Version classiqueVersion mobile

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Première partie : Des sociologues sur la piste du Cirque-Théâtres

La genèse du projet

Texte intégral

Le Cirque-Théâtre en quelques dates

1Faire de plus d’un siècle d’histoire du Cirque-Théâtre un résumé en quelques pages a pour intention de rappeler modestement à ceux qui l’ignoreraient, l’articulation étroite de ce lieu avec le développement socioéconomique de la ville d’Elbeuf et de son agglomération.

Le temps du travail et de l’industrie florissante

  • 1 Becchia A., La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, PUR, 2000.

2Depuis le XVIe siècle, l’évolution de la ville est marquée par le poids grandissant de la production textile1. En 1667, Colbert crée la Manufacture Royale du Drap d’Elbeuf, s’appuyant pour cela sur les différents manufacturiers des communes environnantes. A partir du XVIIe siècle, la production va croître de manière considérable. En 1830, une « nouveauté » (des étoffes tissées) va faire entrer Elbeuf dans sa période faste, période qui durera jusqu’au Second Empire.

3Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, alors que la crise cotonnière touche depuis quelques années l’industrie textile, les industriels elbeuviens s’engagent sur le marché de la laine. Néanmoins, les difficultés persistent, jusqu’à l’arrivée de manufacturiers alsaciens, comme Blin et Blin. Suite au traité de Francfort, signé en 1871 et cédant l’Alsace Lorraine à la Prusse, ces industriels et ouvriers, juifs ou protestants pour la plupart, étaient venus s’installer à Elbeuf pour des raisons politiques, économiques ou religieuses. Ils vont alors donner, vers 1890, une autre impulsion à la production d’Elbeuf : innovations architecturales (avec les « usines intégrées » de Blin et Blin, rassemblant toutes les étapes de la fabrication), mais aussi innovations textiles (avec de nouvelles matières). Les Alsaciens vont prospérer en cette fin de siècle. Toutefois, le déclin du textile à Elbeuf est déjà amorcé.

Le temps des loisirs populaires

4Au XIXe siècle, plusieurs constructions en bois, permettant d’accueillir des productions artistiques avaient été réalisées. Le cirque était alors un spectacle à la mode et c’est presque naturellement que la ville, alors en plein dynamisme économique, a inauguré le 1er septembre 1892 son Cirque-Théâtre. Il pouvait accueillir 2 200 personnes autour d’une piste de 13,5 mètres de diamètre, à laquelle s’ajoute une scène à l’italienne de 14,5 mètres d’ouverture et 11,5 mètres de profondeur. Les travaux ont été financés par la Société Nouvelle du Cirque-Théâtre Elbeuvien, comptant parmi ses principaux actionnaires les architectes Laquerrière & Fils ainsi qu’Emile Courte-heuse, directeur de la compagnie elbeuvienne d’éclairage par le gaz.

5Le lieu apparaît alors comme le symbole du prestige de la ville et de son industrie textile, révélant une période florissante pour les associations et les loisirs. Construit à l’initiative d’un industriel de Saint-Aubin-lès-Elbeuf monsieur Blanchet, présenté comme une construction éphémère, le Cirque-Théâtre traversera le XXe siècle, témoin des transformations de la ville, de son industrie et de ses loisirs. La Société Nouvelle cède en 1912 le bail du Cirque-Théâtre à la Société Omnia du Cinéma Montmartre et Extension. Devenue propriétaire en 1926, l’Omnia confie la gérance du lieu à Clément Leroy. C’est le temps des matchs de boxe et de catch. En 1942, le Cirque-Théâtre est transformé et devient le cinéma Eden, suite à l’incendie de 1941 qui avait dévasté le cinéma de la rue de la Barrière. La coupole du Cirque est masquée par l’ajout d’un faux plafond. Une partie des gradins et la cage de scène sont murés. L’Eden peut accueillir 1 200 spectateurs. En 1957, la ville achète le bâtiment et transforme une partie des locaux en salle de gymnastique et bourse du travail (devenue par la suite locaux des syndicats du personnel municipal).

6En 1963, le cinéma ferme et le Cirque-Théâtre redevient lieu de spectacles divers, mais de plus en plus ponctuels (pièces de théâtre, concerts...), jusqu’en 1995, lorsqu’une commission de sécurité interdit l’accès à la salle qui n’est plus aux normes.

7A l’image de la lente dégradation du lieu, l’industrie textile à Elbeuf s’est peu à peu effondrée. Après la première guerre mondiale, les usines vont s’arrêter les unes à la suite des autres. En 1975, celles de Blin et Blin ferment leurs portes.

Réhabilitation et renaissance

8Aujourd’hui, l’envie est forte de faire lien avec ce passé glorieux non seulement industriel, mais aussi culturel. C’est ainsi que sont réhabilitées les anciennes friches industrielles, devenues patrimoine architectural. Portée par ce même dynamisme, la rénovation du Cirque-Théâtre va permettre d’accueillir à nouveau artistes et spectateurs.

9Dès 1977, la municipalité et l’agglomération d’Elbeuf annoncent la réhabilitation du Cirque-Théâtre. L’Office d’Action Culturelle (OAC), afin de conserver l’esprit du lieu présent dans la mémoire des Elbeuviens, programme des spectacles dans les salles de l’agglomération ou sur le Champ de Foire. Des compagnies y viennent également en résidence, comme la compagnie Anomalie, de 1996 à 1999.

10Depuis 1998, le Cirque-Théâtre est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques. Le 19 juin 2000 est née l’association « Cirque-Théâtre d’Elbeuf », association relayant l’action jusqu’alors menée par l’OAC. L’association « Cirque-Théâtre d’Elbeuf », devenue Pôle Régional des Arts du Cirque, va permettre au bâtiment de renaître au cirque, plus d’un siècle après sa construction.

11Le rappel de ces quelques dates clés pose le cadre où s’origine la mémoire vivante et collective du CirqueThéâtre. En saisissant des vécus, sensibles, affectifs, nous pourrons dès lors appréhender ce lieu et ses transformations « au plus près ». Comment, au-delà de cette histoire « linéaire » et chronologique, marque-t-il encore, de-ci de-là, les imaginaires, les mémoires, les vies de ceux qui l’ont fréquenté ?

12Précisons qu’il ne s’agit pas pour le sociologue de retrouver ou rétablir l’Histoire – « la vraie » – de ce lieu, mais bien de comprendre comment un lieu crée du lien social, participe à la création ou au maintien d’une identité collective. Nous utiliserons alors ces « petites histoires du Cirque-Théâtre » comme autant d’indices nous mettant sur la voie d’une histoire plurielle et complexe.

La commande

13Le projet de réhabilitation du Cirque-Théâtre ayant aujourd’hui trouvé l’énergie et le soutien nécessaires à sa concrétisation, différents appels d’offre sont lancés en 2002. L’Atelier Architecture et Développement a été chargé de la rénovation du lieu pour une réouverture fin 2005.

14Afin que ces travaux n’isolent pas le lieu de son public, l’association « Cirque-Théâtre d’Elbeuf » a manifesté le désir de le maintenir toujours en lien avec ce qu’il a pu représenter dans la mémoire des habitants de la ville d’Elbeuf.

15Si le projet a trouvé une issue favorable, il le doit à la combinaison de plusieurs facteurs : la reconnaissance du Cirque-Théâtre comme élément d’un patrimoine unique en Fiance ; le développement depuis plusieurs années d’une programmation « Cirque » à Elbeuf ; l’intérêt croissant des pouvoirs publics, en particulier du ministère de la Culture, pour les arts du cirque ; l’inscription du projet au contrat de plan Etat-Région ; la volonté des élus locaux de faire aboutir le dossier ; enfin, élément déterminant, l’élaboration d’un projet artistique et culturel sur le long terme consacré aux arts du cirque à partir duquel est née l’association « Cirque-Théâtre d’Elbeuf ».

16A la fin de l’année 2001, l’association « Cirque-Théâtre d’Elbeuf », sous la houlette de Jacques Lescuyer (directeur de projets artistiques) et d’Hélène Cadiou (chargée de la communication), a contacté l’Université de Rouen, et en particulier l’équipe du DESS « Projets culturels » et le laboratoire de la Faculté des Sciences du Sport, le CETAPS (Centre d’Etudes des Transformations des Activités Physiques et Sportives). La commande initiale a pris la forme suivante :

Projet « Mémoire vivante du Cirque-Théâtre »
Commande :
Constituer une mémoire vivante du Cirque-Théâtre d’Elbeuf et du Champ de Foire attenant, dans T objectif de soumettre ce matériau à des artistes qui le traiteraient ou s’en inspireraient pour élaborer des formes artistiques, des expositions...
Objet :
Recueillir sous forme de récits de vie ou récits de fragments de vie, des éléments vécus de l’histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf – tour à tour, cirque, lieu de débat politique, cinéma, auprès de personnes ayant été témoins de cette histoire, directement, en tout ou partie, ou indirectement au travers de la mémoire familiale.
Démarche :
Entretien de type semi-directif guidé par quelques questions ouvertes.
Technique d’accompagnement de la parole : écoute, reformulation, soutien.
Modalité :
Enregistrement magnétophone, éventuellement vidéo.

  • 2 Extrait du projet « Pôle de recherche en Sciences Humaines et Sociales – Maisons de la Recherche de (...)

17D’autre part, parallèlement à cette commande, l’Université a manifesté son désir de construire des savoirs sur le patrimoine régional. C’est ainsi qu’un programme intitulé « Patrimoine Identité Culture » a vu le jour et qu’il a été possible d’y intégrer cette étude. Le projet ambitionne de développer des recherches relatives à la valorisation du patrimoine culturel régional. Il consiste à « comprendre comment les identités se construisent par les pratiques culturelles et par les usages des biens patrimoniaux »2.

18C’est dans ce cadre, rassemblant 18 équipes de recherche du secteur Sciences Humaines et Sociales, dont deux unités associées au CNRS, que s’inscrit le travail réalisé par le CETAPS sur la mémoire vivante du Cirque-Théâtre d’Elbeuf. En effet, les pratiques circassiennes peuvent être rapportées à des usages du corps éminemment culturels et nous tentons de repérer comment s’élabore, à partir d’une expérience corporelle ou artistique mise en commun, une vision du monde. Travailler sur la mémoire vivante du Cirque-Théâtre d’Elbeuf a été l’occasion de travailler ensemble les notions de « Patrimoine », d’« Identité » et de « Culture », et de questionner l’identité circassienne régionale. Pour cela, le recueil de récits de vie fait converger des données sur le lieu et sa place dans la mémoire collective. Cet espace hautement symbolique, en cours de réhabilitation, articule expérience collective, identité régionale et pratiques circassiennes. D’autre part, le patrimoine culturel lié aux pratiques corporelles étant par nature éphémère, il nous a semblé intéressant de commencer ici la constitution d’un fonds d’archives inédit, de documents (textuels, vidéographiques, iconographiques, etc.) sur le cirque en Haute-Normandie.

L’évolution du projet

19Pour mener à bien la commande, des réunions de travail ont été organisées et une équipe de recherche s’est constituée. Nous avons d’abord rencontré les responsables de l’équipe du Cirque-Théâtre. Une deuxième réunion a été l’occasion de prendre contact avec Marie Sanchez, Conservateur des archives de la ville d’Elbeuf. Une pré-sélection des personnes qui semblaient incontournables pour constituer la mémoire du lieu avait été réalisée, rassemblant artistes, spectateurs et institutionnels du Cirque-Théâtre. La façon de mener les entretiens, la prise de contact avec les enquêtés et le lieu de réalisation des entretiens (d’Elbeuf au Mans, dans le Cirque-Théâtre ou chez nos enquêtés) étaient, par contre, laissés à l’initiative des équipes de recherche.

20Ont été sollicités une dizaine d’étudiants de DESS et deux enseignants, ainsi que cinq étudiants STAPS et une enseignante. Dans l’évolution des choses, l’équipe du DESS s’est trouvée réduite et le plus large investissement du CETAPS a certainement donné une autre « couleur » à ce projet, de par les affinités de ses membres avec le terrain circassien.

21Au-delà de la commande, une fois cette mémoire rendue palpable grâce au recueil des discours, le désir est né d’aller au-delà de la compilation des mots et d’offrir une présentation plus empathique de notre démarche visant à rendre compte de la richesse de ce terrain. C’est aussi plus simplement une façon de remercier tous ceux qui ont fait la vie du Cirque-Théâtre.

22De la mise en lien de ces textes émergent du sens et des petites histoires qui, comme la grande Histoire, font trace.

Notes

1 Becchia A., La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, PUR, 2000.

2 Extrait du projet « Pôle de recherche en Sciences Humaines et Sociales – Maisons de la Recherche de Rouen et du Havre, Demande de financement dans le cadre du contrat de plan Etat-Région 2000-2006.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search