Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Chapitre III. Les travaux de maçonnerie

Texte intégral

1Parallèlement aux travaux de terrassement, les maçons Michel Férey et Jean Gauvain dirigeaient le chantier de maçonnerie qui devait permettre de consolider les flancs de la nouvelle passe. Ce chantier était totalement indépendant du précédent. Les officiers du roi n’intervenaient, à intervalles réguliers, que pour effectuer les paiements qui suivaient le toisage des travaux effectués par des maçons jurés de la région et les quittances ne mentionnent que les dépenses qui restaient à la charge du roi d’après le devis. On est donc beaucoup moins bien renseigné sur le déroulement de cette construction et on ne sait pratiquement rien des hommes qui y participèrent car ils étaient recrutés par les entrepreneurs eux-mêmes qui achetaient aussi l’essentiel des matériaux. Par conséquent, les documents qui nous sont parvenus ne nous permettent que de suivre – épisodiquement – l’avancement des travaux tandis qu’on ne sait rien de précis sur le fonctionnement de ce chantier.

I/ LE DEVIS

  • 1 Original dans AMH DD88. Édition dans St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 3039.

2Le devis accepté par Michel Férey et Jean Gauvain était celui qu’avaient rédigé les seize maçons réunis par Guyon le Roy1. Il ne concernait que les travaux de maçonnerie, c’est-à-dire la construction des quais du bassin, de deux tours situées à l’entrée du nouveau port, et des deux jetées prévues sur les bords du chenal qui serait percé pour y donner accès. Le percement de ce chenal, à travers la barre de galets et de terre derrière laquelle s’abritait la crique que l’on allait aménager, était entièrement à la charge du roi, tout comme le comblement du passage ancien dans cette même barre, situé un peu plus en amont. Le creusement d’un canal d’environ sept kilomètres de long destiné à relier le nouveau havre à l’avant-port de Harfleur serait également confié aux officiers du roi.

  • 2 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 37.

3L’existence de ce devis permet de connaître assez précisément la nature des travaux de construction qui étaient envisagés. Il nous renseigne aussi sur les matériaux qui devaient être employés mais, comme le chantier était entièrement sous la responsabilité des maçons, il n’est pas possible de savoir avec précision comment le devis fut modifié à mesure que la construction avançait. Le nombre d’ouvriers présents, les variations des effectifs, les salaires versés et le prix des matériaux nous échappent également puisque les deux entrepreneurs s’étaient engagés « à trouver toutes matières pour faire ladite besogne [...] avec les engins et leurs établissements2 ». La fourniture de la pierre, du bois et des engins nécessaires pour les mettre en œuvre – c’est-à-dire les poulies, les grues, les pinces, etc. – était laissée à leur initiative. C’étaient eux également qui devaient payer leurs ouvriers. Par contre, le roi s’engageait à leur fournir le fer, le plomb, les échafaudages et à leur « bailler toute place nette à maçonner », autrement dit à dégager les lieux où se dérouleraient les travaux, notamment en ce qui concernait les jetées.

  • 3 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 31-32.

4Le devis prévoyait d’abord la construction de « deux grosses tours avec deux jetées de grande pierre (...) devers l’amont et l’autre devers l’aval3 ». Les jetées devaient servir à délimiter l’entrée du nouveau port et à consolider les parois du chenal. La jetée construite vers l’amont de la Seine aurait trente-quatre mètres de long tandis que l’autre, au contact de la mer, vers l’aval, serait un peu plus longue et atteindrait quarante mètres. Le chenal séparant les deux jetées devrait avoir trente-trois mètres de large entre les deux tours, à l’entrée même du bassin, et le double du côté de la mer. C’était donc une sorte d’entonnoir de pierre qui était prévu, pour permettre aux bateaux de se guider facilement vers le port. Ce dernier devait être consolidé par « deux pans de mur liés à chaque tour » pour « soutenir les parois et terre et garder qu’elles ne tombent dedans ». Ces parois de pierre devaient avoir quatre mètres de large à leur base et trois mètres à leur sommet. On prévoyait que chacune mesurerait soixante-quatre mètres de long.

  • 4 Les carrières du Val-des-Leux étaient situées entre Rouen et Harfleur, à proximité du village de C (...)
  • 5 Situées dans l’Oise, ces carrières fournissaient de la pierre à la région parisienne et à la vallé (...)
  • 6 L. DUJARDIN, Carrières de pierre en Normandie. Contribution à l'étude historique et archéologique (...)
  • 7 L. DUJARDIN et J.-Fr. LEGEMBRE, « Les carrières de construction à Fécamp (Seine-Maritime) », 119e (...)
  • 8 D’importantes exploitations de grès étaient situées sur le côté près de Petit Ailly, à quelques ki (...)

5Les jetées devaient être faites de pierre de Vernon, la base des tours en pierre du Val-des-Leux4, et le reste de la construction en pierre de Saint-Leu d’Esserent5. Les terrasses seraient de bonne pierre de liais, tandis que de « longues pierres de grès » devraient terminer les jetées au contact de la mer. Les maçons rouennais qui étaient à l’origine du devis avaient choisi les pierres qu’ils avaient l’habitude d’utiliser. Ils avaient évidemment éliminé la pierre de Caen, dont la livraison par bateau n’aurait pas posé de problème mais qui n’aurait pas résisté à l’influence néfaste de l’air marin6. Ils n’avaient pas non plus fait appel à des pierres locales comme celles des carrières de la seigneurie de Tancarville, ni à la pierre de Fécamp7. Les pierres qu’ils avaient choisies étaient certes assez faciles à transporter par la Seine, mais les délais de livraison risquaient de poser des problèmes, en particulier pour la pierre de Saint-Leu d’Esserent, notamment le liais, de plus en plus utilisée dans la région rouennaise et, de ce fait, assez souvent sujette à des ruptures d’arrivage. En revanche, le grès qui était exploité sur la côte, notamment près de Dieppe, pouvait, en principe, être amené sur place sans difficulté par bateau8.

  • 9 Cdt QUÉNEDEY, op. cit., chap. II, note 130.
  • 10 Dans le Pays de Caux, le mot “cacher”, signifie enfoncer. On dit, par exemple, “cacher un clou” po (...)
  • 11 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 33.
  • 12 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 413.

6Les tours faisaient l’objet de la première description précise du devis. Elles devaient avoir « 36 pieds de creux », soit environ douze mètres de diamètre, sans compter les murs dont l’épaisseur serait de six mètres à la base et de 4 mètres au niveau du premier étage. Il s’agissait donc d’une construction massive nécessitant des fondations profondes et un sol stable. C’est pourquoi, les maçons devaient « ériger lesdites tours aussi bas que le lieu le requerra[it] et dessous faire pilotis et plate-forme si métierét[ait] ». Cette dernière partie de la phrase signifiait que, comme partout ailleurs, on enfoncerait des pieux de bois dans le sol pour renforcer le sous-sol et servir de base à une plate-forme de mortier d’une épaisseur de cinq centimètres destinée à recevoir le premier rang de maçonnerie9. Autour de cette plate-forme, il faudrait installer un rang de pieux carrés aussi profondément que le lieu le permettrait et, devant cette première protection, installer une « ventrière » également en bois, c’est-à-dire un ensemble de traverses chevillées à l’aide de crochets de fer. Entre cette rangée de pieux et la ventrière, l’espace ainsi créé serait rempli de « pierre dure, cachée [enfoncée]10 à coup de maillet avec un bon mortier », cela afin de « garder que l’eau ne puisse dégrader le dessous des dites plates-formes, ni eslaver [saper] le pied des dites murailles11 ». Cette « pierre dure » serait bien sûr prise dans les marais des environs qui étaient « lieux pleins de pierre12 », ainsi que dans les gravats que les terrassiers allaient enlever pour percer le chenal d’entrée du nouveau port.

7Situées à l’intérieur du chenal et en réduisant la largeur, les tours devaient avoir « trois étages, y compris l’étage dedans les terres », autrement dit un sous-sol, un rez-de-chaussée et un seul véritable étage. Le sous-sol, d’une hauteur de quatre mètres, était destiné à entreposer les provisions et la poudre, ce qui nécessitait une construction parfaitement étanche. Une voûte de quatre-vingts centimètres d’épaisseur le séparerait du rez-de-chaussée haut de cinq mètres trente. On y installerait « des canonnières à tous les lieux où il sera(it) requis » et des évents étaient prévus en face pour évacuer les fumées. Au milieu de la pièce, un pilier servirait à supporter la charge de l’étage supérieur qui recevrait lui aussi des canonnières et atteindrait six mètres de haut. Le rôle militaire de ces constructions était donc primordial aux yeux de Guyon le Roy et des autres officiers du roi. Il était d’ailleurs également prévu de tendre une ou plusieurs chaînes entre les deux tours pour interdire l’entrée du port à des navires hostiles. À cet effet, un passage devait être ménagé dans le mur du rez-de-chaussée pour en permettre les mouvements à l’aide de « gros pouliots de cuivre pour conduire les dites chaînes ». Au sommet de la tour enfin, un mâchicoulis s’élargissant de trente centimètres à chaque niveau devait s’achever par un avant-mur de cinquante centimètres d’épaisseur et d’environ deux mètres de haut. Percé de créneaux et d’arbalétrières, il permettrait de « tirer en la mer quand métier en sera[it] ». Par bien des aspects, cette construction présentait donc des éléments plus médiévaux que modernes...

Les parois de la tour François 1er peu avant sa destruction.

  • 13 Selon G. MARCEILLES, op. cit. chap. I note 17, §4, p. 7, Guyon le Roy aurait déjà utilisé ce systè (...)
  • 14 P. PUJO, Vézelay, Paris, 2000, p. 135-136. P. HAASÉ, « Fortifications de villages au pays de Vézel (...)
  • 15 En réalité, l’efficacité de ces bossages était illusoire et même éventuellement néfaste, puisqu’il (...)

8C’est également la capacité à résister aux attaques qui avait déterminé le choix des pierres à employer. Le sous-sol serait fait en pierre du Val-des-Leux qui résistait bien à l’humidité alors que les deux autres étages seraient en pierre de Saint-Leu d’Esserent qui durcissait rapidement à l’air et était fréquemment utilisée dans les fortifications. Les parements des tours seraient, eux, en pierre de Vernon de même que les larmiers qui devaient dépasser la paroi d’une quinzaine de centimètres « pour jeter l’eau en arrière de la muraille ». Le long des murs, tous les trois rangs, une pierre serait mise perpendiculairement aux autres de façon à déborder quelque peu et à créer des bossages. On aurait ainsi alternativement « des pierres debout [...] en pointe de diamant et des rondes pierres en pierre de bombarde ». L’aspect hérissé de la tour François 1er, tel qu’on peut le voir sur les photos du XIXe siècle, montre que l’on était évidemment loin au Havre des recherches architecturales qui se faisaient alors ailleurs et, en particulier, à Gaillon13. On allait faire ici ce que s’était fait pour de nombreuses fortifications, notamment pour celles de Vézelay qui remontaient au milieu du XIVe siècle14 ou celles du château de Dieppe construites environ un siècle plus tard. Même si le but de ces bossages était de protéger la tour contre une artillerie de plus en plus efficace, le procédé choisi n’avait rien de novateur15.

Vézelay, Porte neuve (milieu XIVe siècle)

  • 16 Ph. LARDIN, op. cit., chap. I, note 59, p. 154-155.
  • 17 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 37.

9Les terrasses du toit, en pierre de liais maçonnée à l’aide d’un bon « ciment » ne seraient faites qu’« en bonne saison ». On avait voulu ainsi éviter les défauts classiques des murs construits avec un mortier trop faible que le gel ou les pluies abondantes fragilisaient rapidement. Le ciment, à cette époque, était en fait un béton, fabriqué avec de la chaux et du sable, mais aussi avec des graviers de bonne taille. Selon une technique nouvelle au début du XVIe siècle, il pouvait être imperméabilisé à l’aide de poix-résine chauffée qui s’infiltrait dans les joints et les fissures potentielles16. Ainsi, grâce à une « bonne pente maçonnée », l’eau de pluie serait évacuée par des gargouilles en pierre de Vernon de quatre mètres de long. Enfin, sur ces terrasses, serait installé « aussi haut qu’il sera requis [...] lanterne ou falot ou feu pour les navires17 ». Les terrasses devant forcément être construites en dernier, on pensait être en mesure de terminer le chantier avant l’hiver, sinon il faudrait attendre le printemps suivant. En attendant, les maçons pourraient éventuellement travailler aux installations intérieures pendant la mauvaise saison.

10Le pilier central des tours serait en pierre de Vernon. Un escalier en colimaçon relierait les étages entre eux, jusqu’aux terrasses qu’il traverserait puisqu’il devait permettre d’aller accrocher les fanaux. Enfin, des cheminées seraient installées « dedans les épaisseurs par devers les terres » ainsi que des latrines « au lieu le plus propre que l’on verra[it] ». Un minimum de confort avait donc été prévu pour les occupants qui, en dehors des périodes de conflit, seraient chargés de surveiller les allées et venues dans le port. C’est dans ce but qu’il avait été prévu de faire, devant les tours, en direction du bassin, « une allée pour servir à aller sur la jetée porter du cordage ou en recueillir pour secourir les navires quand il y en aura[it] métier ». Ces quais devaient avoir trois mètres d’épaisseur à la base et deux mètres au niveau des jetées sur lesquelles ils devaient venir mourir.

  • 18 On trouve, par exemple, ce paiement « Pour Jean Ballant, demeurant aud. Harfleur pour clouterie, [ (...)

11Le devis décrivait ensuite les jetées et les quais dont la construction commencerait sur les plates-formes des tours et continuerait ensuite sur d’autres pilotis. Elles auraient un mètre trente de large à la base et un mètre à leur partie supérieure. Les jetées devraient avoir une hauteur supérieure d’un mètre aux vagues les plus hautes qui y pourraient survenir. Sur la dernière assise de pierre, à intervalles réguliers, de longues pierres de grès, enfoncées aux deux-tiers, laisseraient de quoi « estaller les navires quand métier sera[it] ». Les parties supérieures et les parements seraient faits en pierre de Vernon que les maçons devraient asseoir « toutes boutisses » aux extrémités, c’est-à-dire qu’il n’y aurait qu’un seul bloc de pierre sur toute la largeur de chacune des jetées, « pour mieux les défendre des vagues de la mer ». Par contre, le reste des jetées pourrait être composé de parements de plusieurs blocs tandis que le remplissage et le maçonnage utiliseraient de « bonnes bittes du Val-des-Leux » les plus grandes possibles, autrement dit des pierres dures qui servaient habituellement pour les fondations. Les joints des parements devraient être bien liés et largement remplis de bon mortier. Comme souvent dans les constructions maritimes, il avait aussi été prévu que l’on mettrait, à mesure que l’on maçonnerait, de la mousse entre les lits de mortier et entre les joints « jusqu’à la hauteur de la plus haute eau qui y pourrait venir », afin de renforcer encore l’étanchéité et la solidité d’une construction qui serait en contact permanent avec la mer18.

12Le devis se terminait par l’exposé de la méthode de calcul du toisage qui servirait à payer les maçons, telle qu’elle avait été définie par Roulland le Roux. Les entrepreneurs devaient recevoir régulièrement de l’argent « ainsi qu’ils besogner[aient] et que la besogne ira[it] de l’avant, pour acheter les matières requises et payer les ouvriers ». En échange de ces paiements, considérés comme des avances permettant le bon fonctionnement du chantier, les maçons devraient fournir des cautions sur leurs biens afin de permettre aux représentants du roi de s’assurer que cet argent servirait bien aux dépenses prévues. À la fin des travaux, comme sur tous les chantiers, on toiserait définitivement l’ouvrage afin de procéder au « pourpaiement » c’est-à-dire à la liquidation des dépenses.

13Jean Gauvain et Michel Férey s’engagèrent effectivement sur leurs « corps, biens et héritages » à tout achever « à la fin du mois d’octobre prochain venant », ce qui était à peu près irréalisable. C’était, là encore, la méthode employée habituellement pour les constructions d’une certaine importance. On lançait d’abord les travaux, puis on voyait comment les choses évoluaient, l’allongement de la durée du chantier permettant de réunir des fonds à mesure que les dépenses augmentaient. C’était aussi, on l’a dit, la méthode financière employée par la monarchie.

II/ DÉROULEMENT DES TRAVAUX

Préparation du sol

  • 19 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 37.

14Selon le devis, le travail de préparation du sol pour la construction des tours et de la jetée était à la charge du roi. Celui-ci, par l’intermédiaire de Guyon le Roy, s’était, en effet, engagé à préparer le sol où la maçonnerie s’élèverait « sans que le maçon soit tenu quérir [...] la plate-forme19 ». Une partie des pionniers engagés sur le chantier de la nouvelle tranchée fut donc aussi occupée à préparer l’assise poulie travail des maçons, d’abord en creusant puisque la construction commençait par le sous-sol puis en enfonçant des pieux dans le sol pour le stabiliser à l’endroit où s’élèveraient les murs de la tour. Ces pieux devaient avoir des dimensions suffisamment importantes pour être réellement efficaces. Ils étaient en partie à la charge du roi et on peut penser que, parmi les achats de pieux mentionnés dans les comptabilités, un certain nombre fut utilisé pour les fondations de maçonnerie, sans qu’il soit possible d’en connaître le nombre exact.

  • 20 St. de MERVAL, op. cit.. introduction, note 4, p. 107.
  • 21 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 225.

15Grâce à quelques rares documents nous permettant de connaître l’origine des matériaux livrés aux maçons, on peut constater que le devis était apparemment respecté. En avril 1518, Colin Pannier, devenu « maître pauvre homme du métier de la mer », reçut la modique somme de 2 livres pour compenser la perte de son navire qui s’était brisé lors du déchargement des pierres - sans doute du grès – qu’il transportait20. En 1523, cent trente-six tonneaux de pierre du Val-des-Leux coûtèrent 110 livres, mais cette somme comprenait aussi le salaire des ouvriers qui les avaient mis en place21.

Les toisages

16Les données précises sont donc très réduites. Aucun maître des œuvres ne surveillant le déroulement des travaux, il est impossible de savoir combien d’ouvriers étaient employés à l’érection des tours et au pavage des jetées. La relative lenteur de ces travaux montre néanmoins qu’il ne devait pas y avoir plus d’une vingtaine de maçons et manœuvres à la fois comme, à peu près au même moment, sur le chantier de la tour Saint-Romain de la cathédrale de Rouen. Il est, en effet, évident que s’ils voulaient faire des profits, les deux entrepreneurs n’avaient pas intérêt à engager des effectifs pléthoriques sous peine de ne pas pouvoir les payer avec les sommes qui leur étaient versées à l'issue des différentes mesures de leur travail.

17Seuls, ces « toisages », exécutés à peu près tous les six mois, nous permettent de suivre ce qui se passait. Tous, malheureusement, n'ont pas été conservés et nos connaissances restent assez imprécises. Ces estimations permettaient aux responsables de savoir comment le chantier de maçonnerie avait avancé, des marques dans la maçonnerie servant d’ailleurs à repérer l’endroit où s’était arrêté le toisage précédent. L’essentiel de l’opération consistait à mesurer la superficie des différentes parties de la construction – autrement dit les parements – puisque c’était ce travail qui était le mieux payé. Les parties épaisses ne nécessitant pas autant de soin étaient payées, on l’a dit, au volume.

  • 22 Pierre Delorme était devenu maître des œuvres de la ville de Rouen au plus tard en 1513 (ADSM 2E1/ (...)
  • 23 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 226
  • 24 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 98 et p. 142. Les comptes ne sont pas très préci (...)
  • 25 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 171.

18Comme sur tous les autres chantiers de la fin du Moyen Âge, ces toisages étaient confiés à des maîtres-jurés de maçonnerie extérieurs au chantier et, si possible, sans relation avec les entrepreneurs. Les premiers toisages furent l’œuvre de Pierre Delorme, un des rédacteurs du devis, à la fois maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen et maître de maçonnerie de la ville de Rouen22, en compagnie de Thomas Théroulde, « maître maçon de Caudebec », c’est-à-dire en fait, maître des œuvres de cette ville. En 1519, le fils de Thomas, Jacques Théroulde, maître-maçon à Rouen, les rejoignit. En 1523, Thomas Théroulde effectua le dernier toisage qui nous est parvenu en compagnie de Robert Quatremains, maître des œuvres de l’abbaye de Grestain23. Un émissaire du responsable du chantier allait chercher ces experts et on payait 100 sous à chacun d’eux pour les dédommager de leurs frais de déplacement24. Leurs estimations étaient faites en présence du contrôleur du chantier devant qui les experts s’engageaient par serment à « rapporter la pure vérité25 ».

Tableau No 11. Les toisages de maçonnerie du chantier du Havre

Tableau No 11. Les toisages de maçonnerie du chantier du Havre

* Y compris les travaux à la maison des barres.

19On suit relativement bien le déroulement des trois premières années du chantier de maçonnerie. Comme pour le creusement de la tranchée, les travaux débutèrent lentement et difficilement. Les problèmes d’infiltration d’eau que nous avons évoqués plus haut empêchaient les maçons de travailler aux jetées. C’est pourquoi ils commencèrent par élever la première des deux tours dont la construction avait été prévue. Pendant l’hiver, ils maçonnèrent les bords de l’excavation puis, l’année suivante, comme il était toujours impossible de travailler dans le fossé où s’activaient des centaines d’ouvriers, ils firent – tout en continuant à construire la tour – les quais et les murets sur les bords du bassin. Sans doute les effectifs que dirigeaient Michel Férey et Jean Gauvain augmentèrent-ils un peu, mais il s’agissait là d’un travail relativement simple, ce qui en explique la rapidité d’exécution et les sommes importantes payées aux entrepreneurs. Pendant l’hiver, les maçons construisirent encore les bords de la tranchée, mais c’est seulement pendant l’année 1519 que la jetée d’aval fut presque totalement achevée.

  • 26 BN MF 26116 No 306. En septembre 1518, il avait participé au procès-verbal de réception des travau (...)
  • 27 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 183.
  • 28 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 217.
  • 29 G. BOIS, op. cit., chap. II note 24, p. 68.
  • 30 A. MARTIN, Description... op. cit., Chap. I, note 1, Plan de la ville, hors-texte.

20Si l’on admet que les dépenses dues aux travaux du Havre représentèrent une somme de 400 000 livres, les données dont on dispose permettent de constater que la maçonnerie en représenta au moins le quart. À partir du mois d’avril 1519, les procès-verbaux des toisages servirent à mesurer « la besogne de maçonnerie quia[vait] été faite par Michel Férey » depuis le dernier toisage d’octobre 1518. Comme c’est aux deux maçons engagés conjointement que les paiements auraient dû être faits, cette phrase signifie que Jean Gauvain ne participait plus au chantier depuis plusieurs mois. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il était devenu maître des œuvres du roi pour le bailliage de Caux et qu’il était donc pris par sa nouvelle tâche26. Il avait installé sa maison près de l’endroit où devait être construite la deuxième jetée dans la direction de Harfleur et les toisages divisent celle-ci en deux parties dont l’une est dite, en octobre 1520, « du côté Gauvain27 ». Cette indication n’est pas facile à utiliser car il était fréquent de continuer à appeler un lieu du nom de son occupant, même quand celui-ci était mort depuis un certain temps. On ne peut donc pas savoir si Jean Gauvain vivait encore au Havre à cette date. Toutefois, à partir de 1523, la même partie de la jetée est dite « devers la maison de Vauchouquet », qui était le surnom de Michel Férey28. Celui-ci avait donc récupéré la maison de son ancien associé car cette évolution de la toponymie prouve que Jean Gauvain n’était plus alors au Havre, sans doute parce qu’il était mort entre temps, au cours de l'épidémie de peste qui ravagea la Normandie en 1521-152229, ce que confirme le fait qu’il n’apparaisse pas parmi les propriétaires de maisons qui s’étaient installés dans la ville naissante à proximité du nouveau port30.

La tour

  • 31 Cl. et J. BRIOT, « La tour François 1er », Le Chasse-Marée, 86, février 1995, p. 10-15 ; des mêmes (...)
  • 32 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 116.

21Le premier relevé des travaux dont nous disposons date du mois de juillet 1517. On sait qu’il donna lieu à un paiement mais son contenu n’est pas connu. On peut seulement supposer qu’il évaluait le travail effectué aux premières fondations de la tour31, construite sur ce qui devait être la jetée « du côté d’aval ». Au mois de juin précédent, Jacques d’Estimauville s’était rendu auprès du roi pour lui transmettre une lettre de Guyon le Roy, « faisant mention des fondements que ja on avait commencé à faire pour asseoir une des tours [...] et avoir avis de la grandeur et épaisseur que le roi entendait lui bailler32 ». Ainsi, le devis que les maçons avaient accepté n’était pas forcément définitif et le roi pouvait encore modifier la taille de la construction ou l’épaisseur des murs. Dans ce cas, les paiements auraient été plus élevés puisque la taille des murs et les volumes de blocage entre les parements auraient été plus importants. La réponse du roi ne nous est pas parvenue, mais les paiements ultérieurs montrent que l’on se contenta sur le moment de ce qui avait été prévu par le devis. Quoi qu’il en soit, comme sur le chantier de pionnerie, l’empirisme était présent dès le début de ces travaux et il devait l’être tout au long des années à venir.

  • 33 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 88-90. Par la suite, on installa d’autres cachot (...)

22Il faut attendre le 29 octobre 1517, c’est-à-dire pratiquement la fin du chantier de pionnerie, pour avoir une idée plus précise de la construction. Les murs s’étaient élevés « dedans la tour jusques à sept pieds de haut », soit d’un peu plus de deux mètres. Les premières assises de la future jetée avaient été établies tout autour. À l’intérieur, pour accéder au rez-de-chaussée, on avait commencé la « vis », autrement dit un escalier en colimaçon, dont les marches avaient soixante centimètres de large. L’« huisserie » installée « sous la vis », c’est-à-dire à l’endroit où celle-ci achevait son premier tour sur elle-même, avait déjà deux « jambes ». Enfin, une cloison de trois mètres de haut devait séparer la chambre des poudres de la prison, première nouveauté dont il n’était pas question dans le devis33. Cette cloison était plus haute que les parois du sous-sol lui-même parce que la séparation entre le sous-sol et le rez-de-chaussée devait être voûtée et, par conséquent, plus élevée en son « parmy » – autrement dit en son centre – que sur le pourtour.

  • 34 Selon MARCEILLES, ibid, § 10, p. 10, cette tour était « assise autant dehors que dedans ».

23Comme ce sous-sol était assez profond34, la tour n’était pas encore vraiment sortie de terre, ce qui ne choqua pas outre mesure les responsables, étant donné que les travaux de maçonnerie avançaient toujours lentement et que, à la différence de ce qui se passait sur le chantier de la tranchée, cela n’avait pas vraiment de conséquences financières puisque les maçons étaient payés à la tâche. Ils avaient reçu pour cette première année près de 19 000 livres-tournois, ce qui est assez important, car les travaux de réfection du palais archiépiscopal de Rouen avaient coûté seulement 8 000 livres, un demi-siècle plus tôt. Par contre, par rapport aux travaux effectués au château de Gaillon quelques années auparavant, cela ne représentait pour l’instant qu’une somme assez limitée.

  • 35 BN MF 26123 [1369].

24Il est impossible de savoir si les deux entrepreneurs avaient fait des profits même si, en 1532, Michel Férey prétendit qu’il « y avait grand perdu à raison que convenait lors apporter les pierres et autres matières convenables par terre et charroi pour ce que le havre n'était encore percé35 ». Ses arguments doivent, en effet, être pris avec précaution dans la mesure où ils étaient destinés à obtenir un meilleur prix pour les travaux de maçonnerie qu’il allait prendre à tâche, mais ils confirment qu’il ne put utiliser le port pendant la presque totalité du chantier de maçonnerie.

  • 36 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4. p. 119.
  • 37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 99-104.
  • 38 Journal de Rouen, Samedi 6 juillet 1860, d’après une description de J. Morlent. Renseignement four (...)

25En janvier 1518, l’envoyé du vice-amiral retourna auprès du roi pour lui demander d'indiquer « les lieux et endroits où se feraient les canonnières et batteries en la grosse tour qui déjà était élevée jusques à l’endroit où il convenait percer pour ce faire36 ». La partie souterraine était donc terminée et ce que les toisages appellent le premier étage, c’est-à-dire pour nous le rez-de-chaussée, avait atteint une hauteur suffisante pour que l’on envisage de percer les ouvertures destinées à l’artillerie. Le fait est confirmé par le procès-verbal du toisage de la tour daté du 27 mars 1518 qui en présente « les développements depuis cinq mois qu’elle n’avait été toisée37 ». La voûte qui couvrait le sous-sol, divisée en six parties, s’ornait d'un doubleau de plus d’un mètre de large. Ces arceaux qui faisaient saillie sur le fond aplati de la voûte, formaient « trois nervures prismatiques qui la divisaient en trois portions triangulaires38 ».

  • 39 MARCEILLES, op. cit., chapitre I, note 17, §10, p. 10.
  • 40 En 1860, on n'en comptait que vingt deux pour descendre dans les prisons.

26Le lieu était particulièrement sombre puisqu’au XIXe siècle, on n’y comptait que trois soupiraux, placés très hauts et de manière inclinée dans la muraille, dont les toisages ne font pas mention et qui sont donc sans doute postérieurs à la construction. De même, au XIXe siècle, on faisait état d’une prison collective et de deux cachots particuliers séparés sans doute par la cloison édifiée en 1517. Trois ouvertures appelées « esclères » ou « lumières », avaient été percées dans le mur du rez-de-chaussée, « pour tirer l’artillerie39 ». Douze marches supplémentaires d’une épaisseur de dix centimètres, avaient été ajoutées à l’escalier, ce qui en portait le nombre à vingt-quatre40

Salle intérieure de la Tour François 1er.

  • 41 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 120-126.
  • 42 Le pont-levis fut refait en 1541, AMH DD85.
  • 43 AMH DD91.
  • 44 BN MF, Clairambault vol. 134, [19].

27Le toisage suivant fut réalisé en juillet 151841. La tour avait continué à s’élever et on avait installé sur la paroi trente-sept boules et trente-sept pointes de diamant à partir de pierres mesurant un mètre de large et dont la moitié au moins dépassait du mur. Trois nouvelles « lumières » avaient été réalisées tandis que deux chambres – dont l’une était destinée au portier – avaient été achevées. L’escalier en colimaçon continuait à s’élever en même temps que la tour et on avait commencé la mise en place d'un pont-levis à deux portes qui, pas plus que les chambres, n’avait été prévu au moment de la rédaction du devis42. Le paiement des portes était à la charge du roi. C’est pourquoi, on en trouve mention dans les comptes des deux premières semaines du mois de juillet 1518. Les portes du sous-sol, munies de serrures, avaient été terminées et fixées à l’aide de pentures, tandis que des « moyens huys » qui les découpaient avaient été installés à l’aide de douze gonds43 Le compte du 12 juillet est malheureusement très mutilé mais on y apprend que c’est un menuisier qui avait été chargé de faire les « trois grandes huisseries d’icelle tour ». Il y travailla quinze jours avec trois serviteurs et utilisa au moins quatre planches d’un pied (trente-trois centimètres) de largeur et dix membrures de la même épaisseur. Pour cela, ces ouvriers utilisèrent trois cents grands clous et vingt-six livres de fer ouvré en goujon44.

Grande salle de la tour François 1er (Dessin de Lancelot extrait de Lemâle : L : Havre d’Autrefois).

  • 45 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 171-174.
  • 46 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 131.
  • 47 Au début de la réfection des stalles de la cathédrale de Rouen, le responsable des travaux en avai (...)

28Pendant l’été, les maçons travaillèrent uniquement aux jetées et aux quais de l’intérieur de la crique. Les travaux de la tour s’interrompirent totalement ou, en tout cas, ne furent pas mesurés et ce n’est que pendant l’hiver suivant qu’ils reprirent sérieusement. En avril 151945, le rez-de-chaussée était entièrement achevé et l’édifice s’était encore élevé d’un mètre et demi. L’escalier avait gagné dix nouvelles marches et un « cabinet » avait été installé dessous. Les parois avaient encore reçu trente-deux boules et trente-deux pointes tandis que quatre nouvelles ouvertures y avaient été faites pour les canonnières. Afin que celles-ci aient les dimensions requises, un menuisier avait été chargé de faire les « portraits des canonnières » à l’aide de plusieurs pièces de bois46. Ainsi, ces sortes de maquettes permettaient de voir si les véritables engins pourraient passer. Méthode empirique à nouveau que l’on connaissait déjà aux siècles précédents47. Cette manière de travailler se retrouve à propos du « trou » destiné à recevoir les chaînes qui devaient barrer le port en cas de nécessité. Son pourtour avait été entièrement maçonné mais ensuite il dut être refait car « [il] avait été convenu [en] hausser l’assiette », qui n’avait pas été bien placée.

Notes et croquis extraits des cahiers d’Amandus Roessler, qui visita la tour en 1861, avant sa démolition.

  • 48 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 183-187.
  • 49 Loc. cit., note 39.

29À la fin de la troisième campagne48, la tour avait encore gagné trois mètres soixante, depuis le toisage de la fin juillet 1519 que nous ne possédons plus. La vis avait vingt-deux marches de plus et le mur qui l’entourait vers l’extérieur avait encore été percé de deux fenêtres étroites mesurant chacune deux mètres de profondeur sans la paroi et un mètre de large. « Soixante-treize boules et pointes dont [il] y a quatre rangs » avaient été placées dans la paroi, ce qui signifie que ces rangées de proéminences étaient séparées d’environ quatre-vingt-dix centimètres. La voûte du rez-de-chaussée dans lequel on entrait par un grand portail avait également été achevée. Établie sur des « branches d’ogive », elle était soutenue par un énorme pilier en forme de champignon49. Sa partie supérieure avait été recouverte de pavés ce qui en faisait une terrasse sur laquelle on pouvait installer des pièces d’artillerie. Enfin, les piliers de la grande porte et le grand entrepied qui était entre les deux avaient été munis de tabernacles sans doute pour y placer des statuettes.

  • 50 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 187-197.
  • 51 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 192. Le devis n’était pas très explicite en ce q (...)

30Les deux derniers toisages eurent lieu le 4 mai et le 14 juin 142050. Ils montrent que l’érection de la tour avançait beaucoup plus lentement qu’au cours des années précédentes puisqu’en un an, elle n’avait gagné que trois nouvelles rangées de pierre. La voûte qui séparait le rez-de-chaussée du premier étage avait été « parfaite », c’est-à-dire totalement achevée, dans sa partie supérieure, sous la forme d’une terrasse et les murs placés au-dessus se dressaient seulement sur une hauteur d’un mètre dans laquelle avaient été placées 38 boules tandis que la vis n’avait que quatre marches de plus. Un « cahot », c’est-à-dire une rigole, avait été mis en place sur la terrasse pour évacuer les eaux de pluie parce qu’il avait été décidé que l’on n’achèverait pas totalement la construction du premier étage et qu’il n’y aurait pas de voûte pour couvrir cette terrasse51.

Coupe de la tour François 1er en 1774
(AMH, Fortifications)

  • 52 BN MF 26117 [486].

31Lorsqu’elle fut détruite en 1861, la tour que l’on appelait alors tour François 1er n’était donc composée que d’une grande salle et d’un sous-sol. Au mois d’août 1520, on procéda à la mise en place de la grande porte de la tour et, pour cela, on acheta notamment douze planches de dix centimètres d’épaisseur52.

  • 53 É. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 90, p. 37 et 40.
  • 54 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 10, p. 10.

32Les responsables considéraient donc que la construction était achevée et il n’est plus question de la tour dans le toisage du 2 novembre 1523 car elle était alors utilisée depuis plus d’un an et lorsque, vers la fin du mois de juillet 1522, le Saint-Anthoine avait été arraisonné illégalement sur l’ordre de Guyon le Roy, son capitaine Gaspard Centurion, avait réclamé des dommages et intérêts, que le Parlement de Rouen lui avait accordés, « pour l’emprisonnement de sa personne en la tour du Havre de Grasse où il avait été fort mal traité53 ». Par la suite, la terrasse de la tour fut surmontée de deux petites maisons et au-dessus de la porte d’entrée on plaça une « figure et portrait » de François 1er monté et armé qui se dégrada rapidement « à cause du gros air de la mer54 ».

  • 55 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 193.

33Les modifications apportées à la construction avaient obligé les maçons à mettre en place des installations qui n’avaient pas été prévues. En 1520, par exemple, il avait fallu renforcer « cartement » la maçonnerie qui se trouvait derrière les portes pour empêcher les eaux d’entrer dans la tour55.

34Le devis n’avait donc pas été complètement rempli et avait parfois dû être modifié en fonction des circonstances. Les difficultés financières et leur coût très supérieur à ce qui avait été prévu avaient obligé le roi et ses responsables sur place à réduire l’ampleur de leur projet. On avait renoncé à faire un véritable étage supérieur dont l’utilité ne s’imposait pas dès lors que l’on pouvait placer de l’artillerie sur la terrasse dont les murs étaient suffisamment hauts. Enfin, et surtout, on n’avait pas construit la deuxième tour qui devait faire face à la première et permettre de tendre des chaînes à travers le chenal.

35Or, comme on va le voir, cette décision modifiait aussi la manière de construire les jetées.

Élévation de la tour François 1er en 1763 par Polchet,
(Musée du Vieux Havre)
On remarque que le dessinateur a préféré ne pas représenter les boules et les pointes de diamant qui devaient lui sembler trop gothiques...
Élévation de la tour François 1er en 1763 par Polchet,
(Musée du Vieux Havre)
On remarque que le dessinateur a préféré ne pas représenter les boules et les pointes de diamant
qui devaient lui sembler trop gothique...

Les jetées

36La tour s’avançait dans ce qui allait devenir l’entrée du Havre. Les représentations postérieures montrent qu’elle rétrécissait quelque peu le chenal et qu’elle séparait la jetée en deux parties séparées. C’est pourquoi les toisages faisaient plusieurs distinctions. On séparait d’abord la jetée d’aval, en direction du Chef-de-Caux et la jetée d’amont, en direction de Harfleur. Ensuite, pour chacune des jetées, on distinguait le côté vers les terres et le côté vers la mer. Enfin, on séparait aussi les deux côtés de chaque jetée selon qu’ils étaient « vers les terres », c’est-à-dire à l’extérieur du fossé ou « dedans le havre » autrement dit sur le bord intérieur de la tranchée.

  • 56 Le toisage du 29 octobre 1517 ne mentionne que des travaux effectués à la première tour en constru (...)
  • 57 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 102-103.

37Au cours de l’année 1517, il ne fut évidemment pas question des jetées, puisque le chenal n’était pas encore creusé56. C’est en mars de l’année suivante que les premiers travaux donnèrent lieu à des paiements. Pendant l’hiver, autant que le temps le permettait, les maçons avaient commencé à maçonner la jetée d’aval, celle sur laquelle ils construisaient la tour. La maçonnerie ne pouvait que suivre l’avancement des travaux de creusement et ce premier toisage montre qu’à l’issue de la première campagne de pionnerie, le chenal était loin d’être creusé. On avait commencé à creuser « du côté des terres », vers la crique, et la jetée mesurait environ dix-sept mètres de long sur quatre mètre soixante de large. Du côté extérieur au chenal, le creusement était moins important et ne mesurait que sept mètres cinquante de long. Une saillie de trois mètres de long avait entièrement été maçonnée, aussi bien du côté de la tranchée sur une hauteur de quatre mètres que de l’autre mais cette fois sur une hauteur de deux mètres seulement. Cette tranchée avait été couverte de parement. De l’autre côté de la tour, « vers la mer », la jetée ne faisait que soixante-dix centimètres de long mais avait la même hauteur que la saillie que l’on vient de décrire. Grâce à ces données, on peut donc constater qu’à la fin de la première campagne de travaux, la tranchée mesurait environ dix-sept mètres de long dans sa plus grande extension et quatre mètres de profondeur. Sa largeur ne nous est pas connue, mais on peut supposer qu’elle ne devait pas être très importante car on ne travailla pas à l’autre jetée57 alors que les responsables du chantier de pionnerie avaient certainement fait maçonner tout ce qui pouvait l’être pour lancer une nouvelle campagne de percement dans des conditions plus sûres.

38En 1518, par conséquent, les travaux de percement de la tranchée s’accélérèrent et la construction de ce que les toisages appelaient les jetées avança beaucoup plus vite. En juillet, la jetée d’aval avait été allongée sur soixante-treize mètres à l’intérieur du port. Il s’agissait en fait du muret qui délimitait la crique grâce à un parement d’une largeur de quatre mètres cinquante. La véritable jetée « près de la tour » n’avait gagné que huit mètres et demi. Les deux parties de cette construction s’étaient élevées d’environ un mètre (trois pieds) et deux escaliers de cinq marches avaient été construits pour permettre aux marins de monter sur la jetée située près de la tour.

Jetée et tour François 1er, extrait de la vue cavalière de 1630.
(Frissart, op. cit. note 3.)

  • 58 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 123-125.
  • 59 BN MF Clairambault vol. 134 [19].

39Par ailleurs, on avait enfin commencé à faire la jetée du « côté d’amont ». Elle avait « dedans les terres » une longueur de quarante-six mètres sur une largeur de quatre mètres trente-trois et une hauteur de six mètres. Il s’agissait donc pour l'instant de la partie extérieure au port qui faisait une sorte de muraille le protégeant. De l’autre côté, à l’intérieur du havre, on avait commencé par construire deux autres escaliers dont le nombre de marches n’est pas indiqué58. Pour protéger la maçonnerie, on avait placé des pieux de bois maintenus à l’aide de cordages « pour soutenir les terres d’environ les jetées59 ».

  • 60 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 10, p. 10.

40Le toisage suivant, réalisé en octobre de la même année montre que, comme on l’a dit, la construction de la tour avait été interrompue pour que les maçons puissent se consacrer entièrement à l’achèvement du bassin. En sept mois, on avait maçonné la dernière jetée « dedans le havre » – c’est-à-dire les murets - du côté d’Ingouville, vers ce qui allait devenir le bassin du roi. Ce quai avait soixante-dix mètres de long sur une hauteur de quatre-vingts centimètres. Sa largeur était d’un peu moins de quatre mètres. Les escaliers avaient été achevés sur toutes les autres jetées entourant l’ancienne crique. L’autre quai, du côté d’amont, avait été prolongé de quarante-quatre mètres sur une largeur de quatre mètres et une hauteur de un mètre cinquante. Désormais, le nouveau bassin était presque entièrement entouré de murets auxquels, grâce à la mise en place de cinq « estocs », des navires pourraient éventuellement être amarrés, ce qui se fit, on l’a vu, puisque c’est à ce moment que l’on fit entrer la nef l’Hermine dans le bassin. Ces quais étaient, selon Marceilles, « tout de pierre blanche, les plus beaux et larges que l’on puisse trouver » et ils entouraient entièrement le nouveau bassin qui était particulièrement « long et large60 ».

  • 61 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 143-147. Voir l’illustration précédente.

41L’« alonguée de la dite jetée en venant vers la mer », autrement dit la digue s’avançant dans la mer du côté d’Harfleur, avait suivi le creusement de la tranchée et elle mesurait un peu plus de vingt mètres sur une hauteur de huit mètres et une largeur de quatre mètres. La véritable jetée en direction du Chef-de-Caux avait, elle, été allongée de soixante mètres du côté de la mer sur une hauteur de huit mètres. Elle avait donc été construite sur une plus grande longueur que ce qui avait été prévu par le devis. Par ailleurs, elle avait été percée d’une rigole appelée « cahot » pour évacuer l’eau du fossé dans le bassin du port. Une fois de plus, les faits – c’est-à-dire ici, l’absence de pente suffisante et la force de la mer – avaient amené les responsables à modifier le projet initial. Peut-être aussi avait-on déjà décidé de ne pas construire la deuxième tour, pour l’instant, et de renforcer la défense du côté le plus menacé en établissant sur la jetée d’aval, un avant-mur sur lequel seraient installées des pièces d’artillerie. Cette jetée était à ce moment considérée comme pratiquement terminée et on en avait maçonné le front, « à parement par retraites », c’est-à-dire, comme on peut le voir sur les représentations postérieures, en diminuant la circonférence des assises à mesure que l’on montait du bassin vers le sol61.

42Cette deuxième campagne avait donc été très efficace. L’arrivée de spécialistes bretons en nombre suffisant, le recours à des ouvriers salariés plus motivés que des corvéables, ne serait-ce que parce qu’ils pouvaient être renvoyés ou ne pas bénéficier des paiements hebdomadaires globaux, et enfin, la volonté des responsables de rendre le port utilisable le plus vite possible, tout cela avait permis de faire avancer considérablement les travaux. Pourtant, le bassin et la tranchée n’avaient pas été définitivement mis en eau car, dans ce cas, les travaux de maçonnerie n'auraient pas pu avoir lieu.

  • 62 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 173-174.

43Or, c’est justement ce qu’enregistre le toisage du 14 avril 1519 qui mentionne d’autres travaux aux jetées effectués dans la tranchée maintenue relativement au sec grâce au batardeau mis en place à l’automne précédent. Au cours de l’hiver, les maçons avaient continué à faire le parement de la digue qui avançait dans la mer du côté de la tour, sur une longueur de quatre mètres du côté des terres et de six mètres du côté de la mer autrement dit vers l'amont le tout sur une hauteur de plus de huit mètres. Désormais, le quai avait une longueur totale de soixante-quatorze mètres, y compris la tour, et son parement semblait achevé62.

  • 63 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 167.
  • 64 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 186.

44À l’issue de cette deuxième campagne de pionnerie, les responsables avaient pu constater que la tranchée devait être encore approfondie pour laisser passer des navires de gros tonnage. Les travaux de creusement restaient donc encore importants car on se souvient qu’en outre, les deux jetées n’étaient pas parallèles entre elles, mais qu’au contraire elles s’écartaient l’une de l’autre à mesure que l’on avançait vers le large. En mars, l’amiral de Bonnivet, par l’intermédiaire de Guillaume Prudhomme, le responsable financier, avait fait connaître à Guyon le Roy son opinion sur les travaux. Il lui avait suggéré, s’il était d’accord avec lui, de « continuer la jetée qui est faite du côté du Chef de Caux le plus avant en la mer que l’on pourra63 ». C’est ce qui fut sans doute fait mais la perte du toisage du 4 juillet nous empêche de le savoir avec certitude. En octobre suivant, le front du bout de la jetée « de devers la mer » avait un parement de six mètres de haut et une longueur supplémentaire de dix mètres. Elle avait été faite avant juillet mais n’avait pas été entièrement toisée et c’est donc bien à cette jetée que l’on avait travaillé « pour la défense à l’amont de la mer64 ».

  • 65 Il semble que St. de Merval, op. cit., introduction, note 4, p. 189, ait commis une erreur de lectu (...)
  • 66 En dehors du mandement royal dont on a parlé plus haut (p. 67 et annexe p. 182-183), on n’a aucune (...)

45Le toisage suivant dont nous disposons date de mai-juin 1520 et il enregistre les travaux qui avaient eu lieu depuis l'inspection précédente effectuée le 31 octobre 1519. Les travaux de maçonnerie s’étaient poursuivis « des degrés de la jetée de devers aval au dedans de la mer, tenant à la tour et du treste de la jetée au dedans des terres joignant aussi à icelle tour et aussi du bout de la jetée du côté d’amont au dedans du Havre ». Il s’agissait d’un escalier de cinq marches de plus en plus larges en allant du bas vers le haut et permettant d’entrer dans la tour. Le « treste » était un pilier de huit mètres de haut et de 15 mètres de long, qui portait un pont-levis, installation typiquement médiévale s’il en est65. On montait sur ce pilier en gravissant deux marches qui permettaient d’atteindre le pont-levis. À l’endroit où celui-ci rejoignait la jetée, le sol avait été renforcé par un pavement d’une vingtaine de mètres carrés. Enfin, la deuxième digue, vers l’amont, dont le bas était plus large que le haut, avait été agrandie d'un peu plus de huit mètres. Cette digue donna lieu à d’autres travaux qu’il n’est pas possible de dater précisément puisqu’il n’y eut aucun toisage de maçonnerie entre septembre 1521 et novembre 1523. Les travaux de maçonnerie dans le port s’étaient donc certainement interrompus au cours de l’année 1521, à la suite de l’épidémie de peste qui frappa la Normandie pendant près d’un an et, du fait de la réforme des finances royales, ils ne reprirent qu’au cours de l’année 152366.

46On acheva alors la jetée d’amont, du côté d’Harfleur, en construisant le front de devers la mer sur une dizaine de mètres et l’autre partie, vers les terres et la maison de Michel Férey dit Vauchouquet, sur environ neuf mètres. Comme le montrent les représentations figurées, cette jetée était nettement plus petite que celle qui se trouvait en face.

Schéma récapitulatif des travaux aux jetées (les numéros se suivent dans l’ordre chronologique)

  • 67 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 218-221.
  • 68 BN MF 26120 [906].
  • 69 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 204.
  • 70 AMH DD 93. Semaine du 30 septembre au 5 octobre 1532.

47Du fait qu’on n’avait pas construit la tour qui aurait dû y être placée, il était impossible de tendre des chaînes pour fermer l’entrée du port. Il fallait donc trouver un autre moyen de protéger le port. Comme le danger ne pouvait venir que de la mer, il était logique que la première tour ait été construite de ce côté, mais il fallait renforcer la défense du port en empêchant les navires ennemis d’entrer dans le chenal. C’est sans doute pourquoi l’amiral Bonnivet et Guyon le Roy s’étaient mis d’accord au début de 1519 pour agrandir la jetée autant qu’il était possible en y construisant ensuite un avant-mur, autrement dit une paroi de maçonnerie derrière laquelle on pourrait s’abriter. En 1523, on procéda à la construction de cet avant-mur « vers la carte-boucle », autrement dit vers l’embouchure du fleuve, sur une longueur comprise entre soixante-douze et quatre-vingts mètres et une hauteur d’environ un mètre, « jusqu’à la hauteur des canonnières » qui étaient au moins au nombre de douze et séparées par des trumeaux de largeur variable, ce qui permettait sans doute de couvrir tous les angles67. Des escaliers permettaient de monter le long du mur pour surveiller les navires et une porte mise en place à l’aide de quatre gros gonds de fer neuf fermait l’accès à la jetée68. Il était donc désormais très difficile de pénétrer dans le port sans autorisation, à partir du moment où la tour et la jetée disposaient de canons en nombre suffisant. En septembre 1521, comme on craignait une attaque anglaise, François 1er avait demandé aux conseillers de la ville de Rouen « pour ce que audit havre, il n’y [avait] ni artillerie, ni munitions », d’y envoyer « deux gros canons et une couleuvrine69 ». Par la suite, les besoins en artillerie furent probablement complétés sans que les archives en aient conservé la trace. Au début du mois d’octobre 1532, il y avait trois canons sur la tour et pendant que l’on refaisait le pavage de la terrasse, le charpentier Jean Vallée livra plusieurs « engins à lever et mettre les dits canons dessus l’avant-mur », c’est-à-dire sans doute un jeu de potences et de poulies. La ville du Havre avait donc non seulement un port de qualité mais aussi les moyens de le protéger. Encore fallait-il le maintenir en état, à l’aide de ce que l’on appelait les barres70.

L’entrée du port et l’avant-mur en 1575, d’après la Cosmographie universelle de Munster (AMH DD1)

La maçonnerie des barres

48C’est en juin 1520 qu’eut lieu le premier toisage de cette nouvelle installation qui avait été commencée le mois précédent. Comme pour les jetées, le travail de préparation était fait par les pionniers qui creusaient le sol tandis que les maçons installaient les parements et les blocages intérieurs. L’ensemble ressemblait beaucoup aux biefs que l’on installait pour les moulins. Le principe était en effet le même puisqu’il fallait maîtriser la force et la vitesse de l’eau.

  • 71 Un écoinçon est un ouvrage de maçonnerie ou de menuiserie établi à l’intersection de deux murs pou (...)
  • 72 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 193-195.

49On avait préparé, au début de cette quatrième campagne de travaux, les « enclavures » où seraient placés les poteaux renforçant ce que le toisage appelle les écluses et qui devait être en fait un système de vannes. Le sol était pavé et formait un « no gravier », autrement dit une surface triangulaire inclinée composée de deux revers sur lequel se plaçaient le sommier et le plancher. Le travail des maçons était assez restreint puisqu’ils devaient essentiellement faire les parois du bassin et le pavement du fond. En 1520, ils édifièrent les murs du côté d’Ingouville et de Saint-Nicolas de l’Eure. Ils mirent aussi en place des écoinçons71 qui, installés dans les angles des parois à l’entrée du port, envoyaient l’eau vers le passage et en accéléraient la vitesse72.

Localisation de la barre (d’après la Cosmographie universelle de Munster)

  • 73 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §11, p. 11.
  • 74 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 226. A. MARTIN, Description... op. cit., chap. I (...)
  • 75 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 222-223.

50La barre fonctionna au plus tard en 1523. Elle permettait de retenir une grande quantité d’eau qui était ensuite lâchée selon « un grand et raide cours [...] pour servir au débouchement dudit havre73 ». Pourtant, l’« impétuosité des eaux » était telle, dès ce moment, que le parement du bassin de la barre « du côté d’Ingouville » commença à être « démonté » tandis que le parement qui reposait sur le premier plancher de bois à l’intérieur du bassin du port avait été rompu. Il avait alors fallu le refaire en pierre, ce qui était un nouvel exemple d’adaptation aux circonstances74. Les travaux de maçonnerie de cette année-là consistèrent essentiellement à refaire les écoinçons qui furent épaissis et parfois « réconfortés » à l’aide d’un pilier de pierre75. Par ailleurs, cent trente-six tonneaux de « grosses pierres de bites » – soit plus de cent vingt tonnes - furent « mis et jetés à pierre perdue en une fosse » que la mer avait creusée au bout d’un des écoinçons. Enfin, une maison destinée à abriter le responsable du fonctionnement de la barre, appelée « maison des barres » fut également construite aux frais du roi en 1523. Elle devait abriter le gouverneur des barres qui assurait leur fonctionnement.

***

51La cohérence de la démarche des maîtres-maçons et des responsables du chantier est donc évidente. Les travaux de maçonnerie suivaient le creusement de la passe et dépendaient de la présence des manœuvres et des pionniers dans la tranchée, mais ils pouvaient subir des modifications en fonction de l’évolution de la pensée stratégique des responsables qui dépendait elle-même de leurs possibilités financières. La construction de la tour fut ainsi momentanément interrompue dès lors que l’on voulut finir rapidement la construction des quais et des jetées le long de la tranchée. Les maçons pouvaient éventuellement aussi intervenir quand des destructions se produisaient. Les sources qui nous sont parvenues sont très insuffisantes pour connaître précisément le déroulement de ce chantier. Néanmoins, on constate que l’absence de plan dessiné, la mise en place d’un pont-levis, les matériaux employés, en particulier les pierres et l’utilisation assez importante de bois, faisaient de ce chantier de maçonnerie, comme de celui de pionnerie, un lieu où se maintenaient bien des méthodes du Moyen Âge.

III/ LA CONTRUCTION DE LA SECONDE TOUR

  • 76 Voir plus haut p. 86.
  • 77 BN MF 26120 [906].

52Dans les années qui suivirent, les travaux de maçonnerie quittèrent le port pour se concentrer davantage sur les fortifications de la ville naissante. On ignore tout de leur financement et, apparemment, aucun document ne nous permet de connaître les noms des maîtres maçons qui dirigèrent les travaux. En 1525, la muraille avait avancé et on a vu qu’elle comptait au moins deux portes, l’une près de la tuilerie et l’autre, appelée « porte d’entre deux », située entre le port et les tuileries76. Dans le même temps, l’installation des deux grands boulevards avait peut-être permis d’utiliser une partie des terres déblayées lors du creusement de la tranchée principale. Ces fortifications avancées, appelées aussi « remparts », étaient protégés par des pieux de bois maintenus ensemble par des fiches de fer clouées. Les quais avaient été renforcés à l’aide de « crocs, ventrières et arcs-boutants ». Or, ces travaux concernaient moins les maçons que les charpentiers ou les pionniers77.

53De 1525 à 1531, on l’a dit, l’activité se ralentit sérieusement. C’est la venue de François 1er au Havre en février ou mars 1532 qui déclencha une nouvelle vague de travaux. On a dit que le roi avait fait donner 34 000 livres à Claude Guyot pour payer les travaux effectués au Havre de Grasse. On procéda donc à la remise en état des barres, mais l’opération principale consista à lancer la construction de la deuxième tour qui avait été abandonnée une dizaine d'années plus tôt.

54Pour François 1er, cette deuxième tour pouvait apparaître comme une sorte de supplément esthétique puisqu’elle établissait une symétrie architecturale à l’entrée du port, mais surtout elle doublait les capacités de défense du port en permettant de prendre d’éventuels ennemis sous le feu croisé des canonnières. Elle pouvait aussi servir à tendre des chaînes à l’entrée du bassin et à en interdire l’entrée.

  • 78 Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 23.
  • 79 Le document dont on va faire ici le commentaire, conservé à la Bibliothèque Nationale de France, s (...)
  • 80 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 30-39.
  • 81 BN MF 26115 [1369]. Voir le texte en annexe p. 184-188.

55À cette date, Guyon le Roy avait été remplacé par Charles de Moy, seigneur de la Mailleraie, qui lui était apparenté par des alliances matrimoniales78. C’était donc lui qui avait dirigé, le 23 mars 1530, la rédaction d’un devis destinée à lancer ces nouveaux travaux.79. Il s’agissait, en fait, d’un texte rédigé par un groupe de maçons dont la composition n’est pas clairement indiquée et prévoyant la construction – ou plutôt la reconstruction – de la jetée d’amont dans ses deux parties, sur la mer et sur le bassin du port de part et d’autre d’une tour devant faire pendant à celle qui était déjà érigée. Par conséquent, ce devis se référait à celui qui avait été rédigé en mars 151780 et la comparaison entre le procès-verbal de l’adjudication des travaux de terrassement et de maçonnerie publié par Stéphano de Merval et le devis conservé à la Bibliothèque Nationale81 permet de voir comment les relations entre les représentants du roi et les maçons avaient pu évoluer et la manière dont cela s’était répercuté sur la conduite potentielle des travaux.

Le devis

56Les travaux prévus par ce texte se voulaient dans la continuité de ce qui avait été établi pour la première tour. La nouvelle construction, dont le rôle militaire était précisé par la qualification de « moyneau », devait être, en effet, « pareille ou semblable à celle qui est de présent édifiée sur led. lieu ». C’était donc la même construction assez massive avec un étage sous le niveau du sol, un rez-de-chaussée et une terrasse entourée de murs. Les assises de pierre devaient être posées de manière légèrement décalée, « entre deux un », et les dimensions prévues étaient les mêmes que celles de 1517. Les méthodes de toisage étaient également les mêmes, c’est-à-dire que les parements étaient comptés à trente-six pieds par toise, puisqu’il s’agissait de surface, tandis que le reste de la maçonnerie, mesuré en volume, serait compté à deux cent seize pieds par toise. La pose des pierres en « boutisses » c’est-àdire selon des assiettes régulières occupant toute la largeur du mur était également identique à ce qui avait été décidé en 1517. Toutefois, en ce qui concernait les jetées, le devis mettait en valeur un élément qui n’avait pas été évoqué en 1517, puisqu’il insistait sur la nécessité de prévoir une bonne pente pour permettre aux eaux de s’écouler. On se souvient, en effet, qu’il avait fallu faire un cahot passant à travers la jetée pour évacuer dans le port, les eaux qui s’accumulaient contre la maçonnerie et la sapaient progressivement. Une fois de plus, l’expérience et la pratique l’emportaient sur la réflexion théorique. Les pluies, et surtout les « fureurs de la mer », avaient été prises en compte alors que lors du premier chantier, on avait paré aux problèmes, notamment aux infiltrations, seulement au moment où ceux-ci s’étaient présentés.

  • 82 Ce sont des pierres de ces deux carrières qui sont payées par le roi aux ayants-droits de Michel F (...)

57Les pierres à utiliser donnaient également lieu à une grande continuité par rapport à ce qui avait été décidé en 1517. Comme alors, il n’était pas question d’utiliser de la pierre de Caen. La pierre de Vernon, dont l’emploi avait quelque peu décliné à Rouen, du fait de l’augmentation de son prix devait servir, comme quinze ans plus tôt pour faire les parements, tout comme la pierre du Val-des-Leux que l’on tirait de petites carrières de pierre proches de Caumont, en aval de Rouen. Ces carrières fournissaient aussi des bites, c’est-à-dire des pierres dures utilisées pour les fondations et c’est aussi ce qui avait été prévu82.

  • 83 Sur la construction royale, voir M. CHATENET, « Le coût des travaux dans les résidences royales en (...)
  • 84 Grainval, hameau, commune de Saint-Léonard, appartenait à la pitancerie de Fécamp en 1590. Fr. de (...)
  • 85 Les images des fortifications montrent au cours du XVe siècle, la disparition des bossages au prof (...)

58Toutefois, quelques nouveautés apparaissaient. D'abord, il n’était plus question de la pierre de Saint-Leu d’Esserent qui, en principe, avait été employée lors de la construction de la première tour, sans doute parce que les frais de transport auraient augmenté son prix de manière inconsidérée et surtout aussi parce que les délais de livraison étaient devenus trop longs, du fait de l’utilisation importante de ces carrières pour la construction parisienne, alors en plein essor83. Par contre, les maçons devraient utiliser les « bites » de Grainval, une pierre locale extraite des carrières de Fécamp dont les maçons rouennais n’avaient pas prévu l’utilisation en 1517, sans doute parce qu’ils en ignoraient l’existence84. Il n’était plus question non plus des boules et pointes de diamant qui ponctuaient les parois de la tour François 1er et lui donnaient un aspect peu avenant. Peut-être n’était-il pas nécessaire de le préciser puisque la construction devait être semblable à la tour qui existait déjà. Toutefois, on peut plutôt penser que ce type de construction était désormais considéré comme dépassé par Charles de Moy qui n’appartenait pas à la même génération que Guyon le Roy né, lui, au milieu du XVe siècle85. Au contraire même, les aspérités devaient être supprimées et les pierres placées « à joints couverts », c’est-à-dire protégés contre l’usure provoquée par les intempéries.

  • 86 Le plomb était aussi utilisé pour rendre les pierres conformes aux dimensions prévues, par exemple (...)

59Si la construction de la deuxième tour n’avait pas encore eu lieu, c’était notamment parce l’on redoutait son coût trop élevé à un moment où les finances de l’État étaient en difficulté et que les dépenses militaires étaient à la hausse. C’est pourquoi, comme le dit le lieutenant du vice-amiral à Michel Férey, le roi n’avait pas l’intention de poursuivre les travaux sur les bases de l’ancien devis, cela pour empêcher les abus et éviter un coût exorbitant. Il était donc prévu que le paiement ne concernerait que la maçonnerie et non pas la préparation du chantier, les échafaudages, les cordages, ni le « pillotage », c’est-à-dire les fondations consistant en pieux de bois enfoncés dans le sol, qui tout comme la pierre, la chaux et le sable pour le mortier, les métaux comme le fer dont on faisait souvent des tirants ou le plomb qui servait, entre autres, à mettre en place les pièces lourdes comme les gonds des portes86 seraient à la charge du maçon qui accepterait le marché. Ces précisions modifiaient le devis de 1517 puisqu’elles augmentaient considérablement les frais pour l’entrepreneur.

Les maçons

60La décision de ne rien payer d’autre que la maçonnerie avait été imposée aux rédacteurs du devis par le vice-amiral et ses représentants. De même, les légères modifications du devis, à propos des pierres ou du renforcement des joints, ont pu être suggérées par les représentants du roi, mais les descriptions assez précises de la position des pierres, des assises et des voûtes ainsi que l’organisation du toisage avaient dû être rédigées par des maîtres maçons, ceux que l’on appelait encore à cette date, les maîtres des œuvres. Il est possible que les auteurs de ce nouveau devis aient été les trois maçons mentionnés au début de la deuxième partie du texte, c’est-à-dire Jean Becquet, maître des œuvres de maçonnerie de la ville de Dieppe, Guillaume Symonnel, maître des œuvres de la ville de Harfleur et Guillaume Picot qui exerçait la même fonction à Montivilliers. En effet, la formule indiquant qu’ils avaient été convoqués pour venir voir « les jetées et lieux plus nécessaires aud. lieu de grâce », rappelle celle que l'on trouve dans le devis de 1517 à propos des maçons qui, après avoir visité les lieux le matin du 1er mars, avaient dû rédiger leur texte durant l’après-midi. On peut toutefois remarquer que l’on n’avait convoqué que trois maçons en 1530 au lieu de seize et que les Rouennais étaient totalement absents alors qu’en 1517, ils étaient six dont Roulland le Roux qui menait la délégation. Dès sa naissance, la ville du Havre suivait donc une voie qui la séparait de la ville dont elle était supposée être l’avant-port. Ces maçons avaient également été convoqués pour « marchander » les travaux, ce qu’ils avaient fait en proposant un prix de 20 livres par toise sans la préparation du sol. Un maçon de Harfleur, Jean Broize qui parlait au nom de ses deux associés dont l’un habitait au Havre, acceptait de prendre le marché dans son entier, sauf pour la fourniture des métaux, à 25 livres par toise.

  • 87 La fonction avait été exercée pendant quelques temps par Charles d’Imbleval, au moins jusqu’en 152 (...)

61Enfin, comme en 1517 encore, c’est finalement Michel Férey qui accepta le marché. Il avait connu une remarquable promotion puisque, comme Jean Gauvain avant lui, il était devenu maître des œuvres du roi dans le bailliage de Caux, ce qui lui donnait sans doute une place dominante dans les enchères et le favorisait quelque peu puisque sa fonction d’officier royal lui procurait des gages qui complétaient utilement ses revenus87. Son intervention dans l’adjudication est, d’ailleurs, assez révélatrice de sa position. Il ne s’était apparemment intéressé que tardivement au marché et ne connaissait pas le devis qu’il avait dû lire tout du long. En revanche, il avait su mettre en avant sa compétence en rappelant qu’il avait fait la tour précédente et qu’il connaissait donc bien la manière de travailler dans les conditions requises par le texte. Il admettait que les conditions de travail étaient moins difficiles que quinze ans plus tôt, puisqu’à l’époque le passage menant au bassin du port n’était pas encore percé et qu’il fallait tout faire, à commencer par les jetées, afin de pouvoir acheminer les matériaux. Il prétendait par ailleurs avoir perdu beaucoup, à l’époque, en acceptant un marché à 22 livres et demie la toise et, finalement, comme les représentants du roi n’avaient pas l’intention de tenir compte du marché précédent, alors qu’ils auraient dû le faire puisque celui-ci n’avait pas été entièrement réalisé, Michel Férey proposa l’enchère la plus basse pour ce devis, à savoir 17 livres et demie avec les fondations et le nettoyage des lieux à la fin du chantier, mais il ne disait rien des matériaux. Les représentants du roi lui firent alors savoir qu’ils étaient prêts à lui attribuer le marché si personne ne proposait d’enchère plus basse, justement parce que l’on reconnaissait sa compétence.

  • 88 Ph. HAMON, op. cit., chap. II, note 8, p. 522-548.
  • 89 É. de FRÉVILLE, op. cit., chap. I, note 15, p. 408. BN Doat, vol. 117, fol. 206v.

62Toutefois, le climat général était à la méfiance à l’égard des hommes d’argent qui devenaient la cible de toutes les critiques et la cause de tous les problèmes88. En 1527, le général de Finances Jacques de Beaune avait été pendu pour malversation et l’année suivante, c’était le trésorier de la marine Michel Menant qui avait été condamné à rembourser 6 000 livres qu’on l’accusait d’avoir détournées à son profit. Dans un mémoire non daté appelant à une enquête approfondie sur les pratiques des financiers, on affirmait que le chantier du Havre avait coûté 400 000 livres et que le quart de cette somme avait été détourné. L’auteur expliquait d’ailleurs que l’enquête devait se faire dans le plus grand secret car, selon lui, « les gens de justice et des comptes et autres gens de finances [...] [étaient] liés ensemble89 ». Dans ce contexte, le marché ne fut donc pas officiellement attribué à Michel Férey, comme si les responsables n’avaient pas voulu s’engager sans l’autorisation expresse du roi.

63Le devis resta en l’état et les travaux ne furent pas lancés, ce qui prouve que cette nouvelle tour ne paraissait pas absolument indispensable. Ce n’est que deux ans plus tard, à l’occasion de la visite du roi, que les enchères furent relancées. Cinq maçons qui habitaient sans doute au Havre se présentèrent pour participer à l’adjudication. Parmi eux, on trouvait notamment Guillaume Férey qui était certainement le fils de Michel Férey, ainsi que Noël Chevalier sans doute aussi fils de Thomas Chevalier, le maçon de Harfleur qui avait participé à l’adjudication de 1517. Ces maçons étaient apparemment prêts à s’associer pour réaliser les travaux au prix de 23 livres par toise ou, s’ils n’avaient pas à faire les fondations et le nettoyage régulier de la place, pour seulement 17 livres par toise.

  • 90 Voir plus haut p. 100. Le fils de Michel Férey travaillait sans doute avec son père.

64La situation était donc très semblable à celle de 1517 qui avait vu les maçons, notamment les Rouennais, quitter les lieux parce que le prix de la toise qu’on leur proposait, leur paraissait trop bas. C’est pourquoi les responsables du chantier finirent par revenir à la proposition de Michel Férey qui prit le marché pour 17 livres et demie, comme il l’avait proposé deux ans auparavant. Leurs hésitations n’avaient donc pas vraiment modifié les choses, si ce n’est que Michel Férey ne parlait plus de ses pertes éventuelles alors qu’en 1530, il espérait les voir prendre en charge par les officiers royaux. Toutefois, comme la pratique était courante, il n’était pas forcément nécessaire de la mentionner dans un acte du tabellionage. Le devis fut enregistré en présence de Thomas Théroulde, le maître des œuvres de la ville de Caudebec, qui connaissait bien les chantiers de maçonnerie du port du Havre et qui servait peut-être de caution à Michel Férey90.

Les travaux

  • 91 BN MF 26123 (1390).
  • 92 BN MF 20581.
  • 93 BN MF 26123 (1389).
  • 94 BN MF 26123 (1391).
  • 95 BN MF 26126 [1831]. Le toisage avait été fait par les maîtres des œuvres de Caudebec, Honfleur et (...)

65Les travaux commencèrent effectivement dans les semaines qui suivirent. Michel Férey livra 30 tonneaux de pierres en bite qui devaient être jetées à pierre perdue dans les fossés, pour protéger la future jetée et qui lui furent achetées par les représentants du roi91. En novembre 1532, un toisage compta six cent trente-six toises de maçonnerie « faites et parfaites tant en la tour et jetée du côté d’amont que en la […] tour du côté d’aval92 ». Une autre partie des jetées fut construite l’année suivante et, selon un toisage effectué par trois maçons dont le Rouennais Roulland le Roux à la fin du mois d’août 1533, Michel Férey reçut 5 075 livres pour deux cent quatre-vingt-dix toises de maçonnerie93. Une quittance mentionne également l’achat d’un anneau de fer qui devait être mis dans la muraille de « la tour qui se fait à présent aud. Havre » et devait servir à passer des chaînes « qui cloront led. havre94 ». Pourtant, les travaux furent interrompus. Michel Férey, déjà âgé, mourut entre septembre et novembre 1537. Ses deux fils, René et Jean, qui n’étaient pas maçons, reçurent alors les sommes qui lui étaient encore dues. Il y avait notamment le percement de « deux lumières » pour faire passer les chaînes qui devaient clore le port. Les travaux avaient, par ailleurs, changé de nature et concernaient aussi « la maçonnerie de la jetée de la seconde barre95 ». Il n’y eut sans doute personne pour reprendre le marché que Michel Férey avait accepté. Peut-être aussi, les représentants du roi trouvant le coût des travaux trop élevé en profitèrent-ils pour abandonner le projet.

Plan du Havre dressé par l’ambassadeur anglais à l’occasion du siège de la ville en 1563.
Archives d’État d’Angleterre (Foreign papers) AMH DDI.
N.B. Fort Warwick = Fort de l’Eure

  • 96 Ph. BARREY, op. cit., chap.I, note 57, p. 55, n.l. Selon MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § (...)
  • 97 AMH DDl.
  • 98 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 11. p. 11.

66Finalement, la deuxième tour se réduisit à une petite construction appelée la Tour Vidame achevée seulement en 1561 ou 156296. Comme on peut le voir sur le plan dressé par l’ambassadeur anglais Thomas Smyth à l’occasion du siège de la ville en 1563, la nouvelle tour était nettement moins haute que celle qui lui faisait face et avait une forme carrée, alors que la tour François 1er était ronde. Son sommet était toutefois crénelé de manière identique97. Il n’y eut donc jamais deux tours symétriques se faisant face de chaque côté du chenal d'entrée dans le bassin, sans doute parce que cela ne paraissait plus indispensable. Néanmoins, il était possible de tendre “une grosse chaîne de fer [...] lâchée de ladite grosse tour à l’autre98”.

Les deux tours vues de l’intérieur du port

***

67L’année 1532 marqua une étape pour l’histoire du port du Havre puisqu’elle vit la reprise de travaux importants. Si quelques modifications avaient été apportées au devis de maçonnerie par rapport à celui de 1517, avant tout en ce qui concernait les modalités de paiements, les techniques avaient peu évolué, pas plus que les méthodes d’adjudication. Toutefois, la présence de plusieurs maçons habitant au Havre lors de l’adjudication montre que la ville était à un tournant de son histoire. C’est également en 1532 que fut menée une enquête afin de permettre de dédommager le seigneur du lieu dans le cas où le roi prendrait la ville et ses environs “en sa main”. Les problèmes juridiques posés par la création d'un nouveau port et de la ville qui naissait à côté n’étaient pas négligeables, eux non plus.

Notes

1 Original dans AMH DD88. Édition dans St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 3039.

2 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 37.

3 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 31-32.

4 Les carrières du Val-des-Leux étaient situées entre Rouen et Harfleur, à proximité du village de Caumont. Leur localisation exacte est sujette à caution. Peut-être s’agit-il des carrières importantes de Caumont, donc l’activité dura jusqu’au milieu du XXe siècle, mais le terme peut aussi désigner des carrières plus petites situées en un lieu qui porte justement le nom de Val-des-Leux. Cette pierre était utilisée assez fréquemment à Rouen, avant tout pour les fondations et les voûtes.

5 Situées dans l’Oise, ces carrières fournissaient de la pierre à la région parisienne et à la vallée de la Seine. Sur cette pierre, E. LEFEBVRE-PONTALIS. « La pierre de Saint-Leu », Bulletin monumental, 1924 ; P. NOËL, « Essai sur l'histoire de la pierre de Saint-Leu et de Trossy et des vergelés », Bâtir, No 98, 1960, p. 60 ; P. NOËL, Les carrières françaises de pierre de taille, Paris, 1970, p. 163-177.

6 L. DUJARDIN, Carrières de pierre en Normandie. Contribution à l'étude historique et archéologique des carrières de pierre à bâtir à Caen (Calvados) et en Normandie aux époques médiévale et moderne. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000.

7 L. DUJARDIN et J.-Fr. LEGEMBRE, « Les carrières de construction à Fécamp (Seine-Maritime) », 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques. (Amiens 1994), Carrières et constructions III, Paris, 1996, p. 317-333.

8 D’importantes exploitations de grès étaient situées sur le côté près de Petit Ailly, à quelques kilomètres à l’ouest de Dieppe. AMD 3e classe, layette XIX, 3e liasse, No 13.

9 Cdt QUÉNEDEY, op. cit., chap. II, note 130.

10 Dans le Pays de Caux, le mot “cacher”, signifie enfoncer. On dit, par exemple, “cacher un clou” pour enfoncer un clou en tapant dessus. R. MENSIRE, Le Patois cauchois, Rouen, 1977, p. 68.

11 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 33.

12 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 413.

13 Selon G. MARCEILLES, op. cit. chap. I note 17, §4, p. 7, Guyon le Roy aurait déjà utilisé ce système de « pierres blanches en rond » c’est-à-dire avec bossages, à Doullens.

14 P. PUJO, Vézelay, Paris, 2000, p. 135-136. P. HAASÉ, « Fortifications de villages au pays de Vézelay », Les Amis de Vézelay, 1998.

15 En réalité, l’efficacité de ces bossages était illusoire et même éventuellement néfaste, puisqu’ils facilitaient l’escalade des assaillants. En revanche, leur impact architectural était considérable par l’effet de puissance qui s’en dégageait. J. MESQUI, Les Châteaux forts. De la guerre à la Paix, Paris, Gallimard-Découverte No 256, 1997, p. 51.

16 Ph. LARDIN, op. cit., chap. I, note 59, p. 154-155.

17 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 37.

18 On trouve, par exemple, ce paiement « Pour Jean Ballant, demeurant aud. Harfleur pour clouterie, [...], cuir, brai, mousse et autres parties » St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 49.

19 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 37.

20 St. de MERVAL, op. cit.. introduction, note 4, p. 107.

21 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 225.

22 Pierre Delorme était devenu maître des œuvres de la ville de Rouen au plus tard en 1513 (ADSM 2E1/248, 29 octobre 1513) et exerçait la même fonction pour le roi en 1514 (ADSM G95 fol. 35). Il disparaît des sources après octobre 1521 (BN MF 26118, No 593).

23 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 226

24 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 98 et p. 142. Les comptes ne sont pas très précis sur ces paiements, car le premier versement à Pierre Delorme ne date que du mois d'octobre 1518. Sans doute, les paiements suivants furent-ils inscrits dans d’autres comptabilités qui n’ont pas été retrouvées pour l’instant.

25 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 171.

26 BN MF 26116 No 306. En septembre 1518, il avait participé au procès-verbal de réception des travaux de la conduite faite entre le Havre et Vitanval. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 155. En 1521, il ne fait pas partie de l’équipe de maçons chargés d’évaluer des réparations qui y avaient été faites. Ibid., p. 162.

27 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 183.

28 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 217.

29 G. BOIS, op. cit., chap. II note 24, p. 68.

30 A. MARTIN, Description... op. cit., Chap. I, note 1, Plan de la ville, hors-texte.

31 Cl. et J. BRIOT, « La tour François 1er », Le Chasse-Marée, 86, février 1995, p. 10-15 ; des mêmes, « Quand Le Havre sacrifiait sa tour François 1er », Le Chasse-Marée, 101, septembre 1996, p. 16-21.

32 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 116.

33 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 88-90. Par la suite, on installa d’autres cachots. MARCEILLES, chapitre I, note 17, §10, p. 10.

34 Selon MARCEILLES, ibid, § 10, p. 10, cette tour était « assise autant dehors que dedans ».

35 BN MF 26123 [1369].

36 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4. p. 119.

37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 99-104.

38 Journal de Rouen, Samedi 6 juillet 1860, d’après une description de J. Morlent. Renseignement fourni par B. GUILLOT.

39 MARCEILLES, op. cit., chapitre I, note 17, §10, p. 10.

40 En 1860, on n'en comptait que vingt deux pour descendre dans les prisons.

41 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 120-126.

42 Le pont-levis fut refait en 1541, AMH DD85.

43 AMH DD91.

44 BN MF, Clairambault vol. 134, [19].

45 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 171-174.

46 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 131.

47 Au début de la réfection des stalles de la cathédrale de Rouen, le responsable des travaux en avait fait une maquette en grandeur nature pour permettre aux responsables de se faire une idée de l’aspect général de la construction. ADSM G2135.

48 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 183-187.

49 Loc. cit., note 39.

50 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 187-197.

51 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 192. Le devis n’était pas très explicite en ce qui concernait la couverture de l’étage supérieur de la tour.

52 BN MF 26117 [486].

53 É. GOSSELIN, op. cit., chap. II, note 90, p. 37 et 40.

54 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 10, p. 10.

55 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 193.

56 Le toisage du 29 octobre 1517 ne mentionne que des travaux effectués à la première tour en construction à l’entrée du port. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 8890.

57 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 102-103.

58 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 123-125.

59 BN MF Clairambault vol. 134 [19].

60 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 10, p. 10.

61 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 143-147. Voir l’illustration précédente.

62 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 173-174.

63 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 167.

64 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 186.

65 Il semble que St. de Merval, op. cit., introduction, note 4, p. 189, ait commis une erreur de lecture en parlant de poullenys, là où on doit lire pontlevis. Cf. BN MF 26118 [571].

66 En dehors du mandement royal dont on a parlé plus haut (p. 67 et annexe p. 182-183), on n’a aucune comptabilité relative au chantier du Havre pour l’année 1522.

67 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 218-221.

68 BN MF 26120 [906].

69 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 204.

70 AMH DD 93. Semaine du 30 septembre au 5 octobre 1532.

71 Un écoinçon est un ouvrage de maçonnerie ou de menuiserie établi à l’intersection de deux murs pour en combler l’angle.

72 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 193-195.

73 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, §11, p. 11.

74 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 226. A. MARTIN, Description... op. cit., chap. I, note 1, p. 24.

75 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 222-223.

76 Voir plus haut p. 86.

77 BN MF 26120 [906].

78 Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 23.

79 Le document dont on va faire ici le commentaire, conservé à la Bibliothèque Nationale de France, semble avoir échappé aux patientes investigations menées par Michel Nortier lorsqu’il a cherché les documents consacrés à l'histoire du Havre ne se trouvant pas dans le dossier publié à la fin du XIXe siècle par Stéphano de Merval. M. NORTIER, loc. cit., introduction, note 6. Cela s’explique sans doute par le fait que les premières lignes ne mentionnent pas Le Havre et qu’il faut attendre un certain temps avant que la nature du document apparaisse clairement.

80 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 30-39.

81 BN MF 26115 [1369]. Voir le texte en annexe p. 184-188.

82 Ce sont des pierres de ces deux carrières qui sont payées par le roi aux ayants-droits de Michel Férey en novembre 1537. BN MF 26126 [1831].

83 Sur la construction royale, voir M. CHATENET, « Le coût des travaux dans les résidences royales entre 1528 et 1550 », dans op. cit., chap. II, note 170. Sur la pierre de SaintLeu d’Esserent, voir B. GUINDOLLET, « La fourniture de pierre à bâtir sur les chantiers de la ville de Paris (fin XVe début XVIe siècle) », dans J. LORENZ et P. BENOÎT, Carrières et construction en France et dans les pays limitrophes, Paris, CTHS No 7, 1991, p. 264-274.

84 Grainval, hameau, commune de Saint-Léonard, appartenait à la pitancerie de Fécamp en 1590. Fr. de BEAUREPAIRE, Dictionnaire topographique du département de Seine-Maritime, T.l, Paris, BN, 1982, Grainval, p. 441. Je remercie Philippe Manneville d’avoir attiré mon attention sur l’existence de cette carrière.

85 Les images des fortifications montrent au cours du XVe siècle, la disparition des bossages au profit de parois lisses. A. FALAIZE, L’Image de l’enceinte urbaine au Moyen Âge, Mémoire de maîtrise, Univ. De Rouen, dir. Ph. LARDIN, 2001, p. 93.

86 Le plomb était aussi utilisé pour rendre les pierres conformes aux dimensions prévues, par exemple en bouchant les trous laissés par les silex enlevés des pierres de Vernon, lors de leur taille. Il servait surtout également à lier certaines pierres entre elles. Ph. LARDIN, op. cit, chap. I, note 59, p. 587.

87 La fonction avait été exercée pendant quelques temps par Charles d’Imbleval, au moins jusqu’en 1524. AN KK 1138 [159].

88 Ph. HAMON, op. cit., chap. II, note 8, p. 522-548.

89 É. de FRÉVILLE, op. cit., chap. I, note 15, p. 408. BN Doat, vol. 117, fol. 206v.

90 Voir plus haut p. 100. Le fils de Michel Férey travaillait sans doute avec son père.

91 BN MF 26123 (1390).

92 BN MF 20581.

93 BN MF 26123 (1389).

94 BN MF 26123 (1391).

95 BN MF 26126 [1831]. Le toisage avait été fait par les maîtres des œuvres de Caudebec, Honfleur et Le Havre.

96 Ph. BARREY, op. cit., chap.I, note 57, p. 55, n.l. Selon MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 10, p. 10, cette tour aurait été nommée ainsi parce que le seigneur de Maligny qui se disait vidame de Chartres l’aurait fait construire en 1562 pour s’y retirer lors des premiers troubles dus aux protestants. Il a dû se contenter de la faire achever. L’imprécision de Marceilles, qui écrit une cinquantaine d’années après la rédaction du devis prouve que cette construction n’avait pas vraiment avancé et qu’elle ne marquait pas le paysage.

97 AMH DDl.

98 MARCEILLES, op. cit., chap. I, note 17, § 11. p. 11.

Table des illustrations

Légende Les parois de la tour François 1er peu avant sa destruction.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Vézelay, Porte neuve (milieu XIVe siècle)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Tableau No 11. Les toisages de maçonnerie du chantier du Havre
Légende * Y compris les travaux à la maison des barres.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Salle intérieure de la Tour François 1er.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Grande salle de la tour François 1er (Dessin de Lancelot extrait de Lemâle : L : Havre d’Autrefois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Notes et croquis extraits des cahiers d’Amandus Roessler, qui visita la tour en 1861, avant sa démolition.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Coupe de la tour François 1er en 1774(AMH, Fortifications)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Élévation de la tour François 1er en 1763 par Polchet,(Musée du Vieux Havre)On remarque que le dessinateur a préféré ne pas représenter les boules et les pointes de diamant qui devaient lui sembler trop gothiques...Élévation de la tour François 1er en 1763 par Polchet,(Musée du Vieux Havre)On remarque que le dessinateur a préféré ne pas représenter les boules et les pointes de diamantqui devaient lui sembler trop gothique...
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Jetée et tour François 1er, extrait de la vue cavalière de 1630.(Frissart, op. cit. note 3.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Schéma récapitulatif des travaux aux jetées (les numéros se suivent dans l’ordre chronologique)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende L’entrée du port et l’avant-mur en 1575, d’après la Cosmographie universelle de Munster (AMH DD1)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Localisation de la barre (d’après la Cosmographie universelle de Munster)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Plan du Havre dressé par l’ambassadeur anglais à l’occasion du siège de la ville en 1563.Archives d’État d’Angleterre (Foreign papers) AMH DDI.N.B. Fort Warwick = Fort de l’Eure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Les deux tours vues de l’intérieur du port
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6667/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search