Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : « Nos Cirques-Théâtres »

Un lieu culturel « caméléon »

Texte intégral

1Le Cirque-Théâtre révèle l’histoire d’une ville. Il témoigne également des mouvances culturelles des époques successives qu’il a traversées. D’une société du travail, il s’est peu à peu adapté à l’évolution des loisirs et des spectacles à la mode.

Le cirque en vogue

2Le choix d’une telle forme architecturale - un Cirque-Théâtre - est lié à l’ascension du cirque dans toute l’Europe à cette époque. Rappelons que le cirque moderne est né en Angleterre, sous l’impulsion de Philip Astley en 1770. En investissant la circularité des cirques romains, il réinvente véritablement le spectacle de cirque. Essentiellement équestre au début, marqué par l’influence militaire du sergent Astley, le cirque va rapidement intégrer d’autres d’autres disciplines, comme la voltige, 1’acrobatie, le burlesque...

3De là, il se propage en Europe aux XIXe et XXe siècles et des bâtiments « en dur » vont être réalisés dans de nombreuses villes. Ainsi, à Rouen, trois cirques stables furent construits. Celui de la place du Boulingrin par exemple, bâti en 1883, pouvait contenir jusqu’à trois mille personnes. Si ces lieux de représentation et de vie culturelle locale ont été détruits (en 1973 pour celui de la place du Boulingrin), la trace laissée dans les souvenirs des Normands est remarquable.

4En effet, plusieurs fois, nos interlocuteurs ont évoqué le Cirque de Rouen. Guy Godefoy s’en souvient et le compare au Cirque-Théâtre d’Elbeuf : « Etant enfant, j’ai visité le Cirque de Rouen, c’était un peu pareil en réalité. Ils sont conçus pareil, sauf que le Cirque de Rouen n’avait pas de scène à l’italienne. »

5De même, les propos de Vincent Gomez, originaire de la région, illustrent l’empreinte de ce lieu sur les mémoires et en particulier ici, sur les représentations du cirque qu’ont ses grands-parents. La démolition du Cirque de Rouen fût pour eux un véritable « choc » : « c’est un mystère pour tout le monde d’ailleurs. Donc ça les a choqués, parce que c’est encore plus énorme qu’une fermeture de salle (...). On en a parlé beaucoup. Et on en parle encore maintenant (...) quand je parle de cirque, bon, mon grand-père n’est plus là, mais il était toujours en train de dire : « oui, mais tu sais, il y avait un cirque à Rouen, il a disparu un jour... » Chaque fois que je le voyais, je parlais de cirque : « et tu te rappelles, il y avait un cirque à Rouen. Il a disparu, il était tout en bois, il était beau, oh là là. Et on allait voir des spectacles avec ta grand-mère, c’était bien ! » Voilà, on n’en parlait pas plus que ça, mais c’était aussi régulier que ça. »

6A Elbeuf, la construction du Cirque-Théâtre en 1892 s’inscrit dans la même envie de doter la ville d’un lieu prestigieux, un lieu de productions en vogue. Précisons que si aujourd’hui le cirque est reconnu comme étant un spectacle « populaire », il fût à ses débuts un spectacle « aristocratique », et l’architecture des cirques en dur marque cette distinction par l’éclat des couleurs, la chaleur des matières (des tissus, du bois...), à l’image du Cirque-Théâtre d’Elbeuf. « Il y avait de belles loges en velours rouge, je vois encore l’intérieur : tout ça, c’était splendide. ».

7La spécificité du lieu réside dans le fait qu’il dispose non seulement d’une piste circulaire, mais aussi d’une scène à l’italienne permettant d’accueillir des opérettes, des pièces de théâtre... Pierre Largesse se souvient notamment de la représentation de Mignon d’Ambroise Thomas : « peu de temps après le Certificat d’étude [en 1937], peut-être à l’automne ou quelque chose comme ça, « Mignon » d’Ambroise Thomas est joué au Cirque Théâtre, d’Elbeuf sur cette grande scène qui était relativement peu adaptée aux effets théâtraux et dramatiques mais enfin avec de bons artistes... Je me souviens de la soprane qui jouait le rôle de Mignon, donc une jeune fille dans la pièce, mais l’artiste avait la cinquantaine bien passée. En plus, elle devait peser au moins plus d’un quintal !!! Si bien que quand elle est apparue, il y a eu quelques mouvements divers dans la salle, qui ont été accentués lorsqu’on Ta vue se déplacer avec sa robe à traîne car le ménage n’avait pas dû être bien fait : il y avait des nuages de poussière à travers les lumières des projecteurs et c’est un des souvenirs que j’ai gardés de cette séance de théâtre. »

8Le Cirque-Théâtre était aussi le lieu des exploits d’artistes de cirque, de la mise en scène de l’extraordinaire et de l’exotisme. C’est le cirque des animaux et des clowns, le cirque qu’on allait voir en famille, comme lorsque Simone Levaique était enfant et se rendait au Cirque-Théâtre avec sa grand-mère : « on partait de Saint-Aubin à pied pour aller jusqu’au cirque avec ma grand-mère. J’étais toute jeune mais on marchait bien à ce moment-là. Etant jeune, c’était les clowns qui m’intéressaient..., les animaux surtout. Et quelquefois à T entracte, on visitait les écuries, à l’intérieur du cirque. » Pierre Largesse également nous fait part de ces « spectacles de cirque habituels, les clowns, les animaux vivants, les lions dans les cages, les tigres. C’était également le moyen de voir des animaux vivants qu’on ne connaissait, comme tout un chacun, que par les livres. »

9Le Cirque-Théâtre accueillait donc des cirques et artistes de renom, faisant de ce lieu celui de l’exotisme, de l’extraordinaire, de l’exploit physique, des animaux « sauvages » et du rêve. Certains discours de nos enquêtés sont d’ailleurs encore empreints d’un émerveillement, celui de leurs yeux d’enfants, déformant sans doute un peu la réalité d’un passé dont ils semblent nostalgiques. L’épisode de l’avion tournoyant dans le Cirque-Théâtre, sous lequel évoluait un trapéziste, illustre comment un souvenir est retravaillé et magnifié, participant ainsi à la valorisation d’un lieu auquel on est particulièrement attaché. Le Cirque-Théâtre apparaît en effet comme le lieu d’un temps passé, le lieu du bonheur, de la joie, d’un plaisir partagé. La subjectivation du récit, marqué par l’émotion, fait que cet événement, trois fois relaté, est décliné de trois manières relativement différentes. Néanmoins, à chaque fois, la surprise et la démesure du numéro marquent les témoignages :

  • « Et puis, je me souviens d’un truc formidable pour moi, étant gamin. J’avais dix ans, et les trapézistes étaient au dôme, là-haut, d’un côté le trapèze, de l’autre, un avion : un avion qui faisait peut-être deux mètres d’envergure et ils faisaient de l’acrobatie en dessous, ils passaient de l’autre côté, enfin pour un gamin, croyez bien que c’est fabuleux, un petit avion qui tournait là-haut. (Robert Julien) »

  • « Et une fois, entre autres, j’ai vu tourner un avion dedans. Ouais, un petit avion. Dans le Cirque Léonce, dans le Cirque ! Et au plafond, il y avait un truc comme ça, comment dirais-je, un machin en ferraille... Une tige qui soutenait l’avion et puis qui tournait comme ça, quoi. Un petit avion. Pas un machin à moteur, ni rien du tout. Un petit avion, c’était un genre de..., je sais pas comment vous appelez ça, pas un bi-plan, j’en sais rien, un petit avion qui marchait dans le temps. Un bi-place, un mono-place, un petit avion. Et puis, évidemment, cet avion supportant des trapézistes. (Marcel Morin). »

  • « Le Cirque Léonce, au moment de la Foire Saint-Gilles, j’ai vu, de mes yeux vu, un avion accroché au plafond qui tournait au-dessus de la scène, un petit avion, et un trapéziste qui tournait entre les béquilles et les rondes de l’avion qui faisaient son trapèze (...). A mon avis, c’était dans les années 39. C’était juste avant la guerre (Pierre Largesse). »

Le Cirque-Théâtre se fait cinéma

  • 1 Largesse P., « Les débuts du cinéma à Elbeuf », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, no 2 (...)

10Ce moment fort, la venue du Cirque Léonce, marque également, d’une certaine façon, la fin d’une époque, celle des spectacles vivants dans le Cirque-Théâtre. En effet, peu de temps après, en 1942, le Cirque est transformé et devient spécifiquement un cinéma : l’Eden. Précisons qu’auparavant, on projetait déjà des films dans ce lieu1, des fictions ou des documentaires de propagande en lien avec les idéologies de l’époque.

  • 2 Billaud A. (dir.), « Dossier Campements », Arts de la piste, no 24, avril 2002.

11Tandis que le Cirque-Théâtre se fait cinéma, les pratiques circassiennes se nomadisent. C’est le temps de l’itinérance pour les cirques (le Champ de Foire, la place de la commune, était régulièrement occupé). C’est aussi celui du faste, l’époque glorieuse du cirque, celle pendant laquelle il prend véritablement sa forme « académique » : parade, chapiteaux et caravanes se font prédominants à partir des années 1930.2

12Carmino d’Angelo se souvient par exemple de ses passages à Elbeuf : Je suis au Cirque Pinder depuis 1963 et je peux dire que la place d’Elbeuf le Champ de Foire, je l’ai faite des dizaines de fois parce qu’on venait pratiquement tous les ans et cette place n’aura pas laissé de mauvais souvenirs. J’avais ma caravane et, sur une journée, nous étions des résidents d’Elbeuf Donc, j’ai dormi sur la place d’Elbeuf, j’ai fait le spectacle sur la place d’Elbeuf C’était un ou deux jours, nous faisions nos courses à Elbeuf et le lendemain, nous repartions sur une autre ville, ou Rouen, ou Louviers, ou enfin d’autres villes de la région. Mais Elbeuf, moi qui suis là aujourd’hui, c’est un très beau souvenir parce que j’ai été résident et j’ai dormi sur cette place, dans la caravane, bien entendu... ». Pour lui, comme pour les spectateurs d’aujourd’hui, le cirque, c’est l’aventure, le nomadisme.

13Alors que le cirque envahit l’espace public (la rue), le Cirque-Théâtre, devenu cinéma, s’inscrit dans l’« esprit du temps », un temps où le cinéma devient le produit de consommation culturel emblématique d’une étape de la Culture de Masse repérée par Edgar Morin. Après l’étape du cinéma muet (1900-1930), se dessine une autre étape (1930-1960), celle d’une « culture de l’individu privé ». Le cinéma parlant occupe une place centrale dans cette culture, faisant des stars hollywoodiennes de véritables icônes populaires :

  • 3 Morin E., Les stars, Paris, Seuil, 1972, p. 34-35.

« Les stars déesses s’humanisent, deviennent des médiateurs nouveaux entre le monde fantastique des rêves et la vie terre à terre. (...) [Elles] correspondent à un appel de plus en plus profond des masses vers un salut individuel, et les exigences, à ce nouveau stade d’individualité, se concrétisent dans un nouveau système de rapports entre le réel et l’imaginaire3. »

14Si la venue du cirque dans la ville conservait un caractère extraordinaire (on allait y voir une altérité radicale) et restait un moment important de la vie locale, le cinéma a véritablement marqué toute une génération de spectateurs, n’ayant parfois connu le Cirque-Théâtre que sous la forme d’un cinéma. Marcel Morin se rappelle par exemple « avoir vu Les Misérables, en 1934 ». Néanmoins, il semblerait que les changements opérés sur le lieu pour en faire une salle de projection ait sonné les premiers coups de sa dégradation : « depuis qu’il a été transformé en cinéma, il est mort. Il était mort. Il n’était plus vivant », nous disait Guy Godefroy.

Le Cirque-Théâtre endormi

15C’est alors une période de morosité qui débute pour le lieu, de 1963 (fermeture du cinéma) à 1995 (interdiction du lieu au public). Quelques spectacles (concerts divers, Cirque Médrano en 1990...) sont tout de même proposés, mais le Cirque-Théâtre se dégrade et ne constitue plus l’espace d’effervescence sociale qu’il était. Il devient en revanche un lieu de résidence pour des artistes de cirque, comme la Compagnie Anomalie, de 1996 à 1999 : « Il n’y avait pas d’éclairage. Les éclairages sont très délicats au cirque, mais bon... ça correspond aussi à son charme... Le chauffage, évidemment, c’est un problème avec ces gros radiants rouges qui n’existaient pas quand on est arrivé, qu’on a fait installer parce qu’il fallait qu’on puisse travailler dans le chaud... Les fuites, les fuites du toit, qui à un moment donné ont rendu perplexe par rapport à la difficulté de pouvoir poser un décor et puis à un moment donné ce n’était plus possible de poser le décor n’importe où. »

16Précisons que c’est avec le renouveau du cirque que le lieu a trouvé un second souffle. En effet, à partir des années soixante, des difficultés économiques se sont faites sentir, et le taux de fréquentation ainsi que l’image du cirque se sont un peu ternies. Le cirque « traditionnel » est alors apparu, pour beaucoup de spectateurs, poussiéreux et peu créatif. Ce sont alors des formes différentes qui vont redynamiser les arts du cirque, à partir des années 1970. Comme le précise Jean-Claude Lallias :

  • 4 Lallias J.-C., « Le cirque contemporain, la piste et la scène », Théâtre aujourd’hui, le cirque con (...)

« Après l’engourdissement des formes classiques du cirque et leur dilution dans le commerce, la veulerie publicitaire et la mise en conserve télévisée dans les années soixante, un double sursaut s’est produit : le retour au sens et à la noblesse des formes historiques avec le cirque à l’ancienne d’Alexis Gruss et l’apparition de nouveaux univers sur la piste, en forme de propositions signées et titrées... »4

17Ce « nouveau » cirque est à l’origine du regain d’enthousiasme du public, proposant des mises en scène inédites, bouleversant les codes jusqu’alors en vigueur. Vingt ans plus tard, la compagnie Anomalie, formée au Centre National des Arts du Cirque de Châlons sur Marne s’inscrit dans cette dynamique. Elle a participé en travaillant et « habitant » le Cirque-Théâtre à sa renaissance en tant que lieu de cirque, une deuxième naissance, un siècle plus tard. L’espace, délabré, portait les traces du passé, un passé riche, chargé d’histoire, celle faite par ceux qui l’ont fréquenté, stimulant ainsi l’imaginaire des artistes, comme nous le raconte Vincent Gomez : « Vraiment, on peut dire que nous, en ayant passé plusieurs mois, quasiment jour et nuit dedans pour créer des spectacles, on a toujours eu l’impression qu’il y a quelqu’un dedans, même quand on est tout seul. Il y a ce grand vide, il y a ces bruits de chaîne qui sont là... Enfin, c’est un lieu qui vit. Il y a une mémoire, il y a vraiment une mémoire du cirque. On la sent très très forte à l’intérieur. Et ça nous a aidés pour quelques spectacles, cet univers qui se dégage (...) Quand on rencontre un lieu comme ça, il y a une histoire qui est dix fois plus forte que notre propre histoire. Donc, à partir de ce moment-là, il y a un respect, il y a un respect pour les lieux, une chose naturelle qui vient, peut-être que ce lieu nous aide à faire des trucs ou à se poser, ou à être bien tout simplement dedans. Parce que nous, comment on a travaillé dans ce cirque ? Au mois de janvier avec pas un gramme de chauffage, avec des trous partout dans le toit, avec des bassines partout au sol, mais en même temps, c’était normal pour nous, quoi. Alors que tu vas dans une salle conventionnée ou un théâtre national, il y a une goutte d’eau par terre, on peut se mettre en révolte pour ça. On était beaucoup plus tolérant, et je pense que ça nous a aidés. Cette tolérance nous a aidés pour tout, pour le spectacle, du coup, entre nous, on était aussi beaucoup plus tolérant. On s’était mis à son rythme, au rythme d’un monument d’un siècle, quelque chose comme ça. »

Notes

1 Largesse P., « Les débuts du cinéma à Elbeuf », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, no 24, décembre 1995, p. 1-12.

2 Billaud A. (dir.), « Dossier Campements », Arts de la piste, no 24, avril 2002.

3 Morin E., Les stars, Paris, Seuil, 1972, p. 34-35.

4 Lallias J.-C., « Le cirque contemporain, la piste et la scène », Théâtre aujourd’hui, le cirque contemporain, la piste et la scène, no 7, 1998, p. 7.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540