Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Chapitre 7. Le centre-ville : juxtaposition ou mixité de toutes les populations ?

Texte intégral

Personne me donne du travail ici. Il y a pas de travail pour moi ici. Je sais que ce serait dur là-bas [...], mais ça serait mieux d’être avec les siens... C’est dur la vie ici pour les Africains.
[Ivoirienne de 28 ans, immigrée à Parme]

Il faut pas rester ici. Les gens ici... [et il secoue la tête]. Je pense qu’il faut que ma femme et mes enfants restent à Santa Chiara [foyer d’accueil pour femmes] ; comme ça, on gaspille pas d’argent.
[Ivoirien, mari de la femme précédente, immigré à Parme]

1À Brighton, Parme et Caen, le centre-ville se présente comme un ensemble de lieux hétérogènes, à la fois dans la forme matérielle, mais aussi et surtout par les pratiques spatiales variées des personnes qui le fréquentent, elles-mêmes différenciées par leurs origines socio-économiques et géographiques.

Micro-ségrégation et ségrégation indirecte vis-à-vis des gens de la rue

  • 1 On entend par ségrégation les processus et leurs aboutissements qui amènent des divisions sociospa (...)

2La détresse sociale des sans-abri étudiée dans le centre-ville ne permet pas d’utiliser la notion de ségrégation1 en tant que telle. Néanmoins son principe de distinction sociale et spatiale permet d’appréhender deux autres phénomènes observés à Brighton, Parme et Caen : la micro-ségrégation et la ségrégation indirecte.

Micro-ségrégation : échelle fine et individuelle

  • 2 Cf. les travaux de J.C. Chamboredon, M. Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale : les gr (...)

3Au sein du centre-ville s’effectue une ségrégation à une échelle très fine, bien différente de celle analysée dans de nombreuses études qui appréhendent des quartiers par rapport à d’autres2. Comme son nom l’indique, la micro-ségrégation qui se fait à l’échelon le plus petit possible, est de l’ordre hectométrique. Il peut s’observer dans un parc, une place ou un carrefour. Pour la saisir, il faut être attentif à l’organisation matérielle du lieu et se placer au niveau de l’individu.

Fig. 5 - Places des centres-villes de Brighton, Parme et Caen

Fig. 5 - Places des centres-villes de Brighton, Parme et Caen

L’organisation de l’espace et les fonctions qui sont attribuées à ce dernier, orientent la nature des pratiques spatiales et les comportements des personnes de catégories socialement intégrées. Les personnes en détresse sociale, quant à elles, ajustent les leurs en considérant simultanément ces trois éléments (organisation spatiale, fonctions et pratiques spatiales de la majeure partie de la population).
I. Dumont – 03/2002
I. Dumont – 02/2006
I. Dumont – 09/2006

Tableau 3 – Classification des places des centres-villes de Brighton, Parme et Caen

Tableau 3 – Classification des places des centres-villes de Brighton, Parme et Caen

4Tenir compte de l’organisation matérielle du lieu, c’est regarder la disposition et la nature des commerces et des services, la situation des artères et des carrefours principaux, la localisation des monuments et des parcs, qui orientent en grande partie les lieux de passage et les flux des populations qui fréquentent le centre-ville. Considérer l’échelle de l’individu, c’est analyser les comportements et les pratiques spatiales de personnes de catégories sociales différentes.

  • 3 Il n’existe pas de tel centre commercial dans le centre-ville parmesan.

5Deux exemples choisis à Brighton illustrent cette micro-ségrégation. Le premier montre une forme d’exclusion volontaire : les sans-abri refusent de se rendre dans le plus grand centre commercial du centre-ville. Cette auto-interdiction est due au malaise ressenti vis-à-vis des boutiques de grandes marques et de leur clientèle aisée. Le Churchill square shopping centre, beaucoup plus grand et beaucoup plus luxueux que le centre Paul Doumer à Caen, compte 83 grands noms de magasins sur deux niveaux aussi bien pour l’habillement que pour les bijoux, l’ameublement, la décoration, l’audiovisuel ; il y a même une crèche pour que les parents puissent faire leurs achats en toute tranquillité3. Les personnes en détresse sociale se refusent à fréquenter ce lieu et de toute façon quand bien même oseraient-elles y entrer les vigiles les chasseraient.

6Le second exemple illustre un rejet subi et une réelle exclusion. Autrefois cœur du village de pêcheurs, The Lanes, le quartier historique de Brighton, se situe entre la Clock Tower, le Royal Pavilion et le front de mer. Cette portion du centre-ville, exiguë et bien délimitée, se caractérise aujourd’hui par de nombreuses ruelles et petites places, toutes pavées de briques rouges, regroupant des boutiques de bijoux, de vêtements de créateurs, d’antiquités, des salons de thé et des restaurants exotiques. L’accès et surtout la fréquentation de cet espace sont impossibles pour les personnes démunies puisqu’elles se font expulser directement par les commerçants. L’aspect circonscrit des Lanes favorise le rejet social, car il est très facile d’y contrôler les mouvements piétonniers.

7À la différence de ces deux exemples qui concernent des lieux d’une certaine dimension, le rejet social peut également se manifester de façon ponctuelle dans une rue, en fonction des commerçants :

Dégage, t’es devant mon magasin, j’ai pas envie de perdre ma clientèle.
[Homme de 20 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis quatre ans]

8Ces manifestations de la micro-ségrégation se font sur un mode péremptoire et direct : les personnes visées sont immédiatement interpellées et priées de quitter les lieux. D’autres formes d’éviction existent.

Ségrégation indirecte : mesures et applications matérielles discriminatoires

9Toutes les mesures prises et surtout leurs applications ont pour effet d’écarter les plus démunis de certains lieux du centre-ville ou de les empêcher de maintenir certains de leurs comportements (mendicité, position allongée prolongée, rassemblement avec des chiens).

10Ce qui semble presque une anecdote : le changement progressif du mobilier urbain. Les sièges des abribus sont de plus en plus souvent individualisés ou ont une assise très petite ne permettant plus de s’asseoir, mais simplement de s’adosser. Les bancs publics ont été changés eux aussi : pensés de forme courbe autour d’un parterre floral, par exemple, on ne peut plus s’y allonger (PL. XXXI).

11La multiplication des portes d’entrée d’immeuble avec un dispositif d’interphone gêne et même interdit l’accès des cages d’escalier, des caves et des porches auparavant utilisés comme refuge pour passer la nuit. La pose de grilles et de portails automatiques pour fermer des cours et des venelles produit le même effet (PL. XXX).

12À côté de ces changements d’ordre matériel, certaines mesures prises sont moins visibles. En France, par exemple, au milieu des années 1990, une vague d’arrêtés municipaux vise à interdire

  • 4 Premier arrêté municipal dit « anti-mendicité », le 24 mai 1993, Montpellier.
  • 5 Arrêté municipal (septembre 1993), Carcassonne. Les tribunaux administratifs ont annulé des arrêté (...)

à toute personne de s’installer à quelque titre que ce soit et sans autorisation dans les jardins et sur les voies publiques4 [ou précise que] [...] les actions de mendicité sont interdites dans certaines artères et places publiques du centre-ville5.

13L’État a même contribué à cette campagne d’exclusion des pauvres avec la circulaire Debré du 20 juillet 1995 :

La mendicité peut faire l’objet de mesures restrictives lorsque ces mesures sont limitées dans le temps et dans l’espace.

14Alors que ces procédés semblaient diminuer à la fin des années 1990, sous la pression collective ou par décision de justice, des municipalités comme celles de Rouen, Tours, Cahors, Metz, Reims, etc., les remettent au goût du jour. Un des derniers en date, le 10 avril 2006, est celui de Châlon-sur-Saône. Dans les trois villes étudiées de telles dispositions semblent n’avoir jamais été prises. En dehors des indications d’interdiction de mendicité qui peuvent prendre la forme d’un arrêté municipal, il y a les recommandations des compagnies de transport public.

15Étudier la micro-ségrégation et la ségrégation indirecte nécessite l’observation de l’organisation matérielle du centre-ville et des pratiques spatiales individuelles qu’il suscite. C’est-à-dire de prêter attention aux attitudes et aux déplacements des personnes en détresse sociale d’une part, et à ce qu’elles provoquent comme comportements chez les autres d’autre part.

De la rue à la gare

16L’ensemble des lieux accessibles à tous constitue l’espace public, par opposition à l’espace privé. L’espace public est ouvert, quand on parle de parcs, de places et de rues et l’espace public est couvert quand il s’agit de la gare, par exemple.

À chacun sa place...

Fig. 6 – Les stratégies spatiales d’évitement

Fig. 6 – Les stratégies spatiales d’évitement

17Le fait que différents types de personnes fréquentent le même endroit ne signifie pas pour autant qu’il y ait mixité sociale. Quand l’espace disponible est important il est divisé en plusieurs parties et à chacune d’elles correspond un groupe de personnes. Les repérer et les distinguer les unes des autres est facile : les membres de chaque groupe partagent les mêmes signes vestimentaires et codes de conduite qui indiquent de façon implicite et approximative leur appartenance sociale.

18Lorsque les parcs ou places sont de petite taille, ils obligent les visiteurs à une grande promiscuité. Promiscuité qui n’est pas désirée quand il s’agit des populations en détresse sociale. La présence de quelques démunis suffit pour que les autres passants ne viennent pas. Ce fait, poussé à l’extrême, se remarque dans les cas de Pelham Square, Trafalgar Street, à Brighton et à Caen de l’espace vert compris entre les deux parties du parc de stationnement Place de la République : le premier n’est fréquenté que par des jeunes sans-abri toujours accompagnés de chiens, le second suscite une pratique solitaire de la part d’hommes adultes vivant à la rue.

19Même s’il existe une certaine tolérance à l’égard de la population en détresse, plusieurs niveaux de discrimination se remarquent : le rejet, la juxtaposition et l’évitement et le contournement. Le rejet consiste en l’exclusion ou l’auto-exclusion d’un lieu donné. La juxtaposition caractérise la coprésence de groupes divers y compris celui des personnes en détresse sociale au sein d’un même site. L’évitement traduit le fait que la seule présence de gens de la rue dans un endroit restreint écarte la venue d’individus appartenant à d’autres catégories sociales. Ces comportements constituent un révélateur du caractère de distinction sociale des populations entre elles et un indicateur d’appropriation différenciée de certains lieux publics.

20Alors que la micro-ségrégation se repère facilement dans les parcs et les places, elle est plus difficile à observer dans des espaces plus étroits comme la rue. En effet, à l’échelle de la rue, la discrimination sociale, si elle se manifeste, se traduit directement au niveau du comportement de chaque individu et non plus des groupes comme pour la micro-ségrégation.

De l’indifférence à l’apitoiement outrancier : les comportements des passants

21Les sans-abri, quelle que soit leur activité, qu’ils mendient, qu’ils vendent des journaux ou qu’ils jouent d’un instrument de musique, suscitent au moins quatre comportements : l’indifférence, le mépris, la compassion et l’apitoiement outrancier (PL. XLI à XLVI).

22L’indifférence ou l’ignorance, attitude la plus répandue, consiste pour les passants à être froids et insensibles :

  • 6 You see people passing right in front of you without glancing at you. A few minutes ago, the bloke (...)

Tu vois des gens qui passent devant toi sans te regarder. Tiens tout à l’heure le gars avec son attaché-case, il regardait droit devant lui. Je suis sûre qu’il ne m’a pas vue avec mes journaux. Il devait penser à la bourse6 !
[Femme de 41 ans, rencontrée à Brighton, sans logement depuis sept ans]

23Ne souhaitant pas établir de contacts, ils les dépassent en usant de nombreux stratagèmes pour ne pas les voir. Le passant solitaire marche droit devant lui, le regard fixé vers le sol ou l’autre côté de la chaussée. Son pas est si alerte qu’il ne laisse aucune possibilité d’interpellation. Parfois même, il change de trottoir. Les piétons en couple ou en groupe discutent et n’accordent aucune attention à ce qui se passe autour d’eux.

24Le mépris se devine quand le passant regarde ou s’adresse à l’homme de la rue avec condescendance :

Y a des gens bourgeois... ils sont fiers d’eux. [...] Ils te regardent de la tête aux pieds, ils regardent tes chaussures, ils regardent comment t’es froqué et tout [...]. Le SDF, c’est une merde, quoi [...] t’es une merde, tu resteras ça, quoi.
[Homme de 20 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis quatre ans]

25Néanmoins tous les passants ne réagissent pas avec indifférence ou mépris. La compassion se remarque quand ils prennent part à la détresse sociale du mendiant ou du travailleur à la rue en lui donnant une pièce, une viennoiserie, une cigarette, ou bien encore en lui manifestant des signes de sympathie : quelques mots, un sourire, une poignée de main, etc.

Des fois tu rencontres des gens gentils, ils font un geste pour toi et ils regardent ton bébé, ils demandent comment il s’appelle ton bébé, ils font un sourire... Un sourire c’est rien, mais c’est déjà beaucoup [...].
[Femme de 24 ans, rencontrée à Parme, Tunisienne en logement surpeuplé depuis quatre ans]

26L’apitoiement outrancier est rare et très mal vécu par les démunis, qui se sentent profondément humiliés :

  • 7 Mi ricordo di una donna che mi si era avvicinata. Mi ripeteva: «non devi aver avuto fortuna nella (...)

Je me souviens d’une femme qui était venue me voir. Elle me répétait : « tu n’as pas eu de chance dans la vie pour en être arrivé là. [...] Et puis, tu ne dois pas te sentir bien, tu dois être malheureux ». Quand tu entends ça, tu préférerais qu’elle ne te donne rien et qu’elle parte. Ce n’est pas la peine de remuer le couteau dans la plaie7.
[Homme de 25 ans, rencontré à Parme, sans-abri depuis six mois]

27Les interactions entre les sans-abri et les passants se manifestent par des échanges, ou leur absence, de regards, de mots, en somme par des actions et des réactions des uns et des autres. Lorsque les personnes en détresse sociale sont visibles, les comportements qu’elles suscitent varient selon le type de lieu où elles se trouvent. Cette observation rappelle les travaux de E.T. Hall sur ce qu’il appelle les systèmes proxémiques. Selon lui,

  • 8 E. T. Hall, La Dimension cachée, Paris, Seuil (Points), 1978, p. 158.

La distance choisie dépend des rapports inter-individuels, des sentiments et des individus concernés8.

28Dans des zones plus ou moins circonscrites et vouées principalement au repos et aux rencontres, les stratégies d’évitement de la part des sans-abri sont évidentes. Quand l’espace disponible est grand, il y a une juxtaposition sociale : la superficie du lieu est telle qu’elle permet à différents groupes de s’y rendre sans être proches les uns des autres. Au contraire, lorsqu’il est réduit, les passants après s’être approchés et avoir vu que le lieu était déjà occupé par des personnes en détresse sociale, ils font demi-tour même s’il y a encore de la place. Sinon, ils s’y installent.

29Quand les démunis se trouvent dans des lieux de passage et que le contournement n’est pas possible, leur présence provoque chez les passants des attitudes d’indifférence et parfois de mépris.

Le tiercé gagnant de la gare : abri, rencontre, travail

30Dans les trois villes, la gare, unique espace public couvert accessible, constitue pour les sans-abri un lieu important. Ils lui attribuent trois fonctions principales : abri, rencontre, travail. À Brighton, Parme et Caen, la gare est le seul espace public couvert dans lequel leur présence est tolérée. C’est pourquoi lorsque les conditions climatiques ne sont pas clémentes, ils y viennent volontiers.

31L’aménagement matériel et les pratiques spatiales des différents lieux de la gare orientent la fonction que les personnes en détresse sociale leur attribuent. À l’extérieur, les zones proches des entrées sont souvent reconnues comme points de repère. Ce sont avant tout des lieux de regroupement destinés à favoriser des moments de rencontres. Pour cette raison, à la question concernant le lieu le plus fréquenté de la ville, la gare constitue la réponse la plus courante :

[...] je dirais la gare, parce qu’il y a des jeunes que je connais bien, sinon, nulle part [...]. Avec les copains que je rencontre, on discute, on s’amuse, on fait quelque chose, quoi. Y a toujours du monde, quoi. [...] Quand tu y vas, t’es sûr d’voir quelqu’un qu’tu connais, quoi... Ouais, si... j’dirais la gare, autrement, j’vois pas.
[Homme de 36 ans, rencontré à Caen, alternance vie dans la rue et période carcérale]

32Les personnes qui vivent à la rue profitent des bancs mis à disposition ou s’approprient des éléments dont l’usage originel était tout autre : quai d’entrepôt désaffecté et wagon hors d’usage. Ou encore à Caen, le tunnel reliant le parc de stationnement aux quais offre des opportunités de refuge. Son entrée, par sa configuration, permet à un ou deux sans-abri de s’asseoir dans les recoins pour se reposer protégé(s) des intempéries et à l’écart du passage piétonnier.

33La gare se structure en trois parties : les abords, les halls et les quais. Ces derniers étant bruyants et exposés à tout vent ne sont pas convoités par les personnes en détresse sociale. Mais les environs et les halls comptent parmi les lieux les plus pratiqués par cette population. Néanmoins, la gare ne suscite pas une fréquentation homogène. Selon l’âge et l’origine géographique, la répartition est différente.

34Par exemple, la place devant la gare de Parme (Piazzale C.A. dalla Chiesa) est essentiellement occupée, surtout dans sa partie centrale, par les personnes en détresse sociale provenant de pays hors de l’Union européenne. Les Italiens qui vivent dans les mêmes conditions ne veulent d’ailleurs pas s’y rendre. Selon ces derniers, c’est un lieu peu sûr et qui, à la tombée de la nuit, est fréquenté pour l’achat et la revente de stupéfiants et pour la prostitution :

  • 9 Non vado mai alla stazione, è malfamato [...]. Primo, ci sono tuttigli Albanesi egli Arabi, e poi (...)

Je ne vais jamais à la gare, c’est mal famé. [...] D’abord, il y a tous les Albanais et les Arabes et puis avec la drogue et la prostitution, il y a des descentes de police, donc je préfère ne pas y aller9.
[Homme de 25 ans, rencontré à Parme, sans-abri depuis six mois]

35Les entrées de la gare sont très recherchées pour effectuer des activités lucratives car elles constituent un passage obligé pour tous les voyageurs. Souvent de petite taille par rapport à l’ensemble des halls, elles font converger tous les utilisateurs, les obligeant à ralentir le pas et à passer au plus près des quémandeurs. À Brighton, par exemple, le couloir d’entrée est si étroit qu’un vendeur, debout, situé entre les deux postes téléphoniques, arbore simplement son journal sans chercher à interpeller les clients potentiels puisqu’ils sont obligés de ralentir leur allure et de le frôler pour passer. De ce fait, certains se sentent obligés de le lui acheter.

36Les plus démunis attribuent deux fonctions au hall principal des trois gares : activités lucratives et abri. À Brighton et Caen, les commerces et les services se situent dans le même espace que les sièges prévus pour l’attente des voyageurs. La mendicité et la vente de journaux s’effectuent donc à proximité des quelques boutiques et le repos se prend à l’écart du passage, assis sur les sièges ou dans les recoins du hall. À Parme, toutes les parties de la gare sont bien distinctes et se succèdent le long d’un grand couloir : le bar, la salle d’attente, les magasins... Alors que les personnes vivant dans la rue peuvent se réfugier et passer de longs moments dans la salle d’attente, elles n’entrent jamais dans les autres lieux (bar, presse, tabac) et se placent à quelques pas de distance des portes. Même si les trois gares sont très différentes, le type de mobilier est commun : malgré la variété de ses formes, il est conçu pour empêcher de s’y allonger. À Brighton, les bancs sont de forme arrondie ; à Parme, ce sont des chaises individuelles ; à Caen, des bancs à sièges séparés.

37En somme, l’étude attentive du centre-ville, du fait de la matérialisation des rapports sociaux et des rapports spatiaux, révèle une organisation sociale particulière. Le centre-ville, espace d’interaction sociale, est un agencement d’éléments de nature et de qualité différentes d’une part, et d’individus aux origines et aux caractéristiques diverses d’autre part, interagissant et contribuant à le façonner de manière permanente dans la forme, dans l’atmosphère qui s’en dégage et par les pratiques qu’il suscite. Lieu d’étude tout indiqué des distinctions sociales et de leurs manifestations, il met en scène des comportements individuels et collectifs, et des rapports spatiaux particuliers en constante redéfinition.

38Si la micro-ségrégation et la ségrégation indirecte se manifestent de façon évidente dans des espaces d’une certaine dimension (parc, place), cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de phénomène de distinction sociale dans des espaces de superficie réduite ou de forme étroite. À l’échelle d’une rue, la discrimination s’effectue directement d’individu à individu, contrairement à la micro-ségrégation qui est liée à des attitudes collectives.

Notes

1 On entend par ségrégation les processus et leurs aboutissements qui amènent des divisions sociospatiales en fonction de critères qui peuvent être, selon les cas, d’ordre socioéconomique, ethnique, culturel, religieux (etc.) et qui impliquent des mouvements de rejet d’une part et des mouvements d’agrégation d’autre part.

2 Cf. les travaux de J.C. Chamboredon, M. Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 1970, vol. XI-1, p. 3-33 ; F. Dubet, D. Lapeyronnie, Les Quartiers de l’exil, Paris, Seuil, 1992 ; M. Pinçon-Chariot, E. Préteceille, P. Rendu, Ségrégation urbaine : classes sociales et équipements collectifs en région parisienne, Paris, Anthropos, 1986 ; R.-H. Guerrand, Propriétaires et locataires : les origines du logement social en France (1850-1914), Paris, Éditions Quintette, 1987 ; M. Lallaoui, Du bidonville aux HLM, Paris, Syros, 1993.

3 Il n’existe pas de tel centre commercial dans le centre-ville parmesan.

4 Premier arrêté municipal dit « anti-mendicité », le 24 mai 1993, Montpellier.

5 Arrêté municipal (septembre 1993), Carcassonne. Les tribunaux administratifs ont annulé des arrêtés de plusieurs villes : Montpellier, Pau, Tarbes, Mende, Prades, Bagnères-de-Bigorre.

6 You see people passing right in front of you without glancing at you. A few minutes ago, the bloke with the attaché-case, he was looking right in front of him. I’m sure he didn’t see me and my newspapers. He might have been thinking about the stock-exchange!

7 Mi ricordo di una donna che mi si era avvicinata. Mi ripeteva: «non devi aver avuto fortuna nella vita per essere finito cost [...]. E poi non devi certo sentirti bene, devi essere infelice». Quando senti questi discorsi, preferiresti che lei non ti dia niente e che se ne vada. Non c’è proprio bisogno di rigirare il coltello nella piaga.

8 E. T. Hall, La Dimension cachée, Paris, Seuil (Points), 1978, p. 158.

9 Non vado mai alla stazione, è malfamato [...]. Primo, ci sono tuttigli Albanesi egli Arabi, e poi con la droga e la prostituzione, ci sono le irruzioni della polizia, quindi preferisco non andarci.

Table des illustrations

Titre Fig. 5 - Places des centres-villes de Brighton, Parme et Caen
Légende L’organisation de l’espace et les fonctions qui sont attribuées à ce dernier, orientent la nature des pratiques spatiales et les comportements des personnes de catégories socialement intégrées. Les personnes en détresse sociale, quant à elles, ajustent les leurs en considérant simultanément ces trois éléments (organisation spatiale, fonctions et pratiques spatiales de la majeure partie de la population).I. Dumont – 03/2002I. Dumont – 02/2006I. Dumont – 09/2006
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Tableau 3 – Classification des places des centres-villes de Brighton, Parme et Caen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6724/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 6 – Les stratégies spatiales d’évitement
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6724/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search