Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : « Nos Cirques-Théâtres »

Un lieu de fête

Texte intégral

1L’évocation des souvenirs du Cirque-Théâtre, a pratiquement toujours été associée à une mémoire et un imaginaire de la fête. Chaque entretien l’illustre à sa façon, en évoquant des moments festifs, bals, foires ou encore fêtes communales. De là, nous avons tenté de caractériser ces fêtes à partir de trois éléments : la rupture avec le quotidien, la catharsis et l’effervescence.

Une rupture avec le quotidien

2Tout d’abord, dans le temps coutumier, la fête surgit et brouille les repères spatiaux et/ou temporels, se faisant parenthèse dans laquelle chacun compose dans un « nous » une histoire collective.

  • 1 Caillois R., Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.
  • 2 Durkheim E., Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 1912.

3A la manière du jeu décrit par Roger Caillois1, la fête présente un temps séparé, recréant une temporalité qui anesthésie celle du quotidien, c’est-à-dire celle d’un temps de travail rationalisé, cadré et contraignant. Il ne s’agit plus d’un temps émietté, mais d’un temps dilaté qui permet à chacun de retrouver une insouciance, une surprise et une autre forme de richesse. De plus, la fête exalte un sentiment de l’instant, une spontanéité dans laquelle se rejouent, à travers certains rituels, notre être au monde et notre appartenance à une communauté2. Si les spectacles proposés dans le Cirque-Théâtre étaient souvent l’occasion de rendre visible une hiérarchie sociale, certains de ces moments étaient envahis et dépassés par un élan festif. Ces moments presque magiques, bousculant les normes et les hiérarchies, engendrent une autre définition du lien social qui se fait fusionnel. Ce qui s’incarne alors dans la fête, c’est un « temps mythique », en quelque sorte intemporel et la fête suspend le temps qui devient « non temps ».

4Outre ce rapport au temps, la fête investit des espaces en les sublimant : la rue devient lieu de parade, le Champ de Foire, zoo et l’ordinaire, extraordinaire. Simone Levaique se souvient par exemple de la Foire de Septembre : « C’était plus important que maintenant, beaucoup plus important (...) il y avait des parades suides baraques. On passait son temps à admirer, de même que le cirque, il se faisait dans les rues, ils faisaient une parade avec des animaux, un défilé. » Pour les acteurs de ces moments, la fête est magnifiée et rappelle son sens profond, c’est-à-dire

  • 3 Freud S., Totem et tabou, Paris, Payot, 1923.

« un excès permis, voire ordonné, une violation solennelle d’une prohibition »3.

5Illustrant cette idée de fête qui rompt avec le quotidien et qui surprend par son imprévisibilité, Vincent Gomez, qui a vécu et travaillé dans le Cirque-Théâtre pour une résidence artistique pendant plusieurs années, fait le récit suivant : « On a fait des fêtes aussi, dans ce lieu-là, et des fêtes... Alors je me rappelle d’une fête qui était pour le printemps et... il devait y avoir comme trois cents ou quatre cents personnes dans le cirque, mais tous âges confondus. Par exemple, il y avait des potes, il y avait mes grands-parents, et c’était une énorme fête, quoi ! Et ce lieu-là, ce jour-là, il a vraiment vécu. Parce qu’il y avait du monde partout et tout le monde découvrait ce cirque, aussi. Parce que nous, on le connaissait, ça faisait trois ans qu’on travaillait dedans. Il y avait des gens qui étaient venus de Marseille pour faire la fête. Je parlais d’univers magique tout à l’heure, et bien ce soirlà il y avait un univers magique qui était inexplicable, parce que tout le monde découvrait cette immensité. Tout le monde faisait à peu près la même remarque, que c’était un lieu magique, que c’était formidable d’avoir un lieu si grand. Il y avait quelque chose d’inexplicable. Tout le monde s’en rappelle encore, ça fait... bien cinq, six ans qu’on a fait cette fête-là, et tout le monde s’en rappelle encore. On a essayé d’en faire une autre après dans un autre endroit et ça marchait pas pareil. Il n’y avait pas ça, cette folie, ce gramme de folie qu’il y avait sur cette fête-là, où tout le monde d’un seul coup s’était mis à nu, et avait envie de faire la fête. Comme si c’était naturel, mais celle-là, elle reste mémorable. D’avoir quatre cents personnes sur la même longueur d’onde ! C’est une fête qu’on avait préparée, quand même, ceci dit. Il y avait un bar, il y avait des barmen qui tournaient, il y avait des spectacles, on faisait des petits concerts pendant ce temps-là... C’était une grosse fête quoi. Le lieu avait participé autant que nous. »

La fête comme une catharsis

  • 4 Bakhtine M., L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissan (...)

6Si on pense la fête à la manière de Bakhtine4, c’est-à-dire comme un espace démocratisé et égalitaire, de ce fait, elle est pensée comme un « à côté » du temps de travail. Elle autorise une redéfinition des règles et instaure un désordre plus ou moins contrôlé qui fonctionne comme une catharsis, véritable exutoire des tensions sociales. Dans la première partie du XXe siècle, le travail est une des principales forces structurantes de la société. Ainsi, les fêtes étaient pensées en lien avec ce temps de la production, que ce soient des fêtes religieuses, patronales, communales, etc. Elles respectaient un calendrier précis, en accordant des temps de débordement nécessaires au maintien de l’ordre social. Cette saison des fêtes est très bien évoquée par Marcel Morin : « Les loisirs à Elbeuf, c’était les fêtes de quartier au moment des beaux temps : les fêtes à Orival, les fêtes à Caudebec ou les fêtes à Saint Aubin. Il y avait toujours de l’animation et puis les bals. Il y avait des fêtes dans tous les quartiers. Il y avait des fêtes simplement dans les ruesrue Pantin, ils faisaient des comités des fêtes, simplement dans les rues, dans tous les quartiers. C’était l’été, jusqu’au mois d’octobre. La rue de Bourgtheroulde, Orival Saint Aubin : il y avait des fêtes de quartiers. La fête des prunes, la fête des roses, la fête du muguet, la fête des noix, la fête Saint Georges. Il y avait quoi encore ? Beaucoup de prénoms bien sûr, la fête Patin là-bas aussi, partout, partout. »

L’effervescence

7Roger Caillois souligne d’ailleurs que

  • 5 Caillois, L’Homme et le sacré, Paris, Folio-Gallimard, [1963], p. 143.

« la fête ramène le temps de la licence créatrice, celui qui précède et engendre l’ordre, la forme et l’interdit (les trois notions sont liées et s’opposent ensemble à celle du Chaos). Cette période a sa place toute trouvée dans le calendrier. »5

  • 6 Dumazedier J., op. cit.

8Enfin, la fête représente une effervescence, un bouillonnement qui dépasse ses acteurs et construit un agrégat de sentiments, d’émotions, de sensations. Dans une société très encadrée, très structurée, rationalisée, le travail aujourd’hui, comme l’a montré Joffre Dumazedier6, n’est plus l’élément fort de compréhension du social. Le temps s’est décomposé (baisse du temps de travail, augmentation du temps libre...) et permet à chacun de s’expérimenter au hasard de ses goûts et curiosités. Dans ces espaces libérés du travail, peut parfois émerger la fête sans qu’elle soit contrôlée ou prévue dans un calendrier. Rappelons-nous du témoignage de Vincent Gomez, auquel s ajoute celui de son partenaire, Mickaël Mercadier : « c’était surtout pendant la création, des fêtes nocturnes, des fins de soirées où on répète de quatorze heures à plus de minuit, où on a mangé, on a bu un petit peu et... on appelle ça une balance chez nous, c’est quand on commence à avoir des petites interactivités entre les gens, comme ça, en improvisation et on commence en s’écoutant à créer, et il y a des choses du spectacle de « 33 Tours de piste » qui sont venues comme ça. (...) Sinon, on a fait une fête pout le printemps, on a invité tous les gens qu on connaissait, tous les artistes de cirque, on a fait une énorme fête, on avait de la musique à gogo, des gens partout, il y avait un bar qui est toujours là dans ce Cirque-Théâtre, avec deux barmen qui faisaient des tequilas frappées à tous ceux qui voulaient, on avait installé une grande corde au centre du cirque et le jeu c’était de se balancer dans la foule. On partait de l’estrade qui est en fond de scène et on se balançait en essayant de pas toucher les gens, de danser, d’éviter les gens. C’était... vraiment très sympathique. »

9Ici, l’essence même de la fête est la surprise de son surgissement, du fait qu’elle soit là sans avoir été convoquée. Ce n’est pas tant les « ingrédients » de la fête qui la font que l’imaginaire et l’envie d’en être partisan.

10La fête est enfin l’exaltation d’une appartenance (à la classe ouvrière, à la ville d’Elbeuf, à une compagnie de cirque...) : « C’était sensationnel, la ville d’Elbeuf » (Marcel Morin), « l’ambiance d’Elbeuf, c’était exceptionnel » (Roland Marie), « il y avait toujours une bonne ambiance, tout le monde riait, tout le monde était content » (Madeleine Gardin), « c’était grandiose » (Simone Levaique).

11Comme l’écrit Jean Duvignaud,

  • 7 Duvignaud J., Le jeu du jeu, Paris, Balland, 1980, p. 55.

« l’extrême intensité des sensations, des émotions, des idées que [la fête] suscite, la concentration puissante d’énergie mentale et intellectuelle qu’elle dégage lui sont sa propre justification »7.

Notes

1 Caillois R., Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.

2 Durkheim E., Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 1912.

3 Freud S., Totem et tabou, Paris, Payot, 1923.

4 Bakhtine M., L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970.

5 Caillois, L’Homme et le sacré, Paris, Folio-Gallimard, [1963], p. 143.

6 Dumazedier J., op. cit.

7 Duvignaud J., Le jeu du jeu, Paris, Balland, 1980, p. 55.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540