Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

Ire partie. Forteresses frontalières et familles châtelaines

Primauté de Tillières au XIe siècle

Texte intégral

La forteresse et les gardiens ducaux

La naissance du château (c.1013/1015-1030)

  • 1 Edward Impey et Dominique Pitte, « Le château d’Ivry », La Normandie vers l’an mil, p. 77-83.
  • 2 Voir supra : « Les comtes de Dreux et de Chartres », p. 29.
  • 3 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p, 61 ; p. 119-120, no 31 ; p. 131-135, no 35 et p. 14 (...)
  • 4 L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande : les Tosny », dans Michel de Boüard (dir.), Doc (...)

1Chronologiquement, Tillières (ill. no 8) tint la deuxième place après Ivry1 dans les étapes de la fortification de la frontière Sud, à un moment où le duc tentait de reprendre en main ces territoires. Sa construction répondit directement aux velléités du comte Eude II de Chartres qui refusait de restituer la dot de son épouse Mathilde, sœur du duc de Normandie et décédée sans enfants avant 10052. Richard II confia Tillières à de fidèles barons : Néel de Cotentin, Raoul Ier de Tosny et son fils, futur Roger Ier. Néel, vicomte de Cotentin, apparut dans quelques actes de Richard II3. Quant aux Tosny, bien que d’origine française, ils s’étaient parfaitement intégrés à l’aristocratie normande4.

  • 5 Ernesto Pontieri (éd.), Gaufredi Malaterrae de rebus gestis Rogerii Calabriæ et Siciliæ comitis et (...)
  • 6 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 88.
  • 7 L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande... », art. cité, p. 90-94, voir supra : en désac (...)
  • 8 Ibid., t. II, p. 56-59 ; Jean Yver, « Les châteaux forts en Normandie jusqu’au milieu du XIIe siècl (...)

2Par la suite, il semble que Robert le Magnifique ait dû assiéger le « château de Tillières, aux confins de la France et de la Normandie5 ». Il avait peut-être été perdu vers 1027-1028, lorsque des fils de Guillaume Ier de Bellême firent des incursions en Normandie6. À ces dates, Raoul Ier de Tosny était mort7 (vers 1023-1024) et Néel de Cotentin était peut-être déjà à Cherrueix, où il est connu au début des années 10308.

Illustration no 8 – Site du château de Tillières-sur-Avre.

La famille Crespin

Gilbert II († 1107)

  • 9 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 101 ; Gilbert Crespin fut premièr (...)
  • 10 Gilbert de Brionne, petit-fils de Richard Ier, fut tuteur du jeune duc Guillaume le Bâtard et mouru (...)
  • 11 Pierre Bauduin a mis en évidence qu’il s’agissait d’une vengeance d’Henri, en conséquence des appui (...)
  • 12 Raoul de Gacé s’était institué « tuteur » du jeune Guillaume après avoir fait assassiner Gilbert de (...)
  • 13 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 100-101.
  • 14 Ibid., p. 152-153 ; A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.
  • 15 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; voir supra : « La baronnie de Châ (...)
  • 16 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 238.
  • 17 Jusqu’en 1061, voir supra : « La baronnie de Châteauneuf... », p. 34.

3C’est le duc Robert lui-même qui confia, donc entre 1027 et 1034, la forteresse de Tillières à Gilbert Crespin9, vassal du comte Brionne10. Après la mort de Robert (1035), Gilbert II prit le parti du jeune Guillaume. En 1040, il défendit pour lui le château de Tillières contre Henri Ier, roi de France11. Cependant Guillaume, influencé par Raoul de Gacé12, préféra laisser la forteresse aux Français malgré la vaillance et la perspicacité de Gilbert. Celui-ci fut littéralement bouleversé par cet abandon car il était bien conscient de protéger l’intégrité du territoire normand. Le château normand fut immédiatement abattu par le roi de France. Ce dernier continua son avancée vers Argentan, qu’il dévasta, et revint par Tillières où, contrairement à ses engagements, il fit reconstruire le château13. Selon la version officielle, il l’aurait conservé jusqu’à la veille de sa mort, en 106014, mais il est fort probable que Guillaume ait, dans les faits, recouvré Tillières dès 1057. Il menait cette année-là une campagne en Dreugésin où il tint ensuite, pendant plus de deux ans, le château de Thimert et il est attesté qu’il séjourna à Courdemanche en août 106015. Gilbert II en profita certainement pour reprendre position à Tillières à titre héréditaire16. À la même époque, il contracta sans doute cette alliance avec Albert Fils-Ribault, partisan momentané des Normands17.

  • 18 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 146-147.
  • 19 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 61, p. 263-264, no 105 ; p. 270-271, no 110 ; p. 29 (...)
  • 20 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 181.

4Entre temps, après l’invasion française de l’Évrecin par l’Avre en 1054 – à partir du château de Tillières sans doute – Guillaume le Bâtard avait fait édifier celui de Breteuil précisément pour le neutraliser18. Momentanément écartés de Tillières, Gilbert ne disparut pas de l’entourage ducal et souscrivit avec son frère Guillaume à diverses chartes concernant le reste de leurs domaines19. Un troisième frère, Robert, s’illustra dans la lutte contre les musulmans d’Espagne en 1064-106520.

  • 21 Jackson Crispin et Léone Macary, Falaise roll recording prominent companions of William duke of Nor (...)
  • 22 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.
  • 23 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 245-246, à cette date il apparut à Dreux dans u (...)
  • 24 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 43.
  • 25 Véronique Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec au tournant de l’année 1077 », Anglo-Norman (...)
  • 26 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 238-239, a noté que l’honneur avait acquis ses c (...)
  • 27 BNF, fr. 24133, p. 116 : « Carta de Aleinville in contiguo Droces castri [...] de ecclesiis et sua (...)

5Gilbert II participa à la conquête de l’Angleterre21 mais le Domesday Book ne mentionne pas de terre lui ayant été attribuée. C’est sans doute avec lui que la famille prit définitivement le nom de Tillières et y resta maîtresse jusqu’en 137022. Très rapidement, Gilbert II s’attacha à l’abbaye du Bec où il se retira, sans doute après 1086 et jusqu’à sa mort en 110723. Dès 1060, son père aurait déjà fondé pour cette abbaye un prieuré à Tillières24. Vers 1065-1066, Gilbert II lui donna son église paroissiale Saint-Hilaire et la chapelle Saint-Nicolas du château. Il consentit également à d’autres donations à Tillières, Damville – où il fut également implanté – et ailleurs en France et en Normandie25. Ces différentes donations mettent en évidence que Gilbert ne se considérait pas comme un simple gardien de forteresse ducale mais véritablement comme un seigneur, ayant droit de regard sur les fiefs avoisinants, que lui-même et son père avaient sans aucun doute contribué à créer26. Il consentit également à la donation d’Allainville, en territoire dreugésin, à l’abbaye de Coulombs27. C’est d’ailleurs dans cette abbaye française qu’il se retira entre 1079 et 1101. Les liens transfrontaliers ne dépérirent donc pas et semblent bien avoir ignoré la limite étatique du duché.

Gilbert III (c. 1086-c. 1140) et Gilbert IV (c. 1140-1173)

  • 28 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 142-144, no LIII ; voir D. Power, op. cit., p.  (...)

6Le recouvrement de Tillières et l’extension de son ressort territorial au-delà de la frontière ne pacifia pas totalement la région. Vers 1105, une nouvelle invasion de la Normandie fut envisagée par Gervais Ier de Châteauneuf à partir de son récent château de Saint-Rémy. Même si celle-ci n’eut pas vraiment lieu, il est attesté que la juridiction de Gilbert III fut perturbée jusqu’au retour de la paix : une charte mentionne qu’un jugement ne put y être rendu avant 1109 car « retardé par les guerres28 ».

  • 29 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 248-249 ; M. Bur (éd.), La Ge (...)

7Gilbert III ne tint pas de rôle majeur dans les années troubles qui suivirent la mort du Conquérant (1088-1001) et se manifesta seulement lors de la révolte de 1118-1119, aux côtés de Henri Ier Beauclerc. En septembre 1119, profitant du désordre causé par les barons normands, Louis VI lança une campagne en Normandie. Son gendre Guillaume de Chaumont assiégea Tillières où il fut fait prisonnier par Gilbert29. Tillières assura donc parfaitement la défense du territoire normand.

8La succession de Henri Beauclerc fut entâchée par la guerre entre son neveu Étienne de Blois et le successeur désigné Geoffroy Plantagenêt, comte d’Anjou et époux de sa fille Mathilde (1135-1150). La région de l’Avre (Breteuil, Verneuil, Nonancourt...) fut dans les premiers temps acquise à Étienne. Gilbert III mourut vers 1140, son fils rejoignit Geoffroy Plantagenêt à partir de 1144, trois ans après Verneuil et Nonancourt.

  • 30 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.
  • 31 Pour la baronnie de L’Aigle : voir K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201.
  • 32 Louis VI lui enleva tout de même L’Aigle et, durant une année, y laissa une garnison sous le contrô (...)
  • 33 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 268-270 ; F. Madden (éd.), (...)
  • 34 Arch. dép. Eure, G 165, no 6, fos 5-6 : « [...] ecclesia sua de Casa Dei feriam in bosco quam Besch (...)

9En 1159, Gilbert IV épousa Julienne, fille de Richer II de L’Aigle30. Cette alliance peut paraître surprenante sachant qu’à partir de 1118, dans tous les conflits, Tillières et L’Aigle avaient systématiquement pris les partis opposés31. Si Gilbert Ier de L’Aigle († 1118) avait montré un grand attachement à Henri Ier, son fils Richer II, n’ayant pas obtenu l’héritage du Sussex et étant soutenu par son oncle maternel, Rotrou de Mortagne, menaça de livrer L’Aigle aux Français. Henri dut céder32. Puis en 1119, Richer II s’associa à Eustache de Breteuil en faveur de Guillaume Cliton. En 1137, Étienne de Blois pouvait compter sur Richer II et Rotrou pour tenir la Normandie méridionale. En août 1152, malgré la victoire totale des Plantagenêts en Normandie, le roi de France cherchait encore à imposer le fils d’Étienne de Blois, Eustache. Il obtint le soutien de Richer II qui espérait retrouver ses biens d’Angleterre. Henri II Plantagenêt ravagea ses terres. En représailles, Louis VII brûla immédiatement une partie de Tillières et de Verneuil33. Les positions de L’Aigle et de Tillières divergeaient donc en tous points depuis longtemps. En dehors des grands conflits, les deux voisins semblent s’être ignorés comme le montre déjà en 1130 une donation de foire, faite sur le fief de Tillières en faveur de l’abbaye de la Chaise-Dieu, fondée par la famille de L’Aigle34 : Gilbert III n’y participa pas alors qu’elle le concernait directement. Il se pourrait qu’il ait en fait déjà perdu le contrôle de ce lointain vassal de Chéronvilliers, géographiquement plus proche de L’Aigle.

  • 35 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 86 ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., o (...)
  • 36 J. Crispin et L. Macary, Falaise roll recording..., op. cit., p. 187.
  • 37 BNF, lat. 11056, no 702.] Gilleberto de Tilleriis [...] »
  • 38 BNF, lat. 5464/1, no 3 (1170) : « Gauterius de Charneles, Bernerius de Baalines » ; Charnelles, com (...)
  • 39 Creton, commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 40 A.-L. Lechaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 175.
  • 41 Voir supra.

10Ceci étant, le mariage avec Julienne fut contracté immédiatement après la réconciliation définitive de Richer avec Henri II. Ainsi, lorsque vers 1156-1159 Henri II Plantagenêt confirma les possessions de la Chaise-Dieu du Theil, Gilbert, qui jusque-là ne paraissait pas être attaché à cet établissement, fut témoin avec Richer de L’Aigle et d’autres seigneurs de la région35. En 1160, Gilbert IV marqua plus fermement son alliance avec son beau-père en témoignant pour lui lors d’une donation en faveur de l’abbaye de Saint-Evroult36, puis avec son beau-frère, Richer III37. Inversement, à cette occasion il semble que les seigneurs de L’Aigle étendirent leur influence à l’est : dans une charte en faveur de l’abbaye de la Noë, Richer II de L’Aigle, fit appel à certains témoins issus de l’honneur de Tillières38. Sans doute est-ce à la suite de cette union que les seigneurs de L’Aigle apparurent aux alentours de Damville. En effet, K. Thompson y a isolé un groupe de possessions de Gilbert II de L’Aigle, neveu de Julienne et de Gilbert de Tillières. Sa mère Odelina, donna à l’abbaye de la Noë un « manoir de Creton39 ». Peut-être est-ce également en raison de cette union que Gilbert de Tillières fut présent dans la baronnie de L’Aigle où, d’après les registres de Philippe Auguste de 1210, il possédait deux fiefs40. Enfin, est-ce à cette époque que furent données les églises de Longuelune et de Francheville, sans doute dépendantes de l’honneur de Tillières, à Saint-Lomer de Blois, abbaye que la famille de L’Aigle avait déjà gratifiée d’un prieuré41 ?

Gilbert V (1173-1191) et la tutelle de Philippe de Creully (1191-1219)

  • 42 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4 ; W. Stubbs (éd.), Ges ta regis Henrici secundi Be (...)
  • 43 Charles Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, Évreux, 1917, p. 97.
  • 44 The Pipe roll society (éd.), The great rolls of the pipe for the 23rd, 24th, 23th, 26th years of th (...)
  • 45 BNF, lat. 13888, f° xxlv (n. d.)

11Après la mort de Gilbert IV de Tillières (avant 1173), son fils Gilbert V fut le premier membre de la famille à s’opposer à l’autorité ducale. Au printemps 1173, il s’allia avec Robert III de Leicester et Henri le Jeune contre Henri II42. Déjà en 1170, il s’était rapproché de son voisin en faisant personnellement don de la chapelle de Limeux à l’abbaye de Lyre43. Par ailleurs, les rôles de l’Échiquier d’Angleterre montrent qu’en 1179-1180, Gilbert était implanté dans le Warwickshire et le Leicestershire, alors sous la domination de Robert de Leicester44. Il fit encore une donation au prieuré Saint-Nicaise de Meulan45, montrant des liens étroits avec les comtes de Leicester et leur cousins de Meulan.

  • 46 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit, t. II, p. 49-50; id. (éd.), Gesta r (...)
  • 47 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 27 ; T. Stapleton (éd.), Magni (...)

12Le 10 août 1173, après avoir repris sa ville de Verneuil assiégée par Louis VII, Henri II fit un détour par Damville où, en punition, il brûla le château de Gilbert46. Il semble Tillières fût mise sous contrôle ducal car en 1180, Raoul de Verdun était payé « pour la garde du château de Tillières47 ». Un siècle et demi après sa fondation, le château fut donc opportunément repris en main par Henri II.

  • 48 BNF, lat. 11055, p. 23 et p. 25 (confirmation de Richard du 2 janv. 1190) : « Rogerius de Tosneio e (...)
  • 49 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., p. 37, cite par erreur Guillaume de Tillières com (...)
  • 50 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 148; id. (...)
  • 51 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 21.
  • 52 Ibid., p. 10 ; T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniæ..., op. cit., t. II, p. xliv et (...)
  • 53 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 111.

13Gilbert V accompagna ensuite Richard en croisade. Avant de partir, il fit, avec Roger de Tosny, des donations sur leurs fiefs de Conches et de Tillières, en faveur de l’abbaye de Saint-Evroult48. Les 10 et 11 juillet 1190, Gilbert V était à Lyon avec Richard49. Il mourut au siège de Saint-Jean d’Acre avant le 12 juillet 119150. Sa veuve, Éléonore de Vitré, et leurs enfants furent immédiatement placés sous la tutelle de Philippe de Creully, fils aîné du comte de Gloucester. Pour la garde de « l’honneur de Tillières », celui-ci devait annuellement la somme de 394 livres et 10 sous. En 1198, il ne versa que 7 livres et 10 sous au Trésor et sa dette s’élevait à 387 livres et 10 sous de supplément51. En contre-partie, l’Échiquier opérait un versement annuel de 50 livres aux héritiers52. La prise en charge des biens des orphelins, théoriquement en vue de leur protection, était donc un devoir par lequel le pouvoir royal essayait de tirer profit. Le 7 octobre 1201 à Verneuil, le roi Jean restitua à sa pupille Julienne, fille de Gilbert V et épouse de Baudouin Rastell, « la terre qui lui revenait, conformément à la teneur de la charte de Gilbert, son père ». Avant son départ en croisade, il avait donc prévu de doter sa fille. Cette disposition prit effet sous la tutelle royale, peut-être après réclamation puisque le mariage semble avoir déjà été célébré53.

Les derniers enjeux militaires

Un contrôle normand discontinu (1194-1204)

  • 54 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., p. 175-176, no 412, Nonancourt était (...)
  • 55 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 256-261 ; D. Power, op. (...)
  • 56 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., p. 127, Henri de Gray, prévôt de Verneuil, fut té (...)
  • 57 Thomas Maddox, The History and antiquities of the Exchequer, Londres, Knaplock, 1711, p. 743, Alexa (...)
  • 58 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 5-8, p. 11, p. 24, p. (...)
  • 59 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

14Avec l’apparition de Raoul de Verdun (1180), il ne semble pas que le château de Tillières fût rendu à la famille. En janvier 1194, l’accord conclu par Jean sans Terre cédait théoriquement à Philippe Auguste les forteresses de l’Iton et de l’Avre, parmi lesquelles se trouvaient assurément Tillières et Damville mais celle-ci étaient, dans les faits, restées fidèles à Richard54. De même, le traité suivant, stipulant que Tillières appartiendrait au comte de Dreux et serait tenu par Gervais II de Châteauneuf55, ne fut apparemment pas appliqué : le 1er mai 1198, Richard séjournait à Tillières où il émit une charte en faveur de l’abbaye du Bec56. Cette année-là, il chargea d’ailleurs ses administrateurs57 de mettre les forteresses de Tillières et Damville en défense. À Tillières, les dispositifs furent importants : diverses « œuvres » pour 219 sous et 200 livres ; deux séjours de dix mercenaires gallois, l’un sous la direction de Michel de Kernouvric, l’autre pendant quarante jours, chacun pour 13 livres, 6 sous et 8 deniers ; autre séjour de dix Gallois pour 6 livres, 13 sous et 4 deniers ; entretien de quatre balistes pour 38 livres ; séjour de quarante jours de onze sergents à cheval pour 108 livres et séjour de dix sergents à cheval avec quatre balistes pour 138 livres ; séjour de cinquante et un sergents à pied pour 3 5 livres. À Caen, 13 livres, 6 sous et 8 deniers, puis 8 livres, furent encore libérés pour deux séjours de dix Gallois à Tillières ; Gauthier de Luiz réclama 120 livres pour lui-même et pour ses chevaliers et sergents de Tillières. Sans compter 38 livres, 6 sous et 8 deniers pour l’envoi de cinquante sergents pendant 20 jours et 44 livres et 10 sous pour le ravitaillement en blé de la garnison58. À Damville, il fit effectuer des travaux de grande ampleur : réparations sur la couverture de la tour et les moulins pour 50 livres, construction d’une barbacane en pierre pour 144 livres et il y envoya 30 sergents à cheval59. Les types de dépenses et les sommes, très importantes, sont comparables à ceux à Verneuil, Andely, Gamaches, Lyons, Orival, etc., dont les coûts apparurent dans les mêmes rôles.

  • 60 É. Berger, L. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 1 (...)
  • 61 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 52 et p. 54 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « (...)
  • 62 T. D. Hardy (éd.), Rotuli litterarum Patentium in Turri Londinensi asservati, A.D. 1201-1216, Londr (...)
  • 63 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit., t. I, p. 110 ; Philippide, t. II, p. 158-159.

15Puis, le traité de mai 1200 laissa à Jean Tillières avec ses dépendances et Damville. Le « seigneur de Tillières » (en l’occurrence le roi) put conserver « ce qu’il tenait sous domination de Brezolles » et inversement, le seigneur de Brezolles ce qu’il tenait sous celle de Tillières60. Cette concession de Philippe Auguste met en évidence que l’intérêt des conflits et les principaux enjeux militaires se situaient alors ailleurs, sur la frontière de l’Epte. Les deux parties s’engagèrent en outre à ne pas fortifier les territoires qui leurs échurent, ni à ré-édifier les fortifications déjà existantes. Pourtant le 21 juin 1201, Jean, de passage à L’Aigle, fit renforcer tes défenses sa frontière méridionale : 80 marcs d’argent furent versés pour les « œuvres » du château de Tillières et il fut demandé à Robert de Vieux-Pont de fournir 100 livres angevines à Michel Belet pour « les œuvres communes » de Tillières61. Les 27-28 novembre suivants, Jean sans Terre séjourna à Tillières62. Cependant, la place ne resta pas longtemps en sa possession : en 1202 à la suite de l’affaire d’Isabelle d’Angoulême, Jean dut la mettre en gage avec le château de Boutavent, puis Philippe Auguste s’empressa de remettre la main dessus63.

  • 64 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 121.
  • 65 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum Patentium..., op. cit., t. I, p. 18.
  • 66 D’après T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniæ..., op. cit., t. II, p. 550.
  • 67 W. Dugdale, The Baronnage of England, or The Historical Account of the Lives and Most Memorable Act (...)
  • 68 The Pipe roll society (éd.), The Great Rolls of the Pipe..., op. cit., no 29, 1908, p. 56.

16À son tour, le roi de France ne la conserva que très peu de temps car, dès le 30 avril 1202, Jean sans Terre y faisait transporter du vin de Pont-Audemer64. Quatre mois plus tard, le 9 septembre, il y plaça Roger de Mont-begon à la suite du sénéchal d’Anjou et ordonna de libérer les sommes nécessaires à la mise en défense du château et à sa garnison65. En effet en 1203, des « œuvres » à Tillières coûtèrent à l’Échiquier la somme de 50 livres66. Roger de Mont-begon était un personnage important de l’entourage de Jean sans Terre. Sa famille était apparue en Angleterre (Lincolnshire) que sous Étienne de Blois67. Il fut taxé en 1179-1180 d’une forte amende pour n’avoir pas rendu hommage à Henri II68. Lors de la captivité de Richard en Autriche, il avait tenu, pour Jean et contre l’évêque de Nottingham, le château de Durham.

Tillières après la reddition de la Normandie

  • 69 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 175.
  • 70 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.
  • 71 Maurice Powicke, The Loss of Normandy 1189-1204, Studies in the History of the Angevin Empire, 2nd (...)

17En 1204, après sa victoire, Philippe Auguste ne reprit pas Tillières à son profit mais le laissa à Philippe de Creully. Sans être nommé, le « seigneur de Tillières » fut cité dans le registre des fiefs de 121069. En fait, Gilbert VI n’en recouvra la jouissance qu’en 1219 en épousant la fille de Philippe de Creully70, puis mourut sans héritier entre 1120 et 1227. L’honneur fut alors divisé entre Hilaire, fille de Julienne (décédée), et son cousin Nicolas, fils de Jeanne de Tillières et Thomas de Malesmains71. Le choix de Philippe Auguste de laisser la forteresse dans le réseau seigneurial normand est assez intéressant si l’on considère qu’à l’origine Tillières était une simple place ducale : par son attribution à la famille Crespin, Tillières fut considéré comme appartenant définitivement au domaine privé.

Lignage Crespin de Tillières.

L’honneur

La formation à la fin du XIe siècle

  • 72 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., p. 140-142, no LII.
  • 73 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 21.

18Dès la fin du XIe siècle, était attesté à Tillières le statut d’honneur72. Celui-ci fut de nouveau clairement notifié dans les rôles de l’Échiquier à la fin du siècle suivant73. Sa constitution eut sans doute lieu après la reprise définitive de la forteresse des mains du roi de France (vers 1057) et la remise en place de Gilbert Crespin. Indépendamment des chroniques, toutes les sources annexes (actes de donations et de juridiction, essentiellement) semblent indiquer que son essor commença dans la seconde moitié du XIe siècle avec son entrée dans les réseaux seigneuriaux de Normandie. En effet, les premiers gardiens du château n’étant pas détenteurs du domaine, ils ne purent l’aliéner d’où, en partie, l’absence de sources. Cette « féodalisation » du château ducal de Tillières s’inscrivit naturellement dans le processus courant d’appropriation des charges publiques par des groupes familiaux émergents. Gilbert Crespin, fidèle entre tous, mais issu d’une noblesse de second rang dans l’ombre du comte de Brionne, n’appartenait pas au grand baronnage ni à la parentèle ducale. Il y vit sans doute l’opportunité d’implanter son propre lignage, à un rang supérieur et sur une terre encore vierge de tout intermédiaire normand.

  • 74 Jusqu’à la reprise du Vexin Français (1070), le domaine royal ne touchait la Normandie que par le c (...)

19De son côté, après sa victoire à Varaville (1057) et l’expédition de Thimert, Guillaume le Bâtard était en mesure de tenir en respect ses voisins français. Ayant également achevé d’imposer son autorité auprès des Normands, il ne semble pas qu’il ait encore eu besoin de recourir à des « cadeaux » pour s’attirer les faveurs de ses grands vassaux. Il semble qu’il s’agisse plus vraisemblablement d’une délégation de la charge souveraine de protection de la frontière, d’une gratification accompagnée d’une marque de confiance. La confiance était nécessaire en effet : la vigilance restait de mise sur cette frontière fortement exposée et encore seule limitrophe du domaine royal français74. La famille Crespin fut donc chargée, par volonté ducale et par le biais de l’inféodation avec création d’un honneur, de surveiller la frontière de l’Avre dans son extension maximale.

  • 75 Marc Bloch, La Société féodale, Paris, Albin Michel, 1968 [1re éd. 1939], p. 233-251.
  • 76 S’il est facile de distinguer quels furent les fidèles de l’honneur à partir du milieu du XIe siècl (...)

20Ce procédé était en fait triplement bénéfique pour la politique ducale. D’une part, il lui permettait de renforcer sa domination dans cette partie de la Normandie encore difficilement contrôlée. Il créait un nouvel intermédiaire mais celui-ci était de souche normande et lié par un serment de fidélité. Il assurait en outre une présence permanente. Par ailleurs, le nouveau seigneur de Tillières était encouragé, pour sa propre protection et par son obligation de faire remonter l’aide militaire, à acquérir de nouveaux liens de fidélité d’homme à homme. Gilbert II s’entoura ainsi de ses propres chevaliers et, afin de pourvoir à leur entretien, il eut largement recours au fief comme moyen de rétribution, autrement dit à la tenure-salaire75. Ce procédé permettait ainsi de fidéliser en profondeur l’arrière-pays jusqu’à la plus petite unité territoriale et de le coloniser par une autorité normande76. C’est ainsi que la région nord de l’Avre, encore largement dominée par les Français peu de temps auparavant, fit son entrée dans le réseau seigneurial normand au milieu du XIe siècle. Enfin, la valorisation de ce riche terroir se fit désormais au profit de Normands : d’une autre manière, le détenteur du nouvel honneur n’était donc pas seulement responsable de la frontière mais y voyait également ses propres intérêts.

  • 77 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., t. II, p. 242 et La Première Nor (...)
  • 78 Voir supra : « Les territoires contrôlés par les seigneurs de Châteauneuf », p. 41.

21Le duc fut sans doute exhaucé au-delà de ses espérances, puisque Gilbert II ne se contenta pas de jouir simplement de ses faveurs et mena véritablement une politique d’extension territoriale le long de la frontière. Par une alliance – matrimoniale ou diplomatique77 – avec la famille Fils-Ribault, il réussit à mettre sous contrôle normand la frontière plus occidentale de l’Avre et certains territoires dreugésins. Le centre de gravité principal de ces nouveaux territoires était placé autour de Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil et Brezolles mais ils s’étendaient largement au nord de l’Avre78. Cette alliance, dont la véritable nature reste quelque peu obscure, explique ainsi les nombreuses revendications ultérieures des Crespin de Tillières sur Brezolles. Le nouvel honneur de Tillières fut donc en théorie extrait du domaine ducal mais, dans cette région marginale difficile à contrôler depuis les origines, il fut en réalité soustrait à l’autorité française.

L’étendue des territoires : pour une mise sous contrôle de la vallée de l’Avre ?

  • 79 Saint-André-de-l’Eure, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure.

22L’honneur fut ainsi défini sur des terres encore vierges de tout grand baron normand. Au sud et à l’est, il était naturellement limité par l’Avre et l’Eure, marquant la frontière avec le comté de Dreux, la baronnie de Châteauneuf et ses arrière-vassaux. En Normandie, se trouvaient au nord et d’est en ouest : Ivry, Saint-André79, les domaines de l’évêque d’Évreux à Illiers-l’Évêque et Condé-sur-Iton, Breteuil ; puis redescendant vers le sud et l’Avre : les terres normandes d’Albert Fils-Ribault (Gauville, Verneuil) ; plus loin, la baronnie de l’Aigle et enfin, le Perche. Cette nouvelle unité s’inséra donc dans ce puzzle territorial, aux pouvoirs généralement forts et fermement établis, en rayonnant d’abord autour de la forteresse ducale (cartes nos 19 et 20).

Un noyau dur autour de Tillières

  • 80 Une liste des dons de la famille a été établie par V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec. (...)
  • 81 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 : ce prieuré n’est attesté que par cet auteur, se (...)
  • 82 Le prieur « Gautier », cité à cette occasion, dépendait peut-être de Saint-Christophe et non de Sai (...)
  • 83 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 : Gilbert de Tillières fut témoin d’une charte d’ (...)
  • 84 A. Petit, Notes historiques.op. cit., voir supra ; la Cunelle, commune de Buis-sur-Damville, canton (...)
  • 85 Alaincourt, commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre ; Acon et Breux-sur-Avre, ca (...)
  • 86 Arch. dép. Eure, E 649, p. 1.

23Nous pouvons retenir dès le XIe siècle une forte dynamique à Tillières, à ses abords immédiats et à Damville, en bordure nord. En relais des chroniques officielles, les sources d’ordre ecclésiastique – en l’occurrence des abbayes du Bec et de Jumièges – sont instructives. Il est reconnu que la famille Crespin porta une grande attention à la récente abbaye du Bec et la branche de Tillières ne manqua pas de la doter généreusement, directement sur ses domaines ou par l’intermédiaire de ses vassaux80. Les premières donations, par Gilbert II, seraient antérieures à 1077 (voire dès 1065-1066) : à Tillières, le prieuré Saint-Christophe81 (dès 1060 ?), l’église Saint-Hilaire, la chapelle castrale Saint-Nicolas et à Damville, l’église Saint-Hilaire et divers revenus82. Nombre de donations en faveur de l’abbaye du Bec furent faites au sein de l’honneur, sous l’égide de Gilbert : les églises d’Hellenvilliers – qui fut sans doute donnée vers 1005-101383, la Cunelle – peut-être par don de Raoul aux environs de 107784 – et sur l’Avre dès le XIe siècle, Acon, Breux et Alaincourt85. Des documents postérieurs mentionnent que les revenus de la chapelle castrale de Tillières étaient pris sur les paroisses de Tillières et de Breux86.

Carte no 19 – Dépendances de l’honneur de Tillières à la fin du XIe siècle (c. 1057-1110).

Carte no 20 – Dépendances de l’honneur de Tillières au XIIe siècle (c. 1120-1190).

  • 87 Jacques Boussard, Le Gouvernement de Henri II Plantagenêt, Paris, d’Argences, 1956, p. 237-239.
  • 88 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 33, no 17 et p. 370-371, no 188 ; J.-J. Vernier (éd (...)

24Enfin, un honneur normand était par définition constitué de territoires dispersés87. Nous connaissons ainsi d’autres possessions de la famille Crespin : entre 1041 et 1066, Gilbert Crespin donna l’église du Theil-Nolent à l’abbaye du Bec et fit des donations en faveur de Jumièges à Hauville (vers 1054) et à Tilly, avec son frère Guillaume88. Ces domaines appartenaient-ils véritablement à l’honneur ? En fait, ces donations apparurent précisément lors de la perte de Tillières et se rattacheraient donc plus probablement aux possessions primitives de la famille Crespin, dans la vassalité du comte de Brionne. Il semble qu’après l’installation définitive à Tillières, la famille abandonna ces territoires.

Une extension aux dépens directs de la baronnie de Châteauneuf

  • 89 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 518.
  • 90 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 240, voir supra ; D. Power, op. cit., p. 246-248
  • 91 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 141 et p. 133 (voir supra) ; Crucay, canton de (...)
  • 92 Ibid., p. 253 (1069-1101) et t. II, p. 515-516 (1079-1101) : voir supra.
  • 93 Ibid., t. I, p. 227 (1079-1101).

25Par ailleurs, l’union avec la famille Fils-Ribault, héritière des le Riche, permit à l’honneur de s’étendre au sud de l’Avre et vers l’ouest, aux confins du Perche et de la baronnie de L’Aigle. P. Bauduin a récemment mis en évidence les liens étroits entre la famille de Tillières et Brezolles. Une charte de donation sur Brezolles (1107) nécessitant l’acquiescement d’Hersende, mère de Gilbert III de Tillières, lui fait supposer qu’elle était étroitement apparentée aux Fils-Ribauld et héritière d’une partie de leurs domaines ou droits89. Cette même Hersende et Gilbert II prénommèrent d’ailleurs l’un de leurs fils, Ribauld, sans doute en lien avec cette possible famille maternelle90. Cette alliance, qui s’inscrit dans le cadre de la reprise en main ducale de l’Avre avec la prise de Thimert, a sans aucun doute été menée, ou simplement bénie, par le duc lui-même. Si cette politique de rapprochement se révéla très éphémère, il n’en reste pas moins que Tillières conserva longtemps un droit de regard et des revenus à Brezolles, pourtant rapidement absorbé par la baronnie de Châteauneuf. C’est ainsi que, très souvent au tournant du XIIe siècle, ces deux seigneurs furent associés aux donations concernant Brezolles ou ses environs : entre 1079 et 1101, Gilbert II de Tillières était cité en temps que « seigneur » dans une charte de Hugues Ier, pour une donation sur la moitié de l’église de Crucay (au sud de Brezolles), alors que la famille de Châteauneuf venait tout juste d’en hériter91. À Dreux aux mêmes dates, Hugues et Gilbert témoignèrent conjointement pour la donation d’un vassal de Garin d’Ilou sur le four de Brezolles mais seul Hugues y portait le titre de « seigneur ». Enfin, Roscelin de Courteilles, vassal de Tillières, fut témoin au château de Dreux du rétablissement de Saint-Père dans ses droits sur les revenus d’un four de Brezolles, autrefois donnés sur le fief de la famille d’Ilou92. Très concerné par ce secteur, Gilbert II se rendit encore à Dreux, pour être témoin avec Hugues du Châtel, du duel entre l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres et Foulques de Vaud qui avait saisi la villa d’Armentières93.

  • 94 BNF, fr. 24133, p. 116 : « carta de Aleinuille in ontiguo Droces castri [...] de ecclesiis et sua u (...)
  • 95 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 245-246.

26Plus à l’est en terre française, Gilbert II fut témoin avant 1079-1101, en tant que « seigneur féodal », de la donation d’Alainville, près de Dreux, à l’abbaye de Coulombs94. En 1086, il souscrivit à Dreux à une charte de Philippe Ier pour une donation dans le territoire de Dreux95. Ce ne furent pas des raisons personnelles qui le poussèrent à s’associer ainsi au roi de France, puisqu’il restait entièrement fidèle au parti normand, mais plus simplement le contrôle qu’il exerçait au-delà de la frontière. Dans ce cas précis, il semble que l’avancée normande ait été reconnue par la couronne française.

  • 96 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 127-128, no XLIII (XIe siècle) : comprendre ici (...)
  • 97 Ibid., p. 71-72, no XXI et p. 138-144, nos LI, LII et LIII ; Gauville, commune et canton de Verneui (...)
  • 98 Ibid., p. 186-192, no LXXVII.

27Il semble également que l’honneur de Tillières ait joui rapidement de la partie normande de l’héritage le Riche. Les sources de l’abbaye de Jumièges, déjà fermement implantée dans la région, en témoignent. Elle possédait la chapelle du Mont-Baudry, au sud de l’Avre près de Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil, par don d’Albert II le Riche vers 1030. Dans le courant du XIe siècle, Gilbert Crespin confirma une donation « dans la villa appelée Verneuil96 ». Il est avéré que, dès la fin du XIe siècle, la juridiction de Gilbert II s’étendait non seulement au Vieux Verneuil mais également à Gauville au nord de l’Avre, où se trouvait une villa incluse dans « l’honneur » de « Gilbert senior ». Gauville fut précisément l’objet d’une longue série de querelles où le représentant de la famille de Tillières se définit systématiquement comme justicier97 : il ne fait aucun doute que cet honneur était celui de Tillières et que ce Gilbert senior, était Gilbert II. Le fait que ce fût une abbaye normande, Jumièges en l’occurrence, qui demandât justice peut être pris en compte, il n’en reste pas moins que la suprématie de Tillières fut, bon an mal an, assez bien reconnue. L’abbaye de Jumièges reçut également les églises de Piseux et de Saint-Martin de Verneuil98 de bienfaiteurs inconnus. Ces donations, antérieures à la première confirmation de 1156, furent certainement faites dans le sillon d’Albert Fils-Ribault ou des Tillières, derniers bienfaiteurs de Jumièges dans les environs.

28Il ne semble cependant pas que la famille de Tillières ait réussi à s’imposer complètement à l’est de la frontière normande, au cœur de l’ancien douaire de Leutgarde de Vermandois. La domination à cette époque y est difficile à cerner. Il semble que, malgré une présence normande à Courdemanche (de Guillaume, en août 1060) et la possible reprise de Nonancourt – expliquant l’édification du château de Saint-Rémy avant 1109 – la famille de Châteauneuf ait maintenu un contrôle soutenu jusqu’à l’intervention de Henri Ier en 1112.

Évolution et conclusion

  • 99 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4 ; canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 100 Arch. dép. Eure, G 165, n° 6, fos 5-6 : voir supra ; canton de Breteuil-sur Iton, dép. de l’Eure.
  • 101 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 543.
  • 102 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièce no 21.

29En Normandie, d’après A. Mouton, Gilbert de Tillières aurait également reçu du duc Robert les territoires de Bourth99, entre la baronnie de L’Aigle et la forêt de Breteuil. En effet en 1130, la donation de Guillaume de Chéronvilliers à l’abbaye de la Chaise-Dieu fut faite sur « le fief de Tillières », même en l’absence Gilbert III100. Ces domaines paraissent avoir été relativement étendus et il semble que la famille ait longtemps conservé ces possessions puisqu’au XIIIe siècle des biens situés aux Barils et à Bourth entrèrent dans l’héritage de Nicolas Malesmains101 (neveu de Gilbert IV et fils de Jeanne de Tillières). Au XVIe siècle, la famille Le Veneur de Tillières possédait la baronnie de Bourth, qui s’étendait sur la paroisse de Francheville102. Enfin, un aveu du XVIIIe siècle montre que Francheville dépendait du « comté de Tillières ». Notons également que c’est précisément sur ce territoire, au Becquet et à la Rouillardière (canal abandonné), que partirent les dérivations de l’Iton, alimentant les fossés de Breteuil et de Verneuil. En 1054, lorsque fut conçue la forteresse de Breteuil, le château de Tillières était sous l’autorité du roi de France, mais peut-être pas la frontière dans son ensemble.

  • 103 Alaincourt, commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre ; Breux-sur-Avre, Piseux, ca (...)
  • 104 Longuelune et Grosbois, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 105 Arch. dép. Eure, E 649; arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièce no 21, p. 19 ; pièce no 29, p. 9 (...)

30Des aveux du comté de Tillières, trop récents pour constituer à eux seuls des éléments significatifs de ce que fut l’honneur à l’origine, méritent tout de même notre attention. En 1708, furent mentionnés comme dépendances les fiefs de la Varenne (ou du Chastel) à Breux-sur-Avre, le fief de la motte d’Alaincourt (acquis du seigneur de Montigny, à Alaincourt, Dame-Marie, Piseux, Saint-Ouen d’Attez103), la seigneurie de Longuelune (acquise récemment, à Longuelune, Piseux, Grosbois et Bermerons104) et la baronnie de Bourth, dont dépendaient les fiefs de Saint-Christophe et Beaulieu, Cintray et la Tournevraye situés dans les paroisses de Saint-Christophe-sur-Avre, Gournay-le-Guérin, Cintray, Francheville, Chéronvilliers, Mandres, Gauville, Pullay, les Barils, Lyre, Beaulieu, Iray, Saint-Pierre, Saint-Aignan et Saint-Martin de Cernières. D’autres aveux évoquèrent entre autres, les fiefs de Saint-Christophe-sur-Avre, de Gauville, etc., les fiefs de « la motte d’Alaincourt », la terre et seigneurie de Longuelune, des droits à Francheville, la baronnie de Bourth avec le fief de Cintray105.

  • 106 BNF, lat. 12884, f° 173.
  • 107 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 9 ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni. (...)
  • 108 BNF, lat. 13888, f° xxlv : « [...] Ex dono Gilleberti Crispini medietatem decime pedagii de Bruerol (...)

31De l’autre côté de l’Avre en 1148, Gilbert III fit un don à l’abbaye du Bec sur Brezolles, confirmé par Hugues de Châteauneuf106. Abandonnait-il alors des revenus qu’ils ne maîtrisait plus ? Sa domination sur Brezolles paraît en effet avoir été plutôt fluctuante, évoluant parallèlement aux conflits frontaliers. En 1152, Tillières en avait perdu le contrôle au profit de Hugues de Châteauneuf et, puisqu’il menaçait directement l’honneur, Gilbert IV demanda à Henri II107 de l’incendier. Plus tard, Gilbert V put faire une donation sur Brezolles, sans doute vers 1173, en faveur du prieuré Saint-Nicaise de Meulan108.

  • 109 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 536-538.
  • 110 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p (...)

32Armentières resta également dans le rayonnement territorial de Tillières, puisque vers 1117-1135 Gilbert III confirma en personne la donation d’un quart du moulin, en association avec le futur Hugues II de Châteauneuf109. Enfin, le traité du Goulet (mai 1200) résume toute la complexité de cette situation en mentionnant l’existence, pour Tillières et Brezolles, de dépendances de part et d’autre de la frontière110.

  • 111 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 24-25, (...)
  • 112 Ibid., p. 47, no 111.

33Enfin vers 1160, Gilbert IV confirma à la léproserie du Grand Beaulieu, une donation de terre à Saint-Rémy par un des ses vassaux : parfaitement conscient de se trouver en terre hostile, il interdit toute fortification (autre qu’un fossé qu’il autoriserait le cas échéant) et prévint une éventuelle opposition du moine chargé d’entretenir cette donation. Hugues de Châteauneuf consentit à cette donation mais c’était la justice seigneuriale de Tillières qui devait s’exercer en cas de conflit111. Vers 1180, Gilbert V fit encore une donation à la léproserie sur un moulin à foulon, probablement sur l’Avre puisque ses témoins furent Gaston de Rémalard, Rahier de Muzy, Guillaume de la Héruppe et Raoul de Bérou112.

  • 113 Nous verrons que l’honneur de Breteuil s’attira les préférences de nombreux vassaux de Tillières.
  • 114 Comme, en 1130, celui de Chéronvilliers, canton de Rugles, dép. de l’Eure.

34En conclusion, la fondation de l’honneur marqua, dans la seconde moitié du XIe siècle, l’intégration de territoires encore marginaux aux réseaux seigneuriaux de Normandie. Cet honneur, constitué de ce qui restait à prendre – aux Français surtout – se retrouva immédiatement cerné au nord et à l’ouest par des puissances normandes bien établies (Ivry, Saint-André, Breteuil, L’Aigle) et n’offrant aucune possibilité d’extension. Ceci explique sans doute sa relative léthargie et un net repli sur Tillières dès le XIIe siècle. En revanche, franchissant l’Avre à la faveur de la poussée normande des années 1057-1060, Tillières réussit à s’imposer durablement aux confins des territoires français aux dépens directs de la baronnie de Châteauneuf. Il est en effet parfaitement clair que l’honneur intervint sur les territoires autrefois contrôlés par la famille Fils Ribault et théoriquement passés dans l’orbite de la baronnie de Châteauneuf. Il semble cependant que les nouveaux barons normands eurent des difficultés importantes à maintenir une situation stable au sein même de l’honneur. Ils souffrirent immédiatement de la présence encombrante de leurs voisins de Breteuil113 et plus encore des fondations ducales de Verneuil et Nonancourt (à partir de 1112-1119), qui semblent avoir été implantées sur des territoires qu’il aurait dû contrôler. Avec la victoire Plantagenêt (1150), la famille semble avoir tant bien que mal maintenu son autorité du côté français de l’Avre mais, dans le même temps, confirma son recul en Normandie. Le mariage de Gilbert IV et Julienne de L’Aigle montre que Tillières se tourna vers son voisin occidental. Cette alliance fut peut-être l’occasion pour lui de recouvrer certains territoires périphériques qui semblaient lui échapper114.

L’étendue des pouvoirs : la gestion du domaine et la juridiction

  • 115 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 53-54, (...)
  • 116 Ibid., p. 125 (1237).

35La forteresse, par son entrée dans la sphère privée, jouit des droits féodaux habituels sur le pays avoisinant, entraînant la mise en place d’une administration au sein de sa circonscription. Gilbert II s’y attacha en premier lieu les services de ses propres arrière-vassaux : le conseil et l’aide militaire. Sur leur fonctionnement propre, peu d’informations nous sont parvenues au gré de quelques chartes. Il n’y a cependant pas lieu de penser qu’ils diffèrent des autres seigneuries. En 1188, nous lui connaissons un sénéchal, Richard115. Une prévôté ne fut attestée qu’au XIIIe siècle, mais elle devait remonter, comme toutes les autres en Normandie, aux XIe-XIIe siècles116.

  • 117 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 71-72, no XXIV.
  • 118 Ibid., t. I, p. 138-144, nos LI, LII et LIII.
  • 119 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit., t. II, p. 559-561 (1115-1129).
  • 120 D. Power, op. cit., p. 195.

36Gilbert II s’entoura d’une curia ou cour de justice seigneuriale dont le rayonnement fut très rapidement attesté. Vers 1060-1078 sur son conseil, l’abbé de Jumièges transporta en son château de Tillières une affaire concernant le Vieux-Verneuil117. Un peu plus tard, lors des querelles sur la donation de Gauville, les deux parties se tournèrent vers Tillières pour rendre la justice. L’affaire ne fut définitivement réglée qu’en 1109, à Tillières, sous l’autorité de la famille au complet et en présence de nombreux conseillers, parmi lesquels nous reconnaissons des vassaux de l’honneur118 (Guillaume de Courteilles et Bernard de Charnelles). Ce choix de Tillières comme lieu de justice fut explicitement mû par le fait que Gauville se trouvait précisément « dans l’honneur de Gilbert ». Par ailleurs, notons qu’une affaire fut portée « en place publique, à la cour de Gilbert de Tillières », en présence de son épouse, bien qu’elle concernât des territoires français : la famille de Bérou et l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres se querellaient à propos de la moitié des moulins de Bérou, le droit de pêche dans la rivière, deux terres à Bérou, etc.119. Ce procès, conjugué à d’autres événements, met ainsi en évidence que la domination de l’honneur était reconnue au-delà de la frontière étatique de l’Avre120.

Les fiefs vassaux de l’honneur : émergence de nouveaux groupes familiaux

37La fondation du château de Tillières et son appropriation par la famille Crespin furent à l’origine d’une mise sous domination normande en profondeur des territoires alentours. Dès le XIe siècle et parfois jusqu’assez tard dans le XIIe siècle, les chartes manifestent que Tillières en était le centre de gravité. Pour le XIe siècle, les chroniques ne mentionnent pas de châteaux secondaires épaulant Tillières, autres que celui qu’il se réservait à Damville. Pourtant, nous trouvons très tôt nombre de familles – normandes ou françaises – fidélisées par les Crespin, nous permettant d’isoler des petits fiefs de chevaliers et dont les sources, écrites ou archéologiques, nous montrent qu’ils furent châtelains.

Le lignage de Courteilles

  • 121 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure. Guillaume fut parfois appelé de Curcell’ par erreur. A (...)
  • 122 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 515-516.
  • 123 Bérou-la-Mulotière, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir ; la famille avait également fait a (...)
  • 124 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 519.
  • 125 Ibid., t. II, p. 518; BNF, lat. 5417, p. 546-547.
  • 126 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 140-144, nos LII et LIII.
  • 127 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op cit., t. II, p. 536-538.
  • 128 Ibid., p. 559-561, no LIV, voir supra.
  • 129 Ibid., p. 535 ; Chandai, canton de Rugles, dép. de l’Eure ; Chéronvilliers, commune de Marcilly-la- (...)

38Parmi ces groupes familiaux, se trouvait d’une manière dominante le lignage de Courteilles121 qui fut très tôt associé à Tillières ou aux autres fidèles de l’honneur (cartes nos 19 et 20). Les sources étant lacunaires, la famille présente quelques périodes obscures : la chronologie mise en place ici est donc relative. Le premier seigneur de Courteilles, Roscellin, témoigna vers 1079-1101 pour la donation de Garin d’Ilou sur les fours de Brezolles122. Peut-être représentait-il alors la famille de Tillières. Dans une charte de 1096, où Gilbert de Tillières était présenté comme co-donateur, Guillaume de Courteilles fut témoin de Geoffroy de Bérou ; son fils Richard le fut de nouveau vers 1119123. Guillaume de Courteilles assista à une autre donation sur la dîme de Bérou, confirmée par Matthieu de Charnelles124. Durant toute la première moitié du XIIe siècle, Guillaume apparut souvent dans les actes passés par Gilbert III, dès 1107 pour une donation faite sur Brezolles par Gervais Ier de Châteauneuf125. Il témoigna pour Gilbert II et apposa son seing sur la charte de Gilbert III à propos de Gauville126 (1109). Lorsque Gilbert III consentit à la donation des moulins d’Armentières, Guillaume de Courteilles fut son témoin127. Enfin, la charte du rétablissement de Saint-Père sur les moulins de Bérou le mentionne parmi la cour de Gilbert, comme intendant de Simon d’Ilou128. Par ailleurs vers 1101-1110, Guillaume de Courteilles apparut à l’ouest de l’honneur comme témoin de l’abbaye de Saint-Père, avec Robert de Tranchevilliers et Foulques d’Armentières – mais sans Gilbert III – lors de la donation de l’église de Chandai, dépendante de la baronnie L’Aigle129.

  • 130 Ibid., p. 604 ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 875-876 (1119).
  • 131 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 26-28, (...)
  • 132 Ibid., p. 53-54, no 131, voir supra.
  • 133 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit.,.I, p. 875-876 et p. 954.
  • 134 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 38, charte cottée 177 : « quod Ricardus de Curtellis, consilio Richerii (...)
  • 135 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 12, no (...)

39Son fils Richard traduisit le même attachement à la famille de Tillières130 et une participation active aux donations de l’Avre. Vers 1160, il fut également témoin de Raoul d’Ilou récapitulant nombre de concessions faites à la léproserie du Grand Beaulieu par sa famille, Crespin de Nonancourt, Garin de Saint-Rémy, Garin de Malicorne, etc. Toutes ces donations concernaient principalement les alentours de Dampierre, au sud de l’Avre131, à proximité immédiate de Courteilles et de Tillières. Par ailleurs, étant données les circonstances, « Richard », cité en 1188 dans une charte de Gilbert V comme sénéchal de Tillières132, pourrait bien être ce Richard de Courteilles. Celui-ci fut également lié à des établissements indépendants de Tillières. Il fit ainsi du consentement de ses enfants, Gilbert, Adeline et Marie, des donations à l’abbaye de l’Estrée dès sa fondation (1144), pour lesquelles Tillières n’apparut pas133. Il choisit avec son fils, Gilbert, et « sur le conseil de Richer II de L’Aigle » de faire don de la dîme de Courteilles à la Chaise-Dieu du Theil. Aucun membre de Tillières ne fut présent mais y assistèrent des personnes relevant de son honneur134 (de Damville, Bourth, Droisy, Nonancourt, la Héruppe, Malicorne, etc.) Le choix a aussi bien pu être motivé par l’alliance matrimoniale de 1159 entre les familles de L’Aigle et de Tillières que par les relations de la famille de Courteilles avec celle de L’Aigle, connues dès 1130 (Chandai). Enfin, dans ces mêmes années apparurent d’autres personnages, apparemment originaires de Courteilles ou cadets de la famille : en 1147, Gaudin de Courteilles fut témoin en la « tour de Chartres » d’une confirmation de Thibault de Chartres pour la léproserie du Grand-Beaulieu et vers 1150, Geoffroy de Courteilles fut témoin d’un accord passé entre l’abbaye de Saint-Père et un prêtre de Saint-Georges135.

  • 136 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 78 ; M. Charpillon et Carême, (...)
  • 137 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 5 et 11.
  • 138 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 875-876.
  • 139 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum Patentium..., op. cit., p. 6.
  • 140 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 307, no 1129.
  • 141 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 437, no 515 : « Guillelmus de Corteliis, miles, filius Guillelmi de (...)

40À la fin du XIIe siècle, le fief se retrouva apparemment entre les mains de Richard Cœur-de-Lion puisqu’en 1195, le receveur du roi faisait état de 14 sous « du produit de la terre de Gilbert de Courteilles136 ». D’ailleurs en 1198, il avait pleine autorité comme à Tillières pour mettre la place en défense : les rôles de l’Échiquier signalent que Robert, clerc, reçut du Trésor des sommes importantes (en tout 550 livres) pour, entre autres choses, murer la cour du château137. Cependant la famille ne disparut pas et resta ancrée dans la région. En 1198, Gilbert de Courteilles fut témoin d’une charte de l’évêque d’Évreux138. Le 17 mars 1202, alors que Jean sans Terre se trouvait à Verneuil, il attribua une rente à Jean de Courteilles et à son fils Guillaume pour « l’échange » opéré à Courteilles139 : le roi entendait-il par là indemniser la famille et conserver la place pour son propre compte comme à Tillières ? En comparaison, la rente de 30 livres paraît importante et laisserait peut-être présumer de la taille de la seigneurie de Courteilles. Enfin en janvier 1234, la présence de Guillaume avec Robert de Courtenay, Guillaume des Minières, Robert d’Ivry, Guillaume Crespin etc., au serment de l’archevêque de Rouen d’observer la coutume normande montre que la famille resta en Normandie et retrouva sans doute son fief140. Guillaume de Courteilles, son fils, fit encore une donation sur ses possessions de Bourth au prieuré du Désert en 1255141.

  • 142 Il s’agit de Cintray près de Chartres (canton de Lucé, dép. de l’Eure-et-Loir), non de Cintray en N (...)
  • 143 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit., t. II, p. 744 et p. 531.
  • 144 L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Saint-Trinité de Tiron, op. cit., t. II, p. 69, no CC (...)

41En conclusion, nous pouvons affirmer que les documents où figurèrent les membres de la famille de Courteilles les mettent en rapport fréquent avec des familles, des terriroires ou des établissements religieux français et le plus souvent en relation avec son seigneur de Tillières. Outre le fief éponyme de Courteilles et les territoires directement associés, la famille de Courteilles semble avoir eu des intérêts dans le Perche et le Dreugésin. Entre 1101 et 1129, Guidon de Cintray142 avait fait don à l’abbaye de Saint-Père de la dîme d’Archipenna, dépendance du prieuré de Brezolles. Guillaume de Courteilles semble en avoir hérité puisqu’il fit une tentative pour la reprendre143. Il est également attesté que vers 1148, le fief avait des dépendances à Charencey dans le Perche144. Il semble donc que la famille ait directement profité de l’avancée de Tillières en terre française et se soit établie sur des territoires relativement dissociés du fief d’origine.

Lignage de Courteilles.

Les autres lignages normands : Charnelles, Hellenvilliers, Minières, Grandvilliers

  • 145 Nous ne reviendrons pas sur Gauville, dont seules deux générations sont connues par leurs querrelle (...)
  • 146 Détails infra (Grandvilliers), p. 101-102 et p. 139-141.
  • 147 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., p. 241 (n. 639) ; id., La Premiè (...)
  • 148 A. Petit, Notes historiques..., op. cit. : ils avaient fait une donation de terres près de Tillière (...)
  • 149 Théodose Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers, documents historiques originaux du XIe au XVIIIe siè (...)
  • 150 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2091, no 77 (1063-1089) : « presente Domino suo, Gill (...)

42D’autres lignages firent leur apparition au XIe siècle ou début du XIIe siècle dans l’ombre de Tillières (cartes nos 19 et 20). Certains d’entre eux, nés au XIe siècle, s’éteignirent rapidement, après seulement deux ou trois générations (carte no 19). La famille de Gauville est connue par deux frères, Foulques et Garin (XIe siècle), puis Gilbert, fils de Garin (1109), avant de disparaître définitivement des sources145, tout comme celle de Chambray, absorbé par sa voisine de Grandvilliers dès la fin du XIe siècle146. Le lignage de la Cunelle est connu par Raoul, héritier d’Albert de Cravent et d’Aubrée, fille de Hugues, évêque de Bayeux, lui-même héritier de Raoul d’Ivry147. Avec son fils, il fit donation de son église à l’abbaye du Bec dans la seconde moitié du XIe siècle148. Raoul fut également donateur de l’abbaye de Saint-Evroult (avant 1080)149. Un Gilbert de la Cunelle, peut-être le fils, fut le seigneur de Robert de Granvilliers150.

  • 151 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365.
  • 152 Arch. dép. Eure, H 39 : « [...] quod Ego Eustachius de Herlenuiller donaui [...] in pura [...] elem (...)
  • 153 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 43-54, (...)
  • 154 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365.

43À Hellenvilliers, vers 1188, Gilbert, fils de Robert, donna à l’abbaye du Bec l’église paroissiale avec ses dîmes et la chapelle castrale. Il se retira peu après à l’abbaye151. Cette donation d’éléments essentiels du patrimoine familial se fit certainement sous l’influence de Gilbert V de Tillières, dont la famille entretenait une fidèle relation avec le Bec. Le choix du prénom Gilbert semble d’ailleurs significatif. La donation de l’église fut rappelée vers 1200 par son fils Eustache152. Il lui avait succédé apparemment assez rapidement, du moins avant 1190. Dès 1188, Gilbert de Tillières prit Eustache comme témoin pour une donation à la léproserie du Grand Beaulieu153. Les terres contrôlées par la famille d’Hellenvilliers se trouvaient dans les environs immédiats du chef-lieu, en association souvent étroite avec Tillières. Le prieuré de Tillières aurait d’ailleurs tenu des droits sur l’église d’Hellenvilliers, droits qui furent exceptés en 1206 de la prébende de l’abbé du Bec154.

  • 155 Charnelles, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; J.-J. Vernier (éd.), C (...)
  • 156 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 519. Il existe en réalité deux chartes : « [.. (...)

44D’après la localisation actuelle du toponyme, les origines d’une ancienne famille de Charnelles semblent s’ancrer aux abords de Verneuil sous l’égide de Tillières. Bernard de Charnelles apparut à la fin du XIe siècle dans l’un des accords passés entre Gauville et Jumièges155. Probablement avant 1119, Matthieu de Charnelles fit don sur son fief de la dîme de Bérou à l’abbaye de Saint-Père, avec pour témoin Guillaume de Courteilles156. Ceci montre bien que cette famille, comme celle de Courteilles, possédait des intérêts de l’autre côté de l’Avre.

  • 157 Les Petites et Grandes Minières, commune de Damville, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure.
  • 158 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 518 ; BNF, lat. 5417, p. 545-546 et lat. 10101 (...)

45D’autres familles nées autour de Tillères manifestèrent une connivence plus discrète et semblent avoir rapidement préféré la compagnie de Breteuil, comme la famille des Minières157 aux environs immédiats de Damville. Elle ne se montra associée à Tillières qu’à une seule occasion, lors de son apparition dans les sources : en 1107, Godard des Minières témoigna pour Gilbert III de Tillières, à l’occasion d’une donation de Gervais Ier de Châteauneuf sur Brezolles158.

  • 159 Canton de Damville, dép. de l’Eure.
  • 160 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2090, no 76, « donatio ecclesie de Granuiller (1063-1 (...)
  • 161 D’après A. Le Prévôt, cette donation aurait été faite vers 1050.
  • 162 BNF, lat. 5425, p. 5, no 32 : Gerbert fut abbé de 1063 à 1089 à la suite de Robert (1047-1063) ; vo (...)
  • 163 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 F 2-III, p. 234-235 ; Chambray, commune de Gouville, canton de Damvill (...)
  • 164 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 304 ; A. Le Prévôt, Notes historiques (...)
  • 165 Breux-sur-Avre, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op (...)

46Il en alla de même pour la famille de Grandvilliers malgré une grande proximité géographique159. Dans une longue charte de l’abbaye de Saint-Wandrille160 nous apprenons qu’au milieu du XIe siècle, Robert, père de Grimoult (ou Ginoult) donna l’église de Grandvilliers161. Puis, profitant visiblement d’une mauvaise gestion de l’abbaye, il tenta d’en reprendre les revenus. Une grave maladie l’incita à se repentir et à s’y retirer avant d’y mourir en 1069. Grimoult essaya à son tour de reprendre les donations de son père mais dut s’incliner devant l’abbé Gerbert162. Il s’agit d’une possession isolée de l’abbaye de Saint-Wandrille dans la région, excluant toute mise en relation avec un groupe famillial ou territorial. Grimoult aurait épousé Élisabeth, fille héritière d’Amaury de Chambray, compagnon de Robert Courteheuse en Terre sainte (1096) où il trouva la mort163. Leur fils Beaudouin de Grandvilliers fut seigneur de Chambray et Chagny164. Enfin lorsqu’en 1171, Simon Ier de Grandvilliers fit don au Bec de la dîme de Breux165, cette donation resta totalement isolée au sein de la famille de Grandvilliers, qui avait préféré depuis longtemps se tourner vers l’honneur de Breteuil et l’abbaye de Lyre. Il s’agirait plutôt ici d’une initiative de l’abbaye afin de parfaire ses possessions dans la région.

Le lignage français de Bérou

  • 166 BNF, lat. 12884, p. 153-159 (1092) : « Gilbertus Crispinus molendinum ex concessu Teudonis de Sanct (...)
  • 167 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. II, p. 377 ; Le Pless (...)
  • 168 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièce no 8 (21 juin 1605) : « ung noble fief de haubert, nomme (...)
  • 169 Arch. dép. Eure, G 6, p. 26, no 28 : « Sciatis presentes et futuri quod ego Garinus de Berou et ego (...)
  • 170 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 100 ; A. Mouton, Histoire de Ti (...)
  • 171 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 557-558, p. 604 et p. 559-561.

47Bérou fut, durant les XIe et XIIe siècles, intimement hé à Tillières, qui lui faisait directement face (carte no 20). Un premier Geoffroy, époux d’Agnès, fit avant 1092 des donations à l’abbaye du Bec sur des terres normandes relevant de ses possessions : la Gohardière du fief de Tillières, l’église et la dîme de Dame-Marie ainsi que quelques droits sur l’Avre et un moulin dépendant du fief de Tillières166 Une charte de confirmation des biens de l’abbaye (1181-1189) y ajouta deux charruées de terre en la villa du Plessis, l’église avec sa terre, ses dîmes, la moûte et le four167. Un aveu du début du XVIIe siècle précisait d’ailleurs que le fief de Montéan, près de Dame-Marie, se nommait autrefois « fief de Bérou »168. Encore vers 1203, l’évêque d’Évreux accepta une dîme de Garin et Jean de Bérou sur le fief de Montéan169. V. Gazeau-Godet a précisé en outre que l’abbaye du Bec possédait la Mulotière, au sud de l’Avre mais dépendant du fief de Tillières170. En 1096, Geoffroy II fit avec son épouse Euphémie, leurs enfants, son frère et ses enfants une donation, confirmée par Tillières, à l’abbaye de Saint-Père sur Bérou et le prieuré de Brezolles. Avant 1115, Geoffroy III de Bérou, sur le point de partir en croisade – où il trouva la mort – avait pris des dispositions auprès de l’abbaye sur ces donations avec le consentement de sa mère, de son frère Richard et de sa sœur. La famille de Tillières y apparut encore comme témoin avec Raoul de Bérou (son oncle paternel), Richard de Courteilles, etc. Avant 1129, son fils Geoffroy IV tenta de reprendre ces donations. L’affaire fut portée en justice à Tillières et le jugement fut rendu en faveur de l’abbaye171.

  • 172 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 47, no (...)
  • 173 A. Le Prévôt, Notes historiques..., op. cit., t. I, p. 88 (Acon), voir supra.
  • 174 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 54-55, (...)
  • 175 L. et R. Merlet, Les Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 12 et p. 49.
  • 176 BNF, lat. 10095, f° 62, no CXXV (oct. 1193) : « Gaufridus decanus et uniuersitas capituli Carnotens (...)
  • 177 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 57, no (...)
  • 178 Arch. dép. Eure, H 793, p. 151 (copie de la charte de confirmation du 15 janv. 1195) : « A(n)gnes, (...)
  • 179 A. Le Prévôt, Notes historiques..., op. cit., t. II, p. 309 ; L’Hosmes, canton de Damville, dép. de (...)

48Raoul Ier de Bérou succéda à Geoffroy IV dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Il resta lié à la famille de Tillières pour qui il témoigna avec ses voisins de Muzy et de la Héruppe lors d’un don à la léproserie du Grand Beaulieu172. Simon d’Anet, semblant prendre le pas sur Tillières et Châteauneuf, confirma à l’abbaye du Bec la donation de Raoul sur la dîme de ses moulins d’Acon173. Raoul mourut avant 1188, moment où Geoffroy V, son épouse Avia, ses frères Guillaume, Simon et Robert firent une donation à la léproserie du Grand Beaulieu174. Apparut alors un Geoffroy, « doyen de Chartres ». Très certainement membre de la famille de Bérou, il fut doyen de la cathédrale de 1166 à sa mort, le 27 novembre 1202175. Il apparut dans des chartes de Thibault de Blois, dont l’une citait les droits de Simon de Bérou en Normandie176. Ce Simon, fils de Raoul Ier, fut avec son frère Geoffroy V témoin d’une vente en faveur de la léproserie177. En 1195, Richard Cœur-de-Lion confirma les possessions de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux, parmi lesquelles l’église et la dîme de Bérou du don d’Agnès – sans aucun doute une fille de la famille – épouse de Roger de Pacy178. Enfin en 1216, Raoul II de Bérou confirma une donation à l’Homes, sur son fief, pour l’abbaye de l’Estrée179.

49La famille, bien que française semble avoir été systématiquement liée à Tillières, à l’image de celle de Courteilles (les membres de ces deux familles apparurent d’ailleurs plusieurs fois ensemble pour l’abbaye de Saint-Père). À l’inverse, elle ne paraît pas avoir eu de relations particulières avec la famille française de Muzy, sa voisine. Avant 1216, aucun membre de la famille de Bérou n’intervint auprès de l’abbaye de l’Estrée, pas même en qualité de témoin. La persistance de son implantation en Normandie découla directement de l’exclusivité normande de ses relations. L’étude des donations montre qu’elle s’étendit largement au nord de Tillières. Les importantes donations à l’abbaye du Bec, particulièrement proche de la famille Crespin, sur des terres voisines de Tillières paraissent réellement significatives, alors qu’une alternative des établissements chartrains était tout à fait envisageable. En effet, les donations françaises dépendant de Bérou restèrent tournées vers Saint-Père-de-Chartres et le Grand Beaulieu, mais elles furent souvent faites sous l’égide de Gilbert Crespin, alors que la famille de Bérou était théoriquement dépendante de la baronnie de Châteauneuf. Par leur biais, nous savons donc que Tillières exerça une véritable influence au sud de l’Avre, au détriment direct de Châteauneuf. Il y a d’ailleurs tout lieu de se demander si, dans les faits, le lignage de Bérou n’avait pas une origine normande et s’il ne fut pas implanté judicieusement par Tillières en territoire français lors de l’avancée de 1057-1060.

Lignage de Bérou.

Le développement économique de l’honneur : les bourgs

Tillières

  • 180 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 23-27.
  • 181 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit, t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), M (...)
  • 182 Arch. dép. Eure, H 321; BNF, coll. Clairembault 995, no 88.
  • 183 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 86, no 494.
  • 184 Arch. dép. Eure, E 649 : « [...] hommes et tenants tant en bourgeoisie que hors bourgeoisie », « to (...)

50Bien que le toponyme de Tillières semble avoir été donné par Richard, la présence d’un éperon et l’étymologie latine du site suggèrent qu’un peuplement a précédé la création du château. À cette époque, un municipium, ou agglomération fortifiée, se forma auprès du château180. Le « bourg » fut attesté pour la première fois en 1152, lors de son incendie par Louis VII181. Aucune autre allusion n’apparut avant 1231, avec Roger de Chartres, bourgeois de Tillières182. Puis vers 1250, les bourgeois de Tillières furent représentés au cours d’une enquête du bailli de Verneuil183. Après la fin du Moyen Âge, les aveux continuèrent de mentionner le bourg et sa bourgeoisie184. Il est donc parfaitement attesté que le village de Tillières possédait ce statut, depuis au moins la première moitié du XIIe siècle. Les sources permettant de l’étudier sont malheureusement trop réduites pour qu’il soit possible d’en cerner les cadres précis. Ni cens en bourgeoisie, ni fonds pourtant à la base du statut, ne furent mentionnés, encore moins les modalités du bourgage. Tout au plus savons-nous qu’en 1250, les bourgeois de Tillières revendiquaient le droit de pânage pour leurs animaux et l’usage de bois mort et vif dans la Gâtine de Tillières.

  • 185 Quoique nous verrons plus loin que Breteuil continua d’être appelé villa alors que l’existence du b (...)
  • 186 Arch. dép. Eure, III PL 1308 ; Le Plessis, commune de Courteilles, canton de Verneuil-sur-Avre, dép (...)

51Quelques organes d’encadrement religieux et économiques peuvent cependant être précisés. Les structures religieuses étaient représentées en tout premier lieu par l’église paroissiale Saint-Hilaire. Sa donation à l’abbaye du Bec dans les années 1060 serait probablement antérieure à la fondation du bourg, car il n’était encore question que de la villa de Tillières185. Le cartulaire de l’évêché de Sées mentionnait en 1198 qu’une partie de l’église de Tillières appartenait au fief de Guillaume du Plessis. Elle se rapportait sans doute au toponyme du « Plessis », au nord du château de Courteilles. Une confirmation de 1265 évoquait encore à Tillières une église Sainte-Marie186, non localisée aujourd’hui.

  • 187 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 45 ; cf. supra.
  • 188 Jacques Charles et alii (dir.), Répertoire des abbayes et prieurés de l’Eure dressé à l’occasion de (...)
  • 189 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 94.
  • 190 J. Charles et alii (dir.), Répertoire..., op. cit., nos 153 et 242.
  • 191 BNF, lat. 13905, f° 92 (p. 175) : « 1190 : le prieuré de Tillières étoit des lan 1190 [...] »

52A. Mouton fut le seul à mentionner l’existence, dès 1060, d’un prieuré Saint-Christophe et à le situer derrière l’église187. Une simple chapelle Saint-Christophe était à la nomination de l’abbé du Bec en 1137188. D’autres, comme le chanoine Porée, pensèrent que l’église Saint-Hilaire fut érigée en prieuré au XIIe siècle189. Un prieuré semble en tous les cas établi en 1136, puis annexé à la paroisse190. Il est encore attesté avant 1190, date à laquelle un différend fut réglé avec le curé de Damville191. Il n’est pas impossible que cette fondation soit relative à un renforcement des structures religieuses dans le cadre d’une création de bourg, surtout si l’on considère que la famille Crespin, sans doute trop liée au Bec, ne fit aucune fondation abbatiale.

  • 192 Arch. dép. Eure, E 649.

53Par ailleurs, une maladrerie-léproserie avait été fondée pour les bourgeois qui s’associaient au seigneur de Tillières pour la présentation, la nomination et l’élection192. Elle se situait en dehors du bourg, à Bérou, et a pu être fondé assez tôt puisque nous savons maintenant que l’honneur de Tillières s’étendait dès le XIe siècle au sud de l’Avre, incluant Bérou.

  • 193 J. Charles et alii (dir.), Répertoire..., op. cit., affirment que la donation concerna également la (...)
  • 194 Arch. dép. Eure, H 321, cote 29 : « [...] quod ego Juliana, domina de Tyllerias [...] dedi [...] to (...)
  • 195 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 ; voir supra.
  • 196 Arch. dép. Eure, E 649, aveu (1708).

54Parmi les structures économiques, certaines ne sont pas directement imputables à la création du bourg mais aux dotations seigneuriales traditionnelles193 (four, moulins, péages, etc.) D’une part, pour les moulins, cités pour la première fois en 1227194, il en aurait existé deux : le « moulin de la ville » et le « moulin du Pont-Aubert », peut-être plus récent. D’autre part, A. Mouton affirma que l’abbaye du Bec reçut dès 1077 les « dîme et revenus, la moitié des foires & marché, droit de pêche [...] », alors que les chartes du Bec n’évoquaient que « la dîme de tous les revenus et une charmée195 ». Les droits tardifs des trois foires annuelles (à la Saint-Marc, la Saint-Laurent et le jour des Morts), de halles et marché le jeudi196 ne semblent pas concernés par l’existence ou non du bourg. Ces structures économiques apportèrent des revenus sur les droits d’étal ou les droits traditionnels de péage et de passage. Il est d’ailleurs à noter que les bourgeois de Tillières ne paraissent pas avoir bénéficié d’exemptions sur la banalité. Ils avaient l’obligation d’utilisation exclusive du pressoir et du four à ban, pour lesquels ils trouvaient cependant un avantage financier (un seizième au lieu de la dîme pour le four et apparemment aucune redevance pour le pressoir). Force est de remarquer que d’une manière générale la bourgeoisie de Tillières vint très certainement se greffer sur une organisation seigneuriale bien rôdée.

Damville

  • 197 BNF, lat. 12884, p. 344 (1065-1066) : « Gilbertus Crispinus profatis dedit [...] ecclesiam de Danvi (...)
  • 198 Arch. nat., 273 AP 276, « Aveu et dénombrement des fief et baronnie de Damville » (1454, copie) : s (...)
  • 199 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 396, pièce no 70, Aveu de Charles de Montmorency (17 oct. 1602) : « (...)
  • 200 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs et des communes en Normandie », AN, Caen, t.  (...)

55Encore moins documenté que celui de Tillières, le bourg de Damville fut certainement fondé dans le courant du XIIe siècle. Lors de la donation au Bec, il n’était donc question que de villa : Gilbert en adjoignit les dîmes de tous les revenus, une demie charruée de terre, la moitié des moulins et les fours197. Aucune source médiévale ne mentionna de bourg, de même que l’aveu le plus ancien (1454)198. Cependant, les aveux du XVIIe siècle ne comportent aucune équivoque sur son existence199. Cette anomalie est sans doute plus due à une absence de sources médiévales qu’à une fondation tardive. Il est d’ailleurs fort peu probable que la bourgeoisie fut instaurée après 1204 car aucun bourg ne paraît avoir été créé après le XIIe siècle200.

  • 201 BNF, lat. 12884, p. 344 et lat. 13905, p. 202 ; voir supra.
  • 202 Arch. dép. Eure, E 170 : « [...] et outre dans le dict bourg y a un hospital où y a une chapelle et (...)

56Le pôle religieux majeur était représenté par l’église paroissiale Saint-Evroult, dont le patronage fut donné aux environs de 1065-1066 à l’abbaye du Bec201. Il fut renforcé, tardivement, par un hôtel-Dieu. Il était composé d’une chapelle et d’une maison de plusieurs « aîtres », et était située dans l’enceinte du bourg202.

  • 203 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.
  • 204 Arch. dép. Eure, E 170 : « [...] la rivière passe par le millieu, faict mouldre le moullin à blaid (...)

57Le développement économique était avant tout représenté par la dotation d’outils collectifs et de structures d’échanges. Les moulins et fours de Damville, organes de tout seigneurie banale et compris dans la première donation au Bec, existaient avant la fondation du bourg. En 1198, la reconstruction des moulins coûta 50 livres203. En 1603, différents moulins dépendaient du duché-pairie de Damville, dont deux appartenaient au bourg, l’un construit à l’intérieur de la ville et l’autre, plus au nord, au « pré de la tour204 ».

  • 205 Arch. dép. Eure, II F 2521 (1484) : « [...] ville close en laquelle souloit avoir de long temps deu (...)
  • 206 Arch. nat., 273 AP 276 : la saisie des terres de Damville (1694), rappelle un aveu du 17 oct. 1602  (...)

58Par ailleurs, le roi de France fit rétablir au XVe siècle les anciennes foires de Damville205. Il est difficile de savoir à quelle époque elles avaient été fondées – avant le début de la guerre de Cent Ans néanmoins. Pour autant devons-nous conclure qu’elles existaient avant 1204 ? D’après les aveux de 1602 et 1603206, ces foires avaient lieu l’une à la Sainte-Catherine (le 25 novembre), l’autre à la Saint-Jean-Baptiste (24 juin, non plus à la Saint-Barnabé) et le marché avait lieu les mardis et vendredis de chaque semaine. Quelques métiers furent cités en 1603 : boulangers, bouchers, tisserands en draps et linges. La reconstruction de la ville après la guerre de Cent Ans permit l’édification de deux halles : la halle au blé sur la place du « Neufmarché » et la halle aux bouchers, drapiers, tanneurs, ferronniers et autres artisans, qui conserva peut-être son ancien emplacement. Cependant rien n’assure que toutes ces activités artisanales existaient réellement depuis le XIIe siècle.

  • 207 Arch. dép. Eure, III PL 167 et III PL 1080.
  • 208 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 10 (1198, Verneuil), (...)

59Enfin, le développement financier peut être abordé par la présence d’une « rue aux Juifs », au tout début du XIXe siècle207 Ici encore, rien ne prouve la présence de Juifs dès le XIIe siècle et par là une activité financière conséquente, mais force est de comparer ce cas avec les mentions de Verneuil ou de L’Aigle, au tournant du XIIIe siècle208 Un faubourg de Damville appelé « la Lombardie » apparaît sur les plans des XVIIIe et XIXe siècles, entre le canal de l’Iton et le mur oriental du bourg. Cette dénomination rappellerait-elle, elle aussi, une présence de banquiers au XIIIe siècle ?

Notes

1 Edward Impey et Dominique Pitte, « Le château d’Ivry », La Normandie vers l’an mil, p. 77-83.

2 Voir supra : « Les comtes de Dreux et de Chartres », p. 29.

3 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p, 61 ; p. 119-120, no 31 ; p. 131-135, no 35 et p. 148-150, no 43.

4 L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande : les Tosny », dans Michel de Boüard (dir.), Documents de l’histoire de la Normandie, Toulouse, 1972, p. 90-94. Il date précisément la garde de la forteresse de 1005, celle-ci eut nécessairement lieu avant le départ de Raoul pour l’Italie (1015/1017).

5 Ernesto Pontieri (éd.), Gaufredi Malaterrae de rebus gestis Rogerii Calabriæ et Siciliæ comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius, Rerum italicarum scriptores, Bologne, 2e éd., 1928, p. 24, est le seul auteur à l’évoquer, encore est-ce seulement pour expliquer les circonstances de la réconciliation du duc Robert avec Serlon, fils de Tancrède de Hauteville, qui avait participé à la reconquête du château.

6 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 88.

7 L. Musset, « Un lignage de l’aristocratie normande... », art. cité, p. 90-94, voir supra : en désaccord avec Richard II, il était parti en Italie de 1015/1017 à 1022.

8 Ibid., t. II, p. 56-59 ; Jean Yver, « Les châteaux forts en Normandie jusqu’au milieu du XIIe siècle, contribution à l’étude du pouvoir ducal », BSAN, Caen, t. LIII, 1955-1956, p. 28-118, ici p. 39.

9 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 101 ; Gilbert Crespin fut première fois signalé dans l’entourage de Richard II, à Fécamp en 1025 : M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 131-135, no 35 ;D. Power, op. cit, p. 204 et passim.

10 Gilbert de Brionne, petit-fils de Richard Ier, fut tuteur du jeune duc Guillaume le Bâtard et mourut assassiné par un concurrent, Raoul de Gacé ; voir F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit, p. 107.

11 Pierre Bauduin a mis en évidence qu’il s’agissait d’une vengeance d’Henri, en conséquence des appuis que les rebelles d’île-de-France avaient trouvé en Normandie, notamment Galeran Ier de Meulan : La Première Normandie..., op. cit., p. 190 ; voir également A. de Dhont, « Les relations entre la France et la Normandie sous Henri Ier », Normannia, 1939, no 4, p. 465-483.

12 Raoul de Gacé s’était institué « tuteur » du jeune Guillaume après avoir fait assassiner Gilbert de Brionne, voir supra.

13 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 100-101.

14 Ibid., p. 152-153 ; A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.

15 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; voir supra : « La baronnie de Châteauneuf... », p. 34.

16 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 238.

17 Jusqu’en 1061, voir supra : « La baronnie de Châteauneuf... », p. 34.

18 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 146-147.

19 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 61, p. 263-264, no 105 ; p. 270-271, no 110 ; p. 299-301, no 128 ; p. 312-314, no 137 ; p. 339-342, no 156 ; p. 371-372, no 189 et p. 376-377, no 194.

20 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 181.

21 Jackson Crispin et Léone Macary, Falaise roll recording prominent companions of William duke of Normandy at the conquest of England, Londres, Butler and Tanner ltd., 1938, p. 1 et p. 187.

22 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.

23 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 245-246, à cette date il apparut à Dreux dans une charte de Philippe Ier.

24 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 43.

25 Véronique Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec au tournant de l’année 1077 », Anglo-Norman Studies VII (1983), Woodbridge, Boydel Press, 1984, p. 89-103, ici p. 94 ; A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 ; Ange Petit, Notes historiques sur l’origine, les seigneurs, le fief et le bourg de Damville (Eure), Évreux, Herissey, 1859, [rééd. Res universis], 1989 ; David Bates (éd.), Regesta regum Anglo-Normannorum, the acta of William I (1066-1087), Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 550-558, no 166 ; BNF, lat. 12884, p. 153-159 et p. 344-345 ; BNF, lat. 13905, fos 115-116 (p. 202) cette copie (confirmation sous Henri II) est la seule citant la « chapelle du château » et non la « villa du château ».

26 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 238-239, a noté que l’honneur avait acquis ses contours définitifs sous Gilbert II.

27 BNF, fr. 24133, p. 116 : « Carta de Aleinville in contiguo Droces castri [...] de ecclesiis et sua ville datis [...] consentio [...] Gilleberti Thilerii dominas feodalis [...] »

28 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 142-144, no LIII ; voir D. Power, op. cit., p. 195.

29 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 248-249 ; M. Bur (éd.), La Geste de Louis VI et autres œuvres de Suger, Paris, Imprimerie nationale, 1994, p. 92-93 ; A. Luchaire (éd.), Louis VI le Gros. Annales de sa vie et de son règne, 1081-1137, avec une introduction historique, Picard, Paris, 1890 [3e éd. Mégariotis reprints, Genève, 1979], p. 260-262.

30 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.

31 Pour la baronnie de L’Aigle : voir K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201.

32 Louis VI lui enleva tout de même L’Aigle et, durant une année, y laissa une garnison sous le contrôle du futur Hugues II de Châteauneuf.

33 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 268-270 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. I, p. 290.

34 Arch. dép. Eure, G 165, no 6, fos 5-6 : « [...] ecclesia sua de Casa Dei feriam in bosco quam Beschier de Aquila eis dedit, et illam quam Guillemus de Cheronuilier extra boscum eis dedit de feodo Thegularii [...] » ; Chéronvilliers, canton de Rugles, dép. de l’Eure.

35 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 86 ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 202, no XCVI.

36 J. Crispin et L. Macary, Falaise roll recording..., op. cit., p. 187.

37 BNF, lat. 11056, no 702.] Gilleberto de Tilleriis [...] »

38 BNF, lat. 5464/1, no 3 (1170) : « Gauterius de Charneles, Bernerius de Baalines » ; Charnelles, commune de Piseux et Bâlines, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

39 Creton, commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

40 A.-L. Lechaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 175.

41 Voir supra.

42 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4 ; W. Stubbs (éd.), Ges ta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit, t. I, p. 42 ; id., Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 355 et p. 371.

43 Charles Guéry, Histoire de l’abbaye de Lyre, Évreux, 1917, p. 97.

44 The Pipe roll society (éd.), The great rolls of the pipe for the 23rd, 24th, 23th, 26th years of the reign of Henry the Second (1176-1137, 1177-1178, 1178-1179, 1179-1180), Londres, Spottiswoode, The Publications of the Pipe rolls society, nos 26, 28-29, 1905-1908, ici no 29.

45 BNF, lat. 13888, f° xxlv (n. d.)

46 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit, t. II, p. 49-50; id. (éd.), Gesta régis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 49-55.

47 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 27 ; T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit., p. 84 ; D. Power, op. cit., p. 353.

48 BNF, lat. 11055, p. 23 et p. 25 (confirmation de Richard du 2 janv. 1190) : « Rogerius de Tosneio et Gillebertus Crispinus de Tilleriis donauerunt [...] in presentia mea [...]. ecclesiam de Garlenuilla [... tam]de feodo de Conchis quam de feodo de Tileriis et Gastinellarum ; et quietantiam pasnagii [tam] in foresta de Conchis, quam defeodo de Tilleriis et Gastinellarum, et quietantiam pasnagii in foresta de Conchis ad omnes porcos predicte abbatie [...] »

49 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., p. 37, cite par erreur Guillaume de Tillières comme témoin d’une charte pour l’abbaye de Saint-Vincent du Mans.

50 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 148; id. (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 120, Acre fut prise le 12 juillet.

51 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 21.

52 Ibid., p. 10 ; T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniæ..., op. cit., t. II, p. xliv et suiv.

53 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 111.

54 A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., p. 175-176, no 412, Nonancourt était visiblement déjà sous domination française ; F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 556.

55 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 256-261 ; D. Power, op. cit., p. 260.

56 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., p. 127, Henri de Gray, prévôt de Verneuil, fut témoin.

57 Thomas Maddox, The History and antiquities of the Exchequer, Londres, Knaplock, 1711, p. 743, Alexandre de Lucey fut mentionné comme administrateur royal pour l’année 1203.

58 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 5-8, p. 11, p. 24, p. 29, p. 44 et p. 75 ; T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniæ..., op. cit., t. II, p. 384.

59 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

60 É. Berger, L. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-185, no 633 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 217-219, no 578.

61 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 52 et p. 54 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 107.

62 T. D. Hardy (éd.), Rotuli litterarum Patentium in Turri Londinensi asservati, A.D. 1201-1216, Londres, 1835, t. I, introduction.

63 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit., t. I, p. 110 ; Philippide, t. II, p. 158-159.

64 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 121.

65 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum Patentium..., op. cit., t. I, p. 18.

66 D’après T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniæ..., op. cit., t. II, p. 550.

67 W. Dugdale, The Baronnage of England, or The Historical Account of the Lives and Most Memorable Actions of our English Nobility, Londres, Roper, 2 vol., 1675-1676, t. I, p. 618-619.

68 The Pipe roll society (éd.), The Great Rolls of the Pipe..., op. cit., no 29, 1908, p. 56.

69 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 175.

70 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4.

71 Maurice Powicke, The Loss of Normandy 1189-1204, Studies in the History of the Angevin Empire, 2nd éd., Manchester, Manchester University Press, 1961, p. 354-355.

72 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., p. 140-142, no LII.

73 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 21.

74 Jusqu’à la reprise du Vexin Français (1070), le domaine royal ne touchait la Normandie que par le comté de Dreux : voir J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche..., op. cit.

75 Marc Bloch, La Société féodale, Paris, Albin Michel, 1968 [1re éd. 1939], p. 233-251.

76 S’il est facile de distinguer quels furent les fidèles de l’honneur à partir du milieu du XIe siècle, il est impossible de savoir comment se fit la transition pour les Français précédemment implantés au nord de l’Avre : furent-ils contraints de prêter serment de fidélité sous peine d’être expulsés et remplacés par des chevaliers normands ?

77 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., t. II, p. 242 et La Première Normandie..., op. cit., p. 189 et p. 240, évoque une union entre ces deux familles (Hersende et Gilbert II), le prénom de Ribault se retrouvant en 1096 chez les Crespin (B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 557-59). Plus simplement, le parrainage a pu jouer un rôle sur le choix de ces prénoms (remarque d’A. Chédeville), cette nuance ne remettant pas en cause l’alliance politique. D. Power, op. cit., p. 246-248 et p. 204.

78 Voir supra : « Les territoires contrôlés par les seigneurs de Châteauneuf », p. 41.

79 Saint-André-de-l’Eure, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure.

80 Une liste des dons de la famille a été établie par V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 89-103 : par Gilbert et Guillaume, fils de Gilbert Ier, par des vassaux de Guillaume Crespin, ainsi qu’un certain Lambert, vassal de Gilbert et originaire de Tillières : A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 ; A. Petit, Notes historiques sur..., op. cit. ; D. Bates (éd.), Regesta regum Anglo-normannorum..., op. cit., p. 550-558, no 166 ; BNF, lat. 12884, p. 153-159 : « [...] Gilbertus Crispinus ecclesiam [cum] decima [et] molta de Tilio : ecclesiam Sancti Hilarii de Tegulariis, cum decima omnium redituum ipsius uille et alia multa. Gilbertus [...] quadraginta acras in Maisnillio Roberti, concessu eiusdem Gilberti ; Sedem unius Molendini in Maisnillo Goscelini et alia nonnulla [...] », p. 344 (en marge : 1065-1066) : « Gilbertus Crispinus [...] dedit monasterium Sancti Hilarii de Tegulariis (et) decimam totius uillae etc., et earn villam de Castello, ecclesiam de Danuilla et decimam totius uillae [...] Lambertus, quando factus est monachus, dedit terram ad unam car[r]ucatam consentientur dicto Gilberto Crispino, domino suo [...] » et p. 345 : « ..] Gilbertus Crispinus dedit medietatem molendini in Danuilla, accepto uno equo a Gauthero, monacho, priore Tegulariarum. Testes Gilbertus Crispinus » ; BNF, lat. 13905, fos 115-116 (p. 202), confirmation générale de Henri II : « [...] Gislebertus Crispinus ecclesiam [cum] decima [et] molta de Tilia, ecclesiam Sancti Hilarii de Tegulariis, cum decima omnium reddituum ipsius uillae, [terram] unius carrucae, capellam de castello, ecclesiam de Donuilla, decimam omnium reddituum ipsius uillae, terram dimidiae carrucae, dimidium molendini, furnos eiusdem uillae, terram Renaldi Gotlenrar ; Lambertus de Tegulariis terram de una carruca ; Gilslebertus [...] quadraginta acras terrae in Mainillo Herberti, concessu eiusdem Gisleberti Crispini. Berengarius Bastol, quod habebat in Peleuillam eiusdem concessu [...] Robertus Malet, concessu Gisleberti, sedem unius molendini in Maisnillo Goscelini et acram terram unam et uiam ad molendinum [...] »

81 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 : ce prieuré n’est attesté que par cet auteur, ses vestiges consisteraient en un « manoir derrière le chœur de l’église Saint-Hilaire ». La nomination à la chapelle est en tous les cas attestée en 1137.

82 Le prieur « Gautier », cité à cette occasion, dépendait peut-être de Saint-Christophe et non de Saint-Hilaire : V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 94, précise que « Porée considère que Saint-Hilaire n’est érigé en prieuré qu’au XIIe siècle (I, p. 439) ».

83 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 : Gilbert de Tillières fut témoin d’une charte d’Hellenvilliers.

84 A. Petit, Notes historiques.op. cit., voir supra ; la Cunelle, commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

85 Alaincourt, commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre ; Acon et Breux-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

86 Arch. dép. Eure, E 649, p. 1.

87 Jacques Boussard, Le Gouvernement de Henri II Plantagenêt, Paris, d’Argences, 1956, p. 237-239.

88 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 33, no 17 et p. 370-371, no 188 ; J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 72-73, no XXV ; BNF, lat. 12884, p. 344, voir supra ; Hauville, canton de Routot, dép. de l’Eure.

89 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 518.

90 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 240, voir supra ; D. Power, op. cit., p. 246-248.

91 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 141 et p. 133 (voir supra) ; Crucay, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

92 Ibid., p. 253 (1069-1101) et t. II, p. 515-516 (1079-1101) : voir supra.

93 Ibid., t. I, p. 227 (1079-1101).

94 BNF, fr. 24133, p. 116 : « carta de Aleinuille in ontiguo Droces castri [...] de ecclesiis et sua uilla datis [...] consensu [...] a Gautero, filio Richardi, et Ingulfo et consensu Radulfi et Garini, fratrum dicti Gauterii, et Gert. matris suorum et Gilleberti Thilerii dominus feodalis, in presentia uxori Gilleberti, [et Gilleberti] et Raboldi filiorum dicti Gilleberti [...] » ; Arnault fils d’Arnault, cité comme témoin dans la charte, est connu entre 1080 et 1125.

95 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 245-246.

96 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 127-128, no XLIII (XIe siècle) : comprendre ici Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil, commune et canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

97 Ibid., p. 71-72, no XXI et p. 138-144, nos LI, LII et LIII ; Gauville, commune et canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

98 Ibid., p. 186-192, no LXXVII.

99 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4 ; canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

100 Arch. dép. Eure, G 165, n° 6, fos 5-6 : voir supra ; canton de Breteuil-sur Iton, dép. de l’Eure.

101 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 543.

102 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièce no 21.

103 Alaincourt, commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre ; Breux-sur-Avre, Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Dame-Marie, Saint-Ouen-d’Atthez, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; Montigny-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

104 Longuelune et Grosbois, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

105 Arch. dép. Eure, E 649; arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièce no 21, p. 19 ; pièce no 29, p. 9, p. 14, p. 16 et p. 21 (1708, 1769). Saint-Christophe-sur-Avre, Gournay-le-Guérin, Mandres, Pullay, les Barils, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Chéronvillers, Lyre, canton de Rugles, dép. de l’Eure ; Cintray, Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure ; Beaulieu, Iray, dép. de l’Orne ; communes de Saint-Pierre et Saint-Martin de Cernières rattachées à Saint-Aignan-de-Cernières, canton de Broglie, dép. de l’Eure.

106 BNF, lat. 12884, f° 173.

107 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 9 ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 268-269, voir supra.

108 BNF, lat. 13888, f° xxlv : « [...] Ex dono Gilleberti Crispini medietatem decime pedagii de Brueroliis [...] »

109 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 536-538.

110 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-185, no 633 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 217-219, no 578.

111 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 24-25, nos 54 et 55.

112 Ibid., p. 47, no 111.

113 Nous verrons que l’honneur de Breteuil s’attira les préférences de nombreux vassaux de Tillières.

114 Comme, en 1130, celui de Chéronvilliers, canton de Rugles, dép. de l’Eure.

115 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 53-54, no 131 ; probablement de la famille de Courteilles.

116 Ibid., p. 125 (1237).

117 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 71-72, no XXIV.

118 Ibid., t. I, p. 138-144, nos LI, LII et LIII.

119 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit., t. II, p. 559-561 (1115-1129).

120 D. Power, op. cit., p. 195.

121 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure. Guillaume fut parfois appelé de Curcell’ par erreur. A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cil., t. I, p. 502.

122 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 515-516.

123 Bérou-la-Mulotière, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir ; la famille avait également fait allégeance à Tillières (voir infra) ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 557-559 et p. 604 ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 875-876, donne la date de 1119.

124 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 519.

125 Ibid., t. II, p. 518; BNF, lat. 5417, p. 546-547.

126 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 140-144, nos LII et LIII.

127 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op cit., t. II, p. 536-538.

128 Ibid., p. 559-561, no LIV, voir supra.

129 Ibid., p. 535 ; Chandai, canton de Rugles, dép. de l’Eure ; Chéronvilliers, commune de Marcilly-la-Campagne, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

130 Ibid., p. 604 ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 875-876 (1119).

131 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 26-28, no 59 ; Dampierre-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

132 Ibid., p. 53-54, no 131, voir supra.

133 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit.,.I, p. 875-876 et p. 954.

134 Arch. dép. Eure, H 1437, p. 38, charte cottée 177 : « quod Ricardus de Curtellis, consilio Richerii de Aquila et matris mee Marguarite comitisse, et concessione Gilleberti, filii ipsius Richardi, reddidit in manu nostra quidquid iuris siue patronatus, siue in decimis, siue in omnibus pertinentiis habebat in ecclesia de Curtellis [...] », voir la charte no 207, p. 58 ; Bourth, canton de Verneuil-sur-Avre et la Héruppe, commune de Louye, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

135 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 12, no 24 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 646-647.

136 A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Les grands rôles... », art. cité, p. 78 ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 875-876.

137 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 5 et 11.

138 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 875-876.

139 T. D. Hardy (éd.), Rotuli Litterarum Patentium..., op. cit., p. 6.

140 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 307, no 1129.

141 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 437, no 515 : « Guillelmus de Corteliis, miles, filius Guillelmi de Corteliis, militis [...] iuxta foresta de Britolii, in uilla mea de Burgo [...] »

142 Il s’agit de Cintray près de Chartres (canton de Lucé, dép. de l’Eure-et-Loir), non de Cintray en Normandie (canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure).

143 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit., t. II, p. 744 et p. 531.

144 L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Saint-Trinité de Tiron, op. cit., t. II, p. 69, no CCXCV : don de Guillaume, fils d’Isnard de Charencey.

145 Nous ne reviendrons pas sur Gauville, dont seules deux générations sont connues par leurs querrelles avec Jumièges, voir supra, J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I.

146 Détails infra (Grandvilliers), p. 101-102 et p. 139-141.

147 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., p. 241 (n. 639) ; id., La Première Normandie..., op. cit., p. 214 et p. 240 ; Pierre Bouet et Monique Dosdat, « les évêques normands de 985 à 1150 », dans Pierre Bouet et François Neveux (dir.), Les Évêques normands du XIe siècle, colloque de Cerisy-la-Salle, 1993, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 19-37, ici p. 24.

148 A. Petit, Notes historiques..., op. cit. : ils avaient fait une donation de terres près de Tillières et de Damville ; BNF, lat. 13905, p. 202 : « Rodulfus de Cunella et filius eius, aliquantulum terram in Tegulariis et circa, Danuillam circa dimidiam carrucam, eiusdem concess » ; la Cunelle, commune de Buis-sur-Damville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

149 Théodose Bonnin (éd.), Cartulaire de Louviers, documents historiques originaux du XIe au XVIIIe siècle, Évreux, Leclerc, 6 vol., 1870-1879, t. I, no III, p. 9 (1080) ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 128-131 (1099).

150 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2091, no 77 (1063-1089) : « presente Domino suo, Gilleberto de Lacunel ».

151 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365.

152 Arch. dép. Eure, H 39 : « [...] quod Ego Eustachius de Herlenuiller donaui [...] in pura [...] elemosina donum, quod Gilbertus pater meus et alii predecessores mei donauerunt predicto monasterio et monachis, ecclesiam de Herlenuiler cum decimis et omnibus pertinentiis suis [...] »

153 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 43-54, no 131 (1188) : « Testibus illis : [...] Eustachio de Herlenviler. »

154 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 365.

155 Charnelles, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 140-142, no LII.

156 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 519. Il existe en réalité deux chartes : « [...] Sed cum de fevo Mathei de Carnellis, cujusdam militis esset, nec donum quod fecerat Adelemus concedere vellet [...] » et « Mathias de Carnel’ concessit Sancto Petro decimam de villa que Bero vocatur [...] testes Willelmus de Curtell’ » ; par erreur A. Le Prévôt l’attribue à l’abbaye de Lyre non à celle de Saint-Père, Notes pour servir..., op. cit., t. I, p. 502.

157 Les Petites et Grandes Minières, commune de Damville, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure.

158 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 518 ; BNF, lat. 5417, p. 545-546 et lat. 10101, f° viii.

159 Canton de Damville, dép. de l’Eure.

160 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 20, t. IV, p. 2090, no 76, « donatio ecclesie de Granuiller (1063-1089) » : « Sicut carta uetus tempore abbatis Robertis facta nobis est insinuata, Robertas Grimoldi pater ecclesiam de Granuiler, cum omnibus ad earn pertinentibus Sancto Wandregesillo dedit et perpetualiter concessit. Sed etiam postmodum multis pro causis in curia fratrum Fontanellensium res ipsae sunt neglectae, et ab eodem R[oberto] rursus inuasae, ac multis diebus sub calumpnio tamen eorumdem fratrum iniuste possessae [...] Qui correptus molestia corporis facti sui non immemor ex corde poenituit, Fontinellam ocius misit, quae iniuste tulerat reddidit, habitum monachi petiit et accepit [...] ecclesiam cum omnibus quae carta proclamabat, presente et annuente uxore eius et filio G[rimoldo] aliisque suis hominibus reddidit et cum eisdem fratribus Fontinellam reductus uenit. In cuius comitatu ; et G[rimoldus] filius eius huc accessit et quae pater reddiderat donatione supra altare missa confirmauit [...] Post dies uero defuneto R[oberto] idem G[rimoldus], sinistro usas consilio, datum quod pater annuerat et ipse confirmauerat negauit, carucamque Sancti Wandregesilli a terra ipsa expulit. Quo comperto G[illebertus] abbas missis suis monachis et hominibus ad diem nominatum contra ipsum G[rimoldum] placitauit et datis in caritate xxxa solidis annuentibus fratribus eius, militibus atque amicis iuxta dictum carta finem omnimodis fecit [...] » ; p. 2091, no 77 : « [...] Tempore abbatis Roberti, Robertas Ginoldi pater ecclesiam de Grantuiler, cum omnibus ad earn pertinentibus Sancto Wandregesillo dedit et perpetualiter concessit. Sed postmodum multis pro causis in curia fratrum Fontinellensium res ipsae sunt neglectae, et ab eodem Roberto rursus inuasae, ac multis diebus sub calumpnio tamen eorumdem fratrum iniuste possessae [...] Qui correctus molestia corporis facti sui non immemor ex corde poenituit, Fontinellam ocyus misit quae iniuste tulerat reddidit, habitum monachi petiit et accepit [...] ecclesiam et omnia quae proclamabant, presente Domino suo, Gilleberto de Lacunel, et annuente uxore sua et filio eius Gimoldo [...] reddidit, et cum eisdem fratribus Fontinellam deductus uenit. In cuius comitatu et G[inoldus] filius eius huc accessit, et quaepater reddiderat, scilicet ecclesiam cum tota decima et duo arpenta terrae iuxta earn, et terram totam quae est intra duos cheminis usque ad terminas Fiscols et Rodman solempniter donatione supra altare missa confirmauit [...] Post dies uero defuncto patre R[oberto] idem G[inoldus] sinistro usus consilio datum quod pater annuerat et ipse confirmauerat negauit carucamque Sancti Wandregesilli a terra ipsa expulit. Quo comperto, G[illebertus] abbas missis suis monachis et hominibus ad diem nominatum contra ipsum G[rimoldum] placitauit, et datis in charitate XXXta solidis annuentibus fratribus eius [...] » ; BNF, lat. 17132, fos 22-24 (copie de la charte no 77) ; A. Le Prévôt, Notes historiques..., op. cit., t. II, p. 197-199 ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 304.

161 D’après A. Le Prévôt, cette donation aurait été faite vers 1050.

162 BNF, lat. 5425, p. 5, no 32 : Gerbert fut abbé de 1063 à 1089 à la suite de Robert (1047-1063) ; voir le commentaire de M. Fauroux sur la troisième charte de confirmation de Richard II (1024-1026) portant la confirmation des biens de l’abbaye : « Recueil... », art. cité, p. 167, no 52 ; sur le poids de l’écrit dans la résolution du conflit voir Thomas Roche, « Les notices de conflit dans la Normandie ducale (milieu du XIe-milieu du XIIe siècle environ) », Tabularia, « Études », no 7, 2007, p. 51-73 (6 juin 2007), en particulier p. 59.

163 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 F 2-III, p. 234-235 ; Chambray, commune de Gouville, canton de Damville, dép. de l’Eure.

164 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 304 ; A. Le Prévôt, Notes historiques..., op. cit., t. II, p. 198 ; Michel Clément-Grandcourt, « Chambray des origines à la fin de la guerre de Cent Ans », MSE, Évreux, 1976, p. 16-21 ; Chagny, commune de Blandey-Roman, canton de Damville, dép. de l’Eure.

165 Breux-sur-Avre, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 305.

166 BNF, lat. 12884, p. 153-159 (1092) : « Gilbertus Crispinus molendinum ex concessu Teudonis de Sancto Dionisio, quod Goifridus de Berou dederat de iis quae ab eo tenebat et decimam de sua terra de Goheria et de Goifrido de Berou cum uxore sua Agnete [...] ecclesiam de Dom[n]a Maria cum decima et quod habebat in aqua arue et sedem molendini [...] » ; BNF, lat. 13905, f° 116 ; V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 100 ; A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4 et suiv. ; M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 921 : donne la date de 1075 ; Dame-Marie, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

167 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. II, p. 377 ; Le Plessis-Panlatte, commune de Courteilles, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

168 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 399, pièce no 8 (21 juin 1605) : « ung noble fief de haubert, nomme le fief de Montéan, anciennement appelé le fief de Berou, dont le chef est assis à Monthéan, en la paroisse de Damemarie » ; arch. dép. Eure : II PL 64 : plan terrier avec croquis du « manoir du fief de Montéan » (simple bâtiment rectangulaire à porte centrale cintrée et puissants contreforts à fruits aux angles) et II PL 89 : plan masse du « manoir seigal de Bérou » ; Montéan, commune de Tillières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Bois de Montéan, commune de Dame-Marie, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

169 Arch. dép. Eure, G 6, p. 26, no 28 : « Sciatis presentes et futuri quod ego Garinus de Berou et ego Johannes de Berou et ego Willellmus Episcopus de Berou [...] quietum clamauimus totum ius quod habuimus in decimis de Monte Andoem et illud dedimus et concessimus et presenti carta confirmauimus Deo et ecclessie de Donna Maria, in liberam puram et perpetuam elemosinam, scilicet in feodo [...] » ; Léon Coutil, Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne, IV – arrondissement d’Évreux, Paris-Évreux, 1921, p. 259, précisa qu’il y subsistait des structures défensives et manoriales à Montéan.

170 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 100 ; A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 4 et suiv. ; commune de Bérou-la-Mulotière, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

171 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 557-558, p. 604 et p. 559-561.

172 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 47, no 111, voir supra.

173 A. Le Prévôt, Notes historiques..., op. cit., t. I, p. 88 (Acon), voir supra.

174 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 54-55, no 133 ; L’obiit de « Geoffroy, chevalier, père de Simon de Bérou » remonte au XIIe siècle : A. Longnon et A. Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens, op. cit., p. 41.

175 L. et R. Merlet, Les Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 12 et p. 49.

176 BNF, lat. 10095, f° 62, no CXXV (oct. 1193) : « Gaufridus decanus et uniuersitas capituli Carnotensis [...] salua iure Symonis de Berou de medietate precarie de Normannia [...] »

177 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 57, no 142 (7 mars 1190, nouveau style).

178 Arch. dép. Eure, H 793, p. 151 (copie de la charte de confirmation du 15 janv. 1195) : « A(n)gnes, quoque uxor Rogerii de Paciaco, dedit Deo et Sancto Taurino, de heriditate suam ecclesiam cum decima de Berou, et ecclesiam Sancte Trinitatis cum terra ad duos boues [...] ».

179 A. Le Prévôt, Notes historiques..., op. cit., t. II, p. 309 ; L’Hosmes, canton de Damville, dép. de l’Eure.

180 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 23-27.

181 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit, t. I, p. 269-270 ; F. Madden (éd.), Matthei Parisiensis..., op. cit., t. I, p. 290.

182 Arch. dép. Eure, H 321; BNF, coll. Clairembault 995, no 88.

183 L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 86, no 494.

184 Arch. dép. Eure, E 649 : « [...] hommes et tenants tant en bourgeoisie que hors bourgeoisie », « tous mes hommes bourgeois du dit lieu », « mes dits hommes bourgeois, et sont tenus de suivre mon pressoir scis au dit bourg de Thillierres », etc.

185 Quoique nous verrons plus loin que Breteuil continua d’être appelé villa alors que l’existence du bourg était avérée.

186 Arch. dép. Eure, III PL 1308 ; Le Plessis, commune de Courteilles, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; BNF, lat. 11058, fos 43-45 (26 déc. 1198) : « in ecclesia de Tileriis, illam partem que est de feodo Guillelmi de Plessen, et duas garbas de feodo eiusdem », fos 46-50 (25 mai 1199) : « illud, quod habetis in ecclesia de Tellariis, uidelicet defeodo Guillelmi de Plesseio », fos 59-61 (17 fév. 1202, n. s.) : « in ecclesia de Tilleriis, illam partem que est de feodo Guillelmi de Plesseis, et duas garbas de feodo eiusdem », fos 70-73 (1265) : « Ecclesiam [...] Sancte Marie de Telariis [...] ».

187 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 45 ; cf. supra.

188 Jacques Charles et alii (dir.), Répertoire des abbayes et prieurés de l’Eure dressé à l’occasion de l’année des abbayes normandes, Évreux, 1983, nos 153 et 242.

189 V. Gazeau-Godet, « L’aristocratie autour du Bec... », art. cité, p. 94.

190 J. Charles et alii (dir.), Répertoire..., op. cit., nos 153 et 242.

191 BNF, lat. 13905, f° 92 (p. 175) : « 1190 : le prieuré de Tillières étoit des lan 1190 [...] »

192 Arch. dép. Eure, E 649.

193 J. Charles et alii (dir.), Répertoire..., op. cit., affirment que la donation concerna également la dîme et la moute des moulins de Tillières, or Petit donnait une transcription de la charte avec comme seule précision « toutes les rentes de cette ville », de même que le manuscrit de la BNF, lat. 12884, f° 177 : « ecclesiam Sancti Hilarii de Tegulariis, cum decima omnium reddituum ipsius uillae. »

194 Arch. dép. Eure, H 321, cote 29 : « [...] quod ego Juliana, domina de Tyllerias [...] dedi [...] totam moutam (suam) [meam] solutam et quietam in meo molendino de Tyleriis [...] » ;» Ego Guido Malus Vicinus notum facio [...] quod Juliana, uxor mea [...] quitauit [...] totam moutam suam sibi et successoribus suis solutam et quietam in molendinis de Tylleriis [...] ».

195 A. Mouton, Histoire de Tillières, op. cit., p. 44 ; voir supra.

196 Arch. dép. Eure, E 649, aveu (1708).

197 BNF, lat. 12884, p. 344 (1065-1066) : « Gilbertus Crispinus profatis dedit [...] ecclesiam de Danvilla & decimam totius villæ [...] » ; et lat. 13905, p. 202 : « ecclesiam de Donvilla [Damville], decimam omnium reddituum ipsius villæ, terrain dimidiæ carrucæ, dimidium molendini furnos ejusdem villae ».

198 Arch. nat., 273 AP 276, « Aveu et dénombrement des fief et baronnie de Damville » (1454, copie) : seulement les « faulx bourgs » et l’enceinte de la ville.

199 Arch. dép. Seine-Maritime, II B 396, pièce no 70, Aveu de Charles de Montmorency (17 oct. 1602) : « Auquel lieu de Dampville, qui est le chief de ladite baronnye, il y a franche bourgeoysie. Il soulloit avoir une ville cloze et faulxbourgs, tour assyse sur mothe, pavillon, maisons et fossez ; lesquelles choses ont esté demollyes et destruites à l’occasion de la guerre des Angloys, anciens ennemys du Royaume [...] » ; arch. dép. Eure, E 170.

200 J. Boussard, « Hypothèses sur la formation des bourgs et des communes en Normandie », AN, Caen, t. VIII, 1958, p. 423-440.

201 BNF, lat. 12884, p. 344 et lat. 13905, p. 202 ; voir supra.

202 Arch. dép. Eure, E 170 : « [...] et outre dans le dict bourg y a un hospital où y a une chapelle et une maison de plusieurs aistres tant haults que bas, dont il est dict la présentation apartenir audict seigneur baron. »

203 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 11.

204 Arch. dép. Eure, E 170 : « [...] la rivière passe par le millieu, faict mouldre le moullin à blaid [...] le moullin à blaid de la porte et le pray d’icelluy [...] »

205 Arch. dép. Eure, II F 2521 (1484) : « [...] ville close en laquelle souloit avoir de long temps deux foires l’an, ausquelles alloient et affluoient plusieurs marchans ; mais à l’occasion des guerres qui longuement ont eu cours audit pais de normadie, icelles foires ont esté interrompues et discontinues et ses dites ville et chasteau de Danville brulez, demoliz et abatuz par les anglois, anciens ennemis de la couronne de France [...] ».

206 Arch. nat., 273 AP 276 : la saisie des terres de Damville (1694), rappelle un aveu du 17 oct. 1602 : « qu’il y a une ville fermée [...] droit de marche deux fois par semaine, deux foires par chacune année [...] » ; et arch. dép. Eure, E 170 (24 sept. 1603).

207 Arch. dép. Eure, III PL 167 et III PL 1080.

208 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 10 (1198, Verneuil), p. 11 (1198, L’Aigle) ; Rotulum terrarum liberatarum et contrabrevium..., p. 107, 110 (Verneuil, 1201-1202), etc.

Table des illustrations

Légende Illustration no 8 – Site du château de Tillières-sur-Avre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Lignage Crespin de Tillières.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte no 19 – Dépendances de l’honneur de Tillières à la fin du XIe siècle (c. 1057-1110).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte no 20 – Dépendances de l’honneur de Tillières au XIIe siècle (c. 1120-1190).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Lignage de Courteilles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6820/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Lignage de Bérou.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6820/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search