Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

IIe partie. Bourgs castraux et centres administratifs nouveaux

Les fondations ducales

Texte intégral

  • 1 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 250-251.

1L’apologie du règne d’Henri Ier mit en avant son activité édificatrice et défensive sur les frontières de la Normandie en mentionnant les fortifications de Driencourt, Châteauneuf-sur-Epte, Verneuil, Nonancourt, Bonmoulin, Colmont, Pontorson, etc.1.

Illiers-l’Évêque

Plusieurs lignages successifs ou concurrents

  • 2 Du moins, n’en avons-nous aucune mention d’existence : voir A. Lemoine-Descourtieux : « Illiers-l’É (...)
  • 3 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history...,op. cit., t. VI, p. 176-177 ; voir supra : « La ba (...)
  • 4 Ascelin Goël, seigneur de Bréval (canton de Bonnières-sur-Seine, dép. des Yvelines), fut opposé à G (...)
  • 5 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers...,op. cit., t. I, p. 64.

2Il faut dissocier de l’étude des fondations ducales la forteresse d’Illiers qui resta dans le réseau seigneurial et où l’on note l’absence de bourg castral2 (carte no 3a). O. Vital datait la fortification d’Illiers en 1112 et l’attribuait à Henri Ier Beauclerc à l’occasion d’une reprise en main des territoires normands revendiqués par Gervais Ier de Châteauneuf3. Cette campagne fut déterminante pour Henri car elle marqua véritablement le recouvrement de l’autorité normande sur les anciens territoires du douaire de Leutgarde de Vermandois. Le château d’Illiers fut ensuite confié à des seigneurs. Le premier, Goël d’Ivry4, l’avait sans doute reçu en fief car il fit personnellement don, vers 1112-1118, à l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux de la chapelle castrale d’Illiers avec divers droits banaux sur le village et le château5.

  • 6 E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 164-166, no L (...)
  • 7 É. Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger...,op. cit., p.  (...)
  • 8 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 : « [...] quod est firmum permaneat, hic carta signata est sigil (...)
  • 9 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 291, no 122; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., (...)
  • 10 BNF, lat. 11055, p. 32 (av. 1190?-1204): « Guadone Drocensi. »
  • 11 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10 et p. 184-185, no 246.
  • 12 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, t. III, p. 256-261.
  • 13 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 73 ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d (...)
  • 14 Arch. dép. Eure, H 321, cote 10 : « que tous presents et à venir sachent que Moi Gaston de Dreux po (...)
  • 15 Nous verrons en détail plus loin le sort de Nonancourt à la fin du XIIe siècle.

3Illiers disparut des sources pendant quelques dizaines d’années, puis ce fut Simon d’Anet qui porta le titre reconnu de « seigneur d’Illiers », vers 11576 et probablement dès 1155. À cette époque, il semble que ce fût Morhier de Dreux qui tint pour lui cette seigneurie car il se présentait déjà sous le nom d’Illiers en 1155, lorsqu’il témoigna dans une charte de Simon7. Il lui fut encore associé à plusieurs occasions, à propos de Merville, indifféremment sous le nom « d’Illiers » ou « de Dreux8 ». Mis à part son patronyme indiquant des racines françaises nous n’avons aucun détail sur ses origines. Il est possible qu’il fût descendant du « bon chevalier de Dreux, du nom de Gaston » qui avait fait donation, sur l’Avre, d’une église Saint-Michel (diocèse d’Évreux) lors de la restauration de l’abbaye de Saint-Evroult9. Le nom de Gaston se retrouva d’ailleurs dans cette famille, puisque le propre fils de Morhier fut lui-même nommé Gaston et assista à une confirmation des biens de cette abbaye par Robert IV de Leicester10. Après la mort de Simon d’Anet et Jean de Bréval, il chercha à reprendre la seigneurie d’Illiers à son propre compte : en janvier 1192, lors d’un duel contre Guillaume d’Anet, il fut confirmé par l’Échiquier de Caen dans ses droits héréditaires sur la maison forte d’Illiers avec toutes ses appartenances et dépendances. Il mourut avant le 13 août 1198, date à laquelle Richard Coeur-de-Lion émit un acte investissant son fils Gaston « d’Illiers ». Il le reçut également à titre de « fief héréditaire11 », bien que par le traité du 23 juillet 1194 Illiers aurait dû revenir au roi de Lrance avec Pacy, Nonancourt, Marcilly, etc.12. En 1195, par bref du roi, Henri de Gray bailli de Verneuil lui avait déjà versé sur la ferme de sa prévôté et sous le nom de Gaston le Drouais (Gadre/Gazre Le Droies) une somme de 26 livres, 13 sous et 4 deniers et sur les recettes du Trésor de Caen, 23 livres, 5 sous et 18 deniers parachevant un don du roi de 50 livres. Puis en 1198, il reçut sous le même nom (Gaizte Ledroeis) la somme de 40 livres, prises sur les recettes de Henri de Gray dans la baillie de Verneuil13. Autour de ces dates, Gaston « de Dreux » ou « d’Illiers » fut également mentionné dans quelques actes normands, notamment la charte de confirmation de Saint-Evroult – en compagnie de Guillaume du Fresne que nous retrouverons plus loin – et différentes chartes relatives à la région, en particulier pour l’abbaye de l’Estrée. Pour elle, il fit avec son épouse Adèle et son fils Guillaume une donation en 1215 sur « ses cens d’Illiers » et en 1236, il lui confirma autre une donation sur son fief, contigüe à la grange de Merville. Dès le mois de mars de l’année suivante, Guillaume de Dreux son fils faisait célébrer pour lui un anniversaire à partir des revenus à prendre sur les cens d’Illiers14. La cession de Richard Cœur-de-Lion à titre héréditaire fut donc effective et se perpétua après la reddition de la Normandie dans la dépendance de la Châtellenie de Nonancourt, inféodée par Philippe Auguste à Robert de Courtenay15.

  • 16 Arch. dép. Eure, G 6, p. 182-184, no 244 : « Ego Robertas de Curtiniaco [...] notum facio [...] quo (...)
  • 17 Voir supra, « Les autres lignages... », p. 100 ; pour un autre Guillaume du Fresne, voir D. Power, (...)
  • 18 BNF, coll. Clairembault 995, no 34; arch. dép. Eure, H 305 : « [...] ego Willelmus de Fraxino et do (...)
  • 19 É. Berger, H.-F. Delaborde, et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, (...)
  • 20 BNF, Clairembault 995, no 37 et no 40 : « W. de Fraxino, et Robertus, frère dudit W. [...] »
  • 21 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 40, no 262.

4Ce dernier confirma, en décembre 1230 seulement, Gaston et ses héritiers dans leurs possessions d’Illiers. Cependant, la succession de la seigneurie, chaotique tout au long des XIe et XIIe siècles, n’était toujours pas stabilisée car cette charte, lui accordant par ailleurs deux bonniers de terre sur le territoire d’Illiers, précisait que Gaston ne tenait que la moitié d’Illiers. Elle rappelait également que ce même Gaston les tenait déjà « du temps de feu Guillaume du Fresne16 ». Effectivement, parallèlement à la famille de Dreux, Guillaume du Fresne, originaire de l’ouest de l’honneur de Breteuil, avait réussi à s’implanter à Illiers, probablement en tant que candidat de Philippe Auguste17. Dès 1200, il fut attesté comme « seigneur d’Illiers » confirmant une donation du prévôt d’Illiers18. Il semble qu’il bénéficia ici de la conclusion du traité du Goulet19, cédant la Normandie au sud d’une ligne Évreux-le Neubourg, exceptés Tillières et Damville – d’où l’importance du château d’Illiers distant de quelques lieues seulement. Guillaume du Fresne avait réussi à s’installer durablement dans la région : en 1208 puis 1211, il souscrivit à des chartes de l’Estrée20. En août 1218, son fils aîné épousa Agnès, fille de Robert de Courtenay21. La présence effective de Gaston de Dreux et de Guillaume du Fresne à Illiers au même moment, ainsi que la teneur de la charte de 1230, montrent qu’il y eut partage de la seigneurie aux alentours de 1204, avec une préférence certaine de Robert de Courtenay pour Guillaume.

Un tiers : l’évêque d’Évreux

  • 22 BNF, lat. 5417, p. 118 : « [...] Notum sit uobis, quam Petrus filius Golferii, consensu fratris sui (...)
  • 23 B. Guérard (éd.), Cartulaire...,op. cit., t. II, p. 260-263 ; voir supra : « L’implantation signifi (...)
  • 24 Arch. dép. Eure, G 122, f° 38, no 182 : « uenerabilis dominus Symon de Aneto, ecclesie nostre fi de (...)
  • 25 BNF, Clairembault 995, no 13: « per manum nostram »; arch. dép. Eure, H 320, cote 4: « par mes main (...)
  • 26 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10: « [...] tenendum jure hereditario sibi et heredibus suis, liber (...)

5Par ailleurs, plusieurs indices mettent en évidence qu’Illiers dépendait du temporel des évêques d’Évreux. Tout d’abord, Rotrou de Warwick, évêque d’Évreux (1139-1165) fit savoir dans une charte qu’il émit en faveur de l’abbaye de Saint-Père, qu’un certain Pierre, fils de Goufier et son frère Guillaume, lui avaient restitué les églises et les dîmes d’Illiers qu’il rétrocédait à l’abbaye22. Notons que la possession par Saint-Père d’une église à Illiers n’était pas récente et apparaissait déjà en 1127 dans une confirmation générale de ses biens23. Ce fut ce même évêque qui, en 1157, avec la confirmation de Simon d’Anet, seigneur d’Illiers, régla en personne tous les détails du compromis entre Saint-Père et la cathédrale de Chartres sur les revenus que toutes deux revendiquaient à Illiers. Il ne s’agit pas seulement ici de l’exercice de la justice ecclésiastique et montre la bonne entente de Simon d’Anet avec les magnats normands, en particulier avec l’évêque Rotrou qui n’hésita pas à le qualifier de « seigneur vénérable et ami fidèle de [son] église24 ». Par ailleurs, dans une charte de l’abbaye de l’Estrée, Rotrou confirma des dons de revenus à Illiers, faits « par sa main25 ». Il s’agit certainement des quatre charmées de terre (duas carrucatas ad mensuram de Illeriis [...] et alias duas carrucatas ad mensuram carnotensem) exceptées ensuite dans l’accord de 1157 (excepta decima terre quatuor carrucarum quam monachi de Strata colunt). Enfin, les deux chartes investissant Morhier puis Gaston de Dreux en 1192 puis en 1198 furent copiées au XIVe siècle dans le cartulaire de l’évêché d’Évreux. Toutes deux mentionnaient exactement dans les mêmes termes qu’hommage devait être rendu à l’évêque d’Évreux car ce fief héréditaire était tenu de lui et que Richard devait se dédouaner d’un outrage envers les évêques en confiant à Morhier, puis à Gaston, « la somme d’argent qui avait été nécessaire à son aïeul Henri, pour fortifier cette maison d’Illiers26 ». Ceci rappelle d’ailleurs étrangement les sommes reçues par Gaston, précisément en 1198, sur les recettes de la bablie de Verneub. Il semblerait ainsi que Richard dût verser une somme contractuelle à chaque mutation de détenteur.

  • 27 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 828 ; Durand, « Mémoire... », art (...)
  • 28 B. Guérard (éd.), Cartulaire...,op. cit., t. I, p. 127 ; voir supra : « La baronnie de Châteauneuf. (...)
  • 29 Ibid., p. 152, no XXVII ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; il est (...)
  • 30 P. Bouet et M. Dosdat, « Les évêques normands de 985 à 1150 », art. cité, p. 29.

6Quelle était donc l’origine des droits de l’évêché sur Illiers, faisant ainsi soudainement surface ? Les termes des actes de 1192 et 1198, sembleraient en fait indiquer que déjà en 1112 Henri Ier se fût trouvé sur le temporel des évêques d’Évreux – non de Chartres, d’ailleurs ! Ces territoires avaient-ils auparavant été donnés (ou restitués) aux évêques d’Évreux, rapidement après la création du duché mais antérieurement aux premiers conflits frontaliers, comme cela a été suggéré pour ceux, voisins, de Condé-sur-Iton27 ? Se peut-il que Guillaume le Bâtard, au moment où il tenait Thimert (vers 1058-1060) ait par la même occasion retrouvé la jouissance d’Illiers, alors probablement tenu par Albert Fils Ribault son allié temporaire28 ? Il avait incontestablement retrouvé celle, voisine, de Courdemanche où il séjourna le 29 août 106029. Guillaume en aurait-il fait don à l’évêque d’Évreux et à ses successeurs afin de lui assurer une protection supplémentaire ? L’évêque était alors Guillaume Fleitel et son installation à Évreux résultait précisément d’une politique de Guillaume de contrôler sa frontière sud30 (contre les Bellême principalement). Cette hypothèse n’est donc pas à négliger mais si elle fut en son temps une excellente manœuvre pour contrer l’extension française en Normandie, elle expliquerait parfaitement les contraintes que les souverains rencontrèrent par la suite à Illiers. Henri Beauclerc puis Richard furent soumis à cette appartenance et les évêques apparurent très clairement comme intermédiaires entre le duc et le seigneur fieffé d’Illiers. En fin de compte les ducs, pour une raison encore obscure mais en rapport certain avec la multiplicité des revendications seigneuriales et ecclésiastiques, ne se trouvèrent pas libres d’agir à Illiers. Henri Ier n’y posa pas les mêmes bases qu’à Nonancourt et Verneuil, bases qui lui permirent de s’extraire du réseau seigneurial établi. C’est peut-être en priorité la présence de l’évêque d’Evreux qui l’empêcha de faire vraiment sienne cette forteresse et fit obstacle à ses projets de maîtrise totale du territoire frontalier.

Nonancourt (1112) puis Verneuil (1120-1126)

  • 31 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 426.
  • 32 F. de Beaurepaire, Noms des communes de l’Eure, op. cit., p. 29 et p. 152 ; René Lepelley, Dictionn (...)
  • 33 L. Merlet (éd.), Lettres d’Yves de Chartres et d’autres personnages de son temps (1087-1130), Paris (...)
  • 34 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 300-301, no 1112 (1215).
  • 35 Arch. dép. Eure, 7 A1, 1772.

7Nonancourt (carte no 26) ne fut pas, à l’origine, une création d’Henri Beauclerc. En effet, lorsque O. Vital employa le terme « municipium » pour désigner Nonancourt, il signifiait très précisément une agglomération constituée aux abords d’une fortification31. Le site présente toutes les qualités propres à une installation protohistorique. L’étymologie bas-latine en -curtis indiquerait en outre une installation d’époque mérovingienne32. Ce toponyme fut mentionné quelques années avant l’intervention d’Henri Ier pour servir de référence géographique : entre 1105 et 1109, lorsque Gervais de Gallardon signala l’édification du château de Saint-Rémy, il le localisa « devant Nonancourt33 » qui, situé sur la voie menant de Dreux à Condé-sur-Iton, paraît avoir été un point de passage obligé à l’invasion progammée par Gervais Ier de Châteauneuf. Par ailleurs, le douaire de Leutgarde de Vermandois s’étendant jusqu’à l’Avre, il est possible que Nonancourt fît partie de cette enclave et passa très probablement à la famille de Châteauneuf : l’insistance future des habitants de Coudres pour être intégrés à la commune de Nonancourt34 et l’utilisation conjointe de certains équipements à des dates ultérieures35 semblent indiquer une forte association entre ces deux sites, peut-être héritée de cette période.

8En 1112, il s’agit donc d’un site ancien, habité et pourvu de fortifications, peut-être déjà érigées par les Français. D’ailleurs peu avant, il semble que ce territoire repris en main par le pouvoir normand fût contesté par Gervais de Châteauneuf et la fortification de Saint-Rémy pourrait ainsi s’expliquer précisément par la perte de Nonancourt. La fortification de Henri Beauclerc intervint donc sur un terrain sensible et instable. Il formalisa sa domination définitive par la modernisation des deux municipia d’Illiers et de Nonancourt.

  • 36 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 435-436.
  • 37 Gallia Christiana, t. XII, col. 575 : « Subscripsit 1126 chartae Henrici regis pro exaquio. Memorat (...)

9La fondation de la ville de Verneuil répondit au même schéma mais fut dissociée de quelques années. Ses causes, outre la défense évidente de la frontière, appartiennent au contexte particulier qui suivit la révolte de 1118-1119 et plus précisément la sédition d’Eustache et Julienne de Breteuil. En effet, la prise potentielle de Breteuil et de L’Aigle par le roi de France, qui possédait à ce moment-là des appuis au sein de la noblesse normande (avec le ralliement de Raoul de Conches et Amaury de Montfort, comte d’Evreux), constituait une menace pour l’intégrité du duché. Le rôle des populations locales, favorables à Henri Ier, se manifesta à plusieurs reprises dans sa lutte contre les barons en révolte36 : dès 1106 à Falaise et Tinchebray, en 1118-1119 à Alençon, Breteuil, Évreux et les Andelys. Elle ne se démentit pas plus tard pour Gisors (1123), Ecouché et le Sap. Dans le cas du siège de Breteuil, le rôle déterminant des bourgeois fut souligné et récompensé. Ce furent sans aucun doute ces événements, en lien avec l’avortement en novembre 1120 du projet matrimonial d’Amicie de Gaël avec le prince héritier, qui conduisirent Henri Ier à prendre pleinement conscience de l’atout que pouvait représenter la population bourgeoise et à revoir le système de garde de ses châteaux. Une solution nouvelle fut donc trouvée, originale et bien encadrée, ne mettant plus en scène un seigneur châtelain intermédiaire : le château de Verneuil, entièrement dépendant du pouvoir ducal, fut étroitement associé à une population urbaine, elle-aussi directement contrôlée par le roi. Comme Nonancourt, la ville était constituée au moins juridiquement dès 112637.

  • 38 Voir supra : « L’implantation significative... », p. 73.
  • 39 BNF, lat. 11055, p. 19 et lat. 11056, no 701 ; J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..., op. ci (...)
  • 40 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. xxxiii ; J.-J. Vernier (éd.), Cha (...)

10Comme tout bourg castral, Verneuil ne fut pas une création ex nihilo. S’il est très clairement attesté que la partie orientale de l’Avre se trouvait sous domination française depuis la fin du Xe siècle, rien n’indique précisément quelle était la situation aux alentours de Verneuil. De nombreux documents attestent sa colonisation, continue depuis au moins le Xe siècle, mais dont le centre de gravité se situait en terre française ou en périphérie. Les possessions des établissements religieux sont un excellent indicateur de l’implantation humaine, des groupements de population (paroisses et villae) et de l’activité agricole (dîmes et autres revenus). Des abbayes françaises y avaient des intérêts : Saint-Père-de-Chartres à Armentières (Xe siècle), Beaulieu, Saint-Christophe, Chandai et Pullay (avant 1126) ; Saint-Lomer à Droisy (avant 1107), peut-être déjà à Longuelune et Francheville38. Les établissements normands de Saint-Evroult et Jumièges y étaient déjà fortement implantés depuis au moins la fin du XIe siècle : Saint-Evroult à Poisley – qui se retrouva d’ailleurs « à l’intérieur de la châtellerie de Verneuil » en 113139 ; Jumièges à Gauville et Piseux et, dans l’évêché de Chartres, Saint-Martin de Verneuil et le Mont-Baudry, depuis 103040.

  • 41 Voir supra : « Les territoires contrôlés... », p. 41 ; et « L’étendue des territoires... », p. 89.

11À l’origine, la terre se trouvait très probablement sous l’influence française des familles le Riche, Fils-Ribault, puis Châteauneuf et, plus tard, normande avec Tillières, peut-être en concurrence avec L’Aigle d’ailleurs41. Cependant, il n’est pas certain que les territoires de Verneuil aient été détachés de l’honneur car Gilbert III était alors l’unique allié de Henri Ier sur cette frontière : il convenait de ne pas créer de ressentiment. En revanche, il est possible que cette ancienne enclave française n’ait été que superficiellement contrôlée par Tillières avec pour preuve le retard du jugement de la cour de Tillières sur Gauville. À la faveur de sa victoire sur les Français et les barons révoltés, il se pourrait que, comme pour Nonancourt, Henri reprît directement à son compte ces territoires à Gervais Ier. Par ailleurs, la personnalité relativement effacée de Gilbert III ne l’a sans doute pas poussé à les revendiquer et s’opposer à Henri Ier, situation dont profita pleinement le prince normand. Il semble donc que les influences aient été assez diverses pour les Xe et XIe siècles et que rien ne fût réellement stabilisé car la présence française, au départ dominante, n’était pas en complète régression sous la très relative pression de Tillières.

Carte no 26 – Le paysage castral dans l’interfluve Iton-Avre au début du XIIIe siècle.

Notes

1 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 250-251.

2 Du moins, n’en avons-nous aucune mention d’existence : voir A. Lemoine-Descourtieux : « Illiers-l’Évêque (Eure) : un château âprement disputé du Xe au XIIIe siècle », Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne, Alençon, t. CXXIV, no 3, 2005, p. 55-76 ; Illiers-L’Évêque, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

3 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history...,op. cit., t. VI, p. 176-177 ; voir supra : « La baronnie de Châteauneuf... », p.~34 : en vertu de l’héritage des biens autrefois tenus par le vicomte de Châteaudun.

4 Ascelin Goël, seigneur de Bréval (canton de Bonnières-sur-Seine, dép. des Yvelines), fut opposé à Guillaume de Breteuil de 1089 à 1090 pour la possession d’Ivry. Il conserva le château en épousant Isabelle, fille naturelle de Guillaume. En 1102, à la mort de Guillaume de Breteuil, sans héritier légitime, tous deux soutinrent Guillaume de Gaël, fils de Raoul Ier de Gaël et d’Emma, sœur de Guillaume de Breteuil. Guillaume de Gaël et son frère Raoul tenaient Ivry en 1119.

5 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers...,op. cit., t. I, p. 64.

6 E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 164-166, no LXV ; BNF, lat. 10095, no XXXVIII, f° 20 : voir supra : « Simon d’Anet », p.~52.

7 É. Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger...,op. cit., p. 31-32, no XXVII ; voir également D. Power, op. cit., p. 278-280.

8 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 : « [...] quod est firmum permaneat, hic carta signata est sigillo Simonis de Aneto et sigillo meo. Is(s) [f] is testibus : Morhero de Illiis [...] » ; et no 29 : « Ego Simone de Aneto notum fieri uolo Huius rei testes sunt quo [...] subscripta sunt nomina : [...] [M]orherus Drocensis ».

9 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 291, no 122; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. I, p. 38-39. Le fait que ce Gaston puisse également être rapproché de Gaston du Châtel ou un cadet de la même famille n’est pas incompatible car Morhier et la baronnie de Châteauneuf ont exercé leur pouvoir dans la même région. Par ailleurs, cette église dédiée à saint Michel disparut avant la rédaction du premier pouillé (1370).

10 BNF, lat. 11055, p. 32 (av. 1190?-1204): « Guadone Drocensi. »

11 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10 et p. 184-185, no 246.

12 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, t. III, p. 256-261.

13 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 73 ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11 ; T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit., t. I, p. 237, p. 239 et t. II, p. 314-315.

14 Arch. dép. Eure, H 321, cote 10 : « que tous presents et à venir sachent que Moi Gaston de Dreux pour le salut de mon ame de celle de deliz ma femme [...] ai donné [...] vingt sols de monnoye courrante [...] sur mes cens d’Illiers [...] Guillaume mon fils a consenti [...] » ; H 322, cote 32 : « [...] Gado Drocensis, miles, in Domino salutem [...] terris de Mereuilla contiguo quia de feodo meo erat [...] » et H 323, cotte 1 : « [...] W[illelmus] Drocensis, miles [...] ad anniversarium bone memorie patris mei Gadonis faciendum, quindec(e)[i]m solidos Turonensium dedi et concessi [...] in censibus meis de Illeis, in festo sancti Remigii annuatim persolvendos, cum vigint(o)[i]solidos, quos similiter in dictis censibus, de elemosina patris mei, annuatim perpiciebant. »

15 Nous verrons en détail plus loin le sort de Nonancourt à la fin du XIIe siècle.

16 Arch. dép. Eure, G 6, p. 182-184, no 244 : « Ego Robertas de Curtiniaco [...] notum facio [...] quod ego uolo, concedo [...] quod Gado Drocensis, miles, et heredes sui, medietatem habeant in omnibus que pertinent ad communitatem aille d’Yllees (...) in quo modo dictus Gado tenait omnia supradicta in tempore defuncti Guillelmi de Fraxino [...] »

17 Voir supra, « Les autres lignages... », p. 100 ; pour un autre Guillaume du Fresne, voir D. Power, op. cit., p. 280-281.

18 BNF, coll. Clairembault 995, no 34; arch. dép. Eure, H 305 : « [...] ego Willelmus de Fraxino et dominus de Illeiis concessi [...] omnes decimas quas dedit eis Philippas, prepositus de Illeiis [...] »

19 É. Berger, H.-F. Delaborde, et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-185, no 633 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 217-219, no 578.

20 BNF, Clairembault 995, no 37 et no 40 : « W. de Fraxino, et Robertus, frère dudit W. [...] »

21 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 40, no 262.

22 BNF, lat. 5417, p. 118 : « [...] Notum sit uobis, quam Petrus filius Golferii, consensu fratris sui Willelmi, et filiorum ipsius, in manu nostra reddebit ecclesias et decimas de Hilleis. Nos autem eas dedimus monachis de monasterio Beati Petri Carnotensis [...] » ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. II, p. 277 : donne la date de 1157.

23 B. Guérard (éd.), Cartulaire...,op. cit., t. II, p. 260-263 ; voir supra : « L’implantation significative... » p. 73.

24 Arch. dép. Eure, G 122, f° 38, no 182 : « uenerabilis dominus Symon de Aneto, ecclesie nostre fi delis amicus. »

25 BNF, Clairembault 995, no 13: « per manum nostram »; arch. dép. Eure, H 320, cote 4: « par mes mains. »

26 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10: « [...] tenendum jure hereditario sibi et heredibus suis, libere et pace honorifice et absolute ab episcopo Ebroicensi per promicium quod feodum debet dictus ante episcopus, tenet a nobis ilium feodum cum regaliis, pro nostre uero, et pro salute anime nostre et antecessorum meorum, et pro satisffacione peccatorum meorum, et pro injuria Ebroicensis ecclesie, illatam summam pecunie quam Henricus a(t)tavus meus, quondam rex Anglie posait ad predictum domum de Yllees firmandam, eidem Moreherio dedimus et quitavimus » et p. 184-185, no 246: « [...] tenendam predicto Gatoni et heredibus suis libere et pacifice honorifice et absolute ab episcopo Ebroicensi per promicium quod feodum debet ante(m) episcopo, tenet a nobis alium feodum cum regaliis suis. Nos uero, pro salute animae me[ae] et antecessorum meorum, et pro satisfacionem peccatorum meorum et pro iniuria ecclesie Ebroicensis, illatam summam pecunie, quod Henricus a(t)tavus noster, quondam rex Anglie posui, ad predictam domum de Yllees firmandam, eidem Gatoni, filio predicti Moreherii, similiter dedimus et quitavimus. »

27 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 828 ; Durand, « Mémoire... », art. cité ; des fouilles archéologiques sont actuellement en cours sur le site antique.

28 B. Guérard (éd.), Cartulaire...,op. cit., t. I, p. 127 ; voir supra : « La baronnie de Châteauneuf... », p. 34.

29 Ibid., p. 152, no XXVII ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; il est d’ailleurs tout à fait possible que les deux sites aient alors été confondus ; Courdemanche, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

30 P. Bouet et M. Dosdat, « Les évêques normands de 985 à 1150 », art. cité, p. 29.

31 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 426.

32 F. de Beaurepaire, Noms des communes de l’Eure, op. cit., p. 29 et p. 152 ; René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, PUF, 1993, p. 188 ; des fouilles ont lieu actuellement sur une nécropole à enclos circulaire de l’âge du bronze (F. Kliesch, INRAP, UMR 5594).

33 L. Merlet (éd.), Lettres d’Yves de Chartres et d’autres personnages de son temps (1087-1130), Paris, Firmin-Didot, 1855, p. 29-30, no XXXV ; voir supra ; d’un point de vue géographique, ce détail n’est pas tout à fait vrai, puisque c’est Saint-Lubin-des-Joncherets qui se trouve véritablement en face de Nonancourt : il faut ici entendre « contre » Nonancourt, d’un point de vue stratégique.

34 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 300-301, no 1112 (1215).

35 Arch. dép. Eure, 7 A1, 1772.

36 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 435-436.

37 Gallia Christiana, t. XII, col. 575 : « Subscripsit 1126 chartae Henrici regis pro exaquio. Memoratur eodem in bulla Honorii II Anglorum regem forte absolventis [...] concessis ecclesiis & decimis de Vernolio & de Nonancuria. »

38 Voir supra : « L’implantation significative... », p. 73.

39 BNF, lat. 11055, p. 19 et lat. 11056, no 701 ; J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..., op. cit., p. 88 : voir supra : « Le lignage de Bois-Arnault », p. 125.

40 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. xxxiii ; J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 56-57, no XVII, p. 127-128, no XLIII, p. 131-132, no XLV, p. 138-142, no LI, et no LU, p. 186-192, no LXXVII ; voir supra : « Les territoires contrôlés... », p. 41.

41 Voir supra : « Les territoires contrôlés... », p. 41 ; et « L’étendue des territoires... », p. 89.

Table des illustrations

Légende Carte no 26 – Le paysage castral dans l’interfluve Iton-Avre au début du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search