Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Deuxième partie : « Nos Cirques-Théâtres »

Un lieu porteur de l’histoire d’une ville

Texte intégral

  • 1 Daumas J.-C., L’amour du drap - Blin et Blin (1827-1975). Histoire d’une entreprise lainière famil (...)

1La ville d’Elbeuf, au début des années 1900 garde les traces d’une vie économique, sociale et culturelle particulièrement florissante. En effet, au XIXe siècle, l’industrie textile d’Elbeuf permettait à la ville de se développer et assurait son rayonnement1. C’est d’ailleurs à cette époque que s’est véritablement figée, autour de cette activité économique, une forte identité.

2Si la construction du Cirque-Théâtre en 1892 incarne le prestige d’une société industrielle épanouie, paradoxalement, il est sans doute l’un de ses derniers coups d’éclat. Ces temps, que le souvenir idéalise, où le travail faisait lien, où l’entreprise incarnait une seconde famille, sont devenus des références mythiques, références que nous retrouvons dans nos entretiens, alors que ce temps était déjà révolu. En effet, depuis la fin du XIXe, le déclin de l’industrie textile est amorcé. Néanmoins, la conscience d’appartenance à la communauté elbeuvienne est toujours vivante et se manifeste par cette idée récurrente que, comme le dit l’adage populaire, « c’est l’union qui fait la force ». Les sorties d’usine décrites par Marcel Morin nous replongent dans une ville vivant au rythme du textile et de la production industrielle : « l’activité économique d’Elbeuf, c’était la filature, le fameux drap d’Elbeuf La filature, ça payait pas lourd. Mais il s’avérait qu’il y avait des gens qui y allaient quand même. C’était plus fort qu’eux. »

3De plus, le souvenir « d’être nombreux », de participer à une vie collective, où malgré les difficultés, le fait d’être là, tous ensemble, est également prégnant dans ce récit : « Les gens travaillaient enfermés dans les usines, et puis ça puait l’huile, la fumée et tout. Alors, f aime autant vous dire que le dimanche, quand il faisait beau, l’été, ça sortait. Ah oui, c’était sensationnel Elbeuf avant. » Et lorsque nous lui demandons si les gens étaient fiers d’être Elbeuviens, il nous répond sans hésiter : « Je pense bien ! La filature, c était quelque chose. Le soir, à cinq heures et demi, j’allais chercher ma grand-mère. Il sortait des milliers de vélos là-dedans. Il n’y avait que des vélos, pas de voiture. Vous auriez vu cette sortie-là ! Ce flux qui sortait de l’usine ! On l’appelait la ville aux cent cheminées. Que des usines de textile ! »

4D’autre part, si le Cirque-Théâtre était le lieu d’exposition d’une réussite économique, il était également un espace de mise en scène de la stratification sociale, illustrant une certaine vision de la société, une société hiérarchisée, où le patronat local était puissant, prestigieux, installé. Les lieux publics se faisaient alors, par la mise en espace des rapports de pouvoir et de domination, symboles des inégalités sociales et d’une certaine représentation du monde, comme nous le décrit Madeleine Gardin : « Le Cirque-Théâtre, c’était grand. Toute l’usine - je ne sais pas combien il y en avait... - six mille ouvriers et tout le monde était là. Alors, c’était par catégories, vous voyez ce que je veux dire... On appelait ça le poulailler : tout ce qui était en haut, c’était les places les moins chères. C’était en bois, il n’y avait pas de dossier. Après, il y avait un peu plus cher (avec un dossier). Ça descendait toujours vers la scène, et plus on s’approchait de la scène, du milieu du cirque, plus c’était cher. Le poulailler, c’était dans tout le haut. Les gens qui n’avaient pas beaucoup d’argent et qui voulaient voir le spectacle, ils allaient au poulailler. Alors les gens étaient excités, c’était pas le même genre de personnes, si vous voulez ! Mais c’était moins cher. Les gens qui avaient beaucoup d’enfants, ils allaient au poulailler, mais ils voyaient très, très bien. Ils étaient un peu plus loin, si vous voulez, mais enfin, on voyait bien. »

  • 2 Goffman E., Les rites d’interaction. Paris, Minuit. 1974.

5C’est par cette histoire commune, mais aussi dans cette mise en scène de l’« espace social » et de la vie locale que se tissent le « on », le « nous » de la communauté. Le lieu se fait reflet des positions de chacun, mais aussi, d’une manière réflexive, une manière de se dire, de se sentir appartenir à un groupe, de se définir dans ces « rites d’interaction »2 que sont toutes les occasions de paraître et apparaître au Cirque-Théâtre.

6Avec le déclin de la ville, c’est tout un passé qui est devenu « mythique », « merveilleux », suscitant nostalgie et fierté dans les mémoires des Elbeuviens. Pour ceux qui n’ont pas connu ou « incorporé » cette histoire, comme Mickaël Mercadier, vivre à Elbeuf, « c’est un peu difficile ». Pour autant, l’espace Cirque-Théâtre, support d’échanges sert de pont entre les générations. C’est pourquoi la réhabilitation de ce lieu, mais aussi des friches industrielles, renoue le lien avec un passé vivant dans les mémoires, dans les discours des Elbeuviens, tout en leur permettant de partager des expériences et des savoirs.

Notes

1 Daumas J.-C., L’amour du drap - Blin et Blin (1827-1975). Histoire d’une entreprise lainière familiale. Thèse de Doctorat, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), Directeur J.-P. Chaline, 1996.

2 Goffman E., Les rites d’interaction. Paris, Minuit. 1974.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540