Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Chapitre 2. La détresse sociale : les mots pour le dire, les outils pour la décrire

Texte intégral

Moi, j’suis réglo : le mec qu’a son coin, j’y touche pas. Donc le premier que j’vois qui m’pique le mien, c’est des coups de lattes, c’est simple... Chacun son coin !
[Homme de 40 ans, rencontré à Caen, sans-abri depuis huit ans]

1Malgré leur richesse globale, les pays industrialisés comptent des franges de plus en plus nombreuses de population en situation de pauvreté, d’exclusion ou de misère. Le décalage est grandissant entre l’amélioration du pouvoir d’achat pour ceux qui possèdent et qui consomment et ceux qui vivent dans des conditions extrêmes.

2Les difficultés auxquelles les plus démunis sont confrontés sont multiples. Ces manques sont d’autant plus ressentis qu’ils contrastent avec l’abondance d’ensemble et le bien-être global dans les trois villes étudiées : Brighton au Royaume-Uni (PL. III à VI), Parme en Italie (PL. VII à X) et Caen en France (PL. XI à XIV). Même dans les manifestations les plus ordinaires, le décalage, le choc peuvent être saisissants. Alors que le passant croise dans le centre-ville des promeneurs d’infortune, il se fait parfois surprendre à lire des manchettes de journaux plus élogieuses les unes que les autres. La Gazetta di Parma vante sa ville comme étant « la plus vivable de toute l’Italie ». Le Figaro parle des « recettes du bonheur à la mode de Caen ». Et le Bulletin du conseil du Sussex se réjouit du « dynamisme de la région de Brighton » (PL. I et II).

3À ce paradoxe s’ajoute un constat élémentaire : la détresse sociale est omniprésente dans l’ensemble des pays industrialisés, même si le processus qui y conduit est peut-être différent selon les contextes socio-économiques et culturels, en l’occurrence : Royaume-Uni, Italie et France. Néanmoins, la détresse sociale, que l’on soit à Brighton, Parme ou Caen, se vit au quotidien, avec les mêmes difficultés et les mêmes dangers.

4Trois grandes interrogations s’imposent :

  • Quelles sont les origines de la détresse sociale des personnes rencontrées à Brighton, Parme et Caen ?
  • Que signifie pour elles vivre à la rue ?
  • Est-il possible de remédier à toutes les difficultés rencontrées ?

Pauvreté, exclusion, SDF... profusion linguistique ou hésitation scientifique ?

5Souvent perçu comme un problème de société, le phénomène de la pauvreté est très médiatisé, tant dans la presse que dans la littérature ou le cinéma. À la diversité des supports se combiné également celle des points de vue des auteurs, qu’ils appartiennent aux milieux journalistique, artistique, associatif, politique et scientifique. Les discours et les images véhiculés autour de ce thème sont très nombreux et tout le monde en fait sa propre analyse.

6Alors que chacun définit facilement ce qu’est la pauvreté, les scientifiques, en tentant de qualifier et de théoriser le phénomène de mise à l’écart sociale d’une partie de la société, se sont interrogés, entre autres, sur sa nature. La pluralité des termes et de leurs acceptions reflète les difficultés à cerner le sujet. Les différents auteurs portent leur attention tantôt sur l’aspect chiffré, tantôt sur la forme et les facteurs explicatifs, ou encore sur les représentations collectives et les enjeux politiques.

La pauvreté

  • 1 S. Milano, La Pauvreté dans les pays riches : du constat à l’analyse, Paris, Nathan, 1992 ; La Lut (...)

7Deux définitions de la pauvreté sont communément acceptées : la pauvreté absolue et la pauvreté relative1. La première traduit un manque voire une absence de nombreux moyens indispensables à la satisfaction des besoins primordiaux. Elle est souvent déterminée par un seuil minimal fondé principalement sur l’alimentation, en deçà duquel l’existence est en péril. Cette définition jugée trop simple et incomplète pour appréhender la réalité dans notre société amène la seconde conception de la pauvreté.

  • 2 C.-F. Barrat, La Pauvreté, Paris, PUF (Que sais-je ?), 1998, p. 6.

8Si un consensus a été trouvé pour la pauvreté absolue, il n’en est pas de même pour la pauvreté relative. Pour certains, elle n’est qu’une « [...] insuffisance momentanée ou locale ou limitée, compte tenu du lieu ou de l’époque ou de la structure de la société »2 ; pour d’autres, elle est le symptôme d’inégalité sociale. Dès le XVIIIe siècle, l’économiste britannique A. Smith précise qu’il ne faut pas réduire le concept de pauvreté à la question de la subsistance. Il renvoie la pauvreté à l’absence des objets de nécessité, c’est-à-dire :

  • 3 A. Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, 19 (...)

[...] non seulement les denrées qui sont [...] nécessaires au soutien de la vie, mais encore toutes les choses dont les honnêtes gens, même de la dernière classe, ne sauraient décemment manquer3.

  • 4 L. Moreau de Bellaing, J. Guillou, Les Sans Domicile Fixe : un phénomène d’errance, Paris, L’Harma (...)

9À l’aide de la variable économique, les sociologues L. Moreau de Bellaing et J. Guillou ont défini, dans leur ouvrage Les Sans Domicile Fixe, un phénomène d’errance4, quatre ensembles, de façon décroissante, de personnes vivant dans des conditions très modestes : les « populations dans l’aisance », les « pauvres », les « nouveaux pauvres » et les personnes en situation de « grande pauvreté ». Dans ces deux dernières catégories, il se peut que certaines personnes soient sans domicile. Les auteurs ont en outre distingué trois degrés de misère : la misère blanche, la misère noire et la misère absolue. La « misère blanche » désigne un niveau de la pauvreté et de la grande pauvreté ; elle concerne certains sous-prolétaires. La « misère noire » ne s’applique qu’aux sans-abri. Enfin, la « misère absolue » ne s’adresse qu’aux clochards. Cette typologie peut être interprétée de deux façons, l’une n’excluant pas l’autre. Soit il s’agit d’un gradient dont l’ultime étape serait celle de la misère absolue ; soit il s’agit d’une photographie, c’est-à-dire qu’il existe, en parallèle, ces trois catégories.

10Les désaccords entre les scientifiques viennent du fait que la pauvreté n’est identique ni dans le temps, ni dans l’espace : être pauvre au XVIIe ou au XXIe siècle, ou être pauvre en France ou au Soudan ne signifie pas la même chose. Mais, le vocable utilisé est le même.

  • 5 C. Saraceno, « Povertà : quali definizioni per quali politiche ? », Quaderni di sociologia, no 6, (...)

De ce point de vue, cela n’a pas de sens de soutenir que dans la mesure où les plus pauvres des sociétés développées disposent de ressources supérieures à ceux qui vivent dans des sociétés moins développées – ou celles disponibles dans cette même société à une période précédente – ceux-ci ne sont pas réellement pauvres. Si envoyer les enfants à l’école, leur faire boire régulièrement du lait, manger un certain nombre de fois de la viande par semaine, avoir des sanitaires et l’eau courante dans le logement et ainsi de suite sont considérés biens et comportements essentiels à un niveau de vie adapté à une société et une période données, alors celui qui est privé de ces ressources, et est exclu, non par choix volontaire, de ces comportements, est objectivement pauvre dans cette société. La relativité se réfère donc à la fois au contexte géographique, historique et culturel ; elle considère en même temps l’ensemble des ressources disponibles en général dans une société donnée et les modes de vie consentis et encouragés dans celle-ci5.

11Petit à petit, se développe l’idée que la pauvreté n’est pas à envisager comme un manque de ressources, mais comme un échec à accomplir un certain nombre de projets indispensables dans la vie. De ce fait, il est plus difficile de déterminer ce qu’est la pauvreté, car il faut dépasser le simple critère économique et établir un certain nombre de critères.

  • 6 J. Labbens, Le Quart Monde, la pauvreté dans la société industrielle : étude sur le sous-prolétari (...)

12Le sociologue J. Labbens, dans ses recherches entre 1963 et 1966 sur les cités d’urgence parisiennes6, relativise la dimension matérielle de la pauvreté. Il montre qu’elle est aussi bien la cause que la conséquence. Le fait d’être pauvre n’est pas lié en soi au manque d’argent, mais au fait que le défaut de santé, de travail rémunéré, de formation, de réseau de connaissances, de patrimoine ne permet pas de « faire valoir des droits sur autrui, sur le travail des autres ».

13Un autre aspect est également à considérer, celui de l’inégalité :

  • 7 Malessere nella città ricca, Aspetti della povertà – antica e nuova – in area parmense, A. Scivole (...)

[...] la pauvreté comme privation relative est un phénomène structurel de tout système économique imparfaitement égalitaire, si, comme on le suppose ici, par pauvreté relative on entend non pas le manque de revenu minimal de subsistance, mais un degré d’inégalité tel qu’il heurte un principe élémentaire de justice7.

14Les inégalités sociales renforcent le sentiment de différence entre les catégories sociales. Celles qui sont les plus démunies ressentent comme un défaut l’absence de possession de quelques biens. La confrontation de l’abondance et du manque de biens accroît l’insuffisance de ces derniers, au moins dans les représentations. Par ailleurs, la dépendance qui peut s’instaurer entre des personnes en grande difficulté et les autres dites bien intégrées s’accompagne souvent d’un rapport de domination : les premières sont à la merci des secondes. C’est en cela qu’il est important d’appréhender les interrelations entre les catégories sociales.

15À la fin des années 1980 et au début des années 1990, le terme de « pauvreté » semble ne plus convenir. Apparaît alors, dans les débats socio-politiques et dans divers ouvrages sociologiques, le terme d’« exclusion ».

L’exclusion sociale

  • 8 Dans le cadre du cycle : « Regards sur la ville contemporaine » du Centre d’Étude de la Vie politi (...)

16L’exclusion sociale est une notion française. C’est d’ailleurs par les experts français qu’elle s’est diffusée dans les institutions européennes8. Alors que la pauvreté ne renvoie pour l’essentiel qu’à des aspects matériels et surtout ne présente qu’un caractère statique, l’exclusion suggère une précarité à la fois économique et sociale et présente aussi une dimension dynamique. Selon la définition la plus simple, « exclusion » a une double signification. La première est plutôt liée à l’idée de priver quelqu’un de certains droits ; la seconde fait référence à l’expulsion de certains lieux matériels ou virtuels (bâtiments, espaces, lieux de rencontre, décisions, événements).

17L’exclusion à travers l’approche scientifique se décline selon trois ordres : social, culturel, spatial. Le point de vue social se fonde sur une situation de privation et une remise en cause de l’identité sociale. En premier lieu dans la relation à l’emploi. Le non emploi ou l’instabilité professionnelle est une épreuve d’autant plus traumatisante que, dans notre société, le travail reste une valeur importante. En second lieu au plan de la culture. Les personnes vivant en état de pauvreté sont souvent en situation d’illettrisme et/ou d’échec scolaire. Du point de vue spatial, une étude de F. Dubet, portant essentiellement sur la « galère » des jeunes dans certains « quartiers d’exil » de la région parisienne, montre qu’il y a une désorganisation sociale évidente dans ces espaces. Ce sont, selon l’auteur, des lieux particuliers dans lesquels se présente aujourd’hui une dissolution totale des tissus associatifs et militants. Auparavant, les ouvriers de ces banlieues dites rouges vivaient dans des conditions très modestes, mais ils s’investissaient pleinement dans la société tant par leur travail que par leur engagement militant, voire leur participation active dans les mouvements sociaux, ce qui, pour l’auteur, n’est plus le cas à l’heure actuelle.

18L’utilisation du terme « exclusion » fait toutefois l’objet de nombreuses remises en cause. Il lui est souvent reproché un manque de consistance du point de vue lexical.

  • 9 S. Roy, « L’itinérance : forme exemplaire d’exclusion sociale ? », Lien social et Politiques RIA (...)

En effet, aussi bien dans les déclarations publiques que dans les textes plus « académiques », cette expression est généralement utilisée de manière synthétique pour désigner les moins bien nantis, les pauvres, les personnes en difficulté, sans plus. Ici, la dénomination tient lieu d’explication9.

19Par ailleurs, la notion d’exclusion souffre du même type de confusion que celle dont fait l’objet la catégorie SDF.

20Cette catégorie « SDF », d’origine administrative, est parfois qualifiée d’artefact, commode d’utilisation et économe d’explication. Sous cette même appellation de SDF ont été rassemblées toutes les populations qui vivent, de façon plus ou moins permanente, dans la rue. Ces initiales, par la variété de situations des populations regroupées sous cette même étiquette, concentrent et cumulent de nombreuses images négatives qui trouvent leurs origines dans la perte de toute reconnaissance et existence sociales :

  • 10 A. Garnier-Muller, Les « Inutiles », Survivre au quotidien en banlieue et dans la rue, Paris, Les (...)

Les populations marginales ont toujours été plurielles, elles coexistent aujourd’hui en strates plus ou moins visibles dans les espaces ouverts et sans cesse renouvelés de la rue : aux brigands vagabonds et aux prostituées viennent s’ajouter des clochards, des zonards, des toxicomanes, des prostitué(e)s toxicomanes, des malades hors des mailles des institutions psychiatriques, des nouveaux pauvres, des adolescents en révolte, des sortants de prison, etc. Tous les individus qui vivent et s’organisent dans la rue sont désormais rassemblés dans cette catégorie fourretout de SDF, concentrant toutes les images de l’exclusion10.

21Ces propos montrent bien la diversité des situations : tous les maux ou presque de la société sont évoqués, sans néanmoins éviter la classification excessive qui tend à réduire un individu à un élément.

22Par « exclus » ou « victimes d’exclusion » sont qualifiées des personnes dans des situations fort différenciées : chômeurs de longue durée, familles monoparentales isolées, jeunes en échec scolaire, ex-détenus, toxicomanes, etc. Cette globalisation a tendance à niveler les spécificités et les besoins de chacun, à construire un stéréotype unique porteur d’images négatives et à favoriser la distance sociale entre ces personnes et la population dite normale ou socialement bien intégrée. Enfin, l’exclusion comme la fracture sociale remet en cause l’unité et l’intégrité de la société.

  • 11 S. Paugam, La Disqualification sociale : essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF (Sociologies), (...)
  • 12 G. Simmel, Les Pauvres, Paris, PUF (Quadrige), 1998.
  • 13 J. Étienne, F. Bloess, J.-P. Noreck, J.-P. Roux, Dictionnaire de sociologie : les notions, les méc (...)

23Pour établir une typologie de la société, le sociologue S. Paugam, s’appuie sur deux critères : la précarité professionnelle et la vulnérabilité sociale. Selon lui, la « fragilité » est liée à l’expérience de la « disqualification sociale »11 à travers le déclassement professionnel. Il y a d’abord, l’étape de la stigmatisation, qui peut se poursuivre et être renforcée par l’entrée dans les dispositifs sociaux, entrée souvent perçue de façon négative. En effet, cet événement est parfois vécu par l’intéressé et interprété par les autres comme un renoncement à un « vrai » statut social12 et à une perte de dignité13.

24En I991, R. Castel, dans une contribution à un ouvrage collectif intitulé Face à l’exclusion : le modèle français, en cherchant les points communs entre les exclus comme le chômeur de longue durée, le jeune en quête d’emploi et le couple endetté, constate chez les uns et les autres une dissociation sociale qu’il qualifie de « désaffiliation ». Il appréhende ainsi

  • 14 R. Castel, « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation : précarité du travail et vulnérabili (...)

[...] les situations de dénuement comme un effet, à la conjonction de deux vecteurs ; un axe d’intégration-non-intégration par le travail, un axe d’insertion non-insertion dans une sociabilité socio-familiale. Selon ce modèle, les populations susceptibles de relever des interventions sociales sont non seulement menacées par l’insuffisance de leurs ressources matérielles, mais aussi fragilisées par la labilité de leur tissu relationnel. [...] Au bout du processus, la précarité économique est devenue dénuement, la fragilité relationnelle isolement. Ce sont deux faces d’une même condition14.

25Dans son ouvrage Métamorphoses de la question sociale (1995), R. Castel mène plus avant cette réflexion sur la société. Il explique et démontre qu’il n’est pas possible de distinguer les exclus et de les opposer à l’ensemble des autres catégories sociales. La raison en est simple : dans la réalité, il est de plus en plus difficile de définir clairement et de fixer rigoureusement la limite entre le monde professionnel salarié établi et la partie de la société mise à l’écart ou tendant à l’être progressivement. Ce phénomène, qu’il qualifie de « vulnérabilité de masse » remet en cause fondamentalement la cohésion sociale.

26L’aspect de l’exclusion le plus souvent évoqué est l’exclusion de la sphère économique sous la forme principale du non-accès à une activité professionnelle salariée et régulière, qui était jusqu’à ces dernières années le garant de l’identité sociale et l’élément structurant dans la vie de tout un chacun. Aussi le fait d’en être dépourvu constitue un retrait, mais l’exclusion ne se fait pas seulement par rapport au monde du travail, elle se manifeste aussi par d’autres ruptures : rupture avec le milieu familial, rupture avec le milieu politique au sens large, etc., ce qui conduit un certain nombre d’individus à ne plus pouvoir se construire l’identité sociale requise pour évoluer dans la société actuelle.

  • 15 V. de Gaulejac et I. Taboada-Léonetti (éd.), La Lutte des places : insertion et désinsertion, Mars (...)

27C’est dans ce sens que les sociologues, V. de Gaulejac et I. Taboada Léonetti emploient la notion de « désinsertion sociale »15. La « lutte des places » à laquelle se livre une partie croissante de la population révèle sa perte d’identité et de reconnaissance sociales. La désinsertion qui est liée à ces deux facteurs est le terme d’un processus de quatre étapes : première rupture (décès d’un proche, accident, par exemple), enchaînement de ruptures, décrochage, enfin déchéance.

28L’idée fondamentale qui se dégage de ces débats sur l’exclusion sociale est qu’il existe entre les catégories sociales un continuum social allant de l’intégration sociale complète à l’exclusion totale, plutôt qu’une opposition hermétique entre des catégories sociales extrêmes. Selon les auteurs, l’exclusion s’explique par la « désaffiliation », la « disqualification sociale » ou la « désinsertion sociale ».

29Dans la réalité, le phénomène d’exclusion lié à la privation matérielle et à la mise à l’écart sociale ne se limite pas à ces deux dimensions. Il en appelle à la position et au rôle de chacun dans la société.

Autour de la détresse sociale : points de vue

30Bien que les travaux cités ci-dessous ne soient pas liés de façon directe aux thématiques de la pauvreté et de l’exclusion sociale telles quelles sont abordées ici, ils sont intéressants à considérer pour élargir le champ d’appréhension de cette question sociale. Pour des raisons de clarté, ils ont été regroupés en quatre thématiques : la première rassemble ce qui concerne davantage la pauvreté et ses dérivés ; la deuxième aborde la question de l’assistance, la troisième traite de la déviance et de son corollaire la stigmatisation et enfin la quatrième s’attache plus aux inégalités. Il s’agit là simplement d’offrir aux lecteurs d’autres regards portés sur cette même question sociale.

Thèmes relatifs au paupérisme, à la paupérisation, à la classe des pauvres

31Paupérisme

  • 16 K. Marx, Le Capital, 1867, livre I, chap. 25.

[...] une corrélation fatale entre l’accumulation du capital et l’accumulation de la misère, de telle sorte qu’accumulation de richesse à un pôle, c’est également accumulation de pauvreté, de souffrance, d’ignorance, d’abrutissement, de dégradation morale, d’esclavage, au pôle opposé du côté de la classe qui produit le capital même16.

32Paupérisation

33Selon Marx encore, le capitalisme engendre une paupérisation croissante de la classe ouvrière. Il distingue la paupérisation relative de celle qui est absolue. Si la pression de l’armée de réserve du prolétariat permet au patron de diminuer le salaire de l’ouvrier, la paupérisation est dite absolue. Elle reste relative si le niveau de vie de l’ouvrier augmente moins vite que le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population. Il s’agit surtout de l’exploitation des ouvriers.

34Sous-prolétaires

  • 17 C. Lanzarini, Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, PUF (Le sociologue), 2000, p. 6-7.

Les sous-prolétaires ne se situent pas forcément en dehors du monde du travail, ni en dehors d’un logement. Ils oscillent entre la condition de « sans travail », de l’alternance entre petits boulots au noir, journées d’intérim, des contrats de travail précaire [...] et l’aide sociale. [...] Plus les personnes subissent longtemps ce type de rapport au monde du travail, plus elles subiront une désaffiliation à l’intérieur même de leur condition de sous-prolétaire, pour finalement s’installer durablement dans un processus où elles ont perdu la force de lutter quotidiennement sur tous les fronts des batailles existentielles17.

35Classe des pauvres

  • 18 G. Simmel, Les Pauvres, Paris, PUF, 1998, p. 100-102.

En ce qui concerne sa signification et sa place dans le corps social, elle [la classe des pauvres] possède une grande homogénéité ; mais, pour ce qui est de la qualification individuelle de ses éléments, elle en manque complètement. [...] Dans ce sens, la pauvreté est un phénomène sociologique unique : un nombre d’individus, [...] occupe une position organique spécifique à l’intérieur du tout ; mais cette position n’est pas déterminée par ce destin et cette condition, mais plutôt par le fait que les autres – individus, associations, communautés – essaient de rectifier cette condition. Ainsi, ce n’est pas le manque de moyens qui rend quelqu’un pauvre. Sociologiquement parlant, la personne pauvre est l’individu qui reçoit assistance à cause de ce manque de moyens18.

Thème relatif à l’assistance

36Distinction entre bienfaisance privée/charité légale

  • 19 A. de Tocqueville, « Mémoire sur le paupérisme », De la Démocratie en Amérique [1835], Paris, Unio (...)

L’aumône individuelle établit des liens précieux entre le riche et le pauvre. Le premier s’intéresse par le bienfait même au sort de celui dont il a entrepris de soulager la misère ; le second, soutenu par des secours qu’il n’avait pas droit d’exiger et que peut-être il n’espérait pas obtenir, se sent attiré par la reconnaissance, un lien moral s’établit entre ces deux classes que tant d’intérêts et de passions concourent à séparer, et, divisées par la fortune, leur volonté les rapproche ; il n’en est point ainsi dans la charité légale19.

Thèmes relatifs à la déviance et à la stigmatisation

37Déviance

  • 20 H. S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 32-33 et (...)

La déviance n’est pas une qualité de l’acte commis par une personne, mais plutôt une conséquence de l’application, par les autres, de normes et de sanctions à un « transgresseur ». Le déviant est celui auquel cette étiquette a été appliquée avec succès et le comportement déviant est celui auquel la collectivité attache cette étiquette. [...] La déviance est une propriété non du comportement lui-même, mais de l’interaction entre la personne qui commet l’acte et celles qui réagissent à cet acte20.

38Stigmate

  • 21 E. Goffman, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit (Le sens commun), 1975, p. 1 (...)

[le mot stigmate] servira donc à désigner un attribut qui jette un discrédit profond, mais il faut bien voir qu’en réalité c’est en termes de relations et non d’attributs qu’il convient de parler. [...] Le normal et le stigmatisé ne sont pas des personnes mais des points de vue. Ces points de vue sont socialement produits lors de contacts mixtes, en vertu des normes insatisfaites qui influent sur la rencontre21.

39Déviants intégrés

  • 22 Ibid., p. 161.

L’idiot du village, l’ivrogne du bourg [...] déviant intégré [...] à un groupe concret, et non pas simplement par des normes, [...]. Le groupe le distingue d’un autre type bien connu de dévieur : le rejeté [...]22.

40Déviants sociaux

  • 23 E. Goffman, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, p. 168.

Les déviants sociaux [...] sont donc ceux qui arborent leur refus d’accepter la place qui leur est allouée, et que l’on tolère provisoirement, pour autant que leurs gestes de révolte ne sortent pas des limites écologiques de leur communauté23.

Thèmes relatifs aux inégalités

41Inégalité : innée ou construite

  • 24 S. von Pufendorf, Du droit de la nature et des gens, 1672, livre III, chapitre H, § 1 et 9.

L’égalité est naturelle et l’inégalité civile.
Par le droit naturel, chacun doit estimer [les hommes] égaux, c’est-à-dire comme étant aussi bien hommes que lui. [...] Toute l’inégalité qui s’est formée envers les citoyens après l’établissement du pouvoir souverain vient donc de l’administration ou du gouvernement qui a demandé que le souverain donnât charge à certains citoyens. Tout ce qu’il y a, c’est que les grandes richesses fournissant le moyen de nuire ou de rendre service à autrui, ceux qui ne sont pas fort accommodés tâchent d’ordinaire de s’insinuer dans les bonnes grâces des riches, et s’abaissent auprès d’eux, ou pour éviter le mal qu’ils pourraient en recevoir, ou pour en tirer quelque bien24.

42Inégalité : les causes ?

  • 25 J.-J. Rousseau, écrivain et philosophe français, Discours sur l’origine et les fondements de l’iné (...)

Je conçois dans l’Espèce humaine deux sortes d’inégalité ; l’une naturelle, [...] l’autre politique. [...] Celle-ci consiste dans les différents Privilèges, dont quelques-uns jouissent, au préjudice des autres, comme d’être plus riches, plus honorés, plus Puissants qu’eux, ou même de s’en faire obéir. [...] Chercher, s’il n’y aurait point quelque liaison essentielle entre les deux inégalités – ce serait demander, en d’autres termes, si ceux qui commandent valent nécessairement mieux que ceux qui obéissent, et si la force du Corps ou de l’Esprit, la sagesse ou la vertu, se trouvent toujours dans les mêmes individus, en proportion de la Puissance, ou de la Richesse25.

43Inégalité : un choix

  • 26 R. Aron, Les Étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard (Tel), 1967, p. 527.

Les hommes sont inégalement doués au point de vue physique, intellectuel et moral. [...] L’inégalité étant le phénomène naturel et premier, l’on peut soit tendre à effacer par l’effort social l’inégalité naturelle, soit au contraire tendre à rétribuer chacun en fonction de ses qualités. Max Weber affirmait, à tort ou à raison, qu’entre la proportionnalité des conditions aux inégalités naturelles et l’effort d’effacement de ces inégalités, il n’y a pas de choix qui soit commandé par la science. Chacun choisit seul son Dieu ou son démon26.

  • 27 « Taux de risque de pauvreté après transferts sociaux » [http://epp.eurostat.cec.eu.int]. Populati (...)

44Depuis le début des années 2000, le terme d’exclusion semble relayé par celui de pauvreté. La pauvreté apparaît comme le seul terme permettant les comparaisons internationales. Les états membres de l’Union européenne ont ainsi décidé d’opter pour le critère de « pauvreté monétaire relative » : sont considérées comme pauvres les personnes ne possédant pas 60 % du revenu médian national (le revenu médian étant celui qui divise la population en deux : une moitié gagne plus, l’autre moitié gagne moins). Selon Eurostat, service d’information statistique pour l’Union européenne, 16 % de la population de l’Europe des 25, soit un peu plus de 74 millions de personnes, disposait, en 2005, d’un revenu inférieur à 60 % du revenu médian27.

Tant de mots pour parler de la détresse sociale

45Le vocabulaire qui renvoie à cette question sociale abonde : pauvreté, marginalité, misère, exclusion sociale ; de même en ce qui touche aux individus : pauvres, marginaux, exclus, sans-abri, SDF, etc. La confusion, due à une difficile appréhension de la réalité, est amplifiée par l’usage abusif de tous ces termes ; couramment utilisés et souvent employés les uns pour les autres, sans faire attention aux nuances de sens et surtout à la diversité des situations qu’ils évoquent.

46De façon simple, ces termes et les questions sociales auxquelles ils renvoient désignent un état (une situation figée) ou un processus (un aspect dynamique). Trois grandes spécificités peuvent les distinguer : l’insuffisance de moyens matériels, la distinction d’une catégorie sociale par rapport à l’ensemble de la population et le rejet spatial d’une catégorie sociale à partir d’un lieu et/ou son cantonnement dans des lieux précis.

47Le manque de moyens matériels (argent, ressources, biens) et leur précarité ne permettent pas de satisfaire les besoins essentiels : l’alimentation, le logement, les vêtements... C’est ce que sous-tendent les termes de pauvreté, mais aussi les expressions composées avec « sans » : « sans-emploi », « sans-domicile », « sans-abri », « sans-logis ». L’image associée à cette pauvreté est l’insuffisance des revenus, du pouvoir d’achat et ses conséquences au quotidien : les difficultés pour vivre. Sont concernés les démunis, les miséreux, les mendiants, les indigents, les clochards, etc.

48Le rejet social, exclusion d’un groupe de personnes par rapport à un ensemble de population, fait plutôt référence aux laissés-pour-compte, aux exclus, aux inutiles, aux inadaptés sociaux, entre autres. Il ne leur est plus possible de participer activement à la vie de la société, à cause de l’insuffisance des ressources et à cause du rejet général que l’exclusion entraîne.

49Le rejet spatial, mise à l’écart et/ou cantonnement dans un lieu des populations en difficulté, concerne les populations dites marginales, discriminées, victimes de ségrégations, etc. Dans les faits, le rejet social et spatial sont souvent liés. Ils reposent l’un et l’autre sur une différenciation sociale forte, liée à une combinaison d’éléments : activité professionnelle, logement, capital culturel, normes vestimentaires, linguistiques, comportementales.

Fig. 1 – Classification de notions relatives à la détresse sociale

Fig. 1 – Classification de notions relatives à la détresse sociale

50Les personnes en détresse sociale sont dépourvues du point de vue matériel, mais elles le sont encore plus dans les représentations qu’elles se font de leur condition. Non seulement elles ne possèdent rien ou peu de chose, contrairement aux autres, mais encore elles n’ont pas accès à l’idéal actuel, largement partagé : consommer et posséder.

51La détresse sociale qualifie la situation d’une personne issue d’un ensemble de facteurs et de circonstances défavorables qui s’enclenchent irrémédiablement comme un cercle vicieux. Selon les individus, ce processus évolue suivant des rythmes différents. La détresse sociale est le résultat d’un enchaînement de faits malencontreux (problèmes liés notamment à la sphère familiale, à la sphère professionnelle et à la sphère sanitaire) qui aboutissent à des situations de difficulté extrême. La détresse sociale présente deux facettes importantes : les processus dont elle résulte et les situations qui la caractérisent.

Notes

1 S. Milano, La Pauvreté dans les pays riches : du constat à l’analyse, Paris, Nathan, 1992 ; La Lutte contre la pauvreté, S. Milano (éd.), Problèmes politiques et sociaux, no 751, 1995.

2 C.-F. Barrat, La Pauvreté, Paris, PUF (Que sais-je ?), 1998, p. 6.

3 A. Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, 1991, vol. 1, p. 216.

4 L. Moreau de Bellaing, J. Guillou, Les Sans Domicile Fixe : un phénomène d’errance, Paris, L’Harmattan, 1995.

5 C. Saraceno, « Povertà : quali definizioni per quali politiche ? », Quaderni di sociologia, no 6, 1986, p. 133163 : « Da questo punto di vista non ha senso sostenere che, dato che anche i più poveri nelle società sviluppate dispongono di risorse superiori a coloro che vivono nelle società tneno sviluppate-0 a quelle disponibili in quella stessa società in un periodo antedecente – essi non sono ralmente poveri. Se il mandare ifigli a scuola, far loro here regolarmente il latte, mangiare carne un certo numéro di volte alla settimana, avere i servizi igienici e l’acqua corrente in casa e cost via sono ritenuti bene e comportamenti essenziali ad un livello di vita adeguato in una determinata società e periodo storico, allora chi è privo di quelle risorse, ed è escluso non per propria scelta da quei comportamenti, è oggettivamente povero in quella società. La relatività perciò si riferisce a un contesto insieme geografico, storico e culturale ; riguarda contemporanamente l’insieme dette risorse disponibili in generale in una società data egli studi di vita in essa consentiti e incoraggiati. »

6 J. Labbens, Le Quart Monde, la pauvreté dans la société industrielle : étude sur le sous-prolétariat français dans la région parisienne, Pierrelaye, Science et Service, 1969.

7 Malessere nella città ricca, Aspetti della povertà – antica e nuova – in area parmense, A. Scivoletto et S. Zani (dir.), Milan, Franco Angeli, 1989, p. 19 : « [...] la povertà corne deprivazione relativa è un fenomeno strutturale di ogni sistema economico non perfettamente equalitario, se, corne qui si assume, per povertà relativa si intende non la mancanza di un reddito minimo di sussistenza, ma un grado di diseguaglianza tale da urtare contro un principio elementare di giustizia. »

8 Dans le cadre du cycle : « Regards sur la ville contemporaine » du Centre d’Étude de la Vie politique française, laboratoire de Sciences politiques et du PEA Métiers de la Ville, 1999-2000, et notamment lors de la séance du 15 mai 2000 portant sur « La régulation de la pauvreté dans les villes européennes », il convient de citer la présentation des travaux de recherches conduites entre autres par B. Palier (responsable pour la Mire, du programme « Comparer les systèmes de protection sociale en Europe », Chercheur CNRSCEVIPOF).

9 S. Roy, « L’itinérance : forme exemplaire d’exclusion sociale ? », Lien social et Politiques RIAC, no 34,1995, p. 74.

10 A. Garnier-Muller, Les « Inutiles », Survivre au quotidien en banlieue et dans la rue, Paris, Les Éditions de l’Atelier – Les Éditions Ouvrières, 2000, p. 99.

11 S. Paugam, La Disqualification sociale : essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF (Sociologies), 1991. Cet ouvrage a été réédité plusieurs fois depuis 1991.

12 G. Simmel, Les Pauvres, Paris, PUF (Quadrige), 1998.

13 J. Étienne, F. Bloess, J.-P. Noreck, J.-P. Roux, Dictionnaire de sociologie : les notions, les mécanismes, les auteurs, Paris, Hatier (Initial), 1995, p. 116-117.

14 R. Castel, « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation : précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », in Face à l’exclusion : le modèle français, J. Donzelot (dir.), Paris, Esprit (Série Société), 1991, p. 137-168.

15 V. de Gaulejac et I. Taboada-Léonetti (éd.), La Lutte des places : insertion et désinsertion, Marseille – Paris, Hommes et Perspectives – Desclée de Brouwer (Re-connaissances), 1994.

16 K. Marx, Le Capital, 1867, livre I, chap. 25.

17 C. Lanzarini, Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, PUF (Le sociologue), 2000, p. 6-7.

18 G. Simmel, Les Pauvres, Paris, PUF, 1998, p. 100-102.

19 A. de Tocqueville, « Mémoire sur le paupérisme », De la Démocratie en Amérique [1835], Paris, Union Générale d’Éditions (10/18), 1963, p. 883.

20 H. S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 32-33 et p. 38.

21 E. Goffman, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit (Le sens commun), 1975, p. 13.

22 Ibid., p. 161.

23 E. Goffman, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, p. 168.

24 S. von Pufendorf, Du droit de la nature et des gens, 1672, livre III, chapitre H, § 1 et 9.

25 J.-J. Rousseau, écrivain et philosophe français, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Paris, Gallimard (Folio essais), 1985, p. 61-62.

26 R. Aron, Les Étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard (Tel), 1967, p. 527.

27 « Taux de risque de pauvreté après transferts sociaux » [http://epp.eurostat.cec.eu.int]. Population totale dans l’Europe des 25 : 463 635 998 au 01/01/2006 (mise à jour au 01/02/2007). Ce pourcentage varie de 9 % en Suède à 21 % en Pologne et en Lituanie. Il est de 18 % au Royaume-Uni, de 19 % en Italie et de 13 % en France.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Classification de notions relatives à la détresse sociale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search