Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Chapitre IV. Naissance de la ville du Havre

Texte intégral

  • 1 La création d’Aigues-Mortes par saint Louis en 1248 est apparemment la dernière initiative royale d (...)

1En faisant percer un nouveau chenal donnant un accès direct par la mer, François 1er n’avait pas forcément l’intention de créer une nouvelle ville. Le bassin, mieux équipé et moins sujet à l’envasement que ceux qui étaient utilisés auparavant, devait, en principe, servir à la ville de Harfleur. Pourtant, très vite et dans des conditions de vie particulièrement difficiles, des hommes s’installèrent à proximité du chantier et y construisirent des habitations. Dans cette évolution, le rôle de Guyon le Roy qui avait saisi immédiatement les potentialités de ce nouveau port fut sans doute essentiel. Dès lors, une fois l’impulsion donnée, la ville nouvelle, favorisée par le roi, ne pouvait que se développer et ruiner définitivement Harfleur. Or, si la naissance d’une ville nouvelle était une chose assez rare surtout depuis le XIIIe siècle1, on reprit, pour attirer la population, des méthodes qui avaient fait leurs preuves au cours de la guerre de Cent ans, lorsqu’il s’agissait d’encourager le commerce ou de faire revenir des habitants qui avaient fui. De même, les institutions urbaines se mirent en place en imitant celles des autres villes de la région.

I/ UNE SITUATION JURIDIQUE CHAOTIQUE

1/ La ville de Guyon le Roy

  • 2 AMH DD4.
  • 3 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 278-280.

2Le 6 mai 1517, alors que les travaux de percement du chenal ne faisaient que commencer, Guyon le Roy se fit céder par les paroissiens d’Ingouville, vingt-quatre acres de terre, soit environ douze hectares, situées à côté de la crique qui devait devenir un port. Le terrain était à prendre « es deux côtés du liable [...] c’est à savoir depuis les deux tours qui seront construites audit havre et des deux côtés d’icelui devers Harfleur autant que dure leur commune, jusques au fournissement des dites vingt-quatre acres2 ». L’accord, enregistré par « Étienne le Roux, écuyer, lieutenant général au siège d’Épouville, de monsieur le vicomte de Longueville et garde du scel des obligations de la vicomté de Montivilliers », fut ratifié par trente-sept personnes, uniquement des hommes, « établissant et faisant fort pour les autres paroissiens de la dite paroisse ». Parmi elles, on trouvait neuf personnes portant le patronyme de Paré (dont un prêtre) et trois celui de Trouvay, c’est-à-dire des noms très courants dans la région et que l’on retrouve fréquemment dans les listes d'ouvriers employés sur le chantier de pionnerie. Il y avait également quatre autres prêtres qui, par leur présence, attestaient de l’honnêteté de la transaction et du fait qu’elle avait été réalisée sans contrainte, même si l’autorité du vice-amiral du roi était difficile à contester3.

  • 4 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 299-300.
  • 5 Comme les rentes se vendaient généralement au denier 10 dans la région, cela signifie que ces terre (...)

3En fait, lorsqu’ils furent interrogés quelques années plus tard, à un moment où la propriété de Guyon le Roy était contestée, plusieurs habitants d’Ingouville déclarèrent que celui-ci aurait « usé de grosses et rigoureuses menaces envers eux », qu’il s’était vanté – ce qui n’était pas faux – d’avoir de bonnes relations avec le roi et qu’il « les ferait affranchir de taille », mais que, s’ils refusaient, il « leur enverrait les gens d’armes et les ferait molester4 ». Ces pressions lui permirent de ne payer, pour ces terrains, que 24 sols tournois de rente par an, c’est-à-dire un sou par acre, ce qui a été souvent décrit comme une véritable escroquerie, même si ce qu’il venait d’acquérir n’était fait que de rocailles et de marais5. En réalité, cette rente était versée par Guyon le Roy non pas réellement aux habitants d’Ingouville mais seulement « pour le bien de leur église », ce qui explique la présence de plusieurs prêtres lors de la rédaction de l’acte. Celui-ci fut lu « de mot en mot », le 24 mai suivant, par le vicaire d’Ingouville et il n’y eut évidemment aucune opposition.

  • 6 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 296-297.
  • 7 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 299.

4Le terrain appartenait en principe aux paroissiens d’Ingouville depuis si longtemps « qu’il n’était dans la mémoire d’homme du contraire ». Il leur avait été « donné et aumôné par dame Maheut Lemperière » qui avait également donné des terres, entre autres, aux habitants du Grand-Couronne, de Carville, de Languetot et d’Auberville6, sans doute pour attirer des hôtes et permettre à ceux-ci de faire paître leurs animaux en échange de redevances. Toutefois, au moment où Guyon le Roy avait acheté les terres qui bordaient le futur Havre, certains des paroissiens qu’il avait rassemblés, avaient rappelé que, comme le montrent effectivement les comptabilités, « le seigneur de Graville était le vrai propriétaire desdites communes » et que les paroissiens d’Ingouville n’« y avaient que leurs droitures de faire pâturer leurs bêtes7 ». Le vice-amiral avait repoussé l’objection en estimant que « le seigneur de Graville était bien son ami ».

  • 8 L’action du vice-amiral est très discutée. À partir d'un calcul contestable pour établir la valeur (...)

5Les habitants d’Ingouville avaient donc parfaitement conscience de la fragilité de leur droit de propriété sur ces terres, qui s’apparentait plutôt à un usufruit, et la somme que leur proposait Guyon le Roy était sans importance pour eux puisque, de toutes façons, elle ne devait servir qu’à l’entretien de l’église paroissiale. La seule véritable perte pour ces éleveurs de moutons était celle de terrains de pâturages mais il en restait alors encore beaucoup d’autres dans les environs. Par conséquent, si perte il y avait, elle restait assez minime. Par la suite, lors du procès où l’on remit en cause cette transaction, on évoqua les pressions exercées et certains paroissiens, absents au moment de la transaction, se déclarèrent en désaccord avec la vente des terrains, les « signataires » ne pouvant « se faire fort » à leur place puisqu’ils n’avaient pas été consultés. En fait, il faut comprendre qu’à cette date, les habitants d’Ingouville avaient pris conscience que la transaction de 1517 était illégale et qu’elle risquait de leur aliéner leur véritable seigneur, c’est-à-dire le seigneur de Graville. Dès lors, il était préférable d’insister sur la responsabilité du vice-amiral alors que, sur le moment, il est probable que personne n’avait eu l’impression que Guyon le Roy commettait une escroquerie8.

6L’idée d’installer des constructions autour du nouveau bassin est donc due à Guyon le Roy qui en avait tout de suite compris la nécessité et le profit potentiel. Rien ne prouve qu’il avait réellement pensé à créer une nouvelle ville. Des entrepôts, des bâtiments administratifs ou militaires lui auraient aussi permis d’accroître son pouvoir et ses revenus. Peut-être même envisageait-il seulement de revendre les terrains quand leur utilité se serait fait sentir aux représentants du roi. Pour l’instant toutefois, les terrains qu’il avait acquis étaient sans valeur et le seraient sans doute restés longtemps si une ville ne s’était pas installée dessus.

  • 9 AMH DD4. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 280-282.
  • 10 A. MARTIN, Description..., op. cit. chap.I, note 1, p. 31, estime que Guyon le Roy tint le contrat (...)

7Quoi qu’il en soit, Guyon le Roy se voulait le seigneur des terres qu’il venait d’acquérir. En octobre 1520, il rendit aveu au roi pour les vingt-quatre acres achetées deux ans et demi plus tôt. À cette date, en effet, les avantages fiscaux octroyés par le roi à la nouvelle ville permettaient de penser que celle-ci allait rapidement se développer et il était désormais utile de s’en faire reconnaître la propriété9. Le vice-amiral avait apparemment négligé volontairement les droits du seigneur de Graville qui n’avait peut-être pas été averti de la transaction. C’est pourquoi, dès la fin de l’année quand, justement à la suite de cet aveu, il apprit ce qui s’était passé entre les habitants d’Ingouville et le sieur de Chillou, le seigneur de Gravide fit immédiatement valoir ses droits10.

8Quel qu’en soit le degré d’illégalité, l’action de Guyon le Roy est donc tout à fait originale puisque, alors qu’il était lui-même seigneur de plusieurs terres et qu'il connaissait parfaitement les règles de conduite du monde aristocratique auquel il appartenait, il n’avait pas hésité à s’octroyer des terres dont il pressentait les potentialités. Il se comportait comme si la région où il intervenait était une sorte de no man’s land où les pratiques féodales n’avaient plus cours. Ce faisant, il était incontestablement révolutionnaire et sans doute assez inconscient.

2/ La ville du seigneur de Graville

  • 11 En 1519-1520, Jean Pellerin avait payé 16 livres 7 sous pour trois pièces de terre en herbage sise (...)
  • 12 ADSM A16 fol. 29. La prévôté d’Ingouville avait rapporté 32 £ 11s 9d obole pour le domaine fieffé e (...)
  • 13 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 283.

9Pendant que l’on creusait l’entrée du nouveau port, le seigneur de Graville avait continué, comme si de rien n’était à percevoir les fermages et les droits seigneuriaux auxquels il pouvait prétendre dans la région11. C’est parce que la zone achetée par Guyon le Roy ne lui rapportait rien que ses officiers n’avaient pas pris conscience des conséquences de la transaction. Pourtant, ils n’avaient pas réussi à percevoir la ferme de la coutume et eau du Havre de Grasse, le fermier refusant de payer pour une raison non précisée et l’affaire avait été portée devant le Parlement de Rouen12. Dès qu’il fut au courant de la transaction de 1517, Louis de Vendôme, vidame de Chartres et marquis de Graville, intenta un procès en première instance au bailliage de Montivilliers puis devant le Parlement de Rouen, « en gage pleige [...] pour empêcher la construction et édification de plusieurs maisons que Guyon le Roy [...] s’efforçait de faire audit lieu13 ».

  • 14 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 282-288.

10Les choses tournèrent rapidement mal pour Guyon le Roy. En mars 1522, le Parlement de Rouen plaça sous séquestre « sous la main du roi » tous les terrains, fieffés ou non, que le vice-amiral avait cru acquérir. La situation n’était pourtant pas totalement bloquée pour la ville naissante car l’administrateur des biens ainsi séquestrés pouvait toujours adjuger des parcelles de terrains « pour le bien de la chose publique ». De cette façon, « les lieux et places qui ser[aient] requis et demandés pour édifier, loger et héberger » pourraient être « de nouveau criés et subhâtés pour être baillés » tandis que les terrains déjà construits resteraient aux mains des propriétaires, moyennant le paiement de la rente convenue, mais perçue désormais par les fermiers au nom du roi14.

  • 15 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 289-314. ADSM A4.
  • 16 En fait, Guyon le Roy ne devait guère apprécier le château d’Orcher où, par erreur, son fils avait (...)
  • 17 É. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 89, p. 36-40. La perte de son procès contre le seigneur de Gr (...)
  • 18 Les remarques de BORÉLY, op. cit., introduction, note 7, p. 185-186 sont dénuées de tout fondement. (...)

11Le 13 mai 1524, le Parlement de Rouen rendit un arrêt définitif donnant satisfaction à Louis de Vendôme qui récupérait les vingt-quatre acres litigieuses. Toutefois, l’emplacement des tours, murailles, fossés, jetées et quais de la ville était réservé au roi qui était, de plus, autorisé à exproprier le surplus des vingt-quatre acres en payant une indemnité au seigneur de Graville et aux habitants d’Ingouville15. C’est sans doute sur ce droit royal éminent que Guyon le Roy avait cru pouvoir compter pour valider son acquisition. Il avait échoué et devait, au contraire, restituer les revenus qu’il avait indûment perçus et payer tous les frais et dépens du procès. Pour y parvenir, il vendit le château d’Orcher qu’il avait acheté en 1519 et qui lui permettait de porter le titre de maréchal hérédital de Normandie16. Ce n’était pas cette décision qui ruinait le vice-amiral mais elle s’ajoutait à une autre sentence du Parlement de Rouen prise les 22 mai et 10 juillet 1523. Ayant indûment confisqué la cargaison du navire Saint-Anthoine, appartenant à un Génois nommé Gaspard Centurion, Guyon le Roy avait été condamné à lui payer 8 000 livres de dommages-intérêts avec un intérêt de 10 % calculé depuis le jour de l’emprisonnement du Génois, un an plus tôt, jusqu’au « parfait paiement » de sa dette et il devait, en outre, restituer toutes les marchandises confisquées dont la valeur était estimée à 7 813 livres 17 sous 10 deniers...17 Les pratiques du vice-amiral avaient donc apparemment attiré sur lui les foudres du Parlement de Rouen qui se plaçait sur le plan du respect des lois et, donc, de la tradition18.

  • 19 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 229.
  • 20 ADC F 6356.
  • 21 BN PO 2583, Dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [7], 22 septembre 1524.

12La décision des magistrats rouennais ne fut sans doute pas appréciée par le roi et son entourage. L’amiral Bonnivet, dans une lettre qu’il adressa à Guyon le Roy quelques jours plus tard, lui fit savoir qu’« il lui déplai[sait] fort que Messieurs du Parlement de Rouen l’aient traité comme ils avaient19 ». Le roi lui renouvela pour dix ans ses droits sur les seigneuries de Cléville et Mery20 et il continua à lui faire payer 100 livres par mois « pour ses peines et salaires d’avoir continuellement audit lieu de Grasse, vaqué et entendu audit édifice et ordonné les devis, prix et marchés », manifestant ainsi qu’il continuait à l’apprécier et à le soutenir21.

  • 22 BN PO 2583, Dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [7] et MF 26120 [852]. Gaillard Spifame était (...)
  • 23 Peut-être était-il alors moins puissant car des détournements estimés au quart de la somme totale d (...)
  • 24 Guyon le Roy continuait à avoir un rôle officiel important. En 1527, c’est lui qui adressa une requ (...)
  • 25 Lettre du 8 août 1524 dans laquelle il lui recommande faire “tout le dommage que l’on pourra et ce (...)
  • 26 En mars 1525, il fit arrêter dans le port quatre navires flamands chargés de pastel et autres march (...)

13Si Guyon le Roy était désormais moins riche, il n’avait donc rien perdu de son pouvoir, ni de son autorité. Il resta à la tête du chantier du port et en octobre 1524, les paiements se faisaient toujours sur son ordre même s’ils étaient désormais effectués par maître Gaillard Spifame, conseiller du roi et receveur général, et en présence d’un nouveau contrôleur des dépenses nommé Jean de la Chapelle22. Guyon le Roy ne quitta son poste de gouverneur du chantier qu’en 1528, à l’âge de quatre-vingts ans23. La décision judiciaire que le frappait avait été pour lui un revers important sur le plan financier mais elle n’avait pas remis en cause sa position au Havre, le roi ne considérant pas que la disgrâce de celui qui l’avait si bien servi s’imposait24. Il avait continué ses activités militaires en partant du nouveau port pour mener la guerre de course comme le lui avait demandé l’amiral Bonnivet25,contre les ennemis du roi, mais aussi pour son propre compte26, et il restait bien un des plus puissants personnages de la région et du royaume.

  • 27 MARCEILLES, op. cit., chapitre I, note 17, § 23, p. 15.
  • 28 AN Xla 4880, fol. 143v.
  • 29 ADSM A22.
  • 30 BN MF 21405 [298] ; BN MF, Clairambault 782 [282]. Charles VIII avait déjà confirmé en 1484 à Louis (...)
  • 31 Ainsi, sur une coupe de 30 arbres, la taxe représentait 10 arbres (1/3) + 3 arbres (1/10), soit 13 (...)

14La ville du Havre, elle, n’avait fait que changer provisoirement de maître. Elle se retrouvait désormais à l’intérieur d’une seigneurie et les nouveaux habitants de la ville devaient payer des droits coutumiers27. Louis de Vendôme ne profita pas longtemps des terres qu’il venait de récupérer car il mourut peu après. En février 1527, sa veuve, Hélène Gouffier, se fit confirmer la gestion, au nom de son fils mineur François, des seigneuries de Groussay et de Pontchartrain28. Le roi donnait également au jeune homme l’autorisation de continuer à jouir de ses droits sur les vicomtés de Caudebec et de Montivilliers, en particulier pour sa terre et seigneurie de Graville mouvant du roi en plein fief de haubert, sans pour l’instant « lui faire foi et hommage, [ni] bailler aveu et dénombrement jusqu’à ce qu'il soit en âge compétent29 ». Le 11 mai suivant, comme pour montrer sa sollicitude à celui qu’il appelait « son cher cousin », le roi donnait en outre à la veuve de Louis de Vendôme le revenu de la taxe de tiers et danger perçue par le roi lors de la vente de parcelles de bois dans la forêt des Hallates appartenant à la seigneurie de Graville30. Cette taxe royale était payée par l’acheteur d’une coupe d’arbres et équivalait au prix d’un tiers des arbres abattus, à quoi s’ajoutait la valeur de ce qu’on appelait le « danger », représentant le dixième de la dite coupe, ce qui représentait environ 40 % du produit total de l’abattage31. Ainsi, dès cette date, le roi exerçait déjà une sorte de seigneurie officieuse sur la ville du Havre qu’il compensait partiellement par ce don, même si sa prise de possession officielle ne fut ratifiée qu’une quinzaine d’années plus tard. Dès ce moment, la domination du seigneur de Graville – en fait un mineur - était perçue par tous comme une parenthèse.

3/ La ville royale

15En effet, l’attitude du roi à l’égard du nouveau port qu’il créait, montre qu’il considérait de sa responsabilité d’en favoriser le développement. De ce point de vue, il se trouvait en accord avec Guyon le Roy. Si celui-ci ne fit peut-être pas connaître tout de suite au roi l’acquisition de vingt-quatre acres de terre qu’il avait faite quelque mois plus tôt, il lui demanda, dès le début du chantier, d’intervenir pour encourager l’installation d’habitations à proximité du port. En septembre 1517, à l’issue de la première campagne de travaux, il fit parvenir au roi, par l’intermédiaire de Jacques d’Estimauville, une lettre dans laquelle il lui demandait de « donner des franchises à tous ceux qui voudraient venir demeurer et habiter au dit lieu de Grasse ». Ainsi, expliquait-il, on pourrait « plus facilement réduire [le nouveau port] en perfection d’ouvrage », ce qui signifie qu’il était convaincu que les travaux seraient plus rapidement achevés si la main d’œuvre était installée sur place sans qu’il faille aller la recruter dans toute la région et jusqu’en Bretagne. Il considérait par ailleurs que, de cette façon, « le port en serait rendu plus commode et à ce moyen y arriverait grande quantité de navires ». Il est évident qu’en marin accompli, Guyon le Roy avait compris que les navires viennent d’autant plus facilement mouiller dans un port qu’ils sont sûrs d’y trouver un certain nombre d’infrastructures indispensables pour se ravitailler en vivres et en matériel ou pour y effectuer des réparations.

  • 32 Lettres patentes du 8 octobre 1517. Le texte concernant Dieppe est dans AMD, Fonds Langlois, 3e lia (...)
  • 33 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 257-261. Un dragueur est un bateau de pêche.
  • 34 AMH AA2. Les paroisses concernées étaient Saint-Nicolas de l'Eure, Ingouville, Sainte-Adresse, Sanv (...)
  • 35 ADSM 3B1, T.l, Charte du 15 décembre 1520.
  • 36 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 118.

16Le roi, qui n’avait quasiment rien à perdre dans cette entreprise puisque les constructions seraient à la charge des nouveaux habitants, se montra immédiatement réceptif à cette proposition et, après discussion avec son conseil, il fut décidé que la nouvelle ville serait installée sur une « plate-forme » qu’il faudrait « clore à fossés et à murailles à l'entour dudit havre ». En même temps, en octobre 1517, François 1er accorda pour dix ans, aux habitants de la nouvelle ville du Havre une exemption de taille et le droit de franc-salé, c’est-à-dire l’exemption de la gabelle, « par la même forme et manière que les manants et habitants de la ville de Dieppe32 ». Le roi évoquait notamment l’utilisation du sel pour la conservation du poisson. Cette exemption de gabelle montre qu’il pensait que l’une des activités principales de son nouveau port serait la pêche et il précisait que le sel serait exempt de taxe pour toutes les activités de « droguerie33 », c’est-à-dire de transformation du poisson. En même temps, il ordonnait la création sur place d’un grenier à sel distinct de celui de Harfleur34 « auquel dix-huit paroisses auraient le droit de venir s’approvisionner35 ». Par la suite, il précisa que les navires qui voudraient aborder au Hoc, autrefois dans le territoire de la petite Eure, pourraient y prendre du sel, ce que le grenetier du lieu avait cru pouvoir refuser. Ainsi pourrait se développer « un havre, grand et spacieux à Grasse, près de la ville d’Harfleur » où « les marchands illec fréquentant pourraient être logés et secourus en leurs nécessités36 ».

  • 37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 86 et 118. Seul le nom de Cardin Joyse est indiqu (...)
  • 38 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 118.

17Dès le début du mois de novembre suivant, Jacques d’Estimauville apporta à Tours où se trouvait alors le roi, d’« autres lettres [...] avec le portrait [réalisé par deux peintres rouennais] de la grandeur et de la largeur » de ce qui serait la ville de Grasse37. Cette représentation figurée, sans doute largement tributaire de l’avancement des travaux de creusement du chenal, devait lui donner une idée des dimensions du nouveau port, de l’état des jetées et peut-être de la disposition de la ville en gestation. Elle comprenait aussi le dessin d’une fontaine destinée à alimenter en eau douce les tours et, par la suite, la ville et le port38.

  • 39 Alphonse MARTIN, loc. cit., chap. II, note 22 ; Jean LEGOY, « François 1er et le Havre », Recueil d (...)
  • 40 ADSM 3B1, Charte du mois d’août 1520 ; St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 268.
  • 41 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 273.

18Néanmoins, la ville ne se développait que lentement. En août 1520, le roi François 1er vint se rendre compte de l’avancement des travaux et s’il fut satisfait des travaux du port, il se montra déçu par le modeste développement de la ville. C’est pourquoi, afin d’en favoriser le peuplement, il créa deux jours de marché par semaine, le mardi et le vendredi39. Il confirma les exemptions d’impôts mais comme certains membres de son entourage lui avaient rapporté que beaucoup, en particulier des nobles et des marchands, hésitaient à venir s’installer parce que les exemptions accordées en 1517 ne devaient durer que dix ans, François 1er estima nécessaire de confirmer pour cette « forteresse et ville close », que les privilèges en question seraient valables « à toujours, perpétuellement et à jamais'40 ». Les habitants de la ville Françoise de Grasse durent néanmoins faire enregistrer ces lettres patentes du roi par la Chambre des Comptes à Paris le 7 septembre 152141.

  • 42 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 276-277.
  • 43 GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 90, p. 29.
  • 44 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 17, p. 12-13. Les élus sont, depuis le règne de Jean le B (...)

19Il y était précisé que « ceux qui prétendraient être exempts de taille sous ces mots habitants de la ville de Grasse résideraient sans fraude en icelle ville » et ces dispositions furent reprises par la Cour des Aides de Normandie le 12 avril 152242. Il pouvait, en effet, être tentant d’acquérir une parcelle de terrain au Havre sans y rien construire, uniquement dans le but de tirer profit des privilèges accordés par le roi. Face aux récriminations des paroisses voisines de la nouvelle ville, rudement éprouvées par l’épidémie de peste et qui se plaignaient de voir leurs habitants se réfugier au Havre pour échapper à la taille, le roi corrigea ces défauts par une nouvelle charte datée du 5 février 1524 dans laquelle il précisa que les franchises qu’il avait accordées devaient s’entendre seulement des aides et impositions et non pas de la taille que tous devaient payer43. Les nouveaux venus devraient construire sur la parcelle qu’ils acquerraient une maison « jusqu’à certaine somme ». Il était également spécifié que, pour bénéficier de ces franchises, les nouveaux habitants devraient obtenir leur exemption devant les élus de Montivilliers et se faire « dérôler » de leur ancienne assise, afin d’avertir les habitants de la paroisse qu’ils quittaient44.

20Le roi n’intervint plus pendant quelques années dans les affaires de la nouvelle ville. Les événements italiens et sa captivité détournèrent son attention de son nouveau port. Pourtant, il était bien le maître de la ville dont il avait payé tout ou partie des fortifications et son autorité prévalait évidemment sur celle du jeune François de Vendôme qui était toujours absent de la région.

  • 45 On doit se souvenir que l’année 1526 vit une crue de taille de 600 000 livres sur l’ensemble du roy (...)
  • 46 AMH AA2. Lettres patentes d’octobre 1528, reprenant un texte du 17 mai 1527. Catalogue des Actes de (...)

21Toutefois, les privilèges accordés à la nouvelle ville avaient provoqué l’hostilité du Parlement de Rouen qui, refusant de tenir compte d’exemptions qui n’avaient pas été précisées, continuait à comprendre Le Havre dans les répartitions de la généralité45 Les Havrais durent donc à nouveau faire appel au roi qui confirma les privilèges de la ville et ordonna au Parlement de les enregistrer46. Il précisa que seuls ceux qui avaient fieffe et maison bâtie étaient exemptés de la taille par des lettres patentes du 17 mai 1527, mais la Cour des Aides ne les entérina que six mois plus tard et elles ne furent transmises aux intéressés que le 18 mai 1529.

  • 47 ADSM 3B2, [T.2], Charte du 25 mai 1529.

22Entre temps, des commissaires s’étaient transportés à Grasse, y avaient compté les maisons construites ou en voie de l’être et avaient pu constater que la plupart des propriétaires de maisons ou de parcelles ne résidaient pas au Havre. C’est pourquoi, au nom du roi, un huissier donna lecture, à haute et intelligible voix, dans tous les lieux habités du nouveau port, de la décision royale d’exclure des privilèges de la ville ceux qui n’y auraient pas établi réellement leur résidence « dans un an et un jour47 ».

  • 48 Texte de la suppression dans BORÉLY, op. cit., intro note 7, Appendice 15, p. 489-491.
  • 49 Le prévôt de l’Eure ne tenait aucun compte des privilèges de la ville du Havre et les habitants ava (...)
  • 50 En fait, la somme était perçue par la vicomté de Montivilliers. AMH AA8, p. 2
  • 51 Le sel devait être livré dans le grenier de l'abbaye à Harfleur. AMH AA8, p. 2-3.
  • 52 En 1535, il institua en plus deux foires franches d’une durée de 15 jours, la première commençant l (...)

23Dans le but d’attirer les marchands tant de ladite ville que les étrangers, et ainsi de faire du Havre une ville « bonne, riche et populeuse, pour soutenir et défendre une affaire et invasion d'ennemis s’il y survenait48 », le roi avait pris en janvier 1531 la décision, entérinée en mars 1532 par le Parlement de Rouen, de supprimer la prévôté de L’Eure et de Harfleur49. Les marchandises qui entraient dans le port étaient donc désormais franches de toute taxe quel que soit le propriétaire du bateau sur lequel elles arrivaient. Cette suppression était faite moyennant le paiement au roi d’une rente de 100 livres par an50 et les responsables havrais avaient également dû prendre à leur charge la rente de neuf pochées de sel de Brouage que la prévôté avait coutume de livrer à l’abbaye du Valasse51. Toujours dans le but de peupler sa nouvelle ville, le roi décida également en avril 1532 d’affranchir pour toujours ceux qui viendraient s'y installer dans les trois ans, de « toute taille, aides, subsides et impôts, même de l’imposition foraine », à condition que chaque maison bâtie ait une valeur d’au moins 500 livres52.

  • 53 AMH AA2.
  • 54 En février 1377, il avait fait droit à la « supplication des bourgeois, manants et habitants de la (...)
  • 55 Cette décision avait posé bien des problèmes aux fermiers des aides à Dieppe et à Harfleur BN MF 25 (...)

24Les privilèges fiscaux n’étaient pas une nouveauté. Le franc-salé avait déjà été accordé aux Dieppois et les Havrais s’étaient empressés d’en faire copier le texte qui est encore aujourd’hui conservé aux archives municipales du Havre53. Des remises d’impôts définitives ou temporaires étaient fréquemment accordées par les souverains pour encourager les habitants qui s’en étaient allés à revenir dans leur ville d’origine54. De même, pour encourager les affaires, le roi Jean le Bon avait exonéré en 1360 les Espagnols et les Portugais de toute taxe à l’entrée du royaume et cette franchise avait été renouvelée plusieurs fois55.

  • 56 AN J 774 [40]. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 316 avec la date du 16 juin.
  • 57 Parmi lesquels se trouvait Jean de Marceilles, le père du premier historien de la ville.

25Ce n’est qu’à partir de 1532, on l’a vu, que la ville redevint un des soucis prioritaires du roi. Par des lettres de commission datées du 17 juin, il ordonna à Antoine du Bourg, maître des requêtes, et à René de Bec-de-lièvre, conseiller au Parlement de Rouen, de procéder à une enquête pour évaluer les revenus non seulement des vingt-quatre acres restituées au seigneur de Graville mais aussi des paroisses de L’Eure et Ingouville, ainsi que des finages dudit lieu, afin d’indemniser les héritiers de Louis de Vendôme56. En principe, les officiers du jeune François de Vendôme continuaient à exercer leur activité et à percevoir les droits seigneuriaux coutumiers57, mais l’hostilité des Havrais à leur égard est nettement perceptible dans les témoignages rassemblés lors de cette enquête. On leur reprochait en particulier de faire valoir des droits sans pour autant respecter leurs devoirs en ce qui concernait les infrastructures urbaines et, notamment, les ponts.

  • 58 AMH AA8. Le nom de Ville Françoise apparaît pour la première fois en mars 1522, dans une requête de (...)
  • 59 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 474.

26C’est seulement en 1541 – c’est-à-dire au moment où François de Vendôme allait devenir majeur – que le roi fit officiellement incorporer au domaine de l’État, tout le terrain occupé par la ville Françoise du Havre ainsi que les alentours sur lesquelles elle pouvait ultérieurement s’étendre58. En échange, les héritiers de Louis de Vendôme se voyaient dispensés de rembourser une somme de 100 livres que leur père devait au roi et ils recevraient, définitivement désormais, le produit de la taxe de tiers et danger qui aurait due être perçue par le roi dans la forêt des Hallates59. Ce faisant, François 1er officialisait une situation qui existait depuis près de quinze ans et qui faisait de lui le véritable maître de la nouvelle ville. S’il avait tant attendu, c’est sans doute parce que l’expropriation d’un seigneur important n’était pas une chose courante et de ce point de vue aussi, le chantier du Havre était extraordinaire.

27Le Havre était dorénavant une ville royale. Les péripéties juridiques qui avaient abouti à sa naissance étaient définitivement achevées. Elles avaient été, comme les différents chantiers que l’on a étudiés, un mélange de respect de la tradition et de solutions empiriques éventuellement novatrices.

II/ LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE

28Il est difficile de savoir comment la nouvelle ville se développa entre 1517 et 1532. Aucun document nous permettant de connaître les méthodes de construction des maisons privées de la nouvelle ville ne nous est parvenu. On ne sait donc pas grand-chose des matériaux utilisés, ni des méthodes qui furent employées. On peut néanmoins supposer que l’arrivée de centaines de manœuvres sur le chantier du port entraîna dans un premier temps la construction de cabanes théoriquement éphémères pour loger ceux qui n’étaient pas originaires de la région. Ces constructions de bois et de torchis couvertes de chaume ou de roseaux pris dans les marais voisins étaient entièrement à la charge des ouvriers et, de ce fait, les comptabilités ne les évoquent pas. C’est sans doute aussi une construction de ce type qui servait de loge et peut-être de logement aux maçons qui travaillaient à la construction des tours et des jetées.

1/ Les premiers habitants

  • 60 E. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 89, p. 33.

29En dehors de ces constructions de fortune, il est difficile de savoir exactement à quel moment la ville commença à s’édifier. À l’occasion d’un procès qui se déroula en 1582, le nouveau seigneur de Graville, Jacques Léger, secrétaire et notaire du roi, qui prétendait avoir le droit de patronage sur les églises du Havre, essaya de justifier ses prétentions en disant que « de tout temps, il y avait une maison bâtie à usage de taverne où les mariniers venaient prendre leurs rafraîchissements ». Il ajoutait en outre que « dès 1516, plusieurs habitants d’Ingouville voyant que cette place s’accommodait, pour profiter avec ceux qui trafiquent par la mer », avaient pris des parcelles à fieffe du seigneur de Graville. Ainsi, selon lui, des habitants auraient été présents avant même la naissance du Havre et le percement du nouveau chenal n’aurait eu pour effet que d’amplifier une situation préexistante60. Le fait est évidemment discutable et ne correspond pas à ce que disent les autres documents qui nous sont parvenus.

  • 61 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 426.
  • 62 AN, Marine, D2/7 [1], un Robert Mahieu est cité parmi les dix-huit pionniers à 3 sous qui creusent (...)

30En effet, dans l’enquête de 1532, Robert Mahieu déclara que, « douze ans plus tôt ou environ », il avait été « le premier qui bâtit maison audit lieu61 ». Il s’agissait donc dans son esprit d’une véritable habitation, édifiée selon les méthodes traditionnelles, et non plus d’une cabane. Robert Mahieu était né à Ingouville vers 1482 et avait été auparavant marchand à Harfleur. Il est possible qu’il ait participé aux travaux de creusement du port dès le 20 avril 1517, peut-être pour compléter ses revenus62. Il avait donc près de 40 ans quand, aux alentours de 1520, sans doute attiré par les privilèges accordés par le roi à la ville, il avait décidé de s’installer à proximité du nouveau port dont les perspectives lui semblaient intéressantes.

  • 63 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 267. Sur les visites de François 1er au Havre, vo (...)

31Toutefois, il n’y avait pas beaucoup de monde pour l’accompagner en dehors des ouvriers qui travaillaient sur le chantier du port. En août 1520, lorsque François 1er était venu visiter le port, il avait été assez déçu par l’état de la ville dont il avait regretté qu’elle ne soit pas « encore grandement peuplée, ni édifiée de maisons63 », ce qui n’était pourtant pas très étonnant puisque les villes neuves ont souvent du mal à se développer.

  • 64 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 464.

32Les raisons de la lenteur du peuplement du Havre étaient multiples. Les terrains étaient pour la plupart en dessous du niveau des plus fortes marées et seuls, ceux sur lesquels on avait déversé les boues et les vases extraites du chenal étaient suffisamment surélevés pour être à l’abri de la montée des eaux lors des grandes marées. Les témoins de l’enquête de 1532 insistèrent sur cette situation qui obligeait les nouveaux habitants à hausser leurs parcelles pour leur donner « meilleure assiette et commodité ». Mathelin le Magnen, un ancien marin installé au Havre, expliqua notamment que ces travaux lui avaient « coûté plus de cent écus à hausser selon les autres » et qu’il n’était toujours pas assez haut pour être totalement à l’abri de la montée des eaux64.

  • 65 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 426. Témoignage de Robert Mahieu.

33Ces précautions n’étaient pas inutiles. Au moment de l’enquête, on avait encore en mémoire les événements tragiques du 15 janvier 1525. Cette nuit-là, « une grande et furieuse marée [emporta] plus de cent personnes aux lieux ainsi bas édifiés ». La montée des eaux fut telle que les cadavres des noyés furent emportés « jusque dans les fossés du château de Graville à une lieue de la dite ville ». En outre, vingt-huit navires qui pêchaient le hareng furent « dépiécés » par ce que l’on appela ensuite la « male marée65 ». Les victimes de ce raz-de-marée n’habitaient pas dans la ville même. Il s’agissait essentiellement d’ouvriers qui travaillaient à l’achèvement du port et qui s’étaient installés dans des cabanes de bois sur le terre-plein de la jetée du côté de Harfleur. Ces événements ne manquèrent pas d’avoir des répercussions sur les travaux du chantier et, s’ajoutant aux déboires politiques et militaires de François 1er, ils ne sont sans doute pas étrangers à l’arrêt pendant plus de cinq ans de tout travail d’importance dans le port du Havre.

  • 66 Ph. LARDIN, « La municipalité rouennaise et la pollution à la fin du Moyen Âge », Colloque de Liess (...)
  • 67 G. MARCEILLES, op. cit.. chap. I, note 17, §43, p. 23.
  • 68 AMH AA8 p. 66.

34Dans les premières années du chantier, il n’était pas non plus très tentant de venir s’installer définitivement dans un lieu en perpétuelle activité où les odeurs nauséabondes devaient être assez pénibles à supporter en été, à un moment où justement les préoccupations hygiéniques poussaient partout les responsables municipaux à éloigner autant que possible les « infections » qui corrompaient l’air et le rendaient dangereux pour la santé66. D’ailleurs, comme le notait Guillaume de Marceilles67, il ne se passait pas un été sans qu’il y eût la peste ou une autre maladie dans la ville. On a déjà évoqué les effets importants qu’avait eus l’épidémie de peste de 1521-22 qui avait frappé toute la province, mais on peut aussi remarquer que l'air du Havre devait être naturellement assez malsain dès les premières chaleurs puisque, lors de la suppression de la prévôté de L’Eure, le représentant du Parlement de Rouen, Jean le Sueur, arrivé le 22 mars 1532 au Havre et qui n’y était pas habitué, dut s’empresser de quitter la ville, sans avoir eu le temps de terminer sa tâche, au mois de juin suivant « pour aucune maladie qui [lui] survint68 ».

  • 69 BN MF 26118 [571].
  • 70 BN MF Clairambault, vol. 134, [19] et MF 26120 [906].
  • 71 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, Guillaume Paré p. 237 et 278 ; Jacques et Robin Paré (...)
  • 72 AMH AA 8 p. 7 et 8, et AMH CC 247.

35Autant que l’on puisse le savoir à travers la lecture des documents qui nous sont parvenus, les achats de matériels nécessaires au fonctionnement du chantier durent être faits jusqu’en 1520 à Harfleur et à Honfleur, voire à Rouen, car il n’y avait encore aucun commerçant sur le nouveau port. C’est à partir de 1521 que les choses changèrent réellement et cela, pour plusieurs raisons. D’une part, on le sait, le port était désormais en activité, le chantier avait été mené à bien et on l’achevait en mettant la barre en place. L’avenir semblait assuré. D’autre part, les privilèges fiscaux que le roi avait accordés et confirmés à la ville encourageaient les habitants des villes voisines à venir s’installer au Havre où ils avaient désormais une part importante de leur activité. En août, c’est un cordier du Havre, Robert Galopin, qui vendit les cordages destinés à l’installation de deux grands batardeaux dans la barre69. La peste de 1521-22 dut ralentir la croissance de la nouvelle ville mais en 1525, on y trouvait au moins un serrurier, ce qui prouve que le nombre de maisons était devenu assez important pour lui offrir une clientèle régulière. Il y avait également un maréchal, Jean Bullant, qui habitait encore à Harfleur en 1518 et qui était venu s’installer plus près de ses nouveaux clients70. Un marchand de drap et un boucher arrivèrent également parmi les tout premiers pour profiter de la clientèle qui ne pouvait manquer de devenir de plus en plus nombreuse71. En 1532, il y avait dans la ville au moins deux « hôtelleries », l’une où pendait l’enseigne de la Salamandre et l’autre dite « du Lion d’or ». Elles n’avaient sans doute pas beaucoup de chambres mais étaient très fréquentées car, quand Jean le Sueur arriva au Havre en mars de cette année-là, il ne put trouver de place à l’auberge de la Salamandre et dut aller s’installer dans la seconde auberge. Le développement de la ville et, par conséquent, des transactions entre les habitants, entraîna aussi la mise en place d’un tabellionage local dont le fonctionnement était assuré en 1541 par Pierre de Merval et Sébastien des Champeaulx72.

  • 73 A. MARTIN, Description..., op. cit., chap. I, note 1, p. 195-196.

36Un grand nombre des premiers habitants de la ville Françoise de Grasse venait évidemment des environs. Plusieurs paroissiens d’Ingouville, notamment ceux qui avaient participé à la cession des terrains à Guyon le Roy en 1517, se retrouvent parmi ceux qui disposaient de « lieux et places fieffés » en 1524. C’était le cas de Guillaume, Jacques et Robin Paré, ainsi que de Jean le Pellé qui, en octobre 1517, avait vendu certains de ses arbres pour mettre en place le rempart contre la mer. Le charpentier Pierre Léger faisait également partie des premiers installés. Des marins comme Guillaume Aubery et Guillaume Desmonts qui avaient amené le bois de la forêt de Touques dans leurs bateaux en 1518, s’établirent aussi dès le début. On trouve aussi plusieurs pionniers qui avaient travaillé sur le chantier et un brasseur qui possédait deux maisons, tout comme Robert Mahieu, le premier arrivant. De même, Jacques d’Estimauville, Michel Férey et, bien sûr, Guyon le Roy, avaient choisi, eux aussi, de profiter de la naissance de la nouvelle ville. Guyon le Roy, malgré ses déboires judiciaires, ne quitta d’ailleurs Le Havre qu’en 1528, et sa maison, construite vers 1520, devint, sous les noms d’Hôtel de Ville et de Logis du Roi, un édifice affecté à la juridiction maritime et à l’administration municipale73.

  • 74 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 231-256.

37Néanmoins, la croissance de la population de la ville nouvelle restait assez lente puisqu’en 1524, on ne comptait que 112 propriétaires de terrains dans les limites de la ville et seulement 88 qui avaient fait construire une maison sur leur lot. Il y avait donc un peu moins de 600 habitants74. C’est sans doute pour relancer la croissance de la ville que le roi intervint à nouveau en 1532.

2/ Les constructions

38Les premières habitations s’étaient installées un peu n’importe où. Selon Guillaume de Marceilles, dont le père, receveur du seigneur de Graville, avait été témoin de la « male marée » de 1525, il y avait du côté de la jetée d’amont entre le Havre et Harfleur sur la barre de terrain qui séparait la crique de la mer « grand nombre de maisons qu’il a convenu lever de là pour les rétablir au côté de deçà, à raison de l’impétuosité de la mer ». C’était le cas notamment de celle de Jean Gauvain située entre Harfleur où il habitait et le chantier qu’il dirigeait. Sa maison, on l’a dit, fut sans doute reprise après sa mort par Michel Férey. On trouvait aussi dans cette zone la maison d’un maître charpentier nommé Bordeaux dit Mondoux.

  • 75 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §10, p. 10.
  • 76 Ph. LARDIN, op. cit., chap. I, note 59, p. 434-435.
  • 77 AMH AA8.
  • 78 En 1541, Girolamo Bellarmati, chargé par le roi de repenser l'organisation urbaine, se heurta à une (...)

39Quelle qu’en fût la valeur, il fallut donc déplacer toutes ces constructions et les installer à proximité de l’autre jetée75’. Il s’agissait sans doute encore à cette date de cabanes ou de maisons de bois et de torchis ou de plâtre, que l’on pouvait assez facilement démonter et remonter lors d’un déménagement76 car en 1530, un membre du Parlement de Rouen qualifiait de cabanes, les constructions qu’il avait vues lors d’un déplacement au Havre, à l’exception des hôtels de Messieurs du Chillou, d’Estimauville et Férey77. Selon Guillaume de Marceilles, l’église était encore en bois et couverte de chaume. La pierre était, en effet, coûteuse et parfois difficile à faire venir78. Les lieux d’extraction étaient pour la plupart assez éloignés et les délais de livraison augmentaient du fait de la demande importante de pierres de Saint-Leu d’Esserent par des villes comme Rouen et Paris. La navigation sur la Seine était lente surtout à l’amont et les transporteurs répugnaient à repartir à vide à un moment où le nouveau port ne semblait pas offrir beaucoup de fret de retour, ce qui augmentait donc le coût du transport.

  • 79 A. MARTIN, Description..., chap. I, note 1, p. 169.
  • 80 ADSM A5, fol. 100, compte de 1479-1480.

40Comme ces difficultés rendaient les frais de transport de la pierre particulièrement élevés, seuls les plus riches propriétaires pouvaient se permettre de l’utiliser, d’autant plus qu’ils pouvaient profiter des arrivages de pierre, s’ils étaient maçons ou responsables de l’organisation du chantier. C’était le cas notamment de Jacques d’Estimauville qui avait installé sa maison sur la plus vaste des parcelles. Lorsqu’elle fut démolie au XIXe siècle, on put constater que l’appareil de maçonnerie était formé d’assises de pierre de taille et de carrés de silex noirs parfaitement réguliers79. On avait donc certainement utilisé une pierre locale, peut-être de la pierre de Grainval et des silex qui s’alignent par bandes parallèles dans les parois des falaises voisines et qu’on ramassait aussi dans les champs. Peut-être aussi avait-on utilisé de la pierre de Ranville utilisée notamment pour construire l’église de Graville80. Cette pierre, amenée par mer, coûtait en effet moins cher en transport que celles qui étaient extraites dans la vallée de la Seine, mais elle présentait généralement une solidité moins grande.

  • 81 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 224.

41La maison des barres utilisait beaucoup moins de pierre. Elle devait ressembler aux maisons médiévales que l’on rencontrait dans les villes et les campagnes. Elle était faite d’un « bassement » autrement dit d’un solin, composé de pierres grossièrement taillées et coulées dans un mortier épais. L’ensemble était donc assez proche d’un pavage et il était d’ailleurs assez courant de placer un lit de sable entre le sol proprement dit et la pierre. On avait également utilisé de la pierre pour faire les marches permettant d’atteindre la porte d’entrée qui avait dû être surélevée81. Le reste de la maison était certainement composé d’une armature de bois et devait ressembler, comme la plupart des autres maisons de la ville, à la « Maison du Passeur » qui servait aussi d’auberge.

  • 82 G. PRIEM, “Les maisons normandes disparues et la collection Gosselin du musée d’archéologie de Grav (...)
  • 83 ADSM 2E91/29, 14 août 1540.

42Édifiée avant 1541, celle-ci fut conservée jusqu’au début du XIXe siècle, ce qui nous permet d’en avoir des images. Il s’agissait d’une maison traditionnelle à colombages semblable à celle que l’on trouvait depuis des siècles dans la plupart des villes normandes. Elle comptait trois niveaux, chaque étage étant en léger encorbellement. Les fenêtres et les portes étaient très petites et l’essentiel de son armature de bois était, comme ailleurs, rempli de plâtre. Des auvents, installés sur les sablières des étages, les protégeaient de la pluie. Enfin, deux des poteaux corniers étaient décorés de sculptures exécutées assez grossièrement représentant l’une, une barque et un batelier, l’autre un homme à cheval, ce qui mettait ainsi en évidence la double fonction du propriétaire de la maison82. Ce genre de maisons présentait d’ailleurs l’avantage d’être transportable et assez facile à monter. C’est ainsi qu’un peu avant 1540, à la suite d’une « promesse de mariage », Guillaume Coste avait reçu de son futur beau-père, une maison située dans le hameau d’Esquetot qui devait être « levée [...] de fond en comble », puis amenée au Havre pour y être reconstruite83.

La maison du passeur

  • 84 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 305 et 412. Les tuiliers devaient 1 000 tuiles pa (...)
  • 85 Les tuiles étaient vendues jusqu’au Bec-Crespin. ADSM 1 ER 1596 fol. 103.
  • 86 BN MF 26120 [906].

43Les auvents et le toit de la Maison du Passeur étaient couverts de tuiles, tout comme devaient l’être la plupart des autres constructions, ne serait-ce que pour des raisons de protection contre l’incendie. La production locale de tuiles était sans doute suffisante car on comptait plusieurs tuileries dans la ville ou à proximité. Lors du procès qui opposa Guyon le Roy au seigneur de Graville, on rappela que ce dernier percevait des rentes sur « plusieurs tuileries qui [étaient] près et joignant Vitanval ». Elles étaient frappées d’une taxe payable au seigneur à partir du moment où elles produisaient au moins deux mille tuiles par an « ou autre grand nombre », en échange de quoi, les tuiliers avaient le droit de prendre « dedans la mer ou rivage d'icelle la terre convenable à faire tuile84 ». Il y avait aussi, depuis le milieu du XVe siècle au plus tard, une tuilerie à Sanvic85. Enfin, une autre tuilerie était apparemment installée à proximité des murs de la ville puisqu’une des portes était appelée « porte de la tuilerie86 ». Ces tuileries devaient, comme ailleurs, faire des fournées de huit mille tuiles plusieurs fois dans l’année. En 1532, elles pouvaient donc faire face à une demande qui allait croissant.

3/ Les infrastructures urbaines

  • 87 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 427.
  • 88 P. PRET, « Essai sur les franchissements successifs du grand bassin du Havre sous l’Ancien Régime » (...)

44Toutes ces constructions, élevées aux frais des particuliers qui avaient obtenu des parcelles, nous sont connues grâce à un procès-verbal de la mesure des divers lieux et places fieffées daté de septembre 1524 et destiné à permettre au seigneur de Graville, à qui ils venaient d’être restitués, de connaître les différents droits qu’il pouvait percevoir. Celui-ci devait, en échange, réaliser un certain nombre d’infrastructures nécessaires à la vie d’une communauté urbaine. Or, il semble qu’il n’en ait rien fait. Lors de l’enquête de 1532, Robert Mahieu qui avait de la sympathie pour Guyon le Roy, avait fait remarquer que le seigneur de Graville aurait dû « entretenir les ponts et passages et même les voiries publiques » mais que, lorsque l’on en parlait « aux officiers, fermiers ou procureurs », ceux-ci ne voulaient rien entendre, ce qui était normal puisque le seigneur de Graville était trop jeune pour prendre une décision87. C’est pourquoi il n’y avait, à l’époque, qu’un seul pont construit avant même les travaux du Havre pour traverser la crique par-dessus un de ses bras les plus étroits. Un autre passage permettait d’aller d’une rive à l’autre de la crique depuis la ville même, mais il était rudimentaire88. Selon Guillaume de Marceilles, il consistait seulement en un « fond de grandes planches assises l’une près de l’autre par dessus lesquelles on passait et repassait à pied sec », quand la mer était basse. Sinon, il fallait faire appel à un des deux passeurs « ayant chacun sa barquette ».

  • 89 BN MF 26123 [1389].
  • 90 BN MF 26123 [1390].
  • 91 G. MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §12, p. 11. Ce pont avait été remplacé à l'époque de cet (...)

45Le pont, par lequel on allait à Ingouville et que l’on appelait tantôt pont des barres, tantôt pont Huchon, dut être réparé en août 1532 parce qu’il était « tout démoli ». Ces réparations furent payées par le roi, ce qui montre qu’à cette date, comme on l’a vu, celui-ci se considérait déjà comme le maître de la ville nouvelle et, par conséquent, responsable de l’entretien de ses infrastructures. À l’aide de « six grosses tronches de bois89 », on commença par remettre en place les bases du pont. En septembre, on en renforça les fondations en enfonçant douze pieux de bois de trois mètres cinquante à quatre mètres de long, servant de poteaux et on posa dessus environ cinq mètres de « vieilles » planches, c’est-à-dire en fait de planches récupérées mais en bon état, comme cela se faisait sur tous les chantiers médiévaux. En octobre, on construisit vraiment le pont. Il était soutenu par vingt-quatre « colombes » et huit « postelets », autrement dit des poteaux plus petits et sans doute entrecroisés, sur lesquels on fixa soixante soliveaux de dix centimètres d’épaisseur et de trois mètres de long, ce qui devait correspondre à la largeur du pont. On mit de chaque côté deux « lices » qui formaient ainsi une double rampe destinée à éviter les chutes. On plaça également trois grosses gaffes de bois de quatre mètres de long « devant les jouées » où le pont rejoignait le sol, « pour garder que les terres ne fondissent dessous », ce qui aurait entraîné son effondrement90. Ce pont qui devait « servir à faire passer les gens et les chevaux », fut remplacé par la suite par un pont que l’on levait au passage des bateaux et qui fut rapidement abattu parce qu’il était trop difficile à manœuvrer91.

  • 92 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 402.

46Si les officiers du seigneur de Graville avaient laissé le pont se dégrader sans intervenir, ils avaient, malgré tout, fait construire une « halle aux grains et au blé ». Toutefois, selon le lieutenant du bailli de Caux, Jean de la Masure, elle ne servait à rien car les gens n’y allaient92 pas.

  • 93 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 86.
  • 94 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 118.
  • 95 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 151-154.

47La seule installation importante restait, par conséquent, la fontaine édifiée en 1518, elle aussi, aux frais du roi. L’idée, une fois de plus, était venue de Guyon le Roy qui avait recruté, dès le mois d’octobre 1517, un fontainier et un pipier afin d’étudier la manière d’amener l’eau jusqu’au port et, avant tout, jusqu’à la tour93. Un devis avait alors été rédigé et soumis à l’approbation du roi en novembre. Sa réponse, transmise par Jacques d’Estimauville, reprenait les termes du texte des professionnels en ordonnant de construire « une fontaine à eau douce », alimentée « par tuyaux et autres industries » depuis une source située à Vitanval, près du Chef de Caux94. En janvier 1518, Guyon le Roy s’engagea, devant les tabellions royaux de Honfleur, à la « faire faire, construire et édifier et rendre toute prête, faite et parfaite dedans la fin du mois d’août prochain ». Guyon le Roy se faisait donc entrepreneur et devait se charger d’acheter les matériaux nécessaires ainsi que de payer les ouvriers et tous les autres frais possibles. Pour lui permettre d’y parvenir, le roi devait lui donner 3 000 livres en deux fois, la moitié au début des travaux et le solde quand ils seraient terminés. Le marché ainsi conclu détaillait les méthodes de construction mais ne donnait aucune directive concernant le choix des pierres à utiliser95. Guyon le Roy était donc en quelque sorte, pour ce chantier, dans la position de Jean Gauvain et Michel Férey pour la tour et les jetées du port. Il lui était possible de faire des profits en obtenant les meilleurs marchés possibles avec les ouvriers qui accepteraient de se charger de cette construction.

48Le procès-verbal de réception des travaux, certifié par Michel Férey, Jean Gauvain, Pierre Delorme et « Jean Duchamp, autre maître maçon en ladite ville de Rouen » fut rédigé le 14 septembre 1518, ce qui signifie que l’ensemble de l’ouvrage avait été réalisé dans les délais fixés. Le document n’est pas aussi satisfaisant que l’on aurait pu l’espérer puisqu’il ne dit rien des ouvriers qui avaient été chargés de ce travail et qui ne pouvaient pas, en principe, être dirigés par Michel Férey puisque celui-ci participait au toisage final. Ce texte nous permet néanmoins de saisir ce qui avait été effectué.

  • 96 Voir plus haut p. 97. Le ciment coulé à chaud était appelé ciment à feu.
  • 97 A. MARTIN, Description..., op. cit., chap. I, note 1, p. 189.

49La source de Vitanval était distante d’une bonne « lieue du pays » – soit environ quatre kilomètres – du port du Havre où la fontaine devait être installée, à proximité de la tour. Comme prévu dans le devis, on avait creusé « le roc dont procédait la source [...] jusqu’à la vive eau ». Autour de cette source, on avait construit un bassin « couvert en façon de citerne », d’environ deux mètres de profondeur dont les parois faisaient près d’un mètre d’épaisseur. Le fond qui avait « la pente voulue » était recouvert de bonne pierre de taille de façon à rassembler une quantité d’eau suffisante pour maintenir la pression dans le reste du système. De là, partaient des tuyaux « de terre bien recuite et cimentés tout autour et revêtus de pierre à chaux et ciment ». On avait donc, pour ces travaux limités et assez faciles à mettre en œuvre, suivi fidèlement le texte du devis, notamment en utilisant des mortiers résistants. On a vu, en effet, que le terme « ciment » signifiait à cette date non pas un mélange de chaux et de sable, mais bien une sorte de béton constitué de cailloux et de chaux, à quoi pouvait encore s’ajouter un mélange de poix-résine éventuellement coulé à chaud dans les interstices96. Effectivement, lorsqu’en septembre et octobre 1884, des travaux destinés à installer des égouts au Havre permirent de mettre au jour des conduites composées de doubles tuyaux en poterie grise, on constata qu’ils étaient noyés dans une maçonnerie de ciment rouge mêlé de galets97. On pouvait ainsi éviter les fuites qui auraient réduit le débit de l’eau à son arrivée dans la fontaine.

  • 98 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 153.
  • 99 Il faut toutefois rester prudent car rien ne dit que les tuyaux qui furent mis au jour cette année- (...)

50On savait pourtant que ces fuites comme le bouchage des conduits seraient impossibles à éviter totalement. C’est pourquoi il avait été prévu d’établir trente cuves à intervalles réguliers – c’est-à-dire environ tous les cent cinquante mètres – « toutes de bonne et forte pierre dure et de taille contenant chacune quatre pieds [1,30 m] de creux en un sens et trois [1 m] en l’autre ». Elles devaient être entourées de ciment et de pierre à chaux. Ainsi, en cas de baisse de pression, on pourrait facilement savoir à quel endroit se situait le problème et « voir et regarder à quoi tiendrait et procéderait le défaut98 ». Le travail fut là encore fait convenablement et en 1884, on retrouva également une de ces citernes solidement cimentée, dans laquelle aboutissaient les conduits99.

  • 100 ADSM G 624.
  • 101 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 173.

51La fontaine elle-même était située sur une petite place devant la tour en construction à l’extrémité de la jetée d’aval. Les maçons, chargés de vérifier la conformité des travaux constatèrent que l’eau sourdait et affluait dans une « belle et somptueuse estanfiche » autrement dit une construction de pierre « garnie de bassin, le tout de pierre de Vernon, taillée à l’antique », comme c’était la mode au même moment, en particulier à Gaillon100. La paroi dans laquelle était placé le robinet avait environ deux mètres de hauteur et était ornée d’une statue de « saint François portant les armes de France et de plusieurs autres images de pierre », ce qui allait au-delà du devis qui ne prévoyait que la présence des armes de France. Ces ajouts traduisaient bien l’état des relations qui unissaient Guyon le Roy au roi François 1er. Pendant l’hiver, les maçons qui travaillaient à la tour et aux jetées du port avaient construit entre la fontaine et la tour un « cahot », c’est-à-dire une conduite de pierre d’une longueur de six mètres trente-trois sur une largeur de cinquante centimètres, ce qui permettait aux occupants de la tour de disposer d’eau et, ainsi, de tenir plus longtemps en cas de siège sans avoir à sortir sur la place101.

52L’ensemble était donc tout à fait remarquable d'efficacité, d’autant plus qu’il avait été réalisé en moins de neuf mois. En fait, l’essentiel du travail avait consisté à faire dans un sol assez meuble « les tranchées dedans les terres depuis le lieu d’icelle source jusques audit havre à hauteur convenable » et on peut penser que Guyon le Roy n’avait pas hésité à employer une partie de la main-d’œuvre non qualifiée présente sur le chantier du port. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si une partie des comptes de l’été 1518 est perdue. De même, il a dû profiter de l’arrivée, pour les jetées et la tour, de pierre de Vernon qu’il a pu ainsi se procurer facilement – peut-être même gratuitement – auprès des entrepreneurs de maçonnerie. Il lui suffisait dès lors d’engager un ou deux fontainiers et quelques maçons aidés par des manœuvres leur préparant les mortiers et les ciments, pour achever l’ouvrage.

  • 102 AMH DD12.

53Trois ans plus tard, en septembre 1521, les mêmes maçons - sauf, bien sûr, Jean Gauvain qui avait été remplacé par Robert Quatremains – évaluèrent à 500 livres le montant des réparations qui avaient dû être faites pour maintenir la fontaine en activité. La plupart des conduits mis en terre entre la source et la fontaine, se trouvant dans un sol très meuble, s’étaient peu à peu enfoncés et brisés sous le poids du mortier et du ciment. Il avait donc fallu les remplacer et leur « donner autre fondement ». Les nouveaux « cahots » avaient donc été installés plus profondément sur un sol renforcé. Comme la ville avait été, entre temps, partiellement close dans la partie traversée par la canalisation, il avait fallu faire passer celle-ci « par dessous les fossés ». On avait dû également refaire la canalisation entre la fontaine et la tour. Au moment où le roi prit officiellement possession de la ville, l’entretien des installations hydrauliques fut assuré par le fontainier rouennais Pierre le Maître qui mit notamment en place une chantepleure de cuivre et renforça les tuyaux de terre à l’aide de plomb soudé au ciment à feu102.

  • 103 En 1541, des travaux réalisés sur une des citernes, dite de l’Épine, près de Saint-Adresse, rassemb (...)
  • 104 G. MARCEILLES, op. cit, chap. I, note 17, § 26, p. 17.

54La mise en place de cette fontaine avait été réalisée, comme l’acquisition des vingt-quatre acres de terres sur lesquelles Guyon le Roy pensait peut-être développer sa propre ville, sans tenir compte des droits seigneuriaux de l’endroit. En particulier, l’eau qui descendait vers la nouvelle ville était prise sur le fief du seigneur de Vitanval, dans la paroisse de Saint-Denis du Chef-de-Caux et celui-ci estimait que son moulin ne pouvait plus fonctionner. Il s’en prit donc à ces nouvelles installations et c’est sans doute sur son ordre que la prise d’eau fut détériorée et qu’il fallut l’entourer de palissades et la faire garder103. Toutefois, un compromis fut rapidement trouvé et le seigneur de Vitanval accepta finalement la nouvelle situation, « moyennant bonne somme de deniers104 ».

  • 105 ADSM 3B9, Charte du mois de novembre 1582.
  • 106 Arrêt du Parlement de Rouen du 17 juillet 1586, reprenant cette thèse et donnant raison au seigneur (...)

55Si les aspects matériels étaient importants, dès lors que la population augmentait, il fallait aussi se préoccuper de son salut en construisant des églises. C’est en 1531, que le roi « avait fait bâtir et fonder deux églises, l’une de Saint-François, l’autre de Notre-Dame, en laquelle en haut du chœur il avait fait apposer ses armes et celles du dauphin105 ». Auparavant, il semble bien qu’il y ait eu des chapelles en forme de petits hangars avec un autel pour célébrer la messe, sans qu’ils soient toutefois possible d’y recevoir les sacrements. Pour éviter de mettre en péril les âmes des enfants nés dans la nuit, le curé d’Ingouville avait autorisé les chapelains à y installer des fonts baptismaux106.

III/ NAISSANCE DE LA MUNICIPALITÉ

  • 107 M. POMIER, Le Corps de Ville du Havre de Grâce et la défense des intérêts de la ville, Thèse de Doc (...)

56Progressivement, la nouvelle agglomération se dota aussi d’institutions municipales lui permettant de s’administrer avec une relative autonomie, mais sous la tutelle du roi107. Ce faisant, elle imitait les autres villes de la région, notamment Rouen ou Dieppe, et son organisation ne présentait pas vraiment d’aspects originaux.

1/ Les institutions urbaines

  • 108 G. MARCEILLES. op. cit., chap. I, note 17, § 15, p. 12.

57Le roi voulait « favorablement traiter les bourgeois et habitants » et espérait ainsi les attirer et peupler la ville nouvelle108. Il leur accorda donc le droit de s’organiser comme la plupart des autres villes normandes, la municipalité bénéficiant notamment d’un droit de rassemblement. On ignore où se tenaient les assemblées pendant les premières années d’existence de la nouvelle agglomération, mais après le départ de Guyon le Roy, la maison qu’il avait fait construire sur le port devint ce que G. de Marceilles appelle « l’hôtel commun » du Havre.

  • 109 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 274. Sur cette question, voir Ph. MANNEVILLE, « L (...)

58La chose était assez normale puisque, dès l’origine, tous les pouvoirs avaient été exercés par le vice-amiral qui gouvernait la ville comme il dirigeait le chantier, c’est-à-dire selon une discipline rigoureuse, car la main-d’œuvre qu’il y avait rassemblée était nombreuse, remuante et, sans doute, assez diverse. En 1522, il n’y avait encore aucune organisation urbaine et quand, le 17 mars, Guyon le Roy adressa une requête à la Chambre des Comptes de Paris pour faire entériner les lettres patentes d’août 1520109, celle-ci était censée émaner d’un groupe imprécis composé des « bourgeois, manants et habitants de la ville Françoise de Grasse ».

59Très vite, toutefois, surtout à partir du moment où il perdit sa seigneurie sur les vingt-quatre acres qu’il avait indûment acquises, Guyon le Roy encouragea la population à s’organiser et à se choisir des représentants. Le roi lui-même gouvernait en théorie, à tous les niveaux, en favorisant la représentation de ses sujets dont il cherchait les conseils. Le Corps de Ville du Havre fut donc un collège composé de quelques membres qui réglaient les affaires courantes de la ville sous le contrôle du gouverneur du roi ou de son lieutenant alors qu’en principe les affaires extraordinaires étaient réservées aux assemblées générales.

L’hôtel commun du Havre en 1684
(Dessin sur tissu d'Ameline, d'après une gravure ancienne)
Musée du Vieux Havre

  • 110 Ph. MANNEVILLE, « Bourgeois et bourgeoisie de statut au Havre (XVIIe-XVIIIe siècle) », Annales de N (...)

60Mais il n’était pas facile de trouver des représentants de la population dans une ville qui n’avait encore aucun autre corps constitué et où le titre de bourgeois que se donnaient les premiers habitants était plus une manifestation de leur volonté d’être respectés qu’une véritable distinction110. C’est pourquoi, Guyon le Roy commença par s’entourer de ses officiers et de quelques « notables habitants ». Mais cette première assemblée, très réduite et sans pouvoir spécifique, ressentit presque immédiatement le besoin d’une certaine organisation et les habitants ainsi réunis nommèrent deux élus à l’administration de la cité et un procureur-syndic. Ces trois personnes restaient, malgré tout, des collaborateurs de Guyon le Roy et leur rôle était de l’aider dans sa tâche d’administration de la ville naissante.

  • 111 G. MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 20, p. 13-14.
  • 112 En 1528, les conseillers se nommaient Michel le Libot, Jean Porcher, Robert Tyrebarbe, Jean Delamar (...)
  • 113 AMH AA8 p. 32. Les 5 autres étaient Me Jacques Thyrel, Richard Valentin, Guillaume Cavellyer, Richa (...)

61L’augmentation de la population dans la ville entraîna celle du nombre de ses représentants et on compta trois, puis, au moment où Guyon le Roy quitta la ville, quatre « élus » choisis pour quatre ans « par la pluralité des voix » des officiers du roi, des conseillers, des bourgeois et des habitants de la ville. Chaque année, le plus ancien dans la fonction cédait, en principe, sa place et était remplacé par un nouveau111. En 1528, les élus « sur le fait et gouvernement d’icelle ville » se nommaient Jacques d’Estimauville, Robert Darry, Robert Mahieu et Richard Valentin. Ils étaient assistés de huit conseillers. En 1532, l'un des élus se nommait Germain Hébert, « avocat et praticien en ladite ville », les autres étaient Jacques d’Estimauville qui devait être en fonction pour la dernière année, Jean Fournier et Jean Porcher112. Ces quatre hommes étaient désormais appelés « élus-conseillers au fait du gouvernement » mais les huit conseillers n’avaient pas été supprimés et on trouvait parmi eux, Robert Mahieu, Colin Guieffroy et Jean Delamare, indiqués comme tels dans la liste des bourgeois présents113.

  • 114 AMH AA8 p. 10-11.
  • 115 AMH AA8 p. 13. En 1532, le sergent s’appelait Jean Morisse. Ibid. p. 51.

62Un contrôleur des finances, Richard Cordier, gérait les revenus de la ville tandis que la fonction de procureur-général – c’est-à-dire en quelque sorte de maire - était confiée depuis décembre 1528 à Jean le Prévôt qui recevait 20 livres de gages par an, pris désormais sur les deniers communs de la ville. Il avait pour rôle de représenter la « communauté de la ville », dans toutes les causes où elle serait impliquée, en la « défendant envers et contre toutes personnes leurs parties adverses ». Son honnêteté était garantie par un serment prêté en présence des quatre élus de la ville114. La ville disposait aussi de sergents, tout comme l’amirauté, alors qu’il n’y avait pas de sergent royal115. Tous ces hommes avaient pour point commun d’avoir été parmi les premiers à venir s’installer dans la nouvelle ville.

  • 116 Les autres bourgeois présents sont Jean Poullain, Jean Scot, Guillaume Lipot, Hélyot Dupuys, Charle (...)
  • 117 Les bourgois étaient : Jean Valentin, Robert Mahieu, Jean Delamare, Jean de la Porte, Étienne Monni (...)

63Dans les circonstances importantes, se tenaient des assemblées générales qui rassemblaient les principaux bourgeois de la ville. En décembre 1528, au moment de la création de la fonction de procureur de la ville, ils étaient plus de vingt-six, parmi lesquels on trouvait l’entrepreneur Michel Férey, un prêtre nommé Jean Maze, l’hôtelier Jean de la Porte et Nicolas Raoullin qualifié d’écuyer116. En 1532, la liste des présents comportait vingt-sept noms parmi lesquels on trouvait Jean de Marceilles, écuyer, receveur de Graville, les anciens conseillers, et plusieurs bourgeois déjà présents en 1528, ce qui montre que les affaires de la ville étaient prises en main par un petit groupe apparemment assidu aux assemblées générales qui restaient néanmoins ouvertes aux nouveaux venus117.

  • 118 En 1532, il s’appelait Guillaume Herveau. AA8 p. 51. En 1544, ses gages étaient de 4 livres par an. (...)
  • 119 En 1532, il s’agissait de Guillaume Daniel, Jean Gougeas, Raoullin Vimart et Thieriot Monnier. AMH (...)
  • 120 BN MF 26123 [1389].

64À cette date, la ville disposait d’un greffier, appelé clerc de ville118, et d’un receveur des deniers d’octrois et patrimoniaux. Elle était apparemment suffisamment peuplée pour être divisée en quatre quartiers placés chacun sous la responsabilité d’un quartenier appelé en fait capitaine119. Toutefois, malgré l’importance des travaux de maçonnerie occasionnés par la construction et l’entretien des murailles de la nouvelle ville ainsi que par la construction de la seconde tour, la ville du Havre n’avait pas encore en 1530 de maître des œuvres et la rédaction du devis de la deuxième tour avait dû être supervisée par les maîtres des œuvres de Dieppe, Harfleur et Montivilliers. Toutefois, la situation était en train de changer et, en août 1532, Guillaume Picot qui était trois ans plus tôt maître des œuvres de la ville de Montivilliers, devint « maître maçon juré des œuvres audit Havre de Grasse120 ».

  • 121 Ce que l on appela au Havre le Logis du Roy et qui en fut le premier hôtel de ville était en fait l (...)
  • 122 AMH AA8 p. 9. A. MARTIN, Description.... op. cit., chap. I, note 1, p. 45-46.
  • 123 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 28, p. 17-18.

65Les élus-conseillers continuaient à se réunir dans la maison que Guyon le Roy avait laissée à leur disposition sans en réclamer la moindre redevance121 et leur rôle consista, comme par le passé, à assister le nouveau gouverneur dans sa tâche d’administration. Après avoir été exercée par Jean du Bec, seigneur de Bourry et du Marais Vernier de décembre 1528 à mars 1529122, cette fonction passa entre les mains de Charles de Moy123, qui exerçait la charge de vice-amiral et, comme Guyon le Roy, celle de capitaine de Honfleur. Le pouvoir de Charles de Moy était aussi important que celui de son prédécesseur puisque, comme lui, il organisait les travaux dans le port et participait à la rédaction des devis, comme par exemple en 1532 pour la construction de la seconde tour, en convoquant des maçons et en contrôlant les enchères d’adjudication. C’est d’ailleurs dans sa seigneurie de la Meilleraye, voisine de Caudebec, qu’il fit rédiger par les tabellions de Vateville, qui avaient dû venir chez lui, et en présence du garde du scel de la vicomté de Pont-Audemer, les lettres établissant le marché accepté par le maçon Michel Férey. Son autorité était telle qu’en 1530, son lieutenant au Havre, Louis le Sanglier, qui était également le capitaine du port, n’avait pas osé procéder à l’adjudication du marché de la seconde tour du port en son absence.

  • 124 BN MF 26123 [1389].

66Parmi les personnages qui participèrent à la mise au point du marché de 1532, se trouvaient aussi Robert Mahieu et Jacques d’Estimauville qui n’étaient apparemment plus conseillers et avaient surtout une fonction d’observateurs et peut-être d’experts du fait de leur expérience passée, puisqu’ils sont mentionnés sans fonction précise124. Néanmoins, leur présence montre l’importance que jouaient encore et pour longtemps les « notables personnages » que Guyon le Roy avait associés à son pouvoir.

  • 125 E. LE PARQUIER, L’organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, 1932 (...)

67Ainsi, les institutions havraises ressemblaient beaucoup à celles de Rouen125. Les représentants du roi, que ce soit le bailli à Rouen ou le vice-amiral au Havre, disposaient d’une autorité éminente. Les élus étaient appelés conseillers à Rouen mais leur activité était la même que celle de leurs collègues havrais. Ces derniers n’avaient pas plus d’autorité que les conseils restreints rouennais. Les assemblées générales étaient plus nombreuses à Rouen qu’au Havre, mais elles rassemblaient elles aussi essentiellement des notables. On trouvait aussi à Rouen un procureur et un greffier. De même, il y avait dans les deux villes un receveur des deniers qui s’occupait de leurs finances.

2/ Les finances urbaines

  • 126 AMH II 23 fol. 7 et suiv. ; fol. 24 et suiv. ; fol. 43 et suiv ; fol. 63 et suiv. ; AMH CC 282.
  • 127 Op. cit., chap. I, note 17, § 15, p. 12. Voir la liste des taxes dans AMH AA8 p. 43-46.

68Le premier rôle que le roi assignait à la municipalité du Havre était de construire et d’entretenir les fortifications. Pour cela, il lui fallait disposer de revenus aussi réguliers que possible. Les revenus que les souverains accordaient depuis la deuxième moitié du XIVe siècle aux villes consistaient en une part des aides qui pesaient sur un certain nombre de transactions. C’est évidemment ce qui se fit au Havre où l’on s’inspira de la situation dieppoise. En avril 1520 la charte accordée par François 1er consista en une « copie des chartes de Dieppe sur lesquelles celles du Havre ont été concédées ». Il s’agissait d’un texte de septembre 1463 qui avait été concédé à cette ville par le roi Louis XI, à la suite d’une tempête qui avait abattu la muraille et la fortification, et avait été confirmée par les rois suivants en 1484, 1498 et 1515126. Lorsque Guillaume de Marceilles écrivit ses Mémoires, ces aides étaient affermées et portaient sur les ventes de vins, les « menus boires » (autrement dit le cidre, le poiré et la bière), les harengs, la boucherie, la pêcherie de l’Eure, les arrivages de fer aussi bien au Havre qu’à Harfleur, l’ancrage des navires, la mesure du blé, les charbons de terre (la houille) ou de bois, les étoffes, et plus généralement sur le « poids du roi127 ».

  • 128 Jean Férey exerça sa fonction au moins jusqu'en mai 1541 puis il fut remplacé, au plus tard en 1543 (...)
  • 129 En 1544, il s’appelait Nicolas Roussel.
  • 130 AMH CC247.

69Les finances de la ville étaient entre les mains d’un receveur des deniers communs. De 1528 à 1532, cette fonction fut exercée par Jean Férey, le fils de Michel Férey, le responsable des travaux de maçonnerie au moment des premiers travaux du port l128. Le receveur payait notamment les gages du capitaine royal de la ville qui se montaient à 20 livres par an. Il versait les salaires des officiers et des employés de la ville, comme le responsable des barres qui recevait également 20 livres par an, pour son travail consistant à « fermer et ouvrir les mantels des barres pour tenir les eaux et les laisser aller aux jours et heures accoutumées pour nettoyer la gueule du havre129 ». Il payait aussi les dépenses de voyage effectuées par les représentants de la ville pour servir ses intérêts, ou les frais occasionnés par la venue des représentants du roi. Dans tous les cas, il ne pouvait agir que « par le commandement et ordonnance des capitaines, élus et officiers au gouvernement de la dite ville130 ».

70Les finances de la ville du Havre et leur gestion étaient donc semblables à celle des autres villes de la région. Pourtant, les revenus municipaux provenaient avant tout de taxes sur les marchandises qui entraient ou sortaient par voie de terre, puisque les taxes d’entrée dans le port avaient été supprimées. La principale différence avec les autres villes plus anciennes est que le roi n’imposait pas au Havre, pour l’instant, les emprunts forcés qui frappaient régulièrement Rouen ou Paris.

71En 1532, mis à part quelques détails finalement assez limités Le Havre était encore plutôt une ville médiévale, aussi bien dans son organisation municipale que dans les techniques qui y étaient employées, en particulier dans la construction.

Notes

1 La création d’Aigues-Mortes par saint Louis en 1248 est apparemment la dernière initiative royale dans le domaine portuaire. Le développement de la ville était resté limité. JOINVILLE. Vie de saint Louis. Éd. J. Monfrin, Paris. 1995. p. 324. § 652 et 653 : J. LE GOFF, Saint Louis, Paris, 1996, p. 109.

2 AMH DD4.

3 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 278-280.

4 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 299-300.

5 Comme les rentes se vendaient généralement au denier 10 dans la région, cela signifie que ces terres étaient estimées 12 livres tournois, ce qui était effectivement très inférieur aux prix qui se pratiquaient alors.

6 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 296-297.

7 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 299.

8 L’action du vice-amiral est très discutée. À partir d'un calcul contestable pour établir la valeur réelle des terrains cédés, en francs-or de la fin du XIXe siècle, Alphonse Martin lui reprochait essentiellement d’avoir volé les habitants d’Ingouville, ce qui n’était pas tout à fait vrai, comme on l’a dit, dans la mesure où ils n’étaient que les usufruitiers de ces terrains. Description..., op. cit., chap. I, note 1, p. 30-31. Plus récemment, Jean Legoy a critiqué sa cupidité et son arrogance, op. cit., introduction, note 7, p. 45. Par contre, à l’occasion du IVe centenaire de la fondation du Havre, le conseil municipal de la ville avait loué la « direction éclairée du sieur de Chillou », tandis que Philippe Barrey, tout en reconnaissant que la cession obtenue des paroissiens d’Ingouville était proche de l'escroquerie, se refusait à lui en faire grief car, « en somme, il faisait là une oeuvre complémentaire de celle du souverain ». op. cit., chap. I, note 57, p. 17. Enfin, critiquant ceux qui, eux-mêmes, « avaient parfois critiqué [l’action de Guyon le Roy] bien à la légère », René Herval, [« Un ingénieur siennois en France au XVIe siècle. Girolamo Bellarmati et la création du Havre », Cahiers Léopold Delisle, T. 10, 1961-1962, p. 5], considérait qu’on lui devait une oeuvre de génie car « le port neuf devait voir surgir à ses côtés une ville neuve », l’accord qu’il avait conclu avec les habitants d’Ingouville étant, de ce fait, une bonne chose.

9 AMH DD4. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 280-282.

10 A. MARTIN, Description..., op. cit. chap.I, note 1, p. 31, estime que Guyon le Roy tint le contrat caché aussi longtemps que possible car il craignait une revendication éventuelle du seigneur de Graville. Les débats du procès de 1524 montrent plutôt qu'il était persuadé du bon droit des paroissiens d'Ingouville. La même opinion se retrouve chez J. Legoy, op. cit., introduction, note 7, p. 4, qui remarque que Guyon le Roy intervient au moment où François 1er donne à l’amiral Bonnivet les futurs droits de douane et de péage à percevoir dans le nouveau port. Le lien entre les deux faits n’est pas absolument évident.

11 En 1519-1520, Jean Pellerin avait payé 16 livres 7 sous pour trois pièces de terre en herbage sise « entre le havre de Harfleur et les prés qui furent Clément Peppin ». ADSM A16 fol. 26.

12 ADSM A16 fol. 29. La prévôté d’Ingouville avait rapporté 32 £ 11s 9d obole pour le domaine fieffé et 86 £ 10s pour le domaine non fieffé. Un procès opposait la seigneurie à Étienne le Roux au sujet de 22 acres de terres pour lesquelles ce dernier avait émis une clameur de haro.

13 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 283.

14 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 282-288.

15 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 289-314. ADSM A4.

16 En fait, Guyon le Roy ne devait guère apprécier le château d’Orcher où, par erreur, son fils avait été empoisonné l’année précédente par son maître d’hôtel. Cf. A. MARTIN, “Un drame au château d’Orcher en 1523”, Recueil des publications de la Société havraise d’Études diverses, 1922, p. 99-102. G. de MARCEILLES, op. cit., introduction, note 17, p. 16, § 24.

17 É. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 89, p. 36-40. La perte de son procès contre le seigneur de Graville ne faisait donc que renforcer les déboires financiers du sieur de Chillou.

18 Les remarques de BORÉLY, op. cit., introduction, note 7, p. 185-186 sont dénuées de tout fondement. Le Parlement de Rouen n’était pas jaloux de ne pas avoir été consulté pour la construction du Havre, parce que cela n’entrait aucunement dans ses compétences. Sur la validité des travaux de cet historien, voir Ph. MANNEVILLE, « L’art de solliciter les textes ou comment on falsifie les documents pour étayer ses thèses : l’exemple d’A.-E. Borély » à paraître dans Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, T. LXIII. Par contre, on peut penser que l’affaire Gaspard Centurion dont on vient de parler avait dû attirer l’attention des magistrats sur les pratiques de Guyon le Roy.

19 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 229.

20 ADC F 6356.

21 BN PO 2583, Dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [7], 22 septembre 1524.

22 BN PO 2583, Dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [7] et MF 26120 [852]. Gaillard Spifame était commis à F Extraordinaire des guerres et général d’Outre-Seine. Il fut condamné pour malversations et mourut en prison en 1525, alors que, selon le Bourgeois de Paris, il était « homme de bien ». Ph. HAMON, op. cit., chap. II, note 8, p. 44-45 et 539540. Guillaume Prudhomme devint général des finances du roi et trésorier de son épargne. L. de LABORDE, Comptes des bâtiments du roi, T.l, Paris, 1880, p. 4.

23 Peut-être était-il alors moins puissant car des détournements estimés au quart de la somme totale de 400 000 livres de dépenses avait été dénoncés en 1527 et son nom évoqué dans plusieurs procès contre des financiers véreux de l’époque. M. MOLLAT, Genèse médiévale de la France moderne, Paris, 1970, p. 233. C’est sans doute pour se défendre qu’il avait emporté les comptes des premières années de travaux. Devenu infirme, il mourut en mai 1535, à l’âge de quatre-vingt-sept ans. Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 30.

24 Guyon le Roy continuait à avoir un rôle officiel important. En 1527, c’est lui qui adressa une requête à l’ambassadeur du Portugal, Honorat de Crahis, pour obtenir la restitution de la nef Le Christofle, qui faisait la guerre de course contre les Anglais et les Espagnols et avait été capturée par les Portugais. Il demandait aussi la relaxation de l’équipage qui avait été condamné à mort puis gracié et avait passé plus de 11 mois dans les prisons portugaises. Il interrogea notamment le capitaine et le barbier du bateau, originaires de Harfleur et Honfleur. AMH EE 83.

25 Lettre du 8 août 1524 dans laquelle il lui recommande faire “tout le dommage que l’on pourra et ce semblablement, aux Romains, Espagnols, Flamands et autres sujets dudit roi Catholique (Charles Quint), Milanais, Génois, Florentins, Siennois, Pisans et pareillement aux Anglais. BORÉLY, op. cit., introduction, note 7, Appendice No 11, p. 477.

26 En mars 1525, il fit arrêter dans le port quatre navires flamands chargés de pastel et autres marchandises, alors qu'ils avaient des saufconduits du roi et il fallut l’intervention de Louis de Brézé pour lever cet arrêt. AMH EE 84. En mai, c’est un navire génois qui fut attaqué et delesté de sa cargaison. AMH EE 85

27 MARCEILLES, op. cit., chapitre I, note 17, § 23, p. 15.

28 AN Xla 4880, fol. 143v.

29 ADSM A22.

30 BN MF 21405 [298] ; BN MF, Clairambault 782 [282]. Charles VIII avait déjà confirmé en 1484 à Louis, seigneur de Graville et de Montaigu, le don fait par son père Louis XII, en considération de ses bons et agréables services, du « prouffit », c’est-à dire de ce que le roi aurait dû percevoir, du droit de tiers et danger dans le « buisson » des Hallates. ADSM A4 et A16. Les autres parties de la forêt restaient soumises à cette taxe. ADSM A16 fol. 30v. La forêt des Hallates est aujourd’hui appelée Forêt de Montgeon. Cf. B. NICOLLE, « Mémoire de la forêt de Montgeon », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 1991, 50, p. 1-50.

31 Ainsi, sur une coupe de 30 arbres, la taxe représentait 10 arbres (1/3) + 3 arbres (1/10), soit 13 arbres. Cf. HOUARD, Dictionnaire de la coutume de Normandie, article « Bois ».

32 Lettres patentes du 8 octobre 1517. Le texte concernant Dieppe est dans AMD, Fonds Langlois, 3e liasse, No 1.

33 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 257-261. Un dragueur est un bateau de pêche.

34 AMH AA2. Les paroisses concernées étaient Saint-Nicolas de l'Eure, Ingouville, Sainte-Adresse, Sanvic, Fontaines, Saint-Barthélémy, Octeville, Raimberteau, Cauville, Buglise, Heuqueville, Saint-Jousin et Bruneval.

35 ADSM 3B1, T.l, Charte du 15 décembre 1520.

36 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 118.

37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 86 et 118. Seul le nom de Cardin Joyse est indiqué dans le compte de dépense transcrit par St. de Merval. Le montant de leur salaire n’est pas davantage indiqué.

38 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 118.

39 Alphonse MARTIN, loc. cit., chap. II, note 22 ; Jean LEGOY, « François 1er et le Havre », Recueil des publications de la Société havraise d’études diverses, 1994, p. 80-85.

40 ADSM 3B1, Charte du mois d’août 1520 ; St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 268.

41 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 273.

42 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 276-277.

43 GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 90, p. 29.

44 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 17, p. 12-13. Les élus sont, depuis le règne de Jean le Bon, les responsables de la levée des impôts dans une « élection », c’est-à-dire une circonscription fiscale comprenant un certain nombre de paroisses.

45 On doit se souvenir que l’année 1526 vit une crue de taille de 600 000 livres sur l’ensemble du royaume. En 1528, la somme réclamée à la Normandie fut de plus de 800 000 livres. On comprend que les responsables aient cherché à faire partager cette charge par le plus grand nombre possible de contribuables. Catalogue des Actes de François 1er, T. 6, Paris, 1894, p. 20, No 19009 et p. 146 No 19644.

46 AMH AA2. Lettres patentes d’octobre 1528, reprenant un texte du 17 mai 1527. Catalogue des Actes de François1er, T. 6, Paris, 1894, p. 53, No 19174.

47 ADSM 3B2, [T.2], Charte du 25 mai 1529.

48 Texte de la suppression dans BORÉLY, op. cit., intro note 7, Appendice 15, p. 489-491.

49 Le prévôt de l’Eure ne tenait aucun compte des privilèges de la ville du Havre et les habitants avaient, une fois de plus, fait appel au roi. Le récit très vivant de cette suppression est contenu dans AMH AA 8, Carton 2, liasse 8, notamment en ce qui concerne les réclamations des anciens fermiers de la dite prévôté, notamment Marion Petit, qui s’estimaient lésés dans leurs droits et à qui on réclamait le paiement complet de la dite ferme. MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 16, p. 12.

50 En fait, la somme était perçue par la vicomté de Montivilliers. AMH AA8, p. 2

51 Le sel devait être livré dans le grenier de l'abbaye à Harfleur. AMH AA8, p. 2-3.

52 En 1535, il institua en plus deux foires franches d’une durée de 15 jours, la première commençant le lundi suivant le dimanche de Quasimodo et l’autre commençant le 26 novembre, lendemain de la Sainte-Catherine. É. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 89, p. 31.

53 AMH AA2.

54 En février 1377, il avait fait droit à la « supplication des bourgeois, manants et habitants de la ville de Dieppe [qui] pour cause et occasion de nos guerres et de plusieurs mortalités [se disaient] tellement diminués et apetissés de peuple et de biens qu ils ne pouvoient bonnement et sans grande grevance payer les fouages à quoi ils souloient estre tauxés et imposés » et il leur avait octroyé une réduction d’un tiers de ce qu’ils devaient pour les fouages. Il avait accordé des abattements du même montant aux habitants de la ville d’Eu puis, l'année suivante, à ceux de Vernon et de Louviers. BN MF 25704 [486 et 529]. Des privilèges identiques avaient été accordés aux habitants de Saint-Quentin-en-Vermandois. Ibid. [584].

55 Cette décision avait posé bien des problèmes aux fermiers des aides à Dieppe et à Harfleur BN MF 2570 [97], 26004 [1269 et suiv.], 26005 [1499].

56 AN J 774 [40]. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 316 avec la date du 16 juin.

57 Parmi lesquels se trouvait Jean de Marceilles, le père du premier historien de la ville.

58 AMH AA8. Le nom de Ville Françoise apparaît pour la première fois en mars 1522, dans une requête des habitants adressée à la Chambre des Comptes. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 274. mais cette dénomination n’a pas réussi à prévaloir contre l’antique nom de Grasse. A. MARTIN, Description..., op. cit., chap. 1, note 1, p. 163. C’est pourtant celle que le roi voulait donner à la nouvelle ville. Cf. plus bas, conclusion, p. 167.

59 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 474.

60 E. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 89, p. 33.

61 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 426.

62 AN, Marine, D2/7 [1], un Robert Mahieu est cité parmi les dix-huit pionniers à 3 sous qui creusent les fondements du nouveau havre. Cf. texte en annexe p. 180.

63 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 267. Sur les visites de François 1er au Havre, voir A. MARTIN, loc. cit, chap. II, note 22.

64 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 464.

65 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 426. Témoignage de Robert Mahieu.

66 Ph. LARDIN, « La municipalité rouennaise et la pollution à la fin du Moyen Âge », Colloque de Liessies, (29-31 mars 1999) (à paraître).

67 G. MARCEILLES, op. cit.. chap. I, note 17, §43, p. 23.

68 AMH AA8 p. 66.

69 BN MF 26118 [571].

70 BN MF Clairambault, vol. 134, [19] et MF 26120 [906].

71 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, Guillaume Paré p. 237 et 278 ; Jacques et Robin Paré, p. 245 et 278 ; Jacques le Pellé, p. 81, 240, 278 et 280 ; Pierre Léger, p. 247 ; Guillaume Aubery, p. 92 et 248 ; Guillaume Daniel, marchand de drap, p. 248 ; enquête de 1532, p. 361-388 et p. 423-471.

72 AMH AA 8 p. 7 et 8, et AMH CC 247.

73 A. MARTIN, Description..., op. cit., chap. I, note 1, p. 195-196.

74 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 231-256.

75 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §10, p. 10.

76 Ph. LARDIN, op. cit., chap. I, note 59, p. 434-435.

77 AMH AA8.

78 En 1541, Girolamo Bellarmati, chargé par le roi de repenser l'organisation urbaine, se heurta à une sorte de grève des transporteurs refusant d’amener dans la ville les pierres du Val-des-Leux et de Vernon qui devaient être utilisées aux fortifications. R. HERVAL, op. cit., chap. IV, note 105, p. 12.

79 A. MARTIN, Description..., chap. I, note 1, p. 169.

80 ADSM A5, fol. 100, compte de 1479-1480.

81 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 224.

82 G. PRIEM, “Les maisons normandes disparues et la collection Gosselin du musée d’archéologie de Graville”, Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, No 27, 1970, p. 22.

83 ADSM 2E91/29, 14 août 1540.

84 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 305 et 412. Les tuiliers devaient 1 000 tuiles par an à Guyon le Roy. Voir Dr G. LEROY. « Tuiliers, briquetiers, faïenciers du Havre et de la région », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 1934, 14, p. 45-69.

85 Les tuiles étaient vendues jusqu’au Bec-Crespin. ADSM 1 ER 1596 fol. 103.

86 BN MF 26120 [906].

87 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 427.

88 P. PRET, « Essai sur les franchissements successifs du grand bassin du Havre sous l’Ancien Régime », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 45, 1987, p. 47-61.

89 BN MF 26123 [1389].

90 BN MF 26123 [1390].

91 G. MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §12, p. 11. Ce pont avait été remplacé à l'époque de cet auteur par « un grand pont couvert d’ardoises » qui se levait lui aussi, mais qui, dans sa partie fixe, était bâti de maisons que la ville louait à son profit. Voir aussi J. et Cl. BRIOT, « Les maîtres des quais du Havre de Grâce », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 1984, 41, p. 1-12.

92 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 402.

93 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 86.

94 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 118.

95 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 151-154.

96 Voir plus haut p. 97. Le ciment coulé à chaud était appelé ciment à feu.

97 A. MARTIN, Description..., op. cit., chap. I, note 1, p. 189.

98 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 153.

99 Il faut toutefois rester prudent car rien ne dit que les tuyaux qui furent mis au jour cette année-là sont bien les premiers qui furent mis en place. En effet, en 1541, des travaux furent effectués par Pierre le Maistre, fontainier de Rouen, qui installa des tuyaux de quatre pouces de diamètre (14 cm environ), recouverts de plomb à l’intérieur et soudés au ciment à feu. AMH DD12.

100 ADSM G 624.

101 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 173.

102 AMH DD12.

103 En 1541, des travaux réalisés sur une des citernes, dite de l’Épine, près de Saint-Adresse, rassemblèrent 7 maçons et 7 manoeuvres. La citerne était gardée la nuit « pour empescher que nuls mauvaises gens n’y fassent mal » et on installa des lices autrement dit des barrières tout autour. AMH DD12.

104 G. MARCEILLES, op. cit, chap. I, note 17, § 26, p. 17.

105 ADSM 3B9, Charte du mois de novembre 1582.

106 Arrêt du Parlement de Rouen du 17 juillet 1586, reprenant cette thèse et donnant raison au seigneur de Graville. ADSM 3B9, Charte du 17 juillet 1586.

107 M. POMIER, Le Corps de Ville du Havre de Grâce et la défense des intérêts de la ville, Thèse de Doctorat en Droit (dactylographiée), Université de Paris, Fac de Droit, dir. M. OLLIVIER-MARTIN, 1949. notamment p. 31-35.

108 G. MARCEILLES. op. cit., chap. I, note 17, § 15, p. 12.

109 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 274. Sur cette question, voir Ph. MANNEVILLE, « Les noms du Havre », à paraître dans Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, T. LXII.

110 Ph. MANNEVILLE, « Bourgeois et bourgeoisie de statut au Havre (XVIIe-XVIIIe siècle) », Annales de Normandie, No 3, juin 2001, p. 261-264.

111 G. MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 20, p. 13-14.

112 En 1528, les conseillers se nommaient Michel le Libot, Jean Porcher, Robert Tyrebarbe, Jean Delamare, Maître Jacques Thyrel, Guillaume Cavellier, Colin Guieffroy et Guillaume Buisson. AMH AA8, p. 9 et p. 15.

113 AMH AA8 p. 32. Les 5 autres étaient Me Jacques Thyrel, Richard Valentin, Guillaume Cavellyer, Richard Saubuisson, Guillaume Buisson comme quatre ans auparavant.

114 AMH AA8 p. 10-11.

115 AMH AA8 p. 13. En 1532, le sergent s’appelait Jean Morisse. Ibid. p. 51.

116 Les autres bourgeois présents sont Jean Poullain, Jean Scot, Guillaume Lipot, Hélyot Dupuys, Charles Girard, Richard Saubuisson, Jean Boutteron, Robert James, Roullin Hurel, Michault Tanquerel, Henry Mouquelin, Jean Druet, Michel de Bréau, Guillaume Désert, Guillaume Brunei, Guillaume Larcher, Jean Huchon, Marguerin Bouts, Guillebert Scot « et semblablement plusieurs autres habitants de la dite ville de Grasse tous bourgeois dudit lieu », p. 9-10.

117 Les bourgois étaient : Jean Valentin, Robert Mahieu, Jean Delamare, Jean de la Porte, Étienne Monnier, Guillaume Picot, Noël Bou, Jean Gougeas, Jean Duet, Colin Gieffroy, Colin Bellenger, Jean Anger, Jean Clerice, Michel de Breau, Jean Boutteron, Jean Hamel, Jacques Delahaye, Henry Mouquelin, Jean Brethon, Jean Vatemare, Guillaume Herveau, Richard Horslaville, Adrien Raymon, Noël Lucyer, Guillaume Bellemare, Jean le Boullenger, et autres bourgeois et habitants dudit lieu. p. 16.

118 En 1532, il s’appelait Guillaume Herveau. AA8 p. 51. En 1544, ses gages étaient de 4 livres par an. AMH CC 243.

119 En 1532, il s’agissait de Guillaume Daniel, Jean Gougeas, Raoullin Vimart et Thieriot Monnier. AMH AA8 p. 9.

120 BN MF 26123 [1389].

121 Ce que l on appela au Havre le Logis du Roy et qui en fut le premier hôtel de ville était en fait la déformation du Logis Le Roy, c’estàdire l’hôtel particulier que Guyon le Roy s'était fait construire et qu’il garda toute sa vie même après son éviction de la direction du chantier et son expropriation des terres qu'il avait indûment achetées. En fait, la succession donna lieu à des difficultés entre ses héritiers. Cf. Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 28.

122 AMH AA8 p. 9. A. MARTIN, Description.... op. cit., chap. I, note 1, p. 45-46.

123 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 28, p. 17-18.

124 BN MF 26123 [1389].

125 E. LE PARQUIER, L’organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, 1932. Ph. LARDIN, « La vie municipale à Rouen au lendemain de la révolte de la Harelle à travers le plus ancien registre de délibérations (1389-1390) », dans La ville en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges JeanPierre LEGUAY, textes réunis par Ph. LARDIN et Jean-Louis ROCH, Rouen, 2000, p. 261 290.

126 AMH II 23 fol. 7 et suiv. ; fol. 24 et suiv. ; fol. 43 et suiv ; fol. 63 et suiv. ; AMH CC 282.

127 Op. cit., chap. I, note 17, § 15, p. 12. Voir la liste des taxes dans AMH AA8 p. 43-46.

128 Jean Férey exerça sa fonction au moins jusqu'en mai 1541 puis il fut remplacé, au plus tard en 1543, par Jean de la Porte qui paya notamment les gages de Louis Sanglier, capitaine de la ville, et 22 livres 10 sols à Robert Hacquet, procureur de la ville qui était allé à Rouen pour régler des procès. AMH CC243 et CC 247.

129 En 1544, il s’appelait Nicolas Roussel.

130 AMH CC247.

Table des illustrations

Légende La maison du passeur
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende L’hôtel commun du Havre en 1684(Dessin sur tissu d'Ameline, d'après une gravure ancienne)Musée du Vieux Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search