Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Chapitre 4. Deux fonctions existentielles à la rue : habiter et manger

Texte intégral

[...] le plus dur c’est... le début de la rue. Je trouvais ça vraiment, je pensais pas que j’allais tomber là-dedans. Quand vous voyez que le matin, vous avez rien dans le ventre, vous pouvez pas vous laver, vous pouvez pas vous changer. Parce que j’étais dans la rue, j’avais rien... et c’est après que j’ai fait la route avec un collègue à moi, je l’ai vu... et... je me suis pris des cuites avec lui, on s’est fait arrêter plusieurs fois, [...]. J’ai rencontré des passages difficiles : on se fait braquer, quand on boit on se fait défoncer la gueule, donc on se barre... parce que..., on a touché à la bouteille, ou à... plein de conneries comme ça.
[Homme de 20 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis trois ans]

  • 1 H. Prolongeau, Sans Domicile Fixe, Paris, Hachette (Pluriel ; Intervention), 1993.

1Trouver un refuge pour dormir et pour interrompre un instant l’inexorable accumulation de fatigue est pour tout sans-abri une épreuve permanente. Selon l’étude de H. Prolongeau1 une personne sans-abri dort en moyenne quatre heures par nuit. Ce temps de sommeil est court, souvent interrompu à cause des conditions d’installation inconfortables et du sentiment d’insécurité qui hante chaque nuit. Les principales solutions choisies vont de l’hébergement chez un tiers à l’installation contingente en passant par la structure d’accueil.

2Manger est l’autre grande préoccupation des personnes qui vivent à la rue. Là encore, elles utilisent plusieurs moyens. Certaines achètent quelques denrées avec l’argent récolté dans la journée, d’autres recourent au dispositif social et les plus accablées se résignent à fouiller dans les poubelles. La recherche de vêtements suscite les mêmes types de comportements.

Les alternatives de la rue

3Pour ne pas passer la nuit à la rue, les deux moyens les plus utilisés sont dans un premier temps l’hébergement chez un tiers, puis, quand la situation dure, la structure d’accueil. Parfois, quand la somme d’argent disponible est suffisante, quelques nuits sont envisagées, à Brighton dans un Bed and Breakfast, à Parme ou à Caen dans un hôtel. Ou encore certains services municipaux et associations caritatives attribuent des nuitées aux plus désemparés.

L’hébergement chez un tiers : une solution temporaire et asservissante

4L’hébergement chez un tiers constitue en général l’ultime étape avant le passage à la rue. Les personnes, qui pour des raisons diverses (expulsion légale, exclusion conjugale ou familiale, fugue) perdent leur logement, profitent de leur réseau de connaissances pour envisager une solution de substitution. Sont d’abord sollicités des membres du cercle familial ou amical.

5Ce moyen n’est que temporaire car très vite des problèmes relationnels surgissent, aussi bien de la part de l’accueillant que de l’accueilli. Le premier, en échange de l’hospitalité donnée, exige le respect de ses règles de vie et réclame des participations matérielles que le second n’est pas toujours prêt à prendre en compte. Très vite, la compassion et les opportunités s’épuisent et la personne est contrainte de vivre à la rue.

6Être indépendant et ne rien devoir sont deux arguments souvent mis en avant pour ne pas demander le gîte à autrui. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’hébergement auprès d’un proche n’est pas toujours perçu comme une bonne solution : il crée un asservissement à l’égard de l’hôte et donc un sentiment d’infériorité. Le respect de l’autre, la honte, la peur de déranger sont d’autres arguments pour refuser de demander de l’aide :

[...] mon gendre, il est du Havre [...] il est ingénieur frigorifique [...] je savais que ma fille, elle était heureuse, que ses parents à lui l’aimaient bien, alors moi comme j’avais plus de logement, plus rien, je vais pas embêter les gens quand ils sont heureux, qui n’ont plus besoin de vous, je le comprends très bien, je suis pas si bête que ça [...].
[Femme 41 ans, rencontrée à Caen, sans-abri pendant trois mois]

7La personne en détresse sociale aspire à être autonome et à n’être redevable de rien, et les hôtes, lassés, finissent par la rejeter.

Les réticences des sans-abri à l’égard des structures sociales d’accueil

8Lorsque les sans-abri sollicitent des structures sociales pour y passer la nuit, ils mentionnent l’asile de nuit et le foyer d’accueil. La distinction entre les deux structures repose sur la durée du séjour et sur l’organisation de l’accueil. L’asile de nuit propose un hébergement pour une nuit seulement. Il n’est donc possible ni de s’y installer ni d’y laisser ses affaires. Le foyer d’accueil assure un séjour qui peut s’étendre de quatre semaines à six mois selon les cas. Là une prise en charge sociale minimale est proposée sous forme d’aide à l’écriture, de soutien psychologique et d’information. Selon les villes, cette solution mise en place par les municipalités ou par des associations caritatives n’est pas nécessairement la plus utilisée par la population interrogée. Plusieurs raisons expliquent le refus de ces aides. Dans la mesure où les structures sont en nombre insuffisant, les places disponibles sont très rares. Et, le nombre serait-il suffisant que beaucoup de personnes n’accepteraient pas de s’y rendre. La question des couples se pose également : ils ne trouvent pas toujours d’hébergement adapté à leur situation. Quand les foyers correspondant à leur demande existent, ils n’offrent que peu de places. S’il n’y en a plus, soit les couples doivent se séparer, l’un dans un foyer pour homme, l’autre dans un foyer pour femme, Soit ils sont contraints de rester à la rue.

9Le règlement intérieur des asiles de nuit et des foyers d’accueil est incompatible avec les habitudes comportementales d’une partie des personnes en détresse sociale. Les horaires pratiqués sont pour elles très contraignants. Il faut respecter les horaires d’ouverture et de fermeture du foyer. Souvent l’individu doit se présenter avant une heure donnée, 19 heures et parfois 18 heures, pour obtenir un hébergement et le quitter le lendemain matin avant 8 heures ou 9 heures selon les cas. Ensuite, il faut respecter les horaires des repas car, dans tous les foyers, le dîner est assuré. Certains offrent également le petit déjeuner, mais à condition d’être à l’heure. Enfin, la personne accueillie pour passer une nuit doit obligatoirement rejoindre sa chambre ou le dortoir entre 22 heures et 23 heures Dans la plupart des cas, aucun manquement à la ponctualité n’est toléré.

10Outre les horaires stricts, les personnes en détresse sociale ne souhaitent pas se soumettre aux règles de vie imposées par la structure d’accueil. Les unes n’apprécient ni les repas pris en commun, ni les nuits passées en dortoir. Les autres remettent en cause la douche obligatoire prise dès l’arrivée au foyer. Quand c’est le cas, la douche prise en groupe est vécue comme une humiliation, chacun voulant sauvegarder la dignité qu’il lui reste. Toutes ces règles de vie (à part la douche collective) sont communes à la plupart des centres d’accueil. Parfois s’en ajoutent d’autres conformes aux rites religieux (bénédicité, messe une fois par jour) et interdisent formellement de boire de l’alcool, même à l’extérieur du foyer, c’est-à-dire dans le centre-ville : si un individu hébergé est pris en flagrant délit, il est immédiatement exclu. Une partie des personnes en détresse sociale refusent de se soumettre aux contraintes imposées par les structures d’accueil. Ne voulant perdre ni leur liberté ni leur dignité, elles préfèrent dormir à la rue.

11Parallèlement à ces contraintes liées à l’organisation des structures d’accueil, la peur sous toutes ses formes est une autre raison pour expliquer le refus d’aller dans des centres d’hébergement. En premier vient la peur de l’agression : altercation, rixe, viol... Ensuite la peur du vol. Si les personnes viennent avec leurs biens personnels, elles s’exposent au vol. Si elles décident de les laisser dans une consigne, elles doivent payer. Si elles les dissimulent dans des buissons ou des recoins du centre-ville, elles risquent de ne plus les retrouver le lendemain... Enfin, la peur des affections. La promiscuité favorise la diffusion de parasites, de mycoses, de virus, et le manque d’hygiène de certains foyers amplifie les risques de contagion. Ces peurs, fondées, exagérées ou inventées, sont autant de motifs pour tenir à distance le dispositif social et rester à la rue.

Habiter la rue

12Au moins trois types de refuge peuvent se distinguer en fonction de leurs caractéristiques : le squat, l’abri de fortune et l’installation contingente. Les deux premiers constituent de véritables interstices du centre-ville. Ce sont tous des espaces de petite taille non occupés dont profitent les sans-abri pour en faire un refuge. Ils sont souvent situés au sein ou à proximité de bâtiments habités. Les squats et les abris de fortune sont des lieux particulièrement intéressants. Alors qu’ils sont au sein du centre-ville, un espace marqué par une fréquentation importante et diversifiée, ils constituent des lieux en retrait, cachés ou oubliés.

Les squats

  • 2 Expression de H. Prolongeau, Sans Domicile Fixe, p. 102.

13Les squats, « le définitif du provisoire »2, désignent des lieux fermés dont l’occupation est souvent illicite, c’est-à-dire sans droit ni titre, qui ne correspond pas à l’utilisation qui était prévue initialement. Ce sont par exemple des magasins désaffectés, des logements vacants ou destinés à la destruction, des caves, des wagons abandonnés, etc. (PL. XX et XXI).

14La durée d’installation est dans la plupart des cas assez longue, s’échelonnant de quelques semaines à quelques mois, voire plus d’une année. L’abandon du squat peut avoir trois origines. La première est l’expulsion directe. Les représentants des forces de l’ordre, alertés par les anciens ou les nouveaux propriétaires, par le voisinage ou par la municipalité, se rendent dans le lieu signalé et somment les squatters de le quitter. La deuxième, l’expulsion indirecte. Elle consiste à empêcher quiconque de pénétrer dans un endroit : toutes les ouvertures, portes et fenêtres, sont murées. La troisième est le départ volontaire du squatter qui a l’opportunité d’accéder à un lieu plus intéressant dans la même ville ou ailleurs.

15Les occupants aménagent les squats avec tout ce qu’ils récupèrent dans les rues ou qu’on leur donne. Ils reconstituent les différents endroits d’une habitation normale : le coin pour dormir avec matelas, couvertures et duvets, le coin pour cuisiner grâce à un réchaud à gaz et à quelques ustensiles et le coin pour recevoir aménagé d’une table, de chaises et de fauteuils. S’ajoutent des objets communs à tous les squats : des palettes en bois pour se chauffer, des bougies ou lampes électriques pour s’éclairer, des portemanteaux, des magazines, des journaux... De façon plus anecdotique : mini-transistor, carnet de voyage, calendrier, guirlande de Noël...

  • 3 Avevamo visto un posto. [...] Un giorno, ci siamo sistemati lì, abbiamo portato la roba. Adesso, è (...)

On avait repéré un endroit, on est venu pendant plusieurs jours pour voir, et puis un jour, on s’est installés, on a apporté nos affaires. Maintenant c’est super ! [il n’y a cependant ni eau ni électricité]3.
[Homme de 29 ans, rencontré à Parme, installé avec sa copine, dans ce squat depuis quatre ou cinq mois]

16Parmi les possibilités de refuge dans la rue, le squat est la solution la plus recherchée, mais certainement la plus difficile à découvrir.

Les abris de fortune

17Les abris de fortune sont les lieux dans lesquels on peut dormir en se mettant à couvert des intempéries, du soleil et des agressions. Ouverts dans la plupart des cas, ils ne constituent pas une partie d’un édifice. L’accès y est en général libre et relativement aisé. Les personnes qui utilisent ce moyen profitent des caractéristiques physiques du centre-ville. Ce sont par exemple des cavités dans un enrochement, des recoins oubliés à l’extrémité d’une voie sans issue ou des arbustes touffus dans un parc. À Brighton, sur la plage, ce sont même des barques retournées (PL. XXII et XXIII).

18La fréquentation de ces endroits peut être régulière, mais, en général, il n’y a pas ou peu d’aménagement. Dans la mesure où il s’agit de lieux ouverts, il n’est pas question d’y laisser les biens possédés. Seuls quelques objets jonchent le sol : cartons pour s’isoler, bouteilles ou canettes vides, mégots de cigarettes, autant de traces qui témoignent de l’occupation passée. Lorsqu’il s’agit de s’abriter dans un buisson, on le choisit touffu pour être mieux protégé des aléas climatiques et pour prévenir tout risque d’agression :

  • 4 Io dormo in un cespuglio. Preferisco, mi sento più in sicurezza che nette strade. [...] Prima di e (...)

Moi, je dors dans un buisson, je préfère. Je me sens plus en sécurité que dans les rues. [...] Avant d’y aller, je regarde partout pour être sûr qu’il n’y a personne. Ensuite, je m’installe4.
[Homme de 17 ans, Albanais clandestin, sans-abri, à Parme depuis trois mois et demi]

19Les abris de fortune sont plus dépouillés et moins confortables que les squats, si tant est que ceux-ci puissent l’être. En général, les personnes qui occupent ce type de lieu ne souhaitent pas en communiquer la localisation. Elles prennent aussi beaucoup de précautions lorsqu’elles s’y rendent : ces « coins » sont rares, ouverts en permanence et il est difficile d’en trouver. En somme, elles redoutent l’agression, le vol, la substitution et la dénonciation.

Les installations contingentes

20L’expression « les installations contingentes » résulte de l’originalité de la fréquentation de certains lieux du centre-ville. Comme le souligne le mot « contingent », il s’agit de la possibilité qu’une chose arrive ou n’arrive pas. Cette expression permet de désigner certains lieux en fonction de leur mode d’utilisation : des personnes qui vivent à la rue peuvent investir un site donné, c’est une éventualité et non une certitude. Il n’y a pas de régularité dans la pratique de cet endroit : il est probable de voir un sans-abri assoupi dans ce type de lieu, mais ce n’est pas une certitude (PL. XXIV et XXV).

21Selon le moment de la journée, le jour de la semaine et la saison, les personnes qui occupent ces lieux sont plus ou moins bien tolérées. Elles sont tantôt acceptées, tantôt rejetées et contraintes de partir. Un commerçant supporte plus facilement la présence d’un sans-abri à proximité de sa boutique lorsque l’affluence de la clientèle est faible ; en général, le matin, en semaine et l’hiver à l’exception de la période de fin d’année.

22Aussi variés soient-ils, les halls et quais de gare, les bancs des parcs publics, les entrées de magasins et de banques, par l’installation temporaire qu’ils imposent obligent les sans-abri à n’y rester que quelques instants. Ils ont avec eux le strict minimum : deux ou trois effets personnels, un carton et un duvet au mieux.

23Contrairement au squat et à l’abri de fortune, l’installation contingente est visible. Ses habitués ne cherchent pas à se dissimuler. L’évidence de leur présence est souvent recherchée : ils pensent que la probabilité d’être agressés diminue lorsqu’ils sont à la vue de tous dans un lieu fréquenté. La nuit, trop apeurés, ils ne dorment pas et luttent contre le sommeil pour rester éveillés. Au moindre bruit suspect, ils s’éloignent discrètement. Ils profitent de la journée pour se reposer :

[...] l’après-midi, je m’allonge sur l’herbe, ou bien n’importe où, où y a du monde, je suis jamais isolée toute seule, même au jardin des Plantes sur un banc pas très loin des gens. J’vais où y’a des gens.
[Femme de 23 ans, rencontrée à Caen, sans-abri depuis dix jours]

24Cette distinction, squats, abris de fortune et installations contingentes, permet de saisir le passage d’une façon d’habiter calquée sur le modèle normal à sa négation ou plutôt à son expression la plus restreinte : l’indispensable possibilité de dormir.

Se nourrir et se vêtir quand on est à la rue

25Les conditions de vie qu’impose la rue conduisent à s’interroger sur deux autres aspects essentiels de la vie : se nourrir et s’habiller. Où trouver à manger ? Où se procurer des vêtements ?

Trouver à manger : de la boutique à la poubelle

26Les témoignages recueillis font état de quatre possibilités pour se procurer à manger. Comme pour quiconque, les gens à la rue s’achètent leur nourriture chez les commerçants. Ils choisissent évidemment les produits moins onéreux et se procurent principalement du vin ou de la bière ; en faire l’achat soi-même est la seule façon d’en obtenir. Leur argent est le plus souvent le fruit de l’exercice de la mendicité, de la musique, de la vente d’objets ou de journaux des sans-abri. Quelques-uns expliquent avoir déjà commis des vols à la tire qu’ils justifient par leur finalité : manger. D’autres disent que, lorsque l’entrée de grands magasins ou de supermarchés leur est autorisée, ils se nourrissent sur place.

  • 5 Dans la plupart des cas, les personnes qui sont hébergées dans des foyers d’accueil sont également (...)

27Des structures du dispositif social constituent aussi un moyen pour se nourrir. Des centres caritatifs ou des services sociaux5 donnent des colis alimentaires. D’autres garantissent, à des heures précises, des repas. Là, les visiteurs s’installent à table, mangent puis quittent le local. Des organisations dont la distribution de nourriture n’est pas la fonction principale proposent des encas, des boissons chaudes ou fraîches selon la saison, des sandwichs aux personnes qu’elles accueillent. Dans tous les cas, ce sont les personnes en détresse sociale qui doivent s’y rendre.

28Au contraire, la distribution ambulante, dont l’initiative peut être municipale ou caritative établit un trait d’union entre elles et les institutions. Dans des rues ou des places définies à l’avance, elle leur offre des plats chauds. Cette action n’est souvent que saisonnière et n’existe principalement que l’hiver et en période de grand froid.

29Une partie des démunis refuse par principe ces aides et désapprouve le comportement de ceux qui en bénéficient :

Dans la rue, celui qui sait s’organiser, il s’en sort tout seul. Seulement, il faut en avoir là-dedans [il désigne sa tête]. La bouffe, il y en a, c’est pas la peine d’aller là-bas. De toute façon, dans ces trucs-là, on ne mange pas, on se remplit le ventre. C’est toujours la même chose : de la soupe, de la purée, des pâtes.
[Homme de 40 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis huit ans]

30La troisième possibilité est de solliciter de façon directe, avant la fermeture des magasins, les boulangers, les charcutiers, les traiteurs... Les démarcheurs demandent les invendus périssables et comptent sur la générosité des gérants. Ce moyen ne peut pas être pratiqué quotidiennement ou, s’il l’est, il nécessite de changer de commerçants pour éviter la lassitude des donateurs.

31La quatrième est véritablement l’ultime possibilité puisqu’elle est la plus humiliante de toute : chercher ses vivres dans les poubelles publiques, dans celles des restaurants, des hôtels, des collectivités ou des commerces d’alimentation. Quand la faim se fait trop pressante, le dégoût est vite dépassé : le plus difficile est le premier pas. Les personnes s’habituent petit à petit et apprennent à sélectionner les « bonnes » poubelles. Certaines disent prendre des précautions pour fouiller : elles utilisent des gants ou un bâton pour ne pas se couper les doigts. Elles y trouvent de tout : des restes de viennoiserie, de pizza, de piadina, de hot-dog, de frites, de pain, des fruits abîmés, des biscuits, ou tout produit invendable mais encore consommable. Selon elles, c’est l’assurance d’avoir chaque jour de quoi manger. Une solution consiste pour le sans-abri à observer à l’heure du déjeuner les passants qui mangent un sandwich ou autre et de surveiller s’ils le jettent avant de l’avoir entièrement fini.

32Une particularité se manifeste à Caen : parmi les trois villes étudiées, c’est la seule à posséder deux restaurants universitaires (RU) dans le centre-ville, et régulièrement, l’un d’entre eux est fréquenté par une femme en difficulté qui récupère les restes laissés sur les plateaux des étudiants. Avec la même logique, des démunis sillonnent parfois les sous-sols des bâtiments d’enseignement universitaire où se trouvent les machines à café, ramassent les gobelets usagés et les déposent dans le collecteur pour gagner quelques jetons permettant d’obtenir des boissons gratuites.

33Les quatre possibilités qu’ont les personnes en détresse sociale pour se procurer à manger renvoient à quatre comportements et quatre pratiques des lieux du centre-ville. Dans le premier cas, elles achètent leur nourriture dans des magasins (acquisition) ; dans le deuxième et le troisième, elles sollicitent des structures (obtention) ou des commerçants (soumission) et dans le quatrième, elles se résignent à récupérer ce que d’autres n’ont pas voulu (résignation forcée).

Se vêtir

34Si la recherche de nourriture est relativement aisée, car les personnes qui vivent dans la rue ont diverses opportunités, celle des vêtements est plus difficile.

35Les vêtements ne leur sont pas accessibles financièrement dans les magasins classiques, et on ne trouve pas quotidiennement des habits, même usagés, dans les poubelles des particuliers. Les textiles usagés font souvent l’objet de collecte régulière dans des conteneurs, de don directement à des associations caritatives, de revente à d’autres particuliers (multiplication des bourses aux vêtements, de foires aux greniers)... Pour les clochards, les poubelles restent, malgré tout, le moyen de se procurer vêtements et couvertures.

36Les personnes en détresse sociale, les moins désocialisées, achètent à bas prix dans des magasins prévus pour les populations démunies ou sollicitent des services sociaux et des associations caritatives, Clock Tower Sanctuary à Brighton, la Caritas à Parme et le Secours Populaire à Caen, par exemple (PL. XXVI et XXVII).

  • 6 I turn up at the Clock Tower to spend some time, have a free tea. Glad rags, I can only find here. (...)

Je viens à Clock Tower pour passer un moment, boire un thé gratis. [...] Les vêtements, je ne les trouve qu’ici. Quand j’en ai besoin, je viens, je demande à Martin et hop, c’est fait, je repars nippé, des fois, j’ai des fringues classes : Nike, Reebook6 !
[Homme de 22 ans, rencontré à Brighton, sans-abri depuis treize mois]

37Comme cet homme, beaucoup disent ne fréquenter les structures sociales à Brighton et à Parme, Clock Tower Sanctuary et la Caritas, que pour se procurer des vêtements. Ils expliquent volontiers que c’est la seule solution pour avoir des habits gratuits et adaptés à leur taille. Ils réclament principalement des manteaux et, pour les mères de famille, des vêtements pour les enfants en bas-âge.

38Il est un élément auquel on prête en général peu d’attention mais qui revêt toute son importance pour les personnes qui vivent à la rue : posséder des chaussures appropriées. Elles constituent l’un des biens les plus précieux et font l’objet de disputes et de vols fréquents, au même titre que l’argent. Elles sont choisies, dans la limite des possibilités des futurs possesseurs, selon leur confort et leur imperméabilité. À la différence de la plupart d’entre nous, ces personnes n’en possèdent qu’une seule paire et la portent constamment. Elles redoublent d’efforts pour s’en procurer en se rendant dans des associations caritatives variées et dans des magasins qui leur sont réservés. Elles recourent à de nombreuses astuces pour les conserver. Elles ne les enlèvent jamais, les dissimulent, se les attachent aux poignets ou encore s’allongent dessus. Les chaussures sont souvent l’objet que tous les novices de la rue se font voler en premier.

39L’ambiance lors de la distribution de vêtements faite par la Caritas à Parme est très révélatrice de la détresse sociale parmesane. L’attente devant le local commence bien avant l’ouverture des portes. Les personnes se distinguent selon leurs origines géographiques et forment quatre grands groupes : les Italiens, les Africains, les Albanais et les Maghrébins. Si les Italiens sont peu nombreux, deux, trois voire quatre, les femmes africaines, elles, constituent le groupe le plus important. Elles se retrouvent à une dizaine, toujours accompagnées de leurs jeunes enfants mais rarement de leur conjoint. En ce qui concerne le groupe des Albanais, ce sont surtout les hommes qui viennent, par deux ou trois. Ils se disent souvent appartenir à la même famille, ils sont soit frères soit cousins. Très rares sont les femmes qui se déplacent à la Caritas. Le groupe maghrébin, lui, est représenté principalement par des jeunes femmes qui arrivent à deux ou trois.

40L’atmosphère est pesante, les tensions entre les groupes sont perceptibles, à leur comble lorsque les bénévoles de l’association apparaissent. Chacun se voit attribuer un des numéros d’une liste fermée : quand on arrive à la fin de celle-ci, l’accès au local est refusé. Il faut donc arriver très tôt pour avoir un ticket, la garantie d’obtenir un vêtement.

41Ces quatre groupes se reprochent mutuellement d’abuser des services de la Caritas. On soupçonne les Africaines d’exagérer le nombre de leurs enfants pour avoir plus de vêtements. On accuse les Albanais et les Maghrébins de venir plusieurs fois et d’en expédier une partie dans leur pays d’origine, voire de les revendre pour se constituer un pécule. Les autres groupes estiment que les Italiens sont moins dans le besoin qu’eux. Les Italiens, quant à eux, mettent en avant le droit du sol pour que leur requête soit satisfaite en priorité. Cet exemple, certes parmesan, illustre aussi pour les deux autres villes, les divisions qui s’opèrent entre les groupes de démunis.

42Quelle que soit la solution choisie pour dormir, se nourrir ou se vêtir, des contraintes liées aux rythmes temporels, à la sécurité, aux aléas climatiques orientent les pratiques de l’espace. Les personnes en détresse sociale qui se rendent chez un tiers ou dans une structure d’accueil sont obligées d’en respecter les horaires et les règles de vie. Elles doivent en tenir compte dans la gestion de leurs occupations et déplacements quotidiens. Celles qui dorment dans la rue doivent faire preuve d’ingéniosité pour trouver des refuges tout en considérant la fréquentation des lieux par la population socialement intégrée. Lieux oubliés ou en retrait, les interstices du centre-ville, que sont les squats et les abris de fortune, sont recherchés autant que leurs opposés ceux des installations contingentes, qui sont synonymes d’évidence.

43Si les habitudes alimentaires à Brighton, Parme et Caen sont différentes, les moyens utilisés pour se procurer à manger sont les mêmes. Dans les trois villes, les personnes démunies peuvent s’acheter leur nourriture, en obtenir auprès des associations caritatives et des services sociaux ou en trouver dans les poubelles. Selon les cas, les lieux concernés sont évidemment différents. Les procédés pour avoir des vêtements sont eux aussi semblables à Brighton, Parme et Caen, orientant considérablement les déplacements des personnes qui vivent à la rue.

Notes

1 H. Prolongeau, Sans Domicile Fixe, Paris, Hachette (Pluriel ; Intervention), 1993.

2 Expression de H. Prolongeau, Sans Domicile Fixe, p. 102.

3 Avevamo visto un posto. [...] Un giorno, ci siamo sistemati lì, abbiamo portato la roba. Adesso, è una pacchia !

4 Io dormo in un cespuglio. Preferisco, mi sento più in sicurezza che nette strade. [...] Prima di entrare, guardo dappertutto per essere sicuro che non c’è nessuno. Poi, mi accomodo.

5 Dans la plupart des cas, les personnes qui sont hébergées dans des foyers d’accueil sont également nourries (au moins deux repas par jour : petit déjeuner et dîner).

6 I turn up at the Clock Tower to spend some time, have a free tea. Glad rags, I can only find here. When I need some, I come here, I ask Martin and that’s it, I leave real dapper, sometimes I have got some really classy clothes : Nike, Reebok !

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search