Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : « Nos Cirques-Théâtres »

Un lieu d’expression du politique

Texte intégral

1L’usage du Cirque-Théâtre ne se limite pas aux productions spectaculaires : il offre au politique l’opportunité de s’inscrire dans un espace de visibilité. Les gradins et la centralité de la piste déterminent une symbolique spatiale où le pouvoir trouve audience et assurance.

2Rappelons que le sociologue allemand Max Weber définit l’ordre politique comme un rapport de domination légitime. A partir de la relation commandement/obéissance, l’homme politique se fait le médiateur de la volonté populaire par le langage. La stratification de la société en classes antagonistes est représentée par le politique, qui tente de se faire l’écho des aspirations du corps social.

Le Cirque-Théâtre et ses meetings

3Le rassemblement politique est un acte de reconnaissance : se reconnaître dans une appartenance idéologique et se reconnaître dans un espace qui consacre le tribun et son auditoire. Les premières années d’existence du Cirque-Théâtre verront la venue d’un homme politique charismatique en 1912, père du socialisme, Jean Jaurès. Orateur talentueux et penseur reconnu du politique, il impose, en particulier de 1904 à 1914, le parti socialiste dans le paysage français. Dans un contexte social marqué par la révolution industrielle, les socialistes se posent en s’opposant et font naître une prise de conscience sur la condition ouvrière et la nécessité d’une solidarité entre les travailleurs. Dans une ville ouvrière comme Elbeuf, le personnage de Jean Jaurès apparaît comme le porte-parole de toute une population catalysant espoirs et inquiétudes et rappelant surtout les capacités de lutte du peuple français. Pierre Largesse, en tant qu’historien, s’est intéressé à ces grands meetings politiques dont la ville d’Elbeuf a été témoin.

4« Donc Jaurès vient à Elbeuf ; cinq mille spectateurs, auditeurs passionnés venus de toute la région, non seulement la circonscription elbeuvienne qui comprenait le canton de Grand Couronne, c’est-à-dire les gens de Quevilly, mais bien sûr tous les socialistes qui avaient pu faire le déplacement depuis la Seine Inférieure, étaient là... Public très divers tellement l’admiration de Jaurès avait débordé au-delà de ceux qui votaient habituellement socialiste et c’est ainsi qu effectivement la famille Herzog, Emile Herzog, André Maurois et son père étaient venus. Il y avait les ouvriers du textile, les ouvriers de toutes les corporations... et des gens de toutes les classes sociales. Emile Herzog, fils de patron, son père...Il y avait des gens qui étaient curieux de voir le talent et les arguments de Jean Jaurès.... Ce n’était pas sonorisé ! Pas de micro ! Donc c’était la voix de l’orateur qui devait faire la différence. »

5Les luttes sociales, dont le mouvement ouvrier constitue l’archétype, se renforcent et unifient leurs revendications autour de la désignation de l’adversaire. Ainsi, la venue à Elbeuf, en 1938-39, de Doriot, homme de droite opposé à la politique du Front Populaire, déclenche des affrontements violents. Pierre Largesse, alors âgé de douze ans se souvient des témoignages « des vieux militants communistes et socialistes... Donc Doriot vient à Elbeuf et a du mal à se faire entendre... Les militants de gauche se déchaînent contre lui. Les nervis de Doriot (des hommes de main) attaquent, balancent des coups de matraque, démontent des rangées de stalles du parterre pour les balancer sur les opposants. Il y a des blessés... donc la séance est suspendue, les gens sortent mais près du Cirque théâtre, il y a un chantier avec des briques et la bataille continue dans la rue. »

Le militantisme

6Outre la venue de grands leaders politiques (Mendés France sera à Elbeuf en 1944), le Cirque-Théâtre était le lieu de rassemblements militants et des organisations politiques : ainsi, le parti communiste entre autres, menait dès la fin des années 30, des actions de propagande et de prosélytisme en proposant des séances de cinéma : « Dans le Cirque-Théâtre, le Parti Communiste organisait, tous les mois me semble t-il, je ne crois pas que c’était toutes les semaines, des séances de cinéma pour faire connaître en particulier le cinéma soviétique, Staline, les films sur la résistance, Zoïa, les brigades volontaires, les résistants et puis les films d’Eisenstein... Le cuirassé Potemkine... et puis les films de Jean Renoir qui avait filmé pour la C.G.T., pour le Front Populaire... Donc le Parti Communiste organisait des séances de cinéma avec des films de plus ou moins grande valeur... certains ne me plaisaient pas. Voyez-vous, les films sur le premier mai, défilé populaire, très bien, mais le défilé des tanks devant l’Armée Rouge, bon... A l’époque, j’ai adhéré aux Jeunesses communistes. » (Pierre Largesse)

7Par le cinéma, outre la recherche d’un soutien populaire et d’une adhésion à un mode d’organisation sociale, le parti politique s’emploie à jouer un rôle éducatif : construire une sensibilité politique du citoyen et des valeurs de référence.

8Ainsi, on peut avancer que, l’identité elbeuvienne s’est nourrie de militantisme, d’adhésion et de résistance, d’engagement polymorphe constitutif d’un fort sentiment d’appartenance à la culture ouvrière. Les organisations syndicales vont se faire l’écho du mécontentement collectif mais surtout restaurer la dignité de la communauté ouvrière. Comme l’écrit Simone Weil dans sa lettre ouverte à un syndiqué après juin 1936 :

  • 1 Weil S., La condition ouvrière, Paris, Gallimard, 1951, p. 176-177.

« C’est dans tous ces souvenirs, dans toute cette amertume que tu dois puiser ta force, ton idéal, ta raison de vivre. Les riches et les puissants trouvent le plus souvent leur raison de vivre dans leur orgueil, les opprimés doivent trouver leur raison de vivre dans leurs hontes. Leur part est encore la meilleure, parce que leur cause est celle de la justice. En se défendant, ils défendent la dignité humaine foulée aux pieds. N’oublie jamais, rappelle-toi tous les jours que tu as ta carte syndicale dans ta poche parce qu’à l’usine tu n’étais pas traité comme un homme doit l’être... Tu souffrais parce qu’on t’infligeait une humiliation, une injustice, tu étais seul, désarmé, il n’y avait rien pour te défendre. »1

9Pour autant, il est nécessaire de se méfier des illusions de perspectives et si on ne doit pas oublier que l’investissement dans les luttes politiques n’est souvent le fait que d’une minorité active, le caractère fort des mobilisations sociales de cette époque et de la population elbeuvienne est à souligner.

Les politiques culturelles aujourd’hui

10Aujourd’hui, rangé parmi les mythes, le CirqueThéâtre nourrit la mémoire collective, celle des elbeuviens, celle des artistes et celle des hommes politiques qui, s’ils ne l’investissent plus aujourd’hui pour des meetings, le revendiquent pour le préserver et l’installer dans le patrimoine régional.

11Comme le rappelle Guy Godefroy, animateur culturel à Elbeuf dans les années 70, « dès 72-73, on parlait de la rénovation du Cirque. » Au centre d’une bataille et d’intérêts politiques, la pérennité du Cirque est défendue par les uns et rejetée par les autres. « C’était une bataille régulière... pour qu’il y ait une volonté politique de le rénover, pour qu’il y ait une vie autour... je me souviens d’Alain Rhem, l’ancien maire de Cléon, disant “je suis partant !!...” Il y a eu comme ça un enthousiasme éphémère et puis des problèmes de budget, de chiffres, de choix politiques et cela n’a pas abouti... Je me rappelle des bagarres avec le capitaine des pompiers pour faire interdire les spectacles pour raison de sécurité. » Pourtant, des spectacles avaient lieu, malgré tout, malgré la commission de sécurité, malgré le manque de moyens, malgré les restrictions de l’accueil du public. Le cirque se maintenait, dans une sorte de clandestinité, grâce à la volonté de quelques hommes : « Il fallait travailler dessus, il fallait le rénover, il fallait qu’il existe. »

12Transformé en cinéma, le cinéma Eden, le lieu se dégrade et ne doit sa survie qu’à ses occupants : la fanfare, la gymnastique, la maison des syndicats, (vestige d’une camaraderie militante), les associations. Comme l’écrit Mohand Naït-Amer : « si on ne s’en était pas occupé dans les années 80, il aurait très bien pu être démolli.... C’est grâce à eux, parce qu’ils continuaient de chauffer. Et puis le gymnase aussi. L’arrière salle. Et puis la maison des syndicats au-dessus. Il a été préservé grâce à cela. »

13Si la réappropriation quotidienne de l’espace par ceux qui, autrefois étaient au centre du spectacle participe à son existence, il ne faut pas oublier les initiatives inventives des techniciens et employés municipaux chargés de l’entretien, de l’équipement : l’idée de rendre le dôme visible de nouveau, en détruisant le faux plafond a sans aucun doute concrétisé l’importance patrimoniale de cette architecture et réveillé la volonté politique d’un projet de réhabilitation du lieu : « Quand on a remis ce dôme à jour, ça a quand même été une belle trouvaille... les gens ont découvert ou redécouvert le dôme que plus personne ne voyait depuis la transformation du cirque en cinéma. Ce qui nous a permis de faire venir des gens et de leur dire qu’il ne fallait pas que ce cirque-là disparaissent... Moi, je l’ai découvert en montant patderrière, en passant par les trappes, on arrivait sur les faux plafonds. Au-dessus, là, on voyait le dôme. »

14Le Cirque-Théâtre est une déclinaison de l’espace du politique, à la fois comme lieu-mémoire des rapports de forces entre groupes sociaux, expression des luttes et des idéologies, souvenir de la recherche d’un vivre ensemble idéal. Et si son existence se légitime par ce passé glorieux, elle est aussi le fait plus discret, plus modeste d’une multitude d’initiatives individuelles mais révélatrices d’un engagement politique et citoyen pour défendre une identité culturelle.

15Plus récemment, d’autres acteurs sociaux ont encouragé, à leur façon la pérennité du Cirque : ce sont les artistes de la Compagnie Anomalie dont les propos rendent compte des liens entre l’artiste et le politique, entre l’utopie peut-être, d’un espace qui ne serait pas strictement dévolu aux spectacles et aux représentations, mais qui serait mis à disposition des compagnies pendant deux ou trois mois pour créer et répéter. Jambenoix Mollet s’interroge sur ce que sera le Cirque-Théâtre « rénové... En France et partout dans le monde, je pense, on a besoin d’espaces de création et non pas de salles de théâtre, la France est truffée de théâtres, de chapiteaux, par contre pouvoir travailler deux mois consécutivement dans un théâtre, c’est pas possible, parce qu’il y a toujours un spectacle en tournée qui fait qu’on doit tout remballer. Et on est en manque... on va dire que c’est évidemment l’activité d’une salle qui intéresse les politiques au niveau de la vitrine, que les contribuables sachent ce qui se passe à l’intérieur de cette salle... moi, je préférerais que ce lieu soit consacré à la création plutôt qu’à la représentation, qu’à ta vitrine...Il y a des lieux, il faut qu’ils vivent quoi, et dès qu’on les institutionnalise trop, ils perdent de leur fragilité, de leur sens poétique... et il faut être vigilant avec ça, faut pas perdre ça. »

16Si la Compagnie Anomalie en « semi-résidence » dans le Cirque-Théâtre à la fin des années 90, soutient la réhabilitation du lieu, elle la questionne également. Quel est le rôle de l’artiste dans un tel projet ? Comment s’effectuent les rencontres, voir les partenariats avec les structures culturelles et politiques ? Comment l’activité de création est-elle soutenue ? Comment éviter les pièges de la mise aux normes ou ceux plus radicaux de la rentabilité pour conserver l’esprit du lieu ?

Notes

1 Weil S., La condition ouvrière, Paris, Gallimard, 1951, p. 176-177.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540