Version classiqueVersion mobile

La Frontière normande de l'Avre

 | 
Astrid Lemoine-Descourtieux

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Pierre Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles), sur les frontières de la Haute-Normandie : (...)
  • 2 Certes, les historiens et archéologues y firent quelques références succinctes dès le XIXe siècle (...)
  • 3 Lucien Musset, « Actes inédits du XIe siècle, III, les plus anciennes chartes normandes de l’abbay (...)
  • 4 Voir P. Bauduin, op. cit.

1Par de nouveaux éclairages et une vision d’ensemble très complète, les récents ouvrages de Pierre Bauduin et Daniel Power1 permettent aujourd’hui de faire le point sur la question des frontières de la Normandie ducale et de leur contrôle effectif, tout en mettant en relief le rôle du Sud de l’Évrecin. En effet, la rivière frontière de l’Avre intéressa généralement moins les chercheurs2 que son pendant de l’Epte bien qu’elle attirât, sur plus d’un point, l’attention de Lucien Musset3. Relativement peu contrôlée au départ, cette frontière et son arrière-pays furent longtemps une zone de contacts entre les Normands et leurs voisins français. Les conflits, excités par les différentes factions de la royauté française, débutèrent ainsi dès le Xe siècle4. La sécurisation de cet espace frontalier constitua une des priorités des premiers princes normands, notamment de Richard II, Guillaume le Bâtard et Henri Ier. Ce dernier opéra un tournant décisif dans la politique de mise sous contrôle de ces territoires marginaux, avec l’implantation de villes ducales à Nonancourt puis à Verneuil, véritables relais de son administration et outils de développement local.

2Ces présents travaux, facilités par une documentation assez abondante, portent ainsi sur une microrégion de quelques dizaines de kilomètres carrés, comprise entre l’Iton, de Breteuil à Damville jusqu’à la rive gauche de l’Eure (Croth), et l’Avre, du confluent de l’Eure à Chennebrun. Ils visent, d’une part, à restituer la place de la frontière de l’Avre comme véritable enjeu territorial au sein de la politique ducale et, d’autre part, grâce à une analyse fine de la documentation, à connaître en détail les bouleversements opérés par la création de bourgs castraux. Ils conjuguent plusieurs types de sources, assez nombreuses et dont la confrontation s’est avérée très fructueuse. Ces sources sont à la fois écrites (éditées et manuscrites, même tardives) d’ordre diplomatique, littéraire, comptable, etc. ; iconographiques (documents techniques ou artistiques) ; et archéologiques (inventaires anciens, fouilles ou sondages, observations et prospections).

  • 5 Vue du château de Damville (1789), croquis de la tour d’Illiers-l’Évêque, motte de Villette, relev (...)
  • 6 Bernard Gauthiez, « Verneuil-sur-Avre, Falaise, Pont-Audemer et Lisieux en Normandie » : il fonde (...)

3Ces différentes recherches, qui ont conduit à quelques découvertes inédites5, ont été menées selon quelques axes bien précis. Tout d’abord, dans le cadre d’une réflexion sur la société féodale, il s’agissait de répondre à quelques questions simples : « Quels acteurs ? en quels lieux ? dans quelle mesure ? et avec quels appuis ? » Nous avons ainsi reconstitué au mieux l’organisation sur laquelle les fondations ducales se surimposèrent, selon quelles étapes et quels principes généraux. Nous nous sommes également interrogé sur les modifications structurelles quelles apportèrent à la région. Cette étude géopolitique fut complétée par une analyse du terrain et des archives, pour les différentes forteresses et les bourgs castraux, permettant d’établir un inventaire et une cartographie du paysage castral du XIIe siècle. Nous ne retiendrons pas ici les récentes conclusions de Bernard Gauthiez, jugées peu fiables car d’importantes lacunes documentaires l’ont conduit à produire de nombreuses erreurs, notamment dans ses reconstitutions de la ville de Verneuil au XIIe siècle6.

Notes

1 Pierre Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles), sur les frontières de la Haute-Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen Publications des universités de Rouen et du Havre, « Pôle universitaire normand », 2004 ; Daniel Power, The Norman frontier in the twelfth and early thirteenth centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 2007 : cet auteur s’étant surtout focalisé sur les problèmes inhérents à la féodalité, évoque à peine les fondations ducales de Verneuil et de Nonancourt. Si ces deux ouvrages présentent des redondances ou divergences mineures, ils doivent surtout être entendus en complément l’un de l’autre.

2 Certes, les historiens et archéologues y firent quelques références succinctes dès le XIXe siècle mais dans l’ensemble, elle resta relativement méconnue.

3 Lucien Musset, « Actes inédits du XIe siècle, III, les plus anciennes chartes normandes de l’abbaye de Bourgueil », BSAN, Caen, t. LII, 1952-1954, p. 15-54 ; id. « Considérations sur la genèse et le tracé des frontières de la Normandie », dans Média in Francia, recueil de mélanges offerts à Karl-Ferdinand Werner, Hérault-éditions, Maulévrier, 1989, p. 309-318 ; id. « Observations sur l’histoire et la signification d’une frontière normande, XIe-XIIe siècles », RHDFE, 1963, p. 545-546 ; id. « Notes sur la frontière normanno-mancelle », ACDN, Caen, 1964, p. 26-30 ; id. « La frontière de l’Avre, origine et signification historique », Actes du colloque de Verneuil-sur-Avre, 7-14 juillet 1967, Vallée de l'Avre, Marche Saint-André, CAEN, p. 31-38, 1967, etc.

4 Voir P. Bauduin, op. cit.

5 Vue du château de Damville (1789), croquis de la tour d’Illiers-l’Évêque, motte de Villette, relevés et descriptions des fortifications de Verneuil, plans de la ville, identification d’un bâtiment civil du XIIe siècle à Verneuil ; identification d’une première fortification à Breteuil, plan du perrin de Breteuil, plans des Ponts et Chaussées, etc.

6 Bernard Gauthiez, « Verneuil-sur-Avre, Falaise, Pont-Audemer et Lisieux en Normandie » : il fonde ses théories à peu près exclusivement sur des interprétations du parcellaire de 1837 et sur une vision erronée et partielle des sources écrites. Or pour Verneuil, sa méconnaissance évidente du terrain, de trois plans d’Ancien Régime, de sources écrites pourtant déjà éditées et de très nombreuses archives – tous essentiels à l’appréhension de la ville – lui fait commettre des erreurs impardonnables sur les vocables des paroisses, ignorer les églises détruites avant 1837 (ex : Saint-Jacques, les Cordeliers, etc.), exclure du château la tour blanche et une éminence artificielle tronconique ; nous prouverons ici que les parcellaires situés de part et d’autre du château qu’il considère être sièges d’un premier peuplement se rapportent en réalité aux carrés des jardins potagers des Cordeliers et du prieuré de la Trinité (localisés sur les plans d’Ancien Régime et largement documentés par les archives concernant les fortifications de la ville) ; lequel prieuré est passé sous silence, tandis que son emprise est interprétée comme un lotissement alors que la chapelle existe toujours et présentent des vestiges du XIIe siècle ! Il ignore encore que la rue de la Ferté-Vidame n’a été ouverte qu’au XVIIIe siècle sur les vestiges de l’ancienne tour blanche. Enfin, un simple regard au recueil des chartes de Jumièges lui aurait permis de savoir que Saint-Martin [du-Vieux-Verneuil] existait avant la fondation du château, qu’elle n’a jamais appartenu à l’évêque d’Évreux et que son emplacement actuel ne correspond peut-être pas à son emplacement initial car la documentation indique qu’elle a beaucoup de chances d’avoir été déplacée vers 1181-1185. Enfin, il n’existerait, d’après lui, aucune archive concernant les Cordeliers de Verneuil alors que, nous le verrons, plusieurs fonds parfaitement accessibles à tout chercheur en possèdent. Ces simples constats (parmi tant d’autres plus diffus) nous incitent fortement à douter de la qualité scientifique de cette méthode de reconstitution qui fait fi de tout vestige encore existant, de toute documentation historique, iconographique et archéologique qui viendraient contredire des conclusions avancées sans aucune recherche préalable sérieuse.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search