Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : « Nos Cirques-Théâtres »

Un lieu de sport

Texte intégral

  • 1 Hamel K., « Les sociétés elbeuviennes de gymnastique entre 1870 et 1914 », Bulletin de la Société (...)

1Le Cirque-Théâtre a également été le lieu de spectacles sportifs, accueillant les pratiques populaires et les champions de l’époque. Plusieurs enquêtés évoquent ainsi les matchs de boxe et de catch qui s’y sont déroulés dans les années 30. En ce qui concerne les périodes antérieures, nous ne disposons que d’archives témoignant de la présence de courses cyclistes dans le Cirque-Théâtre. Une affiche de 1901 présente une exhibition cycliste dans le plus petit vélodrome du monde (six mètres de diamètre !) avec le concours des meilleurs coureurs de l’époque. De même, le lieu accueillait régulièrement des acrobates et gymnastes, comme ceux de la Société de Gymnastique « La Ruche ». Notons que les sociétés de gymnastique, associées souvent à des sociétés de tir, étaient nombreuses à Elbeuf à la fin du XIXe siècle. Rassemblées autour des notions de Patrie et de Nation, elles participaient au redressement des corps et à la préparation des futurs soldats de la République1

2Plus tard, le public elbeuvien s’est enthousiasmé pour les matchs de boxe. En 1937, Marcel Morin a 14 ans et il se souvient de ses sorties le vendredi soir consacrées à la boxe et au catch au Cirque Omnia transformé pour l’occasion en salle de spectacle sportif : « Ils mettaient un ring au milieu de la piste...quand il n’y avait pas le cirque...il y avait aussi du cinéma avec l’écran derrière. Il y avait beaucoup de réunions, dans l’année, de boxe et de catch. J’étais là, j’y allais avec mes parents, donc j’ai bien vu tout ça. »

3En France, au début du XXe siècle, la mise en scène du corps sportif trouve son apogée grâce aux effets conjugués d’une presse spécialisée et des émissions radiophoniques. Captant les imaginations, le speaker pénètre dans l’espace domestique et c’est autour du poste de T.S.F. que des milliers d’auditeurs partagent les émotions liées à l’événement. Les pratiques de boxe vont, entre autres, trouver un succès populaire inégalé à Paris comme en province si l’on en croit le témoignage de Roland Marie, commentateur de boxe à la radio. En effet les combats qui se dérouleront dans les années 30 au Cirque-Théâtre d’Elbeuf, attirent la foule et ce qui marque les témoins de l’époque, c’est un cirque toujours trop petit pour accueillir les spectateurs : « Le cirque était trop petit et les gens restaient dehors...lorsque la location ouvrait, trois jours après c’était fini, c’était complet...il était trop petit à chaque fois. A chaque fois, il y avait plus de mille personnes, ça « bourrait », ça rentrait. Il aurait mieux valu qu’il n’y ait pas d’accident, on n’en serait pas sorti du cirque, s’il y avait eu quelque chose, tellement c’était bourré. »

4C’est donc dans le contexte d’une société en transformation, que va se développer à Elbeuf, dans cette première moitié du XXe siècle, une culture boxe. Or, les effets cathartiques du spectacle de la violence n’expliquent pas entièrement l’intérêt de la population elbeuvienne pour ces cérémonies sportives. Car, au-delà du déroulement dramatique du combat, c’est toute l’identité d’une communauté et sa reconnaissance qui se jouent. Il s’agit, à partir de cette manifestation sportive codée, ritualisée et qui traverse le groupe, de recréer du lien social, de donner au collectif un surplus de cohésion en redistribuant les spécificités culturelles, les différences sociales, les formes sensibles du social comme le partage du plaisir, de l’excitation, de la peur...

« L’exception elbeuvienne »

5Ce qui relie la boxe et les elbeuviens se fonde sur trois éléments : un espace de rassemblement festif (le Cirque-Théâtre d’Elbeuf), une identité collective forte construite autour de l’histoire de l’industrie textile et les valeurs afférentes (fierté du travail, vertu de la souffrance et de la puissance physique, courage... etc.) enfin des champions locaux, travailleurs héros et héraults de toute la communauté ouvrière. Roland Marie fait le récit de cette triple alliance : « Il y avait...la boxe qui a toujours eu droit de cité, il y a une culture boxe à Elbeuf, et puis le cirque qui permettait de tout faire...Ce petit cirque rond, avec le ring au milieu. Et puis des champions dans la ville. Des champions de classe exceptionnelle dans la ville. Parce qu’il est rare de trouver une multitude de champions comme on a trouvé à Elbeuf. De trouver des Champions d’Europe, de trouver des Champions de France, de trouver des internationaux. De trouver un club Champion de France...Les boxeurs, ils les connaissaient tous. Ils vivaient dans la ville. Il y avait dix professionnels en boxe à Elbeuf, tout le monde les connaissait, parce qu’à l’époque, ils travaillaient tous. Ils n’étaient pas privilégiés comme on l’est maintenant. On allait s’entraîner après le travail. »

6Cette « exception elbeuvienne » confère à l’espace du ring une forte charge d’identification symbolique. Le cirque, pensé comme arène, devient le lieu d’exposition du clivage social, où une communauté ouvrière prend « la parole », revendique une place « dans la lumière » par la médiation de son boxeur, vengeur imaginaire de tous les affronts, de toutes les humiliations. Comme l’écrit André Rauch :

  • 2 Rauch A., Boxe, violence du XXe siècle, Paris, Aubier, 1992, p. 28.

« Le combat de boxe a donc une fonction ludique et politique. Beaucoup plus qu’une action dont l’issue permet de déclarer un vainqueur, il devient la réplique d’une communauté offensée. Il y aura donc toujours dans la victoire au moins une part qui revient à la communauté d’origine du boxeur. »2

Le spectacle sportif et son public

  • 3 Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir, Paris, Seuil, 1962.

7D’autre part, si le Cirque-Théâtre, en accueillant des spectacles de boxe est porteur de l’évolution des mœurs et des loisirs3, il est également par sa configuration structurelle, une forme qui manifeste un ensemble de relations sociales, où l’espace, à lui seul, se charge de mettre en œuvre les signes distinctifs du statut social de chacun : on pourrait écrire que la stricte codification, et de l’événement sportif, et de la spatialisation du public, disent spontanément un certain état des « choses sociales » à un moment donné. C’est ce que saisit Roland Marie lorsqu’il dit : « Au pied du ring, ce sont les personnes qui payent le plus cher. Plus vous montez, moins les places sont chères. Plus vous montez, moins c’est cher et plus il y a d’ambiance. » De fait, la répartition du public dans le cirque organise une théâtralisation des appartenances sociales : les gradins plus inconfortables que le parterre, outre la proximité des corps, génèrent une certaine exultation corporelle, un engagement et un enthousiasme démonstratif visant à porter (au sens strict de supporter) le boxeur favori. Christian Bromberger parlera, à propos du stade vélodrome de Marseille et de la distribution des amateurs de football dans l’espace, d’un processus de

  • 4 Bromberger C., Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des (...)

« territorialisation... reflet d’une opposition symbolisant des univers culturels distincts. »4

8Cette hiérarchisation inversée (le peuple en haut, « les gens de la haute » en bas), tout en témoignant du grand partage entre les classes sociales, illustre dans le même temps, qu’à l’occasion des festivités, l’espace autorise tous les rêves, tous les possibles. Lors d’une rencontre de boxe, le cirque devient le lieu de comportements socialement proscrits, ou tout au moins en rupture avec la vie sociale ordinaire. Dans le poulailler (tout en haut des gradins), on affirme sa présence et sa supériorité, par le nombre, par le bruit, les cris, les jurons, les insultes, par l’imagination et l’humour des interventions. Robert Julien se souvient : « Moi, j’ai connu le boxeur Jean Julien, il combattait contre un Suisse et tout le monde lui disait : « Bouffe le petit suisse !! » Et puis, on rêve d’une prise de pouvoir à travers l’identification au champion, ce héros ouvrier comme les autres mais qui lui, sous les lumières de la piste, exposé à tous les regards, transcende toutes les dominations à grands coups de poings. « Les encouragements déferlaient des hauteurs des gradins, s’amplifiaient et prenaient une autre dimension » (Roland Marie).

9Si le Cirque-Théâtre offre un dispositif spatial normatif, chacun l’habite à sa façon, le public par les formes de sociabilités et l’ambiance qu’il engendre, le sportif par l’épreuve et l’exposition hors norme qu’il s’impose. Ceci souligne le caractère doublement symbolique (symbolique de l’espace mais aussi symbolique de la pratique) de ces rassemblements où les acteurs sociaux rendent visibles les forces créatrices constitutives du tissu social.

  • 5 Hoggart R., La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970

10Ce sentiment de cohésion communautaire engendre paradoxalement, une forte capacité à la ségrégation, au pouvoir d’exclusion : c’est ce que démontre Richard Hoggart5 lorsqu’il développe la notion du « Eux » et du « Nous » c’est-à-dire

« la cohésion (des classes populaires) engendre le sentiment que le monde des autres est un monde inconnu et souvent hostile, disposant de tous les éléments du pouvoir et difficile à affronter sur son propre terrain ».

11C’est ce qu’évoque notre témoin à propos de la rivalité entre les deux clubs de boxe elbeuviens (le Ring, plus populaire et les Touristes, plus « huppé » car sponsorisé par les industriels) : « Quand il y avait un Touriste contre un du Ring elbeuvien, l’ambiance était chaude. Il y avait les supporters de chaque club, mais quand c’était contre un parisien ou n’importe, c’était l’union sacrée. C’était l’elbeuvien et c’était fini. »

12Pendant plus de vingt ans, les galas de boxe au Cirque-Théâtre seront une des grandes distractions des elbeuviens. Annick Crenn évoque les combats vus « dans les années 58, 59, 60... moi, il y avait un membre de ma famille qui appartenait au Ring Elbeuvien... et j’ai vu boxer là-dedans, les frères Desroches, Lucien et Jean-Pierre, Guy Delaunay et Patin... je ne sais plus son prénom...et le dernier qui a boxé le grand Thiollain. » Nommer le boxeur, ce n’est pas seulement évoquer une star lointaine, mais un familier qu’on appelle par son prénom et qu’on retrouve « au café des jardiniers... c’était un café et les boxeurs allaient là. » En cela, la proximité avec le sportif s’organise par sa présence dans des lieux de convivialité comme le bar, et se justifie également par son appartenance à la culture ouvrière. Robert Julien précise : « Ils [les boxeurs] avaient une profession à côté, ils étaient chauffeurs chez Mouchard... Loitte, il était chaudronnier chez Rhône Poulenc, Jean Julien aussi... enfin ils travaillaient ailleurs. »

Une ambiance magique

  • 6 Jeu B., Le sport, l’émotion, l’espace, Paris, Vigot, 1983.

13Si le sport, comme l’écrit Bernard Jeu6, est une structuration symbolique de l’espace, il souligne qu’il est également « émotion », c’est-à-dire que les matchs de boxe au Cirque-Théâtre d’Elbeuf définissent des valeurs d’ambiance : « C’était l’euphorie, c’était un dérivatif, c’était un bonheur... c’était un endroit convivial, du bonheur. Un spectacle sportif, en fait, c’est du bonheur... Les gradins en hauteur où tout le monde peut voir d’une façon magnifique et ce qui provoquait aussi cette ambiance extraordinaire, c’est le contraste. Le contraste entre la lumière intense du ring, une lumière crue, blanche et les gradins, un peu dans la pénombre... Elbeuf, en boxe c’est l’ambiance de l’Olympique de Marseille en Football... L’ambiance ne vient pas des loges, elle vient des tribunes, elle vient des populaires. Les classes populaires encourageaient plus. Ils étaient plus chauds, plus vibrants, et puis c’étaient leurs copains qui étaient sur le ring bien souvent. Des gens qu’ils connaissaient bien... La lumière qui illumine tout et l’espèce de pénombre est déjà...un spectacle unique. »

14On pourrait résumer cette culture boxe à Elbeuf comme étant constitutive d’un milieu « effervescent », effervescence qui se manifeste par la capacité imaginaire du groupe à reformuler l’ordre social et par là, à le régénérer. La métaphore de l’ombre et de la lumière rend compte également de ces instants magiques où l’épreuve de la lumière ranime la fierté du vivre ensemble et constitue à la fois un rituel initiatique de cohésion sociale mais aussi la mythification de la conscience d’une classe ouvrière. Les jours de combat à Elbeuf, c’est toute une communauté, celle des travailleurs obscurs, qui s’offre le spectacle de son propre pouvoir et renoue avec le mythe qui la proclame « championne du monde toutes catégories ».

TOURISTES ELBEUVIENS.
Le grand gala de ce soir vendredi

TOURISTES ELBEUVIENS. Le grand gala de ce soir vendredi

Notes

1 Hamel K., « Les sociétés elbeuviennes de gymnastique entre 1870 et 1914 », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, no 38. novembre 2002, p. 15-22.

2 Rauch A., Boxe, violence du XXe siècle, Paris, Aubier, 1992, p. 28.

3 Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir, Paris, Seuil, 1962.

4 Bromberger C., Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1995, p. 221.

5 Hoggart R., La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970

6 Jeu B., Le sport, l’émotion, l’espace, Paris, Vigot, 1983.

Table des illustrations

Titre TOURISTES ELBEUVIENS. Le grand gala de ce soir vendredi
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540