Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Petite histoire du Cirque-Théâtre d’Elbeuf

 | 
Magali Sizorn
, 
Betty Lefèvre

Préface

Jacques Lescuyer y Betty Lefèvre

Texto completo

La réhabilitation du Cirque-Théâtre

1Le cirque, domaine chargé d’Histoire et évocateur de tout un imaginaire sensible et sociétal, a longtemps été cantonné dans l’espace du divertissement.

2Rattaché en 1979 au Ministère de la Culture, reconnu plus récemment en tant qu’arts de la piste, il s’est vu enfin réhabilité au rang des arts majeurs. En pleine effervescence créatrice et innovante, tout particulièrement en France, au croisement du théâtre, de la danse, des musiques, voire des arts plastiques, réinterrogeant ces derniers, les arts circassiens « se donnent » à l’appréciation et l’appropriation du large public, sur la piste des chapiteaux comme sur les scènes de théâtre.

3L’association « Cirque-Théâtre d’Elbeuf », créée fin 2000, a pour mission d’accompagner ce formidable élan artistique national, auprès des publics de l’agglomération elbeuvienne et plus largement de la région hautnormande. Ce projet de développement des arts du cirque, initié par la Ville d’Elbeuf et rejoint par les autres partenaires publics, la Communauté d’Agglomération Elbeuf Boucle de Seine, le Conseil Régional de HauteNormandie, le Ministère - DRAC de Haute-Normandie, ainsi que les Conseils Généraux de la Seine-Maritime et de l’Eure, justifie et donne corps à la réhabilitation d’un patrimoine architectural unique en France, le CirqueThéâtre. Celui-ci, doté simultanément d’une piste et d’une scène à l’italienne (de mimodrame), voit ses travaux débuter au printemps 2004 en vue d’une réouverture prochaine.

4Ce lieu imprégné de l’Histoire collective et d’histoires individuelles, fruit des rencontres entre artistes, sportifs, parfois politiques et publics, nous a tout naturellement conduit à mener un projet lié à la mémoire, relatant depuis son origine en 1892 les liens entre les habitants du territoire et ce bâtiment, tour à tour cirque, salle de spectacles multiformes, cinéma, et depuis sa fermeture au public en 1995, lieu de répétitions des artistes. Deux années de travail ont été consacrées à la collecte de documents sonores et visuels par une équipe d’étudiants menée sous la houlette de Betty Lefèvre et Robert Weil, deux enseignants de l’Université de Rouen. Ce travail constitue l’un des précieux maillons de la chaîne permettant d’unir le passé et l’avenir du lieu, d’en faire voyager l’âme à travers un héritage de témoignages, d’émotions vécues et transmis par des femmes et des hommes d’âges et d’époques différentes vers une histoire nouvelle à inventer et à vivre ensemble.

5Je tiens à remercier cette équipe pour la ténacité et l’enthousiasme avec laquelle elle a mené ce projet et pour leur contribution à mieux faire connaître ce qui a fait et continuera de faire vibrer le coeur des citoyens, spectateurs et acteurs de leur propre histoire. En effet, la réhabilitation du Cirque-Théâtre comme espace magique permettra à nouveau d’offrir et de partager ce moment unique de rencontre entre une oeuvre, des artistes et le public.

Le Cirque-Théâtre comme objet de recherche

6Etudier un espace comme le Cirque-Théâtre d’Elbeuf, est une entreprise de longue haleine à laquelle historiens et érudits ont déjà apporté leurs concours.

7D’emblée, il est important de souligner que ce texte n’a pas prétention à faire une analyse historique de ce patrimoine culturel mais répond à l’intention de rendre compte de moments de vie ordinaires inscrits sous ce « chapiteau » elbeuvien et de sa présence vivante « ici et maintenant » dans l’imaginaire collectif. En cela, le projet de ce livre témoigne du souci de faire converger « le génie d’un lieu » et le vécu d’une population, c’est-à-dire qu’il s’agit moins de montrer le Cirque-Théâtre tel qu’il est ou a été, mais tel qu’il fait trace pour ceux qui l’ont habité et/ou fréquenté.

8Donner à penser ces relations souterraines, ou tout au moins obscures, entre une configuration spatiale et ces multiples façons qu’ont les hommes de rendre sa fréquentation signifiante, constitue un savoir de type anthropologique. Discipline empirique, l’anthropologie partage avec l’ethnologie, ou la sociologie compréhensive, un même regard, une même méthode afin de rendre visibles

  • 1 Adam J.-M., Borel M.-J., Calame C., Kilani M., Le discours anthropologique. Description, narration, (...)

« les hommes dans leurs actions signifiantes, leurs travaux et leurs jours, leurs heurs et malheurs, leurs discours. »1

9En effet, outre le partage d’une mémoire vivante sur le Cirque-Théâtre d’Elbeuf, cet ouvrage a pour objectif de présenter une expérience de terrain en acte. De la pratique empirique à l’écriture, l’enquête ethnologique focalise les inquiétudes de nombreux étudiants : l’observation, les entretiens, l’interprétation des résultats, sont des procédures à la fois difficiles et peu employées, parce que jugées trop « subjectives », voire « littéraires ». Pour autant, elles n’en demeurent pas moins un formidable outil d’exploration des formes de sociabilité et de compréhension de nos visions du monde. Bien sûr, ce travail ne représente en rien un modèle d’enquête, tant il est vrai que chaque objet d’étude justifie d’un usage spécifique de la méthode ; mais il se voudrait comme le témoignage « dédramatisé » de l’aventure de proximité qu’initie toute recherche sur notre « être ensemble ».

  • 2 Barthes R., Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984 [1972].

10Sans doute l’homo scientificus de base s’inquiétera de la fantaisie du propos (un sujet de recherche sur le cirque ?), du sérieux de la démonstration (l’interprétation des entretiens construit-elle de l’objectivité ?), de la véracité des résultats (est-elle possible en s’attachant au singulier et au sensible ?). Mais est-il besoin de rappeler que ces interrogations épistémologiques récurrentes participent du processus de conscientisation de la construction des savoirs, des savoirs toujours soumis à la médiation du langage, savoirs écrits, parlés, racontés, récités, qui nécessitent l’écoute de ce que Roland Barthes appelle « le bruissement de la langue »2.

Notas

1 Adam J.-M., Borel M.-J., Calame C., Kilani M., Le discours anthropologique. Description, narration, savoir, Lausanne, Payot, 1995, p. 12.

2 Barthes R., Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984 [1972].

Autores

Directeur du « Cirque-Théâtre d’Elbeuf » Centre régional des arts du cirque (Haute-Normandie)

Professeur des Universités

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540