Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Conclusion

Texte intégral

1Les discours recueillis nous ont fait pénétrer dans l’esprit d’un lieu marqué par l’histoire de la ville et de ses loisirs, marqué par les transformations des productions artistiques et de leurs réceptions, marqué par sa fréquentation et ses diverses occupations.

2Les turbulences de ce lieu sont inscrites dans la pierre comme dans les souvenirs de ceux qui l’ont connu et fait vivre, ne serait-ce que de manière éphémère. En cela, le Cirque-Théâtre d’Elbeuf construit un tissage subtil avec le passé et témoigne des mutations socio-culturelles de ces dernières décennies et par là-même de l’évolution des spectacles, des publics et des valeurs. D’une fréquentation quotidienne du lieu au début du siècle à sa fermeture au public, d’un spectacle fédérant toute une ville à des représentations plus confidentielles, d’une mise en scène de la modernité à celle d’un éclatement des imaginaires, l’espace et ses acteurs sociaux se dynamisent et se provoquent mutuellement.

3On dit souvent que le cirque est un spectacle populaire et il ne nous appartient pas ici de relever le piège des mots et le défi de la construction des normes culturelles en mesurant par exemple le populaire à l’aune de la culture savante de référence. Nous considérons que les productions culturelles sont d’abord et avant tout l’œuvre des individus et pensons la nécessité avec Edgar Morin

  • 1 Morin E., Sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 350

« d’envisager la culture comme un système symbiotique-antagoniste de multiples cultures, chacune non homogène »1.

4Pour autant, la présence du cirque dans des espaces construits par 1 industrialisation, a provoqué la rencontre de cette forme culturelle avec la population ouvrière. Chez les Elbeuviens comme Madeleine Gardin, Marcel Morin, Simone Levaique, etc., cette conscience de classe est très forte et le Cirque-Théâtre, lieu de rassemblement où se réfléchit ce sentiment d’appartenance, met en scène une culture ouvrière qui se décrit engagée, solidaire, partageuse, intégrée. Au-delà d’un quotidien que l’on perçoit difficile, l’évocation du Cirque-Théâtre permet de retrouver un parfum d’époque et des îlots d’émerveillements, où le vivre tous ensemble constitue une force, une énergie qui s’alimentent des spectacles (sportifs, politiques, cinématographiques, circassiens...) donnés à voir.

  • 2 Hoggart R., op. cit.

5Malgré la diversité des expériences, les manières de dire le Cirque-Théâtre convergent et fondent « l’esprit du lieu », lui-même empreint d’une culture que l’on nomme parfois rapidement « populaire ». Cette culture, marquée par l’idéologie de la classe ouvrière, fonctionne comme un système de reconnaissance identitaire, où le sentiment d en faire partie, ou de ne pas s’en distinguer, est fondamental. Ce travail nous a permis de repérer quelques éléments caractéristiques de cette culture : sa dimension fusionnelle, la conscience d’un « nous », la force du collectif et le rapport au festif. De même, Richard Hoggart2, souligne le goût pour le réalisme, le sens du concret, et l’intérêt pour un art qui montre et non pas qui analyse.

6Dans le Cirque-Théâtre, lieu de présentation de l’extraordinaire, le public retrouve ce qui fonde son imaginaire et réfléchit ses propres valeurs : fierté, courage, force, authenticité, dignité.

7Mais il est aussi simple moment d’évasion et de rupture : coupure avec le travail quotidien, il marque le loisir dominical, le plaisir de s’habiller (se mettre sur son trente et un) et de partager le temps fort de la fête. Dans cet espace de sociabilité, l’expérience sensorielle fait trace : à l’excitation visuelle s’ajoute l’ivresse d’un climat sonore ou d’un souvenir olfactif, ce qui contribue au rapprochement des personnes, par un ensemble de rituels relationnels constitutifs du sentiment identitaire. Le cirque d’Elbeuf s’est imposé dans les mémoires comme une structure conviviale majeure, s’adaptant constamment aux aspirations et aux imaginaires du corps social mais aussi comme forme structurante, par son effet miroir, de l’identité de toute une communauté.

8Au risque d’en affaiblir les intensités, nous souhaitions rendre compte de ces empreintes sensorielles comme autant d’éléments pertinents de compréhension de l’histoire et de l’esprit d’un lieu, en faisant le pari que les paroles singulières de ses occupants font apparaître le Cirque-Théâtre au delà de ses limites, dans toute sa splendeur poétique et magique.

9Aujourd’hui, le cirque revendique son caractère populaire et offre peut être la possibilité de réanimer, de revivifier, de réparer une identité collective marquée par le déclin de la classe ouvrière. Ainsi, il n’est sans doute pas anodin de voir que les politiques culturelles des villes d’Elbeuf, de Sotteville et d’autres cités du bassin industriel, ont choisi de promouvoir les arts du cirque et de la rue comme éléments de revalorisation symbolique et de re-création du lien social.

10Si le bâtiment est reconnu comme un élément du patrimoine régional, il dépasse largement l’idée de conservation figée d’un bien culturel prestigieux : son esprit se propage aujourd’hui encore et peut-être d’avantage depuis la concrétisation du projet de réhabilitation.

11Le Cirque-Théâtre, lieu de vie, lieu encore vivant dans les souvenirs et bientôt vivant dans la ville, est une réalité palpable et sa réouverture prochaine constitue, non pas une nouvelle histoire mais le prolongement de son existence, le lien avec le passé ne s’étant jamais effacé.

Notes

1 Morin E., Sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 350

2 Hoggart R., op. cit.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540