Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Chapitre 6. Travailler dans les rues du centre-ville

Texte intégral

Le mieux c’est Noël, les gens, ils te prennent plusieurs objets en même temps, alors que d’habitude, quand ils t’en prennent un, tu es content.
[Homme de 26 ans originaire de Anyama en Côte d’ivoire, rencontré à Parme, vit depuis cinq ans dans un logement surpeuplé, délabré et insalubre]

1Le milieu de la rue est plutôt fermé : les gens qui y vivent ne fréquentent plus les autres personnes, car les passerelles entre ce milieu et le reste de la société sont très peu nombreuses. Certes, des liens peuvent se tisser avec des membres des services sociaux ou des bénévoles d’associations, mais ils sont souvent superficiels et irréguliers.

2Une fois à la rue, toutes les relations et toutes les occupations des sans-abri tournent toujours autour de ce milieu. À côté de la recherche d’hébergement (asile de nuit, foyer, squat ou abri de fortune, moyens les plus courants), leurs occupations se répartissent, pour la majorité d’entre eux, entre les moments de rencontre et les moments de travail, moments qui n’ont pas lieu dans les mêmes endroits.

Les règles tacites du milieu de la rue

3Les règles de la rue, jamais exprimées de façon claire, semblent simples et efficaces. Les comportements individuels et les pratiques de l’espace sont les deux critères qui déterminent la répartition des « bons coins », la reconnaissance de ses semblables et l’insertion dans un groupe.

4Les comportements individuels, à la fois manière d’être et manière d’agir, renvoient à l’hygiène et à la présentation de soi d’une part, aux activités lucratives et méthodes choisies pour les accomplir d’autre part. Les pratiques de l’espace sont liées à la fréquentation habituelle de certains lieux. Le fait de se rendre régulière ment dans une place ou dans une autre constitue un critère d’identification et de différenciation. Pratiquer telle rue ou tel parc peut être motif de rejet des uns ou au contraire motif d’acceptation des autres.

Les lieux de rencontre

5Les sans-abri, souvent considérés comme un ensemble homogène et uni, tiennent en réalité à se distinguer entre eux :

[...] ça dépend qui on aime fréquenter, c’est toujours pareil dans les milieux... plutôt... [sous-entendu le monde de la rue]. Que ce soit à Caen ou ailleurs il y a pas grand monde d’intéressant, à quelques exceptions près.
[Homme de 48 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis treize ans].

6En général, ils fréquentent des personnes qui vivent aussi de façon très précaire, ne bénéficiant que de maigres ressources issues de stage, d’allocation ou de petits boulots. Parfois quand ils ont encore des contacts avec leur famille, ils n’y trouvent pas d’aide car elle-même rencontre des difficultés : chômage, endettement, travail au noir, etc. Mais, très souvent, les relations familiales, amicales, professionnelles établies avant le passage à la rue ont disparu, car progressivement leur ancien réseau social s’est effacé au profit de celui de la rue.

7Entre eux, ils s’organisent et fixent des moments de rencontre dans des lieux particuliers comme les parcs, les places, les abribus, etc. Le regroupement, même s’il est restreint en nombre, superficiel, éphémère ou inconstant aide à la survie au sens propre et au sens figuré. Ces moments privilégiés maintiennent un semblant de vie sociale : bavarder, fumer une cigarette, boire un coup... Les endroits concernés sont d’ailleurs les seuls qui soient fréquentés dans le même but par des personnes en détresse sociale et par des personnes de catégories socialement intégrées, c’est-à-dire pour la détente et la sociabilité.

8Ce sont certes des lieux dans le centre-ville, mais ils ne sont pas marqués par un passage très important. Les petits groupes de sans-abri ne cherchent pas à entrer en contact avec leurs voisins. Et réciproquement. Ils restent entre eux et quand quel qu’un s’approche, c’est déjà un signe :

Quand j’suis arrivé à Caen, j’connaissais personne. J’me suis dit : j’peux pas rester comm’ça. J’avais r’péré un p’tit groupe de mecs à côté d’la gare. Mais bon bah, j’savais pas comment faire ! Et puis j’me suis dit : fais pas l’con Franck, ça fait deux jours qu’t’as pas parlé ! J’me suis approché d’eux, ils étaient en train de parler de foot, j’ai pris la conversation en route. Ils m’ont r’gardé, et puis y a Steph’, j’me souviens, il m’a taxé une clope et puis voilà.
[Homme de 20 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis trois ans]

9Dans la mesure où personne ne s’adresse aux gens de la rue, surtout lorsqu’ils sont en groupe, le fait de voir quelqu’un s’avancer, s’asseoir auprès d’eux voire prendre part à leur conversation, les surprend. La visite d’un travailleur social ou d’un bénévole vite écartée, ils comprennent qu’il s’agit d’un autre compagnon d’infortune.

10Les rencontres, quotidiennes ou non, peuvent s’interrompre et reprendre dans le même lieu. La composition des groupes est presque toujours la même. Après quelques minutes ou une demi-journée, les compagnons d’infortune, seuls ou à deux, rarement plus, se dispersent et s’éloignent prenant des directions différentes.

Les meilleurs coins pour travailler

11Les endroits qui rapportent le plus suscitent la plus vive concurrence entre les travailleurs à la rue. La rivalité d’intérêts provoque parfois des incidents, de la simple altercation à l’échange de coups. Ceux qui n’ont que les fruits de la mendicité, de la vente de journaux ou d’objets divers comme ressource, s’appliquent à les conserver. Cette rivalité s’accentue quand le lieu fructueux a été difficile à trouver.

J’me suis trouvé un p’tit coin au carrefour de deux rues du côté du Baptistère [...] Malheur à celui qui se pointe !
[Homme de 26 ans originaire de Anyama en Côte d’ivoire, rencontré à Parme, vit depuis cinq dans un logement surpeuplé, délabré et insalubre]

12La répartition des différents lieux entre les travailleurs à la rue se fait, en général, sans heurt : chacun s’approprie « son coin de rue », « son bout de trottoir » ou « sa sortie de magasin » et s’y tient. Au sein du milieu de la rue, des règles de conduite sont établies de façon tacite. Elles ne sont jamais clairement exprimées et les derniers arrivants les apprennent bien souvent à leurs dépens. La personne qui découvre en premier un lieu intéressant est prioritaire par rapport aux autres, qui se trouvent dans l’obligation d’aller ailleurs, à moins qu’ensemble, ils se mettent d’accord et se répartissent le temps de travail. Quand le premier occupant est beaucoup plus jeune et qu’il paraît beaucoup moins fort que les autres prétendants, il perd son privilège.

13De temps en temps des conflits surviennent. Ce sont habituellement des disputes de courte durée qui se règlent oralement : les intéressés ne tiennent pas à ce que des tiers s’immiscent dans leurs différends. Malgré la mésentente, le calme est rétabli rapidement. Parfois, ces désaccords prennent de l’ampleur et occasionnent de véritables échauffourées qui nécessitent l’intervention des représentants des forces de l’ordre.

Les méthodes passives de la mendicité

Les principes des méthodes passives : être au plus proche des passants

14Cette approche, comme le nom l’indique, se fait dans l’attente et de façon indirecte, c’est pourquoi le choix de l’espace est fondamental. Les lieux retenus sont étroits car ils facilitent une meilleure visibilité et une plus grande proximité entre le mendiant et les passants. L’interaction qui s’opère est donc visuelle et presque tactile ; il n’y a pas ou que très peu d’interpellations orales.

15Quel que soit le type de méthode passive utilisée, les personnes qui mendient de cette façon se montrent très attentives à leur attitude générale, et surtout à la position de leur tête. Certaines affirment qu’il faut « chercher à capturer les yeux » des passants ; d’autres défendent au contraire l’idée qu’il est préférable d’avoir le regard dirigé vers le bas. Les deux techniques sont soigneusement justifiées par leurs praticiens : dans le premier cas, il s’agit plutôt d’un appel au devoir moral du passant ; dans le second, le mendiant compte sur la sensibilité et la compassion de celui-ci. Le but recherché est bien évidemment que l’individu visé se sente obligé d’effectuer un geste en faveur du solliciteur (PL. XXXII et XXXIII).

Le « tapecul » et la « priante »

16Pratiquer le « tapecul » dans la rue, c’est faire la manche en position assise sur le trottoir. Le mendiant, adossé au mur tend la main ou pose à ses pieds un écriteau où l’on peut lire : « j’ai faim », « je sors de prison », « une petite pièce », « à votre bon cœur », etc. Et, près de lui se trouve une soucoupe, un chapeau, une boîte de conserve ou tout autre objet pour recueillir l’argent.

17Le mendiant matérialise son territoire autour de lui. Cette zone, de taille très restreinte, est éphémère : tout disparaît quand il quitte le lieu. Cette appropriation temporaire se remarque par la présence près de lui d’un duvet, de sacs, de cartons, d’objets divers, etc. Pour lui, la compagnie d’un enfant ou d’un chien est préférable car elle augmente la fréquence et le montant des dons : les promeneurs ne donnent pas pour lui, mais pour le petit ou pour l’animal.

18Une autre manière, moins diffusée, appelée « la priante », consiste, comme son nom l’indique, à s’agenouiller au milieu du trottoir en implorant l’aumône par la seule position du corps. Cette technique est, selon ceux qui la pratiquent, un moyen sûr d’attirer l’attention car elle oblige les piétons à modifier leurs trajectoires afin de les contourner. Ils choisissent bien évidemment les heures où le flux de personnes est important et les endroits où il n’existe pas d’échappatoire pour les passants, qui ne peuvent ni l’éviter ni traverser la rue.

19À long terme, ces méthodes passives ont tendance à asservir les personnes qui les utilisent, les rendant complètement dépendantes du bon vouloir des passants même pour se procurer les biens les plus élémentaires comme une bière, un paquet de cigarettes, etc. Progressivement, cette soumission devient habituelle et acceptée. Certains démunis, âgés ou usés par la vie à la rue, se résignent à ces méthodes en particulier le « tapecul », par manque d’énergie et par renoncement à tout. Ils n’ont plus ni la force ni l’envie de pratiquer des méthodes actives.

Les méthodes actives : se mêler à la foule

20L’action de la personne en détresse sociale est déterminante pour ces méthodes qui peuvent être directes ou indirectes.

Les méthodes actives directes : mobilité indispensable

21Qu’il s’agisse de mendier ou de vendre « à la rencontre », il faut être debout et se déplacer pour tenter d’établir un contact direct avec un passant. L’interaction est dynamique et orale. Le trajet effectué est ponctué d’une succession d’interpellations brèves : « S’il vous plaît », « une petite pièce », « une cigarette »... Ou encore lancé à la criée, à qui veut l’entendre, « mouchoirs, briquets, lunettes, parapluies ».

22Quelle que soit l’activité, lorsque la rencontre est plus longue, le travailleur à la rue argumente et tente de convaincre. Soit il explique sa situation et justifie sa demande d’aide, soit il vante l’utilité de ses objets (mouchoirs en papier, lampe électrique, par exemple) ou les propose comme cadeau (porte-clés, bracelets, etc.). Il adapte sa demande à la clientèle visée et aux représentations qu’il s’en fait, savoir-faire acquis avec l’expérience. Une autre stratégie est celle des hommes qui sont dans les parcs de stationnement, à l’affût des places disponibles, précieuses pour les automobilistes qui arrivent dans le centre-ville. Ils guident au besoin les manœuvres et, une fois le conducteur descendu de son véhicule, ils entament la conversation, proposent des objets ou demandent directement quelques pièces (PL. XXXIV et XXXV).

23Parfois, les gestes renforcent la parole. Des adolescentes, des femmes plus âgées accompagnées d’enfants, supplient à genoux des personnes assises dans les salles d’attente de gare ou sous des abribus très fréquentés. Elles n’hésitent pas à s’agripper aux vêtements, à caresser une main ou une chaussure pour implorer un don. Cette scène se répète à intervalles réguliers dans la même demi-journée. Ces femmes font leur apparition dans les mêmes lieux, toutes les demi-heures, le temps que se renouvellent les voyageurs. Cette technique, souvent constatée à Parme, est surtout celles de femmes provenant de pays hors Union européenne.

24Les vendeurs de roses ou d’accessoires, plus mobiles, vont à la rencontre des passants et n’hésitent pas à exposer devant le client potentiel la fleur confectionnée. Ils interrompent ainsi le trajet du passant et l’obligent à leur prêter attention. Ils accompagnent parfois des couples en pensant que l’un des partenaires finira par céder. Généralement, l’espace pratiqué pour ce type d’activité se restreint à une partie de rue très passante.

25Le soir, de préférence, les joueurs de musique ambulants et les vendeurs de roses font appel à d’autres démarches et fréquentent d’autres lieux que l’espace public ouvert. La technique commune aux deux est d’entrer dans les espaces fermés, halls d’hôtels, salons de thé, restaurants pendant quelques instants, pour profiter de l’état d’esprit souvent détendu et complaisant des convives. Ils ont peu d’échanges oraux avec les personnes qu’ils tentent de contacter par les gestes. Bien sûr, cette démarche fonctionne mieux en soirée et en fin de semaine !

26La superficie des espaces pratiqués peut varier de quelques mètres carrés dans une rue à quelques centaines de mètres carrés dans un parc de stationnement ou sur une place. Les lieux retenus pour cette méthode ne sont pas les plus fréquentés du centre-ville, mais ils offrent un renouvellement important de public et donc de clients potentiels.

Les méthodes actives indirectes : investir les lieux de passage

27Les adeptes de ces méthodes sont actifs, mais ils ne s’adressent pas directement aux passants. Ils utilisent un moyen détourné pour solliciter leur attention. Ainsi les vendeurs d’accessoires et les « artistes » pour travailler sélectionnent les trottoirs de rues principales et les entrées de grands magasins comme les supermarchés, lieux de passage par excellence.

Fig. 3 – Classification des stratégies spatiales observées dans les centres-villes (activités diurnes)

Fig. 3 – Classification des stratégies spatiales observées dans les centres-villes (activités diurnes)

1. Lieux d’entrée des clients potentiels - Les clients arrivent, pour la plupart, dans le centre-ville, soit par les parcs de stationnement, soit par les principaux arrêts de transport en commun.

2. Lieux de destination des clients potentiels - Les clients se rendent dans des lieux de consommation, de service ou de culte.

3. Localisation des activités exercées utilisant des méthodes actives -Les travailleurs de la rue investissent certains parcs de stationnement, par exemple, et appliquent la méthode active.

4. Localisation des activités exercées utilisant des méthodes passives - Les travailleurs de la rue vont se positionner à l’entrée de certains lieux en pratiquant la méthode passive.

5. Synthèse L’organisation spatiale de la ville, de par la différenciation des pratiques qu’elle implique, oriente l’éventail des activités rémunératrices exercées par les personnes en détresse sociale ainsi que le type de méthodes utilisées. La distance corporelle entre e travailleur de la rue et le client potentiel qu’imposent les structures urbaines influe sur les méthodes employées. Si la disposition spatiale permet au client potentiel une grande liberté de mouvement, les méthodes choisies sont plutôt actives ; dans le cas contraire, les méthodes choisies sont plutôt passives.

28Ces espaces sont recherchés non pas pour leur fonction, mais pour leur fréquentation très importante. Par exemple, à Parme, la piazza della Pace, même si elle est un espace vert synonyme de détente, est propice à cette pratique. En effet, située sur le trajet le plus court reliant la partie nord ouest à la partie nord est du centre-ville, elle est empruntée quotidiennement par des centaines de piétons : étudiants, actifs, promeneurs - autant de clients potentiels.

29Le vendeur expose à même le sol sa marchandise sur une toile et s’en écarte de quelques mètres afin de laisser les acheteurs s’approcher et regarder librement. Lorsqu’une personne semble vraiment intéressée, il se dirige vers elle pour conclure l’affaire. La vente de ces objets, décoratifs ou utiles, suit un rythme saisonnier : lunettes de soleil et casquettes au printemps et en été, parapluies et écharpes en automne et en hiver ! À Parme, beaucoup d’Africains adoptent cette technique (PL. XXXVI et XXXVII).

30À côté des vendeurs d’accessoires, les « artistes », pour la plupart musiciens et chanteurs, mettent en valeur leur savoir-faire personnel. À Brighton, ce sont plutôt des joueurs de guitare, de saxophone et d’harmonica, à Parme, des joueurs de violon et à Caen des joueurs de guitare et d’orgue de Barbarie.

  • 1 Quando suono, do qualcosa alla gente [...]e poi animo il quartiere. Piace alla gente e poi pensano (...)

Quand je joue, j’apporte quelque chose aux gens [...] et puis j’anime le quartier. Les gens, ils aiment bien et puis ils trouvent que je joue bien. Des fois, ils me demandent un air, alors là, ça rapporte plus1 !
[Homme de 65 ans, rencontré à Parme, sans-abri depuis cinq ans]

31Les musiciens qui jouent dans la rue choisissent des lieux très fréquentés : trottoir d’une rue commerçante, entrée d’un grand magasin, passage couvert, etc. Ils attirent l’attention par la mélodie, espérant la reconnaissance de leur mérite, et disposent par terre la boîte de l’instrument de musique, un vêtement ou un récipient pour recueillir quelques pièces. À Brighton, des hommes et des femmes exercent leurs talents en matière de tatouage, de coiffures afro, de piercing et de jonglage, suscitant la curiosité par la démonstration de leur savoir-faire et de leur dextérité (PL. XXXVIII, XXXIX et XL).

32Utilisant la même technique, des mendiants tentent de se faire remarquer. À Caen, par exemple, dans une rue piétonne, à une heure d’affluence, quelle surprise d’entendre le chant du coq en plein centre-ville ! Un mendiant est là, assis entre deux boutiques, un coq devant lui, espérant que ce compagnon remplira son rôle d’appel aux gens pour obtenir un petit quelque chose. À Parme, dans une ruelle, une mère se déplace, son bébé dans les bras. Soudain, le bébé pleure, les passants le regardent ; certains attendris font un geste de générosité. En observant davantage la scène, on s’aperçoit que, dès qu’une personne approche, la maman pince volontairement son enfant pour qu’il pleure. C’est sa manière à elle de solliciter la compassion des personnes qu’elle croise. Toutes ces activités, qu’elles reposent sur des méthodes passives ou actives, suivent le rythme quotidien, hebdomadaire et annuel de la société. Les travailleurs à la rue adaptent leurs fréquentations des lieux aux heures d’ouverture des magasins et d’affluence dans le centre-ville. Ils investissent donc de la fin de matinée à la fin d’après-midi les lieux propices au gain. À Parme, le jeudi après-midi, à cause de la fermeture des magasins et des principaux services, les rues du centre-ville sont désertes. Les personnes en détresse sociale, faute de clients, ne peuvent pas exercer leurs activités.

33Le dimanche, dans les trois villes, des mendiants s’installent devant les entrées principales des édifices religieux aux heures des offices.

34La période automnale et hivernale est la plus propice aux activités lucratives. Le résultat est même meilleur si le temps est pluvieux et froid. Noël reste le moment le plus attendu, si tant est qu’il puisse l’être puisqu’il renvoie avec plus de vigueur à la solitude de la vie à la rue.

35Les gens à la rue pour exercer des activités rémunératrices privilégient les espaces les plus commerciaux et/ou les plus fréquentés du centre-ville. L’organisation spatiale de la ville, par la diversité des pratiques qu’elle implique, oriente donc l’éventail des activités rémunératrices exercées par les personnes en détresse sociale ainsi que le type de méthodes utilisées. La distance corporelle entre le travailleur et le client qu’imposent les structures urbaines influe sur les méthodes employées. Si la disposition matérielle permet au client une grande liberté de mouvement, les méthodes choisies sont plutôt actives ; sinon, les méthodes choisies sont plutôt passives.

36Les cartes montrent que les activités lucratives sont les plus étendues et que les lieux de rencontre et de repos sont les plus dispersés. C’est sans surprise que les squats et les abris de fortune apparaissent peu nombreux. Ils ne sont pas faciles à repérer et les personnes interrogées ne souhaitent pas toujours en divulguer leur localisation.

Le monnayage des corps : activité atypique pour les sans-abri

37Nombre de femmes en difficulté sociale sont réduites à se prostituer. D’ailleurs, une partie des femmes qui se prostituent quotidiennement seraient sans logis si elles n’avaient pas cette activité. Sans aucune ressource, elles n’auraient pas les moyens de faire valoir leurs droits car, étrangères ou non, elles ne sont pas toujours en situation régulière. Les hommes également sont concernés, mais dans une moindre mesure.

38Moins répandue et moins connue, la prostitution occasionnelle est un véritable indicateur de la situation de vie à la rue. Parfois, une sans-abri peut être amenée, afin de combattre les conditions extrêmes et les manques de structures d’accueil adéquates, à se prostituer de façon épisodique. Parmi les 58 femmes interrogées, neuf déclarent se soumettre à cette activité. Elles ont toutes moins de 35 ans. Sur 85 hommes, un seul, âgé de 27 ans, se prostitue. Les femmes déclarent procéder de deux façons : passer la nuit à l’abri, au domicile du client, sans contrepartie financière de sa part, se faire payer sur le modèle de la prostitution traditionnelle, le but étant de rassembler la somme suffisante pour pouvoir couvrir le prix de quelques nuits à l’hôtel ou dans un Bed and Breakfast. C’est ce procédé qu’utilise l’homme rencontré.

  • 2 When you really can’t find a place, when it’s freezing and you really want to sleep in a sheltered (...)

Quand vraiment tu ne trouves rien, qu’il fait hyper froid et que tu veux vraiment dormir à l’abri, tu fais ça pour récupérer suffisamment pour payer ta chambre2. [Femme de 28 ans, rencontrée à Brighton, SDF depuis deux ans]

39Ces femmes ne se considèrent pas comme des prostituées et elles ne le sont pas non plus par les personnes vivant à la rue. Utilisé seulement de temps en temps quand les difficultés se font trop pesantes, ce moyen est plutôt considéré comme une solution pour se tirer d’affaire.

Des prostitués aux clochards : une hiérarchie sociale établie au sein du monde de la rue

40Véhiculant nombre de lieux communs, les discours médiatiques et politiques ont tendance à homogénéiser les populations vivant à la rue et les regroupent toutes sous une même étiquette : « Sans Domicile Fixe (SDF) ». Pourtant, elles tentent de se différencier les unes des autres en légitimant leurs activités, les stratégies employées, etc.

41Les vendeurs de journaux et les travailleurs à la rue ont par leur activité une source de revenus plus ou moins assurée qui leur permet de s’acheter de la nourri ture et éventuellement de se payer une nuit dans un hôtel. Ils ont surtout la satisfaction que la somme d’argent qu’ils obtiennent est pleinement gagnée. Ces activités, rémunérées, leur permettent de n’être ni redevables, ni complètement exclus du « système ». Elles sont en plus, pour eux, socialement valorisées. Mais il y a une différence entre les vendeurs de journaux et les autres travailleurs, artistes, vendeurs de bibelots, etc.

42Les vendeurs de journaux sont reconnus par ceux qui vivent à la rue, mais aussi par les personnes intégrées. Le fait qu’il faille être inscrit et affilié à un service social pour pouvoir vendre des journaux donne à ces vendeurs un statut attesté par une carte ou un badge qu’ils arborent épinglé au revers de leur veste. C’est peut-être ce qui rassure les passants et les invite à faire un geste plus sereinement, sans arrière-pensée : est-il est vraiment dans le besoin ? cherche-t-il réellement à s’en sortir ? n’est-ce pas un bon à rien ? (etc.), autant de questions qui trouvent leur réponse dans cette activité. Ils exercent un travail officiellement reconnu, une tâche utile à leur cause : ils vendent pour ne pas être réduits à la simple mendicité, mais aussi pour apporter leur contribution à la sensibilisation des acheteurs à cette dure réalité qu’est la détresse sociale.

43Au lieu de vendre des journaux, d’autres préfèrent monnayer leurs compétences artistiques : jouer d’un instrument de musique, tresser les cheveux, dessiner des tatouages ou faire du piercing. Quelques-uns se prétendent d’ailleurs « artistes ». À la différence de la vente de journaux, tous ces gagne-pain sont effectués sans être reconnus officiellement. La musique et le tressage semblent bien tolérés par les autorités ; bienveillance implicite dont ne bénéficient pas toujours le tatouage et le piercing à cause du manque de précautions sanitaires (non-stérilisation des instruments, pas de suivi des interventions…).

Fig. 4 – Hiérarchie sociale constatée au sein du monde de la rue

Fig. 4 – Hiérarchie sociale constatée au sein du monde de la rue

[...] quand je joue d’un instrument [...] je fais un échange avec quelqu’un, avec des gens. [...] quelqu’un qui fait la manche, c’est quelqu’un qui n’apporte rien aux autres, qui demande, c’est tout [...].
[Homme de 52 ans, rencontré à Caen, SDF depuis huit ans]

44Ces travailleurs ne se considèrent pas comme des mendiants, ils refusent et même condamnent la mendicité, qui est, pour d’autres, considérée comme un travail, nécessitant de s’appliquer, d’être attentif, et surtout d’être résistant physiquement.

Quand t’es « clean », ni bourrée, ni défoncée, que tu travailles sérieux, la manche, ça te rapporte, mais faut savoir bosser. J’veux dire, tu vois des mecs dégueux avec la bouteille à côté, à moitié en train de dormir, ça marche pas. Bah évidemment !
[Femme de 25 ans, rencontrée à Caen, sans-abri pendant quinze mois]

45Au même titre que l’hygiène, l’activité lucrative est un indicateur du respect de soi et de la lutte quotidienne contre le laisser-aller. Tous ne partagent pas ce point de vue et ont même une conception de l’échelle sociale du monde de la rue très différente.

46Pour quelques-uns, le refus de toute aide sociale, de tout gagne-pain ou de toute mendicité explique le choix de moyens déviants pour subvenir à leurs besoins. Ils veulent coûte que coûte préserver leur indépendance, leur autonomie financière et leur dignité.

  • 3 “Big Issue”, it’s the tits. They’re scroungers. Give’em a bag of newspapers and easy does it, they (...)

« Big issue », ça craint, c’est des assistés ! On leur donne leurs petits sacs de journaux et hop tranquilles, ils croient qu’ils font quelque chose3...
[Homme de 25 ans, rencontré à Brighton, SDF depuis cinq ans]

  • 4 The only time I nicked something was for a few rags, grub and odds and sods to survive. I had a ma (...)

Les seuls vols que j’ai faits, c’étaient des fringues, la nourriture, des trucs pour survivre. J’avais un copain qui faisait ça, mais lui, il trafiquait, il revendait tout, et lui, il s’est fait choper [...]4.
[Homme de 24 ans, rencontré à Brighton, SDF depuis quatre ans]

  • 5 [...] nel 95, sono stato incarcerato per spaccio di stupefacenti [...] ancheprima me la sono sempr (...)

[...] en 95, je me suis fait arrêter pour trafic de stupéfiants [...] même avant, je me suis toujours débrouillé tout seul sans aide [...]5.
[Homme de 28 ans, rencontré à Parme, SDF depuis six ans] Il s’agit de revente localisée.

47La frontière entre le monde de la rue et le monde de la délinquance n’est pas toujours aisée à déterminer...

48Parler des activités rémunératrices avec les sans-abri, c’est souvent parler d’eux-mêmes. Pour eux, l’estime de soi permet de juger les comportements d’autrui et de justifier les leurs. D’ailleurs, quand ils l’abandonnent, la désocialisation est effective et leurs pratiques spatiales s’en trouvent transformées puisque les lieux favorables aux activités lucratives ne suscitent plus aucun intérêt et ne sont donc plus fréquentés. Le détachement complet pour les activités lucratives conduit rapidement à la clochardisation. Les clochards, cas extrêmes, totalement désocialisés, n’éprouvent plus le besoin de se procurer quelques subsides car ils n’achètent rien, voire refusent tout don de passants. Ils ne recherchent pas non plus l’hébergement dans une structure d’accueil et encore moins dans un hôtel. Leur seul lien avec la société se réduit à la fouille dans les poubelles pour la nourriture et les vêtements.

49Les comportements individuels et les pratiques spatiales reflètent une partie des règles qui régissent le fonctionnement du milieu de la rue. Les personnes en détresse sociale ne constituent pas un ensemble homogène, elles se distinguent en particulier par l’activité lucrative quelles choisissent et par les méthodes qu’elles utilisent, qui orientent leurs pratiques de l’espace (être immobile ou se déplacer, choisir des lieux commerciaux ou des lieux de passage).

50Pour exercer des activités lucratives, elles sont obligées de se rendre dans les endroits les plus animés du centre-ville. Certains lieux génèrent une succession de mouvements et un renouvellement fréquent de la population comme les parcs de stationnement. D’autres se caractérisent par une affluence importante, ce sont les rues principales et commerçantes. Les activités lucratives sont en outre celles qui suscitent le plus d’interactions avec les catégories socialement intégrées. Si ces dernières sont évitées lors de la recherche d’un endroit pour dormir et dans les moments de rencontre entre démunis, leur contact est évidemment recherché pour travailler.

51Par ailleurs, pour un sans-abri, le moment de l’exercice d’une activité rémunératrice est celui qui correspond le plus à une adaptation de son attitude et plus largement de soi à la situation. Le travailleur à la rue, qu’il mendie ou qu’il vende, se met en scène, par réflexe opportun ou selon un stratagème minutieux. La rue s’offre alors comme une véritable scène de théâtre sur laquelle on observe des acteurs aux rôles variés.

  • 6 I don’t want to do anything on the pretext that... I don’t walk the streets me... I have got some (...)

Je n’ai pas envie de faire n’importe quoi sous prétexte de... Je ne fais pas le trottoir, moi... J’ai ma dignité, même si je suis dans la merde6.
[Homme de 19 ans, rencontré à Brighton, sans-abri depuis trois ans]

52La distinction que les personnes en détresse s’efforcent de maintenir dans leurs propos à travers l’hygiène et l’activité exercée se traduit par une véritable hiérarchie dans laquelle on peut identifier les groupes et leur ordre. Il est impossible de dire si elle reflète aussi une hiérarchie économique, hormis pour les clochards qui sont dans une situation extrême (cf. fig. 4).

53À travers les différentes utilisations qui en sont faites par les personnes à la rue, l’espace public au quotidien devient, en partie, un enjeu de concurrence entre les sans-abri (dispute des lieux stratégiques) et entre les catégories sociales (compatibilité, tolérance, rejet). C’est pourquoi les sans-abri orientent leurs pratiques spatiales, leurs activités et leurs comportements en fonction de ce qu’ils savent des lieux du centre-ville, de leurs fonctions et de leurs fréquentations. Ils se réfugient, par exemple dans des lieux en retrait comme des recoins dans des venelles ou des voies sans issue. Ils prennent comme lieu de rencontre des parcs dont l’usage est pour quiconque synonyme de détente. Ils profitent des rues commerçantes ou très fréquentées pour des activités lucratives, la mendicité et la vente.

Notes

1 Quando suono, do qualcosa alla gente [...]e poi animo il quartiere. Piace alla gente e poi pensano che suono bene. Qualche volta, la gente mi chiede un aria, e allora si guadagna di più !

2 When you really can’t find a place, when it’s freezing and you really want to sleep in a sheltered place, you do that to get enough to pay for your pad.

3 “Big Issue”, it’s the tits. They’re scroungers. Give’em a bag of newspapers and easy does it, they think they’re doing something.

4 The only time I nicked something was for a few rags, grub and odds and sods to survive. I had a mate who pinched to make a few bob by reselling, but he got nabbed.

5 [...] nel 95, sono stato incarcerato per spaccio di stupefacenti [...] ancheprima me la sono sempre sbrogliata da solo senza aiuto [...].

6 I don’t want to do anything on the pretext that... I don’t walk the streets me... I have got some dignity even if I am up to my neck in shit. [...] What’s more I don’t want to work so that all my money goes into paying taxes.

Table des illustrations

Titre Fig. 3 – Classification des stratégies spatiales observées dans les centres-villes (activités diurnes)
Légende 1. Lieux d’entrée des clients potentiels - Les clients arrivent, pour la plupart, dans le centre-ville, soit par les parcs de stationnement, soit par les principaux arrêts de transport en commun.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende 2. Lieux de destination des clients potentiels - Les clients se rendent dans des lieux de consommation, de service ou de culte.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende 3. Localisation des activités exercées utilisant des méthodes actives -Les travailleurs de la rue investissent certains parcs de stationnement, par exemple, et appliquent la méthode active.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 4. Localisation des activités exercées utilisant des méthodes passives - Les travailleurs de la rue vont se positionner à l’entrée de certains lieux en pratiquant la méthode passive.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende 5. Synthèse L’organisation spatiale de la ville, de par la différenciation des pratiques qu’elle implique, oriente l’éventail des activités rémunératrices exercées par les personnes en détresse sociale ainsi que le type de méthodes utilisées. La distance corporelle entre e travailleur de la rue et le client potentiel qu’imposent les structures urbaines influe sur les méthodes employées. Si la disposition spatiale permet au client potentiel une grande liberté de mouvement, les méthodes choisies sont plutôt actives ; dans le cas contraire, les méthodes choisies sont plutôt passives.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 4 – Hiérarchie sociale constatée au sein du monde de la rue
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6723/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search