Version classiqueVersion mobile

Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse sociale en centre-ville

 | 
Isabelle Dumont

Introduction

Note de l’éditeur

Note de l’éditeur : à la demande de l’auteur, les points de réflexion sur lesquels elle souhaitait plus particulièrement attirer l’attention du lecteur sont typographiés en italique et signalés par une barre verticale placée en marge, au fil du texte.

Texte intégral

1Cet ouvrage est avant tout le témoignage d’une sensibilité personnelle à l’égard des gens qui vivent à la rue. Cette sensibilité a servi de moteur tout au long des années de recherches, pour aller au bout de l’expérience, une expérience qui n’a pas toujours été facile à vivre humainement. La confrontation à la réalité est dure à vivre. Les sentiments que l’on éprouve changent selon les moments, les personnes, sa propre humeur. La curiosité d’en savoir plus, la culpabilité d’être une privilégiée, la sympathie désintéressée, l’abattement impuissant, la peur des gueules cassées, l’utilité rassurante, la colère idéaliste, etc., sont autant de sentiments qui s’inscrivent au plus profond de la chercheuse, mais surtout de la jeune femme.

2La construction rigoureuse et méthodique de l’étude a été guidée par des rencontres, des lectures ainsi que par le parcours des études universitaires. Comme pour le choix du sujet, celui des lieux de la recherche (Parme en Italie, Brighton en Angleterre, Caen en France), comme celui des références sur lesquelles s’appuyer pour mener à bien l’étude, dépend, en grande partie, à la fois de préférences personnelles et d’opportunités scientifiques. Bien sûr, certaines écoles de pensée, par leurs positions et leurs outils scientifiques, se prêtent davantage à traiter telle ou telle question. Mais le choix d’une discipline et d’une méthode plutôt que d’autres ne se fait-il pas en fonction des centres d’intérêt et des valeurs de chacun ?

3Deux démarches complémentaires ont animé ce travail.

4La première est le contact direct avec des gens en grande difficulté, par l’intermédiaire d’associations caritatives ou de services sociaux de Brighton, Parme et Caen. En tout, 143 hommes et femmes ont été rencontrés, au moins une fois, souvent deux, parfois trois ou quatre, hors des structures, dans la rue, dans des cages d’escalier, dans des locaux divers... pour parler de leur vie, avant le passage à la rue et depuis, de leurs problèmes, de leurs souffrances, de leurs blessures...

5La seconde démarche est liée à l’observation : l’observation des scènes de rue et la prise de vue photographique. L’intérêt de l’observation est l’immédiateté du recueil d’informations sur l’ambiance, sur la dynamique des mouvements, sur les interactions entre les personnes, sur les comportements des uns et des autres, etc. Directe ou photographique, elle offre la possibilité de voir et d’enregistrer les actes quotidiens des personnes qui vivent à la rue et les réactions qu’ils suscitent de la part des passants.

6Au-delà de la recherche universitaire, ces rencontres et ces observations ont été une leçon d’humanité et d’humilité. C’est à eux, gens qui vivent à la rue, traîne-misère, laissés-pour-compte, survivants du centre-ville, c’est à ces exclus qu’est dédié ce livre.

7Au cours du premier chapitre le lecteur est amené à rencontrer quelques-unes des personnes à la rue croisées au cours des recherches et à s’imprégner ainsi d’histoires personnelles.

8Le deuxième chapitre s’interroge sur les mots, les outils empruntés pour décrire et caractériser la détresse sociale.

9Le troisième chapitre présente le regard et la méthode du géographe en géographie sociale, qui inspirent le tableau dressé de la détresse sociale.

10Le quatrième chapitre retrace les processus qui mènent à la détresse sociale, ses origines, les facteurs qui en sont responsables, l’enchaînement des événements qui y conduisent irrémédiablement.

11Le cinquième chapitre rend compte des deux grands types de contraintes que le « milieu rue » impose : la soumission aux aléas climatiques et l’exposition constante aux risques.

12Le sixième analyse l’adaptation nécessaire à laquelle obligent les conditions de vie à la rue pour satisfaire les fonctions les plus essentielles que sont « manger » et « dormir ».

13Le septième chapitre explique combien l’espace de la rue, par ses caractéristiques, devient, quand on est contraint d’y survivre en permanence, un amplificateur des problèmes sanitaires et sociaux.

14Ces deux derniers chapitres replacent de façon plus générale les personnes en détresse sociale dans le centre-ville entendu dans sa dimension sociale et spatiale. Le centre-ville, espace de rencontres entre des individus issus de catégories sociales différentes, est par excellence un espace d’interactions sociales. Ces interactions seront envisagées plus particulièrement à travers les activités rémunératrices des personnes en détresse sociale et les manifestations de comportements collectifs ou individuels qu’elles provoquent par leur présence.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search