Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Chapitre 3. Un regard de géographe sur la détresse sociale

Texte intégral

[...] j’allais dans les grandes villes, juste au niveau matériel pour avoir de l’argent, mais autrement jamais, j’adore me promener dans la campagne, je recherchais toujours un coin, un village médiéval, un endroit pittoresque, plutôt que les grandes villes.
Quand j’étais marié, on allait dans le sud, car on avait un mois pour trouver le soleil, mais étant SDF, je me baladais un peu partout.
[Homme de 52 ans, rencontré à Caen, SDF depuis huit ans]

1Le regard sur la détresse sociale qui inspire notre recherche est celui de la géographie sociale, à partir de deux points de vue principaux, auxquels s’ajoute la dimension comparative et internationale avec trois contextes sociaux et géographiques différents. Il s’agit de trois villes de taille moyenne : Brighton au Royaume-Uni, Parme en Italie, Caen en France.

2La première approche est celle de la rencontre directe avec les personnes étudiées : au total 143 hommes et femmes ont accepté le dialogue, ont répondu aux questions, ont livré leurs idées et leurs points de vue sur leur situation et celle de leurs semblables. La deuxième approche est celle de l’observation des scènes de la rue : est ainsi retranscrite dans les carnets de notes ou par les clichés photographiques, la vie de tous les jours dans les rues du centre-ville de ceux que les circonstances de la vie ont précipité dans la détresse sociale.

3Ces approches de la détresse sociale par le fil directeur de la géographie sociale qui guide ce livre s’appuient sur des courants scientifiques dont les principaux emprunts sont présentés brièvement.

Les origines de ce regard de géographe

Des contributions américaines : de la dimension interactive aux comportements individuels

Fig. 2 – Carte de situation des trois villes

Fig. 2 – Carte de situation des trois villes
  • 1 L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Y. Grafmeyer, I. Joseph (éd.), Paris, Aubier (...)

4Les sociologues de cette école1 font de façon générale des villes et de leur essor leur objet de recherche privilégié s’appuyant sur leur ville d’attache, Chicago. Pour eux, le développement urbain excessif dans la forme, symbole de prestige et de modernité des cités américaines, s’accompagne de nombreux phénomènes sociaux : concentration de population d’origines sociales et/ou ethniques différentes, diversification des flux migratoires, multiplication des espaces de pauvreté et intensification des actes de violence. Leur projet est de délimiter toutes les parties de la ville et d’identifier les différenciations socio-spatiales pour comprendre l’organisation et les divisions de l’espace urbain. Deux aspects explicités dans les travaux de R. E. Park ont été particulièrement retenus pour l’étude de la détresse sociale :

5– l’attention accordée au rôle et au statut de l’individu, qui ne se définissent que par rapport aux relations entretenues avec l’extérieur,

  • 2 R. E. Park, « La ville comme laboratoire social », in L’École de Chicago : naissance de l’écologie (...)

[…] l’idée que l’individu se fait de lui-même, le rôle qu’il joue dans toute société et le caractère qu’il finit par acquérir [sont] très largement déterminés par les relations qu’il se crée et, d’une manière générale, par le monde dans lequel il vit. La ville est un complexe formé de mondes de ce type - des mondes qui se touchent, mais ne s’interpénètrent jamais complètement2.

6– et au pouvoir attractif de la ville pour tout type de population, y compris les sans-abri :

  • 3 Ibid., p. 183.

Dans la liberté propre à la ville, tout individu, quelle que soit son excentricité, trouve quelque part un milieu où s’épanouir et où exprimer d’une certaine façon la singularité de sa nature. [... ] Sans aucun doute, l’un des attraits d’une ville est que chaque type d’individu - le criminel, le mendiant, aussi bien que l’homme de génie - peut trouver quelque part la compagnie qui lui convient,3

7Davantage attachée à la personne, à ses comportements (behaviour) et à ses décisions, la géographie behavioriste, se détache de cette vision plutôt statistique et globalisante. Le behaviorisme est étroitement associé à l’affirmation de l’importance de la psychosociologie et à l’influence fondamentale des facteurs de l’environnement et du milieu ambiant sur l’individu. Le courant de géographie behavioriste se préoccupe des perceptions et des représentations de l’espace et de la psychologie des comportements individuels. Leur procédé s’appuie sur des travaux d’observation, d’enquête et de questionnaire.

8Enfin, la dernière approche étrangère retenue, en opposition aux courants précédents est celle de la géographie radicale d’origine marxiste. Une différence de fond irréductible les sépare : les origines des inégalités sociales sont à chercher non pas au niveau individuel mais au niveau collectif. Ce sont les rapports sociaux dictés par le système économique capitaliste qui créent des rapports de domination et de soumission entre les groupes sociaux. Cette position implique nécessairement de s’interroger sur le fonctionnement de la société dans son ensemble et non à l’échelle individuelle.

Quelques ancrages théoriques dans la géographie sociale française

9Revenant à la géographie sociale française, l’attention portée aux problèmes sociaux, le souci de dépasser, sans les négliger, les principes généraux d’explication et l’observation fine de la réalité pourraient constituer trois des motifs retenus par J. Brunhes au début du XXe siècle pour définir la géographie sociale. Il défendait l’idée que la géographie sociale visait à étudier l’adaptation des collectivités humaines au milieu physique, la transformation qu’elles en font et l’interprétation qu’elles en ont selon leur organisation sociale et leurs coutumes. En mobilisant ses propos devenus aujourd’hui une ritournelle et en les adaptant à la question de la détresse sociale, on obtient cette formule qui a permis d’élaborer le questionnement :

  • 4 « Dis-moi quelle est ta charrue et comment tu traces ton sillon et je te dirai le statut de ta pro (...)

Dis-moi quels sont tes espaces pratiqués et comment tu traces tes itinéraires et je te dirai le statut de ta propriété [ou son absence] et la forme du groupe [ou de la catégorie sociale] auquel [à laquelle] tu appartiens4...

10Une autre formulation a particulièrement retenu notre attention : celle de R. Rochefort au début des années 1970, pour qui, la géographie se rapporte à :

  • 5 R. Rochefort, « Géographie sociale et environnement », in Mélanges offerts au professeur A. Meynie (...)

[... ] l’étude de la fonction sociale de l’espace et de la condition spatiale de l’homme, envisagées dans une triple direction, les espaces sociaux, la stratégie spatiale des groupes et des sous-groupes sociaux, la structuration sociale de l’espace5.

11La première partie de cette formulation soulève pour le moins une question : l’espace a-t-il en soi une fonction sociale ? Qu’est-ce que « la fonction sociale de l’espace », si ce ne sont pas les pratiques (utilisations réelles), les perceptions et les représentations (valeurs et sens attribués) que les populations en ont ? Parler de la fonction sociale de l’espace, c’est reconnaître que l’espace est par essence une construction sociale.

12Loin d’être dépassées, les affirmations concernant l’espace prennent tout leur sens à l’heure actuelle ; les compétitions dans l’utilisation à des fins résidentielles, commerciales, ou récréatives sont révélatrices des luttes que l’espace suscite. L’espace géographique n’est pas seulement un contenant ou un support, il est aussi un « espace champ de forces », un « enjeu » et un champ de « stratégies conflictuelles » entre les acteurs sociaux.

13L’expression « espace champ de force » renvoie aux conflits d’ordre physique comme les agressions, mais aussi d’ordre symbolique comme les distinctions voire les inégalités entre les catégories sociales. L’expression évoque aussi les différences entre quartiers : les quartiers dits riches et les quartiers dits pauvres. Mais surtout elle pose la question des tensions sociales engendrées : les personnes en très grande difficulté peuvent être attirées par les zones cossues et/ou les zones commerciales, mais peuvent y être perçues comme incompatibles et susciter des comportements de rejet, soit de façon modérée, soit de façon violente.

14Les espaces sont « enjeux » car leurs occupations peuvent être acquises ou perdues pour les uns ou les autres. Comme le mot le suggère, un lieu peut faire l’objet de tensions entre deux catégories sociales ou entre deux individus. Cette particularité de l’espace entraîne des mises en place de stratégies. Si elles ne sont pas toutes conflictuelles, elles sont au moins par nature liées à un contexte concurrentiel.

15Les recherches en géographie sociale orientées selon des éléments importants de la vie quotidienne : l’habitat, le travail et les loisirs doivent en outre étudier tous les sujets, même si leur intervention sur l’espace est peu importante. Toute personne a une influence, de façon plus ou moins directe et active, sur l’espace par ses pratiques, son itinéraire, ses perceptions, qui interagissent avec ceux des autres individus et catégories sociales, modifiant sans cesse les configurations spatiales.

16R. Rochefort avance également que les rapports sociaux se projettent dans l’espace et que les interventions sur l’espace sont relatives à la position sociale. La dimension individuelle avec tous ses attributs, choix, itinéraire, attitude et pratique, ne doit pas être sous-estimée. L’approche globale seule n’est pas satisfaisante : les interactions se font avant tout de manière interpersonnelle. Aussi faut-il associer les deux points de vue : l’individuel et le sociétal.

L’individu seul n’a pas une action déterminante sur l’espace ; ce sont surtout les interactions entre les individus et entre les catégories sociales qui sont la source principale d’influences pour le modelage de l’espace. Cette géographie fait alors une large part à l’étude des rapports sociaux et à leurs inscriptions dans l’espace, inscriptions qui participent à l’identification des catégories sociales mêmes.

17Les rapports sociaux désignent toute activité qui lie ou divise les individus et les groupes sociaux entre eux. Ils sont imprégnés de toutes les expériences et les représentations de chacun. Le pouvoir d’intervention sur l’espace est fonction de la position sociale des uns et des autres et de leur catégorie sociale d’appartenance. Les décisions ayant un impact important sur l’espace sont donc réservées à quelques-uns, même si de façon détournée, tout individu peut intervenir dans des orientations concernant l’espace. Certes, les personnes démunies n’ont aucun pouvoir en matière d’aménagement et n’ont pas la possibilité de faire valoir leurs points de vue. Toutefois, leurs pratiques de l’espace et leurs interactions sociales amènent les décideurs à les prendre en considération, ce qui ne signifie pas néanmoins que ce soit en leur faveur.

18Dès les années 1970, de nombreuses études prennent pour thématique l’« espace vécu » pour tenir compte de la subjectivité de l’individu,

  • 6 A. Frémont, La Région : espace vécu, Paris, Flammarion (Champs), 1999 (2e édition), p. 58.

[... qui] perçoit inégalement l’espace qui l’entoure, il porte des jugements sur les lieux, il est retenu ou attiré, consciemment ou inconsciemment, [...]. De l’homme à la région et de la région à l’homme, les transparences de la rationalité sont troublées par l’inertie des habitudes, les pulsions de l’affectivité, les conditionnements de la culture, les fantasmes de l’inconscient6.

19En d’autres termes, l’espace géographique ne constitue pas seulement la somme d’espaces objectifs, mais il est aussi l’espace pratiqué, perçu et représenté par les personnes et les groupes sociaux. Cette démarche, sensible aux hommes, à leurs valeurs et aux questions sociales, s’appuie sur les rencontres et les contacts directs ainsi que sur les impressions qui s’en dégagent.

20En 1984, la géographie sociale est ainsi définie par les auteurs du manuel de Géographie sociale :

  • 7 A. Frémont, J. Chevalier, R. Hérin, J. Renard, Géographie sociale, p. 90.

Géographie des faits sociaux et sociologie des faits géographiques, la géographie sociale consiste fondamentalement en l’exploration des interrelations qui existent entre les rapports sociaux et les rapports spatiaux, plus largement entre sociétés et espaces7.

21L’espace géographique est créé par les rapports socio-spatiaux,

  • 8 R. Hérin, « De l’enquête sociale et de l’analyse géographique », in Géographe, entre espace et dév (...)

[... qui sont] l’une des manifestations des rapports sociaux, en combinaison interactive avec les autres dimensions de la vie sociale. Ce sont ces rapports socio-spatiaux qui créent l’espace, lui donnent consistance8.

22Loin d’opposer tous ces courants entre eux, à cause de leurs sensibilités différentes, tantôt attentives aux comportements et à la psychologie de l’individu, tantôt attentives au fonctionnement global de la société, on associe dans l’étude de la détresse sociale les éclairages de chacun d’eux.

Décrypter la détresse sociale par des clés de lecture de géographie sociale

23La « dimension spatiale », si chère aux géographes, fait certes référence à la matérialité propre de l’espace, mais elle l’englobe et surtout la dépasse en lui reconnaissant son importance (l’intérêt et le rôle qui lui sont donnés) et sa signification (la valeur et le sens qui lui sont attribués). Appliquée au sujet de ce livre, la dimension spatiale permet de formuler deux questions importantes. La première, l’itinéraire socio-spatial d’une personne qui vit désormais à la rue peut-il aider à comprendre le processus de détresse sociale ? La seconde, les rapports à l’espace des personnes sans-abri peuvent-ils révéler leur détresse sociale et contribuent-ils à leur maintien à la rue ?

24Mais, l’ultime question que doit se poser le géographe quant à la détresse sociale est de savoir s’il s’opère une construction, une déconstruction, voire une reconstruction, des rapports spatiaux en fonction des rapports sociaux.

Pratiques spatiales et stratégies spatiales : au-delà des notions, des outils d’analyse

25Les pratiques spatiales ou pratiques de l’espace ont trois niveaux. Le plus commun correspond au simple fait de se mouvoir dans un endroit. Le deuxième révèle l’habitude se rendre dans certains espaces dont une longue fréquentation favorise la connaissance approfondie. Le troisième désigne également une habitude, mais cette fois dans le comportement, la manière de se conduire et les raisons du choix d’un lieu plutôt qu’un autre.

26L’approche des pratiques spatiales pour être complète doit s’accompagner de la prise en compte de la dimension temporelle. Autrement dit, les pratiques spatiales des personnes en détresse sociale se distinguent-elles du point de vue temporel, de celles des autres catégories sociales ? Les mêmes lieux sont-ils fréquentés par tous, mais à des horaires différents ? Ou encore l’organisation de la journée d’un sans-abri reflète-elle celle de tout un chacun ?

27La notion de stratégies spatiales a l’intérêt de souligner à la fois le moyen et le but qu’un individu ou un groupe a en matière d’accessibilité, d’appropriation, d’utilisation, de convoitise d’un lieu. Dans ce sens, les personnes en détresse sociale coordonnent leurs actions et les lieux en fonction de leur but. Vendre des journaux et mendier sont des activités réservées aux lieux de passage ; dormir dans la rue se fait plutôt dans un lieu en retrait ; chercher de la nourriture sont liés à des lieux fréquentés et/ou à la présence de centres ou de commerces alimentaires, etc. Elles adaptent même leur méthode de vente ou de mendicité en fonction du type de clients ou de lieux.

  • 9 A. Garnier-Muller, Les « inutiles » : survivre au quotidien en banlieue et dans la rue, Paris, Les (...)

Un bon professionnel de la manche doit savoir mettre tous les atouts de son côté. Forgés par l’expérience, les libéraux font un usage pragmatique de la psychologie et de la psychosociologie. Ils établissent des profils de donateurs et des échelles de probabilité de gains ; ils travaillent des attitudes, les modes de relations pour attirer, retenir et fidéliser leur clientèle. D’un simple coup d’œil, Gabriel, 42 ans, SDF depuis trois ans, jauge sa clientèle : « On est capable de savoir qui va donner rien qu’en les voyant au bout d’la rue ! Voire même combien y [ils] vont donner9 ! »

28De façon mûrement réfléchie ou de façon implicite des stratégies spatiales sont bien mises en place par les gens vivant à la rue :

  • 10 Da sempre, io mi metto davanti all’Oratorio dei Rossi. Tutti [...] lo sanno benissimo, quindi non (...)

Depuis toujours, je me mets devant la petite chapelle. Tous [les gens de la rue] le savent parfaitement, donc il n’y a pas de problème, ils vont ailleurs. Là [dit-il, avec insistance] c’est la place de Gino ! C’est au poil, tu as les gens qui vont dedans et tu as les gens qui passent sur le trottoir !
[Gino, 60 ans, rencontré à Parme, sans-abri depuis si longtemps qu’il ne sait plus]10.

Réfléchis, si tu veux des ronds, y a pas 36 solutions. Soit il faut que tu fasses quelque chose pour que les gens ils te donnent deux, trois pièces, soit il faut que tu te mettes là ou t’es sûre qu’ils seront avec leur fric à la main. Quand ils sortent de la boulangerie [...] ou à côté d’un distributeur [...] comme ça, ça marche, tu fais 40,50 balles par jour. Tout l’monde les fait pas !

[Femme de 60 ans, rencontrée à Caen, sans-abri depuis si longtemps qu’elle ne sait plus]

29Les différents exemples ne concernent que la compétition, voire la rivalité entre les personnes sans-abri pour posséder au moins temporairement un lieu stratégique en fonction de l’objectif. Une autre concurrence s’opère : entre elles d’une part, et la municipalité et les commerçants d’autre part. Étant donné les priorités de ces derniers, qui peuvent être liées au tourisme et de façon générale aux affaires, les populations en détresse sociale peuvent être évincées des espaces propices à ces fonctions incompatibles avec les démunis. Ce qui met directement en jeu les interactions sociales.

30Les interactions sociales sont constitutives des positions et des rapports sociaux, car ce sont elles qui, par leurs caractères dynamiques, font que les individus se placent les uns par rapport aux autres, et que les catégories sociales se distinguent les unes des autres. Les interactions qui ont lieu entre les personnes sous différentes formes, qu’elles soient directes ou non, créent, définissent et réinterprètent continuellement les codes et les comportements liés aux institutions et aux groupes sociaux.

La comparaison de trois centres-villes de pays différents pour enrichir l’analyse

31La comparaison de Brighton, Parme et Caen permet de relativiser chaque cas par rapport aux deux autres. Bien sûr, ils appartiennent tous à l’Union européenne et à ce titre partagent des traits communs en termes de localisation, de régime politique et économique, de culture, etc. mais la présentation qui en est faite dans la littérature scientifique et dans les discours médiatisés nuance cette homogénéité.

32Le Royaume-Uni est souvent rattaché à l’Europe du Nord en mettant en avant, entre autre, un certain néolibéralisme. La fin de la scolarité et le départ du domicile familial y sont très précoces. À l’opposé, l’Italie, dans l’Europe du Sud est citée pour l’importance des structures familiales, les solidarités qui s’y opèrent et la décohabitation tardive des enfants et des parents qui en découle. La durée de la scolarité y est, en général, assez longue. La France se situe en position intermédiaire aussi bien du point de vue géographique que du point de vue social : comme en Italie, les études sont prolongées, mais nombre de jeunes quittent la famille relativement tôt.

33Les comparaisons d’un espace national à l’autre permettent d’envisager la détresse sociale sous un angle plus large et d’en souligner les points communs et les différences. Par exemple, à Brighton, le facteur déclencheur ayant entraîné pour la population jeune la situation de détresse sociale est, a priori, la toxicomanie. À Parme, la détresse sociale semble très liée aux origines géographiques des populations. À Caen, le cumul d’échecs socioprofessionnels paraît être prépondérant. À cette constatation, s’ajoute pour Brighton et Caen, et s’amplifie pour Parme, la question de l’immigration des populations en provenance de pays hors Union européenne. Cette présentation de la situation dans les trois villes n’en est que le reflet partiel : elle n’en retient que l’aspect prédominant.

  • 11 Les termes sont en français pour ne pas alourdir les propos en citant les équivalents anglais et i (...)

34En tant qu’espace révélateur des valeurs des sociétés occidentales et surtout en tant qu’espace de rencontres et de confrontations, entre personnes aux positions et aux statuts sociaux différents, le centre-ville déclenche et révèle des comportements et des réactions difficilement remarquables ou inexistants dans d’autres lieux. Du point de vue des activités humaines, on trouve dans le centre-ville : les symboles des pouvoirs publics (préfecture, mairie, palais de justice11, etc.) ; une concentration de boutiques dont les commerces rares et les grands magasins ; « les affaires » (bureaux, banques, etc.) ; les édifices liés à la culture et au divertissement (cinéma, théâtre, bibliothèque, musée, etc.). S’y localise le centre historique et ses symboles : à Brighton, le palais royal ; à Parme, les palais ducaux, la cathédrale, le baptistère ; à Caen, le château ducal, l’Abbaye aux Hommes, l’Abbaye aux Dames, et dans les trois cas, les hôtels de ville.

35Parallèlement à cette composition, les collectivités veillent à l’aménagement ou au réaménagement de certains lieux, assurent des manifestations culturelles, sportives, ludiques et surtout s’efforcent à diffuser une image positive. Cette attention aux multiples facettes contribue à façonner une image dynamique et une ambiance particulière au centre-ville. Aussi, par ses spécificités, suscite-t-il l’intérêt de toutes les personnes, quel que soit leur âge, leurs origines sociales, culturelles et géographiques. De ce fait, il est aussi un lieu d’exposition des situations de détresse sociale : elles y sont particulièrement visibles. Elles se manifestent certes dans d’autres espaces, que ce soit en milieu urbain, périurbain ou rural, mais pas de la même manière et il n’y a pas la co-présence de ces personnes avec d’autres issues de catégories sociales différentes. Le centre-ville permet de mettre en évidence les différences et les contrastes des pratiques spatiales dont il est l’objet. Et, plus généralement en tant que théâtre social, c’est un espace géographique où la dimension interactive y est introduite de façon privilégiée.

  • 12 E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit (Le sens commun), 1996, vol. I, (...)

36La métaphore du théâtre permet d’évoquer le rôle de chaque personne et de comprendre le fonctionnement de ce qui se passe dans le centre-ville. Le sociologue E. Goffman12, issu de l’École de Chicago, a déjà utilisé cette image pour évoquer la vie sociale : un individu, par ses caractéristiques socio-culturelles, a un rôle auquel il doit se tenir ; il se voit également dans l’obligation de respecter celui des autres. En référence aux deux ouvrages de E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne (dont le premier tome est consacré à La Présentation de soi et le second aux Relations en public) et Les Rites d’interactions, on a envisagé les rues et les places comme des scènes dans lesquelles se succèdent des évènements significatifs du point de vue des rapports sociaux où des individus (= des acteurs) se trouvent en présence les uns des autres, se distinguant par des regards, des gestes, des postures, etc.

37Cette observation comportementale permet d’appréhender les interactions mettant en jeu les personnes en détresse sociale et les personnes socialement intégrées en fonction des caractéristiques des lieux dans lesquelles elles se trouvent.

38À travers les rencontres, l’observation des scènes de rue et la photographie, la démarche comparative contribue à éclairer la détresse sociale, les processus et les situations qui la caractérisent ; et ce, du point de vue des populations concernées, de leurs comportements, de leurs pratiques spatiales, de leurs itinéraires de vie et de leurs relations aux autres catégories sociales qui fréquentent le centre-ville.

Notes

1 L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Y. Grafmeyer, I. Joseph (éd.), Paris, Aubier (Champ urbain), 1984.

2 R. E. Park, « La ville comme laboratoire social », in L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, p. 179.

3 Ibid., p. 183.

4 « Dis-moi quelle est ta charrue et comment tu traces ton sillon et je te dirai le statut de ta propriété et la forme du groupe social auquel tu appartiens... », A. Frémont, J. Chevalier, R. Hérin, J. Renard, Géographie sociale, Paris, Masson, 1984, p. 36. Cf. J. Brunhes, La Géographie humaine, Paris, F. Alcan, 1925, t. 1, Les Faits essentiels groupés et classés ; principes et exemples.

5 R. Rochefort, « Géographie sociale et environnement », in Mélanges offerts au professeur A. Meynier, Rennes, Presses universitaires de Bretagne, 1972, p. 395-405.

6 A. Frémont, La Région : espace vécu, Paris, Flammarion (Champs), 1999 (2e édition), p. 58.

7 A. Frémont, J. Chevalier, R. Hérin, J. Renard, Géographie sociale, p. 90.

8 R. Hérin, « De l’enquête sociale et de l’analyse géographique », in Géographe, entre espace et développement, B. Kayser (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1990, p. 243-250.

9 A. Garnier-Muller, Les « inutiles » : survivre au quotidien en banlieue et dans la rue, Paris, Les Éditions de l’Atelier – Les Éditions Ouvrières, 2000, p. 170.

10 Da sempre, io mi metto davanti all’Oratorio dei Rossi. Tutti [...] lo sanno benissimo, quindi non c’è nessun problema, vanno da un’altra parte. Lî, è ilposto di Gino [...].E una pacchia, perche c’è della gente che va dentro e c’è anche la gente che passa sul marciapiede !

11 Les termes sont en français pour ne pas alourdir les propos en citant les équivalents anglais et italiens.

12 E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit (Le sens commun), 1996, vol. I, La Présentation de soi et vol. II, Les Relations en public ; E. Goffman, Les Rites d’interaction, Paris, Minuit (Le sens commun), 1998.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – Carte de situation des trois villes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search