Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Première partie : Des sociologues sur la piste du Cirque-Théâtres

La méthode

Texte intégral

1Tout travail de recherche nécessite la mise en place d’une méthode, véritable rituel initiatique de l’apprenti-chercheur, qui cristallise toutes les angoisses et inquiétudes en partie relatives à une possible accusation de non scientificité du propos. L’ambition de cet ouvrage n’est pas de produire une théorisation, mais d’inviter à un voyage ethnographique qui par là-même dévoile la méthode mise en œuvre et l’espace investi. Nous avons fait le choix de présenter ce travail avec plusieurs entrées de lecture possibles : une promenade autour de l’histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf par les souvenirs des gens qui l’ont vécu d’une part, une ballade dans les coulisses de l’ethno-sociologie d’autre part, et enfin, un voyage au sein d’une démarche de recherche.

2Le style adopté en séduira certains et en crispera peut-être d’autres par l’utilisation d’images et de métaphores, mais rappelons qu’il s’agit, par la mobilisation d’une certaine forme de langage, d’une invitation à la curiosité. Bien que notre ambition soit d’avantage pédagogique et scientifique que poétique, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de faire voir, de partager un vécu, de raconter. Comme l’écrit Roland Barthes,

  • 1 Barthes R., op. cit., p. 98.

« il est peut-être temps d’ébranler une certaine fiction : la fiction qui veut que la recherche s’expose mais ne s’écrit pas. Le chercheur serait essentiellement un prospecteur de matériaux et c’est à ce niveau que se poseraient ses problèmes ; parvenu au moment de communiquer des « résultats », tout serait résolu ; mettre en forme ne serait qu’une vague opération finale, rapidement menée grâce à quelques techniques d’« expression » apprises aux lycées et dont la seule contrainte serait de se soumettre au code du genre (« clarté », suppression des images, respect des lois du raisonnement) »1.

Un voyage dans les souvenirs du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

  • 2 Balandier G., « Préface », in Franco Ferrarotti, Histoire et histoires de vie. La méthode biograph (...)
  • 3 Kaufmann, J.-C., Premier matin, Paris, Armand Colin, 2002, p. 242.

3Connaître le Cirque-Théâtre d’Elbeuf, c’est non seulement saisir une temporalité historique, mais aussi appréhender les traces laissées en mémoire de ceux qui l’ont fréquenté et le récit qu’ils en font. En tant qu’ethno-sociologues, notre projet s’attache à travailler sur la mémoire vivante et sur ce que Georges Balandier appelle le « vécu social »2, c’est-à-dire la reconstruction tant objective que subjective d’une réalité. Il ne s’agit pas d’analyser les profondeurs psychologiques de chaque récit, mais de reconstituer le présent du lieu à partir d’une mosaïque signifiante composée par l’ensemble des discours. Nous avons fait le choix de donner une large place à la parole de nos enquêtés. Cette errance dans ces « petites histoires » du Cirque-Théâtre d’Elbeuf offre à la fois, pour le non sociologue, un plaisir « touristique » et, pour le chercheur, une matière à explorer et à s’étonner, tant il est vrai que « bien des histoires parlent déjà toutes seules ».3

Une ballade dans les coulisses de l’ethno-sociologie

4S’il existe de nombreux manuels de méthodologie en sciences sociales, peu d’entre eux proposent une exposition concrète de la démarche. C’est pourquoi il nous a semblé important de la rendre visible et, à la manière des artistes contemporains, de mettre en scène coulisses et envers du décor, en dévoilant ainsi ce qui est habituellement caché, le risque de « perdre la face », d’errer, de chuter, etc.

5Afin d’assurer une cohésion entre les différents enquêteurs, il a d’abord été nécessaire de mettre en place un cadre d’intervention, ce qui a nécessité plusieurs réunions de concertation entre les différents acteurs du projet : les commanditaires, les artistes, les sociologues.

6« Par quelle question commencer ? » « Quel(s) thème(s) aborder ? » « Où réaliser les entretiens : dans le Cirque-Théâtre ou chez les enquêtés ? » « Qui rencontre qui (les enquêtés prestigieux avec les enquêteurs de prestige, etc.) ? »...

7Autant de questions que d’affinités épistémologiques et de curiosités individuelles qu’il a fallu poser pour élaborer un guide d’entretien consensuel.

GUIDE D’ENTRETIEN
Consigne initiale
Deux parties :
1. Avant de démarrer l’enregistrement, au moment de la prise de contact avec la personne interviewée :
« Le Cirque-Théâtre d’Elbeuf, créé en 1892, réouvrira ses portes fin 2005. Le projet de retrouver la mémoire vivante de ce lieu à travers des témoignages a été mis en place. Vous avez répondu à l’appel lancé par l’équipe du Cirque-Théâtre. Vos propos, ainsi que tous ceux des personnes intéressées par ce projet, seront enregistrés et proposés à un artiste. Partant d’extraits des souvenirs des uns et des autres, plusieurs productions pourraient voir le jour (spectacles, expositions... »
2. Mise en route du magnétophone et deuxième partie de la consigne :
« Monsieur... ou Madame..., vous avez connu et entendu parler du Cirque-Théâtre d’Elbeuf. J’aimerais que vous me racontiez les souvenirs que vous avez de ce lieu. »
Thèmes à aborder
• Le mode de vie : temps de travail/temps de loisir.
• Les lieux de vie : les changements d’habitation, les espaces de distractions autres que le Cirque-Théâtre, le Champ de Foire, etc.
• Les objets mémoire à décrire : photos, programmes, lettres, objets...
Ce cadre général commun à tous les entretiens étant posé, il est par ailleurs nécessaire de laisser aux interlocuteurs une « liberté » de parole et de s’adapter à la richesse spécifique de chacun.

  • 4 Urbain J.-D., op. cit., p. 17.
  • 5 Devereux G., De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1980

8Outre cette envie de considérer que rien n’est inavouable, nous trouvons pertinent de tenter une dédramatisation de la méthode. Et si nous empruntons à l’ethnologie ses techniques pour les appliquer à un objet « particulier », rappelons avec Jean-Didier Urbain, que « c’est la méthode qui construit l’objet »4. La construction d’un ailleurs passe, pour nous, par une distanciation du regard, plus que par une confrontation à l’exotisme. Cette « angoisse de la méthode »5 est récurrente dans tous les cursus universitaires, et si un souci de rigueur et de réflexivité est nécessaire pour la recherche, il importe de garder une souplesse pour saisir le sensible, le vécu, les dynamiques du social.

9Ainsi, à partir d’un cadre général, nous avons mené des entretiens semi-directifs avec une certaine liberté d’improvisation et d’adaptation à notre interlocuteur. Interroger un politique, un monsieur très âgé ou un artiste exige des niveaux de langages différents, une proximité à trouver selon leur façon d’être. Toute situation d’entretien est une interaction où chacun joue un rôle en fonction des interlocuteurs présents et des attentes présumées de l’autre. Ainsi, pour les enquêtés les plus âgés, participer à cette enquête n’allait pas de soi, de la même façon que pour les étudiants-enquêteurs, le fait de solliciter la mémoire de ces « anciens » avait généré appréhensions et questionnements quant à leurs compétences et statuts d’enquêteurs. La proximité sociale enquêteur/enquêté (de classe, de sexe, d’âge...) est donc à prendre en considération à la fois au cours de la réalisation des entretiens et pendant l’analyse des données. De ce fait, des stratégies se mettent en place du côté de l’enquêteur pour tendre vers l’empathie par une mise en confiance. Au-delà des relances utilisées pendant l’entretien, tous les « détails » sont alors importants : la date, l’heure, la durée, l’enregistrement sont autant d’éléments à présenter et négocier pour ne pas brusquer l’enquêté. De même, le contexte de l’entretien, et en particulier le lieu dans lequel il se déroule, peut influencer l’échange. Comme l’écrivent Alain Blanchet et Anne Gotman,

  • 6 Blanchet A., Gotman A., L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992, p. 70.

« chaque lieu communique des significations qui sont susceptibles d’être mises en acte dans le discours de l’interviewé ».6

10Le souhait initial était que l’ensemble des entretiens se fasse à l’intérieur du Cirque-Théâtre, afin que chacun y retrouve des traces mnésiques, des odeurs, une ambiance... Malheureusement, les contraintes, à la fois de la réhabilitation du lieu et des disponibilités de nos interlocuteurs ont empêché la réalisation systématique des entretiens dans le Cirque-Théâtre. Certains, à la demande des enquêtés eux-mêmes ont eu lieu dans leur foyer. Recueillir les propos de l’enquêté chez lui peut mettre à l’aise et, par conséquent, permettre d’accéder plus facilement à la parole tout en découvrant la personne dans son environnement. Pour les entretiens avec les artistes, il a parfois été nécessaire de les rattraper dans leur tournée nationale et de faire les entretiens sur les lieux de répétition, ce qui a sensiblement modifié la nature des souvenirs, le lieu présent se faisant référence pour évoquer le Cirque-Théâtre d’Elbeuf. C’est ainsi que trois entretiens ont eu lieu à la Fonderie du Mans, où la compagnie Anomalie était en résidence de création. Lieu également chargé d’histoire, il était investi par le groupe qui l’a « habité » comme il avait habité le Cirque-Théâtre d’Elbeuf. Par ailleurs, le récit de Guy Godefroy et Mohand Naît-Amer, évoquant leurs souvenirs du Cirque-Théâtre dans le lieu même, est alimenté par sa force évocatrice. Les souvenirs redeviennent palpables et s’appuient sur les couleurs, les odeurs, les objets qui ont marqué.

Un voyage initiatique au pays des chercheurs

11L’approche biographique apparaît comme un outil privilégié de l’étude des transformations sociales. Comme l’écrit Daniel Bertaux,

  • 7 Bertaux D., Les récits de vie, Paris, Nathan, 2001 [1997], p. 8.

« la perspective ethno-sociologique conduit à orienter les récits de vie vers la forme de récits de pratiques en situation, l’idée centrale étant qu’à travers les pratiques, on peut commencer à comprendre les contextes sociaux au sein desquels elles se sont inscrites et qu’elles contribuent à reproduire ou à transformer. »7

12Il ne s’agit dont pas de considérer le récit de vie comme le reflet de la vie. C’est la façon dont on raconte qui importe : qu’est-ce qui fait sens pour celui qui propose son histoire ? Quel regard porte-t-il sur tel ou tel événement ? Nous ne traitons donc pas un récit de vie comme une histoire réelle, c’est-à-dire comme le récit cohérent d’une séquence signifiante et orientée d’événements, mais nous l’utilisons comme la reconstruction a posteriori d’une expérience vécue, comme un matériau dont l’analyse permet d’extraire des éléments de signification par recoupement, repérage de récurrences à l’intérieur de ce récit, et par sa mise en relation avec d’autres sources d’information.

13Les récits que nous avons recueillis constituent le corpus à partir duquel on peut constituer une arborescence imaginaire (et d’imaginaires) autour d’un lieu particulier : le Cirque-Théâtre d’Elbeuf.

14L’analyse des entretiens se trouve considérablement améliorée par l’utilisation d’outils informatiques comme, par exemple, le module de traitement des textes et entretiens du logiciel Modalisa®. Ceux-ci raccourcissent les phases laborieuses du découpage textuel et limitent les biais interprétatifs potentiels par la systématisation permise.

15Commencer par une analyse lexicale fait ressortir les racines sémantiques, support des thèmes effectivement présents dans les entretiens analysés (intra et inter entretiens). Elle permet de les faire tous apparaître et, ainsi, de ne pas en laisser implicitement de côté. Mais celle-ci ne saurait être suffisante et se prolonge par une analyse thématique « classique » découpant les textes (les « bandelettes ») où se discerne l’avantage propre à l’outil logiciel : dénombrement des thèmes bien sûr, mais surtout regroupement automatique de tous les morceaux de textes traitant d’une même thématique (déconstruction textuelle), séquentialisation intra-textuelle (ou comment, à l’intérieur d’un même entretien, s’enchaînent les thèmes, ce qui autorise la comparaison des logiques argumentatives développées), contextualisation (dans l’ensemble des entretiens, quels sont les thèmes préférentiellement évoqués avant et après une thématique donnée). Il est bien évidemment rapide et facile d’obtenir une liste d’entretiens où un thème particulier est présent et, en croisant des variables préalablement définies, dire « qui dit quoi et où » ou « qu’est-ce qui est dit par qui ».

16Ainsi, contrairement à certaines analyses automatiques du discours, le chercheur garde en main toutes les conditions d’émergence de son interprétation sociologique.

Présentation d’écrans du logiciel Modalisa®

Présentation d’écrans du logiciel Modalisa®

Présentation des enquêtés

17De par la nature de ce travail, qui a consisté à satisfaire une commande du Cirque-Théâtre, notre approche du terrain a quelque peu différé d’une démarche sociologique académique, notamment dans le choix des enquêtés et le nombre d’entretiens réalisés. Dans ce cadre bien particulier, le chercheur se positionne essentiellement comme un exécutant (un exécutant « expert », qui conseille ses interlocuteurs). Ainsi, les enquêtés avaient préalablement été choisis et contactés par l’équipe du Cirque-Théâtre. Il nous restait les phases (parfois délicates) de présentation, de prise de rendez-vous et de réalisation des entretiens. Une vingtaine de personnes avaient été rencontrées, ayant eu différentes expériences dans ce lieu et recouvrant un panel assez vaste de spectateurs/artistes/sportifs/institutionnels de tous horizons et de tous âges.

  • 8 Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 44.

18Au final, douze entretiens semi-directifs réalisés avec quatorze interlocuteurs ont pu être rassemblés et présentés dans cet ouvrage. Si le nombre d’entretiens peut paraître peu élevé et insuffisamment’« représentatif », il nous a semblé, avec l’analyse menée par la suite, que ces discours, très différents les uns des autres étaient d’une richesse considérable. Et si la réalisation d’autres entretiens aurait sans doute été bénéfique, le fruit de ces rencontres a fait que chaque récit venait compléter notre regard et notre compréhension. Un artiste de trente ans, une personne âgée et un ancien adjoint au maire ne disent évidemment pas la même chose, de par des expériences du lieu différentes, des trajectoires de vie multiples. Rappelons d’ailleurs avec Jean-Claude Kaufmann que dans les démarches qualitatives, l’essentiel est de « bien choisir ses informateurs »8 (même si pour nous, cela n’a pas forcément été le cas !), car là, ce ne sont pas les caractéristiques de la personne qui expliquent, mais c’est l’histoire de l’individu qui permet de comprendre.

19C’est par ces « acteurs » du Cirque-Théâtre, ceux qui ont fait sa vie, en créant, en assistant à des spectacles ou des matchs de boxe, en travaillant à sa réhabilitation, que nous pouvons aujourd’hui mieux comprendre son présent, un présent riche d’un passé mouvementé, marqué par l’histoire d’une agglomération.

20La liste de nos interlocuteurs a été organisée en fonction de leurs « rôles » et de leurs liens avec le Cirque-Théâtre, et nous les présentons en trois groupes qui parfois s’interpénètrent : les artistes, les spectateurs et les divers professionnels qui l’ont fait vivre.

Les artistes

21Carmino d’Angelo.- Grand compositeur de musiques de cirque, Carmino d’Angelo a dirigé durant de nombreuses années des orchestres sous les chapiteaux de plusieurs cirques traditionnels.

22Italo Medini.-Artiste de cirque, membre de la famille Carlo Medini, Italo Medini a joué dans de nombreux spectacles entre les années 30 et 70.

23Mickaël Mercadier (acrobate, porteur), Vincent Gomez (acrobate, voltigeur, danseur), Jambenoix Mollet (jongleur).-Tous trois artistes au sein de la compagnie Anomalie, ils sortent du Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne en 1995. Grâce à une convention avec la ville d’Elbeuf, Anomalie a utilisé le Cirque-Théâtre comme lieu de résidence artistique entre 1996 et 2000. C’est là que fut créé le deuxième spectacle de la compagnie : 33 tours de piste.

Les spectateurs

24Madeleine Cardin.- Aujourd’hui retraitée, anciennement secrétaire à l’Usine Blin d’Elbeuf puis dans une entreprise de produits chimiques à Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Madeleine Gardin a connu le Cirque-Théâtre dès les années 30. Ses souvenirs couvrent différentes époques : cirque, spectacles et catch avant-guerre, puis cinéma dans les années 40 et 50.

25Simone Levaique.- Née dans les années 20, Simone Levaique, enfant, se rendait à pied de Saint-Aubin-lèsElbeuf au Cirque-Théâtre en compagnie de sa grand-mère pour voir les clowns et les animaux. Plus tard, avec son père et son mari, elle y verra Bourvil sur scène et assistera à des séances de cinéma.

26Marcel Morin.- A l’adolescence, Marcel Morin était un spectateur aguerri du Cirque-Théâtre où il se rendait tous les dimanches avec ses copains. Il garde de cette époque des souvenirs émus. Un jour de 1937, il y vit « L’homme invisible »... Une autre fois, il y vit tourner un petit avion supportant des trapézistes !

27Annick Crenn et Robert Julien.- Habitant l’agglomération elbeuvienne depuis longtemps, Annick Crenn et Robert Julien ont été spectateurs du Cirque-Théâtre durant de nombreuses années. A eux deux, ils ont connu toutes les transformations du Cirque-Théâtre entre les années 30 et 60 : des spectacles d’avant-guerre, au cinéma, en passant par les combats de boxe, et l’ambiance du foyer-bar ou de la foire Saint-Gilles voisine. Ils sont membres de l’Association Culture et Loisir « Patrimoine » de Saint-Pierre-lès-Elbeuf.

28Pierre Largesse.- Président de la société de l’Histoire d’Elbeuf et figure locale, Pierre Largesse est l’auteur de nombreux ouvrages retraçant le passé de la cité elbeuvienne. Ses premiers souvenirs du Cirque-Théâtre d’Elbeuf remontent aux années 30.

Les professionnels « de l’ombre »

29Guy Godefroy.- Responsable du Service Culturel de la ville d’Elbeuf de 1978 à 1986, Guy Godefroy a participé à la revalorisation du bâtiment à l’époque des premiers projets de réhabilitation. Il est l’auteur de nombreuses photos (fonds du service des archives d’Elbeuf) réalisées lors de la « mise à nu » du lieu dans les années 80.

30Roland Marie.- Chausseur de métier, installé à Louviers puis Elbeuf, Roland Marie a aussi parcouru la France et les « cirques en dur » comme speaker national de boxe à partir des années 30. A cette époque « héroïque », il a connu les chaudes soirées où le public du Cirque-Théâtre d’Elbeuf s’enflammait autour du ring lors de matchs qu’il a commentés.

31Mohand Naït-Amer.- Technicien du spectacle, Mohand Naït-Amer a collaboré avec le service culturel puis l’Office d’Action Culturelle de la ville d’Elbeuf à partir des années 80. Il a participé à la « mise à nu » de l’intérieur du Cirque-Théâtre ainsi qu’à l’équipement ponctuel du lieu pour des pièces de théâtre et des concerts dans les années 80 et 90.

Notes

1 Barthes R., op. cit., p. 98.

2 Balandier G., « Préface », in Franco Ferrarotti, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Méridiens, 1983, p. 8.

3 Kaufmann, J.-C., Premier matin, Paris, Armand Colin, 2002, p. 242.

4 Urbain J.-D., op. cit., p. 17.

5 Devereux G., De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1980.

6 Blanchet A., Gotman A., L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992, p. 70.

7 Bertaux D., Les récits de vie, Paris, Nathan, 2001 [1997], p. 8.

8 Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 44.

Table des illustrations

Titre Présentation d’écrans du logiciel Modalisa®
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6688/img-1.jpg
Fichier image/, 54k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6688/img-2.jpg
Fichier image/, 189k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540