Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Conclusion

Texte intégral

1Tapecul, squat, soleil : vivre la détresse sociale dans le centre-ville s’est proposé d’établir le portrait d’une réalité sociale actuelle : la détresse de nombreuses personnes qui vivent dans les rues de villes moyennes de l’Union européenne comme Brighton, Parme et Caen. Cet essai participe à la réflexion sur les inégalités sociales au sein de la société occidentale et contribue au grand champ de recherche que constituent les rapports socio-spatiaux en géographie sociale.

2Reprenant les questions initiales relatives aux origines de la détresse sociale et à l’enchaînement des événements qui y conduit, la confrontation de la détresse sociale dans les trois villes permet d’identifier leurs différences et leurs similitudes. De prime abord, la détresse sociale à Brighton semble très liée à la toxicomanie, notamment parmi la population jeune. La détresse sociale à Parme pose de façon aiguë le problème de l’immigration extra-communautaire et surtout de l’immigration clandestine. La détresse sociale à Caen est à rapprocher de la dégradation du contexte socio-économique local, due aux nombreux licenciements et à la fermeture de grandes entreprises, ce qui explique que globalement les personnes interrogées sont plus âgées que dans les deux autres villes.

3Mais, l’étude approfondie des itinéraires de vie de sans-abri à Brighton, Parme et Caen, issus pour la plupart de milieux populaires, met en évidence des points communs dans les processus de détresse sociale. Deux grands types de facteurs interviennent : les facteurs récurrents et les facteurs fréquents. Les facteurs récurrents relèvent des dimensions économiques et familiales. Les facteurs fréquents, eux, interviennent souvent, sans cependant être généralisés. Ils sont liés aux dimensions judiciaires, socio-sanitaires et culturelles.

4L’agencement de ces facteurs varie d’une personne à l’autre. L’arrivée et le maintien dans la situation de vie à la rue naissent de ces facteurs et se renforcent mutuellement au fil du temps. Contrairement aux idées reçues, la cause déterminante n’est pas en soi celle qui conduit à la rue, le basculement (fugue, licenciement, divorce, etc.), mais celle qui déclenche irrémédiablement le mécanisme du processus de détresse sociale (traumatismes anciens liés à un choc affectif brutal, à des violences physiques, à des sévices sexuels, etc., jamais surmontés) entraînant un grand manque de repères, une instabilité psychologique profonde, responsables de la fragilité et de la vulnérabilité de ces personnes qui finissent à la rue.

5La comparaison des 143 itinéraires de vie, classés en quatre grands profils montre à quel point les itinéraires sont conditionnés du point de vue social et spatial :

  • Profil 1 : personne ayant connu une situation socioprofessionnelle stable et présentant une mobilité spatiale assez importante ;
  • Profil 2 : personne aspirant à une amélioration de sa situation socioprofessionnelle l’amenant à une mobilité répétée au sein de son pays ;
  • Profil 3 : personne n’ayant jamais connu d’insertion professionnelle et présentant une mobilité spatiale très réduite ;
  • Profil 4 : personne provenant d’un pays hors Union européenne aspirant à une amélioration de sa situation socioprofessionnelle l’amenant à une mobilité internationale.

6Les personnes en détresse sociale récemment arrivées à la rue cherchent à améliorer leur situation et sont de ce fait plus mobiles. À l’inverse, plus le temps passé à la rue s’allonge, plus la situation sociale s’aggrave et, parallèlement, plus la mobilité spatiale se réduit.

7La rue n’est pas qu’une simple partie de l’espace public, mais un milieu associant des caractéristiques matérielles et un microcosme social particulier. Ce milieu impose un mode de vie pénible et risqué : y vivre, c’est subir quotidiennement tous les aléas climatiques et se trouver sous la menace de nombreux dangers. Le genre, l’âge et la durée de vie à la rue déterminent l’exposition plus ou moins grande aux risques : les femmes, les plus jeunes et les nouveaux arrivés à la rue sont les plus vulnérables parce qu’ils sont les plus traqués par les autres sans-abri et surtout parce qu’ils ne connaissent pas les ficelles de la vie à la rue, savoir-faire précieux acquis par expérience. Les femmes, peu nombreuses à vivre dans la rue, sont très convoitées. Les plus jeunes et les nouveaux arrivés, naïfs, sont recherchés pour leur dernier argent et pour leur relative docilité.

8Amplificateur des problèmes socio-sanitaires, la rue en tant que milieu a des règles. Établie par les intéressés eux-mêmes, la hiérarchie sociale de la rue ne doit pas être entendue seulement dans sa dimension ordinale, avec au sommet les vendeurs de la rue et en bas les clochards. Elle est aussi, malheureusement, pour beaucoup, une prédiction : la clochardisation, extrême désocialisation, est trop souvent le terme de la vie à la rue.

9Enfin, signalée d’abord à Parme et constatée ensuite à Brighton et à Caen, la question de l’immigration de personnes démunies provenant de l’Europe centrale, du Moyen-Orient, de l’Afrique, etc. exige d’être intégrée à l’étude de la détresse sociale actuelle des villes de l’Union européenne. Les dernières années le confirment : ces deux questions bien que différentes, se croisent de plus en plus. Les structures inadaptées, impuissantes et en nombre insuffisant, sont autant de causes des tensions et des conflits entre les différents groupes des immigrants, mais aussi entre eux et les populations locales sans-abri.

Fig. 7 - Étude des principales mobilités spatiales par espace d’analyse

Fig. 7 - Étude des principales mobilités spatiales par espace d’analyse

10Mener une recherche sur des questions sociales doit s’accompagner d’un souci constant : appréhender la réalité avec des outils scientifiques (méthodes, techniques...) et les perfectionner grâce à la confrontation au réel. Ces allers et retours continuels sont indispensables pour analyser dans de bonnes conditions le sujet traité et pour apporter une mise à jour ponctuelle de quelques instruments scientifiques utilisés en géographie.

11Par exemple, l’adaptation de certaines notions comme celle de ségrégation, prolongée par une réflexion plus générale sur les phénomènes discriminatoires à l’égard des personnes en détresse sociale dans le centre-ville, permet d’identifier la micro-ségrégation et la ségrégation indirecte. La micro-ségrégation se produit quand les espaces, bien que de taille limitée, sont suffisamment grands pour mettre en jeu des comportements collectifs. Lorsque ces espaces sont de petites dimensions, des différenciations s’opèrent, mais elles renvoient à des attitudes inter-individuelles. La ségrégation indirecte est le résultat de l’ensemble des mesures prises (décrets et aménagements matériels) faisant en sorte de mettre à l’écart une partie de la population, en l’occurrence les personnes en détresse sociale, ou lui interdisant ses comportements habituels, l’obligeant à changer de lieux.

12Étudier le centre-ville comme théâtre social c’est faire l’analyse d’individus de catégories sociales différentes et de leurs interactions. C’est aussi être attentif aux spécificités des lieux et de leurs interstices ; et c’est enfin tenir compte des pratiques variées dont le centre-ville fait l’objet. La mise en scène urbaine transpose l’organisation sociale et son contenu. Les lieux sont identifiés par leurs formes, leurs fonctions et leurs pratiques. Des interactions plus ou moins explicites s’y déroulent ; des personnes aux origines et aux comportements variés s’y croisent. Comme au théâtre, à côté des rôles principaux et secondaires, il y a les figurants, qui, pourtant bien présents, ne participent pas de façon active au déroulement des évènements.

13La démarche comparative internationale constitue une aide précieuse pour tout sujet puisqu’elle permet de relativiser les faits et de prendre du recul par rapport à chacune des situations considérées. Dans le cas d’une thématique comme la détresse sociale, elle devient fondamentale pour répondre aux notions habituelles et controversées : pauvreté, exclusion, misère, mais aussi SDF, nouveaux pauvres, chômeurs de longue durée... Tous ces termes tendent à réduire les hommes et les femmes à l’un des aspects de leur situation : absence de ressource financière, d’activité professionnelle, de domicile, etc. Or, le choix de ville appartenant à différents contextes socioculturels oblige à identifier les gens à partir de leurs faits et gestes, c’est-à-dire de la réalité de leur vie, et non selon une dénomination préétablie.

14Enfin, si chers au géographe social, les rapports spatiaux, les rapports sociaux et leurs rapports sont au coeur de cette recherche.

15L’observation des pratiques spatiales et des stratégies spatiales des personnes en détresse sociale montre l’adaptation de leurs rapports spatiaux à ceux des catégories socialement intégrées. Les personnes en détresse sociale prennent en considération les pratiques spatio-temporelles des catégories socialement intégrées et orientent les leurs selon leurs propres aspirations et leurs propres besoins. Par exemple, si elles suivent la logique de l’activité lucrative, elles se rendent dans les lieux les plus fréquentés du centre-ville selon un rythme précis, qu’il soit quotidien, hebdomadaire ou saisonnier. Au contraire, si elles recherchent un squat ou un abri de fortune, elles privilégient par souci de sécurité les lieux en retrait.

16Cette adaptation est réciproque et continuelle. Quand un certain nombre de personnes de catégories socialement intégrées changent leurs pratiques spatiales à cause de celles des gens de la rue, après un temps de réaction, eux aussi modifient de nouveau les leurs.

17En approfondissant l’étude des rapports sociaux et des rapports spatiaux à travers les personnes en détresse sociale, et en y ajoutant la dimension temporelle, on perçoit mieux un autre processus socio-spatial, qui évolue par la succession de trois binômes :

  • socialisation/spatialisation,
  • désocialisation/dé-spatialisation
  • et re-socialisation/respatialisation.

18Dans un premier temps, l’individu construit son identité par la socialisation, mais aussi par la spatialisation : il acquiert des repères socio-spatiaux. Lorsqu’il arrive à la rue, un glissement progressif des réflexes de la vie dite normale s’oriente vers ceux de la rue. Les personnes qui viennent de basculer tentent de maintenir le même mode de vie puis, petit à petit, renoncent à la propreté, acceptent l’aumône, etc. Elles abandonnent à cause de leur situation à la rue, leurs pratiques spatiales précédentes. C’est la phase de désocialisation : les repères antérieurs se trouvent perturbés, s’effacent et disparaissent. Enfin, le temps passant, le « milieu rue » par l’ensemble de ses contraintes impose une nouvelle socialisation, re-socialisation, et une nouvelle spatialisation, re-spatialisation, établissant des différences au sein des groupes qui y vivent.

19D’une étape à l’autre, les rapports socio-spatiaux changent et se transforment. La succession des trois binômes ne concerne pas seulement les personnes en détresse sociale, mais elle s’applique à d’autres populations. Par exemple aux populations immigrées, mais aussi aux personnes qui ont connu une ascension sociale forte. Après avoir acquis les repères socio-spatiaux de la première phase, elles s’en détachent (deuxième phase) et s’en créent de nouveaux (troisième phase) en adéquation avec leurs nouvelles situations et identités sociales. Mais la succession entre les trois phases n’est pas obligatoire. Certains ne connaissent que les deux premières phases comme une partie des gens de la rue ; d’autres, qui représentent la majorité dans notre société, ne sont concernés que par la première phase c’est-à-dire la socialisation et la spatialisation. Cette approche permet d’envisager combien les rapports spatiaux participent à la construction de l’identité individuelle, mais aussi à celle des catégories sociales.

20Concernant les attentes des gens de la rue à l’égard du dispositif social, quelques suggestions peuvent être formulées. Elles se fondent sur les impressions des personnes interrogées à Brighton, Parme et Caen et sur les observations faites du fonctionnement des associations caritatives et des services sociaux concernés. L’objectif n’est absolument pas de remettre en cause les actions accomplies par leurs intervenants, mais de faire part de constatations effectuées dans les trois villes. Il ne s’agit pas de reproches, mais de propositions ou au moins d’ébauches de réflexion pour améliorer les conditions d’accueil et la prise en charge des personnes en très grande difficulté. Les propositions retenues sont de deux ordres : la conception matérielle et la composition des structures d’accueil et d’aide.

Fig. 8 - Les rapports et les processus socio-spatiaux participant à l’identification sociale

Fig. 8 - Les rapports et les processus socio-spatiaux participant à l’identification sociale

21Concernant l’aspect matériel, il faut veiller à ce que les structures soient de dimension humaine. Cette remarque est récurrente dans les trois villes. À cette nécessité s’ajoute un effort d’organisation de l’espace. Les structures sociales, quel que soit leur rôle (écoute, soutien, orientation, restauration, hébergement, soins, etc.), doivent être pensées d’une façon moins formelle, plus individualisée et chaleureuse. Les hommes et les femmes qui se rendent dans ces lieux, en dépit de leur attitude, qu’elle soit fermée, distante, résignée, insolente et parfois agressive, sont dépossédés de l’indispensable : autant leur laisser leur dignité et leur témoigner tous les attentions possibles.

22La composition des organismes mérite, elle-aussi, de s’y arrêter. Dans les dispositifs sociaux contactés dans les trois villes, les intervenants sont présents à différents titres et ont des rôles variés auprès du public. Unanimes, ils déclarent que le travail social est délicat. L’augmentation des demandes et l’aggravation générale des situations le rendent toujours plus complexe. Il est donc urgent de réagir. Peut-être serait-il pertinent de mettre en place une structure comprenant des personnes aux statuts et surtout aux fonctions différents. Il faudrait qu’à l’activité du travailleur social et/ou du personnel soignant soit associé le soutien des bénévoles : l’attitude, la disponibilité et les attentes des uns et des autres ne sont pas les mêmes à l’égard des usagers.

23Au fil des pages, nombre de manques ou de dysfonctionnements sont mis en évidence, relevant, les uns de la société, les autres des individus eux-mêmes. Compte tenu de l’augmentation du nombre de personnes en situation de détresse sociale, de l’importance des difficultés auxquelles elles sont confrontées et de l’aggravation de leurs problèmes qui les écartent un peu plus chaque jour d’une sortie positive, il serait grand temps de s’interroger sur la prévention. La prévention peut s’envisager dans plusieurs domaines.

24Les témoignages sont saisissants quant à la mise en cause de la famille et de l’enfance comme origine profonde de la détresse sociale, faite de souffrance et de privation matérielle extrême. Certes, recréer le noyau familial quand il est inexistant ou défectueux est difficile voire impossible ; néanmoins certains écueils pourraient être évités. L’instabilité géographique et institutionnelle de la population rencontrée est trop importante. Les allers et retours trop fréquents entre les familles d’accueil, les foyers pour enfants, etc., sont destructeurs.

25Malgré l’importance que revêt l’assurance du gîte et du couvert, l’aide n’est pas bien perçue : les deux reproches formulés concernent la dimension exagérée des structures (couloirs interminables, réfectoires et dortoirs immenses) et le manque d’identité personnelle lié à la vie en collectivité. Tout ce fonctionnement est vécu comme anonyme et froid, il invite au repli sur soi et à la quête de la sortie ou de la fugue, souvent pour « nulle part ». Les personnes en détresse sociale ont soif de dignité et de chaleur humaine.

26Pour les jeunes déjà en difficulté, l’exclusion du système scolaire signifie une mise en marge qui aggrave considérablement leur situation. Même s’ils sont en échec scolaire, l’école est pour eux le dernier lien avec la société dite normale ; il ne faut donc surtout pas le rompre. Par ailleurs, les alternatives à la scolarité dite classique doivent être considérées avec précaution afin qu’elles ne constituent pas des sources supplémentaires de discrimination.

27L’aide médicale aux toxicomanes et aux alcooliques est évidemment indispensable. Mais, le soutien psychologique l’est tout autant : les victimes qui souhaitent se désintoxiquer, surtout quand elles vivent à la rue, doivent pouvoir trouver un réconfort et un encouragement presque affectifs dans leur entreprise, sinon c’est l’échec. Beaucoup recherchent un soutien familial ; c’est surtout le cas des jeunes de 15 à 23 ans qui souhaiteraient trouver dans le personnel soignant l’attention gratuite d’un père, d’une mère ou d’un grand frère et non celle d’un professionnel aseptisé.

28La réinsertion durable après un passé pénitentiaire doit être repensée si l’on veut éviter la récidive ou la vie à la rue, voire les deux : les ex-détenus rencontrés se plaignent d’un manque de prise en charge à la sortie de prison. Selon eux, la vie post-carcérale n’est pas suffisamment préparée. Quand ils sont libérés et que toutes leurs recherches d’emploi sont vaines, il est fréquent de récidiver et de se faire rattraper par les problèmes judiciaires. Les facteurs responsables de la récidive sont la misère, le réseau de connaissances, mais aussi l’étalage ostentatoire des biens dans notre société. Par ailleurs, la hiérarchie sociale carcérale reproduit celle du milieu social hors de la prison : le pauvre du dehors est de nouveau le pauvre quand il est incarcéré, et, lorsqu’il est libéré, il retrouve sa pauvreté...

29La prostitution retient également l’attention. Ce fléau profite de la détresse sociale de certaines femmes, quelles viennent de pays hors Union européenne ou non. Deux cas de figure. Les Occidentales concernées sont souvent très jeunes, fugueuses et en rupture totale avec leurs familles. La promesse d’une vie meilleure et celle d’une protection matérielle et affective sont les arguments pour les convaincre de sortir de la situation de sans-abri. Pour les autres femmes, l’embrigadement dans un réseau ou l’environnement familial violent exerce une telle pression qu’essayer de s’y soustraire n’est possible qu’au péril de sa vie. En plus, souvent en situation irrégulière, elles ne peuvent ou n’osent faire valoir leurs droits.

30Tous ces aspects liés de près ou de loin à la détresse sociale font tour à tour les unes des journaux. La géographie sociale, et le monde scientifique dans son ensemble, se doivent de les étudier à l’aide de leurs outils conceptuels et de leurs méthodes, condition nécessaire pour qu’ils soient abordés avec plus de rigueur. La géographie sociale, par son approche originale, peut apporter un éclairage renouvelé et incontournable sur toutes ces questions : leur dimension spatiale est souvent éludée dans les analyses alors que leur prise en compte permet de mieux comprendre les phénomènes et leurs mécanismes. Enfin, tout citoyen, quel qu’il soit, se doit d’y prêter attention, pour le moins.

Table des illustrations

Titre Fig. 7 - Étude des principales mobilités spatiales par espace d’analyse
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 8 - Les rapports et les processus socio-spatiaux participant à l’identification sociale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search