Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

Introduction : Les particularités historiques de la « frontière de l’Avre1 »

Texte intégral

  • 1 Nous ne reviendrons pas sur l’étude des frontières médiévales ni sur celles de la Normandie récemm (...)

1La région communément nommée « frontière de l’Avre » regroupe à la fois la première ligne de défense de l’Avre avec les châteaux et bourgs castraux de Chennebrun, Verneuil, Tillières et Nonancourt, et celle de l’Iton qui servit de contrefort arrière avec Breteuil et Damville. En effet, au XIe siècle, une perte temporaire d’autorité ducale sur l’Avre mit les forteresses de l’Iton au premier plan de la défense.

  • 2 Cette idée a été renforcée par P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit.

2Cette marge frontalière connut trois situations particulières qui se surimposèrent les unes aux autres. Tout d’abord apparut une pénétration française, légitimée depuis la fin du Xe siècle, qui perdura jusqu’à la victoire finale de Philippe Auguste (1204). Puis, à partir du XIe siècle, afin de contrer cette implantation étrangère, le territoire fut commandé par les honneurs de Tillières et Breteuil, qui exercèrent un premier dynamisme local et centrifuge. Enfin, au début du XIIe siècle, les fondations des nouveaux centres urbains de Nonancourt et Verneuil, qui dénoncent l’existence d’un véritable programme défensif et administratif, concentrèrent le pouvoir entre les mains ducales. L’autorité souveraine se mit donc en place assez difficilement et tardivement dans cette région, qui ne comptait pas de vicomtés et où premiers châteaux ducaux subirent presque immédiatement la pression des réseaux seigneuriaux2.

La frontière de l’Avre et la notion de contrôle du territoire

Des limites reconnues

  • 3 Ibid., p 121-127.
  • 4 L. Musset, « Considérations sur la genèse... », art. cité.
  • 5 Voir P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 162-173 ; nous reviendrons plus en détail (...)

3La petite rivière de l’Avre, affluent de l’Eure (carte no 1), avait d’abord marqué la limite entre les deux tribus celtes des Carnutes au sud et des Aulerques Eburovices au nord, puis des diocèses gallo-romains de Chartres et d’Évreux. À l’époque carolingienne, le Chartrain et l’Évrecin auraient été temporairement réunis sous le commandement de Robert le Fort, pour faire face aux pressions Scandinaves et bretonnes3. Après la constitution de la Normandie, il semble qu’elle ait repris son rôle de frontière naturelle4, avec toutefois une carence très nette d’un contrôle normand au Xe siècle. P. Bauduin a montré que la région continua longtemps d’être largement dominée par des forces centrifuges françaises et que l’autorité des comtes de Rouen ne semble pas y avoir été officiellement établie dès 9115.

Carte no 1 – Géographie de l’Avre

La rivière de l’Avre comme frontière diocésaine

  • 6 Dép. de l’Orne.
  • 7 Con de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.
  • 8 Con de Nonancourt, dép. de l’Eure.
  • 9 Benjamin Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres, Paris, De Crapelet (coll (...)
  • 10 Lucien Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, Chartres, Garnier, 2 vo (...)
  • 11 Commune de Verneuil-sur-Avre, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure ; J.-J. Vernier (éd.), Chartes d (...)
  • 12 L. Merlet (éd.), Lettres, saint Yves évêque de Chartres, Chartres, Garnier, 1885, p. 401-402, no C (...)

4La limite méridionale du diocèse d’Évreux ne fut pas modifiée par la création de la Normandie : les chartes des établissements religieux français et normands relatifs à cette frontière en attestent. Ainsi, la confirmation de l’abbaye de Saint-Père portait en 1127 que Beaulieu, Chandai6, Saint-Christophe, Pullay7, Saint-Georges et Illiers8, au nord de l’Avre, étaient dans le diocèse d’Évreux. De son côté, l’évêque de Chartres mentionnait pour son diocèse Anet, Moncel (Moussel) et Sorel9. De même les églises de Saint-Martin de Heudreville et de Saint-Germain-sur-Avre au nord de l’Avre furent placées dans le diocèse d’Evreux10. Réciproquement, l’abbaye de Jumièges, qui possédait les revenus de l’église de Saint-Martin du Vieux-Verneuil au sud de l’Avre, les savait « dans le diocèse de Chartres11 ». Enfin, l’évêque Yves de Chartres porta confirmation de la dépendance des églises du nord de l’Avre de l’évêché d’Évreux dans une lettre qu’il écrivit en 1113 à l’évêque Audin12.

  • 13 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs rédigée d’après les titres originaux, Chartres, Garnie (...)

5Il existe cependant une exception concernant Saint-Rémy-sur-Avre dont les bois, le prieuré et l’église – qui possède des vestiges romans – et le cœur du village, bien qu’au nord de l’Avre, dépendaient de l’évêché de Chartres13. La paroisse semble en fait avoir été répartie sur les deux rives puisque le château de Gervais Ier fut édifié sur l’éperon, au sud de la rivière.

La rivière de l’Avre comme frontière étatique

  • 14 Marie Fauroux (éd.), « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, Caen, t. XXXVI, (...)
  • 15 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 92 (avant 1024) ; M. Fauroux (éd.), « Recueil. (...)
  • 16 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle, III... », art. cité (sept. 1101).
  • 17 Maurice Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier roi de France (1059-1108), Paris, CDHF, 1908 (...)

6Comme la frontière territoriale de la Normandie finit par se mouler, ici, dans des cadres diocésains qui n’avaient pas été modifiés (carte no 2), les contemporains surent assez tôt la localiser. En témoignent directement les sources diplomatiques. Ainsi, en 965, l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres reçut d’un vassal du comte de Dreux l’église de Saint-Georges « dans le comté de Richard14 ». Le village disparu de Rescolium, au nord de l’Avre, fut également mentionné au début du XIe siècle « dans le comté d’Évreux15 ». À la même époque, l’abbaye de Bourgueil situait Coudres, « dans le pagus d’Évreux16 ». De même, un peu plus au nord et sur la rive gauche de l’Eure, Croth, bien que faisant partie des possessions du Français Gaston de Thimert, fut situé au XIe siècle « en Normandie, dans le territoire d’Évreux17 ». Si le contrôle de ces territoires échappait encore à l’autorité ducale, il ne restait pas moins explicite qu’ils se trouvaient théoriquement en Normandie.

Carte no 2 – Frontière étatique, frontière diocésaine.

  • 18 Léopold Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, suivie de divers (...)
  • 19 William Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis : the chronicle of the reigns (...)
  • 20 François-Henri Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, Paris, Société de l’hi (...)
  • 21 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., p. 46-47.
  • 22 Je remercie D. J. Power de m’avoir oralement éclairée à ce sujet.
  • 23 J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, Paris, RHF, 1992, t. I, p. 207.

7Dans les chroniques du XIIe siècle, la même séparation fut parfois précisée, surtout lorsqu’il s’agissait de justifier la réponse à une agression. R. de Torigny rapporta qu’en 1168, le roi de France mit le feu à « un certain municipium de Normandie », Chennebrun, et ajouta que les Fossés-le-roi furent élevés entre la France et la Normandie18. De même, en 1173, Louis VII s’introduisit « en Normandie » pour assiéger Verneuil19. La relation par Rigord du siège de Verneuil de 1194 mentionna de la même manière l’intrusion du roi de France en Normandie20. Il est donc certain qu’à cette époque les limites étaient parfaitement nettes. Une seule erreur semble être apparue sous la plume de B. de Peterborough qui situait, en 1188, le château de Daneville appartenant à Simon d’Anet parmi les terres du roi de France21. D’après D. Power, il ne s’agirait en fait pas de Damville mais d’une autre possession française de Simon22. À l’inverse, vers 1206, les revenus de la baillie d’Anet furent compris dans le champ d’investigation de l’enquête sur les coutumes de Normandie23, peut-être en raison des anciennes sympathies normandes de Simon avant le rattachement d’Anet au domaine royal.

  • 24 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 539 et p. 227 ; Armentières-sur-Avre, canton (...)
  • 25 Dép. de l’Eure-et-Loir.
  • 26 Commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.
  • 27 BNF, coll. Clairembault 995, no 15 (n. d., c. 1224-1236) :« totam decimam terre Baldrici Boteuassa (...)
  • 28 BNF, coll. Clairembault 995, no 36 (1206, extrait sur l’original en parchemin) :« [...] et donne e (...)
  • 29 Maurice Jusselin et René Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand-Beaulieu et du prieuré (...)

8De même, les terres situées au sud de l’Avre dépendaient de l’autorité des comtes de Dreux et/ou de Chartres. Au Xe siècle, la villa d’Armentières était située « dans le pagus de Dreux ». Lorsqu’apparut un différend, il fut naturellement réglé à Dreux24. Par ailleurs, dans un arrangement effectué entre les abbayes de Coulombs25 et de l’Estrée26, les terres de Baudry étaient situées partie « en Normandie », partie « en France »27. Dans une autre charte de 1206, l’Avre marquait toujours la différence entre les terres normandes et françaises28. Nous pourrions ainsi multiplier les exemples issus du cartulaire de l’Estrée notamment. Notons enfin que la ville de Nonancourt fut parfois située « sur les confins de la Normandie et de la France »29, sans autre précision.

9La conscience de frontière étatique était donc évidente entre Dreugésin et Évrecin depuis le Xe siècle. L’exercice de l’autorité était nettement séparé entre les deux diocèses et les principautés territoriales. Cependant, sur un plan strictement humain, le seigneur se réserva parfois le choix d’évoluer dans l’un ou l’autre cercle ou eut des possessions de part et d’autre de la frontière.

Les évidences de l’histoire événementielle : un enchevêtrement multiforme

Une domination croisée et alternée

  • 30 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle... », art. cité, et « La frontière de l’Avre, origine et (...)

10P. Bauduin a montré qu’au Xe siècle, la région était encore largement dominée par des forces centrifuges françaises et que l’autorité des comtes de Rouen ne semblait pas y être complètement établie sous Guillaume Longue-Epée. Entre 935 et 942, celui-ci aurait constitué à son épouse Leutgarde, fille de Herbert II de Vermandois, un douaire comprenant entre autres les territoires de Coudres et Illiers jusqu’à l’Avre ; territoires ouvrant la route d’Évreux mais qu’en réalité, il n’était pas encore parvenu à contrôler. Après la mort de Guillaume, Leutgarde épousa son rival Thibault le Tricheur, comte de Châteaudun et de Blois, puis de Chartres, lui apportant officiellement – selon les coutumes Scandinaves – les territoires de son douaire qu’il avait sans doute déjà sous sa coupe. Le nouveau couple put, tout aussi officiellement, les transmettre à leur descendance30.

  • 31 François Neveux, La Normandie des ducs aux rois Xe-XIIe siècle, Rennes, Ouest-France, 1998, p. 48- (...)
  • 32 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 171-172.
  • 33 Voir supra, M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., p. 120-122, no 32.
  • 34 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 88 ; Ernesto Pontieri (éd.), Gaufredi M (...)

11C’est sans doute cette voie qu’emprunta l’armée de Thibault, aidé du roi Lothaire, pour prendre Évreux vers 962-962, après s’être emparé du comté de Chartres en 960. Après son échec devant Rouen, il fut repoussé par Richard Ier et poursuivi jusqu’à Chartres31. À partir de 965, Évreux fut donc bien maîtrisé mais vers l’an mil, l’autorité normande rencontrait encore des difficultés à s’imposer près de l’Avre car les Français ne se résignaient pas à abandonner les marges méridionales de la Normandie32. En témoignent les événements autour du mariage de Mathilde et de Eude II de Blois. La fortification d’Illiers par Geoffroy Ier du Perche, vicomte de Châteaudun, vassal du comte de Blois Chartres, eut probablement lieu vers cette époque. Enfin, la paix de Coudres (c. 1023-1025) autorisant Richard à conserver le château de Tillières, semble avoir conforté le Normand sur l’Avre. Cependant, déjà vers 1022-1025, l’église de Saint-Georges Motel, « dans le comté de Richard Ier » à la fin du Xe siècle, était cette fois-ci située dans « le pays de Dreux33 ». Puis, en 1027-1028, les fils de Guillaume Ier de Bellême s’attaquèrent à la Normandie, occupant sans doute Tillières qui fut ensuite repris par Robert le Magnifique34. Il est par ailleurs significatif que ce territoire n’ait pas été couvert par un comté ou une vicomté (carte no 3a).

Carte no 3 – La frontière de l’Avre « une domination croisée et alternée ».

  • 35 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit, t. I, p. 144-147 ; F. Neveux, La Normandie (...)
  • 36 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., (...)

12Profitant de la minorité de Guillaume le Bâtard, le roi de France Henri Ier s’empara de Tillières en 1040. Le château servit sans doute de point de départ à une nouvelle invasion de la Normandie par Évreux, en 1054. Henri Ier dut pourtant rebrousser chemin après l’échec de l’autre armée à Mortemer35. Guillaume décida de la construction du château de Breteuil, sur l’Iton, afin de contrer toute nouvelle intrusion par l’Avre. Il raffermit son autorité dans ce secteur en enlevant Thimert à Gaston du Châtel en 1058. En août 1060, il séjournait dans sa villa de Courdemanche au sud de Coudres. À la suite de cette reprise en main, Thimert fut perdu mais les Normands retrouvèrent définitivement la jouissance de Tillières et avaient mis la main sur Brézolles36. La seconde moitié du XIe siècle fut donc une période de stabilisation sur la frontière, maintenant défendue par les deux châteaux et honneurs de Tillières et Breteuil. Elle vit alors dans leur ombre une éclosion de seigneuries châtelaines (Corneuil, Pommereuil, Courteilles, etc.). À partir des années 1070, apparut également dans les sources le château de Damville, sur l’Iton, dans la dépendance de Tillières.

  • 37 Canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir ; L. Merlet (éd.), Lettres, saint Yves, évêque de Chartres (...)
  • 38 Marjorie Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, 6 vol., Oxford Clarendon P (...)
  • 39 Détails dans le chap. i « Les difficultés de la succession... »

13Entre 1105 et 1109, Gervais Ier de Châteauneuf, se préparant à envahir la Normandie, construisit un château à Saint-Rémy37 (carte no 3b). En 1112, Henri Ier concentra ses forces sur l’Avre et lui enleva Sorel, Illiers et Nonancourt38 dont il fit une ville ducale. N’ayant jamais été reconnu par les Normands, il dut affronter en 1118-1119 une importante révolte de la noblesse. Bien que Gilbert III de Tillières, resté fidèle, ait repoussé les Français, la frontière de l’Avre fut menacée par la sédition d’Eustache et Julienne de Breteuil. Le château, investi par Henri Ier en février 1119, manqua d’être repris par Louis VI en septembre suivant39. Ces événements, combinés au drame de la Blanche Nef, aboutirent dès 1120 à la fondation de la ville ducale de Verneuil, achevant de verrouiller la frontière et permettant d’implanter les outils administratifs de la maîtrise du territoire par l’autorité souveraine (carte no 3c).

  • 40 En juin 1136, Richer II de L’Aigle et Alvered de Verneuil étaient ses partisans et, en 1137, Étien (...)
  • 41 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 548-549.
  • 42 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 229.
  • 43 Daniel J. Power, « What did the frontier af Angevin Normany comprise? », dans C. Harper-Bill (dir. (...)
  • 44 Alexandre Mouton, Histoire de Tillières-sur-Avre, 1926 [rééd. Res universis, 1990, p. 4].
  • 45 Dès 1141, ses terres normandes auraient peut-être été confisquées et confiées à son rival, Guillau (...)

14Après la mort de Henri Ier s’ensuivit une période d’anarchie jusqu’à la mort d’Étienne de Blois (1135-1154). Il semble que dans un premier temps, jusqu’au Perche40, les riverains de l’Avre aient été partisans d’Étienne. En 1141, Verneuil et Nonancourt rejoignirent les Plantagenêts par décision collective41. En 1143, Geoffroy Plantagenêt se rendit d’ailleurs à Verneuil, ce qui montre qu’il pouvait réellement s’appuyer sur cette ville42. Ailleurs, la confusion fut telle que pour l’année 1144, il est impossible de cartographier la soumission aux Angevins43. Ce fut cette année-là que Gilbert IV de Tillières les rejoignit44, tandis que Robert II de Leicester, détenteur de l’honneur de Breteuil, attendit 1153, malgré une paix relative dès 114145. Les rives de l’Avre furent donc progressivement tenues par les Plantagenêts, alors que l’arrière-pays resta longtemps aux mains d’Étienne.

  • 46 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni. op. cit, t. I, p. 269-270 ; Frederic Madden (éd. (...)
  • 47 Voir supra.

15En 1152, une tentative d’invasion de la Normandie par Louis VII mit le feu à Verneuil et Tillières mais échoua devant Nonancourt46. Puis en 1168, Verneuil ayant tenu bon, ce fut Chennebrun qui fut incendié. S’ensuivit immédiatement l’édification d’une ligne de fortification de la Sarthe à l’Eure : les Fossés-le-roi47 (carte no 3c). En 1173, Verneuil fut encore assiégée et une partie de la ville incendiée. Nonancourt passa définitivement aux Français, sans doute avant 1194, mais Verneuil ne se rendit que trois semaines après Rouen en juin 1204.

Les traités et leur application effective

16Ainsi, la reconstitution chronologique et spatiale de ces dominations françaises et normandes est délicate. Cependant, la fin du XIIe siècle fut riche en conflits et traités qui permettent de saisir, au coup par coup, quelques évolutions.

  • 48 Élie Berger, Henri-François Delaborde el alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, Paris, (...)
  • 49 Alexandre Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes, 4 vol., Paris, 1863, t. I, p. 175-176, no (...)
  • 50 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, 4 vol., RBMAS, Longman, Londres, 1868-1871, (...)
  • 51 Lionel Landon, Itinerary of King Richard I, Londres, The Pipe Roll Society, vol. LI, new series vo (...)
  • 52 Des comptes de fortification apparaissent encore pour Verneuil, Tillières, Courteilles (Canton de (...)
  • 53 E. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste..., op. cit., t. I (...)
  • 54 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, op. cit., t. I, p. 13 5-136, p. (...)
  • 55 L. Deslisle, « Cartulaire normand... », art. cité, p. 281 ; E. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd (...)
  • 56 Effectivement, nous trouvons une implication personnelle de Jean à Tillières en 1201 et 1203 : Tho (...)
  • 57 A. Charma, A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 80 et p. 107 ; T. D. H (...)

17En juillet 1189, le traité de Ballan, remettait à Philippe Auguste (associé au prince Richard) le château de Nonancourt dans le cas où Henri II ne respecterait pas ses engagements48. En janvier 1194, Jean Sans Terre donna Évreux au roi de France, ainsi que toute la terre au sud de Piton jusqu’à Verneuil et Chennebrun compris49 (carte no 4a). Nonancourt ne fut pas mentionné car il se trouvait probablement déjà aux mains des Français. Puis le traité du 23 juillet 1194 donnait une nouvelle délimitation (carte no 4b) : la plupart des places avec leurs terres, revinrent à Philippe Auguste : Pacy, Illiers, Marcilly[-sur-Eure], Louye, Nonancourt et Tillières, tandis que Verneuil et Breteuil restaient à Richard50. Le traité de Louviers (janvier 1196), par lequel le roi de France aurait dû recevoir Évreux, Verneuil, Longueville, Gaillon, Gisors, Pacy, Ivry, Nonancourt, etc.51 ne semble pas avoir été totalement appliqué52. Le château de Nonancourt et sa circonscription furent définitivement contrôlés par Philippe Auguste, probablement dès 119353 ; Richard ne la reprit que pour quelques semaines durant l’été 119454. Le traité du Goulet (mai 1200) partagea ensuite l’Évrecin suivant une ligne Évreux-Le Neubourg55 : ce qui se trouvait au sud revint à Philippe Auguste, exceptés Tillières et Damville56 (carte no 4c). Différents comptes attestent que Verneuil resta à Jean, de même que Chennebrun57. Ceci semble indiquer que la cession aux Français concernait seulement la moitié Sud de l’Évrecin, à l’est de la ligne Évreux-Damville-Tillières.

18Nous voyons donc que les traités donnent des indications intéressantes sur la volonté du roi de France de mettre les frontières normandes sous contrôle mais que leur application réelle ne peut être systématiquement attestée. Quelques insoumissions purent également contrarier les plans de Philippe Auguste.

Les revirements politiques

  • 58 L. Merlet, Notice historique sur la baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais, Paris, J.-B. Dumoulin, 1 (...)
  • 59 Ivry-la-Bataille, dép. de l’Eure.
  • 60 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., p. 242-245 et p. 246-247 ; Cintray, ca (...)

19En effet, outre les changements officiels de domination sanctionnés par les accords entre les souverains, ou la période de 1135-1154 qui fut plus que tout autre favorable aux changements de parti, d’autres exceptions plus officieuses peuvent être mises en lumière. Les dissidences occasionnelles de certains barons purent également avoir des conséquences sur la maîtrise de la frontière. Les seigneurs de Conches et du Perche s’allièrent en 1072 avec Hugues Ier de Châteauneuf58. Encore, en 1119, Eustache de Breteuil, déçu de n’avoir pas obtenu Ivry59, s’attacha-t-il le roi de France : la lettre d’Amaury de Montfort adressée à Louis VI au lendemain de la perte de Breteuil ne permet aucun doute et met en évidence que, déjà, Cintray était acquis aux Français60.

Carte no 4 – Les traités.

20Cependant, la fondation de Verneuil, qui intervint immédiatement après cette rébellion, montre que le roi d’Angleterre finit par rétablir son autorité jusqu’en territoire français d’ailleurs, puisque le noyau initial était situé au sud de l’Avre. La pression normande sur la frontière dépendante de la famille de Châteauneuf dut être particulièrement puissante au début du XIIe siècle. Il est cependant nécessaire de rappeler qu’à ce moment le comte de Chartres était alors son neveu Étienne, son allié.

  • 61 M. Jusselin, R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie..., op. cit., p. 164-166, no LXV ; BNF, (...)
  • 62 D. Power, op. cit., p. 242 et p. 483

21Le Français Simon d’Anet, prenant temporairement le parti normand, illustra le cas inverse, dans la deuxième moitié du XIIe siècle61. Les voies par lesquelles il s’installa à Illiers ont été identifiées par D. Power62.

Notes

1 Nous ne reviendrons pas sur l’étude des frontières médiévales ni sur celles de la Normandie récemment traitées et renouvelées par P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit. et D. Power, op. cit.

2 Cette idée a été renforcée par P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit.

3 Ibid., p 121-127.

4 L. Musset, « Considérations sur la genèse... », art. cité.

5 Voir P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 162-173 ; nous reviendrons plus en détail sur ce point.

6 Dép. de l’Orne.

7 Con de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

8 Con de Nonancourt, dép. de l’Eure.

9 Benjamin Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père-de-Chartres, Paris, De Crapelet (coll. de documents inédits sur l’histoire de France), 2 vol., 1840, t. II, p. 260-263 ; et p. 263-264 (canton d’Anet, dép. de l’Eure-et-Loir).

10 Lucien Merlet (éd.), Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, Chartres, Garnier, 2 vol., 1883-1884, t. II, p. 63-67, no CCXCII ; canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

11 Commune de Verneuil-sur-Avre, chef-lieu de canton, dép. de l’Eure ; J.-J. Vernier (éd.), Chartes de l’abbaye de Jumièges (825-1204), 2 vol., Rouen, Société d’histoire normande), 1916, t. I, p. 186-192, no LXXVII ; p. 210-221, no LXXXV ; p. 168-175, no LXVIII ; ce fut en effet l’évêque de Chartres qui confirma en 1189 l’abbaye dans ses droits de présentation sur cette église (t. II, p. 101-103, no CLVI).

12 L. Merlet (éd.), Lettres, saint Yves évêque de Chartres, Chartres, Garnier, 1885, p. 401-402, no CCXXIV : « Certains de nos paroissiens privés par nous de la communion ont trouvé à Muzy des prêtres et des moines qui consentent à leur donner la communion. Ces prêtres indignes traversent la rivière [...] et ils ensevelissent dans un prétendu cimetière les corps des excommuniés » ; Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

13 L. Merlet, Histoire de l’abbaye de Coulombs rédigée d’après les titres originaux, Chartres, Garnier, 1864, p. 209 (prieuré) et p. 214 (cure) ; Auguste Longnon (éd.), Pouillés de la Province de Sens, RHF, Paris, Klincksieck, 1904, p. 217 (archidiaconé de Dreux) ; l’extrait du Vieil cartulaire de Coulombs mentionnant la charte de donation (1073-1078) par des vassaux de Hugues de Châteauneuf ne la positionne pas (BNF, fr. 24133, p. 116).

14 Marie Fauroux (éd.), « Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », MSAN, Caen, t. XXXVI, 1961, p. 68-69, no 2 ; BNF, lat. 5417, p. 377 ; Richard Ier s’associa d’ailleurs à la donation. Une seule des trois copies de la confirmation de Richard II (1021-1025) mentionne cette cession, « in pago Dorcassino sita » : M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 120-122, no 32.

15 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 92 (avant 1024) ; M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 116-117, no 29 (1101-1023, et sans doute plus précisément vers 1015-1017) ; nous avons pu restituer Rescolium aux alentours de Louye et de la Héruppe (commune de Louye, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure).

16 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle, III... », art. cité (sept. 1101).

17 Maurice Prou (éd.), Recueil des actes de Philippe Ier roi de France (1059-1108), Paris, CDHF, 1908, p. 24, no 2 ; arch. dép. Eure, H 845 : « Chrotus, in Normannia sitam, in territorio videlicet Ebroicarum » ; canton de Saint-André-de-l’Eure, dép. de l’Eure.

18 Léopold Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, suivie de divers opuscules historiques de cet auteur et de plusieurs religieux de la même abbaye, 2 vol., Rouen, Le Brument, 1872-1873, t. II, p. 8 et p. 13 ; canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

19 William Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis : the chronicle of the reigns of Henri II and Richard I, A.D. 1169-1192, known commonly under the name of Benedict of Peterborough editated from the Cotton. ms., 2 vol., RBMAS, Londres, Longman, 1867, t. I, p. 49; id. (éd.), Radulfi de Diceto. Opera historica. The historical works of master Ralph “de Diceto”, edited from the original manuscripts, 2 vol., RBMAS, Londres, Longman, 1876, t. I, p. 372.

20 François-Henri Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, Paris, Société de l’histoire de France, 2 vol., 1882-1885, t. I, p. 127.

21 W. Stubbs (éd.), Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbatis..., op. cit., p. 46-47.

22 Je remercie D. J. Power de m’avoir oralement éclairée à ce sujet.

23 J. W. Baldwin (éd.), Les Registres de Philippe Auguste, Paris, RHF, 1992, t. I, p. 207.

24 B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. II, p. 539 et p. 227 ; Armentières-sur-Avre, canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure.

25 Dép. de l’Eure-et-Loir.

26 Commune de Muzy, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

27 BNF, coll. Clairembault 995, no 15 (n. d., c. 1224-1236) :« totam decimam terre Baldrici Boteuassal que est in Normannia, et eius que est in Francia partem tertiam » ; arch. dép. Eure, H 320, cote 15.

28 BNF, coll. Clairembault 995, no 36 (1206, extrait sur l’original en parchemin) :« [...] et donne en outre 3 arpents de terre avec 2 marais l’un en France l’autre en Normandie jusqu’au pont du Franchet. »

29 Maurice Jusselin et René Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie du Grand-Beaulieu et du prieuré de Notre-Dame de la Bourdinière, Chartres, Garnier, 1909, p. 23-24, no 52.

30 L. Musset, « Actes inédits du XIe siècle... », art. cité, et « La frontière de l’Avre, origine et signification historique », Actes du colloque de Verneuil-sur-Avre, 7-14 juillet 1967, Vallée de l’Avre, Marche Saint-André, CAEN, p. 31-38 ; Elizabeth M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis, Robert of Torigny, William of Jumièges’ Gesta Normannorum Ducum, 3 vol., Oxford Clarendon press, « Oxford médiéval texts », 1992-1995, t. III, p. 81, no 7 ; La question a été récemment et largement revue : voir P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 162-166 ; Coudres, canton de Saint-André-de-l’Eure ; Illiers-L’Evêque, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure.

31 François Neveux, La Normandie des ducs aux rois Xe-XIIe siècle, Rennes, Ouest-France, 1998, p. 48-51 et passim ; E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit, t. I, p. 120-129.

32 P. Bauduin, La Première Normandie..., op. cit., p. 171-172.

33 Voir supra, M. Fauroux (éd.), Recueil..., op. cit., p. 120-122, no 32.

34 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 88 ; Ernesto Pontieri (éd.), Gaufredi Malaterrae de rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducisfratris eius, Rerum italicarum scriptores, 2e éd., 1928, Bologne, p. 24. Nous reviendrons en détail sur ces points dans le Ier chapitre.

35 E. M. C. Van Houts (éd.), Orderici Vitalis..., op. cit, t. I, p. 144-147 ; F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois.... op. cit., p. 134-135 ; nous reviendrons en détail sur tous ces points au cours de cette étude.

36 M. Fauroux (éd.), « Recueil... », art. cité, p. 328-330, no 147 ; B. Guérard (éd.), Cartulaire..., op. cit., t. I, p. 152 ; Courdemanche, canton de Nonancourt, dép. de l’Eure ; Brézolles et Thimert, canton de Châteauneuf-en-Thymerais, dép. l’Eure-et-Loir.

37 Canton de Dreux, dép. de l’Eure-et-Loir ; L. Merlet (éd.), Lettres, saint Yves, évêque de Chartres..., op. cit., p. 29-30, no XXXV.

38 Marjorie Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, 6 vol., Oxford Clarendon Press, 1969-1980, t. VI, p. 176-177.

39 Détails dans le chap. i « Les difficultés de la succession... »

40 En juin 1136, Richer II de L’Aigle et Alvered de Verneuil étaient ses partisans et, en 1137, Étienne comptait encore sur Rotrou de Mortagne et Richer II (à qui il céda Moulins et Bons-moulins) pour pacifier la Normandie méridionale : M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 464-465, p. 484-485 ; Kathleen Thompson, « The Lords of L’Aigle : ambition and insecurity on the border of Normandy », dans Christopher Harper-Bill (dir.), Anglo-norman studies XVIII (1995), Woodbridge, Boydell Press, 1996, p. 177-201.

41 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. VI, p. 548-549.

42 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni..., op. cit., t. I, p. 229.

43 Daniel J. Power, « What did the frontier af Angevin Normany comprise? », dans C. Harper-Bill (dir.), Anglo-norman Studies XVII, Woodbridge, Boydell Press, 1995, p. 181-201, p. 186.

44 Alexandre Mouton, Histoire de Tillières-sur-Avre, 1926 [rééd. Res universis, 1990, p. 4].

45 Dès 1141, ses terres normandes auraient peut-être été confisquées et confiées à son rival, Guillaume de Pacy : David Crouch, The Beaumont twins, the roots and branches of power in the twelfth century, Cambridge, Cambridge University press, 1986, p. 55.

46 L. Delisle (éd.), Chronique de Robert de Torigni. op. cit, t. I, p. 269-270 ; Frederic Madden (éd.), Matthei Parisiensis, monachi Sancti Albani, historia Anglorum..., 3 vol., Londres, Longman, 1866, t. I, p. 290.

47 Voir supra.

48 Élie Berger, Henri-François Delaborde el alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, Paris, CDHF, 1916-1943, t. I, p. 313-314, no 260.

49 Alexandre Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes, 4 vol., Paris, 1863, t. I, p. 175-176, no 412 ; F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., op. cit., p. 556 : cette cession était purement formelle car tout le territoire restait à conquérir.

50 W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, 4 vol., RBMAS, Longman, Londres, 1868-1871, t. III, p. 256-261 ; les comptes de 1195 attestent que Verneuil était restée aux Normands : Amédée-Louis Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands Rôles des Échiquiers de Normandie conservés à la tour de Londres », Caen, MSAN, t. XV, 1846, p. 68-73.

51 Lionel Landon, Itinerary of King Richard I, Londres, The Pipe Roll Society, vol. LI, new series vol. XIII, 1835, p. 106-109; W. Stubbs (éd.), Chronica magistri Rogeri de Hovedene, op. cit., t. IV, p. 1 ; Achille Luchaire, Philippe Auguste et son temps, 1137-1226, Monumenta Historiae, Paris, Ernest Lavisse (éd.) [Tallandier, réédition 1980], p. 129 (1195) ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes..., op. cit., t. I, p. 182-184, no 431 ; L. Delisle (éd.), « Cartulaire normand sous Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis, Philippe le Hardi », MSAN, Caen, t. XVI, 1852, p. 158-385 [rééd. Genève, Statkine, 1978], no 1057, p. 276-278.

52 Des comptes de fortification apparaissent encore pour Verneuil, Tillières, Courteilles (Canton de Verneuil-sur-Avre, dép. de l’Eure) et Damville (chef-lieu de canton, dép. de l’Eure) en 1198 : Antoine Charma, A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli scaccarii Normanniae in turri Londiniensi asservati », Caen, MSAN, t. XVI, 1852, p. 3-11, et passim ; la même année, Richard investissait Gaston de Dreux du fief d’Illiers : arch. dép. Eure, G 6, p. 184-185, no 246 (la lutte entre les familles de la Ferté, de Dreux et d’Anet pour Illiers peut s’expliquer par une grande fluctuation des zones de contrôle françaises et normandes).

53 E. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste..., op. cit., t. II, p. 98-99, no 548 ; en effet, Nonancourt a disparu des comptes de 1198 mais dans d’autres baillies plusieurs personnes furent taxées pour n’avoir pas effectué « le service dû au roi à Nonancourt » : A. Charma, A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, passim ; entre 1196 et 1202 Nonancourt fut inféodé à Pierre de Mauvoisin : ibid., t. II, p. 178-185, no 633 ; A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des Chartes..., op. cit, t. I, p. 217-219, no 578.

54 F.-H. Delaborde (éd.), Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, op. cit., t. I, p. 13 5-136, p. 200 et t. II, p. 129 ; E. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste..., op. cit, t. II, p. 92, no 542.

55 L. Deslisle, « Cartulaire normand... », art. cité, p. 281 ; E. Berger, H.-F. Delaborde et alii (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, op. cit., t. II, p. 178-185, no 633.

56 Effectivement, nous trouvons une implication personnelle de Jean à Tillières en 1201 et 1203 : Thomas Duffus Hardy (éd.), Rotuli Normanniae in Turri Londinensi asservati Johanne et Henrico quinto Angliae regibus, Londres, 1835, p. 52 et p. 54 ; A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Grands Rôles... », art. cité, p. 107 ; Thomas Stapleton (éd.), Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, Londres, Société des antiquaires de Londres, 2 vol., 1840-1844, t. II, p. 550 ; Jean y séjourna les 27 et 28 novembre 1201 : T. D. Hardy (éd.), Rotuli litterarum Patentium..., op. cit., t. I, introduction, passim.

57 A. Charma, A.-L. Léchaudé d’Anisy (éd.), « Magni rotuli... », art. cité, p. 80 et p. 107 ; T. D. Hardy (éd.), Rotuli Normanniae..., op. cit., p. 55.

58 L. Merlet, Notice historique sur la baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais, Paris, J.-B. Dumoulin, 1865 (extrait de la revue nobiliaire, nouvelle série, t. I), p. 6 ; M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., t. II, p. 358-359 et t. III, p. 112-113 et p. 138-139.

59 Ivry-la-Bataille, dép. de l’Eure.

60 M. Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History..., op. cit., p. 242-245 et p. 246-247 ; Cintray, canton de Breteuil-sur-Iton, dép. de l’Eure.

61 M. Jusselin, R. Merlet (éd.), Cartulaire de la léproserie..., op. cit., p. 164-166, no LXV ; BNF, lat. 10095, no XXXVIII, f° 20.

62 D. Power, op. cit., p. 242 et p. 483

Table des illustrations

Légende Carte no 1 – Géographie de l’Avre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Carte no 2 – Frontière étatique, frontière diocésaine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Carte no 3 – La frontière de l’Avre « une domination croisée et alternée ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Carte no 4 – Les traités.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search