Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : « Nos Cirques-Théâtres »

Cirque et famille

Texte intégral

1Dans l’imaginaire collectif, le cirque reste un spectacle familial, un spectacle à voir en famille, mais aussi — même si cela n’est plus tout à fait le cas aujourd’hui - un spectacle que l’on fait en famille (pensons aux « grands » noms du cirque comme Pinder, Gruss, etc.). Dans les discours, comme dans les esprits de nos enquêtés, qu’ils soient jeunes ou plus âgés, artistes ou spectateurs, les liens cirque-famille sont perceptibles. Ainsi, ce qui pouvait apparaître comme une idée de sens commun s’est révélé réalité sociale, même si ces liens ont quelque peu évolué et sont à considérer dans un sens relativement large ou élargi par une autre façon de pratiquer le cirque.

2Cet imaginaire de la « famille » reconstituée autour du cirque se décline, d’après les entretiens recueillis, de trois manières différentes : les grandes familles circassiennes, le public familial, et enfin, la mise en visibilité du couple en piste et dans les gradins.

Le cirque des Grandes familles

  • 1 Jacob P., Le cirque, Un art à la croisée des chemins, Paris, Gallimard, 2001, p. 15.

3Des familles circassiennes, familles généralement spécialisées (Les Bouglione dompteurs, les Rancy écuyers, les Fratellini clowns ou les Medini jongleurs) ont longtemps été les gérants et les promoteurs du cirque, un cirque qui illustre « la continuité et l’excellence des liens de sang »1. Technique, matériel et savoir-faire étaient transmis de génération en génération (et le sont toujours chez les Gruss, par exemple). Ainsi, Italo Medini est d’abord initié par son père à l’acrobatie, avant de s’inscrire dans la tradition familiale de la jonglerie dès l’âge de 13 ans. « J’ai commencé l’acrobatie quand j’étais tout petit... Mon père ne voulait pas me faire travailler quand j’étais petit. Mais l’acrobatie, je l’ai répétée, je savais la faire. Il ne voulait pas parce qu’il disait : ’Moi, les enfants, je ne les ai pas dans mon numéro de jonglage parce que les gens disent “Oh, les pauvres petits !”’. Alors il m a fait débuter mon numéro de jonglage à neuf ans et demi, f ai fait tout tout seul. Je travaillais tout seul. Il disait : ’Là, les gens, ils ne peuvent rien dire’. Et à l’âge de treize ans, j’ai commencé avec mon père le numéro d’acrobatie ; on l’a fait deux ans seulement et après, il s’est arrêté, mais je savais le faire ! » Ce souci de ne pas exposer l’enfant travailleur rejoint les préoccupations nouvelles d’une société qui pendant longtemps a exploité cette main d’œuvre « facile ». Mais quand on est né dans ce « monde à part », comme Italo Medini, la tentation est grande d’y jouer et de confondre jeu d’enfant et jeu d’artiste.

4D’autre part, les numéros se construisent en famille et, partant d’une cellule familiale de base - parents et enfants - on intégrait sous un même nom (celui de La famille) des artistes venus d’ailleurs. Le cercle familial se matérialise alors dans la circularité de la piste : « Les quatre Carlo Medini, oui, on s’est toujours appelé les quatre Carlo Medini (...). [En regardant une photographie] Ça, c’est moi et mon frère,...ça c’est mon frère, ça c’est mon oncle et lui c’est un élève que mon père avait pour les numéros d’acrobatie. Ça, c’est ma mère, ça c’est ma tante, ça c’est mon frère et celui-là, c’est le fils Walter qu’on avait pris parce qu’il avait toujours fait les clowns, et pour nous donner un coup de main pour changer, pour se mettre en place, quoi ! »

5Autre exemple, celui de Carmino d’Angelo, compositeur de musiques de cirque qui a découvert l’itinérance, la piste et le cirque des « grandes familles » relativement tardivement, mais qui a reproduit à sa façon son fonctionnement : « avec mon épouse, on est allé acheter une caravane et j’avais une Simca 1000. J’ai acheté une caravane de trois mètres. C’était un peu petit ! On avait déjà deux filles (ça a été difficile quand elles ont été en âge d’aller à l’école). Mais elles font maintenant ce métier. Je les ai donc entraînées dans cette aventure ! »

  • 2 Nous pourrions également rappeler l’étymologie du mot : cum, avec, et panis, pain. Autrement dit, (...)

6Si le « cirque des familles », cirque académique, « traditionnel », reste présent, des « compagnies » proposent aujourd’hui, de plus en plus nombreuses, une autre forme d’association artistique pour la piste. En transgressant les lois des secrets de famille (transmission héréditaire des numéros), elles donnent un nouveau souffle au cirque traditionnel et bouleversent ses us et coutumes. Cependant, il semblerait que cette réunion artistique soit davantage qu’un simple rassemblement d’individualités en vue d’une création. En effet, ces « compagnons »2 du nouveau cirque re-créent parfois, comme ce fût le cas pour les artistes de la compagnie Anomalie, un foyer, un vivre ensemble qui soude le groupe et fonde une nouvelle communauté « familiale ». Mickaël Mercadier insiste notamment sur l’importance, pour eux, « de se retrouver tous, d’avoir une vraie vie de compagnie, de loger dans un même lieu, de vivre tous ensemble. »

Le cirque : un spectacle à voir en famille

7Autrefois, le cirque apparaissait comme le spectacle de toute la famille. Il représentait un événement culturel, un moment important dans la vie de la cité, sorte de rituel incontournable qui pour certains gardait toute sa magie et ses intérêts, mais pour d’autres, n’offrait qu’un plaisir tout relatif. Par exemple, la venue annuelle du Cirque Léonce, au moment de la Foire Saint-Gilles, était un moment de sorties collectives - et familiales - attendues pour certains et beaucoup moins pour d’autres, comme nous le raconte Pierre Largesse :

8« Oui, oui. Le Cirque Léonce, au moment de la Foire Saint-Gilles. C’était juste avant la guerre, j’avais douze, treize ans. J’y allais toujours accompagné de mes parents, jamais tout seul. Mon père et ma mère fréquentaient aussi le Cirque... Et puis des fois, il y avait des voisins qui m’emmenaient, ou mon oncle et ma tante, ou mon plus jeune oncle qui avait 6 ans de plus que moi et qui avait le droit de sortir. On ne laissait pas les enfants sortir, ni les garçons, ni les filles, et les adolescents, c’était toujours en groupe. Quant aux filles, jamais en groupe, c’était toujours avec ce qu’on appelait un « chaperon » (la mère, la grand-mère, une voisine ou une tante). Les mœurs ont bien changé comme vous le voyez avec leurs bons et leurs mauvais côtés. Mais bon... c’était le spectacle de cirque habituel, les clowns, les animaux, les lions dans les cages, les tigres. »

9De même, Marcel Morin se souvient « des bons souvenirs qu’il en a gardés, des bons souvenirs, forcément », ceux de sa jeunesse. Mais pour lui, le cirque, c’était presque toujours la même chose et l’enthousiasme s’est peu à peu estompé : « après, bon, on y allait comme au Cirque Léonce une fois par an... Bon c’est toujours pareil, les clowns on a vu des clowns, quand on a vu des chevaux on a vu des chevaux, c’est un peu toujours pareil. Je n’ai pas continué à y aller. Mais on a emmené les gamins. Et puis je faisais de la musique alors après j’ai plus été au cirque... »

  • 3 Forette D., op. cit., p. II.21.

10Issu d’une longue tradition, le cirque fait aujourd’hui partie du patrimoine culturel des Français. Il apparaît comme un spectacle incontournable, considéré très souvent comme un « spectacle pour enfants », un lieu de transmission de valeurs morales, comme le courage et la persévérance. Les enquêtes de 1992 et 1997 du Département des Etudes et de la Prospective du Ministère de la Culture ont d’ailleurs montré que pour de nombreux Français, le cirque est le spectacle pour tous par excellence et « l’affirmation selon laquelle « il faut emmener les enfants au cirque » (76 % des personnes interrogées) lui confère le statut d’impératif culturel et un rôle fédérateur au sein de la famille, de la cité, de la société »3. Aujourd’hui, le cirque reste donc emprunt de cette nécessité de faire partager aux enfants cette expérience « extra-ordinaire » du spectacle (exotisme, animaux, paillettes...). Chacun d’entre nous garde en mémoire les images d’un cirque coloré, doré, aux musiques festives, aux acrobates défiant la mort à chaque roulement de tambour. Nostalgique, le spectateur adulte retrouve peut-être dans le cirque ses émotions d’enfant. C’est sans doute pour cela que cette forme de production est reconnue par la majorité des Français comme relevant d’un héritage culturel, constituant d’une certaine manière un « mythe fondateur » de l’imaginaire collectif. Il semblerait donc que tout parent s’impose d’accomplir ce « contrat » culturel minimum en offrant à ses enfants une partie de ce qui l’a fait rêver lorsque lui-même était petit. Ceci explique peut-être aussi pourquoi la référence à l’enfance reste encore très présente dans les discours. Même si la proposition artistique et esthétique a évolué, le public conserve cette référence imaginaire et si toute la famille continue à aller au cirque, le « qui accompagne qui » a sans doute changé.

Le cirque comme espace de visibilité du couple

11Le Cirque-Théâtre, au début du XXe siècle, offrait la possibilité à toute une population de se retrouver, de se rencontrer, d’y construire voire d’y célébrer une histoire d’amour.

  • 4 Singly F. de, Libres ensemble, Paris, Nathan, 2000.

12François de Singly4 nous rappelle toute la complexité de l’évolution de la construction du couple, ce qu’illustrent d’une autre façon, les récits recueillis. Aujourd’hui, le couple semble se fonder autour de l’idée d’être « libres ensemble », mais au début du siècle, l’image dominante du couple résidait dans l’idée d’une famille nucléaire soudée par les lois de la religion et de la hiérarchie sociale, essentiellement patriarcale.

13A Elbeuf, les sorties occasionnées par les spectacles, matchs, concerts, etc., du Cirque-Théâtre, étaient autant de « cérémonies » permettant à chacun de rencontrer et de faire lien avec l’ensemble de la communauté.

14Ces cérémonies peuvent être pensées comme des rites, au sens proposé par Claude Rivière, c’est-à-dire, comme :

  • 5 Rivière C., Socio-anthropologie des religions, Paris, Armand Colin, 1997, p. 81.

« un ensemble de conduites individuelles ou collectives relativement codifiées (...) à caractère plus ou moins répétitif, à forte charge symbolique (...) ».5

15Ces rencontres constituaient des mises en scène des statuts et des rôles sociaux, et plus particulièrement ici, d’une répartition sexuée des rôles. La rencontre amoureuse est ritualisée et toujours placée sous le contrôle de la famille, sous le regard de la communauté, un regard auquel on tente parfois d’échapper en se plaçant dans les loges où « on était moins à la vue ». Comme nous le disait Pierre Largesse, les « filles ont un chaperon », le Cirque-Théâtre devenant l’occasion d’un détournement, d’une échappée possible aux contraintes sociales. C’est ainsi que Madeleine Gardin va y fréquenter son futur mari, faisant de ce lieu un espace de liberté relative, lui permettant de vivre et de dévoiler son histoire d’amour. L’espace du spectacle est alors réinvesti par le public comme une « église païenne » où se déroulent des rituels d’interaction et de construction du couple.

16Le moment culminant de ce détournement du lieu fût sans doute le rassemblement fortement symbolique de toute la population elbeuvienne dans le Cirque-Théâtre autour du mariage d’un enfant de M. Blin, « chef » charismatique de la ville. Dans les imaginaires des habitants de la ville, on pouvait sans doute établir un parallèle entre les valeurs du religieux et celles développées dans ce lieu à cet instant-là.

17Madeleine Gardin se souvient de ces instants passés, où elle allait au Cirque-Théâtre avec ses amis et avec celui qui deviendra son mari : « Il y avait des pièces de théâtre, des concerts, il y avait aussi du catch, et puis il y avait des conférences... et par moment, comme quand Monsieur Emmanuel Blin a marié son fils ou sa fille, toute l’usine Blin, qui était la plus grande usine d’Elbeuf était réunie. Les employés étaient en bas, et les ouvriers bien plus haut : il y avait quand même la différence... (...) J’ai travaillé à l’usine Blin... J’étais sténo-dactylo. J’y suis rentrée, j’avais quatorze ans... quinze ans, après mon brevet. J’ai fait l’école supérieure à Elbeuf et puis après j’ai été dans une école pour apprendre la sténo-dactylographie. Ah oui on n’avait pas de machine pour enregistrer à ce moment là ! (...) Alors le patron m’appelait et puis avec mon bloc, je prenais un stylo, je tapais à la machine et voilà, et j’aimais beaucoup mon métier. Et puis mon mari travaillait avec moi, on travaillait tous les deux l’un à côté de l’autre. C’était très très bien... et puis on est arrivé à se marier ensemble ! ! ! Une fois mariés évidemment c’était bien payé quand même, mais un homme, il préférait aller dans l’usine. Il était contremaître après, il gagnait beaucoup plus que d’être au bureau. Il y avait toujours une bonne ambiance, et puis tout le monde se parlait, tout le monde... c’est ça que je regrette beaucoup, c’est que maintenant on parle à personne... alors que là tout le monde applaudissait, tout le monde riait, c’était vraiment sympa... c’est comme ça, c’est dommage. (...) Quand je travaillais chez Blin c’est ça..., j’étais sténo-dactylo. C’est là que j’ai connu mon mari et puis je me suis mariée. On allait au Cirque-Théâtre, on était toujours ensemble hein. On ne s’est pas quitté, on avait quinze ans. On s’est connu à quinze ans, on ne s’est jamais quitté !!!

18Notons qu’à l’époque, « on fréquentait » jusqu’au mariage où la fidélité s’instaure de part et d’autre comme un allant de soi. Aujourd’hui, la vie conjugale est questionnée. Comme l’écrivent Florence Vatin et François de Singly :

  • 6 Singly F. de, op. cit., p. 198.

« Le poids lourd du mariage rassure et inquiète simultanément. Il est une garantie de sécurité (relative), tout en interdisant la libre expression de soi. »6

19Il faut dire qu’il était chez ses parents avant qu’on se marie mais s’il allait quelque part il m emmenait ou moi je l’emmenais avec moi, on était toujours ensemble quoi... Oui, c’était agréable. Le Cirque-Théâtre c’était un lieu où on pouvait se retrouver... On se retrouvait toujours les mêmes et puis... tout le monde se connaissait, tout le monde se parlait, maintenant personne ne se parle. Vous vous asseyiez à un spectacle : « Oh il fait beau, il fait chaud » et puis ça y est, ça passe, tout le monde parle et puis maintenant, on vous regarde avec des yeux ronds mais on ne parle pas... C’est pas la même ambiance, c’est pas du tout pareil, c’est dommage qu’on ait perdu tout ça... C’est drôlement agréable de faire ça autrement... c’est vrai... c’est dommage... et puis les jeunes parlent entre eux et puis pas toujours, c’est pas pareil... On avait des copains mais c’était simple, c’était net, on prenait des crises, on s’amusait bien. On était vraiment... moi, je regrette pas ce travail, à ce moment-là je le regrette plutôt je veux dire... Parce que franchement... Ah oui, c’était vraiment sympa : un rien nous suffisait, on allait prendre un p’tit verre de bière ensemble et on était heureuses comme des petites reines et là maintenant, c’est plus pareil. Il faut avoir la voiture, il faut être habillé, il faut aller chez le coiffeur. De mon temps c’était plus simple, voilà. »

20Le récit de Madeleine Gardin décrit des proximités spatiales et affectives enracinées dans le quotidien. En effet, cette représentation de la vie d’avant est symbolisée par l’affirmation d’un réseau de connaissances mutuelles et d’échanges omniprésents.

21Entre la maison, l’usine, le Cirque-Théâtre, les frontières se font ténues et le partage des contraintes professionnelles, d’un sentiment de classe et de valeurs d’ambiance induit la formation d’un grand espace amical, où tout le monde se connaît. La parole qui circule et la proxémie dans les lieux de distraction créent un sentiment de familiarité, d’hédonisme, de socialisation affective. On pourrait écrire que les souvenirs du Cirque-Théâtre de Madeleine Gardin n’ont rien à voir avec le cirque mais avec une ambiance épicurienne, un certain goût de vivre fait de rires, de bavardages, de relations familières.

22D’autre part, elle construit la différence entre le monde d’hier et celui d’aujourd’hui par la rupture des rapports sociaux, une perte de sociabilité où chacun se fait plus suspicieux, devient plus anonyme, plus silencieux.

23Le Cirque-Théâtre a donc constitué un lieu d’initiation amoureuse, où l’on dit se cacher pour vivre ses premiers émois amoureux, mais aussi où on les dévoile.

  • 7 Entretien réalisé avec Cécile Mont-Reynaud dans le Cirque-Théâtre le 5 décembre 2000.

24Si les gradins étaient lieux de formations de couples, la piste offre également aux artistes la possibilité de montrer toutes leurs déclinaisons. Ainsi, la compagnie Lunatic, en résidence de création dans le Cirque-Théâtre en 2000, puis 2002, questionne les mises en scène du masculin et du féminin et les rapports homme/femme. Comme le dit une des artistes, Cécile Mont-Reynaud : « on avait envie de chercher ce qui pouvait se passer entre un homme et une femme. Alors ça dépend des fois aussi. Il y a des moments où c’est plus un rapport entre un frère et une sœur, comme ça, de jeunes, de petits enfants qui se chamaillent, qui se retrouvent, et puis, des moments effectivement, où c’est beaucoup plus sensuel et redonne un rapport amoureux. »7

25Dans ce type de production, contemporaine, un autre mode de relation entre les individus est décliné, illustrant la complexification des rapports entre les sexes. Ce n’est alors plus un couple stricto sensu qui se donne à voir, mais chaque individu dans son rapport à l’autre.

Notes

1 Jacob P., Le cirque, Un art à la croisée des chemins, Paris, Gallimard, 2001, p. 15.

2 Nous pourrions également rappeler l’étymologie du mot : cum, avec, et panis, pain. Autrement dit, le compagnon est celui avec qui on partage son pain.

3 Forette D., op. cit., p. II.21.

4 Singly F. de, Libres ensemble, Paris, Nathan, 2000.

5 Rivière C., Socio-anthropologie des religions, Paris, Armand Colin, 1997, p. 81.

6 Singly F. de, op. cit., p. 198.

7 Entretien réalisé avec Cécile Mont-Reynaud dans le Cirque-Théâtre le 5 décembre 2000.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540