Ces fossés, aux contours rectilignes, provenaient en fait de structures plus anciennes. En effet, de nombreux documents mentionnèrent l’existence d’un manoir assis sur une motte entourée de fossés en eau, avec devoir d’entretien : « Le manoir seigneurial, assis sur une motte environnée de fossez plains d’eau, où il y a pont levis, basse cour [...] et que ses sujets vassaux sont sujets à la réparation de la motte, sans édiffices251 [...] » Incontestablement, un château médiéval fut à l’origine du manoir actuel. Si on le considère dans son environnement, c’est-à-dire à proximité des Minières, de Pommereuil et Corneuil, sans doute pouvons-nous le rattacher aux châteaux de la région de Damville mais subordonnés à Breteuil.

  • 252 Canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 253 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2092, no 78 ; BNF, lat. 5425, p. 135 et p. 136, voir (...)
  • 254 BNF, lat. 5425, p. 135 (1304) : « [...] je devoie avoir dix sous de rente sur le manoir de Grantvil (...)
  • 255 L. Musset, « Un château archaïque au XIIe siècle dans l’Eure, Grandvilliers », AN, Caen, t. XXXVIII (...)
  • 256 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62-66 (précision de la date) ; L. Delis (...)

101Au village de Grandvilliers252, il ne reste aucune trace de fortification. Pourtant, la famille de Grandvilliers y posséda un château au XIIe siècle. Un « manoir » y aurait été donné par Beaudouin à l’abbaye de Saint-Wandrille, donation confirmée en 1200253 et 1304254. Un miracle de saint Gilduin, narrant la fuite d’un artisan de Brézolles, capturé par les Normands et enfermé au château de Grandvilliers, en donna très tôt une description précise255. Le château, alors plus ou moins abandonné, était situé en rase campagne près de la route menant à Tillières. Il était constitué d’une tour charpentée, associée à une basse-cour plantée d’épineux, cernée par un petit fossé boueux, puis d’une palissade et d’un autre fossé en eau, assez profond pour n’être franchissable qu’à la nage. L. Musset a très justement replacé cet événement dans la chronologie des conflits entre Henri II et Louis VII, aux alentours de 1167-1169. Effectivement, entre juillet et octobre 1168, Henri II se vengea sur Brézolles de l’incendie de Chennebrun par Louis VII256. Sans doute fut-ce à cette occasion que l’artisan fut capturé par des Normands peu scrupuleux et emmené en captivité dans le château abandonné de Grandvilliers.

  • 257 Commune de Grandvilliers, canton de Damville, arch. dép. Eure, III PL 207, III PL 425, III PL 1092, (...)
  • 258 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 277.
  • 259 Arch. dép. Eure, C 120, no 55 : « M. De la Roque est seigneur de Grainvilliers [...] possède la sei (...)
  • 260 Arch. dép. Eure, Q 49.
  • 261 Archéo 27, prospection aérienne.
  • 262 Arch. dép. Eure, G 26, p. 767.
  • 263 BNF lat. 17132, fos 22-24 : « Guillelmus, filius Roberti, presbiter de Grantuillier » ; M. Jusselin (...)

102L. Musset a tenté de mettre cette fortification en relation avec le toponyme du « Fossé », au sud du noyau paroissial de Grandvilliers. Or celui-ci correspond à un mouvement naturel du terrain que l’on peut suivre en plusieurs endroits : « la Fosse-Mallard », « Fossés », « les Fossés » et « Vallée des Fossés ». En revanche, un peu plus au sud près de la route menant à Tillières, se trouve aujourd’hui une ancienne ferme, « Collières », autrefois inscrite dans un large fossé annulaire257 (planche no VI). La Carte de Cassini, la présentait encore associée à un bois tout à fait comparable à un parc seigneurial comme celui, voisin, d’Hellenvilliers. Cette enceinte rappelle celles de la Lande et du Hamel. L. Coutil la rapprocha de la basse-cour du château de Pommereuil258. Dans les années 1760, une « seigneurie » et un « parc » y furent attestés259. À la Révolution, Collières fut vendue comme bien national260. L’intérieur de l’enceinte était alors divisé en deux parties, les communs et la résidence : « 4° l’habitation du fermier consiste en une maison [...] une vieille tourelle en ruine servant autre fois de colombier [...] le dit jardin entourré en partie de murs de bauge » ; « 6° l’habitation demeurait l’émigré Larocque consiste en une maison à deux étages [...] avec deux caves sous la dite maison [...] Dans la cour il y a [...] une ancienne chapelle en ruines [...] un puits [...] » Cette ferme présentait donc toutes les caractéristiques d’un manoir ou château d’origine ancienne. Le silence général des sources littéraires ou iconographiques sur une éventuelle motte est contredit par la prospection aérienne qui a identifié la marque d’une butte artificielle disparue au sud de la structure repérée261. Quant à l’enceinte annulaire, qui en aurait formé la basse-cour, elle peut aisément se rapporter à la description du dernier obstacle franchi par le prisonnier : le large et profond fossé. Enfin, la situation géographique de Collières correspond à celle du château de 1168 : légèrement à l’écart de la route de Tillières et éloignée de toute autre habitation ou du noyau paroissial de Grandvilliers. Même si l’église est une construction récente – le bâtiment et le cimetière furent consacrés en 1514262, le vocable de saint Martin indique l’ancienneté du culte et nous savons qu’elle fut mentionnée dès le XIe siècle. Au cours du XIIe siècle, un prêtre, nommé Guillaume, y fut cité à deux reprises263.

103Enfin, si cette identification reste contestable car elle repose sur de nombreuses suppositions, il n’en reste pas moins qu’un château a existé à Grandvilliers au XIIe siècle. Sa vétusté et son archaïsme pour un château de la fin du XIIe siècle, soulignés par L. Musset, sont évidents. À cette époque en effet, le lignage fondateur de Grandvilliers se préoccupait en priorité de Pont-Echanfray, reléguant son fief primitif à un rôle secondaire. Sans doute les acteurs normands de cette aventure, appelés « brigands » et non « chevaliers de Simon », s’approprièrent-ils simplement une forteresse abandonnée.

  • 264 Commune de Blandey, canton de Damville, dép. de l’Eure ; actuellement lycée agricole Édouard-de-Cha (...)
  • 265 Arch. nat., 273 AP 276, « Aveu et dénombrement des fief et baronnie de Damville » (1454, copie).
  • 266 Arch. dép. Eure, E 170 (24 sept. 1603).
  • 267 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 47.
  • 268 Arch. dép. Eure, 5 J 95 (1783) : « [...] le noble fief et seigneurie de Chambray est un plain fief (...)
  • 269 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 278.
  • 270 Bibl. mun. Caen.

104Depuis la mort d’Amaury de Chambray (1096) et le mariage de sa fille avec Grimoult, le fief de Chambray264 dépendait de celui de Grandvilliers. Le château actuel est construit près des vestiges d’un ancien château à motte, disparu après de nombreuses transformations et dont les plus anciens aveux (XVe et XVIIe siècles) précisaient les dispositions : « en lieu duquel motte non hébergée, estant à Chambray, la basse motte et le manoir seiet la chapele, le hault bour et tous les appartenances à ce comme elle dit dudit lieu de motte de Chambray265 » et : « [...] le fief de Chambray en la paroisse de Gouville, et est la cour(t) de Chambray, se sied le coulombier, la grange, la chapelle [...] la haulte motte estant à Chambray, la basse motte et le manoir sied la chapelle266 [...] » Le site comprenait donc deux mottes, séparées de la « cour » où se trouvent le château actuel et sa chapelle. La « haute motte » était sans doute la butte de l’ancienne tour-maîtresse, déjà disparue et abandonnée, l’autre étant peut-être issue d’une ancienne cour. Régnier rapporta un mémoire manuscrit du XVIIIe siècle attestant la présence d’un donjon à l’est de la chapelle, moins d’un siècle plus tôt267. En 1783, il n’était plus question des mottes dans l’inventaire de la succession de Louis de Chambray268 mais sans doute n’était-il pas nécessaire de les mentionner. Coutil releva des vestiges en 1921269 : la ferme semble avoir été installée précisément sur l’une des deux mottes – probablement la basse-cour – tandis que la chapelle et un premier manoir furent construits à proximité, en 1239. Ce manoir fut remanié sous Henri IV, mais il conserva longtemps à l’est, deux tourelles d’angles, postérieures au XIIIe siècle, visibles sur une gravure du XIXe siècle270.

  • 271 Canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 272 Archives privées ; arch. dép. Eure, III PL 1093, III PL 217, III PL 2174 (atlas).

105Le château actuel de Hellenvilliers271 est un édifice trop récent pour donner quelque détail sur son origine. Les plans et cadastres anciens272 ne livrent aucune trace de motte, de fossés ou autre fortification médiévale mais sa fondation remonte sans aucun doute à l’époque où émergea le lignage d’Hellenvilliers. D’après les informations recueillies auprès des propriétaires, la demeure actuelle s’élèverait sur des constructions plus anciennes et nous pourrions soupçonner, notamment, la présence d’une tour ronde à l’un des angles. Seules des investigations archéologiques pourraient peut-être confirmer cette hypothèse.

Autour de Chennebrun

Gournay-le-Guérin

  • 273 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 274 Archives privées, plan par Ribot.
  • 275 Archives privées (23 août 1752) : « la terre et seigneurie de Gournay le Guérin [...] consistante e (...)

106Les seigneurs de Gournay273 ne furent fermement attestés par les sources écrites qu’à partir du XIIIe siècle. Le château actuel, remanié au XVIIe siècle par doublement du corps de logis puis en 1863-1865 avec une reconstruction dans le style « Troubadour », présente encore quelques éléments médiévaux et un plan de 1820274 montre les dispositions antérieures (ill. no 48). Au XVIIIe siècle, il était constitué d’un château en ruines et de la basse-cour où se trouvait la ferme275. Il s’organisait autour d’une cour quadrangulaire, la « petite cour », où se trouvait autrefois un puits. Le quadrilatère d’une douzaine de mètres de côté, était encadré par de très larges fossés, aujourd’hui comblés, autrefois doublés de leur levée de terre. Le plan de 1820 donne l’emplacement du pont et mentionne trois tours aux angles. L’une d’entre elles, déjà totalement isolée en 1820, a disparu. Les deux autres, mesurant 4,75 mètres et 4,5 mètres de diamètre intérieur, étaient autrefois en forte saillie mais furent reprises dans les avancées des XVIIe et XIXe siècles : les archères, conservées au premier niveau (inférieur au sol actuel), ne sont donc plus visibles de l’extérieur. Les sous-sols conservent par ailleurs les bases de l’ancien corps de logis, ne comprenant pas l’avancée du XVIIe siècle : trois pièces reliées par de larges arcs en plein cintre, donnant accès aux tours d’angle. Le plan de 1820 montre également [en gris] un autre corps de bâtiment, cuisines et annexes, aujourd’hui disparu, sauf pour les parties enfouies, constituées de caves voûtées en berceau. Ce corps, légèrement saillant par rapport à la cour centrale fut peut-être une construction postérieure ou prenait appui sur un ouvrage de défense.

Illustration no 48 – Plan cadastral de Gournay-le-Guérin par Ribot (1820).

107Cet ensemble répond à un schéma classique, apparu au XIIIe siècle. Les maçonneries conservées remontent probablement aux XIIIe ou XIVe siècles, comme en témoignent la configuration des tours ou le profil des archères. Ainsi les vestiges archéologiques, pas plus que les sources écrites, ne permettent d’attester fermement une implantation antérieure au XIIIe siècle à Gournay. Sur le plan de 1820, les bâtiments annexes (communs, ferme, etc.) semblent pourtant s’organiser autour d’une cour oblongue assez lâche. Celle-ci pourrait évoquer la présence d’une ancienne basse-cour ovalaire, antérieure au XIIIe siècle comme à Chennebrun, Illiers-l’Evêque, Avrilly, etc. Elle fut d’ailleurs citée en tant que telle en 1752. Il n’est donc pas directement attesté qu’un château ait existé avant le XIIIe siècle, mais une forteresse antérieure n’est pas non plus à exclure.

Saint-Christophe-sur-Avre

  • 276 Arch. dép. Eure-et-Loir, H 353-385 ; canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 277 M. Powicke, The Loss of Normandy.op. cit., p. 197 ; D. Lepla, Les Fossés royaux..., op. cit., p. 15 (...)
  • 278 Archives privées, « Estimation » (23 août 1752) ; arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, f° 19, pièce (...)

108À Saint-Christophe-sur-Avre, ancien prieuré d’Armentières276, à l’ouest de l’église et au nord des Fossés-le-Roi, sont conservés les derniers vestiges d’un château médiéval277. Celui-ci ne fut qu’assez rapidement décrit dans les sources : « Château entouré de fossés et tours, ledit château en ruine, dont il ne reste des vestiges et souterrains, grand édifice de huit travées servant à présent de grange278 [...] » Les fossés visibles aujourd’hui, encore en eau, entourent une plate-forme à peu près quadrangulaire. Au sud s’élève un épais pan de maçonnerie et, sur deux niveaux au moins, une tour circulaire et massive (ill. no 49). Son mur, d’un mètre d’épaisseur au minimum, en blocage de mortier et silex, recouvert d’un parement de grisons et de grès, est en grande partie éboulé. Cette tour pourrait être datée au plus tôt du début du XIIIe siècle, par sa situation en angle et l’épaisseur de sa maçonnerie. Le parement de grès semble être une réparation postérieure. Ce château subit des remaniements à la fin du Moyen Âge, comme en témoignent une échauguette au nord, le mur mince à l’est et la configuration générale de la plate-forme. Celle-ci renferme encore dans sa partie centrale des structures enfouies et voûtées sous arcatures brisées, citées comme « souterrains » en 1752. La basse-cour devait s’étendre vers le sud à l’emplacement actuel de la maison d’habitation. Ainsi, comme le château de Gournay, celui de Saint-Christophe ne montre donc pas réellement d’éléments archéologiques ou documentaires antérieurs au XIIIe siècle mais, dans le doute, leur mention est nécessaire dans cette étude.

Les châteaux français de l’Avre et de l’Eure

Les forteresses de l’Avre

Saint-Rémy-sur-Avre

  • 279 Chefs-lieux de canton, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 280 L. Merlet (éd.), Lettres d’Yves de Chartres..., op. cit., p. 29-30, no XXXV ; voir supra.
  • 281 Il est protégé au titre des Monuments Historiques : inscription par arrêté du 13 novembre 1986 ; Ch (...)
  • 282 Arch. nat., F 14/8451.

109Après la destruction du château de Thimert en 1060, la famille du Châtel s’appuya principalement sur ses forteresses de Châteauneuf et Brézolles279, situées assez loin de la frontière. Sur l’Avre, Gervais Ier construisit entre 1105 et 1109 celle de Saint-Rémy280, commandant un gué de la rivière. Ce château, dont il reste d’intéressantes structures, se situait sur une crête dominant la rive normande, au lieu-dit « Vieux-Château » du Plessis-Saint-Rémy281. Il était constitué d’une plate-forme cernée autrefois d’une chemise, renforcée postérieurement par des tourelles et cernée de fossés particulièrement profonds, tel que le présente l’atlas de 1747, selon un plan masse carré, renforcé de quatre tours circulaires à chaque angle282 (ill. no 3). Au sud-est, des vestiges de maçonnerie attestent de la présence d’une petite construction quadrangulaire, divisée par un mur de refend (ill. no 50).

Illustration no 49 – Tour du château de Saint-Christophe-sur-Avre.

Illustration no 50 – Château de Saint-Remy-sur-Avre, vestiges du flanc ouest.

Muzy

  • 283 Canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.
  • 284 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 34.
  • 285 Arch. dép. Eure, H 319, no 1 (1145) : « Per dominum castri de Musy [...] »
  • 286 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 37.
  • 287 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190.
  • 288 Voir supra.

110Bien que situé en Normandie, au confluent de l’Avre et de l’Eure, le château de Muzy283 participa de cœur à la défense française. S’il ne peut aujourd’hui être précisément localisé, son existence fut textuellement attestée à trois reprises au XIIe siècle. En 1130, sa position dans la vallée fut clairement notifiée lors de la donation de « la pêche des eaux de rivières d’autour le château jusqu’aux moulins284 ». En 1145, une charte de l’abbaye de l’Estrée cita une donation du « seigneur du château de Muzy285 ». Enfin, en 1197, l’abbé de Coulombs « perm[it] à Rahaire de Musy de transporter les bâtiments du prieuré de Musy, afin de lui donner plus de commodité pour rebâtir son château ruiné par les guerres286 ». Sa situation, à l’est de Nonancourt et sur la ligne frontalière, lui conféra donc une place particulière dans les conflits franco-normands. Cependant aucun traité, aucune chronique n’y firent allusion. Par ailleurs, une chapelle Saint-Nicolas de Muzy, évoquée dans le pouillé de 1370287, est peut-être à assimiler à une chapelle castrale. Ce vocable était en effet assez répandu dans la région, sans doute à partir de celle de Tillières : nous la trouvons ainsi aux Minières, à Louye, à Corneuil, etc.288.

111Nous pouvons donc simplement insister sur sa position peu commune en fond de vallée, ainsi que sa proximité avec le prieuré. Ce site primitif, apparemment peu judicieux, mais sans doute en vue de défendre un gué de l’Avre, fut peut-être abandonné avant la fin du XIIe siècle. Les dommages importants que la guerre lui fit subir montrent que, malgré un silence total des sources historiques contemporaines, il fut directement impliqué dans les conflits frontaliers.

Quelques fortifications secondaires : Montuel, Fermaincourt et llou

  • 289 Canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 290 Henri Charron, Nonancourt et ses environs, notice historique et archéologique, Mantes-la-Jolie, che (...)
  • 291 Lucien Bonnard, Une promenade historique. La frontière franco-normande entre Seine et Perche (du IX(...)

112Tout près de Montreuil289, le château de Montuel fut mentionné comme une « demeure fortifiée au XIe siècle », dont il reste la base des tours, prises dans un manoir Renaissance290. Il subsiste en effet une des tours de flanquement mais la faible épaisseur de son mur trahit une datation plus récente. D’ailleurs Bonnard, remarquant que le manoir ne semblait pas antérieur au XIVe siècle, ne fit que supposer une origine plus ancienne291.

  • 292 Ibid., p. 19.

113Ce même auteur rappela l’existence d’une forteresse du XIIe siècle, à Fermaincourt,, au confluent de l’Avre et de l’Eure, qu’il situait « sur une friche, à droite du pont actuel de Fermaincourt292 ».

  • 293 Canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 294 Arch. dép. Eure-et-Loir, G 3071 : « Aveu à la tour grise de Verneuil par Jean d’Islou, seigneur de (...)
  • 295 BNF, n.a. fr. 11136, C.

114Quant au château du fief d’Ilou, situé sur la paroisse de Dampierre-sur-Avre293, il consistait en 1405 en une « mote et les fossez294 ». Un mémoire sur Nonancourt, de 1780, mentionna sans plus de précisions chronologiques « [...] la seigneurie d’Ilou, dont le manoir est assis en la commune de Dampierre-sur-Avre295 ». En effet, sur la rive française de l’Avre, sur la commune actuelle de Dampierre-sur-Avre, se trouvent les lieux-dits le « Plessis-sur-Dampierre » sur la route d’Ilou, l’impasse du Plessis et « le Puits de la Motte ».

Les premiers châteaux de l’Eure

La Robertière

  • 296 L. Bonnard, Une promenade historique..., op. cit., p. 18-19.
  • 297 Jacques Leguisay, « Un édifice médiéval du XIIe siècle en forêt de Dreux », NE, Évreux, no 27, p. 1 (...)

115En forêt de Dreux, au nord de Saint-Georges-Motel, sur la rive française de l’Eure, se trouvent encore aujourd’hui les vestiges d’une petite forteresse du XIIe siècle296. Ce château, démantelé dès 1428, aurait été construit vers 1162 par Robert Ier de Dreux puis renforcé par Robert II, en 1184. Celui-ci s’y réfugia lors de l’incendie de Dreux par Henri II en 1187 ou 1188. Le site était protégé par de larges et profonds fossés. Des fouilles de sauvetage ont fait apparaître une enceinte quadrangulaire (de 63,55 mètres sur 58,95 mètres), aux murs épais de 1,30 mètre et flanquée de tours. L’intérieur n’a livré que deux celliers : une vaste salle voûtée en plein cintre, suivie d’une galerie à niches latérales légèrement désaxée. La fouille conclut sur un édifice mixte, comparable aux premiers manoirs capétiens du XIIe siècle297.

Sorel

  • 298 Canton d’Anet, dép. de l’Eure-et-Loir ; L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6.
  • 299 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 585-586.
  • 300 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history.., op. cit., t. VI, p. 176-177, voir supra.
  • 301 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 263-264.
  • 302 Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le guide du patrimoine, Centre – Val-de-Loire, Paris, direct (...)
  • 303 L. Bonnard, Une promenade historique..., op. cit., p. 17-18.

116Dès 1072, Hugues Ier de Châteauneuf aurait été en possession du château de Sorel298. La première véritable mention apparut en 1104-1105, lors de la donation du cens de ce château299. En 1112, il fut momentanément pris, peut-être modernisé, par Henri Ier en même temps que Nonancourt et Illiers300. En 1126, une chapelle fut mentionnée à Sorel301, peut-être la chapelle castrale. Le site, en hauteur, offre une vue imprenable sur la rive normande de l’Eure. Il y subsiste encore de très profonds fossés, en avant des ruines du château du XVIIe siècle302, avec des vestiges de constructions303 (ill. no 51).

Anet

  • 304 Chef-lieu de canton, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 305 Arch. dép. Eure, G122, f° 8, no 28 ; É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Actes de Philippe Au (...)
  • 306 J. W. Baldwin (éd.), Les registres de Philippe-Auguste, op. cit., t. I, p. 254 ; L. Delisle (éd.), (...)
  • 307 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., t. II, p. 12-13, no(...)

117Le site d’Anet304 est situé assez loin de la frontière de l’Avre, en relation avec Ivry. Son histoire et la présence de la famille de Châteauneuf puis les intérêts normands de Simon d’Anet à Illiers, le mirent directement en relation avec celle-ci. La situation d’Anet, au carrefour des routes est-ouest et nord-sud, étant naturellement stratégique, Philippe Auguste y séjourna régulièrement jusqu’en 1207 : il s’y trouvait lors de la reddition des dernières villes de Normandie en 1204, il y réorganisa l’administration de la Normandie, etc.305. Ses registres faisaient état, en 1210, de 14 balistes, 11 hauberts, 7 cottes de mailles et 11 casques306. Notons au passage qu’en 1186, y fut évoqué un bourg307.

Illustration no 51 – Vestiges de l’ancien château de Sorel (commune de Sorel-Moussel).

  • 308 P. Roussel d’Anet, Histoire description du château d’Anet..., p. 131 et suiv.
  • 309 BNF, lat. 10101, f° 83 v°, no CXXIII (1131, d’après P. Roussel d’Anet, voir supra) : « Molendinum q (...)
  • 310 G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, op. cit., p. 160.
  • 311 Une gravure de Châtillon permet de le visualiser : BNF, Va 28, H119934 : « Antienne marque du fort (...)

118Le château primitif a aujourd’hui disparu. D’après P. Roussel d’Anet, il aurait trouvé son origine dès le Xe siècle308. Au XIIe siècle, la concession des moulins précisait qu’ils étaient situés « devant le château », comme à Muzy309. Déjà un premier château à motte, sans doute celui des Simon, était abandonné au XIIIe siècle : une chronique précisait qu’au « tournoi d’Anet, les Français se retir[èrent...] sur une ancienne motte, le tertre d’un château détruit310 ». Un ensemble castral quadrangulaire, épaulé de quatre tours, fut ensuite construit en 1340311.

Notes

1 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 313-314, no 260.

2 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit, t. I, p. 175-176, no 412 ; F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 556.

3 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 256-261.

4 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-185, no 633.

5 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 207.

6 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 100-101.

7 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history.op. cit., p. 248-249 ; A. Luchaire (éd.), Louis VI le Gros..., op. cit., p. 260-262.

8 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. I, p. 290, voir supra.

9 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 5-11.

10 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 52 et p. 54 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 107.

11 T. D. Hardy (éd.), Litterarum patentium..., op. cit., t. I, introduction (itinéraire de Jean).

12 T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit., t. II, p. 550.

13 M. Dandurand, « Le site ancien du château-fort de Tillières-sur-Avre », ACDN, Évreux, 1991, p. 48-50, ici p. 48 : il ne subsiste qu’une partie des soubassements du château de Jean Le Veneur (1546).

14 Arch, nat., F 14/8451 et N IIIEure 10 : nous retrouvons les deux tours orientales de la basse-cour reliées par un corps défendant l’entrée de la basse-cour, des bâtiments utilitaires couverts de tuiles et trois manoirs au nord, au sud et à l’ouest, d’époques différents et couverts d’ardoise.

15 A. J. Holden (éd.), Le Roman du Rou..., op. cit., t. I, p. 214-218.

16 Louis Régnier, Tillières, Breteuil, Condé, Chambray : notes archéologiques, Rouen, Lestringant, 1917, p. 7-8 et planche présentant le projet de la façade de 1546.

17 Archives privées : dénombrement (1597, transcription manuscrite non datée) ; arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièces no 21 : « aveu du comté de Tillières » (juil. 1708) et no 29 : « aveu et dénombrement du comté de Tillières » (14 août 1769) ; arch. dép. Eure, E 649 : « aveu de la seigneurie de Tillières » (1708).

18 Voir Arch, nat., F 14/8451.

19 La reconstitution de 1734 montre deux niveaux à pignons, une couverture d’ardoises et le pavillon sud.

20 Arch, nat., F 14/8451 relève à cet emplacement un bâtiment en L.

21 D. Bates (éd.), Regesta regum Anglo-normannorum..., op. cit., p. 550-558, no 166 ; BNF, lat. 13905, fos 115-116 (p. 202) et lat. 12884, p. 344-345 ; A. Longnon (éd.), Pouillés de la Province de Rouen, op. cit., p. 190. etc. ; voir supra.

22 J. Fournée, « Recherches sur le culte et l’iconographie de saint Nicolas en Normandie », ACDN, Caen, 1987, p. 97-102.

23 J. Charles et alii (éd.), Répertoire..., op. cit., p. 177, no 243.

24 Information communiquée par D. Pitte.

25 E. Impey et D. Pitte, « Le château d’Ivry », art. cité, p. 77-83.

26 J. Le Maho, « La tour-de-Rouen, palais du duc Richard Ier », dans La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société de l’histoire de Normandie (éd.), vol. 73, 2000, p. 73-76.

27 Sans doute est-ce la tour qu’A. Mouton nomma la « poudrière » : Histoire de Tillières..., op. cit., p. 10.

28 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 8.

29 Arch. dép. Eure, III PL 1318.

30 Arch, nat., F 14/8451.

31 Voir Arch, nat., F 14/8451.

32 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 8.

33 Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, Paris, Flammarion, « Tout l’Art », 1997, p. 111-112. L’entrée de Château-sur-Epte comporte néanmoins de puissants contreforts, absents à Tillières.

34 L. Régnier, Tillières..., op. cit., proposait déjà la possibilité d’une datation de la fin du XIIe siècle pour la porte et précisait que la tour ronde était postérieure.

35 Arch, nat., F 14/8451.

36 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 23-27.

37 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. I, p. 290, voir supra.

38 Arch. dép. Eure, III PL 1318 ; Arch, nat., F 14/8451.

39 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 520-521.

40 M. Baudot, « Les églises du canton de Verneuil », NE, 1985, no 94-95, p. 62-67, ici p. 67 ; chanoine Bonnenfant, Les Églises rurales du département de l’Eure, Paris, Picard, 2 vol., 1937, t. I, p. 272.

41 BNF, lat. 13905, p. 175.

42 A. Mouton, Histoire de Tillières..., op. cit, p. 44.

43 J. Charles et alii (éd.), Répertoire..., op. cit, p. 176, no 242.

44 Ibid., no 153.

45 « La Maladrerie », commune de Bérou-la-Mulotière, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

46 Congrès archéologique de France, 1856, Séances tenues à Verneuil en 1854, op. cit.

47 D. Pitte et Bérengère Le Cain, « Les maisons médiévales en pierre de Louviers », Louviers de l’Antiquité au Moyen Âge, recherches archéologiques anciennes et récentes, musée de Louviers, 2002, p. 43-46 ; Philippe Cailleux et D. Pitte, « La maison de pierre en Normandie orientale du XIIIe au XVe siècle », dans Vivre au Moyen Âge, archéologie du quotidien en Normandie, XIIIe-XVe siècles, Rouen, Seuil, 2002, p. 111-114 ; Maylis Baylé, « Caudebec : maisons médiévales », p. 333-334.

48 P. Cailleux et D. Pitte, « La maison de pierre en Normandie orientale... », art. cité, p. 114.

49 Arch. dép. Orne, C 109 (en remplacement d’un chemin antérieur passant par les hameaux).

50 Arch. dép. Eure, V PL 49.

51 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 26 ; arch. dép. Eure, III F 142.

52 Thomas Guérin, Magali Heppe, « Rue du Trou-à-Souris, commune de Breteuil-sur-Iton (27) », dans A.-M. Flambard-Héricher, Projet collectif de recherches sur les fortifications de terre de Haute-Normandie, GRHis, université de Rouen, 2007.

53 Arch. dép. Orne, C 109/02 ; arch. dép. Eure, II F 2397.

54 Pour Phistorique du fourneau de Breteuil : voir B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 185-203.

55 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 26 ; arch. dép. Eure, III F 142.

56 Arch. dép. Eure, III PL 1040 et V PL 19.

57 Arch. dép. Orne, C 109/02.

58 Arch. dép. Eure, III PL 1040.

59 Arch. dép. Eure, III F 142.

60 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 28 ; arch. dép. Eure, III F 142.

61 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., carte légendée p. 24 et p. 310.

62 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 146-147.

63 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 212-215.

64 Ibid., p. 242-245 ; la fiabilité de la narration est également à prendre en compte.

65 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51.

66 Id., Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49-50.

67 Ibid., p. 72-74, voir supra

68 Ibid., p. 134, voir supra.

69 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 535, f° 260 : « [...] une maison audit Bretheuil, où pend pour enseigne le Cigne, sur les fosséz dudit lieu jouxte le rue de la porte de Conches [...] »

70 Arch. dép. Orne, C 109/02.

71 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., t. V, p. 524-525.

72 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 28 ; arch. dép. Eure, III F 142.

73 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 246-247.

74 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 25 (n.).

75 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 535, f° 260 (1656), voir supra.

76 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton...., p. 333 ; arch. dép. Orne, C 109.

77 Arch. dép. Eure, E 107.

78 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 36.

79 Arch. nat. F 14/14222.

80 Arch. dép. Eure, IIF 2397.

81 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. III, p. 116-117.

82 Ibid., t. VI, p. 524-525.

83 M. Baudot, « Les églises du canton de Breteuil », NE, 1983, no 87, p. 36-46, ici p. 36 ; Claude Lannette, « L’église de Breteuil », Congrès archéologique de France, 138e session..., Société française d’archéologie (éd.), p. 218-230.

84 Pour la Madeleine et Notre-Dame : voir « L’encadrement religieux... », p. 325.

85 M. Baylé, « L’architecture religieuse romane », p. 24-25 ; voir également A. Lemoine-Descourtieux, « Une illustration des problèmes de Henri Ier Beauclerc en Normandie ? les églises paroissiales de Breteuil-sur-Iton et Verneuil-sur-Avre (Eure) », Archéologie médiévale, Caen, no 37, novembre 2007.

86 Alec Clifton-Taylor, The Cathedrals of England, Londres, Thames & Hudson, 1989, « The Norman period », p. 39.

87 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227 ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. II, p. 260, voir supra.

88 M. Baylé, « L’architecture romane en Normandie », p. 19 et « Norrey-en-Auge... », p. 22-23.

89 Sur sa date de fondation, voir supra, « Les organes d’encadrement », p. 249.

90 Arch. dép. Eure, IIF 2397 ; III PL 2040; V PL 19.

91 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 24.

92 J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit, t. I, p. 141-146, no 87.

93 M. Rioult, « L’arrière plan minéral », dans J.-F. Beloste, Y. Lecherbonnier, M. Arnoux, D. Arribet, B. G. Awty, M. Rioult, et alii (dir.), La métallurgie normande, XIIe-XVIIe siècles, la révolution du haut fourneau, Les Cahiers de l’Inventaire, 1992, p. 19 ; il y aurait également un ancien site d’extraction du grison près de l’étang de Breteuil.

94 B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit, p. 259-262, p. 309 et p. 320, et id., « En marge de la juiverie de Breteuil... », VAN, 1978, no 9, p. 21-23.

95 1859, d’après L. Régnier : arch. dép. Eure, III F 142, p. 42 ; B. Lizot, Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 258-59 ; D. Pitte et A. Lemoine, « Une maison romane à Breteuil ? », Vernoliana, no 6, déc. 2004, Verneuil-sur-Avre, p. 34-40.

96 Arch. dép. Eure, 9 J 85-92 (c. 1845).

97 BNF, n.a. fr. 21591, p. 215 : pour L. Régnier, il s’agit d’une probablement d’une tentative de reconstitution qui ne serait peut-être pas de la main même de Bordeaux.

98 Arch. nat. F 14/14222.

99 D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », Archéologie médiévale, 1998, p. 251-300 ; Pierre Garrigou-Grandchamp, « L’architecture domestique des XIIe et XIIIe siècles dans les terroirs au Nord de la Loire, état des questions », dans Brian Ayers et D. Pitte (dir.), La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre, actes des tables rondes de Rouen et de Norwich (1998-1999), Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2002, p. 9-30, ici p. 16-18 et p. 21.

100 Arch. dép. Eure, III F 142, édifice non localisé aujourd’hui.

101 J.-P. Suau, « Pour une archéologie juive dans l’Eure », VAN, 1977, no 5, p. 17-21 ; B. Lizot, « En marge de la juiverie de Breteuil... » art. cité.

102 Arch. dép. Eure, III F 142.

103 B. Lizot, « Les souterrains », le Magazine de Breteuil, juin 1996, et id., Breteuil-sur-Iton..., op. cit., p. 309 et plan p. 24.

104 Arch. dép. Eure, E 107, f° 10.

105 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit, t. II, p. 49-51 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49-55.

106 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11 ; T. Stapleton (éd.), Magni rotuli scacarii Normanniae..., op. cit., t. II, p. 314-315.

107 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-185, no 633 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 217-219, no 578.

108 A. Petit, Notes historiques..., op. cit., p. 21.

109 Arch. dép. Eure, E170 : « Aveu de la seigneurie de Damville par Jean de Montmorency » (1454, copie) ; Arch, nat., 273 AP 276 (copie).

110 Arch. dép. Eure, E 170 : « Aveu et dénombrement de la baronnie de Damville par Charles de Montmorency » (24 sept. 1603).

111 Arch. dép. Eure, Q 49 : « Estimations des biens nationaux provenant de l’émigré Cossé-Brissac » (21 sept. 1793).

112 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit, p. 204, no 868 (17 juillet 1276).

113 A. Charma, A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

114 Arch, nat, N IIIEure 57.

115 BNF, va mat 27.

116 Le cimetière est mentionné sur le plan de 1789 : Arch, nat., N IIIEure 57.

117 Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, de la défense à la résidence, Paris, Picard, 2 vol. , 1991, t. I, p. 28.

118 BNF, lat. 12884, p. 153-159 et p. 344-345 ; V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 94.

119 Arch, nat., 273 AP 276 : « Érection de la baronnie de Damville en duché pairie » : « [...] joignant le chasteau de laquelle il y a eu autrefois belle ville bien construite ceinte et close de murailles et fosses garnie de forteresse et faulxbourgs [...] »

120 A. Petit, Notes historiques..., op. cit..

121 Arch. dép. Eure, III PL 167 et III PL 1080.

122 Ibid., III PL 2161.

123 M. Baudot, « Les églises du canton de Damville », NE, 1964-65, no 22, p. 26-39, ici p. 26-27.

124 Arch. dép. Eure, III PL 1080.

125 Ibid.

126 Jean-Claude Voisin, « Aspects d’une recherche sur les bourgs castraux de la Haute-Saône, vocabulaire, topographie et urbanisme », dans M. Bur (dir.), Les Peuplements castraux dans les pays de l’Entre-Deux, Alsace, Bourgogne, Champagne, Franche-Comté, Lorraine, Luxembourg, Rhénanie, Palatinat, Sarre, actes du colloque d’archéologie et d’histoire médiévale, octobre 1992, Nancy, PUF-Nancy, 1993, p. 15-39.

127 Arch. dép. Eure, III PL 167 et III PL 1080.

128 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 13 : « Auquel fieu y a chasteau, donjon et basse cour avecques plusieurs édiffices, le tout clos et fermé de murailles et de fossés fermant à pont leveys. »

129 Archives privées, « Estimation des terres de Chesnebrun » (1745), f° 91 ; et « Estimation du août 1777, Biens de Normandie », no 7 : « Collombier ».

130 Ibid., « Anciens titres concernant la terre de Chennebrun » : « On a démoli le colombier en 1782. »

131 Archives privées.

132 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 107.

133 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit, t. II, p. 13 ; Bernard Jouaux, « Les Fossés le Roi », Cahiers percherons, 1978, no 58, p. 7 et suiv. ; Denis Lepla, Les fossés royaux et la notion de marche frontière au sud de la Normandie, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1992 ; BNF, « Cartes et plans », Ge CC 1244 (27).

134 Jean Matthières, La Civitas des Aulerques eburovices, Évreux, 1925, p. 94 et p. 252 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit, t. I, p. 65 et suiv.

135 B. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres..., op. cit., t. I, p. 72, no XIV (av. 986) ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventaire de 970 environ).

136 D. Pitte, Rapport de la Direction des Antiquités Historiques, 1989.

137 Arch, nat., F 14/8451.

138 Voir Jacques Heuillard, « Neufmarché, Seine-Maritime, commune de Gournay-en-Bray, les fortifications du bourg », Cahiers de la Société historique et géographique de l’Epte, no 10,1981, Le Coudray-Saint-Germer, p. 29-42.

139 Marie-Thérèse Diab de Béon, Chennebrun autrefois, aujourd’hui, catalogue d’exposition, août 1985, p. 3 : ces interprétations sont de toute évidence à réviser.

140 M. Baudot, « Les églises du canton de Verneuil », art. cité, p. 62-67.

141 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 et p. 668.

142 Elle fut succinctement décrite en 1791 : arch. dép. Eure, Q 37.

143 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

144 J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche..., op. cit.

145 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 257-260.

146 En 1195, le produit de la terre de Gilbert de Courteilles, dans la prévôté du Sap (baillie du Lieuvin), fut recueilli par l’officier ducal, Geoffroy d’Argentan : A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les Grands rôles... », art. cité, p. 78.

147 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

148 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 1 : « Aveu de Gabriel de Montmorency » (1er fév. 1629) ; voir également pièce no 6 : « Aveu de Michel de Barberie » (27 mars 1670) : « [...] auquel fief y a manoir seigneurial, chapelle [...] le tout clos et fermé de grands fossez, avec deux ponts levies, l’un pour entrer audit logis et au jardin clos de murailles [...] »

149 Arch. nat. N IIIEure 10 : le relevé présente l’entrée du château sous la forme d’un mur droit percé d’une porte cintrée et épaulé aux angles par une tourelle à un seul niveau. Le château a malheureusement été découpé.

150 Michel Lallemand, Histoire de Courteilles, village de Normandie, chez l’auteur, 1992.

151 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 8 (n. 2) : « On voit encore la butte sur laquelle ce château était bâti. »

152 A. Baume, Les châteaux-forts et leur contexte historique dans la région des luttes franco-normandes, 911-1204, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1975 ; et communication au colloque 1204, Rouen (actes à paraître) ; D. Lepla, « Les fossés royaux... », art. cité, p. 159-160 : hauteur de la motte : 17 m ; largeur du rempart : 9 m ; hauteur du rempart : 4 m.

153 Arch. dép. Seine-Maritime, IIB 459, pièce no 1 : « Aveu de Jacques de Barberie » (17 décembre 1707).

154 Commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

155 T. Stapleton (éd.), Magni rotuliscacarii Normanniae..., op. cit., t. II, p. xliv et suiv. ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11 et p. 10 ; Feuilleuse, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

156 Arch. dép. Eure, G 6, p. 116, no 171 (1276, nouveau style).

157 Arch. nat., p. 310, C (3), pièce no IIICIII, « Aveu du fief de Longuelune » (5 juin 1578) ; voir également arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 14, « Aveu de Jehan de Varennes » (3 déc. 1618) : « Une motte laquele estoit anciennement le manoir seigneurial clos à fossez. Et sont les hommes tenus et subjectz à la réparation de ladite motte [...] » ; et pièce no 15, « Aveu d’Antoinette de Varenne » (3 déc. 1618) : « Une motte, laquelle estoit anciennement le manoir seigneurial, clos à fossés, et sont mes hommes tenus et subjiets à la réparation de laddite motte [...] »

158 Information P. Durand, AMSE, 2009.

159 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 14, pièce no 29 ; arch. dép. Eure, E 649, p. 32 (1708).

160 Commune de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

161 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 22, pièce no 21 (juil. 1708).

162 Arch. nat., 273 AP 248 : « Titres de propriété de la terre de Gauville, acquisition le 5 janvier 1767 ».

163 Commune de Marcilly-la-Campagne, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

164 Arch. dép. Eure, E 195 (1780).

165 Commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

166 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 53.

167 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190.

168 Arch. nat. 273 AP 276 : « Mémoire pour le sieur Vacher, propriétaire de la grosse forge de Berou » (1750) : « Depuis la motte d’Alincourt jusqu’à la Noë au prieur de la Maladrerie de Tillières, au bout de bas derrière le pont Aubert » (rappel de titres de 1595,1603, 1627, 1664, 1715 et 1740).

169 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 9, pièce no 29 ; arch. dép. Eure, E 649, p. 21.

170 Commune de Bérou-la-Mulotière, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

171 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 5.

172 Arch. nat. 273 AP 276 : « Le Vacher n’a pas payé le droit coutumier de la Marque des Fers, en usage dans le pays chartrain, car l’île de l’Avre sur laquelle est installée la forge est normande [...] donc dépend de la Coutume de Normandie, où la Marque des fers n’existe pas. »

173 BNF, lat. 5185 H, f° 134 (1462) ; commune de Saint-Lubin-des-Joncherêts, canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

174 Commune de Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

175 Arch. nat., P 310, C (3), pièce no IIICI, « Aveu de Gilles de Lieurrey » (22 juin 1578) : « [...] c’est assavoir ung plain fief, nommé le fief de Malicorne, assis en la paroisse de Francheville [...] Auquel fief y a manoir, motte, collombier [...] et plusieurs autres bastisments, le tout clos à fossés plains d’eau, où y a pont levys pour rentrer et yssue de ladite motte, et une chapelle bastie du tous temps [...] aussy ung moulin à bled assis sur laditte rivière, appelé le moulin de Chastivet [...] » ; arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièces nos 28 et 29, « Aveu de Georges Allorge » (15 juil. 1620) : « Et conciste le domaine non fieffé dudict fief en ung manoir seigneurial, motte, maison, granges, estables, colombier à pied et plusieurs autres bastimens, le tout clos de fossez plains d’eau, où y a pont levis pour l’entrée et issue de ladite motte, et une chapelle hors icelle bastie de tout temps [...] » ; et pièces no 30 (23 juin 1678) et no 33 (11 sept. 1685), « Pour expédition de la Chambre des Comptes » : « Premièrement : un manoir, motte, collombier à pied, chapelle [...] et autres bastiments, le tout clos à fossé plain d’eau où il y a pont levis à l’entrée de laditte motte, le tout contenant viron une are ou environ compris le jardin. »

176 Arch. dép. Eure, 1J 269, Malicorne (1614) : « [...] le fief, terre et seigneurie de Malicorne, assis en la paroisse de Francheville [...] se consistant en masure, manoir seigneurial cloz en fossez et aultres édiffices, estant la dicte masure ainsy bastie quelle est avec le plant hayes et arbres dessus estant [...] »

177 Arch. dép. Eure, III PL 1047.

178 J. Charles, « Vestiges d’époque romane dans les édifices religieux du département de l’Eure », MSE, no 68,1993, Évreux, p. 10-30, p. 10 et suiv.

179 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 242-244 ; R.-H. Bauthier et J. Dufour (éd.), Actes de Louis VI, op. cit., t. I, no 152, p. 316-317, voir supra.

180 E. M. C. Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », art. cité.

181 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

182 Arch. dép. Eure, III PL 1044.

183 Arch. dép. Eure, 8 J 6 (2 mai 1499 et 10 août 1606) : « de l’ostel ou manoir de Cintray » ; et (1516) : « assavoir l’hostel ou manoir de Cintray ».

184 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, p. 21, pièce no 2.

185 Arch. dép. Eure, C 320 (1779) : « [...] la seigneurie de Cintray est un plain fief de haubert [...] article 55 » ; « Dans le plus mauvais état de réparations et dans le cas d’être rebati tout de neuf, il ne peut être habité. »

186 J. Fournée, « Enquête sur le culte populaire de saint Martin en Normandie », art. cité.

187 Arch. dép. Eure, C 320 (1779), art. 3 : « [...] la ferme de la Motte, maison manable, batiments, cour, basse-cour et jardin contenant 3 vergées » ; et C 321 (1780) : « La ferme de la Motte et le fief de la Motte et des Landes, consistant en rentes seigneuriales et treizièmes, maison manable, maison de fermier et autres batiments, jardin, cour et mazure contenant 3 acres. »

188 B. Lizot, « Châteaux, manoirs, vieilles maisons... », p. 30.

189 Arch. dép. Eure, III PL 1044.

190 Arch. dép. Eure, IV F 174, p. 8 (n. 1).

191 L. Coutil, Archéologie..op. cit., p. 245-246, croquis p. 246 (fig. no 42).

192 Archéo 27, cliché no 388.62 du 20 juin 2004, Le Borgne/Dumondelle.

193 Arch. dép. Eure, 8 J 6 (1395) : « La terre et seigneurie de la Tournevraye, assise en la paroisse de Cintray [...] laquelle seigneurie s’étent en la paroisse de Francheville et plusieurs autres lieux [...] » ; arch. dép. Eure, II F 245 5 : « Noble fief et seigneurie de la Tournevraie [...] assise en la paroisse de Cintray. »

194 Arch. dép. Eure, E 649, p. 49.

195 Arch. dép. Eure, C 320 : « La terre et seigneurie de la Tournevraye. »

196 Arch. dép. Eure, C 320, « Observations généralles » : « Il y a deux moulins à bled, l’un appelé le Moulin neuf parce qu’il a été reporté de l’ancienne rivière où il étoit construit, sur le bras de rivière qui se rend à Breteuil en l’année 1200. L’autre, appelé le moulin Beaudouin, est demeuré sur la rivière morte et ne tourne que rarement, c’est-à-dire quand il y a flux des deux autres rivières, ou lorsque le meunier va furtivement rompre les digues. »

197 Un arrêt de la cour du parlement de Rouen (2 juill. 1689), réglementant l’entretien du canal, précisa que les seigneurs riverains, dont celui de Cintray, étaient tenus de maintenir en état ce bras de rivière : Arch. nat., 273 AP 277.

198 L’église paroissiale fut mentionnée dans le pouillé de 1370 : A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 188.

199 Arch. dép. Eure, III F 457.

200 Arch. dép. Eure, G 6, p. 116, no 171 (1276, nouveau style) : « [...] tous sces fiez cest ass[avoir] le fief de Charnelles, de Longuelune [...] l’an de grace mil iic lxxvii, au mois d’avril, le vendredy deva[n]t la pasque fleurie. »

201 Commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

202 Arch. dép. Eure, E 179, art. 250.

203 Arch. dép. Eure, II PL 137.

204 Association « Archéo 27 ».

205 Commune de Mandres, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; cette enceinte est également visible sur l’Atlas Trudaine au hameau de la Francésière : Arch. nat. F 14/8452.

206 Commune de Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

207 Ibid.

208 Arch. dép. Eure, III PL 1047.

209 Canton de Damville, dép. de l’Eure.

210 Arch. dép. Eure, III PL 158, III PL 2168 (Atlas) et III PL 1087.

211 Arch. dép. Eure, E 170, « Aveu de du fief de Corneuil par Guillaume d’Estoutteville » (1408).

212 Arch. dép. Eure, E 170, « Aveu de de Charles de Montmorency » (24 sept. 1603) ; voir également Arch. nat., 273 AP 276 (20 mars 1539, transcription de 1750) : « [...] audit lieu de Corneil, où y a mote, soulloit avoir chasteau, maison place de coullombier [...] » ; A. Petit, Notes historiques.op. cit., p. 120, « Aveu de Charles de Montmorency pour sa baronnie de Damville » (17 oct. 1602).

213 Arch. dép. Eure, E 181, article 16 : « Ladite chapelle fondée en l’honneur de saint Nicolas au château de Corneuil, dans lequel ladite chapelle i étoit autres fois bâtie [...] » ; plan correspondant : II PL 58.

214 Arch. dép. Eure, C 135.

215 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 276 : sans doute ne l’a-t-il pas réellement vue.

216 Une cave a été creusée dans le flanc est et une « cascade » aménagée sur le flanc sud-ouest.

217 A. Baume, les châteaux-forts et leur contexte historique..., op. cit., p. 94 : 13,50 m.

218 Arch. dép. Eure, III PL 158 (1808).

219 Arch. dép. Eure, E 181, articles nos 978-800 : « près le village du château » et articles nos 801-845 : « village du château ».

220 J. Charles, « Vestiges d’époque romane... », art. cité, p. 10 et suiv. ; M. Baudot, « Les églises du canton de Damville », art. cité, p. 29.

221 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 : « [...] Boscutn Ernaldi [...] » ; canton de Rugles, dép. de l’Eure.

222 BNF, lat. 10102, p. 104-105 (v. 1125-1168) : « Apud Boscum Ernardi, in domo ipsi Ernaldi. »

223 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 396, pièce no 81 et II B 398, f° 3, pièce no 7 : « Aveu de René du Plessis Châtillon » (3 juin 1613) ; voir également Arch. nat., 273 AP 246 : « Aveu de Pierre du Plessis Châtillon » (1682-1683).

224 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 398, pièce no 7 : f° 8 r°, 10 r°, 11 v° et 16 r°.

225 L. Coutil, Archéologie…, p. 311-313 (fig. p. 312) ; voir également Charles, « Buttes, mottes et retranchements de l’Eure », p. 13-14 : la « Butte au Anglais », qui n’apporte cependant pas de nouveaux éléments.

226 Commune de Sylvains-les-Moulins, canton de Damville, dép. de l’Eure ; notons également qu’il subsiste dans la même commune une motte, située dans le « bois de Sainte-Cécile », qui tire probablement son nom du souvenir de la chapelle castrale, car une chapelle Sainte-Cécile, paroisse de Villez, est mentionnée par le pouillé de 1370 : A. Longnon (éd.), Pouilles de la province de Rouen, op. cit., p. 190.

227 P. Bauduin, « Le baron, le château et la motte... », art. cité, p. 50 (n. 60).

228 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand…, no 71, p. 14, voir supra.

229 Arch. dép. Eure, E 170, septembre 1603.

230 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 281.

231 Commune et canton de Damville, dép. de l’Eure.

232 Arch. dép. Eure, Q 37 et Q 49.

233 Archéo 27, mission de juin 1999.

234 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 279.

235 Arch. nat., 273 AP 276, « Transcription de l’aveu de Charles Moÿ, seigneur de Corneuil » (20 mars 1539) : « avec droiture en la foret de Breteuil d’avoir du bois et autres bois pour ardoir et chêne pour édiffier tant audit château de Corneil qu’en celui des Mignières présen démoly [...] » ; cette exemption est postérieure à l’enquête de 1220 de Philippe Auguste.

236 Arch. dép. Eure, E 170 : « au sortir du bourg vers les Mignières [...] un grand parc cloz de mur de baulge et fossez, partye de hault boys et taillis [...] suivant la mesure qui en a esté faicte [...] contenir quatre vingt douze acres et demye », « droict de présenter aux chapelles des Mignières et de Corneuil [...] »

237 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190.

238 Commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

239 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 396, pièce no 129, « Aveu de Nicolas de Clinchamps » (5 janv. 1604) ; archives privées, ibid. (25 janv. 1604) : « La terre et seigneurie de Pommereuil [...] consistant en un château clos en rond de fossés à eau, chapelle colombier [...] »

240 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 276-277.

241 Arch. dép. Eure, G 29, p. 185 : « Chapelle de Pommereuil » : « le dernier jour de May 1507, sur la présentation faitte par Delle Jeanne de Florigny, Dame de Pommereuil et de la Haute-Maison à la chapelle de Notre-Dame fondée dans la basse cour du château de Pommereuil, vacante [...] » ; « le 13 octobre 1520, présentation faitte par noble homme François le Clerc, seigneur du fief de Pommereuil [...] à la chapelle de Notre-Dame fondée dans le manoir ou château dud[it] lieu de Pommereuil, vacante [...] »

242 Arch. dép. Eure, III PL 1089.

243 Annie Renoux note que l’association de la motte et d’un donjon quadrangulaire peuvent être contradictoire, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle », dans Maylis Baylé (dir.), L’Architecture normande au Moyen-Age, Office universitaire d’études normandes, Presses universitaires de Caen, éd. Charles Corlet, 2e édition, 2001 ; t. I, colloque de Cerisy-la-Salle (1994) : « Regards sur l’art de bâtir » ; t. II : « Les étapes de la création », ici t. I, p. 197-217.

244 Arch. dép. Eure, E 534, titres (mai 1664).

245 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201 ; Creton, commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

246 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 518 ; M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 887.

247 Commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

248 Transformations en 1885, par Alfred Meunié et en 1913, par Louis Meunié, puis incendie dans les années 1960-1970.

249 Arch. dép. Eure, III PL 1089.

250 Archives privées.

251 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 417, pièce no 22, « Enquête dans la vicomté de Nonancourt » (19 sept. 1683), et IIB 469, « Aveu rendu par René Binet » (1754) : « consistant le dit domaine non fieffé en un manoir seigneurial assis sur une motte environnée de fossés pleins d’eau, où il y a pont levis, basse-court [...] et pour le domaine fielfé estant en la main de mes vassaux consistant en ils m’en doivent les dittes rentes cy dessus, réparation de la motte sans édiffices [...] » ; arch. dép. Eure, G 530, « Aveu » (13 sept. 1757) : « Réparation de la motte sur laquelle est édiffié votre dit manoir seigneurial, sans être tenu l’édiffice, ny réparation de maison [...] », IIF 2498, « Seigneurie du Bois-Giroult » (1620) : « réparation de motte sans édifier et sans réparation de maison », et 7 A 1, « État en détail des revenus et charges des domaines de Nonancourt et d’Ezy » (1772) : « Le fief terre et seigneurie du Bois Giroult [...] consiste en manoir seigneurial entouré de fossés, cour, jardin, enclos, parcq de haute futaie [...] »

252 Canton de Damville, dép. de l’Eure.

253 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2092, no 78 ; BNF, lat. 5425, p. 135 et p. 136, voir supra.

254 BNF, lat. 5425, p. 135 (1304) : « [...] je devoie avoir dix sous de rente sur le manoir de Grantviller et les appartenanc(h)es et sur toutes les choses que les dits religieux auroient à Grandwiller du don de Symon de Grantwiller et de Thomas de Grantviller et de Ysabel sa f(a) [em]me et d’auquns de mes autres antecessors [...] »

255 L. Musset, « Un château archaïque au XIIe siècle dans l’Eure, Grandvilliers », AN, Caen, t. XXXVIII, 1988, p. 317-318.

256 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62-66 (précision de la date) ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II p. 8.

257 Commune de Grandvilliers, canton de Damville, arch. dép. Eure, III PL 207, III PL 425, III PL 1092, III PL 2173.

258 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 277.

259 Arch. dép. Eure, C 120, no 55 : « M. De la Roque est seigneur de Grainvilliers [...] possède la seigneurie, batiments, 3 p., cour et jardin, 125 arpents de parc, masure, 20 acres de Bois [...] »

260 Arch. dép. Eure, Q 49.

261 Archéo 27, prospection aérienne.

262 Arch. dép. Eure, G 26, p. 767.

263 BNF lat. 17132, fos 22-24 : « Guillelmus, filius Roberti, presbiter de Grantuillier » ; M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 47-48, no 114.

264 Commune de Blandey, canton de Damville, dép. de l’Eure ; actuellement lycée agricole Édouard-de-Chambray.

265 Arch. nat., 273 AP 276, « Aveu et dénombrement des fief et baronnie de Damville » (1454, copie).

266 Arch. dép. Eure, E 170 (24 sept. 1603).

267 L. Régnier, Tillières..., op. cit., p. 47.

268 Arch. dép. Eure, 5 J 95 (1783) : « [...] le noble fief et seigneurie de Chambray est un plain fief de haubert [...] et consiste en château, chapelle sous l’invocation de Saint-Laurent, cour, basse-cour, colombier à pied, parc, jardin, enclos [...] »

269 L. Coutil, Archéologie..., op. cit., p. 278.

270 Bibl. mun. Caen.

271 Canton de Damville, dép. de l’Eure.

272 Archives privées ; arch. dép. Eure, III PL 1093, III PL 217, III PL 2174 (atlas).

273 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

274 Archives privées, plan par Ribot.

275 Archives privées (23 août 1752) : « la terre et seigneurie de Gournay le Guérin [...] consistante en château ruiné et en basse cour jardin [...] droits de haute, moyenne et basse justice dans les quatre paroisses de Gournay, les Barils, Pullay, Saint-Christophe [...] » ; (18 avr. 1793) : « Ci devant château de Gournay de fond en comble, de la petite cour devant entourée de murs, du pont, des fossés et buttes de terre sur toute leur largeur jusqu’au niveau de la cour de ladite ferme. »

276 Arch. dép. Eure-et-Loir, H 353-385 ; canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

277 M. Powicke, The Loss of Normandy.op. cit., p. 197 ; D. Lepla, Les Fossés royaux..., op. cit., p. 154-156.

278 Archives privées, « Estimation » (23 août 1752) ; arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, f° 19, pièce no 21 :« [...] il y a un château clos à fos[s]ez et une basse cour [...] » ; arch. dép. Eure, E 649 (1708), p. 47 : « un fief de haubert où il y a un château clos à fosez et une basse cour. »

279 Chefs-lieux de canton, dép. de l’Eure-et-Loir.

280 L. Merlet (éd.), Lettres d’Yves de Chartres..., op. cit., p. 29-30, no XXXV ; voir supra.

281 Il est protégé au titre des Monuments Historiques : inscription par arrêté du 13 novembre 1986 ; Chapon, « Essai sur la vallée de l’Avre... » (arch. dép. Eure, IV F 128), p. 224 et plan p. 317.

282 Arch. nat., F 14/8451.

283 Canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

284 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 34.

285 Arch. dép. Eure, H 319, no 1 (1145) : « Per dominum castri de Musy [...] »

286 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 37.

287 A. Longnon (éd.), Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 190.

288 Voir supra.

289 Canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir.

290 Henri Charron, Nonancourt et ses environs, notice historique et archéologique, Mantes-la-Jolie, chez l’auteur, 1959, p. 21.

291 Lucien Bonnard, Une promenade historique. La frontière franco-normande entre Seine et Perche (du IXe au XIIIe siècle), Chartres, Hôtel de la société archéologique, 1907, p. 23-24.

292 Ibid., p. 19.

293 Canton de Brézolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

294 Arch. dép. Eure-et-Loir, G 3071 : « Aveu à la tour grise de Verneuil par Jean d’Islou, seigneur de Pinçon, pour le fief de la salle-d’Islou » (25 fév. 1405).

295 BNF, n.a. fr. 11136, C.

296 L. Bonnard, Une promenade historique..., op. cit., p. 18-19.

297 Jacques Leguisay, « Un édifice médiéval du XIIe siècle en forêt de Dreux », NE, Évreux, no 27, p. 14-28.

298 Canton d’Anet, dép. de l’Eure-et-Loir ; L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6.

299 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 585-586.

300 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history.., op. cit., t. VI, p. 176-177, voir supra.

301 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 263-264.

302 Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le guide du patrimoine, Centre – Val-de-Loire, Paris, direction du Patrimoine, Hachette, 1988-1995, p. 591.

303 L. Bonnard, Une promenade historique..., op. cit., p. 17-18.

304 Chef-lieu de canton, dép. de l’Eure-et-Loir.

305 Arch. dép. Eure, G122, f° 8, no 28 ; É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 427-428, no 848 et p. 466-467, no 877 ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 18, no 103 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des Chartes..., op. cit., t. I, p. 307, no 815, etc.

306 J. W. Baldwin (éd.), Les registres de Philippe-Auguste, op. cit., t. I, p. 254 ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 33-34, nos 214 et 215.

307 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., t. II, p. 12-13, no CCXXXVII.

308 P. Roussel d’Anet, Histoire description du château d’Anet..., p. 131 et suiv.

309 BNF, lat. 10101, f° 83 v°, no CXXIII (1131, d’après P. Roussel d’Anet, voir supra) : « Molendinum quondam quod ante predictum castellum meum de Aneto. »

310 G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, op. cit., p. 160.

311 Une gravure de Châtillon permet de le visualiser : BNF, Va 28, H119934 : « Antienne marque du fort chasteau de Anet ruine ».

Table des illustrations

Légende Illustration no 9 – Plan de la ville de Tillières (1744-1747).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Illustration no 10 – Basse-cour du château de Tillières, vestige de la tour d’angle sud-est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Illustration no 11 – Château de Tillières, porte fortifiée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Illustration no 12 – Plan cadastral de Tillières (1835).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Illustration no 13 – Église paroissiale Saint-Hilaire de Tillières façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Illustration no 14 – Église paroissiale Saint-Hilaire de Tillières, détail du portail central : chapiteau du XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Illustration no 15 – Vestige de maison médiévale à Tillières-sur-Avre (Grande-Rue).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration no 16 – Plan Cadastral de Breteuil (1825).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration no 17 – Église paroissiale Sɑint-Sulpice de Breteuil, tour de croisée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration no 18 – Église paroissiale Saint-Sulpice de Breteuil, nef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Illustration no 19 – Maison médiévale de Breteuil, croquis de Laumônier (C. 1845).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration no 20 – Maison médiévale de Breteuil croquis de R. Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Illustration no 21 – Détail d’un plan de Breteuil (1858-1860).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Illustration no 22 – Vestige de l’ancien mur de clôture de la maison médiévale de Breteuil (rue aux Juifs).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Illustration no 23 – « Plan topographique du château et manoir seigneurial de Damville appartenant à Monseigneur le Duc de Brissac » par Riquet Le Jeune (1789).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Illustration no 24 – Plan cadastral de Damville (1838).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Illustration no 25 – Plan terrier de Chennebrun (c. 1762).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Illustration no 26 – Plan de Chennebrun (1744-1747).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Illustration no 27 – Plan cadastral de Chennebrun (1836).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration no 28 – Église paroissiale Notre-Dame de Chennebrun.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration no 29 – Prieuré Saint-Étienne de Chennebrun.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Illustration no 30 – Motte du château de Courteilles, vue vers le sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Illustration no 31 – Motte du château de Courteilles, flanc ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Illustration no 32 – Plan cadastral de Malicorne (commune de Francheville, 1825).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration no 33 – Fossé du château de Maticorne (commune de Francheville).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Illustration no 34 – Malicorne, chapelle castrale Saint-Nicolas.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration no 35 – « Butte de Villette » à Chamelles (commune de Piseux-Charnelles), plan terrier (fin du XVIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Illustration no 36 – Enceinte annulaire de La Lande (commune de Mandres).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Illustration no 37 – Plan cadastral du Hamel (commune de Francheville, 1825).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Illustration no 38 – Motte du château de Corneuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Illustration no 39 – Fossé du château de Corneuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Illustration no 40 – Vestige de mur au château de Corneuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Illustration no 41 – Vestige d’enceinte de la seconde basse-cour du château de Corneuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Illustration no 42 – Mur pignon sud de la grange dîmière de Corneuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Illustration no 43 – Bois-Arnault, la « Butte aux Anglais » relevée par L. Coutil (1921).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Illustration no 44 – Vestige de la motte du château de Bois-Arnault.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Illustration no 45 – Site de l’ancien château des Petites Minières (commune de Damville).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Illustration no 46 – Flanc sud du château de Pommereuil (commune de Buis-sur-Damville).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Illustration no 47 – Plan cadastral de Pommereuil (commune de Buis-sur-Damville, 1839), arch. dép. Eure, III PL 1089.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Illustration no 48 – Plan cadastral de Gournay-le-Guérin par Ribot (1820).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Illustration no 49 – Tour du château de Saint-Christophe-sur-Avre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Illustration no 50 – Château de Saint-Remy-sur-Avre, vestiges du flanc ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Illustration no 51 – Vestiges de l’ancien château de Sorel (commune de Sorel-Moussel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6828/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search