Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

Ire partie. Forteresses frontalières et familles châtelaines

Breteuil : une puissance irrépressible ?

Texte intégral

Des personnalités influentes

Le lignage d’Osbern de Crépon

Guillaume Fils-Osbern (1025-1071)

  • 1 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227.
  • 2 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil, Évr (...)
  • 3 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 87-89, copie interpolée du XIIe siècle (arch. dép. (...)
  • 4 David Bates, « Notes sur l’aristocratie normande : I, Hugues de Bayeux et sa famille », AN, Caen, t (...)
  • 5 L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande : les Tosny », dans M. de Boüard (dir.), Documen (...)
  • 6 Après 1046 ou vers 1050, selon que l’on considère qu’Emma reçut le fief de son père ou de son frère (...)
  • 7 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 12-13, avant 1066.
  • 8 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 91.
  • 9 A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil-sur-Iton, op. cit., p. 64, nous reviendrons plus l (...)

1Guillaume Fils-Osbern, à la différence de Gilbert Crespin, appartenait doublement à la parentèle ducale : son père, Osbern de Crépon, était cousin de Richard Ier1 et sa mère, Emma, était la fille de Raoul d’Ivry, lui-même frère utérin de Richard Ier. Lorsque Guillaume Fils-Osbern reçut Breteuil, il s’agissait déjà d’un domaine ancien2. Appartenant au domaine ducal, il en aurait été détaché au Xe siècle en faveur de Raoul d’Ivry. Dès 1011, celui-ci y aurait donné des droits à l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen3. Pour D. Bates, Emma ne l’aurait pas reçu directement de son père car son frère Hugues, évêque de Bayeux († 1049), l’aurait précédée4. Quoi qu’il en soit, Guillaume Fils-Osbern aurait hérité de Breteuil par sa mère, au plus tard en 1050. Quelques droits furent donnés sur cette terre, alors appelée « fief de Galon », par Guillaume et son épouse, Adèle de Tosny5, lors de la fondation de Notre-Dame de Lyre6. Cette abbaye resta intimement liée à Breteuil et ses chartes constituent une source d’information essentielle permettant d’étudier le rayonnement de l’honneur. Par cette fondation longtemps pionnière dans la région et par celle de Cormeilles7, les époux participèrent au relèvement religieux de la Normandie. Par l’intermédiaire de leurs arrière-vassaux, ils firent également des donations à l’abbaye du Bec, entre 1040 et 10668, et Guillaume aurait fondé la maladrerie de Breteuil9.

  • 10 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 144-147 ; F. Neveux, La Normandie (...)
  • 11 Il souscrivit à de très nombreux actes ducaux : M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 62.
  • 12 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227.
  • 13 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 174 et p. 260 ; E. M. C. Van (...)
  • 14 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 202, p. 222-223 et p. 280.
  • 15 Ibid., p. 282-283; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t.II, p. 226-227.
  • 16 Après la révolte de Norwich, ils durent s’exiler en Terre sainte, laissant au roi la tutelle de leu (...)

2La construction du château, décidée par le duc, répondit à la conjoncture particulière des années 1040-1060, alors que Tillières se trouvait aux mains du roi de France, et fut consécutive à l’invasion de 1054. Henri Ier de France et Geoffroy d’Anjou s’étaient probablement appuyés sur Tillières pour prendre le comté d’Évreux, qu’ils durent cependant évacuer après la défaite de Mortemer10. La perte de Tillières rendait donc indispensable la construction d’une nouvelle forteresse. Le site de Breteuil, pourtant éloigné de la frontière normande définie par la paix de Coudres et de la zone neutralisée par le roi de France, était assuré par la présence de Guillaume Fils-Osbern, très proche du jeune duc Guillaume11 et dont l’histoire officielle a laissé le souvenir d’un homme honnête et droit12. Il participa à la conquête de l’Angleterre où il reçut l’île de Wight et le comté de Hereford13 aux confins du pays de Galles. Guillaume lui confia la régence de l’Angleterre avec Eude de Bayeux, puis avec la comtesse Mathilde, l’administration du duché pendant qu’il pacifiait l’Angleterre14. Guillaume Fils-Osbern trouva la mort en Flandre en 1071 et fut enterré dans l’abbaye de Cormeilles. Guillaume le Conquérant partagea alors ses biens entre les fils : l’aîné Guillaume reçut les terres normandes (Breteuil, Pacy, etc.), tandis que le second, Robert, eut celles d’Angleterre15. Sa fille, Emma, épousa un Breton, Raoul de Gaël, comte de Norwich16.

Guillaume de Breteuil (1071-1103)

  • 17 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 116-117.
  • 18 Ibid., t. IV, p. 286-290 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-2 (...)
  • 19 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 100 ; t. IV, p. 114-115, p. 1 (...)
  • 20 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 228-231.
  • 21 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. V, p. 290-291; D. Power, op. cit., p (...)

3C’est à Breteuil, en l’église Saint-Sulpice, qu’eurent lieu en 1081 les fiançailles d’Henri-Étienne de Blois, fils du comte de Chartres, et Adèle, fille de Guillaume le Conquérant, sur la route de Chartres où fut célébré le mariage17. Toute la vie de Guillaume de Breteuil fut marquée par la lutte qui l’opposa à son vassal, Ascelin Goël, à propos d’Ivry. Ascelin était le fils de Robert d’Ivry et petit-fils d’Alberède, qui avait construit le château. C’est donc à ce titre qu’il le réclamait. En vertu de l’héritage d’Emma, Guillaume en avait réclamé lui aussi la possession, dès 1071. Or depuis Robert le Magnifique, le château était revenu dans le domaine ducal et, pour lors, confié à la garde de Robert de Meulan18. Après la mort du Conquérant, comme de nombreux barons normands, Guillaume avait commencé par soutenir Robert Courteheuse. Il lui soutira Ivry dès 1089. L’année suivante, il n’en assista pas moins Guillaume le Roux au siège de Conches, tenu par son oncle, Raoul II de Tosny. Guillaume de Breteuil y fut capturé et, pour sa libération, dut faire de son cousin Roger, l’héritier de tous ses biens. Or, Roger mourut avant la fin de l’année suivante19. Un an plus tard, Ascelin Goël captura Guillaume, qui recouvra sa liberté en lui donnant sa fille naturelle, Isabelle, pour épouse avec Ivry en dot. Aidé du roi de France Philippe Ier et de Robert Courteheuse, Guillaume de Breteuil réussit ensuite à neutraliser Ascelin Goël20. À la mort de Guillaume le Roux (1101), Guillaume de Breteuil resta fidèle à Robert Courteheuse21, s’opposant ainsi à son voisin Raoul de Tony.

  • 22 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit., t. I, no III, p. 9 (1080) ; M. Chibnall (éd.) (...)
  • 23 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 91.
  • 24 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 4, no 5 (n. d.) : « Ego Guillelmus, Guillelmi comitis filius, conced (...)
  • 25 Arch. dép. Eure, H 793, p. 148-149 (confirmation de 1195 par Richard Ier) : « [...] uolontate Wille (...)
  • 26 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 415; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical H (...)

4Guillaume n’est pas seulement connu pour ses difficultés à préserver l’héritage paternel mais également pour de nombreux actes de piété. En 1080, il fit une donation à l’abbaye de Saint-Evroult et confirma les dons antérieurs de Richard Fresnel, Guillaume Aalis, Raoul de la Cunelle, etc. et donna un bourgeois à Breteuil22. Il perpétua l’œuvre religieuse de son père envers les abbayes du Bec23 et de Lyre, à qui il fit don de ses péages de Pont-Saint-Pierre, de dîmes à Bémécourt, etc.24. Une charte de Saint-Taurin d’Évreux mentionna également que Guillaume de Breteuil et Richard Fils-Herluin [de Saint-André « en la Marche »] avaient accordé une donation à Pinterville25 : pour Guillaume, cela correspondit peut-être au bref moment où il recouvra Ivry. Retiré au Bec, il y mourut le 12 janvier 1103 et fut inhumé à Notre-Dame de Lyre26.

Les difficultés de la succession au début du XIIe siècle

Eustache de Breteuil (1103-1119)

  • 27 Ibid.
  • 28 E. M. C. Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », art. cité, p. 122 : ils avaient été ban (...)
  • 29 Id., Orderici Vitalis..., op. cit, t. II, p. 230-231 ; Guillaume de Gaël, nommé par Orderic Vital, (...)
  • 30 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 40-41 ; D. Crouch, The Beaumo (...)
  • 31 J. Green, « Le gouvernement d’Henri Ier Beauclerc en Normandie », dans P. Bouet et V. Gazeau (dir.) (...)
  • 32 C. W. Hollister, « War and diplomacy... », art. cité, p. 72 et suiv. et p. 82; J. Green, The Aristo (...)

5La succession de Guillaume de Breteuil s’ouvrit sur un conflit (1103-1104) car aucun enfant n’était né de son mariage avec Adeline de Montfort27. Peu avant de mourir, il aurait désigné comme héritier Raoul II de Gaël, fils de sa sœur Emma et de Raoul Ier de Gaël, comte d’East-Anglia28 mais Eustache, son fils naturel, occupa les positions normandes29. Les enfants d’Emma ayant déjà obtenu Ivry30, Henri Beauclerc contenta Eustache avec Breteuil et Pacy et lui donna sa fille illégitime, Julienne, en mariage. En fait, Henri Ier était encore dans une situation difficile et avait besoin d’alliés en Normandie31. Il a ainsi été souligné que ce roi avait l’habitude de confier ses forteresses frontalières, en même temps que ses filles illégitimes32.

  • 33 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11, no 3 : Guéry note que cette charte fut pourtant émise alors qu’E (...)
  • 34 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 212-215 et p. 278-279.

6Eustache de Breteuil voulut s’inscrire dans la continuité familiale et s’attacha à conserver les liens affectifs entretenus par ses aïeux avec les institutions religieuses locales, en confirmant notamment les possessions de l’abbaye de Lyre33. Cependant, lors de la révolte de la noblesse normande en 1118-1119, Henri Beauclerc fut trahi par Julienne et Eustache. Ils s’allièrent avec le roi de France dans l’espoir de recouvrer Ivry. Eustache fortifia Glos, Lyre, Pont-Saint-Pierre et Pacy. À Breteuil en février 1119, Julienne soutint un siège contre son propre père. Les bourgeois de Breteuil, favorables à Henri Ier, lui ouvrirent les portes de la ville ce qui permit d’encercler le château. Leur fidélité fut récompensée après la victoire de Henri et la triste fuite de Julienne. Henri aurait accordé des privilèges et leur confia momentanément le commandement du château. Par leur attitude éminemment hostile à l’autorité ducale et malgré une grande cérémonie de pardon, Eustache et Julienne ne recouvrirent pas cet honneur et se replièrent sur Pacy34. Leur fils Guillaume († 1136) porta d’ailleurs le seul nom de Pacy et n’obtint jamais Breteuil.

Raoul II de Gaël (1119-1120)

  • 35 Ibid., p. 242-245 ; Cintray, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; Amaury de Montfort était (...)
  • 36 Il y a évidemment contradiction entre les deux chroniques ; A. Luchaire (éd.), Louis VI le Gros..., (...)

7Très rapidement l’honneur de Breteuil et les autres possessions d’Eustache – excepté Pacy – furent attribuées à Raoul II de Gaël, resté fidèle à Henri. En Août 1119, Louis VI, conseillé par Amaury de Montfort, projetait de restituer Breteuil à Eustache. Il comptait s’appuyer sur Cintray, que tenait pour eux Gauchelin du Tannay, et gagner à leur cause Raoul de Conches35. Les Français furent repoussés de Breteuil le 17 septembre 1119 par Raoul II de Gaël, aidé du prince Richard. Par vengeance, Louis VI incendia Ivry puis Chartres, dont le comte Étienne était allié à son oncle normand. Suger relata pudiquement que, déçu de n’avoir pas vu le roi d’Angleterre, Louis VI se replia sur Chartres qui ne dut son salut qu’à l’exhibition des reliques de la Vierge36.

  • 37 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 106 et suiv.
  • 38 En attendant, Henri se réservait le contrôle de son héritage : voir E. M. C. Van Houts, « L’exil da (...)
  • 39 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 330-331 ; E. M. C. Van Houts (...)

8Cependant, Raoul II de Gaël ne réussit pas à s’imposer à Breteuil, où certains arrière-vassaux (Glos, la Ferté-Frênel et du Bois) étaient restés favorables au normand Eustache, si bien qu’il dut s’enfuir en Bretagne dès 112037. L’honneur échut à sa sœur Amicie, avec Glos et Lyre. Henri Ier, comptant prendre définitivement le contrôle de Breteuil, la fiança à son fils héritier Guillaume Adelin38 mais celui-ci mourut dans le naufrage de la Blanche-Nef (novembre 1120). Amicie épousa alors Robert de Beaumont, fils de Robert de Meulan et futur comte de Leicester39.

Les comtes de Leicester

Robert II de Leicester (1121-1168)

  • 40 D’après D. Crouch, Breteuil aurait été momentanément donné à Guillaume de Pacy, l’auteur s’appuie s (...)
  • 41 Pour plus de détails se référer à D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit..
  • 42 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. III, p. 442.
  • 43 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 318.
  • 44 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 8.
  • 45 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 416.

9En 1122 à la mort de son père, Robert reçut Leicester en Angleterre et prit alors le titre de « comte », distinction qui ne fut donc jamais directement associée à l’honneur. Robert fut un puissant baron gravitant dans l’entourage royal. Après la mort d’Henri Ier (1135), Robert II soutint Étienne de Blois jusqu’en 1153. Pourtant dès 1141, après la capture d’Étienne par les Plantagenêts, Robert vit ses terres normandes confisquées40. Puis Robert devint un personnage particulièrement important à la cour angevine et s’illustra en Angleterre et en Normandie41. Outre-Manche, il fut à la tête de l’administration et de la justice autour de l’année 1158. Il fut cité comme vice-roi en 1162, 1165, 1166, et 116742. En 1165, il était justicier d’Angleterre43. Il mourut en 116844, après s’être retiré à l’abbaye de Notre-Dame de Leicester qu’il avait fondée. Amicie se retira à l’abbaye d’Eton, fondée également par le couple45.

  • 46 Verneusses, canton de Broglie, dép. de l’Eure ; K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité (...)
  • 47 Ibid., p. 548-549.
  • 48 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 29-36.
  • 49 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 456-457, p. 512-513 et p. 524 (...)

10En Normandie, l’autorité de Robert fut longtemps remise en cause par la branche illégitime de Pacy, soutenue par les voisins et arrière-vassaux de l’honneur, avec, en toile fond, la lutte Blois-Plantagenêt. Ainsi vers l’ouest, Robert se trouva souvent en opposition avec Richer II de L’Aigle, qui persista dans un comportement hostile antérieur à la venue de Robert : en 1118, Richer s’était déjà associé à Eustache et tous deux avaient attaqué Verneusses46. Après la mort d’Eustache (1136), Richer soutint Guillaume de Pacy. Malgré leur alliance commune à Étienne de Blois, Robert captura Richer à Lyre en 1140 et le retint au château de Breteuil. Il dut cependant le libérer six mois plus tard et établir une paix provisoire avec les Plantagenêts, car la situation d’Étienne de Blois s’était retournée dans la région47. Roger de Tosny, seigneur de Conches, soutenait également Guillaume de Pacy et les arrière-vassaux dissidents de l’honneur48. En janvier 1138, les Grandvilliers et leurs cousins Giroie pillèrent les terres de Robert en Évrecin mais furent repoussés par Guillaume Fresnel, Alain du Tannay et Arnault du Bois et les bourgeois de Glos qui s’étaient insurgés. Le 7 septembre 1138, Breteuil fut incendiée par Roger de Tosny et Simon de Grandvilliers. Le conflit prit fin avec le mariage de Marguerite, fille de Robert II, avec Raoul, fils de Roger de Tosny49.

  • 50 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, p. 55 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 11 et suiv., no 4 et (...)
  • 51 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1, f° 2, no 2 : « Robertus, comes Legrecestriae et dominas Brit (...)
  • 52 Ibid., fos 1-2, no 1 : « [...] et Ernaldus de Bosco [...] et Guillelmus Fresnel [...] »
  • 53 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433 ; ils sont connus par une confirmation d (...)
  • 54 Arch. dép. Eure, III F 312 ; H 1437, p. 59, no 245 : « Robertus, comes Le(c)[g]re[ce]strie et domin (...)
  • 55 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 2, no 6.

11Naturellement, Robert II de Leicester chercha à s’inscrire dans une continuité dynastique, en confirmant de nombreuses donations et en restant fidèle à l’abbaye de Lyre qu’il gratifia de nouvelles donations50. Dès 1125, il érigea la chapelle du Désert, ermitage de la forêt de Breteuil, en prieuré dépendant de cette abbaye. La fondation fut reconnue en 1130 par Henri Ier et Innocent II51. Des familles anciennes et proches de Breteuil, comme Arnault du Bois et Guillaume Fresnel, s’y associèrent dès 112552. La léproserie de Breteuil reçut des revenus sur les terres anglaises de Kingston53. Vers 1142-1147, après la paix avec Richer de L’Aigle, Robert II de Leicester donna à la Chaise-Dieu-du-Theil des rentes à prendre sur sa prévôté de Breteuil, divers droits dans sa forêt et se sépara de son prieur, Hugues du Désert54. Vers 1150, Amicie et Robert accordèrent de nouveaux revenus et des extensions de droits en forêt de Breteuil55 (mort-bois, herbages et pasnage). Ces chartes montrent d’une part, qu’à travers les cadres religieux, Robert II de Leicester souhaitait se fondre durablement dans le paysage féodal local. D’autre part, les listes de ses témoins sous-entendent qu’il finit par s’aliéner la fidélité de ses arrière-vassaux et des familles voisines.

Robert III de Leicester (1153/1168-1190)

  • 56 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 79 et suiv.
  • 57 L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 52 ; A. Teulet (éd.), Layett (...)
  • 58 Arch. dép. Eure, III F 393, art. VI, p. 36.
  • 59 Canton de Saint-Pierre-sur-Dives, dép. du Calvados.

12Cependant, Robert II était plus intéressé par l’Angleterre. En 1153, il se rendit une dernière fois en Normandie, pour y confier ses domaines à son fils, Robert III56. La même année, celui-ci fut investi par le duc Henri Plantagenêt des terres d’Angleterre provenant de son aïeul, Robert de Meulan, de son père Robert de Leicester et de l’honneur de Breteuil, « tels que Guillaume de Breteuil les tenait et du fief de Pacy que tenait Guillaume de Pacy », mort la même année57. La légitimité de Robert III ne semblait pas encore très assurée en Normandie car il demanda au pape Alexandre III de le reconnaître et de protéger les religieux de Lyre contre un usurpateur58. Son épouse, Pernelle, fille d’Hugues de Grandmesnil59, lui donna plusieurs enfants : le futur Robert IV de Leicester, Guillaume dit le Lépreux († av. 1189-1198), Geoffroy (ou Roger) évêque de Saint-André en Écosse († av. 1202), Amicie épouse de Simon de Montfort, comte d’Évreux, et Marguerite épouse de Sehier de Quency.

  • 60 L. Delisle et Michel Brial (éd.), « La suite des monuments des trois règnes de Philippe Ier, Louis (...)
  • 61 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.op. cit., t. I, p. 557 (peut-être 1165 (...)
  • 62 F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit, t. I, p. 377; W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henric (...)
  • 63 Croth, canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des (...)
  • 64 BNF, lat. 11055, p. 23 : « [...] in presentia Roberti, comitis Leicestrie [...] apud Vernolium ».
  • 65 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 73-74, p. 8 (...)

13En 1160, lors du traité passé entre Louis VII et Henri II, Breteuil fut compris dans la dot de Marguerite de France, avec la clause suivante : si la fiancée venait à mourir avant trois ans, Breteuil retournerait au roi d’Angleterre à la différence du Vexin60, ce qui montre que l’essentiel des conflits se portait alors sur l’Epte. Vers les années 1165-1172/1173, il était à Verneuil, témoin d’un acte de Henri II confirmant les biens normands de l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres61. S’il fut parfois signalé parmi les barons proches d’Henri II, Robert III de Leicester ne lui fut pas toujours fidèle : en 1173, il prit le parti de Henri le Jeune et en juillet, lors de l’attaque de Verneuil par Louis VII, il abandonna son château de Breteuil. Quelques jours plus tard, sa ville anglaise de Leicester fut prise par le comte de Cornouaille et ses bourgeois y acceptèrent la domination royale. Le 16 octobre, il fut capturé à Forneham et emmené à Falaise avec sa femme, Pernelle. En juillet 1174, il fut transféré en Angleterre, où ses connétables remirent ses châteaux à Henri II, puis ramené en Normandie avec Hugues III de Châteauneuf. Ces événements lui valurent d’être exclu de la paix entre Henri II et ses fils, le 30 septembre 1174. Il fut pardonné en janvier 1177 et ses États lui furent rendus, exceptés ses châteaux de Pacy et Montsorel62. Les 21-22 septembre 1177, il était à Verneuil auprès du roi mais à Pâques 1183, Pernelle et lui furent de nouveau arrêtés par Henri II. En 1185, il revint à Ivry avec quelques courtisans, pour souscrire à une confirmation d’Henri II pour le prieuré de Croth. À Noël 1187, il était avec la cour à Guilford63. Après la mort d’Henri II, Richard lui restitua la totalité de ses terres. Robert III assista à son couronnement, le 3 septembre 1189 à Westminster, puis resta en Angleterre, au moins jusqu’en décembre. Le 2 janvier 1190 à Verneuil, il fut témoin avec son fils Robert d’une confirmation de Richard sur les biens de Saint-Evroult dans ses domaines64. Les 14-15 mars 1190, il accompagna Richard Ier à l’entrevue de Nonancourt, puis, le 31 mars, à Gournay. Robert III de Leicester partit en croisade, mourut en mer le 1er septembre 1190 et fut enterré en Albanie65.

  • 66 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 417.
  • 67 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « quietiam de consuetudine in uilla mea de Brethol (...)
  • 68 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 13-14, no 7 et no 9 ; p. 36-39, no 43 ; p. 39-40, no 46 ; p. 239-240 (...)
  • 69 Arch. dép. Eure, G 165, fos 3-4, no 3 ; f° 5, no 5 (1164) : « ego dedi et per missale super altare (...)
  • 70 Arch. dép. Eure, H 1438, p. 5, no 10 : « Robert comte de Leincestre concede ce que son pere avoit d (...)
  • 71 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433 ; peut-être a-t-il été articulièrement s (...)
  • 72 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit, t. II, p. 269, no DCLIII.
  • 73 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 34, no (...)
  • 74 Bois-Arnault, canton de Rugles, dép. de l’Eure ; Bémécourt, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’ (...)

14Sur un plan strictement local, il semble avoir été très concerné par ses territoires continentaux qu’il administrait depuis 1153. Avec son épouse normande, il multiplia les donations en faveur des établissements religieux dans son honneur ou alentour66, notamment et pour la première fois, l’abbaye de l’Estrée à qui il accorda des exemptions et droits dans sa ville et sa forêt de Breteuil67. L’abbaye de Lyre resta l’institution privilégiée de la famille : Robert III augmenta régulièrement ses possessions, surtout à l’approche de la croisade, confirma les donations effectuées du temps de son père, en attesta de nouvelles souvent non datées de la part de ses propres vassaux ou amis68. Il se préoccupa également du prieuré du Désert pour lequel il confirma les dons de son père, accrut personnellement les possessions ou figura comme simple témoin69. Il confirma encore les biens donnés par Robert II et Arnault du Bois à la Chaise-Dieu-du-Theil70 et à la léproserie de Breteuil, dont il augmenta considérablement les revenus71. Vers 1185, à Ivry, il fut l’un des témoins de Simon d’Anet pour la confirmation du prieuré de Croth72. Il fit en outre une donation, vers 1170, à la léproserie du Grand Beaulieu de divers droits sur la forêt de Breteuil et dans ses domaines de Normandie, en présence du futur Gervais II de Châteauneuf. Il se trouva encore en sa compagnie dans quatre autres chartes73. Il s’entoura des mêmes familles normandes qui avaient commencé à émerger sous Robert II : Arnault du Bois, Guillaume Fresnel, Eustache d’Hellenvilliers, Nicolas de Glos, Guillaume de Bémécourt, Gilbert de Charnelles, etc.74.

  • 75 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 418.
  • 76 BNF, lat. 11055, p. 33 : « [...] Apud Britolium duos burgenses [...] et terris usque ad altam fores (...)
  • 77 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241, no 301 (av. 1204) : « [...] Robertas, comes Leicestrie, filius (...)

15Son épouse, Pernelle de Grandmesnil, semble avoir pris une part active dans sa politique : elle apparut dans presque toutes les chartes de Robert, fut avec lui deux fois prisonnière de Henri II et lui survécut plusieurs années. En 1203, Jean sans Terre effectua pour elle un paiement à un juif de Lincoln. En 1204, elle régla la somme de 3 000 marcs, pour conserver le comté de Leicester et son honneur de Grandmesnil75. Elle donna également en son propre nom une charte à l’abbaye de Saint-Evroult sur le bourg et « sa » forêt de Breteuil76. Le fait que Robert IV, bien que reconnu comme comte de Leicester, se présentât comme « fils de Pernelle », montre combien elle eut une influence perceptible à un niveau régional77.

Robert IV de Leicester (1190-1204)

  • 78 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 156.
  • 79 Id., Chronicles and memorials of the reign of Richard I, RBMAS, Londres, Longman, 3 vol., 1864-1865 (...)
  • 80 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 556.
  • 81 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 205, p. 256-261, p. 278 (...)

16Dès l’annonce de la mort de son père, Robert IV se rendit auprès de Richard Ier et fut investi du comté de Leicester le 1er février 119178. Il participa à la croisade où il se distingua par quelques actions militaires79. Il rentra à la suite de Philippe Auguste dont il repoussa brillamment les offensives à Rouen en 119380. En 1194, capturé par Roscelin de Beaumont à Gournay, il fut emprisonné à Étampes et dut céder Pacy pour sa libération. Par le traité du 23 juillet 1194, Richard était autorisé à fortifier Breteuil, ce qui prouve que sur cette frontière et durant la dernière décennie de guerre Breteuil fut nettement moins impliqué que Verneuil, Nonancourt et Pacy. En décembre 1194, Robert racheta Pacy. Le 13 janvier 1196, il fut soutenu par Richard Ier dans ses réclamations sur Pacy mais il fut personnellement visé par les termes du traité : si lui, Richard de Vernon, son fils ou tout homme du roi d’Angleterre s’en prenait à Philippe Auguste, Richard serait contraint de lui remettre leurs territoires. Ce même mois, Robert IV de Leicester fut fait prisonnier en France. À nouveau sa libération dépendit de Pacy. Il écrivit à Richard pour avoir son accord. Son frère Roger, évêque de Saint-André en Écosse, sa sœur Amicie de Monfort et son neveu Simon de Monfort le confirmèrent par une charte. Simon de Monfort, Gervais de Châteauneuf et Roger de Meulan furent responsables de la transaction. Puis le 31 juillet 1198, Robert fut signalé à Caen à la cour de Richard Ier. Vers le mois de septembre, une dernière tentative pour retrouver Pacy échoua81.

  • 82 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 10, no 20 : « Sciant presentes et futuri quod ego Amitia, domina Mon (...)
  • 83 Ibid., p. 241, no 301; BNF, lat. 11055, p. 32.
  • 84 Arch. dép. Eure, G 165, fos 4-5, no 4 (1201-1204).
  • 85 Arch. dép. Eure, III F 393, no 23 (Richard de Bois-Anseray) ; G 165, f° 56, no 97 (1201, Nicolas de (...)
  • 86 Arch. dép. Eure, H 320, cote 7 et BNF, coll. Clairembault 995, no 25.

17La part importante que Robert IV de Leicester prit dans les conflits contemporains ne l’empêcha pas de se consacrer à ses possessions de Breteuil. D’ailleurs, de nombreuses chartes émises du vivant de son père le nommant « Robert de Breteuil, fils du comte de Leicester » laissent à penser qu’il y exerça des fonctions très tôt, sans doute dès la mort prématurée de son frère Guillaume. Entre 1189 et 1198 (probablement avant 1190), leur sœur Amide et leur mère avaient fondé pour ce dernier, sous le nom de « Guillaume de Breteuil », un anniversaire à Notre-Dame de Lyre82. Robert IV de Leicester confirma à cette abbaye ainsi qu’à celle de Saint-Evroult les donations de ses prédécesseurs83 et augmenta les possessions du Désert84. Il apparut dans de nombreuses chartes confirmant les donations de ses vassaux85, montrant qu’il s’entourait toujours des mêmes familles : du Bois, Fresnel, Glos, Charnelles, Hellenvilliers, Minières, Grandvilliers, Bémécourt, etc. Avec son beau-frère Sehier de Quency et Gervais du Châtel, il fut témoin de sa sœur Amicie de Montfort pour l’abbaye de l’Estrée86.

  • 87 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des Chartres..., op. cit., t. I, p. 271, no 738 et p. 307, no 8 (...)
  • 88 T. D. Hardy (éd.), Rotuli de oblatis et finibus in Turri Londinensi asservati, tempore Regis Johann (...)
  • 89 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241 et p. 390-391, no 462 : « Laureta, quondam comitissa Leicestriae (...)

18Robert IV de Leicester mourut le 20 octobre 1204. Philippe Auguste en profita pour échanger l’honneur de Breteuil avec Amicie contre le domaine de Saint-Léger-en-Yvelines. Avec la confirmation de son fils, Simon de Montfort, celle-ci garantissait Philippe Auguste contre une éventuelle réclamation de sa sœur Marguerite, en promettant de remettre à celle-ci ses propres terres d’Angleterre87. Effectivement dès 1205, par son époux, Sehier de Quency, Marguerite obtint de Jean sans Terre le comté de Leicester, moyennant mille marcs d’argent et la même année, Sehier versa cinq mille marcs pour l’honneur de Grandmesnil88. Laurette, épouse de Robert IV et comtesse de Leicester en titre n’apparut jamais, même en tant que veuve, lors de ces échanges. Elle semble avoir été très effacée et n’est connue que pour une seule donation à l’abbaye de Lyre en 1208 sur son fief de Couvert, près de Bayeux89.

Lignages de Breteuil-Leicester.

Les dépendances orientales de l’honneur : liens vassaliques ou clientélisme ?

  • 90 L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 52 ; A. Teulet (éd.), Layett (...)
  • 91 J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 276-281 ; voir également (...)
  • 92 P. Bauduin, « Le baron, le château et la motte : baronnage et maîtrise du territoire châtelain dans (...)

19L’honneur de Breteuil était morcelé en plusieurs unités vassales de taille variable et constituées de fiefs ou portions de fiefs. Au milieu du XIIe siècle, la cession de Breteuil par Henri II à Robert III de Leicester s’étendait sur Breteuil « avec l’honneur et toutes ses dépendances, tels que Guillaume de Breteuil [fils de Guillaume Fils-Osbern] les tenait90 », ce qui montre que les cadres de l’honneur devaient être conservés dans leur statut le plus ancien. Une liste, établie entre octobre 1204 et février 1205 faisait état de cinquante-trois fiefs, quelques fiefs reniés, plusieurs moitiés et quarts de fiefs ou autres portions. Vers 1207, un second inventaire du « comté » de Breteuil comprenait, lui, quarante-sept fiefs91. Ils s’étendaient pour la plupart de part et d’autre de la forêt de Breteuil mais plus particulièrement à l’ouest, autour de la Risle (carte no 21). P. Bauduin a par ailleurs mis en évidence, au-delà du strict cadre de la hiérarchie féodale, l’existence d’une clientèle extérieure car le seigneur de Breteuil s’appuyait sur des châteaux mineurs, ne dépendant pas toujours de ses domaines92. Il a fait porter son étude de la fin du Xe siècle au XIIe siècle sur vingt-neuf sites (pays d’Ouche, vallée de l’Eure, plateau de Saint-André et basse vallée de l’Andelle), mais dont six seulement dépendaient réellement de l’honneur. L’influence de Breteuil ne se contentait donc pas de s’exercer à l’intérieur de ses limites territoriales.

Carte no 21 – L’honneur de Breteuil aux XIe-XIIe siècles.

20Les coutumes de la forêt de Breteuil au temps de l’indépendance normande nous renseignent assez précisément sur cette « clientèle » car les diverses exemptions spécifiées ne concernaient pas seulement les arrière-vassaux de l’honneur ou riverains de la forêt, comme Roger de Bémécourt, par exemple. Quelques bénéficiaires extérieurs attirent ainsi l’attention : Gilbert des Minières, Geoffroy de la Héruppe, Roger de Byères, Matthieu de Pommereuil, Gilbert d’Hellenvilliers, Jean de Chéronvilliers. Tous y bénéficiaient généralement d’un droit de pasnage et/ou de bois mort et vif mais rappelons qu’ils étaient censés se rattacher à l’honneur de Tillières (carte no 22). Assez curieusement Gilbert Crespin, bien que riverain par ses domaines de Bourth et Francheville, n’apparut pas dans cette enquête.

Carte noClientélisme au sein d l’honneur de Breteuil.

  • 93 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., passim.
  • 94 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 415 ; T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louvier (...)

21Les donations pieuses relaient, au coup par coup, cette impression de recrutement extra-territorial (carte no 22). Durant les XIe et XIIe siècles, l’abbaye de Lyre fut placée sous la protection quasi exclusive des familles de Breteuil, puis de Leicester et fut essentiellement dotée par les seigneurs de leur entourage93. Ses chartes font ainsi apparaître à peu près tous les seigneurs proches de Breteuil. Parmi les témoins et donateurs, nous trouvons Raoul de la Cunelle, Arnault fils de Popeline et ses successeurs Arnault du Bois, les familles de Charnelles, des Minières, de Grandvilliers, du Fresne ou Fresnel, de Glos, Mélicourt, Gauchelin du Tannay, etc. Certaines étaient présentes depuis la fondation de l’abbaye, d’autres vinrent avec les comtes de Leicester. De même, quelques chartes de Saint-Evroult confirment ces accointances94. L’étude précise des familles et des territoires compris entre Iton et Avre montre que quelques chevaliers fieffés de l’honneur de Tillières semblèrent se rapprocher de Breteuil aux cours des XIe et XIIe siècles.

Le rayonnement de Breteuil aux dépens de Tillières

Le lignage de Bois-Arnault95

  • 95 Canton de Rugles, dép. de l’Eure.
  • 96 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1- (...)
  • 97 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 28-29, no 3 (no 35) (1193-1201) : « [...] dilecti filii nostri Ernal (...)
  • 98 Ibid., p. 4, no 6: « [...] Testibus [...] Ernaldo, filio Popeline [...] ».
  • 99 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 128-131 ; T. Bonnin (éd.), Ca (...)
  • 100 Arch. dép. Eure, H 91, f° 75 : « Ernaldo, filio Ernaldi », cette charte est antérieure à la mort de (...)
  • 101 BNF, lat. 11056, no 701 : « Ernauldus de Bosco », il s’agit d’une copie tardive.
  • 102 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Da (...)
  • 103 Arch. dép. Eure, G 165, fos 2-3, no 2 (1122-1168) : « Ernaldo, filio Ernaldi ».
  • 104 Nous suivons la première trace depuis 1050-1066.

22La souche familiale prit naissance au XIe siècle avec Popeline, connu aux environs de Damville (carte no 23). Un premier Arnault, fils de Popeline, fut témoin vers 1050, de Guillaume Fils-Osbern confirmant toutes les possessions de l’abbaye de Lyre. Puis, accompagné de son fils Arnault, il lui fit don de l’église de Corneuil et de toutes les dîmes de son domaine, avec le consentement du seigneur, Guillaume Fils-Osbern96. Cette même donation fut rappelée dans une confirmation générale donnée par Arnault du Bois entre 1193 et 120197. Arnault, fils de Popeline, souscrivit encore vers 1070-1080 à une charte de Guillaume de Breteuil98. Il semble qu’il était mort avant 1080 quand son fils Arnault fut témoin de Guillaume de Breteuil. Bonnin a signalé qu’il était déjà « un des principaux vassaux de Breteuil99 ». Au début du XIIe siècle, il apparut encore sous le nom de « fils d’Arnault », comme témoin de Guillaume de Breteuil lors d’une concession à l’abbaye du Bec sur la forêt de Breteuil100. Avant 1084, il serait déjà nommé « Arnault du Bois » par Richer Ier de L’Aigle101, ce qui indiquerait que son implantation en forêt de Breteuil était consommée. C’est semble-t-il avec l’arrivée des comtes de Leicester à Breteuil que l’on commença à voir régulièrement « Arnault du Bois », en tous les cas lors de la fondation du prieuré du Désert102 (1125). Le nom n’était cependant pas encore totalement figé puisqu’une autre charte d’Amicie et Robert II le citait toujours comme « fils d’Arnault103 ». Il mourut sans doute aux alentours de 1125104.

Carte no 23 – Les vassaux de l’honneur de Breteuil : Bois-Arnault.

  • 105 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 107-109 ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical Hist (...)
  • 106 Ibid., p. 512 ; D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 109 ; Pont-Echanfray, commune de Not (...)
  • 107 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22) (1122-1153), voir supra.
  • 108 Abbayes de Lyre et de la Chaise-Dieu-du-Theil ; prieuré du Désert : passim.
  • 109 Abbayes de Biddlesden et de Reading : passim.
  • 110 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 109.
  • 111 Henry Alfred Cronne et Charles Johnson (éd.), Regesta Regum Anglorum. Facsimiles of original charte (...)
  • 112 Ibid., p. 38, no 104 (1150-1154) ; Henri était present à Leicester à cette date.
  • 113 Ibid., p. 309-310, no 840 ; Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 58.
  • 114 Berger, Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., t. I, p. 196-197, no LXXXIX.

23Bien qu’au début du XIIe siècle, il ait soutenu la branche illégitime de Breteuil et s’opposât à Raoul II de Gaël105, son fils Arnault sut retenir l’attention de Robert II. Ce retournement lui valut peut-être alors de se faire attribuer la terre du Bois à titre héréditaire, terre qu’il revendiqua en se faisant appeler systématiquement « Arnault du Bois ». L’évolution de cette famille montre par la suite un attachement très net aux comtes de Leicester. En 1138, au plus fort de la lutte entre Robert II et ses opposants locaux, Arnault du Bois, Guillaume Fresnel et Alain du Tannay défendirent vaillamment les terres de l’honneur et pourchassèrent les traitres à Montreuil-l’Argillé et Pont-Echanfray. À cette occasion, Arnault fut cité comme « officier » (dapifer) du comte106 : il est donc clair qu’il exerça des fonctions administratives au sein de l’honneur. D’ailleurs alors que Robert II et Amicie se trouvaient en d’Angleterre, ils émirent une charte en faveur de l’abbaye de Lyre qu’ils adressèrent à l’attention de leurs administrateurs. Parmi eux, Arnault de Bois-Arnault, cité de son seul nom, semble avoir exercé une fonction prééminente mais non déterminée107. D’une manière plus neutre, Arnault du Bois témoigna dans quelques chartes de Robert II en Normandie108 ou en Angleterre109. Dès 1141 et pendant la guerre entre Étienne de Blois et les Plantagenêts, nous le trouvons Outre-Manche aux côtés d’Étienne de Blois110. Vers 1149, il confirma à Oxford la fondation de l’abbaye de Biddlesden111. Il rejoignit les Plantagenêts en même temps que son seigneur et vers le 7 juin 1153, Henri II lui donna sa propre confirmation à laquelle souscrivit Robert de Leicester112. Il souscrivit également à Gloucester avec les comtes de Leicester, Hereford, Chester etc., à un acte d’Henri II confirmant la fondation d’une abbaye à Radmore113. Puis vers 1158 à Oxford, il témoigna avec Robert de Leicester d’un acte d’Henri II portant sur des domaines anglais de l’abbaye de Saint-Evroult114.

  • 115 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 16.
  • 116 RBMAS (éd.), The great rolls of the Pipes (sondages des t. XXIII à L) et t. XXIX (1908), p. 6 : « d (...)
  • 117 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 71 et p. 93 ; arch. dép. Eure, G 122, f° 24, n(...)
  • 118 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., p. 58-59.
  • 119 Arch. dép. Eure, H 535 et III F 393, p. 43-44, no 57 (n. d.) : « [...] Balduinus de Charnelis et Wi (...)

24La seconde partie du XIIe siècle est plus confuse, bien que nous possédions nombre de documents. La principale difficulté reste de séparer les générations. Jusqu’au début du XIIIe siècle, la famille resta entièrement fidèle aux comtes de Leicester et Guéry affirmait qu’il était « un puissant seigneur en Normandie, connétable du comte de Leicester115 ». Dans les années 1170 et 1180, les rôles de l’Échiquier d’Angleterre le mentionnent régulièrement en Warwickshire et Leicestershire, dominés par Robert III de Leicester ; en 1179-1180, il y était dapifer, c’est-à-dire l’intendant, le gestionnaire du domaine116. En 1190, Arnault du Bois joignit la croisade avec Robert III. Une série de donations fut peut-être préparatoire à ce projet, rendant nécessaire la présence de son frère Robert du Bois117. En Terre sainte, il se distingua lors d’actions militaires, fut prisonnier des Turcs avec Robert IV de Leicester, Henri de Gray et d’autres chevaliers118. Après leur retour, Robert IV confirma une donation de Beaudouin et de Guillaume de Charnelles, faite avec le consentement d’Arnault, à prendre sur la prévôté de Breteuil119. Dans l’ombre omniprésente de Robert IV, il semble avoir eu un rôle effacé. Il n’apparut en effet jamais dans les conflits franco-normands qui atteignaient pourtant leur paroxysme et auxquels Robert IV était constamment mêlé.

  • 120 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 14, no 71 ; p. 42, no 279 (1219) et p. 338, n(...)
  • 121 Arch. dép. Eure, G 165, f° 41, no 71: « [...] Henricus de Bosco Ernoldi salutem. Sciatis quod ego d (...)
  • 122 Voir infra.

25Après la victoire de Philippe Auguste, Arnault du Bois se replia en Angleterre et fut effacé de la mémoire normande. Dès 1203, le roi de France avait offert une partie de ses terres à Roger des Essarts, en récompense et à titre héréditaire. La totalité fut ensuite attribuée à Robert de Los120. Un Henri de Bois-Arnault fit ensuite don au prieuré du Désert de terres situées entre Bois-Arnault et la forêt de Breteuil qu’il tenait de Simon de Grandvilliers. Cette donation fut rappelée en 1235 par Richard, seigneur de Bois-Arnault121. Aucun d’eux n’évoquèrent les Arnault qui les avaient précédés. Les terres de Damville furent cédées à un voisin, Guillaume des Minières122.

  • 123 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 16, no 12 (no 26) : « ecclesiam de Campidominel, cum pertinentiis su (...)
  • 124 BNF, lat. 11056, no 701 (1066-1084) : « Apud Poileium, medietatem ecclesie et cimeterii, et tertiam (...)
  • 125 Joseph Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii, vel magnum rotulum pipae de anno tricesimoprimo regn (...)
  • 126 BNF, lat. 11055, p. 19 (av. 1135) : « [...] A Poili super Aruam decimam quam tenuit Ernaldus de Boi (...)
  • 127 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 : « [...] Boscum Ernaldi [...] »
  • 128 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de (...)
  • 129 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Da (...)
  • 130 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 74, p. 76 ; Neaufles-Auvergny, canton de Rugle (...)
  • 131 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 189, no 243 et p. 16, no 12 (no 26).
  • 132 Ibid., p. 28-29, no 3 (no 35) (1193-1201) : « [...] scilicet de uno sextario frumenti et altero sex (...)
  • 133 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 14, no 71 et p. 338, no 1220 ; les Essarts, c (...)

26Ce patrimoine continental paraît, au total, avoir été assez considérable et s’être constitué progressivement. Au XIe siècle, la famille tenait ses premiers domaines aux environs de Damville, à Corneuil, Champdominel, dont la donation de l’église à l’abbaye de Lyre, par Arnault du Bois apparut dans une confirmation de 1188-1190123 et probablement au Gérier-Arnault. Elle était également implantée aux environs de Verneuil, visiblement dans la dépendance de Richer Ier de L’Aigle, à Poisley dont elle possédait les dîmes qu’elle donna en partie à l’abbaye de Saint-Evroult avec la moitié de l’église et du cimetière124. La ville de Verneuil fut fondée en partie sur cette paroisse si bien que dès 1131, Arnault du Bois dut en réclamer la libre jouissance « à l’intérieur du ressort de la châtellerie de Verneuil125 ». Henri Ier dut également reconnaître la donation à Saint-Evroult126. Ces terres semblent être cependant devenues mineures après la création du fief du Bois dans une clairière de la forêt de Breteuil au tournant des XIe et XIIe siècles. La fondation du prieuré du Désert en 1125 marque la première apparition du toponyme de Bois-Arnault127. Avec la venue des comtes de Leicester, ils y prirent un nouvel essor et rayonnèrent réellement à l’ouest de l’honneur. En 1207, Bois-Arnault, comptant plus de neuf fiefs, représentait la plus grande unité territoriale du « comté » de Breteuil128. Les quelques donations normandes des seigneurs de Bois-Arnault outre celle, unique, de Saint-Evroult, furent en faveur exclusive de Lyre et du Désert. Elles s’étendirent tout au long du XIIe siècle : Glos en 1125 et dans les années 1160129, Auvergny avant 1148 et Marnefer vers 1190130, les moulins de Rugles et Verrières131. Une confirmation de toutes ses donations en faveur de l’abbaye de Lyre mentionnait en outre Neaufle avec ses dépendances, la moitié des dîmes de blé sur sa paroisse de Bois-Arnault, la dîme de ses fossés de la forêt de Breteuil et deux gerbes sur son fief de la Haye-Saint-Sylvestre132. Les terres confisquées en 1203 s’étendaient à Juignette, aux Essarts et au Chesne. Les revenus furent complétés lors de l’attribution de 1219133, à savoir :

Sur les cens qui étaient à Arnault du Bois : 9 livres, 7 sous et 2 deniers sur les cens de Bois-Arnault et Rugles ; 42 sous sur le cens des terres du Val Auger ; 47 sous et 6 deniers sur le cens et l’avoine de Châbles, près de Glos ; 5 setiers d’avoine et 20 sous à Glos et Boschion ; 15 sous de Hameric de Maneres ; 15 sous de Roger de Machon ; 45 sous sur les prés de la Rivière-sur-Risle ; 20 sous de la forêt de la Lande (sur ce qui était à Arnault du Bois) ; 20 sous du fief de la Blondelière ; 10 sous des prés du Val Auger ; 19 livres des fours et moulins de Rugles, qui appartenaient à Arnault du Bois ; 60 sous du bois de Châbles ; 7 sous et 4 deniers pour 22 chapons de Bois-Arnault ; 8 sous de Richard de Auvergny et Raoul le Jeune ; 12 sous du cens de Bois-Arnault, à Breteuil ; 12 deniers de Gilbert Flory, de Lyre ; 8 livres de la terre de la Lande petreuse, que tient Osbert Giffard ; 7 livres de la terre et du bois de Goud, que tenait Guillaume Goout, 60 sous de la terre de Bois-Normand, que tenait Roger de Portis ; 45 sous de la terre de Halyday, 100 sous du domaine, avec les corvées, de Bois-Arnault ; 30 livres dans la prévôté de Glos, qui étaient à Arnault du Bois.

27Ces donations concernaient ainsi la plupart du temps des revenus à l’ouest de l’honneur. Il semble donc qu’il y ait eu un glissement notable des régions de Verneuil et Damville vers la vallée de la Risle et Breteuil. Ce changement fut sans aucun doute dû à l’attribution de la clairière de la forêt de Breteuil et aux attentions des comtes de Leicester.

  • 134 D’après J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..., op. cit., p. 88.
  • 135 H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta regum Anglo-normannorum..., op. cit., t. III, p. 37-38, n(...)
  • 136 Lewis C. Lloyd, The origins of some Anglo-Norman families, C.-T. Clay (éd.), D.-C. Douglas, Harleia (...)

28Les domaines anglais se constituèrent dès le début du XIIe siècle. Les rôles de 1131 l’attestaient à Thorpe, dans le Leicestershire134. Il fut régulièrement mentionné en Angleterre de 1147 à 1158, ce qui montre son intérêt pour les opérations d’Outre-Manche et sa fidélité au comte de Leicester car c’est principalement dans des territoires dominés par celui-ci qu’il s’ancra (Leicestershire et Warwickshire). Il fonda également en 1147 l’abbaye de Biddlesden135. Au début du XIIIe siècle, par son mariage avec Emma de Houghton, il s’implanta dans le Northamptonshire et le Huntingdonshire136.

Lignage de Bois-Arnault.

Les lignages de Chamelles, Minières et Hellenvilliers

  • 137 Commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 138 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Da (...)
  • 139 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 54 ; arch. dép. Eure, III F 393, no 23 (no 6), (...)
  • 140 BNF, lat. 10102, p. 104-105 (n. d.): « Testes: [...] Balduinus de Charneliis, apud Boscum Ernaldi(...)
  • 141 BNF, lat. 5464/2, no 26 : « Roberto, comite Legrecestrie, Petronilla comitissa, Gilleberto de Charn (...)
  • 142 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241-242, no 302; H 535  : « [...] Balduinus de Charnelis, et Willel (...)
  • 143 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 107, no 135 : « Willelmo de Charneles » ; H 490 et III F 393, p. 108 (...)
  • 144 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 54 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 13, no 23 (...)

29En 1125, Beaudouin de Charnelles137 fut témoin de la fondation du prieuré du Désert (carte no 22). En 1135, il émit une charte en faveur de Notre-Dame du Lesme, autre ermitage de la forêt de Breteuil138. Vers 1140 et 1142-1147, il fut témoin avec les seigneurs de Morville, Grandvilliers, Minières, Fresnel de chartes de Robert II139. Il se rendit également à Bois-Arnault pour témoigner d’une donation de Robert140. Son fils (ou petit-fils) Gilbert fut essentiellement connu dans l’entourage de Robert III et Pernelle aux côtés de l’évêque de SaintAndré (Écosse), frère du comte de Leicester, de Raoul de Conches, Guillaume de Breteuil, Gervais de Châteauneuf, Roger de Meulan, Thomas Bardol (gardien de Verneuil en 1180) etc., ou encore d’Arnault du Bois141. Il s’implanta très vite à Breteuil142. En 1194, son fils Guillaume fut témoin d’Adam de Cierrey (frère de l’évêque d’Évreux, Garin)143, également à rattacher à l’entourage de Robert de Leicester144.

  • 145 BNF, lat. 5464/1, no 3 (1170) : « testes sunt Rotrodus archiepiscopus Rothomagensis, in cuius manu (...)

30À la même époque un Gauthier de Charnelles fut cité à deux reprises. En 1170, avec le futur Richer III de L’Aigle, Rotrou de Warwick (archevêque de Rouen), Bernier de Baslines, etc. il fut témoin de Richer II et fit un don sur la terre du Bois-Hardy (paroisse de Cisay) à l’abbaye de la Trappe, notifié et confirmé par Richer de L’Aigle. Son fils Sylvestre était également donateur, ainsi que Garin de Charnelles à qui appartenait le fief145.

  • 146 The Pipe roll society (éd.), The great rolls of the pipe..., op. cit., no 29, 1908, p. 101 et no 45 (...)
  • 147 Ibid., no 52, 1936, p. 138.
  • 148 É. Berger et L. Delaborde (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste..., op. cit, t. II, p. 427-4 (...)

31Enfin, Guillaume de Charnelles apparut en Angleterre en 1179-1180 et en 1190 dans le Warwickshire et le Leicestershire, dominés par Robert III de Leicester146. En 1201, Arnault et Marie de Charnelles rendirent compte de 20 sous dans le Norfolk et le Suffolk147. Dans les domaines anglais des comtes de Leicester, ils reçurent un patrimoine suffisamment conséquent pour y effectuer un repli définitif après la perte de la Normandie. Durant l’hiver 1204-1205, Philippe Auguste attribua les terres de Charnelles en « fief et hommage lige, à titre héréditaire » à Étienne Petit, maire de Verneuil148. La comparaison avec la famille de Bois-Arnault s’impose ici car toutes deux présentent le même schéma d’évolution : elles sortirent de l’anonymat, se constituèrent un patrimoine OutreManche pour s’intégrer au baronnage insulaire. Il semblerait donc que l’honneur de Breteuil, en lien avec les vastes domaines anglais des comtes de Leicester, se présentât pour quelques chevaliers de la petite noblesse normande comme un tremplin social.

Lignage de Charnelles.

  • 149 Commune et canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 150 Arch. dép. Eure, G 165, no 2, fos 2-3 (c. 1125) : « Gilleberto de Muneriis ».
  • 151 Arch. dép. Eure, III F 312 et H 1437, p. 59, no 245 : « Testibus (h)istis : [...] Ernaldo de Bosco, (...)
  • 152 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. I, p. 300.
  • 153 Arch. dép. Eure, G 105 (1190 ?) : « Testibus hi(i)s: [...] Ernaldo de Bosco, Roberto fratre suo [.. (...)
  • 154 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11, no 21: « Hi(i)s testibus : Gilleberto de Mineriis, tunc senescal (...)
  • 155 W. Stubbs (éd.), Chronicles and memorials of the reign of Richard I, op. cit, p. 303.
  • 156 Arch. dép. Eure, G 165, fos 4-5, no 4 : « Gilleberto de Muneriis ».
  • 157 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 125-127 et p. 424 ; J. W. Baldwin (éd.), Les (...)

32Un premier Godard des Minières149 apparut en 1107 dans l’entourage de Gilbert de Tillières mais, bien que le fief se trouvât au sud de Damville, il semblerait que les liens aient été plus forts avec les détenteurs de Breteuil (carte no 22). En fait, dès 1125 Gilbert des Minières se retrouva systématiquement dans l’entourage des comtes de Leicester. Il n’assista pas à la fondation du prieuré du Désert mais fut témoin des premières donations de Robert II150, de même qu’en 1142-1147 pour la Chaise-Dieu-du-Theil151. Il fut cité en 1166 dans le Livre rouge de l’Échiquier d’Angleterre comme seigneur fieffé de l’évêque de Worcester, aux côtés d’Hugues de Beauchamp et Hugues de Lacy152 (connétables de Verneuil en 1173). Il apparut en 1190 avec son frère Roger dans une charte de Robert III153. Il fut sénéchal de l’un des comtes de Leicester154, ce qui montre que, malgré une présence relativement peu attestée dans leur entourage direct – il fut absent des chartes les plus significatives – il occupa des fonctions importantes au sein de l’honneur. Guillaume des Minières, son fils, suivit d’ailleurs Robert IV en Terre sainte : le 10 janvier 1192, il était avec lui à Jaffa155. Son fils Gilbert fut entre 1201 et 1204 témoin de Robert IV156. Par ailleurs, les enquêtes de Philippe Auguste révèlent que Guillaume des Minières avait un droit de pasnage en forêt de Breteuil et que Gilbert possédait un quart de fief à Romilly-sur-Andelle157 (domaines de Pont-Saint-Pierre). Naturellement, ces droits et possessions étaient entièrement conditionnés par les liens que la famille entretenait depuis le début du XIIe siècle avec l’honneur de Breteuil.

  • 158 BNF, lat. 5464/3, no 100 : « Ego Rogerus de Mineriis, miles [...] »
  • 159 BNF, coll. Clairembault 995, no 78 : « Ego Rogerus de Mineriis notum facio [...] quod ego [...] ded (...)
  • 160 BNF, lat. 5464/3, no 141 : « Testibus [...] Guillelmo de Mineriis. »
  • 161 BNF, lat. 5464/4, no 180 (1234) : « Willelmus de Mineriis, miles, senescalus de Conches [...] »
  • 162 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 253, no 319 (1232) : « Willelmus de Mineriis, miles et dominus de Co (...)
  • 163 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 253-254, no 320 : « Theobaldo filio et herede meo [...] »; BNF, lat. (...)

33Après la reddition de 1204, la famille des Minières se maintint en Normandie et conserva ses territoires. Roger des Minières succéda à Guillaume et fit en 1218 une donation à l’abbaye de la Noë158, en avril 1228, à celle de l’Estrée, un don de deux acres de terre à la Cunelle159. Puis, Guillaume des Minières fut cité dès 1229160 et dans les années 1230-1240, il devint sénéchal de Conches, qui – avec Nonancourt – appartenait à Robert de Courtenay161. Il profita du départ d’Arnault du Bois pour reprendre à titre héréditaire le fief de Corneuil, où il fut mentionné comme seigneur en 1232. Il y fit ensuite des donations à l’abbaye de Lyre – avec Jean de Muzy pour témoin – ainsi qu’à Saint-Taurin d’Évreux162. Dès 1236, il désigna son fils Thibault comme héritier de Corneuil et celui-ci le transmit à son descendant Pierre des Minières, cité en 1281 comme « seigneur de Corneuil163 ».

  • 164 Canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 165 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365 ; arch. dép. Eure, H 39, voir(...)
  • 166 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 13-14, no 7 : « Eustachio de Herleuilla. »
  • 167 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. I, p. 433 n’est pas certain de la transcription : « Heustach (...)
  • 168 Arch. dép. Eure, G 105 (c. 1190 ?)
  • 169 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 47-48, no 65 ; la Héruppe, commune de Louye, c (...)
  • 170 Ibid., p. 35 ; commune de Blandey, canton de Damville, dép. de l’Eure ; l’église appartenait déjà à (...)
  • 171 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 28-29, no 3 : « Eustachii de Herneuillers, de decem solidis de prepo (...)
  • 172 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 121.
  • 173 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 46, no 62 : « [...] Eustachius de Herneuille, pater meus, recepit ha (...)
  • 174 Ibid., p. 46, no 63 : « [...] ego Gilebertus de Herneuiller [...] confirmaui [...] sex solidos et o (...)
  • 175 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365 ; A. Le Prévôt, Notes pour se (...)
  • 176 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 42, no 51 (n. d. : confirmation de Luc, évêque d’Évreux de 1203 à 12 (...)

34La famille d’Hellenvilliers, dont le domaine se situait pourtant entre Tillières et Damville164 ne marqua pas au XIIe siècle d’attachement particulier à l’honneur de Tillières, autre que la donation de Gilbert à l’abbaye du Bec vers 1188165. En fait, Eustache, fils de Gilbert, se montra indissociable de Breteuil (carte no 22). Dès les environs de 1168 il souscrivit à un acte de Robert III166. Avant 1190, il aurait été témoin de Robert III de Leicester pour la léproserie de Breteuil167 et en 1190 pour le prieuré du Désert168 À une date indéterminée, il se trouva par extension dans l’entourage du comte de Meulan169 (parent de Robert de Leicester). Il participa également à nombre de donations en faveur de l’abbaye de Lyre : en 1179, il confirma une donation sur l’église de Roman170 ; entre 1193-1201, une charte de l’évêque d’Évreux signale qu’il lui avait donné 10 sous sur la prévôté de Lyre171 ; enfin vers 1200, il associa son fils Gilbert à une donation de l’un de leurs chevaliers172. Eustache disparut entre 1206 et 1210, après s’être retiré à Notre-Dame de Lyre173. En 1217, Gilbert confirma sa propre donation et celle de son père sur des revenus de la prévôté de la Neuve-Lyre174. Il fut par ailleurs cité dans l’enquête sur les coutumes de la forêt de Breteuil pour un droit de pasnage175. Dans les années 1220, les titres de l’abbaye mentionnaient une donation faite par Raoul et son frère Robert, dont l’une sur les moulins de Breteuil176.

Lignage des Minières.

  • 177 Commune de Blandey, canton de Damville, dép. de l’Eure ; voir infra.

35Ces divers dons nous renseignent sur leur patrimoine qui s’étendait largement au-delà du simple ressort du château d’Hellenvilliers. La famille avait des droits dans des zones entièrement contrôlées par les comtes de Leicester : prévôtés de Lyre et de la Neuve-Lyre, moulins et forêt de Breteuil. Elle les a, sans nul doute, acquis par les liens d’homme à homme qu’elle entretint avec les détenteurs de l’honneur. Leur patrimoine semble également s’être étendu à Roman sur le fief de Chambray177, au détriment de la famille de Grandvilliers (peut-être par mariage).

Les autres lignages : Pommereuil, Tranchevilliers, du Tannay, du Fresne (ou Fresnel)

36D’autres familles de la région Iton-Avre, pour lesquelles il n’a pas été possible de mettre en évidence un lien antérieur avec l’honneur de Tillières, autre que la proximité géographique, frayèrent parfois très tôt avec celui de Breteuil (carte no 22).

  • 178 Commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 6 (...)
  • 179 BNF, coll. Clairembault 996, no 18 et no 21 (n. d.) ; ces chartes pourraient remonter à l’épiscopat (...)
  • 180 Arch. dép. Eure, IF 141, p. 139-141 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 125-12 (...)
  • 181 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de (...)
  • 182 Arch. dép. Eure, I F 141, p. 139-141 ; à Sainte-Marthe et au Moulin-Chapel : canton de Conches-en-O (...)

37Dès les environs de 1070, Raoul et Roger de Pommereuil, frères, firent don à l’abbaye de Lyre de leur église et des dîmes de leur domaine178. Par ailleurs, Robert, évêque de Chartres, confirma la donation de « Raoul et Guillaume Roger, enfants de Roger de Pommereuil, et Asseline, leur mère, de toute la terre et les prés qu’ils avoient proches de Ulmes Bas et Haulte, moyennant 3 000 muids de grain par an » ainsi que d’autres donations de Guillaume et sa mère Asseline179. Il est surprenant, alors que Pommereuil et l’abbaye de l’Estrée se trouvaient incontestablement en Normandie, que ce fût l’évêque de Chartres qui confirmât les donations : la terre des « Ulmes » se trouvait peut-être en deçà de la frontière. Enfin, Matthieu de Pommereuil, cité dans l’obituaire de l’abbaye de l’Estrée, fut inclus dans l’enquête de Philippe Auguste sur les usages de la forêt de Breteuil pour un droit de pasnage qu’il possédait avec son voisin, Roger de Bières180. Vers 1207, Bières et Pommereuil avaient d’ailleurs déjà été mentionnés comme pleins fiefs dépendants du « comté » de Breteuil181. Il apparaît donc tout à fait clairement que ces territoires, qui auraient dû logiquement se trouver dans l’orbite de Tillières, étaient du ressort de Breteuil. La proximité d’Arnault du Bois à Corneuil et de la famille des Minières en fut peut-être une cause. Enfin, Pierre de Pommereuil aurait vendu le fief familial pour se déplacer plus au nord182.

  • 183 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201 ; à Creton, commune de Buissur-Damv (...)

38Notons par ailleurs que les barons de L’Aigle possédèrent des territoires aux environs de Damville, dont probablement Pommereuil à la fin du XIIe siècle, ce qui peut s’expliquer par le mariage de Gilbert IV de Tillières avec Julienne de L’Aigle : leur neveu Gilbert II de L’Aigle et son épouse Odelina en vendirent une grande partie à l’abbaye de la Noë au début du XIIIe siècle183.

Lignage de Pommereuil.

  • 184 Commune de Marcilly-la-Campagne, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.
  • 185 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 535 (1101-1112) ; BNF, lat. 10101, f° 71, no X (...)
  • 186 Arch. dép. Eure, H 1438, no 1A2 (1132) : « Guillaume de Carunvillier donna aussi une charruée de te (...)
  • 187 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 23-24, (...)
  • 188 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 13 et p. 98 (confirmation de 1172) ; arch. dép (...)
  • 189 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.
  • 190 BNF, coll. Clairembault 995, no 10 (1163) :» [... terra] quam monachi habent ab Amalrico et a Pagan (...)
  • 191 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 98.
  • 192 BNF, coll. Clairembault 996, no 34 (1161) : « l’évêque d’Evreux certifie que Henry et sa mère ont d (...)

39Le lignage de Tranchevilliers184 naquit au tout début du XIIe siècle avec Robert, témoin de Saint-Père de Chartres à propos de l’église de Chandai, dépendante de la baronnie de L’Aigle185. Un Guillaume apparut ensuite lors de la fondation de la Chaise-Dieu-du-Theil par Richer II de L’Aigle186 (1132). Vers 1160, Robert de Tranchevilliers fut, au château de Nonancourt, témoin d’une longue confirmation pour la léproserie du Grand-Beaulieu187. Il fit don à l’abbaye de Lyre de l’église de Morainville avec la maison du curé et quelques terres de cette paroisse188. Il tint des fonctions militaires dans la baillie de Verneuil en 1198, pour lesquelles il reçut du Trésor la somme de 100 sous189. Paralèllement en 1163, nous trouvons Payen de Tranchevilliers et Amaury (son frère ?) faisant don d’une dîme à l’abbaye de l’Estrée sur Saint-Martin de Heudreville190. Avant 1193, Payen fit encore une donation à l’abbaye de Lyre sur Saint-Ouen d’Attez191. Enfin en 1161, l’évêque d’Évreux confirma à cette abbaye la dîme de « Tronchevilliers » du don d’Henri et de sa mère192. Ce lignage à la descendance masculine nombreuse semble donc avoir entretenu des allégeances multiples où Tillières, théoriquement seigneur légitime, n’apparut jamais clairement.

  • 193 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.
  • 194 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 242-244 ; R.-H. Bauthier et J (...)
  • 195 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1: « Guachelino de Thaneth » (c. 1046-1050).
  • 196 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 86 ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.., op (...)
  • 197 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 24.
  • 198 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.
  • 199 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 125-127 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres (...)

40Pour Cintray193, aucun véritable fief de chevalier ne fut attesté et le site ne donna pas naissance à un lignage de ce nom (carte no 21). Pourtant la « maison forte » était de toute évidence intimement lié à la forteresse de Breteuil : à son apparition dans les sources écrites en 1119, elle servait d’appui à Louis VI pour reprendre Breteuil à Raoul II de Gaël194. Son détenteur, Gauchelin du Tannay, était un fidèle de l’honneur de Breteuil. Un premier Gauchelin du Tannay avait été témoin de la fondation de Lyre195 mais la famille semble être restée en retrait car il s’agit de son unique apparition dans les sources – pourtant nombreuses – de l’honneur. Puis, Adam de Cintray fut cité avec de nombreux voisins en 1156-1159, comme témoin de la charte d’Henri II confirmant les biens de la Chaise-Dieu196. En 1180, Alain du Tannay semble avoir perdu la jouissance de ses terres puisque les officiers de l’Échiquier de Normandie touchèrent au nom du roi le revenu de la terre de Cintray s’élevant à 90 livres et 100 sous197. Puis Gilbert du Tannay se fit remarquer en 1198 pour avoir tué Roger de Lucey et s’être enfui. Le roi fit vendre ses biens meubles et envoya trois sergents pour contrôler Cintray198. Ce même Gilbert avait par ailleurs tenu un droit de pasnage en forêt de Breteuil199. Enfin, l’église de Cintray resta à la présentation du seigneur du lieu ce qui limita fortement les sources écrites : il est donc impossible de reconstituer le rayonnement local que cette maison forte ne manqua pas d’exercer.

  • 200 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 218-219 ; la Ferté-Fresnel, c (...)
  • 201 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 128-131; T. Bonnin (éd.), Ca (...)
  • 202 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1: « Guillelmus Fresnel [dedit] quinque solidos dunensium aeter (...)
  • 203 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 512.
  • 204 Arch. dép. Eure, III F 312 ; ibid., H 1437, p. 59, no 245: « Ricardo Fresnel. »
  • 205 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. II, p. 70-73, no DXII (...)
  • 206 Arch. dép. Eure, G 165, f° 8, no 10 (1168-1190): « Willelmo Franaio. »
  • 207 BNF, lat. 5464/1, no 4 : « Willelmus de Fraxino » (sceau) ; et no 15 : « Willelmus de Fraxino » ; l (...)
  • 208 BNF, coll. Clairembault 995, no 30 : « Guillelmus de Fraxino » ; sa présence à Illiers sera dévelop (...)

41Le lignage de la Ferté-Frênel, bien qu’originaire de la partie occidentale de l’honneur200 (carte no 21), tenta une implantation à Illiers-l’Evêque (carte no 3a). La famille était ancienne : son premier représentant Raoul, fils de Thorulf, tenait le coeur des terres du monastère pré-normand de Saint-Evroult qu’il restitua lors de la restauration (1050). Cette famille se signala assez vite dans le cercle restreint des détenteurs de l’honneur : en 1080, Richard Fresnel fut compté parmi les « hommes » de Guillaume de Breteuil. Bonnin nota qu’il participa avec Robert Courteheuse à la prise de Jérusalem201. Son fils Guillaume fut témoin et donateur lors de la fondation du prieuré du Désert202 (1125). Dans les années 1130, il fut, avec Arnault du Bois, un efficace défenseur du comte de Leicester contre les Grandvilliers et les Giroie203. Puis, Richard Fresnel apparut dans l’entourage de Robert II de Leicester : vers 1142-1147, il fut avec Gilbert des Minières, Arnault du Bois, Gohier de Morville, Beaudouin de Charnelles etc., témoin de Robert pour une donation en faveur de la Chaise-Dieu-duTheil204. Lorsqu’Henri II confirma les biens de Saint-Evroult (vers 1172-1173 ou 1178), Richard Fresnel était présent aux côtés de Robert III de Leicester205. Un Guillaume souscrivit ensuite à une charte du prieuré du Désert avec Robert III de Leicester206. Pour l’abbaye de la Noë, il fit une donation en 1174 sur une terre près de Belhomer et fut encore témoin en 1193 et 1204207. Cependant, par son implantation à Illiers, peut-être favorisée par un soutien de Philippe Auguste, ce Guillaume Fresnel gravita dans un entourage franco-normand indépendant, voire hostile à Breteuil puisqu’il souscrivit à une charte de Roger de Tosny, aux côtés de Simon d’Anet et Simon de Grandvilliers208.

Lignage de la Ferté-Fresnel

Un cas particulier : le lignage de Grandvilliers

  • 209 Canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 210 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 304 ; A. Le Prévôt, Notes pour s (...)
  • 211 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 304 ; A. Le Prévôt, Notes pour s (...)
  • 212 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 251-252, no 316 (confirmation de son petit-fils, Simon) : « [...] qu (...)
  • 213 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Da (...)
  • 214 Arch. dép. Eure, G 165, fos 2-3, no 2 (n. d.) : « Radulpho de Granuillier. »
  • 215 BNF, lat. 17132, fos 22-24 : « […] Donatio Balduini de Grantuillier idem de toto monasterio, et de (...)

42Il reste enfin le cas un peu délicat de la famille de Grandvilliers209, voisine de celle d’Hellenvilliers (carte no 24). La souche familiale était au XIe siècle vassale de celle de la Cunelle au sein de l’honneur de Tillières (carte no 19). Leur implantation à l’ouest de la forêt de Breteuil naquit d’une alliance matrimoniale avec Isabelle, sœur de Raoul de Pont-Echanfray210. Elle donna à Beaudouin, déjà seigneur de Grandvilliers, Chambray et Chagny211, le fief de Pont-Echanfray, l’allia avec les Giroie et le rapprocha de Robert II de Leicester. À Pont-Echanfray, il fit don d’une rente en nature à l’abbaye de Lyre212 et fut témoin de la fondation du prieuré du Désert213 (1125). Un Raoul de Grandvilliers fut également témoin vers 1125 d’une charte de Robert II de Leicester en faveur du Désert214. Suivant la tradition familiale, Beaudouin compléta les possessions de l’abbaye de Saint-Wandrille à la Forêt, au nord de Grandvilliers215.

  • 216 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 37 et p. 109; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical (...)
  • 217 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 180, no IV ; Mélicourt, canton de Broglie, (...)
  • 218 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 202, no XCVI (1 (...)
  • 219 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 25, no (...)
  • 220 BNF, lat. 5417, p. 584 ; lat. 10101, f° 87, no CL : « Symon de Grandiuillari », en liaison avec la (...)
  • 221 BNF, lat. 11055, no 32 (n. d.): « Testibus: [...] Nicholao de Gloz, Guadone Drocense, Symone de Gra (...)
  • 222 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 251, no 315 : « [...] Simon de Graniuillario, salutem. Notum sit [.. (...)
  • 223 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 251-252, no 316 : « Preterea hoc etiam concedo, et hac mea carta con (...)
  • 224 M. Clément-Grandcourt, « Chambray... », art. cité, p. 16-21.
  • 225 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 305.
  • 226 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 180, no V.
  • 227 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 305.
  • 228 BNF, coll. Clairembault 995, no 30 : « Symo de Grande Villa. »

43Si Beaudouin s’était rallié à Robert II de Leicester, après sa mort en 1137, ses fils Simon, dit « le Roux », et Ribault soutinrent Guillaume de Pacy. Cette opposition marqua une nette césure et dans la seconde moitié du XIIe siècle la famille évolua dans des entourages nouveaux, à commencer par les Giroie. Ce fut avec eux qu’en janvier 1138 ils ravagèrent les domaines Robert II : Simon y aurait été le plus virulent. Pont-Echanfray, où ils se refugièrent, fut détruit par Arnault du Bois et Guillaume Fresnel. En septembre 1138, Simon attaqua Breteuil avec Roger de Tosny. En novembre de la même année, il fut chassé par Rotrou de Mortagne de Pont-Echanfray où il s’était de nouveau enfermé avec son frère Ribault216. Par ailleurs, il semble que Simon ait boudé l’abbaye de Lyre pour celle de la Trappe : en 1156, il lui confirma avec son fils Simon une donation à Mélicourt217. Puis, Simon prit part à la confirmation, par Henri II, des biens de la Chaise-Dieu-du-Theil218. Vers 1160, avec son prêtre de Grandvilliers, Guillaume témoigna pour la famille de Châteauneuf en faveur de la léproserie du Grand Beaulieu219 et pour Élisabeth, vidamesse de Chartres en faveur de Saint-Père220. Fut-ce une conséquence de ses alliances contre Robert II de Leicester ou, au contraire, à la faveur du rapprochement de Robert III de Leicester avec leur cousin de Châteauneuf ? Il semble en fait qu’il y ait eu réconciliation après la violente opposition des années 1130. Simon réapparut dans une confirmation de Saint-Evroult entre 1168-1190 aux côtés d’un cousin maternel français (Gaston de Dreux) et de fidèles de l’honneur de Breteuil221 (Nicolas de Clos, Guillaume Fresnel). Vers 1166, il fit donation à Notre-Dame de Lyre de l’église de Roman et des dîmes de Chagny222, ce que son fils Simon confirma223. Isabelle de Grandvilliers, sa fille, épousa en 1170 Richard II de la Ferté-Frênel224. En 1171, il fit encore don au Bec de la dîme de Breux, près de Tillières225. En 1175 Simon, son fils, confirma ses donations à l’abbaye de la Trappe226 et à celle du Bec en adjoignant les moulins de Breux et Chambray227. Des concessions à l’Estrée le confondirent encore avec Guillaume Fresnel, Simon d’Anet, Raoul de Tosny mais ce fut la seule fois qu’il participa aux affaires de cette abbaye228.

Carte no 24 – Les vassaux de l’honneur de Breteuil : Grandvilliers.

  • 229 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2092, no 78 : « de bosco, quod uocatur Forest » ; BNF (...)
  • 230 BNF, lat. 11055, p. 489 : « [...] ego, Robertas de Melicort, miles, concessi [...] abbati et monach (...)
  • 231 BNF, lat. 5425, p. 135 (1200) : « [...] ego Thomas, dominas de Granuiller, et uxor mea Ysabel, conc (...)

44Les différentes donations de la famille permettent d’isoler une zone territoriale assez précise autour du noyau de Grandvilliers : « la Forêt » au nord était encore un bois lors de la donation à Saint-Wandrille229 avec Linières et les Longues-Verrines ; les revenus de Roman et de Chagny, donnés à l’abbaye de Lyre, et Blandey faisaient partie de l’héritage de Chambray. La descendance continua d’entretenir des relations avec ses voisins d’Hellenvilliers qui apparurent souvent dans les mêmes chartes. Pourtant, si elle était solidement installée au sud de Damville à la fin du XIe siècle, les territoires occidentaux furent les plus importants pour le XIIe siècle. Le mariage avec Isabelle de Pont-Echanfray eut précisément lieu alors que Beaudouin émergeait dans l’orbite de l’honneur de Breteuil. Il ne fait aucun doute que son ascension se fit en lien étroit avec le premier ralliement à Robert II de Leicester. Beaudouin et ses descendants s’attachèrent de préférence à ces nouveaux domaines : les deux épisodes de 1138 et les différentes chartes de la Trappe et de Saint-Evroult attestent leur présence à Pont-Echanfray et Mélicourt230. Le noyau initial de Grandvilliers aurait d’ailleurs été cédé en dot à une fille, Isabelle, dont l’époux, Thomas, se présentait comme seigneur de Grandvilliers en 1200231.

Lignage de Grandvilliers.

L’implantation de nouveaux lignages français au sud-est de l’honneur (XIIe siècle)

Malicorne

  • 232 Commune de Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.
  • 233 En 1220, l’enquête sur les usages des riverains de la forêt de Breteuil montrait que « Gilbert de M (...)
  • 234 Notamment la chapelle castrale : voir infra, « Les petites seigneuries châtelaines », p.~266.
  • 235 Voir supra, « Malicorne », p.~142.
  • 236 Voir supra.

45Il existait un château entre le Bras-Forcé de Breteuil et les premiers essartages de la Forêt de Breteuil, dont une famille de Malicorne semble avoir été fondatrice éponyme232 (carte no 22). Un Guillaume de Malicorne233 y est connu au XIIIe siècle pour avoir fondé à proximité le prieuré de la Poultière mais l’étude de terrain fait remonter le site au XIIe siècle, au moins234. Le fait même que ce lieu porte le nom de Malicorne, que l’un de ses seigneurs fut prénommé Guillaume peut faire penser que le château fut fondé par la famille française née de Crespin de Nonancourt235. Cette implantation fut peut-être conditionnée par une proximité avec la famille de Châteauneuf, elle-même alliée à plusieurs reprises à celle de Leicester au XIIe siècle236 (c. 1173-1177 notamment).

Le lignage de Morville et le fief de Chennebrun

  • 237 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 758 ; Longny, chef-lieu de canton (...)
  • 238 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 146-147, no CLXXXIX (XIIe siècle), donation de (...)
  • 239 Ibid., t. I, p. 138-140, no LI, p. 142-144, no LIII (1109 et avant) et p. 186-192, no LXXVII.

46Si l’on se réfère au Dictionnaire de Charpillon et Carême, en 1123 Chennebrun (carte no 25) aurait appartenu à Guillaume de Longny, ce que ne confirme pourtant aucune autre source237. En fait, c’est un tout autre nom : Morville – ou Marville – qui se rattacha en premier à Chennebrun dans le courant du XIIe siècle. La première évocation de cette famille en Normandie se trouve dans la charte de l’abbaye de Jumièges émise à Chennebrun par Richard de Gournay, avec pour témoins Gohier de Morville et son épouse, Élise. Par la présence d’autres témoins238 (Mascelin de Cepelaria, Robert, neveu d’Auberge, apparaissant ailleurs aux environs de 1109), cette charte peut être datée de la première moitié du XIIe siècle, plus précisément entre 1121-1126 (par la présence de Landri « du Vieux-Verneuil ») et 1156239 (confirmation des biens de l’abbaye où apparaît l’église de Piseux, objet de la donation).

Carte n°25 – Les vassaux de l’honneur de Breteuil : Chennebrun ?

  • 240 H.-A. Cronne et C. Jonhson (éd.), Regesta Regum Anglorum. Regesta Henrici Primi, 1100-1135, t. II, (...)
  • 241 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 59, no 245 : « Testibus (h)istis [...] Ernaldo de Bosco, Gunherio de Mo (...)
  • 242 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 758 : cette information suspecte (...)
  • 243 D’après J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..., op. cit., p. 51.
  • 244 A. Longnon et A. Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens, op. cit., t. II, p. 196 : il fi (...)
  • 245 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 2, p. 261, no 3 et p. 263, no 7 ; G. Gué (...)

47À la même époque, de nombreuses mentions de Gohier de Morville apparurent dans cette partie de la Normandie. Dès les années 1122-1126, Henri Ier Beauclerc confirma à la demande de Robert II de Leicester et de Gohier de Morville une donation faite à la Neuve-Lyre par Raoul de Witot240. L’association étroite entre l’abbaye de Lyre, Breteuil et ce Gohier de Morville peut sousentendre que la famille était déjà installée dans la région, dans l’orbite de cet honneur. D’ailleurs, à une vingtaine d’années de là, entre 1142 et 1147, avec Arnault du Bois et Gilbert des Minières, Gohier de Morville fut témoin de Robert II pour la Chaise-Dieu-du-Theil241. Par ailleurs, la terre de « Chantecoq » aurait été donnée à la Trappe dès 1159 par « les seigneurs de Chennebrun242 ». Enfin, les rôles de l’Échiquier d’Angleterre de l’année 1131 mentionnent un « Gohier de Morville » dans le Surrey243. Effectivement, il est attesté que « Gohier, chevalier de Chennebrun » eut au XIIe siècle des intérêts de part et d’autre de la Manche244. Ce nouveau groupe familial apparut souvent, comme donateur ou témoin pour diverses abbayes voisines, normandes ou françaises : la Trappe, Lyre, Saint-Père, Saint-Jean-en-Vallée ou la léproserie du Grand Beaulieu245.

  • 246 R. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. 20-21, no 34.
  • 247 E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., t. I, p. 131.
  • 248 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 6-7, no(...)
  • 249 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 478-479, no XVI (c. 1101-1129, d’après E. de L (...)
  • 250 A. Longnon et A. Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens, op. cit., t. II, cathédrale de (...)
  • 251 E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., t. I, p. 148, no(...)
  • 252 BNF, lat. 10102, p. 64, no 95 (av. 1136) : « [...] Testes [...] Guillelmus de Moruilla [...] Milo n (...)
  • 253 M. Jusselin et L. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 13, no (...)

48Parallèlement en 1123, de l’autre côté de la frontière, Gohier de Morville et son frère Hugues se rendirent au château de Chartres auprès de Thibault de Blois-Chartres, afin de faire confirmer une donation246. En 1128, Gohier fut cité par ce même comte comme l’un de ses « fidèles chevaliers247 ». En 1141, il apparut encore en pays chartrain comme témoin de Goslein de Lèves, frère de l’évêque Geoffroy, avec Miles de Muzy248. D’autres chartes, datant des mêmes années, nous éclairent sur son entourage familial : Gohier était fils d’Hugues (†) de Morville et de Payenne249. Un Hugues de Morville – peut-être son père ou son frère – fit don au plus tard au XIIe siècle de deux verrières à la cathédrale de Chartres250. En 1139, son frère Guillaume, clerc, était chanoine de la cathédrale de Chartres251 et témoin avec Miles de Muzy (peu avant 1136) d’une charte de Goslein de Lèves en faveur de l’abbaye de Josaphat252. En 1149-1150, ce même Guillaume fut témoin de l’évêque de Chartres avec Rahier et Miles de Muzy, pour la vidamesse de Chartres, puis en 1152 avec Miles, Geoffroy et Rahier de Muzy253. À ces occasions, Guillaume apparut donc comme familier de l’entourage de l’évêque Goslein de Muzy et des familles parentes de Lèves et de Muzy.

  • 254 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 116-117 ; E. M. C. Van Houts (...)
  • 255 Hugues II de Châteauneuf avait épousé Alberède de Meulan, soeur de Robert II de Leicester, voir sup (...)
  • 256 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 8.
  • 257 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », op. cit., p. 107.

49Rappelons que le comte de Chartres était alors Thibault IV, fils d’Adèle – fille de Guillaume le Conquérant – et neveu d’Henri Ier Beauclerc. Pendant sa minorité, sa mère avait administré le comté en bonne entente avec la Normandie. Thibault lui resta ensuite acquis jusqu’à la mort de Henri Ier, en 1135254. Si Gohier de Morville était l’un de ses fidèles, comme le souligne la charte de 1128, il est logique qu’il se fut attaché au roi d’Angleterre. En contrepartie, ce dernier a pu lui faire don de terres en Angleterre et à la frontière de son duché contre le comté de Dreux, mais en bonne intelligence avec Robert II de Leicester, proche à la fois d’Henri Beauclerc et du comte de Chartres. Ce fut en effet dans leur environnement qu’il fit ses premières apparitions en Normandie. Un autre facteur supplémentaire peut être avancé, faisant intervenir la famille de Châteauneuf (dont les territoires d’Armentières jouxtent Chennebrun) et sa parenté avec la famille de Leicester en ce début du XIIe siècle255. Selon l’une ou l’autre de ces possibilités ou encore les deux provisoirement combinées, il n’en reste pas moins que dès les années 1120-1130 les Gohier de Morville s’installèrent au nord de l’Avre, sans doute en lisière de l’honneur de Breteuil. La famille semble avoir ensuite totalement épousé la cause normande et s’être opposé au roi de Prance et son allié de Châteauneuf : en 1168, le village de Chennebrun fut incendié par Louis VII et Hugues III de Châteauneuf paya les représailles de Henri II qui se précipita sur Brézolles256. Puis en juin 1201, Jean sans Terre, qui précisément s’occupait de mettre ses frontières en défense, accorda 20 livres destinées à la fortification du château, preuve de la fidélité de Gohier257.

  • 258 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 202, no XCVI ; (...)
  • 259 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 2.
  • 260 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 668, no LXXI (nouveau style).
  • 261 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 25, no (...)
  • 262 L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit., t. II, p. 119-120, (...)

50Dans la seconde moitié du XIIe siècle et au XIIIe siècle, apparurent régulièrement des « Gohier de Morville », suivis ou non du titre de « seigneurs de Chennebrun » ou plus simplement « Gohier de Chennebrun ». Ce même prénom se retrouva à Chennebrun sur plusieurs générations du XIIe au XIIIe siècle. Si, vers 1156-1159, un autre individu, Sanchius, fut cité à Chennebrun comme témoin d’une charte d’Henri II pour la Chaise-Dieu-du-Theil, il est possible que la proximité calligraphique de Gunch[er]ius – Gunherius étant la forme ancienne – et Sanchius ait pu être à l’origine d’une erreur de transcription au XVIIe siècle258. Etant donnée l’importance des autres personnes présentes et la longévité des Gohier de Morville à Chennebrun, on peut penser qu’il s’agit effectivement de l’un d’eux, dont le prénom fut erroné. Avant 1202, Gohier, son fils G. et son épouse Agnès cédèrent une terre de leur fief à l’abbaye de la Trappe259. En janvier 1203, cette Agnès, avec son fils et l’épouse de celui-ci, Cécile, confirmèrent les droits de l’abbaye de Saint-Père à Chennebrun260. Dans le même temps, la famille ne disparut pas du territoire chartrain. Vers 1160, Gohier était à Chartres pour une donation en faveur de la léproserie du Grand Beaulieu à prendre sur un moulin de la ville. Un témoin nommé Guillaume, archidiacre, était peut-être son frère. Gohier fut encore attesté en 1190 à Chartres, où il témoigna pour la comtesse Adèle261. Enfin en 1202, Gohier de Morville, Guillaume de Chavigny et Guillaume du Bois prièrent Gervais de Châteauneuf de recevoir leur consentement à une donation sur Saint-Barthélemy du Vieux - Charencey262.

  • 263 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 1 (1214), p. 261, no 3 (1206), p. 261, n(...)
  • 264 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 (1265) ; BNF, lat. 5417, p. 271 (1265, sce (...)
  • 265 B. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 112-113. En 1208, Richard Langlois fit de don (...)
  • 266 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres (...)
  • 267 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II,
  • 268 L. Merlet, Dictionnaire topographique d’Eure-et-Loir comprenant les noms de lieu anciens et moderne (...)
  • 269 G. W. S. Barrow, « Les familles normandes d’Écosse », AN, Caen, t. XV, 1965, p. 493-515 et t. XVII, (...)

51Enfin, la famille ne semble pas avoir souffert du rattachement de la Normandie au domaine royal. Gohier de Morville continua de confirmer et augmenter les donations de son père aux abbayes de la Trappe263 et de Saint-Père264, puis vers 1208, confirma une vente à celle de Lyre265. Par ailleurs, l’enquête de Philippe Auguste sur les coutumes de la forêt de Breteuil mentionnait que Gohier de Chennebrun était autrefois prévôt de Barthélemy de Dreux à Châgne266. Si un Guillaume de Morville fut dépossédé par Philippe Auguste, celui-ci est à associer au toponyme de Morville-sur-Andelle et non à Chennebrun267. Ce nom, en effet, était assez répandu dans le pays chartrain268, en Normandie et en Angleterre269 mais il ne s’agit visiblement, pour aucun, du même groupe familial.

Lignage de Morville.

  • 270 Ceci rappelle la formation toponymique de Bois-Arnault.

52« Chennebrun » est une formation toponymique médiévale, parfois latinisée en « Quercus Brima » ou « Quercus Fusca270 ». Le vocable de l’église paroissiale à Notre-Dame ne confère pas précisément d’ancienneté au lieu de culte et peut parfaitement se rapporter au XIIe siècle, lorsque le culte marial était très répandu. L’étendue du fief dans ses terres, ses revenus et sa domination est assez difficile à évaluer pour le XIIe siècle, même si les informations trouvées au hasard des chartes permettent d’esquisser une aire de rayonnement (carte no 25).

  • 271 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259-260, no 2 ; p. 263, no 7 et p. 265, no 11.
  • 272 Ibid. p. 263, no 7 (1213).
  • 273 Archives privées, aveux de 1452 ; arch. dép. Eure, E 145.
  • 274 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 668, no LXXI et p. 713 ; le Breuil, commune de (...)
  • 275 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 1 et p. 260, no 2 et no 3 ; Chantecocq ( (...)
  • 276 Ibid., p. 261, no 4 ; commune de Gournay-le-Guérin, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 277 Ibid., p. 263-264, no 8.
  • 278 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 536-538 (1100-1135).
  • 279 Voir supra ; il existe encore de nos jours un toponyme « le moulin de Pommerai », dans la commune d (...)

53L’obituaire du XIIe siècle de Saint-Père-de-Chartres le situait en Normandie, donc sur la rive nord de l’Avre. La charte de janvier 1203 mentionnait certains droits localisés à Chennebrun et une administration bien établie : dîme de la foire, cens de Chennebrun puis le moulin en 1265. La première domination de Gohier de Morville s’étendait sur son fief, son parc et son domaine271. Une donation à l’abbaye de la Trappe fut l’occasion pour lui de repréciser les droits seigneuriaux – traditionels – qu’il entendait se réserver : trois tailles (pour sa libération en cas de captivité, pour armer ses fils chevaliers, pour le mariage de sa fille aînée) et sa justice seigneuriale272 (guerre, sang et vol). Les aveux postérieurs ou estimations de la seigneurie de Chennebrun mentionnèrent de nombreux droits et diverses rentes féodales sur le four à ban, les moulins, le treizième, le droit de reliefs, etc.273. La particularité juridique de Chennebrun était que le détenteur avait droits de haute, moyenne et basse justice, qui étaient plus souvent du ressort des véritables baronnies ou d’unités territoriales nettement plus conséquentes. Cela met peut-être en évidence qu’il s’agissait d’une seigneurie autrefois très importante. Les chartes de l’abbaye Saint-Père signalaient en outre au XIIIe siècle des revenus à prendre à Breteuil, Bourth et le moulin du Breuil274. Le cartulaire de la Trappe montre que ses terres s’étendaient jusqu’à Bourth et que, par la haie de Chantecoq située « dans son fief », celui-ci était contigu à la baronnie de l’Aigle275. Il possédait encore « en fief et en domaine » des terres proches de Petite-Ville276 entre Gournay-le-Guérin et la Chaise-Dieu-du-Theil. De même, il semble avoir eu des terres à Saint-Christophe-sur-Avre, échangées au XIIIe siècle avec Pierre de la Rivière277. Situé sur l’Avre, le fief paraît avoir compris plusieurs moulins278 (Chennebrun, le Breuil et peut-être Armentières, appartenant à l’abbaye de Saint-Père). Le problème majeur reste que ces indications éparses datent de périodes variant de la fin du XIIe siècle à un XIIIe siècle déjà bien avancé. La fourchette chronologique est donc relativement large, comprenant le cap de 1204 et la redistribution possible de terres avoisinantes. De plus, ces renseignements sont de nature partielle et englobent les revenus situés dans des fiefs voisins (Saint-Christophe, Gournay, Bourth, Breteuil, etc.) Il semble pourtant se dessiner une zone géographique limitée à la proximité immédiate du château s’étendant plutôt vers le nord, c’est-à-dire la Normandie. Par ailleurs, la famille conserva aux XIIe et XIIIe siècles des biens en pays chartrain alors qu’elle était déjà bien installée à Chennebrun : sur le moulin des Arches, à Chartres et à Saint-Barthélemy du Vieux-Charencey279.

54Il est assez difficile de savoir dans quelle mouvance se trouvait initialement Chennebrun. Le fief n’apparut pas dans l’enquête de 1172 sur les services de chevaliers, ni parmi ceux de l’honneur de Breteuil en 1210. Il était contigu à la baronnie de L’Aigle mais lui restait extérieur. Les Gohier de Morville ne semblent d’ailleurs pas en avoir été très proches, à part quelques exceptions concernant l’abbaye de la Chaise-Dieu-du-Theil, implantée à proximité de Chennebrun. Les origines chartraines de la famille et le voisinage ancien des familles de Ribault puis de Châteauneuf peuvent faire penser à une infiltration française sur un territoire normand en friche, cédé aux Morville au début du XIIe siècle en accord lointain avec les comtes de Leicester. Ce fief, souvent associé à ceux de Gournay et de Saint-Christophe, semble avoir constitué un territoire périphérique. Son origine assez particulière, ainsi que son peu de relation avec les barons alentour, tendraient à montrer une relative indépendance vis-à-vis du réseau seigneurial existant. Il semblerait qu’il ait été situé dans la baillie de Verneuil puisque c’est là que Gohier reçut les 20 livres de Jean sans Terre.

  • 280 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 1175-76, no 412.
  • 281 Voir supra.

55Par ailleurs, l’importance du château de Chennebrun peut facilement se mesurer à l’aide de trois mentions littéraires émanant de l’autorité ducale ou de son entourage direct. L’incursion de Louis VII en 1168 est significative : n’osant s’attaquer directement à Verneuil, il se reporta sur Chennebrun. C’est probablement à la suite de cet événement qu’Henri II décida de renforcer sa frontière par le creusement des Fossés-le-roi. Puis, lors du traité de janvier 1194, Jean abandonnait secrètement à Philippe Auguste les territoires de l’Iton « jusqu’à Chennebrun, avec ce qui s’y rapport[ait], et le château de Verneuil, avec ce qui s’y rapport [ait]280 ». Même si en réalité cette cession était inapplicable, la situation géographique de Chennebrun prenait toute son importance stratégique par le seul fait de matérialiser la limite territoriale de la Normandie ducale. Enfin en juin 1201, le Trésor de Normandie contribua financièrement à la fortification du château281, alors que Jean renforçait les défenses de cette région frontalière en soutenant la fortification privée. Ces différentes mentions prouvent de manière assez nette que Chennebrun exerçait un rayonnement non négligeable sur la zone alentour et qu’il s’agit sans doute de la seule place forte importante sur la rivière, à mi-chemin entre Verneuil et L’Aigle.

  • 282 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 426.
  • 283 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 263, no 7.
  • 284 Archives privées, aveu de 1452 : « cens en bourgeoisie » et Estimation des terres de Chesnebrun (17 (...)
  • 285 L. Musset, « Peuplements en bourgage et bourgs ruraux », CCM, Poitiers, t. IX, 1966, p. 177-208.

56En 1168, Chennebrun était qualifié de « municipium », signifiant qu’un peuplement s’était déjà accolé à une fortification282. Il existait donc déjà une structure double associant défense et peuplement mais ce n’est qu’en 1213 qu’une charte évoqua, pour la première fois, le bourg de Chennebrun283. Cette fondation est confortée par tous les aveux postérieurs où apparurent les termes de « bourg » et « droits de bourgeoisie284 ». En janvier 1203, Gohier évoquait déjà les « dîmes de sa foire » et de « tous ses cens » à Chennebrun, revenus pouvant être mis en relation avec un droit de bourgage. La date exacte de la fondation reste inconnue mais elle fut certainement antérieure à 1204. À n’en pas douter, il s’agit d’une initiative tardive, la majorité des bourgs étant fondés avant la seconde moitié du XIIe siècle285. Cette création d’ordre privé profita directement au seigneur puisqu’en 1213, mention était faite que les bourgeois de Chennebrun dépendaient de sa justice.

  • 286 Voir supra.
  • 287 B. Guérard (éd.), Cartulaire…, op. cit., t. II, p. 715 (1265) ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 361 (avr (...)
  • 288 B. Guérard (éd.), Cartulaire…, op. cit, t. I, p. 126-127.

57Différentes sources permettent de cerner la population de Chennebrun. Tout d’abord, les habitants de Chennebrun payant un cens n’étaient pas tous bourgeois, certains furent de simples colons : la charte de 1203 mentionnait la dîme des « hôtes » et le cens de Chennebrun, tant en agripennis qu’en hospitiis286. En 1265 et 1269, plusieurs chartes citèrent des bourgeois de Chennebrun : Guillaume « dit le Roux », la famille Ribout et Robert originaire d’Armentières, au sud de l’Avre287. Rappelons que cette villa fut vidée de ses habitants dans la seconde moitié du XIe siècle, probablement en raison du contexte conflictuel288. Cette origine permet de souligner, une fois de plus, que la frontière du duché n’était pas infranchissable et que Chennebrun dut sans doute sa fondation à une migration française.

  • 289 Archives privées.

58En ce qui concerne les revenus du bourg, le « cens en bourgeoisie » était cité parmi les autres rentes de l’aveu de 1452289. Son montant ne fut pas donné mais tout porte à croire, comme c’était le cas dans les bourgs en général, que cette somme était peu importante dès l’origine afin d’être attractive. Le bourg fut par ailleurs doté de tous les organes d’encadrements classiques.

  • 290 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 260-264 (1127 et 1126).
  • 291 Voir supra, « L’implantation significative... », p.~73.
  • 292 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 679 (1215).
  • 293 Arch. dép. Eure, Q 37 (13 janv. 1791).

59La présence religieuse était assurée en premier lieu par l’église paroissiale Notre-Dame. Le patronage en fut donné à Saint-Père-de-Chartres après 1126-1127290. Il est significatif que ce fut précisément cette abbaye qui l’ai détenu, les territoires alentours étant déjà tous plus ou moins dans sa dépendance291. Etait-ce uniquement le fruit d’une politique territoriale de cet établissement, indépendamment de la frontière et des conflits ? Faut-il y voir une intrusion française ou, tout au contraire, la conjoncture particulière du début du XIIe siècle avec une alliance normanno-chartraine ? Cette présence fut renforcée, assez tardivement, sans doute à l’extrême fin du XIIe siècle, par le prieuré Saint-Étienne de Chennebrun dépendant également de Saint-Père-de-Chartres292. Situé sur la rive sud de l’Avre dans le diocèse de Chartres, il fut parfois appelé par erreur « prieuré de Saint-Étienne d’Armentières293 ».

  • 294 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 (n. d.) : voir supra.
  • 295 Mathieu Arnoux, Mineurs, férons et maîtres de forges, étude sur la production du fer dans la Norman (...)
  • 296 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 264, no 10.
  • 297 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 13 et archives privées, fos 84-89.

60Les aspects économiques, ici lieu d’échange avec droit de marché, foire et divers droits banaux (four, passage et tonlieu, etc.) étaient régis par une coutume. Au cours du XIIIe siècle, Gohier convint avec Saint-Père de la dîme des moulins de Chennebrun et du Breuil, de la dîme des fours, de la foire et du cens, etc.294. Cette charte donne de précieuses indications sur la composition économique de Chennebrun. Il serait cependant abusif d’en déduire qu’il s’agissait de l’ensemble des revenus du bourg, celui-ci n’étant d’ailleurs pas cité. Les droits de fours et moulins correspondent à des prérogatives seigneuriales. En revanche, la foire, structure d’échange économique importante et le cens (en bourgeoisie ?) pourraient être rattachés à un droit de bourgage. Dès janvier 1203, une activité artisanale particulière est mentionnée à Chennebrun : le travail du fer (decimam census fabricarum ferrariorum), important dans la région295. Une autre charte, de 1211, mentionnait le nom d’un habitant : André faber296, ce qui vient conforter l’existence réelle de cette activité dans le bourg. Plus tard l’aveu de 1604 mentionna la « forge » de Chennebrun et l’estimation de 1745, les « forges à eau, tant fontes à haut fourneau, que marteau affinerie à fer297 ». Ces privilèges, vus dans leur globalité, apportèrent une certaine autonomie mais surtout canalisèrent la dynamique économique du bourg. Ils permirent en outre, malgré les dangers inhérents à une zone aussi exposée, d’attirer une population, de la concentrer autour de l’espace fortifié et de contribuer ainsi à la protection immédiate du duché.

Conclusion

61Tous ces exemples montrent indéniablement qu’une influence de Breteuil s’exerça durablement et de manière importante sur des territoires proches du coeur de l’honneur (Bois-Arnault, Cintray, Charnelles) mais théoriquement dépendants de celui de Tillières. Rappelons que la fortification de Breteuil fut avant tout orientée vers la frontière dreugésine et contre Tillières, alors tenu par le roi de France. Il est donc naturel que l’honneur y ait eu des velleités d’agrandissement, d’autant que la position du nouveau chef-lieu de Breteuil, à l’extrémité orientale du patrimoine familial, était désaxée par rapport aux gros des territoires – situés surtout dans la vallée de la Risle, limitée par les baronnies de Conches et de L’Aigle et dont l’exploitation tendait déjà vers une saturation – mais centrale en vue d’une extension par l’est et le sud-est. Cette influence s’exerça d’une part avec la volonté de certains groupes familiaux de cultiver des liens privilégiés avec les détenteurs de l’honneur de Breteuil, directement ou à travers l’abbaye de Lyre. Ils reçurent en échange des intérêts dans l’honneur de Breteuil (revenus sur les prévôtés, exemptions de la forêt de Breteuil, en général un droit de pasnage) ou dans les comtés d’Angleterre (pour Bois-Arnault et Charnelles). D’autre part, des arrière-vassaux de Breteuil au lignage ancien (la Ferté-Fresnel) vinrent chercher fortune dans la partie orientale de la frontière de l’Avre, largement au-delà des limites primitives de l’honneur.

L’administration et les ressources de l’honneur de Breteuil

L’honneur

  • 298 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II Plantagenêt, op. cit., p. 237 : cette remarque faite pour (...)
  • 299 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 17-19, no 13 : « Eustachi Britolii. »
  • 300 surtout : arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 284-286, (...)

62En 1054, l’orientation nouvelle de Breteuil comme forteresse principale de la défense territoriale entraîna une mise au premier plan et une restructuration des domaines de Guillaume Fils-Osbern dans ce secteur. Peu auparavant, lors de la fondation de l’abbaye de Lyre, le cœur de l’entité territoriale était encore appelée « fief de Galon ». Il ne fut jamais un comté298 : si leurs détenteurs portèrent parfois ce titre, ce fut exclusivement en raison de leurs possessions anglaises (Hereford pour Guillaume Fils-Osbern et Leicester pour la branche du même nom). Pour cette raison, Eustache ne fut jamais appelé « comte299 ». Les chartes de Lyre et du Désert permettent de visualiser l’étendue de l’honneur et montrent que la plupart des terres étaient situées à l’ouest de la forêt de Breteuil, vers la vallée de la Risle, relativement loin des conflits de l’Avre mais aussi à Pacy et Pont-Saint-Pierre, dans la vallée de l’Andelle. D. Crouch précisait qu’au début des années 1120, l’honneur n’était pas parmi les plus étendus mais que, proche de la frontière et comprenant six châteaux, dont trois assez importants, il avait un intérêt stratégique évident300.

  • 301 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 42, no 51 : « Testibus : Petronilla comitissa, Willelmo de Britolio (...)
  • 302 BNF, coll. Clairembault 995, no 26 (av. 1190): « [...] R[obertus] comes Leigr[ecestrie] salutem [.. (...)
  • 303 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241-242, no 302 ; H 535: « Robertas, filius Roberti, comitis Legrece (...)
  • 304 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190): « [...] hi(i)s testibus : P[etronilla] comitissa, W (...)

63Certaines chartes de la famille de Leicester montrent que les fils purent en être chargés du vivant de leur père, celui-ci étant plus intéressé par ses possessions insulaires. Guillaume le Lépreux, fils de Robert III et de Pernelle, semble en avoir été investi alors qu’il disparut avant son père : une charte de Robert III le nommait Guillaume « de Breteuil ». Ce fut sous ce titre que Pernelle et Amicie fondèrent son anniversaire301. Après sa mort ce fut son frère Robert qui, du vivant de son père, prit l’honneur en main : dans une charte de ses parents, il était appelé à son tour « Robert de Breteuil302 ». Il y tint un réel pouvoir car, avant la mort de Robert III, il confirma à l’abbaye de Lyre des biens donnés par Baudouin de Charnelles et Arnault du Bois303. Cependant, une troisième charte où le nom « de Breteuil » paraît se reporter aux deux frères vient pourtant remettre en cause ces conclusions304 : s’agit-il d’une erreur de transcription ? exerçaient-ils conjointement des fonctions administratives ? Robert fut-il tuteur de son frère malade ?

Le parc et la forêt de Breteuil

  • 305 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 39, no 45 : « [...] terre quam idem Willelmus Buffet habebat in parc (...)

64Le parc seigneurial de Breteuil n’est pas localisé par les sources écrites. Une charte précise seulement qu’il était clos d’une palissade, qu’il contenait une vigne et des terres pouvant être tenues à titre héréditaire par des particuliers – ici Guillaume Buffet à qui Robert de Leicester la racheta moyennant une rente annuelle de 8 sous305.

  • 306 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « in foresta mea de Bretholio »; lat. 11055, p. 32 (...)
  • 307 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 2, no 6 (c. 1150); arch. dép. Eure, III F 393 (...)
  • 308 A. Le Prévost, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 : d’après les registres C, f° 129 ( (...)
  • 309 En forêt de Breteuil, Saint-Evroult possédait le manoir de Garneville pour lequel elle avait d’autr (...)
  • 310 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand.., p. 2, no 6 (c. 1150).
  • 311 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 : « [...] quietam in foresta mea de Bretholio de pannagio de cen (...)
  • 312 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 197, no XX (1153-1167).
  • 313 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., p. 433.
  • 314 David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique critique et interprétatif de la cou (...)
  • 315 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 12, no 26 : « decimam de fossa mea in foresta Britolii. »

65La forêt de Breteuil faisait également partie de l’honneur, le détenteur la qualifiant de « sa » forêt. Des chartes la nommèrent « haute forêt306 ». Elle était gardée par des baillis, mentionnés deux fois sous Robert II ou des « forestiers », cités vers 1188 dans une charte de Robert III307 et dans l’enquête de 1220. Elle était régie par une coutume locale transcrite vers 1220 par Philippe Auguste308. Cette minutieuse enquête omit cependant quelques exemptions, comme celles données aux abbayes de l’Estrée et de la Trappe par Robert III de Leicester. Les premiers exempts étaient les établissements religieux de Saint-Evroult309, Lyre, le Désert, le Bec, la Chaise-Dieu310, l’Estrée311, la Trappe312, les léproseries de Breteuil313 et Verneuil, etc., ainsi que quelques prêtres. Le roi d’Angleterre et l’évêque d’Évreux y avaient également un privilège sur la chasse, avec un cerf annuel. La plupart des exceptions concernaient les droit de pasnage et de pâturage (porcs et chèvres le plus souvent), le prélèvement de bois mort et vert, de quelques quantités d’arbres dont les essences étaient alors précisées (hêtre, chêne, tilleul, etc.) Notons également que les bourgeois de Breteuil étaient autorisés à prendre des pierres et tenus de reboucher les fosses en présence des forestiers. La « haie de Breteuil » était interdite entre le chemin de Longchamps et la belle Lande jusqu’à la forêt de Conches et jusqu’aux « livrées » de Bordigny (au nord de Breteuil) et de Lyme (le Lesme ?). Espaces bénéficiant de franchises, ces livrées s’apparentaient surtout à la notion de défrichement et d’approvisionnement314 : dans la plupart des cas, elles correspondaient à un droit de bois vif ou d’extraction de pierres. En forêt de Breteuil, il y en aurait eu plusieurs au moins à Bordigny et à Lyme, les gardiens de la forêt ayant la leur. Une charte d’Arnault du Bois mentionna également ses « fossés » de la forêt de Breteuil315 : sujets à revenus, ils n’étaient probablement pas défensifs bien que le château de Bois-Arnault se situât encore à cette époque au coeur de la forêt. Il s’agirait plutôt de lieux d’extraction : carrière de pierres, gisements ferreux (nombreux dans la région et exploités) ?

Les bourgs, les prévôtés et baillies

  • 316 Ibid., p. 1-2,11° 1 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 284-286, no 120 ; Robert Génestal, Le Dr (...)
  • 317 Arch. dép. Eure, G 165, fos 3-4, no 3 (1168-1190) : « [...] duas burgensias, quas habent de dono Ro (...)
  • 318 Voir supra ; et P. Bauduin, « Bourgs castraux et frontière en Normandie aux XIe et XIIe siècles : l (...)
  • 319 L. Musset, « Peuplements en bourgage... » art. cité.

66L’honneur était constitué de plusieurs localités notables, notamment de bourgs. Il semblerait que les premiers aient été créés sous l’impulsion de Guillaume Fils-Osbern, comme ceux de Pont-Saint-Pierre, de Cormeilles et vraisemblablement de Breteuil316. D’ailleurs à ce sujet, la vallée de la Risle et l’honneur de Breteuil dans leur entier furent particulièrement dynamiques en ce domaine. À la fin du XIIe siècle, une charte du Désert évoquait la burgensia de la Neuve-Lyre317. L’enquête de 1220 sur la coutume de la forêt mentionnait les bourgeois de Rugles, Breteuil, Lyre, la Ferté-Frênel et Glos-la-Ferrière318 (connus depuis 1138). Existaient également, depuis la mi-XIe siècle, Montreuill’Argillé319 (fondé par les Giroie vers 1050) et, au XIIe siècle, le Sap, les Bottereaux, Pont-Echanfrey, etc. ou encore Ivry et Pacy.

  • 320 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II..., op. cit., p. 320-325.
  • 321 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22) (1122-1153) : « decimas septimanas in prepositur (...)
  • 322 Arch. dép. Eure, III F 312 ; H 1437, p. 59, no 245 : « [...] centum quatuor solidos quos in praepos (...)
  • 323 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241-242, no 302 : « [...] decem solidos de redditibus quos habent in (...)
  • 324 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 36-39, no 43 (1168-1190) : » decimam septimam in prefectura Britolii (...)
  • 325 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 284-286, no 120 ; canton de la Ferté-Fresnel, dép. de l’Orne.

67Comme toute entité domaniale importante, l’honneur de Breteuil se dota d’une administration locale et fut subdivisé en prévôtés. Le prévôt – dont statut et fonctions étaient apparus milieu du XIe siècle – était en charge de la police, la justice et la perception des revenus domaniaux. Il recevait sa charge sous la forme d’une ferme et contre serment320. Des chartes de Robert II mentionnèrent celles de Breteuil, la Neuve-Lyre, Glos et Pacy321. En 1142-1147, il fit don à la Chaise-Dieu-du-Theil de revenus à prendre « sur la prévôté de Breteuil322 ». Avant 1190, le futur Robert IV confirma encore à l’abbaye de Lyre des donations effectuées sur les revenus de la prévôté de Breteuil323. Certaines chartes employèrent le terme de « préfecture » qui semble équivalent à celui de « prévôté ». En effet, le comte de Leicester précisa ailleurs que ses « prévôts » de Breteuil redistribuaient le cens de sa « préfecture324 » : c’étaient donc bien eux qui étaient chargés de les administrer. Même si nous voyons que les premières mentions ne remontent qu’à la moitié du XIIe siècle, dans la mesure où une prévôté était déjà attestée à Glos-la-Ferrière lors de la fondation de l’abbaye de Lyre325, il ne fait aucun doute que ce type d’administration couvrit rapidement l’honneur.

  • 326 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22) (1122-1153) : « Robertus comes Leircestrie, Erna (...)
  • 327 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II..., op. cit., p. 333-336.
  • 328 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 84.
  • 329 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11, no 21 (n. d.) : « Gillebertus de Mineriis, tunc senescallo comit (...)
  • 330 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II.., op. cit., p. 332-333.

68Par ailleurs, nous observons que les détenteurs de Breteuil évoluèrent en se dotant de nouveaux administrateurs locaux. Dans une charte où il citait des sièges de prévôtés, Robert II de Leicester s’adressa à ses « barons, chevaliers, baillis, et ministres » mais à aucun prévôt326 ! En effet, partout au XIIe siècle leur rôle s’était estompé pour laisser place aux baillis, nouveau relais local de l’administration seigneuriale327 : ils apparurent donc naturellement à Breteuil sous Robert II, sans faire disparaître les divisions en prévôtés. Guéry signalait par ailleurs qu’Arnault du Bois fut sénéchal de Robert de Leicester328 et une charte de Notre-Dame de Lyre mentionnait que Gilbert des Minières exerça la même fonction329. Enfin, comme c’était l’usage pour les grands honneurs, Breteuil ne compta pas de vicomtés330.

Le bourg castral de Breteuil

L’instauration d’une bourgeoisie

  • 331 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 237-239.
  • 332 F. de Beaurepaire, Noms des communes de l’Eure, op. cit., p. 22 et p. 77, conseille cependant de re (...)
  • 333 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 87-89 (n. 1) copie interpolée du XIIe siècle (arch. dép. Seine (...)
  • 334 Ibid., p. 284-286, no 120; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1.
  • 335 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 146-147.

69Sur la fondation du bourg de Breteuil, R. Génestal commit deux erreurs importantes, considérant d’une part que la place forte fut bâtie en 1060 seulement et d’autre part que c’était avant tout une forteresse et non encore une ville331. Cependant, il remarquait avec justesse que Guillaume Fils-Osbern avait délibérément choisi d’allier les intérêts économiques aux intérêts militaires. En 1054, l’agglomération existait et portait déjà le nom de « Breteuil ». Celui-ci était formé de Brittos, nom d’homme gaulois, et du suffixe ialum qui signifierait « clairière », ce qui dans le cas de Breteuil paraît parfaitement adapté car la forêt de Breteuil devait être largement plus étendue à l’époque de la constitution toponymique332. Un document, sur l’authenticité duquel il convient de rester prudent, aurait mentionné dès 1001 l’existence de Breteuil, sous le qualificatif de villa et de fief lors de la donation de Raoul d’Ivry à Saint-Ouen de Rouen333. En 1046-1050, il ne s’agissait pas d’une petite exploitation agricole mais d’un véritable centre de peuplement appelé villa : « à savoir les églises de Breteuil, les dîmes et la terre, les maisons, librement, et la dîme de la monnaie de cette ville, des moulins et des fours, et de tous les hommes libres de la paroisse334 ». Cet ensemble de rentes marque une installation ancienne pourvue des structures économiques et seigneuriales habituelles et frappant la monnaie. Guillaume de Jumièges rapportait ensuite qu’en 1054 le duc dressa une autre « place forte non moindre [comparaison avec Tillières], appelée Breteuil jusqu’à aujourd’hui335 », utilisant pour la décrire le terme d’oppidum. Les fortifications furent donc importantes et ne concernaient apparemment pas le seul château mais également le peuplement.

  • 336 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit., t. I, p. 9, no III ; M. Chibnall (éd.), The E (...)
  • 337 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 237-239.

70Néanmoins, il ne fit pas état de la création ou de l’existence d’un bourg. Celuici fut pourtant implicitement évoqué environ vingt-cinq ans plus tard dans une charte de Saint-Evroult336. A priori postérieur à la charte de Lyre (1046-1050), il fut donc successif à l’édification de la forteresse et à l’érection de Breteuil comme chef-lieu de l’honneur. Il semble être déjà bien organisé au moment de la prise de possession par Guillaume Fils-Osbern de ses domaines d’Angleterre, où précisément il introduisit les « lois de Breteuil337 ». Ceci ramènerait donc la création à une date antérieure à sa mort en 1071, puisque les domaines normands et continentaux furent alors séparés, voire antérieure à 1066.

  • 338 BNF, lat. 11055, p. 32 (1168-1190) et p. 33 (ap. 1190 ?) : « apud Britolium duos burgenses. »
  • 339 Arch. dép. Eure, III F 312 ; H 1437, p. 59, no 245 (1142-1147) : « duos Burgenses apud Britolium »  (...)
  • 340 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. I, p. 433 (av. 1190).

71Comme le montre la donation en 1080 d’un bourgeois à Saint-Evroult, les bourgeois de Breteuil appartenaient en propre au détenteur de l’honneur. Des chartes du XIIe siècle en citèrent ensuite deux offerts à l’abbaye338. Deux autres bourgeois furent « donnés » au prieuré du Désert, puis transmis à la ChaiseDieu-du-Theil en 1142-1147339. La léproserie de Breteuil en possédait également un. Pour ce dernier cas, il ne s’agissait peut-être pas simplement du revenu généré par un bourgeois mais d’une véritable cession de personne ou des services de cette personne car la léproserie était libre de le « choisir340 ».

Les « lois de Breteuil »

  • 341 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 233-234; Mary Bateson, « Notes and documents, th (...)
  • 342 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 254-255, le pays de Caux éta (...)
  • 343 W. Stubbs (éd.), Willelmi malmesbiriensis monachi, De gestis regum anglorum libri quinque ; Histori (...)
  • 344 Franck and Caroline Thorn (éd.), Domesday Book, Herefordshire, t. XVII, History from the sources, C (...)

72Aucune source médiévale ne donne de précisions sur les modes de la tenure en bourgage de Breteuil. Ils ne peuvent être documentés qu’indirectement par d’autres bourgs – normands et anglais – créés spécifiquement par Guillaume Fils-Osbern. Les « leges Britolii » dont R. Génestal, M. Bateson et A. Ballard tentèrent de faire état ne sont en fait connues que par des sources insulaires car aucun texte normand n’y fit directement référence. Étant tous nécessairement postérieurs à la fondation de Breteuil, ces textes ont pu connaître des évolutions et des adaptations car le contexte socio-culturel y était radicalement différent. Pour ces auteurs, les privilèges de Breteuil avaient pour origine ceux de Cormeilles, situé également dans les domaines de Guillaume Fils-Osbern341. Ils constituèrent un modèle pour le XIe siècle puisque cette coutume fut reprise à l’identique pour d’autres implantations : explicitement à Auffay, où Richard de Heugleville « appliqua aux colons les lois de Cormeilles342 ». Il est donc tout naturel de penser que ces principes aient pu être repris à Breteuil, adaptés ou améliorés. Dans le royaume, les Normands de Guillaume importèrent une législation spécifique pour leurs propres congénères. Guillaume de Malmesbury rappela que Guillaume Fils-Osbern institua dans son comté d’Hereford une loi selon laquelle aucun chevalier ne devait payer plus de sept sous, quel que soit le délit343. Le rôle du chevalier était militaire tandis que celui des bourgeois normands, non moins essentiel, était la colonisation et la maîtrise économique des territoires conquis. Dans une région qui leur était hostile, l’octroi de privilèges se devait donc d’être particulièrement attractif. Les « lois de Breteuil » parurent visiblement adaptées à ce nouveau contexte et la colonisation fut rapidement organisée selon leur principe. Les premières mentions insulaires de bourgeois « d’origine française » apparurent dès 1086 à Hereford, où ils étaient régis par une coutume plus avantageuse et tout aussi rapidement à Ruddhlan dont le régime juridique avait explicitement pour origine celui de Breteuil344. Dans une étude très précise, M. Bateson a mis ainsi en évidence que les « lois de Breteuil » furent en premier lieu exportées à Hereford par Guillaume FilsOsbern et quelles se répandirent progressivement dans les îles britanniques de la fin du XIe siècle au XIIIe siècle.

  • 345 L. Musset, « Le problème des chartes de Franchise en Normandie (XIe-XIVe siècles) », La Charte de B (...)
  • 346 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité.

73Pour Breteuil, L. Musset ajouta qu’au XIIIe siècle la liberté municipale aurait été accordée sous le gouvernement de deux « probi homines » élus chaque année mais réserva son avis quant au caractère originel de ces dispositions, qu’il mit en rapport avec l’augmentation des privilèges de Breteuil sur le modèle de Verneuil en 1199345. En fait, les dénominateurs communs des différentes applications des coutumes de Breteuil en Angleterre montrent qu’il s’agissait essentiellement d’avantages juridiques et fiscaux, avec de nombreuses occurrences de la mince somme de 12 deniers correspondant au cens annuel du droit de bourgeoisie ou aux amendes courantes346.

Le droit de bourgage : la tenure et ses privilèges statutaires

  • 347 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 237-239.

74Pour être viable et attractif, le bourg castral de Breteuil, probablement le tout premier de cette frontière encore très instable, devait se doter de privilèges importants. En l’absence de documentation, R. Génestal conjecturait qu’ils avaient pour objet essentiel « les conditions de la possession du sol » et « la réglementation des rapports de tenant à seigneur » mais qu’ils « ne contenaient pas [encore] de franchises commerciales importantes347 ». En l’absence de documentation originale, la seule façon de procéder reste de se reporter aux exemples connus en Normandie et en Angleterre, ainsi qu’à quelques mentions éparses concernant directement Breteuil.

  • 348 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « quietiam de consuetudine in uilla mea de Brethol (...)

75Sur un plan strictement statutaire, toute la ville de Breteuil n’était pas nécessairement perçue comme un bourg à part entière. En effet, au XIIe siècle, Robert III de Leicester qualifiait encore Breteuil de « ville », réglementée par une coutume et non de « bourg348 ». Le droit de bourgage ne pouvait donc se réduire au simple concept urbain et a pu être soumis à l’évolution de la ville. De même, tous les habitants de Breteuil n’étaient pas systématiquement considérés comme ayant, de fait, le statut de bourgeois.

  • 349 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité, p. 306, no 2-4 ; p. 310, i, 5 ; p. 496 et suiv (...)
  • 350 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 89-92.
  • 351 H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta regum Anglo-Normannorum..., op. cit., t. II, p. 371.
  • 352 Arch. dép. Eure, E 107 : « Dépouillement très abbrégé des titres du fief du bois Ernault, pour la p (...)
  • 353 M. Bateson, « ... The laws of Breteuil », art. cité, passim.
  • 354 Voir R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 100.
  • 355 M. Bateson, « ... The laws of Breteuil » art. cité, Ruyton (p. 316).

76Le privilège fiscal résidait principalement dans le cens en bourgeoisie, avec la protection de la tenure et de son aliénation – pour laquelle les taxes étaient minimes voire inexistantes349. Ce cens, versé au détenteur de Breteuil (ou à son officier), restait une rente seigneuriale mais son montant était, par définition, perpétuel et immuable350. Sa valeur financière, toute symbolique, visait surtout à attirer de nouveaux arrivants. Il s’appliquait sur la tenure « en bourgage » de la demeure du bourgeois : une charte de Henri Ier attestait en 1130 qu’il existait à Breteuil un cens se rapportant à la maison351. Un document de 1668 montre par ailleurs que des maisons de Breteuil situées « dans la bourgeoisie » étaient soumises à une rente annuelle de 12 deniers, payable au terme de la Saint-Rémy352. Nous observons également, sans pouvoir l’expliquer, que l’une de ces possessions soumise au cens était située hors de l’enceinte de la ville, aux « Plesses ». Enfin, certaines maisons situées dans l’enceinte de la ville et décrites comme de véritables habitations (avec corps de logis, jardins) ou encore les granges, les boutiques, les « petites » maisons, des pièces de terre, etc., n’y étaient pas soumises : conséquences d’une évolution urbaine entre les XIe et XVIIe siècles, subdivisions de fonds de bourgage ? Malgré ce détail, la récurrence de certains éléments est évidente, notamment la rente annuelle que nous pouvons aisément identifier au cens originel et dont le montant rappelle directement les exemples anglais, inspirés des lois de Breteuil353. Ce même document permet de visualiser grossièrement le fonds de bourgage : « maisons », « maisons manables », parfois décrites (corps de logis de plusieurs pièces, avec grenier, cave ou galerie et communs, étables, écuries, granges, etc.), avec parfois une cour ou un jardin à l’arrière, ou encore, par deux fois, une « place vide » ou simple pièce de terre d’une demie vergée. Cette dernière mesure constituait peut-être le fonds d’origine commun à tous les bourgeois354 ? D’une part, si ce terrain avait été une subdivision de fonds, son cens en aurait peut-être été proportionnellement réduit, comme à Verneuil, ou quelques cas anglais avérés355. D’autre part, d’autres maisons, pourtant bien décrites comme étant « sises en la bourgeoisie » de Breteuil, n’étaient pas soumises à cette même rente, peut-être en raison du régime spécial de tenures multiples pour un seul fonds (à Verneuil, par exemple, un bourgeois ne payait qu’un seul cens pour un fonds de bourgage, même si celuici comprenait plusieurs maisons mais si un fond de bourgage était partagé entre plusieurs bourgeois, chacun payait un cens proportionnel). À la lumière de ce document, en le comparant aux autres cas connus, nous pouvons prudemment conclure qu’à Breteuil le cens en bourgeoisie de 12 deniers annuels payables au terme de la Saint-Rémy s’appliquait indifféremment à un ensemble d’habitation ou à un terrain non-bâti d’une demie vergée, avec un régime particulier de division du fonds entre plusieurs bourgeois.

  • 356 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité, Ruyton (p. 317) ; Welshpool (p. 318) ; Preston (...)
  • 357 Les bourgeois pouvaient parfois posséder un four : ibid., Haverfordwest (p. 496 et suiv., no 24-25, (...)
  • 358 Ibid., Netherware (p. 308); Bideford (p. 310, no 9); Ruyton (p. 317); Welshpool (p. 318) et Preston (...)
  • 359 Ibid., p. 519, iii, no 7.

77Les autres privilèges fiscaux portaient sur l’exemption de rentes seigneuriales courantes (droits de passage, pontage, tonlieux356, droits sur les équipements banaux357, etc.) et sur les échanges de marchandises. Le commerce était protégé et favorisait principalement l’enrichissement des bourgeois, avec de nombreux cas de libertés totales dans les bourgs anglais de la première génération358. À Haverfordwest, les marchands extérieurs devaient précisément se concentrer à l’intérieur du bourg et se soumettre aux règlements imposés par les bourgeois359.

  • 360 Ibid., Preston (p. 496 et suiv., no 43).
  • 361 Ibid., Haverfordwest (p. 519, iii, no 5).
  • 362 Ibid., Denbigh (p. 516).
  • 363 Nous verrons que ce fut ensuite le cas à Verneuil.
  • 364 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 235-236 ; D.-F. Secousse (éd.), Ordonnances des (...)
  • 365 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 (1125) : « Robertus cornes Legrestrie, dominas Britolii, omni (...)

78Les obligations militaires variaient notablement selon les sites. L’expédition et la chevauchée pouvaient être très restreintes360 voire inexistantes361. Ce type de clause, assez répandu sur le continent, aurait été à la base un moyen de ne pas hisser le bourgeois au rang de chevalier. Ailleurs, chaque cens rétribuait directement un membre de la garnison de la ville362, mettant en évidence que d’une manière structurelle la population bourgeoise confiait le rôle défensif à des professionnels de la guerre, sans taxe supplémentaire363. C’est précisément ce que semble confirmer la réclamation en 1381 des habitants de Cormeilles : être déchargés d’un impôt pour l’entretien des gens de guerre parce qu’ils étaient « franz, quittes et exems de toutes coustumes païages, tailles, aides d’Ost, de ban et d’arrière-ban, de subsides et autres subvencions d’ancienneté et si longtemps qu’il n’étoit mémoire du contraire364 ». Il est assez difficile de déterminer si les bourgeois de Breteuil bénéficièrent des mêmes exemptions car Cormeilles, bien qu’étant peut-être le cas le plus proche, était abbatial et non castral. Par ailleurs, les deux premières chartes de Robert II de Leicester, s’adressant de la même façon à tous les « barons, chevaliers et bourgeois de l’honneur de Breteuil365 », soulignaient déjà le rôle actif que la population bourgeoise pouvaient jouer au sein de sa ville.

  • 366 L. Musset, « Le problème des chartes de franchise en Normandie... », art. cité, p. 44.
  • 367 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité.

79Enfin, L. Musset remarquait que très souvent seul le droit pénal était évoqué366. Les premières règles de justice concernant les bourgeois normands de Rhuddlan et Hereford étaient très évasives. Les amendes (sauf pour les trois forfaitures que le roi se réservait selon la loi anglaise : perturbation de l’ordre public, effraction et brigandage à Hereford, homicide, vol et effraction préméditée pour Rhuddlan) n’excédaient pas la très modique et symbolique somme de 12 deniers, contre 100 sous pour un Anglais. Cependant, ce montant de 12 deniers était si répandu en France du Nord et en Angleterre que nous ne pouvons lui conférer une origine exclusivement bretolienne367, du moins pouvonsnous attribuer un creuset commun. Car le problème majeur restera toujours de savoir quelles clauses anglaises étaient directement issues de Breteuil. Certes, tous les dérivés insulaires de la « loi de Breteuil » reflétèrent son esprit général mais certains textes sont largement postérieurs aux XIe-XIIe siècles ou relèvent d’influences locales, modifiant la coutume originale. M. Bateson a tenté de reconstituer une charte « factice » à partir de tous les éléments de clauses qu’elle pensait être nécessaires, balayant tous les types de privilèges : statutaires, matrimoniaux, commerciaux, pénaux, militaires, etc. Sa recherche dans ce sens reste intéressante mais ne peut constituer un document probant dans son ensemble.

Des exemptions exceptionnelles dépassant les limites du bourg

  • 368 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres (...)
  • 369 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 197, no XX (1153-1168).

80Ce fut au sein de son propre honneur que le détenteur de Breteuil autorisa quelques exemptions et levées d’interdiction à ses bourgeois. La coutume de la forêt de Breteuil précisait les droits de mort-bois, de bois sec et de bois vert tombé fortuitement, ainsi que l’autorisation d’y prendre de la terre et des pierres pour leurs besoins à condition de reboucher les trous et d’effectuer ces retraits sous la surveillance du forestier368. Cette dernière exemption était particulièrement intéressante pour une ville en cours de construction. Un lieu spécifique leur était attribué. Il est mentionné, mais non localisé, dans une charte de Robert III de Leicester autorisant les moines de la Trappe à « prendre le bois, où les bourgeois de Breteuil, de Clos et de Lyre le prenaient ». Il ne s’agissait pas seulement de menu bois, glané en lisière de forêt, mais également de bois de construction369.

  • 370 É. Berger et L. Delilsle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit, t. I, p. 529-530, no CCC (...)
  • 371 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 214-215.
  • 372 D.-F. Secousse (éd.), Ordonnances des rois de France, t. VIII, Paris, Imprimerie royale, 1750, p. 2 (...)
  • 373 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p (...)

81Par ailleurs au début de son règne, Henri II Plantagenêt accorda aux nouveaux arrivants de Condé-sur-Iton, sous la dépendance de l’évêque d’Évreux, « toutes les libertés et coutumes libres qu’avaient [déjà] les hommes de Breteuil sur toute sa terre370 ». Cette extension ducale concernant sans doute les tonlieux, passages et péages avait peut-être été donnée par son aïeul Henri Ier, à la suite du siège de Breteuil en février 1119 : la prise du château avait été facilité par la collaboration des bourgeois qu’Henri avait ensuite loués pour « leur fidélité et les avait honorés de promesses et de bienfaits371 ». Si ces privilèges ne sont pas à mettre directement en relation avec la notion de bourgeoisie, ils insistent sur le rôle politique que ses statuts lui permettaient, accessoirement, d’exercer, même contre son propre seigneur. En juillet 1199, Jean ajouta en présence de Robert IV de Leicester des exemptions sur les transactions commerciales sur toute l’étendue de ses territoires et dont bénéficiaient déjà ses bourgeois de Verneuil372. Enfin, Philippe Auguste confirma dès février 1205 les privilèges d’exemption de coutume sur les droits féodaux de passage, pontage et tonlieu dans ses territoires, reprenant sans aucun doute mot pour mot la charte normande car certains lieux (Poitou, Anjou, Mansois) n’étaient pas encore sous domination française373. Les affaires concernant le bourg proprement dit regardaient théoriquement le seigneur seul. Pourtant le rôle des bourgeois en cas de conflit ne fut pas négligé par l’autorité royale, qui tint tout particulièrement à se les attacher. Leurs actes intervinrent à des moments cruciaux du pouvoir : crise de 1118-1119, avènements d’Henri II, Jean sans Terre, puis Philippe Auguste. Il s’agissait avant tout pour ces souverains de s’assurer la fidélité de cette nouvelle classe de la population, ni totalement soumise ni totalement souveraine, mais ayant un pouvoir réel de faire basculer le sort. Seule la proximité de la frontière justifiait ces exemptions qui dépassaient les stricts cadres du droit de bourgage : la défense du territoire passait donc aussi par ce type de mesures en faveur des populations, en marge des opérations militaires qui n’étaient pas de leur ressort.

Les organes d’encadrement

Les structures économiques

  • 374 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1- (...)
  • 375 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433.
  • 376 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 36-39, no 43 (1168-1190) : « omnibus molendinis eiusdem uille » et p (...)
  • 377 Ibid., p. 42, no 51 (1168-1190) : « [...] confirmo et prefatis monachis, unum sextarium frumenti an (...)
  • 378 Ibid., p. 41-42, no 50 : « ego Renaldus Besser duos sextarios et plenam minam annone, que habebam a (...)
  • 379 Arch. dép. Eure, G 165, fos 3-4, no 3 (1168-1190) : « nouem sextarios frumenti in molendinis de Bri (...)

82Les fours et moulins, outils de transformation habituels à toute structure seigneuriale, étaient naturellement déjà attestés avant la création du bourg comme sources de revenus du fief de Galon374. Cependant, il ne s’agissait pas nécessairement des moulins de la ville car ceux-ci ne pouvaient être antérieurs au détournement de l’Iton. La charte de confirmation des revenus de la léproserie de Breteuil mentionnait le don par Guillaume de Breteuil d’un muid de blé à prendre sur les moulins de Breteuil, auquel Robert de Leicester ajouta une once d’or à prendre sur ces mêmes moulins375. Une charte de Robert III rappela plus précisément à l’abbaye de Lyre les dîmes des moulins de la « ville de Breteuil » et son épouse lui fit également une donation sur « ses moulins de Breteuil376 ». Ce même Robert lui confirma un autre revenu sur les moulins donné par Raoul d’Hellenvilliers qui tenait cette rente par héritage377. L’un des comtes de Leicester concéda une rente sur la mouture d’un moulin de Breteuil à un particulier qui la donna à son tour à l’abbaye de Lyre378. Le prieuré du Désert reçut également des revenus sur les moulins de Breteuil379. Les moulins de la ville généraient donc d’importants revenus dont la gestion était semble-t-il affermée, mais aucun document médiéval n’indique que les bourgeois possédaient dessus des privilèges fiscaux, ce qui ne signifie pourtant pas qu’ils n’en eurent aucun.

  • 380 Arch. dép. Eure, G 6, p. 81, no 126 : « [...] in foro Britholii [...] »
  • 381 Bernard Lizot, Breteuil-sur-Iton, le bourg, vieilles maisons, vieilles familles, Bordigny-Breteuil- (...)
  • 382 L. Delisle (éd), Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Roue (...)

83Les libertés données en 1199 et souscrites par Robert de Leicester précisaient que les bourgeois de Breteuil pouvaient « acheter et vendre » dans les domaines ducaux, c’est-à-dire qu’ils purent désormais exporter librement les transactions qu’ils avaient l’habitude d’effectuer à l’intérieur du bourg. Ces structures économiques consistaient la plupart du temps en droits de foires et marchés qui, pour Breteuil, n’apparurent dans les sources écrites qu’au XIIIe siècle avec une foire, signalée en juin 1259380. En 1309, elle était installée en dehors de la ville, à la maladrerie de Breteuil, et avait lieu le 8 septembre381. Le bâtiment de la halle fut cité plus tardivement, lors des travaux de réfection des essentages382 (1332). Il n’en reste pas moins évident que le bourg fut doté, au minimum, d’un droit de marché dès sa fondation.

Les structures religieuses

  • 383 Le pouillé de 1370 évoquait deux « portions » de cure à l’entier bénéfice de l’abbaye de Lyre : A. (...)
  • 384 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1- (...)
  • 385 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 94-96 ; M. Charpillon et abbé Carême, Dictionn (...)

84En ce qui concerne l’encadrement religieux, le bourg de Breteuil dispose aujourd’hui de la seule paroisse Saint-Sulpice383 mais la charte de fondation de l’abbaye de Lyre évoquait l’existence de plusieurs églises dans la villa de Breteuil384. D’après C. Guéry, il y en aurait eu deux, réunies sous une seule paroisse au XVIIe siècle. Celle qui aurait disparu aurait été dédiée au Saint-Sauveur385. Cependant, au moment de la fondation de l’abbaye, le bourg n’existait probablement pas encore et rien ne semble avoir été réellement restructuré depuis le haut Moyen Âge. Ces différentes églises pourraient donc avoir été rassemblées en une seule à l’occasion de la fondation du bourg.

  • 386 A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil-sur-Iton, op. cit., p. 64.
  • 387 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. I, p. 433.
  • 388 Information aimablement communiquée par M. B. Tabuteau, d’après les archives hospitalières de Brete (...)
  • 389 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres (...)

85Certains auteurs anciens ont suggéré que la maladrerie Sainte-Madeleine de Breteuil fut fondée au XIe siècle – voire dès Guillaume Fils-Osbern386 – d’après une donation de « Guillaume de Breteuil » confirmée par Robert III de Leicester387. Or, la plupart de ces fondations ont eu lieu plus tardivement et il est plus probable que ce « Guillaume de Breteuil » fût en réalité le fils de Robert III, qui mourut précisément de la lèpre. D’après de récentes recherches, les archives de l’hôtel-Dieu de Breteuil renferment un vidimus du XVe siècle, lui-même vidimus d’une charte de donation d’un comte de Leicester, probablement Robert II388. Cet établissement possédait d’importants revenus outre ceux déjà énoncés. Elle reçut des rentes annuelles en marcs d’argent sur les biens anglais de la famille de Leicester, des onces d’or à prendre sur les moulins, la forêt et la prévôté de Breteuil et les prévôtés de Lyre et de Glos. L’un des Robert de Leicester ajouta un droit de bois vert, un chariot de bois mort pour le chauffage et pour le four de Breteuil, dont ils jouissaient gratuitement, et sur les autres fours du domaine, ils recevaient un pain chaque dimanche. Il concéda également le droit de pasnage pour leurs porcs (sans restriction), l’herbage pour leurs autres bêtes, exceptés les chèvres et les chiens, 16 deniers et un bourgeois de Breteuil qu’ils devaient désigner, ayant un droit de pasnage pour dix porcs. Ces dispositions furent confirmées dans l’enquête sur les coutumes de la forêt de Breteuil389.

Notes

1 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227.

2 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil, Évreux, Hérissey, 1900, p. 21-22.

3 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 87-89, copie interpolée du XIIe siècle (arch. dép. Seine-Maritime, 14 H 915 C) : signale que cette partie de la charte, qui apparaît dans un seul manuscrit, fut peut-être un ajout (du XIIe siècle cependant).

4 David Bates, « Notes sur l’aristocratie normande : I, Hugues de Bayeux et sa famille », AN, Caen, t. XXIII, 1973, p. 7-15 ; P. Bouet et M. Dosdat, « Les évêques normands de 985 à 1150 », art. cité, p. 24 ; V. Gazeau-Godet, « Le patrimoine de Hugues de Bayeux, (c. 1009-1049) », dans P. Bouet et F. Neveux (dir.), Les Évêques normands du XIe siècle, op. cit., p. 139-147.

5 L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande : les Tosny », dans M. de Boüard (dir.), Documents de l’histoire de la Normandie, p. 90-94.

6 Après 1046 ou vers 1050, selon que l’on considère qu’Emma reçut le fief de son père ou de son frère ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1 (c. 1050).

7 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 12-13, avant 1066.

8 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 91.

9 A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil-sur-Iton, op. cit., p. 64, nous reviendrons plus loin sur cette éventualité.

10 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 144-147 ; F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 134-135.

11 Il souscrivit à de très nombreux actes ducaux : M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 62.

12 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227.

13 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 174 et p. 260 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227.

14 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 202, p. 222-223 et p. 280.

15 Ibid., p. 282-283; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t.II, p. 226-227.

16 Après la révolte de Norwich, ils durent s’exiler en Terre sainte, laissant au roi la tutelle de leurs fils, Guillaume et Raoul II, et de leur fille, Amicie (ou Itte), qui épousa Robert II de Leicester ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., t. II, p. 226-227 et id., « L’exil dans l’espace anglonormand », dans P. Bouet et V. Gazeau (dir.), La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, colloque de Cerisy-la-Salle (2001), Caen, CRAHM, 2003, p. 117-128, ici p. 122.

17 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 116-117.

18 Ibid., t. IV, p. 286-290 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-229 et p. 202-203 ; Ascelin Goël est également connu sous le nom de Goël de Bréval (canton de Bonnières-sur-Seine, dép. des Yvelines) ; D. Power, op. cit., p. 207-208.

19 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 100 ; t. IV, p. 114-115, p. 186-187, p. 214-217 ; L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande, les Tosny », art. cité, p. 90-94.

20 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 228-231.

21 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. V, p. 290-291; D. Power, op. cit., p. 368-369.

22 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit., t. I, no III, p. 9 (1080) ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 128-131 (1099) ; Saint-Evroult-Notre-Dame-du-Bois, commune de Glos-la-Ferrière, canton de la Ferté-Fresnel, dép. de l’Orne.

23 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 91.

24 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 4, no 5 (n. d.) : « Ego Guillelmus, Guillelmi comitis filius, concedo Sancte Marie Lire [...] decimam peagii, quod dedit mihi Rohertus, cornes Normannie, ad Pontem Sancti Petri, et ab Herberto, filio Hugonis, et Baldrico, filio Hoel. » ; no 6 (n.d.) : « [...] ego Guillelmus, Guillelmi comitis filius, concedo Sancte Marie Lire [...] omnem decimam et redecimam, quas teneo in dominio in omni Valle Pistrispropter mutationem terre, quam Sancta Maria habuit [apud] Bermercort, tempore Ernaldi abbatis [...] » ; p. 4, no 7 (n. d.) ; Pont-Saint-Pierre, canton de Fleury-sur-Andelle, dép. de l’Eure. Contrairement à ce qu’affirme A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433, il est préférable de penser que ce n’est pas le fils de Guillaume Fils-Osbern qui dota la léproserie de Breteuil, mais Guillaume de Breteuil, dit « le lépreux », fils de Robert III de Leicester.

25 Arch. dép. Eure, H 793, p. 148-149 (confirmation de 1195 par Richard Ier) : « [...] uolontate Willelmi de Bretolio et Ricardi filii Herluini, ecclesiæ Beati Taurini, dederunt ecclesiam Picturiuille [...] » ; Pinterville, canton de Louviers, dép. de l’Eure ; sur Richard Fils-Herluin de Saint-André, voir P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 242-243.

26 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 415; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 40-41.

27 Ibid.

28 E. M. C. Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », art. cité, p. 122 : ils avaient été bannis après la rebellion de Norwich et s’étaient éxilés en Terre sainte en laissant leurs trois enfants, Guillaume, Raoul et Amicie (ou Itte), voir supra.

29 Id., Orderici Vitalis..., op. cit, t. II, p. 230-231 ; Guillaume de Gaël, nommé par Orderic Vital, serait mort peu après.

30 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 40-41 ; D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 107 et suiv.

31 J. Green, « Le gouvernement d’Henri Ier Beauclerc en Normandie », dans P. Bouet et V. Gazeau (dir.), La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, op. cit., p. 61-73.

32 C. W. Hollister, « War and diplomacy... », art. cité, p. 72 et suiv. et p. 82; J. Green, The Aristocracy of Norman England, op. cit., p. 354, d’après C. W. Hollister, The Angevin Empire, op. cit., p. 251 ; D. Power, op. cit., p. 225 et suiv.

33 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11, no 3 : Guéry note que cette charte fut pourtant émise alors qu’Eustache était « déjà dépossédé du comté de Breteuil, croit-on, à ce moment il ne donne cette charte que pour obliger les détenteurs de la dîme des moulins de Pacy à la restituer à l’abbaye, ce qu’ils font par leurs chartes jointes à la même feuille ».

34 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 212-215 et p. 278-279.

35 Ibid., p. 242-245 ; Cintray, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; Amaury de Montfort était comte d’Évreux mais se considérait avant tout vassal du roi de France.

36 Il y a évidemment contradiction entre les deux chroniques ; A. Luchaire (éd.), Louis VI le Gros..., op. cit., nos 261 et 262 ; Auguste Molinier (éd.), Vie de Louis le Gros par Suger suivie de l’histoire du roi Louis VII publiées d’après les manuscrits, Paris, 1887, p. 92 ; Étienne était le fils d’Adèle, voir supra.

37 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 106 et suiv.

38 En attendant, Henri se réservait le contrôle de son héritage : voir E. M. C. Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », art. cité, p. 121-123.

39 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 330-331 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 226-227.

40 D’après D. Crouch, Breteuil aurait été momentanément donné à Guillaume de Pacy, l’auteur s’appuie sur la charte de la léproserie de Breteuil, où apparaît « Guillaume de Breteuil » (The Beaumont Twins..., op. cit., p. 55). Or il peut également s’agir du fils de Guillaume Fils-Osbern ou, de préférence, du fils de Robert III, occasionnellement appelé « Guillaume de Breteuil » et mort prématurément de la lèpre.

41 Pour plus de détails se référer à D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit..

42 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. III, p. 442.

43 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 318.

44 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 8.

45 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 416.

46 Verneusses, canton de Broglie, dép. de l’Eure ; K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201 ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 188-220.

47 Ibid., p. 548-549.

48 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 29-36.

49 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 456-457, p. 512-513 et p. 524-528 ; D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 37 et p. 106-109.

50 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, p. 55 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 11 et suiv., no 4 et no 21 : « [...] ego Robertas, comes Leycestrie, concessi [...] Deo et Sancte Marie de Lyra [...] ut habeantet in perpetuum possideantplenarie, libere et quiete etpacifice, omnes respossessiones suas de feodo meo cum omnibus pertinentiis suis, sicut carte munimenta que inde habeant testantur [...] », no 5 et no 6.

51 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1, f° 2, no 2 : « Robertus, comes Legrecestriae et dominas Britolii [...] [c]ompertum habeo et relatione testimonis proborum et antiquorum uirorum de honore Britolii, quod capella Beata Maria de Deserto et omnes aliae capellae de foresta Britolii ad dominum pertinent Britolii cuius dominio [...] » ; il existait également au XIIe siècle, une autre chapelle sur la route de Rugles : l’Ermitage du Tilleul Saint-Gougon (A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil-sur-Iton, op. cit., p. 79) ; fos 5-6, no 6 et fos 7-8, no 9. D. Power, op. cit., p. 306.

52 Ibid., fos 1-2, no 1 : « [...] et Ernaldus de Bosco [...] et Guillelmus Fresnel [...] »

53 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433 ; ils sont connus par une confirmation de Robert III.

54 Arch. dép. Eure, III F 312 ; H 1437, p. 59, no 245 : « Robertus, comes Le(c)[g]re[ce]strie et dominus Britolii [...] salutem. Notum sit uobis omnibus, quod dominus Hugo de Deserto se suaque concessitf(a)[o] eminis Deo seruientibus in Casa Dei, et de meo feudo ea qua concedere uoluissem [...] concedo feminis Deo sacratis in Casa Dei, centum quatuor solidos, quas in praepositura Bretolii concesseram [...] et Cun(e)[c]ta etiam qua de m[e] habebat circa forestam Britolii, pra[e]ter clausum de Deserto, et decern acras terrain iuxta Boscum Ernaudi, et molendinum de Ambenay, et duos Burgenses apud Bretolium [...] » et H 1438, p. 2.

55 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 2, no 6.

56 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 79 et suiv.

57 L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 52 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 73-74, no 138. D. Crouch pense qu’il s’agit du fruit de la négociation entre Robert II de Leicester et Henri Plantagenêt, lors de son retournement et que cette charte s’adresse à Robert II et non à Robert III. Pourtant, Robert de Meulan (premier comte de Leicester) est bien cité comme « aïeul dudit Robert » et non comme son père ici nommé « comte de Leicester ». La négociation a donc dû se porter en faveur du fils, tandis que le père choisissait de se retirer.

58 Arch. dép. Eure, III F 393, art. VI, p. 36.

59 Canton de Saint-Pierre-sur-Dives, dép. du Calvados.

60 L. Delisle et Michel Brial (éd.), « La suite des monuments des trois règnes de Philippe Ier, Louis VI dit le Gros, et de Louis VII surnommé le Jeune, depuis l’an MLX jusqu’en MCLXXX », Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XVI, Paris, 1878, p. 21 (1160).

61 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.op. cit., t. I, p. 557 (peut-être 1165).

62 F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit, t. I, p. 377; W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49-50, p. 58, p. 60-62, p. 72-74, p. 78 et p. 134; id., Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 385.

63 Croth, canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.., op. cit., t. I, p. 442-443, et t. II, p. 269, no DCLIII ; arch. dép. Eure, H 838 ; W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 146, p. 294 et t. II, p. 3.

64 BNF, lat. 11055, p. 23 : « [...] in presentia Roberti, comitis Leicestrie [...] apud Vernolium ».

65 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 73-74, p. 80-81 et p. 148; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 418 ; L. Landon, Itineray of King Richard I, op. cit., p. 8-23, p. 30 et p. 40.

66 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 417.

67 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « quietiam de consuetudine in uilla mea de Bretholio, de omnibus aliis rebus, quae ad suos proprios usus pertinent aut pertinebunt ; et dedi eis et concessi quietam in foresta mea de Bretholio de pannagio de centum porcis » ; il confirma également une donation de Hugues de « Luz » : no 26 (av. 1190).

68 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 13-14, no 7 et no 9 ; p. 36-39, no 43 ; p. 39-40, no 46 ; p. 239-240, no 199 (v. 1188) : « [...] Sciatis quod antequam arriperem iter peregrinationis mee apud Jerosolimam, inquisiui per milites, seruientes, forestarios, que iura et quas libertates monachi de Lyra habe[a]nt et debe[a]nt habere inforesta de Britholio [...] » et p. 240, no 300 : « [...] Ego Robe rtas comes Leicestrie, iter mee peregrinationis apud Jherusalem arripui, quia uolui ut monachi mei de Lire omnes elemosinas quas habent in feodo meo ex dono antecessorum meorum [...] » ;p. 14, no 8 ;p. 41, no 49 ;p. 42, no 51 ;p. 42-43, no 52 (1164) ; p. 43, no 53 ; p. 101, no 126 ; et H 486.

69 Arch. dép. Eure, G 165, fos 3-4, no 3 ; f° 5, no 5 (1164) : « ego dedi et per missale super altare posui in perpetuam elemosinam V denarios in praepositura Britolii unaquaque septimana, et modium frumenti per annum in molendinis Britolii ecclesiae Beate Mariae de Deserto » ; f° 8, no 10 ; fos 50-51, no 85 et f° 55, no 95.

70 Arch. dép. Eure, H 1438, p. 5, no 10 : « Robert comte de Leincestre concede ce que son pere avoit donné à Chesdieu, scavoir en la prevosté de Breteuil 104 sols. [...] Il concede aussi la terre que Ernault du bois leur avoit donné [...] ».

71 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433 ; peut-être a-t-il été articulièrement sensibilisé par la maladie de son fils Guillaume, atteint de la lèpre.

72 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit, t. II, p. 269, no DCLIII.

73 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 34, no 75 et no 76 ; arch. dép. Eure, G 165, fos 55-56, no 95 ; BNF, coll. Clairembault 995, no 25 (1183-1190) et no 26 (av. 1190).

74 Bois-Arnault, canton de Rugles, dép. de l’Eure ; Bémécourt, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; Hellenvilliers, canton de Damville, dép. de l’Eure ; Charnelles, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Glos-la-Ferrière et la Ferté-Fresnel, canton de la Ferté-Fresnel, dép. de l’Orne.

75 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 418.

76 BNF, lat. 11055, p. 33 : « [...] Apud Britolium duos burgenses [...] et terris usque ad altam forestam meam Britolii [...] », cette charte correspond peut-être au moment où Robert III, puis Robert IV étaient en croisade.

77 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241, no 301 (av. 1204) : « [...] Robertas, comes Leicestrie, filius Petronille, comitisse Leicestrie, salutem [...] » ; arch. dép. Eure, G165, fos 4-5, no 4 (1201-1204) : « Robertus, comes Leicestriae, dominas Britolii, filius Petronillae comitissae [...] »

78 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 156.

79 Id., Chronicles and memorials of the reign of Richard I, RBMAS, Londres, Longman, 3 vol., 1864-1865, t. I : juin 1191 (p. 217) : siège d’Acre, avec Raoul de Tosny ; 7 septembre (p. 261-269) : bataille d’Arsûf, avec Wauquelin de Ferrières, Roger de Tosny, Robert de Dreux, Guillaume des Barres ; 6 novembre (p. 292-293, p. 300-302) : secourt les templiers à Yasûr, trois de ses chevaliers prisonniers des Turcs, lui-même sauvé par Robert du Neubourg, et André de Chavigny ; 10 janvier 1192 (p. 355) : à Jaffa, avec Roger de Tosny, Henri de Gray, Guillaume des Minières ; 29 juillet (p. 405) : accompagne Richard Ier, se rendant par mer de Jaffa à Cesarée ; 5 août (p. 415-418) : attaque des Mamelouks à Jaffa, Richard au secours de Robert.

80 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 556.

81 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 205, p. 256-261, p. 278 ; t. IV, p. 60 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. II, p. 45, p. 51 ; L. Landon, Itinerary of King Richard I..., op. cit., p. 106-109, p. 132 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 184-185 ; voir D. Power, op. cit., p. 259.

82 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 10, no 20 : « Sciant presentes et futuri quod ego Amitia, domina Montis Fortis dedi [...] sexaginta solidos Andegauensium uel quindecim sterlingorum annuatim de maritagio meo, pro anima fratris mei Willelmi de Britolio, in liberam et perpetuam elemosinam [...] » et p. 41, no 49 : « [...] Petronilla, comitissa Leicestrie, salutem [...] Nouerint uniuersis uestra me dedisse et hac carta mea confirmasse Deo et Sancte Marie de Lira [...] XL solidos in mol(l)endinis meis de Britolio [...] ad faciendum anniuersarium Willelmi de Britolii filii mei [...] »

83 Ibid., p. 241, no 301; BNF, lat. 11055, p. 32.

84 Arch. dép. Eure, G 165, fos 4-5, no 4 (1201-1204).

85 Arch. dép. Eure, III F 393, no 23 (Richard de Bois-Anseray) ; G 165, f° 56, no 97 (1201, Nicolas de Glos) et fos 58-60, no 99 (Nicolas de Glos, cette charte est datée de 1214 mais ne peut qu’être antérieure à la mort de Robert IV de Leicester en 1204).

86 Arch. dép. Eure, H 320, cote 7 et BNF, coll. Clairembault 995, no 25.

87 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des Chartres..., op. cit., t. I, p. 271, no 738 et p. 307, no 815.

88 T. D. Hardy (éd.), Rotuli de oblatis et finibus in Turri Londinensi asservati, tempore Regis Johannis..., Londres, Spottiswoode, 1835, p. 268 et p. 320.

89 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241 et p. 390-391, no 462 : « Laureta, quondam comitissa Leicestriae, salutem in Domino [...] » ; p. 391-392, no 463 (confirmation de Philippe Auguste) : « [...] Quod Laureta, quondam comitissa Leycestriae, dedit [...] »

90 L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 52 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit, t. I, p. 73-74, no 138.

91 J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 276-281 ; voir également A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424.

92 P. Bauduin, « Le baron, le château et la motte : baronnage et maîtrise du territoire châtelain dans la seigneurie de Breteuil (XIe-XIIe siècles), dans Bruno Fajal, Autour du château médiéval, Mémoires et documents no 1, Actes des rencontres historiques et archéologiques de l’Orne (5 avril 1997), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1998, p. 37-54.

93 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., passim.

94 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 415 ; T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit, t. I, p. 9, no III (1080) ; BNF, lat. 11055, p. 32 (1122-1168).

95 Canton de Rugles, dép. de l’Eure.

96 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1 et p. 3, no 3 : « Ego Ernaldus, Popeline filius, concedo Lire ecclesiam de Cornuil et omnem decimam quam teneo in dominio meo [...] concedente domino Guillelmo filio Osberni. Ego Ernaldus, Ernaldi filius, accipio fraternitatem et beneficium abbatie Lire et concedo monachis ibi Deo seruientibus decimam molendini quam teneo depontifice Ebroicensis [...] » ; Corneuil, canton de Damville, dép. de l’Eure.

97 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 28-29, no 3 (no 35) (1193-1201) : « [...] dilecti filii nostri Ernaldi de Bosco, super quibusdam donationibus concessionibus et confirmationibus tam ab ipso quam ab antecessoribus suis [...] et de ecclesiis Cornulii, Campi Daminelli, Neafle et Aluernis cum omnibus pertinentiis suis [...] » ; Champ-Dominel, commune de Sylvains-les-Moulins, canton de Damville ; Neaufles[-sur-Risle]-Auvergny, canton de Rugles, dép. de l’Eure.

98 Ibid., p. 4, no 6: « [...] Testibus [...] Ernaldo, filio Popeline [...] ».

99 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 128-131 ; T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit., t. I, no III, p. 9.

100 Arch. dép. Eure, H 91, f° 75 : « Ernaldo, filio Ernaldi », cette charte est antérieure à la mort de Robert Courteheuse, ici nommé « comte de Normandie ».

101 BNF, lat. 11056, no 701 : « Ernauldus de Bosco », il s’agit d’une copie tardive.

102 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Dame-du-Désert, p. 99 ; arch. dép. Eure, G 165 fos 1-2, no 1 : « Ernaldus de Bosco ».

103 Arch. dép. Eure, G 165, fos 2-3, no 2 (1122-1168) : « Ernaldo, filio Ernaldi ».

104 Nous suivons la première trace depuis 1050-1066.

105 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 107-109 ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 250-251.

106 Ibid., p. 512 ; D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 109 ; Pont-Echanfray, commune de Notre-Dame-du-Hamel et Montreuil-l’Argillé, canton de Broglie, dép. de l’Eure.

107 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22) (1122-1153), voir supra.

108 Abbayes de Lyre et de la Chaise-Dieu-du-Theil ; prieuré du Désert : passim.

109 Abbayes de Biddlesden et de Reading : passim.

110 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 109.

111 Henry Alfred Cronne et Charles Johnson (éd.), Regesta Regum Anglorum. Facsimiles of original charters and writs of King Stephen, the Empress Matilda and Dukes Geoffrey and Henry, 1135-1154, t. III, Oxford, Clarendon Press, 1968, p. 37-38, no 103; Northamptonshire.

112 Ibid., p. 38, no 104 (1150-1154) ; Henri était present à Leicester à cette date.

113 Ibid., p. 309-310, no 840 ; Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 58.

114 Berger, Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., t. I, p. 196-197, no LXXXIX.

115 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 16.

116 RBMAS (éd.), The great rolls of the Pipes (sondages des t. XXIII à L) et t. XXIX (1908), p. 6 : « de Aernaldo de Bosco, dapifero comitis Legercestrie. »

117 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 71 et p. 93 ; arch. dép. Eure, G 122, f° 24, no 100 (1167-1189) ; G 105 (1190 ?) : « Testibus hi(i)s : [...] Ernaldo de Bosco, Roberto fratre suo [...] » ; III F 393, p. 16, no 12 (no 26) (av. 1193-1201) : « [...] Roberto de Bosco, fratre meo [...] », p. 43, no 55, p. 101, no 126 et p. 189, no 243 ; H 486 ; confirmation par l’évêque d’Évreux (Garin de Cierrey, 1193-1201) : arch. dép. Eure, III F 393, p. 28-29, no 3 (no 35).

118 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., p. 58-59.

119 Arch. dép. Eure, H 535 et III F 393, p. 43-44, no 57 (n. d.) : « [...] Balduinus de Charnelis et Willelmus filius eius, assensu Ernaldi de Bosco, dederunt [...] decern solidos de redditibus, quos habent in prepositura Britolii [...] »

120 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 14, no 71 ; p. 42, no 279 (1219) et p. 338, no 1220 (1270).

121 Arch. dép. Eure, G 165, f° 41, no 71: « [...] Henricus de Bosco Ernoldi salutem. Sciatis quod ego dedi [...] totam terram, quam est inter Boscum Ernaulti et forestam [...]. Teste Simone de Grandiuilerio, de quo praedictam terram tenebam [...] », no 72 (confirmation de Simon de Grandvilliers) et f° 42, no 73 : « [...] Richardus, dominas de Bosco Ernoldi, salutem [...] Notum sit quod Henricus de Bosco Ernoldi, antecessor meus, dedit [...] »

122 Voir infra.

123 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 16, no 12 (no 26) : « ecclesiam de Campidominel, cum pertinentiis suis. »

124 BNF, lat. 11056, no 701 (1066-1084) : « Apud Poileium, medietatem ecclesie et cimeterii, et tertiam partem tocius decimis, quas eis donauit Ernauldus de Bosco » ; Poisley, commune et canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

125 Joseph Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii, vel magnum rotulum pipae de anno tricesimoprimo regni Henriciprimi, (ut videtur) quem plurimi hactenus laudarunt pro rotulo quinti anni Stephani regis, Londres, 1833, p. 88 : « Ernaldus de Bosco [...] clamat Regis quietam terrae suae de Poilli, que est infra Castelaria de Vernolio » ; sur les termes de castellania ou castellaria comme ressorts militaires, voir T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit, t. I, p. xxxiii-xxxvi.

126 BNF, lat. 11055, p. 19 (av. 1135) : « [...] A Poili super Aruam decimam quam tenuit Ernaldus de Bois [...] »

127 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 : « [...] Boscum Ernaldi [...] »

128 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 280-281 (c. 1207).

129 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Dame-du-Désert, op. cit., p. 99 ; arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 (1125) : « Ernaldus de Bosco [dedit] decem solidos Dunesensium aeternaliter in redditu suo de Glos singulis annis soluendos, in festo Sanctae Cruce in maio » et fos 5-6, no 95 : « [...] de Monta de Glos, de qua inter Robertum dominum meum, Robertum filium comitis Legrestrie, et me erat dissensum [...] », cette donation semble régler un différend entre Robert de Breteuil et Arnault du Bois (à propos de la motte ?) ; III F 393, p. 43 no 55 ; Glos-la-Ferrière, canton de la Ferté-Fresnel, dép. de l’Orne.

130 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 74, p. 76 ; Neaufles-Auvergny, canton de Rugles, dép. de l’Eure, et Marnefer, canton de la Ferté-Fresnel, dép. de l’Orne.

131 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 189, no 243 et p. 16, no 12 (no 26).

132 Ibid., p. 28-29, no 3 (no 35) (1193-1201) : « [...] scilicet de uno sextario frumenti et altero sextario grosii bladi de molendino de Rugles ; et de decima de molendino de Verrieres, tam in denariis quam in blado ; et de ecclesiis Cornulii, Campi Daminelli, Neafle et Aluernis, cum omnibus pertinentiis suis ; et de medietate decimarum bladi de parrochia de Bosco Ernaldi, excepto feodo Leobrandi ; et de decima denariorum de fossa sua in foresta de Britolio ; et de uiginti solidis de prepositura de Gloz ; et de decima de duobus garbis de feodo suo de Haia Siluestri [...] » ; la Haye-Saint-Sylvestre, canton de Rugles, dép. de l’Eure.

133 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 14, no 71 et p. 338, no 1220 ; les Essarts, canton de Damville ; le Chesne, canton de Breteuil-sur-Iton ; Juignette, canton de Rugles, dép. de l’Eure.

134 D’après J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..., op. cit., p. 88.

135 H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta regum Anglo-normannorum..., op. cit., t. III, p. 37-38, no 103.

136 Lewis C. Lloyd, The origins of some Anglo-Norman families, C.-T. Clay (éd.), D.-C. Douglas, Harleian Society, 1951, p. 16-17; William Farrer, Honors and knight fees, Londres-Manchester, 1923-1925, t. II, p. 303-305.

137 Commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

138 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Dame-du-Désert, op. cit., p. 99 ; arch. dép. Eure, G 165, no 1 : « Balduino de Charnelles » ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 502.

139 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 54 ; arch. dép. Eure, III F 393, no 23 (no 6), p. 13 : « Balduino de Charnellis », et III F 312 : « Balduino de Carnelio ».

140 BNF, lat. 10102, p. 104-105 (n. d.): « Testes: [...] Balduinus de Charneliis, apud Boscum Ernaldi. »

141 BNF, lat. 5464/2, no 26 : « Roberto, comite Legrecestrie, Petronilla comitissa, Gilleberto de Charnel [...] Radulfo de Conchis et aliis » ; arch. dép. Eure, G 105 (1190 ?) et G 122, f° 24, no 100 : « Gillebertus de Carneles » ; BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « Gileberto de Charnoles » et no 26 (av. 1190) : « Gileberto de Charnel. »

142 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241-242, no 302; H 535  : « [...] Balduinus de Charnelis, et Willelmus filius eius, assensu Ernaldi de Bosco, dederunt [...] decem solidos de redditibus, quos habent in prepositura Britolii. Et ego [Robertus, filius Roberti, comes Legrecestrie] petitione predictorum, scilicet Ernaldi, Balduini, et Willelmi filii eius, eamdem elemosinam concessi [...] » ; confirmation de l’évêque d’Évreux, Garin de Cierrey (1193-1201) : p. 36, no 42 et p. 36-39, no 43 : « [...] decem solidos pro Balduino de Carnellis [...] » ; C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 95.

143 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 107, no 135 : « Willelmo de Charneles » ; H 490 et III F 393, p. 108, no 136 : « Willelmo de Charneles » ; Cierrey, canton de Pacy-sur-Eure, dép. de l’Eure.

144 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 54 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 13, no 23 (no 6).

145 BNF, lat. 5464/1, no 3 (1170) : « testes sunt Rotrodus archiepiscopus Rothomagensis, in cuius manu misi earn sit elemosinam, apud Casam Dei, Dominus Richerius, filius Richerii de Aquila [...] Gauterius de Charneles, Bernerius de Baalines [...] » ; H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 114, no III.

146 The Pipe roll society (éd.), The great rolls of the pipe..., op. cit., no 29, 1908, p. 101 et no 45, 1930, p. 51.

147 Ibid., no 52, 1936, p. 138.

148 É. Berger et L. Delaborde (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste..., op. cit, t. II, p. 427-428, no 848 ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., no 101, p. 18 et p. 286 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. II, p. 282, no 748 (nov. 1204 ?) ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 157.

149 Commune et canton de Damville, dép. de l’Eure.

150 Arch. dép. Eure, G 165, no 2, fos 2-3 (c. 1125) : « Gilleberto de Muneriis ».

151 Arch. dép. Eure, III F 312 et H 1437, p. 59, no 245 : « Testibus (h)istis : [...] Ernaldo de Bosco, Gunherio de Moruilla [...] Ricardo Fresnel [...] Gilleberto de Mineriis. »

152 H. Hall (éd.), The Red Book..., op. cit., t. I, p. 300.

153 Arch. dép. Eure, G 105 (1190 ?) : « Testibus hi(i)s: [...] Ernaldo de Bosco, Roberto fratre suo [...] Guillelm(us)[o] de Charnelis, Gilleberto de Mineriis, Rogero fratre suo, Eustachio de Hallenuilliers [...] »

154 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11, no 21: « Hi(i)s testibus : Gilleberto de Mineriis, tunc senescallo comitis ».

155 W. Stubbs (éd.), Chronicles and memorials of the reign of Richard I, op. cit, p. 303.

156 Arch. dép. Eure, G 165, fos 4-5, no 4 : « Gilleberto de Muneriis ».

157 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 125-127 et p. 424 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87 et p. 280-281.

158 BNF, lat. 5464/3, no 100 : « Ego Rogerus de Mineriis, miles [...] »

159 BNF, coll. Clairembault 995, no 78 : « Ego Rogerus de Mineriis notum facio [...] quod ego [...] dedi [...] duas acras terre apud la Qunelle [...] »

160 BNF, lat. 5464/3, no 141 : « Testibus [...] Guillelmo de Mineriis. »

161 BNF, lat. 5464/4, no 180 (1234) : « Willelmus de Mineriis, miles, senescalus de Conches [...] »

162 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 253, no 319 (1232) : « Willelmus de Mineriis, miles et dominus de Cornelio » et p. 253-254, no 320 (1236) : « [...] ego Willelmus de Mineriis, dominus de Cornelio, dedi et concessi [...] pro salute anime mee et Eustachie, uxoris mee, et Willelmi et Reginaldi filiorum meorum [...] totam terram meam que est inter Rubeum Fossetum et Rooman, et aquam que uocatur Iton [...]. Testibus his : [...] Johanne domino de Musi milite [...] » ; H 793, f° 54 : « Guillaume des Minières, ecuyer, donne en 1231 4 septiers de bled froment mesure de Bretheuil en échange de la dîme du moulin de la Verrerie, dit le petit moulin, par acte du mois d’octobre 1246. Guillaume des Minières, seigneur de Corneuil et sénéchal de Conches, donne aux religieux pour les dits quatre septiers de bled à prendre sur ledit Moulin, nommé dans ce dernier acte Moulin du Sac ou Moulin des Fêvres, 20 s. de rente à Saint-Rémy à prendre sur le nommé Marei de Corneuil » et p. 91-94.

163 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 253-254, no 320 : « Theobaldo filio et herede meo [...] »; BNF, lat. 5464/5, no 203: « [...] Theobaldus de Cornelio, miles, filius et heres predicti Guillelmi de Mineriis [...] »; arch. dép. Eure, H 1437, p. 67, no 478: « [...] Petrus de Mineriis, miles, dominus de Cornolio [...] »

164 Canton de Damville, dép. de l’Eure.

165 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365 ; arch. dép. Eure, H 39, voir supra : « Les fiefs vassaux de l’honneur... », p.~96 ; « Les autres lignages normands... », p.~100.

166 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 13-14, no 7 : « Eustachio de Herleuilla. »

167 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. I, p. 433 n’est pas certain de la transcription : « Heustachio de Verneuil [Herlevilla ?...] »

168 Arch. dép. Eure, G 105 (c. 1190 ?)

169 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 47-48, no 65 ; la Héruppe, commune de Louye, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; Robert Ier Beaumont († 1122), comte de Meulan et de Leicester, avait partagé ses domaines entres ses fils jumeaux : Galeran de Meulan et Robert II de Leicester.

170 Ibid., p. 35 ; commune de Blandey, canton de Damville, dép. de l’Eure ; l’église appartenait déjà à l’abbaye, par don de Simon de Grandvilliers (av. 1170) : arch. dép. Eure, III F 393, p. 251, no 315.

171 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 28-29, no 3 : « Eustachii de Herneuillers, de decem solidis de prepositura de Noua Lira [...] »

172 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 121.

173 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 46, no 62 : « [...] Eustachius de Herneuille, pater meus, recepit habitum monachi in monasterio Lirensi [...] »

174 Ibid., p. 46, no 63 : « [...] ego Gilebertus de Herneuiller [...] confirmaui [...] sex solidos et octo denarios Turonensium, in prepositura Noue Lire, quod pater meus ipsis monac[h]is dedit [...] »

175 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427, le registre C mentionne « Guillemus de Helleinviller » ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

176 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 42, no 51 (n. d. : confirmation de Luc, évêque d’Évreux de 1203 à 1219) :» [...] in molendinis meis de Britolio, quae Radulfus de Herlenuilliers dedit ecclesie de Lira, de sua hereditate » et p. 32-33, no 9 : « [...] Radulfi de Herlenuiller, de donatione Roberti fratris sui, scilicet de sex acris terre, quas Terricus Biuin de eo tenebat [...] » ; M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365 (1220).

177 Commune de Blandey, canton de Damville, dép. de l’Eure ; voir infra.

178 Commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 6-7, no 15 : « Radulfus Pomerelli et Rogerus, frater eius, concedit Sancte Marie de Lire, ecclesiam suam et omnem decimam quam habebant in dominio » ; M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 887.

179 BNF, coll. Clairembault 996, no 18 et no 21 (n. d.) ; ces chartes pourraient remonter à l’épiscopat de Robert III (1155-1164).

180 Arch. dép. Eure, IF 141, p. 139-141 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 125-127 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87 ; Bières, commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

181 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 280-281.

182 Arch. dép. Eure, I F 141, p. 139-141 ; à Sainte-Marthe et au Moulin-Chapel : canton de Conches-en-Ouche, dép. de l’Eure.

183 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201 ; à Creton, commune de Buissur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

184 Commune de Marcilly-la-Campagne, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

185 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 535 (1101-1112) ; BNF, lat. 10101, f° 71, no XL et lat. 5417, p. 551-552.

186 Arch. dép. Eure, H 1438, no 1A2 (1132) : « Guillaume de Carunvillier donna aussi une charruée de terre proche laditte église. »

187 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 23-24, no 52.

188 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 13 et p. 98 (confirmation de 1172) ; arch. dép. Eure, III F 939 : p. 7, no 16 : « Robertas de Trunco Villare concedit abbatie Lire ecclesiam Morenville ; et hospitatum sacerdotis, cum arpento ; et alium hospitatum juxta ecclesiam, conveniens ad nostrum opus ; et terram duorum bo[u\um ; et omnem decimam illius parrochie [...] » ; Morainville-sur-Damville, commune de Boissy-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

189 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

190 BNF, coll. Clairembault 995, no 10 (1163) :» [... terra] quam monachi habent ab Amalrico et a Pagano de Tronceviller » ; Saint-Martin-de-Heudreville, commune Mesnil-sur-l’Estrée, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

191 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 98.

192 BNF, coll. Clairembault 996, no 34 (1161) : « l’évêque d’Evreux certifie que Henry et sa mère ont donné [...] toute la dixme de la terre des Forges, celles de Tronchevilliers, de Montuel, de Hedreuville, la tierce partie du fief du Meny et de Brueres et Antheville. »

193 Canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

194 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 242-244 ; R.-H. Bauthier et J. Dufour (éd.), Actes de Louis VI, op. cit., t. I, no 152, p. 316-317.

195 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1: « Guachelino de Thaneth » (c. 1046-1050).

196 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 86 ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II.., op. cit., t. I, p. 202, no XCVI.

197 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 24.

198 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

199 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 125-127 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

200 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 218-219 ; la Ferté-Fresnel, chef-lieu de canton, dép. de l’Orne ; D. Power, op. cit., p. 280-281, pense à une origne différente.

201 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 128-131; T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit., t. I, no III, p. 9.

202 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1: « Guillelmus Fresnel [dedit] quinque solidos dunensium aeternaliter, in redditu suo de Ferritate, ad eundem terminum singulis annis habendos [...] Testibus istis : [...] Guillelmo Fresnel » ; donation confirmee en 1130, par Henri Ier Beauclerc : arch. dép. Eure, G 165, no 6, fos 5-6.

203 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 512.

204 Arch. dép. Eure, III F 312 ; ibid., H 1437, p. 59, no 245: « Ricardo Fresnel. »

205 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. II, p. 70-73, no DXIII : acte suspect ; BNF, lat. 11055, p. 21 (id.) : « Ricardus Fresnel » et p. 22 : « Ricardus Fresnel. »

206 Arch. dép. Eure, G 165, f° 8, no 10 (1168-1190): « Willelmo Franaio. »

207 BNF, lat. 5464/1, no 4 : « Willelmus de Fraxino » (sceau) ; et no 15 : « Willelmus de Fraxino » ; lat. 5464/2, no 50 : « Willelmo Fraxino [...] »

208 BNF, coll. Clairembault 995, no 30 : « Guillelmus de Fraxino » ; sa présence à Illiers sera développée infra. Voir D. Power, op. cit., p. 280-281.

209 Canton de Damville, dép. de l’Eure.

210 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 304 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. II, p. 198 ; Pont-Echanfray, commune de Notre-Dame-du-Hamel, canton de Broglie, dép. de l’Eure.

211 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 304 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. II, p. 198 ; M. Clément-Grandcourt, « Chambray... », art. cité, p. 16-21.

212 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 251-252, no 316 (confirmation de son petit-fils, Simon) : « [...] quant [B]alduinus, auus meus [...] scilicet unum sextarium frumenti annuatim in molendinis de Ponte Erchenfridi. »

213 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 128-129 ; A.-J. Devoisin, Histoire de Notre-Dame-du-Désert, op. cit., p. 99 ; arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 : « Balduino de Granuillier. »

214 Arch. dép. Eure, G 165, fos 2-3, no 2 (n. d.) : « Radulpho de Granuillier. »

215 BNF, lat. 17132, fos 22-24 : « […] Donatio Balduini de Grantuillier idem de toto monasterio, et de tota decima aille, et de tota terra [...] » ; arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2092, no 78 : « Donatio Balduini de Grantuiller de toto monasterio, et de tota decima uillae, et de tota terra, quae est inter duas uias, et de bosco quod uocatur Forest [...] » ; BNF, lat. 5425, p. 136 (d’après un vidimus de 1309).

216 D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 37 et p. 109; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 512-513, p. 524-525 et 534-535.

217 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 180, no IV ; Mélicourt, canton de Broglie, dép. de l’Eure.

218 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 202, no XCVI (1156-1159) ; arch. dép. Eure, H 1437.

219 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 25, no 55 et p. 47-48, no 114.

220 BNF, lat. 5417, p. 584 ; lat. 10101, f° 87, no CL : « Symon de Grandiuillari », en liaison avec la charte no CLXVII (lat. 5417, p. 589) sur le moulin de l’Épine.

221 BNF, lat. 11055, no 32 (n. d.): « Testibus: [...] Nicholao de Gloz, Guadone Drocense, Symone de Granuiler cognato eis, Willelmo Fresnel [...] »

222 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 251, no 315 : « [...] Simon de Graniuillario, salutem. Notum sit [...] quod ego presente et concedente Simone filio meo, dedi [...] ecclesiam de Rooman [...] cum decimis et pertinentiis suis, et presentatione presbiterii [...] » ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. II, p. 197-199 : cette donation fut confirmée par Rotrou, archevêque de Rouen, Henri II et le pape Alexandre III.

223 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 251-252, no 316 : « Preterea hoc etiam concedo, et hac mea carta confirmo, donum, quod dedit pater meus in perpetuam elemosinam, Deo et Beate Marie de Lira [...] scilicet de Rooman [...] cum decimis et pertinentiis suis et presentatione presbiterii [...] »

224 M. Clément-Grandcourt, « Chambray... », art. cité, p. 16-21.

225 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 305.

226 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 180, no V.

227 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 305.

228 BNF, coll. Clairembault 995, no 30 : « Symo de Grande Villa. »

229 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2092, no 78 : « de bosco, quod uocatur Forest » ; BNF, lat. 5425, p. 136.

230 BNF, lat. 11055, p. 489 : « [...] ego, Robertas de Melicort, miles, concessi [...] abbati et monachis Sancti Ebrulfi totam decimam de omni feodo musengerie ; et masnagium Richardi de musengeria, cum septem acris terre prope eum ; et alibi in eodem feodo decem acras terre, cum omni masnagio Ingeriorum, ita quod omnes homines, qui eisdem masnagii et terris manebunt [...] quieti ab omnibus releuamentis taliis, atque auxiliis aliis [...] testibus Roberto, comite Legrecestrie, et Symone de Grandiuillari, dominis meis, qui hoc concesserunt, et Gilleberto de Plesseiceo [...] » et p. 96 : « de dono Galterii de Gauuilla, milite, quas IIII acras terre tenet [...] in Gastina Pontis Archenfredi, quas Hugo, auus meus, et Gillebertus, pater meus, dederunt Sancto Ebrulfo, cum assensu et uoluntate Symonis de Grantuillers, domini sui. »

231 BNF, lat. 5425, p. 135 (1200) : « [...] ego Thomas, dominas de Granuiller, et uxor mea Ysabel, concessimus Deo et Sancto Wandregesilo [...] quicquid eis dederunt antecessores uxoris mee Ysabel de Granuiller [...] »

232 Commune de Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

233 En 1220, l’enquête sur les usages des riverains de la forêt de Breteuil montrait que « Gilbert de Malicorne » y possédait entre autres, des droits pour son moulin et sa chapelle. La mention du prénom « Gilbert » peut tout à fait être une erreur : en effet, nous voyons dans cette même enquête qu’à l’article concernant Hellenvilliers, le registre E mentionne « Gilibertus » et le registre C « Guillelmus » : remarque de A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit, t. I, p. 141-146, no 87.

234 Notamment la chapelle castrale : voir infra, « Les petites seigneuries châtelaines », p.~266.

235 Voir supra, « Malicorne », p.~142.

236 Voir supra.

237 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 758 ; Longny, chef-lieu de canton, dép. de l’Orne.

238 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 146-147, no CLXXXIX (XIIe siècle), donation de l’église de Piseux, voir supra.

239 Ibid., t. I, p. 138-140, no LI, p. 142-144, no LIII (1109 et avant) et p. 186-192, no LXXVII.

240 H.-A. Cronne et C. Jonhson (éd.), Regesta Regum Anglorum. Regesta Henrici Primi, 1100-1135, t. II, Oxford, Clarendon Press, 1956, t. II, p. 197-198, no 1447 ; la Neuve-Lyre, canton de Rugles, dép. de l’Eure ; Witot, canton du Neubourg, dép. de l’Eure ; un Roger « de Witoth », sans doute vassal de Breteuil, avait été témoin de la fondation de l’abbaye de Lyre : arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120.

241 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 59, no 245 : « Testibus (h)istis [...] Ernaldo de Bosco, Gunherio de Moruilla [...] Gilleberto de Mineriis. »

242 M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 758 : cette information suspecte n’a pas trouvé de vérification dans l’édition de Charencey, ni dans les manuscrits de la BNF, lat. 11060 et coll. Balluze, no 46, p. 527-531.

243 D’après J. Hunter (éd.), Magnum rotulum scaccarii..., op. cit., p. 51.

244 A. Longnon et A. Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens, op. cit., t. II, p. 196 : il fit don de terres « tant en Angleterre qu’en Normandie » à l’abbaye de Saint-Père de Chartres.

245 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 2, p. 261, no 3 et p. 263, no 7 ; G. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 ; A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 107 ; C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 112-113 et arch. dép. Eure, III F 393, p. 348-349 ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

246 R. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. 20-21, no 34.

247 E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., t. I, p. 131.

248 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 6-7, no 16.

249 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 478-479, no XVI (c. 1101-1129, d’après E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., t. I p. 131).

250 A. Longnon et A. Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens, op. cit., t. II, cathédrale de Chartres (XIIe siècle), p. 77.

251 E. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit., t. I, p. 148, no LXI, voir p. 131.

252 BNF, lat. 10102, p. 64, no 95 (av. 1136) : « [...] Testes [...] Guillelmus de Moruilla [...] Milo nepos episcopi [...] »

253 M. Jusselin et L. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 13, no 27 et p. 15, no 33.

254 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 116-117 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 276-277 (n. 6) : voir supra : « Les comtes de Dreux et de Chartres », p.~29.

255 Hugues II de Châteauneuf avait épousé Alberède de Meulan, soeur de Robert II de Leicester, voir supra : « La baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais », p.~34.

256 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 8.

257 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », op. cit., p. 107.

258 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 202, no XCVI ; arch. dép. Eure, H 1437 (copies du XVIIe siècle), p. 86.

259 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 2.

260 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 668, no LXXI (nouveau style).

261 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 25, no 56 (n. d.) et p. 59-60, no 148 ; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3004.

262 L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit., t. II, p. 119-120, no CCCXLIII, voir supra.

263 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 1 (1214), p. 261, no 3 (1206), p. 261, no 4 (1233), p. 262, no 6 (n. d.), p. 263, no 7 (1213), p. 263-264, no 8 (1235).

264 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 (1265) ; BNF, lat. 5417, p. 271 (1265, sceau) et p. 313 (id.)

265 B. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 112-113. En 1208, Richard Langlois fit de don tous ses biens meubles et immeubles et de sa métairie de la Mibourdière (paroisse des Barils) ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 348-349. Ces chartes sont aujourd’hui perdues.

266 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

267 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II,

268 L. Merlet, Dictionnaire topographique d’Eure-et-Loir comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie impériale, 1861, p. 126 : hameau de la commune de Boisville-la-Saint-Père et hameau de la commune de Hanches, dép. de l’Eure-et-Loir.

269 G. W. S. Barrow, « Les familles normandes d’Écosse », AN, Caen, t. XV, 1965, p. 493-515 et t. XVII, 1967, p. 101 et suiv. ; id., The Anglo-Norman Ara in Scottish History, Oxford, Clarendon press, 1980, p. 70-90 ; W. Dugdale, The baronage of England..., op. cit., t. I, p. 612 et suiv. ; François de Beaurepaire, Les Noms des communes et paroisses de la Manche, p. 165 : Morville (canton de Briquebec) a donné naissance à la famille d’Hugues de Morville, évêque de Coutances au début du XIIIe siècle ; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 17 et J. C. Robertson, Materials for the history of Thomas Becket, RBMAS, Londres, 6 vol. , 1875-1885, t. I, p. 128 : Hugues de Morville participa au meurtre de Thomas Becket, puis se réfugia dans son château de Cnaresborough : les sources anglaises ne permettent pas d’opérer de rapprochement avec lui (il apparut très régulièrement dans différentes parties de l’Angleterre mais jamais dans le Surrey, précisément la région où était implanté Gohier).

270 Ceci rappelle la formation toponymique de Bois-Arnault.

271 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259-260, no 2 ; p. 263, no 7 et p. 265, no 11.

272 Ibid. p. 263, no 7 (1213).

273 Archives privées, aveux de 1452 ; arch. dép. Eure, E 145.

274 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 668, no LXXI et p. 713 ; le Breuil, commune de Beaulieu, canton de Tourouvre, dép. de l’Orne ; Bourth, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

275 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 259, no 1 et p. 260, no 2 et no 3 ; Chantecocq (en bordure du bois et du parc de Saint-Christophe), commune de Saint-Christophe-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

276 Ibid., p. 261, no 4 ; commune de Gournay-le-Guérin, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

277 Ibid., p. 263-264, no 8.

278 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 536-538 (1100-1135).

279 Voir supra ; il existe encore de nos jours un toponyme « le moulin de Pommerai », dans la commune de Beaulieu (canton de Tourouvre, dép. de l’Orne), sur la rive sud de l’Avre.

280 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 1175-76, no 412.

281 Voir supra.

282 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs... », art. cité, p. 426.

283 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 263, no 7.

284 Archives privées, aveu de 1452 : « cens en bourgeoisie » et Estimation des terres de Chesnebrun (1745), f° 84 : « bourg, et bourgeoisie » ; arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 13 (1604) : « bourgade et droit de bourgeoisie. »

285 L. Musset, « Peuplements en bourgage et bourgs ruraux », CCM, Poitiers, t. IX, 1966, p. 177-208.

286 Voir supra.

287 B. Guérard (éd.), Cartulaire…, op. cit., t. II, p. 715 (1265) ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 361 (avril 1269) : « Ego Robertus de Ermantariis et Ego Guillerm(i)[us] dictus Ruff(i)[us], burgenses de Quercubruna » et (mai 1269) : « Ego Guillelmus Ribout et ego Stephanus Ribout, heredes defuncti Johannis Ribout et Johanne, uxoris sue defuncte, burgensium de Quercubruna. »

288 B. Guérard (éd.), Cartulaire…, op. cit, t. I, p. 126-127.

289 Archives privées.

290 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 260-264 (1127 et 1126).

291 Voir supra, « L’implantation significative... », p.~73.

292 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 679 (1215).

293 Arch. dép. Eure, Q 37 (13 janv. 1791).

294 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 713 (n. d.) : voir supra.

295 Mathieu Arnoux, Mineurs, férons et maîtres de forges, étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge, XIe-XVe siècles, Paris, Éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 1993.

296 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 264, no 10.

297 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 458, pièce no 13 et archives privées, fos 84-89.

298 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II Plantagenêt, op. cit., p. 237 : cette remarque faite pour le règne de Henri II vaut à toute époque pour Breteuil.

299 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 17-19, no 13 : « Eustachi Britolii. »

300 surtout : arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (av. 1168) et G 165, fos 1-3, no 1 et no 2, fos 3-4, no 3, f° 4, no 4 (La Neuve-Lyre, Bémécourt, Glos, Mélicourt, la Haye-Ambenay, Rugles, etc.) La particularité d’un honneur normand était justement de regrouper plusieurs unités territoriales assez dispersées. Afin d’éviter toute pâle répétition, nous renvoyons directement à l’étude précise de D. Crouch, The Beaumont Twins..., op. cit., p. 12-13 et p. 102, qui dresse une liste complète des biens de cet honneur attribués à Robert de Leicester : pays de Caux, Pont-Saint-Pierre, Cormeilles, forêts de Breteuil et d’Ouche (Carentan, Gacé, etc.), Glos, Lyre, châteaux et bourgs de Pont-Echanfray, la Ferté-Frênel, le Sap, les Bottereaux, etc.

301 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 42, no 51 : « Testibus : Petronilla comitissa, Willelmo de Britolio [...] filio eius [...] », p. 10, no 20 et p. 41, no 49 : voir supra.

302 BNF, coll. Clairembault 995, no 26 (av. 1190): « [...] R[obertus] comes Leigr[ecestrie] salutem [...] testibus hi(i)s: Peronella comitissa Legr[ecestriae], Roberto de Britolio, filio meo [...] »

303 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241-242, no 302 ; H 535: « Robertas, filius Roberti, comitis Legrecestrie. »

304 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190): « [...] hi(i)s testibus : P[etronilla] comitissa, Willelmo et Roberto de Bretholio filiis mets. »

305 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 39, no 45 : « [...] terre quam idem Willelmus Buffet habebat in parco meo de Britollio, inter uineam etpalicem parci mei [...] predicte terre quam supradictus Willelmus habebat in clauso parci mei [...] »

306 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « in foresta mea de Bretholio »; lat. 11055, p. 32-33 (1168-1190): « [...] et terris usque altam forestam meam de Britolii [...] », « [...] et terris usque ad altam forestam meam Britolii [...] »

307 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 2, no 6 (c. 1150); arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22): « Sed hoc per uisum et liberationem bailliui mei de foresta [...] » et p. 239-240, no 199 : « forestarios. »

308 A. Le Prévost, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 : d’après les registres C, f° 129 (le plus ancien), D, f° 175, E, f° 265 et F, f° 225 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

309 En forêt de Breteuil, Saint-Evroult possédait le manoir de Garneville pour lequel elle avait d’autres droits (hêtres et herbage) : BNF, lat. 11055, p. 32 : « [...] et terris usque altam forestam meam de Britolii, aliis quibus pertinentiis suis, et inforesta Britolii ealfagii et hebergariorum in manerio Sancti Ebrulfi de Garnenuilla [...] » Guernanville, canton de Breteuil.

310 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand.., p. 2, no 6 (c. 1150).

311 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 : « [...] quietam in foresta mea de Bretholio de pannagio de centum porci. »

312 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 197, no XX (1153-1167).

313 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., p. 433.

314 David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique critique et interprétatif de la coutume de Normandie, 4 vol., 1790, t. IV, p. 452-453.

315 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 12, no 26 : « decimam de fossa mea in foresta Britolii. »

316 Ibid., p. 1-2,11° 1 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 284-286, no 120 ; Robert Génestal, Le Droit de bourgage dans les pays régis par la coutume de Normandie, Paris, A. Rousseau, 1900, p. 233-234.

317 Arch. dép. Eure, G 165, fos 3-4, no 3 (1168-1190) : « [...] duas burgensias, quas habent de dono Roberti, patris mei comitis Leicestrie, uidelicet unam aliam apud Nouam Liram [...] »

318 Voir supra ; et P. Bauduin, « Bourgs castraux et frontière en Normandie aux XIe et XIIe siècles : l’exemple du département de l’Eure », Châteaux et territoires, limites et mouvances, Annales littéraires de l’université de Besançon, no 595, 1995, p. 27-42, ici p. 35.

319 L. Musset, « Peuplements en bourgage... » art. cité.

320 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II..., op. cit., p. 320-325.

321 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22) (1122-1153) : « decimas septimanas in prepositura Britholii, Noue Lire, Glotis, Pasci » ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., p. 433 (av. 1190).

322 Arch. dép. Eure, III F 312 ; H 1437, p. 59, no 245 : « [...] centum quatuor solidos quos in praepositura Bretolii [...] » ; H 1438, p. 2 et p. 5, no 10.

323 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 241-242, no 302 : « [...] decem solidos de redditibus quos habent in prepositura Britolii [...] » ; arch. dép. Eure, H 535. Charte attribuée par A. Le Prévôt à Robert IV de Leicester (1191-1204).

324 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 36-39, no 43 (1168-1190) : » decimam septimam in prefectura Britolii » et p. 39, no 45 : « [...] predictos VIII solidos de prepositis meis Britollii de censibus prefecture mee [...] ».

325 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 284-286, no 120 ; canton de la Ferté-Fresnel, dép. de l’Orne.

326 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11-13, no 5 (no 22) (1122-1153) : « Robertus comes Leircestrie, Ernaldo de Bosco et omnibus baronibus, militibus, bailliuis, et ministris suis in Normannia, salutem. »

327 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II..., op. cit., p. 333-336.

328 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 84.

329 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 11, no 21 (n. d.) : « Gillebertus de Mineriis, tunc senescallo comitis. »

330 J. Boussard, Le Gouvernement de Henri II.., op. cit., p. 332-333.

331 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 237-239.

332 F. de Beaurepaire, Noms des communes de l’Eure, op. cit., p. 22 et p. 77, conseille cependant de rester prudent sur ce genre d’interprétation.

333 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 87-89 (n. 1) copie interpolée du XIIe siècle (arch. dép. Seine-Maritime, 14 H 915 C) : « Cette partie de la charte mentionnée dans un seul manuscrit peut être un ajout postérieur (du XIIe siècle cependant) peut-être même un faux. »

334 Ibid., p. 284-286, no 120; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1.

335 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 146-147.

336 T. Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers..., op. cit., t. I, p. 9, no III ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 128-131 (1099) ; A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 415.

337 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 237-239.

338 BNF, lat. 11055, p. 32 (1168-1190) et p. 33 (ap. 1190 ?) : « apud Britolium duos burgenses. »

339 Arch. dép. Eure, III F 312 ; H 1437, p. 59, no 245 (1142-1147) : « duos Burgenses apud Britolium » ; H 1438, p. 2.

340 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. I, p. 433 (av. 1190).

341 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 233-234; Mary Bateson, « Notes and documents, the laws of Breteuil », English Historical Review, t. XV, Londres, 1900, p. 73-78, p. 302-318, p. 496-523 et p. 754-757, ici p. 76; Adulphus Ballard, « Notes and documents, the law of Breteuil », English Historical Review, t. XXX, Londres, 1915, p. 646-658.

342 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 254-255, le pays de Caux était alors dominé par Guillaume Fils-Osbern.

343 W. Stubbs (éd.), Willelmi malmesbiriensis monachi, De gestis regum anglorum libri quinque ; Historiae novellae libri tres, 2 vol., RBMAS, Londres, 1887-1189, ici t. II, p. 314.

344 Franck and Caroline Thorn (éd.), Domesday Book, Herefordshire, t. XVII, History from the sources, Chichester, Phillimore, 1983, p. 179 et id., Domesday Book, Worcestershire, t. XVI, History from the sources, Chichester, Phillimore, 1982, t. XVI, p. 269.

345 L. Musset, « Le problème des chartes de Franchise en Normandie (XIe-XIVe siècles) », La Charte de Beaumont et les franchises municipales entre Loire et Rhin, actes du colloque de Nancy (22-25 sept. 1982) : 800e anniversaire de la charte de Beaumont-en-Argonne (1182), Institut de recherche régionale de l’université de Nancy II, Presses universitaires de Nancy, 1988, p. 43-57, ici p. 44.

346 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité.

347 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 237-239.

348 BNF, coll. Clairembault 995, no 23 (1183-1190) : « quietiam de consuetudine in uilla mea de Bretholio de omnibus aliis rebus, quae ad suos proprios usus pertinent aut pertinebunt. »

349 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité, p. 306, no 2-4 ; p. 310, i, 5 ; p. 496 et suiv., no 30 et 32 ; p. 518, i, no 2, ii, no 4, et ii, no 8.

350 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 89-92.

351 H. A. Cronne et C. Johnson (éd.), Regesta regum Anglo-Normannorum..., op. cit., t. II, p. 371.

352 Arch. dép. Eure, E 107 : « Dépouillement très abbrégé des titres du fief du bois Ernault, pour la prévôté de Bretheuil. »

353 M. Bateson, « ... The laws of Breteuil », art. cité, passim.

354 Voir R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 100.

355 M. Bateson, « ... The laws of Breteuil » art. cité, Ruyton (p. 316).

356 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité, Ruyton (p. 317) ; Welshpool (p. 318) ; Preston (p. 496 et suiv., no 4 : le droit d’entrée pour les étrangers était de 11 deniers) ; Stratford-onAvon (p. 513) ; Kells (p. 513) ; Builth (p. 516).

357 Les bourgeois pouvaient parfois posséder un four : ibid., Haverfordwest (p. 496 et suiv., no 24-25, p. 519, iii, no 2).

358 Ibid., Netherware (p. 308); Bideford (p. 310, no 9); Ruyton (p. 317); Welshpool (p. 318) et Preston (p. 496 et suiv., no 1, no 2 et no 29).

359 Ibid., p. 519, iii, no 7.

360 Ibid., Preston (p. 496 et suiv., no 43).

361 Ibid., Haverfordwest (p. 519, iii, no 5).

362 Ibid., Denbigh (p. 516).

363 Nous verrons que ce fut ensuite le cas à Verneuil.

364 R. Génestal, Le Droit de bourgage..., op. cit., p. 235-236 ; D.-F. Secousse (éd.), Ordonnances des rois de France, t. IV, Paris, Imprimerie royale, 1734, p. 586.

365 Arch. dép. Eure, G 165, fos 1-2, no 1 (1125) : « Robertus cornes Legrestrie, dominas Britolii, omnibus baronibus, militibus, burgensibus ad honorem de Britolio pertinentibus [...] salutem » et fos 2-3, no 2 : « Robertas, comes Legrecestriae et dominas Britolii, A[udino] Dei gratia Ebroicensi episcopo, et omnibus baronibus, et militibus, et burgensibus ad honorem de Britolio pertinentibus [...] »

366 L. Musset, « Le problème des chartes de franchise en Normandie... », art. cité, p. 44.

367 M. Bateson, « ... the laws of Breteuil », art. cité.

368 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

369 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 197, no XX (1153-1168).

370 É. Berger et L. Delilsle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit, t. I, p. 529-530, no CCCXIX (1165/1172-1173) ; arch. dép. Eure, G 122, no 192 et G 123, no 192.

371 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 214-215.

372 D.-F. Secousse (éd.), Ordonnances des rois de France, t. VIII, Paris, Imprimerie royale, 1750, p. 23-24.

373 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 465-466, no 876 ; Vilevault (éd.), Ordonnances des rois de France, t. XII, Paris, Imprimerie royale, 1777, p. 504.

374 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1.

375 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 433.

376 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 36-39, no 43 (1168-1190) : « omnibus molendinis eiusdem uille » et p. 41, no 49 : « XL solidos in mol(l)endinis meis de Britolio, annuatim persoluendos. »

377 Ibid., p. 42, no 51 (1168-1190) : « [...] confirmo et prefatis monachis, unum sextarium frumenti annuatim percipiendum in molendinis meis de Britolio, quem Radulfus de Herlenuilliers dedit ecclesie de Lira, de sua hereditate [...] »

378 Ibid., p. 41-42, no 50 : « ego Renaldus Besser duos sextarios et plenam minam annone, que habebam annuatim de mallura [moltura] molendini de Britollio, que dominus Robertus, comes Leicestrie, dedit michii [...] dedi »

379 Arch. dép. Eure, G 165, fos 3-4, no 3 (1168-1190) : « nouem sextarios frumenti in molendinis de Britolio annuatim percipiendas » ; f° 5, no 5 (1164) : « modium frumenti per annum in molendinis Britolii ».

380 Arch. dép. Eure, G 6, p. 81, no 126 : « [...] in foro Britholii [...] »

381 Bernard Lizot, Breteuil-sur-Iton, le bourg, vieilles maisons, vieilles familles, Bordigny-Breteuil-sur-Iton, chez l’auteur, 1996, p. 73.

382 L. Delisle (éd), Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, le Brament, 1871, p. 40-41.

383 Le pouillé de 1370 évoquait deux « portions » de cure à l’entier bénéfice de l’abbaye de Lyre : A. Longnon (éd.), Pouilles de la Province de Rouen, op. cit., p. 191.

384 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 284-286, no 120 ; arch. dép. Eure, III F 393, p. 1-2, no 1.

385 C. Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, op. cit., p. 94-96 ; M. Charpillon et abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 567.

386 A.-J. Devoisin, Notes sur l’histoire de Breteuil-sur-Iton, op. cit., p. 64.

387 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., t. I, p. 433.

388 Information aimablement communiquée par M. B. Tabuteau, d’après les archives hospitalières de Breteuil, en cours de classement aux arch. dép. de l’Eure. D’après lui, cette donation a pu « avoir accompagné, voire déterminé l’établissement des lépreux à la Madeleine à cette époque ».

389 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 424-427 ; J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 141-146, no 87.

Table des illustrations

Légende Lignages de Breteuil-Leicester.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Carte no 21 – L’honneur de Breteuil aux XIe-XIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Carte noClientélisme au sein d l’honneur de Breteuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte no 23 – Les vassaux de l’honneur de Breteuil : Bois-Arnault.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Lignage de Bois-Arnault.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Lignage de Charnelles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Lignage des Minières.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Lignage de Pommereuil.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Lignage de la Ferté-Fresnel
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Carte no 24 – Les vassaux de l’honneur de Breteuil : Grandvilliers.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Lignage de Grandvilliers.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Carte n°25 – Les vassaux de l’honneur de Breteuil : Chennebrun ?
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Lignage de Morville.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6821/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search