Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Conclusion

Texte intégral

  • 1 AMH AA8, p. 14

1Comme le disait en 1532, Jean le Sueur, conseiller du roi au Parlement de Normandie installé à Rouen, le roi « mû de grand zèle et affection qu’il a pour son royaume et chose publique d’icelui et mêmement de son pays de Normandie contigu de la mer, [...] avait à grands et somptueux frais fait construire et bâtir ladite ville et havre de Grasse et icelle ville nommée et voulu être à perpétuité décorée de son nom, c'est à savoir la Ville Françoise comme ayant été par lui et de son temps commencée, construite, fondée et édifiée en lieu presque inhabitable et maresqueux [marécageux] et dedans la mer1 ». À cette date, en effet, la ville avait atteint une étape importante dans son développement et il n’est pas inutile, à l’issue de cette étude, de récapituler les principaux événements qui se sont produits au cours des quinze premières années de son existence.

Plan du Havre en 1563, par Hiéronimus Cock

2La tâche principale confiée aux responsables du chantier consistait à faire une tranchée dans la langue de terrain qui séparait la crique de Grasse de la mer. Les travaux commencèrent presque immédiatement après la visite sur le terrain des autorités administratives et professionnelles de la région. Le 9 mars 1517, le premier coup de pioche était donné et les responsables du chantier espéraient le mener à bien en utilisant le travail forcé des corvéables encadrés par des ouvriers spécialisés salariés. Les choses ne se passèrent pas aussi bien que prévu. Très vite, Guyon le Roy et ses collaborateurs comprirent qu'il leur faudrait employer des « gens soudoyés ». Une première expérience eut lieu pendant la courte semaine de Pâques. Après une semaine de réorganisation et de préparation, il fallut se résoudre à faire appel à de nombreux salariés, voire même à payer les corvéables qui restaient sur le chantier et qui furent obligés de venir y travailler jusqu’à la fin du mois d’août.

3L’impréparation dans le recrutement de la main-d’oeuvre, même si on avait fait venir des spécialistes bretons, se retrouve également dans le déroulement du travail. Dès le mois de mai, la tranchée fut envahie par les eaux et il fallut faire usage de pompes de bonne qualité et travailler sept jours sur sept et même la nuit, pour empêcher que le travail des manoeuvres et pionniers ne fût perdu. À la fin de la première campagne de creusement, la tranchée était encore peu avancée alors que le roi et ses collaborateurs avaient cherché à se persuader que tout serait déjà fini.

4Les maçons avaient profité du travail des pionniers pour faire creuser les fondations de la tour qu’ils s’étaient engagés à construire. Celle-ci n’était pas encore sortie de terre. Seuls les murs du sous-sol étaient édifiés ainsi que l’escalier à vis et une cloison. Pendant l’arrêt hivernal, la construction de la tour fut poursuivie et, en mars 1518, la partie souterraine était désormais fermée par une voûte, tandis que le rez-de-chaussée avait commencé à s’élever. Les maçons commencèrent aussi à construire les jetées le long du fossé, mais comme celui-ci était encore peu profond, ils ne s’occupèrent que du « côté d’aval ».

5Quand les travaux de creusement reprirent en mars 1518, les effectifs de pionniers et manoeuvres étaient égaux à ceux des salariés et des corvéables de l’année précédente, mais ils augmentèrent très rapidement. L’encadrement, composé surtout de Bretons, et l’organisation rigoureuse du travail en équipes permirent de faire avancer efficacement le travail. La tranchée fut creusée sur toute la surface prévue. La lutte contre les eaux devint efficace, notamment grâce à l’utilisation de toiles épaisses et imperméables qui limitaient les infiltrations par le sol. On travaillait encore les jours fériés et la nuit, mais cela était devenu moins nécessaire. Bien qu’elle ne fût pas entièrement terminée, les maçons abandonnèrent la construction de la tour après le mois de juillet et, tandis que certains construisaient une canalisation pour amener l’eau dans la ville et surtout dans la tour, les autres ne s’affairaient plus qu’aux quais et aux murets qui entouraient le bassin, ainsi qu'aux jetées qui s’avançaient dans la mer. Pour la première fois, des travaux eurent lieu sur la partie amont de la tranchée, dans la direction de Harfleur.

6À la fin de cette deuxième campagne, les responsables pouvaient être satisfaits des résultats obtenus. La mise en place d’un batardeau destinée à empêcher l’eau de la crique de pénétrer dans la tranchée prouve que celle-ci n’était pas encore achevée La passe n’était toujours pas encore praticable et il fallut utiliser l’ancien chenal pour mettre à l’abri dans le futur port, la nef L’Hermine qui n’était pas tout à fait terminée et dont le tirant d’eau était limité.

7En mars 1519, les travaux reprirent pour approfondir le chenal. Désormais, les méthodes de travail et d’organisation du chantier étaient bien maîtrisées et les résultats répondirent aux attentes des autorités. À la fin de la campagne, le percement était complètement terminé mais, contrairement à ce qu’on avait espéré, les courants marins amenaient ici aussi des sédiments qui risquaient d’y provoquer les mêmes problèmes d’envasement qu’à Harfleur. C’est pourquoi, on décida d’utiliser la passe de l’Eure pour faire une chasse que l’on appelait la barre. Le travail était assez semblable à celui que l’on avait exécuté précédemment pour le port et on fit appel aux mêmes maçons et, en général, aux mêmes maîtres pionniers.

8Dès lors que la maçonnerie du chenal était achevée, les maçons purent reprendre, au cours de l’hiver et au printemps de 1520, la construction de la tour dont la partie supérieure fut modifiée. Le roi se rendit alors sur place pour voir comment l’argent qu’il avait accepté de dépenser à grand frais avait été utilisé. Il fut pleinement satisfait et constata que, comme il l’avait souhaité, le nouveau port pouvait servir aussi bien au commerce qu’aux entreprises militaires. Le lieu, désert trois ans plus tôt, commençait à se peupler mais cela ne paraissait pas suffisant et François 1er estima nécessaire de renforcer et d’améliorer les privilèges qu’il avait accepté d’offrir à ceux qui viendraient s’installer dans sa nouvelle « ville et forteresse ». Ces mesures furent assez efficaces et, effectivement, à partir de 1521, les fournisseurs du chantier furent de plus en plus souvent des Havrais. Dans ces conditions, l’accroissement de la population semblait devoir se poursuivre à un rythme rapide.

  • 2 Ph. HAMON, op. cit., chap. II, note 8, p. 257-260.

9L’élan fut brisé par la peste qui ravagea la Normandie cette année-là et la suivante. La réorganisation des finances royales réduisit les sommes disponibles pour continuer les travaux qui s’interrompirent totalement à la fin du mois de mai 15222. Les ouvriers s’en allèrent et il fut difficile de les faire revenir. Pendant les deux années suivantes, les travaux restés inachevés furent poursuivis à un rythme plus lent avec des effectifs moins nombreux. La barre fut certes achevée pendant l’été 1523, mais la tour ne fut pas terminée comme le prévoyait le devis. On ne fit pas de voûte à ce qui aurait dû être le premier étage. On se contenta d'y poser une terrasse pavée sur laquelle on installerait de l’artillerie et un fanal pour guider les bateaux. Comme les frais avaient été déjà très élevés et que l’on avait de plus en plus de mal à trouver des fonds, la construction de la seconde tour fut abandonnée et on renforça la défense de l’entrée du port en construisant sur la jetée d'aval, dans le prolongement de l’unique tour, un avant-mur derrière lequel on pourrait placer des pièces d’artillerie.

10L’année 1524 fut assez néfaste pour la ville puisque le seigneur de Graville réussit à déposséder Guyon le Roy de l’acquisition de vingt-quatre acres de terre situées autour du nouveau bassin, qu’il avait faite sept ans plus tôt. La ville redevenait en partie une seigneurie féodale. Le pouvoir du roi et de ses représentants y était limité. Cette situation nouvelle, ajoutée aux difficultés militaires et politiques de François 1er, mit un coup d’arrêt aux travaux.

  • 3 É. de FRÉVILLE, op. cit., chap. I, note 15, p. 408. BN Doat, vol. 117, fol. 206v.

11Pourtant, la mort du seigneur de Graville et la minorité de son fils François permirent au roi de reprendre une grande part de son autorité. En mai 1527, le produit de la taxe de tiers et danger qu’il accorda à la veuve de Louis de Vendôme et à son héritier annonçait leur future expropriation. Dès 1530, les représentants du roi au Havre faisaient rédiger le devis de la seconde tour qui devait fermer l’entrée du port. Toutefois, il n’était plus question de dépenser des sommes aussi importantes qu’entre 1517 et 1520. En 1527, le général de Finances Jacques de Beaune avait été pendu pour malversation et l’année suivante, c’était le trésorier de la marine Michel Menant qui était condamné à rembourser 6 000 livres qu’il aurait détournées. Dans le réquisitoire dressé contre Jacques de Beaune, on affirma que le chantier du Havre avait coûté 400 000 livres et que le quart de cette somme avait été détourné3. Le climat général dans le monde des finances n’encourageait pas les responsables locaux à prendre des risques. C’est pourquoi, comme la première adjudication des travaux de construction de la seconde tour du port n’avait pas permis d’en faire descendre le prix à un niveau acceptable, le lancement des travaux fut suspendu jusqu’à la venue du roi au Havre, au début de l’année 1532. Le nouveau chantier fut alors adjugé à tâche à Michel Férey qui avait déjà édifié la première tour. Dans le même temps, des travaux à la barre et la reconstruction de l’unique pont de la ville étaient exécutés aux frais du roi. En outre, les privilèges fiscaux des Havrais étaient renforcés et le commerce encouragé par la suppression de la prévôté de l’Eure.

  • 4 BN MF 26126 [1831] et BN PO Dossier 47245, Moy, [42].

12Les travaux suivants furent apparemment limités. En 1537, une seconde barre était en construction et on y installait des quais appelés jetées. La tâche était encore une fois confiée à Michel Férey qui mourut entre août et novembre. Les pierres employées étaient celles qui avaient été le plus souvent employées au cours des travaux antérieurs, puisqu’elles venaient du Val-des-Leux et de Vernon. On le voit, Michel Férey suivait toujours les méthodes qui étaient les siennes une vingtaine d’années plus tôt4.

  • 5 Le nom Bellarmato est utilisé au Havre, mais les sources italiennes disent Bellarmati. Voir René H (...)
  • 6 BORÉLY, op. cit., introduction, note 7, p. 501.

13Une organisation municipale, assez semblable à celle des autres villes normandes s’était mise en place, mais ses pouvoirs restaient limités. En effet, la ville était déjà officieusement dans la main du roi et la prise de possession de 1541 ne fit que confirmer cet état de fait. Elle eut néanmoins des conséquences importantes. Jusqu’alors, par bien des aspects, le port et la ville du Havre avaient été des créations de type médiéval. Les techniques employées, les institutions mises en place, l’organisation militaire et financière étaient assez proches de ce qu’elles avaient été au cours des siècles précédents. L’empirisme, l’adaptation aux circonstances, les constructions sans ordre avaient été les principales caractéristiques de ces premières années. Dès que le roi fut le maître incontesté de la ville, il y introduisit des transformations qu’il voulut marquer dans la pierre et dans l’urbanisme. Le modèle italien s’imposait alors en France. Comme l’archevêque de Rouen Georges d’Amboise qui, pour transformer son château de Gaillon, avait fait appel à des peintres et des sculpteurs italiens, François 1er fit venir au Havre, dès le 18 juin 1541, un urbaniste italien, Girolamo Bellarmato5. Celui-ci devait avoir « œil, regard et superintendance tant sur le fait des fortifications de la dite ville et havre que sur les bâtiments et édifices qui sefer[aie]nt en icelle6 ». Il avait tous les pouvoirs pour contraindre les particuliers à construire leurs maisons selon l'alignement qu’il leur donnerait et pouvait même faire abattre les maisons déjà construites mais gênantes pour l’organisation et la décoration de la cité qui devrait avoir des rues belles et larges. C’était donc une pensée totalement nouvelle que le roi imposait à sa ville. Encore peu développée, à la différence des villes dont l’origine se perdait dans la nuit des temps, Le Havre pouvait encore faire l’objet d’une reconstruction rationnelle et rigoureuse, digne du roi.

  • 7 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §2, p. 6.

14À cette date, les marécages étaient encore visibles lorsque l’on passait les portes du Havre7. Pourtant, la nouvelle ville était véritablement sortie de l’enfance et du Moyen Âge, elle entrait dans la jeunesse et la Renaissance, ce qui pour les contemporains devait être sensiblement la même chose.

Notes

1 AMH AA8, p. 14

2 Ph. HAMON, op. cit., chap. II, note 8, p. 257-260.

3 É. de FRÉVILLE, op. cit., chap. I, note 15, p. 408. BN Doat, vol. 117, fol. 206v.

4 BN MF 26126 [1831] et BN PO Dossier 47245, Moy, [42].

5 Le nom Bellarmato est utilisé au Havre, mais les sources italiennes disent Bellarmati. Voir René HERVAL, op. cit., chap. IV, note 108, p. 1.

6 BORÉLY, op. cit., introduction, note 7, p. 501.

7 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §2, p. 6.

Table des illustrations

Légende Plan du Havre en 1563, par Hiéronimus Cock
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search