Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

IIe partie. Bourgs castraux et centres administratifs nouveaux

L’effort de guerre

Texte intégral

Le château et les gardiens ducaux

1À Nonancourt et Verneuil, la défense était avant tout assurée par le château d’Henri Ier, confié à de fidèles officiers et échappant totalement au système de la transmission héréditaire, problème majeur rencontré par le pouvoir central.

Nonancourt

  • 1 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit, t. VI, p. 222-223.
  • 2 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), (...)
  • 3 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62 et suiv. et p. 323, no 716 ; W. Stub (...)
  • 4 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, p. 62 et suiv.
  • 5 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 255 ; id. (éd.), Gesta r (...)

2La place de Nonancourt était connue avant 1112 comme peuplement accompagnant une fortification. Henri Ier la renforça contre le château de Saint-Rémy, élevé par Gervais de Châteauneuf, de la même façon qu’il le fit pour Illiers. Lors de la révolte de 1118, l’essentiel des actions militaires se porta plus au nord, à Breteuil et Ivry. Tillières fut assiégée sans succès, tandis que Nonancourt et Illiers restèrent fidèles à Henri1. La fortification ne fut plus mentionnée avant 1141, lorsque, imitant Verneuil, sa population rejoignit le parti Plantagenêt. En 1152, elle repoussa sans dommages Louis VII, alors offensif dans la région. R. de Torigny précisait que Tillières et Verneuil furent incendiées mais que Nonancourt, s’étant préparée à la guerre, fut épargnée2. Le 21 septembre 1177, Henri II et Louis VII se rencontrèrent à Saint-Rémy, près de Nonancourt. Raoul Dicet notait que cette entrevue avait eu lieu le 25 septembre à Nonancourt3. Entre le 9 avril et le 25 décembre 1178, Louis VII était encore présent à Nonancourt, où il émit une charte4 : tentait-il alors de prendre la ville ? Si ce fut le cas, il échoua certainement puisque le fait ne fut mentionné dans aucune chronique normande ni française. Le 27 avril 1181, eut de nouveau lieu près de Nonancourt, une rencontre entre Henri II et Philippe Auguste5.

  • 6 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 36-38, no CXV.
  • 7 BNF, coll. Clairembault 995, no 27:« hoc factum apud Nonacuriam coram [... S]eh[e]rio constabulario (...)
  • 8 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, no(...)
  • 9 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto.., op. cit., t. II, p. 74 ; É. Berger, F.-H. Delaborde et alii ( (...)
  • 10 A. Charma (éd.), « Rôles normands et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny, en (...)
  • 11 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 257-261.
  • 12 Ibid., t. IV, p. 1 ; A. Luchaire, Philippe Auguste et son temps, op. cit., p. 129 ; A. Teulet (éd.) (...)
  • 13 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit, t. II, p. (...)
  • 14 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 63, no (...)
  • 15 BNF, coll. Clairembault 995, no 45 : « tres sextarios salis in redditu meo [...] quem ipsi a me ex (...)

3Le seul gardien ducal normand connu fut, pour les années 1170 et 1180, Sehier de Quency, earl de Winchester, prévôt et bailli de la ville. Dès 1176-1178, il assumait cette charge de « connétable de Nonancourt6 ». Les rôles de l’Échiquier le mentionnèrent comme gardien ducal en 1180, charge pour laquelle il perçut 125 livres avec la jouissance de deux arpents de prés. Dans les mêmes années, il fut témoin à Nonancourt, comme connétable du roi, pour une charte de l’abbaye de l’Estrée7. Le château subit ensuite un contrôle français dominant. Déjà, le traité de Ballan (4 juillet 1289) stipulait que, si Henri II ne versait pas 20 000 marcs d’argent à Philippe Auguste, Richard tiendrait pour le roi de France certains châteaux, dont Nonancourt8. Le 30 décembre suivant, Richard et Philippe Auguste s’y retrouvèrent pour l’organisation de la croisade9. Les 14 et 25 mars 1290, Richard Ier y fut mentionné10. Par le traité du 23 juillet 1294, Nonancourt et Tillières revinrent au roi de France11, puis de nouveau avec celui de Louviers, le 13 janvier 119612. En juillet, Richard soudoya les Français et récupéra le château pour y placer chevaliers, balistes et quantité de victuailles. Philippe Auguste l’assiégea dès la première quinzaine du même mois et le reprit très rapidement. La Philippide précisait que le château avait été vendu par Nicolas d’Orphin, son gardien, et qu’ensuite seulement, Philippe Auguste le confiait à Robert de Dreux13. Il semblerait cependant que le château fût entre les mains du roi de France dès l’année 1193 – peut-être même avant – et qu’il l’ait déjà inféodé au comte de Dreux. En effet, une charte de la léproserie du Grand Beaulieu, précisément datée de 1193, notifiait que Robert de Dreux « parce qu’il possédait le château [la châtellenie] de Nonancourt » confirmait une donation de Michel Louis, de Dreux, d’une rente à prendre « sur les revenus de son fief du château de Nonancourt ». Le « seigneur » Nicolas d’Orphin, avec deux fils Robert et Josselin, scella la donation14. À cette date, Nicolas d’Orphin était donc incontestablement déjà en charge du château de Nonancourt pour le compte de Robert de Dreux : cette prise momentanée a pu être contemporaine de la captivité de Richard. Nicolas d’Orphin laissa une trace durable dans la châtellenie de Nonancourt : en 1213, Robert d’Ivry dut confirmer une donation que l’abbaye de l’Estrée justifiait par le don antérieur de ce même Nicolas d’Orphin15. Le traité de r 194 a donc peut-être été la simple confirmation d’un état déjà existant.

  • 16 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit, t. II, p. (...)
  • 17 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 3.
  • 18 J. Stevenson (éd.), Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum..., op. cit., p. 100.
  • 19 É. Berger, F.-H. Delaborde et alli (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, n(...)

4Philippe Auguste y plaça ensuite Pierre de Mauvoisin, sous condition de lui restituer le château sur simple demande16. Les Français ne l’ont peut-être pas conservé en continuité entre le traité de 1196 et la reddition de 1204. Les rôles de l’Échiquier mentionnaient pour l’année 1198 que Guillaume de Saint-Jean entretint des sergents à Nonancourt17 mais en 1199, Jean céda de nouveau Nonancourt18. Enfin en février 1205, Philippe Auguste inféoda officiellement Conches et Nonancourt à son cousin Pierre de Courtenay, qui s’engagea à ne pas les vendre en cas d’absence d’héritier19. Avant la prise en main du roi de France, Nonancourt était encore considérée comme une ville ducale et n’entrait pas dans le jeu des alliances. Mais en 1204 et peut-être dès 1193, avec l’inféodation à Robert de Dreux, puis Pierre de Courtenay, Philippe Auguste réintroduisit définitivement un niveau intermédiaire.

Verneuil

  • 20 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 58, no 207 (n. d.) : « Istis te[s]tantibus : Willelmo de Chesneio, cons (...)
  • 21 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49 ; B. de Peterbrough e (...)
  • 22 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. II, p. 260.
  • 23 W. Dugdale, The Baronage of England..., op. cit., t. I, p. 95-97 ; W. E. Wightman, « La famille de (...)
  • 24 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.., op. cit., t. II, p. 333-334 : cette (...)
  • 25 Ibid., t. I, p. 533, voir supra.
  • 26 Ibid, p. 390; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit, t. II, p. 135; id.(...)
  • 27 J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..op. cit., p. 145.

5À la fin du XIIe siècle – sans doute dans les années 1165-1181 – furent témoins d’une charte de la Chaise-Dieu-du-Theil, Guillaume du Chesne, connétable de Verneuil, et Miles, connétable également, à propos de la dîme de Grosbois. La famille du Chesne était vassale de l’honneur de Breteuil20. Plus précisément, en 1173, le château de Verneuil était encore à la garde de deux connétables, Hugues de Beauchamp et Hugues de Lacy, qui se distinguèrent par une ardeur exemplaire à défendre la ville assiégée21. Hugues II de Lacy était issu d’une famille normande installée en Angleterre dès la conquête. Son aïeul Gauthier Ier († 1085) avait accompagné Guillaume en 1066 et reçu des terres en partage avec Guillaume Fils-Osbern22. Son père, Hugues, reçut Ewias (Pays-de-Galles), dont Hugues II, fils cadet, eut la jouissance avant 1162. Celui-ci aurait épousé une fille du roi et avait des possessions dans les comtés de Hereford et de Bayeux23. Il recut en outre, vers 1173, l’honneur du Pin, de Neauphles, etc.24. Il apparut dans plusieurs actes d’Henri II, dont il suivait la cour depuis 1156 environ. Il fut d’ailleurs témoin de la charte du roi en faveur des bourgeois de Verneuil25. Immédiatement après le siège de la ville, il joua un rôle essentiel dans la conquête de l’Irlande, pour laquelle il obtint le territoire de Dethe. Il fut nommé gouverneur de Dublin et connétable d’Irlande. Enfin, disgracié, il mourut assassiné le 25 juillet 118526. Son fils Gauthier ne retrouva la jouissance des terres du comté de Hereford qu’en 1189-119027.

  • 28 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. II, p. 635-636.
  • 29 W. Dugdale, The Baronage of England..., op. cit., t. I, p. 223-224; W. Stubbs (éd.), Gesta regis He (...)

6Hugues de Beauchamp, dont l’aïeul avait également participé à la conquête de 1066, était issu d’une famille traditionnellement fidèle à Henri II. Il reçut en 1156 la garde du château de Rotheland, en Galle du Nord. Il apparut régulièrement dans les rôles de l’Échiquier d’Angleterre pour le Bedfordshire, le Buckinghamshire, le Huntingdonshire et en 1172, avec l’enquête des chevaliers fieffés de Normandie, dans le comté de Charencey28. En 1177, il fut envoyé en mission à Palerme avec les archevêques de Rouen et de Cantorbéry pour assister Guillaume, roi de Sicile, jusqu’à son mariage avec Jeanne, fille d’Henri II. Il mourut le 6 juillet en Terre sainte29. Contrairement à Hugues de Lacy, il resta totalement absent des actes d’Henri II. Il possédait en revanche une solide expérience de gardien de château, par sa mission sur la frontière galloise.

  • 30 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.
  • 31 T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit., I.I, p. cxvii ; É. Berger et L. (...)
  • 32 Ibid., t. I, p. 136 (acte suspect, daté de 1157).
  • 33 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49 ; L. Deli (...)
  • 34 J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii.op. cit., p. 157 et p. 159; H. Hall (éd.), The Red Book.. (...)

7Les rôles de l’Échiquier mentionnèrent ensuite Thomas Bardol comme unique gardien du château de Verneuil, charge pour laquelle il reçut 300 livres en 118030. Fils de Thomas et Rohais (donateurs de l’abbaye du Bec31), il aurait fait, avec son frère Doon Bardol, une donation en faveur de l’abbaye de Blanchelande32 (Manche). Tous deux fidèles à Henri II, ils tentèrent en vain en 1173, de résister au siège du château de Driencourt (Neufchâtel-en-Bray) contre Henri le Jeune et le comte de Flandre33. De 1171 à 1175, Thomas fut régulièrement cité dans les actes d’Henri II. Il apparut en Angleterre, isolément dans le Nottinghamshire et le Derbyshire, régulièrement dans l’Essex et le Herefordshire. Il eut trois filles qui épousèrent Robert de Saint-Rémy, Guillaume de Bacon et Baudouin de Tosny34.

  • 35 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 960.
  • 36 A. Luchaire, Philippe Auguste et son temps, op. cit., p. 129 ; P. Meyer (éd.). Histoire de Guillaum (...)
  • 37 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.
  • 38 P. Meyer (éd.). Histoire de Guillaume le Maréchal...,op. cit., t. III, p. 137 (n. 4).
  • 39 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 347.
  • 40 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes…, op. cit., t. I, p. 296-298, no 785.
  • 41 G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973 [2e édition 1985], p. 49, p. 52 et p. 74.

8Charpillon et Carême affirmèrent que Jean de Neuville lui succéda35. Puis, Guillaume de Mortemer, proche à la fois de Richard Ier et de Jean, fut chargé du château de Verneuil, qu’il défendit avec succès en 119436. Les rôles normands de l’Échiquier mentionnèrent, en 1198, le « temps où il était gardien du château37 ». Il fut ensuite bailli de la Londe (canton d’Elbeuf) et de Caux, en 120238 et fut en 1204, l’un des connétables du château d’Arques, qu’il ne céda à Philippe Auguste qu’après la capitulation de Rouen39. Il lui fit ensuite sa soumission, tint pour lui les honneurs de Breteuil et de Montfort. Il participa à la nouvelle administration française : le 13 novembre 1205, il apparut dans un acte concernant les droits dépendants du roi et des barons normands40. Il fut enfin l’un des rares Normands présents à Bouvines, le 27 juillet 1214, aux côtés de Philippe Auguste, avec Guillaume des Barres, Pierre de Mauvoisin et Étienne de Longchamp41.

Les défenseurs de la ville

Le rôle des bourgeois

  • 42 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni...· op. cit., t. II, p. 39-40.
  • 43 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51 ; id. (éd.), Gesta (...)
  • 44 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto…, op. cit., t. II, p. 114-115.
  • 45 P. Meyer (éd.). Histoire de Guillaume le Maréchal…, op. cit., t. II, p. 13 et t. III, p. 137.

9Dans la défense du siège de 1173, le récit R. de Torigny associait les bourgeois mais en dernière position, après les connétables et les gens de guerre42. R. Hoveden précisa que ce furent les bourgeois du « Grand Bourg » qui, voyant leurs ressources diminuer au bout d’un mois, négocièrent directement une trêve de trois jours avec Louis VII. Ils purent ainsi informer Henri II. Les secours n’arrivant pas, le « Grand Bourg » dut se résoudre à la reddition. Louis VII, contrairement à sa promesse de protéger les assiégés, fit prisonniers les bourgeois, pilla leurs biens et incendia cette partie du bourg43. Les Vernoliens subirent encore durement le siège de 1194 car le roi de France les affligea de projectiles pendant huit jours mais ils ne prirent pas directement part à leur défense44. Seul Pierre de la Rivière s’illustra en assurant la communication entre le château et Richard Ier à Tubœuf45.

  • 46 Voir infra, « Une division tripartite de l’habitat », p. 302.
  • 47 P. Bauduin, « Bourgs castraux et frontière en Normandie... », art. cité, p. 36-38, y voit au contra (...)

10Le siège de 1173 montre que les bourgeois de Verneuil pouvaient prendre directement leur sort en main. Cette possibilité, à défaut d’être clairement autorisée sur un plan juridique, l’était sur un plan pratique par l’autonomie défensive des trois bourgs46. Cependant, les coutumes de Verneuil ne paraissent pas avoir donné de vraies attributions militaires à la population47, bien au contraire. Cet épisode semble en fait avoir répondu à une situation exceptionnelle. S’agissait-il d’une initiative isolée d’un petit groupe de bourgeois, indépendamment du château ou organisée de concert avec les connétables et les prévôts, dans le cadre précis de la « commission » (première charte, art. no 29) ? Était-il plus judicieux de faire négocier la trêve par une population civile désarmée que par les chefs militaires ?

  • 48 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.
  • 49 Arch. mun. Nonancourt, AA 4, no 6 : « [...] quod nos et gentes nostrae, equos, culcitras, et alia u (...)

11D’une manière générale, la coutume de Verneuil soutenait l’effort de guerre mais son texte n’offre que de rares détails sur les devoirs militaires et toujours pour les limiter. Tout d’abord, les bourgeois, étant avant tout des civils, n’étaient pas tenus de participer à l’ost (première charte, art. no 1 : « immunes [...] in eodem exercitu ») ni de servir de messager, excepté dans les affaires du roi (ibid., no 29 : « nisi pro Rege ipso »). Ensuite, ils se contentaient d’apporter une contribution financière, unique et occasionnelle, de 4 deniers pour le guet. Tout coût supplémentaire était supporté par les revenus ordinaires. De même, l’entretien d’hommes au château serait gratuit. L’article ne précise pas le statut de ces hommes de garde, ni la durée de leur service. En tous les cas les bourgeois ne devaient rien dépenser en frais de bouche (ibid., art. no 24 : « si est locus excubiarum, quisque Burgensis quatuor denarios det per annum. Si est necessarium habere plures excubias, dentur ex censu Regis » et no 25 : « quislibet in Castello Vernolii, quodlibet ad bibendum & ad manducandum, libere sine consuetudine danda erunt »). Enfin, la réquisition de voitures à cheval était indemnisée au prix juste et toujours sur les revenus ordinaires (seconde charte, art. no 7 : « si Dominus Rex equis indigens vel quadrigis, apud Vernolium capientur & placabuntur de denariis Domini Regis, per precium legale & legitimum »). Les rôles de l’Échiquier mentionnèrent en 1180 l’application de cette clause, ordonnée par bref du roi, venant ainsi en déduction de la ferme de la prévôté : 4 livres et 13 sous pour l’acheminement de Verneuil à Rouen, d’un attelage à quatre roues, bardé de fer et d’une selle, avec retour du conducteur48. À Nonancourt en revanche, ce fut par un acte de Robert de Courtenay, du 6 décembre 1273 seulement, que fut révoquée l’obligation de fournir gratuitement des chevaux et les lits pour les soldats et l’indemnité fut fixée, à l’instar de Verneuil, à 12 deniers parisis par cheval et 2 deniers parisis pour « chaque lit garni de son oreiller et de deux draps49 ». Nous pouvons ici remarquer que les conditions militaires du bourgage étaient donc sensiblement différentes dans ces deux villes royales pourtant quasiment contemporaines.

  • 50 Voir J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 434-435.
  • 51 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit, p. 211-212.

12La coutume de Verneuil montre donc que la participation du bourgeois, en tant que personne, était finalement peu importante50 : les bourgeois n’étaient pas considérés comme des gens de guerre permanents et leur rôle se bornait théoriquement à une contribution financière, via les revenus ordinaires. Cependant, il ressort également que la participation directe des bourgeois au financement des opérations militaires n’était apportée que dans une infime mesure, en regard des difficultés rencontrées sur cette frontière. Par comparaison, les établissements de la commune de Rouen leur firent une part plus importante. M. Powicke a, sur ce point précis, remarqué que les milices communales furent assez peu utilisées en Normandie, précisément à cause de privilèges locaux antérieurs, notamment à Pontorson et Verneuil51. Cette dernière ayant été spécialement fondée pour renforcer la frontière sud de la Normandie, nous ne pouvons que relever la très faible proportion prise dans l’énoncé des coutumes – en comparaison avec les clauses juridiques, par exemple – par ces obligations militaires et surtout leur faible impact pratique et financier sur la vie quotidienne des bourgeois. Les privilèges semblent donc avoir été dirigés essentiellement vers une attractivité importante des conditions du bourgage.

13Cette limitation de l’implication des bourgeois maintenait également une limitation de leur pouvoir car, en cas de sédition de la population, les conséquences pouvaient être fatales. C’est donc très certainement la raison pour laquelle le rôle défensif des bourgeois de Verneuil paraît avoir été assez restreint en comparaison des enjeux militaires. Bien évidemment, la population locale assurait sur place une réserve humaine non négligeable, mais par ces clauses, un prévôt, un connétable ou une poignée de bourgeois influents ne pouvaient régulièrement lever d’armée personnelle, à moins d’une décision collective de la population, comme en 1141, lors du ralliement au parti Plantagenêt. Henri Ier ne souhaitait pas affaiblir sa frontière par des risques de conflits d’ordre privé : il avait soustrait les clefs de sa frontière aux intermédiaire féodaux et le service militaire des bourgeois de Verneuil concernait exclusivement la guerre « publique ». En réalité, ces deux fondations avaient pour but de verrouiller la région, sans passer par les forteresses privées, mais surtout de créer des réservoirs fiscaux continus pour financer la défense. D’ailleurs, les bourgeois, plus familiers des activités économiques que militaires, contribuèrent à l’effort de guerre en générant les revenus nécessaires.

Les gens de guerre

  • 52 J. Green, The Government of Henry I, Londres, Cambridge university press, 1986, p. 25.
  • 53 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, « Nouvelle Clio », 1992, p. 177.

14Henri Ier, ne pouvant pas toujours s’appuyer sur ses propres vassaux, fit ainsi et de préférence reposer sa force militaire sur l’emploi de mercenaires, précisément à l’occasion de ses guerres pour pacifier la Normandie52. Le gouvernement Plantagenêt, à partir d’Henri II, systématisa ce principe en ayant principalement recours à des armées rémunérées, allégeant d’autant les services d’ost, de chevauchée et de garde53.

  • 54 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 72 et p. 73.
  • 55 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 3, p. 10-11, p. 16, p (...)
  • 56 Ibid., p. 80, p. 106 et p. 108; T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 55
  • 57 Sur l’usage généralisé des mercenaires gallois, voir M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit, p.  (...)

15Parallèlement à la coutume, la source d’information la plus précise et la plus objective sur les dépenses exclusivement liées à la défense de Verneuil et Nonancourt se trouve dans les documents comptables de l’Échiquier. Pour Verneuil, les rôles de 1195 et 1198 ne mentionnèrent pas les devoirs d’ordre générique incombant aux bourgeois mais donnent, en revanche, des indications sur des dépenses que l’on peut considérer comme nouvelles et exceptionnelles puisque absentes des rôles de 1180. Elles concernaient à la fois divers comptes de constructions ou de mise en défense du château : séjours de sergents de pied ou à cheval, chevaliers, machines de guerres etc. Pour l’année 1195, les mentions de plus de 55 chevaliers et de nombreux sergents, ingénieurs et machines de guerre entretenus à Verneuil totalisèrent la somme de 1 634 livres pour des durées cumulées de plus de 480 jours54. Autant dire que le château fut armé en permanence. Les tarifs semblent avoir varié d’une demie à 4 livres par jour et par personne, selon des coefficients que nous ne maîtrisons pas (armement, habillement, nourriture, logement, qualité des personnes, etc.) En 1198, les sommes dépensées s’élevèrent à 781 livres pour Verneuil, avec un reliquat de 117 sous et 10 deniers pour Nonancourt, montant supérieur à la ferme de la prévôté (700 livres). Les stocks de nourriture coûtèrent 23 marcs et 154 livres, achat et transport compris55. Les sommes, les durées des séjours et les contingents furent assez variables : cent sergents de pied, treize sergents à cheval, deux autres sergents à cheval, cent-quarante sergents (peut-être des sergents à pied) pour vingt jours. Encore sous Jean sans Terre, en 1200-1201, la présence d’une garnison coûta 200 livres. L’année suivante, 175 livres furent comptabilisées pour des chevaliers et 51 livres pour nourrir la garnison56. La défense de la ville et de sa circonscription fut donc assurée principalement par le château et eut recours, à titre extraordinaire, à des troupes de chevaliers, sergents ou tout simplement des garnisons de mercenaires57, c’est-à-dire des hommes de guerre itinérants, utilisés de place en place et non la population locale de marchands ou d’artisans. L’effet pervers fut que la coutume de Verneuil, précisant que toutes les dépenses extraordinaires devraient être supportées par les finances publiques, fut largement dépassée par les événements de la fin du XIIe siècle.

  • 58 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11 (Verneuil), p. 31 (...)

16Par ailleurs, le mode de fonctionnement de la défense de Nonancourt était sensiblement différent : à plusieurs reprises pour 1198, alors que la circonscription de Nonancourt était majoritairement contrôlée par les français, différentes autres prévôtés mentionnèrent des taxes, d’un montant unique de 6 livres, « pour le service du roi » qui n’avait pas été effectué à Nonancourt58. Il est possible que dans un premier temps, le service réel y fût obligatoire mais à cette époque, il était remplacé par cette taxe, compensation en numéraire permettant l’entretien de troupes professionnelles.

La mise en défense

Le renforcement des fortifications

  • 59 H. Basnage (éd.), La Coutume réformée du pais de Normandie..., op. cit., t. II, « additions et usag (...)

17La coutume réformée de Normandie évoquait cette particularité unique à Verneuil que la « plante, douve ou jettée du fossé (appartenait) à celui vers lequel elle est jettée et plantée59 ». S’agissait-il des défenses communes de la ville que les bourgeois furent à titre personnel chargés d’entretenir ? Cette clause semble contradictoire avec la coutume d’Henri Ier qui précisait justement que les dépenses courantes d’entretien des défenses et des édifices publics seraient prélevées sur le revenu ordinaire (première charte, art. no 39 : « porte Castelli totius, & pontes, & omnes emendaciones, ex censu Regis fiant »). Cette exception à la coutume normande ne fut donc sans doute pas originelle. De plus, les dépenses exceptionnelles furent, en général, assumées par le Trésor ducal et non par les bourgeois directement (sauf dans le cas des fossés en 1195).

  • 60 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, p. 62 et suiv.
  • 61 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 270.

18Pour la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle, nombre de comptes de construction apparaissent dans les rôles de l’Échiquier pour Verneuil, Nonancourt étant déjà partiellement sous domination française depuis 1193. Cependant, pour cette dernière il semblerait qu’à la différence de Verneuil, aucune somme ne fût versée par le Trésor pour 1180, mises à part les 125 livres attribuées à Sehier de Quency pour la garde du château. Au cours du XIIe siècle, la place fut pourtant loin d’être à l’abandon. En 1152, Louis VII s’approcha de Tillières, Verneuil et Nonancourt60. Aidé de son frère Robert de Dreux et de Rotrou du Perche, il incendia une partiellement Tillières et Verneuil mais Nonancourt, « mieux préparée à la guerre », fut épargnée61. À Nonancourt, tout semble indiquer que la ville, entièrement conditionnée par la fortification, fut plus préoccupée de défense que du développement de la bourgeoisie, avec une coutume moins avantageuse précisément sur les questions défensives.

  • 62 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 438-439.
  • 63 A. Guilmeth, Notice historique..., op. cit., peut-être a-t-il confondu avec 1180 ?
  • 64 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 51; id. (éd.), Gesta reg (...)
  • 65 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.
  • 66 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 251-252.
  • 67 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 68-73.
  • 68 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 75 et p. 80.

19Afin de remplir son rôle défensif, la ville de Verneuil se trouva en revanche dotée de subsides exceptionnels, parfois très conséquents pour remettre en état ses fortifications, dès les années 1180. Avant de subir les dommages des conflits, Verneuil fut, comme toute ville médiévale, largement exposée aux flammes. En septembre 1134, elle subit, comme Alençon, Nogent, Le Mans et Chartres, un incendie apparemment accidentel62. Assez curieusement tout de même, ils s’inscrivent tous et la même année, dans une zone géographique resserrée en bordure de la principauté. L’incendie de 1152 fut directement provoqué par le roi de France. Guilmeth mentionna sans preuve d’importantes réparations à la forteresse de Verneuil pour l’année 116063. Le 9 août 1173, le siège de Louis VII provoqua l’incendie d’une partie de la ville : le « Grand Bourg » ou « Bourg de la Reine ». Selon l’histoire officielle, Henri II fit remonter les murs en une nuit64. Les rôles de l’Échiquier de l’année 1180 mentionnèrent encore différentes réfections sur les organes de défense de Verneuil : la porte et la tour furent réparées, les ouvertures obstruées, une cheminée fut installée dans la tour et la chapelle de cette même tour fut restaurée, les moulins « brûlés par la guerre » furent relevés. La somme de ces travaux atteignit plus de 127 livres65. En 1194, la ville qui sans être détruite, avait souffert du pilonnage de Philippe Auguste, vit dès la nuit qui suivit la levée du siège ses parties les plus faibles renforcées sur ordre de Richard66. Il se contenta sans doute de quelques mesures d’urgence car les restaurations s’étendirent sur plusieurs mois. Encore en 1195, les comptes de l’Échiquier attestèrent de travaux sur les fossés pour un total de 97 livres, sur la ville et les murs du château « détruits par le roi de France en temps de guerre », sur un pont devant la porte neuve et deux moulins, le tout pour plus de 91 livres67. Les comptes de 1198 mentionnèrent encore des « œuvres » conduites à Verneuil pour la somme de 500 livres. Jean sans Terre continua la mise en défense de la ville en faisant édifier, entre juin 1200 et novembre 1201, un mur « en son milieu » pour 100 livres68.

L’armement

  • 69 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 47.
  • 70 Ibid., p. 73.
  • 71 Ibid., p. 10-11 et p. 113.
  • 72 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 33, no 214 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registr (...)

20Les comptes de 1184 évoquèrent l’acheminement de cordes et perrières de Rouen au château de Verneuil pour « le fortifier69 ». Dans ceux de 1195, l’entretien de balistes sur une longue durée coûta plus de 127 livres70. En 1198, les balistes de Verneuil et l’Aigle ainsi que des armes plus légères furent convoyées au château du Vaudreuil. Des ingénieurs militaires furent également rémunérés dans la baillie de Verneuil : maître Revel reçut 696 livres et 16 sous ; maître Yvon « balistier », 7 livres et 10 sous ; Hugues « de Larbalète » reçut 6 livres pour acheter un cheval ; Richard Valensi reçut 17 livres et 10 sous pour 140 jours à faire les balistes du roi. Du 19 janvier au 2 février 1202 Dominique de Saint-Gasse fut envoyé en mission à Verneuil pour assurer le bon fonctionnement des balistes royales71. L’armement de Verneuil fut donc, comme ailleurs et la plupart du temps, constitué d’engins de jet (balistes ou perrières) et plus rarement des armes légères. En fait, il s’agissait d’armement lourd appartenant à l’armée du roi, entretenu par des ingénieurs spécialisés et voyageant de place en place. Pour Nonancourt, seule l’enquête de Philippe Auguste de 1220 renseigne sur l’armement du château, comme vestige de l’armée ducale ou matériel français : quatre balistes à deux pieds, dix à étrier, vingt armures et dix heaumes duplices72.

Les sources de financement

L’argent public : les revenus ordinaires et le Trésor de Normandie

  • 73 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 187-190 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôl (...)

21Ces dépenses ne constituèrent pas une exception locale mais s’inscrivirent dans la politique ducale du renforcement généralisé des frontières normandes73. Celui-ci s’accompagna de coûts très importants en hommes, ouvrages et matériels, dont les compléments ou dépenses exceptionnelles furent supportées par le Trésor de Caen et ce, malgré la récente autonomie communale de Verneuil. Les dépenses courantes, comme l’entretien des fortifications, n’y furent jamais mentionnées car, précisément, elles étaient prélevées directement sur les revenus ordinaires avant d’en rendre compte. Cependant, sans toujours transparaître réellement, l’effort de guerre fourni par les populations locales fut phénoménal et a pu être quantifié pour la fin du XIIe siècle. Par le détail des comptes de l’Échiquier, nous pouvons distinguer plusieurs sources de financement d’État.

  • 74 Vincent Moss, « Reprises et innovations : les rôles normands et anglais de l’année 1194-1195 et la (...)
  • 75 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles… », art. cité, p. 68-69, p. 72 et p. 73 ; A. Charm (...)
  • 76 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 108.
  • 77 Ibid., p. 80 et p. 113, voir supra.

22La majorité des dépenses était assurée par les revenus ordinaires de la prévôté et baillie de Verneuil, qui ne furent pas versés au Trésor et prescrites exclusivement « sur bref du roi » ou « en libération » du Trésor. Pour les quelques années connues (1195, 1198, 1201 et 1202), des sommes considérables furent englouties et les postes ordinaires de dépenses ne suffirent bientôt plus. Il fallut recourir à d’autres sources de revenus pour financer la défense de Verneuil : V. Moss a montré, par l’étude combinée des rôles anglais et normands, combien la pression fiscale s’intensifia dans les années 1190 avec une chasse systématique des traitements juridiques et la création de nouvelles recettes, comme l’emprunt forcé74. Au sein de la baillie de Verneuil, la pression fut en effet plus forte sur les recettes liées à l’exercice de la justice – qui engrangèrent d’une part 225 livres, 15 sous, 4 deniers et 1 180 livres et 5 sous d’autre part – et à la taille sur les juifs – 162 livres au lieu des 1 000 marcs exigés. Une taille spécifique à l’entretien des sergents de la frontière fut levée, réunissant 367 livres et 16 deniers. Après les premières déductions, il restait 1 586 livres, 4 sous, 4 deniers qui furent entièrement réaffectés. En 1195, une autre taille fut levée pour creuser des fossés à Verneuil (« de taillago, quo recepit ad fossata Vernolii »). D’autres circonscriptions financèrent certaines opérations, comme l’envoi de troupes (Lieuvin) ou l’intendance (Caen, Bonneville, Argentan, etc.) Enfin et surtout, le Trésor de Normandie dut combler le gouffre financier par de multiples petits dons auprès de particuliers (pour le financement de leur fortification) ou la prise en charge partielle, souvent la moitié, du traitement des mercenaires (pour 711 livres en 1195). En 1195, la prévôté de Verneuil ne recueillit pas les 700 livres de sa ferme à cause du siège éprouvant de l’année précédente : le Trésor fit donc « cadeau » des 450 livres manquantes. En 1198, Henri de Gray reçut 750 livres du Trésor de Caen75. Par ailleurs sous le règne de Jean, quelques sommes furent délivrées spécialement pour la fortification de Verneuil grâce aux revenus des terres confisquées76. Hormis ces comptes, la correspondance royale indiqua certaines dépenses exceptionnelles du Trésor, comme une lettre de Jean du 13 juin 1201, attribuant 100 livres aux opérations de Verneuil, ou du 19 janvier 1202, attribuant 40 livres à Dominique de Saint-Gasse77.

  • 78 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 233, p. 235.

23Depuis la fin du XIIe siècle, les revenus fiscaux ordinaires de la baillie de Verneuil étaient donc largement dépassés pas les besoins de la défense, sans compter le manque à gagner en raison des conflits. Puis, dans toute la Normandie et malgré ces mesures exceptionnelles, entre la guerre contre Philippe Auguste et les dépenses générées par la croisade, l’État normand ne fut plus en mesure d’assurer lui-même le financement de sa défense : en 1203, Jean dut recourir au Trésor d’Angleterre78.

L’argent privé : l’emprunt forcé

  • 79 Ibid., p. 239-240 ; V. Moss, « Reprises et innovations... », art. cité.
  • 80 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 10 et p. 8, p. 31.
  • 81 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum Patentium..., op. cit., p. 27-28.

24Mesurant à la fois des dépenses exceptionnelles et des pertes de revenus, comme en 1195, le prince normand dut recourir à un mode de financement privé, par le biais de l’emprunt forcé79, connu en détail en 1198 pour diverses prévôtés. À Verneuil, ce fut naturellement le bailli, Henri de Gray, qui fut chargé de recueillir les fonds dans sa circonscription, au total 1419 livres, soit le double de la ferme. Il fut inférieur à celui de la circonscription de Rouen (1 000 marcs d’argent et dont il ne resterait après dépenses que 2 666 livres, 13 sous et 4 deniers) mais largement supérieur à celui de la baillie d’Auge80 (170 livres). La plupart des souscripteurs étaient des particuliers, dont les noms n’évoquent rien, excepté celui d’Étienne Petit, connu pour avoir été ensuite maire de Verneuil. Ils n’appartenaient pas à la noblesse mais semblent avoir disposé d’importantes liquidités : sans doute devons-nous trouver parmi eux nombre de bourgeois de la ville. D’ailleurs, le 22 avril 1203, Jean dut céder 500 livres pour le remboursement de son emprunt auprès des bourgeois, représentés par leur maire, un certain « Pierre81 ».

La présence de l’évêque d’Évreux joua-t-elle un rôle ?

25À la fondation de Nonancourt et Verneuil, les dîmes des fermes des prévôtés revinrent directement à l’évêque d’Évreux, en déduction des revenus du roi.

Tableau no 1 – Extraits des rôles de l’Échiquier de Normandie rendant compte de la participation financière des baillies et du Trésor de Normandie pour la mise en défense des villes ducales.

Tableau no 1 – Extraits des rôles de l’Échiquier de Normandie rendant compte de la participation financière des baillies et du Trésor de Normandie pour la mise en défense des villes ducales.
  • 82 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.

Note 8282

  • 83 Ibid., p. 47 ; rôles incomplets.

Note 8383

  • 84 Ibid, p. 68-73.

Note 8484

  • 85 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli… », art. cité, p. 3, p. 10-11, p. 16, p.  (...)

Note 8585

  • 86 Ibid., p. 80.

Note 8686

  • 87 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 106, p. 108, p. 113 ; T. D. Hardy (...)

Note 8787

  • 88 Denis de Saint-Marthe (éd.), Gallia Christiana, t. XII, Provinces de Sens et de Tarentaise, Farnbor (...)
  • 89 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27 et p. 73 ; A. Charma et A.-L. L (...)
  • 90 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 24.

26Cette donation avait été effectuée dès les premiers temps (avant 1126) par Henri Ier en faveur de l’évêque Audin, pour racheter l’incendie volontaire d’Évreux contre Amaury de Montfort88. 70 livres et 2 muids de blé à Verneuil (soit précisément le « dixième » de ces fermes) lui furent invariablement reversées en 1180, en 1195 – alors que la recette avait subi les dommages du siège de 1194 – et en 119889. De même en 1180, seul compte préservé pour Nonancourt, ce pourcentage fut reversé à l’évêque, soit 25 livres sur les 250 livres du revenu de la prévôté90. Dès le départ, il entra donc réellement en possession de revenus sur Verneuil et Nonancourt.

  • 91 H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta Regum Anglo-normannorum..., op. cit, t. III, p. 105-106, (...)

27Ces intérêts de l’évêque d’Évreux eurent la double signification de financer la reconstruction de la ville épiscopale et d’implanter physiquement l’évêque sur ces franges normandes, en pleine expansion économique. Intéressé à leur rentabilité, il a donc pu être tenu de jouer un rôle sur cette partie de la frontière. Pour les ennemis de la Normandie, toucher à ces villes ducales, c’était également atteindre la distinction épiscopale. De plus, par sa charge, l’évêque exerçait des fonctions pouvant avoir une incidence directe sur les populations de son diocèse, suffisamment pour être ménagé par le pouvoir ducal. En effet, les successeurs d’Henri Ier au duché de Normandie, Étienne de Blois (c. 1137) et Geoffroy Plantagenêt (1144-1150) firent en sorte que ces dispositions de Henri Ier envers l’évêque fussent scrupuleusement respectés91. C’était pour ces nouveaux chefs de la Normandie une façon normale de légitimer une difficile arrivée au pouvoir. Il était profitable de ne pas cultiver les inimitiés, telles que celles de l’évêque d’Évreux et surtout de s’inscrire dans une continuité dynastique tout en se constituant des alliances.

28Par ailleurs, l’évêque était déjà et anciennement en possession du grand domaine de Condé[-sur-Iton] à l’est de Breteuil, qui lui aurait été restitué rapidement après l’arrivée des Normands. Nous avons également émis cette hypothèse pour ses droits au temporel d’Illiers. Il ne semble pas qu’avant la donation de 1126 l’évêque pût prétendre à une autorité sur Nonancourt et Verneuil mais il est possible que, outre le rachat du péché royal, la mise en place des intérêts épiscopaux participât à une logique défensive et à la constitution d’un réseau de protection en dehors du cadre militaire, aux mains des plus hautes autorités ecclésiastiques locales.

Conclusion

29Verneuil et Nonancourt furent donc des villes directement soumises à l’autorité ducale et dont le fonctionnement fut confié à des administrateurs n’appartenant pas nécessairement au groupe nobilaire. Leur château fut, selon le même principe, à la garde d’un officier révocable, ne possédant aucun droit héréditaire sur la forteresse ou son environnement. Ces dispositions se mirent en place progressivement et furent le résultat d’une phase de recherche, ayant eu lieu dans la décennie 1120. Nonancourt et Verneuil en effet, ne procédèrent pas d’une fondation conjointe, ni totalement identique.

30La fortification de Nonancourt précéda celle de Verneuil et resta, comme Illiers, associée en priorité à une mise en défense contre les velléités de Châteauneuf. Henri Ier s’appropria l’intégralité des territoires repris à cette famille (exceptés que ceux de l’évêque d’Évreux), c’est-à-dire un large périmètre autour de Nonancourt. Il l’organisa sous la forme d’un bourg castral indépendant, dont il confia la garde à un officier ducal. Il n’est pas certain qu’Henri, dès cet instant, songea à constituer un nouveau relais pour son administration centrale. Il semblerait qu’il s’agisse d’une forme encore embryonnaire de ce qu’il développa ensuite à Verneuil, dont la création du château et la fondation de la ville intervinrent après la crise politique et le tournant décisif de 1118-1119. Il s’en était fallu de peu pour que cette région, contrôlée par la forteresse de Breteuil depuis 1054, ne tombât sous domination française par l’alliance de la noblesse normande avec Louis VI. Il était essentiel pour son duché que ses frontières fussent parfaitement sécurisées. Henri Ier, dont l’autorité suzeraine avait été mise en échec, souhaitait soustraire à ses barons le moindre espace de pouvoir territorial. À partir du modèle élaboré à Nonancourt, il décida de perfectionner les structures lui permettant d’exercer un contrôle direct sur les territoires, tant face à ses ennemis français et que face à ses propres barons.

31Différents indices montrent que le programme de Verneuil fut plus mûri que celui de Nonancourt, notamment en ce qui concernait la défense. À Nonancourt dans un premier temps, les bourgeois prenaient encore aux XIIe et XIIIe siècles une part importante à l’effort de guerre ; part à la fois financière (réquisition sans indemnisation de chevaux, accueil et logement gratuit des troupes) et active, puisqu’ils étaient soumis à un service militaire lui-même taxé s’il n’est pas effectué. À Verneuil en revanche, le roi, en restreignant les obligations militaires et financières en cas de guerre, ne se trouvait plus à leur merci ou soumis à leurs éventuels désirs d’alliance avec un parti ennemi. La population semble avoir été plus étroitement encadrée par les officiers royaux, dont les tâches furent peut-être déjà plus étendues qu’à Nonancourt. Si ensuite ces deux villes suivirent une évolution parallèle, nous entrevoyons nettement une prédominance de Verneuil, dont le volume fut toujours plus important en population et en revenus. Elle bénéficia plus tôt de la constitution d’une commune et probablement d’exemptions plus largement réparties dans le royaume plantagenêt dès la fin du XIIe siècle. Néanmoins, se dégageait dès 1112 une volonté de conserver durablement le château ducal hors du réseau seigneurial, ce qui n’avait finalement pu être effectuée pour Tillières ou Breteuil, ni même pour Illiers. Sous les Normands, ces deux villes ne furent jamais inféodées, ni tenues héréditairement par l’aristocratie, nous pouvons donc conjecturer que le château fut immédiatement confié à un connétable.

  • 92 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. II, p. 636.

32Dans la mise en place des cadres centralisateurs de son administration aux confins de son royaume, Henri Ier procéda donc par étapes. Il semble que tout se joua entre 1112 et 1119-1126 (voire 1119-1123). Il apparaît également que la révolte de Breteuil fut déterminante et qu’elle orienta plus précisément le choix d’Henri vers une mise hors-jeu totale des réseaux seigneuriaux locaux. Cette période correspondait sans aucun doute à une phase de recherche de solutions innovantes, les entreprises de ses prédécesseurs étant devenues inefficaces. Le résultat fut d’une part que, dès le règne d’Henri Ier, les populations furent directement contrôlées par des membres de l’administration centrale, que les forteresses échappèrent totalement aux grands barons et à leurs réseaux d’alliances. D’autre part, plus certainement à partir d’Henri II, ces villes indépendantes exercèrent un rayonnement juridique, administratif et défensif procédant directement du pouvoir ducal. Leurs cadres furent finalisés par la famille Plantagenêt, qui en cela continua l’œuvre centralisatrice amorcée par Henri Ier. Ces outils permirent au prince d’exercer, plus efficacement encore, un contrôle effectif de ses frontières et de verrouiller ces espaces autrefois marginaux. Le résultat est visible dans l’enquête de 1172 sur les chevaliers fieffés de Normandie, où la baillie de Verneuil était absente et où celle de Nonancourt ne comprenait qu’un seul chevalier, Gauthier de Bois-Giroult, devant le service d’un chevalier92. Le cumul des charges met cependant en évidence à la fin du XIIe siècle, avec notamment Sehier de Quency ou Henri de Gray, que le pouvoir tendit tout de même à se retrouver en une seule main, issue de la classe des chevaliers, pour la garde du château, la prévôté et la baillie, sans doute pour en renforcer l’efficacité.

Notes

1 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit, t. VI, p. 222-223.

2 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit, t. I, p. 290.

3 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62 et suiv. et p. 323, no 716 ; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 144-146 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 191-194 ; id. (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 422.

4 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, p. 62 et suiv.

5 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 255 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 272, il ajoute : « prope castellum de Nunencurt. »

6 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 36-38, no CXV.

7 BNF, coll. Clairembault 995, no 27:« hoc factum apud Nonacuriam coram [... S]eh[e]rio constabulario regii » ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 : « Ce qui fut fait (dans notre cour) [à Nonancourt] en presence de Seherius conétable du roi » ; voir supra.

8 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, no 260, p. 313-314 ; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 366.

9 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto.., op. cit., t. II, p. 74 ; É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 348-349, no 287.

10 A. Charma (éd.), « Rôles normands et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny, en 1764-1765 et 1766 (collection Bréquigny, Normandie) », MSAN, Caen, 1858, t. XXIII, 1re partie, p. 1-307, ici p. 1 : charte de Richard Ier datée de Nonancourt.

11 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 257-261.

12 Ibid., t. IV, p. 1 ; A. Luchaire, Philippe Auguste et son temps, op. cit., p. 129 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 182-184, no 431 ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., no 1057, p. 276-278.

13 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit, t. II, p. 92, no 542 ; F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit., Rigord, t. I, p. 135-136 ; G. le Breton, Chronica, t. I, p. 200 et Philippide, t. II, p. 129 ; sur N. d’Orfin, voir D. Power, op. cit., p. 349.

14 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 63, no 159.

15 BNF, coll. Clairembault 995, no 45 : « tres sextarios salis in redditu meo [...] quem ipsi a me ex dono Nicholai de Offin exigebant. »

16 É. Berger, F.-H. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit, t. II, p. 98-99, no 548 (1196-1202).

17 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 3.

18 J. Stevenson (éd.), Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum..., op. cit., p. 100.

19 É. Berger, F.-H. Delaborde et alli (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, no 875, p. 464-465 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, no 747 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 49 ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 17, nos 96-97.

20 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 58, no 207 (n. d.) : « Istis te[s]tantibus : Willelmo de Chesneio, const[abulario] de Vernolio, Milone const[abulario...] » ; cette charte peut-être rapprochée de la donation de Courteilles, p. 38, no 177, émise par Richard évêque d’Évreux (c. 1165-1181) et où apparaissent deux mêmes témoins : Godart de Vaux et Richard, doyen de Damville ; Gros-Bois, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre et Le Chesne, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

21 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49 ; B. de Peterbrough et W. Stubbs (éd.), p. 49.

22 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. II, p. 260.

23 W. Dugdale, The Baronage of England..., op. cit., t. I, p. 95-97 ; W. E. Wightman, « La famille de Lacy et ses terres normandes », AN, Caen, t. XI, 1961, p. 267-279.

24 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.., op. cit., t. II, p. 333-334 : cette charte daterait plutôt de 1172-1173, que de 1189, Hugues II étant mort depuis 1185 ; D. Power, op. cit., p. 209-210.

25 Ibid., t. I, p. 533, voir supra.

26 Ibid, p. 390; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit, t. II, p. 135; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis.... op. cit., t. I, p. 221, p. 270, p. 350 et p. 361; W. Dugdale, The Baronage of England..., op. cit., t. I, p. 95-97.

27 J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..op. cit., p. 145.

28 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. II, p. 635-636.

29 W. Dugdale, The Baronage of England..., op. cit., t. I, p. 223-224; W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 22.

30 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.

31 T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit., I.I, p. cxvii ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. II, p. 378.

32 Ibid., t. I, p. 136 (acte suspect, daté de 1157).

33 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49 ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 40.

34 J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii.op. cit., p. 157 et p. 159; H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., p. 66, p. 78, p. 499, p. 591 et p. 732.

35 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 960.

36 A. Luchaire, Philippe Auguste et son temps, op. cit., p. 129 ; P. Meyer (éd.). Histoire de Guillaume le Maréchal, op. cit., t. II, p. 13 et t. III, p. 137.

37 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

38 P. Meyer (éd.). Histoire de Guillaume le Maréchal...,op. cit., t. III, p. 137 (n. 4).

39 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 347.

40 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes…, op. cit., t. I, p. 296-298, no 785.

41 G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973 [2e édition 1985], p. 49, p. 52 et p. 74.

42 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni...· op. cit., t. II, p. 39-40.

43 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 49-51 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis.., op. cit., t. II, p. 49-50.

44 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto…, op. cit., t. II, p. 114-115.

45 P. Meyer (éd.). Histoire de Guillaume le Maréchal…, op. cit., t. II, p. 13 et t. III, p. 137.

46 Voir infra, « Une division tripartite de l’habitat », p. 302.

47 P. Bauduin, « Bourgs castraux et frontière en Normandie... », art. cité, p. 36-38, y voit au contraire vrai un rôle militaire.

48 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.

49 Arch. mun. Nonancourt, AA 4, no 6 : « [...] quod nos et gentes nostrae, equos, culcitras, et alia utensilia eorundem, quae nobis et nostris pro tempore fuerunt nostria absque ullo pretio a nobis uel gentibus nostris pro dictis equis, calcitris, et utensilibus imposito, seu statuto usque ad haec tempora in Castro nostro de Nonancuria cepimus [...] ut eorumdem indempnitate super hoc prouidere misericorditer lignaremur, ad instar ïllustrem regem Franciae, qui in uilla sua de Vernolio [...] uidelicet pro quolibet equo duodecim denarios Parisiensium, pro culcitra et puluinari et duobus linteaminibus duos denarios Parisiensium » ; arch. dép. Eure, IV F 46, p. 29 et IV F 122.

50 Voir J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 434-435.

51 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit, p. 211-212.

52 J. Green, The Government of Henry I, Londres, Cambridge university press, 1986, p. 25.

53 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, « Nouvelle Clio », 1992, p. 177.

54 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 72 et p. 73.

55 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 3, p. 10-11, p. 16, p. 30, p. 33 et p. 49.

56 Ibid., p. 80, p. 106 et p. 108; T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 55

57 Sur l’usage généralisé des mercenaires gallois, voir M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit, p. 227.

58 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11 (Verneuil), p. 31 (Auge), p. 33 (Bonneville), p. 59 (Argentan).

59 H. Basnage (éd.), La Coutume réformée du pais de Normandie..., op. cit., t. II, « additions et usages locaux », p. 7 ; D. Houard, Dictionnaire analytique., ., op. cit., t. IV, p. 452-453.

60 A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, p. 62 et suiv.

61 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 270.

62 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 438-439.

63 A. Guilmeth, Notice historique..., op. cit., peut-être a-t-il confondu avec 1180 ?

64 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 51; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 55.

65 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.

66 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 251-252.

67 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 68-73.

68 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 75 et p. 80.

69 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 47.

70 Ibid., p. 73.

71 Ibid., p. 10-11 et p. 113.

72 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 33, no 214 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, t. I, p. 205, no 11.

73 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 187-190 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, passim-, A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, passim.

74 Vincent Moss, « Reprises et innovations : les rôles normands et anglais de l’année 1194-1195 et la perte de la Normandie », dans P. Bouet et V. Gazeau (éd.), La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, op. cit., p. 89-99.

75 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles… », art. cité, p. 68-69, p. 72 et p. 73 ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 10-11, p. 16, p. 30, p. 33, p. 49 et p. 76.

76 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 108.

77 Ibid., p. 80 et p. 113, voir supra.

78 M. Powicke, The Loss of Normandy, op. cit., p. 233, p. 235.

79 Ibid., p. 239-240 ; V. Moss, « Reprises et innovations... », art. cité.

80 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 10 et p. 8, p. 31.

81 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum Patentium..., op. cit., p. 27-28.

82 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27.

83 Ibid., p. 47 ; rôles incomplets.

84 Ibid, p. 68-73.

85 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli… », art. cité, p. 3, p. 10-11, p. 16, p. 30, p. 33, p. 49 et p. 75.

86 Ibid., p. 80.

87 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 106, p. 108, p. 113 ; T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 55.

88 Denis de Saint-Marthe (éd.), Gallia Christiana, t. XII, Provinces de Sens et de Tarentaise, Farnborough, 1785 [1970], t. XII, col. 575 : voir supra ; P. Bouet et M. Dosdat, « Les évêques normands de 985 à 1150 », art. cité, p. 30.

89 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 27 et p. 73 ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 10-11.

90 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 24.

91 H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta Regum Anglo-normannorum..., op. cit, t. III, p. 105-106, nos 281 et 282 ; arch. dép. Eure, G 122, f° 7, no 21 et f° 42, no 204.

92 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. II, p. 636.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 – Extraits des rôles de l’Échiquier de Normandie rendant compte de la participation financière des baillies et du Trésor de Normandie pour la mise en défense des villes ducales.
Légende Note 8282
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Note 8585
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Note 8686
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search