Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

IIe partie. Bourgs castraux et centres administratifs nouveaux

Introduction

Texte intégral

Le péril féodal et les tentatives de reprise en main de certains châteaux

  • 1 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 248-249 ; M. Bur (éd.), La G (...)
  • 2 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 248-249.
  • 3 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiast (...)

1Au cours du XIe siècle, la défense de la frontière de l’Avre s’organisa donc au sein du système féodal avec la mise en place de réseaux seigneuriaux, les châteaux d’origine ducale (Tillières et Breteuil) s’inscrivant, immédiatement ou non, dans le schéma classique des places tenues de droit héréditaire. Au début du XIIe siècle, Tillières ne posait aucun problème à Henri Ier. Gilbert III fut d’ailleurs seul son allié sur la frontière lors de la révolte de 1118-1119 et défendit la place contre Guillaume de Chaumont1. Gilbert était alors cité comme simple « gardien » du château mais O. Vital citait « sa » campagne alentour2 : il est donc incontestable qu’il reçut la forteresse de droit à la mort de son père en 1117. Le cas de Breteuil est plus complexe : le château de Guillaume le Bâtard s’implanta dans un domaine normand, le fief de Galon, déjà tenu héréditairement par Guillaume Fils-Osbern. Naturellement, le problème de succession qui suivit la mort de Guillaume de Breteuil fut tranché par le duc. Ceci faisait partie de ses droits et pour des raisons tactiques et personnelles, il choisit la descendance illégitime. Précisément, le retournement de celle-ci, conjointement avec la menace de livrer L’Aigle aux Français, souligna la fragilité de ses appuis au sein du groupe nobiliaire, mettant en péril la Normandie méridionale d’Alençon à la Seine, si Tillières venait à fléchir3.

  • 4 Voir supra, « Les derniers enjeux militaires... », p. 85.

2Un effort de récupération des forteresses privées défendant la frontière peut être mis en évidence à différents moments, notamment à la fin du XIIe siècle, sous les Plantagenêts. L’exemple le plus représentatif fut celui de Tillières, après la mort de Gilbert V. Ses enfants mineurs furent placés, avec leur héritage sous l’autorité de leur oncle maternel, pendant que la défense du château était prise en main par l’autorité ducale, comme en témoignent les comptes de 1198,1200-1201, 1202 et 1203. D’ailleurs, la confiscation de la forteresse semble avoir été effective dès 1180, année pour laquelle apparaissait déjà Raoul de Verdun à la garde du château. Ce fut probablement une conséquence directe de la participation de Gilbert V à la révolte d’Henri le Jeune. Il était urgent pour Henri II de sécuriser à nouveau cette frontière. C’est pourquoi, Damville, incendié dès 1173, finit par subir le même sort et fut renforcé par le pouvoir central4.

  • 5 Voir supra, « Le lignage de Courteilles », p. 97.
  • 6 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 257-260 ; T. Bonnin (é (...)

3Il en fut de même pour les châteaux secondaires. Exactement à la même période, le château de Courteilles, voisin de Tillières, fut soustrait à la famille châtelaine pour entrer dans l’orbite ducale : en 1195, les revenus du domaine furent versés à l’Échiquier et en 1198, la fortification du château fut prise en charge par les finances ducales5. D’ailleurs, le 23 juillet 1194, l’entrevue de Philippe Auguste et Richard Cœur-de-Lion eut lieu entre Verneuil et Tillières, sans doute à Courteilles6 : cela pourrait confirmer que le roi d’Angleterre disposait alors pleinement du château.

  • 7 Voir supra, « Les autres lignages... », p. 100.
  • 8 Voir supra, « La mouvance », p. 62.

4Le cas de la maison forte de Cintray au sud de Breteuil fut légèrement différent. Il semblerait que la place fût confisquée fortuitement à la suite d’une opération judiciaire courante : en 1198, son détenteur Gilbert du Tannay était en fuite pour meurtre. Les biens du félon furent repris par la couronne et la maison de Cintray fut mise sous bonne garde7. C’était une occasion inespérée pour le duc de reprendre à son profit le contrôle de cette forteresse épaulant Breteuil. Par ailleurs dès 1180, le château frontalier de Louye, qui dépendait encore de Muzy dans les années 1130, se trouva lui aussi à la garde du prévôt de Nonancourt, Sehier de Quency8.

  • 9 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11, p. 107 et passim

5Dans ces mêmes années, d’autres châteaux privés comme Tosny en 1194, Chennebrun ou L’Aigle en juin 12019 furent financièrement aidés par l’Échiquier. Dans ces cas précis, les sommes furent directement versées au détenteur du château, non à un officier ducal, comme à Tillières ou Courteilles.

Notes

1 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 248-249 ; M. Bur (éd.), La Geste de Louis VI..., op. cit., p. 92-93 ; A. Luchaire (éd.),… Annales de Louis VI le Gros, op. cit., p. 260-262.

2 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history..., op. cit., t. VI, p. 248-249.

3 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical history...,op. cit., t VI, p. 196-197.

4 Voir supra, « Les derniers enjeux militaires... », p. 85.

5 Voir supra, « Le lignage de Courteilles », p. 97.

6 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 257-260 ; T. Bonnin (éd.), Opuscules et mélanges historiques sur la ville d’Évreux et le département de l’Eure, Évreux, Ancelle, 1845, situa cette entrevue à Courteilles.

7 Voir supra, « Les autres lignages... », p. 100.

8 Voir supra, « La mouvance », p. 62.

9 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11, p. 107 et passim.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search