Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

Ire partie. Forteresses frontalières et familles châtelaines

Reculs et résistances de la présence française

Texte intégral

Les comtes de Dreux et de Chartres

  • 1 Voir supra ; Leutgarde était à la fois carolingienne par son père Herbert II de Vermandois (902-943 (...)
  • 2 Richard Ier, fils illégitime, avait déjà été reconnu comme héritier par les barons normands.
  • 3 Michel Bur, « La Champagne dans le monde Franc » et « La Champagne féodale », dans M. Crudelier (di (...)
  • 4 La théorie de L. Musset sur la constitution du douaire a été partiellement remise en cause par P. B (...)
  • 5 Auguste Longnon et Auguste Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens. t. II, diocèse de Cha (...)
  • 6 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle... », art. cité, p. 15-54 ; Emma, fille de Leutgarde et Th (...)
  • 7 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 48-51 et passim ; E. M. C. Van Houts (éd (...)

1La présence française sur le territoire normand au nord de l’Avre fut raffermie au Xe siècle par le remariage de Leutgarde de Vermandois. Vers 935, son premier époux Guillaume Longue-Épée lui aurait donné, entre autres territoires, Coudres et Illiers-L’Évêque sur la route d’Évreux (carte no 5). Ce douaire résultait à la fois d’une politique d’intégration à l’aristocratie franque, d’ouverture territoriale vers le domaine royal et de la cession formelle de territoires qu’il n’aurait pas réellement contrôlés1. Or, à la mort de Guillaume (942) sa veuve n’avait pas donné d’héritier au duché de Normandie2. Elle épousa Thibault le Tricheur, comte de Châteaudun et de Blois (943-977), puis de Châteaudun et de Chartres à partir de 958-9603. Conformément à la coutume normande, elle ne se sépara pas de son douaire reçu à titre héréditaire et le transmit aux enfants issus de ce second mariage4. D’une part, un contrôle français sur Illiers-L’Évêque fut effectivement attesté peu avant l’an mil. Avesgaud, donateur des revenus de l’Église à la cathédrale de Chartres, précisa qu’il les avait reçus de la comtesse de Chartres, Leutgarde de Vermandois, du consentement de ses fils, Hugues, évêque de Bourges puis archevêque de Tours († 985), et Eude Ier5 († 995). D’autre part, il est certain qu’autour de l’an mil, l’abbaye de Bourgueil, par don de leur sœur Emma, avait des prieurés en Normandie, notamment ceux de Marcilly et Saint-Martin de Coudres6 (carte no 5, ill. no 1). Ces possessions de Bourgueil permettent d’établir que l’influence du comté de Chartres s’étendait encore à cette époque très largement au nord de l’Avre. Thibault de Blois-Chartres, aidé du roi Lothaire, se servit sans aucun doute de ce douaire comme point de départ à une vaste, mais brève, invasion de la Normandie vers 961-9627.

Carte no 5 – Les positions du comte de Dreux-Chartres (fin du Xe siècle).

  • 8 Jean-François Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, mémoire d (...)
  • 9 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 68-69, no 2 ; Saint-Georges-Motel, canton de Nonanc (...)
  • 10 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 166-173.

2En outre, en 991, Hugues Capet céda le comté de Dreux, tombé en deshérence après la mort de Gauthier puis de son épouse Ève, à Eude Ier de Blois-Chartres en remerciement de son concours contre le comte de Troyes8. Cette nouvelle possession lui permit ainsi de faire momentanément la jonction avec le douaire maternel. Notons cependant que ce comté n’avait pas attendu d’être rattaché à celui de Chartres pour s’implanter en Normandie. En effet dès 965, l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres fondait, grâce au don d’un vassal de Gauthier, un prieuré à Saint-Georges « dans le comté du duc Richard9 » (carte no 5). Le consentement de Richard Ier fut néanmoins sollicité, ce qui semble montrer un bref retour de l’autorité normande10.

Illustration no 1 – Prieuré Saint-Martin de Coudres, vestiges du logis (XIIIe siècle).

  • 11 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 23-27.
  • 12 Jean Yver n’a d’ailleurs pas manqué de noter que le duc tenait ces territoires d’une « origine fort (...)
  • 13 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 184-185.
  • 14 J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage..., op. cit. ; L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle (...)

3Avant 1005, la mort de Mathilde, épouse normande du comte de Chartres, Eude II (1004-1023), ranima le conflit avec le Dreugésin. Mathilde, sœur de Richard Ier, aurait apporté en dot « la moitié du château [= de la châtellenie] de Dreux et la terre adjacente de l’Avre11 ». Il semble que cette alliance matrimoniale avait eu pour but de clarifier une situation pour le moins confuse12. P. Bauduin a tenté d’établir qu’il s’agissait d’une « concession de pure forme » sur des territoires normands (Coudres et Illiers) tombés sous domination dreugésine avant l’an mil13 et sur lesquels Richard Ier n’aurait eu aucune prise. Cependant, nous pouvons opposer que le Normand était également en mesure de convoiter le comté de Dreux, attribué à Eude Ier14. En tous les cas, cette union était censée contenter les deux voisins.

  • 15 Il semble en réalité que deux conflits à peu près contemporains aient été confondus par Guillaume d (...)
  • 16 André Chédeville, Chartres et ses campagnes XIe-XIIIe siècles, Paris, 1973, p. 142.
  • 17 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 93, no 15.
  • 18 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 92 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 116-1 (...)
  • 19 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 570 ; Aulnay-sur-Muzy, commune de Muzy et La H (...)
  • 20 Ibid., t. I, p. 126-127.
  • 21 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., op. cit., p. 40 (1015) ; J.-F. Lemarignier, Recherches (...)

4Il se déroula près d’une dizaine d’années entre la mort de Mathilde et l’apogée du conflit avec la construction de Tillières, aux alentours de 1013-1015 : peut-être le temps pour Richard II de recouvrer son autorité sur l’Avre (carte no 6). Eude II fit appel aux comtes du Maine et de Meulan qui assiégèrent en vain Tillières. De son côté, Richard se serait d’abord tourné vers les Bretons (avant 1008, Richard II avait épousé Judith, sœur de Geoffroy Ier de Bretagne), puis vers les chefs vikings Lacman et Olaf15. De nombreuses sources attestent de la violence des conflits, causant des dégâts assez importants pour être dommageables à la population locale16. Dès 1014, Richard II indemnisa le chapitre de Chartres qui avait souffert dans le voisinage17. Ceci semble montrer une forte avancée normande. L’abbaye de Saint-Père-de-Chartres fut elle aussi victime de ces affrontements dans ses possessions frontalières de l’Avre. Entre 1001 et 1023, « dans le comté d’Évreux », l’église de Rescolium et son village furent détruits par les guerres (carte no 6). À cette époque et à cet endroit du duché, nous pouvons déduire sans peine qu’il s’agit de la guerre entre Eude II et Richard II Cette paroisse disparue fut ensuite unie par Richard à celle de Saint-Georges Motel, entre 1015 et 102418. Ce site n’a pas été pérennisé dans la toponymie mais une charte de Saint-Père peut renseigner sur sa localisation, entre Muzy et Louye : une terre fut donnée à l’abbaye du côté d’Aulnay « à la Héruppe à côté de la voie de Rescolium19 ». À l’ouest de la frontière, c’est à Armentières que la guerre semble avoir fait des ravages (carte no 6). Vers 1033-1069, une charte mentionnait que la villa était déserte une génération auparavant20 : les dates pourraient tout à fait correspondre à celles de ce conflit. Cela signifierait donc que des affrontements eurent lieu en différents endroits de la frontière, jusqu’assez loin en pays chartrain et avant 1014. La paix de Coudres, arbitrée par le roi de France Robert le Pieux, s’aligna sur la frontière de l’Avre, restituant le château de Dreux à Eude II et Tillières à Richard IL Le comté de Dreux fut rapidement séparé de celui de Chartres, avant 1025 peut-être dès 1015, et définitivement tenu par la famille royale française21.

Carte no 6 – Les positions du comte de Dreux-Chartres (début du XIe siècle).

  • 22 L. Merlet (éd.), Cartulaire de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit., t. I, p. 28.
  • 23 En 1081, Adèle avait épousé Étienne de Blois-Chartres († 1101). À partir de son départ en croisade (...)

5De 1096 à 1107, le comté de Blois-Chartres fut administré par la comtesse Adèle, fille de Guillaume le Conquérant, qui fut l’alliée des Normands. Bien que son fils Thibault ait été investi du duché dès 1107, elle ne s’effaça qu’en 1109. Elle se retira en 1122 dans un couvent du diocèse d’Autun et mourut en 113722. Thibault rejoignit le parti français après la mort de Henri Ier (1135) et le choix des Normands pour son frère Étienne23. En revanche, le comté de Dreux, affilié au domaine royal, resta opposé à la Normandie, s’appuyant sur ses vassaux et arrière-vassaux dont il favorisa la montée en puissance.

Lignage de Blois-Chartres, etc.

La baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais

  • 24 Il ne s’agit pas ici de reprendre entièrement l’histoire de cette famille, qui a déjà été synthétis (...)

6La famille maîtresse du Thymerais du XIe au XIIIe siècle (carte no 7) mérite une place particulière au sein de cette étude car elle joua un rôle conséquent dans les toutes les guerres menées sur l’Avre. Aucun de ses représentants ne resta indifférent au duché : tous soutinrent une lutte acharnée contre le pouvoir normand d’abord dans le Perche, puis en opposition à Tillières et Nonancourt. En outre, ils tinrent directement des territoires dans l’Évrecin et exercèrent une influence importante sur les arrière-vassaux de l’Avre et de l’Eure24.

Carte no 7 – Extension maximale de la famille de Château neuf (XIe-XIIe siècles).

Le lignage de Châteauneuf

Gaston du Châtel (c. 1031-1073) et Hugues Ier (1073-1105)

  • 25 D’après L. Merlet, son « règne » effectif ne commença que vers 1050 : L ; Merlet, Notice historique (...)
  • 26 L. Mrelet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 9.
  • 27 À Saint-Céneri-le-Gerei en opposition avec les Bellême ; voir F. Neveux, La Normandie des ducs aux (...)
  • 28 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 291, no 122 (1050) ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesi (...)
  • 29 M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 24, no 2 ; arch. dép. de l’Eure, (...)

7Gaston, souche de la famille, fit édifier le château de Thimert vers 103125, peut-être en réponse à la reprise de Tillières par le duc Robert (c. 1027-1028). Dans cette entreprise, Gaston fut sans aucun doute soutenu par le roi de France, maître du Dreugésin à partir de 1025. Vers 1044, une charte précisait qu’il était vassal de Hugues Bardulf26, seigneur de Nogent[-le-Roi]. Il était également présent dans le Perche27 où il a pu être associé, en 1050, à la restauration de l’abbaye prénormande de Saint-Evroult-en-Ouche par Guillaume Girois. En effet, un « Gaston de Dreux » fit don « avec le consentement de ses seigneurs » d’une église Saint-Michel « située sur l’Avre dans le pays d’Évreux28 ». Son épouse Frodoline était la fille de Ribault, gendre d’Albert Ier le Riche29 (que nous retrouverons plus loin).

  • 30 L. Merlet, Notice historique. op. cit., p. 3 ; Anthony John Holden (éd.), Le roman de Rou de Wace, (...)
  • 31 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., (...)
  • 32 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs.., op. cit., p. 11, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 33 René Poupardin (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, des origines au dé (...)
  • 34 Canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no (...)
  • 35 C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 349-350 et d’après id., Cartulaire de l’abbaye (...)
  • 36 Il est cité sous le nom de « Châteauneuf » dans l’obituaire de la cathédrale de Chartres : A. Longn (...)

8Vers 1057, Guillaume le Bâtard répondit violemment à une agression de Thibault de Chartres, poussé par le roi de France Henri Ier à envahir la Norman die30. Guillaume s’empara de Thimert dont il confia la garde à Néel de Cotentin, puis à Richard de Reviers31. Ces guerres s’étendirent jusqu’à Nogent-le-Roi – récupéré par le roi de France – où l’insécurité chronique avait dépeuplé l’abbaye voisine de Coulombs32. Dans la première quinzaine d’août 1058, Henri Ier assiégeait Thimert avec l’aide d’Albert Fils-Ribault, Gaston (sans aucun doute Gaston du Châtel), Galeran de Meulan, Simon de Montfort, Hugues Bardulf, etc.33. Le 4 août 1060, Guillaume le Bâtard était toujours maître du château. En séjour à Courdemanche, au sud d’Illiers, il approuva une donation faite à Saint-Père-de-Chartres par le gardien normand de Thimert34. Le château fut finalement détruit et remplacé par Châteauneuf, vers 106135, en tous les cas avant la mort de Gaston en 107336 (carte no 7, ill. no 2).

  • 37 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6.
  • 38 Ibid., p. 6; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. IV, p. 358-359, voir su (...)
  • 39 Ibid., p. 137.
  • 40 Ibid., p. 127.

9Hugues Ier prit ainsi le nom de « Châteauneuf », sans doute dès la construction du nouveau château familial37. Vers 1061-1073, il fut désigné comme héritier par son oncle, Albert Fils-Ribault38, bien que les relations n’eussent pas toujours été cordiales entre Albert et Gaston : des conflits eurent lieu devant Châteauneuf – donc après 1060 – dont un malheureux chevalier fit les frais39. En fait, Albert Fils-Ribault, probablement lié à Gilbert de Tillières, avait momentanément pris parti pour le duc de Normandie – il rejoignit finalement Henri Ier qui le qualifiait en 1061 de « fidèle et noble homme40 » – alors que Gaston était toujours resté dévoué du roi de France.

  • 41 M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 91-94 (1067).
  • 42 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 441-442, no 230 ; L. Merlet, Histoire de l’abbaye d (...)
  • 43 Depuis son mariage avec Mabille de Montgommeri : ibid, t. IV, p. 358-359 ; Judith Green, The Aristo (...)
  • 44 Dép. de l’Orne et de l’Eure-et-Loir ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit, t. (...)
  • 45 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit, t. II, p. 358-359, t. III, p. 112-113 et (...)

10Hugues Ier fut fidèle à Philippe Ier, pour qui il fut témoin à Paris avec son voisin et allié Garin d’Ilou41. À Fécamp en 1066, il participa aux restitutions normandes de l’abbaye de Coulombs dont sa famille, à l’origine vassale de Hugues Bardulf, était très proche42. En 1072, il offrit l’asile aux alliés de Robert Courteheuse : Hugues et Raoul de Conches et son beau-frère, Robert de Bellême43 et dirigea des incursions en Normandie à partir de Rémalard, Sorel et Châteauneuf44. Après la défaite, Hugues Ier perdit définitivement Rémalard et l’association des Normands avec un ennemi français fut relevée comme félonie par le duc de Normandie45.

Illustration no 2 – Plan de la ville de Châteauneuf (1744-1747).

Gervais Ier (1105-c. 1140) et Hugues II (c. 1140-c. 1170)

  • 46 C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 357-359.
  • 47 Ivry était disputé entre Guillaume de Breteuil et Ascelin Goël : L. Merlet, Notice historique..., o (...)
  • 48 Ibid., t. II, p. 229.
  • 49 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6-7.

11À la mort de Hugues Ier, en juin 1105, la baronnie fut tenue par sa fille Mabille et son époux Gervais46, déjà fortement impliqué dans le conflit normand. En 1096, avec Richard de Montfort et Hugues de Montgommeri, il était intervenu comme médiateur dans la succession d’Ivry47, sans doute à la demande du roi de France dont Guillaume de Breteuil avait réclamé l’aide48. Gervais, qui était un proche de Philippe Ier – qui le fit grand sénéchal49 – était particulièrement concerné par cette mission car sa baronnie s’étendait déjà aux alentours d’Ivry, à Anet et Sorel.

Illustration no 3 – Plan du château de Saint-Rémy-sur-Avre 1744-1747).

  • 50 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois.,., op. cit., chap. XIX, p. 446-469, passim.
  • 51 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 8 : Gervais fut excommunié par Yves de Chartres mais (...)
  • 52 Canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir ; L. Merlet (éd.), Lettres d’Yves de Chartres et d’autr (...)
  • 53 La bataille de Tinchebray (sept. 1106) assura à Henri le pouvoir en Normandie mais ne pacifia pas i (...)
  • 54 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit, t. VI, p. 176-177.
  • 55 C’était une politique habituelle de Henri Beauclerc que de confier les places fortes de ses frontiè (...)
  • 56 Ils auraient été cousins au sixième degré : L. Merlet, Notice historique.., op. cit., p. 9.
  • 57 Ibid., p. 8-9.

12Cependant, pris en étau entre la Normandie (en proie aux conflits entre Robert Courteheuse et Henri Beauclerc50) et le comté de Chartres (administré par la comtesse normande Adèle), animé par un tempérament agressif et soutenu par le roi de France51, Gervais tenta une invasion de la Normandie. Il avait fait construire pour l’occasion un château à Saint-Rémy-sur-Avre52 (ill. no 3) et voulut profiter du désordre ambiant53. La réponse d’Henri Ier Beauclerc fut tardive mais décisive. En 1112, il fortifia Illiers et Nonancourt en Normandie et prit facilement le château de Sorel54, si bien qu’en mars 1113, le roi de France conclut une paix avec Henri Beauclerc et Thibault de Chartres. Fort de ses récents succès, Henri pensa restituer Sorel en unissant sa fille naturelle, Marie, à Hugues, fils héritier de Gervais de Châteauneuf55, mais Yves de Chartres rendit ce mariage impossible pour cause de consanguinité56. En 1128, il suivit la croisade, rentra avant 1136 et mourut aux alentours de 114057.

  • 58 Ibid., p. 9; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 198.
  • 59 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 9, lettre no 266 ; Ilou, commune de Dampierre-sur-Avr (...)
  • 60 D. Crouch, The Beaumont twins..., op. cit., p. 16, Hugues avait épousé Alberède de Meulan, sœur de (...)
  • 61 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 9 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op (...)
  • 62 L. Merlet, Notice historique.,., op. cit., p. 9.
  • 63 BNF, lat. 9498, p. 64 : « de Castrinoui dominus ».
  • 64 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1.
  • 65 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269 ; canton de Brezolles, (...)
  • 66 Achille Luchaire, Études sur les actes de Louis VII. Histoire des institutions monarchiques de la F (...)

13La politique normande de Gervais Ier semble avoir été stoppée par le puissant retour de l’autorité ducale sur l’Avre et, très vite, Hugues II le remplaça dans la lutte contre la Normandie. Fouis VI lui confia en 1118 la forteresse de l’Aigle perdue par Richer II58. Dans les années 1120, il ravagea les territoires d’Ilou, Dampierre et Saint-Fubin, ce qui lui valut d’être excommunié par Yves de Chartres59. En septembre 1124, il participa avec son beau-frère, Galeran de Meulan60, à une nouvelle rébellion contre Henri Beauclerc mais fut capturé à Bourgtheroulde. Fibéré en 112961, il prit en main la baronnie du Thymerais pendant le séjour de son père en Orient62. En 1132, dans une charte de Saint-Vincent-des-Bois (abbaye qu’il avait fondée deux ans auparavant) il s’intitulait « seigneur de Châteauneuf63 ». En 1144, toujours très présent sur la frontière de l’Avre, il fut l’un des fondateurs de l’abbaye cistercienne de l’Estrée en Normandie64. À la mi-août 1152, à la demande de Gilbert de Tillières, Henri Plantagenêt incendia ses châteaux de Brezolles et Marcouville65. Enfin, en 1168, après l’incendie de Chennebrun par Fouis VII, les représailles de Henri II se portèrent sur Brezolles et Châteauneuf-en-Thymerais66.

Hugues III (c. 1170-1199) et Gervais II (1199-1215)

  • 67 L. Merlet, Notice historique.,., op. cit., p. 9.
  • 68 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 385 ; D. Power, op. cit., p. 259-260.

14Hugues III67 paraît avoir soutenu son oncle maternel, Robert de Leicester, lors de la rébellion de 1173 : en août 1174, ils étaient tous deux prisonniers de Henri II68.

  • 69 « Entre Ivry et Nonancourt » : A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62 et su (...)
  • 70 Ibid., t. I, p. 272; id., Chronica magistri Rogeri de Hovedene, t. II, p. 255.
  • 71 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 5; id., Chr (...)
  • 72 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. (...)
  • 73 BNF, lat. 5427, p. 272-272 (c. 2200) : « Hugo de Castronovo senes(z)callus de Pertico... ».

15Ce fut probablement dans ses territoires de Saint-Rémy-sur-Avre que se rencontrèrent Louis VII et Henri II, le 21 septembre 117769, s’engageant à une paix mutuelle avec vœu de croisade. Le 27 avril 1181, Philippe Auguste et Henri II se retrouvèrent encore au gué de Saint-Rémy, « près du château de Nonancourt70 ». Une troisième entrevue y fut organisée pour le 5 avril 118771. Le 13 janvier 1190, un traité de paix complémentaire et confirmatif de la convention du 30 décembre 1189 fut encore conclu au même gué72. Peu avant sa mort, Hugues II fut mentionné comme sénéchal du Perche73.

  • 74 BNF, lat. 20206, fos xlix-1 (avant 2299 ?) : « ego Geruasius dominus de Bruerolis, uidelicet filius (...)
  • 75 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 34, no (...)
  • 76 Arch. dép. Eure, H 320, cote 7 et BNF, coll. Clairembault 995, no 25 (entre 1183, mort de Simon de (...)
  • 77 BNF, coll. Clairembault 995, no 26 (avant 1190) : « [...] testibus hi(i)s : [...] Geruasio de Caste (...)
  • 78 Arch. dép. Eure, G 265, fos 55-56, no 95 (avant 1190) : « [...] hi sunt testes [...] Geruasius de C (...)

16Du vivant de son père, Gervais II fut investi de Brezolles74 (carte no 7) et se trouva directement impliqué dans les conflits frontaliers. Pendant un temps, nous le trouvons en compagnie de Robert III de Leicester, plus ou moins en rébellion contre Henri IL Vers 1170, Robert fit une donation en sa présence à la léproserie du Grand Beaulieu75. Plus tard, ils furent ensemble témoins d’Amicie de Leicester, comtesse de Montfort, et de son second mari, Guillaume Des Barres76. Deux fois avant 1190, Gervais « du Châtel » se porta témoin de Robert pour l’abbaye de l’Estrée77 et le prieuré du Désert78.

  • 79 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., 23 juillet 1194, p. 96-97.
  • 80 L. Deslisle, Cartulaire normand..., op. cit., p. 282, mai 1200, traité du Goulet ; É. Berger, H.-F. (...)
  • 81 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 15.
  • 82 H.-F. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit. : Rigord, 1203 ; le Breton, Philippide, t. II, (...)
  • 83 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 15.

17En 1194, lors de la trêve convenue avec Richard, Gervais II tenait la place de Tillières pour Philippe Auguste79. Lors du traité du Goulet, il fut caution du roi de France avec les comtes de Dreux et du Perche80. À partir de 1202, il abandonna la lutte normande pour la croisade d’où il ne revint qu’en 121281. En son absence, son épouse Marguerite et leurs fils administrèrent les territoires. En 1203, Jean sans Terre espéra prendre Brezolles mais dut rapidement abandonner le siège82. Gervais mourut trois ans après son retour et son fils, Hervé, prit sa succession83.

Lignage de Thimert/Châteauneuf-en-Thymerais.

Les territoires contrôlés par les seigneurs de Châteauneuf

Les territoires de Gaston (c. 1060) et l’héritage d’Albert Fils-Ribault

  • 84 Thimert, canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir ; Rémalard, chef-lieu de canton (...)
  • 85 Il est également possible que ce fût son fils Hugues qui ait reçu Rémalard par son mariage avec Mab (...)

18Dans le second quart du XIe siècle, les territoires de Gaston – vassal du seigneur de Nogent[-le-Roi] – se trouvaient en léger retrait de la frontière de l’Avre, autour d’Anet et de Thimert et peut-être déjà à Rémalard, dans le Perche84 (carte no 7). Assez distants les uns des autres (40 km environ), ils étaient sans doute la réunion de deux héritages85. Rémalard fut soustrait à la famille après les événements de 1072 mais le Thymerais, où elle fut soutenue par le roi de France, forma ensuite le cœur de ses domaines. En outre, il est fort possible qu’elle ait eu des possessions directement sur la rive normande de l’Avre en 1050.

  • 86 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 14 ; Le Boulay-les-deux-Églises, canto (...)
  • 87 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 118, no VII (avant 1034).
  • 88 Croth, canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philip (...)
  • 89 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 585-586 ; Sorel, canton d’Anet, dép. de l’Eure (...)
  • 90 Marcel Baudot, « Les églises du canton de Saint-d’André et Nonancourt », NE, 1963, no 18, p. 15-44, (...)

19À Boulay-les-deux-Églises, Gaston confisqua, entre 1063 et 1073, une terre à Mathieu d’Aulnay pour en faire don à l’abbaye de Coulombs près de Nogent86. Ce fut peut-être sous son influence que l’abbaye de Saint-Père acquit les moulins d’Anet87. En 1060, avec le consentement de son seigneur Hugues Bardon [Bardulf ?], il fit établir un prieuré pour l’abbaye de Marmoutiers à 5 kilomètres d’Anet mais en Normandie : le prieuré était « dans la villa appelée Croth, sise en Normandie, dans le territoire d’Évreux ». Il recueillit alors les témoignages de Goslein de Lèves, puissante famille chartraine, de Goslein de Rémalard et de Garin d’Ilou, riverain de l’Avre88. La possession se perpétua puisqu’en 1104-1105 Gervais « du Châtel », avec le consentement de sa famille, céda au prieuré de Saint-Georges tous ses revenus de la forêt de Croth et tout le cens de son château de Sorel89. Il aurait également donné à l’abbaye de Coulombs le patronage de l’église de Bois-le-Roi à 5 kilomètres au nord-ouest de Croth90.

  • 91 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 133.
  • 92 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 358-359.

20Les ducs de Normandie eurent d’autant plus de raisons de se sentir menacés qu’à partir de l’avènement de Hugues Ier les possessions de la famille de Châteauneuf verrouillèrent la frontière de l’Avre. Hugues Ier hérita très tôt de son oncle maternel, Albert Fils-Ribault. Dans l’une des deux sources, il semble même que ce fut du vivant de son père, soit avant 1073 : « le fils de Gaston, Hugues, héritier du seigneur Albert91 », « Hugues de Châteauneuf, neveu et héritier d’Albert Ribault92 ». Ces nouvelles possessions complétaient parfaitement celles de Gaston pour un contrôle total de la frontière. Il tenait les places de Senonches, Brezolles et Sorel, ainsi que des biens aux environs de l’actuel Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil.

  • 93 Id., t. I, p. 72, no 14 (avant 986); arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventaire de 970 (...)
  • 94 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles : origine et maîtrise politique de la frontièr (...)
  • 95 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes, op. cit., p. 259-260 ; Gallardon, canton de Maintenon, dé (...)
  • 96 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., p. 239 ; J.-J. Vernier (éd.), Ch (...)
  • 97 Ibid., p. 56-57, no XVII ; Baudry, aujourd’hui sur la commune Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure, se (...)
  • 98 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 126-127.

21Afin de mieux cerner l’étendue des territoires cédés à Hugues, il est nécessaire de revenir trois générations en arrière (carte no 8). Un premier Albert fut cité dès la fin du Xe siècle, comme témoin de la donation de la villa d’Armentières93 P. Bauduin émet l’hypothèse qu’il s’agissait déjà d’Albert Ier le Riche, implanté dans le Perche par son mariage avec Hildeburge de Bellême94. A. Chédeville note qu’Albert le Riche apparut en 1025 et que, vers la même époque, il se vit confier la forteresse de Gallardon par Robert II le Pieux, qui l’avait enlevée à Geoffroy Ier de Nogent, vicomte de Châteaudun95. Albert II le Riche, son fils, avait été abbé de Jumièges, abbaye avec laquelle il resta très lié. Cette relation naquit sans doute à la faveur d’une présence déjà fermement ancré de ces religieux sur ses propres terres. Avant 1027, il leur fit une donation sur son héritage maternel à Dame-Marie, près de Bellême. Ribault, époux de la sœur d’Albert II le Riche et Gaston (du Châtel, probablement) souscrivent à cette charte96. Dans les environs de 1030, Albert II fit encore des donations le long de l’Avre sur des terres qu’il possédait de droit héréditaire : « la terre de Verneuil avec l’église et la chapelle de Mont-Baudry, le moulin, etc., ainsi que les droits et profits de la dite terre, dont Gilbert et ses fils, Gauthier et Gilbert, jouiss[ai]ent à titre de bénéfice97 ». Cette donation fut faite pour l’âme de ses neveux, parmi lesquels Albert fils de Ribault. Il semble justement que ces territoires contrôlés par Albert II passèrent ensuite à ce neveu Albert Fils-Ribault. Un épisode permet de le mettre en lumière : c’est en tant que seigneur féodal qu’Albert Fils-Ribault se chargea, vers 1033-1069, de faire justice à l’abbaye de Saint-Père à propos de la villa d’Armentières98.

  • 99 C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 349.
  • 100 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., p. 99-101, no LXII.
  • 101 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 133.
  • 102 Ibid., p. 113 (1033-1061) et p. 127-131 ; M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. (...)
  • 103 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. I, p. 132.
  • 104 Ibid., p. 131.
  • 105 Ibid., p. 127-131.
  • 106 BNF, fr. 24133, p. 116 (1063-1078) : « Carta de ecclesie Sancti Remygii data a Galtero filio Menard (...)
  • 107 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., p. 111-112, no LXVI (...)

22Ribault, père d’Albert souscrivit autour de l’an mil à deux chartes du roi Robert dont l’une, pour l’abbaye de Jumièges, le mentionnait comme « parent » d’Albert Ier le Riche. Radier de Dreux ajouta que cette charte « donn[ait] lieu à penser que Ribault étoit parent ou allié du Roy Robert99 ». Ribault fut parfois aussi nommé « de Dreux ». Il est en effet à compter parmi les administrateurs du domaine royal de Dreux, en 1058100, et avait des revenus à Crucay dans la châtellenie de Dreux101. Il était également implanté à Sorel et Brezolles, où il fonda l’église Saint-Germain donnée par son fils entre 1033 et 1061 à l’abbaye de Saint-Père, avec concession de revenus (cens, marché, fours, etc.) et terres sur le vicus de Brezolles102. Albert certifia également d’autres dons de terres, effectués pour cette même abbaye, par des personnes dépendantes de Brezolles103. Avant 1080, un particulier profita de sa disparition pour tenter de reprendre à l’abbaye les terres des églises de Brezolles104. Un peu plus à l’ouest sur l’Avre, Albert concéda des droits sur son bois de Saint-Rémy105 (sur-Avre). Le bois et le centre du village actuels avec l’église paroissiale se situent sur la rive nord de l’Avre, immédiatement à l’est de Nonancourt, donc théoriquement en Normandie. Ces territoires passèrent sous le contrôle effectif de Hugues Ier de Châteauneuf puisque l’église de Saint-Rémy fut donnée, entre 1063 et 1078, par Gauthier fils-Ménard, « pour la rédemption de Hugues, fils de Gaston » à l’abbaye de Coulombs106. Par ailleurs, un prieuré est attesté à Saint-Rémy dès 1077, dans la dépendance de Coulombs107, abbaye particulièrement chère à la famille depuis Gaston. Enfin, nous savons qu’avant 1109, Gervais Ier édifiait un château à Saint-Rémy pour servir de point d’appui contre la Normandie.

Carte no 8 – Les héritages de la famille de Châteauneuf.

  • 108 Arch. dép. Eure, III F 204 : Durand, « Mémoire adressé à l’auteur du journal de Verdun, concernant (...)
  • 109 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., p. 240 ; id., La Première Norman (...)
  • 110 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 404, cette affirmation n’a pas trouvé (...)
  • 111 Astrid Lemoine-Descourtieux, « Illiers-l’Evêque (Eure) : un château âprement disputé du Xe au XIIIe(...)

23Enfin, si ce Gervais fut le premier membre de la famille associé à Illiers-l’Evêque, au nord de Saint-Rémy (en 1112 seulement), il semble que la forteresse ait été, en réalité, un lointain héritage de la famille le Riche (ill. no 4). En effet, la toute première mention d’Illiers apparut entre 1007 et 1029, lorsqu’il fut fortifié par Geoffroy Ier de Nogent († c. 1030), vicomte de Châteaudun108. Or, P. Bauduin et A. Chédeville ont tous deux souligné le fait qu’à Gallardon, vers 1025, Robert le Pieux remplaça Geoffroy par un Albert, peut-être Albert II le Riche109. Dans le cadre du retour de l’autorité royale sur le comté de Dreux (c. 1015-1025) et du maintien l’autorité normande sur l’Avre grâce au château de Tillières, Illiers a pu également lui être enlevé et confié à ce même Albert. Charpillon et Carême affirmèrent de leur côté qu’Illiers aurait appartenu à la famille de Châteauneuf depuis le mariage, au début du XIe siècle, d’une sœur (inconnue) d’Avesgaud avec Ribault110 et que Frodoline, fille de ce dernier, épousa Gaston Ier du Châtel. Malgré cette imprécision, tous les éléments de preuve convergent vers la famille de Châteauneuf111.

Illustration no 4 –Vestiges du château d’Illiers-l’Évêque.

24Il semble donc qu’en plus de ses vastes terres françaises, elle ait été rapidement implantée en Normandie, notamment avec l’héritage le Riche dont le contrôle semble avoir été effectif dès la mort d’Albert Fils-Ribault et du vivant même de Gaston. Les territoires mis sous la coupe de la baronnie du Thymerais englobèrent donc les deux côtés la frontière de l’Eure au Perche, en suivant le lit de l’Avre. Ils semblent s’être découpés en trois sous-ensembles dont deux dépendaient du comté de Dreux où ils bénéficièrent de la protection du roi de France à partir d’Henri Ier. Le premier groupe autour de Croth, Anet-Sorel, Montreuil et Thimert/Châteauneuf faisait de Gaston le vassal d’Hugues Bardulf, seigneur de Nogent-le-Roi et déterminèrent la proximité de la famille avec l’abbaye de Coulombs. Le second autour d’Armentières, Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil, Brezolles, Saint-Rémy et peut-être Illiers fut hérité de la famille le Riche par Albert Fils-Ribault et en lien direct avec les abbayes de Jumièges et de Saint-Père. L’ancienne alliance – matrimoniale sans doute – d’Albert Fils-Ribault avec la famille Crespin de Tillières ne cessa ensuite de peser sur Brezolles. Enfin, le troisième groupe, issu sans doute de l’alliance avec les familles Girois et Montgommeri (Rémalard ?) et quelques éléments de l’héritage des le Riche (Dame-Marie) se situait dans l’orbite percheron.

Le XIIe siècle : une période confuse

25Les événements de 1057-1060 (prise de Thimert, recouvrement de Tillières par Guillaume), le rapprochement ultime d’Albert Fils-Ribault avec Gaston après une brève alliance avec les Normands – notamment la famille Crespin de Tillières – rétablirent l’équilibre des forces normandes et françaises sur la frontière après la minorité de Guillaume. Du même coup, la famille de Châteauneuf, bien que toujours soutenue par la royauté française, ne se trouva plus en position dominante et vit son contrôle largement concurrencé.

  • 112 Il y fit don au prieuré de revenus dans la paroisse de Croth : arch. dép. Eure, H 838.
  • 113 Il fit don à l’abbaye de Saint-Père de Chartres du cens de son château : B. Guérard (éd.), Cartulai (...)
  • 114 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 260-264 ; Moncel : Moussel, commune de Sorel-Mo (...)
  • 115 Il consentit à la donation de l’église entre 1079 et 1101 à Saint-Père de Chartres : B. Guérard (éd (...)
  • 116 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « [...] et Hugo de Caste (...)

26À l’Est encore vers 1079-1101, Hugues Ier conservait le contrôle de Croth en Normandie, au sud d’Ivry112 (carte no 7). La famille de Châteauneuf se maintint jusqu’en 1112 sur les héritages normands d’Albert Fils-Ribault. Gervais Ier y aurait tenu le château d’Illiers qui lui fut soustrait par Henri Ier. Côté Français, celui de Sorel, bien maîtrisé à son avènement113, ne lui échappa que momentanément cette année-là. Un état des biens de l’abbaye de Saint-Père (1126-1127) faisait mention des églises d’Anet et de Moncel avec la chapelle de Sorel114 : il ne fait pas de doute que les droits de Moncel furent cédés en corrélation avec ceux de Sorel, peut-être par Gervais Ier lui-même. Plus au sud, Hugues Ier maîtrisait encore Montreuil au confluent de l’Avre et de l’Eure115. Sur l’Avre, Hugues II participa en 1144 à la fondation en territoire normand de l’abbaye cistercienne de l’Estrée116. Les seigneurs de Muzy, initiateurs de cet événement, étaient comme nous le verrons plus loin plutôt orientés vers le parti chartrain.

  • 117 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 579 ; Breux, canton de Nonancourt, dép (...)
  • 118 Auguste Le Prévôt, Notes pour servir à l’histoire et à la topographie des communes département de l (...)
  • 119 Arch. dép. Eure, H 63 (copie) : « [...] Hugo de Castello, miles, dominus de Brueloles [...] notum f (...)
  • 120 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 874-875.
  • 121 Droisy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; Montigny-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eu (...)

27Hugues II aurait également possédé des biens à Breux-sur-Avre, en Normandie117 : dans le courant du XIIe siècle, Hugues (II ou III) aurait confirmé en tant que seigneur de Breux la donation par Geoffroy Brunei, seigneur de Panlatte, de l’église et de la seigneurie à l’abbaye du Bec118. Une charte porte effectivement confirmation par Hugues du Châtel, seigneur de Brueloles, de toutes les possessions du Bec « au Plessis de Panlatte119 ». Brueloles fut identifié à « Breux » par A. Le Prévôt, mais il a pu également s’agir de « Brezolles ». Il n’en reste pas moins que Panlatte se trouve sans conteste en Normandie. En 1130, le futur Hugues II fit don de l’église de Courdemanche à l’abbaye qu’il fondait à Saint-Vincent-des-Bois120 (diocèse de Chartres). Lui appartenaient également les églises de Droisy, à l’ouest de Coudres, et de Montigny121. Cela signifierait donc que, malgré le contrôle du duc de Normandie sur ces territoires depuis 1112, certains droits seigneuriaux appartenaient encore à cette famille française.

  • 122 P. Bauduin a suggéré qu’Hersende, épouse de Gilbert II Crespin, était de la famille Fils-Ribault ca (...)
  • 123 Nous verrons en détails les extensions territoriales de l’honneur de Tillières aux dépends de la ba (...)
  • 124 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 227.
  • 125 Ibid., t. II, p. 535-538.
  • 126 Ibid., t. I, p. 253.
  • 127 Ibid., t. II, p. 518.
  • 128 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6; BNF, coll. Balluze, no 38, f° 231 : « [...] et in (...)
  • 129 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 38, no (...)
  • 130 Ibid., p. 48, no 117, 1182 ; dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 131 L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit., t. II, p. 119-120, (...)
  • 132 M. Jusselin, R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, p. 26-28, no 59, vers (...)
  • 133 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. IV, p. 148-151.

28Vers l’ouest autour de Verneuil, la famille de Châteauneuf resta bien présente mais fut directement concurrencée, jusque dans ses propres territoires de Brezolles, par l’honneur de Tillières avec lequel elle entretint des rapports ambigus. L’autorité des Crespin y naquit sans doute légitimement d’une alliance matrimoniale avec la famille d’Albert Fils-Ribault122. Cette union possible peut être replacée dans le contexte particulier de la prise de Thimert avec un retour à Tillières et de l’alliance éphémère d’Albert Fils-Ribault avec la Normandie, donc entre 1057 et 1061123. Un duel au sujet de la villa d’Armentières eut lieu entre 1079 et 1101 à Dreux, puisque que la villa appartenait au comté de Dreux : Gilbert Crespin fut présent avec Hugues Ier de Châteauneuf124. De même vers 1117-1135, le moulin d’Armentières fut donné avec le consentement de Gilbert et, en second lieu, celui du futur Hugues II125 Plus loin en territoire français, Brezolles constituait un enjeu important. En première ligne face aux forteresses de Tillières puis de Verneuil, elle fut une place très disputée et subit des attaques normandes de 1152 et 1168. Son cas paraît plus problématique car elle semble avoir été sous la dépendance des deux familles, séparément ou conjointement. Vers 1079-1101, Hugues Ier souscrivit avec Gilbert II de Tillières à la donation de la moitié d’un four de Brezolles dépendant de Garin d’Ilou126. En 1107, Gervais Ier confirma cette donation mais toujours avec le consentement de Gilbert II de Tillières127. La présence de Gilbert et surtout l’insistance de Gervais à préciser, par deux fois, le consentement de Gilbert et la liste des témoins suffisent à prouver que la famille ne recouvra pas la totale souveraineté de Brezolles et qu’elle dut se soumettre à l’avis du Normand. En 1148, Gilbert IV possédait encore les péages de Brezolles. Pourtant, Hugues II, lorsqu’il fonda le prieuré de Belhomer, fit don de 5 sous de péage hebdomadaires au château de Brezolles128, ce qui signifie qu’il y possédait des droits parfaitement établis. Vers 1170, Gervais II confirma encore le don de la villa de Boissy-en Drouais près de Brezolles129. En 1182, Hugues III et son fils Gervais confirmèrent l’ensemble des donations faites dans cette villa ainsi qu’à Escorpain et aux Authieux qui relevaient de leur fief130. Rappelons que, du vivant de son père, le futur Gervais II se faisait déjà nommer « seigneur de Brezolles ». Au tout début du XIIIe siècle, en 1202, encore en conséquence de cet héritage, Gervais de Châteauneuf restait une référence importante sur la rive française de l’Avre. En effet, Gohier de Morville seigneur de Chennebrun, Guillaume de Chavigny et Guillaume du Bois firent appel à lui pour confirmer leur propre consentement à une donation sur la paroisse de Saint-Maurice-Lès-Charence131. Une donation avait déjà été faite sur la terre de la Pommeraie, vers 1160, par la famille d’Ilou vassale de Châteauneuf132. Enfin, avec le deuxième traité du Goulet en mai 1200, lorsque Jean céda l’Évrecin à Philippe Auguste, toute la confusion de la situation fut ainsi résumée : « le seigneur de Brezolles aura ce qu’il doit avoir dans la domination de Tillières » et inversement « le seigneur de Tillières a ce qu’il doit avoir dans la domination de Brezolles133 ».

L’implantation de lignages français au nord de l’Avre

  • 134 Voir détail infra : « L’implantation significative... », p. 73.
  • 135 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. II, p. 557, no LII (av. 1103) ; arch. dép. Eure-et-Loi (...)
  • 136 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 533 (n. d.) ; BNF, lat. 10101, f° 70, no XXXV  (...)
  • 137 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 535 (1101-1112) ; BNF, lat. 10101, f° 71, no X (...)
  • 138 L. Merlet, Notice historique... ; voir supra, « La baronnie de Châteauneuf... », p. 34
  • 139 Gournay-le-Guérin, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 140 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 146-147.
  • 141 Hyacinthe de Charencey (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Trappe, Alençon, 1889, p. 282 ; commune (...)
  • 142 Ibid., p. 283.
  • 143 Arch. dép. Eure-et-Loir, H 367 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 684 et BNF la (...)
  • 144 BNF, lat. 5417, p. 291 : « Guerinus de Gourneio, miles » et p. 235 : « Garinus, dominus de Gornaio, (...)

29À partir de la villa d’Armentières, acquise à la fin du Xe siècle en Dreugésin134 l’abbaye de Saint-Père de Chartres se constitua un important patrimoine territorial dans le diocèse d’Évreux (carte no 9). Vers 1110, Garin, fils de Gaudin, en accord avec ses frères Robert et Amaury, lui fit don de l’église et du cimetière de Saint-Christophe135. Garin de Rémalard et son fils, Gaston, donnèrent également à Saint-Christophe une maison et un arpent de terre pour le secours de leur fils et frère, Rainald136. Au début du XIIe siècle, ce même « Garin de Rémalard » apparut comme témoin lors de la donation de l’église de Chandai à l’abbaye de Saint-Père de Chartres137. Il est fort possible qu’il s’agisse ici du même Garin dont les droits à Saint-Christophe semblent placer cette partie de la frontière normande sous influence française. Cette hypothèse est renforcée d’une part, par les nombreuses accointances de cette abbaye chartraine en Normandie et avec cette famille originaire de Rémalard. D’autre part, cette influence française se trouve confirmée par le choix du prénom de « Gaston » rappelant la famille de Châteauneuf (qui avait, au XIe siècle, Rémalard sous sa domination et qui y était revenue par le mariage d’un cadet de Mabille et Gervais, Gaston138) et par la domination qu’elle exerçait déjà sur l’Avre avec l’héritage de la famille Fils-Ribault. Il est également probable que ce Garin, fils de Gaudin, ait été à l’origine de la première famille de Gournay dont le château était situé un peu plus au nord139. Cette famille fut, aux XIIe et XIIIe siècles, particulièrement proche des abbayes de Saint-Père et de la Trappe. Ce fut peut-être son fils, Richard, qui apparut dans le même secteur, dans courant du XIIe siècle : « Richard, fils de Garin, époux de Cécile, frère de Garin, et neveu de Raoul » faisant une donation à l’abbaye de Jumièges en présence de Gohier de Chennebrun140. Cette hypothèse permettrait de faire le lien entre le XIIe et le XIIIe siècle car nous retrouvons au siècle suivant, au sein de cette famille de Gournay, les mêmes prénoms Richard et Garin. En 1210, Gauthier de Gournay, fils de Richard, fit une donation à l’abbaye de la Trappe avec l’accord de ses fils, Richard et Jean, sur les terres de Chantecoq dans le parc de Saint-Christophe141. Dans le même temps, ce Gauthier fut encore témoin avec Pierre de La Rivière d’une charte de Gohier de Morville, seigneur de Chennebrun, pour cette même abbaye. Une autre charte livre le nom de son épouse, Julienne, et précise que la Haie de Chantecoq appartenait « à son seigneur, Pierre de La Rivière142 ». Gauthier mourut avant 1226, date à laquelle Richard de Gournay et son épouse, Sarah, firent des dons au prieuré d’Armentières143. Un Garin de Gournay apparut en mars 1274 pour une donation en faveur de l’abbaye de Saint-Père, puis, avec son épouse Isabelle en 1276, pour une autre donation sur « l’église de Saint-Christophe près de Chennebrun, au diocèse d’Évreux144 ». Ce fut apparemment ce dernier membre de la famille qui donna son nom à Gournay-le-Guérin.

Carte no 9 - Implantation du lignage de Gournay.

  • 145 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit, t. II, p. 146-147 ; cette charte fut confirmée en 1208 pa (...)
  • 146 R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres, Chartres, Garnier, 1906, p. 44, no(...)
  • 147 Paul Meyer (éd.), L’histoire de Guillaume le Maréchal comte de Striguil et de Pembroke..., Paris, R (...)
  • 148 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 213-214.
  • 149 BNF, lat. 5417, p. 236 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire.., op. cit., t. II, p. 674 ; arch. dép. Eure- (...)

30Nous voyons que, parallèlement à la famille de Gournay, coexista à Saint-Christophe celle de La Rivière, en position hiérarchique supérieure. Au XIIe siècle, après la fondation de Verneuil, un Gaston de La Rivière, avec son fils, Pierre, et Roger, fils de ce dernier, avaient été témoins à Chennebrun de la donation sur les revenus de l’église de Verneuil et de Piseux145. Son épouse Odeline, veuve de Herbert de Menolvillari, fit des donations à Saint-Jean-en-Vallée en 1164146. Un Pierre de La Rivière s’illustra lors du siège de Verneuil de 1194 en assurant la liaison entre Richard Cœur-de-Lion, arrêté à Tubœuf (Orne) et les assiégés147. Entre 1204 et 1207, ce même Pierre de La Rivière vendit un terrain à Verneuil148 et en mai 1208, il restitua au prieur d’Armentières la pêcherie du moulin de l’étang d’Armentières dont lui et ses prédécesseurs s’étaient emparés149.

Lignage de Gournay.

  • 150 BNF, lat. 5417, p. 238 : « Ego Petrus de Ripparia [...] de assensu Mathildis, uxoris mee, et filior (...)
  • 151 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 267, no XIV ; BNF, lat. 5417, p. 238 ; arch. dép (...)
  • 152 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 264, p. 267 et p. 282 ; BNF, lat. 11060, fos 81 (...)
  • 153 BNF, lat. 5417, p. 241 (1232): « Ego Petrus de Riparia, miles, notum facio quod ego pro remedio ani (...)

31Sa famille constituée de Mathilde, son épouse, de Pierre, Guillaume et Gilbert, ses fils, de Mathilde et Adeline, ses filles, est mentionnée en juin 1211150. Il apparut en compagnie de son fils aîné, Pierre, en 1211 et en 1223151. Au XIIIe siècle, l’abbaye de la Trappe le situait encore dans la région, à Saint-Christophe : il y possédait une « haie » sur le chemin menant de Chennebrun à Verneuil et des droits sur la haie de Chantecoq152. Il mourut entre 1223 et 1232. Son fils Pierre, époux de Philippa, apparut ensuite dans les cartulaires des abbayes de la Trappe et de Saint-Père-de-Chartres153. La famille de La Rivière ne semble pas, par ailleurs, avoir entretenu de relations avec les puissants honneurs voisins de L’Aigle ou de Breteuil. Cependant, par la participation efficace de Pierre lors du siège de Verneuil, il reste évident que, malgré une origine peut-être française (suggérée par le prénom de Gaston et l’environnement alors fortement sous influence française) et une implantation au nord de l’Avre semble-t-il tardive, cette famille s’attacha au parti normand.

32D’une autre manière, par l’implantation de lignages français au nord de l’Avre, la baronnie de Châteauneuf tenta de s’y maintenir quelques temps, mais ceux-ci choisirent finalement l’allégeance au duc de Normandie.

Lignage de La Rivière.

Simon d’Anet

Les seigneurs d’Anet

  • 154 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. I, p. 118.
  • 155 Ibid., t. I, p. 165.
  • 156 Ibid., t. II, p. 585-586 ; voir supra.
  • 157 L. Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », Procès-verbal de la société archéologique (...)
  • 158 D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 207-208.

33Antérieurement à 1034, d’après le rappel d’une ancienne donation sur les moulins, Anet et ses environs étaient sous la tutelle d’Urson, fils de Germond d’Ezy, lui-même dépendant du « seigneur du château d’Ivry154 ». Vers 1080, Adeline, fille d’Ingenulf, augmenta les donations à l’abbaye de Saint-Père de Chartres155. En 1104, Gervais de Châteauneuf rajouta une donation sur ses entrepôts d’Anet et sur les revenus de la châtellenie de Sorel156. À cette époque, Merlet signalait qu’un premier Simon d’Anet partit en croisade en 1106, avec Raoul de Pont-Echanfray157. Il semble qu’au début du XIIe siècle, il s’agissait encore d’un simple chevalier d’Ascelin Goël, pour lors détenteur d’Ivry158.

  • 159 Arch. dép. Eure, H 838 : « Ego Symo de Aneto [...] ex assensu filii mei Johannis [...] » ; R. Poupa (...)
  • 160 D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 483.

34L’émergence des seigneurs d’Anet ne commença réellement que dans la seconde moitié du XIIe siècle. Les premières apparitions de Simon d’Anet remontent aux environs de 1157. Dans les années 1180, furent cités des fils, Jean et Adam, ainsi qu’une épouse, Isabelle159. D’après, D. Power, cette Isabelle serait en réalité Élisabeth, fille de Guillaume Ier Louvel († v. 1162), lui-même fils et héritier d’Ascelin Goël pour les châtellenies d’Ivry et de Bréval160 Ceci le placerait donc légitimement à Anet et Illiers-l’Évêque, en raison des possessions franco-normandes de cette baronnie. Il semble alors que Simon se servit d’une alliance avec la Normandie pour prendre son essor.

  • 161 É. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, Société archéologique d’Eu (...)
  • 162 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit, t. II, p. 13-14, no CX.
  • 163 BNF, fr. 24133, p. 315 et suiv. ; BNF, coll. Doat, no 248, f° 230.
  • 164 Arch. dép. Eure, G 122, f° 18, no 68.
  • 165 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 (n. d., partielle) : « [...] ego Garinus de Islou concessi Simon (...)

35Les chartes attestent de la présence de Simon à Coudres en 1157 avec l’évêque d’Évreux161, à Chartres en 1172-1173 aux côtés de Roger d’Ivry162, à Dreux en 1180 pour souscrire à un acte du comte Robert en compagnie de Pierre de Courtenay163 (qui devait ensuite recevoir Nonancourt). Vers 1183, sans doute à Évreux, il témoigna avec Sehier de Quency (prévôt de Nonancourt), Roger de Conches et Robert de Meulan pour Agnès de Meulan, fille de Simon de Montfort164. Vers 1198, il se fit accompagner de Garin et Guillaume de Malicorne, Foulques de Marcilly, Simon de Grandvilliers et à plusieurs reprises de Morhier d’Illiers ou de Guillaume du Fresne pour régler les affaires de Garin d’Ilou à Merville, en Normandie165 (ill. no 5). Il semble ainsi qu’il était parfaitement intégré aux petits et grands réseaux seigneuriaux, de part et d’autre de la frontière.

Le choix normand dans la seconde moitié du XIIe siècle

  • 166 Il investit assez tôt son fils Jean du château français de Bréval, canton de Bonnières-sur-Seine, d (...)
  • 167 Canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes (...)
  • 168 Arch. dép. Eure, H 838 : « Ego Symon de Aneto notum facio [...] quod, cum inter me et monachos [... (...)
  • 169 É. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit, p. 164-166, no LX (...)
  • 170 Arch. dép. Eure, G 122, no 81 : « [...] et omnes décimas quas in uilla, que dicitur Gerceium feodi (...)
  • 171 BNF, coll. Clairembault 995, nos 29 et 31 ; arch. dép. Eure, H 319, f° 15 r°, no 26 (n. d.) : « [.. (...)
  • 172 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit, t. I, p. 88 (Acon) ; canton de Nonancourt, dép. de l’E (...)
  • 173 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 291, nos CLXI e (...)
  • 174 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 13-14, no CX.
  • 175 Hubert Hall (éd.), The Red Book of the Exchequer, Londres, RBMAS, 1896, t. II, p. 631 (comté de Mor (...)
  • 176 L. Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 64 : « Wardam quam habebat i (...)

36Simon se rallia rapidement à la cause normande dès les années 1150, ce qui lui permit sans doute de s’affranchir de la tutelle de Châteauneuf et d’investir de nouveaux champs territoriaux en Normandie (carte no 10), tout faisant graviter ses possessions françaises dans l’orbite normande166. Il tenait Croth au sud d’Ivry, autrefois contrôlé par Châteauneuf167. En 1185, fut réglé un différend opposant Simon à l’abbaye de Marmoutiers : Simon avait cherché à reprendre une concession effectuée par Gaston du Châtel dans la paroisse de Croth vers 1060, concession que Hugues de Châteauneuf avait déjà été contraint de restituer en 1125168. Dans de nombreuses chartes, Simon fut également cité comme seigneur d’Illiers, comme celle émise à Coudres en 1157 : « Simon d’Anet, qui était alors seigneur d’Illiers169 ». De lui dépendait ainsi le fief de Gersey (entre Illiers et Coudres) et la paroisse de Champigny (entre Coudres et Bois-le-Roi) dont il se sépara en faveur de l’évêché d’Évreux170. Plus au sud, d’après la formule utilisée : « par notre main » pour le don de Roger de Pinçon ou « par la main du seigneur Simon d’Anet » pour celui de Garin d’Ilou, il est évident que Simon d’Anet tenait le champart de Merville, accordé à l’abbaye de l’Estrée171. Sa présence dans de nombreuses chartes des familles de Muzy ou d’Ilou montre une alliance certaine, sachant que Simon fut vraisemblablement leur seigneur pour les possessions normandes. Directement sur l’Avre, le second Simon d’Anet confirma au Bec d’une part la donation de son père sur l’église d’Acon et, d’autre part, celle de Raoul de Bérou sur la dîme de ses moulins d’Acon172. Henri II reconnut de manière officielle son implantation en Normandie lors de la sauvegarde des biens de l’abbaye de l’Estrée : il s’adressa à Simon d’Anet et non à Hugues II de Châteauneuf dont la famille avait pourtant été fondatrice173. Simon fut présent aux côtés de Roger d’Ivry lors de la confirmation à l’abbaye de Jumièges de ses droits de présentation à Bû (au sud d’Anet), Bouafles et Saint-Martin-du-Vieux-Verneuil174. Enfin en 1172, il apparut dans l’enquête sur les chevaliers fieffés du comté de Mortain aux côtés de Gilbert de Tillières : il y devait un service de deux chevaliers pour le roi et quatre chevaliers pour son propre compte175. En Angleterre, il semble avoir brièvement tenu des domaines connus par la cession, en 1229, de la « garde en la ville de Leicester » à Simon de Montfort176. Cette possession fut bien évidemment acquise avant 1204 et probablement d’ailleurs avant les années 1180.

Illustration no 5 – Sceaux de Simon d’Anet.

Carte no 10 – Implantation en Normandie du lignage d’Anet.

  • 177 Arch. dép. Eure, G 122, f° 38, no 182 (av. 1165) : « uenerabilis dominus Symon de Aneto, ecclesie n (...)
  • 178 Étienne Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte Trinité de Beaumont-le-Roger, publié d’a (...)
  • 179 BNF, lat. 13888, f° 24 (confirmation de 1194).
  • 180 L. Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 61 ; canton d’Anet, dép. de (...)
  • 181 Arch.dép.Eure, H793, p. 68 : « Ego Symon de Aneto concedo Deo et Sancto Taurino Ebroicensi, paagium (...)
  • 182 Arch. dép. Eure, G 122, f° 39, no 186 : « Confirmatio Symoni de Aneto de immunitate pedagio : [...](...)
  • 183 Canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; arch. dép. Eure, H 838, voir supra ; BNF, lat. 54 (...)
  • 184 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., t. I, p. 188-190, n(...)
  • 185 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 586 et p. 679 ; BNF, lat. 5417, p. 106, p. 398 (...)
  • 186 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 577 (n. d.) ; BNF, lat. 10101, f° 83, no CXXII (...)

37D’autre part, les institutions ecclésiastiques normandes semblent avoir profité de ses largesses : l’évêque d’Évreux, Rotrou de Warwick, le qualifiait de « seigneur vénérable et ami fidèle de [son] église177 ». En tant que vassal de Galeran II de Beaumont, comte de Meulan (et frère de Robert II de Leicester), Simon accorda des libertés aux prieurés de Beaumont-le-Roger178 et de Saint-Nicaise de Meulan179. En 1169, il fit don de ses domaines du Rouvre à l’abbaye normande du Bec180. Vers 1183, il donna également des revenus sur son péage de Saint-Hélier à l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux181 et exempta les moines du chapitre d’Évreux des taxes sur ce même péage182. Au même moment les liens de Simon d’Anet avec les abbayes françaises apparurent, à l’inverse, relativement chaotiques. Une querelle l’opposa à l’abbaye de Marmoutiers à propos du prieuré de Croth et des donations de ses prédécesseurs de Châteauneuf. Il se soumit en 1185, après interventions de l’évêque de Chartres et de Henri II Plantagenêt183. Il contesta encore des droits sur ses territoires à d’autres établissements français. À la cour de Louis VII, en 1162-1163, il s’inclina devant l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés184. Enfin, Simon retint certains revenus de Saint-Père-de-Chartres sur les moulins situés « devant le château d’Anet » et sur l’église paroissiale185 et fut excommunié. Ce désaccord ne fut réglé qu’en 1195 par Philippe Auguste186

Un retour au parti français à la fin du XIIe siècle ?

  • 187 Sur Pierre de Courtenay : voir infra, au chapitre de Nonancourt.
  • 188 BNF, fr. 24133, p. 315 : « sunt autem huius rei testes : Petrus de Curtiniaco, Symon de Aneto [...] (...)
  • 189 BNF, coll. Doat, no 248, f° 230 : « sunt autem huius rei testes : Petrus de Curtiniaco, Simon de An (...)
  • 190 D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 98.
  • 191 Doris Stenton (éd.), The Great Rolls of the Pipe for the Second, Seventh, Ninth and Tenth Years of (...)

38Si, encore en 1183, Simon d’Anet semblait proche de l’évêque d’Evreux, les relations semblent s’être fortement détériorées dans les dernières années du règne de Henri II. D’une part dès 1180, apparut un rapprochement avec les Français lorsqu’il témoigna avec Pierre de Courtenay187 dans deux chartes de Robert de Dreux – frère de Louis VI – l’une en faveur de Saint-Étienne de Dreux188, l’autre délivrant une commune aux bourgeois de Dreux189. Ce dernier acte n’était pas anodin et il est significatif que Simon d’Anet en fût témoin. Sa présence peut sans doute être expliquée par la possession de certains droits à Dreux190. D’autre part à partir de 1187-1188, des domaines anglais lui furent confisqués : le vicomte du Norfolk et du Suffolk, Hugues « rendit compte de 61 livres, 12 sous et 6 deniers, revenu de la terre de Simon d’Anet, alors en la main du roi ». En 1190, le roi recueillit le produit de la vente de ses biens meubles191.

Lignage d’Anet.

  • 192 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., t. II, p. 41-42, no CCL-CCL-V (...)
  • 193 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10, voir infra.
  • 194 Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 64.
  • 195 Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 62 ; É. Berger, H.-F. Delaborde(...)
  • 196 J. W. Baldwin (éd.), Les registres de Philippe Auguste, op. cit, t. I, p. 207 (c. 1206).

39Simon d’Anet mourut vers 1191 ou 1192, sans descendance masculine puisque ses enfants étaient mort avant lui192. Cette déshérence valut la remise de ses possessions françaises de Bréval et Anet entre les mains de Philippe Auguste, ce qui lui permit la surveillance de la vallée de l’Eure et d’Ivry. Si un certain Guillaume d’Anet est connu en janvier 1192, il s’agit sans doute d’un simple gardien de château et non d’un chevallier fieffé193. Enfin en 1205, c’est un Philippe qui rendit hommage pour Anet à Philippe Auguste194. De 1191 à 1222, Philippe Auguste fit d’Anet un de ses séjours habituels195. Notons au passage que la baillie d’Anet fut étonnamment comprise dans le champ d’investigation de l’enquête sur les coutumes de Normandie, preuve peut-être de sa félonie196 ?

  • 197 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 46-47, voir(...)

40On attribue traditionnellement le facteur déclenchant d’un retour au parti français à l’incendie de son château de « Daneville » en septembre 1188 par les mercenaires de Henri II197. En fait, il se pourrait que cet événement n’ait pas été la cause d’un retournement de situation mais peut-être de sa conséquence.

Muzy

Le lignage « du Donjon »

  • 198 A. Luchaire, Études sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 115, no 50 (1139) : Louis VII confirma (...)
  • 199 BNF, fr. 24133, p. 104: « presentibus: [...] Ratho de Dongionefilio Raheio ».
  • 200 Lucien et René Merlet, Les Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres : listes chronologiques.. (...)
  • 201 R. Merlet, Un manuscrit chartrain du XIe siècle, Fulbert, évêque de Chartres, Chartres, Garnier, 18 (...)
  • 202 Jacques Le Maho, L’Enceinte fortifiée de Notre-Dame de Gravenchon, (Seine-Maritime), XIe-XIIe siècl (...)
  • 203 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes, op. cit., p. 259, note que Goslein Ier, probablement fils(...)

41Rahier du Donjon, premier seigneur connu à Muzy, serait le fils d’un certain Raoul du Donjon mais déjà A. Luchaire mentionna qu’ils n’apparaissaient ainsi que dans une seule copie198. En effet, l’ascendance fut inversée dans une autre copie : « Ratho du Donjon fils de Rahier199 ». Plus certainement, l’impulsion de la famille fut donnée par le mariage, vers 1100, de ce Rahier avec Berthe, fille de Goslein III de Lèves200, dont la famille joua un rôle important dans le pays chartrain dès le XIe siècle. Un premier Goslein, dit « le Riche », était apparu aux environs de 1030201. Son fils Goslein II « le Riche », figura en sa compagnie vers 1060. Ce patronyme est à rapprocher de celui d’Albert le Riche, même si ce nom fut assez répandu en pays franc et jusque dans la basse vallée de la Seine202 : la zone géographique dans laquelle évoluèrent Albert et Goslein est tellement resserrée (carte no 11) qu’il ne peut subsister que très peu de doutes sur une possible parenté203. Goslein III de Lèves (c. 1090/1100-1107) eut plusieurs enfants dont Goslein IV, Geoffroy – qui fut évêque de Chartres de 1116 à 1149 – et Berthe.

  • 204 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. II, p. 274-276, no XVII ; BNF, lat. 5417, p. 462-464, (...)
  • 205 Robert-Henri Bauthier et Jean Dufour (éd.), Recueil des actes de Louis VI, 4 vol., Paris, CDHF, 199 (...)
  • 206 BNF, lat. 10102, p. 4-5, no V (1120) : « Vbi Symon de Islou et Radulfus filius eius, illi et eccles (...)

42Rahier du Donjon, seigneur de Muzy, est connu par différentes chartes en tant que témoin ou acteur principal. Le 2 novembre 1107 avec Berthe et leurs fils, il confirma à Saint-Père-de-Chartres les donations de ses beaux-frères Goslein, Geoffroy et Miles de Lèves204. En 1110 à Paris, Rahier du Donjon fut témoin de Louis VI confirmant l’état canonial de la communauté de Saint-Étienne de Dreux205. Il apparut encore en janvier 1120 dans une charte de l’abbaye de Josaphat, où il fut témoin avec son frère Urlio d’une donation de Simon d’Ilou à Gallardon206. C’est la première fois que nous le voyons lié aux territoires de la frontière, encore est-ce par l’intermédiaire de riverains de l’Avre. C’est aussi la seule fois qu’il manifesta un intérêt pour cette abbaye, récemment fondée par son beau-père. Ses fils, Goslein, Miles et Rahier y apparurent plus régulièrement mais uniquement en tant que témoins de leur oncle, l’évêque Geoffroy de Chartres.

Carte no 11 – Implantation du lignage du Donjon.

  • 207 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 34 ; canton de Nonancourt, dép. de l’E (...)
  • 208 BNF, fr. 24133, p. 136 : « carta Guidoeni Ebroicensis episcopi [...] que constat Raherium de Musy d (...)
  • 209 Commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; voir D. Power, op. cit., p. 309.
  • 210 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « Dedit autem predictus (...)
  • 211 L. et R. Merlet, Les Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres..., op. cit., p. xiv et suiv.

43Enfin vers 1128-1130, avec le consentement de ses fils, Rahier fit don à l’abbaye de Coulombs des églises Saint-Jean de Muzy, Saint-Nicolas de Louye ainsi que divers droits et revenus207 (grosses dîmes, moulins, fours, la « vigne aux Moines », les maisons bâties près de l’église avec leurs jardins et vergers ; les droits de pêche, de passage des porcs, de bois, etc.) Ce don, confirmé par l’évêque d’Évreux208, permit d’établir à Muzy, dès 1133, le prieuré Notre-Dame sous la dépendance de Coulombs. La plus grande action de Rahier resta néanmoins la fondation en 1144 de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de l’Estrée209 (ill. no 6). Rahier donna alors, avec le consentement de ses fils Geoffroy et Rahier, le droit de pêche dans l’Avre, une fontaine et l’usage de bois mort dans le bois de Muzy210. Les rivalités entre ces deux établissements très proches ont laissé de nombreux témoignages. Rahier mourut vers 1145211.

Illustration no 6 – Vestiges de l’abbaye de l’Estrée (commune de Mesnil-sur-l’Estrée)

  • 212 BNF, lat. 10106, f° xii: « Godefrido Raheri filio. »
  • 213 BNF, lat. 10102, p. 130 (juin 1151): « [...] aderant autem nobiscum, in domo nostra Carnoti [...] M (...)
  • 214 BNF lat. 10103, p. 11, no 25 (1142-1149) : « Gausleno archidiacono, Milone preposito [...] Raherio (...)
  • 215 R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. 41, no 71 : à Garnay (canton d (...)

44Son fils Geoffroy212 mourut assez rapidement, sans doute avant 1155. Les carrières de ses frères Goslein, Miles et Rahier au sein de l’Église chartraine sont mieux documentées. Entre 1125 et 1130, ils restèrent auprès de leur oncle maternel, Geoffroy de Lèves, évêque de Chartres. De 1133 à 1141, Goslein fut prévôt de Nogent-le-Phaye, puis doyen de Saint-Étienne de Dreux et, en 1142 au plus tard, archidiacre de Chartres. En février 1149, succédant à Geoffroy († 24 janvier 1149), il fut élu évêque de Chartres. Miles213 reprit chacune de ses charges comme prévôt du chapitre de Chartres (1136), puis de Nogent-le-Phaye (1142-1152) et comme archidiacre de Chartres (août 1153). Un autre frère, Rahier « de Dreux » fut également cité comme prévôt, vers 1142-1149, aux côtés de Goslein et Miles214. Il semble avoir hérité d’une partie de fiefs patrimoniaux du Dreugésin puisque, vers 1155-1164, il y confirma une donation de Nivard de Nonancourt, autre fondateur de l’abbaye de l’Estrée215.

Illustration no 7 – Sceau Rahier de Muzy.

  • 216 É. Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger..., op. cit., p. (...)
  • 217 BNF, fr. 24133, p. 142 (1158) : « Raherio de Musie. »
  • 218 BNF, coll. Clairembault 995, no 10; arch. dép. Eure, H 320, cote 23 (1158) : « [...] concessit Rahe (...)
  • 219 Voir supra.
  • 220 BNF, coll. Clairembault 995, no 24 : « Raherius Dominas de Musi, cum beneuolentia et consilio A. ux (...)
  • 221 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 47, no (...)
  • 222 BNF, lat. 10106, fos xiii-xiiii : « [...] presente quoque Anneta, comitissa, uxore Roberti, comitis (...)
  • 223 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 37.
  • 224 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 18.

45Dès 1155, Rahier, fils de Geoffroy, souscrivit comme témoin à une charte de Simon d’Anet216. Il apparut en 1158, également comme témoin, dans une charte de Coulombs217. La même année, il confirma à l’Estrée les donations de ses ascendants Geoffroy et Rahier218. Cette abbaye resta intimement liée à la famille de Muzy si bien que, lorsqu’Henri II lui accorda sa protection, Rahier fut cité avec ses voisins Gilbert de Tillières et Simon d’Anet219. La documentation est ensuite moins précise. Plusieurs occurrences de Rahier de Muzy apparaissent sans qu’il soit vraiment possible de déterminer s’il s’agit d’une seule ou de deux générations. Dans une charte de l’Estrée, non datée, Rahier, « seigneur de Muzy » et sa femme « A. » firent don de l’eau de la rivière de l’Avre220 (ill. no 7). Vers 1180, Rahier témoigna pour Gilbert de Tillières221 et, avant 1181, reprenant son patronyme « du Donjon », il fut témoin de Robert de Dreux222. Ce patronyme était sans doute celui qu’ils portaient avant de se s’implanter à Muzy. Le fait que les descendants de Rahier Ier furent plus volontiers nommés du nom de leur fief confirmerait l’hypothèse que la famille arriva à Muzy seulement au début du XIIe siècle. En 1197, Rahier fit une donation au prieuré de Muzy, dont le déplacement des bâtiments lui permit de reconstruire son château223. L’année suivante, Rahier de Muzy fut cité dans les rôles de l’Échiquier de Normandie pour une terre du Lieuvin qui lui avait apparemment été retirée, puisque l’officier ducal en rendit compte pour la somme de 9 livres224.

  • 225 BNF, coll. Clairembault 995, no 53 (1219) : « Johannes de Museio » ; no 55 (1222) sceau de Jean de (...)
  • 226 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 253-254, no 320 (1236) : « [...] Johanne, domino de Musi, milite [.. (...)
  • 227 BNF, lat. 5417, p. 289 (mai 1232) : « [...] Johannes, dominas de Musiaco […] faciunt annuatim [...](...)

46Enfin, Jean de Muzy est connu à partir de 1219225 jusque vers 1236 dans le cartulaire de l’abbaye de Lyre, comme témoin de Guillaume des Minières226. Il fut également mentionné en 1232 dans une donation pour « l’anniversaire » de Rahier de Muzy, son père227.

La mouvance

  • 228 Voir Martin Aurell, La Noblesse en occident (Ve-XVe siècle), Paris, Armand Collin, « Cursus », 1996 (...)
  • 229 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 274-276, no XVII ; BNF, lat. 5417, p. 462-464, (...)
  • 230 BNF, coll. Clairembault 995, no 1 (1144) : « concede hoc [...] Rahero de Dunjun, cum predictis fili (...)
  • 231 Donation de l’église Saint-Nicolas, voir supra.
  • 232 T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit, t. I, p. 75-77 ; A.-L. Léchaudé (...)

47Il est fort possible que Rahier Ier « du Donjon » ait, en tant qu’officier du château de Dreux et selon l’usage, reçu Muzy en fief afin d’y fonder son propre lignage228. En 1107, il était d’ailleurs encore appelé Rahier « de Dreux229 ». Situés dans le même secteur que le prieuré Saint-Georges – autrefois dépendant du comte Gauthier – ces territoires normands ont pu retourner dans le comté de Dreux à la faveur du flottement de l’autorité ducale – notamment sur les frontières – sous Robert Courtheuse. Le terme de « chasement » fut d’ailleurs utilisé lors de la fondation de l’abbaye de l’Estrée par ce même Rahier, à propos du moulin de Franchet et de la terre des Forges230. Finalement, la châtellenie se trouva rapidement prise en étau entre le bourg ducal de Nonancourt et le voisinage d’Anet. En dehors du village de Muzy, la famille du Donjon sembla exercer dans la première partie du XIIe siècle un contrôle de l’Avre jusqu’à Saint-Rémy (comprenant l’Estrée et les Forges) et au Nord sur le village de Louye, dès 1128-1130231. Déjà en 1180, le château de Louye était à la garde de Sehier de Quency, dans la dépendance du château de Nonancourt232. Muzy paraît ici avoir perdu des territoires au profit direct de l’autorité ducale.

Lignage du Donjon à Muzy.

  • 233 É. Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger..op. cit., p. 31 (...)
  • 234 BNF, lat. 10106, fos xiii-xiiii ; Monthuley-en-France et Monthuley-en-Normandie, commune de Saint-G (...)
  • 235 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « [...] dedit abbatie de (...)

48En fait, les références à l’autorité normande se manifestèrent dans quelques cas bien précis et uniquement lorsqu’il s’agissait de droits féodaux ou de confirmations de donations sur terres normandes : on fit alors appel au seigneur ou à l’évêque dont dépendaient les terres en question. Au milieu du XIIe siècle, la famille fut deux fois associée à Simon d’Anet. En 1155, Rahier fut son témoin – il est très plausible que Rahier n’ait pas été un simple voisin mais bien un vassal de Simon d’Anet – et peu après (1156-1161) lors de la sauvegarde de Henri II pour l’abbaye de l’Estrée233. Un peu plus tard, en compagnie de son voisin français Gauthier de Montulé, il assista à une donation de Robert de Dreux en faveur de Saint-Étienne234, ce qui montre un attachement encore tenace à la région dreugésine. Nous ne le trouvons lié à des Normands que lors de la fondation de l’Estrée qu’il organisa de concert avec deux habitants de Nonancourt mais avec le concours de Raoul d’Ilou et de Hugues II de Châteauneuf235.

49Le seigneur d’Anet était incontestablement issu d’une double origine française et normande. Malgré l’analyse de quantité de sources, la question reste plus ouverte en ce qui concerne Muzy, surtout si l’on considère la confiscation de Louye au plus tard en 1180. Les principales sources – autres que le cartulaire de l’Estrée – sont chartraines mais, étant de nature ecclésiastiques, donnent-elles un aperçu objectif des choix politiques de la famille ?

Un autre lignage « du Donjon »

  • 236 Arch. dép. Eure, H 320, cote 9 (n. d.) ; cote 24 (1161) : confirmation partielle par l’évêque d’Évr (...)
  • 237 BNF, coll. Clairembault 995, no 3 (n. d.) : « R[obertus] comes Drocensis notum fieri uolo [...] quo (...)
  • 238 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 53, no (...)
  • 239 BNF, coll. Clairembault 995, no 36 (1206, extrait de l’original en latin sur parchemin) : « Amaury, (...)
  • 240 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « Almaricus uero dédit [ (...)
  • 241 Arch. dép. Eure, H 320, cote 6 (1181-1192) : « [...] concedente domino suo Petro de Doniun, dederun (...)
  • 242 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 45, no (...)
  • 243 Ibid., p. 45, no 106 (1179; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3076).
  • 244 Ibid., p. 78, no 199 ; p. 89-90, no 233 et p. 90, no 234.
  • 245 Ibid., p. 91, no 236; p. 111, no 287; BNF, lat. 10101, f° 83 r°, no CVII.

50Une autre famille normanno-chartraine et parfaitement intégrée dans les réseaux frontaliers de l’Avre porta ce même nom de « Donjon ». Entre 1156 et 1161, Rahier du Donjon et son oncle, l’archidiacre Miles, souscrivirent à une charte de l’abbaye de l’Estrée émise par Marguerite et son neveu Baudry lors de l’entrée en religion de Girois, sœur de Baudry : ils donnèrent « toute la terre qu’ils avoient, située entre le chemin d’Illiers et la grange du Fayel [...] la terre que [tenait] d’eux, au même endroit, Gilbert de Montulé [...] sauf le fief de Baldric ; plus toute la colline qui [était] entre le bois du Mesnil, et la rivière, depuis le pont Franchet, jusqu’à une certaine fontaine [...] » Girois et ses autres frères, Robert et Pierre, furent témoins236. Leurs prénoms ne furent pas accompagnés du patronyme du Donjon, mais de nombreux recoupements permettent de conjecturer leur appartenance à cette famille. Tout d’abord, une charte de Robert de Dreux mentionne un Pierre du Donjon, fils d’Amaury, frère de Baudry et de Gelevisa (Girois), époux de Gelevisa (id.), père de Baudry, Amaury et Robert237. Ensuite, la léproserie du Grand-Beaulieu cite son épouse Girois (Gelevisa), Baudry, Henri, Amaury, Robert, Pierre et Gilbert, ses fils238. Enfin, une charte de 1206 mentionne encore ce Pierre du Donjon, fils d’Amaury, frère de Baudry et Marguerite, époux de Gelvisa (Girois) et père de Baudry, Amaury, Gilbert, Jean et Colombe de l’Estrée239. Cette dernière charte fait également apparaître que le père, Amaury, avait été l’un des fondateurs de l’abbaye de l’Estrée et renvoie à la donation sur l’Avre, en 1144, par un Amaury et son épouse Colombe de revenus qu’ils tenaient de Rahier du Donjon240. Une autre charte de Pierre du Donjon confirme qu’il était implanté près de l’Estrée241. Par ailleurs vers 1178-1179, ce Pierre du Donjon, frère de Baudry, fit un échange de terres à Boulay-les-Deux-Églises et Maudétour242. Cet accord fut confirmé par la famille de Châteauneuf243. En effet, les terres de Pierre semblent avoir été assez importantes au sein de la baronnie. Pierre était encore vivant en 1215 et mourut avant 1224244. Amaury du Donjon apparut ensuite seul, muni de son sceau mais sans avoir le titre de chevalier et en compagnie, en 1233, de sa sœur Colombe et ses frères Gilbert et Jean245.

51De ces sources, exceptionnellement nombreuses, il ressort incontestablement que Pierre du Donjon était fils d’Amaury et de Colombe et que cette souche familliale, co-fondatrice de l’abbaye de l’Estrée en 1144, gravitait de part et d’autre de l’Avre sous les dépendances de Muzy et de Châteauneuf. La synthèse de la généalogie n’est pas aisée à cause de différences notables dans la descendance de Pierre, notamment pour les chartes nos 3 et 36 de l’Estrée ou pour le prénom de l’épouse de Pierre : Gelevisa ou Girois.

Synthèse de la généalogie de Pierre du Donjon, d’après les chartes de l’abbaye de l’Estrée (arch. dép. Eure, H 320, cote 9 et BNF, coll. Clairembault, nos 1, 3 et 36) et de la léproserie du Grand Beaulieu (nos 129 et 172).

  • 246 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 69-70, (...)

52Est-il possible que le premier Amaury fût également un ancien officier du château de Dreux chasé dans la dépendance de Muzy ? L. Merlet a remarqué qu’il « tirait son nom de famille de la charge qu’il remplissait au château de Dreux [...] et qu’il habitait une maison dans l’enceinte même de la forteresse ». Il reconstituait en fait le texte « carta ista partita fuit in castello Drocarum ante dom’um meam246 », par « domum meam » (devant ma maison), alors que l’on peut aussi interpréter cette transcription comme la contraction courante de : « ante dominum me(a)[u]m » (devant mon seigneur). Il est clair malgré tout qu’il était dépendant du comte de Dreux.

  • 247 BNF, coll. Clairembault 995, no 15 (c.1224-1236): « [...] Ego Robertus, abbas Columbensis, concessi (...)

53Les cercles dans lesquels évoluèrent les lignages d’Amaury et de Rahier furent sensiblement différents. Pierre et Amaury semblent avoir été assez proches des chanoines de Saint-Étienne de Dreux et de l’abbaye française de Coulombs. La léproserie du Grand Beaulieu, où ils apparurent onze fois (dont neuf entre 1178 et 1179), n’était qu’indirectement liée aux Muzy par les chanoines Goslein et Miles qui représentaient l’autorité épiscopale et Rahier n’y apparut qu’une seule fois en personne. À l’inverse, Pierre et Amaury ne furent présents à l’Estrée que quatre fois au total, alors que le lignage Muzy s’y manifesta quatorze fois, au minimum. En fait, ils n’apparurent ensemble que dans deux cas : pour la fondation de l’abbaye de l’Estrée puis au XIIIe siècle247. En proportion de la quantité des documents émis par ces familles, ces deux occurrences restent des cas isolés. De même, excepté le comte de Dreux de qui ils tirèrent sans doute leur ascension, l’entourage semble avoir été nettement différent et Pierre semble avoir été plus franchement sous la coupe de Châteauneuf.

Ilou

Le lignage d’Ilou

  • 248 Commune de Dampierre-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir ; voir D. Power, op. cit (...)
  • 249 M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 24, no 2 et p. 91-94 ; arch. dép. (...)
  • 250 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit, t. I, p. 141, no XVIII ; Crucay, canton de Brezolles, dép. d (...)
  • 251 Ibid., p. 229, no III ; Montreuil, canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 252 Ibid., p. 253, no XXVII et t. II, p. 515, no I.

54La famille d’Ilou248 est connue dès la deuxième moitié du XIe siècle. Située dans l’entourage royal de Dreux, elle se plaça systématiquement en rapport avec la baronnie de Châteauneuf (carte no 12) premier Garin d’Ilou apparut aux côtés de Goslein de Lèves et Goslein de Rémalard, le 3 novembre 1060, à l’occasion de la confirmation par Philippe Ier de la fondation, par Gaston du Châtel, du prieuré de Croth. Quelques années plus tard, le 29 mai 1067, Garin d’Ilou et Hugues, fils de Gaston du Châtel souscrivirent à Paris à une autre charte de Philippe Ier249. Garin participa également dans les années 1079-1101 à la donation de l’église de Crucay, qui se trouvait dans ses possessions250. Avant 1073, il fut témoin avec son fils Simon de la donation de l’église de Montreuil, confirmée par Hugues du Châtel251. Nous le voyons également apparaître dans une donation sur un four de Brezolles qu’un certain Landri tenait de lui. De cette donation, Hugues du Châtel et Gilbert de Tillières furent conjointement témoins252. Son objet ne concernait pas précisément Ilou mais des terres ou moulins du territoire de Brezolles tenu par la famille de Châteauneuf. Nous remarquons que le rôle de Garin fut toujours indirect, confirmatif et que Hugues de Châteauneuf était mentionné comme seigneur même s’il restait accompagné de Gilbert de Tillières. Il apparaît ainsi que la famille d’Ilou, alors dans l’orbite de celle de Châteauneuf, se trouvait sous influence française.

  • 253 Ibid., p. 559-561 (1115-1129) ; Bérou-la Mulotière, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 254 Ibid., p. 565-566.
  • 255 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 51 ; BNF, fr. 24133, p. 118 : « carta (...)
  • 256 BNF, lat. 10102, p. 4-5, no V : « [...] ubi Symon de Islou et Radulfus, filius eius, illi et eccles (...)

55Garin disparut avant 1115 car vers cette date, son fils Simon était témoin à la cour de Gilbert de Tillières du jugement d’une querelle intervenue entre Geoffroy de Bérou, son voisin, et l’abbaye de Saint-Père253. Vers 1117, il fit don, avec le consentement de son épouse Tescia et de ses fils Garin et Raoul, de la moitié de l’église d’Aulnay à Saint-Père-de-Chartres sous l’œil attentif de l’évêque de Chartres, Geoffroy de Lèves254. Avec Thecia et leurs fils Raoul et Simon, il fit don à l’abbaye de Coulombs de sa terre de Broué255. L. Merlet datait cette charte de la fin du XIe siècle, or à cette époque, le seigneur d’Ilou était encore Garin, son père. Il convient donc de situer la datation de cette charte dans la première moitié du XIIe siècle. Puis vers 1120-1123, il fit avec son fils Raoul une donation à l’abbaye de Josaphat sur sa terre de Gallardon. Cet acte le lie à la famille de Lèves qui venait de fonder cet établissement. Un rapprochement a pu se faire par l’intermédiaire de la famille voisine de Muzy fraîchement apparentée à Goslein de Lèves : Rahier et Goslein en furent d’ailleurs témoins256.

  • 257 BNF, coll. Clairembault 995, no 8 (1157) : « [...] terras quas habent a Radulfo de Islo apud Meruil (...)
  • 258 BNF, coll. Clairembault 995, no 13 : « [...] Ra[dulfus] de Hislo [...] dedit [...] terram de Mereui (...)
  • 259 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit, no 60, p. 2 (...)
  • 260 Ibid., p. 26-28, no 59.
  • 261 Ibid., p. 23-24, no 52.
  • 262 Ibid., p. 35, no 77 et p. 35-36, no 78.
  • 263 BNF, fr. 24133, p. 118 : « carta Radulfi de Isleto, que dat uillam suam, quae uocabula Mairolis [.. (...)

56Garin mourut avant 1157. À cette date, son fils Raoul accorda à Roger de Pinceone, installé sur ses terres de Merville en Normandie, de faire une donation à l’abbaye de l’Estrée257. L’abbaye compléta ses possessions à Merville par une autre donation personnelle de Raoul, de son épouse Alise et de leur fille Tecia258. En 1160, Raoul, Alise, leurs fils Garin et Hilaire, autorisèrent Hersende à faire don d’une terre et d’un bois à Badainville en faveur de la léproserie du Grand Beaulieu. À cette époque, Raoul était lié avec son voisin Garin de Malicorne, témoin de cette charte259. C’est sans doute dans les mêmes années que Raoul, Alise, leurs enfants Garin, Simon, Hilaire et Thecia firent des dons en faveur ce même établissement à Breharville, la Pommeraye et sur leur moulin d’Ilou. Garin de Saint-Rémy, leur voisin, fut témoin. Ils firent en outre confirmation de concessions individuelles sur Saint-Lubin-des-Joncherêts (au sud de Nonancourt), par Hilaire sur les terres des environs de Dampierre-sur-Avre, par la femme de Garin d’Ilou et leurs filles Thecia (aînée) et Guiburge puis conjointement par Dreux (fils de Raoul d’Ilou) et sa sœur Thecia avec son propre fils Raoul. Garin d’Ilou, Hilaire et Dreux, frère de Garin, confirmèrent de leur côté les dons faits par leurs arrière-vassaux, entre autres Crespin de Nonancourt et son fils Garin de Malicorne260. Vers la même époque, ses fils, Garin et Hilaire furent encore témoins à Nonancourt d’une donation de Guérin de Malicorne261. Raoul était toujours actif vers 1170, il fut témoin dans deux chartes de cette même léproserie262. Il se manifesta encore auprès de l’abbaye de Coulombs à qui il fit don avec ses enfants, Simon et Thesia, de sa villa de Mairolles263.

Carte no 12 – Implantation du lignage d’Ilou.

  • 264 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 52, no (...)
  • 265 Ibid., p. 60, no151.

57Raoul mourut avant 1186, date à laquelle Garin d’Ilou et son fils, Simon, furent cités dans une charte d’Hugues III de Châteauneuf264. Bien qu’implantés durablement en Normandie, ils restèrent attachés à la famille de Châteauneuf. D’ailleurs, en 1190, à Saint-Rémy-sur-Avre, Garin d’Ilou fut témoin d’une ratification par Marguerite, épouse du futur Gervais II de Châteauneuf, des conventions intervenues entre la léproserie du Grand Beaulieu et Hugues III de Châteauneuf265.

  • 266 BNF, coll. Clairembault 995, no 31 (avant 1188 ?) : « [...] Garinus de Islo concessit monachis de S (...)
  • 267 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 : voir supra ; arch. dép. Eure, (...)
  • 268 BNF, lat. 10106, f° xli : « Simon, miles de Illou, [...] Noueritis quod decimam illam que est apud (...)
  • 269 BNF, coll. Clairembault 995, no 86, no 97 et no 100.

58Les donations de la famille d’Ilou (composée de Garin, son épouse Hemeline et leurs enfants Simon, Thecia et Guibore, de Thecia, tante de Simon, avec son fils Raoul) se poursuivent en même temps à Merville en faveur de l’abbaye de l’Estrée et en liaison étroite avec Simon d’Anet, leur nouveau seigneur266. Leurs proches voisins d’Illiers ou de Malicorne furent souvent associés comme témoins267. Garin d’Ilou disparut avant 1200 : au mois d’août, Simon, chevalier d’Ilou, fit une donation à Saint-Etienne de Dreux sur ses terres de Conteville268. La famille resta en place sur les territoires normands après 1204 : encore dans les années 1230, Simon d’Ilou, fils de Garin, confirma les donations faites par ses prédécesseurs à l’abbaye de l’Estrée269.

Lignage d’Ilou.

Les territoires associés à Ilou

  • 270 Ibid., no 13 (1139-1165) : « [...] et Simon de Aneto, ad cuius feodum res pertinet [...] » ; arch. (...)
  • 271 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 ; voir supra.

59Bien que les sources demeurent partielles et orientées sur les donations pieuses plutôt que sur le contexte social et politique de la famille d’Ilou, nous pouvons déterminer qu’à partir de la seconde moitié du XIIe siècle au plus tard, Raoul d’Ilou était implanté en Normandie où il dépendait, comme ses voisins directs, de Simon d’Anet270 (carte no 12). Merville dépendant auparavant de la famille de Châteauneuf, il ne fait aucun doute que c’est par elle qu’ils obtinrent des cessions en Normandie – à Brezolles également d’ailleurs. Si l’une des donations normandes se fit sous l’autorité de Sehier de Quency, connétable de Nonancourt271, c’est que les seigneurs d’Ilou reconnaissaient l’autorité de l’administration ducale sur leurs territoires au-delà de l’Avre. Ce simple fait prouve d’une part, la réussite du programme d’implantation de Henri Ier – que nous développerons plus loin – et d’autre part, que, finalement, les seigneurs d’Ilou paraissent être restés assez indifférents aux conflits frontaliers. Nous ne pouvons que discerner l’apparente dissociation entre le patrimoine français, qui fut l’objet de dons aux établissements chartrains et leurs possessions normandes, qui furent exclusivement réservées à l’abbaye de l’Estrée. Leurs possessions et leurs donations montrent néanmoins que, comme la plupart de leurs voisins directs, ils étaient parfaitement intégrés aux réseaux seigneuriaux français de la frontière, sous la coupe des seigneurs de Châteauneuf puis d’Anet.

Malicorne

  • 272 Commune de Saint-Lubin-les-Joncherêts, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 273 Arch. dép. Eure-et-Loir, G 3067 : « Simon de Malicorne, armiger, dominas de Sancto Leobino. »
  • 274 BNF, lat. 5185H, f° 134.
  • 275 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 24-25, (...)

60Malicorne est de nos jours un simple hameau situé au sud de l’Avre, en face de Nonancourt272. En 1274, Simon de Malicorne s’intitulait « écuyer, seigneur de Saint-Lubin273 ». Ce fief a pu également être identifié par un aveu de 1462 où « Loys Osmond, escuier, seigneur de Malicorne, assis en la paroisse de Saint-Lubin des Joncherestz, confesse qu’il tient en fief [...] un manoir nommé Malicorne274 ». Malicorne semble avoir eu son importance au XIIe siècle et être le fief de la famille du même nom. La première apparition date des années 1160. Dans deux chartes, nous trouvons Crespin de Nonancourt et son fils Garin de Malicorne qui sont d’une part témoins de Gilbert de Tillières et d’autre part, confirmés par Raoul d’Ilou pour des donations faites à proximité de Dampierre. Hugues de Châteauneuf et son épouse Marguerite confirmèrent également ces dons275.

Carte no 13 – Implantation du lignage de Malicorne.

  • 276 BNF, coll. Clairembault 996, no 1 : « Nivardus autem de Nonancuria dedit eisdem monachis, libere de (...)

61Garin aurait donc été le premier à prendre le nom de Malicorne et son père, Crespin, était natif de Nonancourt au nord de l’Avre. Ce Crespin de Nonancourt était contemporain d’un Nivard (ou Ninard) de Nonancourt, cofondateur de l’abbaye de l’Estrée (1144), décédé avant 1155-1164276, mais qui ne semble pas lui avoir été apparenté. Il semble donc que l’appellation « de Nonancourt » indiquât une origine géographique plus qu’un patronyme et que, par conséquent, Garin de Malicorne ait eu des origines normandes, peut-être même bourgeoises.

  • 277 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 ; voir supra.
  • 278 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 53-54, (...)

62Les donations de Garin, qui semble avoir vécu jusque vers 1188, furent ensuite essentiellement tournées vers la région chartraine en faveur de la léproserie du Grand Beaulieu. Il paraît avoir eu peu de relations avec l’abbaye de l’Estrée pour laquelle il se contenta de témoigner, entre 1186 et 1188, lors d’une donation de Simon d’Ilou et Simon d’Anet, ses voisins277. Son fils, Guillaume, fut présent à Tillières lors d’une donation de Gilbert de Tillières en faveur de la léproserie du Grand-Beaulieu278. Cette participation montre que la frontière n’était donc pas infranchissable techniquement ni moralement (carte no 13).

  • 279 Ibid., p. 74-75, no 187; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3067.
  • 280 Arch. dép. Eure, G 6, p. 182-184, no 244 (déc. 1230) : « Guillelmus de Malicorne, Johannes de Musia (...)
  • 281 BNF, lat. 5185 H, p. 256 ; l’Alleu, commune de Saint-Lubin-des-Joncherêts, canton de Brezolles, dép (...)

63Après 1204, la famille de Malicorne resta sur ses terres de l’Avre. En octobre 1212, Garin, Jeanne son épouse et ses enfants Serlon, Guillaume, Crespin, Garin, Nicolas et Hesa firent encore une donation à la léproserie du Grand Beaulieu et confirmèrent toutes les celles de ses ancêtres279. En 1230, Guillaume de Malicorne fut, avec ses proches voisins, Jean de Muzy et Garnier de Montulle, témoin d’une charte de Robert de Courtenay sur les revenus d’Illiers280. Sans doute dans ces mêmes années, Guillaume de Malicorne, chevalier, fit donation au chapitre de la cathédrale de Chartres d’un moulin à Saint-Lubin, de la petite villa d’Alleu et d’un fief tenu du comte de Dreux281.

Lignage de Malicorne.

L’implantation significative des établissements religieux français282

  • 282 Voir aussi D. Power, op. cit., p. 312-317.

64La pérennité de l’implantation française sur les territoires normands se manifesta également par les possessions d’établissements religieux français gravitant, pour la plupart, dans la dépendance des comtés de Dreux et de Chartres. Après quelques pas au nord de l’Avre aux Xe-XIe siècles, les plus anciens établissements continuèrent de s’y accroître par des donations annexes. Les plus récents se rapprochèrent souvent de la baronnie du Thymerais. Cette politique d’accroissement de leur patrimoine normand bénéficia largement de la multiplication des lignages transfrontaliers de l’Avre que nous venons d’identifier. Ceux-ci, nouvellement hissés au sein de la noblesse, adoptèrent les pratiques de leur seigneur : par leurs largesses auprès d’établissements soigneusement choisis, ils achevaient, au-delà des devoirs de l’auxilium et du consilium, d’intégrer leur classe.

  • 283 Voir supra ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 300-301, no 1112.
  • 284 Voir supra.
  • 285 BNF, lat. 10096, fos 35 et suiv. : « Decanatus de Brueroliarum : [...] Berou [...] Domna Petra supe (...)

65Les premiers établissements religieux français à s’être infiltrés en Normandie furent l’abbaye de Bourgueil et la cathédrale de Chartres, dont les possessions furent sans aucun doute obtenues grâce à la maîtrise durable du douaire de Leutgarde de Vermandois par les comtes de Blois-Chartres (cartes no 5 et no 14). L’abbaye de Bourgueil conserva, indépendamment des conflits, les possessions offertes par Emma mais ne sembla pas mener de politique d’accroissement. Elle se contenta de conserver Marcilly-la-Campagne et le prieuré de Coudres où elle entendait maintenir son autorité : en 1215, les habitants de Coudres ne purent intégrer la commune de Nonancourt car l’abbaye s’y refusait283. De même, la cathédrale de Chartres se contenta de l’acquis qu’elle avait fait à Illiers au tournant des Xe-XIe siècles et qu’elle refusa simplement de perdre au profit entier de l’abbaye de Saint-Père284. Notons tout de même de nombreux bénéfices de la cathédrale dans le doyenné de Brezolles (Bérou, Brezolles, Dampierre, Armentières, Escorpain, la Mulotière, Montigny et sur des chapelles à Saint-Rémy, au Vieux-Verneuil, etc.285) qui la positionnaient le long de la frontière française.

  • 286 Dép. des Yvelines ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 500 (charte originale).

66L’abbaye de Saint-Père-de-Chartres était omniprésente de part et d’autre de la frontière de l’Avre et de l’Eure (carte no 15). Elle semble avoir réalisé sa plus grande extension dans le courant du XIIe siècle autour de deux possessions acquises avant la fin du Xe siècle, grâce au comte de Dreux et peut-être, ici encore, sous l’impulsion de la comtesse Leutgarde. Celle-ci, en effet, était assez proche de l’abbaye pour lui faire don, en 978, des églises de Juziers et Limay pour le repos des âmes de son père Herbert II de Vermandois († 943) et son époux Thibault286 († c. 975).

Carte no 14 – Implantation sur l’Avre et en Normandie des établissements religieux français : abbaye de Bourgueil et cathédrale de Chartres (Xe-XIIe siècle).

  • 287 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 377.
  • 288 Ibid., t. I, p. 127-131.
  • 289 Ibid., p. 92, etc. ; voir supra.
  • 290 Ibid., p. 118, no VII (avant 1034), t. II, p. 260-263, p. 263-264 et p. 585-586 ; voir supra.
  • 291 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventai (...)
  • 292 Ibid., p. 536-538.
  • 293 Ibid., p. 557.

67Sur la partie orientale, le prieuré de Saint-Georges287 permit à l’abbaye de rayonner de chaque côté de la frontière, de Dampierre-sur-Avre288 (cure) à la forêt de Croth, en passant par Rescolium289 et Saint-Rémy (revenus sur le Bois), Montreuil et Sorel-Moussel (depuis 1004-1005 : église Notre-Dame de Moncel et chapelle de Sorel), puis Anet290 (c. 1034 : église et moulins), le plus souvent grâce à la famille de Châteauneuf. Par ailleurs, l’abbaye de Saint-Père et la cathédrale de Chartres se partagèrent, au XIIe siècle, les revenus des églises d’Illiers l’Evêque, avec la cure de Saint-Martin pour l’abbaye. À l’Ouest, Armentières291 lui servit également d’avant-poste. Possédant déjà la cure et la villa, l’abbaye en obtint les moulins avec l’aval de Gilbert II ou III de Tillières entre 1100 et 1135292. Nous lui connaissons également un prieuré à Saint-Christophe où elle possédait l’église depuis 1003 au moins293.

  • 294 Ibid., p. 260-264, 1127 et 1126.
  • 295 Ibid., t. II, p. 535 ; canton de Rugles, dép. de l’Eure.
  • 296 Canton de Rugles, dép. de l’Eure.
  • 297 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201.

68En 1126-1127, l’état de ses biens faisait ainsi mention, dans le diocèse d’Évreux, de Beaulieu (cure), Chandai (prieuré et cure Notre-Dame), Illiers (église Saint-Martin), Saint-Georges-sous-Motelle (prieuré et cure) et Pullay294 (cure). C’est donc postérieurement que lui furent faites les donations de Chennebrun (cure, moulins de Chennebrun et du Breuil), Irai (cure), Gournay-le-Guérin (moulin) et la fondation du prieuré Saint-Étienne de Chennebrun. Pour Beaulieu et Saint-Christophe, proches de Brezolles (où l’abbaye possédait déjà les églises et divers autres revenus : fours, moulins etc.), l’influence de Châteauneuf a pu être exercée, à moins que ce ne fut déjà celle de Gilbert de L’Aigle qui consentit à la donation de l’église de Chandai, entre 1101 et 1112295. Pullay aurait également pu relever de l’autorité de Gilbert qui épousa vers 1090 la fille de Geoffroy de Mortagne. La famille fut présente dans cette partie de la frontière où leur fils, Richer, fonda l’abbaye de la Chaise-Dieu-du-Theil296. Doit-on pour autant en déduire que la famille de L’Aigle se mit à avoir des rapports particuliers avec l’abbaye chartraine ? À ces dates, Gilbert semblait proche d’Henri Ier Beauclerc (oncle maternel du comte de Chartres) qui l’employait pour ses qualités d’administrateur297.

Carte no 15 – Implantation sur l’Avre et en Normandie des établissements religieux français : l’abbaye de Saint-Père de Chartres (XIe -XIIe siècles).

  • 298 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 441-442, no 230 ; canton de Saint-André-de-l’Eure, (...)
  • 299 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs…, op. cit., p. 15, qui y avait, en théorie, droit de no (...)
  • 300 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit. ; BNF, fr. 24133, p. 133-134 ; BNF, coll. (...)
  • 301 M. Aurell, La Noblesse en Occident..., op. cit., p. 90, a mis en évidence la pression des liens fam (...)
  • 302 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 34 ; BNF, fr. 24133, p. 136, voir supr (...)

69L’abbaye de Coulombs était implantée très au nord de l’Avre, ce qui met en évidence que les établissements religieux français s’ancraient assez haut en territoire normand (carte no 16). En 1066, elle obtint la restitution de sa terre des Authieux en présence de Hugues Ier de Châteauneuf et de Richard Fils-Herluin, de Saint-André298. En 1071, lorsque fut fondée l’abbaye Notre-Dame d’Ivry par Roger, échanson de Guillaume le Conquérant, celle-ci fut placée sous la protection de Coulombs montrant ainsi la perméabilité de la frontière299. Coulombs s’implanta ensuite à Saint-André dès 1105-1106 : Richard fils-Herluin, alors gardien du château, lui accorda l’église paroissiale et d’autres donations. Avant 1141, l’abbaye desservit également la chapelle du château300. Il ne semble pas ici que ce fut la proximité des seigneurs de Châteauneuf, amis de Coulombs, qui détermina ce choix mais plus vraisemblablement des liens familiaux : l’abbé Robert (1063-1078) était en effet le propre frère de Richard301. Enfin vers 1128-1130, cette abbaye reçut de Rahier de Muzy, les églises Saint-Nicolas de Louye et Saint-Jean de Muzy où, dès 1133, un prieuré dédié à Notre-Dame fut installé dans sa dépendance302.

Carte no 16 – Implantation sur l’Avre et en Normandie des établissements religieux français : l’abbaye de Coulombs (XIIe siècle).

  • 303 M. Charpillon et l’abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 874-875, voir supra.
  • 304 Ibid., p. 874-875, voir supra.
  • 305 BNF, lat. 13818, fos 100-101 : « [...] In episcopatu Ebroicensi, Drosincum uillam cum appendiciis s (...)
  • 306 Longuelune, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Francheville, canton d (...)
  • 307 BNF, lat. 11056, no 715 :« [...] quicquid habebant in decimis ecclesie Beate Marie de Poile, iuxta (...)
  • 308 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201.
  • 309 BNF, lat. 13818, f° 90 r°, confirmation de Gilbert de L’Aigle (1155).

70D’autres établissements enfin, portèrent la marque d’une intervention française mais sans vraiment donner naissance à de grands ensembles territoriaux. L’abbaye de Saint-Vincent-des-Bois aurait possédé dès 1130 l’église de Cour-demanche par donation de la famille de Châteauneuf-en-Thymerais303. Lui appartinrent également les églises de Droisy près de Verneuil et celle de Montigny au sud de l’Avre304 (carte no 17). L’abbaye de Saint-Lomer de Blois possédait la villa de Droisy avant 1107305. Si aucune date ne permet encore de préciser les conditions de l’acquisition de l’église de Saint-Pierre de Longuelune et du prieuré Saint-Pierre de Francheville306, sur l’Iton (avec sans doute en même temps une extension de revenus à Poisley), peut-être pouvons également les situer au XIIe siècle, en tous les cas avant l’échange de 1240307. Cette abbaye blésoise put facilement s’implanter dans la région normande de l’Avre, soit à la faveur de l’union ancienne des comtés de Chartres et de Blois ou la baronnie de Châteauneuf, soit par la famille de L’Aigle qui entretint des liens avec cette abbaye, dès l’époque d’Ingenulf308 († 1066) qui avait fait don du prieuré de Saint-Sulpice près de L’Aigle309.

Carte no 17 – Implantation en Normandie des établissements religieux français : l’abbaye de Saint-Vincent-des-Bois (XIIe siècle).

Carte no 18 – Implantation sur l’Avre des établissements religieux français : la léproserie de Grand Beaulieu (XIIe siècle).

  • 310 Voir supra.
  • 311 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 34, no (...)
  • 312 Ibid., p. 24-25, no 54 (c. 1160).
  • 313 Ibid., p. 53-54, no 131 (1188).
  • 314 Ibid., p. 63, no 159 (1193).

71Par ailleurs, la léproserie du Grand Beaulieu, près de Chartres, ne fut pas fortement implantée en terre normande mais assez largement sur la rive française de l’Avre (carte no 18) par les donations des familles d’Ilou, Malicorne et Courteilles (Dampierre-sur-Avre, Saint-Lubin, Malicorne, etc.), de Châteauneuf (Boissy-en-Drouais, Escorpain) et du Donjon310 (Maudétour). Les quelques donations en Normandie répondirent à des circonstances particulières. Nous connaissons en 1170 une concession de Robert III et Pernelle de Leicester sur divers droits en forêt de Breteuil311 : cette donation remonte précisément au moment où les familles de Leicester et de Châteauneuf étaient alliées. La léproserie entra également en contact avec l’honneur de Tillières qui entendait excercer un contrôle au Sud de l’Avre312 et qui lui céda une rente313. Cet établissement de charité avait sans doute fortement influencé le donateur, Gilbert V, qui préparait alors son départ en croisade. Enfin, la donation de Nicolas d’Orphin sur son fief de Nonancourt correspondait à une période où le château était entre les mains de Robert de Courtenay314.

Notes

1 Voir supra ; Leutgarde était à la fois carolingienne par son père Herbert II de Vermandois (902-943), descendant de Charlemagne par son fils Pépin, et robertienne par sa mère Hildebrande. Elle était ainsi cousine germaine de Hugues Capet.

2 Richard Ier, fils illégitime, avait déjà été reconnu comme héritier par les barons normands.

3 Michel Bur, « La Champagne dans le monde Franc » et « La Champagne féodale », dans M. Crudelier (dir.), Histoire de la Champagne, Paris-Toulouse, Privat, 1975, p. 85-158, ici p. 119-122 ; il était le fils de du vicomte de Tours, Thibault, et de Richilde, veuve de Charles le Simple.

4 La théorie de L. Musset sur la constitution du douaire a été partiellement remise en cause par P. Bauduin : seule Longueville constituait la dot et le contrôle normand de l’Évrecin aurait été perdu après 943 avec l’intervention de Louis IV et Hugues le Grand, La Première Normandie..., op. cit., p. 162-166.

5 Auguste Longnon et Auguste Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens. t. II, diocèse de Chartres, RHF, Paris, Klincksieck, 1906, t. II, cathédrale de Chartres (XIe siècle), p. VII et p. 18 ; arch. dép. Eure, III F 204, cite la charte de donation d’après BNF, lat. 5285, I, f° 189 (977-986) : « [...] ego uidelicet Auesgaudus, notum esse uolo[...] qualiter quandam ecclesiam proprietatis mee, quam Letgardis, benigna comitissa, cum consilio filiorum suorum Hugonis archiepiscopi et Odonis comitis [...] michi in hereditatem donauit, Sancte Marie Carnotensis ecclesie ejusque canonicis [...] concedo et trado et de mea potestate in eorum potestatem habendam transpono. Est autem ipsa ecclesia in pago Ebroicensi, in uilla que appellatur Ilegias, cum terris et aliis adjacentis que ad ipsam pertinent [...] » et lat. 17024, f° 123-124 ; Marcel Charpillon et l’abbé Carême, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, 2 vol., Les Andelys, Delcroix, 1868-1879, t. II, p. 403, et P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 365-367, donnent la date 983-985 environ.

6 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle... », art. cité, p. 15-54 ; Emma, fille de Leutgarde et Thibault, épouse de Guillaume de Poitiers, avait fondé l’abbaye de Bourgeuil en 996 ; Marcilly-la-Campagne, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

7 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 48-51 et passim ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit, t. I, p. 124-125.

8 Jean-François Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, mémoire dactyl., Lille, 1945 ; L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle... », art. cité, III, p. 40 et suiv. ; P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 172.

9 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 68-69, no 2 ; Saint-Georges-Motel, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

10 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 166-173.

11 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. I, p. 23-27.

12 Jean Yver n’a d’ailleurs pas manqué de noter que le duc tenait ces territoires d’une « origine fort peu claire » : « Les châteaux forts en Normandie jusqu’au milieu du XIIe siècle, contribution à l’étude du pouvoir ducal », Caen, BSAN, t. LIII, 1955-1956, p. 28-118, ici p. 38.

13 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 184-185.

14 J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage..., op. cit. ; L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle... », art. cité, III, p. 23 ; voir supra.

15 Il semble en réalité que deux conflits à peu près contemporains aient été confondus par Guillaume de Jumièges sur la frontière de l’Avre avec Eude de Chartres et la frontière occidentale avec les Bretons, où intervinrent les Scandinaves.

16 André Chédeville, Chartres et ses campagnes XIe-XIIIe siècles, Paris, 1973, p. 142.

17 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 93, no 15.

18 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 92 ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », p. 116-117, no 29.

19 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 570 ; Aulnay-sur-Muzy, commune de Muzy et La Héruppe, commune de Louye, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; il ne peut s’agir de Saint-Rémy-sur-Avre (canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir) dont le site n’a pas été abandonné et dont l’autel paroissial a été conservé.

20 Ibid., t. I, p. 126-127.

21 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., op. cit., p. 40 (1015) ; J.-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche..., op. cit. (1025) ; voir P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 186-187.

22 L. Merlet (éd.), Cartulaire de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit., t. I, p. 28.

23 En 1081, Adèle avait épousé Étienne de Blois-Chartres († 1101). À partir de son départ en croisade (1096), c’est elle qui dirigea le comté ; voir E. C. M. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t. II, p. 276-277 (n. 6) ; M. Bur, « Les comtes de Champagne et la Normannitas », Anglo-Norman Studies, 1981-1982, p. 25 et suiv.

24 Il ne s’agit pas ici de reprendre entièrement l’histoire de cette famille, qui a déjà été synthétisée, mais de la replacer dans ce contexte frontalier normand ; voir L. Merlet, Notice historique..., op. cit., voir également Charles Métais, « Éloges historiques des hommes illustres de la province du Thymerais par Dreux du Radier, seconde partie, fragment du manuscrit original publié pour la première fois par le commandeur Henry le Court », Études et documents, pièces détachées pour servir à l’histoire du diocèse de Chartres, vol. I, Chartres, 1899, p. 341-364 ; et plus récemment P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles : origine et maîtrise politique de la frontière sur les confins de la Haute-Normandie (911-1087), thèse de doctorat, université de Caen, 1998, 2 vol. dactyl., p. 238-242 et La Première Normandie..., op. cit., p. 178-191 et p. 237-242 ; D. Power, op. cit., p. 101-102, 205, 220-221 et p. 246-248.

25 D’après L. Merlet, son « règne » effectif ne commença que vers 1050 : L ; Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 3 ; Thimert, canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir.

26 L. Mrelet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 9.

27 À Saint-Céneri-le-Gerei en opposition avec les Bellême ; voir F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 110 et p. 309.

28 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 291, no 122 (1050) ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. I, p. 38-39, donne le vocable de l’église ; dans le pouillé de 1370, aucune possession de Saint-Evroult n’apparaît dans le doyenné de Verneuil : Longnon (éd.), Pouillés de la Province de Rouen, RHF, Paris, Klincksieck, 1903, p. 189.

29 M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 24, no 2 ; arch. dép. de l’Eure, H 845 ; C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 349-350.

30 L. Merlet, Notice historique. op. cit., p. 3 ; Anthony John Holden (éd.), Le roman de Rou de Wace, 3 vol., Paris, Picard, 1970-1974, t. III, p. 71.

31 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 152.

32 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs.., op. cit., p. 11, dép. de l’Eure-et-Loir.

33 René Poupardin (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, des origines au début du XIIIe siècle..., Société de l’histoire de Paris et d’Ile-de-France, 2 vol., 1909-1932, p. 99-101, no LXII.

34 Canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 152.

35 C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 349-350 et d’après id., Cartulaire de l’abbaye de Josaphat, société historique et archéologique d’Eure-et-Loir, Chartres, Garnier, 1911-1912, p. 40-43, no XXXII et XXXIII ; Châteauneuf-en-Thymerais, chef-lieu de canton, dép. de L’Eure-et-Loir.

36 Il est cité sous le nom de « Châteauneuf » dans l’obituaire de la cathédrale de Chartres : A. Longnon et A. Molinier (éd.), Obituaires de la province de Sens, op. cit., t. II, p. 192.

37 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6.

38 Ibid., p. 6; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. IV, p. 358-359, voir supra; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 133.

39 Ibid., p. 137.

40 Ibid., p. 127.

41 M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 91-94 (1067).

42 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 441-442, no 230 ; L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., passim.

43 Depuis son mariage avec Mabille de Montgommeri : ibid, t. IV, p. 358-359 ; Judith Green, The Aristocracy of Norman England, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 352 ; de récentes études ont mis en évidence le choix de familles normandes frontalières de se constituer des alliés parmi les familles françaises, imitant en cela la politique ducale : C. Warren Hollister, « War and diplomacy in the Anglo-Norman world : the reign of Henri I », dans Allen Brown (dir.), Anglo-Norman Studies VII (1983), Woodbridge, Boydell press, 1984, p. 72 et suiv., p. 82 ; J. Green, The Aristocraty of Norman England, op. cit., p. 354, d’après C. W. Hollister, The Angevin Empire, p. 251.

44 Dép. de l’Orne et de l’Eure-et-Loir ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit, t. IV, p. 358-359.

45 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit, t. II, p. 358-359, t. III, p. 112-113 et p. 138-239.

46 C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 357-359.

47 Ivry était disputé entre Guillaume de Breteuil et Ascelin Goël : L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 7 ; C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 347-358 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit, t. II, p. 202-203.

48 Ibid., t. II, p. 229.

49 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6-7.

50 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois.,., op. cit., chap. XIX, p. 446-469, passim.

51 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 8 : Gervais fut excommunié par Yves de Chartres mais bénéficia toujours de la protection de Louis VI.

52 Canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir ; L. Merlet (éd.), Lettres d’Yves de Chartres et d’autres personnages de son temps (1087-1130), Paris, Firmin-Didot, 1855, p. 29-30, no XXXV : la fortification fut signalée à la comtesse Adèle entre 1102 et 1109.

53 La bataille de Tinchebray (sept. 1106) assura à Henri le pouvoir en Normandie mais ne pacifia pas immédiatement la province.

54 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit, t. VI, p. 176-177.

55 C’était une politique habituelle de Henri Beauclerc que de confier les places fortes de ses frontières à ses filles naturelles : voir C. W. Hollister, « War and diplomacy... », art. cité, p. 82.

56 Ils auraient été cousins au sixième degré : L. Merlet, Notice historique.., op. cit., p. 9.

57 Ibid., p. 8-9.

58 Ibid., p. 9; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. III, p. 198.

59 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 9, lettre no 266 ; Ilou, commune de Dampierre-sur-Avre et Saint-Lubin-des-Joncherêts, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

60 D. Crouch, The Beaumont twins..., op. cit., p. 16, Hugues avait épousé Alberède de Meulan, sœur de Galeran de Meulan et de Robert II de Leicester.

61 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 9 ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit., t II, p. 234-235.

62 L. Merlet, Notice historique.,., op. cit., p. 9.

63 BNF, lat. 9498, p. 64 : « de Castrinoui dominus ».

64 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1.

65 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 269 ; canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

66 Achille Luchaire, Études sur les actes de Louis VII. Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers Capétiens (mémoires et documents), Picard, Paris, 1885, p. 62 ; L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. II, p. 8.

67 L. Merlet, Notice historique.,., op. cit., p. 9.

68 W. Stubbs (éd.), Radulfi de Diceto..., op. cit., t. I, p. 385 ; D. Power, op. cit., p. 259-260.

69 « Entre Ivry et Nonancourt » : A. Luchaire, Étude sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 62 et suiv., p. 323, no 716 ; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 244-246 ; id. (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. I, p. 292-294.

70 Ibid., t. I, p. 272; id., Chronica magistri Rogeri de Hovedene, t. II, p. 255.

71 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 5; id., Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. II, p. 317.

72 É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. I, p. 350-352, no 289 ; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. III, p. 30.

73 BNF, lat. 5427, p. 272-272 (c. 2200) : « Hugo de Castronovo senes(z)callus de Pertico... ».

74 BNF, lat. 20206, fos xlix-1 (avant 2299 ?) : « ego Geruasius dominus de Bruerolis, uidelicet filius Hugonis de Nouocastro ».

75 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 34, no 76.

76 Arch. dép. Eure, H 320, cote 7 et BNF, coll. Clairembault 995, no 25 (entre 1183, mort de Simon de Montfort, premier époux d’Amicie, et 1190, mort de Robert III de Leicester) : « [...] huius rei testes sunt Robertus comes de Leicestreria [...] Geruasius de Castello. »

77 BNF, coll. Clairembault 995, no 26 (avant 1190) : « [...] testibus hi(i)s : [...] Geruasio de Castello [...] »

78 Arch. dép. Eure, G 265, fos 55-56, no 95 (avant 1190) : « [...] hi sunt testes [...] Geruasius de Castello. »

79 L. Landon, Itinerary of King Richard I, op. cit., 23 juillet 1194, p. 96-97.

80 L. Deslisle, Cartulaire normand..., op. cit., p. 282, mai 1200, traité du Goulet ; É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-285, no 633.

81 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 15.

82 H.-F. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord..., op. cit. : Rigord, 1203 ; le Breton, Philippide, t. II, p. 30-32.

83 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 15.

84 Thimert, canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir ; Rémalard, chef-lieu de canton, dép. de l’Orne.

85 Il est également possible que ce fût son fils Hugues qui ait reçu Rémalard par son mariage avec Mabille de Montgommeri ou par l’héritage qu’il fit d’Albert Fils-Ribault, déjà implanté à Senonches. Rémalard fut récupéré au début du XIIe siècle par Gaston, fils de Mabille de Châteauneuf et de Gervais, par mariage avec Fuclarde, fille de Payen de Rémalard : L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit, t. I, p. 115 (n.).

86 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 14 ; Le Boulay-les-deux-Églises, canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir.

87 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 118, no VII (avant 1034).

88 Croth, canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 24, no 2 ; arch. dép. Eure, H 845 : « fondation dudit prieuré par Gatho de Castello, en bonne forme, soubz le reigne de Philippe roy de France, signée et scellée, sans datte, cottée [...] A. » ; M. Charpillon et l’abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 916, mentionnent à tort que Gaston reçut Sorel et Croth dans l’héritage d’Ingenulf Ribault.

89 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 585-586 ; Sorel, canton d’Anet, dép. de l’Eure-et-Loir.

90 Marcel Baudot, « Les églises du canton de Saint-d’André et Nonancourt », NE, 1963, no 18, p. 15-44, ici p. 15.

91 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 133.

92 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 358-359.

93 Id., t. I, p. 72, no 14 (avant 986); arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventaire de 970 environ) ; L. Musset, « L’aristocratie normande au XIe siècle », dans Philippe Contamine (dir.), La Noblesse au Moyen Âge, XIe-XVe siècles : essais à la mémoire de Robert Boutruche, PUF, Paris, 1976, p. 71-96, ici p. 75, note à propos des abbés de Micy Annon et Albert : « Au Xe siècle au moins un de ses membres tenta de s’établir en Normandie, à l’époque où Guillaume Longue-Épée ouvrait largement les portes aux influences venues du Sud. »

94 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles : origine et maîtrise politique de la frontière sur les confins de la Haute-Normandie (911-1087), thèse de doctorat, université de Caen, 1998, 2 vol. dactyl., p. 239 ; Camille Le Chat, Histoire de Verneuil (Eure) depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Verneuil, Aubert-Chasle, 1888, p. 9, précisait qu’Albert « le Riboust » tenait ces territoires de son mariage avec Godehilde, fille d’Yves de Creil ; D. Power, op. cit., p. 220-221 et p. 246-248.

95 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes, op. cit., p. 259-260 ; Gallardon, canton de Maintenon, dép. de l’Eure-et-Loir.

96 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., p. 239 ; J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. I, p. 23-24, no IX (1023-1027).

97 Ibid., p. 56-57, no XVII ; Baudry, aujourd’hui sur la commune Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure, se trouve au sud de la rivière.

98 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 126-127.

99 C. Métais, « Éloges historiques... », art. cité, p. 349.

100 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., p. 99-101, no LXII.

101 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 133.

102 Ibid., p. 113 (1033-1061) et p. 127-131 ; M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 8-13, date cette charte de 1060.

103 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. I, p. 132.

104 Ibid., p. 131.

105 Ibid., p. 127-131.

106 BNF, fr. 24133, p. 116 (1063-1078) : « Carta de ecclesie Sancti Remygii data a Galtero filio Menardi, et Adelina eius uxore, pro [...] redemptione animae Hugonis filii Gathoni [...] »

107 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., p. 111-112, no LXVI11.

108 Arch. dép. Eure, III F 204 : Durand, « Mémoire adressé à l’auteur du journal de Verdun, concernant quelques détails sur Illiers, bourg du diocèse d’Évreux », Journal de Verdun, 1762, dans Théodore Bonnin, Opuscules et mélanges historiques sur la ville d’Évreux et le département de l’Eure, Évreux, Ancelle, 1845, p. 198-206 : 89e épître de Fulbert de Chartres : « Et rursus alterum aedificare praesumpsit apud Ilseras intra villas Sanctae Mariae. » ; A. Chédeville, Chartres et ses campagnes, op. cit., p. 260 a pensé à tort qu’il s’agit d’Illiers-Combray, près de Chartres (chef-lieu de canton, dép. de l’Eure-et-Loir). Or la publication de référence (Lefèvre, Notice...) fait preuve d’une constante confusion entre ces deux Illiers. De plus Fulbert mentionnait que ce château était situé sur les terres de son église, ce qui est le cas d’Illiers-l’Évêque.

109 P. Bauduin, La frontière normande aux Xe-XIe siècles..., op. cit., p. 240 ; id., La Première Normandie..., op. cit., p. 188.

110 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. II, p. 404, cette affirmation n’a pas trouvé de vérification.

111 Astrid Lemoine-Descourtieux, « Illiers-l’Evêque (Eure) : un château âprement disputé du Xe au XIIIe siècle », Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne, Alençon, t. CXXIV, no 3, 2005, p. 55-76.

112 Il y fit don au prieuré de revenus dans la paroisse de Croth : arch. dép. Eure, H 838.

113 Il fit don à l’abbaye de Saint-Père de Chartres du cens de son château : B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 585-586 ; L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 7

114 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 260-264 ; Moncel : Moussel, commune de Sorel-Moussel, canton d’Anet, dép. de l’Eure-et-Loir.

115 Il consentit à la donation de l’église entre 1079 et 1101 à Saint-Père de Chartres : B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 229.

116 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « [...] et Hugo de Castello. » D. Power, op. cit., p. 310.

117 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 579 ; Breux, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

118 Auguste Le Prévôt, Notes pour servir à l’histoire et à la topographie des communes département de l’Eure au Moyen Âge, Évreux, Hérissey, 1849, t. I, p. 522 ; Panlatte, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

119 Arch. dép. Eure, H 63 (copie) : « [...] Hugo de Castello, miles, dominus de Brueloles [...] notum facio quod [...] confirmaui Deo et Beate Marie de Becco Heloini [...] omnia et singula quacunque ydem monachi habent et possident apud Pleisseium de Panlatta [...] »

120 M. Charpillon et Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 874-875.

121 Droisy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; Montigny-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

122 P. Bauduin a suggéré qu’Hersende, épouse de Gilbert II Crespin, était de la famille Fils-Ribault car son consentement fut requis pour une donation sur Brezolles : La Première Normandie..., op. cit., p. 240-241 ; D. Power, op. cit., p. 246-248.

123 Nous verrons en détails les extensions territoriales de l’honneur de Tillières aux dépends de la baronnie du Thymerais (Verneuil, Armentières, Brezolles, etc.)

124 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 227.

125 Ibid., t. II, p. 535-538.

126 Ibid., t. I, p. 253.

127 Ibid., t. II, p. 518.

128 L. Merlet, Notice historique..., op. cit., p. 6; BNF, coll. Balluze, no 38, f° 231 : « [...] et in Castro Bruerolensi, quinque solidos de pedagio per singulas hebdomadas [...] »

129 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 38, no 88, vers 1170.

130 Ibid., p. 48, no 117, 1182 ; dép. de l’Eure-et-Loir.

131 L. Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, op. cit., t. II, p. 119-120, no CCCXLIII.

132 M. Jusselin, R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, p. 26-28, no 59, vers 1160 ; sur l’Avre, à l’ouest de Beaulieu, il existe de nos jours encore un lieu-dit nommé « moulin de Pommerai ».

133 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. IV, p. 148-151.

134 Voir détail infra : « L’implantation significative... », p. 73.

135 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. II, p. 557, no LII (av. 1103) ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 356. Saint-Christophe, canton de Verneuil, dép. Eure.

136 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 533 (n. d.) ; BNF, lat. 10101, f° 70, no XXXV ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 357.

137 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 535 (1101-1112) ; BNF, lat. 10101, f° 71, no XL.

138 L. Merlet, Notice historique... ; voir supra, « La baronnie de Châteauneuf... », p. 34

139 Gournay-le-Guérin, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

140 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 146-147.

141 Hyacinthe de Charencey (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Trappe, Alençon, 1889, p. 282 ; commune de Saint-Christophe-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Pierre de La Rivière rappella cette donation en 1211 : ibid., p. 267 et p. 262.

142 Ibid., p. 283.

143 Arch. dép. Eure-et-Loir, H 367 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 684 et BNF lat. 5417, p. 235 (1226).

144 BNF, lat. 5417, p. 291 : « Guerinus de Gourneio, miles » et p. 235 : « Garinus, dominus de Gornaio, miles, et domina Isabella, uxor mea [...] in ecclesia Sancti Christophori, iuxta Quercum Brunam Ebroicensis dyocesis [...] »

145 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit, t. II, p. 146-147 ; cette charte fut confirmée en 1208 par Gauthier de Gournay, fils de Richard.

146 R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres, Chartres, Garnier, 1906, p. 44, no 78.

147 Paul Meyer (éd.), L’histoire de Guillaume le Maréchal comte de Striguil et de Pembroke..., Paris, Renouart, 3 vol., 1891-1901, t. II, p. 13 et t. III, p. 137.

148 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 213-214.

149 BNF, lat. 5417, p. 236 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire.., op. cit., t. II, p. 674 ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 378.

150 BNF, lat. 5417, p. 238 : « Ego Petrus de Ripparia [...] de assensu Mathildis, uxoris mee, et filiorum meorum Petri, Willelmi, et Gilibertus necnon, et filiarum mearum Mathildis et Adeline » ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 364.

151 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 267, no XIV ; BNF, lat. 5417, p. 238 ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 368.

152 H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 264, p. 267 et p. 282 ; BNF, lat. 11060, fos 81 et suiv.

153 BNF, lat. 5417, p. 241 (1232): « Ego Petrus de Riparia, miles, notum facio quod ego pro remedio animae meae et uxoris meae Philippe [...] » et p. 241 (1232) : « Ego Petrus de Riparia, miles [...] cartam Petri de Riparia, militis, bone mem[orie] (c)[qu]ondam patris mei [...] » ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 364, p. 241 (1233) : « Petrus de Riparia [...] » et p. 241 (1238) : « Petrus de Riparia [...] Philippe uxoris mee, et heredum meorum [...] » (voir également : arch. dép. Eure-et-Loir, H 357, H 370, H 371) ; H. de Charencey (éd.), Cartulaire..., op. cit., p. 263-264, no VIII, p. 264, no IX, p. 266, no XIII et p. 285.

154 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. I, p. 118.

155 Ibid., t. I, p. 165.

156 Ibid., t. II, p. 585-586 ; voir supra.

157 L. Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », Procès-verbal de la société archéologique d’Eure-et-Loir, Chartres, 1880, t. IV, p. 57-70, ici p. 61 ; Raoul était le gendre de Goslein IV de Lèves et le beau-frère de Beaudouin de Grandvilliers ; Pont-Echanfray, commune de Notre-Dame-du-Hamel, canton de Broglie, dép. de l’Eure.

158 D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 207-208.

159 Arch. dép. Eure, H 838 : « Ego Symo de Aneto [...] ex assensu filii mei Johannis [...] » ; R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., p. 54-55, no CCLXIX (1182-1186).

160 D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 483.

161 É. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, Chartres, Garnier, 3 vol., 1862-1863 et 1865, p. 164-166, no LXV ; BNF, lat. 10095, f° 20, no XXXVII.

162 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit, t. II, p. 13-14, no CX.

163 BNF, fr. 24133, p. 315 et suiv. ; BNF, coll. Doat, no 248, f° 230.

164 Arch. dép. Eure, G 122, f° 18, no 68.

165 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 (n. d., partielle) : « [...] ego Garinus de Islou concessi Simoni de Aneto [...] concessu uxoris mee, et Simonis filii mei, et aliorum heredum meorum donaui [...] medietatem modiationis de Meruilla [...] hoc factum apud Nonacuriam coram [... S]eh[e]rio constabulario regis. Quod est firmum permaneat, hec carta signata est sigillo Simonis de Aneto et sigillo meo. Is(s)[t]is testibus : [...] Morhero de Illiis, Garino de Malicorn [e], Guillelmo filio suo [...] », original « scellé de deux sceaux de cire jaune sur queue de parchemin », no 28 : « SIGILLVM GARINI DISLO [cavalier, épée haute] », « SIGILLVM SIMONI[S] DE ANETO [cavalier, fanon, banière] » ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 (original manquant) : « [...] moi Guérin d’Islou du consentement de Simon d’Aulné et de ses fils Jean et Adam, du consentement pareillement de mon épouse, de Simon mon fils et de mes autres héritiers [...] j’ai donné à l’église de Notre-Dame de l’Estrées... la moitié du champart de Merville [...] Ce qui fut fait dans notre cour en présence de Seherius conétable du Roi, et affin que le fait chose stable cette charte a été scellée du scel de Simon d’Aulné et du mien en présence des témoins [...] Morhere illustre seigneur, Guérin de Malicorne, Guillaume son fils [...] Sans datte ». La charte est comprise entre la prise en main de la seigneurie d’Ilou par Garin (attestée en 1186) et la mort de Morhier d’Illiers (avant 1198).

166 Il investit assez tôt son fils Jean du château français de Bréval, canton de Bonnières-sur-Seine, dép. des Yvelines.

167 Canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II Plantagenêt roi dAngleterre et duc de Normandie concernant les provinces françaises, Paris, CDHF, 4 vol., 1909-1927, t. II, p. 269, no DCLIII ; BNF, lat. 5441, t. I, p. 93 ; arch. dép. Eure, H 838.

168 Arch. dép. Eure, H 838 : « Ego Symon de Aneto notum facio [...] quod, cum inter me et monachos [...] monasterii controuersia uerteretur super quibusdam ad domum de Croto [...] inter nos est transactum siquidem ego, ex assensu filii mei Johannis, memoratam domum, cum omnibus pertinentibus eius, sicut a nobile uiro Gathone de Castello, eiusque heredibus, supradictis mona(c)chis donata fuerat, et de uoluntarie donatione per recordationis Philippi, illius temporis Francorum regis, karactere roborata quiete dimisi et pacifice possidendam [...] ».

169 É. de Lepinois et L. Merlet (éd.), Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, op. cit, p. 164-166, no LXV ; BNF, lat. 10095, no XXXVIII, f° 20 : « Symon de Aneto, qui tunc erat dominus de Illeiarum. »

170 Arch. dép. Eure, G 122, no 81 : « [...] et omnes décimas quas in uilla, que dicitur Gerceium feodi nomine, possidebam [...] » ; et no 83 : « decimam de Gerci, in parrochia de lilies, quam de Symone de Aneto habuimus [...] » ; Gersey, commune d’Illiers-l’Évêque, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; Champigny-la-Futelaye, canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure.

171 BNF, coll. Clairembault 995, nos 29 et 31 ; arch. dép. Eure, H 319, f° 15 r°, no 26 (n. d.) : « [...] ego Symon de Aneto, notum fieri uolo omnibus, quod Rogerius de Pinceone dédit per manum nostram monasterio de Strata [...] Hec omnia concessit Garinus de Islo, cum uxore et liberis suis, scilicet Symone, et Thetia, et Guibore [...] », et no 24 : « per manum d[omin]i sui Simonis de Aneto », H 320, cote 4 et H 305 ; Merville, commune de la Madeleine-de-Nonancourt, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

172 A. Le Prévôt, Notes pour servir..., op. cit, t. I, p. 88 (Acon) ; canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

173 É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 291, nos CLXI et CLIV ; arch. dép. Eure, H 319, f° 12, no 17 ; voir supra.

174 J.-J. Vernier (éd.), Chartes..., op. cit., t. II, p. 13-14, no CX.

175 Hubert Hall (éd.), The Red Book of the Exchequer, Londres, RBMAS, 1896, t. II, p. 631 (comté de Mortain).

176 L. Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 64 : « Wardam quam habebat in ville Leycestrie. »

177 Arch. dép. Eure, G 122, f° 38, no 182 (av. 1165) : « uenerabilis dominus Symon de Aneto, ecclesie nostre fidelis amicus. »

178 Étienne Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte Trinité de Beaumont-le-Roger, publié d’après le manuscrit original de la bibliothèque Mazarine, Paris, Champion, 1912, p. 31-32, no XXVII (1155) ; BNF, lat. 13905, f° 29 et lat. 12884, f° 216.

179 BNF, lat. 13888, f° 24 (confirmation de 1194).

180 L. Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 61 ; canton d’Anet, dép. de 1’Eure-et-Loir.

181 Arch.dép.Eure, H793, p. 68 : « Ego Symon de Aneto concedo Deo et Sancto Taurino Ebroicensi, paagium de Sancto Elegio. »

182 Arch. dép. Eure, G 122, f° 39, no 186 : « Confirmatio Symoni de Aneto de immunitate pedagio : [...] ego [...] concessi et inperpetuum donaui episcopo, et omnibus canonicis Ebroicensis Ecclesie, per Sanctum Elerium, et per totam terrain meam, liberam transitum et immunem ab omni consuetudine, et pedagio de omnibus rebus ad suum, uel famille sue, usum pertinentibus [...] »

183 Canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure ; arch. dép. Eure, H 838, voir supra ; BNF, lat. 5441, t. I, p. 93 (1185) : « Robertas, Dei gratia Carnotensis electus [...] salutem in Domino. Nouerint uniuersitas quod, cum inter dilectos nostros monachos Majoris Monasterii, et nobilem uirum Symonem de Aneto, controuersia uerteretur super quibusdam ad domum de Croto pertinentibus, nobis mediantibus inter partes taliter est transactum [...] » ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. II, p. 269, no DCLIII.

184 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., op. cit., t. I, p. 188-190, no CXXVII, p. 190-192, no CXXVIII et p. 211-212, no CXLIII, et t. II, p. 99-101, no CCCIX (confirmations).

185 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 586 et p. 679 ; BNF, lat. 5417, p. 106, p. 398 et p. 445-446 ; lat. 10101, fos 4-5, no VI et VII, f° 83, no CXX, CXXI et f° 87, no CXLVII.

186 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 577 (n. d.) ; BNF, lat. 10101, f° 83, no CXXIII ; lat. 5417, p. 106 (1195).

187 Sur Pierre de Courtenay : voir infra, au chapitre de Nonancourt.

188 BNF, fr. 24133, p. 315 : « sunt autem huius rei testes : Petrus de Curtiniaco, Symon de Aneto [...] »

189 BNF, coll. Doat, no 248, f° 230 : « sunt autem huius rei testes : Petrus de Curtiniaco, Simon de Aneto [...] »

190 D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 98.

191 Doris Stenton (éd.), The Great Rolls of the Pipe for the Second, Seventh, Ninth and Tenth Years of the Reign of King Richard (Michaelmas 1190-1195, 1197-1199), Londres, The Publications of the Pipe roll society, nos 38, 39, 41, 43-44 et 46-47, 1925-1932, no 38, p. 66 et no 39, p. 7.

192 R. Poupardin (éd.), Recueil des chartes de Saint-Germain-des-Prés..., t. II, p. 41-42, no CCL-CCL-VII ; cette charte fait suite à celle de Jean de Bréval : t. II, p. 12-13, no CCXXXVII (1186) ; D. J. Power, The Norman frontier..., op. cit., p. 84 et p. 211.

193 Arch. dép. Eure, G 6, p. 18, no 10, voir infra.

194 Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 64.

195 Merlet, « Mémoire sur l’histoire du château d’Anet », art. cité, p. 62 ; É. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., passim.

196 J. W. Baldwin (éd.), Les registres de Philippe Auguste, op. cit, t. I, p. 207 (c. 1206).

197 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., t. II, p. 46-47, voir supra. Nous reviendrons plus loin sur cet événement : Ière partie, chap. II.

198 A. Luchaire, Études sur les actes de Louis VII, op. cit., p. 115, no 50 (1139) : Louis VII confirma les possessions de l’abbaye de Coulombs situées dans le pays de Dreux, en présence (entre autres) de Raoul du Donjon et son fils Rahier, d’après BNF, lat. 17048, f° 434-435 ; D. Power, op. cit., p. 269-272.

199 BNF, fr. 24133, p. 104: « presentibus: [...] Ratho de Dongionefilio Raheio ».

200 Lucien et René Merlet, Les Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres : listes chronologiques..., archives du diocèse de Chartres, Paris, Picard, 1900, p. xiv et suiv. : cette étude consacre à la famille de Muzy une part importante ; R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. xxiii-xxiv et p. 272.

201 R. Merlet, Un manuscrit chartrain du XIe siècle, Fulbert, évêque de Chartres, Chartres, Garnier, 1893, p. 119.

202 Jacques Le Maho, L’Enceinte fortifiée de Notre-Dame de Gravenchon, (Seine-Maritime), XIe-XIIe siècle, Gravenchon-Rouen, 2001, p. 11-12 : Turstin « le Riche », d’origine Scandinave et appartenant à l’entourage de Richard Ier (c. 960).

203 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes, op. cit., p. 259, note que Goslein Ier, probablement fils d’Alcherius Dives, était également appelé « Le Riche », ce qui l’apparenterait à la famille d’Albert.

204 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit, t. II, p. 274-276, no XVII ; BNF, lat. 5417, p. 462-464, no 30 et lat. 10101, fos 8-9, no XXX.

205 Robert-Henri Bauthier et Jean Dufour (éd.), Recueil des actes de Louis VI, 4 vol., Paris, CDHF, 1992-1994, t. I, no 43 ; BNF, coll. Baluze no 73, f° 119.

206 BNF, lat. 10102, p. 4-5, no V (1120) : « Vbi Symon de Islou et Radulfus filius eius, illi et ecclesie sue per manum abbatis, duos arpentos uinearum concesserant, qui erant apud Galardonem de feudo suo. Testes : Raherius de Donione, Vrlio frater eius [...] » ; Gallardon, canton de Maintenon, dép. de l’Eure-et-Loir.

207 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 34 ; canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

208 BNF, fr. 24133, p. 136 : « carta Guidoeni Ebroicensis episcopi [...] que constat Raherium de Musy dedisse ecclesias de Musi et de (B)[L]oicum décimas ad uos pertinentibus [...] 1133. »

209 Commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; voir D. Power, op. cit., p. 309.

210 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « Dedit autem predictus R(u) [a]herius abbatie de Strata, et concessit [...] quantum unum piscator omni tempore in fluuio Arue, qui locum ilium (preter fluit) [perfluit], piscari posset. Concessit etiam eis licenciam eumdem fluuium adducendi per officinas suas, sicut idem monachi sibi necessarium estimarent [...] Dedit etiam quemdam fontem qui erat iuxta situm abbatie, et usuarium mortui bosci de Museio, hec omnia filiis suis Gofredo et Raherio concedentibus [...] »

211 L. et R. Merlet, Les Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres..., op. cit., p. xiv et suiv.

212 BNF, lat. 10106, f° xii: « Godefrido Raheri filio. »

213 BNF, lat. 10102, p. 130 (juin 1151): « [...] aderant autem nobiscum, in domo nostra Carnoti [...] Milo prepositus frater meus, et Raherius Drocensis frater meus [...] ».

214 BNF lat. 10103, p. 11, no 25 (1142-1149) : « Gausleno archidiacono, Milone preposito [...] Raherio preposito [...] »

215 R. Merlet (éd.), Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée..., op. cit., p. 41, no 71 : à Garnay (canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir) qui devint un prieuré avant 1208.

216 É. Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger..., op. cit., p. 31-32, no XXVII, 1155.

217 BNF, fr. 24133, p. 142 (1158) : « Raherio de Musie. »

218 BNF, coll. Clairembault 995, no 10; arch. dép. Eure, H 320, cote 23 (1158) : « [...] concessit Raherius de Museio monachis de Strata earn quam dederant eis Raherius, auus eius, et Godefredus, patereius [...] ».

219 Voir supra.

220 BNF, coll. Clairembault 995, no 24 : « Raherius Dominas de Musi, cum beneuolentia et consilio A. uxoris mee dedi ecclesie Beate Marie de Strata illam portionem a[q]ue mee de Musi, que abbatiam perfluit. » Il est précisé que la charte originale était « scellé(e) d’un sceau de cire verte sur lequel il paroit un cavalier tenant un guidon legende : “sigillum Rahierii de Museio” qui passe derrière luy une espèce de bouclier pointu par bas ». La copie est accompagnée d’une reproduction de ce sceau.

221 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 47, no 111 (v. 1180).

222 BNF, lat. 10106, fos xiii-xiiii : « [...] presente quoque Anneta, comitissa, uxore Roberti, comitis fratris regis Francie. Astantibus ibidem Rahero de Donione [...] ». La charte fut émise avant le 18 sept. 1181, date de la mort de Louis VII, frère de Robert de Dreux.

223 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 37.

224 A. Charma et A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 18.

225 BNF, coll. Clairembault 995, no 53 (1219) : « Johannes de Museio » ; no 55 (1222) sceau de Jean de Muzy ; no 66 : « Ego Johannes, dominas de Musiaco, notum facio uniuersis [...] quod ego de uoluntate et assensu Mathildis uxoris mee [...] » ; no 68 (mai 1226) : « Ego Johannes, dominas de Musi » ; no 69 (1226) : « Jean, seigneur de Musi, et Mathilde, sa femme, requierent le droit d’être enterrés dans l’abbaye de l’Estrée. » Arch. dép. Eure, H 321, cote 14 (1219), cote 23 (1225), cote 26 (1126), cote 27 (1126); H 323, cote 9 (1239).

226 Arch. dép. Eure, III F 393, p. 253-254, no 320 (1236) : « [...] Johanne, domino de Musi, milite [...] »

227 BNF, lat. 5417, p. 289 (mai 1232) : « [...] Johannes, dominas de Musiaco […] faciunt annuatim [...] anniuersarium Raherii bone memorie, quondam patris mei, et anniuersarium Mathildis, uxoris mee [...] Actum anno Domini 1232, mense maio. »

228 Voir Martin Aurell, La Noblesse en occident (Ve-XVe siècle), Paris, Armand Collin, « Cursus », 1996, p. 70-72.

229 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 274-276, no XVII ; BNF, lat. 5417, p. 462-464, no 30 et lat. 10101, fos 8-9, no XXX.

230 BNF, coll. Clairembault 995, no 1 (1144) : « concede hoc [...] Rahero de Dunjun, cum predictis filiis suis, de quorum cassamentis erant que dedit » ; commune du Mesnil-sur-l’Estrée, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

231 Donation de l’église Saint-Nicolas, voir supra.

232 T. Stapleton (éd.), Magni rotuli Scaccarii Normanniae..., op. cit, t. I, p. 75-77 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles... », art. cité, p. 24.

233 É. Deville (éd.), Cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger..op. cit., p. 31-32, no XXVII ; É. Berger et L. Delisle (éd.), Recueil des actes de Henri II..., op. cit., t. I, p. 291, no CLXI et no CLIV : voir supra.

234 BNF, lat. 10106, fos xiii-xiiii ; Monthuley-en-France et Monthuley-en-Normandie, commune de Saint-Germain-sur-Avre, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

235 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « [...] dedit abbatie de Strata Raherius de Duniun, et Almaricus et Niuardus de Nonacuria, et Radulfus de Islo, et Hugo de Castello. »

236 Arch. dép. Eure, H 320, cote 9 (n. d.) ; cote 24 (1161) : confirmation partielle par l’évêque d’Évreux.

237 BNF, coll. Clairembault 995, no 3 (n. d.) : « R[obertus] comes Drocensis notum fieri uolo [...] quod Petrus de Donchon, concedente uxore sua Geleuisa, et filiis suis Baldrico, Amarico, Roberto, et Petro, et sorore sua Geleuisa, cum ilio suo Radulfo, et aliis liberis, concessit ecclesie de Strata omnes possessiones quas Amaricus pater eius [...] dederat [... a]dquisierat eidem ecclesie et Baldricus frater eius [...] » ; D. Power, op. cit., p. 272.

238 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 53, no 129 (1188, Chartres).

239 BNF, coll. Clairembault 995, no 36 (1206, extrait de l’original en latin sur parchemin) : « Amaury, son père, fondateur de cette abbaye », « Baudry et Marguerite, frère et sœur de Pierre ».

240 Arch. dép. Eure, H 319, fos 1-2, no 1; BNF, coll. Clairembault 995, no 1 : « Almaricus uero dédit [...] medi[et]atem territorii Strate, aeram molendini de Francheto, et totam terram de Forgis, et medi[et]atem terre de Borguinuilla, et hec omnia ita libere possidenda, concessit imperpetuum, sicut ipse possidebat, conced[ent]e hoc uxore sua Columba, et filiis suis, et Rahero de Duniun, cum predictis filiis suis, de quorum cassamentis erant que dedit. »

241 Arch. dép. Eure, H 320, cote 6 (1181-1192) : « [...] concedente domino suo Petro de Doniun, dederunt [...] totam partem terre sue, quam apud Stratam possidebant [...] », Sehier de Quincy, alors en charge du château de Nonancourt, fut cité parmi les témoins.

242 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 45, no 105 (arch. dép. Eure-et-Loir, G 3086) ; p. 44, no 104 (c. 1178) (arch. dép. Eure-et-Loir, G 3076) ; canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. de l’Eure-et-Loir.

243 Ibid., p. 45, no 106 (1179; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3076).

244 Ibid., p. 78, no 199 ; p. 89-90, no 233 et p. 90, no 234.

245 Ibid., p. 91, no 236; p. 111, no 287; BNF, lat. 10101, f° 83 r°, no CVII.

246 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 69-70, no 172 ; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3076 (mémoire de la terre de Maudétour en la paroisse de Boullay-les-Deux-Églises).

247 BNF, coll. Clairembault 995, no 15 (c.1224-1236): « [...] Ego Robertus, abbas Columbensis, concessi, cum assensu capituli nostri, abbatie de Strata totam decimam terre de Strata, quam habent ab Amaurico de Donion [...] huius rei testes sunt [...] Johannes de Museio [...] »

248 Commune de Dampierre-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir ; voir D. Power, op. cit., p. 268.

249 M. Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier..., op. cit., p. 24, no 2 et p. 91-94 ; arch. dép. Eure, H 845.

250 B. Guérard (éd.), Cartulaire..op. cit, t. I, p. 141, no XVIII ; Crucay, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

251 Ibid., p. 229, no III ; Montreuil, canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir.

252 Ibid., p. 253, no XXVII et t. II, p. 515, no I.

253 Ibid., p. 559-561 (1115-1129) ; Bérou-la Mulotière, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

254 Ibid., p. 565-566.

255 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 51 ; BNF, fr. 24133, p. 118 : « carta Symonys de Islou de ecclesia Broel [...] et de datis pluribus Garini filii sui [...] Thetia uxore, et Radulfo filio dicti Symonis » ; Broué, canton d’Anet, dép. de Eure-et-Loir.

256 BNF, lat. 10102, p. 4-5, no V : « [...] ubi Symon de Islou et Radulfus, filius eius, illi et ecclesie sue, per manum abbatis, duos arpentos uinearum concesserent, qui erant apud Galardonem de feudo suo. Testes : Raherius de Donione, Vrlio frater eius, Gauslenus de Leugis, Radulfus » ; dép. de l’Eure-et-Loir.

257 BNF, coll. Clairembault 995, no 8 (1157) : « [...] terras quas habent a Radulfo de Islo apud Meruillam [...] » ; arch. dép. Eure, H 319, cote 22 ; commune de la Madeleine-de-Nonancourt, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

258 BNF, coll. Clairembault 995, no 13 : « [...] Ra[dulfus] de Hislo [...] dedit [...] terram de Mereuilla, duas carrucatas ad mensuram de Illeriis [...] et alias duas carrucatas ad mensuram Carnotensem [...] hec omnia concesserunt omnes filii eius et uxor [...] eius [...] et filia eius Te[c]ia [...] » ; arch. dép. Eure, H 320, cote 4.

259 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit, no 60, p. 28 ; commune de Dampierre-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

260 Ibid., p. 26-28, no 59.

261 Ibid., p. 23-24, no 52.

262 Ibid., p. 35, no 77 et p. 35-36, no 78.

263 BNF, fr. 24133, p. 118 : « carta Radulfi de Isleto, que dat uillam suam, quae uocabula Mairolis [...] Symonys et Thesie liberorum supradicti Radulfi. » Marolles, commune de Broué, canton d’Anet, dép. de l’Eure-et-Loir.

264 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 52, no 126.

265 Ibid., p. 60, no 151.

266 BNF, coll. Clairembault 995, no 31 (avant 1188 ?) : « [...] Garinus de Islo concessit monachis de Strata totam terram que est intra terra sua apud Meruillam [...] Hec eadem concessit Hemlina, uxor Garini, cum liberis suis Simone, et Tetia, et Guibore [...] Hec eadem similiter concessit Tetia, soror Garini, cum filio suo Radulpho [...] per manum domini [...] Simonis de Aneto [...] » ; arch. dép. Eure, H 305 et H 319, f° 15 r°, no 26 : « [...] Hec omnia concessit Garinus de Islo, cum uxore et liberis suis, scilicet Symone, et Thetia, et Guibore [...] »

267 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 : voir supra ; arch. dép. Eure, H 319, f° 14, no 24.

268 BNF, lat. 10106, f° xli : « Simon, miles de Illou, [...] Noueritis quod decimam illam que est apud Conteuille quam [...] donauit ecclesie Beati Stephani Drocense [...] in perpetuum possidendam, concessimus ab omni feodali seruicio quittauimus. Receptis [...] a canonicis predictis centum solidos Parisis monete. Quod ut ratum et firmum permaneat sigilli nostri munimine confirmamus. Actum anno uerbi incarnati Mo Cco mense augusto. »

269 BNF, coll. Clairembault 995, no 86, no 97 et no 100.

270 Ibid., no 13 (1139-1165) : « [...] et Simon de Aneto, ad cuius feodum res pertinet [...] » ; arch. dép. Eure, H 320, cote 4.

271 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 ; voir supra.

272 Commune de Saint-Lubin-les-Joncherêts, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

273 Arch. dép. Eure-et-Loir, G 3067 : « Simon de Malicorne, armiger, dominas de Sancto Leobino. »

274 BNF, lat. 5185H, f° 134.

275 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 24-25, no 54 et p. 26-28, no 59 (ici apparaît un autre fils de Crespin : Ivalis, prêtre) ; Dampierre-sur-Avre, canton de Brezolles, dép. de l’Eure et Loir ; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3067.

276 BNF, coll. Clairembault 996, no 1 : « Nivardus autem de Nonancuria dedit eisdem monachis, libere deinceps possidendam, Bosculum faleto, concedente uxore sua, et filiis suis, Gilone et Gil-Gilberto » ; Rotrou, évêque d’Évreux, confirma ses donations : arch. dép. Eure, H 319, fos 5-6 (1144-1158).

277 BNF, coll. Clairembault 995, no 27 ; arch. dép. Eure, H 320, cote 3 ; voir supra.

278 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 53-54, no 131.

279 Ibid., p. 74-75, no 187; arch. dép. Eure-et-Loir, G 3067.

280 Arch. dép. Eure, G 6, p. 182-184, no 244 (déc. 1230) : « Guillelmus de Malicorne, Johannes de Musiaco, Rogerus de Mineriis, Garnerius de Montulle, milites. »

281 BNF, lat. 5185 H, p. 256 ; l’Alleu, commune de Saint-Lubin-des-Joncherêts, canton de Brezolles, dép. de l’Eure-et-Loir.

282 Voir aussi D. Power, op. cit., p. 312-317.

283 Voir supra ; L. Delisle (éd.), Cartulaire normand..., op. cit., p. 300-301, no 1112.

284 Voir supra.

285 BNF, lat. 10096, fos 35 et suiv. : « Decanatus de Brueroliarum : [...] Berou [...] Domna Petra super Aruam, Ermenterie, Escorpin [...] la Mulotiere [...] Montigniacum super Aruam [...] cum capella : [...] Sanctus Remygius super Aruam [...] Vetus Vernolium [...] »

286 Dép. des Yvelines ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 500 (charte originale).

287 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 377.

288 Ibid., t. I, p. 127-131.

289 Ibid., p. 92, etc. ; voir supra.

290 Ibid., p. 118, no VII (avant 1034), t. II, p. 260-263, p. 263-264 et p. 585-586 ; voir supra.

291 Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; arch. dép. Eure-et-Loir, H 355 (datée dans l’inventaire de 970 environ) ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 72, no 14 et p. 227.

292 Ibid., p. 536-538.

293 Ibid., p. 557.

294 Ibid., p. 260-264, 1127 et 1126.

295 Ibid., t. II, p. 535 ; canton de Rugles, dép. de l’Eure.

296 Canton de Rugles, dép. de l’Eure.

297 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201.

298 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 441-442, no 230 ; canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure.

299 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs…, op. cit., p. 15, qui y avait, en théorie, droit de nomination des abbés ; sur Roger d’Ivry, voir P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 212-213.

300 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit. ; BNF, fr. 24133, p. 133-134 ; BNF, coll. Baluze no 38, f° 31 ; Saint-André-de-l’Eure, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure.

301 M. Aurell, La Noblesse en Occident..., op. cit., p. 90, a mis en évidence la pression des liens familiaux dans les donations.

302 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs..., op. cit., p. 34 ; BNF, fr. 24133, p. 136, voir supra.

303 M. Charpillon et l’abbé Carême, Dictionnaire..., op. cit., t. I, p. 874-875, voir supra.

304 Ibid., p. 874-875, voir supra.

305 BNF, lat. 13818, fos 100-101 : « [...] In episcopatu Ebroicensi, Drosincum uillam cum appendiciis suis [...] », canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

306 Longuelune, commune de Piseux, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure ; Francheville, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

307 BNF, lat. 11056, no 715 :« [...] quicquid habebant in decimis ecclesie Beate Marie de Poile, iuxta Vernolium, concesserunt et in perpetuum tradiderunt, pro uiginti quinque librarum Turonensium eisdem annuatim duobus termini, uidelicet in festo Sancti Remygii, et in resurrectione Domini proportionaliter pro soluendis » ; Poisley, commune de Verneuil-sur-Avre, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure.

308 K. Thompson, « The Lords of L’Aigle... », art. cité, p. 177-201.

309 BNF, lat. 13818, f° 90 r°, confirmation de Gilbert de L’Aigle (1155).

310 Voir supra.

311 M. Jusselin et R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand Beaulieu, op. cit., p. 34, no 76.

312 Ibid., p. 24-25, no 54 (c. 1160).

313 Ibid., p. 53-54, no 131 (1188).

314 Ibid., p. 63, no 159 (1193).

Table des illustrations

Légende Carte no 5 – Les positions du comte de Dreux-Chartres (fin du Xe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Illustration no 1 – Prieuré Saint-Martin de Coudres, vestiges du logis (XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Carte no 6 – Les positions du comte de Dreux-Chartres (début du XIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Lignage de Blois-Chartres, etc.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Carte no 7 – Extension maximale de la famille de Château neuf (XIe-XIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Illustration no 2 – Plan de la ville de Châteauneuf (1744-1747).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Illustration no 3 – Plan du château de Saint-Rémy-sur-Avre 1744-1747).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Lignage de Thimert/Châteauneuf-en-Thymerais.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Carte no 8 – Les héritages de la famille de Châteauneuf.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Illustration no 4 –Vestiges du château d’Illiers-l’Évêque.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Carte no 9 - Implantation du lignage de Gournay.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Lignage de Gournay.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Lignage de La Rivière.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Illustration no 5 – Sceaux de Simon d’Anet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Carte no 10 – Implantation en Normandie du lignage d’Anet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Lignage d’Anet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte no 11 – Implantation du lignage du Donjon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Illustration no 6 – Vestiges de l’abbaye de l’Estrée (commune de Mesnil-sur-l’Estrée)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Illustration no 7 – Sceau Rahier de Muzy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Lignage du Donjon à Muzy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Synthèse de la généalogie de Pierre du Donjon, d’après les chartes de l’abbaye de l’Estrée (arch. dép. Eure, H 320, cote 9 et BNF, coll. Clairembault, nos 1, 3 et 36) et de la léproserie du Grand Beaulieu (nos 129 et 172).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Carte no 12 – Implantation du lignage d’Ilou.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Lignage d’Ilou.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Carte no 13 – Implantation du lignage de Malicorne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Lignage de Malicorne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Carte no 14 – Implantation sur l’Avre et en Normandie des établissements religieux français : abbaye de Bourgueil et cathédrale de Chartres (Xe-XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Carte no 15 – Implantation sur l’Avre et en Normandie des établissements religieux français : l’abbaye de Saint-Père de Chartres (XIe -XIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Carte no 16 – Implantation sur l’Avre et en Normandie des établissements religieux français : l’abbaye de Coulombs (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Carte no 17 – Implantation en Normandie des établissements religieux français : l’abbaye de Saint-Vincent-des-Bois (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Carte no 18 – Implantation sur l’Avre des établissements religieux français : la léproserie de Grand Beaulieu (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6819/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search