Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Chapitre 5. La rue : amplificateur des problèmes socio-sanitaires

Texte intégral

  • 1 One day, I found a little dog who was as lost as I am ; it really hurt me to see him like that, I k (...)

Un jour, j’ai trouvé un petit chien qui était perdu comme moi ; ça m’a fait mal de le voir comme ça, je l’ai gardé. Maintenant, il me tient compagnie, je suis moins seul, je lui parle, on partage la bouffe [...]1.
[Homme de 22 ans, rencontré à Brighton, sans-abri depuis treize mois]

1La vie à la rue, par ses caractéristiques aggrave les problèmes de santé des personnes qui y vivent :

  • 2 H. Prolongeau, Sans Domicile Fixe, Paris, Hachette (Pluriel ; Intervention), 1993, p. 183.

Un corps de SDF n’est pas signé par la mort : il a succombé à tout, à de multiples petits problèmes, à plusieurs maladies qui couvaient, à l’usure qui le frappe déjà à l’âge où d’autres commencent à prendre des précautions. S’il est cogné, c’est qu’il était saoul. Si les blessures s’infectent, c’est qu’il est sale. S’il ne réagit plus, c’est qu’il est anesthésié par le froid. S’il tousse, c’est parce que la tuberculose l’attaque déjà. Mais si sa toux le fait tant souffrir, c’est parce qu'elle réveille les migraines contre lesquelles il n’a rien fait. Tout est cause de douleurs2.

2Les problèmes rencontrés relèvent de trois ordres. Les premiers sont les conséquences directes de la vie dans un milieu comme celui de la rue. Les deuxièmes concernent l’individu et ses réactions face aux contraintes et à la pénibilité de la rue : le manque ou l’absence de réflexe quant à l’hygiène corporelle, le recours à l’alcool et/ou à la toxicomanie... Les troisièmes sont liés aux obstacles qui s’immiscent entre soi et la prise en charge de sa santé.

  • 3 P. Declerck, Les Naufragés. Avec les clochards de Paris, Paris, Plon (Terre Humaine), 2001. En part (...)

3Les propos des personnes rencontrées permettent d’évoquer leurs problèmes, leurs souffrances et les risques pathogènes liés aux lieux où elles dorment ou plus généralement à leur mode de vie. Pour ce qui relève du domaine médical, la présentation et l’explication suivantes s’inspirent d’ouvrages plus spécifiques3 afin de mieux définir les maux dont souffrent ces femmes et ces hommes.

Les conséquences sur l’état de santé

4Les problèmes de santé évoqués ci-dessous ne sont pas spécifiques à la population en détresse sociale, toutefois ils constituent de bons révélateurs des conditions de vie que leur impose ce milieu qu’est la rue.

Les pathologies déclarées par les personnes rencontrées

5Les réponses présentées dans les deux tableaux qui suivent sont directement liées aux propos des personnes interrogées concernant leur santé. Elles ne sont donc pas le reflet de leur véritable état de santé, mais plutôt le reflet de la perception qu’elles en ont.

Tableau 1 - État de santé général déclaré par les personnes interrogées

Situation déclarée

Femmes

Hommes

Total

Aucune pathologie

20

68

88

Au moins un problème de santé

38

17

55

6La donnée qui retient l’attention en premier lieu est celle du nombre de personnes qui disent n’avoir aucun problème de santé (88 sur 143), environ un tiers des femmes et plus des trois quarts des hommes. Leur interprétation du terme « santé » ne renvoie pas exactement à celle communément admise. Par exemple, la toxicomanie n’est pas pour les personnes concernées abordée dans les questions liées à la santé, mais dans celles liées à la justice. Ou encore, la malnutrition dont elles souffrent n’est jamais citée dans les difficultés sanitaires.

7Cette classification permet de rendre compte de tous les problèmes auxquels sont confrontés les sans-abri rencontrés. Par exemple, un homme de 56 ans, présentant des plaies cicatrisées au niveau du visage et des bras se plaint également de séquelles de fractures. Tous ces maux sont les résultats de trois bagarres. Une femme de 18 ans, toxicomane, souffre également d’hépatite et de troubles psychologiques. Les différents problèmes sont donc, selon les réponses de chacun, répertoriés dans plusieurs lignes du tableau.

Tableau 2 – Pathologies déclarées par les personnes interrogées*

Situation déclarée

Femmes

Hommes

Total

Pathologies plutôt liées aux intempéries

6

15

21

Problèmes pulmonaires (bronchite et tuberculose)

0

6

6

Problèmes dermatologiques (mycoses)

6

9

15

Pathologies plutôt liées aux agressions

12

38

50

Plaies (coupures, égratignures)

6

15

21

Fractures (côtes, nez cassés)

6

23

29

Pathologies plutôt liées à des addictions

15

44

59

Tabagisme

5

16

21

Alcoolisme

4

13

17

Toxicomanie

6

15

21

Pathologies plutôt liées à des troubles psychologiques

6

14

20

Autres (dont hépatite)

2

7

9

* La répartition entre les quatre ensembles s'est faite selon la fréquence la plus importante. Par exemple, les plaies ne sont pas toutes dues aux agressions, mais dans la mesure où celles-ci en sont la cause la plus récurrente, elles sont donc toutes classées dans cette catégorie. Concernant les 55 personnes déclarant avoir des problèmes de santé, leurs réponses peuvent être multiples en fonction de leurs pathologies.

La rue : un milieu pathogène ?

  • 4 J. Fassin, « États de santé et prise en charge des populations sans domicile fixe à Paris », in Pré (...)
  • 5 X. Emmanuelli : médecin au centre de Nanterre (consultations réservées aux SDF), secrétaire d’État (...)

8L’information selon laquelle seulement 55 individus déclarent avoir des problèmes de santé suscite l’étonnement. Certes, il se peut que parmi les 88 autres, une partie soit effectivement en bonne santé. Néanmoins, compte tenu des conditions dans lesquelles vivent ces personnes, cette déclaration paraît surprenante. Des spécialistes comme J. Fassin, X. Emmanuelli et J.-M. Firdion4 estiment que les habitants de la rue ne prennent plus conscience de l’état de santé dégradé dans lequel ils sont. « Ils ont divorcé d’avec leur corps »5. La douleur n’est plus prise en compte comme elle l’est pour une personne qui vit dans des conditions dites normales :

  • 6 X. Emmanuelli, dans Sans Domicile Fixe, p. 182.

[... ] la souffrance ne joue plus son rôle de sentinelle. Ils se disent : « J’ai mal à une jambe », mais ne réalisent plus que c’est leur jambe. Et pourquoi le feraient-ils ? Même s’ils exprimaient leur douleur, personne n’est plus là pour l’écouter6

9Les personnes interrogées n’évoquent pas ou peu les maux liés à l’exposition quotidienne aux aléas climatiques. Seulement vingt et une d’entre eux parlent de leurs difficultés respiratoires ou de leurs problèmes dermatologiques. Et le problème de malnutrition n’est jamais évoqué en soi comme un problème de santé. Lorsqu’elles en parlent, c’est au détour d’autres sujets comme leur occupation de la journée ou les difficultés qu’elles rencontrent dans la rue ; mais en aucun cas le sujet n’est mentionné relativement à la situation sanitaire.

  • 7 Cf. P. Declerck, Les Naufragés. Avec les clochards de Paris.

10L’humidité ambiante entraîne une prédisposition aux affections rhumatismales. Les températures extrêmes, basses ou élevées, peuvent entraîner selon les cas des gelures, des hypothermies ou au contraire des hyperthermies parfois fatales. La superposition de vêtements à laquelle sont réduites les personnes en détresse sociale pour se protéger du froid et du vent est également très nocive. En effet, elle neutralise les fonctions sudorales, respiratoire et circulatoire de la peau et provoque donc des troubles de régulation de la température corporelle. Comme les vêtements ne sont pas ôtés régulièrement, le risque d’irritations, de rougeurs, d’éruptions, voire d’urticaire ou d’eczéma, est très important7. Les personnes se trouvent donc dans un cercle vicieux auquel elles ne peuvent échapper : l’empilement des habits est inconfortable et malsain, mais il est indispensable contre le froid.

11Le mode de vie des personnes en détresse sociale, entendu comme l’ensemble de leurs comportements, de leurs occupations, et plus particulièrement des lieux où elles dorment et de leur recours fréquent à la fouille des poubelles, les expose aux parasites et aux blessures : écorchures, entailles, traumatismes, etc. (PL. XXVIII).

12Le manque de soins pour elles-mêmes et leurs vêtements entraînent rapidement des proliférations parasitaires telles que celles des poux ou des puces. Les lieux de la rue dans lesquels elles dorment sont des sites pathogènes. Par ailleurs, dans la mesure où la promiscuité est très grande dans les structures d’accueil, les contagions parasitaires ou virales peuvent plus facilement se propager :

  • 8 Le « Cap Horn » ou « Le marais » désignent l’asile de nuit de Caen.

Le Cap Horn8, j’veux pas y aller, c’est un vrai bouillon de culture là-d’dans. J’ai un copain qui y est allé, il a chopé la gale.
[Homme de 32 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis six mois]

13Dans les squats et les abris de fortune, le manque d’hygiène, le manque d’aération et l’humidité ambiante favorisent la prolifération microbienne. Un cas extrême a été rencontré : pour se protéger de la pluie et des agressions, un homme a expliqué dormir dans les conteneurs à immondices...

14Les probabilités de se blesser dans les refuges improvisés avec des tessons, des canettes, des capsules, des débris de toute sorte sont élevées. Les coupures et les écorchures avec des boîtes de conserve et des couteaux sont fréquentes. Pour les personnes qui fouillent dans les poubelles et qui ne se protègent pas ou mal les mains, cet incident n’est pas rare. Toutes ces plaies non seulement ne sont jamais désinfectées, mais sont aggravées par le manque d’hygiène.

  • 9 Les lésions cutanées comprennent notamment les parasitoses, les dermatoses, les ulcères aux jambes.

15Le fait de ne pas pouvoir se procurer facilement de l’eau, de ne pas pouvoir toujours se rendre dans des toilettes publiques ou de ne plus avoir le réflexe de se laver entraîne un manque général d’hygiène. Les manifestations les plus communes de ce manque d’hygiène sont des lésions cutanées9, des problèmes dentaires comme les dents cariées ou déchaussées. Les ongles longs sont des réceptacles de poussières et de microbes et peuvent provoquer des blessures aux pieds, blessures amplifiées par le port quasi continuel des chaussures.

16Pour les personnes accompagnées d’un chien, celui-ci peut certes alléger leur solitude, être une source de chaleur et leur éviter d’être agressées, mais il est aussi un vecteur de maladies, de parasites, et les contraint souvent à rester dans la rue pour passer la nuit, car toutes les structures d’accueil n’acceptent pas les animaux domestiques.

17Parallèlement à ces problèmes directement liés aux conditions dans lesquelles vivent les gens en détresse sociale existent tous ceux qui sont liés aux agressions. Les risques de blessures sont accrus : les fractures, les hématomes, les dents cassées ou absentes, conséquence des coups, les entailles faites par l’utilisation d’armes blanches (couteaux et cutters) ou de bouteilles de verre brisées en tessons.

18Un jeune homme rencontré à Caen montre qu’il s’est fait sectionner un doigt depuis peu : selon ses propos, il s’agit d’un règlement de compte, dont l’objet reste confus. Il a de toute évidence reçu des soins. Parmi les personnes qui vivent depuis longtemps à la rue, nombreuses sont celles qui arborent des cicatrices aux visages et sur les avant-bras dues à des coupures et à des brûlures de cigarettes.

  • 10 Heureusement j’étais assise dehors au grand air...

19L’homme le plus âgé rencontré à Brighton, 54 ans, porte lors de l’entretien un tissu noirâtre qui lui couvre un œil. D’abord, il raconte l’événement qui lui a fait perdre pied et l’a amené à la rue : un accident de voiture. Lors de ce dernier, il reste bloqué plusieurs heures dans la carcasse, sa femme, gisant à ses côtés, complètement défigurée par un amas de tôles. Elle est morte. Il explique qu’il n’a jamais surmonté ce choc et parle de ses conditions de vie actuelle. Dans un élan de spontanéité, alors qu’il évoque sa dernière agression, il soulève son bandeau pour exhiber sa blessure. Horrible. Son œil est très abîmé et très sale. Est-il perdu ? Cet homme n’était pas encore allé se faire soigner, il avait simplement appliqué un mouchoir humidifié et mis son bandeau10.

20La rue est redoutable du point de vue sanitaire ; tout peut être cause d’infection et de complication. Plus la durée de vie à la rue est longue, plus le renoncement à l’hygiène s’amplifie, plus les problèmes de santé s’aggravent, moins les personnes en détresse sociale ne les prennent en compte. Les faciès deviennent marqués, les doigts et les bras sont mutilés, le dos se voûte, le pas est lent... autant de stigmates de leurs conditions de vie à la rue qui font paraître ces personnes plus âgées qu’elles ne le sont vraiment (PL. XXIX).

21La douleur, qui pour toute personne constitue un signal, devient quotidienne pour les gens à la rue : ils s’y habituent, ne s’en plaignent pas ou peu. À quoi bon ? Ils expliquent très clairement qu’exposer leurs souffrances et leurs meurtrissures à leurs compagnons d’infortune ne sert à rien, car ils n’écoutent pas. Ils ont eux aussi les leurs et ne souhaitent pas qu’on les leur renvoie en miroir. Le dernier argument qu’ils avancent est que, de toute façon, ce ne sont pas eux qui peuvent changer les choses.

Quand on se voit, c’est pour boire un coup, c’est pour profiter ensemble. [...]
On parle pas de nos galères. D’façon, je vais pas l’emmerder avec mes trucs, lui il a aussi les siens. On a tous notre dose d’emmerdes.
[Homme de 40 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis huit ans]

22Une partie des sans-abri fait toutefois très attention à ceux qu’ils appellent les « pouilleux », qu’ils repèrent, évitent et même rejettent violemment si les indésirables s’approchent. Ce comportement discriminatoire s’observe chez des personnes qui ne sont pas encore complètement installées dans la vie à la rue à l’égard de celles qui portent les marques les plus visibles de la désocialisation. En effet, au-delà des risques de contagion, elles refusent d’être assimilées aux clochards, car, encore imprégnées du système de valeurs de la société, elles espèrent un retour proche à la vie dite « normale ».

23Globalement, le temps aidant, devant le cumul de difficultés d’ordre social et sanitaire, les gens à la rue se laissent petit à petit envahir par la passivité, l’abandon au fatalisme conduisant au renoncement à l’estime de soi et même au renoncement à soi.

La dégradation du rapport à soi

24Les conditions extrêmes que subissent les gens à la rue les entraînent inévitablement à recourir à des échappatoires pour tenter de survivre. Si, pour eux, la bière, le vin, le crack, par exemple, sont des réconforts indispensables au quotidien, leur abus est évidemment très nocif à moyen terme pour leur capital santé déjà bien fragilisé.

25L’alcoolisme déclaré ne concerne que 17 personnes sur l’ensemble des 143, dont une seule a moins de 35 ans. Résultat surprenant, car les travailleurs sociaux qui connaissent la population interrogée affirment que l’alcoolisme est le principal problème. Pourquoi ce décalage de perception ? Les personnes qui vivent à la rue n’ont-elles pas conscience de leur problème ou refusent-elles de le reconnaître ? Les travailleurs sociaux concentrent-ils toute leur attention uniquement sur ce point ? La réalité n’est-elle pas à mi-chemin entre les deux ? L’alcoolisme est certainement un problème important, mais est-il réellement l’obstacle fondamental pour sortir ces personnes de la rue ?

  • 11 L’ensemble des résultats de l’enquête est présenté dans Libres, n° 227,1998.

26Selon une enquête faite par l’association Vie libre11 auprès de 266 sans-abri, 80,1 % déclarent boire de l’alcool, et la consommation de vin est en moyenne de 3,7 litres par jour. Les effets néfastes de l’abus d’alcool se trouvent renforcés par le manque d’alimentation : certains mangent très peu et d’autres de façon très déséquilibrée. Beaucoup de féculents comme les frites, le pain au sens large (sandwich, hot-dog, tranche de pizza, piadina), des produits en conserve tels que le beurre de cacahuète, le pâté, le thon ou les sardines à l’huile sont les plus couramment utilisés, car ce sont les plus faciles à obtenir. À Caen, un jeune dit ne se nourrir que de biscuits achetés à très bon marché. Les aliments frais et la viande sont très rares car personne n’y fait allusion.

27Parallèlement, l’utilisation de drogues et/ou de médicaments est croissante, notamment chez les jeunes :

  • 12 A quel tempo, mi bucavo in continuazione, pensavo solo a questo... E poì, un giorno [1995], un gior (...)

À cette époque-là, je me piquais tout le temps, je pensais qu’à ça.... Et, puis, un jour [1995], un jour de trop... j’ai trouvé ma copine allongée par terre : elle était morte... [...] elle est morte à cause de ça. Moi, elle m’a pas tué, mais c’est la drogue qui m’a bousillé, elle m’a vidé la tête, maintenant, j’ai tout à réapprendre. Là, j’ai pensé à mon fils que je voyais plus, à ma fille qu’ils m’avaient pris [les services sociaux par décision de justice] et puis à ma copine, qu’était géniale et qu’était morte à cause de ça... Je me suis dit : faut que j’arrête12.
[Homme de 43 ans, rencontré à Parme, ex-toxicomane, alternance vie à la rue et vie carcérale]

28Les produits consommés sont surtout la cocaïne ou son dérivé le crack, l’ecstasy et le speed. Les deux derniers sont classés dans les amphétamines ; ce sont des stimulants. Les consommateurs de crack expliquent que ce produit a deux intérêts : il coûte peu mais est très puissant. Il se présente sous la forme d’un petit caillou et requiert pour sa préparation à base de cocaïne l’ajout de solvant facilement disponible tel le gasoil ou le mazout, solvant qui sublime ce produit en le faisant passer de l’état solide à l’état gazeux. Les vapeurs sont inhalées et agissent en quelques secondes, alors que pour un « sniff » le délai est d’une vingtaine de minutes.

29Par exemple, à Brighton, une femme de 19 ans, enceinte, explique qu'elle et son compagnon prennent du speed et de la cocaïne (utilisée de façon traditionnelle, c’est-à-dire « sniffée » et non en injection intraveineuse ou sous-cutanée). Ce couple déclare devoir se procurer 250 livres sterling tous les deux jours, soit environ 343 euros pour satisfaire ses besoins. La somme nécessaire est obtenue en volant.

  • 13 L’usage de cette drogue étant intraveineux, l’échange des seringues usagées favorise la diffusion d (...)

30Un homme de 33 ans, rencontré à Caen, héroïnomane, tente une « énième » désintoxication. Il doit suivre un traitement à base de méthadone. Son hépatite (B)13 a été découverte lors de sa dernière incarcération, d’une durée supérieure à trois ans. En treize ans, il est allé neuf fois en prison, au début pour vol à la tire, puis pour vol qualifié. Selon cet homme et les autres consommateurs interrogés, le gramme d’héroïne varie entre 91 et 152 euros.

  • 14 On se sert de ce produit pour empoisonner les animaux nuisibles.

31Les conséquences néfastes sur la santé sont amplifiées par la mauvaise qualité des produits utilisés. Même si l’héroïne n’est pas la seule concernée, elle est la drogue la plus coupée de toutes. Le dealer, pour faire encore plus de profit, mélange l’héroïne à d’autres produits beaucoup moins coûteux et vend l’amalgame obtenu au prix de l’héroïne. Les substances utilisées pour « allonger » sont le sucre, l’aspirine, le bicarbonate et même la strychnine14. Cette dernière, stimulante à faible dose, est très toxique voire fatale en grande quantité. Le talc, le plâtre et le ciment également employés peuvent s’avérer très dangereux car ils favorisent les embolies : la formation d’agrégats peut bloquer la circulation sanguine.

32Les toxicomanes qui vivent à la rue associent souvent plusieurs produits (alcool et crack, alcool et médicaments) pour tenter d’échapper quelques instants à leurs conditions de vie désastreuses : privation matérielle extrême, désespoir et repli sur soi. Pour quelques-unes (8), la cocaïne est associée aux dérivés de l’héroïne afin de diminuer, disent-elles, les effets de la première et de retrouver un certain calme pour dormir.

  • 15 À Caen, les médicaments les plus souvent cités sont le Lexomil ou le Tranxène.
  • 16 Médicaments agissant sur le psychisme. La classification clinique courante distingue trois types de (...)

33Par ailleurs, vingt personnes déclarent avoir des problèmes d’ordre psychologique : stress excessif, crises d’anxiété, dépression nerveuse15, etc. La consommation déclarée de psychotropes16 est élevée. Les plus cités sont les tranquillisants pour apaiser leur angoisse et les antidépresseurs pour stimuler leur humeur et pour faire face au sentiment du vide de leur existence.

34De façon générale, dans les centres-villes de Brighton, Parme et Caen, il n’est pas rare de croiser sur les trottoirs un sans-abri déambulant et parlant tout seul. Impossible de l’interrompre et difficile de suivre son monologue : il est dans un autre monde. Selon les travailleurs sociaux, la psychopathie est également un trouble qu’ont une partie des sans-abri. Elle se traduit par une instabilité physique et mentale ; la personne erre volontiers et n’a aucune attache. Leur trouble provient non seulement du désespoir de leur situation, de leur solitude, de leur apathie, mais aussi des traumatismes du passé : violences physiques, ruptures affectives...

35Selon un travailleur social rencontré à Caen, la vie à la rue, si harassante et si destructrice, entraîne trois types de comportements distincts : le recours à l’alcool, le recours à la drogue et le développement de troubles psychologiques qui se traduisent, par exemple, par le repli sur soi ou le dédoublement de la personnalité. Ces problèmes d’alcoolisme, de toxicomanie et de troubles psychologiques entraînent les personnes qui vivent à la rue dans un cercle vicieux.

  • 17 J. Fassin, « États de santé et prise en charge des populations sans domicile fixe à Paris », p. 107 (...)

36Comment peuvent-elles s’en extraire alors que ce sont ces échappatoires, l’alcool et la drogue, qui leur permettent de supporter la vie à la rue ? Et cette spirale de l’autodestruction est redoutable car une fois enclenchée, elle éloigne ses victimes un peu plus chaque jour d’une issue positive tout en les rapprochant de la désocialisation. Et plus une personne se désocialise, moins elle recourt aux soins17.

Les liens avec le dispositif socio-sanitaire

37Le recours aux soins par les personnes qui vivent à la rue est rare et de toute façon tardif. Leurs priorités sont avant tout : se procurer à manger, chercher où dormir et obtenir un peu d’argent. Par manque de temps et pour les raisons expliquées précédemment, elles ne tiennent pas compte de leur état de santé.

Un difficile recours aux soins...

38Les sans-abri en général prêtent peu attention à leur état de santé et font difficilement la démarche de se rendre dans des structures pour obtenir des soins. Parfois ils font l’effort de se déplacer pour être pris en charge, mais ils n’y retournent pas forcément même si le personnel leur a expliqué qu’il fallait absolument revenir.

39Les personnes rencontrées à Brighton, Parme et Caen disent pour la plupart aller directement à l’hôpital quand elles ont un problème de santé. Mais, elles ne s’y rendent, que lorsqu’elles considèrent que le problème est grave, et qu’elles ne peuvent pas se débrouiller seules. Dans ces circonstances, on comprend pourquoi leur capital santé est déjà bien entamé lorsqu’elles y arrivent. D’ailleurs, quelques-unes expliquent avoir été hospitalisées sans en avoir fait la démarche : elles y ont été emmenées après avoir perdu connaissance et s’être effondrées en pleine rue à cause d’un coma éthylique, de malnutrition, d’une trop grande fatigue, etc.

40Cette obligation de soin dans une structure hospitalière et l’image d’un lieu froid nourrissent la méfiance non dissimulée qu’ils manifestent à l’égard du monde médical.

  • 18 Volevano tenermi per la notte, io ho detto :'No, sto bene, voglio andare via !' Non è un posta piac (...)

Ils voulaient me garder pour la nuit, j’ai dit : « Non, je vais très bien, je veux partir ! ». Ce n’est pas un endroit agréable et puis il y a du monde partout qui te regarde, qui te pose des questions... Je ne leur demande rien moi, alors qu’ils me laissent tranquille18 !
[Homme de 60 ans, rencontré à Parme, sans-abri depuis deux ans]

41Même si, de façon générale, le rapport à l’institution hospitalière est plutôt distant, l’hospitalisation peut jouer un rôle important dans la sortie de la rue. C’est particulièrement vrai pour les femmes. La probabilité d’hospitalisation est pour elles plus grande que pour les hommes. Vivre dans la rue entraîne, rappelons-le, une complication des accidents de santé non seulement à cause du manque d’hygiène, mais aussi à cause du retard de la mise en place des soins. Les lésions aggravées suite à une agression ou une infection gynécologique, très fréquentes, nécessitent une prise en charge immédiate dans des structures médicalisées.

42L’hospitalisation constitue souvent un moment pendant lequel il est proposé aux patientes un hébergement dans un centre d’accueil ou dans un hôtel. Quand elle est possible, une médiation avec le milieu familial d’origine entraîne parfois le retour au foyer. Si ce n’est pas possible, on sollicite le dispositif social, qui, par le recours au service de la protection de la femme et de l’enfant, propose des structures d’accueil favorisant la sortie de la vie dans la rue.

... aggravé par certains comportements

43Certes, les personnes qui vivent à la rue prennent difficilement l’initiative de se faire soigner quand elles en ont besoin, mais au-delà de ce constat se pose la question de la sensibilisation à la santé. Le problème principal repose sur le fait qu’il n’est pas toujours aisé d’établir de façon durable un contact avec elles : soit elles ne se rendent pas régulièrement dans les services sociaux, soit elles peuvent y venir une fois, puis ne pas y revenir.

44Même quand elles se rendent dans un centre de soins, les moyens d’information concernant l’éducation à l’hygiène, les dangers du recours à l’alcool et/ou aux stupéfiants, la prévention des maladies sexuellement transmissibles (MST) se réduisent souvent à des brochures et des affiches. Comme les destinataires ont pour la plupart une mauvaise appréhension voire une aversion pour tout support écrit, on peut s’interroger sur le pouvoir de ces informations. Et, même si elles sont renseignées sur ces aspects, elles n’ont pas le plus souvent les moyens de les appliquer : les difficultés pour se laver restent entières, les conditions de vie harassantes physique ment et psychologiquement les incitent toujours à boire et/ou se droguer.

45Les risques sanitaires augmentent dans certaines situations. Par exemple, lorsque des femmes souhaitent absolument dormir à l’abri et quelles ne trouvent pas d’autres solutions, elles ont recours à la prostitution occasionnelle. Leurs besoins pressant d’argent font quelles sont plus disposées à tout accepter. Un autre comportement à risque est celui des sans-abri toxicomanes. Dans les deux cas, l’exposition aux risques de contamination est très grande : les premières à la demande des clients n’utilisent pas de préservatif et les seconds se servent de seringues déjà usagées.

46Les femmes sans-abri qui ont recours à la prostitution disent trouver des clients assez facilement, ce que laisse entendre également une étude sur la prostitution, publiée dans le Journal international de la médecine :

  • 19 É. Coquart, P. Huet, Le Livre noir de la prostitution, Paris, Albin Michel, 2000, p. 168.

Les hommes jouent très souvent avec nous à une sorte de roulette russe. Plus une femme leur paraît en mauvaise santé, plus cela les branche [...]. Et sont prêts à payer plus cher19...

47Pour les personnes clandestines originaires de pays hors Union européenne rencontrées à Parme, s’ajoute un autre problème : la peur d’être dénoncées et d’être expulsées. Même si elles ont des problèmes de santé, elles ne veulent ni consulter un médecin, ni se rendre à l’hôpital. Cette méfiance, fondée ou non, est la cause d’une aggravation sérieuse de leur situation sanitaire. Une Ivoirienne explique que son mari s’est fait une coupure importante à la main en sculptant des statuettes destinées à être vendues de façon non déclarée. N’étant pas en règle, il refuse de se rendre aux urgences. Elle décide de demander de l’aide auprès d’une personne de connaissance également étrangère, se déclarant être aide-soignante dans son pays d’origine. Selon les propos de l’épouse, les soins ont été très sommaires : l’amie (?) a passé un mouchoir imbibé de grappa (alcool de marc) sur la plaie et l’a recousue, sans pouvoir évidemment évaluer la gravité de la blessure.

48Les pathologies dont souffrent les personnes en détresse sociale sont multiples mais ne leur sont pas spécifiques. La détérioration progressive de leur santé est liée à leur situation de privation extrême et à toutes les souffrances qui l’accompagnent. Comme pour les autres problèmes, l’accumulation de difficultés et les conditions de vie à la rue engendrent des complications et amplifient leur vulnérabilité.

49La rue, véritable milieu pathogène, aggrave le moindre traumatisme. Le temps aidant, le mode de vie qu'elle impose aux personnes en détresse sociale, les éloigne d’une prise en compte de leur état de santé et éventuellement des structures de soins. L’exposition aux intempéries, le défaut d’hygiène, la malnutrition et l’isolement sont responsables d’une souffrance permanente et d’une usure physique et psychique. Les conséquences, inévitables, se manifestent par le développement de pathologies multiples et l’apparition de troubles du comportement voire de la personnalité. Si le processus n’est pas arrêté à temps, le résultat inévitable est une descente précipitée vers les abîmes.

  • 20 F. Blondel, « Les étapes de la désinsertion », in La Lutte des places : insertion et désinsertion, (...)

50S. Roy, s’inspirant de nombreux travaux dont ceux de Blondel20, Bergier (1992), Roy (1988), Summer et Lasry (1984), et Vexliard (1959) a identifié trois attitudes des personnes qui vivent à la rue, qui correspondent aussi à trois phases, dont le passage de l’une à l’autre n’est pas forcément automatique. Pour elle, il y a la phase de « résistance », la phase d'« adaptation » et la phase d'« installation ». Dans un premier temps, l’individu tente coûte que coûte de retrouver une situation normale ; il considère son passage à la rue comme temporaire. Puis, il s’habitue petit à petit à ses nouvelles conditions de vie et commence à penser que toutes les portes se ferment les unes après les autres. La dernière étape, irrémédiable est synonyme de résignation et d’abandon de toute lutte.

D’façon, on peut pas s’en sortir, c’est un rouleau compresseur : tu cours, tu cours, tu crois que tu t’en sors et tu t’fais rattraper.
[Homme de 33 ans, rencontré à Caen. Entre 1984 et 1997,9 incarcérations (pour vols et cambriolages), tentatives de plusieurs cures de désintoxication depuis 1997 (héroïnomane)]

Il est bien gentil, mais il peut rien faire pour moi, il va me trouver un hôtel pour quelques jours, et après... qu’est-ce qu’il va faire ? hein ?... Rien !... Il peut rien faire pour moi... C’est pas vrai ?
[Homme de 52 ans, rencontré à Caen, sans-abri pendant sept ans, aujourd’hui décédé]

[... ] il y a rien d’important aujourd’hui, la vie ? Non, je m’en fous. Mourir ? Je m’en fous aussi... M’installer ? Je m’en fous complètement ! Non, il y a rien de spécial !
[Homme de 36 ans, rencontré à Caen, alternant vie dans la rue et période carcérale]

51Progressivement les réflexes de la vie dite « normale » glissent vers ceux qu’impose la rue. D’abord, la personne a les mêmes comportements qu’avant son passage à la rue : elle sollicite son réseau de connaissances, elle fait l’effort de se procurer de l’argent pour aller acheter sa nourriture dans les magasins et elle porte une grande attention à se maintenir propre et bien habillée. Elle se rend éventuellement dans des structures sociales pour se faire aider (service administratif, foyer d’accueil, associations caritatives, etc.). C’est alors que l’on constate que ses pratiques de l’espace commencent à changer. Par la suite, ayant intégré les contraintes de vie à la rue, elle use de différentes astuces pour y remédier, elle profite des espaces refuges comme les squats et abris de fortune pour dormir, elle se déplace pour se procurer de l’argent et trouver à manger. Puis, le temps passant, usée par une vie harassante et destructrice, elle s’éloigne un peu plus chaque jour d’une issue positive.

Notes

1 One day, I found a little dog who was as lost as I am ; it really hurt me to see him like that, I kept him. Now, he stays by me, Ifeel less on my own, I talk to him, we share grub.

2 H. Prolongeau, Sans Domicile Fixe, Paris, Hachette (Pluriel ; Intervention), 1993, p. 183.

3 P. Declerck, Les Naufragés. Avec les clochards de Paris, Paris, Plon (Terre Humaine), 2001. En particulier, l’annexe III intitulée « Épidémiologie médicale et psychiatrique » ; P. Henry, M.-P. Borde, La Vie pour rien, Paris, Robert Laffont, 1997 ; G. Serpelloni, A. Rossi, HIV/AIDS e droga, manuale per operatori di prevenzione, l’intervento in strada, Vérone, Leonard Edizioni scientifiche, 1996.

4 J. Fassin, « États de santé et prise en charge des populations sans domicile fixe à Paris », in Précarité et santé. J. Lebas et P. Chauvin (dir.), Paris, Flammarion, 1998, p. 107-122 ; X. Emmanuelli, Dernier avis avant la fin du monde, Paris, Albin Michel (Espaces libres), 1999 ; La Rue et le Foyer : une recherche sur les sans-domicile et les mal-logés dans les années 1990, M. Marpsat, J.M. Firdion (dir.), Paris, INEDPUF (Travaux et documents), 2000.

5 X. Emmanuelli : médecin au centre de Nanterre (consultations réservées aux SDF), secrétaire d’État à l’action humanitaire en 1995. Propos recueillis par H. Prolongeau, dans Sans Domicile Fixe, p. 182.

6 X. Emmanuelli, dans Sans Domicile Fixe, p. 182.

7 Cf. P. Declerck, Les Naufragés. Avec les clochards de Paris.

8 Le « Cap Horn » ou « Le marais » désignent l’asile de nuit de Caen.

9 Les lésions cutanées comprennent notamment les parasitoses, les dermatoses, les ulcères aux jambes.

10 Heureusement j’étais assise dehors au grand air...

11 L’ensemble des résultats de l’enquête est présenté dans Libres, n° 227,1998.

12 A quel tempo, mi bucavo in continuazione, pensavo solo a questo... E poì, un giorno [1995], un giorno di troppo... Ho trovato la mia ragazza coricata per terra : era morta... [...] è morta per colpa di questo. Io, non mi ha ammazzato, perd è la droga che mi ha guastato, mi ha vuotato la testa, adesso, ho tutto da rimparare. Là, ho pensato a miofiglio che non vedevo più, a mia figlia che mi hanno preso [i servizi sociali per decisione di giustizia] e poî alla mia ragazza, che era formidabile e che era morta per colpa di questo... Mi sono detto : bisogna che smetto.

13 L’usage de cette drogue étant intraveineux, l’échange des seringues usagées favorise la diffusion des hépatites (B et C) et du SIDA.

14 On se sert de ce produit pour empoisonner les animaux nuisibles.

15 À Caen, les médicaments les plus souvent cités sont le Lexomil ou le Tranxène.

16 Médicaments agissant sur le psychisme. La classification clinique courante distingue trois types de psychotropes : psycholeptiques, psychoanaleptiques et psychodysleptiques. Parmi les premiers, on range les hypnotiques, les neuroleptiques et les tranquillisants, parmi les deuxièmes, les stimulants de la vigilance (amphétamines et caféine) et les stimulants de l’humeur (antidépresseurs), les troisièmes (hallucinogènes) perturbent l’activité mentale en induisant des troubles rappelant ceux des psychoses.

17 J. Fassin, « États de santé et prise en charge des populations sans domicile fixe à Paris », p. 107-122.

18 Volevano tenermi per la notte, io ho detto :'No, sto bene, voglio andare via !' Non è un posta piacevole e c’è tanta gente dappertutta, che ti guarda, che ti fa delle domande... Io, non gli chiedo niente, quindi che loro mi lascino in pace !

19 É. Coquart, P. Huet, Le Livre noir de la prostitution, Paris, Albin Michel, 2000, p. 168.

20 F. Blondel, « Les étapes de la désinsertion », in La Lutte des places : insertion et désinsertion, V. de Gaulejac et I. Taboada-Léonetti (éd.), Marseille – Paris, Hommes et Perspectives – Desclée de Brouwer (Re-connaissances), 1994, p. 117-134.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search